Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803

 | 
Martine Galland-Seguela

Remerciements

Texte intégral

1Tout d’abord, je tiens à remercier trois personnes grâce auxquelles j’ai pu mener ce travail à terme : Bernard Vincent, qui m’a soutenue dans ma démarche, qui a su me conseiller et m’a donné la chance de terminer ce travail tout en me mettant en contact avec d’autres chercheurs ; Janine Fayard-Duchêne, avec qui j’ai découvert les archives de Simancas et la recherche historique ; Jean-Pierre Dedieu, qui m’a accueillie à la Maison des Pays Ibériques et m’a aidée dans mes recherches prosopographiques.

2La liste des autres personnes auxquelles je suis redevable pourrait être longue parce que le travail d’un chercheur ne se résume pas à la solitude des archives, et à l’angoisse devant la page blanche. L’aide des archivistes – de Simancas ou de Ségovie –, l’appui des bibliothècaires de la Casa de Velázquez et les échanges avec d’autres chercheurs ont largement contribué à l’avancement de ce travail. Mais il ne faut pas négliger dans la progression du chercheur l’importance des amis qui vous entourent, que ce soit par leur aide scientifique ou morale. Je voudrais ici citer quatre personnes qui ont su, grâce à leurs capacités précieuses d’écoute, de relecture et leur soutien constant, m’épauler dans ce parcours de recherche : Françoise Crémoux, Xavier Huetz de Lemps, Claude Echard et Lydie Guérinot.

3Il me faut insister sur le fait que ce travail n’aurait jamais été possible sans la chance que j’ai eue d’être membre de la Casa Velázquez. Le séjour de deux années dans cet établissement m’a permis d’achever mes recherches en archives, dans une ambiance propice au travail et à l’échange avec d’autres chercheurs, mais aussi de découvrir un pays auquel je reste très attachée. Je profite de cette évocation de la Casa de Velázquez pour exprimer toute ma reconnaissance à son directeur, Jean-Pierre Étienvre, qui a accepté de publier mon travail, et à Marie-Pierre Salès et à Blanca Naranjo, du service des publications, pour leurs compétences et attentions.

4Ces remerciements ne peuvent se terminer sans assurer de toute mon affection mon mari Gilles, mes enfants Victor et Mathilde. Merci à eux pour leur patience et pour les efforts consentis.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search