Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Le commentaire sur la Genèse de Claude de Turin, un cas singulier de transmission des textes wisigothiques dans la Gaule carolingienne

Jean Vezin

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, déjà, des érudits se sont penchés sur les problèmes soulevés par les sources du Commentaire sur la Genèse dû à Claude, ce clerc espagnol qui séjourna d’abord à Lyon, puis à la cour de Louis, roi d’Aquitaine, avant de devenir évêque de Turin en 817/818.

  • 1 M. l’abbé Raymond Etaix, à la science duquel je dois beaucoup pour la rédaction de cette étude, a b (...)

2Brassicanus a publié chez Froben en 1531 à la fois ce texte et un commentaire sur le Livre des Rois d’après un volume du XIIe siècle, le manuscrit 691 de l’Oesterreichische National-Bibliothek. Comme le manuscrit, Brassicanus attribue les deux textes à l’évêque de Lyon saint Eucher (mort vers 450), attribution reprise par Migne dans sa Patrologie latine, au tome 50, col. 893 sq.1.

  • 2 M. l’abbé Etaix m’a signalé qu’en 1970 la bibliothèque de l’Institut catholique de Lyon avait acqui (...)

3La Bibliothèque Nationale de Paris possède un exemplaire beaucoup plus ancien du Commentaire sur la Genèse, le ms. lat. 9575, volume bien connu à cause des renseignements fort précis qu’il apporte sur la rédaction de cette œuvre2.

  • 3 Éd. Dümmler, M.G.H., Ep. 4, p. 590-592.
  • 4 L. Delisle, Cabinet des manuscrits....1, Paris, 1868, p. 4-5 ; R. Favreau, « Claude de Turin, note (...)

4Il s’ouvre par une lettre préface qui indique le nom de l’auteur : « In nomine Domini incipit prefatio Claudii presbyteri. Dilecto mihi atque totis in Christo visceribus diligendo Dructeramno abbati, Claudius peccator... »3. Claude informe le lecteur qu’il a entrepris la rédaction de ce Commentaire à Lyon, auprès de l’archevêque Leidrade, et qu’il l’a achevée au palais de Chasseneuil, près de Poitiers, où le roi d’Aquitaine Louis le Pieux l’avait appelé. Ce travail était achevé en 811, date de la copie du manuscrit par le diacre Faustinus, comme le montre le colophon transcrit à la fin du volume. L’origine espagnole de l’auteur n’est sans doute pas étrangère au fait que Faustinus a daté son travail dans les termes suivants : « Era octingentesima quadragesima octava qui est annus incarnationis domini nostri Jesu Christi octingentesima undécima »4. L’usage de l’ère d’Espagne n’est en effet pas autrement attesté à Poitiers.

  • 5 E. A. Lowe, Codices latini antiquiores, 4, 515. Cet ouvrage sera désormais cité C.L.A.
  • 6 Lyon, Bibl. mun. 443 (372). : C.L.A. 6, 774 ; E. A. Lowe, Codices Lugdunenses antiquissimi, Lyon, 1 (...)

5L’écriture du scribe Faustinus est une minuscule Caroline régulièrement formée. Toutefois un certain nombre de particularités du manuscrit lat. 9575 dénote sans doute des influences espagnoles. Il en va ainsi notamment d’un signe de ponctuation formé d’un point surmonté d’un petit trait courbe formant presque un demi-cercle. Ce signe, pratiquement inconnu des copistes carolingiens, se rencontre fréquemment dans les manuscrits en écriture wisigothique, et déjà dans celui qui est considéré comme l’un des plus anciens : l’Orational de Vérone5. On observe également ce signe aussi bien dans la partie en minuscule wisigothique que dans celle en minuscule Caroline d’un exemplaire du Commentaire d’Origène sur Genèse, Exode et Lévitique, ayant appartenu à la cathédrale de Lyon6.

  • 7 E. A. Lowe, Palaeographical Papers..., Oxford, 1972, t. 2, p. 367.
  • 8 E. A. Lowe, ibid., p. 368, n° 86.
  • 9 Cf. aussi Lyon 443 (372), Origène, E. A. Lowe, ibid., p. 370, n° 99 ; voir également ibid n° 110, 1 (...)

6Une influence espagnole très nette se manifeste aussi dans l’emploi du signe de renvoi dh pour signaler, à l’intérieur du texte, un ou plusieurs mots omis par le scribe (cf. fos 26, 33, 50, 87). Au folio 50, la partie manquante qui est transcrite dans la marge inférieure est encadrée par dh au début et SR à la fin7, comme dans Paris B.N. lat. 609, un traité de comput datable entre 778 et 8158, où les lettres dh tracées dans la marge inférieure doivent être considérées, de l’avis de Lowe, comme de simples signes de renvoi9. Certaines abréviations caractérisées par la suppression des voyelles révèlent aussi une influence espagnole, par exemple : prsbr = presbyter (f° 3). Il existe d’autres hispanismes comme le cercle avec un point au centre pour marquer une exclamation (fos 62v, 94), ou le u suscrit en forme de v dans le pronom relatif qui (f° 57v) quem (f° 100). Tout cela indique, à mon avis, que Faustinus, qui écrit en minuscule Caroline, avait devant les yeux un modèle réalisé par un Espagnol, ou bien qu’il avait reçu certaines consignes de la part d’un Espagnol. Dans ces deux cas, on pense naturellement à Claude de Turin ou à l’un de ses compatriotes qui l’avaient accompagné en Gaule.

7Un personnage ayant la pratique de la minuscule wisigothique a pour sa part relu le manuscrit et lui a apporté quelques rares corrections. Il a également écrit aussi en marge la mention « Ysid et Ambrosi » (f° 83v) qui identifie des autorités utilisées par Claude de Turin. Plusieurs auteurs ont estimé que ces quelques notes pourraient bien avoir été tracées de la main même de Claude de Turin.

8Sur la plupart des feuillets, une main a porté avec une encre marron, sous une forme abrégée, les noms des auteurs dont les textes ont été utilisés par le compilateur : OR, ORG (Orígenes), AMBR (Ambrosias), IH (Hieronymus), AG (Augustinus), GR (Gregorius), YSD, ISD (Isidorus) CL (Claudius, sans doute, plutôt que Claudien Mamert). Je me demande si ces mentions ne sont pas de la même main que les brèves corrections ou additions en écriture wisigothique, mais je n’oserais vraiment pas être affirmatif à ce propos.

  • 10 L. Delisle, « Les vols de Libri au séminaire d’Autun-, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 59 (...)
  • 11 Ce commentaire occupe les fos 117-131v du ms., qui se compose de deux parties. La première partie, (...)
  • 12 B. Bischoff, op. cit., 3, p. 19, n. 66.

9À ma connaissance, Léopold Delisle10, le premier, a attiré l’attention sur la parenté existant entre le Commentaire sur la Genèse de Claude de Turin et un autre commentaire, plus bref, qui nous a été conservé par trois manuscrits, Autun 27 (29 S), Karlsruhe Aug. CXCI11, provenant de la Reichenau, et La Haye, Bibliothèque royale 130.E.1S., qui appartenait au XVe siècle à l’abbaye de Saint-Bertin, mais dont l’écriture possède une certaine ressemblance avec celle qui était pratiquée à Flavigny autour de 80012.

  • 13 L. Delisle, art. cit, p. 386 ; R. P. Robinson, « Manuscripts 27 (S. 29) and 107 (S. 129) of the Mun (...)
  • 14 L. Deusle, ibid.

10Le manuscrit Autun 27 (29 S) est antérieur aux deux autres volumes. Il se compose en réalité de trois parties distinctes, toutes les trois en écriture hispanique, réunies sous une même reliure13. Le Commentaire sur la Genèse, écrit en minuscule wisigothique, occupe les f°s 63v-76v, qui constituent la troisième partie du recueil. Il faut les compléter par deux fos enlevés par Libri et qui portent actuellement la cote BN. n.a.l. 1628, fos 17 et 1814. Un autre volume d’origine espagnole se trouve encore à Autun, le ms. 107 (S. 129).

  • 15 E. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France. IV. Les livres, scriptoria et biblioth (...)
  • 16 B. Bischoff, Die südostdeutschen Schreibschulen und Bibliotbeken in der Karolingerzeit, Teil 1. Die (...)

11Ces deux manuscrits, au Moyen-Âge, appartenaient à la cathédrale d’Autun. Ils ont pu y être apportés directement par des clercs d’origine espagnole. Mais on peut proposer une autre hypothèse sur leur origine ancienne, bien que nous soyons très mal renseignés sur la constitution du fonds primitif de la cathédrale d’Autun15. Un exemplaire des Moralia in Job – Autun 26 (S. 22) contient une mention d’après laquelle Gautier, évêque d’Autun de 977 à 1023, fit copier un certain nombre d’ouvrages pour sa cathédrale ou bien s’en procura par don : « Hunc librum cum coeteris Moralium qui sequuntur dédit beato Nazario suus pontífex Walterius. Contulit etiam ille omnes codices quos ipse aut plures scribi fecit aut nonnullos dono acquisiuit... ». Une liste malheureusement mutilée de ces volumes est transcrite à la suite de cette inscription. Le ms. actuel d’Autun 14 (S. 15) figure sur la liste ; un autre manuscrit, Autun 26 (S. 22), porte l’inscription « ex dono Walterii ». Notre manuscrit a pu faire partie des livres acquis par Gautier. Il est cependant possible d’envisager une autre provenance pour notre volume. On sait, en effet, que le diacre Leidrade, dont la présence à Freising est attestée par deux documents de 779 et 782, se rendit ensuite en France où il exerça les fonctions de missus avant d’être élu archevêque de Lyon en 798. Leidrade résigna ses fonctions en 814, deux ans avant sa mort survenue en 81616.

  • 17 Pertz, M.G.H., S.S,, 1, 110, repris par M. Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mitt (...)

12Au début de son épiscopat, Leidrade se rendit en Catalogne pour participer aux controverses relatives à l’adoptianisme qui se développaient autour de l’évêque Félix d’Urgel. À cette même époque, des clercs venus d’Espagne s’installèrent à Lyon. Parmi eux figure Claude de Turin. Le futur successeur de Leidrade sur le siège épiscopal de Lyon, Agobard, un Espagnol né en 769, arriva treize ans plus tard en Gaule narbonnaise. Il se rendit à Lyon en 792, et y fut ordonné (benedictionem suscepi) en 80417.

  • 18 H. Quentin, Les martyrologes historiques du Moyen Âge. Étude sur la formation du martyrologe romain (...)
  • 19 E. A. Lowe, Palaeographical papers..., 1, p. 323 ; S. Tafel, « The Lyons Scriptorium », dans W.M. L (...)
  • 20 E. A. Lowe, ibid., p. 322-323 et pl. 45.
  • 21 E. A. Lowe, C.L.A., 6, 774 a-c ; A. Millares Carlo, « Manuscritos visigóticos, notas bibliográficas (...)
  • 22 A. Millares Carlo, ibid., p. 399-400, n° 131 ; B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, 3, p. 19, n. (...)

13Ces clercs espagnols ont vraisemblablement apporté dans leur ville d’adoption un certain nombre de manuscrits provenant de la péninsule Ibérique. On sait, en particulier, que l’anonyme lyonnais a utilisé au début du IXe siècle des sources hispaniques pour rédiger son martyrologe18. D’autre part, ils ont parfois annoté des manuscrits lyonnais, comme Agobard lui-même qui a inscrit plusieurs notes autobiographiques en minuscule wisigothique sur le manuscrit des Annales Lugdunenses (Roma, B. Vallicelliana E. 26)19. Un exemplaire de la Collectio Hispana offert à l’Église de Lyon par Leidrade a été copié en minuscule Caroline ; les « Spanish symptoms » sont nombreux dans ce volume, où l’on trouve en outre des additions en minuscule wisigothique (BN lat. 11709)20. Une traduction latine des commentaires d’Origène sur la Genèse, l’Exode et le Lévitique écrite au VIIe siècle en onciale et en semi-onciale appartenait sûrement à l’Église de Lyon au milieu du IXe siècle. Plusieurs lacunes de ce manuscrit ont été complétées en minuscule wisigothique à la limite des VIIIe et IXe siècles (Lyon, BM 443 (372))21. Le plus important monument en minuscule wisigothique est assurément un recueil d’œuvres de Sédulius, Eugène de Tolède, Martin de Braga et Ausone qui appartenait au Moyen Âge au monastère de l’île-Barbe (Paris BN lat. 8093 + Leyde Voss. lat. F. 111)22.

  • 23 J. Vezin, « Dix reliures carolingiennes provenant de Freising », dans Bulletin de la Société nation (...)

14On est tenté, dans ces conditions, de se demander si le manuscrit 27 d’Autun n’aurait pas appartenu à l’Église de Lyon au début du IXe siècle. Cette hypothèse se trouve renforcée par le fait que la cathédrale d’Autun possédait un recueil des Évangiles (Autun 5 (4 S) du début du IXe siècle), sur le fo 2v duquel est transcrite une liste des évêques de Lyon terminée par les noms d’Agobard (mort en 840) et d’Amolon. Ce volume possède une reliure ancienne dont les ais ont été préparés suivant une technique rare que je n’ai rencontrée que sur des manuscrits bavarois ou italiens. La même technique a été employée pour réaliser les ais du ms. Autun 19 (18 S) qui contient l’Ecclésiaste23. Dans ce volume, on rencontre de nombreux signes de renvoi typiques de l’Espagne :

dh PR… SR

dt p… SUR

dh pp… S

15et, sur les fos 33-42v, plusieurs gloses sont tracées au moyen d’une écriture proche de la wisigothique : avec, notamment, les lettres caractéristiques a, g, t, et l’abréviation pour bus. Pour mémoire, je rappelle le manuscrit 107 (S. 129) d’Autun cité plus haut.

  • 24 Gallia christiana, 4, 359.

16Un tel ensemble de manuscrits originaires d’Espagne ou présentant des « Spanish symptoms » peut suggérer la présence à Autun d’une colonie espagnole. Cependant, Modoin, qui est attesté pour la première fois comme évêque d’Autun en 815, et qui vivait encore en 840, avait auparavant dirigé à Lyon l’abbaye Saint-Georges, et le diacre Florus de Lyon le désigne comme étant un « alumnus ecclesiae Lugdunensis »24 Personnellement, je serais extrêmement tenté de considérer que Modoin a fait venir de Lyon à Autun les manuscrits que je viens de citer. J’insiste là-dessus : il ne s’agit que d’une hypothèse. Mais elle permet d’envisager la présence à Lyon, au début du IXe siècle, du commentaire anonyme sur la Genèse conservé dans Autun 27 (S. 29). Ainsi, Claude de Turin aurait très bien pu avoir cet exemplaire du texte entre les mains pendant son séjour lyonnais.

17Ces préliminaires m’ont paru nécessaires avant d’aborder le sujet proprement dit de mon étude, qui a pour objet de comparer le manuscrit d’Autun avec le ms. B.N. lat. 9575. Il existe en effet un certain nombre d’éléments qui permettent de penser que le compilateur du Commentaire sur la Genèse copié dans lat. 9575, en l’occurrence Claude de Turin, a eu devant les yeux le manuscrit d’Autun ou une copie quasi photographique de ce volume.

  • 25 R. P. Robinson, op. cit. (sup. n. 13), 28.
  • 26 E. A. Lowe, Palaeographical Papers, 2, p. 367, n° 79, pl. 68 B.
  • 27 E. A. Lowe, C.L.A., 6, n° 705 ; id. Palaeographical Papers, 2, p. 368, n° 82.
  • 28 E. A. Lowe, C.L.A., 6, n° 774 c ; id. Palaeographical Papers, 2, p. 370, n° 99 et 376, n° 143.

18Dès le premier feuillet du Commentaire de Claude de Turin, la dépendance du manuscrit de Paris par rapport à celui d’Autun est marquée. En effet, au début de la troisième ligne du texte dans le ms. d’Autun, le scribe a omis une incise qui occupait certainement plusieurs lignes dans son modèle. Un réviseur, ou un simple lecteur, a relevé ce manque, et il a tracé à son emplacement le sigle db bien connu depuis les travaux de Lowe, et auquel j’ai déjà fait allusion. Sur la marge inférieure, ce personnage a écrit sur deux lignes et demie le passage manquant au moyen d’une écriture cursive25 aux lettres inclinées vers la gauche extrêmement typiques, qu’on trouve aussi sur le f° 63 précédant le commentaire sur la Genèse. Il s’agit très vraisemblablement de l’œuvre d’un scribe espagnol, bien qu’il ait employé la ligature ex, caractéristique de l’écriture mérovingienne. À la fin du texte ajouté en marge, le correcteur a ajouté les trois lettres capitales SUR surmontées d’un tilde. Le plus souvent, les scribes espagnols utilisent à cet endroit l’abréviation SR, dont Lowe donne de très nombreux exemples. En plus du cas d’Autun26, Lowe cite seulement deux manuscrits où l’on observe à la fin d’un texte restitué le sigle SUR et sans que celui-ci soit précédé d’un signe quelconque : Albi 29, un recueil en écriture wisigothique sans doute copié dans le sud de la Gaule dans la seconde moitié du VIIIe siècle27, et Lyon 443 (372) dans la partie ajoutée au début du IXe siècle en écriture wisigothique28. Lowe a recensé 77 manuscrits hispaniques contenant des signes de renvoi caractéristiques. Ce groupe de trois manuscrits présente une particularité commune : ils proviennent de milieux espagnols en Gaule. Bien entendu, il serait imprudent de tirer d’observations de ce genre des conclusions trop hâtives ; mais il ne faut pas, cependant, les négliger.

  • 29 R. P. Robinson, op. cit. (sup. n. 13), pl. 37.

19Cette lacune n’existe pas dans le ms. Aug. CXCI qui, pourtant, dépend d’Autun 27 (S. 29), comme le montre un mot incompréhensible quantulatus, f° 126v du ms. de Reichenau qui provient, directement ou indirectement, d’une correction effectuée avec maladresse sur le f° 74v du manuscrit d’Autun29.

20En revanche, la lacune existe dans le manuscrit copié par Faustinus, comme, du reste, dans le texte publié en 1531 par Brassicanus. Il y a donc un rapport entre Autun, Paris et l’édition de Brassicanus. Si Claude de Turin a bien eu sous les yeux le ms. d’Autun, les choses s’expliquent assez simplement. Du reste, un certain nombre de particularités graphiques du ms. d’Autun se retrouvent chez Claude dès le commencement. Ainsi, on lit à la fois dans Autun f° 63v et BN lat. 9575, f° 7 : rennuat (avec deux n), quur (pour cur) ; Autun f° 67v, 72v et lat 9575, f° 10,13v : aliut (pour aliud) ; Autun f° 68 et lat. 9575, f° 10 : erbam (pour herbam) ; Autun f° 69 et lat. 9575 f° 11v : besteis (pour bestiis) ; Autun f° 73 et lat. 9575, f° 17v : fincsit. Le ms. de Reichenau utilise aussi aux mêmes endroits les formes quur, erba, besteis.

21Le manuscrit d’Autun emploie souvent, aussi, après les prépositions de ou in, l’accusatif là où on attendrait l’ablatif : de deum ou in deum au lieu de de deo, in deo (cf. f° 63). On retrouve ces formes dans le ms. de Reichenau, alors qu’elles sont rectifiées dans le ms. BN lat. 9575. De même, Autun, f° 64 et Reichenau écrivent materiam... ex quo, alors que le lat. 9575 écrit correctement exqua. Autun f° 67v et Reichenau sont d’accord pour écrire materia corporalis, alors que Faustinus a écrit materia incorporalis, forme qui se retrouve dans l’édition de Brassicanus. Les cas où les deux manuscrits de la forme brève sont d’accord contre le Commentaire de Claude de Turin sont fort nombreux.

22Ce phénomène s’explique sans doute par les remaniements que Claude de Turin a fait subir au texte court. En effet, en certains endroits il a supprimé des passages, parfois assez importants, du texte dont il s’est servi. On peut le constater facilement sur l’édition par Karl Wotke du ms. de Reichenau. L’éditeur, en effet, a imprimé en italique les passages du manuscrit qui ne figurent pas dans l’édition de Brassicanus, et par conséquent dans le manuscrit copié par Faustinus.

23Mais surtout, Claude a considérablement amplifié le texte dont il disposait. Les additions les plus importantes sont annoncées, à l’intérieur de la justification, par les lettres FG ou, deux fois, FIG (f°s 9 et 18) écrites en capitales de couleur orange de la main même du rubricateur. C’est une particularité de ces compléments. En effet, comme je viens de le dire, les abréviations identifiant les auteurs des autres extraits dont se compose le Commentaire sont toutes inscrites en marge par une main différente de celle du scribe, main qui pourrait bien être celle du réviseur. Le manuscrit 691 de l’Österreichische National bibliothek de Vienne qui a servi de modèle pour l’édition de Brassicanus porte également ces indications FG et FIG ou FIGLT. Malheureusement, Brassicanus les a négligées et on ne les retrouve évidemment plus dans le tome 50 de la Patrologie.

  • 30 E. Anspach, « Das Fortleben Isidors im 7 bis 9 Jahrhundert » dans Miscellanea Isidoriana, Roma, 193 (...)

24On a pensé que cette abréviation désignait Fulgence de Ruspe ; mais c’était o < faire abstraction des passages précédés par FIG et FIGLT. En 1936, Anspach proposait de voir dans ces trois lettres l’abréviation de Figulus ou Frigulus, un exégète sans doute irlandais dont on connaît un commentaire sur l’Évangile de saint Matthieu que Smaragde de Saint-Mihiel a utilisé dans son Expositio Libri Comitis30. En réalité, suivant une suggestion de M. l’abbé Etaix, je préfère transcrire ces abréviations par le mot figuraliter, qui convient bien aux passages ainsi introduits.

25Quoi qu’il en soit de ce dernier point, il apparaît nettement que Claude de Turin a utilisé le texte du ms. d’Autun pour rédiger son commentaire. S’il ne s’en est pas servi directement, il a eu à sa disposition un manuscrit qu’on peut considérer comme un jumeau de celui d’Autun. Il n’a pas copié servilement le texte qu’il avait sous les yeux, mais il l’a profondément remanié, modifiant certains passages, en supprimant d’autres ; mais surtout, il a considérablement amplifié le texte antérieur. La comparaison paléographique des mss. Autun 27 (S. 29) et BN lat. 9575 ne permet pas, je crois, d’aller plus loin. Il faut maintenant, pour faire progresser la question, se livrer à une étude approfondie des sources utilisées dans les deux manuscrits. Cette étude permettra alors, peut-être, de décider si le texte transmis par le ms. d’Autun est une première rédaction, par Claude, de son Commentaire, ou s’il s’agit d’un traité plus ancien dont il se serait servi.

Notes

1 M. l’abbé Raymond Etaix, à la science duquel je dois beaucoup pour la rédaction de cette étude, a bien voulu me faire remarquer que F. Anspach avait publié en 1930 sous le nom d’Isidore de Séville quatre extraits du cod. B3 de Düsseldorf en écriture a-b de Corbie (C.L.A. 8, 1183) reproduits dans P.L.S. IV, 1847-1848 et que Dom Fischer avait remarqué de son côté qu’il s’agissait d’extraits du Commentaire de Claude sur la Genèse (P.L., 50, 898B, 899D-500A, 900C-D, 915 B-C).

2 M. l’abbé Etaix m’a signalé qu’en 1970 la bibliothèque de l’Institut catholique de Lyon avait acquis un manuscrit du XIXe siècle intitulé : « Commentarium in Genesim Claudii episcopi Taurinensis ex manuscripto códice Camberiensi Bibl. PP. Minorum Conventualium s. Francisa ». Il s’agit d’une copie directe du ms. B. N. lat. 9575 annotée de la main du cardinal Billiet, qui permet d’assurer que le manuscrit de la Bibliothèque nationale appartenait au couvent des Cordeliers de Chambéry avant son achat chez Tross, le 3 septembre 1861.

3 Éd. Dümmler, M.G.H., Ep. 4, p. 590-592.

4 L. Delisle, Cabinet des manuscrits....1, Paris, 1868, p. 4-5 ; R. Favreau, « Claude de Turin, note sur la renaissance carolingienne en Poitou », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest 1958, p. 505.

5 E. A. Lowe, Codices latini antiquiores, 4, 515. Cet ouvrage sera désormais cité C.L.A.

6 Lyon, Bibl. mun. 443 (372). : C.L.A. 6, 774 ; E. A. Lowe, Codices Lugdunenses antiquissimi, Lyon, 1924, pl. XXI-XXII.

7 E. A. Lowe, Palaeographical Papers..., Oxford, 1972, t. 2, p. 367.

8 E. A. Lowe, ibid., p. 368, n° 86.

9 Cf. aussi Lyon 443 (372), Origène, E. A. Lowe, ibid., p. 370, n° 99 ; voir également ibid n° 110, 111, 114, 118, 120, 123, 124, 138.

10 L. Delisle, « Les vols de Libri au séminaire d’Autun-, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 59, 1898, p. 386-387, 392.

11 Ce commentaire occupe les fos 117-131v du ms., qui se compose de deux parties. La première partie, fos. 1-116, du début du IXe s., est décrite dans le catalogue des manuscrits de Reichenau dressé en 822 : cf. F. Lehmann, Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, 1, 19, p. 250-251. La seconde partie, d’après B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, 1, p. 268, est aussi du commencement du IXe s. ; son écriture est « südwestdeutsch ». Le texte a été publié par K. Wotke, Der Genesiscommentar (I-IV, 1) des Pseudoeucherius im Codex Augiensis CXCI, Wien, 1897, XII-27 p. (Dreiundzwangsigster Jahresbericht des k.k. Staatsgymnasiums im XVIII. Bezirke von Wien Hernals).

12 B. Bischoff, op. cit., 3, p. 19, n. 66.

13 L. Delisle, art. cit, p. 386 ; R. P. Robinson, « Manuscripts 27 (S. 29) and 107 (S. 129) of the Municipal Library of Autun... », dans Memoirs of the American Academy in Rome, 16 (1939), p. 3-10 : E. A. Lowe, C.L.A., 6, n° 727 et 728.

14 L. Deusle, ibid.

15 E. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France. IV. Les livres, scriptoria et bibliothèques..., Lille, 1938, p. 121-122 et 533-534.

16 B. Bischoff, Die südostdeutschen Schreibschulen und Bibliotbeken in der Karolingerzeit, Teil 1. Die bayeriseben Diözesen, Wiesbaden, i960, p. 63-64 et 84-85.

17 Pertz, M.G.H., S.S,, 1, 110, repris par M. Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters, 1, München, p. 386-387 ; E. Boshof, « Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werk », dans Kölner historische Abbandlungen, 17, 1969.

18 H. Quentin, Les martyrologes historiques du Moyen Âge. Étude sur la formation du martyrologe romain, Paris, 1908, p. 139-148.

19 E. A. Lowe, Palaeographical papers..., 1, p. 323 ; S. Tafel, « The Lyons Scriptorium », dans W.M. Lindsay, Palaeographia latina, 4 (1925), p. 55-56 (St. Andrews University Publications, XX).

20 E. A. Lowe, ibid., p. 322-323 et pl. 45.

21 E. A. Lowe, C.L.A., 6, 774 a-c ; A. Millares Carlo, « Manuscritos visigóticos, notas bibliográficas », dans Hispania sacra. 14 (1961), p. 372-373, n° 56.

22 A. Millares Carlo, ibid., p. 399-400, n° 131 ; B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, 3, p. 19, n. 64.

23 J. Vezin, « Dix reliures carolingiennes provenant de Freising », dans Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France (1985), p. 264-274, pl. XII ; Id., « Deux manuscrits de Würzburg et leur reliure... », dans Litterae Medii Aevi, Festschrift für Johanne Autenrieth..., hrsg. von M. Borgolte u. H. Spilling, Sigmaringen, 1988, p. 91-92.

24 Gallia christiana, 4, 359.

25 R. P. Robinson, op. cit. (sup. n. 13), 28.

26 E. A. Lowe, Palaeographical Papers, 2, p. 367, n° 79, pl. 68 B.

27 E. A. Lowe, C.L.A., 6, n° 705 ; id. Palaeographical Papers, 2, p. 368, n° 82.

28 E. A. Lowe, C.L.A., 6, n° 774 c ; id. Palaeographical Papers, 2, p. 370, n° 99 et 376, n° 143.

29 R. P. Robinson, op. cit. (sup. n. 13), pl. 37.

30 E. Anspach, « Das Fortleben Isidors im 7 bis 9 Jahrhundert » dans Miscellanea Isidoriana, Roma, 1936, p. 340-341 ; J. F. Kelly, « Frigulus : an Hiberno-latin commentator on Matthew », dans Revue bénédictine, 91 (1981), p. 364.

Auteur

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540