Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Influence isidorienne sur l’évolution des artes liberales

Carmen Codoñer

Texte intégral

1Les matières connues sous le nom d’arts libéraux peuvent recouvrir des réalités très diverses, même lorsqu’elles sont considérées dans une même période chronologique. La valeur que Boèce attribue aux mots « arithmétique », « géométrie », « musique » ou « astronomie » diffère de celle que leur donne Cassiodore dans ses Institutiones. Dans l’ouvrage de Cassiodore, ces disciplines sont en effet considérées comme formant partie intégrante d’un apprentissage de base, préalable à la compréhension des Saintes Écritures. Or, auparavant, l’élève de l’école du grammaticus n’attribuait à aucune de ces matières le sens que nous venons de signaler.

  • 1 H. I. MArrou, « Les arts libéraux dans l’Antiquité classique », in : Arts libéraux et philosophie a (...)
  • 2 M.-Th. d’Alverny, au congrès cité dans la n. 1, et au cours de la discussion qui suivit les communi (...)

2Lorsque les arts libéraux sont considérés dans leur ensemble ou sont envisagés séparément, ils n’ont pas la même fonction. Il s’agit, dans certains cas, d’une fonction globale préparatoire : c’est la valeur propédeutique traditionnelle qui est attribuée à l’ensemble des arts libéraux, ceux-ci étant alors considérés comme un moyen d’approche vers la philosophie ou la compréhension de la Bible1. Dans les autres cas, chaque matière est jointe à quelques autres (ce sont presque toujours les mêmes) pour former un idéal de sagesse, ces matières étant alors considérées comme un tout2.

3Enfin, et bien qu’on y fasse moins souvent allusion, les disciplines peuvent également être considérées séparément. Chaque auteur souligne, dans ce cas, leur intérêt pratique.

4Mises à part les déclarations programmatiques prononcées sur l’éducation, à partir du IIIe siècle, et les différents traités se référant à telle ou telle discipline, nous ne trouvons que des références isolées chez Apulée ou Jérôme.

5Nous ne trouvons, d’autre part, aucun regroupement de ces arts libéraux avant Martianus Capella. Il y est cependant fréquemment fait allusion – mais seulement à quelques uns – dans des contextes relatifs à l’éducation ; et ce, soit du point de vue du contenu de la matière, soit de celui du professionnel qui s’y consacre. Dans ce dernier cas, le rapport avec l’éducation s’amenuise, vu que l’allusion au professionnel dans ces écrits peut se référer au contenu même de la matière, et non à sa condition de transmetteur de connaissances.

  • 3 . « Prima creterra (sc. Musarum) litteratoris rudimento eximit, secunda grammatici doctrina instrui (...)

6Apulée (flor. 20, 3) aborde les matières de base concernant l’éducation. Dans une première étape (celle du niveau inférieur), les matières sont représentées par le maître qui les enseigne : grammaticus, rhetor ; dans une deuxième étape, c’est le nom des matières qui est mentionné : geometria, musica, dialéctica, philosophia3.

  • 4 .."primum, quia multis artibus opus est ut ad philosophiam possit accedi, discendae istae communes (...)

7Quant à Lactance (inst. 3, 25), il reprend l’idée traditionnelle : celle d’une approche progressive vers la philosophie. Et à la fin de ces études (celles qui permettent l’accès à la connaissance philosophique), il existe bien un certain lien entre les matières enseignées et la philosophie elle-même4. La différence la plus importante, entre elles, est celle qui dérive de la valeur préparatoire donnant accès à la philosophie. Lactance attribue cette valeur à l’ensemble, et par là il se rapproche du schéma traditionnel.

8L’énumération de Jérôme (ep. 53, 6) : grammatici, rhetorici, philosophi, geometrici, dialectici, musici, astrologi, medici, se réfère probablement aux professionnels qui étudient ces diverses matières, mais pas nécessairement dans un but didactique. Aucun des trois ne parle de l’arithmétique. Apulée et Lactance citent tous deux le litterator : soit de manière directe – en le nommant -, soit par le biais d’une périphrase (discendae... communes litterae, chez Lactance). Lactance est le seul auteur qui considère que la philosophie occupe une place à part. Chez les autres auteurs, les mots philosophia et philosophi sont situés à un niveau similaire à celui d’autres professionnels, ou à celui des autres matières.

9Un passage du Code théodosien où il est question des professeurs (10, 53, 4) peut confirmer certains aspects que nous avons déjà déduits de l’analyse des textes antérieurs. Dans ce passage sont mentionnés les grammatici, les oratores, et les philosophiae praeceptores necnon etiam medici, ce qui montre bien que la philosophie est incluse dans le cadre des matières qui font l’objet d’un enseignement. Nous y observons parallèlement l’absence de ces matières qui, avec le temps, constitueront le quadriuium : arithmétique, géométrie, musique et astronomie.

10La protection officielle du Code théodosien se limite à ces matières et à d’autres professions telles que celle des calculatores (10, 53, 4) ; cela veut dire que les matières du quadriuium peuvent être enseignées par les philosophiae praeceptores, ou bien être étudiées indépendamment, mais qu’elles ne jouissent pas dans ce cas de la protection officielle de l’État.

11Le fait de mentionner de manière individuelle les calculatores dans le Code théodosien a peut-être un rapport avec l’omission de l’arithmétique dans les listes d’Apulée, Jérôme et Lactance. Ceci est probablement dû au fait que la pratique du calcul est située à un niveau inférieur des connaissances, tout comme celle du litterator.

12Les dialectici, eux non plus, ne sont pas mentionnés, de même qu’ils ne l’étaient pas chez Lactance. Cette position présente quelques points communs avec Apulée et Jérôme, qui situent la dialectique dans le groupe correspondant au quadriuium et la mettent en rapport avec la philosophie. Une assimilation inconsciente entre la dialectique et la philosophie semble donc apparaître.

13Nous pouvons alors remarquer l’existence de plusieurs niveaux de connaissance. Tout d’abord, un niveau inférieur : celui du litterator, calculator ; ensuite un niveau moyen : celui du grammaticus et de l’orator ; et enfin un niveau supérieur. Celui-ci regroupe une série de connaissances qui s’approchent de la philosophie et qui incluent la géométrie, la musique, l’astronomie, la dialectique et la philosophie elle-même. L’arithmétique se trouve à un autre niveau, probablement technique.

14Cette question peut être clarifiée à travers le témoignage d’un auteur tel que Cassiodore. En effet, s’il consacra une première moitié de sa vie aux affaires gouvernementales, il se dédia, déjà âgé, à la réflexion théorique. Il élabora programmatiquement un abrégé des arts libéraux et nous transmit ses idées sur la classification des sciences : ses opinions coïncident alors avec celles de Boèce.

  • 5 Pour celle-ci, il met en relief son utilité, à tel point qu’elle se transformera en ars écrite.
  • 6 Boèce leur attribue aussi une valeur propédeutique. Il dit dans arithm. 1, 1 : « Quibus quattuor pa (...)

15Nous trouvons, par ailleurs, des observations très intéressantes dans ses Variae. Dans un écrit adressé à Boèce (Var. 1, 10) après un long et magnifique chant dédié à l’arithmétique, il finit par réduire cette matière à sa plus humble application : celle de compter. Le second passage (3, 52) est plus complexe, et prêté à Théodoric lui-même : les Chaldéens avaient déjà observé que la géométrie était fondamentale pour résoudre les problèmes d’astronomie, de musique, de mechanica, d’architectura, de logistique et d’arpentage5. Il cite, en comparaison, le maigre succès obtenu par les quatre disciplines du quadriuium : ce sont des applications de la géométrie qui connaissent un grand succès, alors que les traitements théoriques, qu’il présente comme des declamationes, ne sont guère prisés6.

16Cassiodore compare ainsi la considération philosophique et spéculative que reçoivent certaines matières incluses dans le quadriuium, et la fonction réservée à certaines connaissances techniques de base. Ces deux objets de comparaison, bien qu’ils aient un emploi différent, sont pourtant désignés sous un même nom. Voici quelques noms de ces connaissances de base : le calcul, l’arpentage, les calculs chronologiques, la navigation, le chant, l’architecture, la construction de machines, etc. Il parle donc de connaissances appliquées.

17Cette ambiguïté sur le sens des termes utilisés pour désigner les « arts libéraux » se maintint durant des siècles. Elle prête à confusion, car souvent, la mention pure et simple des matières ne permet pas de distinguer si nous sommes dans le domaine de la pratique, de la préparation supérieure ou de la science. C’est pourquoi, pour éviter des confusions, au lieu de parler d’arts libéraux, nous allons parler de matières, dans le cadre du processus éducatif et scientifique. Ces matières pourront coïncider ou non avec les arts libéraux.

***

18Au cœur de cette tradition s’inscrit l’œuvre d’Isidore de Séville. Les matières dont nous parlons sont mentionnées dans le livre 2 des Différences et dans les Étymologies.

  • 7 M. C. Díaz y Díaz, « Les arts libéraux d’après les écrivains espagnols et insulaires » (Actes, Cong (...)

19On a dit que le livre 2 des Différences d’Isidore de Séville est une tentative d’explication de l’univers7. Il faudrait y ajouter une précision : il s’agit d’une explication doctrinale, et c’est pourquoi il est important de signaler la place qu’occupe la division de la philosophia dans l’ensemble de cet écrit.

  • 8 En opposition à celle-ci, la sagesse est définie en tant que catégorie autonome, alors que l’éloque (...)

20Elle est située à la fin, en conclusion d’un exposé que nous pouvons appeler « dogmatique » ou doctrinal, et insérée dans une longue exposition qui acquiert toute son unité à partir du paragraphe 147. À l’opposé de la scientia, la fonction de la sagesse (sapientia) est de s’interroger sur les aspects éternels de l’univers (tantummodo aeterna contemplatur). Mais, par la suite, la sapientia est à son tour opposée à l’eloquentia8. La sagesse est alors identifiée à la philosophie (149), ce qui découle du contraste entre orator et philosophus. Ce contraste repose sur une longue tradition classique. On attribue à la sagesse la connaissance des choses et la compréhension de leurs causes.

21Si nous comparons cette dernière fonction et celle qui lui avait été assignée dans le paragraphe antérieur (§ 147), c’est-à-dire dans la réflexion sur les aspects éternels de l’univers, la différence est claire : nous sommes descendus du monde doctrinal, où la sagesse est considérée comme une étape supérieure de la connaissance et ne s’occupe donc que des vérités éternelles, vers l’univers naturel. Il y a donc deux sortes de sapientia : doctrinale et mondaine.

22À partir de cet endroit (§ 149), Isidore lui-même répète à plusieurs reprises qu’il a abandonné le terrain doctrinal : ses sources sont les ueteres, les sapientes mundi (§ 150) et il aboutit à la division de la sapientia (philosophie) en trois parties : physica, lógica et ethica.

  • 9 Sur la nature du réfèrent du mot mechanica, on se reportera utilement au passage de Hugues de Saint (...)

23Et il continue : les savants païens affirment que la physique se compose de sept disciplines ; l’objet de quatre d’entre elles, l’arithmétique, la géométrie, la musique et l’astronomie, jouit d’une existence propre : numeri, magnitudo, sonus. Les trois autres : l’astrologie, la mechanica et la médecine, se voient englobées, en vertu de leur définition même, dans la catégorie des sciences appliquées9.

24Ces dernières en effet nous sont présentées comme des instruments au service de l’homme : l’astrologie met en application les connaissances fournies par l’astronomie, la mechanica met à profit les connaissances qui proviennent en partie également des disciplines antérieures, et la médecine applique les savoirs que l’homme possède sur la nature.

  • 10 J. Fontaine, « Isidore de Séville et l’astrologie », REL 31, 1953, 271-300, parle à la page 276 des (...)

25Cependant, il convient d’observer que les définitions qui concernent les quatre premières matières ne nous les présentent pas davantage comme des matières spéculatives. Si nous prêtons attention à ce qui nous est dit de la musique : « ars spectabilis uoce uel gestu, habens in se numerorum ac sonum certam dimensionem cum scientia perfectae modulationis », et si nous passons en revue la série d’éclaircissements qui accompagnent la géométrie et qui l’identifient à la science des grammatici, nous observons que le niveau attendu de la théorisation n’a même pas été maintenu dans les sciences traditionnelles de la quantité abstraite. La seule science à avoir maintenu ce niveau est l’astronomie, et ce, parce qu’elle est suivie immédiatement de l’astrologie en tant que science appliquée de l’astronomie10.

  • 11 En ce qui concerne cette analyse, l’affirmation de C. E. Lutz dans « Remigius, ideas on the classif (...)

26Les théorisations ont donc disparu au profit de la technique. Et s’il est fort probable que l’ajout des trois éléments au noyau traditionnel des matières qui composaient le quadrinium a eu pour but principal d’atteindre le nombre sept, il est encore plus important encore de souligner que ceci a pu se produire parce qu’une modification est intervenue dans l’appréciation de la valeur relative des matières traditionnelles11.

  • 12 § 153 : « Rhetorica est ratio dicendi, iurisperitorum scientia quam oratores sequuntur ».
  • 13 Ib. : « bene uiuendi magistra ».

27Cette réduction de la portée théorique des matières est également perceptible ailleurs. Lorsqu’Isidore fait allusion à la division de la logique en rhétorique et en dialectique, la rhétorique apparaît alors définie comme iurisperitorum scientia (§ 153) ; nous pouvons en conclure à l’existence du caractère pratique d’une des deux parties, au moins, de la division de la logique établie par Isidore12. Quant à l’éthique, on lui attribue également une fonction pratique : celle d’enseigner à bien vivre13.

  • 14 Ib. : « philosophiae species, quae lógica dicitur ».

28Les Étymologies consacrent également un passage à la philosophie. Il se situe juste après le paragraphe qui explique la distinction entre la rhétorique et la dialectique14. Lorsqu’il aborde la définition de la dialectique, Isidore y introduit une brève référence à la philosophie, et conserve la même division tripartite : physique, logique, éthique. Le problème est cependant exposé de manière quelque peu différente par rapport au passage analysé dans les Différences.

  • 15 Isid. etym. 2, 24, 3 : « Philosophiae species tripertita est : una naturalis, quae Graece physica a (...)

29La division de la physique en quatre parties (arithmétique, géométrie, musique et astronomie) au lieu de sept, et celle de la logique en deux parties (dialectique et rhétorique) est attribuée à Platon ; quant au différent degré d’abstraction des matières mentionnées, il n’est pas défini15.

  • 16 R. Giacone, « Arti liberali e classificazione delle scienze : l’esempio di Boezio e Cassiodoro », i (...)
  • 17 Division recueillie par Cassiodore et reprise littéralement par Isidore. Sur les sources de Cassiod (...)

30Ensuite, on voit également apparaître dans les Étymologies d’autres définitions et divisions possibles de la philosophie. Le schéma cassiodorien retient particulièrement l’attention d’Isidore16. Ce schéma résulte d’un regroupement bipartite qui maintient le rapport entre le côté théorique et pratique des disciplines : respectivement inspectiua et actualis17.

  • 18 Les autres sont : diuina et naturalis. On considère généralement que c’est dans la première que se (...)

31La doctrinalis est une des parties recueillies par l’inspectiua18. Le quadriuium y est considéré comme un ensemble ayant pour objet la quantité abstraite. Le caractère théorique qui est concédé aux matières du quadriuium s’oppose ici à la nature technique qui leur était réservée dans les Différences ; elles sont toujours maintenues à un niveau d’abstraction qui correspond à l’abstraction de l’objet. Ces matières correspondraient actuellement à la physique théorique et aux mathématiques.

32En résumé, donc, Isidore fait disparaître tous les aspects de la pensée philosophique abstraite, dans la classification des sciences que nous proposent ses Différences. Il réduit ainsi la philosophie dans son ensemble à une science pratique, à celle que Cassiodore appelle actualis, et il dote la physica et la logica des caractéristiques que prennent respectivement les matières de la dispensatiua et de la ciuilis dans le cadre du schéma cassiodorien. L’interprétation des Écritures Saintes est comprise dans l’éthique – moralis – selon le schéma antérieur.

  • 19 Cette façon de poser la question nous éloigne des arts libéraux. Isidore, lorsqu’il parle de la med (...)

33Les schémas tripartites présentés par Isidore dans les Différences et les Étymologies ne sont pas similaires, même s’ils ont un même point commun. Dans les deux cas, les matières font partie d’une unité supérieure, celle-ci étant perçue comme le résultat de la somme. La physica est constituée d’une série de disciplines et sans ces dernières elle n’a pas de consistance19. On peut faire la même remarque pour la logique. Elles sont cependant évoquées sous un angle différent dans chacune des deux œuvres. Dans les Différences en effet, les matières qui constituent la physique et la logique sont considérées du point de vue de leur application. Dans les Étymologies, par contre, elles sont envisagées dans leur plus haut degré d’abstraction.

  • 20 Cf. Díaz y Díaz, ib., p. 39, n. 12, dans lequel il s’étonne de l’absence de la grammaire. L’observa (...)

34Dans ces passages des Étymologies et des Différences, Isidore ne prétend pas réaliser une classification des arts libéraux par groupes, mais plutôt nous parler du sens et du contenu de la sagesse et de la philosophie. L’absence de la grammatica dans ces deux divisions en est une preuve évidente. Nous ne sommes pas dans le domaine de l’enseignement, mais au niveau supérieur de la science, où la grammaire n’a pas sa raison d’être20.

35Ces mêmes matières prennent une valeur différente lorsqu’elles sont considérées comme des arts libéraux ; leur connaissance permet l’accès à la philosophie, et leur nature n’est concevable que dans la relation qu’entretient le docere avec le discere, c’est-à-dire la relation d’apprentissage. Et c’est là que la grammaire trouve sa place ; c’est une matière qui ne semble pas être concevable en marge de l’enseignement.

36La division de la physica dans les Différences, le nombre et le caractère des matières incluses – pour lesquelles on n’a pas trouvé de modèle – peuvent nous aider à comprendre, mieux que la version « aseptique » des Étymologies, quel est le monde de la science et de l’éducation à cette époque.

  • 21 La prudentia, par exemple, est utilisé pour la compréhension des Écritures Saintes par le biais de (...)

37La philosophie s’identifie avec la connaissance. Nous nous trouvons devant une sagesse mondaine qui n’a pas de relation avec l’univers doctrinal, lequel n’a pas sa place dans la philosophie. Isidore fait une distinction nette entre la sapientia qui maintient en contact direct l’homme avec Dieu, par le moyen de la contemplation, et la sapientia (= philosophie) que l’homme développe à des fins immédiates. Tout ceci s’appuie sur le fait que l’éthique elle-même est ordonnée à une fin pratique21.

38Ainsi, la sagesse humaine a perdu peu à peu de son importance jusqu’à être réduite finalement à une philosophie qui ne dépasse pas le niveau de la technique. La plus haute aspiration de l’homme sur la terre consiste à s’exprimer de manière adéquate – à l’instar de bons avocats -, savoir compter, connaître la technique de l’arpentage, chanter des cantiques, savoir calculer la date de Pâques, soigner les malades : bref, à dominer l’organisation des connaissances pratiques qui rendent la vie plus facile.

39La compréhension de la Bible doit elle-même se faire par les moyens naturels dont l’homme dispose (prudentia) ; et l’on peut dire la même chose du comportement de l’homme vis-à-vis de Dieu et de ses semblables pour la pratique des trois autres vertus cardinales.

***

40À l’époque carolingienne, ce schéma va se modifier légèrement : on prend l’habitude de se référer aux arts libéraux d’une manière générique et imprécise. Cependant, on maintient, comme auparavant, un parallélisme avec l’éducation : on continue à faire allusion aux matières de base, bien que fort rarement ; et l’on conserve le schéma, surtout tripartite, de subdivision de la philosophie.

  • 22 Ep. 145, 148, etc.
  • 23 « septiplicis sapientiae decus ».

41Alcuin, par exemple, ne parle que de rhétorique, d’astronomie et de grammaire, lorsqu’il s’adresse à Charlemagne dans son traité sur la rhétorique. Il en est de même lorsqu’il traite, dans ses lettres, des questions relatives à l’enseignement22. La référence aux sept arts libéraux n’apparaît chez lui que sous forme de cliché, globalement, comme par exemple dans l’epist. 16223.

42Le nombre et le niveau des enseignements varient selon l’élève et ses nécessités. Eginard nous dit également, dans sa Vita Karoli ($ 25), que Charlemagne développe avec un grand enthousiasme les arts libéraux et il nous parle, en réalité, de grammaire, de dialectique, de rhétorique, d’arithmétique et d’astronomie, tout en nous signalant au passage que Charlemagne ne savait pas écrire. On peut donc dire que l’expression « arts libéraux » est devenue une formule passe-partout qui recouvre des contenus divers selon les contextes.

  • 24 P.L. 101, col. 952 C.
  • 25 Il est entièrement d’accord avec Isidore ; la seule différence réside dans la lecture possible de t (...)
  • 26 L’inspectiua se divise en naturalis, doctrinalis et diuina ; la partie appelée actualis comporte à (...)

43La véritable science est située au cœur même de la philosophie et peu peuvent y accéder. Revenons à Alcuin : dans son traité De dialectica, il reprend les deux divisions de la philosophie développées par Isidore dans Étym. 2, 24, 524 ; la division tripartite en physique, logique et éthique y est retranscrite littéralement. Alcuin, à la fin du premier classement, observe dans la Bible, à l’instar d’Isidore, la présence de la physique, de la logique et de l’éthique. À propos de la logique, il dit : « aut de logica, pro qua nostri theologicam sibi uindicant, ut in canticis canticorum »25. Cette remarque occasionne la question suivante de Charlemagne : « Quelle est la nature de la théologie ? ». Alcuin, dans sa réponse, identifie la théologie à une partie de la philosophie connue sous le nom d’inspectiua. Nous retrouvons sur ce point la classification complexe de la philosophie qu’Isidore reprend de Cassiodore et qui comprend de multiples subdivisions26. Alcuin la simplifie de façon radicale en établissant une équivalence entre logique, théologie et inspectiua ; il réduit par conséquent à la théologie cette dernière partie de la philosophie dans laquelle Isidore et Cassiodore plaçaient le quadriuium et la connaissance de la nature.

44La gamme de possibilités qui constituait la philosophie inspectiua disparaît donc : naturalis, doctrinalis et diuina. Cette suppression occasionne par ailleurs la disparition des matières du quadriuium. Or ces dernières étaient incluses, selon Isidore, dans l’inspectiua doctrinalis. Si nous partons du principe que la philosophie inspectiua n’utilise que l’intellect pour accéder à des réalités non visibles, sa réduction à la théologie, qui entraîne par voie de conséquence la suppression des matières du quadriuium, revient à dépouiller ces matières de leur caractère abstrait. Ainsi, d’une façon indirecte, Alcuin semble partager l’opinion d’Isidore à propos de la nature attribuée à ces matières, cette opinion étant exprimée dans le traité isidorien des Différences.

  • 27 M.G.H., AA, 15 : « in primaeuo pueritiae rudimento » (cf. n. 28).
  • 28 Un peu plus loin (490, 17), il parle des « artes grammaticas atque geométricas bisternasque omissas (...)

45Aldhelm va plus loin : il parle de « grammaticorum studia et philosophorum disciplinae » (277, 3 ; 320, 11). La dialectique et la rhétorique sont incluses par lui dans les grammaticorum studia et apprises dès l’enfance27. On passe ensuite aux disciplinae philosophorum qui sont divisées en sept : ce sont les sept arts de la physica, auxquels Isidore fait allusion dans les Différences et qu’Aldhelm appelle saeculares et forasticae28. Une fois de plus donc, la philosophie ou, si l’on préfère, la science, se réduit à la physica des Différences.

  • 29 Éd. J. Tolkiehn, Clementis ars grammatica, Leipzig, Dieterichsche Verlags-buchhandlung, 1978.
  • 30 Ib. 7, 2 : « quibus adhaerent astrologia et medicina ».
  • 31 « in physica quoque etiam artes minores sunt, quas aratores et fullones et caementarii exercent et (...)
  • 32 J. Tolkiehn dans son édition considère les Etymologiae comme seule source de ce long passage (chapi (...)

46Clément Scot dans l’introduction de son ars grammatica, consacre quelques chapitres à la définition de la philosophie29. Il reprend et glose la division tripartite, mais, à l’endroit où il doit développer le paragraphe concernant la physica, il ajoute aux matières du quadriuium l’astrologie et la médecine30. Il ne s’en tient pas là. Un peu plus loin, lorsqu’il termine son exposé sur la physique, il déclare qu’il faut également y inclure des matières mineures, et cite comme exemples les activités des aratores, fullones et caementarii31. C’est l’interprétation qu’il semble avoir donnée lorsqu’il a dû gloser le contenu de la mechanica. Le schéma initial des Étymologies a donc été modifié, et adapté à la division des Différences32.

47La grammatica est la grande absente de ces classifications, ce qui nous indique que nous sommes sur le terrain de la science. Le schéma de subdivision de la philosophie s’est imposé et même ceux qui prétendent continuer à s’occuper des arts libéraux l’ont adopté.

  • 33 Poet. Car. Med. Aeui I, p. 544-547 : « De septem liberalibus artibus in quadam pictura depictis ».

48Théodulfe, dans un poème intitulé De septem liberalibus artibus trace une espèce d’arbre de la science33. Le schéma tripartite de division de la science-philosophie des Étymologies y reparaît. Il est accompagné, cependant, d’une modification significative due à la difficulté qu’il y avait à maintenir séparés les deux domaines des arts libéraux et de la division des sciences. L’arbre présente deux niveaux. Le niveau inférieur correspond aux ramifications de la logique et de l’éthique ; le niveau supérieur à celui de la physique. Tout, jusqu’ici, correspond au modèle tripartite. Et pourtant, un fait nouveau apparaît, car cet arbre repose tout entier sur des racines communes : celles de la grammaire. C’est là une tentative destinée à concilier les deux traditions : celle de la division de la science et celle des arts libéraux.

49Il faut bien noter que les classifications de la science prolifèrent et que, parallèlement, on observe une baisse de la mention linéaire ou de l’intérêt global des arts libéraux. Les classifications de la science se rattachent de préférence au modèle ébauché par Isidore dans les Différences et aux schémas que proposait celui-ci. Ces deux faits sont à la fois symptômes et causes de deux phénomènes.

  • 34 Rhab. Mavr., De uniuerso, P.L. 111, col. 413B-414.

50D’une manière explicite ou indirecte, la science a été exclue du monde de l’abstraction, et ce, parce que l’on nie l’existence de réalités invisibles en dehors de celles qui sont en rapport avec la divinité. Une fois ce principe admis, seules les vérités doctrinales deviennent un objet digne d’intérêt. Avec de tels présupposés, il n’est pas surprenant que l’on reprenne, en l’imposant presque comme le seul viable, le schéma des sciences que proposait Isidore dans ses Différences, puisqu’il supposait l’identification de la science et de la technique34.

51D’autre part, la prédominance du schéma de la classification de la philosophie, face à l’énumération linéaire des arts libéraux, implique donc l’exclusion de la grammaire. Cela provoque alors une situation complexe : la grammaire, qui est l’outil indispensable pour atteindre la connaissance, se trouve exclue d’un modèle qui prétend inclure toute réalité non doctrinale. Mais, ce qui aurait pu supposer la fin de la grammaire va au contraire marquer le début de son ascension. Tout naturellement, la grammaire sera considérée comme l’unique élément indispensable à toute connaissance et, par conséquent, comme supérieure au reste du savoir.

52On est donc arrivé de manière progressive et irréversible à identifier la sapientia divine avec la théologie, et à limiter la sapientia humaine au niveau de la technique et des applications pratiques. Dans les divisions postérieures de la science, en prenant comme point de départ le schéma bipartite cassiodorien, il n’y a que la partie correspondante à la philosophie actualis qui se développe. La partie speculatiua de la philosophie est réservée à la théologie, qui devient alors l’équivalent de la philosophie, c’est-à-dire ce à quoi aspirent tous ceux qui prétendent atteindre la véritable sagesse.

Notes

1 H. I. MArrou, « Les arts libéraux dans l’Antiquité classique », in : Arts libéraux et philosophie au Moyen Âge. Actes du quatrième Congrès international de philosophie médiévale (1967), Montréal-Paris, 1969, p. 13. Pour reconstruire ce fait, on part presque toujours de déclarations programmatiques.

2 M.-Th. d’Alverny, au congrès cité dans la n. 1, et au cours de la discussion qui suivit les communications sur les arts libéraux aux VIe et VIIe siècles, présente le problème avec clarté, bien qu’elle propose une équivalence entre enseignement et arts libéraux en opposition avec les classifications anciennes des sciences qui se maintiennent sur un plan théorique, ce qui réduit les dimensions du problème (ib. p. 66).

3 . « Prima creterra (sc. Musarum) litteratoris rudimento eximit, secunda grammatici doctrina instruit, tertia rhetoris eloquentia armat. Hactenus a plerisque potatur. 4. Ego et alias creterras Athenis bibi poeticae commentam, geometriae limpidam, musicae dulcem, dialecticae austerulam, iam uero uniuersae philosophiae inexplebilem scilicet <et> nectaream »,

4 .."primum, quia multis artibus opus est ut ad philosophiam possit accedi, discendae istae communes litterae propter usum legendi.... 10. grammaticis quoque non parum operae dandum est, ut rectam loquendi rationem scias... ll. ne oratoria quidem ignoranda est... geometria quoque ac musica et astrologia necessaria est, quod hae artes cum philosophia habent aliquam societatem ».

5 Pour celle-ci, il met en relief son utilité, à tel point qu’elle se transformera en ars écrite.

6 Boèce leur attribue aussi une valeur propédeutique. Il dit dans arithm. 1, 1 : « Quibus quattuor partibus si careat inquisitor, uerum inuenire non possit ac sine hac quidem speculatione ueritatis nulli recte respondendum ».

7 M. C. Díaz y Díaz, « Les arts libéraux d’après les écrivains espagnols et insulaires » (Actes, Congrès cité n. 1).

8 En opposition à celle-ci, la sagesse est définie en tant que catégorie autonome, alors que l’éloquence a besoin de la sagesse parce qu’elle n’est qu’une scientia (§ 148 scientia est uerborum).

9 Sur la nature du réfèrent du mot mechanica, on se reportera utilement au passage de Hugues de Saint Victor dans son Didascalicon (P.L. 176, col. 76), où il définit mechanica comme la scientia ad quam fabricas omnium rerum concurrere debent. Cette définition coïncide avec celle d’Isidore et suit toute une liste d artes matérielles (lanificium, armatura, etc.). Ceci nous fournit un renseignement du plus grand intérêt : il nous indique ce que l’on comprenait en lisant le texte d’Isidore. En effet, il semble excessif de réduire dans ce cas la mechanica à l’une des matières habituelles de l’énumération des arts libéraux, comme l’architecture.

10 J. Fontaine, « Isidore de Séville et l’astrologie », REL 31, 1953, 271-300, parle à la page 276 des fins pratiques de l’astrologie : calcul du temps, calcul de la Pâques, astro-météorologie agricole et navigation nocturne. C’est ce qu’il appelle l’astronomie rudimentaire.

11 En ce qui concerne cette analyse, l’affirmation de C. E. Lutz dans « Remigius, ideas on the classification of the seven liberal arts », Traditio 12, 1956, 65-86, n’est pas très sûre. Il affirme en effet à la p. 66 que, chez Isidore, la classification du savoir séculier s’est transformé en classification des arts libéraux, et que la philosophie s’est trouvée réduite à une division de la dialectique.

12 § 153 : « Rhetorica est ratio dicendi, iurisperitorum scientia quam oratores sequuntur ».

13 Ib. : « bene uiuendi magistra ».

14 Ib. : « philosophiae species, quae lógica dicitur ».

15 Isid. etym. 2, 24, 3 : « Philosophiae species tripertita est : una naturalis, quae Graece physica appellatur... altera moralis, quae Graece ethica dicitur... tertia rationalis, quae Graece uocabulo logica appellatur... 10. Alii definierunt philosophiae rationem in duabus consistere partibus, quarum prima inspectiua est, secunda actualis. Inspectiua diuiditur in tribus modis, id est prima in naturalem, secunda in doctrinalem, tertia in diuinam. Doctrinalis diuiditur in quattuor, id est prima in Arithmeticam, secunda Musicam, tertia Geometriam, quarta Astronomiam. Actualis diuiditur in tribus, id est prima in moralem, secunda dispensatiuam, tertia ciuilem ».

16 R. Giacone, « Arti liberali e classificazione delle scienze : l’esempio di Boezio e Cassiodoro », in Aeuum. 48, 1974, p, 58-72, dit que le schéma cassiodorien de la philosophie est totalement traditionnel, et que Cassiodore parle de ce schéma comme s’il se sentait obligé de le faire ainsi (p. 68). On peut à plus forte raison appliquer cette réflexion à la reprise de ce schéma dans l’œuvre d’Isidore.

17 Division recueillie par Cassiodore et reprise littéralement par Isidore. Sur les sources de Cassiodore, on se reportera à U. Pizzani, « Cassiodore e le discipline del quadriuio », Flavio Magno Aurelio Cassiodoro, Atti della Settimana di Studi Cosenza-Squillace, Soveria, Manelli Rubbettino, 1986, p. 49-71.

18 Les autres sont : diuina et naturalis. On considère généralement que c’est dans la première que se place la dialectique. La partie actualis est à son tour subdivisée en moralis, dispensatiua et ciuilis ; c’est là, à la rigueur, que l’objet de la rhétorique pourrait trouver sa place.

19 Cette façon de poser la question nous éloigne des arts libéraux. Isidore, lorsqu’il parle de la medicina dans le livre IV des Étymologies, dit que certains se demandent pourquoi la médecine n’est pas considérée comme une des artes liberales, alors que la physica y est incluse. Il n’y a pas là de contradiction, comme semble l’indiquer Díaz. C’est que la science, ou philosophie, et les ans libéraux sont deux choses bien différentes. Cf. Díaz y Díaz, cité sup. n. 7, p. 38, n. 5. M.-Th. DAlverny, dans son intervention citée à la note 2, introduit la même observation : Isidore procède dans ce cas à une division des sciences qui n’a rien à voir avec les arts libéraux.

20 Cf. Díaz y Díaz, ib., p. 39, n. 12, dans lequel il s’étonne de l’absence de la grammaire. L’observation de B. Bischoff ne correspond pas non plus à la réalité. Selon Bischoff, le succès postérieur de cette division est dû au fait qu’elle s’adapte mieux à la division du triuium et du quadriuium, puisque la grammatica en est absente : » Eine verschollene Einteilung der Wissenschaften », in Arch. d’hist. doctrin. et littéraire du Moyen Âge, 33, 1958, p. 5-20.

21 La prudentia, par exemple, est utilisé pour la compréhension des Écritures Saintes par le biais de la triple voie d’accès : historialiter, figuraliter, spiritualiter.

22 Ep. 145, 148, etc.

23 « septiplicis sapientiae decus ».

24 P.L. 101, col. 952 C.

25 Il est entièrement d’accord avec Isidore ; la seule différence réside dans la lecture possible de theoreticam au lieu de theologicam dans le texte d’Isidore, ce qui ne changerait en rien les considérations générales.

26 L’inspectiua se divise en naturalis, doctrinalis et diuina ; la partie appelée actualis comporte à son tour moralis, dispensatiua et ciuilis.

27 M.G.H., AA, 15 : « in primaeuo pueritiae rudimento » (cf. n. 28).

28 Un peu plus loin (490, 17), il parle des « artes grammaticas atque geométricas bisternasque omissas fisicae artis machinas ». C’est une nouvelle manière de faire allusion à la rhétorique et à la dialectique, ainsi qu’aux sept matières mentionnées ailleurs : la géométrie et les six autres.

29 Éd. J. Tolkiehn, Clementis ars grammatica, Leipzig, Dieterichsche Verlags-buchhandlung, 1978.

30 Ib. 7, 2 : « quibus adhaerent astrologia et medicina ».

31 « in physica quoque etiam artes minores sunt, quas aratores et fullones et caementarii exercent et disponunt ».

32 J. Tolkiehn dans son édition considère les Etymologiae comme seule source de ce long passage (chapitres 7 à 13).

33 Poet. Car. Med. Aeui I, p. 544-547 : « De septem liberalibus artibus in quadam pictura depictis ».

34 Rhab. Mavr., De uniuerso, P.L. 111, col. 413B-414.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search