Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Introduction

Texte intégral

1Les ingénieurs militaires constituent un corps de l’armée espagnole créé par la dynastie bourbonienne à son arrivée au pouvoir au xviiie siècle. La création d’un corps de techniciens était l’un des piliers de la réforme structurelle de l’armée voulue par la monarchie. Ce corps préfigurait une armée moderne fondée sur la compétence, critère original pour l’époque. Les ingénieurs contribuent, chacun selon leur individualité, à donner vie à ce corps, à le faire évoluer. Ces hommes forment un groupe où s’affirment des valeurs comme la nécessité de l’effort ou l’obligation d’une culture technique et scientifique. Ils apparaissent comme créateurs d’un esprit nouveau au sein de l’armée : la force de ce corps repose sur l’établissement d’un lien entre l’homme, ses compétences et sa fonction. C’est à la fois un militaire, un scientifique et un technicien. Ce groupe occupe une place centrale dans l’Espagne et l’Amérique du xviiie siècle, en tant qu’instrument de la défense et du développement de l’Empire. La maîtrise de l’espace est un point fondamental de l’affirmation du pouvoir monarchique ; or la dynastie régnante nouvelle affiche une volonté centralisatrice qui pousse aux réformes. La polyvalence des compétences de ces hommes les rend indispensables.

2Si les ingénieurs sont un maillon essentiel pour le pouvoir royal, ils n’appartiennent pas pour autant aux élites dirigeantes même s’ils les fréquentent souvent. Ils ne répondent pas aux critères de ces élites : accumulation de titres, d’honneurs et de biens. Ils constituent, cependant, les germes d’une élite nouvelle fondée sur le savoir technique, élite technique dont la place et le rôle ne font que s’accroître dans la société du siècle suivant et ce dans toute l’Europe industrielle.

  • 1 AGS, GM, 2998, Reglamento que propone el ingeniero general Don Prospero de Verboom para los ingenie (...)
  • 2 AGMS, 2e section décima, liasse 2, Circular de la nueva planta de ingenieros, Madrid, 31 de julio d (...)

3Tout ceci contribue à faire du corps du génie un objet idéal pour une étude prosopographique. Pour les données biographiques, les limites chronologiques de cette étude correspondent à la période comprise entre 1710 et 1802. Ces limites ne correspondent pas à des coupures d’ordre politique mais plutôt à deux bornes chronologiques importantes dans l’histoire du corps. En effet, au cours de l’année 1710, Georges-Prosper Verboom, ingénieur flamand, homme de confiance du pouvoir qui avait déjà fait ses preuves dans les Flandres, élabore le projet de règlement général pour tous les ingénieurs. Le texte les rend indépendants des artilleurs et précise leurs charges1. Ainsi, Georges-Prosper Verboom pose les bases du corps et en devient le premier ingénieur général. L’autre limite choisie, l’année 1802, correspond à une nouvelle étape : la restriction de ce corps à sa seule vocation militaire2. L’espace géographique d’exercice des ingénieurs ne peut se limiter à l’Espagne et il faut y ajouter les possessions d’outre-mer pour mesurer l’amplitude des interventions des ingénieurs, mais aussi pour reconstituer leurs réseaux relationnels.

  • 3 Général H. Wauwermans, « Le marquis de Verboom, ingénieur militaire flamand au service de l’Espagne (...)
  • 4 Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército iniciado al celebrar en 1903 el primer cent (...)
  • 5 J. Suárez Inclán, El teniente General don Pedro de Lucuce.
  • 6 J. M. rubio Paredes et Á. PIñera y Rivas, Los ingenieros militares en la construcción de la base na (...)
  • 7 J. A. Calderón Quijano, Historia de las fortificaciones en Nueva España ; Id., Las defensas del Gol (...)
  • 8 M. L. Díaz-Trechuelo Spínola, Arquitectura española en Filipinas.
  • 9 A. Bonet Correa, Andalucía barroca ; Id., Cartografía militar de plazas fuertes y ciudades española (...)
  • 10 A. Lafuente et J. L. Peset, « Las actividades e instituciones científicas en la España ilustrada »  (...)
  • 11 La collection Aparici correspond aux travaux exécutés de 1846 à 1853 par une commission dirigée par (...)
  • 12 L. Pascual, Indice del personal de ingenieros en el siglo xviii.
  • 13 J. A. Calderón Quijano, « Noticia de los ingenieros militares en Nueva España en los siglos xvii y (...)
  • 14 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 345.

4L’intérêt pour l’étude du corps du génie ne s’est pas démenti depuis la fin du xixe siècle. Par exemple, en 1891, le général belge Wauwermans publie la biographie de l’ingénieur flamand Verboom3. Par la suite, une commission militaire espagnole fut chargée, en 1903, de rédiger un historique du corps4, pour fêter à la fois son bicentenaire, le centenaire de son académie et enfin de ses troupes. Ces travaux sont publiés en 1911. Ce fut la première grande synthèse sur l’organisation du corps et son évolution. Julio Suárez Inclán s’attacha, dès 1903, à la personnalité de Lucuce. Il publia un ouvrage sur ses travaux et leur impact dans l’instruction militaire5. Depuis, ce corps est resté bien présent dans l’historiographie qu’elle soit écrite par des militaires ou par des civils. La revue d’Histoire militaire regorge d’articles de chercheurs militaires sur le corps ou les fortifications. Des historiens comme Juan Manuel Zapatero, Álvaro de la Piñera y Rivas et José María Rubio Paredes6 ont largement contribué à une meilleure connaissance des fortifications militaires américaines ou espagnoles. Des historiens de l’art et de l’urbanisme se sont intéressés aux travaux des ingénieurs en Espagne et dans les possessions d’outre-mer. José Antonio Calderón Quijano a publié plusieurs ouvrages sur les fortifications tant américaines qu’espagnoles7. María Lourdes Díaz-Trechuelo, quant à elle, a réalisé un travail remarquable sur les ingénieurs aux Philippines8. D’autres auteurs, comme Carlos Sambricio ou Antonio Bonet Correa, se sont consacrés à l’étude des travaux d’urbanisme et de cartographie du génie9. Des travaux sur la politique scientifique au xviiie siècle ont amené des chercheurs comme José Luis Peset et Antonio Lafuente à étudier le rôle des académies militaires10. Le travail le plus complet à ce jour sur les ingénieurs militaires espagnols est celui du groupe de chercheurs de l’université de Barcelone, dirigé par Horacio Capel Sáez, professeur au département de géographie humaine. Son équipe a conçu un répertoire biographique des ingénieurs et de leurs travaux. L’exploitation des sources archivistiques de la couronne d’Aragon leur a permis de retracer l’expérience professionnelle des ingénieurs en Catalogne, mais aussi de reconstituer leurs carrières. Au Servicio Histórico Militar, ces chercheurs ont consulté essentiellement la collection Aparici11, l’index des personnels du génie de Pascual12, des copies de l’Archivo General de Indias (Séville) et la collection de la cartothèque, d’une incroyable richesse. Grâce à une abondante bibliographie, ils ont eu accès aux travaux cartographiques des ingénieurs, à leurs travaux en Amérique et à leurs travaux civils13. À la suite de cette quête de données, un fichier de 970 individus a été constitué pour le xviiie siècle jusqu’en 1808. Grâce à ces données, Horacio Capel Sáez, Joan-Eugeni Sánchez, Omar Moncada ont publié, en 1988, un ouvrage de synthèse intitulé De Palas a Minerva : la formación científica y la estructura institucional de los ingenieros militares en el siglo xviii. Cet ouvrage retrace, tout d’abord, l’évolution institutionnelle du corps. Après avoir envisagé la tradition hispanique du génie, les auteurs évoquent les vicissitudes institutionnelles. Ils vont de la création d’un corps intégrant les étrangers venus aider le roi d’Espagne à conquérir son trône, à la codification stricte des grades et des fonctions en 1803. Les grandes tendances de cette analyse montrent un corps qui affirme sa volonté de reposer sur les compétences des hommes choisis. Dans un deuxième temps, les auteurs définissent avec précision et talent, les structures de la formation des ingénieurs, de la formation personnelle à celle acquise dans les académies militaires. Cette étude du système de formation professionnelle est très complète. Elle représente presque la moitié de l’ouvrage. Elle met en valeur non seulement l’importance d’une formation codifiée mais aussi l’impact des ingénieurs dans la progression des enseignements scientifiques en Espagne. Ce corps est vu comme un précurseur, même si l’élaboration de nouveaux manuels pratiques attendus pour la fin de siècle fut retardée. Enfin dans la troisième partie, la vie professionnelle de l’ingénieur militaire est analysée. Une ébauche de portrait de l’ingénieur est esquissée à la fois dans les carrières, les conditions de travail. La précarité de leurs situations est parfois abordée. Les conclusions auxquelles ils parviennent nous semblent tout à fait réalistes. Les ingénieurs composent un des rares corps de techniciens au service de la monarchie. Ils se transforment tour à tour en exécuteurs des travaux civils et en bras armé de la monarchie. La qualité et la quantité de travaux accomplis par un si petit nombre d’hommes14 sont étonnantes.

  • 15 J. M. Muñoz Corbalán, Los ingenieros militares de Flandes a España, thèse doctorale soutenue à l’un (...)
  • 16 Archives consultées à Cadix : Archivo del Gobierno Militar, Archivo Histórico Provincial, Archivo d (...)

5D’autres recherches sont venues au fil du temps compléter ces travaux. Celles de Juan Miguel Muñoz Corbalán15 sortent du commun des articles consacrés à une réalisation ponctuelle d’architecture ou de fortification. Il s’agit d’une thèse portant sur les travaux des ingénieurs militaires venus de Flandres en Espagne pendant la guerre de Succession. Ces recherches dévoilent un aspect nouveau sur les origines du corps et elles permettent de mieux saisir les liens entre les ingénieurs flamands, formés à l’académie de Bruxelles et la création du corps espagnol, de suivre l’action de Georges-Prosper Verboom, et de remettre dans le contexte politique de l’époque la naissance de ce corps de techniciens, enfin de comprendre, immédiatement, les rôles qu’il a joué en temps de paix comme en temps de guerre. L’idée d’un répertoire biographique a été reprise par María Gloria Cano Révora dans son étude des ingénieurs ayant servi à Cadix de 1697 à 1847. Après une courte synthèse sur l’historique du corps et sur la place forte de Cadix au xviiie siècle, vient le fichier biographique des 159 ingénieurs dont 97 sont effectivement intervenus à Cadix et aux alentours, entre la fin du xviie siècle et le début du xixe siècle (les 62 autres n’ont fait que passer en attente, d’affectation, à Cadix). L’auteur a exploité pour cela les données du répertoire de l’équipe d’Horacio Capel auxquelles elle a ajouté l’exploitation des sources gaditanes16 et celles de l’Archivo General Militar de Ségovie, sources qui complètent le fichier précédent. Un seul regret : María Gloria Cano Révora n’a tiré que des conclusions très brèves de ce travail de recherche.

  • 17 Francisco Sabatini (1721-1797). La arquitectura como metáfora del poder.

6Le corps des ingénieurs militaires a eu des figures emblématiques à sa tête comme Francisco Sabatini. S’il y eut des monographies sur certains ingénieurs, c’est le seul dont les travaux donnèrent lieu à une exposition. Celle-ci, ainsi que les articles publiés dans le catalogue17, nous éclairent sur l’omniprésence de cet homme dans l’architecture espagnole de 1760 à 1797. On mesure l’œuvre d’un architecte, ingénieur militaire, directeur de la branche d’architecture civile du corps. On y découvre aussi l’architecture espagnole des Lumières et le rôle des ingénieurs militaires dans celle-ci. Cet ingénieur eut une influence certaine sur le corps, même s’il reste une personnalité atypique dans le corps.

7À la lecture de ces travaux, un constat s’impose : le manque de dimension sociale et privée des analyses. Or, inscrire l’ingénieur dans son contexte social et le définir comme un élément de celui-ci est fondamental pour mieux saisir la réalité du corps dans l’Espagne du xviiie siècle. En effet, l’ingénieur apparaît comme un acteur essentiel de la société de son temps : créateur de nouveaux cadres architecturaux, concepteur d’un espace politique et territorial voulu par le pouvoir, militaire instruit et scientifique, il occupe une place particulière dans l’armée et dans le développement du pays. De manière à mieux le voir évoluer dans ce contexte, il est apparu intéressant de reprendre certaines questions concernant l’institution, l’homme et sa profession, en étoffant la réflexion grâce à de nouvelles données.

  • 18 M. Galland Seguela, « Archives militaires espagnoles et prosopographie ». L’expediente personal cor (...)
  • 19 Índice de los expedientes personales. Archivo General Militar de Segovia ; E. de Ocerín, Índice de (...)

8La consultation de sources non explorées jusque-là a été le premier pas de la constitution d’un fichier prosopographique. Il fallut donc se rendre dans des centres d’archives multiples : Archivo Histórico Nacional, Archivo General de Marina « Don Álvaro de Bazán », Archivo General de Indias, Servicio Histórico Militar à Madrid. La priorité fut cependant accordée aux sources militaires conservées à l’Archivo General de Simancas et à l’Archivo General Militar de Ségovie. Les archives de Simancas recèlent des trésors d’informations dans la section Secretaría de Guerra. On y trouve des sources aussi bien sur les individus que sur l’institution : « feuilles de service », de service, échanges de correspondance pour les avancements de carrière, soldes attribuées, sanctions infligées à certains ingénieurs ; autorisations accordées pour des congés, pour un mariage, ou une maladie, demandes de pension ou d’intégration au mont-de-piété. L’Archivo General Militar de Ségovie réserve aussi d’heureuses découvertes : les dossiers d’expediente personal et d’expediente matrimonial, mais aussi les dossiers de demandes de pension ainsi que les testaments ou les inventaires de biens18. Si pour les deux premières catégories de documents, des catalogues précis existent19 et facilitent le parcours du chercheur, pour les autres la recherche s’avère plus difficile. À l’époque de l’enquête, les catalogues étaient sommaires et la consultation de certaines sources soumise à restriction, ou pour le moins, à l’autorisation de consultation, délivrée par le directeur des archives. Autre difficulté, pour obtenir un dossier de demande de pension, il est impératif de connaître l’année de décès de l’officier et le nom complet de la veuve. Contrairement aux archives notariales où le nom du notaire est nécessaire pour retrouver les règlements de succession, aux archives militaires, il faut consulter une liste alphabétique des militaires ayant laissé une succession, pour en extraire le dossier. Malgré ces quelques difficultés, sans parler des horaires d’ouverture, il reste que ces documents contiennent une grande variété d’informations personnelles : cela permet d’établir le profil de la vie privée de l’individu tout en complétant son profil professionnel. Cependant, il ne faut pas négliger le fait que les sources documentaires présentent des lacunes certaines, ce qui entraîne une disparité entre les fiches établies.

9Le deuxième pas à franchir consistait en l’établissement de critères pour trier des renseignements selon un système de valeurs communes à tous. Cela s’impose pour le traitement informatique des données. L’inconvénient de ce tri est qu’il laisse de côté certains traits particuliers. Codifier le déroulement d’une carrière n’est pas difficile, mais il n’en va pas de même avec les données sur la vie privée. Résoudre ces problèmes impose de passer par la constitution de trois fichiers par ingénieurs liés entre eux par le numéro donné à l’ingénieur. Ces trois fichiers doivent couvrir les renseignements personnels, professionnels et familiaux de chaque individu. Cependant il reste encore des informations que seul un traitement manuel peut mettre en valeur, comme les inventaires de biens ou les testaments.

10Ce livre s’inscrit donc dans la ligne d’une démarche scientifique qui applique la prosopographie à l’étude d’un groupe social ou d’un corps administratif. Les données concernant 787 individus ont été analysées sans perdre de vue que certaines fiches sont incomplètes. La démarche prosopographique pousse à interroger les données sur les origines géographiques et sociales des membres du corps du génie, sur leurs parcours professionnels – carrière, formation, activités –, leurs stratégies familiales – mariages, origines géographiques et sociales des épouses, enfants et devenir, testaments –, leur culture. Ainsi, il est possible de saisir la place particulière qu’ils occupaient dans l’armée espagnole mais aussi dans la société de leur temps. Deux types d’approches sont nécessaires pour aller au plus près de la réalité : quantitative, fondée sur des statistiques concernant le plus grand nombre possible ; qualitative, présentant des cas particuliers ou en dehors de la norme.

  • 20 M. Bertrand, « Un vieil outil et l’ordinateur. De la prosopographie à l’histoire des relations soci (...)

11Cette étude reconstruit la réalité vécue par les ingénieurs militaires dans l’Espagne du xviiie siècle et établit un « profil moyen » des membres du groupe20. Dans un premier temps, il faut en quelque sorte « planter le décor ». Les ingénieurs se meuvent dans le cadre d’une institution qu’il est essentiel de connaître dans les moindres détails. Les règlements régissant les hommes permettent de comprendre la place que ces derniers occupent dans ce cadre administratif. On peut aussi évaluer leur rôle dans l’évolution des structures institutionnelles, ou encore le poids que fait peser l’institution sur leurs vies ainsi que la spécificité des individus, en observant les logiques professionnelles de leur parcours. Partir des origines, passer par la formation scientifique, observer les échelons de la carrière, permet de tracer une ébauche de la stature professionnelle des ingénieurs et d’apporter une réponse à certaines questions. L’appartenance de ces hommes à un corps nouveau – et presque unique – de techniciens au service du pouvoir, ne les conduit-t-elle pas à occuper une place originale au sein de l’armée ? L’instrumentalisation de ces hommes par le pouvoir leur permet-elle d’accéder à des postes enviables ? La troisième approche consiste à saisir l’ingénieur dans le cadre de sa vie privée, de sa vie sociale jusqu’à sa mort. L’étude des alliances matrimoniales, de l’avenir de leur descendance, la reconstitution – autant que faire se peut – des réseaux relationnels, du cadre de vie, deviennent des éléments primordiaux pour redonner vie à ces hommes.

Notes

1 AGS, GM, 2998, Reglamento que propone el ingeniero general Don Prospero de Verboom para los ingenieros que han venido de Flandes a esta frontera u frances… sobre el qual se podra hacer un reglamento general para los de todo el reyno en haviendo tenido conocimiento de la capacidad de los sugetos que se hallan en él (30 juillet 1710).

2 AGMS, 2e section décima, liasse 2, Circular de la nueva planta de ingenieros, Madrid, 31 de julio de 1802. En 1803, une ordonnance royale confirme la spécialisation militaire et les changements dans la hiérarchie. Ordenanza que S.M. manda observar en el servicio del Real Cuerpo de Ingenieros del Ejército.

3 Général H. Wauwermans, « Le marquis de Verboom, ingénieur militaire flamand au service de l’Espagne au xviie siècle ».

4 Estudio histórico del Cuerpo de Ingenieros del Ejército iniciado al celebrar en 1903 el primer centenario de la creación de su academia y de sus tropas, deux volumes consultables au Servicio Histórico Militar.

5 J. Suárez Inclán, El teniente General don Pedro de Lucuce.

6 J. M. rubio Paredes et Á. PIñera y Rivas, Los ingenieros militares en la construcción de la base naval de Cartagena.

7 J. A. Calderón Quijano, Historia de las fortificaciones en Nueva España ; Id., Las defensas del Golfo de Cádiz en la España moderna ; Id., Bibliografía de las fortificaciones españolas en América en la Edad Moderna.

8 M. L. Díaz-Trechuelo Spínola, Arquitectura española en Filipinas.

9 A. Bonet Correa, Andalucía barroca ; Id., Cartografía militar de plazas fuertes y ciudades españolas ; Id. (dir.), Bibliografía de arquitectura, ingeniería y urbanismo en España. C. Sambricio, La arquitectura española de la Ilustración ; Id., Territorio y ciudad en la España de la Ilustración ; Id., « Luigi Vanviteli y Francisco Sabatini sobre la influencia de la arquitectura italiana en España ».

10 A. Lafuente et J. L. Peset, « Las actividades e instituciones científicas en la España ilustrada » ; J. L. Peset, « La enseñanza militar y la nueva ciencia en la España ilustrada ».

11 La collection Aparici correspond aux travaux exécutés de 1846 à 1853 par une commission dirigée par le brigadier José Aparici y García, membre de la Academia de la Historia. Son équipe a recopié une somme impressionnante de documents appartenant à l’Archivo General de Simancas couvrant les xvie, xviie, xviiie siècles. Cependant, il faut rester prudent pour utiliser cette collection. Il faut savoir qu’aucune liasse de l’AGS n’a été recopiée dans son intégralité et on ignore les critères de sélection choisis par cette équipe pour faire son tri. De plus, certains de ces documents ont été résumés au lieu d’être recopiés. Donc il vaut mieux se rendre à Simancas pour traiter les archives en direct.

12 L. Pascual, Indice del personal de ingenieros en el siglo xviii.

13 J. A. Calderón Quijano, « Noticia de los ingenieros militares en Nueva España en los siglos xvii y xviii ».

14 H. Capel Sáez et alii, De Palas a Minerva, p. 345.

15 J. M. Muñoz Corbalán, Los ingenieros militares de Flandes a España, thèse doctorale soutenue à l’université de Barcelone, en septembre 1990 sous la direction des professeurs Horacio Capel Sáez et Joan-Ramon Triadó i Tur, et publiée par le ministère de la Défense en 1993.

16 Archives consultées à Cadix : Archivo del Gobierno Militar, Archivo Histórico Provincial, Archivo de la Iglesia de Santa Cruz, Archivos Municipales de Cadix et de Puerto Real.

17 Francisco Sabatini (1721-1797). La arquitectura como metáfora del poder.

18 M. Galland Seguela, « Archives militaires espagnoles et prosopographie ». L’expediente personal correspond au dossier du militaire constitué tout au long de sa carrière par ses supérieurs hiérarchiques. L’expediente matrimonial est un dossier réuni à partir de 1761 par les militaires pour demander l’autorisation de se marier.

19 Índice de los expedientes personales. Archivo General Militar de Segovia ; E. de Ocerín, Índice de los expedientes matrimoniales de militares y marinos.

20 M. Bertrand, « Un vieil outil et l’ordinateur. De la prosopographie à l’histoire des relations sociales », p. 125.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search