Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Première partie. Le corps des ingénieurs militaires. Une institution polyvalente

Préambule à la première partie

Texte intégral

1Pour reconstituer la réalité du corps des ingénieurs militaires, les individus et leurs comportements, il convient de fixer avec précision l’évolution du cadre juridique du génie en Espagne. L’étude précise des textes royaux permet de dessiner le cadre institutionnel du corps. Ainsi, au fil du temps et de la promulgation de textes royaux, de 1710 à 1803, il est possible de voir s’affirmer et se modifier la structure du corps, tout en distinguant trois grandes phases dans la conception du génie militaire face aux besoins de l’Espagne. La première phase correspond à la période 1710-1768 où le corps prit une place croissante dans l’élaboration d’une politique de développement du pays ; ce fut le temps de l’affirmation d’une polyvalence nécessaire de ce corps. Puis arrive l’ordonnance de 1768 qui réaffirme sa spécialisation militaire. Peu de temps après, sa division en trois branches, en 1774, confirme certes sa polyvalence mais coïncide aussi avec l’apparition progressive de nouveaux corps de techniciens. C’est une phase d’hésitations et de progrès dans la dotation de l’Espagne en techniciens. Enfin, au début du xixe siècle, la spécialisation dans le génie militaire de ce corps d’ingénieurs se confirme avec l’ordonnance de 1803. L’étude chronologique des textes juridiques présente l’intérêt de montrer pas à pas les vicissitudes de l’existence du corps, les hésitations du pouvoir, mais aussi la volonté de faire porter sur des techniciens scientifiques le développement du royaume.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search