Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Première partie. Le corps des ingénieurs militaires. Une institution polyvalente

Chapitre premier. La création du corps (1700-1744)

Texte intégral

I. – La guerre de succession : révélateur de nouvelles perspectives pour l’armée

La difficile succession au trône d’Espagne

  • 1 J.-P. Amalric, « Guerres et paix, nouvelles équipes et nouveaux usages », p. 515 ; A. Domínguez Ort (...)

1Au début du xviiie siècle, une nouvelle dynastie d’origine française, celle des Bourbons, accéda au trône d’Espagne. Ce changement est considéré comme une rupture par de nombreux historiens1 : rupture dynastique tout d’abord ; rupture institutionnelle ensuite, du fait de l’affirmation de la volonté centralisatrice des Bourbons dans un pays aux superpositions administratives et politiques complexes ; rupture enfin des équilibres régionaux dans le royaume d’Espagne. Dans un premier temps, ce changement dynastique engendra un bouleversement politique européen et international, dans la mesure où l’avènement sur le trône d’Espagne du petit-fils de Louis XIV ne laissa pas les souverains d’Europe sans réaction. L’antagonisme des prétendants au trône déboucha alors sur une guerre de Succession qui remit en cause l’équilibre européen.

  • 2 B. Bennassar, Histoire des Espagnols, p. 488.
  • 3 Le 17 avril 1702, Philippe V était à Naples pour mater un mouvement de révolte. Puis il se rendit d (...)

2Le 1er novembre 1700, Charles II mourut sans héritier, malgré deux mariages. Ce dernier roi Habsbourg représentait, avec son physique disgracieux et son tempérament maladif, comme l’a peint Claudio Coello, le type même d’une « fin de race »2. Les Habsbourg du xviie siècle avaient eu bien des difficultés à maintenir l’Espagne à la place qu’elle occupait au xvie siècle sur le plan international et Charles II n’avait pas plus réussi que ses prédécesseurs. En politique intérieure, le bilan du règne du dernier descendant de Charles Quint ne fut guère plus encourageant même si une légère reprise de la croissance économique s’ébauchait dans les provinces, à la fin du siècle, et si la courbe de la croissance démographique amorçait elle aussi, une timide remontée. Quoi qu’il en soit, en 1700, l’Espagne restait un sujet de convoitise pour les puissances européennes qui attendaient avec impatience le moment de se partager la dépouille de l’Empire espagnol. Les prétendants au trône venaient de deux horizons européens : Charles, archiduc d’Autriche, descendait de la branche des Habsbourg de Vienne et Philippe, duc d’Anjou, deuxième fils du Dauphin, était le petit-fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche, elle-même sœur de Charles II d’Espagne. Charles II choisit dans son testament de renier le traité de partition de 1699 qui accordait à l’archiduc l’essentiel de l’Empire espagnol. Il désigna Philippe d’Anjou comme son successeur pour régner sur la totalité de son empire. L’Angleterre, la Hollande et l’empire d’Autriche n’acceptèrent pas ce revirement de Charles II. La peur de voir la puissance française s’étendre sur les immenses territoires dépendant de la couronne espagnole gagna les dirigeants européens. Deux faits les encouragèrent à prendre parti pour l’Archiduc : d’une part, les droits à la succession française de Philippe V furent confirmés par le Parlement de Paris en février 1701 et, d’autre part, la France obtint des avantages commerciaux avec les colonies espagnoles. La solution choisie par ces pays européens pour éviter le contrôle de la royauté espagnole par la France fut la guerre. Le traité de la Grande Alliance entre l’empereur d’Allemagne, le roi d’Angleterre et les Provinces-Unies, signé le 7 février 1701 à La Haye, engagea l’Europe occidentale dans la résistance à Louis XIV. Les Alliés promirent d’établir Charles sur le trône. En 1703, le roi du Portugal et le duc de Savoie rejoignirent l’Alliance. En septembre 1702, Charles fut reconnu à Vienne par les représentants de la Grande Alliance comme roi d’Espagne sous le nom de Charles III. La guerre approchait. Les premiers combats eurent lieu dans les États italiens et aux Pays-Bas espagnols3. Après le débarquement de Charles à Lisbonne en 1704, la péninsule Ibérique devint le théâtre des combats. C’était une guerre civile qui commençait.

  • 4 Tercio : corps d’armée de 3.000 hommes élaboré à la fin du xve siècle. L’État-Major de cette unité (...)
  • 5 Les militaires venus aider le petit-fils de Louis XIV à prendre son trône furent souvent très criti (...)
  • 6 L’organisation militaire espagnole montra la voie à suivre dans plusieurs domaines dès la fin du xv (...)
  • 7 A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, pp. 78-79, 97 et 99.

3Il ne s’agit pas ici de retracer dans le détail tous les évènements qui ont marqué cette période, mais de rechercher quel fut le rôle d’accélérateur de cette guerre dans les réformes du monde militaire espagnol. Même si ces réformes étaient de toute évidence nécessaires, la guerre a accentué l’urgence des changements à effectuer. Les moyens militaires de Philippe V étaient modestes. Le prestige de l’armée, plus particulièrement celui des tercios4 et de la flotte, s’était éteint progressivement au xviie siècle. L’indiscipline, les soldes toujours en retard, le manque d’officiers meneurs d’hommes font alors de l’armée espagnole une armée sans envergure et usée par les défaites. La noblesse désertait les fonctions militaires, entachées à ses yeux du grave préjudice de ne mener ni à la gloire ni à la fortune. Ce noir tableau, même s’il émane d’observateurs français de l’époque5, que l’on pourrait soupçonner de partialité, est une réalité. Il faut cependant le nuancer. D’une part le pouvoir royal a eu au xviie siècle quelques initiatives novatrices pour l’organisation militaire6. D’autre part les problèmes de soldes impayées ainsi que le manque d’entrain de la noblesse à servir dans l’armée n’étaient pas alors le monopole de l’Espagne7.

  • 8 Duc de Berwick : James Stuart Fitz-James (Moulins, 1670 - Philippsbourg, 1734), fils naturel de Jac (...)

4Philippe V, placé dans l’obligation de conquérir son royaume, se rendit compte des insuffisances et des défauts de l’armée espagnole. Il fit donc appel à Louis XIV qui, dès juin 1701, avait pris conscience des difficultés de son petit-fils et de son manque d’expérience politique. Le roi de France entreprit donc de le conseiller par le biais d’une correspondance quotidienne et de l’épauler en lui envoyant des hommes de qualité8. L’arrivée de généraux et de conseillers français permit au roi d’Espagne de s’engager plus sereinement dans la voie des réformes administratives et militaires. Philippe V, imprégné du modèle louisquatorzien, chercha ainsi à adapter son pays aux normes de centralisation et d’administration qu’il pensait nécessaires à un grand État.

5Dans cette perspective, l’armée devint un des instruments de la réalisation du dessein monarchique. Elle devait être pour la royauté un outil docile et efficace. Au début du xviiie siècle, et malgré quelques imperfections, le modèle militaire français semblait le plus performant en Europe occidentale. L’idéal militaire de tout souverain était alors d’arriver à égaler le prestige français. La base même de la puissance était d’avoir une armée permanente organisée selon trois principes ; d’abord le recrutement régulier des troupes et des officiers, ensuite le respect d’une hiérarchie stricte, lié à une discipline et à une subordination exemplaires, et enfin le regroupement des différents corps d’armée et de leur administration sous une même tutelle. Ceci devait permettre d’atteindre l’efficacité et la cohésion nécessaires à une armée prestigieuse au service de l’État.

6Pour atteindre cet idéal, il fallait résoudre trois problèmes majeurs des armées de ce temps : le manque d’uniformité des armements et des pratiques militaires, les multiples rivalités existant entre les différentes armes et à l’intérieur de celles-ci, l’incertitude de la définition des grades et des devoirs incombant à chacun, qui s’ajoutait à un système d’avancement basé plutôt sur les relations et sur l’ancienneté que sur le mérite. La tâche à accomplir était lourde.

La nécessité impérieuse de réformer l’armée

  • 9 Les réformes militaires sont les seules qui seront envisagées dans ce travail. Mais bien entendu, c (...)

7L’activité réformatrice, au début du règne (1701-1715), fut énorme9. Les ordonnances des Flandres (1701-1702) furent les premières pierres de l’édifice du renouveau militaire. Le but de ces ordonnances était de remédier aux conflits permanents entre les différents corps, à l’insubordination, à l’indiscipline et aux exactions des hommes dans les armées flamandes. Le marquis de Bedmar, capitaine général des armées des Pays-Bas, fut chargé par Philippe V d’élaborer le texte de ces deux ordonnances des Flandres, qui ne furent appliquées en Espagne qu’à la fin de 1703.

  • 10 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 210. Cette collection regr (...)
  • 11 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 325.
  • 12 Il faut souligner que l’internationalité des composants de l’armée espagnole a suscité au cours du (...)

8La première ordonnance du 18 décembre 1701 définit un ensemble d’interdictions et de sanctions destinées à remettre les hommes dans le chemin de la discipline militaire10. La deuxième ordonnance du 10 avril 1702 annonça la transformation en profondeur de l’armée11. Elle devait permettre d’aplanir les différences qui existaient entre les armées flamande et espagnole12 d’une part, espagnole et française d’autre part, afin de donner une plus grande cohésion à leurs actions conjointes.

  • 13 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 325 sqq : sur le grade de (...)
  • 14 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 327, art. 138 de l’ordonna (...)
  • 15 L’art. 169 de l’ordonnance des Flandres de 1702 déclare que le roi seul a le pouvoir de nommer aux (...)
  • 16 En février 1704, le roi prit la décision de pourvoir seul les emplois de sergent à colonel. Auparav (...)
  • 17 En octobre 1704, les fonctions des inspecteurs et directeurs généraux des armes de cavalerie et d’i (...)

9Ce fut l’occasion d’affirmer une stricte hiérarchie des carrières et de définir les devoirs attachés à chaque grade. Le choix de dénominations françaises pour les grades permit de simplifier les rapports entre les militaires des différents camps. Ainsi, les grades de brigadier et de maréchal de camp13 vinrent s’intercaler entre celui de colonel et de lieutenant général14, cette dernière formule étant empruntée elle aussi, au système français. Le grade de brigadier, dans la hiérarchie française établie par Louvois, fut conçu comme un moyen de récompenser les sujets les plus brillants et de permettre à des hommes de condition modeste d’accéder à des carrières d’officiers généraux. La charge du brigadier était de commander en temps de guerre plusieurs régiments à la fois, c’est-à-dire une brigade. En Espagne, ses attributions étaient les mêmes. Ce grade d’officier, attribué par le roi15 et par lui seul, aux meilleurs colonels, devint un nouvel et premier échelon pour gravir les marches de la carrière d’officier général. De la même manière, et quel que fût le grade, seul le roi, pouvait juger de l’opportunité d’une promotion, contrairement à ce qui se passait avec la procédure antérieure16. Tous les corps eurent la même hiérarchie. Les problèmes de rivalités et de préséance entre les hommes disparaissaient donc, du moins en théorie. La création des charges de directeur et d’inspecteur de corps17 ainsi que d’officiers d’État-Major ouvrait la voie par la responsabilisation des chefs, au contrôle de la discipline et à la stricte distribution des tâches. De même, ces charges vinrent confirmer la volonté centralisatrice affichée par Philippe V.

10L’unité de base, le tercio, fut réorganisée. Elle comprenait désormais un ou deux bataillons, chacun composé de treize compagnies d’une cinquantaine d’hommes. Cette unité qui comprenait, à la fin du xvie siècle, environ 3.000 hommes, et moins à l’aube du xviiie siècle, devint une unité plus maniable de 600 hommes. Une hiérarchie entre les différents tercios fut fixée, à la fois pour reconnaître leur prestige et pour déterminer sur le champ de bataille, leur ordre d’entrée au combat.

11Dans un premier temps, toutes les nouveautés inspirées du modèle français eurent bien du mal à s’imposer, aux Pays-Bas comme en Espagne. Lorsque Philippe V rentra de ses expéditions italiennes, après trois années d’expérience acquise sur le terrain, il jugea la modernisation de son armée impérative. L’année 1704 fut une année cruciale pour les changements.

  • 18 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I.

12Dans le préambule de l’ordonnance intitulée Real ordenanza sobre la fuerza de los regimientos de infanteria, caballeria y dragones… du 28 septembre 1704, Philippe V donnait les grandes lignes de sa volonté réformatrice18 :

  • 19 « … Mis ejércitos en España e Italia, que por componerse de diferentes naciones de mis reinos y de (...)

Pour mes armées d’Espagne et d’Italie, parce qu’elles se composent de différentes nations de mes royaumes ainsi que de celles qui servaient d’auxiliaires, voulant rendre uniforme l’exercice militaire de ces nations et voulant couper court au désordre et aux différences qui jusqu’à maintenant ont existé entre elles, et après avoir examiné ce qui se pratique dans les façons de servir de chaque nation, j’ai résolu d’établir un règlement semblable pour tous19

13En effet, il fallait résoudre l’épineux problème de l’internationalité des composants de l’armée espagnole. Il était nécessaire d’uniformiser le fonctionnement à l’intérieur de chacun des tercios indépendamment des nationalités qui le composaient. Changer le nom de l’unité de base permit de dessiner un nouveau profil : le régiment remplaçait le tercio. Chaque régiment fut formé d’un bataillon ou deux, tous divisés en douze compagnies de 50 hommes. À la tête de chaque régiment, il y eut un état-major (plana mayor) composé d’un colonel, d’un lieutenant-colonel, d’un sergent-major, d’un aide de camp, d’un chapelain, d’un chirurgien et d’un tambour-major. La compagnie, composée d’environ 40 hommes de troupes, de deux fusiliers et d’un tambour, vit son commandement réparti entre un capitaine, un lieutenant, un sous-lieutenant, deux sergents et des caporaux. L’organisation des tercios fut la même pour tous les militaires, qu’ils fussent wallons, italiens ou espagnols.

  • 20 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I.
  • 21 F. Andújar castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 34 et 102-103.
  • 22 En effet, les subalternes roturiers qui n’étaient pas passés par le stade de cadet, étaient systéma (...)
  • 23 A. Corvisier, Louvois, pp. 338-340.

14La deuxième démarche importante, destinée à donner une autonomie militaire à l’armée espagnole, fut la création des cadets nobles par la Real Cédula20 du 8 novembre 1704. Chaque compagnie devait recruter dix cadets nobles et hidalgos. Le cadet, toujours issu de la noblesse, devint le maillon indispensable à la constitution et au renouvellement d’une armée21 dont le commandement serait assuré uniquement par des nobles22 formant le corps d’officiers. Un esprit de corps se forgerait alors, peu à peu, parmi l’ensemble des officiers. L’idée du cadet, cet apprenti officier, avait trouvé sa place en France en 1682 avec Louvois23 et en Prusse, bien avant la France, dès 1645.

15Le troisième apport des réformes de 1704 fut l’instauration des régiments de milice comme armée de réserve. Au départ, ceci ne fut pas un succès. Mais la volonté de faire participer le peuple à la défense de son pays fut un trait important de l’évolution des armées européennes au xviiie siècle. L’Espagne fit ainsi prospérer l’idée, au départ embryonnaire, d’une armée nationale.

16Pour ses troupes, Philippe V choisit, des uniformes semblables à ceux utilisés en France. Au-delà d’une volonté d’uniformisation, ce choix révélait aussi une dépendance vis-à-vis de la France.

17La restructuration de l’armée espagnole s’accomplit ainsi pas à pas, à coup d’ordonnances et de règlements. Dans cette perspective, la guerre de Succession servit d’accélérateur à ces changements et permit aussi de confronter des opinions et des systèmes différents. La richesse des rencontres entre plusieurs horizons militaires avait contribué à lancer les bases nouvelles du système espagnol. Le renouvellement de la pensée militaire espagnole, dû à la confrontation d’expériences différentes, donna lieu à une réflexion sur deux catégories de militaires appartenant aux armes dites savantes : l’artillerie et le génie. Le xviiie siècle fut celui de leur entrée dans les armées européennes comme armes à part entière. Au fil des progrès constants de l’art militaire, elles devinrent les instruments des stratèges. La guerre se jouait autant dans les cabinets, sur consultation de cartes et de plans, que sur le champ de bataille ou dans les traités de sciences mathématiques.

II. – La création de corps scientifiques : une volonté royale

18Pour répondre à l’urgence des besoins, des artilleurs et des ingénieurs envoyés par Louis XIV vinrent aider leurs collègues espagnols. La perte des Pays-Bas en 1709 suscita l’exode d’ingénieurs flamands très expérimentés qui arrivèrent en Espagne pour offrir eux aussi leurs services. Ainsi, la rencontre d’hommes venus d’horizons différents allait permettre à Philippe V de rattraper le retard accumulé pour les corps scientifiques. En effet, dans l’armée espagnole de 1700, les artilleurs et les ingénieurs ne constituaient pas des corps à part entière avec une direction propre et des écoles de formation. Par exemple, les ingénieurs n’étaient que des contractuels qui, une fois leur travail fini, retrouvaient leur position précédente dans le civil ou dans l’armée. Or, la faiblesse de l’artillerie sur le terrain était un handicap aussi important que l’insuffisance ou la médiocrité des ingénieurs destinés à préparer le théâtre des opérations. Philippe V dut ainsi créer des corps spécifiques de techniciens militaires.

La naissance de l’artillerie royale espagnole

19L’artillerie était, au xviie siècle, divisée en deux catégories : l’artillerie de place composée d’artilleurs envoyés dans des places fortes pour s’occuper des magasins d’artillerie et de munitions, et l’artillerie offensive, c’est-à-dire les trains d’artillerie attachés à une armée et la suivant dans ses déplacements. Le personnel de ces corps n’était pas composé de spécialistes préalablement formés. Les nouveaux venus effectuaient leur apprentissage au contact de leurs pairs eux-mêmes autodidactes de la stratégie militaire – et par l’accumulation d’expériences personnelles. De cette manière, un officier venant, par exemple, de l’infanterie pouvait s’improviser artilleur.

  • 24 J. Vigón, Historia de la artillería española, t. I, pp. 158-161.

20Pour remédier à la lenteur des transports d’artillerie et à la diversité des types de calibre, Philippe IV avait établi, dans les ordonnances promulguées le 21 juin 1633, la division du territoire espagnol en départements d’artillerie. À la tête de chacun d’eux, était placé un lieutenant du capitaine général d’artillerie (Teniente del Capitán General de Artillería). Celui-ci était chargé de contrôler les dépôts de munitions dans les places fortes et de veiller au ravitaillement des armées. En Espagne, à la fin du xviie siècle, il existait quatorze départements d’artillerie commandés chacun par un lieutenant du capitaine général d’artillerie, aidé par un état-major administratif et un ensemble d’artilleurs24. Les problèmes des artilleurs étaient alors de trois ordres : financier, les soldes n’arrivant pas régulièrement ; social, leur appartenance à l’armée n’étant pas reconnue, et technique enfin, les progrès des sciences remettant périodiquement en cause les connaissances acquises.

  • 25 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 27-42.
  • 26 Ibid., p. 58.

21En 1700, l’artillerie, bien que mal en point, essaya de répondre aux exigences de la guerre. Mais elle avait besoin pour cela d’un appui extérieur. Sa rénovation était impérative. Les ordonnances des Flandres avaient provoqué une révision des carrières d’officiers généraux de l’artillerie ; elles avaient également souligné le besoin d’un état-major d’artillerie, et d’un ingénieur en chef pour les travaux de fortification. Mais rien n’avait vraiment changé. En janvier 1706, deux règlements25 entérinèrent la séparation des artilleurs en deux catégories : l’artillerie défensive et l’artillerie offensive. Les anciens grades de gentilhomme devinrent des grades copiés sur ceux des Français. Le calcul des années d’ancienneté permit alors l’attribution d’un grade puis devint le système choisi pour toute promotion. L’Ordre Royal du 23 janvier 1709 donna au grade d’officier d’artillerie des équivalences dans l’infanterie26. Donner un double grade équivalait à reconnaître la véritable appartenance de ces hommes à la hiérarchie militaire et à leur ouvrir ainsi de nouvelles perspectives de carrière.

  • 27 Ibid., pp. 59-77.
  • 28 Ibid., art. 1-6.
  • 29 Ibid., art. 8.
  • 30 Ibid., art. 9-14.
  • 31 Les différences entre les deux catégories d’artilleurs suscitèrent des problèmes de jalousie dus à (...)

22Mais le véritable acte de naissance du corps d’artillerie espagnole fut l’ordonnance du 2 mai 1710 mettant en place deux catégories d’artilleurs27. Tout d’abord, le roi créait des officiers d’État-Major attachés à une place ou à une armée28 dont les fonctions étaient, à la fois de répertorier les entrées et sorties des magasins d’artillerie, et de concevoir les besoins. Ils rendaient compte de leurs travaux au lieutenant général d’artillerie de la province (plus tard appelé comandante de artillería), au capitaine général de la province et au capitaine général d’artillerie. Dans les planas mayores, des postes d’ingénieurs étaient également prévus. Le recrutement des ingénieurs se faisait sur proposition de l’ingénieur général, qui transmettait les dossiers au capitaine général d’artillerie29. Ensuite, le roi créa un régiment d’artillerie, le Regimiento de Real Artillería30, composé de deux ou trois bataillons répartis entre les armées d’Aragon, d’Estrémadure et d’Andalousie, qui était sous le contrôle des inspecteurs de l’infanterie et avait pour fonction la garde et le service du train d’artillerie. Les officiers de ce régiment suivaient une carrière distincte de ceux de la Plana Mayor. Les différences existant entre les différents artilleurs suscitèrent bien des discussions au sein du corps31. La spécificité de cette arme obligea le roi à considérer l’importance de la formation : quatre écoles pratiques d’artillerie et trois écoles théoriques de mathématiques et de fortification devaient être créées. Pour un pays, former ses propres scientifiques permettait de gagner son indépendance militaire. C’était là un enjeu important.

  • 32 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, tit. 1, art. 8, p. 63.

23Dans cette ordonnance, s’annonçaient les premiers jalons de la séparation des artilleurs et des ingénieurs. L’article 8 établissait, comme principe de base, la création de la fonction d’ingénieur général32, lequel devait diriger l’ensemble des ingénieurs, juger de leurs aptitudes et fournir au capitaine général d’artillerie des hommes compétents pour les états-majors d’artillerie.

  • 33 La référence à cet ingénieur peut être écrite sous diverses formes selon les textes où il est cité  (...)

24Pendant ce temps-là, l’idée de développer un corps indépendant faisait déjà son chemin dans la tête d’un homme, un ingénieur flamand : Georges-Prosper Verboom33. Il voulait obtenir l’autonomie vis-à-vis du « grand frère » artilleur. S’inspirant des modèles français et flamand, et s’appuyant sur une certaine tradition du génie militaire espagnol, il fonda, en ce début de siècle, un corps indépendant d’ingénieurs militaires espagnols.

Le génie militaire espagnol aux xvie et xviie siècles : traditions et modèles extérieurs

  • 34 N. Faucherre, Places fortes, bastion du pouvoir. Ce petit fascicule écrit par un historien de la fo (...)

25Depuis l’Antiquité, les armées ont eu besoin de personnes ingénieuses capables de créer des machines de guerre offensives ou défensives, qui permettent aux hommes de contrôler l’espace sur lequel ils voulaient asseoir leur pouvoir. À la fin du xve siècle, le génie s’est trouvé confronté à de nouveaux problèmes. Les innovations dans l’artillerie34 obligèrent les architectes à reconsidérer la conception de la fortification, devenue inefficace. Concevoir de nouvelles fortifications devint une nécessité d’autant plus grande que la place forte était le lieu où les troupes en campagne se réapprovisionnaient en vivres et en munitions. Les États ressentirent le besoin de confier à des personnes compétentes le système défensif de leur pays.

  • 35 R. Quatrefages « La fortificación en España durante el Renacimiento ».

26Les Espagnols, pendant la Reconquête, avaient eu l’occasion de renouveler leur tactique militaire, découvrant la nécessité de ces spécialistes. Dans l’ordonnance de Tortosa du 18 janvier 1496, qui instituait une véritable organisation militaire et une comptabilité de guerre35, les Rois Catholiques définissaient également un cadre administratif pour la construction des fortifications. Une équipe administrative était chargée de surveiller ces travaux. Elle était composée d’un responsable militaire qui transmettait les ordres du gouvernement royal, d’un inspecteur des montres (veedor), d’un maître des comptes (contador) et d’un trésorier (pagador). Des équipes techniques étaient mises en place chaque fois que cela était nécessaire, en général en temps de guerre. Des sapeurs (zapadores) étaient recrutés pour aider l’ingénieur dans sa mission qui visait à faciliter la progression des troupes sur le terrain. En temps de paix, les ingénieurs – ou ceux qui en avaient la fonction – poursuivaient la mise en état de défense des frontières du royaume, pour faire face au péril musulman.

27Peu à peu, les gouvernants européens firent appel, pour la construction de leurs fortifications à des Italiens. Ces derniers qui durant les guerres d’Italie, entre 1494 et 1516, avaient accru leurs compétences en matière de génie militaire, devinrent les maîtres de l’art militaire en Europe. Leur supériorité venait de l’alliance de leur formation d’architectes et de l’expérience de combats.

28En Espagne, les Italiens recrutés reçurent le titre d’ingénieur et un grade militaire, s’ils n’en avaient pas déjà un. En revanche, les Espagnols travaillant dans le génie militaire avaient la plupart du temps une « formation » d’artilleur et non d’architecte. Passionnés de mathématiques, ils jouissaient d’une expérience certaine sur le terrain. Cependant, il existait une différence majeure entre Italiens et Espagnols, puisque les premiers recevaient le titre d’ingénieur au détriment des seconds. Il n’existait aucune règle écrite pour le recrutement géographique ou social, et aucun texte ne définissait les échelons de la carrière. Certains se sentaient donc lésés. Pourtant tous ces hommes possédaient un point commun : ils étaient tous de purs produits de la Renaissance, experts en toutes choses, polyvalents par définition.

29L’ingénieur devint, au fil du temps et des progrès de l’art militaire, un élément indispensable à la défense d’un pays. Cet homme parcourait inlassablement le pays, pour des missions, destinées par exemple, à visiter ou à reconnaître des fortifications ou les frontières du royaume. Les autorités locales devaient lui apporter leur soutien. La prise de contact n’était pas toujours facile. L’ingénieur était souvent considéré comme la main du roi, faisant ingérence dans les affaires locales. Lorsqu’un projet de fortification avait été arrêté, la ville devait participer financièrement aux dépenses ; le pouvoir central fixait sa quote-part. Peu à peu, les villes laissèrent au roi le soin d’entretenir leur forteresse et leurs murailles.

  • 36 Ibid.

30Le cas de Baltasar Pauana Avianelo, étudié par René Quatrefages36, fournit un exemple type des activités d’un ingénieur dans l’Espagne de l’époque. Cet ingénieur italien fut envoyé dans le royaume, en 1541, pour visiter un certain nombre de villes et de places fortes. Infatigable, il dut affronter non seulement les difficultés du voyage, mais aussi les réticences des autorités locales. Les gouverneurs de place, à cette époque, se mêlaient souvent de fortifier ou de détruire des fortifications sans aucun respect des règles de la stratégie militaire. Après des négociations, pour obtenir tous les plans des travaux précédemment faits, Baltasar Pauana Avianelo put se mettre au travail et élaborer un projet de fortification. Il le soumit alors au Conseil de Guerre, qui se prononça. Une fois le projet approuvé, les entrepreneurs étaient choisis. L’équipe administrative intervenait alors pour surveiller les différentes tranches de réalisation des travaux.

  • 37 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 96-101.

31Il restait un problème : l’ingénieur était toujours un « contractuel » mal considéré qui pratiquait un métier fatigant et peu envié. À l’aube du xviie siècle, le pouvoir royal espagnol renforça l’intérêt qu’il portait au génie militaire. Deux actes le prouvent. Le premier est la création de l’Académie de mathématiques par Philippe II en 1584. Dirigée par Juan de Herrera, elle avait pour but d’ouvrir l’esprit des hommes aux sciences mathématiques mais aussi, à la géographie, à l’architecture, à l’art de naviguer… Cette initiative ne fut qu’une semi-réussite : l’Académie ferma ses portes en 1625, faute d’auditeurs. Cependant elle porta ses fruits : ainsi, au collège jésuite de San Isidro de Madrid, deux cours de mathématiques furent intégrés aux dix-sept cours nécessaires à l’obtention du diplôme de fin d’études. En outre, toujours à Madrid, une Académie de fortification et d’artillerie37 fut fondée à la demande du capitaine général d’artillerie Juan de Acuña, en 1600. Elle fonctionna jusqu’en 1697.

  • 38 R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras (...)

32La seconde initiative du roi fut l’instauration en 1599, de la fonction de superintendant des fortifications d’Espagne, subordonnée au Conseil de Guerre. Cette fonction donnait à un seul individu la haute autorité sur toutes les fortifications du royaume, et sur tous les hommes recrutés pour les construire ou y travaillant déjà. Le premier surintendant fut l’ingeniero mayor, ingénieur majeur italien, Tiburcio Spanocchi. À son décès, en 1606, la charge ne fut plus attribuée. En 1612, Pedro Pacheco, capitaine général d’artillerie, fut chargé des fortifications38. L’idée de nommer un ingénieur à la tête des siens fut donc éphémère.

  • 39 De 1635 à 1644, de nombreux sièges eurent lieu aux Pays-Bas, à Arras, en Italie à Turin, en Espagne (...)

33Au xviie siècle, la politique de défense des frontières devint un des soucis majeurs des souverains39. La délimitation, par une présence matérielle de l’espace sur lequel on régnait, permettait d’affirmer son autorité, d’imposer une homogénéité au royaume. Les souverains espagnols tentèrent, tout au long du siècle, d’établir des règles pour la construction des fortifications.

  • 40 M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier (dir.), Historia social de las fuerzas armadas españ (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Sebastián Fernández de Medrano, sous-lieutenant d’un tercio flamand, acquit en autodidacte des conn (...)

34Philippe III définissait, dans la Ley du 2 février 1612, les domaines d’action de l’ingénieur royal40. Le cadre territorial des capitaineries générales, créé par Charles Quint, servit de base à l’exercice de sa fonction. L’ingénieur était chargé de l’exécution des fábricas y fortificaciones, et de tous les travaux d’intérêt public. Sous ses ordres, il disposait d’un personnel technique, allant de l’entrepreneur au maçon, qu’il avait choisi sur place. Si les projets dépendaient de l’accord du roi, le capitaine général ou le gouverneur fixait le salaire des employés. Cette loi était sensée obliger les autorités locales à utiliser les compétences de l’ingénieur royal pour effectuer des travaux de fortification. Mais Philippe IV fut obligé de rappeler, dans une instruction du 21 février 1665, que tout projet de fortification devait être soumis au capitaine général d’artillerie chargé des fortifications41. Les gouverneurs de place, malgré l’existence de spécialistes, n’en faisaient encore souvent qu’à leur tête. Le roi, mal informé de l’état des défenses de son royaume, jugea bon de remettre de l’ordre. Ce texte de 1665 qui, en théorie, mettait fin à l’intervention des gouverneurs dans les fortifications, n’avait toutefois pas abouti à la constitution d’un corps du génie. Les recrutements se faisaient au gré des besoins et des compétences. Cependant, les recherches de solutions se poursuivaient. À la fin du siècle, aux Pays-Bas espagnols, il y eut une innovation dans la formation des ingénieurs. Le duc de Villahermosa, capitaine général des États de Flandres, fonda en 1675 l’Académie de mathématiques de Bruxelles dont il offrit la direction à Sebastián Fernández de Medrano42. Chaque année, trente élèves suivaient des cours de géométrie, fortification, artillerie et géographie. À la fin de l’année, les meilleurs éléments avaient la possibilité de rester un an de plus pour accomplir une formation complémentaire en fortification, dessin, géométrie spéculative et en traité de navigation. Ces élèves pouvaient alors devenir ingénieurs au lieu de retourner dans leur régiment. L’enseignement accordait une grande place à la pratique. Ainsi, les ingénieurs sortants étaient immédiatement efficaces et pouvaient prendre leur place dans les emplois jusqu’alors majoritairement occupés par des étrangers. Cette école devint un grand centre culturel en Europe. Elle rendait possible une plus grande cohésion entre ces hommes issus d’une même institution et appelés aux mêmes fonctions.

  • 43 Le duc de Bournonville fut vice-roi de Catalogne de 1678 à 1685 et capitaine général de Catalogne, (...)

35En 1706, l’Espagne perdit cette ville et l’Académie ferma ses portes. Mais cette institution avait montré la voie à suivre pour améliorer les performances des ingénieurs et leur insuffler en même temps le sentiment d’appartenance à un groupe. Elle suscita même des imitations. En 1686, à Barcelone, le capitaine général, le duc de Bournonville43 ouvrit à ses frais une Académie d’architecture militaire qui comportait une chaire de mathématiques. En 1699, toujours en Catalogne, une Académie royale de mathématiques fut créée. Des disciples de l’académie de Bruxelles y enseignèrent jusqu’en 1705, année où la ville tomba aux mains de l’archiduc. Les souverains avaient pris conscience de l’importance de la formation dans l’organisation d’un corps des fortifications.

36Malgré le manque de structure, des hommes, artilleurs, ingénieurs ou architectes avaient apporté au souverain leur savoir pour construire les défenses de l’État. Les travaux réalisés par les ingénieurs en Espagne en deux cents ans ont consisté à fortifier la frontière franco-espagnole avec les places de Pampelune, Jaca, Saint-Sébastien, Rosas, Fontarabie ainsi que les côtes méditerranéennes, avec Carthagène – qui redevint en 1667 la base d’hivernage des galères du roi – puis Ceuta et Oran sur les côtes africaines et enfin Cadix. Ces hommes participèrent aussi à des campagnes militaires, à des sièges et à la construction d’édifices publics ou de ponts.

  • 44 R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras (...)

37En Amérique, même si le nombre d’ingénieurs fut peu important par rapport à la superficie de l’Empire (10 % des 290 ingénieurs du xviie siècle y firent un passage44), l’ambition était grande : il s’agissait de fortifier les Caraïbes. Cela amena le roi à faire appel à des artisans locaux pour concevoir et effectuer les travaux nécessaires. Après la défaite de l’Invincible Armada, en 1588, face à l’Angleterre, le souverain sentit que le péril viendrait des autres pays européens convoitant les richesses de son empire ; les travaux de fortification en Amérique centrale prirent alors forme. Les ingénieurs italiens, comme Juan Bautista Antonelli ou Tiburcio Spanocchi, préparèrent un plan de défense générale des Caraïbes. La fortification hispano-américaine allait trouver son originalité dans le mélange des fortifications anciennes avec des modèles modernes adaptés à des conditions géographiques, climatiques particulières et à des matériaux différents de ceux qui existaient en Espagne.

  • 45 R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras (...)
  • 46 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 33-115.

38Malgré ces innovations, l’Espagne ne réussit pas à trouver la voie d’une organisation structurée du génie. Les ingénieurs militaires ne formaient pas un corps scientifique reconnu dans l’armée. Ils demeuraient des itinérants qui forgeaient les défenses du pays en parcourant l’Empire, pour asseoir l’autorité du pouvoir monarchique. Les titres donnés à ces hommes furent variés. Le titre d’ingénieur mayor reconnaissait le plus ancien et le plus habile de tous. Le simple titre d’ingénieur indiquait leur fonction, dans les lettres de présentation aux différentes autorités. Le plus souvent, le militaire devait se contenter de conserver son grade militaire sans être reconnu pour les travaux de fortification qu’il exécutait. Le nombre d’ingénieurs, bien que passé de 91 au xvie siècle à 290 au xviie siècle45, restait insuffisant, surtout si l’on songe à l’immensité de l’Empire espagnol. Le manque de cohésion et de poids des ingénieurs face aux pouvoirs locaux, ajouté aux faiblesses du pouvoir central, ne permit pas au génie, au cours de ces deux siècles, d’atteindre son maximum d’efficacité mais seulement de parer au plus pressé. En revanche, dans le pays d’origine du futur Philippe V, une centaine d’années avait permis de constituer un corps d’ingénieurs au service de la royauté46.

39En effet, en France, le xviie siècle fut celui de la reprise en main de l’armée par la pouvoir monarchique. Les rois qui se succédèrent firent de celle-ci l’instrument efficace de leur autorité. Les ingénieurs devinrent des hommes nécessaires à l’établissement de la stabilité politique. Chaque souverain apporta une pierre à l’édifice du génie militaire.

  • 47 Ibid., pp. 51-68.

40Au xvie siècle, les ingénieurs italiens avaient été appelés par François Ier et Henri II. Dans la deuxième moitié du siècle, les guerres de religion empêchèrent tout progrès. Henri IV, devint roi de France, et après avoir mis fin à cette guerre civile, reprit une politique cohérente de défense47, trouvant là un moyen supplémentaire d’affirmer son autorité sur l’ensemble de son territoire. Il dut laisser des places aux protestants. Mais il les avait choisies à l’intérieur du royaume, parmi les moins modernes, donc parmi les moins aptes à être réformées au gré des progrès de l’art de la guerre. En revanche, Henri IV s’attacha à moderniser celles qui lui restaient. Il nomma Sully surintendant des fortifications – charge qui avait existé au XVIe siècle. Si ce dernier n’avait pas la formation de Tiburcio Spanocchi, il cumulait les charges de Grand maître de l’artillerie, surintendant des Bâtiments de France et des Finances. Il avait, entre les mains, les moyens d’une politique cohérente de construction et de restructuration de l’espace français. Les ingénieurs sous ses ordres étaient en majorité français. Ils avaient une bonne formation mathématique et se révélèrent de grands constructeurs. Même si leur nombre resta peu important tout au long du règne, ils participèrent aux grands travaux de remise en état de la défense des frontières.

  • 48 Ibid., pp. 58-59.

41Louis XIII et Richelieu, quant à eux, poursuivirent deux objectifs dans le domaine des fortifications : d’une part démanteler la puissance des grands seigneurs en détruisant leurs donjons et s’assurer ainsi leur dépendance, donc leur fidélité ; d’autre part, protéger les frontières françaises. La fonction de surintendant des fortifications persistait. Le nombre d’ingénieurs se multiplia48, passant de 12 entre 1589 et 1610 à 40 de 1610 à 1643. Louis XIII dégagea les ingénieurs de la tutelle des gouverneurs de province. Il les rendit responsables de leurs actes uniquement devant le secrétariat d’État à la Guerre et les plaça sous l’autorité des intendants de province dans les généralités. Mais le découpage territorial de la France rendait très complexe le problème de dépendance et d’interaction entre les ingénieurs et leurs supérieurs, entre le génie militaire, et les autorités de chaque province. Le règne de Louis XIV, synonyme pour la France de gloire militaire fut celui de la mise en place du corps des ingénieurs. Les Le Tellier façonnèrent une armée à la mesure des ambitions du souverain. La surintendance des fortifications fut divisée en deux domaines pour satisfaire deux grands clans parmi les commis de l’État : les Le Tellier père et fils et les Colbert. La famille Le Tellier, ayant la charge du secrétariat de la Guerre, devait s’occuper des provinces récemment conquises où la situation de défense était plus difficile. Colbert, qui contrôlait les provinces anciennes de la France, devait faire face à des travaux d’aménagement du royaume (routes, canaux et donc tout équipement d’intérêt général) et assurer la surveillance des côtes. Ces grands commis de l’État n’étaient pas des spécialistes. Ils durent faire appel au chevalier de Clerville en tant que commissaire scientifique (conseiller scientifique) pour superviser ces deux divisions du génie puis, en 1677, à Vauban. Ce système était imparfait. Chaque département avait ses ingénieurs. On vit se développer des rivalités entre les architectes-ingénieurs civils de Colbert, venant des bâtiments de France, chargés du développement intérieur et les ingénieurs militaires de Louvois (« clan » Le Tellier), chargés de la défense des frontières. À la mort de Colbert, en 1683, Louvois, devenu surintendant des Bâtiments de France, put utiliser les compétences des architectes pour son département. En novembre 1690, il rattacha les ingénieurs de la marine à son département. En juillet 1691, le décès de Louvois permit une réorganisation de la surintendance des fortifications.

  • 49 Ibid., pp. 115-138.

42L’année 1691 fut celle de la réunion des deux départements au sein de la direction des fortifications des places de terre et de mer. Pour atténuer les rivalités et les rancœurs dans cette nouvelle organisation, il fallut définir une nouvelle structure territoriale : la France fut partagée en vingt-trois directions des fortifications avec à leur tête un directeur ingénieur. Chaque direction fut découpée en chefferies, c’est-à-dire en groupes de plusieurs places où l’ingénieur en chef était le responsable devant les ingénieurs ordinaires. Tout ingénieur recruté devait subir un examen de ses capacités et mérites, afin d’atteindre une homogénéisation de la qualité du corps. Mais l’inexistence d’une école de formation rendait difficile l’élaboration d’un corps homogène. La surveillance des hommes, de leurs mœurs, de leur zèle au travail fut, elle aussi, codifiée. Le troisième sujet de préoccupation, et le plus épineux, restait l’établissement d’une hiérarchie des grades, donc d’une carrière. La création d’un tableau d’équivalences entre hiérarchie militaire et génie aurait pu remédier à bien des problèmes. Mais aucune solution de ce type ne put aboutir49.

  • 50 Ibid., p. 137.

43Lorsque Vauban décéda en 1707, il était indéniable que les ingénieurs du roi avaient obtenu la reconnaissance de leur prestige en France et en Europe50. Ils allaient servir de modèle aux autres pays. L’Espagne utilisa, à son profit, les progrès accomplis en améliorant l’original.

44La guerre de Succession révéla l’insuffisance numérique du génie espagnol pour préparer le terrain des opérations militaires. Le roi dut faire appel à des ingénieurs français pour aider au déplacement de ses armées. Il savait qu’il pouvait compter sur l’expérience de ces nouvelles recrues formées à l’école de Vauban. Mais il savait aussi que son indépendance était soumise à la création d’un corps du génie propre à l’Espagne. Le marquis de Bedmar, capitaine général des Pays-Bas, fut choisi pour cette nouvelle tâche. Les Pays-Bas espagnols, à cette époque, furent souvent le théâtre de combats. Pour l’élaboration des sièges et des mouvements de troupes, le marquis de Bedmar avait trouvé un appui solide en l’ingénieur général des Pays-Bas, lui-même fils d’ingénieur, Georges-Prosper Verboom. Cet ingénieur flamand fut l’homme du changement.

Georges-Prosper Verboom : un ingénieur Flamand, homme du changement

  • 51 Fichier prosopographique : AGS, GM, 3799, AGS, GM, 3233, Ingenieros del Ejército, Compendio históri (...)
  • 52 Marquis de Bedmar : Isidro Melchor de la Cueva fut capitaine général de l’armée en 1703. Il fut par (...)
  • 53 La fonction de cuartel maestre general fut l’objet de définition dans les ordonnances royales et d’ (...)

45Georges-Prosper Verboom51 naquit à Anvers en 1665. Son père, Cornelius Verboom, était un officier qui servait en tant qu’ingeniero mayor dans les armées espagnoles des Pays-Bas. La formation scientifique reçue par Georges-Prosper Verboom fut double. D’une part, son père l’initia aux matières scientifiques (ce qui à l’époque était une tradition), d’autre part, il reçut une formation théorique et pratique à l’académie de Bruxelles dirigée par Sebastián Fernández de Medrano, brillant professeur. De nombreux militaires venaient de toute l’Europe pour bénéficier des différents cours qui y étaient dispensés. En 1692, Verboom commença sa carrière d’officier et d’ingénieur comme capitaine d’infanterie et ingeniero mayor des armées espagnoles des Pays-Bas. Il reprit en fait le poste de son père. Nommé maestre de campo de cavalerie en 1695, il fut chargé de la défense d’Anvers. Ses nombreux succès lui valurent, en 1702, le grade de brigadier et en 1704, celui de maréchal de camp. Le marquis de Bedmar52, chef des troupes espagnoles aux Pays-Bas, le découvrit alors qu’il était ingénieur général chargé de la défense des places fortes flamandes. Lorsque Bedmar devint secrétaire du Despacho de la Guerra à Madrid, il demanda à Verboom de venir en Espagne pour aider à la défense des frontières et pour créer un corps du génie espagnol sur le modèle français. Arrivé en Espagne en 1709, l’ingénieur flamand fut chargé d’examiner l’état des défenses des frontières hispano-portugaises. Il obtint le grade de lieutenant général, ce qui lui permit d’imposer son autorité. Le 13 janvier 1710, la reconnaissance de ses aptitudes au commandement et de ses compétences d’ingénieur fut consacrée par le titre d’ingénieur général et de Cuartel Maestre General de los Ejércitos53.

46Sa carrière fut typique de celle des ingénieurs de l’époque qui cumulaient plusieurs emplois. La hiérarchie dans le corps des ingénieurs n’existant pas, c’était la progression dans la carrière militaire qui montrait la reconnaissance des services accomplis. Dans le cas de Verboom, elle fut exemplaire. Toutes ces nominations lui apportèrent le poids et la reconnaissance indispensables pour qu’il pût changer les choses. Il voulait un corps du génie véritablement autonome, dégagé de la tutelle de l’artillerie et reconnu par l’armée.

  • 54 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 271 sqq.
  • 55 Ibid., t. VI, pp. 59 sqq : Real ordenanza del 2 de mayo de 1710 para la dirección, y servicio de la (...)

47Dans les ordonnances des Flandres (1701-1702)54, la distinction entre l’artillerie et le génie était envisagée dans les articles 159 et 160. L’article 159 donnait au capitaine général d’artillerie la responsabilité de l’armement et des munitions, et l’article 160 donnait à l’ingénieur en chef la tâche de veiller au bon état des fortifications. Dans l’article 8 de l’ordonnance de l’artillerie55 du 2 mai 1710, les liens entre artillerie et génie étaient certes confirmés, mais l’ingénieur général devenait un responsable à part entière pour juger de la valeur des ingénieurs, même si le capitaine général d’artillerie conservait un certain poids. Chaque ingénieur, choisi et nommé par le roi pour être affecté à une place forte, devait suivre le parcours suivant : l’ingénieur général procédait à l’examen des aptitudes, théoriques et pratiques, du candidat, ainsi qu’à ses états de service ; il remettait ensuite le dossier entre les mains du capitaine général d’artillerie qui le présentait au roi. Ce dernier choisissait le plus apte dans la liste proposée. Certes, ces démarches pour élire les ingénieurs traduisaient la persistance d’une tutelle de l’artillerie, mais elles recélaient aussi des innovations de deux ordres : la sélection se fondait à la fois sur la compétence et l’expérience, et des places étaient réservées aux ingénieurs dans chaque État-Major dëartillerie. Il convient de remarquer l’importance du choix d’un ingénieur général ayant toutes les compétences requises pour juger les autres. Cette ordonnance du 2 mai 1710 ne créait toujours pas un corps autonome pour les ingénieurs.

  • 56 AGS, GM, 2998. Dans cette liasse il y a deux documents, l’un en espagnol, signé par Verboom, l’autr (...)
  • 57 Les ingénieurs flamands cités : Alejandro de Retz, Alberto Goffaux, Alberto Mienson, Juan Díaz Pimi (...)

48En juillet 1710, Verboom envoya au marquis de Bedmar un projet de réglementation du service56 attaché à la fonction d’ingénieur en temps de paix et de guerre pour les ingénieurs flamands et un ingénieur français57 se trouvant sur le sol espagnol. Profitant de cette occasion, il lança les bases de la carrière de l’ingénieur qui devait être considéré comme un militaire et il fixa pour chaque grade les rémunérations correspondantes. Pour Verboom, l’ingénieur pouvait donc exercer deux types d’activités : le service ordinaire, c’est-à-dire, en temps de paix, le travail de fortification et de construction et le service extraordinaire, en temps de guerre, qui consistait à participer à des sièges et à des campagnes militaires. Il exposait alors clairement les fonctions et la répartition des tâches des ingénieurs pour chaque activité.

49En temps de paix, l’ingénieur était utile pour le service ordinaire du roi. Dans chaque province ou place, il était impératif qu’un poste fût prévu pour lui. Les ingénieurs étaient répartis par province selon trois catégories : celle des ingénieurs ordinaires (ingeniero ordinario o en tercero), celle des ingénieurs en second (ingeniero en segundo) et celle des ingénieurs en chef (ingeniero en jefe). Ils dépendaient d’un ingénieur directeur de la province, responsable de tout ce qui touchait au génie devant l’ingénieur général, lui-même responsable devant le roi et le capitaine général de la province. La fonction d’ingénieur directeur était alors comparée à celle de l’ingénieur mayor. La solde était de 230 écus par mois, dont 30 pour un dessinateur (disegnador) qui aidait le directeur dans la confection des plans et cartes. L’ingénieur directeur pouvait se permettre de demander des gratifications car son travail l’obligeait à de nombreux déplacements. L’ingénieur en chef devait contrôler les travaux exécutés dans les diverses places qu’il avait sous sa responsabilité. Les ingénieurs en second et les ingénieurs ordinaires lui étaient subordonnés. La solde de l’ingénieur en chef, s’élevant à 160 écus par mois, pouvait être complétée par des gratifications justifiées par les voyages qu’il entreprenait au sein d’une région. L’ingénieur en second était attaché à une place forte, avait sous ses ordres les ingénieurs ordinaires et il touchait une solde mensuelle de 100 écus. Enfin, venait l’ingénieur ordinaire, premier grade dans le corps. Il était instruit en théorie militaire. Ce passage dans le premier grade devait lui permettre de s’imprégner du savoir pratique de ses supérieurs. Sa solde s’élevait à 65 écus par mois. De plus, chaque ingénieur, selon son grade, touchait des rations de blé (pan) et d’avoine (cebada) : 8 et 4 pour l’ingénieur directeur, 6 et 3 pour l’ingénieur en chef, 4 et 2 pour l’ingénieur en second, 2 et 1 pour l’ingénieur ordinaire.

  • 58 Ibid.

50En temps de guerre, l’ingénieur servait sous les bannières royales pour le service extraordinaire du roi. Il partait en campagne avec les armées, les aidait à progresser, à assiéger, à démolir, à se protéger d’attaques éventuelles. L’unité tactique choisie était la brigade. Elle se composait de huit à dix ingénieurs, dont trois chargés de la diriger : le brigadier (un ingénieur directeur ou en chef), un sous-brigadier, un chef de brigade. Chaque ingénieur recevait un complément de solde pour s’équiper et subvenir aux frais engagés par ce service de guerre58 : 200 écus par mois, 10 rations de pain et 8 d’avoine pour le brigadier ; 150 écus, 8 rations de pain et 6 d’avoine pour le sous-brigadier ; 100 écus, 6 rations de pain et 4 d’avoine pour le chef de brigade ; 75 écus, 4 rations de pain et 3 d’avoine pour l’ingénieur.

51Lors d’un siège, un sergent-major de brigade (sargento mayor de brigada) était choisi parmi les ingénieurs les plus experts (brigadier, sous-brigadier, chef de brigade) pour donner les ordres, s’occuper de toutes les fournitures et du budget du siège. Son complément de solde se montait à 200 écus.

52Après avoir défini le cadre d’intervention de chaque ingénieur et la rétribution de ses travaux, Verboom exposait encore en quelques lignes, dans ce même projet de réglementation pour les ingénieurs flamands et un ingénieur français, des points fondamentaux pour la constitution d’un corps du génie militaire :

  • 59 Ibid. : « Siendo muy necesario al servicio del rey que los ingenieros tengan grados en las tropas, (...)

Comme il est fort nécessaire au service du roi que les ingénieurs aient un grade dans la troupe, aussi bien pour s’en servir dans les fonctions attachées à leur emploi que pour leur avancement, et puisqu’il n’est pas juste que ce genre d’officiers qui travaillent plus et sont plus exposés aux périls de la guerre que n’importe quels autres s’en trouvent dépourvus, il conviendra de leur donner les grades correspondant à ceux qu’ils ont dans le corps du génie, comme en ont ceux qui appartiennent au corps de l’artillerie ; en outre, ils monteront en grade selon les mérites et la capacité de chacun. Ainsi, l’on pourrait établir comme une règle générale que l’ingénieur directeur aura le grade de colonel, l’ingénieur en chef celui de lieutenant-colonel, l’ingénieur en second celui de capitaine et l’ingénieur ordinaire celui de lieutenant59.

  • 60 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 136.
  • 61 La réforme est le dégagement de la responsabilité d’un service dans son corps d’origine accompagné (...)
  • 62 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 182. Cette mesure n’apporta pas satisfaction à tout le mond (...)

53Pour cet ingénieur flamand, il fallait trouver une compensation au fatigant et dangereux exercice de la fonction d’ingénieur au service du roi. Les emplois du génie devaient recevoir une équivalence de grades dans l’infanterie, comme c’était le cas pour les artilleurs. Cette reconnaissance d’un double grade, synonyme d’équivalence, représentait une formidable innovation pour, au moins, trois raisons : tout d’abord, les ingénieurs seraient considérés sur le même pied que les artilleurs ; ensuite, tout ingénieur serait reconnu comme appartenant à l’armée ; enfin, Verboom remédierait à un défaut gênant du système français60 qui ne possédait pas une double hiérarchie des carrières. Le grade militaire le plus répandu parmi les ingénieurs français était celui de capitaine réformé61. Chaque année, un certain nombre de réformes étaient accordées au gré des fonds disponibles. Mais le département du génie n’en bénéficiait que rarement pour les réformes supérieures au grade de capitaine. Cela expliquait que bon nombre de directeurs, dans les années 1740, n’eussent que la réforme de capitaine. Il fallut attendre le 10 mars 1743 pour voir les choses évoluer en France. À cette date, un règlement mit le département des fortifications sous la dépendance du secrétaire d’État à la Guerre. Par souci de rationalisation de la carrière d’ingénieur, et dans l’intention de mettre fin à cinquante ans d’indépendance de ce département, le comte d’Argenson obtint par l’ordonnance du 7 février 1744 que fussent fixés « le service et le rang des ingénieurs », premier pas pour changer la situation antérieure où tout était réglé selon l’usage62. La France avait finalement copié les idées du modèle espagnol, décidant de faire de l’ingénieur un militaire ayant une carrière comparable à celle de ses collègues de l’infanterie.

54Dans le cas espagnol, le système de la double gradation, voulu par G.-P. Verboom, devait satisfaire les ingénieurs, d’autant plus que l’avancement était codifié selon deux critères : le mérite et la capacité. L’avancement à l’ancienneté faisait peser sur la carrière dans l’infanterie une lenteur certaine que le jeu des relations permettait d’éviter (tout au moins pour certains). Verboom, dans son projet de règlement, ne désirait prendre en considération – du moins en théorie – ni l’ancienneté, ni le jeu des relations dans la carrière de ses hommes. Mérite et capacité étaient les clefs de voûte de la reconnaissance des meilleurs parmi l’ensemble du corps. L’avancement pour Verboom devait être synonyme de compétence. Ce système de revalorisation des promotions et recrutements donnait au corps des ingénieurs une allure de réformateur dans le monde militaire. En fait, tous les réformateurs militaires du xviiie siècle rêvaient de sortir de l’engrenage selon lequel l’avancement était lié à un cercle de relations, pour arriver à une armée où les chefs seraient des hommes méritants et compétents.

55Une fois son projet exposé, Verboom faisait une liste des ingénieurs venus des Flandres et des promotions méritées par chacun. Aucun ingénieur espagnol n’était cité dans cette liste car Verboom n’en connaissait pas encore à l’époque.

  • 63 Il avait été fait prisonnier à la bataille d’Almenara par les troupes de l’archiduc le 17 juillet 1 (...)
  • 64 AGS, GM, 2998, lettre du marquis de Bedmar à Verboom datée du 27 juillet 1710.
  • 65 AGS, GM, 2998, Ordre Royal du 30 juillet 1710 établissant les soldes pour les ingénieurs qui intégr (...)
  • 66 AGS, GM, 2998, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Canales.
  • 67 Ibid.
  • 68 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 49. Les soldes pour les i (...)

56Fin juillet 1710, le marquis de Bedmar, satisfait du projet, envoya à Verboom qui se trouvait alors en captivité63, une lettre lui demandant de juger les hommes les plus valables afin de pourvoir différents postes (Valence, Pampelune, la côte de Grenade, la Galice) ou pour les maintenir dans leurs postes (comme Diego Arias à Cadix, Coisevaux et Gayoso en Estrémadure, enfin Mendoza à Miranda64). Verboom, même s’il était alors en captivité, semble bien avoir été la référence en matière de génie. Pendant son absence, des querelles entre artilleurs et ingénieurs apparurent. Les soldes focalisaient les mécontentements. Les ingénieurs flamands réclamaient leurs soldes en retard. En comparant les appointements prévus dans le règlement de Verboom du 4 juillet 1710 à ceux attribués par l’Ordre Royal65 du 30 juillet 1710, ils estimaient avoir déjà perdu quelques avantages. Ils étaient, disaient-ils, dans une grande gêne financière. Le marquis de Bedmar bienveillant à leur égard, fut obligé de rappeler, le 24 septembre 1710, au ministre de la Guerre, José Gutiérrez de Solórzano, marquis de Grimaldo, les engagements pris pour les versements rapides des soldes dues66. Le mécontentement grandit encore lorsque le marquis de Canales, responsable de l’artillerie, réagit aux observations des ingénieurs sur leurs soldes. Dans une lettre du 29 septembre 1710, adressée à Grimaldo67, Canales faisait remarquer deux choses. D’une part, les soldes et rations prévues pour les ingénieurs, dans le Reglamento y plan general de artillería du 12 avril 1707, étaient inférieures à celles envisagées par Verboom68. D’autre part, les ingénieurs n’avaient pas de grades militaires à joindre à leurs emplois puisqu’ils n’étaient pas prévus.

  • 69 AGS, GM, 2998, Plan general de los ingenieros de los ejércitos y Plazas.

57Les ingénieurs flamands, outrés par les remarques de Canales, se sentirent trahis. Ce problème ne se régla qu’avec la parution du plan général des ingénieurs des armées et places du 17 avril 1711 où les grades, soldes mensuelles et rations quotidiennes furent établis comme suit69 : pour l’ingénieur en chef, lieutenant-colonel : 130 écus par mois, 6 rations d’avoine et de pain ; pour l’ingénieur en second, capitaine : 100 écus par mois, 4 rations d’avoine et de pain ; pour le lieutenant, ingénieur tercero ou ordinaire : 65 écus par mois, 2 rations d’avoine et de pain ; pour le dessinateur, le plus souvent sous-lieutenant : 30 écus par mois, 1 ration d’avoine et de pain.

  • 70 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 59-77. Ordonnance du 2 ma (...)

58L’échec de Canales fut manifeste. Il dut faire face à une double défaite : d’une part, les ingénieurs se séparèrent du corps des artilleurs, d’autre part, l’uniformisation des soldes ne fut pas obtenue70. Les ingénieurs restèrent privilégiés.

  • 71 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 25.

59Pour Horacio Capel71, ce plan général du 17 avril 1711 supposait la création définitive du corps d’ingénieurs. Certes, les fondations de l’édifice étaient posées. L’équivalence entre carrière militaire et carrière du génie, la dissociation des soldes des artilleurs et des ingénieurs marquaient leur réelle séparation. Mais l’édifice naissant était loin d’être accepté de tous. Peu à peu, il fallut conforter l’existence du génie militaire et lui donner une véritable place.

  • 72 AGS, GM, 2998, lettre de Verboom à Bedmar écrite le 4 juillet 1712 à Madrid.

60Lorsque Verboom retrouva la liberté en 1712, il se rendit compte du peu d’évolution de la situation. Dans une lettre qu’il adressa à Bedmar, il insistait sur la persistance de nombreuses imperfections72. Au départ, l’objet de cette lettre était de donner son avis sur les hommes pressentis par Bedmar pour un poste d’ingénieur. Sur les cinq cités, Verboom n’en connaissait que deux. Cela était dû à sa captivité mais aussi à une période de guerre où le contrôle des recrues et des effectifs n’était pas facile. Verboom, tout en émettant un jugement sur ces deux hommes, transformait peu à peu sa lettre en une succession d’observations sur les abus constatés dans le corps et sur les solutions à apporter pour un meilleur fonctionnement.

  • 73 Ibid. À Lérida, les fortifications furent construites sur un terrain meuble. À peine terminées, ell (...)
  • 74 Ibid. À Fraga, la dotation de 20.000 doblones pour les fortifications n’a pas servi à une quelconqu (...)
  • 75 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 104-109.

61D’abord, il s’appuyait sur les exemples de Lérida73 et de Fraga74 pour démontrer qu’il était impératif de recourir, pour tous travaux, à des spécialistes du génie. Dans chaque place importante il fallait un ingénieur connaissant les règles de l’art militaire et étant capable d’établir un budget pour chaque opération. Verboom, fort du titre d’ingénieur général qu’il avait reçu en janvier 1710, rappelait que ses hommes et lui étaient seuls juges de l’utilité ou non des fortifications. Il insistait également sur le fait que, de par sa fonction, c’était à lui qu’il incombait de distinguer les personnes dignes, d’après « sus meritos y inteligencia », d’entrer dans le corps. Enfin, il demandait, habilement, au roi s’il désirait le confirmer dans cette fonction, obligeant ainsi le souverain à réaffirmer son soutien à la politique qu’il menait, et à reconnaître sa seule compétence. Dans la fonction d’ingénieur général, Verboom voyait le moyen de réaliser ses ambitions pour le corps. De plus, conscient de la nécessité d’un recrutement de spécialistes, il se donnait la responsabilité d’examiner les nouvelles recrues. Il voulait établir son jugement non pas sur l’ensemble des recommandations dont pouvait jouir le candidat, mais sur l’examen de ses compétences. Cette volonté de bâtir un corps sur des hommes instruits, rompus aux sciences plus qu’aux effets de cour, était aussi, pour Vauban, une condition importante de la qualité d’ingénieur75. Enfin, Verboom demandait à ce que fût dressée la liste de tous ceux qui exerçaient des fonctions d’ingénieur dans la Péninsule. Cette liste devait être le point de départ du premier tableau d’avancement du corps.

62Par ailleurs, Verboom, dans sa lettre, rappelait trois principes de base de la constitution du corps du génie : l’équivalence entre un grade militaire et un grade du génie, une rémunération établie en fonction des nombreuses dépenses à assumer par ces hommes, et enfin la représentation du corps du génie dans chaque province du royaume. L’équivalence des grades militaires et du génie devait correspondre à une reconnaissance des services rendus, sans grever davantage le budget de l’État. C’était, en quelque sorte, la garantie d’un avenir dans la carrière, ce qui rassurait et incitait à y entrer :

  • 76 « Y como nada es más capaz de dar emulacion a los oficiales que las diferentes dignidades en los cu (...)

Et comme rien n’est plus propre à l’émulation des officiers que les différents grades et honneurs dans les corps, pour que chacun, mû par le zèle et l’application dans le service, puisse acquérir le grade le plus élevé de chaque arme, il sera fort digne de la bénignité de Votre Majesté de leur donner cette consolation qui ne sera point une plus grande dépense pour le trésor royal puisque ce ne sont que des titres dont ils se trouveront honorés, qui puissent servir de récompense à ceux qui par leur application et services se sont distingués des autres et pour que dans ce corps, comme dans les autres, ils puissent s’élever selon leurs mérites76.

63L’ingénieur général insistait sur les soldes qui devaient être en rapport avec les coûteuses et dangereuses fonctions qu’elles rémunéraient et distribuées dans chaque province où un ingénieur se trouvait en poste. En fait, Verboom demandait que chaque solde fût tenue à la disposition de l’ingénieur dans la province où il exerçait. Ainsi, les délais de paiement deviendraient plus courts. Pour expliquer les soldes demandées, l’ingénieur flamand invoquait l’économie qui serait faite, dans le budget des fortifications, grâce à l’emploi de spécialistes. Il insistait sur le fait que l’emploi d’hommes sans formation particulière avait souvent donné des résultats médiocres et des travaux à reprendre. Enfin, Verboom affirmait la nécessité d’avoir un ingénieur directeur par province qui serait le représentant de l’ingénieur général et le lien essentiel avec une hiérarchie strictement établie.

  • 77 AGS, GM, 2998, lettre du 3 septembre 1712 de Bedmar à Verboom.
  • 78 Bedmar fait là quelques erreurs. Le système français a fait du département des fortifications une s (...)
  • 79 AGS, GM, 2998.

64Le 19 août 1712, Verboom obtint gain de cause. Il fut confirmé dans son poste d’ingénieur général. Dans sa lettre du 3 septembre 1712, le marquis de Bedmar lui demanda alors d’établir un nouveau règlement sur la « repartición, ejercicio, subordinación, manutención de todos los ingenieros »77 faisant clairement allusion au modèle français, pour l’indépendance vis-à-vis de l’artillerie et pour les prérogatives de l’ingénieur général78. Mais imposer l’ingénieur comme le seul spécialiste compétent en matière de construction militaire ne fut pas aisé car les résistances des gouverneurs et des officiers des autres corps restaient vives ainsi que le démontre la lettre du secrétaire de la Guerre, Miguel Fernández Durán79, datée du 6 août 1716. Il devenait donc impératif de préciser les domaines d’actions des ingénieurs. Verboom mit deux ans à rédiger un texte qui servit de base à la réglementation des travaux dépendants du génie.

III. – Une ordonnance pour affirmer l’utilité de l’ingénieur militaire

Distribution des rôles, unification des pratiques

  • 80 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 753-792 : Real ordenanza (...)

65Le 4 juillet 1718, le roi promulgua la Real ordenanza e instrucción para los ingenieros80… divisée en deux parties et comprenant soixante-deux articles qui allaient cadrer et codifier les actions des ingénieurs, servant de complément au plan général de 1711 qui avait posé les jalons de l’organisation des carrières.

  • 81 Philippe V a promulgué cette ordonnance parce que les précédentes n’avaient pas eu d’effet.

66Le préambule fut l’occasion pour Philippe V de définir ce qu’il attendait d’un corps de techniciens du génie et de rappeler que jusque-là, beaucoup d’erreurs avaient été commises dans le domaine des fortifications. Il était temps que des techniciens missent fin aux abus des amateurs81. En codifiant leurs compétences, le roi espérait une meilleure efficacité et la reconnaissance des autres autorités. Il faisait reposer sur les ingénieurs ses espoirs pour l’avenir du royaume. En effet, les ingénieurs militaires devaient contribuer à l’effort de progrès et de développement de l’Espagne en accomplissant deux tâches essentielles : établir des cartes détaillées pour chaque ville et chaque province du royaume, en s’attachant à la description de la qualité des routes et ponts ; développer, une fois cet état des lieux établi, les infrastructures permettant d’engager le renouveau économique du pays.

67Donc pour Philippe V, il fallait mieux connaître pour mieux bâtir. Une lourde tâche attendait ce jeune corps de techniciens.

68Les soixante-deux articles de l’ordonnance comprenaient à la fois des conseils pour la réalisation pratique des travaux et pour les procédures administratives à effectuer par les ingénieurs, mais aussi (et c’était le plus important pour mettre fin aux querelles de compétences) par les autres autorités concernées.

69La première partie de cette ordonnance divisée en vingt-huit articles se composait de douze articles consacrés à la cartographie des villes et régions. Les indications à porter sur la carte ou le plan furent successivement définies dans les articles 5 à 10.

  • 82 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 5, pp. 757-758 : Real o (...)
  • 83 Ibid., art. 6, p. 758.

70Chaque chemin royal, petit ou grand, devait y figurer avec les accidents qu’il comportait82. Un symbole différent allait correspondre à chaque catégorie de routes, tout en tenant compte de la fonction de chacune (passage utilisé par des commerçants, des voyageurs, des troupes d’artillerie, ou des armées). Le rôle stratégique des routes était affirmé tant dans le domaine économique que militaire. Les postes de douane étaient aussi à signaler ainsi que les lieux où la contrebande pouvait, éventuellement s’exercer83. La carte devenait un instrument utile à l’ordre public.

  • 84 Ibid., art. 9, p. 759.
  • 85 Ibid., art. 9, pp. 759-760.

71Toutes les activités et informations agricoles (terres labourables, terres non cultivées, moulins), tous les ponts en pierre ou en bois devaient être indiqués ainsi que les forêts84. Lorsque la carte représentait une région côtière, les forêts portées sur cette dernière mentionnaient alors la variété des espèces arboricoles en distinguant celles qui étaient propices à la construction des bateaux85.

  • 86 Ibid., art. 7, pp. 758-759.

72Chaque place, château, ville, lieu-dit, une fois répertoriés, devaient être accompagnés du nombre de leurs habitants classés par âges86. Le curé ou le notaire fournissait les renseignements nécessaires.

  • 87 Ibid., art. 10, p. 760.
  • 88 Ibid., art. 11-12, pp. 760-761.

73Puis, une fois les divisions administratives et ecclésiastiques indiquées87, l’ingénieur devait accompagner la carte d’un texte décrivant l’état général du pays, c’est-à-dire : l’état des routes, des ponts, les capacités d’accueil des auberges, les fabriques existantes y compris celles dont l’activité était liée à l’armée ou la marine, l’état des fortifications88. Pour chacun de ces points, les forces et les faiblesses étaient mentionnées. Ce texte servait de commentaire analytique à la carte. Les ingénieurs étaient pour ainsi dire les yeux du roi dans chaque partie du royaume.

  • 89 Ibid., art. 2, pp. 756-757 ; art. 3, p. 757 ; art. 14, p. 762.

74Pour que la carte réalisée fût lisible par tous, il fallait choisir des normes d’échelle et de légendes identiques pour toutes les régions espagnoles. Le système choisi fut le système français89 de la toise. Un pouce de pied français représentait mille toises sur le terrain. Sur chaque carte, les quatre échelles figuraient exprimées en lieues françaises, espagnoles, en mille italiens et en varas castillanes. L’établissement de ces normes pour la représentation cartographique du pays montrait la volonté du souverain de mieux connaître son royaume pour mieux le dominer, voire même le développer.

  • 90 Ibid., art. 26, pp. 767-768.

75Le roi insistait sur la nécessité d’uniformiser les réalisations pour une compréhension efficace de l’espace. Le premier pas à accomplir pour cela était d’unifier le système de mesures. D’ailleurs, dans l’article 2690, le roi rappelait que pour les fortifications les normes de mesures devaient être les mêmes que pour les autres cartes :

  • 91 « … Para que las medidas se valdrán de las toesas y pies de Francia, segun se ha referido en el art (...)

… Pour les mesures, s’emploieront les toises et pieds de France selon ce qui a été dit dans l’article 14 pour que, étant générales et communes à toute l’Espagne, s’éteignent les doutes et confusions occasionnés par les mesures particulières à chaque province91.

  • 92 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 13, pp. 761-762 : Real (...)

76Les quatorze articles restants de cette première partie de l’ordonnance proposaient à l’ingénieur une méthode cartographique pour les plans de forteresses et de ports fortifiés. Pour mieux connaître les places ou postes fortifiés, avant de faire les relevés, l’ingénieur devait s’entretenir avec les capitaines généraux, les gouverneurs de place, les officiers d’État-Major et les responsables du ravitaillement ou des arsenaux92. Ainsi la collaboration de tous ces hommes donnait une approche complète du terrain.

  • 93 Ibid., art. 14, p. 762.

77Puis, l’ingénieur dessinait un plan à grande échelle du lieu et de la place avec le système de mesure de la toise française93. Le dessin devait toujours être exécuté sur le même type de papier, en prenant la place et ses environs à une demie lieue alentour, distance à laquelle campaient en général les armées assiégeantes.

  • 94 Ibid., art. 16, p. 763.

78Le souverain affirmait ensuite son souci de voir ses armées sûres d’être soignées dans les meilleures conditions, en cas de besoin. L’article 16 était très précis sur ce point94. Dans chaque place, les hôpitaux militaires ou les lieux susceptibles de les accueillir devaient figurer sur le plan de la place. L’ingénieur pouvait aller jusqu’à susciter la création d’un hôpital.

  • 95 Ibid., art. 20-21, pp. 764-765.
  • 96 Ibid., art. 15-17, pp. 762-763.
  • 97 Ibid., art. 15-17, pp. 762-763.

79Pour les ports95 comme pour les places fortifiées96, les éléments de défense étaient impérativement dessinés à la fois en plan et en coupe97. La profondeur de la baie du port, les effectifs des marins vivant dans le port, le nombre de batteries installées, les tarifs du fret, les catégories d’échanges commerciaux étaient eux aussi importants dans la définition, sur la carte, des capacités d’un port à se développer et à résister.

  • 98 Ibid., art. 24, pp. 766-767.
  • 99 Ibid., art. 25, p. 767.
  • 100 Ibid., art. 26, pp. 767-768.

80Chaque carte d’une place fortifiée faisait l’objet alors d’une relation écrite qui donnait les points forts et faibles de la défense, les indications démographiques, économiques, commerciales, ou même climatiques de l’endroit. Des copies de ces plans commentés devaient parvenir98 aux gouverneurs de place, aux capitaines généraux, à l’ingénieur général. Un état des réparations à faire et un budget établi par l’ingénieur99 ainsi qu’un plan de villes fortifiées à construire100 devaient, le cas échéant, accompagner le plan et la relation concernant la place.

  • 101 Ibid., art. 27, p. 768.

81L’article 27 faisait de l’ingénieur l’instrument de contrôle de l’artillerie de chaque place101. Il avait pouvoir de faire état du matériel manquant pour la défense de la place.

  • 102 Ibid., art. 28, pp. 768-770.

82Enfin, le dernier article102 de cette première partie obligeait chaque membre de l’administration (capitaines généraux, intendants, corregidors, juges…) à apporter à l’ingénieur aide et son assistance dans ses missions ainsi que le couvert et le logis. L’ingénieur était alors responsable de toute l’équipe qui l’accompagnait. Cette équipe pouvait être composée de dessinateurs, de domestiques voire même d’une escorte militaire. La réalisation d’un plan était commandée soit par le roi, soit par le capitaine général d’une province, soit par le commandant général ou par l’intendant. Le roi affirmait que ces commissions devaient être attribuées uniquement à des ingénieurs militaires :

  • 103 Ibid., art. 28, p. 769 : « ni se han de encargar estas comisiones sino es a los ingenieros militare (...)

… On ne doit pas commander ces commissions si ce n’est pas à des ingénieurs militaires, qui servent en cette qualité, avec une nomination signée de ma main103.

83Pour résumer cette première partie de l’ordonnance, il faut revenir sur la définition de l’utilité de l’ingénieur pour l’État et évoquer la volonté politique de centralisation.

  • 104 H. Vérin, La gloire des ingénieurs. Les pp. 196-198 traitent des ingénieurs géographes militaires u (...)

84Tout d’abord, la nouveauté de l’unification des mesures prouvait l’intérêt royal pour l’abolition des particularismes sous sa couronne. Ensuite, le roi montrait l’utilité de la cartographie dans l’élaboration de l’image de la puissance démographique, économique et militaire de son pays. Ce principe consistant à connaître l’espace pour le maîtriser n’était pas nouveau. En France, le roi l’avait compris dès le xviie siècle et avait encouragé l’élaboration de cartes du royaume par des hommes instruits en cartographie et qui recevaient des consignes précises pour la réalisation de leur travail104. Enfin, l’ingénieur, créateur de cette image, était considéré comme l’émissaire du roi, comme le lien entre la province et le pouvoir central. Il avait le privilège de pouvoir s’entretenir avec tous, de l’intendant au capitaine général et de les conseiller. L’ingénieur devenait un collaborateur essentiel dans l’élaboration de la monarchie des Bourbons.

  • 105 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 770-792.

85La deuxième partie de l’ordonnance105 de 34 articles définissait les démarches administratives à suivre pour chaque projet de fortification, pour l’entretien des fortifications existantes et celui du domaine des places maritimes.

  • 106 Ibid., art. 29, pp. 770-771.
  • 107 Ibid., art. 30, pp. 771-772.

86Tout nouvel ouvrage de fortification devait être confié à l’ingénieur directeur de la province ou, à défaut, à l’ingénieur principal. Une fois le projet conçu, il était chiffré et proposé au gouverneur de la place106. Ce dernier le transmettait au capitaine général puis à l’intendant chargé d’examiner le budget107. À chacune de ces étapes, les participants pouvaient donner leur opinion sur quelques points à revoir. Mais seul l’ingénieur effectuerait les corrections. Le roi demandait à recevoir directement le projet sur lequel il pouvait bien sûr intervenir.

  • 108 Ibid., art. 31, pp. 772-773.
  • 109 Ibid., art. 32, pp. 773-774.
  • 110 Ibid., art. 33, pp. 774-775.
  • 111 Ibid., art. 34, pp. 775-776.
  • 112 Ibid., art. 35, pp. 776-777.
  • 113 Ibid., art. 36, pp. 777-778.
  • 114 Ibid., art. 37, pp. 777-778.

87Deux copies du projet étaient réalisées108 en plus de l’original envoyé au roi : l’une pour le capitaine général, l’autre pour l’intendant. Le roi renvoyait le projet avec sa décision à l’ingénieur. L’ingénieur directeur devenait alors, aux yeux du roi, le responsable de l’exécution des travaux qu’il pouvait cependant déléguer à ses subordonnés109. Un autre exemplaire du projet était fourni à la Contaduría Principal del Ejército. L’ingénieur directeur, ainsi que l’intendant, procédaient ensuite à un appel d’offres pour les matériaux110. Lors des travaux, l’intendant s’occupait de la gestion des fonds et l’ingénieur lui certifiait la solidité des ouvrages réalisés111. Si l’on ne recourait pas à l’appel d’offres, l’intendant se chargeait de tout le financement des travaux112. Dans ce cas, le tarif horaire de la journée se fixait sur décision de l’ingénieur et de l’intendant113. Les outils étaient alors fournis par les ateliers royaux114. Dans les deux cas de figure, l’intendant devait établir un état d’avancement des travaux.

  • 115 Ibid., art. 39, pp. 778-780 ; art. 40, pp. 780-781 ; art. 41, p. 781.

88Les articles 39 à 41, établissaient une hiérarchie des travaux115. Aucun des travaux de réparations, urgents ou de petite envergure, ne souffriraient de la lenteur administrative. Le gouverneur pouvait alors intervenir en autorisant la construction ou la réparation avec l’assentiment du commissaire de guerre, du capitaine général et de l’ingénieur directeur. En revanche, tous les travaux de construction importante ou d’aménagements, de réparations des palais et maisons royales dépendaient strictement de l’approbation royale.

  • 116 Ibid., art. 45, p. 782.
  • 117 Ibid., art. 43, p. 781.
  • 118 Ibid., art. 46, pp. 782-783, art. 47, pp. 783-784.
  • 119 Ibid., art. 48, p. 784.
  • 120 Ibid., art. 49, p. 785 ; art. 50, p. 785.

89Après avoir défini la hiérarchie des travaux, le roi exprimait son souhait de voir chaque projet classé selon le type d’ouvrage concerné116. La régularité des visites des fortifications par l’ingénieur devenait une des clés de l’entretien des fortifications117. L’ingénieur général était convié, dans les articles 46-47, à effectuer des reconnaissances de toutes les fortifications d’Espagne pour en informer le roi118. L’interdiction de toutes cultures, jardins119, de toute présence de ruines, de tout dépôt dans les fossés et sur les esplanades120, complétait les mesures d’entretien. Le bon entretien des fortifications devait limiter les dépenses en réparations.

  • 121 Ibid., art. 53, p. 786.

90Enfin, l’ordonnance se terminait par neuf articles concernant les places maritimes dont l’importance était définie en quelques mots121 :

  • 122 Ibid. : « siendo la conservación de los puertos de mar de igual, ó de mayor importancia que la de l (...)

… Considérant la conservation des ports de mer d’égale ou de plus grande importance que celle des places des frontières, et sachant que la forteresse et le bon état de ceux-ci contribuent à la défense et sécurité de mes côtes et provinces122.

  • 123 Ibid., art. 53-54, pp. 786-787.
  • 124 Ibid., art. 55, p. 787.
  • 125 Ibid., art. 56-57, pp. 787-788.

91Tout représentant de l’administration dans les ports avait comme obligation de veiller à la conservation de leurs profondeurs, à la fois en entretenant les fonds123, les rivières ou canaux en liaison avec les eaux du port124 et en évitant tout encombrement des eaux125.

  • 126 Ibid., art. 58, pp. 788-789 ; art. 59 et 60, p. 789 ; art. 61 et 62, pp. 790-791.

92Des règles strictes pour les mouvements dans le port et à ses abords126 étaient contenues dans les articles 58 à 62. La quantité de lest amené par bateau devait être signalée sous peine d’amende. De même, les endroits où le lest pouvait être lâché étaient précisés. Tout contrevenant risquait d’être sanctionné. Enfin, l’ingénieur intervenait avec les officiers du port dans le balisage de celui-ci.

  • 127 F. Abbad et D. Ozanam, Les intendants espagnols du xviiie siècle, pp. 1-16. Ordonnance du 4 juillet (...)

93Pour conclure, cette ordonnance montrait l’utilité de l’ingénieur sous divers aspects, allant de l’ingénieur cartographe à l’ingénieur bâtisseur, en passant par l’ingénieur militaire ou hydraulicien. L’ingénieur était un des instruments du pouvoir monarchique chargé d’assurer la défense et le développement du pays. La monarchie préférait compter sur des militaires qui lui étaient attachés plutôt que sur les autorités locales ou sur des civils difficilement contrôlables. Par ailleurs, l’État se dotait d’autres moyens pour administrer le royaume en créant les intendants et en réorganisant les finances royales et en centralisant tous les revenus de l’État au sein de la Trésorerie générale127.

  • 128 AGS, GM, 2986.
  • 129 AGS, GM, 2986, Real resolución para que en las obras no se haga nada sin el proyecto del ingeniero (...)
  • 130 AGS, GM, 2986, Simon Poulet De Monfoison, « Réflexions sur ce qui paraît le plus convenir au servic (...)
  • 131 AGS, GM, 2986, Sueldos y raciones de los ingenieros año 1724.
  • 132 AGS, GM, 2998, Real Resolución sobre el nuevo pie del cuerpo de ingenieros (Madrid, 23 janvier 1740 (...)
  • 133 AGS, GM, 2998. Ibid., « quales despues de aptos para ingenieros extraordinarios y teniendo las corr (...)

94Cette ordonnance était en fait le complément du plan général des ingénieurs adopté le 14 avril 1711 par le roi et qui fixait les différentes étapes de la carrière dans le génie et les soldes des ingénieurs128. Ces deux textes complémentaires devaient assurer le bon fonctionnement et le respect de ce nouveau venu dans le monde militaire. Mais, il existait des écarts entre les principes établis et la pratique. Le roi dut, à plusieurs reprises, rappeler la place et le rôle de l’ingénieur. Dès le 25 juin 1720, il définissait à nouveau l’obligation, pour tous travaux, d’attendre le projet de l’ingénieur directeur que ce dernier remettait à la Cour129. Le 9 mai 1720, le roi décidait de définir à nouveau les rôles respectifs des gouverneurs de place et des ingénieurs à la suite de plaintes de part et d’autre130. En 1724, le roi devait confirmer les soldes et rations attribuées aux ingénieurs131. En 1740, à la suite de plusieurs demandes de Verboom concernant les besoins de recrutement du corps, le roi prit la Résolution Royale de fixer l’effectif des ingénieurs à 140 membres et instaura un nouveau grade, celui d’ingénieur dessinateur132. Ainsi, la hiérarchie du corps comportait dorénavant six échelons. Les ingénieurs dessinateurs allaient être « répartis dans les provinces aux ordres des directeurs ». Après leurs débuts dans le corps et après « être reconnus aptes pour les ingénieurs extraordinaires et ayant les particularités correspondantes »133, ils deviendraient les nouveaux ingénieurs extraordinaires au rythme des places vacantes. Ce système allait perdurer jusqu’en 1803. Dans un premier temps, en 1740, seuls quatre ingénieurs dessinateurs furent nommés et un seul en 1741. Ce remaniement du corps avait permis de faire avancer les carrières de nombreux ingénieurs puisqu’il y eut, entre 1740 et 1741, 53 promotions (déduction faite des 4 nouvelles recrues n’ayant pas eu de promotion entre ces deux années).

95D’autre part, certains ingénieurs exposèrent à leurs supérieurs les problèmes qu’ils rencontraient sur le terrain soit pour envisager quelques remaniements dans le choix des normes, soit pour dénoncer les abus et affronts subis par les ingénieurs, soit enfin, pour demander des précisions aux autorités sur les pratiques suggérées par les ordonnances.

Regards d’ingénieurs sur les difficultés de leur profession

  • 134 AGS, GM, 2998.
  • 135 AGS, GM, 2986.
  • 136 Simon Poulet de Monfoison est un ingénieur qui servit en Sicile en 1683 puis le roi d’Espagne en 17 (...)
  • 137 AGS, GM, 2986, « Preguntas que se hacen a su magestad por el ingeniero director Don Francisco Monta (...)

96Trois manuscrits d’ingénieurs donnent un échantillon du regard des hommes sur leur profession : « Essai d’un projet pour former les ingénieurs d’un état en corps et en ordre de guerre »134 de Charles de Robelin, « Réflexions sur ce qui paraît le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du Corps des Ingénieurs avec quelques remarques des plus essentielles pour son Etablissement qui tendent à l’avantage et la Politique de l’Etat »135 de Simon de Monfoison136, enfin « Questions faites à Sa Majesté par l’ingénieur directeur Francisco Montaigu pour expliquer quelques points de ses ordonnances royales et faciliter avec sa royale résolution l’avancement des travaux dont il a demandé l’exécution dans la place de la Corogne »137 de Francisco Montaigu. Ces trois textes furent rédigés par trois ingénieurs étrangers, un flamand, Simon Poulet de Monfoison et deux français. Le texte de Robelin établissait un projet que l’on pourrait considérer comme un complément à celui élaboré par Verboom. Celui de Poulet de Monfoison dressait une liste des affronts subis par les ingénieurs et des solutions à y apporter. Enfin, celui de Montaigu demandait des éclaircissements sur la manière d’agir sur le terrain face à des problèmes concrets portant sur les travaux ; donc il s’agissait de précisions sur l’application des ordonnances.

a) Robelin ou le génie comme quatrième arme d’un État

  • 138 A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires, pp. 643-646.
  • 139 Ibid., Ingénieur ordinaire en France en 1677, brigadier en 1709, maréchal de camp en 1710, il parti (...)

97Charles de Robelin138, dont le père, Jacques, fut entrepreneur des travaux du pont de Dunkerque en 1688, vit le jour en France à Calais. En 1677, il fut nommé ingénieur ordinaire du roi de France et lieutenant réformé. Après avoir occupé plusieurs postes, il devint en 1705 directeur des fortifications de Picardie. Puis, il obtint le grade de brigadier en 1709 et celui de maréchal de camp en 1710, en France. En avril 1719, il choisit de devenir ingénieur en Espagne alors que son pays d’origine entrait en guerre contre celle-ci. Le bénéfice de ce choix se matérialisa par l’obtention des grade et emploi de lieutenant général et ingénieur directeur sans patente139.

  • 140 AGS, GM, 2998 ; H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 52. La date donnée dans cet ouvrage (...)
  • 141 José Baltasar Patiño, marquis de Castelar, ministre de la Guerre.

98En poste à Zamora comme directeur des fortifications, il rédigea le 17 mars 1722 un texte de treize pages140, destiné au marquis de Castelar141, intitulé : « Essai d’un projet pour former les ingénieurs d’un état en corps et en ordre de guerre ». Son essai est une synthèse des idées développées par Verboom et de celles établies en France, le tout mêlé à quelques suggestions nouvelles. Cette synthèse, pour Robelin, définissait l’archétype du corps de génie que devait adopter toute monarchie.

  • 142 Expéditions de Sardaigne et Sicile (1717-1719).
  • 143 Pressions aux frontières exercées par les Français qui prennent Fontarabie et Saint-Sébastien.
  • 144 AGS, GM, 2991. La création dans l’année 1718 de nombreux ingénieurs extraordinaires (13) et la prom (...)
  • 145 Vingt-huit ingénieurs extraordinaires sont nommés entre 1719 et 1721 (AGS, GM, 2991).

99Ce texte fut écrit après les expéditions italiennes142, ainsi que les attaques françaises aux frontières nord143. Les combats avaient mobilisé de nombreux ingénieurs (53 au total), dont de fraîches recrues144. Robelin n’était pas dans les rangs de ces dernières, en revanche, il avait assisté au vaste mouvement de recrutement qui avait suivi la guerre145. Peut-être que tant de rapidité dans la sélection l’avait amené à réfléchir sur les qualités requises ou sur l’organisation du corps. C’est une hypothèse envisageable, mais Robelin ne donne pas les motifs de son essai. Ce texte attire immédiatement l’attention par la focntion restrictive que Robelin attribuait au génie, le confinant dans le domaine militaire. L’absence de sources ne permet pas d’expliquer la cause.

100En préambule, Robelin posait comme premier principe de reconnaître le génie comme la quatrième arme d’un État, au même titre que l’infanterie, l’artillerie, la marine. Il justifiait cette opinion par le rôle primordial joué par le génie qui trace

  • 146 AGS, GM, 2998, Charles de Robelin, « Essai d’un projet pour former les ingénieurs d’un état en corp (...)

aux autres pour l’attaque et la défense tant de places que de camps qui lui donne même quelques avantages par ces connaissances au-dessus des autres146.

  • 147 Ibid.

101Ces divers mérites devaient permettre au génie de parvenir « également aux honneurs »147.

  • 148 Ibid., art. 2 : « faire le choix du plus habile d’entre eux pour ingénieur général des fortificatio (...)
  • 149 Ibid., art. 1 : « nécessaire de commencer par le tableau de service, afin de rendre à chacun la jus (...)
  • 150 Ibid., art. 2 : « souverain qui voulant établir et conserver la même science dans ce corps, entreti (...)
  • 151 Ibid., art. 4 : « l’ordre de campagne pour les attaques des places ».
  • 152 Ibid., art. 5 : « Navarre, Catalogne sont les deux portes principales de l’entrée et de la sortie d (...)

102Ensuite, Robelin entrait dans le descriptif de l’organisation du corps. Parmi les neuf points abordés, plusieurs étaient déjà connus et appliqués en Espagne : la subordination stricte à un ingénieur général et à son supérieur hiérarchique direct148, la création d’un tableau de service pour effectuer les promotions149, la nécessité de sélectionner les recrues selon leurs capacités150, la constitution de brigade comme unité de combat151 et la protection des frontières nord comme point stratégique de défense152.

103Robelin, en revanche, semblait faire peu de cas de l’attribution simultanée d’un grade militaire et d’un emploi d’ingénieur. Pourtant, le double grade était un progrès important dans la conception qu’avait Verboom du rôle et de l’importance du corps. Il est possible que Robelin ait pensé qu’un seul emploi suffisait pour une des quatre armes de l’État, à moins qu’il n’ait considéré ce principe comme acquis. Il ne s’est aucunement expliqué dans son essai sur la hiérarchie. De même, Robelin ne pensait pas que la création d’écoles du génie soit une nécessité. Son intérêt se portait plus sur les conditions de travail et les hommes à qui il fallait s’adresser.

  • 153 Ibid., art. 7 : « troupes nécessaires et affectées aux corps du génie ». « Chaque corps sera suivi (...)
  • 154 Ces régiments furent créés en 1802. Reglamento de S.M. para la creación y organización de un Cuerpo (...)

104Il introduisait une nouveauté par rapport au corps mis en place par Verboom en affirmant la nécessité de troupes formées attachées spécifiquement au génie153. Dans la pratique, il n’existait pas de troupes de ce type. Chaque fois que la nécessité se faisait sentir, des soldats de l’infanterie venaient prêter leurs forces à l’exécution des tâches du génie. Une fois leur rôle terminé, ils rentraient dans les rangs de leurs régiments. Ce n’est qu’en 1802 que ces troupes furent créées154.

  • 155 AGS, GM, 2998, Charles de Robelin, « Essai d’un projet pour former les ingénieurs d’un état en corp (...)

105Robelin insistait aussi sur la nécessaire autonomie des ingénieurs vis-à-vis de l’artillerie155 pour le transport du matériel de campagne

… Ainsi chacun sera le maître de son transport et fera sa besogne, et n’aura point recours à l’artillerie, avec laquelle il peut arriver des difficultés par des retardements contraires au bien du service.

  • 156 AGS, GM, 2986, Real ordenanza e instrucción de 4 de julio de 1718 para los ingenieros…
  • 157 AGS, GM, 2986, Reglamento que propone el ingeniero general Don Prospero de Verboom, para los ingeni (...)

106La compétition entre artilleurs et ingénieurs était rappelée par les phrases ci-dessus. Robelin suggérait même un manque d’efficacité de l’artillerie. La volonté de se séparer du « grand frère » artilleur a déjà été évoquée. Il était dans la ligne de pensée de Verboom. Cependant, dans l’ordonnance du 4 juillet 171, l’idée d’un train de campagne indépendant de l’artillerie ne fut pas évoquée156 pas plus qu’elle ne le fut par Verboom157 dans le règlement de 1711 pour le service extraordinaire en campagne.

107Même si cet essai de Robelin n’obtint pas d’écho auprès du marquis de Castelar ni auprès de Verboom, il était digne d’intérêt pour trois raisons : il montrait que l’organisation du corps suscitait une réflexion interne ; il avait le mérite de mettre en avant certaines carences dans sa mise en place par le flamand et l’administration de Philippe V, comme le manque des troupes du génie ; enfin, il confirmait l’importance croissante d’un corps de génie militaire dans la politique stratégique d’un État.

b) Simon Poulet de Monfoison ou l’ingénieur en question dans le monde militaire

108Simon Poulet de Monfoison, quant à lui, s’intéressait à la place de l’ingénieur dans le monde militaire en montrant à la fois les abus dont il était victime et la considération qu’il méritait.

  • 158 La datation de ces réflexions de Poulet de Monfoison est déduite des travaux et ordonnances citées (...)

109En 1728, Simon Poulet de Monfoison adressa à l’ingénieur général Georges-Prosper Verboom ses « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du Corps des Ingénieurs avec quelques remarques des plus essentielles pour son Etablissement qui tendent à l’avantage et la Politique de l’Etat158 ».

110En quarante-trois pages écrites en français, Poulet de Monfoison passait en revue une série de problèmes rencontrés au cours de son temps de service. Il prit la précaution d’assurer Verboom de sa loyauté et de se retrancher derrière les erreurs qu’une lecture trop rapide des ordonnances du corps aurait amenées avant de commencer son écrit. Une fois de plus un ingénieur tentait, par son expérience, de susciter un nouveau regard sur le corps.

111Poulet de Monfoison étudiait en plusieurs temps les rapports entre les ingénieurs et les autres responsables militaires. Puis il définissait les caractéristiques du bon ingénieur. Enfin, il reprenait le travail cartographique de l’ingénieur en suggérant des changements grâce à quelques détails pratiques.

  • 159 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service (...)

112Les rapports entre les ingénieurs et les autres militaires étaient envisagés sous l’angle du gouverneur d’une place, de l’intendant des armées ou de la province et des autres officiers. Pour Simon Poulet de Monfoison, il était clair que l’ingénieur était aux ordres du gouverneur de la place dont il évoquait toutes les prérogatives, à savoir prendre connaissance des travaux faits, posséder un plan, aider et assister les ingénieurs. Ensuite, il énumérait une série de cas où le gouverneur ne devait pas avoir prise sur l’ingénieur. L’autonomie de l’ingénieur vis-à-vis du gouverneur devait être quasi totale pour l’exécution des travaux dans la place159.

113Puis, Simon Poulet de Monfoison passait à l’étude des rapports entre l’intendant et l’ingénieur. L’intendant pouvait étudier le budget des fortifications, et contrôler, par l’envoi d’inspecteurs, l’état d’avancement des travaux. Mais, Simon Poulet considérait comme irrégulier que l’intendant se permît d’envoyer des contrôleurs pour la contrebande sur les chantiers ou encore de frustrer les ingénieurs de leurs appointements.

  • 160 Ibid., f° 9.

Les intendants prétendent que les ingénieurs étant officiers comme ceux du reste des troupes qu’ils doivent être égalisés en paiement160.

114Alors que pour Poulet de Monfoison, les ingénieurs étaient

  • 161 Ibid., f° 9, commissaire de guerre : officier détaché de son régiment d’origine pour remplir une mi (...)

les ministres de S.M. aussi bien que les commissaires de guerre […] qui sont payés avec régularité161.

  • 162 Un exemple parmi d’autres. À Barcelone, le 21 septembre 1720, l’ingénieur Andrés Jorge Sohr a perdu (...)

115Cette observation sur les problèmes d’arriérés de soldes n’avait rien d’exceptionnel. Tout au long du siècle, les ingénieurs se plaignirent de cet état de fait162.

  • 163 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service (...)
  • 164 Il abordait aussi le cas d’un officier de Gibraltar qui avait mené « les ingénieurs dans les attaqu (...)
  • 165 Gabion : cylindre creux fait de branches tressées et rempli de terre utilisé pour la fortification (...)

116Enfin, Simon Poulet consacrait un long développement aux querelles entre officiers et ingénieurs163. Il citait, entre autres164, le cas du siège de Messine où l’officier commandant le détachement de soldats pour la sape fit mettre à bas les gabions165 ordonnés par les ingénieurs, en les traitant « d’ignorants indignes de servir le Roy ». Pour réparer cette erreur, il fallut tout recommencer. Le bilan fut la perte de deux ingénieurs qui furent blessés, sans oublier de nombreux décès parmi les sapeurs. Les officiers d’infanterie acceptaient mal la tutelle du génie sur le champ de bataille au mépris de toutes les règles de l’art militaire et de la sécurité.

  • 166 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service (...)

117Cet exemple l’amenait alors à rappeler la manière de se comporter lors d’un siège ainsi que le rôle des brigades166. Il lui paraissait normal que les généraux des tranchées commandassent les troupes chargées d’exécuter les travaux de siège. Mais en aucun cas ces derniers ne devaient changer le programme établi par l’ingénieur. Or, il citait plusieurs cas où les ingénieurs furent traités d’ignorants, coûtant places, temps et hommes à l’État.

  • 167 Ibid., ffos 24-34.

118Donc, pour Simon Poulet, les principales sources d’ennuis des ingénieurs étaient l’ignorance et l’intolérance des autres officiers. Pour lui, l’ingénieur était un officier instruit qui brave le feu des combats et peut anéantir, par son intelligence, les espoirs de l’ennemi. Pour être plus clair, Poulet de Monfoison en arrivait à définir le bon ingénieur, distinguant l’ingénieur de guerre de l’ingénieur de place, comparant le bon officier et le bon ingénieur ; il réclamait la reconnaissance totale de l’officier dans l’ingénieur167.

119La différence entre l’ingénieur de guerre et l’ingénieur de place résidait non pas dans le niveau scientifique mais dans l’expérience du feu qu’avait l’ingénieur de guerre. Les valeurs militaires étaient privilégiées par rapport à l’instruction reçue. Elles ouvraient à l’ingénieur les portes des honneurs distribués par le Prince. L’ingénieur de guerre était sans aucun doute un officier digne de la confiance du souverain. D’une certaine manière, Poulet de Monfoison niait, par cette préférence, une partie des idées de Verboom sur l’importance de l’acquisition du savoir technique et la polyvalence nécessaire des ingénieurs repoussant au-delà du champ de bataille les limites des attributions du génie.

  • 168 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service (...)
  • 169 Lieutenant du roi (Teniente de Rey) : emploi de hiérarchie des corps d’État-Major des places. Selon (...)

120Pour affirmer la nécessité de considérer sur le même plan officier et ingénieur, il mettait en parallèle le commandement des hommes par l’officier et les réalisations d’architecture militaire contribuant à la défense du pays aussi bien que celles d’architecture civile provoquant l’admiration des étrangers et faisant honneur aux princes168. Chacun de ces rôles est déterminant pour l’État. Partant de ce postulat, Poulet de Monfoison réclamait que les ingénieurs pussent accéder eux aussi aux fonctions de gouverneurs, de lieutenant du roi169 en fin de carrière. Ce passage sous-entend que ces fonctions de prestige ou honorifiques n’étaient pas ouvertes aux ingénieurs, mais réservées aux officiers d’infanterie. Ouvrir la porte de ces fonctions aux ingénieurs était reconnaître leur équivalence.

  • 170 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service (...)
  • 171 Ibid., ffos 39-40, planchette : tablette de bois munie d’une alidade servant à tracer des plans.
  • 172 AGS, GM, 2986, ffos 40-41 : « les uns seront destinés à prendre les distances géométriquement, les (...)
  • 173 D’après Simon Poulet de Monfoison, pour faire une carte topographique d’une place forte et des quat (...)

121Enfin, Poulet de Monfoison terminait son exposé par une liste de requêtes concernant le travail cartographique assigné aux ingénieurs170. Venaient tout d’abord, les problèmes matériels : les frais de voyage et de logement occasionnés par les commissions cartographiques. Pour lui, ces dépenses nombreuses justifiaient, pour le moins, le paiement régulier de leurs soldes. Ensuite, il passait aux problèmes de cartographie, définissant la planchette171 et le dessinateur comme deux collaborateurs indispensables. Il suggérait que fussent constituées par province des brigades d’ingénieurs par province, placées sous la direction d’un ingénieur directeur, qui se répartiraient les tâches172 et ainsi réduiraient la durée nécessaire173 à un travail cartographique. Il réclamait la création d’une sorte de réseau provincial du service du génie.

  • 174 Voir partie suivante sur les académies militaires.

122Simon Poulet avait voulu démontrer les imperfections du système en place, se faire le porte-parole des espérances des ingénieurs et affirmer une certaine supériorité de l’ingénieur de guerre sur l’ingénieur de place. En plaçant l’ingénieur de guerre devant les autres, il définit la militarisation du corps comme essentielle. Il fait passer au second plan l’ingénieur de place qui semble seulement devoir se consacrer à des problèmes architecturaux et mathématiques ; il n’a donc pas la formation complète de l’ingénieur ayant affronté le feu des combats. Verboom n’était pas aussi restrictif que Simon Poulet. Un débat dans le corps avait lieu sur l’importance de la formation pratique ou théorique de l’ingénieur174.

  • 175 Francisco Montaigu : d’origine française, il devient ingénieur en chef le 14 mai 1708 puis ingénieu (...)

123Francisco Montaigu175, plus pratique, adresse au ministre de la Guerre une série de questions sur des points concrets d’application des ordonnances, cherchant ainsi l’appui du roi sur le terrain et la confirmation de ses attributions.

c) Francisco Montaigu à la recherche d’un guide pratique et précis

  • 176 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI.

124Montaigu, ingénieur chargé des fortifications de La Corogne en Galice, dut faire face à de nombreuses difficultés avec l’intendant, ou avec son représentant sur les chantiers, le contrôleur (interventor) chargé de surveiller les dépenses et la répartition du budget accordé pour les travaux ou encore avec le gouverneur d’une place forte au sujet de l’avancement des travaux. Il envoya donc en 1728 au ministre de la Guerre, le marquis de Castelar, dix-neuf questions précises sur le rôle du contrôleur. Il espérait ainsi obtenir des réponses plus claires que dans les chapitres 35-36 de l’ordonnance de 1718176 mais aussi des résolutions royales à présenter au contrôleur récalcitrant.

125Le problème essentiel de ses rapports avec le contrôleur venait du tempérament trop interventionniste de ce dernier. Il avait voulu gérer seul le parc de matériel, sans l’avis de l’ingénieur, sans faire un état mensuel des entrées et sorties. Il avait sanctionné, voire même renvoyé des employés sans en faire part à l’ingénieur. Le marquis de Castelar adressa une réponse à chaque question, replaçant chacun (le gouverneur de place, l’ingénieur, le contrôleur) dans son rôle, en faisant une relecture de l’ordonnance de 1718 et en la complétant.

126Le gouverneur de la place forte devait prêter des hommes de troupe pour aider à la surveillance du chantier.

127Puis le marquis de Castelar insistait sur le rôle primordial de l’ingénieur dans la direction du chantier et sur le rôle de contrôle et de surveillance pour la Real Hacienda de l’inspecteur sans donner à ce dernier de possibilité d’intervention dans le déroulement des travaux. Enfin, la dix-neuvième réponse définissait clairement le rôle du contrôleur :

  • 177 AGS, GM, 2986 : « interviene en las revistas de la gente, en el trabajo y en la cuenta y razon de l (...)

… Le contrôleur participe aux revues de l’ensemble des travailleurs et à la comptabilité de la réception des matériels qui sont achetés avec l’assistance et à la satisfaction de l’ingénieur directeur comme cela est prévu177.

128C’est ainsi que Francisco Montaigu connut clairement les attributions de chaque intervenant et qu’il put s’en prévaloir pour régler des litiges sur ses chantiers.

129Ces trois hommes, chacun à leur manière, ont défini les imperfections du corps du génie qu’ils avaient constatées, la nature des difficultés rencontrées par les ingénieurs pour se faire admettre comme membre du monde militaire et scientifique de l’armée et les perfectionnements à apporter au corps. Verboom, le père fondateur, conscient de ces difficultés, consacra les trente-quatre années qu’il passa à la tête du corps à améliorer son œuvre. La génération des ingénieurs commandée par Verboom a servi de première ébauche ; pas à pas le pouvoir se rendit compte de l’importance d’un tel corps, pas à pas Verboom insista sur la nécessaire formation militaire et scientifique de ceux qui devaient composer l’élite des armes scientifiques.

IV. – La formation des hommes : un enjeu pour le développement du corps

  • 178 G.-P. Verboom, « Projet pour une Académie ou école ou se doivent démontrer les mathématiques, forti (...)

130Verboom avait manifesté le désir de créer un enseignement pour les ingénieurs178. Il arrivait en Espagne, où il y avait eu des précédents de création, avec un modèle dans l’esprit : celui de l’académie de Bruxelles.

Les précédents

  • 179 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 96-97.
  • 180 Ibid., pp. 97-99.
  • 181 Ibid., p. 100.
  • 182 Ibid., p. 100. En 1697, « se consideraba inútil el gasto en esta Academia porque hacía 12 años que (...)
  • 183 J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos », p. 34.
  • 184 José de Mendoza y Sandoval disciple de S. Fernández de Medrano ; Agustín de Stevens : capitaine de (...)
  • 185 Ibid., p. 107 ; J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos », p. 34.

131En effet, dès la fin du xvie siècle, en 1583, Philippe II avait fondé une Académie de mathématiques à Madrid, sous la direction de Juan de Herrera. Le but de cette académie était d’ouvrir les esprits aux sciences mathématiques179. En 1625, les Jésuites, désireux de contrôler l’enseignement en Espagne, obtinrent la reprise de l’enseignement des sciences mathématiques dans leur collège à Madrid : le Colegio Imperial de Madrid. Trois chaires furent créées : deux pour les mathématiques, une pour l’art militaire180. Parallèlement, en avril 1600, s’ouvrait à Madrid une Académie royale de mathématiques destinée à préparer les artilleurs à la pratique. Divers professeurs y enseignèrent181. Mais cette académie avait comme principal défaut de recruter peu d’élèves et d’avoir peu de résultats182 par rapport au collège jésuite. Le 16 juillet 1697, le roi décidait de la transférer à Barcelone. Ce transfert fut retardé par la prise de Barcelone par les Français, d’août à décembre 1697. En fait, l’Académie ne fut créée par décret royal183 que le 22 janvier 1700. Le 23 novembre 1700, les professeurs choisis par le roi furent nommés : José de Mendoza y Sandoval et Agustín Stevens184. Cette académie devait fonctionner sur le schéma de celle de Bruxelles185.

  • 186 J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos », p. 31.
  • 187 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 102-103.
  • 188 S. Fernández de Medrano, El práctico artillero ; Id., El ingeniero práctico ; Id., El architecto pe (...)

132Ces derniers pouvaient prétendre intégrer les corps scientifiques de l’armée : artillerie ou génie. À la fin de chaque année, une remise de médailles récompensait les trois meilleurs élèves186. L’enseignement était novateur dans le sens où, par rapport aux Jésuites, il débutait par des exercices pratiques de construction. Medrano estimait que les élèves devaient refaire seuls leur remise à niveau en mathématiques187. Des manuels écrits par Sebastián Fernández Medrano donnaient à l’élève une constante source de références188. Cette académie fut le modèle choisi par Verboom pour créer une Académie de mathématiques destinée à former les artilleurs et les ingénieurs. Juan Barrios Gutiérrez va jusqu’à dire

  • 189 « … Que el centro de enseñanza instituido por D. Sebastián Fernández de Medrano es el venero castre (...)

que le centre d’enseignement institué par Don Sebastián Fernández de Medrano est la source militaire d’où naquirent deux des principales académies militaires espagnoles contemporaines (Ségovie, Barcelone)189.

L’académie de Barcelone : projets pour un centre militaire d’enseignement

  • 190 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI : Real ordenanza de 2 de mayo (...)

133Au départ, quelques difficultés se présentèrent dans l’organisation de l’académie de Barcelone. Dans l’ordonnance de l’artillerie du 2 mai 1710, il était manifeste qu’il fallait fonder des centres d’enseignement. L’article 15 proposait la création de quatre écoles d’artillerie et de bombes qui devaient être des écoles pratiques « afin de les rendre pratiques et habiles [artilleurs et bombardiers] pour mon service »190. L’article 16 proposait la création de trois autres écoles ou académies militaires où seraient enseignés aux artilleurs

  • 191 « … Donde se enseñen las matemáticas, y particularmente la fortificación, y todo lo que toca a los (...)

les mathématiques et particulièrement la fortification et tout ce qui touche aux attaques et défenses des places, la géographie, le campement des troupes191

134Dans ces académies dirigées par des ingénieurs, les professeurs seraient des ingénieurs. Ces idées sur l’enseignement ne furent pas concrétisées. D’ailleurs, la mainmise du capitaine général d’artillerie sur ces écoles n’était pas faite pour plaire aux ingénieurs.

  • 192 Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército, t. II, p. 16.
  • 193 Projet d’académie à Madrid, Séville, Bilbao, Badajoz, Barcelone : enseignement hydrographique et na (...)

135Verboom, en septembre 1712, répondait en proposant la création d’un centre d’enseignement, d’une académie : « Projet pour une académie ou école où se doivent démontrer les mathématiques, fortification et dessin dans les parties qui conviennent de savoir à un officier de guerre et particulièrement pour ceux qui souhaitent entrer dans le corps des ingénieurs de S.M. »192. Il est manifeste, et les mots choisis pour le projet en sont la preuve, que cette académie devait être destinée à la formation à la fois des ingénieurs et des officiers. Les artilleurs n’étaient pas cités. Ce projet consistait dans la création de plusieurs académies193. Les enseignements dureraient, comme à Bruxelles, deux années. La première année comportait l’étude de l’arithmétique, la géométrie pratique, en un mot l’enseignement de base ; la deuxième année était réservée à ceux qui voulaient devenir ingénieurs. Ils étudiaient alors la nivellation, la fortification, l’art de l’attaque et de la défense des places. Les professeurs étaient des ingénieurs et l’inspecteur, l’ingénieur général. Le projet ne fut pas appliqué tout de suite à cause des conflits et des nombreuses occupations auxquelles Verboom devait faire face. L’idée d’une formation était seulement repoussée.

  • 194 Mateo Calabro (?-1748), en 1720 est premier maître de mathématiques à Barcelone puis, en 1734 direc (...)
  • 195 Andrés de los Cobos est ingénieur en second le 9 mars 1713.
  • 196 Les projets : Georges-Prosper Verboom, « Proyecto o idea sumaria para la formación, govierno y perm (...)
  • 197 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 111-124.
  • 198 Ibid., p. 115.
  • 199 Ibid., p. 115.
  • 200 Ibid., p. 121.

136Le 15 avril 1717, les compagnies de Guardias Marinas ou gardes de la marine furent créées par le roi. Elles étaient composées de jeunes nobles de quatorze à dix-huit ans, aspirants au service de la marine. En même temps, le roi implantait à Cadix une académie destinée à former ces jeunes recrues. Cette création inaugurait la politique de l’État consistant à donner à ces militaires l’instruction nécessaire à leur fonction. De même, la décision de créer une Real Escuela Militar de Matemáticas à Barcelone, prise en 1716, participait à cette nouvelle politique (elle n’ouvrit ses portes qu’en 1720). Mateo Calabro194, officier d’artillerie, fut choisi par Verboom comme professeur et directeur de l’Académie. Verboom voulait que l’académie fût celle de la formation des ingénieurs. Jusqu’en 1739, cette académie n’eut pas de règlement précis. Plusieurs projets ou suggestions furent élaborés. Mateo Calabro, Georges-Prosper Verboom et Andrés de los Cobos195 proposèrent chacun un projet pour la formation scientifique des militaires196. Horacio Capel fait un large développement sur les idées qui opposèrent ces trois hommes197. Leurs points de désaccord peuvent se résumer ainsi : Verboom centrait l’enseignement dans l’académie sur la formation pratique des ingénieurs et des artilleurs198 ; Calabro, lui, préférait concevoir l’académie comme un centre d’enseignement plus général touchant tous les officiers et permettant de former un architecte militaire, un artilleur pratique et un scientifique nautique199 ; Andrés de los Cobos soutenait Mateo Calabro pour son action à Barcelone et présentait un projet où il maintenait une très large place à l’enseignement théorique dans la formation de l’ingénieur. Il critiquait aussi l’autorité de l’ingénieur général200 : un seul homme pour toutes les actions menées par les ingénieurs lui paraissant insuffisant.

  • 201 Pedro de Lucuce (Avilés 1692 - Barcelone 1779). Il est entré dans le corps en 1730 comme ingénieur (...)
  • 202 Dans les projets de Verboom et Calabro, il y avait 6 classes.

137Les opinions divergeaient. Les querelles se poursuivaient entre Verboom et Calabro. Pedro de Lucuce201, recruté comme ayudante à l’Académie en 1736, fut chargé par le duc de Montemar de rédiger un projet de règlement pour l’académie de Barcelone. Lucuce étendait à trois années, au lieu de deux, les études qui étaient alors découpées en quatre classes de neuf mois d’enseignement chacune202. Les deux premières classes étaient destinées à la formation des officiers. Les deux dernières à la formation des ingénieurs artilleurs. L’académie serait sous protection du ministère de la Guerre ou à défaut du capitaine général. L’ingénieur général, ou à défaut l’ingénieur directeur de la province serait inspecteur. L’affirmation du rôle d’inspecteur de l’ingénieur général enlevait au directeur de l’académie l’indépendance que lui souhaitait Calabro. Ce règlement ainsi que les idées de Verboom exprimées dans son projet de 1730, allaient servir de base à l’élaboration d’une ordonnance réglementant les académies militaires, d’autant plus qu’une nouvelle académie était à la charge des ingénieurs depuis 1732 : l’académie d’Oran.

L’ordonnance de 1739 : premier règlement officiel des académies militaires

  • 203 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 858-883.

138Dès le préambule, le roi exposait les diverses raisons de la création des académies203.

  • 204 Ibid. : « corresponde a un buen oficial sino también para que adormado con las demás partes de Mate (...)
  • 205 Ibid. : « Por quanto considerado lo útil e importante que es la conservación de mis reynos, explend (...)

139Le roi ouvrait les académies à la noblesse et à la jeunesse espagnole pour en faire de bons officiers ou pour être admis dans les corps d’ingénieurs et d’artilleurs204. Ainsi, le roi faisait de l’académie militaire le centre de formation scientifique utile à une bonne armée, à l’efficacité des corps savants, à la diffusion des sciences et au bien public205.

140En vingt-huit articles, tous les aspects du fonctionnement de l’académie de Barcelone sont passés en revue : le personnel, le budget, les fournitures, les effectifs, les programmes d’enseignement, les examens, les débouchés. Cette ordonnance est valable pour toutes les autres académies du même type.

  • 206 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 1, p. 860.
  • 207 Ibid., art. 25, p. 881.
  • 208 Ibid., art. 26, p. 881.

141L’académie était placée sous la protection du ministre de la Guerre et de son représentant le capitaine général de Catalogne. L’ingénieur général, lui, était nommé inspecteur de l’académie. Son représentant, en cas d’absence, était l’ingénieur directeur de la province206. Le rôle de l’inspecteur était de proposer les candidats aux postes de professeurs vacants, de recevoir et transmettre au ministre les remarques et les recours du directeur de l’académie207, d’inspecter les classes et les enseignants le plus souvent possible208.

  • 209 Ibid., art. 9, p. 867.
  • 210 Ibid., art. 28, p. 882.
  • 211 Ibid., art. 28, p. 882.
  • 212 Ibid., art. 2, p. 860.

142Le personnel enseignant se composait de quatre personnes, toutes issues du corps des ingénieurs : un directeur général d’académie, deux adjoints d’enseignement, un directeur de dessin. Le directeur général était responsable des enseignements donnés dans l’académie. Il choisissait les traités de mathématiques qui seraient utilisés. Ensuite, il fournissait à ses adjoints ses commentaires sur les traités pour qu’ils puissent orienter leurs leçons selon sa ligne de pensée209. L’ingénieur général contrôlait les cahiers de leçons des adjoints et du directeur, surveillant ainsi les enseignements et informant le ministère de la Guerre des grandes lignes scientifiques enseignées. En cas d’absence du directeur, c’était le premier adjoint qui le remplaçait. Le second s’occupait de la classe du premier. L’inspecteur pouvait, si l’absence était de longue durée, nommer un directeur par intérim210. En cas d’absence du directeur de dessin, un des académiciens le remplaçait en aidant les autres211. Les professeurs touchaient, en plus de leurs soldes, des gratifications mensuelles justifiées par la charge onéreuse qu’ils occupaient : 300 écus par an au directeur général, 180 au premier adjoint et au directeur de dessin, 150 au second212.

  • 213 Ibid., art. 5, p. 864.
  • 214 Ibid., art. 6, p. 864.
  • 215 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 7, p. 865.
  • 216 « … Ordeno a sus coroneles y comandantes tengan presente el merito de estos individuos, para propon (...)
  • 217 « … Ser naturales de los Dominios, y provincias de esta Monarquia, de conocida nobleza, o ciudadano (...)

143L’académie était ouverte à 18 officiers et 18 cadets des régiments d’infanterie, de cavalerie et de dragons de la principauté de Catalogne, mais aussi à quatre caballeros particulares213 dont l’âge serait compris entre quinze et trente ans214. Deux mois avant la rentrée de l’académie, l’inspecteur demandait au capitaine général d’aviser les colonels et commandants des régiments qu’ils pouvaient choisir les hommes destinés à y accéder, parmi ceux qui étaient de bonne conduite et intelligents. Ces recrues se présentaient plus tard à Barcelone pour passer un examen devant le directeur qui jugeait les capacités à l’étude et les motivations des candidats215. Lors des revues d’inspection, les officiers et cadets étaient considérés comme présents dans leurs régiments d’origine et leur restaient rattachés. Les études terminées, les élèves militaires retournaient dans leurs régiments et le roi suggérait que ces hommes fussent préférés aux autres pour les emplois vacants216. Les caballeros particulares devaient « être d’origine espagnole, de noblesse connue ou des citoyens de bonne conduite » et d’âge contenu dans les créneaux cités précédemment217.

144En théorie, le recrutement de l’académie s’ouvrait aux nobles et aux bourgeois. L’apprentissage des sciences permettait d’espérer l’entrée dans le milieu militaire.

  • 218 Ustensilio : ensemble des aides matérielles fournies par l’administration militaire aux soldats dan (...)
  • 219 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 8, p. 865.

145Pour l’entretien des académiciens, l’officier recruté touchait sa solde, et le cadet sa solde plus six écus par mois. Tous les académiciens devaient être logés dans la ville de Barcelone et bénéficier des mêmes ustensilios218 que les soldats des casernes219. Ainsi, le roi espérait délivrer les élèves de tout souci matériel.

  • 220 Ibid., art. 27, pp. 881-882.

146La hiérarchie et la subordination militaire étaient maintenues. Tous les élèves, de quelque grade ou classe qu’ils fussent, devaient être subordonnés aux adjoints d’enseignement et au directeur de dessin. Le directeur était le supérieur hiérarchique de l’ensemble des personnels et élèves de l’académie. Tout écart de conduite, tout relâchement dans le travail, ou encore toute absence non justifiée pouvaient entraîner des sanctions de la part du directeur général, qui allaient de l’emprisonnement au renvoi. Pour le renvoi, le directeur sollicitait de l’inspecteur qu’il informe le capitaine général pour qu’il notifie la décision à l’intéressé220.

  • 221 Ibid., art. 10, p. 867.
  • 222 Ibid., art. 10, p. 868 ; horaires d’été de 8 h à 10 h et de 16 h à 18 h ; horaires d’hiver de 9 h à (...)
  • 223 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 4, pp. 863-864.
  • 224 Ibid., art. 4, p. 863.

147Dans les cours, la discipline devait régner. En début de cours, les académiciens commençaient par répondre à l’appel221. Ils devaient se découvrir et être silencieux pendant la leçon. Ils suivaient quatre heures de cours par jour et se reposaient le jeudi222. Pour éviter toute incursion étrangère, un caporal et deux soldats montaient la garde à la porte de l’académie223. Après la rentrée, aucune inscription supplémentaire n’était possible224.

148Le cycle d’études proposé comprenait trois années et quatre classes. Chaque enseignant avait en charge un des quatre niveaux : le second adjoint la première classe, le premier adjoint la seconde, le directeur général la troisième, le directeur de dessin le dernier et quatrième niveau.

  • 225 Ibid., art. 11, p. 869.

149Les deux premières classes correspondaient au niveau exigible en sciences de n’importe quel officier de l’armée pour qu’il exécute avec sagesse et adresse les charges qui lui seraient confiées. Les deux autres classes formaient les académiciens à la profession d’ingénieur et d’officier d’artillerie. Chaque cours durait neuf mois. Le redoublement n’était possible que pour un motif valable comme la maladie225.

  • 226 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 11, pp. 868-869.
  • 227 Ibid., art. 12, pp. 869-871.

150Le premier cours donnait en neuf mois les rudiments d’arithmétique, entamait la géométrie pratique, abordait la transformation des figures, l’utilité des instruments. Un jour par semaine, une leçon extraordinaire avait lieu sur la sphère céleste226. Un examen passé devant le directeur général sanctionnait le passage en classe supérieure. Le deuxième cours touchait l’apprentissage de la fortification moderne, défensive et offensive, et les tactiques des autres armées. L’artillerie sous tous ses angles était étudiée, ainsi que les stratégies de combat et de déplacement des armées. Un jour par semaine, une leçon extraordinaire était donnée sur les globes terrestre et céleste, sur les cartes géographiques, sur le déchiffrage des plans227.

151Ces deux cours une fois finis, l’élève pouvait se retirer dans son régiment d’origine avec un certificat du directeur général attestant son passage dans l’académie. Il était alors précédé dans son régiment par une fiche adressée à ses supérieurs, colonels ou commandants, décrivant son application et sa conduite. Il pouvait aussi passer un examen devant le directeur général pour accéder à la troisième classe et donc se préparer à devenir ingénieur ou artilleur.

  • 228 Gnomonique : art de construire et utiliser les cadrans solaires.
  • 229 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 13, pp. 871-872.

152Dans la troisième classe, étaient abordées la mécanique, l’hydraulique, la science nautique, l’architecture ainsi que la perspective militaire, la gnomonique228 et l’usage des cartes hydrographiques dans la leçon extraordinaire hebdomadaire229. Après un examen en fin de cours pour passer dans la quatrième classe, l’académicien terminait ses études par neuf mois d’apprentissage de la cartographie et du dessin architectural. Le thème de la leçon extraordinaire portait sur la gestion des travaux.

  • 230 Ibid., art. 16-17, pp. 875-876.
  • 231 Ibid., art. 18, p. 876.
  • 232 Ibid., art. 17-18, pp. 876-877.
  • 233 Ibid., art. 20, pp. 878-879.
  • 234 Ibid., art. 21, p. 879.

153Au terme de la quatrième classe, les académiciens se réunissaient avec le directeur et l’inspecteur ; il s’agissait de discuter sur divers points de l’enseignement reçu. Le directeur et l’inspecteur choisissaient alors les trois meilleurs académiciens ; le but était de leur faire soutenir des conclusions en public230 sur des thèmes imposés. Le jury était composé des membres suivants : le substitut du protecteur de l’académie comme président de jury, l’inspecteur, le directeur général, les six juges choisis parmi les officiers de l’armée de Catalogne et instruits en mathématiques, le directeur général et les adjoints de l’académie231. Chaque élève sélectionné devait pendant une demi-heure faire un exposé sur le point qu’il avait tiré au sort huit jours plus tôt. Puis les deux autres élèves sélectionnés le questionnaient sur son développement232. Après le vote du jury, trois prix étaient remis aux trois candidats : des médailles en or d’une valeur de 10 doublons chacune233. Les autres académiciens recevaient, à l’issue de la quatrième classe, un certificat de fin d’études234.

  • 235 Ibid., art. 21, p. 879.

154Pour celui qui désirait intégrer le corps des ingénieurs ou celui des artilleurs, une autre épreuve était imposée. Il devait solliciter son examen auprès de la Real Junta de Fortificación, ou d’artillerie, à la Cour235. Il était entendu que ceux qui regagnaient leurs régiments devaient diffuser le savoir qu’ils avaient acquis auprès de leurs compagnons. Ainsi, pendant une heure par jour, ils faisaient une conférence scientifique qui devait concourir à former les militaires de leurs régiments. Les plus remarquables et assidus parmi l’assistance seraient signalés au roi par leur supérieur. Ainsi le roi pourrait-il en tenir compte dans leur avancement. J.A. Portugués en fait état de la façon suivante :

  • 236 « Dandome cuenta los referidos coroneles y comandantes, quando se dé principio a estas conferencias (...)

Les colonels et commandants, me rendant compte des sujets qui participent aux conférences et de ceux qui progressent le plus par le biais du ministre236 de la Guerre, pour que de cette manière je puisse tenir compte de leur application dans les promotions.

155Le roi voulait aussi

  • 237 « … Consiguiendose por esta disposición, no tan solamente el evitar la ociosidad, sino tambien que (...)

éviter l’oisiveté en obligeant les uns à repasser ce qu’ils avaient étudié auparavant, et les autres à s’instruire en sciences si indispensables à un militaire pour remplir sa tâche237.

  • 238 Ibid., art. 15, p. 875.
  • 239 Ibid., art. 3, pp. 861-862.

156Enfin, l’académie avait un budget de fonctionnement fixé par l’ordonnance à 250 écus annuels pour l’achat de papier, de couleurs et des matériaux nécessaires à la classe de dessin, pour le paiement des journées des manœuvres présents lors des opérations pratiques de campagne. Pour contrôler le budget, le directeur ainsi que le directeur de dessin, devaient produire une relation des dépenses fournie à l’inspecteur qui l’envoyait à l’intendant pour règlement238. La dotation en instruments et matériel apparaissait dans l’article 3. Le concierge était le responsable de l’entretien et de la maintenance de ces instruments et matériels239.

  • 240 Académie d’Oran créée en 1732 et celle de Ceuta en 1739.

157Les académies d’Oran et de Ceuta240 calquèrent leurs organisations sur cette ordonnance. Pedro de Lucuce devint le directeur de l’académie de Barcelone en 1739. Il allait laisser son empreinte dans ce centre jusqu’en 1774.

  • 241 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, préambule de l’ordonnance, p (...)
  • 242 Cobos parle d’une peur d’être mal considéré dans son régiment si on est issu d’une académie (H. Cap (...)
  • 243 École du génie de Mézières créée en 1748 en France.

158L’ordonnance de création de l’académie de Barcelone établit le cadre idéal pour la diffusion des sciences dans le milieu militaire. La nécessité de connaître les sciences pour accomplir cette tâche241 remettait en cause l’idée d’une profession militaire héritée des pères. Le recrutement de quatre nobles non militaires à l’origine ou de citoyens honorables montrent une très légère ouverture sur l’extérieur. La conception d’un corps d’officiers instruits, motivés, qui recevaient des promotions en fonction de leur savoir, de leur mérite, de leur application, gênait tous les officiers habitués à la routine ou à progresser à l’ancienneté ou grâce à des actes héroïques. L’idée d’une élite savante pour une armée moderne était née même si elle avait du mal à s’imposer242. L’Espagne montrait la voie à l’Europe, y compris à son voisin français243. La monarchie avait créé ses centres d’enseignement reléguant les Jésuites au domaine classique. Les ingénieurs et les artilleurs fourniraient les précieuses fondations de cet enseignement. L’État devenait le novateur, le diffuseur d’un nouveau savoir spécialisé dans les sciences.

159Il fallait encore, pour faire du corps des ingénieurs un corps performant, imposer un strict contrôle des hommes et des travaux. La création d’un conseil, ou junte de fortifications, à Madrid, et des mesures disciplinaires appliquées avec sérénité, devaient accroître le contrôle sur les hommes et leurs travaux.

V. – Le contrôle des travaux et des hommes

La Real Junta de Fortificación

  • 244 AGS, GM, 5836.

160Tout d’abord, le besoin d’un conseil d’experts pour les travaux de fortifications se fit sentir au ministère de la Guerre, d’autant plus que les projets à examiner étaient divers et nombreux. Ainsi, le duc de Montemar demanda le 21 mai 1737 que fût constituée une junte royale des fortifications pour l’aider dans l’examen des projets. Le roi accepta le 22 juin 1737 la création de cette junte composée de trois ingénieurs244. Il en définissait le rôle ainsi :

  • 245 AGS, GM, 5836 : « Tres ingenieros a fin que formen una junta, y se remitan a ellos todos los planos (...)

Trois ingénieurs afin qu’ils forment une junte à laquelle tous les plans, coupes et rapports des provinces seraient remis pour qu’ils soient examinés approuvés ou rejetés, demandant à cette fin tous les renseignements nécessaires, un de ceux-ci passant personnellement pour voir les alentours et qu’une fois approuvés, on les envoie à l’ingénieur général pour que, s’il est de la même opinion que la junte, S.M. puisse prendre sa royale détermination afin qu’on puisse commander l’exécution des travaux en ayant en main tous les éléments245.

161Donc, la junte permettait plus de rigueur dans l’élaboration des programmes de travaux.

  • 246 AGS, GM, 5836, « Instrucción para la real junta de fortificaciones que ha mandado S.M. se establezc (...)

162L’instruction royale du 1er septembre 1737 établit la Real Junta de Fortificaciones246. Ce manuscrit de vingt et une pages regroupait en dix titres la description des rôles que devait jouer la junte auprès du ministre de la Guerre.

  • 247 Ibid., tit. II.
  • 248 Ibid., tit. I.

163La junte était alors composée de quatre ingénieurs (soit un de plus qu’en juin), un secrétaire choisi dans les ingénieurs chargés d’archiver les documents et de préparer les séances247 et enfin du ministre de la Guerre. Les réunions auraient lieu à Madrid et les bureaux seraient ouverts dès neuf heures248.

  • 249 Ibid., tit. III.
  • 250 Ibid., tit. III.
  • 251 Ibid., tit. IV.
  • 252 AGS, GM, 5836, Instrucción para la Real Junta de fortificaciones…, tit. IV.

164Les projets de fortification ou de travaux n’étaient pas suffisamment étudiés avant d’être réalisés, ce qui entraînait de graves pertes financières pour l’État sur des travaux très vite en ruine ou dépassés249. L’ordonnance du 14 juillet 1718 n’avait donc pas été suffisamment respectée. La junte devait pallier ces défauts en examinant les dossiers voire même en se rendant sur place250. Pour jouer ce rôle, la junte devait être informée de l’état de chaque poste fortifié des troupes, de l’artillerie, des vivres et des munitions comme des fortifications. L’ingénieur directeur devait constituer des dossiers complets et les envoyer à la junte251. Cette bonne connaissance de l’état des défenses permettait ensuite à la junte de juger de leur utilité. Une fois ses impressions données au ministre, la liste des projets à faire était envoyée aux ingénieurs directeurs de province252.

  • 253 Ibid., tit. VI.
  • 254 Ibid., tit. VII.

165Puis, la junte examinait les projets et définissait un ordre de priorités en tenant compte des travaux en cours253. En cas d’urgence pour l’entretien des fortifications, des magasins ou des casernes, le ministre de la Guerre disposait de 8.000 écus par mois à répartir. Grâce à l’entretien annuel, on espérait éviter de plus grands frais à long terme254. La planification des travaux incombait donc à la junte. Cette régulation devait amener une meilleure gestion des dépenses de l’État qui étaient, là encore, excessives.

  • 255 Ibid., tit. VIII.
  • 256 Création d’une sorte d’archives des plans et reliefs.

166Le deuxième rôle de cette junte consistait à archiver par province les relations des postes fortifiés existants et des travaux ou projets réalisés pour chaque édifice. De plus, la junte devait copier et archiver cartes et plans du pays255. Cette idée d’archives cartographiques et de compilation de tous les renseignements militaires sur les défenses du pays était chère au souverain256 car elle lui permettait de dominer son pays.

  • 257 Isidro Próspero Verboom, fils de G.-P. Verboom, chargé de rédiger un projet d’ordonnance pour le co (...)

167La troisième fonction partait du constat qu’il n’y avait pas « d’ordonnance formelle pour le gouvernement » du corps. La junte devait reprendre les idées du défunt Isidro Próspero Verboom257, chargé de rédiger un projet d’ordonnance pour le corps et préparer elle-même un nouveau projet d’ordonnance.

  • 258 AGS, GM, 5836, « Real instrucción para la real junta de fortificaciones… », tit. X.
  • 259 Ibid., tit. X : « conducta, nacimiento, talentos, servicios ».

168Enfin, la junte devait veiller à la qualité du recrutement des ingénieurs. Elle faisait passer un examen en mathématiques et en dessin aux candidats sur lesquels elle avait précédemment réuni un dossier258. Ces dossiers comprenaient des informations sur leur « conduite, naissance, talents, services »259. Les candidats choisis devaient avoir vingt ans accomplis. Cependant, des cas exceptionnels pouvaient intégrer le corps à dix-huit ans :

  • 260 Ibid., tit. X : « … A menos que sean hijos de ingenieros que ayan estado empleados desde su tierna (...)

… Des fils d’ingénieurs qui furent employés depuis leur plus jeune âge aux côtés de leurs pères, ou ceux qui ont acquis du mérite dans les troupes, ou qu’ils fussent des personnes de circonstances particulières ou de naissance260.

  • 261 De jeunes cadets ou officiers participaient à des travaux de génie militaire comme ingénieurs volon (...)
  • 262 Lettre de G.-P. Verboom au marquis de Bedmar du 4 juillet 1712 parlant des promotions « por su apli (...)
  • 263 Volonté du roi de recruter des officiers compétents dans les régiments d’infanterie, de cavalerie e (...)

169Ces exceptions plaçaient donc à part les fils d’ingénieurs qui recevaient une formation pratique avec leur père. La pratique du corporatisme n’était donc pas abolie mais persistante. Toutefois, l’examen à l’entrée devait limiter l’impact du cercle de relations que possédait le candidat. De même, les jeunes militaires qui avaient acquis sur le terrain quelques mérites étaient aussi privilégiés261. Les principes de mérite et capacité sur lesquels Georges-Prosper Verboom basait le fondement du corps262, permettaient aussi d’avancer l’accès au corps. Quant à la naissance dans un milieu puissant, elle prenait aussi place dans la liste des exceptions, ce qui flattait les pratiques d’Ancien Régime consistant à jouer de sa situation sociale et de ses relations pour obtenir quelque chose. Cette liste d’exceptions à la règle met en évidence d’anciennes caractéristiques du recrutement militaire. L’examen d’entrée remettait sur un pied d’égalité tous les prétendants. Avoir les mêmes exigences envers tous les candidats devait imposer un recrutement rigoureusement basé sur les capacités de chacun263. Une conception très novatrice du recrutement d’un corps militaire s’affirmait, créant un nouveau type d’élite militaire, basée sur la connaissance, sur la capacité. Les académies militaires devaient contribuer elles aussi à affirmer la nécessité d’une élite d’officiers rompus aux sciences, au savoir et dépassant ainsi le caractère héréditaire de l’aptitude militaire. Cependant, dans la pratique, les choses n’étaient pas aussi simples. Ce sujet sera abordé ultérieurement.

  • 264 Ordenanza que S.M. manda observar en el servicio del Real Cuerpo de Ingenieros del Ejército, tit. I (...)

170Cette junte était un conseil restreint composé d’experts, destiné à aider le ministre de la Guerre dans les choix de la politique de construction défensive. Un débat plus large pouvait s’installer dans le corps entre les spécialistes choisis par le ministre et l’ingénieur général. Ce débat devait être bénéfique pour le bien public, en permettant une stricte gestion du budget des fortifications et en assurant le recrutement de spécialistes parmi les plus instruits. Cependant, ce passage obligé par la junte des fortifications des projets, la répétition des visites des places alourdissaient le système et retardaient la prise de décision. Il y a, dans cette institution qui fut reprise dans chaque province en 1803, des aspects positifs et négatifs264.

171Pour obtenir un corps compétent et discipliné, il fallait faire respecter, la subordination, contrôler l’application, et la rigueur dans la vie de l’ingénieur. Une palette de sanctions permettait au directeur du corps de faire régner une discipline militaire, de débarrasser le corps des indésirables.

Contrôle et sanctions

172Plusieurs moyens pouvaient être employés pour sanctionner les sujets indisciplinés ou incapables : de la suspension temporaire à la contrainte au retrait en passant par le renvoi dans un régiment d’infanterie.

  • 265 Déduction tirée de l’étude des dossiers de suspension de l’Archivo General de Simancas.
  • 266 Depuis 1632, tout mariage militaire devait être précédé d’une autorisation royale. Dans l’ordonnanc (...)

173Le processus de sanction était engagé par le directeur ou le commandant des ingénieurs de la province où exerçait le sujet douteux. Un dossier de griefs était alors constitué par l’ingénieur dirigeant la province et envoyé au responsable militaire de la province, à l’ingénieur général puis au ministre de la Guerre. Une fois l’examen du dossier accompli et la sanction décidée, l’ingénieur général était averti par le ministre de la Guerre, de la décision royale. Pour l’ingénieur fautif, le seul recours restant était l’appel à la clémence royale265. Les motifs de sanction recouvraient soit des fautes d’ordre privé (mariage contracté sans autorisation royale266, mauvaises mœurs), soit des fautes professionnelles (comme l’insubordination ou l’inaptitude au service).

174La troisième partie traite du thème des mariages clandestins mais d’ores et déjà, citons un cas, celui de Pedro Lecoq, d’origine flamande, ingénieur extraordinaire depuis le 13 décembre 1726, qui se maria sans autorisation royale avec une femme d’origine irlandaise et de famille noble, Juana Hinisy, alors qu’il était en congé au Portugal. Lorsque la nouvelle fut connue en octobre 1733, il fut suspendu. En 1735, Diego Bordick intervint auprès de Verboom pour la réhabilitation de Lecoq, excusant son geste en parlant d’une nécessité subite d’épouser cette femme et ajoutant que depuis sa suspension :

  • 267 « No obstante haviendosele suspendido de su empleo, en cuyo estado, se halla de dos años a esta par (...)

… Il est dans cet état depuis deux ans souffrant avec sa famille de la plus grande misère267

175Verboom transmit au roi qui lui accorda son pardon et le nomma comme ingénieur en Castille.

  • 268 AGS, GM, 3238, Suspensiones y Castigos.
  • 269 « … Tiene mala conducta llevando una vida escandalosa » (ibid.).
  • 270 AGS, GM, 3238.

176Les mauvaises mœurs pouvaient elles aussi engendrer des sanctions. Par exemple, Domingo Ferrari, ingénieur extraordinaire, est accusé dans le dossier réuni en mai 1728 par son supérieur Francisco Mauleón268, ingénieur directeur, entre autres de « mauvaise conduite menant une vie scandaleuse »269. Domingo Ferrari fut alors suspendu puis réintégré en 1732 comme ingénieur extraordinaire et lieutenant270.

  • 271 AGS, GM, 3238.

177En revanche, il existe des cas aux circonstances aggravantes : avoir contracté des dettes, épouser une femme de basse extraction sociale ou avoir des maîtresses. Carlos Andreis, ingénieur extraordinaire, cumulait tous ces défauts, aggravés par sa fuite à l’étranger271 en 1731, ce qui lui valut d’être rayé des cadres du génie. De plus, Verboom mit en garde le ministre du Portugal pour que l’ingénieur eut une réputation à la hauteur de sa conduite. Les sujets endettés, volages, étaient mal acceptés car la rigueur des mœurs devait être une des règles de vie de tout officier. Le roi tenait à être informé de la vie privée de ses officiers.

  • 272 AGS, GM, 3239, Suspensiones y Castigos.
  • 273 AGS, GM, 3239.

178Les fautes professionnelles entraînaient le plus souvent une sanction au-delà de la suspension : le retrait contraint du corps ou l’exclusion de l’armée. Les cas d’exclusion sont dus à l’escroquerie, à la fraude durant le service. L’ingénieur extraordinaire, Francisco Edelinck, fut suspendu en 1732 pour mauvaise conduite et fraudes lors du siège de Gibraltar272. Il prit alors la fuite en octobre 1732, se réfugiant dans un couvent de Barcelone. Le roi décida le 10 août 1734 de l’expulser d’Espagne. En mai 1738, Edelinck fut autorisé à se défendre contre Francisco Nangle, son principal accusateur, mais son recours en justice ne fut suivi d’aucun effet. Un autre ingénieur, Francisco Ibáñez, accusé d’avoir pris 9.000 réaux dans la caisse des veuves, commis des malversations sur les soldes des ingénieurs de la côte de Grenade et de faire des dépenses superflues, fut exclu du corps273 en 1733. En juillet 1734, Verboom abandonna la demande d’extradition du Portugal où s’était réfugié l’ingénieur Ibáñez, ce dernier étant décédé.

  • 274 AGS, GM, 3238, Suspensiones y Castigos.
  • 275 Agregado : officier réformé en surnombre dans un régiment qui dès une vacance de poste se présenter (...)
  • 276 Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército, t. I, p. 470, copie d’une liste signée par (...)
  • 277 AGS, GM, 2998, Relación de los ingenieros que existen en el cuerpo y de los que se proponen en su c (...)
  • 278 AGS, GM, 3236, Suspensiones y Castigos.
  • 279 Ibid. : « no es en ninguna manera apto para el referido empleo ».
  • 280 Ibid., lettre du 13 septembre 1733 adressée à José Patiño.
  • 281 AGS, GM, 3237. Marcos Antonio Eydoux ne s’était pas rendu à Tuy. Il est suspendu en mai 1737 et mis (...)

179En revanche, certaines fautes professionnelles ne conduisaient qu’au déplacement du corps des ingénieurs vers un régiment d’infanterie. Par exemple, Antonio Álvarez Barba, ingénieur en second, fut accusé en 1728 par Isidro Próspero Verboom, ingénieur directeur, d’être incapable de gérer les fonds pour l’exécution de réparations274. Il eut beau se défendre en disant que les plans réalisés pour les réparations par Isidro Próspero Verboom l’avaient conduit à l’erreur du fait de mesures fantaisistes, il n’obtint rien de plus, si ce n’est d’aggraver son cas en remettant en cause les capacités d’Isidro Próspero Verboom. Il devait être agregado275 comme capitaine de régiment d’infanterie d’Afrique en 1729. La sanction fut-elle effective ou réduite à un court laps de temps ? Toujours est-il qu’en 1733, il fit partie de la liste des ingénieurs en second à promouvoir au grade lieutenant-colonel276 alors qu’en 1739, il était nommé parmi les ingénieurs en second à « séparer du corps quand il y aura lieu de les employer »277. Pour Juan Gayangos Lascari, ingénieur ordinaire, aucun choix ne fut possible278. Il avait reçu en 1730 son affectation pour le Chili et n’avait pu s’y rendre faute de bateaux en partance. Il avait alors demandé son retrait le 27 mai 1733 mais se ravisa en août de la même année. À ce moment-là, son supérieur Ignacio Sala le décrivait comme n’étant « en aucune manière apte pour l’emploi » d’ingénieur279. Isidro Próspero Verboom, directeur par intérim du corps, proposait son retour à son premier emploi dans l’infanterie280 comme une solution plus sage. La carrière d’ingénieur de Juan Gayangos Lascari s’arrêta là. En revanche, pour d’autres qui avaient commis la faute de ne pas rejoindre à temps leur affectation, la suspension ne fut que de quelques mois281, car leur aptitude était reconnue, et leur volonté de rester dans le corps manifeste et souhaitée.

  • 282 AGS, GM, 2998, Relación de los individuos… septembre 1739.
  • 283 Ibid., lettre du marquis de Villadarias au duc de Montemar du 13 septembre 1739.

180Le retour dans un régiment d’infanterie était conçu comme une sanction pour tout sujet inhabile. Être ingénieur exigeait-il plus de capacités qu’être officier dans l’infanterie ? Ne serait-ce pas reconnaître dans le génie un corps de l’armée plus élitiste que celui de l’infanterie ? Cet élitisme rencontrait quelques difficultés pratiques pour s’affirmer. En effet, par exemple en 1739, Verboom proposait au ministre de la Guerre, l’exclusion du corps de 27 individus qui rejoindraient d’autres régiments282. Ces séparations étaient justifiées par la volonté de créer un corps où il n’y aurait que les meilleurs éléments283. Parmi les vingt-sept cas cités, huit n’eurent aucun avenir dans le corps, trois décédèrent entre 1740 et 1745 en tant qu’ingénieurs et les autres poursuivirent leurs carrières dans le génie. Cette belle volonté d’excellence se heurtait à la réalité de l’époque : l’État ne disposait pas de ressources humaines suffisamment qualifiées pour satisfaire cette ambition.

Notes

1 J.-P. Amalric, « Guerres et paix, nouvelles équipes et nouveaux usages », p. 515 ; A. Domínguez Ortiz, Sociedad y estado en el siglo xviii español, p. 14 ; J. Fayard, « La guerra de Sucesión ».

2 B. Bennassar, Histoire des Espagnols, p. 488.

3 Le 17 avril 1702, Philippe V était à Naples pour mater un mouvement de révolte. Puis il se rendit dans le nord de l’Italie, sur le champ de bataille de Santa Vittoria et de Luzzara. Pendant ce temps, les forces alliées luttaient dans le Nord contre les troupes de la Grande Alliance.

4 Tercio : corps d’armée de 3.000 hommes élaboré à la fin du xve siècle. L’État-Major de cette unité est composé d’un maître de camp (maestre de campo), d’un sergent-major, de deux aides, d’un chapelain-major, d’un capitaine prévôt (barrachel), d’un tambour-major. Chaque tercio est divisé en dix compagnies de 250 hommes. Chacune de ces unités était sous les ordres d’un capitaine assisté d’un alférez, d’un sergent et d’un caporal par escouade de 25 hommes (R. Quatrefages, « Le système militaire des Habsbourg », p. 351).

5 Les militaires venus aider le petit-fils de Louis XIV à prendre son trône furent souvent très critiques sur l’état des troupes espagnoles ; les politiciens français eurent la même attitude, entre autre l’ambassadeur de France D’Estrée.

6 L’organisation militaire espagnole montra la voie à suivre dans plusieurs domaines dès la fin du xvie siècle. Pour l’entretien des troupes, Philippe II prit en charge la fourniture des vivres et créa la charge d’inspecteur des vivres (proveedor de víveres), et des magasins. En 1590 et 1594, l’État se charge des chevaux qui sont fournis à crédit (une retenue est effectuée sur la solde) et des vêtements. Philippe II, en 1585, ouvrit un hôpital pour ses soldats estropiés à Malines. C’est le premier cas d’hôpital de ce type ouvert en Europe. Dès le xviie siècle, les troupes d’invalides apparaissaient en Espagne. C’est la première fois que les vétérans étaient organisés en troupes (A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, pp. 78-99).

7 A. Corvisier, Armées et sociétés en Europe, pp. 78-79, 97 et 99.

8 Duc de Berwick : James Stuart Fitz-James (Moulins, 1670 - Philippsbourg, 1734), fils naturel de Jacques II et d’Annabelle Churchill. Il reçut en France une éducation catholique, devint duc de Berwick en 1687. Il entra au service de la France en 1704 et conduisit principalement les opérations en Espagne. Maréchal de France en 1706, il fut un des vainqueurs de la guerre d’Espagne en 1719. Il mourut au siège de Philippsbourg en 1734.

9 Les réformes militaires sont les seules qui seront envisagées dans ce travail. Mais bien entendu, cette activité réformatrice fut importante dans le domaine de l’administration. Voir par exemple A. Domínguez Ortiz, Sociedad y estado en el siglo xviii español, pp. 84-103.

10 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 210. Cette collection regroupe dix tomes, tous très précieux à l’historien pour établir la législation militaire espagnole sur plusieurs siècles. Chaque tome recouvre un thème particulier et une table des matières thématiques permet de progresser de tomes en tomes pour suivre l’évolution d’une pratique sur un temps donné.

11 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 325.

12 Il faut souligner que l’internationalité des composants de l’armée espagnole a suscité au cours du temps de nombreux problèmes pour le pouvoir monarchique.

13 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 325 sqq : sur le grade de brigadier : voir l’art. 135 de l’ordonnance des Flandres du 10 avril 1702 ; sur le grade de maréchal de camp : voir l’art. 136 de la même ordonnance.

14 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 327, art. 138 de l’ordonnance du 10 avril 1702.

15 L’art. 169 de l’ordonnance des Flandres de 1702 déclare que le roi seul a le pouvoir de nommer aux emplois de colonel jusqu’à lieutenant général. Voir F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 35-37.

16 En février 1704, le roi prit la décision de pourvoir seul les emplois de sergent à colonel. Auparavant, les vice-rois, gouverneurs et capitaines généraux pouvaient effectuer ces nominations. En fait, l’armée espagnole était devenue une armée émanant directement de la volonté royale (F. Andújar Castillo, Los militares en la España del siglo xviii).

17 En octobre 1704, les fonctions des inspecteurs et directeurs généraux des armes de cavalerie et d’infanterie furent codifiées (ibid., pp. 39-40).

18 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I.

19 « … Mis ejércitos en España e Italia, que por componerse de diferentes naciones de mis reinos y de las que servían como auxiliares ; queriendo hacer uniforme el ejercicio militar de estas naciones y para cortar el desorden y las diferencias que hasta ahora han ocurrido entre ellas ; y habiendo examinadolo que se practica en el modo de servir de cada nación ; he resuelto establecer un reglamento igual para todos… »

20 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I.

21 F. Andújar castillo, Los militares en la España del siglo xviii, pp. 34 et 102-103.

22 En effet, les subalternes roturiers qui n’étaient pas passés par le stade de cadet, étaient systématiquement anoblis en parvenant au grade de capitaine.

23 A. Corvisier, Louvois, pp. 338-340.

24 J. Vigón, Historia de la artillería española, t. I, pp. 158-161.

25 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 27-42.

26 Ibid., p. 58.

27 Ibid., pp. 59-77.

28 Ibid., art. 1-6.

29 Ibid., art. 8.

30 Ibid., art. 9-14.

31 Les différences entre les deux catégories d’artilleurs suscitèrent des problèmes de jalousie dus à la différence dans leur promotion, et de compétitions entre les deux types d’artilleurs (J. Vigón, Historia de la artillería española, t. I, p. 179).

32 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, tit. 1, art. 8, p. 63.

33 La référence à cet ingénieur peut être écrite sous diverses formes selon les textes où il est cité : Jorge Próspero de Verboom, Jorge Próspero Verboom ou encore G.-P. Verboom. La forme adoptée dans ce livre pour désigner cet homme sera Georges-Prosper Verboom.

34 N. Faucherre, Places fortes, bastion du pouvoir. Ce petit fascicule écrit par un historien de la fortification, est un bon précis de fortification. Les innovations de l’artillerie à la fin du xve siècle furent : le boulet de fonte (employé par les frères Bureau, artilleurs de Charles VII, à la fin de la guerre de Cent Ans), l’apparition de canons plus légers et plus maniables (car coulés en bronze), et un meilleur contrôle du dosage des poudres.

35 R. Quatrefages « La fortificación en España durante el Renacimiento ».

36 Ibid.

37 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 96-101.

38 R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras públicas americanas ».

39 De 1635 à 1644, de nombreux sièges eurent lieu aux Pays-Bas, à Arras, en Italie à Turin, en Espagne à Fontarabie, Salses, Collioure et Perpignan.

40 M. Hernández Sánchez-Barba et M. Alonso Bagier (dir.), Historia social de las fuerzas armadas españolas, t. II, pp. 128-129.

41 Ibid.

42 Sebastián Fernández de Medrano, sous-lieutenant d’un tercio flamand, acquit en autodidacte des connaissances scientifiques. Il devint directeur de l’Académie militaire de Bruxelles à son ouverture et l’un de ses principaux enseignants (R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras públicas americanas », p. 43, et H. CAPEL SÁEZ et alii, De Palas a Minerva, pp. 15-17).

43 Le duc de Bournonville fut vice-roi de Catalogne de 1678 à 1685 et capitaine général de Catalogne, par la suite.

44 R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras públicas americanas », p. 43, et L. Pascual, Indice del personal de ingenieros en los siglos xvii y xviii. Dans cette liste, les noms des différents ingénieurs sont inscrits, accompagnés du prénom et de la date de la première trace laissée par eux dans le corps. Cependant, cette liste reste incomplète et les noms inscrits ont des orthographes parfois fantaisistes, c’est-à-dire avec une orthographe de l’époque qui hispanise parfois aussi les noms étrangers.

45 R. Gutiérrez, « La organización de los cuerpos de ingenieros de la Corona y su acción en las obras públicas americanas », p. 43.

46 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 33-115.

47 Ibid., pp. 51-68.

48 Ibid., pp. 58-59.

49 Ibid., pp. 115-138.

50 Ibid., p. 137.

51 Fichier prosopographique : AGS, GM, 3799, AGS, GM, 3233, Ingenieros del Ejército, Compendio histórico publicado al cumplirse el segundo centenario de la creación del cuerpo, y dedicado a sus clases e individuos de tropa (Memorial de Ingenieros del Ejército).

52 Marquis de Bedmar : Isidro Melchor de la Cueva fut capitaine général de l’armée en 1703. Il fut par la suite nommé dans le bureau du ministère de la Guerre.

53 La fonction de cuartel maestre general fut l’objet de définition dans les ordonnances royales et d’une information en 1728 ; AGS, GM, 2986, Noticias de la consistencia del empleo de quartel general de los exercitos de S.M. que es independente de todos los demas ; segun lo sirvio el Theniente general Marques de Verboom por espacio de 17 años en las provincias de Payses Bajos de Flandres, y 18 en España. Ce texte ne portait pas de date et fut certainement écrit avant la parution des ordonnances de 1728 puisque leur rédaction était citée. Les différents hommes qui devaient servir le cuartel maestre general y étaient cités : deux aides, un marqueur ou aposentador, un vaguemestre général et son aide, un capitaine des guides et son lieutenant et vingt guides à cheval. Le cuartel maestre general appartenait à l’État-Major des armées. Dans les ordonnances de 1768, la fonction était définie dans le traité VII, tit. V, art. 179 sqq, comme consistant en la préparation du terrain pour le campement des troupes, la conception d’un plan de batailles ou de fortifications, l’information sur les lieux à traverser, l’élaboration de la liste des personnels d’artillerie et du génie qui devaient accompagner les différentes colonnes de l’armée en campagne.

54 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, pp. 271 sqq.

55 Ibid., t. VI, pp. 59 sqq : Real ordenanza del 2 de mayo de 1710 para la dirección, y servicio de la artillería ; creación de un regimiento, sueldos, fuero, preeminencias, grados, y proposiciones de empleos ; art. 8 du tit. I, p. 63 : « He resuelto que el Ingeniero General de mis exercitos de España proponga el Capitan General de la Artilleria sugetos a propósito para cada una de estas plazas de Ingeniero, con expresión de sus servicios, y procedimientos, y de la teórica, y práctica que tuvieren en la profesion de ingeniero… »

56 AGS, GM, 2998. Dans cette liasse il y a deux documents, l’un en espagnol, signé par Verboom, l’autre en français, sans date ni signature, qui est une traduction du précédent. titre porté sur le document espagnol : « Reglamento que propone el ingeniero general don Próspero de Verboom, para los ingenieros que han venido de flandes a esta frontera y un francès […], sobre el qual se podra hacer un reglamento general para los de todo el reyno en haviendo tenido conocimiento de la capacidad de los sugetos que se hallan en él ».

57 Les ingénieurs flamands cités : Alejandro de Retz, Alberto Goffaux, Alberto Mienson, Juan Díaz Pimienta, Joaquín de Flandes, José de Bauffe, Felipe Baron de Tanneville, Juan de Bettefort. L’ingénieur français cité : Luis de Langot envoyé par le roi de France (AGS, GM, 2998).

58 Ibid.

59 Ibid. : « Siendo muy necesario al servicio del rey que los ingenieros tengan grados en las tropas, assi para servirse de ellos en las funciones de su empleo, como para adelantarse no siendo razón que este genero de oficiales que travajan más, y estan más expuestos a los peligros de la guerra que qualesquiera otros se hallen sin ellos convendrá se les den los grados proporcionados a los que tienen en el cuerpo del ingenio, como tienen los del cuerpo de la artillería, y ademas de esto yran subiendo segun los meritos y capacidad de cada uno, y assi se pudiera assentar por regla general que el ingeniero director tuviesse el grado de colonel, el ingeniero en jeffe, el de theniente colonel, el de en segundo, de capitan, y el ordinario de theniente. »

60 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 136.

61 La réforme est le dégagement de la responsabilité d’un service dans son corps d’origine accompagné d’une solde fixée par l’État. Ce système permet de disposer d’un certain nombre d’officiers dans d’autres fonctions et au service de l’État. La réforme évite aussi, d’une certaine manière, une revalorisation de leur rémunération et carrière.

62 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, p. 182. Cette mesure n’apporta pas satisfaction à tout le monde. L’avancement dans les grades militaires était calculé par rapport au nombre d’années de service de guerre. Les techniciens de place ne se sentaient pas reconnus par ce système. De nouveaux conflits s’annonçaient.

63 Il avait été fait prisonnier à la bataille d’Almenara par les troupes de l’archiduc le 17 juillet 1710 et fut libéré fin juin 1712.

64 AGS, GM, 2998, lettre du marquis de Bedmar à Verboom datée du 27 juillet 1710.

65 AGS, GM, 2998, Ordre Royal du 30 juillet 1710 établissant les soldes pour les ingénieurs qui intégraient le génie, et les ingénieurs flamands qui s’y trouvaient déjà. Comparaison des soldes prévues au 4 juillet 1710 et au 30 juillet 1710 : pour un ingénieur directeur et colonel, elles passent de 230 écus par mois à 130 plus 30 pour un dessinateur, pour l’ingénieur en chef et lieutenant-colonel de 160 à 100 pour l’ingénieur en second et capitaine 100 à 65, pour l’ingénieur ordinaire et lieutenant de 50 il n’y a pas de modification.

66 AGS, GM, 2998, lettre du marquis de Bedmar au marquis de Canales.

67 Ibid.

68 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 49. Les soldes pour les ingénieurs étaient inférieures d’environ 30 à 60 écus à celles envisagées par Verboom et aucune ration n’était prévue pour eux par le règlement de l’artillerie.

69 AGS, GM, 2998, Plan general de los ingenieros de los ejércitos y Plazas.

70 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, p. 59-77. Ordonnance du 2 mai 1710, art. 27, soldes des artilleurs : un colonel d’artillerie touche 140 écus par mois, un lieutenant-colonel 124 écus, un capitaine 55 écus, un lieutenant 32 écus, un sous-lieutenant 25 écus.

71 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 25.

72 AGS, GM, 2998, lettre de Verboom à Bedmar écrite le 4 juillet 1712 à Madrid.

73 Ibid. À Lérida, les fortifications furent construites sur un terrain meuble. À peine terminées, elles s’écroulèrent.

74 Ibid. À Fraga, la dotation de 20.000 doblones pour les fortifications n’a pas servi à une quelconque construction.

75 A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 104-109.

76 « Y como nada es más capaz de dar emulacion a los oficiales que las diferentes dignidades en los cuerpos, para que cada uno movido por el zelo y aplicación al servicio, pueda adquirir el grado supremo de cada estado, será muy digno de la benignidad de S.M. darles este consuelo, que no sirve de mayor gasto a sus reales rentas, pues no son mas que titulos con que se hallan honrados, que sirven de premio a los que por su aplicación y servicios se han distinguido sobre los demás y que para que en este cuerpo como en los otros puedan tenerlos asensos segun sus meritos » (AGS, GM, 2998, lettre de Verboom à Bedmar datée du 4 juillet 1712).

77 AGS, GM, 2998, lettre du 3 septembre 1712 de Bedmar à Verboom.

78 Bedmar fait là quelques erreurs. Le système français a fait du département des fortifications une sorte de ministère qui bénéficie d’une certaine autonomie vis-à-vis du ministère de la Guerre. De plus, entre Vauban et Verboom, il existe une grande différence. Vauban a servi de commissaire général des fortifications au moment des deux départements Louvois-Colbert. Mais il n’a jamais eu les pouvoirs de Verboom qui est le directeur des ingénieurs en même temps que l’organisateur du corps.

79 AGS, GM, 2998.

80 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 753-792 : Real ordenanza e instrucción para los ingenieros… del 4 de julio de 1718.

81 Philippe V a promulgué cette ordonnance parce que les précédentes n’avaient pas eu d’effet.

82 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 5, pp. 757-758 : Real ordenanza e instrucción para los ingenieros… del 4 de julio de 1718.

83 Ibid., art. 6, p. 758.

84 Ibid., art. 9, p. 759.

85 Ibid., art. 9, pp. 759-760.

86 Ibid., art. 7, pp. 758-759.

87 Ibid., art. 10, p. 760.

88 Ibid., art. 11-12, pp. 760-761.

89 Ibid., art. 2, pp. 756-757 ; art. 3, p. 757 ; art. 14, p. 762.

90 Ibid., art. 26, pp. 767-768.

91 « … Para que las medidas se valdrán de las toesas y pies de Francia, segun se ha referido en el articulo 14 para que siendo generales y comunes en España se olviden las dudas y las confusiones que ocasionen las medidas particulares de cada provincia » (ibid., art. 26).

92 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 13, pp. 761-762 : Real ordenanza e instrucción para los ingenieros… del 4 de julio de 1718.

93 Ibid., art. 14, p. 762.

94 Ibid., art. 16, p. 763.

95 Ibid., art. 20-21, pp. 764-765.

96 Ibid., art. 15-17, pp. 762-763.

97 Ibid., art. 15-17, pp. 762-763.

98 Ibid., art. 24, pp. 766-767.

99 Ibid., art. 25, p. 767.

100 Ibid., art. 26, pp. 767-768.

101 Ibid., art. 27, p. 768.

102 Ibid., art. 28, pp. 768-770.

103 Ibid., art. 28, p. 769 : « ni se han de encargar estas comisiones sino es a los ingenieros militares, que sirvieren en esta calidad, con Titulo firmado de mi mano ».

104 H. Vérin, La gloire des ingénieurs. Les pp. 196-198 traitent des ingénieurs géographes militaires utilisés en France, dès 1624, par le pouvoir ; et des pp. 210 à 220 des ingénieurs de la marine et de la reconnaissance des côtes demandée par Colbert. Il est fait aussi allusion à la grande compétence des Flamands au xviie siècle pour dresser des cartes. Voir A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, pp. 113 et 402-406.

105 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 770-792.

106 Ibid., art. 29, pp. 770-771.

107 Ibid., art. 30, pp. 771-772.

108 Ibid., art. 31, pp. 772-773.

109 Ibid., art. 32, pp. 773-774.

110 Ibid., art. 33, pp. 774-775.

111 Ibid., art. 34, pp. 775-776.

112 Ibid., art. 35, pp. 776-777.

113 Ibid., art. 36, pp. 777-778.

114 Ibid., art. 37, pp. 777-778.

115 Ibid., art. 39, pp. 778-780 ; art. 40, pp. 780-781 ; art. 41, p. 781.

116 Ibid., art. 45, p. 782.

117 Ibid., art. 43, p. 781.

118 Ibid., art. 46, pp. 782-783, art. 47, pp. 783-784.

119 Ibid., art. 48, p. 784.

120 Ibid., art. 49, p. 785 ; art. 50, p. 785.

121 Ibid., art. 53, p. 786.

122 Ibid. : « siendo la conservación de los puertos de mar de igual, ó de mayor importancia que la de las plazas de las fronteras, pues además de lo mucho que la fortaleza y buen estado de ellos contribuyen a la defensa y seguridad de mis costas y provincias ».

123 Ibid., art. 53-54, pp. 786-787.

124 Ibid., art. 55, p. 787.

125 Ibid., art. 56-57, pp. 787-788.

126 Ibid., art. 58, pp. 788-789 ; art. 59 et 60, p. 789 ; art. 61 et 62, pp. 790-791.

127 F. Abbad et D. Ozanam, Les intendants espagnols du xviiie siècle, pp. 1-16. Ordonnance du 4 juillet 1718 « para el establecimiento e instrucción de intendentes de provincia y exércitos » ; et décret du 3 juillet 1718 fondant la Trésorerie générale.

128 AGS, GM, 2986.

129 AGS, GM, 2986, Real resolución para que en las obras no se haga nada sin el proyecto del ingeniero director que ha de remitir por si a la Corte (25 juin 1720).

130 AGS, GM, 2986, Simon Poulet De Monfoison, « Réflexions sur ce qui paraît le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du corps des ingénieurs » adressées à Verboom en 1728.

131 AGS, GM, 2986, Sueldos y raciones de los ingenieros año 1724.

132 AGS, GM, 2998, Real Resolución sobre el nuevo pie del cuerpo de ingenieros (Madrid, 23 janvier 1740).

133 AGS, GM, 2998. Ibid., « quales despues de aptos para ingenieros extraordinarios y teniendo las correspondientes circunstancias se remplazarán las vacantes ».

134 AGS, GM, 2998.

135 AGS, GM, 2986.

136 Simon Poulet de Monfoison est un ingénieur qui servit en Sicile en 1683 puis le roi d’Espagne en 1712. Il participa à plusieurs sièges dans les Flandres. Il obtint successivement les grades d’ingénieur en second le 11 avril 1712, ingénieur en chef le 13 décembre 1726 et d’ingénieur directeur le 26 août 1733 (AGS, GM, 2991). Il participa à la campagne d’Italie en 1733-1735 et resta dans le royaume des Deux Siciles en 1736 (H. Capel Sáez [dir.], Los ingenieros militares en España, pp. 380-381). En 1728, il écrivit une série de réflexions sur le corps des ingénieurs qu’il envoya à Verboom (AGS, GM, 2988).

137 AGS, GM, 2986, « Preguntas que se hacen a su magestad por el ingeniero director Don Francisco Montaigu para esplicar algunos puntos de sus reales ordenanzas y facilitar con su Real resolución el adelantamiento de las obras que ha mandado egecutar en esta plaza de la Coruña » (1728). Texte accompagné de la réponse du marquis de Castelar du 12 novembre 1728.

138 A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires, pp. 643-646.

139 Ibid., Ingénieur ordinaire en France en 1677, brigadier en 1709, maréchal de camp en 1710, il partit en Espagne en 1719 pour servir le roi d’Espagne. Le 3 juillet 1719, il obtint les emplois de lieutenant général et ingénieur directeur.

140 AGS, GM, 2998 ; H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 52. La date donnée dans cet ouvrage est erronnée ; il s’agit de 1722 et non de 1721.

141 José Baltasar Patiño, marquis de Castelar, ministre de la Guerre.

142 Expéditions de Sardaigne et Sicile (1717-1719).

143 Pressions aux frontières exercées par les Français qui prennent Fontarabie et Saint-Sébastien.

144 AGS, GM, 2991. La création dans l’année 1718 de nombreux ingénieurs extraordinaires (13) et la promotion ou le recrutement de 19 ingénieurs ordinaires (sans être passés par ingénieurs extraordinaires) montrent le besoin impérieux d’ingénieurs en cette période de guerre.

145 Vingt-huit ingénieurs extraordinaires sont nommés entre 1719 et 1721 (AGS, GM, 2991).

146 AGS, GM, 2998, Charles de Robelin, « Essai d’un projet pour former les ingénieurs d’un état en corps et en ordre de guerre ».

147 Ibid.

148 Ibid., art. 2 : « faire le choix du plus habile d’entre eux pour ingénieur général des fortifications ».

149 Ibid., art. 1 : « nécessaire de commencer par le tableau de service, afin de rendre à chacun la justice qui lui est due ». L’ordre du tableau avait été établi en France sous le ministre de Louvois en 1675. Ce système français présentait quelques inconvénients car il faisait passer au second plan le mérite pour privilégier l’ancienneté (A. Corvisier, Louvois, p. 185). Verboom, lui voulait que le mérite soit privilégié par rapport à l’ancienneté (AGS, GM, 2986). Robelin reprend les mêmes critères.

150 Ibid., art. 2 : « souverain qui voulant établir et conserver la même science dans ce corps, entretiendra un habile mathématicien […] qui puisse juger de la capacité ».

151 Ibid., art. 4 : « l’ordre de campagne pour les attaques des places ».

152 Ibid., art. 5 : « Navarre, Catalogne sont les deux portes principales de l’entrée et de la sortie du royaume d’Espagne ». Il donnait la primauté aux frontières car le puissant voisin français venait de montrer le danger qu’il représentait en 1719. Guerre de la Quadruple Alliance (Grande-Bretagne, France, Hollande, Autriche) 2 août 1718 - 20 juin 1720.

153 Ibid., art. 7 : « troupes nécessaires et affectées aux corps du génie ». « Chaque corps sera suivi d’un bataillon de sapeurs, d’une compagnie de mineurs, d’une compagnie de cinquante hommes, de toutes sortes d’ouvrier […] on établira une école de sape et de mine, pour y instruire ces troupes… »

154 Ces régiments furent créés en 1802. Reglamento de S.M. para la creación y organización de un Cuerpo de Zapadores y Minadores en Alcala de Henares, Madrid, Imprenta Real, 1802.

155 AGS, GM, 2998, Charles de Robelin, « Essai d’un projet pour former les ingénieurs d’un état en corps et en ordre de campagne », art. 9 : « équipages de campagne tels que l’usage des lieux pourra le permettre… ».

156 AGS, GM, 2986, Real ordenanza e instrucción de 4 de julio de 1718 para los ingenieros…

157 AGS, GM, 2986, Reglamento que propone el ingeniero general Don Prospero de Verboom, para los ingenieros… (30 juillet 1710).

158 La datation de ces réflexions de Poulet de Monfoison est déduite des travaux et ordonnances citées dans le texte car l’auteur n’a pas daté son essai.

159 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du corps des ingénieurs », f° 5.

160 Ibid., f° 9.

161 Ibid., f° 9, commissaire de guerre : officier détaché de son régiment d’origine pour remplir une mission assignée par le roi comme les revues, reconnaissances de l’état des troupes.

162 Un exemple parmi d’autres. À Barcelone, le 21 septembre 1720, l’ingénieur Andrés Jorge Sohr a perdu patience car ses soldes avaient 21 mois de retard. Il demande à se retirer (AGS, GM, 3232, lettre adressée à J.-P. Verboom).

163 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du corps des ingénieurs », ffos 11-15.

164 Il abordait aussi le cas d’un officier de Gibraltar qui avait mené « les ingénieurs dans les attaques comme un troupeau de brebis que l’on mène au sacrifice » (f° 13).

165 Gabion : cylindre creux fait de branches tressées et rempli de terre utilisé pour la fortification en campagne.

166 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du corps des ingénieurs », ffos 15-24.

167 Ibid., ffos 24-34.

168 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du corps des ingénieurs », f° 30.

169 Lieutenant du roi (Teniente de Rey) : emploi de hiérarchie des corps d’État-Major des places. Selon l’ordonnance de 1768, art. 1, tit. 3, traité 6, second chef de la place. Voir J. Almirante, Diccionario militar, p. 1070.

170 AGS, GM, 2986, S. Poulet de Monfoison, « Réflexions sur ce qui paroist le plus convenir au service de S.M. sur les ordonnances du corps des ingénieurs », ffos 35-43.

171 Ibid., ffos 39-40, planchette : tablette de bois munie d’une alidade servant à tracer des plans.

172 AGS, GM, 2986, ffos 40-41 : « les uns seront destinés à prendre les distances géométriquement, les autres pour les plans particuliers et le détail, les uns pour le dessin et les perspectives des endroits les plus remarquables, d’autres pour former des relations particulières et historiques, et d’autres enfin pour le cours des rivières et le nivellement ».

173 D’après Simon Poulet de Monfoison, pour faire une carte topographique d’une place forte et des quatre lieues environnantes, il faut quatre mois à un ingénieur aidé de trois personnes.

174 Voir partie suivante sur les académies militaires.

175 Francisco Montaigu : d’origine française, il devient ingénieur en chef le 14 mai 1708 puis ingénieur directeur en décembre 1726. Dès 1723, il est nommé à La Corogne pour mettre cette place, en état de défense. Il y décède le 9 septembre 1733.

176 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI.

177 AGS, GM, 2986 : « interviene en las revistas de la gente, en el trabajo y en la cuenta y razon de la recepción de materiales, que se compran con asistencia y a la satisfaccion del ingeniero director, como queda prevenido ».

178 G.-P. Verboom, « Projet pour une Académie ou école ou se doivent démontrer les mathématiques, fortification et dessin […] dans le corps des ingénieurs de S.M. » (septembre 1712) voir Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército, t. II, pp. 16 sqq.

179 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 96-97.

180 Ibid., pp. 97-99.

181 Ibid., p. 100.

182 Ibid., p. 100. En 1697, « se consideraba inútil el gasto en esta Academia porque hacía 12 años que no habían actuado en el ejército ninguno de los que estudiaban en la cátedra de Madrid ».

183 J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos », p. 34.

184 José de Mendoza y Sandoval disciple de S. Fernández de Medrano ; Agustín de Stevens : capitaine de l’infanterie wallonne (H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 106).

185 Ibid., p. 107 ; J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos », p. 34.

186 J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos », p. 31.

187 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 102-103.

188 S. Fernández de Medrano, El práctico artillero ; Id., El ingeniero práctico ; Id., El architecto perfecto en el arte militar, réimpression d’El ingeniero práctico, et Id., Elementos de Euclides amplificados.

189 « … Que el centro de enseñanza instituido por D. Sebastián Fernández de Medrano es el venero castrense de donde nacieron dos de las principales Academias Militares españolas contemporáneas » (voir J. Barrios Gutiérrez, « La real y militar Academia de los Países Bajos » p. 34).

190 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI : Real ordenanza de 2 de mayo de 1710 para la dirección y servicio de la artillería, p. 66 : « a fin de crearlos prácticos y hábiles para un Real servicio ».

191 « … Donde se enseñen las matemáticas, y particularmente la fortificación, y todo lo que toca a los ataques, y defensas de las plazas, la geografía, campamento de las tropas » (ibid., p. 67).

192 Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército, t. II, p. 16.

193 Projet d’académie à Madrid, Séville, Bilbao, Badajoz, Barcelone : enseignement hydrographique et nautique ; Barcelone-Badajoz : enseignement du génie militaire et des opérations de terre.

194 Mateo Calabro (?-1748), en 1720 est premier maître de mathématiques à Barcelone puis, en 1734 directeur de l’académie.

195 Andrés de los Cobos est ingénieur en second le 9 mars 1713.

196 Les projets : Georges-Prosper Verboom, « Proyecto o idea sumaria para la formación, govierno y permanente establecimiento de academias reales y militares de matemáticas y fortificaciones en los parages que S.M. destinase de sus dominios » (7 août 1730) ; Mateo Calabro, « Proyecto sobre establecimiento formal de la academia de Barcelona » (1724) ; Andrés de los Cobos, « Plan para que se establezcan cuatro academias militares y que de sus discipulos haya ingenieros en los regimientos y que ayuden a los ingenieros pasando despues al cuerpo según sus grados » (30 juillet 1733).

197 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, pp. 111-124.

198 Ibid., p. 115.

199 Ibid., p. 115.

200 Ibid., p. 121.

201 Pedro de Lucuce (Avilés 1692 - Barcelone 1779). Il est entré dans le corps en 1730 comme ingénieur extraordinaire. En 1736, il fut nommé comme ayudante à l’académie de Barcelone. Il fut directeur de l’académie de Barcelone de 1739 à 1756. Puis, il se chargea de la direction de la Sociedad Real de Matematicas de Madrid de 1756 à 1760. Après la dissolution de cette institution, il reprit la charge de directeur de l’académie de Barcelone jusqu’en 1774 où il fut choisi par Charles III pour être le directeur de la branche des académies militaires espagnoles. En 1779, il décéda laissant de nombreux travaux manuscrits dont des cours qui serviraient de base aux enseignements dispensés dans les académies militaires.

202 Dans les projets de Verboom et Calabro, il y avait 6 classes.

203 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, pp. 858-883.

204 Ibid. : « corresponde a un buen oficial sino también para que adormado con las demás partes de Matemáticas, de que necesita para ser admitido en los cuerpos de Ingenieros y Artillería », p. 859.

205 Ibid. : « Por quanto considerado lo útil e importante que es la conservación de mis reynos, explendor de mis ejércitos, y bien de mis vasallos, que entre ellos haya sugetos inteligentes en la Matemática, de que dimanan los seguros aciertos de las operaciones militares marítimas y demás que se necesitan para el bien público », pp. 858-859.

206 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 1, p. 860.

207 Ibid., art. 25, p. 881.

208 Ibid., art. 26, p. 881.

209 Ibid., art. 9, p. 867.

210 Ibid., art. 28, p. 882.

211 Ibid., art. 28, p. 882.

212 Ibid., art. 2, p. 860.

213 Ibid., art. 5, p. 864.

214 Ibid., art. 6, p. 864.

215 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 7, p. 865.

216 « … Ordeno a sus coroneles y comandantes tengan presente el merito de estos individuos, para proponerlos en las vacantes de empleos […] por ser mi Real animo sean preferidos a otros de iguales circunstancias » (ibid., art. 8, p. 866).

217 « … Ser naturales de los Dominios, y provincias de esta Monarquia, de conocida nobleza, o ciudadanos honrados de buena conducta » (ibid., art. 7, p. 865).

218 Ustensilio : ensemble des aides matérielles fournies par l’administration militaire aux soldats dans les casernes : bois, huile à lampe, lit, eau…

219 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 8, p. 865.

220 Ibid., art. 27, pp. 881-882.

221 Ibid., art. 10, p. 867.

222 Ibid., art. 10, p. 868 ; horaires d’été de 8 h à 10 h et de 16 h à 18 h ; horaires d’hiver de 9 h à 11 h et de 15 h à 17 h.

223 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 4, pp. 863-864.

224 Ibid., art. 4, p. 863.

225 Ibid., art. 11, p. 869.

226 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 11, pp. 868-869.

227 Ibid., art. 12, pp. 869-871.

228 Gnomonique : art de construire et utiliser les cadrans solaires.

229 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 13, pp. 871-872.

230 Ibid., art. 16-17, pp. 875-876.

231 Ibid., art. 18, p. 876.

232 Ibid., art. 17-18, pp. 876-877.

233 Ibid., art. 20, pp. 878-879.

234 Ibid., art. 21, p. 879.

235 Ibid., art. 21, p. 879.

236 « Dandome cuenta los referidos coroneles y comandantes, quando se dé principio a estas conferencias, de los sugetos que concurren. Y de los que se adelantan más, por mano del Ministro de la Guerra, para que asimismo tenga yo presente su aplicación en los ascensos » (J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, art. 21, pp. 879-880).

237 « … Consiguiendose por esta disposición, no tan solamente el evitar la ociosidad, sino tambien que los unos repasen lo que antes han estudiado, y los otros el imponerse en ciencia tan indispensable à un militar para el desempeño de los encargos que se le confian » (ibid., art. 21, p. 880).

238 Ibid., art. 15, p. 875.

239 Ibid., art. 3, pp. 861-862.

240 Académie d’Oran créée en 1732 et celle de Ceuta en 1739.

241 J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. VI, préambule de l’ordonnance, pp. 858-859.

242 Cobos parle d’une peur d’être mal considéré dans son régiment si on est issu d’une académie (H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 112). Extrait du projet d’Andrés de los Cobos : « habiendo sido hasta ahora tampoco estimada y atendida esta ciencia de los que han ignorado sus utilidades, que fueron despreciados muchos de los que la emprendieron, como que con este pretexto querían eximirse de los trabajos de guardias y […] siguiéndose de aquí muchos oficiales y cadetes de habilidad y buenos deseos se abstuvieron de presentarse [dans les académies] ».

243 École du génie de Mézières créée en 1748 en France.

244 AGS, GM, 5836.

245 AGS, GM, 5836 : « Tres ingenieros a fin que formen una junta, y se remitan a ellos todos los planos, perfiles, relaciones que se dirijan de las provincias para que los examinen a prueven o desaprueven, pidiendose a este fin las noticias que convengan o en caso necesario pasando personalmente alguno de ellos a hacer visita ocular de los parages y que una vez aprobados se envien al ingeniero general para que siendo del mismo dictamen que la junta, para su real determinacion afin que con esta seguridad se puedan mandar executar las obras. »

246 AGS, GM, 5836, « Instrucción para la real junta de fortificaciones que ha mandado S.M. se establezca a mis órdenes en Madrid compuesta de los ingenieros directores Don Juan de la Ferrière, Don Diego Bordick y Don Juan Ballester y del en gefe Don Pedro de Superviela todos quatro con votos decisivos, afin que pueda yo consultarla las dependencias del Real servicio según lo tenga por conveniente, para su prompto expediente y consecución del acierto en las Resoluciones. »

247 Ibid., tit. II.

248 Ibid., tit. I.

249 Ibid., tit. III.

250 Ibid., tit. III.

251 Ibid., tit. IV.

252 AGS, GM, 5836, Instrucción para la Real Junta de fortificaciones…, tit. IV.

253 Ibid., tit. VI.

254 Ibid., tit. VII.

255 Ibid., tit. VIII.

256 Création d’une sorte d’archives des plans et reliefs.

257 Isidro Próspero Verboom, fils de G.-P. Verboom, chargé de rédiger un projet d’ordonnance pour le corps du génie décéda en 1733. Son travail resta inachevé.

258 AGS, GM, 5836, « Real instrucción para la real junta de fortificaciones… », tit. X.

259 Ibid., tit. X : « conducta, nacimiento, talentos, servicios ».

260 Ibid., tit. X : « … A menos que sean hijos de ingenieros que ayan estado empleados desde su tierna edad al lado de sus padres, o hecho merito en las tropas, o que fuesen personas de particulares circunstancias y nacimiento ».

261 De jeunes cadets ou officiers participaient à des travaux de génie militaire comme ingénieurs volontaires, c’est-à-dire qu’ils étaient détachés de leurs régiments pour le temps des opérations militaires auprès d’un ingénieur.

262 Lettre de G.-P. Verboom au marquis de Bedmar du 4 juillet 1712 parlant des promotions « por su aplicación y servicios se han distinguido sobre los demás, y para que en este cuerpo como los otros puedan tener los ascensos según sus meritos » (AGS, GM, 2998).

263 Volonté du roi de recruter des officiers compétents dans les régiments d’infanterie, de cavalerie et de dragons. Ordonnance du 12 juillet 1728, tit. III.

264 Ordenanza que S.M. manda observar en el servicio del Real Cuerpo de Ingenieros del Ejército, tit. III, et Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército, t. I, p. 173.

265 Déduction tirée de l’étude des dossiers de suspension de l’Archivo General de Simancas.

266 Depuis 1632, tout mariage militaire devait être précédé d’une autorisation royale. Dans l’ordonnance des Flandres du 18 avril 1701, cette obligation était réaffirmée. Voir J. A. Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. I, p. 273.

267 « No obstante haviendosele suspendido de su empleo, en cuyo estado, se halla de dos años a esta parte padeciendo con su familia la ultima miseria… » (AGS, GM, 3237, lettre de Diego Bordick à Georges-Prosper Verboom, décembre 1735).

268 AGS, GM, 3238, Suspensiones y Castigos.

269 « … Tiene mala conducta llevando una vida escandalosa » (ibid.).

270 AGS, GM, 3238.

271 AGS, GM, 3238.

272 AGS, GM, 3239, Suspensiones y Castigos.

273 AGS, GM, 3239.

274 AGS, GM, 3238, Suspensiones y Castigos.

275 Agregado : officier réformé en surnombre dans un régiment qui dès une vacance de poste se présentera, obtiendra le poste comme officier en activité.

276 Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército, t. I, p. 470, copie d’une liste signée par Verboom et datée du 30 juillet 1733.

277 AGS, GM, 2998, Relación de los ingenieros que existen en el cuerpo y de los que se proponen en su clase para completar el numero en cada una segun S.M. tiene resuelta septiembre 1739.

278 AGS, GM, 3236, Suspensiones y Castigos.

279 Ibid. : « no es en ninguna manera apto para el referido empleo ».

280 Ibid., lettre du 13 septembre 1733 adressée à José Patiño.

281 AGS, GM, 3237. Marcos Antonio Eydoux ne s’était pas rendu à Tuy. Il est suspendu en mai 1737 et mis aux arrêts un mois et demi. Il justifie son retard par son manque d’argent pour entamer son voyage. Il retrouve sa place en juin 1737.

282 AGS, GM, 2998, Relación de los individuos… septembre 1739.

283 Ibid., lettre du marquis de Villadarias au duc de Montemar du 13 septembre 1739.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search