Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Prose et poésie latines tardives transmises aux Carolingiens par l’intermédiaire de l’Espagne

Louis Holtz

Texte intégral

  • 1 Jacques Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris, É (...)

1Quel rôle a joué l’Espagne wisigothique dans la transmission jusqu’à nous de l’héritage littéraire de la Rome antique ? Il n’est pas facile de répondre à cette question simple, en dépit de l’œuvre d’Isidore de Séville qui, à elle seule, remplit la fonction d’une médiation entre le monde antique et tardo-antique et l’Europe médiévale1. L’étude de la tradition des auteurs antiques et patristiques n’est pas encore à ce point développée qu’il soit possible d’établir un bilan définitif de ce que fut la contribution de chaque région héritière de l’Empire Romain.

  • 2 Manuel Díaz y Díaz, La transmisión de los textos antiguos en la peninsula Ibérica en los siglos VI (...)

2Pour la péninsule Ibérique, notre ami Manuel Díaz y Díaz a procédé à un large tour d’horizon, il y a seize ans au cours de la XXIIe Semaine d’études sur le haut Moyen Âge du centre de Spolète, consacrée à la culture antique dans l’Occident latin du VIIe au XIe siècle2. Je m’empresse de dire que ses conclusions ne sont en aucune façon remises en cause, ni par les recherches de ceux qui depuis 1974 ont travaillé dans le même sens que lui (la plupart du temps sous sa direction), ni par la présente communication, qui de toute façon lui doit beaucoup. Dans la perspective de notre colloque qui prétend, comme tout colloque du CNRS, dynamiser un peu plus un secteur important, et qui a aussi pour objectif une intensification de la recherche sur l’Espagne entre chercheurs au nord et au sud des Pyrénées, j’essaierai de mettre l’accent sur la méthode qui pourrait nous permettre d’en savoir plus encore sur la dette que nous avons à l’égard de l’Espagne du haut Moyen Âge en matière de transmission de textes latins.

3Car, parmi les régions qui ont fourni des manuscrits anciens aux copistes carolingiens, nous savons mieux ce qu’a apporté l’Irlande ou l’Italie du Sud, zones marginales par rapport au royaume franc, où s’est produit le grand mouvement de récupération des textes de l’Antiquité romaine qui fonde aujourd’hui la connaissance que nous en avons. En fait l’Espagne wisigothique elle aussi est, dans une certaine mesure, marginale par rapport à l’axe principal du cheminement des livres, qui va de Rome aux îles Britanniques ou en Germanie à travers les pays mérovingiens ; ou plutôt, l’Espagne est située sur un axe secondaire, d’Afrique en Gaule ou d’Afrique vers les zones insulaires.

4Je retiendrai donc les grandes circonstances qui, sur ce plan, fondent l’originalité de l’Espagne du haut Moyen Âge : l’ancienneté de son passé romain et l’existence dans les siècles antérieurs d’une riche littérature hispano-romaine, l’unité politique et religieuse acquise au profit du royaume wisigothique et de l’orthodoxie, le rôle que jouent dans ce royaume l’Église et ses chefs, qui sont plusieurs à avoir laissé un nom dans le monde des lettres, mais qu’Isidore surpasse tous par un rayonnement allant dès son vivant bien au-delà des frontières du royaume, la conquête arabe et ses conséquences, le rôle enfin de la Septimanie longtemps disputée aux Francs, mais qui a fini par être une terre de rencontres culturelles avec eux.

5Mais quand nous parlons de textes latins, nous devons, je crois, tenir compte du fait qu’il s’est produit à la fin de l’Antiquité, avec plus ou moins de douceur selon les régions, une substitution d’une littérature à une autre littérature, je veux dire de la littérature tardo-antique à la littérature classique et impériale.

6Rome avait été présente en Espagne de façon continue depuis la seconde guerre Punique. Des colonies florissantes y avaient été de longue date établies, avec ce que cela suppose d’organisation de la vie sociale, notamment dans le domaine urbain, dans celui de l’école et de la culture. L’histoire de la littérature latine doit beaucoup à ces Romains d’Espagne que furent sur trois générations les Sénèque de Cordoue, le rhéteur, le philosophe précepteur de Néron, mais aussi de son neveu le poète Lucain. Le même siècle a vu naître Quintilien à Calagurris et Martial à Bilbilis en Tarraconaise, à une époque où la Gaule n’avait encore donné aucun écrivain de premier plan.

  • 3 Cf. K. D. Nothdurft, « Studien zum Einfluss Senecas auf die Philosophie und Theologie des zwölften (...)
  • 4 Cf. M. Manitius, Lit., 1, p. 112.
  • 5 Éd. Cl. W. Barlow, dans Martini opera, 1950, p. 236-250.
  • 6 Cf. Venance Fortunat, Epist. 5, 1, 17, MGH, auct. ant., p. 101. Cf. M. Manitius, Lit., 1, p. 110.

7Bien sûr, l’audience de ces œuvres majeures a tellement dépassé, dès leur conception, la terre d’Espagne, a tellement marqué la vie intellectuelle à Rome même, au cœur de la romanité, puis dans tout l’Empire, qu’il ne faut pas s’attendre à voir transiter si peu que ce soit par l’Espagne la chaîne de leur transmission : ces œuvres avant d’être hispaniques sont romaines. Mais force est de constater qu’au VIe et au VIIe siècle le souvenir de ces grands écrivains du passé hispano-romain n’avait pas complètement disparu de l’Espagne, bien plus, que des manuscrits de leurs œuvres se trouvaient encore dans la péninsule. Ainsi le Pannonien Martin, marchant deux siècles plus tard sur les traces de son saint patron Martin de Tours, possédait un ou plusieurs manuscrits de Sénèque3. La correspondance apocryphe entre Sénèque et saint Paul qu’il avait en main autorisait la démarche de l’évêque de Braga, qui fit servir l’œuvre du stoïcien à la conversion des Suèves. Son exemplaire du De ira était plus complet que les nôtres4. Il lisait le De officiis et les Lettres à Lucilius et, plus heureux que nous, le De uirtutibus, qui lui fournit le canevas de sa Formula honestae uitae, une œuvre morale qui a traversé les siècles en de multiples exemplaires5. S’agissait-il d’une tradition hispanique de Sénèque, sauvegardée jusque là par un effet de patriotisme littéraire, semblable à celui qui a inspiré à Vérone la conservation des œuvres de Catulle durant tout le Moyen Âge, ou à celui dont bénéficie pendant des siècles en Espagne même le poète Prudence ? Ou bien Martin, admirateur de Sidoine Apollinaire, correspondant de Venance Fortunat, qui lui fait compliment de sa culture philosophique6, a-t-il transporté jusque chez les Suèves sa bibliothèque personnelle ?

  • 7 Éd. F. Arévalo dans Migne, PL 83, col. 1107-1114 ; A. Riese, « Zur lateinischen Anthologie, Nachtr (...)

8Ce patriotisme littéraire explique sans doute indirectement la présence probable des œuvres de Martial et de Quintilien dans la bibliothèque d’Isidore de Séville, et sans doute aussi à Tolède dans celle d’Eugène. Les Versus in bibliotheca, dont on admet aujourd’hui la paternité isidorienne, s’inspirent des distiques de Martial7 : tout comme les distiques d’Eugène. S’inspirer d’un auteur implique lecture et même rumination, contact direct et non recours à des citations de seconde main.

  • 8 Cf. J. Fontaine, ibid., p. 324.

9Quant à Quintilien, Isidore a largement puisé dans l’Institution oratoire, mais il est difficile de décider s’il l’a fait directement, ou indirectement par des résumés, ou les deux à la fois8. Le fait même que le Sévillan lui emprunte de multiples passages sans prononcer son nom est lui-même ambigu. S’il s’agissait de Jérôme, on dirait « son silence équivaut à un aveu ». Mais vu l’état de la documentation dont disposait Isidore, il a bien pu puiser dans un résumé ou dans des extraits anépigraphes de Quintilien ; de la même façon, j’ai essayé de montrer qu’il semble avoir recopié littéralement des pages entières de Cassiodore à partir d’un exemplaire des Institutions humaines sans nom d’auteur.

10Et même le souvenir de Lucain ne s’était pas complètement évanoui du temps d’Isidore qui, à travers quelque commentaire aujourd’hui perdu, lui emprunte des données pour son De astronomia. À l’égard de ces trois écrivains hispano-romains, mais aussi à l’égard de Cicéron et de Pline, la démarche d’Isidore s’inscrit dans la continuité d’une longue fidélité : celle des maîtres d’école de l’Espagne romaine.

  • 9 U. Schindel, Die lateinischen Figurenlehren des 5. bis 7. Jahrhunderts und Donats Vergilkommentar, (...)

11Jacques Fontaine, dans son attentive auscultation des Étymologies d’Isidore, nous a, en tout cas, bien enseigné à ne pas prendre à la lettre les noms d’auteur qui se trouvent dans les Étymologies, pas plus qu’il ne faudrait prendre au sérieux les listes de sources que Jérôme donne dans ses préfaces : c’est la plupart du temps à travers d’humbles manuels scolaires, dont beaucoup ont disparu si quelques-uns nous sont parvenus, qu’Isidore a composé son encyclopédie, en faisant des citations de deuxième ou de troisième main et sans connaître toujours l’origine première des notes qu’il insérait. Il ne faut donc pas céder à la tentation d’interroger les sources de nos auteurs hispaniques, quand ces sources sont des œuvres d’écrivains profanes de la haute Antiquité. Entre nos auteurs et les écrivains du Ier siècle auxquels remonte en dernière analyse telle ou telle formule, se sont intercalés maints écrans. Ce qui est vrai pour ces textes de l’Antiquité devenus matière scolaire ne se vérifie pas de la même façon s’il s’agit d’écrits patristiques ou simplement d’écrits poétiques, hormis Virgile dont il a été démontré9 qu’Isidore possédait et exploitait le commentaire perdu de Donat, mais pas forcément le poète lui-même, ce qui ne veut pas dire non plus qu’il ne l’avait pas dans sa bibliothèque.

  • 10 Paris, les Belles Lettres 1. II, éd. P. K. Marshall, 1983 ; 1. X, éd. M. Reydellet, 1984 ; 1. XII, (...)

12Entre Isidore et Eugène ou Julien, comme entre Séville et Tolède, il y a une différence de nature. L’édition internationale des Étymologies10 montre, volume après volume, le très délicat agencement de sources dont résulte parfois (mais pas toujours) telle notice isidorienne. Les compilations de Julien sont d’une autre conception et procèdent par juxtaposition, selon une méthode qui annonce les compilations carolingiennes : les longues citations accompagnées de l’indication de leur provenance ne peuvent sortir que d’un exemplaire de l’auteur auquel elles sont empruntées, ainsi l’Antikeimenon.

13Il ne faudrait donc pas exagérer l’importance de l’apport antique et profane dans la culture sévillane et tolédane au point d’oublier la part prépondérante des auteurs patristiques dans la bibliothèque des grands personnages que nous venons d’évoquer.

14Cette disposition entre livres profanes et ouvrages patristiques est éclatante quand on lit les Versus in Bibliotheca d’Isidore. Elle est pareillement éclatante quand on jette un regard sur les manuscrits hispaniques de cette période qui sont parvenus jusqu’à nous, et c’est une sorte de contre-épreuve.

15L’échantillonnage de ces manuscrits reste, bien sûr, soumis au hasard des circonstances. Lorsque survint en 711 l’invasion arabe, des réfugiés, surtout des clercs, passèrent en Gaule ou en Italie et emportèrent avec eux des livres.

  • 11 Cf. E. A. Lowe, CLA 8, N° 1064.
  • 12 Ms. Lyon, Bibl. Mun. 443 (ff ° 162-226 et 232-279) + Paris, Bibl. nat., n.a.l. 1591. Cf. E. A. Low (...)
  • 13 Cf. Versus in bibliotheca, II, PL 83, col. 1108 sq.
  • 14 Ms. Paris, Bibl. nat. lat. 12907 (ff ° 225-232). Cf. E. A. Lowe, CLA 5, 620.

16Dans l’Antiquité comme au Moyen Âge, les livres ont toujours circulé. Il serait du reste faux de penser que les manuscrits venus d’Espagne n’ont circulé qu’à partir de la conquête arabe. La Septimanie a joué très tôt son rôle de zone de contact entre le regnum Gothiae et le regnum Francorum, et un centre comme Lyon semble avoir été d’une façon permanente en relation avec l’Espagne, bien avant l’invasion arabe. C’est ainsi que le manuscrit Berlin, Deutsche Staatsbibliothek Phillipps 176111 contenant la Lex Romana Wisigothorum, a été copié dans la seconde moitié du VIe siècle, vraisemblablement à Lyon même, sur un original wisigothique, et qu’un demi-siècle plus tard le commentaire d’Origène sur le Lévitique12 semble avoir été copié à Lyon encore, à partir d’un original hispanique. Nous connaissons en tout cas l’intérêt d’Isidore pour l’œuvre d’Origène et le jugement indulgent qu’il portait à son égard13. Enfin dans la première moitié du VIIIe siècle, soit à Arles soit à Lyon, ont été copiés les canons de l’Église d’Espagne qu’on lit dans le manuscrit 12097 de la Bibliothèque Nationale14. Ce n’est donc peut-être pas une coïncidence fortuite si au temps de Leidrad et de son prisonnier Félix d’Urgell, puis au temps d’Agobard, lui-même de culture hispanique, des mains wisigothiques copient ou complètent des manuscrits dans l’ancienne capitale des Gaules : les liens entre Lyon et l’Espagne étaient anciens.

17Que contiennent ces manuscrits dont l’écriture à elle seule dénonce l’origine, qu’elle soit onciale, semi-onciale ou, pour les plus récents, minuscule ?

  • 15 Mss. sûrement copiés dans la zone wisigothique (péninsule Ibérique ou Septimanie) avant l’invasion (...)
  • 16 Mss. peut-être copiés en Espagne avant l’invasion arabe : CLA 1, 111 (Espagne ou France) ; 6, 806 (...)
  • 17 Mss. Paris B. N. lat. 9533 (Augustin, Enarrationes in Psalmos) ; Paris B. N. lat. 12161, écriture (...)
  • 18 Deux de ces mss. sont représentés par les écritures inférieures du cod. León, Arch. Cath. 15 (Bibl (...)
  • 19 Cf. Iulianus Toletanus, excerpta ed. H. Hagen dans Anercdota Helvetica (= G. L. ed. H. Keil, t. VI (...)
  • 20 Autun B.M. 27 (+ Paris B.N., n.a.l. 1629) correspond à CLA 6, 727a et 728 ; Autun B.M. 107 (+ Pari (...)

18Un pointage minutieux des Codices Latini Antiquores (CLA) d’E. A. Lowe montre que nous avons conservé seize manuscrits15 – l’un est réduit à un seul folio – dont on soit sûr qu’ils ont été copiés en Espagne avant 711, auxquels s’ajoutent neuf autres codices dont l’origine hispanique reste hypothétique16. Sur ces seize manuscrits, les trois plus anciens17 datent du VIe siècle, cinq n’ont du reste jamais quitté l’Espagne18, et parmi ces cinq, quatre sont palimpsestes et ont été réutilisés sur place au IXe siècle, à une époque où le manque de parchemin, déjà sensible du temps de Julien de Tolède19, amenait à effacer même des Bibles ou la Lex Romana Wisigothorum. Les onze autres manuscrits sont dispersés dans les bibliothèques d’Europe et sur ce nombre six sont en France, dont les trois d’Autun20, qui sans doute ont été transférés à Autun après avoir été quelques années à Lyon.

***

  • 21 S. Gallen (Stiftsb. 194, pal.) contenant les Libri Satomonis ; León, Arch. Cath. 15 (pal.) ; El Es (...)
  • 22 Deux exemplaires des épîtres dans la version antéhiéronymienne (CLA 9, 1286 a et b).
  • 23 Paris B. N. lat. 9533 (s. VI) et Autun B.M. 107 (+ Paris B. N. n.a.l. 1629) s. VI-VII.
  • 24 Worcester, Cath. Add. 2 (s. VII) et Ghent B.M. 246 (s. VI-VII).
  • 25 Autun B.M. 27 + Paris B. N. n.a.l. 1629 (s. VII ex.) ; Autun B.M. 27 (s. VIII1) El Escorial R II 1 (...)
  • 26 Vercelli, B. Cap. CLVIII (s. VII), Actus Pétri.
  • 27 Paris B.N. lat. 12161 (pal.), Codex Euricianus ; León, Arch. Cath. 15 (pal.), Lex Romana wisigotho (...)
  • 28 Paris B.N. lat. 10233 (+ Bern, Stadtb. F. 219.3) s. VII.

19Faisons le compte : trois manuscrits de l’Ancien Testament21, deux du Nouveau22, deux manuscrits d’Augustin23, Enarrationes in Psalmos, deux manuscrits de Jérôme24, Lettres et Commentaire sur Matthieu, trois manuscrits d’Isidore25 ou d’œuvres attribuées à Isidore, un manuscrit d’Actes apocryphes26, deux manuscrits de droit27, un manuscrit de médecine28, quelques textes liturgiques. Ni livre de grammaire, ni d’auteur littéraire antique, ni même livre de poète chrétien.

  • 29 Cf. E. A. Lowe, CLA 5, 592.

20Il est clair que la littérature ecclésiastique a la meilleure part et que les arts libéraux ne sont représentés que par des textes techniques : le De natura rerum d’Isidore, les deux livres de droit, le recueil de médecine de Paris et de Berne contenant la Synopsis d’Oribase, le Depodagra de Rufus et des recettes médicales variées. Ce manuscrit, comme d’autres, porte les traces de sa longue migration. À l’époque carolingienne il se trouvait en Italie du Sud, au Moyen Âge à Chartres29.

  • 30 Glasgow, Hunterian Lib. T. 4.13 (s. VIII-IX) CLA 2, 156 ; Paris B.N. n a. I. 203 (s. VIII-IX) CLA (...)

21Cet important recueil de la fin du VIIe siècle n’est pas le seul à attirer notre attention sur l’intérêt que l’Espagne du haut Moyen Âge portait à la médecine, car trois autres manuscrits30 traitant de cette discipline et antérieurs à l’an 800 nous renvoient à l’Espagne. Sans y avoir été copiés, ils dépendent d’un original espagnol : ce sont un manuscrit de Glasgow, un manuscrit des nouvelles acquisitions latines de Paris et deux feuillets du fonds Baluze, récupérés peut être sur un manuscrit lyonnais : les deux premiers datent de la fin du VIIIe siècle, celui du fonds Baluze est plus vieux d’un siècle.

22Aux seize manuscrits que j’ai énumérés tout à l’heure, sûrement copiés en Espagne avant la conquête arabe, il faut en ajouter onze autres dont la provenance est incertaine.

  • 31 CLA 9, 1286 a et b.
  • 32 El Escorial R II 18 (CLA 11 1634).
  • 33 CLA 11, 1628 a, b et 1629.

23Quatre d’entre eux datant du VIe siècle posent le problème du transit par l’Espagne de manuscrits copiés en Afrique, et incidemment de l’influence qu’ont pu exercer les écritures africaines sur les écritures espagnoles. Car, sauf dans le cas des fragments des épîtres de Paul, de Munich et de Göttweig31, il s’agit d’auteurs africains : Cyprien, De bono patientiae, un fragment de l’ouvrage d’Optat de Milev contre les donatistes32 ; enfin il y a le manuscrit composite de la Chambre des Reliques de l’Escorial33, dont les deux parties sont unies entre elles depuis le début du VIIIe siècle au plus tard, et qui contiennent l’une un fragment du prêtre Eutrope, l’autre le De baptismo paruulorum d’Augustin. C’est ce manuscrit composite qui fournit sans doute le plus ancien exemple de minuscule wisigothique employée dans un livre, avec l’adjonction, survenue au VIIIe siècle, d’une formule de bénédiction du cierge pascal. Le livre, considéré comme une relique parce qu’il a longtemps passé pour être écrit de la main d’Augustin, se trouvait au VIIIe siècle dans un centre continental sous influence anglo-saxonne, puis un siècle plus tard a servi à Lorsch de modèle à un exemplaire actuellement à Oxford ; passé peut-être à Wissembourg, il est devenu la propriété de Trithème, puis acquis par Philippe II, a été donné à l’Escorial en 1566. En fait, des liens privilégiés ont toujours existé entre Espagne et Afrique, et sont illustrés par de multiples faits. Je prendrai deux exemples : c’est par l’Espagne, au temps d’Isidore qui en possède un exemplaire, que le grammairien africain Pompée commence son périple à travers l’Europe du haut Moyen Âge, un périple qui le mènera jusqu’en Irlande ; c’est sans doute aussi par la voie directe du détroit de Gibraltar que le texte du poète Dracontius se diffuse en Espagne, où Eugène de Tolède, à la demande du roi, en procure une édition corrigée. Mais il doit en être de même des œuvres de Cyprien et d’Augustin et de celles de Tertullien, que l’Espagnol Agobard fait recopier à Lyon au début du IXe siècle.

  • 34 CLA 2, 195 ; 3, 372 ; 373 ; 5, 640 ; 677 ; 6, 705 ; 7, 856 ; 11, 1630 ; 1635 ; 1638 ; Suppl. 1785 (...)
  • 35 El Escorial &. 1.14 ; P.I.8 ; Madrid B.N. Vitr. 14-3.

24L’invasion arabe ne réduisit pas à néant l’activité intellectuelle outre Pyrénées. En témoignent directement, dispersés dans le reste de l’Europe, une quinzaine34 de manuscrits conservés, copiés en Espagne ou en Septimanie dans la deuxième partie ou dans les dernières années du VIIIe siècle, dont trois manuscrits des Étymologies d’Isidore, de la famille dite espagnole35.

25Il est sûr que nous ne possédons qu’une partie infime des manuscrits qui existaient dans le royaume wisigothique ou qui ont été copiés en Espagne après 711, et que ces quelques survivants rendent insuffisamment compte des textes transmis par l’Espagne. Mais seule l’étude de la tradition des œuvres une par une permettrait de voir avec précision l’apport réel de l’Espagne à la transmission du patrimoine littéraire de l’Antiquité.

  • 36 L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical, Paris, 1981, p. 304 à 307, 384 à 38 (...)

26J’ai moi-même pris conscience de l’importance que revêtait pour le texte même la transmission à travers l’Espagne wisigothique des manuels du grammairien antique Donat, et de l’originalité de cette transmission, alors que nous ne possédons à proprement parler aucun manuscrit ancien de cette œuvre. Si j’évoque aujourd’hui cette recherche, déjà publiée36, ce n’est pas pour me répéter, mais pour attirer l’attention sur une méthode. Elle consiste essentiellement à exploiter les ressources proprement hispaniques, et en premier lieu les manuscrits, même tardifs, qui sont l’aboutissement d’une tradition hispanique.

  • 37 Ibid., p. 260 à 263 ; 459 à 461.
  • 38 Ibid., p. 397 à 399 ; 471 à 475.

27Tel est le cas, pour l’Ars Donati, du manuscrit 99-30 du chapitre de Tolède. La date n’en est pas établie avec certitude, mais sa première partie est beaucoup plus ancienne que la seconde ; j’ai proposé pour les premiers folios une datation haute au IXe siècle, mais en général cette première partie elle-même est assignée au Xe s. Ce qui, à mes yeux, est beaucoup plus important et garderait sa valeur même pour un manuscrit du XIIe siècle, c’est que dans le détail cette version, même écourtée, de l’Ars, correspond au texte qui est commenté à la fin du VIIe siècle à Tolède par Julien ou par quelqu’un de son entourage, et dont le commentaire dit de Julien nous a conservé le souvenir37. Je crois voir à certains détails que cette version était sans doute la même version que celle d’Isidore. La persistance en terre hispanique de cette version dont l’écho se retrouve par exemple à la fin du IXe siècle dans le Donat de Ripoll38, contaminé il est vrai par des rédactions plus nordiques, montre que des traditions intellectuelles héritées des temps wisigothiques se sont longtemps maintenues, en dépit de l’influence venue du Nord.

  • 39 La première partie des œuvres de Julien est éditée par J. Hillgarth, CCSL, 115, 1976. L’édition de (...)

28J’appliquerais volontiers la même méthode à quantité d’autres textes, dont nous possédons des versions en tradition indirecte et, juste retour des choses, je mettrais volontiers, comme on dit, en coupe réglée les compilations tolédanes, en particulier les ouvrages théologiques de Julien de Tolède39 ou des autres écrivains hispaniques du VIIe siècle, qui ne sont que des montages de textes et juxtaposent de longs passages, nommément empruntés à Augustin, Grégoire, Jérôme, Origène latin, etc. À partir de ces fragments, il est sans doute possible de caractériser la version proprement hispanique de ces textes patristiques, et de rechercher dans les manuscrits des mêmes œuvres copiés dans le reste de l’Europe durant tout le haut Moyen Âge ceux qui présentent cette version, c’est-à-dire qui remontent à des ancêtres hispaniques.

  • 40 Cf. L. Holtz, op. cit., p. 453-475.

29Quand j’applique cette méthode à la grammaire de Donat qui, avec les Disticha Catonis, est un des seuls textes de l’Antiquité profane à ne pas avoir été victime de la substitution de littérature dont je parlais au début, j’aperçois des descendants de la version tolédane en plein IXe siècle à Fleury-sur-Loire, à Saint-Gall, au mont Cassin, ce qui du reste ne m’étonne pas, car des manuscrits d’origine wisigothique s’y rencontrent aussi ; puis je constate que cette version subsiste dans des manuscrits plus tardifs, copiés en France ou en Italie40, avant de se fondre dans une sorte de vulgate faite du brassage de toutes les versions, brassage qui résulte du travail intensif des maîtres carolingiens sur ce texte pédagogique essentiel.

30Mais pour caractériser une version hispanique, il devrait être tenu compte aussi des manuscrits copiés en Espagne du IXe au XIIe siècle, qui ont toute chance d’avoir eu pour modèles des exemplaires plus anciens, hispaniques eux aussi. L’attention devrait se porter de préférence sur ceux d’entre eux qui sont en minuscule wisigothique et qui ont des chances d’être les héritiers d’une lignée homogène. Car quelle que soit l’influence des pays francs à partir du IXe siècle, il est moins facile d’admettre qu’un manuscrit en minuscule wisigothique ait comme ancêtre un manuscrit en minuscule Caroline, que la situation inverse.

31La combinaison de tous ces facteurs, tradition indirecte, symptômes wisigothiques (je veux dire survivance de certains abréviations typiques), manuscrits copiés en Espagne, définit à proprement parler une tradition hispanique de longue durée, prenant sa source à la fin de l’Antiquité tardive, quand les écritures communément employées dans les livres, onciale, semi-onciale et minuscule, ne s’étaient pas encore localement différenciées ou commençaient à peine à le faire. Mais d’autres traits, visibles au premier coup d’œil parce qu’ils sont de nature codicologique, peuvent également mettre sur la voie d’une telle tradition.

  • 41 Cf. L. Holtz, « La destinée scolaire des poètes chrétiens dans l’Espagne wisigothique », art. à pa (...)

32Je prendrai encore un exemple dans le domaine de l’école de grammaire. On sait que très tôt dans la zone hispanique les poètes latins classiques, Virgile, Lucain, Térence, par un effet de la substitution dont je parlais, ont été peu à peu remplacés dans ce qui subsistait des institutions scolaires par les poètes chrétiens Juvencus, Prudence, Sédulius, Dracontius. Ceci peut être montré facilement à l’aide de quelques textes pédagogiques du haut Moyen Âge41.

  • 42 Éd. Fr. Glorie CCSL 133 A, 1968, p. 743-820.
  • 43 Éd. Maria A. H. Maestre Yenes, Tolède, 1973.

33Ainsi l’opuscule De dubiis nominibus42 sur le genre incertain des noms, composé à la fin du VIe siècle soit en Aquitaine soit en Espagne, présente-t-il un nombre considérable de cas où l’exemple virgilien traditionnel est renforcé d’un autre exemple emprunté à Prudence ou à Juvencus, deux poètes espagnols. Tel est encore le cas pour l’Ars de Julien de Tolède43, qui multiplie elle aussi les citations poétiques de ce genre, et qui dans le petit traité de métrique de Mallius Théodorus, qu’elle remanie, double les exemples empruntés à Horace par d’autres exemples empruntés à Prudence. Insulaires et Anglo-saxons ne feront du reste que suivre en ce domaine le modèle hispanique.

  • 44 M. Vendreu Peñaranda, « Estudio del códice de Azagra, Bibl. Nacional de Madrid, Ms. 10029 », dans (...)

34C’est à la lumière de ces faits qu’il faut interpréter le recueil poétique à usage scolaire que représente le fameux codex d’Azagra, le manuscrit 10029 de la Biblioteca Nacional de Madrid, anciennement au chapitre cathédral de Tolède sous la cote 30-22. Une excellente analyse en a été présentée en 1979 par Madame Vendrell Penãranda44. Cette étude remarquable retrace l’origine des différents recueils qui composent le manuscrit à partir d’éléments originaires, les uns de Tolède un peu après Eugène, d’autres de Cordoue, où la plus grande partie du manuscrit a été copié, jusqu’à son arrivée à Oviedo quelques années plus tard. Là, le manuscrit a été complété, et Madame Peñaranda croit pouvoir l’identifier avec un livre porté au catalogue de la bibliothèque capitulaire d’Oviedo et qui date des dernières années du IXe siècle.

  • 45 Éd. Nicoló Messina, Pseudo-Eugenio de Toledo, Spéculum per un nobile visigoto, Universidad de Sant (...)

35Le contenu en est remarquable : Dracontius avec la préface d’Eugène, Corippus, Éloge de l’empereur Justin et d’Anastase, exemplaire unique qui montre qu’il était resté à Cordoue un fonds important originaire d’Afrique (ce que confirme la présence, un peu plus loin, de dix vers de Verecundus de Junca), des hymnes de Sédulius, des distiques d’Eugène de Tolède, des poèmes de Martin de Braga, ce qu’on appelle l’Appendix Eugeniana45, poèmes écrits dans le cercle d’Eugène, des extraits des Disticha Catonis, les quatre livres de Juvencus, l’épître à Chilpéric de Venance Fortunat, une série de poèmes d’auteurs cordouans, Cyprien, Vincent, des anonymes, le dossier de saint Euloge par Alvare de Cordoue, quelques poèmes rythmiques, et pour finir les vers de Damase sur saint Paul.

  • 46 Ms. Paris, B. N. lat. 8093-1 + Leiden, Bibl. der Rijksun. Voss. Lat. F 111. Pour la bibliographie, (...)

36Cette remarquable anthologie fait songer à une autre anthologie, celle que représente le fameux codex Salmasianus46 copié à Lyon vers l’an 820, du temps d’Agobard.

  • 47 Œuvre transmise par un unique ms., Paris, B.N. lat. 2627, originaire de Moissac et remontant à un (...)

37En dépit d’études remarquables, il reste bien des recherches à faire sur le cheminement des textes transmis par l’Espagne ; il faut tous les prendre en compte, et non pas seulement ceux qui n’ont été transmis que par l’Espagne, si importants soient par exemple les poèmes de Corippus, ou le De mortibus persecutorum de Lactance47, dont toutes les œuvres, y compris sa correspondance perdue, devaient se trouver dans la bibliothèque d’Ossius de Cordoue.

38Dans l’Espagne du VIIe siècle, l’activité scolaire à Tolède, héritière de Séville, et dans plusieurs autres centres, a été assez forte et variée pour qu’il se crée un nouveau canon des auteurs, reflet d’une délicate synthèse à l’intérieur de la culture chrétienne. Certes, le phénomène est sans doute resté limité à une petite élite. Mais il a exercé une influence durable sur les Insulaires dès le VIIe siècle, puis un siècle après sur les Carolingiens eux-mêmes, qui, d’un même élan, ont recueilli de l’Espagne, avec passion, les deux éléments de cette culture nouvelle, le goût pour la poésie, le goût pour l’étude.

Notes

1 Jacques Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris, Études Augustiniennes, 1983, XXI-1017-1243 (réédition de la thèse de 1959 augmentée d’un troisième volume de notes complémentaires).

2 Manuel Díaz y Díaz, La transmisión de los textos antiguos en la peninsula Ibérica en los siglos VII-XI, Settimana XXII, 1, p. 133-178.

3 Cf. K. D. Nothdurft, « Studien zum Einfluss Senecas auf die Philosophie und Theologie des zwölften Jahrhunderts », dans Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters, VII, 1963 et c. r. de M. Spanneut, « Sénèque au Moyen Âge. Autour d’un livre », dans Recherches de théologie ancienne et médiévale, 31, 1964, 32-42.

4 Cf. M. Manitius, Lit., 1, p. 112.

5 Éd. Cl. W. Barlow, dans Martini opera, 1950, p. 236-250.

6 Cf. Venance Fortunat, Epist. 5, 1, 17, MGH, auct. ant., p. 101. Cf. M. Manitius, Lit., 1, p. 110.

7 Éd. F. Arévalo dans Migne, PL 83, col. 1107-1114 ; A. Riese, « Zur lateinischen Anthologie, Nachträge und Beiträge », dans Rheinisches Museum, 65, 1910, p. 495-503 ; Charles H. Beeson, dans Isidorstudien, München 1913, p. 495-503. - Cf. J. Madoz, « Nuevas fuentes de los « Versus Isidori », dans Estudios eclesiásticos, 21, 1947, p. 217-223. Sur la signification de ces Versus, cf. J. Fontaine, Isidore de Séville, p. 735 sqq. Sur la dette d’Isidore envers Martial, ibid., p. 173. - Cf. également A. Ortega, « Los Versus Isidori », dans Helmantica, 12, 1961, p. 261-299, et G. Bernt, « Das lateinische Epigramm im Uebergang von der Spätantike zum frühen Mittelalter », dans Münchener Beiträge, 2, München 1968.

8 Cf. J. Fontaine, ibid., p. 324.

9 U. Schindel, Die lateinischen Figurenlehren des 5. bis 7. Jahrhunderts und Donats Vergilkommentar, Göttingen, 1975, et L. Holtz, « À l’école de Donat, de saint Augustin à Bède », dans Latomus, 36, 1977, p. 522-538.

10 Paris, les Belles Lettres 1. II, éd. P. K. Marshall, 1983 ; 1. X, éd. M. Reydellet, 1984 ; 1. XII, éd. J. André, 1986 ; 1. XVII, éd. J. André, 1981.

11 Cf. E. A. Lowe, CLA 8, N° 1064.

12 Ms. Lyon, Bibl. Mun. 443 (ff ° 162-226 et 232-279) + Paris, Bibl. nat., n.a.l. 1591. Cf. E. A. Lowe, CLA 6, 774 b.

13 Cf. Versus in bibliotheca, II, PL 83, col. 1108 sq.

14 Ms. Paris, Bibl. nat. lat. 12907 (ff ° 225-232). Cf. E. A. Lowe, CLA 5, 620.

15 Mss. sûrement copiés dans la zone wisigothique (péninsule Ibérique ou Septimanie) avant l’invasion arabe : CLA 2, 263 ; 4, 468a ; 515 ; 5, 587 ; 592 ; 626 ; 6, 727a ; 728 ; 729 ; 7, 918 ; 10, 1556 ; 11, 1628b ; 1631 ; 1632 ; 1636 ; 1637.

16 Mss. peut-être copiés en Espagne avant l’invasion arabe : CLA 1, 111 (Espagne ou France) ; 6, 806 (Afrique ou Espagne) ; 823 (Espagne, Italie ou France) ; 8, 1121 (Espagne, Italie ou France) ; 11, 1628a (Afrique ou Espagne) ; 1629 (Afrique, Espagne ou Italie) ; 1633 et 1634 (Espagne probable) ; 1640 (Italie ou Espagne).

17 Mss. Paris B. N. lat. 9533 (Augustin, Enarrationes in Psalmos) ; Paris B. N. lat. 12161, écriture inférieure (Codex Euricianus) ; München Clm 6436 + Universitätsbibliothek 4° 928 + Göttweig s.n. (Épîtres de saint Paul, version antéhiéronymienne).

18 Deux de ces mss. sont représentés par les écritures inférieures du cod. León, Arch. Cath. 15 (Bible ; Lex romana Wisigothornm) et deux autres par les écritures inférieures du cod. El Escorial R II 18 (Octateuque ; Isidore, De nat. rerum).

19 Cf. Iulianus Toletanus, excerpta ed. H. Hagen dans Anercdota Helvetica (= G. L. ed. H. Keil, t. VIII), p. CCXXVI, 32.

20 Autun B.M. 27 (+ Paris B.N., n.a.l. 1629) correspond à CLA 6, 727a et 728 ; Autun B.M. 107 (+ Paris B. N. n.a.l. 1629) à CLA 6, 729.

21 S. Gallen (Stiftsb. 194, pal.) contenant les Libri Satomonis ; León, Arch. Cath. 15 (pal.) ; El Escorial R II 18 (pal.).

22 Deux exemplaires des épîtres dans la version antéhiéronymienne (CLA 9, 1286 a et b).

23 Paris B. N. lat. 9533 (s. VI) et Autun B.M. 107 (+ Paris B. N. n.a.l. 1629) s. VI-VII.

24 Worcester, Cath. Add. 2 (s. VII) et Ghent B.M. 246 (s. VI-VII).

25 Autun B.M. 27 + Paris B. N. n.a.l. 1629 (s. VII ex.) ; Autun B.M. 27 (s. VIII1) El Escorial R II 18 (pal.) s. VII ex.

26 Vercelli, B. Cap. CLVIII (s. VII), Actus Pétri.

27 Paris B.N. lat. 12161 (pal.), Codex Euricianus ; León, Arch. Cath. 15 (pal.), Lex Romana wisigothorum.

28 Paris B.N. lat. 10233 (+ Bern, Stadtb. F. 219.3) s. VII.

29 Cf. E. A. Lowe, CLA 5, 592.

30 Glasgow, Hunterian Lib. T. 4.13 (s. VIII-IX) CLA 2, 156 ; Paris B.N. n a. I. 203 (s. VIII-IX) CLA 5, 676 ; Paris, B.N. Baluze 270 (s. VII-VIII) CIA 5, 519.

31 CLA 9, 1286 a et b.

32 El Escorial R II 18 (CLA 11 1634).

33 CLA 11, 1628 a, b et 1629.

34 CLA 2, 195 ; 3, 372 ; 373 ; 5, 640 ; 677 ; 6, 705 ; 7, 856 ; 11, 1630 ; 1635 ; 1638 ; Suppl. 1785 et aussi mais d’une façon plus hypothétique 2, 156 ; 5, 653 ; 678.

35 El Escorial &. 1.14 ; P.I.8 ; Madrid B.N. Vitr. 14-3.

36 L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical, Paris, 1981, p. 304 à 307, 384 à 386, 453 à 459.

37 Ibid., p. 260 à 263 ; 459 à 461.

38 Ibid., p. 397 à 399 ; 471 à 475.

39 La première partie des œuvres de Julien est éditée par J. Hillgarth, CCSL, 115, 1976. L’édition de l’Antikeimenon est programmée dans la seconde partie.

40 Cf. L. Holtz, op. cit., p. 453-475.

41 Cf. L. Holtz, « La destinée scolaire des poètes chrétiens dans l’Espagne wisigothique », art. à paraître dans les Mélanges Jacques Fontaine.

42 Éd. Fr. Glorie CCSL 133 A, 1968, p. 743-820.

43 Éd. Maria A. H. Maestre Yenes, Tolède, 1973.

44 M. Vendreu Peñaranda, « Estudio del códice de Azagra, Bibl. Nacional de Madrid, Ms. 10029 », dans Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 82 (1979), p. 655-705.

45 Éd. Nicoló Messina, Pseudo-Eugenio de Toledo, Spéculum per un nobile visigoto, Universidad de Santiago de Compostela (Monografías de la Universidad de S. de C., 85).

46 Ms. Paris, B. N. lat. 8093-1 + Leiden, Bibl. der Rijksun. Voss. Lat. F 111. Pour la bibliographie, voir B. Munk Olsen, L’étude des auteurs classiques latins au XIe et XIIe siècles, t. 1, Paris, 1982, p. 74 sq.

47 Œuvre transmise par un unique ms., Paris, B.N. lat. 2627, originaire de Moissac et remontant à un modèle en écriture wisigothique. Cf. éd. J. Moreau (Coll. Sources Chrétiennes 39, Paris, 1954), p. 73 sq.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search