Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Première partie. Le corps des ingénieurs militaires. Une institution polyvalente

Chapitre II. Trouver sa place au sein de l’armée (1744-1770)

Texte intégral

I. – Après le décès du père fondateur : période transitoire (1744-1761)

  • 1 Pedro Pablo Abarca y Bolea, comte d’Aranda (Aragon 1718 - Epila 1798) fit des études militaires en (...)
  • 2 Juan Martín Cermeño (? - Barcelone 1773) : entré dans le corps en 1719 comme ingénieur extraordinai (...)
  • 3 Juan Caballero (Italie 1712 - Espagne 1791) entré dans le corps en 1737 comme ingénieur dessinateur (...)
  • 4 Silvestre Abarca (Medinaceli 1707 - Medinaceli 1784), entré comme ingénieur extraordinaire en 1737, (...)
  • 5 Pedro de Lucuce (Avilés 1692 - Barcelone 1779), entré dans le corps en 1730 comme ingénieur extraor (...)
  • 6 Francisco Sabatini (Italie 1722 - Madrid 1798), architecte de formation, vint en Espagne avec Charl (...)

1À son décès, le 19 janvier 1744 à Barcelone, Georges-Prosper Verboom n’avait pas de successeur désigné. Verboom avait préparé son fils aîné à la fonction d’ingénieur général, mais la disparition prématurée de celui-ci en 1733 le surprit, et il n’envisagea pas de solution de remplacement. Le roi et le ministre de la Guerre, le marquis de la Ensenada choisirent le 9 mars 1744 le lieutenant général Francisco Manuel de Velasco y Estrada, marquis de Pozoblanco, pour prendre la direction du corps en tant qu’ingénieur général et cuartel maestre general. Doit-on comprendre ce choix comme un changement radical dans la conception de la direction du corps ? La direction va-t-elle être confiée à des hommes pressentis comme des administrateurs réceptifs aux volontés du pouvoir ? Ou bien le choix d’un homme étranger au corps est-il envisagé comme une phase de transition permettant de trouver un ingénieur capable d’occuper ce poste ? Les deux hypothèses peuvent être envisagées car elles eurent chacune leur phase d’application. La première hypothèse se concrétisa par exemple en 1756 et 1761, où l’on pensa à changer la structure du corps, en l’unissant à l’artillerie, sous la direction d’un homme étranger au corps, le comte d’Aranda1. La seconde prit corps grâce aux directions de Juan Martín Cermeño2, de Juan Caballero3, de Silvestre Abarca4, de Pedro de Lucuce5 et de Francisco Sabatini6, qui se révélèrent les plus brillants parmi les ingénieurs pour exercer cette fonction et par là même, les dignes successeurs de G.-P. Verboom.

Le règne résolument pacifiste de Ferdinand VI (1746-1759)

  • 7 Paix d’Aix-la-Chapelle signée en 1748 qui mit fin à la guerre de Succession d’Autriche.

2Philippe V mourut en 1746, laissant le trône à son fils né de son premier mariage, Ferdinand VI. Ce roi dut terminer la guerre de Succession d’Autriche aux côtés de son allié français et prit, aussitôt la paix d’Aix-la-Chapelle signée7, la décision de rester, dans la mesure du possible, en paix avec ses voisins pour établir la restauration intérieure du pays. Il eut la chance d’exercer le pouvoir pendant une période relativement calme en Europe.

3La paix n’était pas une habitude pour les armées des Bourbons, et quand une période d’accalmie s’était présentée sous le règne de Philippe V, les ministres en avaient toujours profité pour réduire les effectifs militaires. Qu’allait-il advenir de cette armée qui avait redressé, à force d’expérience, l’image de sa puissance ?

  • 8 Cenón de Somodevilla est né en 1702 à Hervías, dans une famille pauvre de petite noblesse. Il ne fi (...)
  • 9 D. Ozanam, « Representación del marqués de la Ensenada a Fernando VI (1751) ».
  • 10 Y. Bottineau, Les Bourbons d’Espagne, p. 243.

4Deux hommes ne voyaient pas la paix en terme de restriction militaire mais en terme de renforcement de l’autorité de l’État : le roi et Cenón de Somodevilla y Bengoechea, marquis de la Ensenada8, ministre des Finances, de la Marine, de la Guerre et des Indes depuis 1743, qui conserva ces postes à l’avènement de Ferdinand VI jusqu’en 1754. L’idée maîtresse de la Ensenada était de mener à bien une politique de paz armada ou paix armée. Il adressa plusieurs mémoires au roi suggérant différents types d’action. Un des textes les plus connus est la Representación de 1751, source précieuse pour l’historien car il y établissait un état de la monarchie évoquant ses problèmes et les remèdes à y apporter9. La Ensenada insistait sur une période de paix qui devait être mise à profit pour « hisser à un niveau respectable » l’armée espagnole par rapport à ses voisins français et anglais10. Pour atteindre ce niveau, il fallait augmenter les effectifs de l’infanterie, construire une flotte plus importante, des dépôts de munitions plus nombreux, renforcer les fortifications et améliorer le contrôle de l’État sur l’armée, ainsi que l’entretien des troupes : en quelque sorte, augmenter la fierté des hommes d’appartenir à une armée reconnue et respectée en Europe.

  • 11 Dans la couronne d’Aragon, après la fin de la guerre de Succession, il y eut une volonté politique (...)

5Pour financer cette politique, l’assainissement des finances apparaissait nécessaire ; la réduction du nombre d’impôts affermés et la réforme du système d’imposition dans le royaume de Castille, reprenant celui imposé à la couronne d’Aragon11, devaient permettre de dégager les fonds nécessaires à cette politique. Entre 1751 et 1756, la Ensenada avait prévu plus de 55 % du budget de l’État pour l’armée et 18 % pour la marine. Les grandes lignes de la politique du marquis de la Ensenada allaient marquer l’ensemble du règne de Ferdinand VI.

  • 12 M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier (dir.), Historia social de las fuerzas armadas españ (...)
  • 13 Les régiments étrangers n’étaient pas uniquement composés d’étrangers mais aussi de nationaux et vi (...)
  • 14 A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, pp. 126-140.

6La Ensenada pensait augmenter les troupes de l’infanterie grâce au recrutement d’étrangers, ce qui permettrait de pallier le manque d’effectif dû à la fois aux vagues successives d’épidémies (1747 et 1750), à la guerre de Succession d’Autriche, à la désaffection des Espagnols pour l’infanterie et à la dépopulation de certaines régions où entretenir une garnison devenait difficile. D’après le comte de Clonard12, en 1756, l’infanterie comptait 90 bataillons : 60 espagnols et 30 étrangers (suisses, flamands, italiens, irlandais), donc un tiers des troupes d’infanterie est issu de régiments étrangers13. Les effectifs des armées de ligne (56.000 hommes) plaçaient l’Espagne parmi les États où la prépondérance restait plus civile que militaire. En effet, il n’y avait, en 1759, d’après André Corvisier, qu’un soldat pour 160 habitants14, alors qu’en France à la même époque, le rapport était de 1 pour 85. Donc sur ce point, la Ensenada ne réussit pas à atteindre son objectif consistant à équilibrer les forces espagnoles par rapport aux forces françaises, mais des progrès avaient été accomplis.

  • 15 Jorge Juan et Antonio de Ulloa furent envoyés entre autres en Angleterre et en France pour s’enquér (...)
  • 16 L’amirauté ou Almirantazgo avait disparu en 1748 et fut remplacée par la direction générale de l’Ar (...)
  • 17 Sebastián Feringán Cortés (Baguena 1700 - Carthagène 1762) entra dans le corps en 1721 comme ingéni (...)
  • 18 Carthagène était dès les années 1716-1720 sujette à des projets d’implantation d’une base navale po (...)
  • 19 José Barnola (?-1756) entra dans le corps, comme ingénieur extraordinaire en 1726 et fut nommé à Ca (...)

7D’autre part, il voulait, si ce n’est égaler la marine anglaise, du moins avoir les effectifs suffisants pour être respecté sur mer. Pour cela, il fallait augmenter la flotte dont disposait la monarchie, en particulier les navires de ligne et les frégates. La concrétisation de cette idée impliquait la création de nouveaux arsenaux plus modernes, la venue d’étrangers connaissant la construction navale15, ainsi que l’organisation de la marine royale. Trois textes de lois, publiés en 1748, apportèrent les bases d’une nouvelle organisation de la marine : tout d’abord, l’ordonnance des forêts qui devait permettre d’organiser la coupe des bois utiles à la marine avec une indemnisation minimale pour les propriétaires ; ensuite, la publication des ordonnances générales d’organisation de la marine qui y réglementaient la discipline et la hiérarchie. Enfin, était envisagée la création d’un collège de chirurgie à Cadix où était basée la direction générale de la Marine16. Les ingénieurs furent mis à contribution pour la construction des arsenaux et pour l’aménagement des ports. Par exemple, Sebastián Feringán Cortés17, héritant de différents projets qui dataient du début du siècle et qu’il corrigea, lança la construction de la base navale de Carthagène18 en 1750. Pour l’arsenal de Cadix, le cas fut différent de celui de Carthagène, où tout était à faire. En effet, Cadix était depuis longtemps un port utilisé par la marine. Il fallait seulement moderniser le port et compléter les infrastructures de la ville pour accueillir une flotte plus importante. L’ingénieur José Barnola19 développa l’arsenal de La Carraca mais aussi l’hôpital royal de la marine, des casernes d’infanterie et des fortifications. Quant à l’arsenal du Ferrol, le projet ne fut pas réalisé par un ingénieur militaire mais par un chef d’escadre nommé Cosme Álvarez de los Ríos.

  • 20 Chébecs : petits trois mâts de la Méditerranée à voiles et à rames.
  • 21 M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier (dir.), Historia social de las fuerzas armadas españ (...)

8Peu à peu s’établit une certaine spécialisation des arsenaux : El Ferrol, Guarnizo, La Havane construisaient des navires, Carthagène des frégates et chébecs20 et Cadix réparait les vaisseaux et armait les escadres. Ce développement d’une politique maritime axée sur la reconstruction de la flotte donna, en 1754, des résultats encourageants avec 14 nouveaux bâtiments de 70 canons sortant des arsenaux21.

  • 22 Dans ce cadre, on peut citer quelques points stratégiques comme Saint-Sébastien, Pasajes en Guipúzc (...)
  • 23 Casernes d’infanterie : Reus, Cadix, Lugo ; casernes pour la cavalerie : Burgos, Villafranca del Pe (...)

9La volonté de construire des bateaux pour augmenter la puissance maritime et de recruter des troupes pour organiser la défense du pays en temps de paix, devait être complétée par une politique de rénovation ou de construction de fortifications sur des sites stratégiques portuaires ou frontaliers22, ainsi que par la poursuite d’aménagements de casernes pour l’infanterie23.

10En 1748, le marquis de la Ensenada envoya au roi un projet où il définissait une manière d’organiser la branche des fortifications. Il rappelait alors que le règne de Philippe V avait été peu propice à l’entretien des fortifications et qu’il fallait profiter de la paix pour vérifier le système défensif aux frontières. Ce système était

  • 24 AGS, GM, 2995, Representación del Marqués de la Ensenada de 26 de junio de 1748 sobre la necesidad (...)

le principal et plus sûr moyen de se faire considérer par ses amis, respecter de ses ennemis et de maintenir en paix ses vassaux24.

  • 25 Ibid. À la frontière française, il fallait revoir le système défensif en Navarre, Aragon, Catalogne (...)
  • 26 Ibid. : « en materia de fortificación nueva, o aumentada e minorada, en este siglo se ha hecho más (...)

11Il passait en revue l’ensemble des travaux à entreprendre25 et suggérait la mise en place de visites de places par le capitaine général de province, un ingénieur et un officier expérimenté en artillerie. Il espérait ainsi remédier au problème essentiel de la politique menée précédemment, c’est-à-dire qu’en matière de fortification nouvelle ou d’ajouts ou de diminution de celles-ci « on avait plus dépensé pour défaire plutôt que pour construire »26. Ce manque d’efficacité était dû, d’après la Ensenada, à l’établissement de projets successifs qui ne prenaient jamais corps et étaient abandonnés. Choisir un système de visites de places et de prévisions de travaux avec une étude des projets par les supérieurs hiérarchiques devait permettre une accélération des réalisations. Les différents articles de l’ordonnance de 1718 avaient été vains dans la pratique, mais les idées avaient été reprises par la Ensenada.

  • 27 D. Ozanam, « La política exterior de España en tiempos de Felipe V y de Fernando VI », pp. 507-571, (...)
  • 28 F. Abbad et D. Ozanam, Les intendants espagnols du xviiie siècle, pp. 13-16.
  • 29 Novembre 1750, Real ordenanza para el régimen, gobierno, servicio y disciplina de los dos regimient (...)
  • 30 Les travaux de la première junte terminés en 1751 ne furent pas publiés tout de suite, mais ils ser (...)
  • 31 AGS, GM, 2986.
  • 32 AGS, GM, 2986, lettre de Juan Martín Cermeño à Sebastián de Eslava du 3 janvier 1756 « sobre el reg (...)

12Toutes ces mesures s’accompagnèrent d’une volonté marquée du pouvoir de contrôler et développer une armée moderne et instruite27. Si le règne de Ferdinand VI ne fut pas marqué par la publication d’ordonnances générales comme celui de Philippe V, et plus tard celui de Charles III, il y eut un certain nombre de mesures qui annoncèrent la voie réformatrice de Charles III et permirent la mise en place de sa politique dite éclairée. Par exemple, entre 1748 et 1750, Ferdinand VI rétablit les intendants dans les provinces28, utilisa des commissaires de guerre pour effectuer des revues de l’armée et réglementa les corps des gardes d’infanterie espagnole et wallonne29 ; ou encore en 1749, le marquis de la Ensenada nomma une junte de généraux chargée de rédiger de nouvelles ordonnances pour les corps d’armée (en effet depuis 1728, il n’y avait eu que des additifs ou des corrections, mais pas de remaniement général30). Enfin, pour les ingénieurs, fut aussi entreprise une compilation de toutes les mesures existantes régissant le corps. L’ingénieur et commandant général du corps du génie Juan Martín Cermeño fut chargé, par le ministre de la Guerre Sebastián de Eslava31, le 30 septembre 1755, de regrouper tous les textes et de proposer quelques modifications pour les thèmes qui ne correspondaient plus à la pratique. Il signalait dans ces correspondances32 avec le ministre que G.-P. Verboom avait déjà songé à faire une compilation et à rafraîchir les règles. Les travaux de Juan Martín Cermeño ne servirent pas dans l’immédiat puisque le corps allait être rattaché à celui de l’artillerie en août 1756. Cependant, l’idée d’une ordonnance complète sur les pratiques du corps, les emplois et leur équivalence en grade militaire avait d’ores et déjà pris forme sous la plume de Juan Martín Cermeño. Les ordonnances de Charles III concrétisèrent la démarche de Martín Cermeño.

  • 33 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 180-182 : Real orden de 2 (...)
  • 34 Ordenanza e instrucción que se ha de observar en las escuelas de mathemáticas, que con el titulo de (...)
  • 35 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 889-925 : Real ordenanza (...)
  • 36 Par exemple, Jorge Juan ou Antonio de Ulloa ont parcouru l’Europe à la recherche de spécialistes en (...)
  • 37 Par exemple, des personnes illustres furent invitées en Espagne par la Ensenada, comme Bernardo War (...)

13La politique menée par La Ensenada et ses successeurs pour diffuser le savoir dans l’armée avait aussi pour but de constituer une armée instruite et moderne. Les grandes lignes de cette politique furent d’une part, la création de centres d’enseignement, comme l’Académie des gardes du corps créée en 1750 à Alcalá de Henares33, les écoles de mathématiques pour l’artillerie34 en octobre 1751 et la rénovation des centres existants comme l’Académie militaire de Barcelone35, et d’autre part l’appel au savoir étranger pour progresser, soit en allant chercher à l’extérieur les connaissances36, soit en faisant venir en Espagne des spécialistes37. Des centres plus culturels, comme la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando ou la Real Academia Sevillana de Buenas Letras, vinrent compléter la palette des organismes diffusant les sciences et même s’ils ne concernaient pas directement le monde militaire, ils contribuaient à la multiplication des lieux de progrès et annonçaient la période trop souvent considérée comme celle de l’Espagne éclairée, le règne de Charles III. En fait, Charles III s’inscrivit dans la continuité d’un mouvement de progrès et d’une politique de développement déjà pressentis par ces prédécesseurs.

  • 38 Pedro Padilla y Arcos (1723-1766) fut directeur de l’Académie des gardes du corps de 1750 jusqu’à s (...)
  • 39 Carlos Cabrer Súñer (1721-1805) fut avant 1762 enseignant à l’Académie des gardes du corps à Madrid
  • 40 Baltasar Ricaud (1711-1794) fut directeur du dessin à l’académie d’Alcalá, de 1750 à 1760.
  • 41 J. I. Uriol Salcedo, Historia de los caminos de España, t. I, pp. 231-240.
  • 42 G.-P. Verboom avait déjà commandé des projets aux ingénieurs pour rendre navigable le fleuve.
  • 43 Carlos Lemaur, ingénieur militaire d’origine française, et Antonio de Ulloa lieutenant de vaisseau, (...)
  • 44 Carlos Lemaur (Montmirail 1721 - Madrid 1785), d’origine noble, vint en Espagne en 1750 et fut nomm (...)

14Les ingénieurs eurent un rôle important dans les nouveaux centres d’enseignement créés, mais aussi dans la politique de développement du pays. Pour leur participation aux centres d’enseignement, on peut citer en exemple les ingénieurs Pedro Padilla y Arcos38, Carlos Cabrer Súñer39 et Baltasar Ricaud40, qui furent appelés à diriger et enseigner à l’Académie des gardes du corps créée en 1750 à Alcalá de Henares. De même, les hommes du génie contribuèrent au développement du pays en devenant les bras exécuteurs du pouvoir. Le règne de Philippe V fut trop guerrier pour laisser le temps au roi et aux ingénieurs militaires, de concrétiser les projets royaux, comme cartographier l’ensemble du territoire, ou lancer une politique d’aménagement du royaume comme les routes, ponts et canaux. Le règne de Ferdinand VI vit le début des réalisations, et permit à son successeur d’amplifier les travaux. Le réseau des voies de communications fut un sujet d’attentions particulières, tout d’abord les voies terrestres avec les travaux de la route de Madrid à La Corogne ou encore de Reinosa à Santander41, puis les voies navigables avec les travaux d’aménagement du Guadalquivir42, du Ter ou encore les débuts du canal de Castille43. Pour tous ces ouvrages, les compétences des ingénieurs furent mises à contribution. Il n’y avait pas là matière à étonnement, pas plus que dans leur participation à un grand effort pour cartographier le royaume. En revanche, faire appel à eux pour repeupler certaines régions pouvait paraître curieux. En fait, c’était aussi contribuer à l’équilibre du développement espagnol et des spécialistes de la gestion de l’espace ne pouvaient qu’être les bienvenus. Par exemple, l’ingénieur français Carlos Lemaur44 allait être un précieux collaborateur de Pablo de Olavide pour le repeuplement de la Sierra Morena auquel songeait Ferdinand VI dès 1753 et pour les travaux publics d’une manière plus générale.

  • 45 A. Domínguez Ortiz, Carlos III y la España de la Ilustración, p. 297.

15Le réformisme bourbonien avait besoin d’hommes compétents en « sciences et techniques, théorie et pratique »45. Philippe V l’avait compris, mais n’avait pas eu le temps de le mettre en pratique dans tous les domaines ; son fils sut profiter de ses leçons et mit à profit la période de paix. Le besoin important de techniciens pour la monarchie avait amené le pouvoir à penser à unir les compétences des artilleurs et du génie. Mais cette union fut un échec et chacun reprit son indépendance.

Artillerie et génie : l’impossible union

  • 46 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 726-728 : Real titulo de (...)
  • 47 AGS, GM, 305, dans une lettre envoyée au roi en septembre 1756, Aranda évoquait la complémentarité (...)
  • 48 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 214, ordonnance du roi pour unir l’artillerie avec le génie (...)
  • 49 Ibid., pp. 214-217. Les résistances des ingénieurs furent importantes et, dès le 5 mai 1758, les de (...)

16L’artisan de la tentative d’union des deux corps fut Aranda, un homme partisan du progrès, cultivé, aussi bien en sciences qu’en art militaire. Le comte d’Aranda naquit en 1719 à Siétamo en Aragon. Il fit ses études militaires en Italie à Parme où il avait suivi son père. Lors des campagnes italiennes, il fut blessé à Camposanto et revint en Espagne auréolé de gloire. Ferdinand VI lui proposa, en 1747, de parcourir les cours européennes : Prusse, France, pour s’instruire des nouvelles techniques militaires. Il rencontra alors D’Alembert, Diderot et Voltaire. Lorsqu’il revint en 1754, il fut nommé lieutenant général et le roi lui confia par la suite, le 8 août 1756, la tâche de directeur général des corps d’artillerie et du génie46. Aranda estimant complémentaires ces deux corps savants de l’armée tenta de les unir47. La même tentative avait eu lieu chez le proche voisin français, en 175548, avec pour objectif de diminuer les coûts et d’augmenter l’efficacité des hommes, mais aussi de permettre au ministre de la Guerre de reprendre en mains l’artillerie en évitant la nomination d’un nouveau Grand Maître de l’artillerie49. L’union de ces deux corps en Espagne n’allait être qu’éphémère, mais elle permit de préciser un certain nombre de points dans l’organisation des deux armes scientifiques.

  • 50 AGS, GM, 3005, ou AGS, GM, 2998 mais le texte est incomplet.
  • 51 AGS, GM, 3005. Les douze provinces d’artillerie en 1741 étaient Catalogne, Valence, Grenade, Andalo (...)
  • 52 Les quatre départements restants sont : celui de Barcelone : important pour deux raisons, l’existen (...)
  • 53 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 276-290 : Real Ordenanza (...)

17En effet, le 21 septembre 1756, le comte d’Aranda décrivait dans une lettre adressée au roi les changements à opérer dans l’un et l’autre corps50. Pour l’artillerie, il proposait de changer les lieux de résidence de deux lieutenants généraux d’artillerie – de Puerto de Santa María à Séville, de Badajoz à La Corogne – puis de réduire les départements51 de 12 à 4. Il définissait leurs intérêts stratégiques52 et leur fonctionnement. Ces deux nouveautés par rapport à l’ordonnance53 de 1741, qui avait déjà créé un État-Major d’artillerie, dont elle fixait le nombre d’officiers à 140 membres, ainsi que leurs grades et soldes, étaient destinées à rationaliser l’organisation de l’artillerie sous la direction du comte d’Aranda. En effet, Aranda n’avait pas oublié de faire un bilan des problèmes de cette arme, dont l’efficacité fut gênée dans le passé par le manque de rigueur dans la gestion des arsenaux d’artillerie. À cet égard, il créa cinq arsenaux gérés par le lieutenant général du département : un d’importance à Barcelone car il s’y trouvait une fonderie ; un à Séville pour la même raison ; un à Saragosse, point stratégique de la défense intérieure où les armes et munitions seraient en quantité importante ; un à Madrid de petite dimension mais où il serait possible de trouver tout type de matériel que les personnes compétentes pourraient tester, soit pour découvrir leurs défauts, soit pour apprécier leur ingéniosité et cela sans se déplacer en province dans l’un des quatre arsenaux.

18Aranda envisageait, pour les ingénieurs, d’augmenter les effectifs du corps en Espagne à 140 membres (ce projet avait déjà été à l’ordre du jour en 1740) comme pour les artilleurs. De même, il voulait un équilibre entre les deux corps et proposait que tous les ingénieurs, qui n’avaient pas encore le grade correspondant à leur emploi, soient promus de manière à obtenir un classement identique aux artilleurs. Le 21 septembre 1756, il faisait un état des membres du corps, et le 19 octobre, le roi lui concédait les équivalences emplois grades.

Tableau 1. – Équivalences emplois grades en 1756

Tableau 1. – Équivalences emplois grades en 1756

.

Sources AGS, GM, 3005, lettre du 21 septembre 1756 d’Aranda au roi ; AGS, GM, 2998, Real Resolución del 19 de Octubre de 1756

  • 54 AGS, GM, 3005 : « nunca en las matemáticas ha sobresalido la España, y de los pocos autores que de (...)

19Aranda poursuivait en évoquant la nécessité de diffuser le savoir dans ces deux corps. Les académies militaires de mathématiques étaient un lieu de diffusion des sciences et de progrès, mais elles ne devaient être que le commencement d’une politique scientifique plus large. Il fallait découvrir l’ensemble des travaux scientifiques anciens et modernes en Europe pour cheminer sur la voie du progrès. Or l’Espagne, pour Aranda, ne comptait guère de génie mathématique à cette époque54. Aranda pensa alors à recourir aux génies et auteurs étrangers qui seraient traduits par

  • 55 AGS, GM, 3005 : « cinco ingenieros, y otros tantos artilleros de los más sobresalientes en ma mathe (...)

cinq ingénieurs et cinq artilleurs des plus brillants en mathématiques en général et aussi en machinerie, fortification et art du siège55.

20Les textes ainsi réunis et traduits composeraient, par la suite, des manuels de mathématiques, d’architecture militaire et civile ainsi que d’art du siège. Le budget prévu pour les achats de livres, d’instruments et de sur-solde des personnels nommés s’élèverait à 100.000 réaux par an. Enfin, pour achever l’élan scientifique, Aranda envisageait de constituer une sorte de galerie des modèles de machines. Il demandait que ce lieu privilégié des sciences fût créé dans la maison de la Géographie au palais de Madrid.

21Les idées d’Aranda furent mal comprises par les ingénieurs, les artilleurs, les capitaines généraux et par le ministre de la Guerre. L’union des deux corps permettait aux artilleurs, en quelque sorte, de prendre une revanche sur les ingénieurs qui avaient pris peu à peu leur place. Mais les artilleurs avaient du mal à accepter que la charge de directeur de ces deux corps eût été confiée à un militaire qui n’appartenait pas à ces corps. Les ingénieurs eux, eurent du mal à accepter d’être à nouveau assimilés aux artilleurs, parce qu’ils étaient depuis le début du siècle des rivaux et que, grâce à Verboom, ils avaient montré leur différence et leur compétence, se séparant de la tutelle de l’artillerie et devançant, par la multiplicité des tâches qu’ils accomplissaient, le rôle des artilleurs cantonnés dans leur arme.

  • 56 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 303 : Real orden de 30 de (...)
  • 57 Ibid., t. VI, p. 729, Real orden de 4 de setiembre de 1756, sobre limitación de facultades en los a (...)

22Les capitaines généraux avaient vu dans la charge d’Aranda une réduction de leur rôle dans l’administration de leur province, ou du moins, de leur participation. En effet, les capitaines généraux et commandants de provinces56, qui recueillaient depuis 1743 les recours des artilleurs et des ingénieurs pour les transmettre au roi, s’en voyaient privés par l’Ordre Royal57 du 4 septembre 1756, donnant à Aranda la priorité sur les capitaines généraux. Par ailleurs, Aranda en profita pour demander aux ingénieurs directeurs commandants de province, de lui envoyer directement les plans des travaux et des réparations des fortifications, sans passer par le capitaine général de la province. Se sentant dessaisis d’une partie de leurs attributions, les capitaines généraux protestèrent. Leurs actions ne furent pas vaines puisque, le 25 novembre 1757, tous les efforts du comte d’Aranda pour diriger d’une seule voix les deux corps furent mis à mal par la publication d’un contrordre royal rendant aux capitaines généraux leur droit de regard et d’intervention. L’opposition du ministre de la Guerre à la pleine autorité du directeur du génie et de l’artillerie se manifesta dans une correspondance nombreuse entre les deux hommes en juillet 1757.

  • 58 AGS, GM, 2990, Recurso del conde de Aranda al señor de Eslava sobre sus facultades en el manejo de (...)
  • 59 AGS, GM, 2990 : « yo soy el responsable con todo el cuerpo de artillería e ingeniero, y no un coman (...)

23Le comte d’Aranda envoya le 5 juillet 175758 une lettre à Sebastián de Eslava pour se plaindre des interférences entre ses ordres et ceux du ministre et de la conduite des capitaines généraux et des intendants plus enclins à écouter le ministre que lui-même. Il définit alors sa tâche comme partagée en deux domaines d’intervention : l’un correspondait à la direction de deux corps, l’autre consistait à établir des liens avec les directions militaires des provinces. Pour lui permettre d’accomplir les deux parties de sa charge, il lui fallait une certaine collaboration de la part du ministre. Or celle-ci n’existait pas. Le ministre fit souvent parvenir des ordres concernant les travaux des hommes d’Aranda directement aux autorités provinciales59 qui les répercutèrent sans attendre et surtout sans en prévenir au même moment le principal intéressé, c’est-à-dire Aranda. Le ministre de la Guerre répondit le 11 juillet au comte d’Aranda en six points. Tout d’abord, il aborda le problème du respect de la hiérarchie des compétences en disant que

  • 60 Ibid. : « Se responde que no hay regla por general que sea que no admita alguna excepción, muy much (...)

les affaires gouvernementales obligent à varier de nombreuses fois la manière de pratiquer, en un an, à ce sujet, il n’y aurait que six cas qui auraient respecté la démarche générale à suivre60.

24Puis, il aborda dans les points suivants les compétences des commandants de province, refusant de considérer qu’il y eût une suprématie d’Aranda sur les commandants de province et il alla jusqu’à les définir comme

  • 61 AGS, GM, 2990, lettre de Sebastián de Eslava, secrétaire du bureau de la Guerre adressée le 11 juil (...)

les chefs des artilleurs et des ingénieurs dans les mêmes termes qu’ils sont des autres corps de l’armée […] devant faire respecter les règlements, ordres, préventions et autres choses que le roi ordonne dans chaque province61.

25Enfin, il termina en rappelant que les ordres qu’il envoyait en province partaient en même temps que ceux destinés au comte, mais qu’il semblait que cela fonctionnât moins bien en sa direction. Eslava exprimait toute sa mauvaise volonté à reconnaître les prérogatives d’Aranda. Toutes ces oppositions, à la fois à l’union des deux corps et à l’autorité du directeur, se terminèrent par la démission du comte d’Aranda, le 4 février 1758. Il fut dans un premier temps remplacé par le lieutenant général d’artillerie Maximilien de La Croix, directeur intérimaire jusqu’à l’arrivée de Jaime Masones de Lima, alors ambassadeur à Paris. Ce dernier ne prit ses fonctions qu’en février 1760 et démissionna à son tour en octobre 1761. L’union des deux corps fut alors révisée et chacun reprit son indépendance.

  • 62 AGS, GM, 3011, Sociedad de Matemáticas y Nuevo pie de las academias ; AGS, GM, 3005, Relación de lo (...)
  • 63 L’autorisation de consulter des livres mis à l’Index fut donnée par l’inquisiteur général le 25 avr (...)
  • 64 Carlos Lemaur (France, Montmirail 1721 – Madrid 1785) vint en Espagne en 1750 sur proposition de Fr (...)
  • 65 Juan Garland (?-1775 en mer) appartenait à l’ordre militaire de Santiago et fut nommé ingénieur ord (...)
  • 66 Antonio Córdoba (Figueras 1729 - Cadix 1765) entra dans le corps en 1756 comme ingénieur extraordin (...)
  • 67 Bernardo Fillería (1731- ?) fut nommé ingénieur dessinateur en 1753, puis en 1760 ingénieur extraor (...)

26La période de direction d’Aranda eut quand même des aspects intéressants. D’une part, il avait su affirmer l’assimilation des ingénieurs aux militaires en reprenant l’idée d’un grade correspondant à un emploi, donnant à chaque classe le même nombre de grades entiers. D’autre part, il avait dynamisé l’activité scientifique des « savants » de l’armée en créant la Real Sociedad Militar de Matemáticas62 à Madrid en janvier 1757. Les objectifs de cette société étaient triples : produire un cours d’architecture civile et militaire, réunir en une même bibliothèque tous les livres concernant les sujets scientifiques y compris ceux mis à l’index par l’Inquisition63 et enfin réaliser une galerie d’exposition de maquettes représentant des machines de guerre. Le directeur de cette société savante fut choisi parmi les ingénieurs : don Pedro de Lucuce, directeur de l’Académie militaire de Barcelone. Son personnel était composé de quatre ingénieurs et quatre artilleurs. Parmi les ingénieurs, Carlos Lemaur64 fut chargé de rédiger un traité de mécanique et de dynamique divisé en deux parties : l’une portait sur la théorie, l’autre sur la pratique. Juan Garland65, ingénieur ordinaire, se chargea du traité de fortification ; en même temps, il participa au métrage de la route royale, de la porte d’Atocha à Aranjuez et eut à s’occuper du budget et des commandes des livres. Antonio Córdoba66, ingénieur extraordinaire, travailla au traité d’algèbre. Enfin, Bernardo Fillería67, ingénieur dessinateur, dut dessiner des plans de maquettes d’El Escorial et participa au mesurage de la route de Madrid à Alcalá et de Madrid au Prado. Les artilleurs furent les collaborateurs des ingénieurs. José Datuly, commissaire provincial dirigea la confection des maquettes. Francisco Cardoso, commissaire ordinaire, s’occupa du traité d’artillerie. Lorenzo Lasso, commissaire extraordinaire, réalisa ceux de cosmographie et de trigonométrie, alors qu’il participait à la commission de mesure de la route de Madrid à Alcalá et aidait Juan Garland dans sa tâche de bibliothécaire. Manuel de Rueda, commissaire extraordinaire, chargé du traité d’arithmétique, collabora au mesurage de la route royale de Madrid à Aranjuez et de Madrid au Prado. Cette liste de travaux et de membres montrait la pluridisciplinarité non seulement des individus mais aussi des recherches effectuées.

  • 68 AGS, GM, 3005, Distribucción de la consignación de la Real Sociedad de Matemáticas en février 1757. (...)
  • 69 AGS, GM, 3011, Relación de las academias que en virtud de real orden deben subsistir y son suficien (...)

27Le budget annuel s’élevait à 100.000 réaux68 pour la Real Sociedad, alors que celui de l’académie de Barcelone, à la même époque, était d’à peine 19.300 réaux69.

Tableau 2. – Budget de la Real Sociedad de Matemáticas

Postes budgétaires

Montant annuel
(en réaux de billon)

Location des bâtiments
Sur-soldes ou gratifications
Payes des concierges
Trois modélistes
Achat de livres et instruments

11.000
29.000
3.960
10.800
45.240

Source AGS, GM, 3005.

28Les salaires et sur-soldes représentaient quasiment autant que le budget d’achat des livres. Cette dotation supérieure à celle des académies militaires se justifiait par l’ampleur et la primauté des tâches assignées à la société. Mais celle-ci ne fut pas à la hauteur des espérances et dans un contexte de déficit budgétaire et de guerre, elle allait subir le contrecoup de son inefficacité.

  • 70 AGS, GM, 3011, lettre de la junte à Pedro de Lucuce au 20 juin 1760.
  • 71 Ibid. : « se reduce a varios fragmentos más propias a la enseñanza de principiantes ».

29La monarchie décida de faire quelques économies. Dans ce cas, les postes budgétaires sujets à examen étaient toujours les dépenses de la Maison royale, les pensions accordées et les dépenses militaires. La Société de mathématiques, tout comme les académies, furent alors étudiées de près. Une commission se réunit à Madrid, le 1er mai 1760, pour faire un bilan de la situation des académies militaires et de la Société de mathématiques. Pour cette dernière, les choses se passèrent assez mal. Une lettre adressée par la commission à Lucuce fait un bilan peu reluisant des activités de la Société de mathématiques70. Elle n’avait pas réussi à terminer la rédaction des manuels en trois ans d’existence. Les travaux se limitaient à « différents fragments plus appropriés à la formation de débutants »71 qu’à des spécialistes et, pour la galerie des modèles, elle se réduisait à quelques maquettes d’affûts de canons. Ce retard était dû à ce que

  • 72 AGS, GM, 3011, lettre de la junte à Pedro de Lucuce au 20 juin 1760 : « desde el principio no se es (...)

depuis le début, elle ne s’était pas établie avec toute la formalité et dimension nécessaire […] que les officiers furent moins disciplinés que dans leur fonction militaire et passèrent plus de temps en discussions et disputes avec Maximilien de la Croix qui voulait réduire cette société à une académie d’hommes particuliers lettrés72.

  • 73 AGS, GM, 3011, lettre de la junte à Pedro de Lucuce au 20 juin 1760 : « teniendo asi presente el cr (...)

30De plus, au vu de cet échec, il sembla que « le manque de ces neuf officiers peut se faire sentir dans diverses affectations »73.

31Les conclusions du conseil furent de supprimer la Société de mathématiques, mais aussi de changer le système d’enseignement militaire. Seules les Académies de mathématiques de Barcelone et de Cadix subsisteraient, pendant que celles d’artillerie de Barcelone et des gardes du corps seraient supprimées. Le personnel de la Société de mathématiques pourrait être affecté à ces deux académies, tandis que les livres et instruments seraient répartis entre les deux académies restantes. Ainsi on éviterait des frais supplémentaires et surtout, les hommes nommés dans les académies continueraient la rédaction de leurs travaux.

  • 74 AGS, GM, 3011, lettre de Pedro de Lucuce au ministre Ricardo Wall en novembre 1760.

32Le décret royal fut publié le 17 novembre 1760 et fut effectif au 1er décembre ; il restait à régler la liquidation des effets de la société et à employer le personnel à d’autres tâches. Pedro de Lucuce suggéra74 alors qu’il fût affecté à la direction de la province d’Andalousie, avec des défraiements pour s’y rendre. Puis il demanda que les hommes chargés de la bibliothèque pussent rester jusqu’en février 1761 à Madrid pour effectuer les inventaires et la répartition des 249 ouvrages, soit 1.278 volumes, entre l’académie de Barcelone et celle de Cadix.

33Finalement, les hommes reçurent leur nouvelle affectation dans la mesure des places disponibles dans les académies :

  • Pedro de Lucuce devint directeur de l’Académie d’artillerie de Cadix, avec une gratification de 3.000 réaux.

  • Carlos Cabrer passa de l’Académie des gardes du corps à celle de Cadix, Antonio de Córdova suivit le même chemin avec chacun1.800 réaux annuels de gratification,

  • Les deux artilleurs Lorenzo Lasso et Manuel de Rueda furent nommés à l’académie de Barcelone avec1.800 réaux de gratifications,

  • L’ingénieur Antonio Fillería dut partir pour l’académie de Cadix comme directeur du département de dessin.

34Les autres reçurent des affectations diverses : Carlos Lemaur partit pour la Galice, José Datuly à Badajoz, Francisco Cardoso à Séville.

  • 75 AGS, GM, 3011, Orden de S.M. para que se estinga la sociedad de matemáticas y destino de sus indivi (...)

35Quant aux livres et instruments, l’académie de Barcelone réceptionna les fonds de l’Académie d’artillerie de la même ville. Les fonds de la Real Sociedad et de l’Académie des gardes du corps furent inventoriés et ensuite distribués aux académies de Cadix et de Barcelone. Les ouvrages en triple exemplaire finirent dans les bureaux du ministère des Finances, qui récupéra aussi les 76.740 réaux et 22 maravédis restants dans les caisses de la Société de mathématiques75.

  • 76 Jaime Masones de Lima, comte de Montalvo, lieutenant général, ambassadeur à Paris fut nommé en mars (...)
  • 77 Maximiliano de La Croix lieutenant général d’artillerie, devint inspecteur général du corps du géni (...)
  • 78 Félix Gazzola (Piacenza [Italie] 21 octobre 1698 - Madrid 4 mai 1780) fils d’un capitaine général d (...)

36Ainsi des projets d’Aranda il ne resta que peu de choses : la Société militaire de mathématiques destinée à produire des manuels de référence et des ouvrages de recherche scientifique avait vécu ; l’union des deux corps techniques de l’armée ne faisait pas l’unanimité et allait à sa destruction. Peut-être ne resta-t-il gravé dans les esprits du moment que la volonté marquée par Aranda de développer les sciences afin de rendre plus efficace l’action des militaires en élaborant une armée plus moderne ? Ou peut-être encore, Aranda représentait-il l’image d’un mouvement réformateur qu’il semblait difficile d’imposer face à une force d’inertie importante dans le monde militaire espagnol ? La démission d’Aranda le 4 février 1758 fut suivie de la nomination au même poste de Jaime Masones de Lima76, qui ne prit pas ses fonctions tout de suite car il était ambassadeur en France. Ce fut Maximilien de La Croix77, lieutenant général d’artillerie qui assura l’intérim. En fait, Aranda parti, l’union des deux corps d’artillerie et du génie ne fit que se distendre. Jaime Masones de Lima démissionna à son tour le 21 septembre 1761. La phase d’union touchait à sa fin. Le pouvoir reprit en mains directement les deux corps qui furent placés sous l’autorité du ministre de la Guerre Ricardo Wall, en attendant la nomination de deux inspecteurs généraux en novembre 1761 : pour l’artillerie, le comte de Gazzola78, pour le génie Maximiliano de La Croix. En 1763, Maximiliano de La Croix obtint le titre d’ingénieur général et commandant général.

37Le mérite de la direction d’Aranda n’apparut que plus tard. Aranda avait contribué à dresser un état des lieux des deux corps mais aussi à lancer l’idée qu’un progrès scientifique était nécessaire pour rendre compétitifs ces hommes. Aranda avait montré qu’il était partisan d’une armée moderne, technique et instruite. Ces idées menaient à une revalorisation de la profession militaire.

  • 79 Lettre de Maximiliano de La Croix, directeur de l’artillerie auprès du ministre de la Guerre sur le (...)

38Les ingénieurs, cependant, gardèrent un goût amer de ce passage et renforcèrent, après la scission, leurs revendications79. La polyvalence du génie devait être de plus en plus reconnue, aussi bien pour les génies civil et militaire que pour l’éducation scientifique et militaire. D’une certaine manière, le corps des ingénieurs allait tenter de se rendre indispensable jusqu’à l’apparition du corps des ingénieurs des ponts et chaussées en 1799.

  • 80 Les ouvrages de plusieurs historiens reprennent l’idée d’association de Charles III et du mouvement (...)

39En 1759, un nouveau roi venant de Naples devenait le nouvel espoir de l’Espagne. Il montra, en effet, sa volonté de faire avancer l’Espagne sur le chemin du progrès en poursuivant l’œuvre de ses prédécesseurs. Il fut retenu par les historiens comme le souverain éclairé espagnol80, certains laissant dans l’ombre les travaux préparatoires de ses pairs. Il sut s’entourer d’hommes éclairés et trouver dans les sciences et idées qui se développaient dans toute l’Europe au moment de son règne, les principes du relèvement de son pays. Quelle place ce monarque donnerait-il à l’armée dans son projet étatique ? Et dans cette armée quelle serait la place des ingénieurs ?

II. – Charles III et la codification du monde militaire

Une arrivée au pouvoir sur fond de guerre

  • 81 Sa famille était importante puisqu’il avait eu de nombreux enfants avec son épouse Marie-Amélie de (...)

40Charles III débarqua à Barcelone le 17 octobre 1759, accompagné de sa famille et de certains hommes de confiance81. Il venait d’exercer la royauté durant vingt-huit années sur le trône de Naples. Il avait donc déjà été confronté au métier de roi, ce qui lui donnait un certain avantage sur son prédécesseur. Il savait combien la paix avait été précieuse au règne de son demi-frère. Il décida donc de conserver cette attitude, bien que la guerre de Sept Ans fit rage en Europe depuis 1756.

  • 82 Le contentieux hispano-anglais reposait sur la prise anglaise de navires espagnols, sur le non-resp (...)

41Il répugnait à s’investir aux côtés des Français une fois de plus, ne voulant pas être considéré comme un allié obligé par parenté, et voulant jouir, en revanche, d’une certaine autonomie diplomatique. Il chercha à négocier avec les Anglais, bien qu’il éprouvât un certain ressentiment vis-à-vis d’eux après l’humiliation que la flotte anglaise lui avait infligée lors de la guerre de Succession d’Autriche, en août 1742 ; celle-ci lui avait imposé la neutralité en menaçant Naples du feu de ses canons. Il voulait protéger l’Empire américain en négociant avec les Anglais. En effet, les Britanniques ne cessaient de lancer des agressions contre les possessions espagnoles82. Devant le refus des Anglais de négocier et à cause des agressions répétées sur ses terres, l’Espagne se tourna à nouveau en direction de la France.

42Les négociations d’un troisième pacte de la famille commencèrent. Charles III ne voulait pas d’une union trop avantageuse pour la France, mais recherchait plutôt un véritable traité mettant à égalité les deux puissances. Le résultat des négociations imposait à l’Espagne d’intervenir dans la guerre de Sept Ans uniquement si, au 1er mai 1762, la France et l’Angleterre n’avaient pas mis fin à leur lutte. Le pacte fut signé le 15 août 1761, garantissant à chacun l’appui armé nécessaire en cas d’attaque. Mais il allait entrer très rapidement en action puisque le 2 janvier 1762, l’Angleterre déclarait la guerre à l’Espagne et que celle-ci en faisait de même le 15 janvier. Les conventions du pacte furent alors remaniées, la situation étant pressante. Les deux pays uniraient leurs forces armées et négocieraient ensemble.

43Au cours des hostilités, Charles III se rendit compte de l’inefficacité de ses troupes et de sa marine. Les combats menés par l’Espagne eurent une issue malheureuse le plus souvent, ou tout au moins ils ne furent guère décisifs que ce fût au Portugal ou dans l’Empire.

44Le Portugal ayant refusé de fermer ses ports aux Anglais, sous prétexte de la longue amitié qui les unissait, allait subir, en 1762, les assauts des Bourbons pour sanctionner son manque de coopération. Une expédition fut décidée sur le nord du Portugal. Les villes situées entre le Douro et Minho tombèrent mais faute d’approvisionnement, les troupes hispano-françaises s’arrêtèrent. Une seconde expédition dirigée par le comte d’Aranda fut mise sur pied. Le siège d’Almeida fut un succès mais les négociations de paix qui débutaient laissèrent les armées sans directives précises. Les expéditions s’arrêtèrent là, les troupes se retirèrent.

45En Amérique, à part la prise de la Colonia del Sacramento portugaise, le 29 octobre 1762, l’Espagne ne fit que subir le poids des Anglais. La Havane fut attaquée, les 7 et 8 juin 1762 par une escadre de 24 navires de ligne et 10 frégates amenant 10.000 hommes. Le gouverneur, après avoir résisté, capitula le 13 août 1762. Ceci lui valut d’être jugé à son retour en Espagne, d’être dégradé et de voir ses possessions vendues. Cette reddition sembla être une catastrophe, d’autant plus que l’on estimait ce territoire indispensable à la sûreté des Caraïbes : les attentions qui lui avaient été portées au fil du temps avaient toujours été importantes et, en 1761, des ingénieurs avaient été nommés pour pallier les défauts de sa défense. Le temps avait été trop court. En Asie, Manille fut livrée au pillage anglais en septembre 1762, les Philippines résistèrent, emmenées par un juge et des moines Augustins et Récollets, qui réussirent à imposer le pouvoir espagnol à nouveau.

46Peu à peu, la France épuisée par ces efforts de guerre devint favorable à un arrêt des hostilités. Les Anglais, eux, semblèrent être intéressés par cette pause. Ainsi, les hostilités s’arrêtèrent et les négociations d’un nouveau traité s’engagèrent. Au traité de Paris, le 10 février 1763, l’Espagne acceptait de laisser aux Anglais l’autorisation d’exploiter le bois du Honduras, de leur céder la Floride, en échange de quoi la France lui donnait la Louisiane, la baie de Pensacola en échange de La Havane, Manille et de la colonie de Sacramento furent rétrocédées au Portugal. Les conditions du traité furent peu avantageuses pour l’Espagne, mais cette première expérience de la guerre avec l’armée espagnole montra à Charles III que des changements étaient nécessaires à l’organisation de ses troupes. Il fallait préparer le futur et remanier ou réaffirmer la place et les fonctions de l’armée.

La préparation de nouvelles ordonnances

  • 83 J. M. Gárate Córdoba, « Don Antonio Oliver Sacasa, autor de las Sabias Ordenanzas ». L’histoire du (...)

47Les ordonnances en vigueur à l’arrivée sur le trône de Charles III étaient celles promulguées en 1728 par son père Philippe V. Son demi-frère avait entamé une procédure de révision qui n’avait pas abouti sous son règne. Charles III allait concrétiser la démarche de son prédécesseur. Ces ordonnances révèlent trois caractéristiques : une volonté de réformer dans la continuité, une gestation de vingt années83 et un réaffirmation du rôle militaire du corps.

  • 84 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 53-55 : Reglamento del nuevo P (...)
  • 85 Ordenanza de S.M. explicando las funciones de los inspectores generales, y ayudantes generales de I (...)
  • 86 Reglamento de fundación y establecimiento del Monte de piedad que se instituye para socorro de les (...)
  • 87 AGS, GM, 2998, Real resolución de S.M. para el cuerpo de ingenieros (25 mai 1765).

48Dès le début des années 1760, Charles III avait pratiqué quelques réformes. Il avait porté les effectifs des régiments de 1.167 à 1.377 hommes84. En 1761, Charles III affirma la nécessité d’un contrôle plus strict de l’efficacité des troupes et de la discipline dans l’infanterie grâce aux inspecteurs généraux85. La même année, il s’intéressa à la création d’un mont-de-piété militaire pour assurer les veuves et les orphelins d’une pension au décès du militaire86 et à la revalorisation des soldes de l’armée. La mesure87 toucha les ingénieurs en 1765. Ces décisions montraient un certain intérêt pour la revalorisation de l’armée. La publication de nouvelles ordonnances générales va marquer le règne de Charles III. Cependant, s’il y eut quelques nouveautés dans cette législation, elle fut surtout une sorte de compilation de ce qui, auparavant, avait été produit ou pensé.

  • 88 José Antonio Portugués qui appartint aux ordres militaires de Calatrava et Santiago, fut un fonctio (...)

49En effet, cette volonté de définir des cadres précis à l’exercice militaire, aussi bien au quotidien que pendant les guerres, n’était pas une nouveauté. Ses prédécesseurs y avaient pensé, mais n’avaient pas eu le temps de concrétiser leurs idées. Ferdinand VI et le marquis de La Ensenada avaient déjà envisagé de nouvelles ordonnances générales sur l’armée, remaniant ainsi celles promulguées en 1728 par Philippe V. Entre 1749 et 1759, Ferdinand VI avait ordonné l’examen des lois régissant l’armée par une commission qui devait se prononcer sur leur bien-fondé. De manière à faciliter ce travail, le roi avait commandé à José Antonio Portugués88 une compilation des lois militaires existantes. Cette dernière servirait de base pour envisager les futures modifications. Mais la mort de Ferdinand VI repoussa la publication de ces travaux.

  • 89 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña (22 octobre 17 (...)

50Charles III hérita donc de leurs travaux préparatoires. Il pouvait alors mettre en marche la publication des fameuses ordonnances générales destinées à faire de l’armée espagnole une armée disciplinée et prête à faire face aux obligations de sa tâche. Tâche lourde qui devait permettre au roi d’atteindre deux objectifs de sa politique : défendre son Empire, source de richesses, et faire respecter sa place dans le jeu diplomatique européen, même si l’Espagne était liée à la France. Dans son remaniement de l’armée, Charles III donnait une attention particulière aux armes dites scientifiques et surtout aux ingénieurs qui, pour la première fois, furent les sujets d’une ordonnance regroupant tous les textes précédemment produits, et affirmant leur appartenance au monde militaire89. Plusieurs commissions furent réunies pour préparer les ordonnances royales.

  • 90 L’Espagne avait envoyé des observateurs sur les champs de batailles prussiens. Alejandro O’Reilly e (...)

51Antonio Oliver Sacasa présida dès le 25 janvier 1760 le première commission. Elle mit en ordre les trois premiers tomes des travaux produits sous le règne précédent – la publication ne se fit qu’en 1762. Elle engagea aussi la rédaction d’autres textes sur le renouvellement de la tactique militaire, fruit d’une réflexion sur la stratégie prussienne mise en application au cours de la guerre de Sept Ans90.

52Une nouvelle commission, réunie le 8 février 1763 et présidée par Jaime Masones de Lima, aborda la nécessité d’un règlement spécifique pour les artilleurs et pour les ingénieurs. Masones de Lima était bien placé pour en parler puisqu’il avait constaté, d’une manière très brève, l’impossibilité de l’union et la nécessité de les réformer, lorsqu’il fut directeur général des deux corps. La troisième commission, présidée par le comte de Revillagigedo, examina les tomes parus en 1762 et lança les jalons des derniers remaniements concernant la tactique. Enfin, la quatrième, présidée par le comte d’Aranda et réunie d’août 1767 à mars 1768, compléta le tome II sur les obligations des officiers en garnison comme en campagne afin d’éviter les problèmes d’interférence de compétence entre deux autorités, ou d’interprétation variable des textes ; ainsi, l’application d’une règle fixe, commune à tous, dictait comportement et action à chacun. Le 30 juillet 1768 le roi Charles III approuva le résultat des travaux des différentes commissions qui avaient pas à pas fait avancer la législation militaire et, surtout, avaient su retenir d’anciennes pratiques et en trouver de nouvelles.

  • 91 Ordenanzas generales de su S.M. para el régimen y servicio de sus ejercitos, 1768 ; R3784-1/2, préa (...)
  • 92 Les huit traités des ordonnances générales étaient : 1) que contiene la fuerza, pie y lugar de los (...)

53Charles III, dès le préambule, affirmait sa volonté de remplacer les ordonnances de 1728 pour créer une armée basée sur des textes précis, intégrant les pratiques existantes et les nouveautés, avec un objectif clair, l’uniformisation de celles-ci91. Les ordonnances de Charles III se divisaient en quatre tomes dont les trois premiers furent comportaient huit traités92 représentant 1.229 pages ; ils regroupaient tous les domaines dans lesquels le militaire devait intervenir. Le quatrième tome de 140 pages était une ordonnance spéciale pour le corps des ingénieurs. Les ordonnances de 1768, résultat de quasiment vingt ans de réflexions, furent à la fois la somme de la législation militaire produite antérieurement, des nouveautés tactiques apparues sur les champs de bataille de la guerre de Sept Ans, et de la volonté du roi de reprendre en main son armée.

  • 93 L’infanterie était toujours composée de régiments espagnols, irlandais, suisses et flamands. Même s (...)
  • 94 Ordenanzas de S.M. para el régimen, disciplina y subordinación de sus exércitos, 1768, traité II, t (...)
  • 95 Ibid., traité II, tit. XVIII, art. 13 et 14.

54Somme de la législation antérieure, c’est le principe de la continuité qui est par là même présent dans les ordonnances. En effet, sur bien des points, les textes de 1768 reprenaient les pratiques habituelles. Prenons deux exemples : l’organisation de l’infanterie et le critère nobiliaire pour les postes de commandement, qui sont deux éléments de base du système militaire. Philippe V avait choisi de remplacer l’unité tactique du tercio par le régiment et de conserver des régiments étrangers et espagnols. Rien de cela n’était remis en cause93. D’autre part, l’idée d’une noblesse prédestinée à la fonction militaire et au commandement restait à l’ordre du jour. Le cadet créé par le roi en 1722 avait été un élément fondamental pour attirer à nouveau les nobles vers la carrière militaire94. Les ordonnances de 1768 confortaient la tradition de l’association noblesse/officiers non seulement en reprenant l’idée du cadet, mais aussi en créant une nouvelle catégorie de soldat, ouverte aux fils de la noblesse qui n’avaient pas trouvé de place parmi les cadets. Ce soldat appelé distinguido95 pouvait bénéficier de la possibilité d’accéder rapidement aux grades d’officiers. En effet, contrairement aux autres soldats, il ne lui serait pas demandé de passer par les grades de caporal ou de sergent pour devenir sous-lieutenant. Donc les bases mêmes de l’armée étaient conservées.

  • 96 R. Mousnier et E. Labrousse, Le xviiie siècle : l’époque des Lumières, pp. 97-99.
  • 97 Ibid. Les Français furent à la pointe de la réflexion sur la stratégie avec le comte de Guibert et (...)

55Ce fut dans la tactique militaire et la réaffirmation de la discipline que les ordonnances de 1768 apportèrent quelques innovations. Les enseignements de la guerre de Sept Ans et de la stratégie prussienne avaient suscité en Europe bien des commentaires. La tactique prussienne consistait à utiliser l’artillerie dans ces attaques – tirs de salves lors de l’avancée de l’infanterie, utilisation de canons en avant-garde pour déblayer le terrain d’avancée de l’armée – et à déployer les colonnes d’infanterie d’après un ordre oblique et non plus parallèle avec rapidité et précision, ce qui allait donner aux Prussiens une supériorité sur les autres96. En Autriche ou en France, des modifications apportées à la stratégie de base permirent aux armées de devenir plus compétitives sur le terrain, ce qui fut confirmé lors de leurs participations aux guerres de la fin du siècle. Cela entraînait un renforcement de la discipline car le « secret » de la réussite prussienne tenait aussi à la qualité d’exécution et d’obéissance des hommes. L’Espagne, elle, se contenta de reprendre les idées prussiennes sans y introduire d’inspiration tactique personnelle et essaya d’adapter ses hommes à de nouvelles pratiques97.

56Charles III savait que, pour lutter contre des armées si bien entraînées, rigoureuses et disciplinées, il fallait reprendre en main les hommes en leur imposant rigueur et discipline. Les idées de subordination, de justice sévère pour tout militaire contrevenant à ses devoirs, de discipline n’étaient pas nouvelles, mais elles furent portées par Charles III à leur degré ultime de codification. Par exemple, le rappel des droits et devoirs liés à chaque grade occupait une large place dans la reprise en main. Pour chaque échelon, les obligations étaient largement dessinées, à la fois vis-à-vis des subordonnés et vis-à-vis des supérieurs – une distinction était apportée selon qu’il s’agissait de l’infanterie, de la cavalerie et des dragons mis tous les trois sur le même plan. La définition des grades s’arrêtait à colonel, laissant les officiers généraux de côté.

  • 98 Ordenanzas de 1768, Ibid., traité II, tit. XVII, pp. 166-188.
  • 99 Ibid., p. 167, art. 3 : « Los oficiales tendrán siempre presente, que el único medio para hacerse a (...)

57De plus, les officiers recevaient aussi dans les Ordenes generales para los oficiales98 une sorte de ligne de conduite en toute circonstance, destinée à créer une espèce d’esprit militaire. C’était une nouveauté. L’attitude de subordination de l’officier était rappelée ainsi que la droiture, l’honneur, l’assiduité et le courage au combat99 comme qualités essentielles de l’officier digne d’être un militaire. Mais était aussi envisagé l’attitude de l’officier en diverses circonstances particulières : comme lors d’un convoi (articles 27 à 39), d’un siège (40 à 46), d’une marche (47 à 59), ou encore pour la distribution des fourrages (60 à 68). L’officier, quel que fût son grade et son activité avait un modèle dessiné devant lui. Il ne lui restait qu’à suivre cet exemple pour être un bon serviteur de son prince et un être digne de participer au commandement d’une armée.

58Le soldat lui aussi, avait une sorte de guide dans les articles portant sur son emploi, mais c’était surtout l’article 5 qui définissait l’esprit de sa fonction

  • 100 Ibid., tit. I, p. 58 : « el valor, prontitud en la obediencia, y grande exactitud en el servicio, s (...)

… La valeur, la rapidité à obéir et la grande exactitude dans le service, sont les buts dont il ne doit jamais manquer et le vrai esprit de sa profession100.

59Les hommes qui choisissaient l’armée devaient pouvoir s’enorgueillir d’être des militaires. Une discipline de fer montrerait, par l’ordre régnant, son efficacité et redorerait les couleurs de l’armée dans l’esprit des jeunes gens qui pourraient trouver ainsi, en elle, la fierté nécessaire à leur existence.

60L’accent fut mis aussi sur la justice militaire. Le militaire était exempté par les privilèges militaires fuero militar, de jugement par les tribunaux ordinaires ; il était soumis à la justice militaire. Le huitième traité des ordonnances fut entièrement consacré à l’exposé des différentes sanctions encourues par le militaire. La nouveauté résidait dans la définition de deux classes de tribunaux militaires appelés conseils de guerre – auparavant, il n’en existait qu’une seule catégorie – qui correspondaient l’une à l’emploi de la personne jugée et l’autre au délit commis. Cette hiérarchie des tribunaux permettait de répartir les cas et de les juger avec plus de rigueur tout en étant mieux informé des faits et de la condition de la personne jugée. La sévérité des peines, surtout pour des actes néfastes à la sécurité des armées, était normale, mais il fallait voir aussi dans cette sévérité une manière de réaffirmer le monde militaire comme un monde lié par la discipline et l’obéissance à sa fonction.

61Les ordonnances de Charles III eurent une grande pérennité puisqu’elles restèrent, pour ce qui est du code moral, en vigueur jusqu’aux ordonnances de 1978. Même si ces ordonnances n’introduisirent pas de grands bouleversements, elles marquèrent le monde militaire, non seulement en tant que compilation de la législation antérieure mais aussi comme code de la vie militaire.

62Le corps du génie suscita lui aussi l’attention du roi qui produisit une nouvelle ordonnance pour les ingénieurs en 1768. Après les échecs d’union avec l’artillerie, il fallait remettre de l’ordre dans le corps. La séparation effective des deux corps avait été consommée en novembre 1761.

  • 101 AGS, GM, 2990, lettre de Maximiliano de La Croix au marquis d’Esquilache du 2 juillet 1765.
  • 102 Juan Martín Cermeño (? Ciudad Rodrigo - 1773 Barcelone), d’origine noble, entra dans le corps en 17 (...)
  • 103 AGS, GM, 2998, Real Resolución de S.M. para el cuerpo de ingenieros.

63Avant de répondre aux demandes des ingénieurs adressées par le biais de Maximiliano de La Croix101, au ministre du roi, le marquis d’Esquilache, et aux remarques de Juan Martín Cermeño102, directeur intérimaire du génie, par l’ordonnance de 1768, le roi Charles III avait dès mai 1765 rappelé les fondements du corps dans une Real Resolución103. Ce texte du 25 mai 1765 fixait les effectifs à cent cinquante ingénieurs répartis selon les critères suivants : dix ingénieurs directeurs, dix ingénieurs en chefs, vingt ingénieurs en second, trente ingénieurs ordinaires, quarante ingénieurs extraordinaires, quarante ingénieurs dessinateurs. Il rappelait que la nature de chaque emploi correspondait à un grade dans l’infanterie conformément à la Royale Résolution du 19 octobre 1756. Rien ne changeait ; l’ingénieur en chef était colonel, le second lieutenant-colonel, l’ordinaire capitaine, l’extraordinaire lieutenant et le dessinateur sous-lieutenant. Les soldes n’avaient pas augmenté depuis 1724. Ce fut l’occasion de les faire progresser mais seulement pour les plus hauts grades.

Tableau 3. – Comparaison des soldes des emplois les plus élevés entre 1724 et 1765

Emplois

Soldes de 1724
(par mois en écus de billon)

Soldes de 1765
(par mois en écus de billon)

Ingénieur directeur

160

240

Ingénieur en chef

130

160

Ingénieur en second

100

120

Source AGS, GM, 2998.

  • 104 Les rations des ingénieurs en campagne étaient supérieures à celles des autres armes. Effectivement (...)

64Les autres restèrent au même niveau qu’en 1724. Quant aux rations, elles restaient identiques à celles de 1724 et toujours supérieures à celles attribuées aux autres corps ; ce qui laisse supposer que la mobilité de l’ingénieur restait importante104. Enfin, ce texte revenait sur l’Ordre Royal du 22 mars 1751 qui avait attribué une gratification de trente écus de billon aux ingénieurs commandants de province qui n’étaient pas ingénieurs directeurs et annulait cette gratification. Les ingénieurs n’avaient pas été les seuls à bénéficier de ce genre de mesure dans les premières années du règne. Cependant, cette première mesure prise par le roi ne satisfaisait pas les revendications des ingénieurs. Quelques mois plus tard, Maximiliano de La Croix exposait à Esquilache les véritables motifs du malaise chez les ingénieurs.

  • 105 Esquilache fut ministre de la Guerre du 4 octobre 1763 au 5 juin 1766.
  • 106 AGS, GM, 2990.

65Le 2 juillet 1765, La Croix s’adressait au marquis d’Esquilache105, ministre de la Guerre, dans une longue lettre106 pour attirer son attention sur la fin de carrière possible pour les ingénieurs qu’il définit comme une élite des armes scientifiques

  • 107 Ibid. : « Salen de los más selectos u oficiales de los cuerpos de infantería, caballería o dragones (...)

choisis parmi les meilleurs cadets ou officiers de l’infanterie, de la cavalerie et des Dragons, leur inclination pour l’étude les rend utiles au service du roi par leur compétence en sciences et les distinguent des autres corps107.

66Ainsi, les plus savants de l’armée subissaient

  • 108 Ibid. : « el continuo sinsabor de hallarse bajo los órdenes de varios comandantes que presumidos de (...)

le continuel désagrément d’être sous les ordres de divers commandants, qui présumés intelligents dans un domaine auquel ne suffisent pas l’étude et les expériences de la vie humaine108

  • 109 Ibid. : « si en vez de dejarles sin más salida que la de la muerte, en llegando a carecer de robust (...)
  • 110 Ibid. : « que el cuerpo de ingenieros debera reputarse verdadero seminario de generales ».

67Pour éviter ces humiliations, Maximiliano de La Croix revendiquait pour les ingénieurs le droit de pouvoir accéder aux places de commandement y compris lorsqu’ils se retiraient du corps, ou d’être employés à des tâches intéressantes, ou encore de terminer leur carrière avec des grades militaires suffisamment élevés, mais surtout de ne pas finir simplement en retraite au mépris de leur capacité109. Nous avons déjà évoqué les difficultés rencontrées par les ingénieurs sur le terrain avec les officiers des autres armes dont ils dépendaient. La Croix allait même jusqu’à dire que « le corps des ingénieurs devrait être réputé comme une vraie école de généraux »110.

68Quelques exemples comme ceux de Georges-Prosper Verboom, de Juan Martín Cermeño, ou d’Isidro Próspero Verboom lui suffirent pour montrer leur efficacité et appuyer sa requête. Ces revendications ne furent pas prises en considération, tout au moins pas par le biais d’un règlement spécial sur ce point. Les ingénieurs se mirent à espérer lorsque l’un des leurs, Juan Martín Cermeño, fut choisi comme inspecteur général en 1766 pour remplacer La Croix. Le corps revenait à une direction issue de ses pairs, ce qui ouvrait la possibilité d’une meilleure compréhension des problèmes des hommes. Avant la rédaction de l’ordonnance de 1768, les hommes du génie essayèrent de faire pression sur la junte pour glisser quelques idées.

  • 111 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición, y campaña, t. IV, subdi (...)
  • 112 Premier traité : Reglamento y servicio del cuerpo de ingenieros en las guarniciones, pp. 1-38 ; sec (...)

69L’ordonnance du 22 octobre 1768, Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición, y campaña111, donnait, dès le titre, un aspect limitatif au rôle de l’ingénieur le cantonnant dans les actes militaires (70 % de l’ordonnance étaient consacrées à l’action militaire de l’ingénieur). C’est une ordonnance dans la continuité des précédentes qui affirme la spécialisation militaire. En trois traités comprenant 140 pages112, toutes les situations possibles de combat, ou de démarches pour les fortifications à faire au sein d’une place étaient répertoriées. Y étaient aussi rappelées les règles de la vie militaire et celles à suivre par les hommes, au sein du corps.

70Le premier traité, Reglamento y servicio del cuerpo de ingenieros en la guarnición, reprenait plusieurs textes déjà en application et explicitait le rôle de trois personnages importants pour le corps : l’ingénieur général, l’ingénieur directeur et l’ingénieur commandant de province.

  • 113 AGS, GM, 2986.
  • 114 AGS, GM, 2998, Real Resolución de S.M. para el cuerpo de ingenieros del 25 de mayo de 1765.

71Le premier titre du traité fixait les classes, le nombre et les grades ainsi que les uniformes et la subordination de chacun au gradé supérieur. Tous ces éléments n’avaient rien de novateur. Les équivalences du génie et de l’infanterie étaient réaffirmées et copiaient les décisions113 du 19 octobre 1756. Le nombre d’ingénieurs restait fixé à cent cinquante comme dans la Résolution Royale114 de 1765.

  • 115 AGS, GM, 2986, lettre du marquis de Verboom au marquis de Castelar, proposition d’un uniforme accep (...)
  • 116 AGS, GM, 2986, lettre de Verboom au marquis de Castelar le 23 décembre 1727 : « Haviéndose reconoci (...)

72Un passage de ce premier traité de l’ordonnance était consacré aux uniformes – les articles 3 sur l’uniforme à utiliser et sur 4 sur le petit uniforme. Malgré plusieurs tentatives pour imposer un uniforme officiel aux ingénieurs depuis 1727, ceux-ci l’utilisèrent fort peu, préférant ceux d’autres armes, presque similaires au leur, moins coûteux et moins lourd à porter sur leurs chantiers. La nouvelle ordonnance était le moment idéal pour reprendre et imposer une tenue vestimentaire à ces hommes, tout en tenant compte des précédents. Dès décembre 1727 et en mars 1728, Verboom avait demandé au roi115 l’adoption d’un grand uniforme pour les ingénieurs, une manière aussi de contribuer au prestige du corps qui aurait son uniforme116. En avril 1728, le roi répondit favorablement à Verboom ; l’uniforme était choisi :

  • 117 AGS, GM, 2986 : « casaca azul y sus vueltas de grana, como tambien la chupa y calzones y del propio (...)

… Casaque bleue et revers écarlate, ainsi que justaucorps et la culotte et les bas aussi de même couleur ; la casaque et le justaucorps avec des boutonnières brodées de fil d’argent avec un liseré et large galon, le même que celui qui accompagne les revers et poches garnies d’un liseré et double galon ; la parure de bouton faite d’argent martelé ouvragé ; dans le dos une dragonne de fil d’argent et enfin un chapeau liseré du même galon que l’uniforme. La doublure de la casaque rouge, celle du justaucorps blanc ; la dragonne ronde avec des ferrets d’argent martelés117.

  • 118 AGS, GM, 2986, Estado de los ingenieros que sirven a V.M. en España y presidios de Toscana y Africa (...)
  • 119 AGS, GM, 2986, lettre de Maximiliano de La Croix à Juan Martín Cermeño du 2 juillet 1751, le modèle (...)
  • 120 AGS, GM, 2986, Resolución de S.M. sobre el vestuario de los cuerpos, y uniforme de los oficiales de (...)
  • 121 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña, traité I : Re (...)
  • 122 AGS, GM, 3002, Real Orden del 14 de septiembre de 1784 : « que se hagan semejantes a los que tienen (...)

73Une liste des ingénieurs par provinces et des pièces de tissu à commander à la fabrique de Guadalajara118 fut dressée ; celle-ci montrait à la fois la volonté de Verboom de voir ses hommes arborer un uniforme, mais aussi le désir du roi de voir les uniformes de ses armées réalisés sur le sol espagnol, dans une fabrique espagnole. En 1730, Verboom parlait de la nécessité d’un petit uniforme qui serait plus léger et moins coûteux. Le grand uniforme prévu n’aurait-il pas rencontré le succès escompté ? Et qu’advint-il de cette proposition d’un petit uniforme ? Des questions sans réponse, mais en revanche, une certitude, en 1751, le problème du port et du choix d’un uniforme n’était pas résolu et les ingénieurs portaient encore des uniformes variés. Le 12 juin 1751, Juan Martín Cermeño présentait trois dessins pour créer un nouvel uniforme du génie et pour éviter la tendance des ingénieurs à utiliser ceux des autres corps ce qui prêtait à confusion. En fait, dans ses propositions, Martín Cermeño, conservait la base ancienne des uniformes (pièces du vêtement et couleurs) tout en changeant les galons et en remplaçant certains matériaux de confection. Le 2 juillet 1751, le roi choisit le premier modèle pour les deux uniformes119, mais ces uniformes n’eurent guère le temps d’apparaître car dès l’union avec l’artillerie, il fut décidé de calquer les uniformes du génie sur ceux de l’artillerie (la seule distinction serait les galons d’or pour les artilleurs et d’argent pour les ingénieurs). En 1757, Aranda proposa même de supprimer les grands uniformes trop coûteux mais il essuya un refus. En fait, sur l’ensemble des mesures concernant les uniformes, peu furent suivies d’effets. D’ailleurs, le port de l’uniforme semblait, en 1760, encore aléatoire puisque, dans une résolution royale120, le roi insistait sur plusieurs points touchant aux uniformes : la nécessité d’établir une règle fixe concernant l’usage de l’uniforme ; le besoin de donner des signes distinctifs à chaque corps de manière à éviter leur confusion ; l’obligation pour se présenter à la Cour de porter l’uniforme de son corps, exception faite des généraux. Non seulement ce texte montrait l’absence d’une réglementation suivie, mais il affirmait aussi le port de l’uniforme comme un devoir à ancrer dans les habitudes militaires. Le costume militaire devait permettre d’afficher sa fonction en société et devenir un moyen de contribuer à l’esprit de corps. Pour les ingénieurs, les uniformes, le petit et le grand, furent donc définis dans les articles 3 et 4, premier traité, titre I, de l’ordonnance121 de 1768. Le cheval recevait aussi une parure officielle, dans l’article 5. En fait, peu de choses variaient par rapport aux premiers uniformes de 1728, mis à part la couleur de la culotte qui passait d’écarlate à bleue et celle des bas de rouge à blanche, ainsi que le dessin des galons. L’uniforme des ingénieurs subit une nouvelle variante en 1784, ou il devint identique ou quasiment, à celui de l’artillerie122. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, il ne varia plus.

  • 123 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña, traité I, tit (...)
  • 124 Ibid., traité I, tit. VI, art. 8.
  • 125 Ibid., traité I, tit. VI, art. 14-17.
  • 126 Ibid., traité I, tit. VI, art. 5-9 et 19.
  • 127 Ibid., traité I, tit. VII, art. 1-8 rôle de direction des travaux et 16 budget, 10-15 rôle de meneu (...)

74Dans les titres II, III, et de V à VII, il n’y avait pas de bouleversements. Le second titre fixait les modalités de rémunération des ingénieurs. Les soldes n’avaient pas évolué beaucoup depuis la création du corps, sauf en 1765 pour les postes les élevés. Les conditions de versement des soldes ne changeaient pas non plus ; l’ingénieur de la province établissait des listes des ingénieurs sous sa responsabilité, qui servaient de base de paiement. Le troisième titre concernait l’intégration de nouveaux membres dans le corps des ingénieurs. Là encore pas de nouveautés dans ce domaine, l’examen des connaissances déterminait l’entrée dans le corps. La majeure partie des recrues passait par les académies militaires. Pour les promotions, le titre V proposait l’établissement d’une liste de noms pour les postes vacants, établie par l’ingénieur général sur conseils des directeurs de province. Il fallait proposer trois personnes en mentionnant leurs états de service, mérites et qualités, en les classant par ancienneté. Dans les articles 4, 5, 6, une première réponse était apportée aux ingénieurs quant à leur fin de carrière, mais elle était bien mince. Trois solutions étaient envisagées : la première, avoir la possibilité d’intégrer l’État-Major d’une place après de longs et loyaux services, la deuxième, faute de pouvoir poursuivre sa tâche, rester attaché à une place forte, la dernière enfin, prendre la décision de se retirer123. Les titres VI et VII définissaient les rôles des deux maillons principaux du corps : l’ingénieur général et l’ingénieur directeur. Dans la conception du rôle de l’ingénieur général, pas de changement – à part la réapparition de l’appellation d’ingénieur général. Il restait le responsable des hommes et des travaux devant le roi124. Ce lien direct avec la monarchie renforçait l’indépendance du génie vis-à-vis des gouverneurs et des capitaines généraux. Sa tâche de direction des hommes passait par une bonne connaissance de ces derniers pour mieux gérer son potentiel125. Pour les travaux, il inspectait, vérifiait les fortifications, routes, canaux et ports du royaume et s’enquérait des enseignements diffusés dans les académies militaires de sa dépendance126. L’ingénieur directeur servait de lien entre Madrid et les provinces. La circulation des informations, la diffusion des volontés royales, la répartition des hommes, selon leurs aptitudes aux postes ou commissions existants127 reposaient sur lui. Dans l’ordonnance de 1768, la formulation plus précise de sa fonction permettait de mieux cerner ses rapports avec les autorités locales et les ingénieurs de sa province.

  • 128 Ibid., art. 1, 3-9.
  • 129 Ibid., art. 11-16.
  • 130 Ibid., art. 10.
  • 131 Ibid., art. 17-22.

75Dans le titre VIII, un nouveau maillon de la chaîne apparaissait par rapport à l’ordonnance de juillet 1718 : l’ingénieur commandant d’une place. Cet ingénieur était chargé d’une place ou même d’un port et de son environnement ; il dressait des plans de la place et définissait les travaux à entreprendre128. Il devait veiller au respect des fortifications129 et à l’envoi de rapports annuels à l’ingénieur sur l’état des fortifications130, tout en ayant des liens resserrés avec le gouverneur de la place qu’il informait de tous les problèmes de défense ou de surveillance131.

  • 132 Ibid., tit. IX, art. 2, 3. Les vices-rois avaient eu tendance par le passé à se mêler des travaux m (...)
  • 133 Ibid., art. 9 et 10.
  • 134 Ibid., art. 8.
  • 135 Ibid., art. 5.

76Enfin, dans le titre IX, quelques articles étaient consacrés au cas des ingénieurs nommés aux Indes. Le plus souvent, les ingénieurs d’Amérique avaient fait l’objet d’un règlement à part. Dans l’ordonnance de 1768, ils ne furent pas oubliés, d’autant que la politique américaine de Charles III allait être importante. Les points les plus importants concernaient la dépendance des hommes vis-à-vis de l’ingénieur général et non du vice-roi132, l’accord de gratifications pour les coûteux déplacements des commissions133, l’autorisation de retour en Espagne après cinq années sur le terrain134 et enfin, l’obtention de promotions identiques et soumises aux mêmes règles que pour les ingénieurs restés en métropole135. Cependant, l’ingénieur des Indes recevait le nouveau grade avec la mention en Espagne de supernumerario, ce qui signifiait qu’une fois rentré en métropole, il serait intégré parmi les ingénieurs de la classe.

  • 136 Ibid., traité II, De las obras de fortificación de sus proyectos y metodo de seguirlos, pp. 38-84.
  • 137 Ibid., traité III, Servicio de los ingenieros en campaña, pp. 85-140.

77Dans les autres traités de l’ordonnance, l’un portant sur les fortifications136 et l’autre sur le service en campagne137, les innovations furent peu nombreuses. Ces deux parties se montraient réductrices à propos des rôles d’architecte et d’homme de progrès qui avaient été assignés aux ingénieurs dans l’ordonnance de juillet 1718. L’ingénieur se retrouvait cantonné à la construction de fortifications ou à l’action militaire. Cette restriction du domaine d’activités des ingénieurs au monde militaire ne fut pas appliquée dans la pratique, puisqu’en 1774 verrait le jour une branche d’architecture civile au sein du corps du génie.

  • 138 Ibid., traité II, tit. II, art. 1-19, et tit. III, art. 1-21.
  • 139 Ibid., tit. IV, art. 1-12.
  • 140 Détail : service destiné à la vie administrative d’une unité (matériel, hommes…).
  • 141 Ibid., tit. IV, art. 12-42.
  • 142 Ibid., art. 42-54.

78Pour les fortifications, les deux méthodes d’adjudication des contrats de chantier restaient, soit la mise aux enchères138, soit à la charge de l’administration militaire139. Dans le cas d’une mise aux enchères, pour trouver le contractant le plus avantageux, l’ingénieur directeur était chargé de la direction des travaux et du choix du matériel. Dans l’autre cas, lorsqu’il s’agissait d’une gestion du chantier par l’administration, le commissaire de guerre, ou ordenador, nommé par l’intendant, servait à gérer les dépôts de matériel et collaborait à la bonne marche des travaux aux côtés de l’ingénieur directeur. La nouveauté résidait dans la création du poste d’ingénieur du détail140 et de celui d’ingénieur de jour. L’ingénieur du détail141 se chargeait de gérer le potentiel humain dont il disposait, choisissant les ingénieurs suivant les tâches à accomplir. Jour après jour, il faisait un rapport d’avancement des travaux et de la gestion du chantier L’ingénieur de jour142 était aux ordres du précédent. Il contrôlait l’assiduité au travail des personnels, la réalisation des tranches de travaux prévus pour la journée, en dressant le bilan de la journée à l’ingénieur du détail.

79Un aspect important de la politique de fortification fut abordé dans l’article 59 du titre IV, car il fut envisagé de recruter par contrat quinquennal des personnels pour l’entretien courant des fortifications, de façon à pallier les dégradations trop importantes et à éviter des réparations dues au manque d’entretien.

80Le titre V fixait une série de règles, allant du respect du secret sur les modalités de défense choisies pour une place, au choix de troupes destinées au chantier, en passant par les liens d’entraide qui devaient exister entre l’ingénieur et le gouverneur ou le capitaine général. Rien de très nouveau, si ce n’était la réaffirmation du rôle de chacun. Enfin, les titres VII et VIII rappelaient que les ingénieurs pouvaient être amenés à effectuer des commissions particulières de reconnaissance, dont la cartographie serait un élément essentiel. Les conseils pour la réalisation des plans et cartes étaient donc renouvelés à cet effet.

  • 143 Ibid., traité III, tit. II, art. 1-15.
  • 144 Ibid., tit ; III, art. 1-16.
  • 145 Ibid., tit. IV, art. 1-78.
  • 146 Ibid., tit. I, art. 1-18.
  • 147 AGS, GM, 2990, lettre de Maximiliano de La Croix au ministre de la Guerre marquis de Esquilache dat (...)

81Le troisième traité concernait le service en campagne militaire du corps du génie. Sa longueur, cinquante pages, par rapport aux autres traités – le premier trente-huit pages, le deuxième quarante-sept –, montrait l’intérêt que la monarchie attachait au rôle militaire de l’ingénieur. Toutes les situations étaient envisagées : reconnaissance du terrain avant le passage des troupes143, construction d’un campement avec un système de défense144, attaque et siège d’une forteresse145. L’unité de combat du génie restait la brigade146 et les compagnies de sapeurs étaient toujours formées à l’occasion parmi les troupes d’infanterie. Pour insister sur l’aspect militaire du corps, mais aussi pour répondre aux inquiétudes de certains ingénieurs devant le peu de considération des autres officiers à leur égard147, l’article 56 du titre V concluait l’ordonnance en établissant pour les ingénieurs

  • 148 Ibid., traité III, tit. V, art. 56, p. 139 : « igualmente les concedo los mismos honores militares, (...)

les mêmes honneurs militaires, titres et prérogatives qu’aux autres officiers de mes armées avec correspondance à chaque grade148.

  • 149 Les artilleurs, eux, eurent en 1762, le 29 janvier un règlement « del nuevo pie en que S.M. manda s (...)

82La rédaction de cette ordonnance montrait l’importance que le pouvoir attachait à ce corps149. Même si cette ordonnance n’était pas très novatrice, elle avait le mérite de rappeler avec précision les règles à suivre pour chaque action menée, le profil de la carrière dans le génie et la place de l’ingénieur dans le monde militaire.

  • 150 Le projet de Juan Francisco Gautier (ingénieur français) d’un corps d’ingénieurs de la marine basé (...)

83Toute l’organisation du corps du génie évoquée dans cette ordonnance fut remaniée dès 1770 avec la création des ingénieurs de la marine150, qui allait accaparer une partie des compétences des ingénieurs militaires en matière de construction de places maritimes.

Notes

1 Pedro Pablo Abarca y Bolea, comte d’Aranda (Aragon 1718 - Epila 1798) fit des études militaires en Italie. Il fut blessé à Campo Santo et de retour en Espagne, nommé par Ferdinand VI maréchal de camp. Il fut ensuite envoyé en voyage en Europe pour parfaire sa formation. En 1755, il obtint le grade de lieutenant général. En 1756, il fut nommé directeur des corps d’artilleurs et d’ingénieurs réunis : cette expérience fut un échec dès 1758. La direction fut aussi donnée à un étranger au corps lorsque Jaime Masones de Lima fut nommé.

2 Juan Martín Cermeño (? - Barcelone 1773) : entré dans le corps en 1719 comme ingénieur extraordinaire, il devint ingénieur directeur en 1749 alors qu’il était commandant général du corps par intérim jusqu’en 1756. Plus tard en 1766, il fut inspecteur général du corps et resta à la tête de celui-ci jusqu’à son décès.

3 Juan Caballero (Italie 1712 - Espagne 1791) entré dans le corps en 1737 comme ingénieur dessinateur, devint ingénieur directeur en 1771. En 1784, il fut chargé d’abord de la direction des Académies militaires puis des fortifications.

4 Silvestre Abarca (Medinaceli 1707 - Medinaceli 1784), entré comme ingénieur extraordinaire en 1737, devint directeur des fortifications.

5 Pedro de Lucuce (Avilés 1692 - Barcelone 1779), entré dans le corps en 1730 comme ingénieur extraordinaire, devint directeur des académies militaires en 1774.

6 Francisco Sabatini (Italie 1722 - Madrid 1798), architecte de formation, vint en Espagne avec Charles III en 1759 et devint ingénieur en chef en 1764. Il fut nommé directeur des routes et travaux publics en 1774 et en 1791 directeur des trois branches du corps : fortifications, Académies militaires et travaux publics.

7 Paix d’Aix-la-Chapelle signée en 1748 qui mit fin à la guerre de Succession d’Autriche.

8 Cenón de Somodevilla est né en 1702 à Hervías, dans une famille pauvre de petite noblesse. Il ne fit pas d’études universitaires. À dix-huit ans, il devint fonctionnaire au secrétariat de la Marine comme oficial supernumerario. Remarqué par le comte de Montemar, il fut chargé du ravitaillement et du transport de l’armée d’Italie qui allait accompagner don Carlos à Naples. Le 8 décembre 1736 Charles VII de Naples le fit marquis de la Ensenada. De retour en Espagne, il devint secrétaire du Conseil de l’Amirauté. Lorsque don Philippe partit pour Parme en 1741, il l’accompagna comme secrétaire à la Guerre. Puis il fut chargé des secrétaireries de la Guerre, de la Marine, des Finances et des Indes de 1743 à 1754. Disgracié en 1754, il ne retrouva Madrid qu’en 1759 pour en être chassé en 1766. Il mourut en 1781 à Medina del Campo.

9 D. Ozanam, « Representación del marqués de la Ensenada a Fernando VI (1751) ».

10 Y. Bottineau, Les Bourbons d’Espagne, p. 243.

11 Dans la couronne d’Aragon, après la fin de la guerre de Succession, il y eut une volonté politique de réformer l’organisation des provinces et de les soumettre à l’autorité royale. La perception des impôts fut, elle aussi, révisée dans les décrets de la Nueva Planta. Les privilèges fiscaux furent abolis et remplacés par un impôt plus moderne d’appellation différente selon les régions. En Aragon, c’était l’única contribución. Ce nouvel impôt était un impôt de répartition déterminé par le roi en fonction des montants payés par les provinces de la couronne de Castille. Il était établi selon trois critères : les biens fonciers et immobiliers, les salaires et revenus du travail personnel et le chiffre d’affaires du commerce. Pour répartir l’impôt pour chacun, il fallut donc être informé des biens de chacun et produire une sorte de cadastre. En Castille, seule l’enquête pour le cadastre fut réalisée. L’impôt ne fut pas appliqué.

12 M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier (dir.), Historia social de las fuerzas armadas españolas, t. I, pp. 91-92, et conde de Clonard, Historia orgánica de las armas de infantería y caballería españolas.

13 Les régiments étrangers n’étaient pas uniquement composés d’étrangers mais aussi de nationaux et vice-versa. Cependant, le repère du nombre de régiments et bataillons étrangers est encore utilisable pour évoquer le recrutement hors frontière.

14 A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, pp. 126-140.

15 Jorge Juan et Antonio de Ulloa furent envoyés entre autres en Angleterre et en France pour s’enquérir des méthodes de construction des arsenaux et de bateaux. Ainsi, ils ramenèrent de leurs voyages des techniciens navals dont la théorie était sûre et la pratique encore faible ; Richard Rooth pour El Ferrol, Matthew Mullan pour Cadix, Eduard Bryant pour Carthagène et David Howel pour Guarnizo (M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier [dir.], Historia social de las fuerzas armadas españolas, t. II, pp. 115-116).

16 L’amirauté ou Almirantazgo avait disparu en 1748 et fut remplacée par la direction générale de l’Armada dont la base fut Cadix, et son directeur, le commandant du département naval de Cadix (M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier [dir.], Historia social de las fuerzas armadas españolas, t. II, p. 114).

17 Sebastián Feringán Cortés (Baguena 1700 - Carthagène 1762) entra dans le corps en 1721 comme ingénieur extraordinaire, effectua différents travaux avant d’être nommé à Carthagène en 1730 et de remplacer le directeur des travaux à Carthagène Alejandro de Retz.

18 Carthagène était dès les années 1716-1720 sujette à des projets d’implantation d’une base navale pour une escadre de galères, puis de plus en plus le projet s’amplifia. Plusieurs ingénieurs militaires furent chargés de concevoir des projets d’extension des quais, les transformant pour recevoir tous types de bateaux. Finalement elle fut désignée comme la base navale de la marine royale et les travaux définitifs commencèrent sous le règne de Ferdinand VI, en 1753 selon les plans de S. Feringán Cortés (J. M. Rubio Paredes et Á. PIñera Y Rivas, Los ingenieros militares en la construcción de la base naval de Cartagena, pp. 62 sqq.).

19 José Barnola (?-1756) entra dans le corps, comme ingénieur extraordinaire en 1726 et fut nommé à Cadix dès 1731 et y décéda, ayant mené à bien de nombreux projets de fortifications avec le lieutenant de vaisseau Jorge Juan.

20 Chébecs : petits trois mâts de la Méditerranée à voiles et à rames.

21 M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier (dir.), Historia social de las fuerzas armadas españolas, t. II, p. 111.

22 Dans ce cadre, on peut citer quelques points stratégiques comme Saint-Sébastien, Pasajes en Guipúzcoa, Pampelune en Navarre, Jaca en Aragon, Figueras, Barcelone en Catalogne, frontière du Portugal et de l’Andalousie et en Galice.

23 Casernes d’infanterie : Reus, Cadix, Lugo ; casernes pour la cavalerie : Burgos, Villafranca del Penedès, Cadix, Saint-Jacques de Compostelle, La Corogne entre autres.

24 AGS, GM, 2995, Representación del Marqués de la Ensenada de 26 de junio de 1748 sobre la necesidad de organizar el ramo de fortificaciones de las fronteras… : « yo no cumplira con la obligación de ministro ni con la de vasallo si pues concede Dios a V.M. la paz, no la propusiese se aprovechase el tiempo de ella en cuidar con particular atencion de las fronteras, como principal y mas poderoso medio de hacerse V.M. considerar de sus amigos, respetar de sus enemigos, y mantener en tranquilidad sus vasallos ».

25 Ibid. À la frontière française, il fallait revoir le système défensif en Navarre, Aragon, Catalogne car le voisin français était très puissant. En Galice, les ports de La Corogne et El Ferrol étaient les plus importants stratégiquement car ils permettaient de défendre l’ensemble de la Galice, le restant des côtes étant trop accidenté pour permettre un débarquement anglais.

26 Ibid. : « en materia de fortificación nueva, o aumentada e minorada, en este siglo se ha hecho más en España en lo que se ha hecho para deshacerse que en lo hecho para mantenerse ».

27 D. Ozanam, « La política exterior de España en tiempos de Felipe V y de Fernando VI », pp. 507-571, évoque cet aspect de la politique de Ferdinand VI, en parlant de volonté d’améliorer l’entretien des troupes entre autres en versant avec plus de régularité les soldes, en améliorant l’habillement des hommes, l’entraînement des soldats et la formation scientifique des officiers.

28 F. Abbad et D. Ozanam, Les intendants espagnols du xviiie siècle, pp. 13-16.

29 Novembre 1750, Real ordenanza para el régimen, gobierno, servicio y disciplina de los dos regimientos de guardias de infantería españolas y walonas.

30 Les travaux de la première junte terminés en 1751 ne furent pas publiés tout de suite, mais ils servirent de base de travail à une seconde junte, réunie en 1760, qui termina les travaux et publia une série d’ordonnances qui ne furent jamais appliquées parce qu’en désaccord avec la politique stratégique de l’époque. Charles III utilisa ces travaux pour élaborer ses ordonnances de 1768.

31 AGS, GM, 2986.

32 AGS, GM, 2986, lettre de Juan Martín Cermeño à Sebastián de Eslava du 3 janvier 1756 « sobre el reglamento y ordenanza completa que S.M. ha resuelto se forme para mejor régimen del cuerpo de ingenieros, en los exércitos y plazas, he dedicado todo mi cuidado, a su más exacto cumplimiento, aplicándome a formarla con las cirucunstancias que expresa la real orden y respecto que desde el tiempo del ingeniero general Marqués de Verboom se havía empezado a trabajar en este importante asumpto sobre los dictamenes de los ingenieros directores, recopilando la instrucción de 4 de julio de 1718, y todas las reales órdenes y decisiones que se havian expedido, siguiendo después este trabajo ».

33 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, pp. 180-182 : Real orden de 21 de diciembre de 1750 comunicada al ayudante general de guardias de corps sobre que se establezca en ellas academias de matemáticas. L’Académie des gardes du corps fut dirigée par l’ingénieur Pedro Padilla y Arcos et les enseignants étaient aussi des ingénieurs comme Carlos Cabrer et Baltasar Ricaud.

34 Ordenanza e instrucción que se ha de observar en las escuelas de mathemáticas, que con el titulo de Artillería ha mandado el rey erigir en las plazas de Barcelona, y Cádiz, baxo la dirección del cuerpo general de ella (21 octobre 1751), imprimée à Madrid en 1751, chez Antonio Marín, 83 p.

35 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 889-925 : Real ordenanza para la subsistencia, regimen y enseñanza de la real academia militar de matematicas establecida en Barcelona, y las particulares de Ceuta y Oran, una y otra al cargo y dirección del cuerpo de ingenieros (29 décembre 1751). Les ingénieurs militaires voyaient, avec la création de nouveaux centres d’enseignement, leurs tâches scientifiques amoindries. Cette nouvelle ordonnance rappelait toute la confiance du pouvoir dans les ingénieurs pour diffuser les sciences mathématiques et le rôle de promotion des sciences de leurs académies. Les effectifs des professeurs et des élèves furent accrus. Il n’y eut pas de changements radicaux dans l’organisation des cours ni dans leurs contenus.

36 Par exemple, Jorge Juan ou Antonio de Ulloa ont parcouru l’Europe à la recherche de spécialistes en construction navale.

37 Par exemple, des personnes illustres furent invitées en Espagne par la Ensenada, comme Bernardo Ward auteur du Proyecto económico (1779), ou Guillaume Bowles, auteur d’Introducción a la historia natural y a la geografía física de España (1772). Il y eut aussi la venue d’hommes capables en architecture hydraulique comme Carlos Lemaur qui insuffla un peu de dynamisme aux programmes des routes et canaux.

38 Pedro Padilla y Arcos (1723-1766) fut directeur de l’Académie des gardes du corps de 1750 jusqu’à son décès. Ses cours de mathématiques furent publiés entre 1753 et 1756.

39 Carlos Cabrer Súñer (1721-1805) fut avant 1762 enseignant à l’Académie des gardes du corps à Madrid.

40 Baltasar Ricaud (1711-1794) fut directeur du dessin à l’académie d’Alcalá, de 1750 à 1760.

41 J. I. Uriol Salcedo, Historia de los caminos de España, t. I, pp. 231-240.

42 G.-P. Verboom avait déjà commandé des projets aux ingénieurs pour rendre navigable le fleuve.

43 Carlos Lemaur, ingénieur militaire d’origine française, et Antonio de Ulloa lieutenant de vaisseau, furent amenés à élaborer le tracé du canal de Castille, puis à entamer sa construction entre 1751 et 1753. À cette occasion, ils firent de nombreux relevés et remirent au roi Ferdinand VI un projet général des canaux de navigation et d’irrigation pour les royaumes de Castille et León.

44 Carlos Lemaur (Montmirail 1721 - Madrid 1785), d’origine noble, vint en Espagne en 1750 et fut nommé ingénieur ordinaire. Il participa à l’élaboration des projets du canal de Castille, à la Société royale de mathématiques de Madrid, fut directeur des routes de Galice, et participa à la repopulation de la Sierra Morena.

45 A. Domínguez Ortiz, Carlos III y la España de la Ilustración, p. 297.

46 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 726-728 : Real titulo del 8 de agosto de 1756, el cuerpo de ingenieros corre bajo la dirección general de artilleria, se suprime el empleo de capitán general de ella.

47 AGS, GM, 305, dans une lettre envoyée au roi en septembre 1756, Aranda évoquait la complémentarité de ces deux corps en ces termes : « Cuerpos comprehensivos de un enlaze de manexos consecuentes unos de otros, necesitan indispensablemente de un govierno sistemático… »

48 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 214, ordonnance du roi pour unir l’artillerie avec le génie, sous l’autorité immédiate de Sa Majesté du 8 décembre 1755.

49 Ibid., pp. 214-217. Les résistances des ingénieurs furent importantes et, dès le 5 mai 1758, les deux corps étaient à nouveau séparés, ce qui reconnaissait l’indépendance des ingénieurs et leurs dissemblances avec les artilleurs.

50 AGS, GM, 3005, ou AGS, GM, 2998 mais le texte est incomplet.

51 AGS, GM, 3005. Les douze provinces d’artillerie en 1741 étaient Catalogne, Valence, Grenade, Andalousie, Galice, Castille, Estrémadure, Navarre, Guipúzcoa, Aragon, Majorque, présides d’Afrique. Aranda envisageait le regroupement de ces douze provinces en quatre départements : celui de Barcelone dont dépendaient la Catalogne, le royaume de Valence et de Murcie, Majorque, Ibiza ; celui de Séville pour l’Andalousie, l’Estrémadure, les présides d’Afrique ; celui de La Corogne pour la Galice, les Asturies, le León, la Vieille-Castille ; celui de Saragosse pour l’Aragon, la nouvelle Castille, Biscaye, Álava, Guipúzcoa.

52 Les quatre départements restants sont : celui de Barcelone : important pour deux raisons, l’existence d’une fonderie et d’un port d’où peuvent être embarqués des canons ; celui de Séville : assistance à l’Amérique ; celui de La Corogne : port et lien avec l’Amérique mais aussi lieu stratégique pour la protection des côtes galiciennes ; celui de Saragosse : point stratégique pour la défense intérieure du pays, la France est proche donc on peut y laisser des troupes d’observation, de plus, l’Èbre est important pour les transports de Logroño à Tortosa. La fertilité de la terre d’Aragon, l’abondance des mules et charrettes faisaient de cette région une base possible pour une retraite vers le centre de l’Espagne.

53 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 276-290 : Real Ordenanza de 4 de enero de 1741 en que se declara el número fixo, y clases de oficiales de que se ha de componer el Estado Mayor de ArtilleríaPlusieurs raisons étaient invoquées pour expliquer la création d’un État-Major fixe : dans des occasions urgentes, les officiers avaient fait défaut et ceux qui étaient en poste avaient parfois manqué de science et d’expérience ; de plus, l’absence de promotion prévue et le salaire réduit des artilleurs par rapport aux ingénieurs gênaient l’efficacité de cette arme.

54 AGS, GM, 3005 : « nunca en las matemáticas ha sobresalido la España, y de los pocos autores que de ellas en general, y en sus partes detalladas han escrito, sobre ser antiguos, y escasos en sus explicaciones, tampoco se hallan ediciones… ».

55 AGS, GM, 3005 : « cinco ingenieros, y otros tantos artilleros de los más sobresalientes en ma mathemática en general ; y sus partes, maquinaria, fortificación, y arte de tormentaria ».

56 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 303 : Real orden de 30 de enero de 1743 sobre las dependencias y recursos de Ingenieros y Artillería, que deben correr por mano de los capitanes generales de Provincia.

57 Ibid., t. VI, p. 729, Real orden de 4 de setiembre de 1756, sobre limitación de facultades en los asuntos de Artillería, e ingenieros a los capitanes Generales de Provincia, y otras cosas acerca de lo en que deben tener conocimiento : « los cuerpos de ingenieros y de artillería sigan sus correspondencias por su gefe el director general […] sin que se mezclen los capitanes generales de provincia y en que deben intervenir sobre existencias de artillería y obras de fortificación… »

58 AGS, GM, 2990, Recurso del conde de Aranda al señor de Eslava sobre sus facultades en el manejo de los dos cuerpos y metodo que le parece se establezca para el giro de dependencias.

59 AGS, GM, 2990 : « yo soy el responsable con todo el cuerpo de artillería e ingeniero, y no un comandante de provincia, si cada uno huviese de ser arbitro, como irian las cosas ? Como habría uniformidad en los manejos ? Ni responsabilidad en los inteligentes ? Dígolo esto porque la secretaria del Despacho de V.E. expide las órdenes a las provincias antes que a mí, y esto resulta, varios inconvenientes, lo primero que siendo yo el principal no devo ser el segundo. Lo segundo, que siempre necesito de examinar lo que se mande para acompañarlo de todas las prevenciones, que son propias de mi empleo […] a mis subalternos… »

60 Ibid. : « Se responde que no hay regla por general que sea que no admita alguna excepción, muy mucho más en los santos de govierno en que muchas veces obliga variar, de un año casi a esta parte apenas se contaran seis casos, haviendose seguido la regla general que solicita… »

61 AGS, GM, 2990, lettre de Sebastián de Eslava, secrétaire du bureau de la Guerre adressée le 11 juillet 1757 au comte d’Aranda : « Se responde que los comandantes generales en las provincias son gefes de artilleros, y ingenieros en los mismos terminos que lo son de otros cuerpos del ejército […] deven hacer cumplir exactamente los reglamentos, órdenes, prevenciones, y demás cosas que el rey mande en aquella provincia… »

62 AGS, GM, 3011, Sociedad de Matemáticas y Nuevo pie de las academias ; AGS, GM, 3005, Relación de los individuos que han trabajado en la Real Sociedad de Matemáticas de Madrid.

63 L’autorisation de consulter des livres mis à l’Index fut donnée par l’inquisiteur général le 25 avril 1761 (H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, n. 18, p. 363).

64 Carlos Lemaur (France, Montmirail 1721 – Madrid 1785) vint en Espagne en 1750 sur proposition de Francisco Pignatelli, ambassadeur d’Espagne à Paris. Il fut alors nommé ingénieur ordinaire puis ingénieur en second en 1760, en chef en 1775 et enfin, en 1781 brigadier et ingénieur directeur. Il participa à des travaux publics, routes et canaux, au siège d’Almeida et à la repopulation de la Sierra Morena aux côtés de Pablo de Olavide. Marié à une française, il eut quatre garçons et deux filles. Tous ses fils devinrent ingénieurs.

65 Juan Garland (?-1775 en mer) appartenait à l’ordre militaire de Santiago et fut nommé ingénieur ordinaire en 1756. Après la suppression de la Société de mathématiques, il fut nommé au Chili avec le grade d’ingénieur en second.

66 Antonio Córdoba (Figueras 1729 - Cadix 1765) entra dans le corps en 1756 comme ingénieur extraordinaire. Après la suppression de la Société de mathématiques, il travailla à l’arsenal de Carthagène jusqu’en 1762, où il fut nommé dans l’armée de prévention du Portugal.

67 Bernardo Fillería (1731- ?) fut nommé ingénieur dessinateur en 1753, puis en 1760 ingénieur extraordinaire et envoyé à Carthagène. En fait, il partit pour l’Académie d’artillerie de Cadix.

68 AGS, GM, 3005, Distribucción de la consignación de la Real Sociedad de Matemáticas en février 1757. Le budget s’éleva jusqu’à 166.000 réaux après 1757.

69 AGS, GM, 3011, Relación de las academias que en virtud de real orden deben subsistir y son suficientes para desempeñar plenamente el punto de enseñanza (20 juin 1760). Ce montant est le même qu’en 1759. Pour le personnel enseignant 12.000 réaux de gratifications, 2.000 pour le concierge et 5.300 pour les livres et instruments.

70 AGS, GM, 3011, lettre de la junte à Pedro de Lucuce au 20 juin 1760.

71 Ibid. : « se reduce a varios fragmentos más propias a la enseñanza de principiantes ».

72 AGS, GM, 3011, lettre de la junte à Pedro de Lucuce au 20 juin 1760 : « desde el principio no se estableció esto con la formalidad y extensión que se requería porque los oficiales buenos para la subordinación en las ejecuciones militares, no son igualmente dociles para los intelectuales, la maior parte del tiempo se ha pasado en disputas y diferencias de consideración entre Maximiliano de La Croix y la misma sociedad, pretendiendo aquél reducir esta junta a una academia de hombres particulares literatos… »

73 AGS, GM, 3011, lettre de la junte à Pedro de Lucuce au 20 juin 1760 : « teniendo asi presente el crecido gasto que ocasiona el establecimiento y la falta que nueve oficiales pueden haber en varios destinos… »

74 AGS, GM, 3011, lettre de Pedro de Lucuce au ministre Ricardo Wall en novembre 1760.

75 AGS, GM, 3011, Orden de S.M. para que se estinga la sociedad de matemáticas y destino de sus individuos y de los efectos que existen.

76 Jaime Masones de Lima, comte de Montalvo, lieutenant général, ambassadeur à Paris fut nommé en mars 1758 directeur des corps du génie et de l’artillerie. Il prit son poste à la fin de 1760, car il fut remplacé comme ambassadeur en France par Grimaldi. Il démissionna le 21 septembre 1761. En 1763, il dirigea la junte chargée de rédiger les nouvelles ordonnances militaires. Déjà on parlait de faire des ordonnances séparées pour l’artillerie et le génie.

77 Maximiliano de La Croix lieutenant général d’artillerie, devint inspecteur général du corps du génie en 1761, puis son titre fut transformé en commandant général en 1763 et inspecteur des places et fortifications du royaume et de ses frontières.

78 Félix Gazzola (Piacenza [Italie] 21 octobre 1698 - Madrid 4 mai 1780) fils d’un capitaine général d’artillerie de Parme vint en Espagne avec Charles III en 1760. Il fut nommé en novembre 1781, inspecteur général du corps d’artillerie. Puis en 1763, il devint commandant général du corps royal d’artillerie et inspecteur général. En 1764, il prit la direction du collège d’artillerie de Ségovie. Il reçut le titre de chevalier de l’ordre de Santiago. Un ouvrage a été publié sur Gazzola comprenant des éléments intéressants su sa bibliothèque et ses testaments. Mais il reste succinct (J, Pérez Villanueva, El conde Félix Gazzola, 96 pages).

79 Lettre de Maximiliano de La Croix, directeur de l’artillerie auprès du ministre de la Guerre sur les problèmes rencontrés par les ingénieurs en fin de carrière et sur leurs revendications à accéder à des postes de commandement (AGS, GM, 2998, datée du 2 juillet 1765).

80 Les ouvrages de plusieurs historiens reprennent l’idée d’association de Charles III et du mouvement de Ilustración comme, pour n’en citer qu’un, A. Domínguez Ortiz dans son livre Carlos III y la España de la Ilustración de novembre 1988.

81 Sa famille était importante puisqu’il avait eu de nombreux enfants avec son épouse Marie-Amélie de Saxe. Son épouse regretta Naples et n’eut guère le loisir de l’épauler dans son travail de roi, comme elle l’avait fait à Naples puisqu’elle mourut le 27 septembre 1760 à Madrid. Charles III n’aimait guère les nouveaux visages et lorsqu’il accordait sa confiance, il fallait s’en montrer digne. Parmi les hommes de confiance qu’il amena avec lui, le cas du marquis d’Esquilache est le plus connu. Il vint aussi avec son architecte préféré Francisco Sabatini, et le duc de Losada qui était attaché à son service personnel.

82 Le contentieux hispano-anglais reposait sur la prise anglaise de navires espagnols, sur le non-respect des quotas de navires apportant des marchandises anglaises dans les colonies espagnoles, sur l’installation de colons au Honduras, qui se permettaient de fortifier leurs villages alors qu’ils étaient en territoire espagnol, sur les droits de pêche à la morue dans les eaux de Terre-Neuve.

83 J. M. Gárate Córdoba, « Don Antonio Oliver Sacasa, autor de las Sabias Ordenanzas ». L’histoire du processus de rédaction y est bien décrite. Un autre ouvrage du même auteur s’intéresse aussi aux ordonnances militaires : Rumbo y solera de las ordenanzas militares.

84 F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 53-55 : Reglamento del nuevo Pie, en que S.M. manda se establezcan los cuerpos españoles, irlandeses, italianos y walones en la infanteria de su exercito, 15 de febrero de 1760, AHN, Estado, 4900, 8.

85 Ordenanza de S.M. explicando las funciones de los inspectores generales, y ayudantes generales de Infantería, 13 de febrero de 1761, AHN, Estado, 4900, 11.

86 Reglamento de fundación y establecimiento del Monte de piedad que se instituye para socorro de les viudas de oficiales militares, prescriviendo los estatutos de su dirección, y govierno, Madrid (20 avril 1761).

87 AGS, GM, 2998, Real resolución de S.M. para el cuerpo de ingenieros (25 mai 1765).

88 José Antonio Portugués qui appartint aux ordres militaires de Calatrava et Santiago, fut un fonctionnaire attentif, membre du Conseil et secrétaire au premier bureau du secrétariat d’État et au ministère de la Guerre.

89 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña (22 octobre 1768).

90 L’Espagne avait envoyé des observateurs sur les champs de batailles prussiens. Alejandro O’Reilly en fît partie.

91 Ordenanzas generales de su S.M. para el régimen y servicio de sus ejercitos, 1768 ; R3784-1/2, préambule : « por quanto ha manifestado la experiencia, en que la observancia de las ordenanzas militares, expedidas desde el año 1728, se han ofrecido algunas dudas, que, o consultadas atrasaban mi servicio, o mal interpretadas perdian tal perjudicarle ; y que en falta de regla fija, que no daban para muchos asuntos del interior govierno de los cuerpos, quedaba expuesto a disformidad y voluntaria variación el método de buen regimen en ellos ».

92 Les huit traités des ordonnances générales étaient : 1) que contiene la fuerza, pie y lugar de los regimientos de infanteria […] de los cuerpos de caballeria y dragones ; 2) que contiene las obligaciones de cada clase […] ordenes para oficiales en guarnición […] y campaña ; 3) que contiene los honores militares ; 4) que explica la formación, manejo del arma ; 5) que contiene los exercicios de caballeria y dragones ; 6) que comprehende todo lo perteneciente al servicio de guarnición ; 7) que contiene el servicio de campaña ; 8) de las materias de justicia.

93 L’infanterie était toujours composée de régiments espagnols, irlandais, suisses et flamands. Même si les régiments dits étrangers n’étaient pas forcément composés d’étrangers, ils en conservaient l’appellation. Le régiment était composé de deux ou trois bataillons (ce nombre avait déjà varié au gré des besoins sous les règnes précédents), chacun composé de neuf compagnies, elles-mêmes composées chacune de : un capitaine, un lieutenant, un sous-lieutenant, un sergent de première classe, deux de seconde, deux tambours, quatre premiers caporaux, deux seconds caporaux et soixante-quatre soldats. Dans le premier bataillon d’un régiment, il existait un État-Major composé d’un colonel, d’un sergent-major, d’un adjoint au major, de sous-lieutenants, d’un chapelain d’un chirurgien, d’un caporal et de six sapeurs, un maître armurier, un tambour-major et deux fifres.

94 Ordenanzas de S.M. para el régimen, disciplina y subordinación de sus exércitos, 1768, traité II, tit. XVIII, art. 1-38.

95 Ibid., traité II, tit. XVIII, art. 13 et 14.

96 R. Mousnier et E. Labrousse, Le xviiie siècle : l’époque des Lumières, pp. 97-99.

97 Ibid. Les Français furent à la pointe de la réflexion sur la stratégie avec le comte de Guibert et son Essai général de la tactique, publié en 1772, qui inspira fortement Napoléon et avec l’artilleur Gribeauval qui allait modifier l’ensemble des matériels d’artillerie.

98 Ordenanzas de 1768, Ibid., traité II, tit. XVII, pp. 166-188.

99 Ibid., p. 167, art. 3 : « Los oficiales tendrán siempre presente, que el único medio para hacerse acreedores […] de sus gefes y merecer nuestra gracia, es el cumplir exactamente con las obligaciones de su grado ; el acreditar mucho amor al servicio, honrada ambición, y constante deseo de ser empleados en las ocasiones de mayor riesgo, y fatiga, para dar a conocer su valor, talentos, y constancia. »

100 Ibid., tit. I, p. 58 : « el valor, prontitud en la obediencia, y grande exactitud en el servicio, son objetos a que nunca ha de faltar, y el verdadero espíritu de la profesión ».

101 AGS, GM, 2990, lettre de Maximiliano de La Croix au marquis d’Esquilache du 2 juillet 1765.

102 Juan Martín Cermeño (? Ciudad Rodrigo - 1773 Barcelone), d’origine noble, entra dans le corps en 1719 comme ingénieur extraordinaire. Il participa à de nombreuses campagnes militaires. À partir de 1750, il s’occupa de la ville de Barcelone et de ses fortifications. Puis il devint inspecteur général du génie en 1766 et obtint le 9 mars 1769 le titre d’ingénieur général. Son fils, Pedro, devint aussi un ingénieur fameux.

103 AGS, GM, 2998, Real Resolución de S.M. para el cuerpo de ingenieros.

104 Les rations des ingénieurs en campagne étaient supérieures à celles des autres armes. Effectivement d’après le Reglamento de las raciones de pan y cebada que se han de subministrar diariamente en campaña del 17 de noviembre de 1771 (AGS, GM, 2998) un colonel touchait 3 rations de pain et 3 d’avoine alors qu’un ingénieur en chef et colonel touchait 6 rations de chaque élément. Pour les autres grades, il existait aussi des différences qui, bien sûr, s’amenuisaient en descendant l’échelle.

105 Esquilache fut ministre de la Guerre du 4 octobre 1763 au 5 juin 1766.

106 AGS, GM, 2990.

107 Ibid. : « Salen de los más selectos u oficiales de los cuerpos de infantería, caballería o dragones, cuya inclinación al estudio de hacerse más utiles al real servicio por su aplicación a las ciencias ha distinguido de los demas de sus respectivos cuerpos. »

108 Ibid. : « el continuo sinsabor de hallarse bajo los órdenes de varios comandantes que presumidos de inteligentes en una facultad a que no basta el estudio y experiencias de vida humana… ».

109 Ibid. : « si en vez de dejarles sin más salida que la de la muerte, en llegando a carecer de robustez, o por alguna otra casualidad a ser reconocidos inaptos para continuar sus méritos en ellas, fuese de la real dignidad atender a sus retiros al respecto de los grados de ejército en que se hallen a par de los que se conceden a los demas de infanteria de comandancias, gobiernos, tenencias de rey y corregimientos de este continente, o de Indias… ».

110 Ibid. : « que el cuerpo de ingenieros debera reputarse verdadero seminario de generales ».

111 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición, y campaña, t. IV, subdivisé en trois traités.

112 Premier traité : Reglamento y servicio del cuerpo de ingenieros en las guarniciones, pp. 1-38 ; second traité : De las obras de fortificación de sus proyectos, y modo de seguirlas, pp. 38-85 ; troisième traité : Servicio de los ingenieros en campaña, pp 86-140. Nous n’avons pas dû consulter la même édition que H. Capel Sáez qui indique dans De Palas a Minerva, p. 74 : 256 (au lieu de 140 pages).

113 AGS, GM, 2986.

114 AGS, GM, 2998, Real Resolución de S.M. para el cuerpo de ingenieros del 25 de mayo de 1765.

115 AGS, GM, 2986, lettre du marquis de Verboom au marquis de Castelar, proposition d’un uniforme acceptée le 22 avril 1728 par le roi.

116 AGS, GM, 2986, lettre de Verboom au marquis de Castelar le 23 décembre 1727 : « Haviéndose reconocido en varias ocasiones lo inexcusable que es que los oficiales del cuerpo de ingenieros hagan un uniforme […], y después de haber reflexionado como se podrían hacer de modo que distinguiendose de los más cuerpos fuesen de lucimiento para este… »

117 AGS, GM, 2986 : « casaca azul y sus vueltas de grana, como tambien la chupa y calzones y del propio color las medias ; la casaca y chupa ojalada de hilo de plata con un ribete y galon ancho de lo mismo que los acompañe y las vueltas y bolsillos guarnecidos con ribete y doble galon ; la botonadura de plata amartillo con su pequeño labor ; sobre la espalda un cordón de hilo de plata, y el sombrero ribeteado de un galon uniforme al vestido. El forro de la casaca, colorado ; el de chupa, blanco ; el cordón ó dragona, redondo con herretes ó cabos de plata a martillo ».

118 AGS, GM, 2986, Estado de los ingenieros que sirven a V.M. en España y presidios de Toscana y Africa con distinción del numero que hay en cada provincia, para el libramiento de los paños de la real fábrica de Guadalajara que S.M. ha mandado se entreguen a cada individuo para vestidos uniformes (20 juin 1728).

119 AGS, GM, 2986, lettre de Maximiliano de La Croix à Juan Martín Cermeño du 2 juillet 1751, le modèle d’uniforme choisi était pour les grands et petits uniformes : « una guarnición al canto de la casaca y chupa compuesta de los dos galones de plata de la labor de las muestras que incluye V.S., uno ancho y otro estrecho que le sirva de borde disponiendo las vueltas de la casaca y los bolsillos en la misma forma ; aprobando también S.M. el pequeño uniforme guarnecido sólo con el galón estrecho el todo del vestido tapa y contratapa del bolsillo y los ojales de cartulina seguidos con su botonadura hasta la cintura asi en el pequeño como en el uniforme grande y disponiendo que ambos galones sean algo más estrechos que las muestras para que siendo menos costosos ambos uniformes facilite a todos los individuos su execución ».

120 AGS, GM, 2986, Resolución de S.M. sobre el vestuario de los cuerpos, y uniforme de los oficiales de su ejército (11 mars 1760).

121 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña, traité I : Reglamento, y servicio del cuerpo de ingenieros en las guarniciones, tit. I : clases, numero, grados, uniforme y subordinación, art. 3 : « por uniforme, usarán el de mi Casa Real, casaca, y calzon azul, con vuelta y chupa encarnada, medias blancas, y sombrero con galón de plata, guarnecida la casaca, y chupa por su canto, tapas y contratapas, y vueltas de la casaca con dos galones de plata tirados, uno grande, y otro pequeño, del dibujo que actualmente usa, y la botonadura corrida por un lado ». Art. 4 : description du petit uniforme ; art. 5 : description de la parure du cheval.

122 AGS, GM, 3002, Real Orden del 14 de septiembre de 1784 : « que se hagan semejantes a los que tienen actualmente los oficiales del real cuerpo de Artillería, pero con cabos de plata y tal cual pequeña variación, de modo que en la vuelta, collarin, boton de metal, ancho del galon grande, que es de 20 lineas, y de 10 de estrecho para el collarin, su labor y en todo lo demás, han de ser iguales para ambos cuerpos facultativos… ». Cette décision prise par le roi le fut à la demande de Francisco Sabatini et Juan Cavallero (à l’époque, en 1784, deux des trois directeurs du corps) qui voulaient réformer les uniformes des ingénieurs, car trop coûteux et rapidement usés.

123 Ordenanzas de S.M. para el servicio del cuerpo de ingenieros en guarnición y campaña, traité I, tit. V, art. 4, 5, 6.

124 Ibid., traité I, tit. VI, art. 8.

125 Ibid., traité I, tit. VI, art. 14-17.

126 Ibid., traité I, tit. VI, art. 5-9 et 19.

127 Ibid., traité I, tit. VII, art. 1-8 rôle de direction des travaux et 16 budget, 10-15 rôle de meneur d’hommes.

128 Ibid., art. 1, 3-9.

129 Ibid., art. 11-16.

130 Ibid., art. 10.

131 Ibid., art. 17-22.

132 Ibid., tit. IX, art. 2, 3. Les vices-rois avaient eu tendance par le passé à se mêler des travaux menés par les ingénieurs.

133 Ibid., art. 9 et 10.

134 Ibid., art. 8.

135 Ibid., art. 5.

136 Ibid., traité II, De las obras de fortificación de sus proyectos y metodo de seguirlos, pp. 38-84.

137 Ibid., traité III, Servicio de los ingenieros en campaña, pp. 85-140.

138 Ibid., traité II, tit. II, art. 1-19, et tit. III, art. 1-21.

139 Ibid., tit. IV, art. 1-12.

140 Détail : service destiné à la vie administrative d’une unité (matériel, hommes…).

141 Ibid., tit. IV, art. 12-42.

142 Ibid., art. 42-54.

143 Ibid., traité III, tit. II, art. 1-15.

144 Ibid., tit ; III, art. 1-16.

145 Ibid., tit. IV, art. 1-78.

146 Ibid., tit. I, art. 1-18.

147 AGS, GM, 2990, lettre de Maximiliano de La Croix au ministre de la Guerre marquis de Esquilache datée du 2 juillet 1765, citations d’extraits de ces requêtes de cette lettre dans la partie du chap. ii (pp. 000-000), concernant les préliminaires à l’ordonnance de 1768.

148 Ibid., traité III, tit. V, art. 56, p. 139 : « igualmente les concedo los mismos honores militares, tratamientos, y prerogativas, que a los otros oficiales de mis exércitos, con correspondencia a cada graduación ».

149 Les artilleurs, eux, eurent en 1762, le 29 janvier un règlement « del nuevo pie en que S.M. manda se establezca el Real Cuerpo de Artillería » qui consacrait l’union au sein du corps royal d’artillerie de l’État-Major, du régiment royal et des compagnies provinciales. Le 22 juillet 1802 seulement, une ordonnance fut produite pour l’artillerie : Ordenanza dividida en quatorce reglamentos que S.M. manda observar en el real cuerpo de artillería para sus ramos de tropas, cuenta y razón y fábricas (J. Vigón, Historia de la artillería española, pp. 9-20).

150 Le projet de Juan Francisco Gautier (ingénieur français) d’un corps d’ingénieurs de la marine basé sur le modèle français fut envoyé à Charles III le premier octobre 1770, qui l’approuva. Il fut adopté le 10 octobre 1770.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Équivalences emplois grades en 1756
Légende .
Crédits Sources AGS, GM, 3005, lettre du 21 septembre 1756 d’Aranda au roi ; AGS, GM, 2998, Real Resolución del 19 de Octubre de 1756
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/21334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search