Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

La figure d’Isidore de Séville à l’époque carolingienne

Jacques Fontaine

Texte intégral

  • 1 Sur ces deux conciles, partir des analyses de José Orlandis, dans J. Orlandis – D. Ramos Lisson, Hi (...)
  • 2 Textes latins et références donnés ib. p. 865-866. Les deux verbes restaurare et reciprocare exprim (...)
  • 3 J. Orlandis, op. cit. (sup. n. 1), p. 261 et 263, titre son chapitre sur le IVe Concile : « La obra (...)
  • 4 Dès le VIIIe siècle, le Chronicon Albeldense, 44, 1, p. 24 (et note, p. 86), éd. Bonnaz, en une phr (...)

1L’Espagne venait de recouvrer son unité politique, religieuse, territoriale sous les rois wisigoths, quand en 633 Isidore de Séville acheva, par les décisions du IVe Concile tolédan, l’œuvre de restauration inaugurée à Tolède en 589 par son frère aîné Léandre, inspirateur de ce IIIe Concile qui avait scellé la conversion des Wisigoths au catholicisme. L’œuvre littéraire d’Isidore est toute entière inséparable d’une telle action, au double service de l’Église et du pouvoir royal1. Ce n’est donc pas pour satisfaire un goût encore antique de l’érudition, qu’il a « restauré les monuments des anciens » et « fait renaître les principes de la sagesse romaine », comme l’ont dit avec admiration Braulion de Saragosse, puis Valère du Bierzo, au début et à la fin du VIIe siècle2. Toutes ses œuvres sont bien fonctionnelles, au sens où elles sont ordonnées à un même dessein pratique : restaurer l’Église d’Espagne et, par elle, la société hispanique, dans l’ordre de la culture, de la morale, et même des institutions3. C’est bien pourquoi les œuvres d’Isidore continueront d’apparaître au Moyen Âge hispanique comme la charte de cet « ordre des Goths » que les rois asturiens auront l’ambition de rétablir à Oviedo, avec le dessein de l’étendre ensuite à une Espagne reconquise sur l’Islam4.

  • 5 La liste « canonique » établie par la critique moderne n’a guère changé depuis la synopse chronolog (...)
  • 6 Excellente mise au point de B. Bischoff, « Die europäische Verbreitung der Werke Isidors von Sevill (...)
  • 7 On peut glaner beaucoup dans les apparats des œuvres carolingiennes éditées dans les MGH : poèmes, (...)

2C’est aussi dans cette perspective qu’il faut se placer, pour apprécier justement le rôle joué par les 17 œuvres littéraires d’Isidore5 dans la culture de l’Europe médiévale, en Espagne et surtout hors d’Espagne. On peut repérer d’abord leur sillage grâce à ces « traceurs » que sont pour nous les copies les plus anciennes de ces œuvres, le réseau complexe de leurs circulations6, leur présence explicite ou invisible chez des auteurs qui, directement ou non, ont beaucoup lu le Sévillan et doivent en avoir retenu bien plus qu’on n’en a découvert jusqu’ici7. Mais tout en tenant compte des résultats déjà substantiels acquis par ces méthodes, le titre de la présente étude montre que notre projet est distinct. Au-delà du bilan objectif dressé par les codicologues et les explorateurs des sources, nous tenterons en effet de cerner quelques formes majeures de la représentation que se sont faite d’Isidore de Séville de grands écrivains de l’âge carolingien : plus précisément, d’identifier trois aspects de cette figure d’Isidore qui commence alors de s’inscrire dans la mentalité culturelle de ces siècles déjà européens.

  • 8 L’exemple du De ordine creaturarum montre que l’essor des Pseudo-Isidoriana a sans doute commencé t (...)

3Une telle étude se heurte d’emblée à bien des difficultés. D’abord des illusions d’optique : en amont d’Isidore, les jeux de reflets et de diffractions entre Isidore et ses sources augustiniennes et grégoriennes ; en aval de ses 17 œuvres reconnues, le mare magnum des pseudo-Isidore, donnés et accueillis comme authentiques par les faussaires médiévaux et leurs lecteurs8. D’autre part, comment apprécier l’Isidore « invisible et présent » en tant de citations muettes, souvent minuscules, de ces Étymologies qui, entre toutes les œuvres d’Isidore, ont informé le plus profondément la langue, les catégories intellectuelles et même l’idearium de tant d’auteurs carolingiens ? Non moins redoutables sont les problèmes posés par les eaux mêlées de tant de sources, d’abord dans la culture d’Isidore, puis dans celle de ses lecteurs.

  • 9 En vertu d’une logique paradoxale, bien des Pseudo-Isidore n’ont réussi à imposer leur attribution (...)

4Il reste pourtant qu’en dépit des méthodes souvent sommaires de la réécriture isidorienne, il se dégage déjà des 17 œuvres authentiques du Sévillan, et de ses quelques lettres conservées, le portrait d’un auteur personnel et singulier, qui n’est pas réductible à Augustin, à Grégoire, ni à Cassiodore9. Comment les carolingiens l’ont-ils perçu et reçu, pour l’essentiel ? Comme un maître à penser, qui d’abord fait autorité en matière de doctrine, à l’égal des plus grands théologiens antérieurs. Ensuite – et par suite –, comme un garant de l’entreprise carolingienne de réformation de l’Église et de l’État. Enfin, comme un exégète de la nature, aux sens forts, respectivement chrétien et antique, de ces deux mots.

  • 10 Sur l’originalité des méthodes isidoriennes et la médiation efficace exercée par Isidore entre les (...)
  • 11 Texte, traduction et notes d’Augustin, De doctrina christiana, éd. Combès et Farges (Coll. Biblioth (...)
  • 12 Etym. 6, « De libris et officiis ecclesiasticis » ; 7, « De Deo, angelis et sanctis » ; 8, « De ecc (...)

5Le souverain magistère intellectuel exercé par Isidore dans le millénaire européen qui l’a suivi ne résulte pas seulement de l’efficacité de ses méthodes de pensée « pangrammaticales », ni de ses méthodes de travail, si bien appropriées aux fins et aux moyens de l’éducation intellectuelle en ces temps nouveaux10. Ce magistère est inséparable de celui d’un docteur de l’Église, expressément reconnu comme tel. La doctrina christiana de l’évêque Isidore est à entendre d’abord, dans le rayonnement du traité d’Augustin qui porte ce titre11, comme celle d’un doctor ; au sens d’un enseignant consacré, de la doctrine orthodoxe autant que de toutes les connaissances intellectuelles qui donnent accès à cette doctrine à travers une intelligence chrétienne de la Bible. D’où l’importance considérable des emprunts carolingiens aux trois livres 6 à 8 des Étymologies : ce compendium de science sacrée où les réalités chrétiennes sont exposées à travers le sens des mots qui les désignent12.

  • 13 Les huitième et quinzième Conciles de Tolède, respectivement réunis en 653 et 688, (p. 276 et 462 é (...)
  • 14 On sait que les courants hétérodoxes ont été nombreux dans l’histoire du christianisme espagnol : n (...)
  • 15 Sur l’adoptianisme, sélectionnons trois titres : H. Quillet, S. V. adoptianisme, dans DThC, 1,1930, (...)
  • 16 Elipand, Epístola episcoporum Hispaniae ad Karolum Magnum (a. 792-793 : M. C. Díaz y Díaz, ICLMAH, (...)
  • 17 Ainsi Romains 8, 15 ; 8, 23 ; et surtout 8, 29, déjà cité à ce propos dans le texte d’ISID. diff. 2 (...)

6Déjà confirmée par certains Conciles de Tolède, qui l’avaient cité respectueusement comme un doctor egregius parmi d’autres autorités patristiques13, cette reconnaissance d’Isidore de Séville comme docteur de l’Église n’est pas allée de soi au Nord des Pyrénées. L’ancien arianisme des Wisigoths, les relations mutuellement susceptibles entre les archevêques de Tolède et la papauté, la floraison récente de diverses hétérodoxies chrétiennes dans la péninsule envahie par l’Islam : tout cela, chez les évêques de la Gaule franque, fomentait le soupçon envers un pays qui put leur sembler déjà celui des heterodoxos españoles14 Ce soupçon faillit atteindre Isidore lui-même, lorsque l’archevêque Elipand de Tolède invoqua son autorité à l’appui de l’hérésie adoptianiste15. Dans une lettre à Charlemagne, Elipand se réfère au « très illustre docteur de l’Espagne, le bienheureux Isidore », et il cite comme un texte « adoptianiste » un passage des Étymologies. Isidore, en fait, n’y appuie guère la thèse d’un statut de « fils adoptif » pour le Fils de Dieu : « Il est premier né pour avoir assumé la nature humaine, dans laquelle il daigna avoir des frères par la grâce de l’adoptio »16. Quelle adoption ? Elipand entendait à contre sens : l’adoption trinitaire du Fils par le Père. Ses adversaires rectifièrent justement : l’adoption des hommes, devenus dans le Christ des fils adoptifs de Dieu, comme saint Paul l’avait répété, en particulier au chapitre 8 de l’Épître aux Romains17.

  • 18 ALC. epist. 182 (en fait, d’Elipand de Tolède à Alcuin), MGH, epist. 4, p. 301, 3 : « sanctorum uen (...)

7Pour appuyer ses thèses, l’hérésiarque Elipand ne se réclame donc pas seulement des plus grands docteurs de l’Église ancienne, mais aussi d’Isidore de Séville, qu’il associe à ces docteurs comme un égal : il nomme ainsi d’une traite « Ambroise, Augustin, Hilaire et Jérôme », puis « Athanase, Hilaire, Ambroise, Augustin, Isidore ». Et il célèbre le Sévillan comme la plus haute lumière théologique de l’Espagne : « le bienheureux Isidore, éclat céleste de l’Église, astre de l’Hespérie, docteur de l’Espagne »18.

  • 19 ALC. epist. 166 à Elipand de Tolède, MGH, epist. 4, p. 224, 8 sq. : « Maior quoque auctoritas docto (...)
  • 20 ALC. Aduersus Elipandum 2, 8, PL 101, 266 a : « Beatissimi itaque Isidori clarissimi doctoris non s (...)

8Devant cette revendication hispanique de l’autorité isidorienne, Alcuin ne se contente pas de critiquer minutieusement l’erreur adoptianiste. Il montre explicitement comment la théologie hispanique était, en fait, parfaitement orthodoxe sur le point contesté. Il est ainsi amené à délivrer à Isidore de Séville ses lettres les plus patentes de docteur orthodoxe de l’Église universelle : « L’autorité des docteurs du monde entier doit être plus grande que celle de quelques-uns en Espagne. Or donc, le bienheureux Isidore, l’homme le plus illustre qu’ait jamais connu l’Espagne, propose bien des noms du Christ Dieu dans ses Étymologies et ses autres écrits ; mais nous ne trouvons en aucun passage qu’il nomme le Christ Fils de Dieu adoptif ou purement nominal. Au contraire, nous le voyons toujours en accord avec la foi catholique de l’Église universelle »19. Et Alcuin est encore plus explicite dans son traité Contre Elipand : il y proclame Isidore « très illustre docteur non seulement de l’Espagne, mais d’absolument toutes les Églises de langue latine »20.

  • 21 Dans le contexte ultérieur (ib.), Alcuin vante en ces termes l’orthodoxie christologique des concil (...)
  • 22 Ib., c. 266a : « Sed et Iuuenci presbyteri atque optimi scholastici, quem beatus Hieronymus laudat, (...)
  • 23 ALC. epist. 203 ad Karolum, ib., p. 337, 6 : « necnon et Ysidori Hispaniensis et Iuuenci eiusdem pr (...)

9Ce souci de blanchir de tout soupçon d’hérésie « subordinatienne » la tradition hispanique amène aussi Alcuin, dans le même traité, à joindre à l’autorité d’Isidore celle de bien d’autres théologiens espagnols. Ainsi les Pères des Conciles de Tolède : dans les canons de ces conciles, dit Alcuin, « nous avons reconnu qu’il n’y avait rien de neuf ni de contraire aux anciens Pères, mais que tout a été écrit, de bout en bout, d’une plume catholique »21. À l’autorité des Pères de Tolède et à celle d’Isidore, Alcuin associe dans le même texte celle du plus ancien poète latin chrétien, Juvencus d’Elvire, un contemporain de Constantin ; il rappelle l’éloge qu’en avait fait saint Jérôme, avant de citer quatre hexamètres de ce poète sur le Christ fils de Dieu (et non pas fils adoptif)22. Cette association reparaît dans une lettre du même Alcuin à Charlemagne, où sont présentés à part, comme des autorités théologiques, « Isidore l’Espagnol, et Juvencus, un savant écrivain de la même province » ; ceci au terme d’une liste qui va d’Augustin à Bède le Vénérable et Grégoire de Nazianze23.

  • 24 Non seulement dans la campagne de Saragosse et à Roncevaux, mais même dans la reconquête de la futu (...)
  • 25 Et avec lui, la querelle fit ressortir, face aux prétentions d’Elipand, l’accord entre la majorité (...)

10Dans le nouvel Empire (puisque cette dernière lettre est de l’an 800), l’Espagne, vue de Rome et d’Aix, semble ainsi redevenue une province de l’Occident. On sait que la réalité fut moins glorieuse pour Charlemagne24. Mais l’important est, pour nous, qu’une telle prise de position à la cour carolingienne levait toute équivoque sur la valeur de l’apport d’Isidore et des Espagnols à l’orthodoxie chrétienne occidentale. Le maître des mots était aussi et d’abord proposé comme un maître de pensée – de doctrine au sens chrétien du mot. Le faux pas d’Elipand avait ainsi paradoxalement entraîné, au sommet de l’Empire, la proclamation publique d’Isidore comme docteur hispanique de l’Église d’Occident, c’est-à-dire, d’abord, de l’Europe carolingienne25.

***

  • 26 Quelques titres importants : outre le petit livre suggestif et discuté de J. Fleckenstein, Die Bild (...)

11Mais Isidore ne doit pas seulement cette sorte de promotion européenne à l’orthodoxie de sa doctrine, à la conjoncture de la controverse adoptianiste, ou à son autorité, incontestée hors d’Espagne dès le VIIe siècle, de grammairien et de lexicographe. Il la doit aussi au rôle qu’il a joué aux origines les plus vivantes de la reformatio carolingienne26 : disons, avec un mot d’aujourd’hui, à cette vaste entreprise de restructuration de la chrétienté, jadis impériale et romaine, à laquelle Charlemagne et ses successeurs ont attaché leur nom. À mesure qu’ils connaissaient mieux, à travers la diversité des œuvres d’Isidore, l’unité de son inspiration à la fois culturelle et pédagogique, ecclésiale et politique, le Sévillan put leur apparaître comme une sorte de modèle. Son œuvre fut globalement reçue comme l’expression exemplaire et diversifiée d’un même projet réformateur, mûrement conçu et méthodiquement exécuté au service d’une Église renouvelée, sous une dynastie nouvelle. Son auteur était ainsi perçu comme une sorte d’auctor reformations, unique en son genre dans la tradition patristique occidentale, par la cohérence d’un projet à la fois religieux, culturel et institutionnel.

  • 27 Grégoire le Grand affirmait des préoccupations essentiellement ecclésiastiques dans sa Regula pasto (...)
  • 28 Édition classique de cette Monition générale du 23 Mars 789 dans MGH, Legum sectio secunda, 1, Capi (...)
  • 29 Même si toutes deux sont des capitales centrales de royaumes. Leur signification géopolitique est a (...)
  • 30 Mais l’onction biblique du souverain, même si elle n’est formellement attestée que depuis Wamba en (...)
  • 31 Idée centrale du livre de Fleckenstein cité sup. n. 26. Voir aussi, dans l’ordre de la culture, not (...)
  • 32 D’où les critiques adressées à Fleckenstein, en particulier dans les intéressantes analyses de W. E (...)

12Et de fait, le Sévillan était en tous sens plus proche d’eux – dans le temps, l’espace, la problématique à la fois temporelle et spirituelle – que la plupart des autres Pères de l’Église ancienne27. Sans doute, deux siècles exactement s’étaient écoulés entre le Concile III de Tolède de 589, et le principal manifeste de l’entreprise culturelle, ecclésiale, voire politique au sens le plus large, de Charlemagne et de ses conseillers : l’Admonitio generalis de 78928. Sans doute aussi, Aix-la-Chapelle n’est pas Tolède ; l’Église carolingienne, si attachée à la papauté, n’est pas l’Église nationale wisigothique29 ; le couronnement de l’empereur Charles à Rome n’est plus réductible à celui des rois wisigoths à Tolède30. Mais il n’en existait pas moins des analogies entre les conjonctures que nous avons choisi de symboliser par les dates de 589 dans le royaume hispano-gothique, et de 789 dans le royaume des Pippinides. Dans les deux cas, il s’agissait de rétablir, dans l’Église et l’État, un ordre troublé par la négligence, l’inculture, l’anarchie endémique, la corruption morale, bref de réformer – de reformer – ce qui s’était déformé31 ; de réaliser ainsi l’unification non seulement politique, mais aussi et d’abord religieuse, sous une dynastie nouvelle qui fondait sa puissance sur une étroite alliance entre le pouvoir politique et les autorités religieuses. Le mot d’ordre n’était pas : innover ; mais au contraire : restaurer, revenir à la pureté des origines. Et dans les deux cas, il fallait pour cela corriger, ordonner, unifier, selon les normes anciennes32.

  • 33 Le modèle impérial est déjà clairement présent dans les monnaies que Léovigilde frappe au VIe siècl (...)
  • 34 Homelia sancti Leandri in laude ecclesiae ob conuersionem gentispost concilium, s. f., dans Concili (...)

13L’œuvre d’unification et de continuité politique, réalisée par les premiers Pippinides dans le vaste royaume franc, n’était pas elle-même sans analogie avec celle des rois unificateurs Léovigilde et Reccarède dans un royaume wisigothique étendu à toute la péninsule Ibérique. Conscients, les uns et les autres, de renouer avec une tradition qui remontait à l’Empire chrétien du IVe siècle, ces princes entendaient rétablir ou maintenir une unité de foi qui pût fonder la cohésion d’un royaume rassemblé sous l’autorité d’un monarque catholique33. Cet idéal doublement unitaire avait trouvé son expression dès 589, à la fin de l’homélie (d’idéologie carolingienne avant la lettre) par laquelle Léandre de Séville clôtura en 589 le IIIe Concile de Tolède : « Nous devons désormais, dans l’unanimité, nous tous qui sommes devenus un seul royaume, adresser à Dieu nos prières aussi bien pour la stabilité du royaume terrestre que pour la félicité du royaume céleste, pour que le royaume et le peuple qui ont glorifié le Christ sur terre, soient glorifiés par lui non seulement sur terre mais aussi au ciel »34. Sous la férule de son frère aîné Léandre, Isidore de Séville était déjà à bonne école.

  • 35 Les idées de conservation et de correction actives sont comme les fils directeurs des mesures prise (...)
  • 36 CONC. Tol. 4, praef., p. 186 Vives : « ut paternorum decretorum memores ad conseruanda in nobis iur (...)
  • 37 Ib.. p. 187 : « siue in sacramentis diuinis quae diuerso atque inlicito modo in Spaniarum ecclesiis (...)

14Dans l’ordre d’une action réformatrice de l’Église, on voit bien l’expression appliquée de cet idéal dans les Actes du IVe Concile de Tolède, célébré en 633 sous la présidence d’Isidore. L’essentiel de ses 75 canons conciliaires a pour objet la restructuration des Églises d’Espagne, depuis le contenu de la foi jusqu’aux plus modestes règlements destinés à rétablir l’ordre dans la société religieuse, et l’ordonnance minutieuse de la liturgie. Il faudrait, à ce point de notre enquête, approfondir l’étude comparative du lexique et des thèmes de ces canons (auxquels il faudrait joindre les mots et les thèmes du livre 7 des Étymologies, du traité d’Isidore De origine officiorum, et du troisième livre de ses Sententiae) avec les mots et les thèmes des capitulaires carolingiens et de la correspondance d’Alcuin35. Une telle étude serait propre à vérifier notre hypothèse de travail : elle mettrait en valeur, en dépit de certaines mutations de contenu ou de vocabulaire, la permanence des mots d’ordre de reformatio, d’Isidore de Séville aux carolingiens. Prenons un seul exemple : la préface des canons de Tolède IV. Elle définit clairement en ces termes l’action entreprise : « observer le droit ecclésiastique... corriger des usages dûs à la négligence et dont la pratique abusive a entraîné une licence contraire aux coutumes de l’Église »36 ; s’attaquer aussi, en matière liturgique, à « la disparité illicite des célébrations dans les Églises d’Espagne » et « aux abus reconnus qui dépravent les mœurs »37. Bref, conserver et observer, corriger, unifier, régler : on reconnaît déjà dans ces Actes conciliaires les valeurs et parfois les vocables même que l’on retrouvera dans les dispositions carolingiennes.

  • 38 En attendant le quatrième et dernier tome (sur les conciles hispaniques) de la nouvelle éd. G. Mart (...)
  • 39 P. Cazier, « Les Sentences d’Isidore de Séville et le IVe Concile de Tolède », communication à la S (...)

15Les mêmes maux ont appelé les mêmes remèdes : ceux-là même qui avaient inspiré Isidore dans les œuvres susdites. Avant même de procéder à une comparaison du lexique et des textes, on peut affirmer, d’Isidore aux carolingiens, une filiation matériellement vérifiable. D’une part, la diffusion de la collection canonique Hispana et la reprise des Actes des conciles tolédans à l’intérieur de nouvelles collections canoniques carolingiennes38 invitent à penser que les Actes du IVe Concile de Tolède ont été un véhicule efficace de la pensée isidorienne en matière de réforme de l’Église. D’autre part, entre ces canons et le dernier livre des Sentences d’Isidore, qui contient un véritable projet de société chrétienne, détaillant les devoirs du chrétien dans tous les états de vie, Pierre Cazier a montré en 1986 des affinités frappantes ; elles invitent à considérer les Sentences comme une œuvre dont le contenu est proche des dispositions du IVe Concile : de cette sorte de testament d’Isidore sur la nécessaire « correction » de la société chrétienne, les carolingiens ont été les héritiers directs39.

  • 40 Ce que montre de manière convaincante, aux pages 14*-15* et 119*-121*, l’édition de Chr. Lawson, qu (...)
  • 41 Ib., p. 122*-145* (histoire du texte et tradition directe) et p. 146*-161* (tradition indirecte) ; (...)
  • 42 Sur les excerpta d’Isidore, eccl. off., dans l’Institutio canonicorum de 816, voir l’éd. Lawson, p. (...)

16Non moins importante, et plus évidente encore, est la lecture carolingienne du dernier des traités antiques et chrétiens De officiis : ce De ecclesiasticis officiis qu’Isidore avait intitulé, en fait, De origine officiorum40. L’influence exercée par cet ouvrage ressort non seulement de l’ampleur de sa tradition manuscrite carolingienne, mais aussi des travaux de recherche des sources menés sur des œuvres comme celles de Théodulf41. Et ce même traité figure aussi en bonne place parmi les sources des traités carolingiens De institutione qui tracent respectivement une règle de conduite aux clercs, aux chanoines, et même aux laïcs42.

  • 43 On devine avec quelle amertume Isidore dut faire entériner par le IVe concile de Tolède l’usurpatio (...)
  • 44 Un exemple modeste, mais d’autant plus significatif, de l’influence exercée par les œuvres d’Isidor (...)

17Cette figure d’Isidore instigateur et garant de la reformatio carolingienne est cohérente avec la précédente : le maître de foi fut aussi maître de vie, personnelle aussi bien que collective. Paradoxalement, la réalisation d’un tel idéal réformateur a été plus effective, du moins pour un temps, dans l’Empire de Charlemagne, que dans un royaume wisigothique en proie dès l’origine aux factions de la noblesse, et au morbus gothicus des usurpations violentes et meurtrières ; et cela, déjà du vivant d’Isidore43. Tout se passe donc comme si la société carolingienne et surtout ses princes et ses lettrés s’étaient plus efficacement imprégnés des œuvres d’Isidore que ses propres contemporains et compatriotes44. C’est là un autre indice de ce qu’on pourrait appeler la vocation européenne d’Isidore de Séville.

  • 45 Le De natura rerum suit encore le plan des manuels antiques : voir notre éd., Bordeaux, 1960, p. 8- (...)
  • 46 Chr. Lawson (p. 20* sq. de son éd.) a mis en évidence cette association dans 7 des mss. qu’il a rec (...)
  • 47 Il est notable que Léandre, dans son homélie citée sup., n. 34, considère déjà l’unité de la foi et (...)

18On pourra s’étonner que nous terminions par la figure d’Isidore « exégète de la nature ». C’est qu’en fait, cette figure d’Isidore naturaliste, dans la représentation de certains lecteurs carolingiens, est, à la réflexion, plus globale en sa double implication. Certes, le titre du traité d’Isidore De natura rerum retourne encore exactement celui du poème de Lucrèce De rerum natura ; et cette connaissance de la nature selon la tradition scolaire antique s’insère dans l’ample programme des manuels isidoriens45. Mais la composition des corpus d’œuvres d’Isidore, qui apparaissent constitués dans nos manuscrits dès le début de la période carolingienne, oriente la réflexion vers un horizon plus large. Ces corpus présentent en effet l’association inattendue des traités isidoriens De natura rerum et De origine officiorum46. Une telle association pourrait suggérer que ceux qui ont constitué ou recopié ces corpus, aux VIIIe et IXe siècles, ont voulu marquer ainsi l’existence d’une relation symbolique : entre l’ordre de la nature cosmique et l’ordre humain et moral – celui des structures hiérarchiques et liturgiques de l’Église autant que de la société chrétienne tout entière47.

  • 48 Ces additions (voir tableau des trois recensions dans notre éd. p. 38) montrent que c’est aux insul (...)
  • 49 C’est l’un de ses premiers ouvrages : voir l’excellente édition de Ch. W. Jones dans le CC 123 A, B (...)
  • 50 Ce traité de la maturité de Raban Maur n’est toujours accessible que dans l’éd. de Cologne de 1617 (...)

19Mais pour comprendre comment s’est formée la figure carolingienne d’Isidore « exégète de la nature », il faut d’abord partir des transformations que son De natura rerum a subies dès sa plus ancienne transmission48. Il faut aussi passer par la réécriture très libre qu’en a donnée, en conservant pourtant le même titre, Bède le Vénérable, dans l’Angleterre du début du VIIIe siècle49, pour aboutir enfin à une synthèse nouvelle de cette tradition, synthèse plus pleinement isidorienne dans son contenu comme dans son esprit : celle qu’opère, environ un siècle plus tard, un élève d’Alcuin, le futur abbé de Fulda Raban Maur, dans son traité De naturis rerum, ultérieurement sous-titré aussi De uniuerso50.

  • 51 ISID. nat. praef. 2, p. 167, 11 : « secundum quod a ueteribus uiris ac maxime sicut in litteris cat (...)
  • 52 Lecteur et utilisateur des traités d’Augustin sur la Genèse (voir Ib., index 2, p. 933, 2), Isidore (...)
  • 53 Nous en avons présenté la synthèse, en y étudiant l’utilisation isidorienne des sources patristique (...)

20Fidèle à la tradition antique des « traités de la nature », dont il conservait encore le plan canonique (astronomie, météorologie comme science des météôra, cosmographie terrestre), le De natura rerum isidorien s’en distinguait par l’addition, en tête, d’une hémérologie où étaient exposées les principales divisions du temps. Isidore n’en disait pas moins, dans sa préface, qu’il comptait « suivre les œuvres des écrivains catholiques », tout en associant « certains auteurs païens et ecclésiastiques »51. Mais la lecture chrétienne des réalités cosmiques préoccupait trop Isidore, par ailleurs exégète de la Création52, pour qu’il s’en tînt au savoir profane traditionnel. C’est pourquoi, dans une majorité de chapitres, il avait joint à son exposé astronomique une brève explication du sens allégorique des réalités cosmiques53. À la connaissance rationnelle des phénomènes naturels se trouvait ainsi déjà associé le sens spirituel que leur donnait l’exégèse chrétienne.

  • 54 Il ne reste presque plus rien de la matière du traité d’Isidore, sous le titre identique De natura (...)
  • 55 CC 122 A, p. 189 : « Naturas rerum uarias labentis et aeui/perstrinxi titulis, témpora lata citis, (...)

21Un siècle après, Bède en sa jeunesse ne l’entendit pas de cette oreille. Répugnant à un tel mélange des genres, il dispose bien, en tête de son traité homonyme, une sorte de « chapeau » consacré à l’exégèse de la Création. Mais ensuite, il fait disparaître presque entièrement de son exposé toute allusion allégorique, et il renforce la technicité antique de son traité en faisant de larges emprunts au second livre de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien54. Cela ne l’empêche pas d’exprimer, en un quatrain situé en exergue de son traité, une direction d’intention à la fois cognitive et contemplative, dont la double note reste fidèle à l’esprit de la conception isidorienne, autant qu’à l’invitation de saint Paul à s’élever par les réalités visibles à la contemplation des réalités invisibles55. Ainsi le moine Bède se trouve-t-il comme écartelé, face à la nature, entre l’amour des sciences et le désir de Dieu : il ressent et porte à une sorte de tension extrême la dualité du traité isidorien.

  • 56 Symétrie singulière, entre ces dédicaces à un évêque puis à un empereur (PL 111, 11d-14c et 9a-12c) (...)
  • 57 PL 111, c. 9b : « Sunt enim in eo plura expósita de rerum naturis et uerborum proprietatibus, necno (...)
  • 58 Ib., c. 10a : « ut lector diligens in hoc opere et naturae proprietatem iuxta historiam et spiritua (...)

22La synthèse carolingienne succède à cette antithèse. Distinct des deux précédents, l’Isidore naturaliste, tel qu’il est lu et récrit par Raban Maur, se laisse déjà entrevoir dans le titre – au pluriel – de son gros traité Sur les natures des choses. Ce titre résume un projet clairement explicité dans les deux préfaces qu’il a tour à tour dédiées à son ami l’évêque Hammon de Halberstadt et à l’empereur Louis le Pieux56. « S’y trouvent exposées, dit Raban, bien des connaissances sur la nature des choses et sur le sens propre des mots, mais aussi, en plus, sur la signification spirituelle des réalités »57. Le pluriel naturis du titre faisait donc allusion à deux ordres de réalités, que nous dirions aujourd’hui temporelles et spirituelles. Raban Maur précise d’ailleurs l’idée en faisant clairement appel aux catégories de l’exégèse biblique : il entend associer étroitement le sens littéral et la signification spirituelle de toute chose58. Il se montre ainsi plus isidorien qu’Isidore, en achevant de superposer comme deux natures harmonieusement appariées les deux ordres de réalités atteints par la science et la foi, par le naturaliste antique et l’exégète chrétien.

  • 59 Raban reprend la citation isidorienne de sap. 7, 17, mais en l’enrobant dans une citation bien plus (...)
  • 60 De naturis rerum, praef. ad Ludouicum, PL 111, c. 10c : « Decreui enim... hoc totum opus in uiginti (...)
  • 61 Cet ordre n’est pas celui des Étymologies, qui commencent par les sept arts (livres 1-3), la médeci (...)

23C’est pourquoi il amplifie encore l’autorisation qu’Isidore naturaliste avait tirée d’un passage du Livre de la Sagesse où Salomon rapportait à Dieu sa connaissance des sept arts, et donc de l’astronomie ; il y joint, à la suite du même texte biblique, la connaissance de l’homme, des animaux et de toutes choses59. Pour naïve qu’elle puisse nous sembler dans ses moyens, cette recherche, par Raban, d’une synthèse globale de tous les savoirs, et pour ainsi dire d’une sorte d’équation universelle, s’exprime dans l’unicité de ce vaste traité De rerum naturis. Son sous-titre (ultérieur, mais qui correspond bien au contenu encyclopédique de l’œuvre), De uniuerso, pourrait se traduire en termes modernes : « De la totalité de l’existant ». La matière s’en répartit en 22 livres : le nombre des livres de la Bible, selon Jérôme relayé sur ce point par Isidore60. On y trouve une sorte d’édition remaniée et allégorisée des Étymologies d’Isidore. Raban y répartit le contenu de l’encyclopédie isidorienne selon un ordre descendant, du Dieu Créateur aux humbles objets créés par les arts et techniques de l’homme ; à notre avis, cet ordre pourrait avoir été emprunté à la composition des Sentences d’Isidore61. Chemin faisant, une allégorisation constante rend transparent à la Révélation le contenu total de l’encyclopédie isidorienne.

  • 62 Devant ces 22 livres, on pourrait dire, comme au seuil de la bibliothèque sévillane : « Il est ici (...)

24Le visage du Sévillan n’en est pas défiguré ; mais il se trouve comme éclairé de l’intérieur par cette généralisation de la méthode allégorique. Tout se passe comme si Raban Maur avait voulu réaliser la synthèse pressentie par Isidore dans son échantillonnage encyclopédique de tous les savoirs, mais sur la base élargie d’une science totale de la nature visible et invisible, remontant sans cesse des choses créées à la Révélation qu’elles manifestent62.

***

  • 63 Ceux que, dès le VIe siècle, l’évêque de Carthagène, Licinien, avait appelés-les saints Pères antiq (...)
  • 64 Ce « détour insulaire » par l’Irlande et l’Angleterre est mis en lumière sur notre carte de diffusi (...)
  • 65 Il est symbolique, en ce sens, que le plus ancien fragment actuellement conservé des Étymologies ai (...)

25Les trois visages de l’Isidore carolingien que nous venons d’esquisser sont loin d’épuiser tous les aspects de l’influence exercée par l’Espagne wisigothique sur cette première culture européenne. Ils ont permis néanmoins de préciser trois angles de vue sous lesquels les lecteurs d’Isidore ont aimé à se représenter alors l’évêque de Séville. Ils l’assimilent aux grandes figures des auctores – écrivains et garants – de la foi chrétienne à l’âge patristique63. Avec et après Bède le Vénérable, à la mesure même de la place considérable que les œuvres du Sévillan occupaient déjà dans la culture anglo-latine du VIIIe siècle64, Alcuin d’York associe le Sévillan à cette cohorte des garants universels de la foi chrétienne. L’affaire adoptianiste lui offre l’occasion de cette éclatante uindicatio Isidori contre le particularisme obstiné d’Elipand de Tolède. Il est notable que cette revendication soit le fait d’un Anglo-saxon devenu comme le ministre de la culture de Charlemagne, et non pas de l’Espagnol Théodulf : comme si les plus ardents champions de l’auctoritas Isidori dans l’Europe carolingienne avaient été les insulaires, plus encore que les réfugiés hispaniques directement arrivés de la péninsule65.

26Ce prestige du doctor ecclesiae a rehaussé celui dont jouissait depuis deux siècles l’auteur des Étymologies, devenues le manuel de base de toute culture et la table de référence d’un usage correct de la langue latine. Mais cette emprise de la culture isidorienne s’est exercée plus originalement en deux directions : d’abord, la reformatio ecclésiale et l’idéologie politique et sociale du nouvel Empire ; d’autre part, la synthèse d’une culture où l’ordre humain restauré par la reformatio correspond à l’ordre de la nature créée, déchiffrée comme une Bible allégorique offerte à la sagacité d’une exégèse à la fois particulière et généralisée. Sur ce point, le De rerum naturis de Raban Maur offre une sorte de « portrait en relief » d’Isidore : il combine en effet l’auteur du Traité de la nature, celui des Étymologies, mais aussi l’exégète allégorisant qui avait rédigé des Questions sur divers livres de la Bible, et sans doute également l’auteur des Sentences.

27Ces divers portraits sont bien ceux d’un même auteur, intronisé, par les carolingiens prenant la suite des insulaires, au cœur d’une tradition vivante, en prise sur une réalité religieuse, politique, culturelle, en pleine mutation créatrice. Cette mutation n’aurait pas été ce qu’elle fut sans l’empreinte isidorienne, dont nous sommes encore loin de mesurer à la fois la profondeur et l’originalité. La présente étude avait la seule ambition d’ouvrir quelques pistes de recherche vers cette réception active de l’héritage isidorien : simple esquisse d’études à venir – skia tôn ésoménôn, selon la belle et mystérieuse définition que saint Paul a donnée de la foi.

Notes

1 Sur ces deux conciles, partir des analyses de José Orlandis, dans J. Orlandis – D. Ramos Lisson, Historia de los Concilios en la España romana y visigoda, Pampelune, 1986, p. 197-226 et 261-298. En attendant les Actes (sous presse) du Congreso internacional : XIV Centenario del Concilio III de Toledo 589-1989, voir J. Fontaine, « 589, El Concilio de Toledo III : una fecha importante en la historia de España », conférence publiée dans Cuadernos de pensamiento, 4, 1989, 87-96, mais aussi le chapitre sur « la Renaissance isidorienne », dans Id., Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris, 19832, 2, p. 862-888, et 3, 1180-1189.

2 Textes latins et références donnés ib. p. 865-866. Les deux verbes restaurare et reciprocare expriment notre métaphore de « renaissance » par deux images distinctes, mais de sens convergents : l’image architecturale de restauration, et celle, biologique, de-rendre le souffle-(mise au point sur ce sens particulier ib. 3, p. 1182).

3 J. Orlandis, op. cit. (sup. n. 1), p. 261 et 263, titre son chapitre sur le IVe Concile : « La obra constituyente del IV Concilio de Toledo », avant de préciser dans son introduction : "Isidoro iba a ser el presidente y el mentor ideologico del concilio... la obra legislativa de la asamblea, animada y dirigida por él, seria la plasmación constitucional de la doctrina isidoriana, tanto en lo referente a la Iglesia hispana como al reino visigodo de Toledo ».

4 Dès le VIIIe siècle, le Chronicon Albeldense, 44, 1, p. 24 (et note, p. 86), éd. Bonnaz, en une phrase restée célèbre, rapporte comment Alphonse II restaura à Oviedo l’ordo Gothorum, à l’image de Tolède : « Omnemque Gothorum ordinem, sicuti Toleto fuerat, tam in ecclesia quam in palatio in Oueto cuncta statuit ». Cet ordo vise à la fois l’urbanisme sacré et royal, les hiérarchies ecclésiastique et palatiale et leurs rituels ; enfin, cet-ordre gothique-implique aussi, plus largement, la civilisation du royaume de Tolède et toutes ses valeurs politiques, religieuses, culturelles.

5 La liste « canonique » établie par la critique moderne n’a guère changé depuis la synopse chronologique établie par J. A. de Aldama, « Cronología de las obras isidorianas », dans Miscellanea Isidoriana, Rome, 1936, p. 88 – sauf pour le De ordine creaturarum, identifié depuis comme une œuvre irlandaise pseudo-isidorienne –. Donnons un classement sommaire par genres, en citant sous forme abrégée les titres actuellement reconnus, et en suivant dans chaque catégorie l’ordre chronologique de J. A. de Aldama : 1) ouvrages grammaticaux et scolaires : Differentiae, Synonyma, De natura rerum, Etymologiae ; 2) ouvrages historiographiques : Chronica, De uiris illustribus, De origine Gothorum ; 3) ouvrages de science biblique : Prooemia, De ortu et obitu patrum, Liber numerorum, Allegoriae, Quaestiones in libros ueteris et noui Testamenti ; 4) ouvrages ecclésiastiques et doctrinaux : De origine officiorum, De haeresibus, Sententiae, De fide catholica contra Iudaeos, Regula monachorum. Il est notable que cette liste de 17 titres soit déjà attestée (avec des variantes dans les libellés et dans l’ordre des ouvrages) par Braulion de Saragosse, ami et disciple d’Isidore, dans sa célèbre Renotatio librorum lsidori, conservée par deux mss. de Léon et Paris, dont les versions sont reproduites dans C.H. Lynch y P. Galindo, San Braulio..., Madrid, 1950, p. 356-361.

6 Excellente mise au point de B. Bischoff, « Die europäische Verbreitung der Werke Isidors von Sevilla », dans Isidoriana, León, 1961, p. 317-344, à compléter par les résultats acquis dans les rares éditions récentes d’une œuvre d’Isidore qui ont établi un stemma des mss. les plus anciens. Nous avons donné l’exemple dans notre éd. du De natura rerum, Bordeaux, I960 : voir le stemma, p. 70 bis, sa projection cartographique (carte hors texte, face à la page 83), et les conséquences que nous en avons tirées sur la réception en Europe de ce traité, entre 613 et 800 : « La diffusion du De natura rerum en Europe de Sisebut à Charlemagne », ib., p. 69-83. Malheureusement, les autres traités se prêtent moins bien, jusqu’ici, à une telle étude codicologique de leur réception : voir les résultats obtenus par C. Chaparro Gómez sur le De ortu et obitu patrum, Paris, 1985 (coll. ALMA), Chr. Lawson sur le De origine officiorum, dans la préface de son excellente édition du CCL, 113, 1989, enfin P. Cazier sur les Sententiae (sous presse dans la coll. ALMA). Voir aussi le dossier d’E. Anspach, « Das Fortleben Isidors im VII. bis IX. Jahrhundert », dans Miscellanea Isidoriana, Rome, 1936, p. 323-356 ; et, pour l’Espagne, M. C. Díaz y Díaz, « Isidoro en la Edad Media Hispana », dans Isidoriana, León 1961, p. 345-387 (va du VIIe au XVe siècle).

7 On peut glaner beaucoup dans les apparats des œuvres carolingiennes éditées dans les MGH : poèmes, correspondances, capitulaires. Et aussi dans des monographies comme celles de L. Wallach sur Alcuin et Charlemagne (inf. n. 28), d’E. Dahlaus-Berg sur Théodulf (inf. n. 40), d’E. Heyse sur les sources du De naturis rerum de Rhaban Maur (inf. n. 50). Mais on manque encore de monographies sur les divers aspects de l’influence de telle œuvre d’Isidore sur tel(s) auteur(s) d’époque carolingienne. Elles requerraient une méthode aussi délicate que celle dont nous avons défini les exigences, pour Isidore lui-même, dans notre réflexion : « Problèmes de méthode dans l’étude des sources isidoriennes », dans Isidoriana, León, 1961, p. 115-132. La présente étude et plusieurs autres de ce colloque ouvrent la voie à une telle étude de l’immense « réception » d’Isidore dans la culture européenne.

8 L’exemple du De ordine creaturarum montre que l’essor des Pseudo-Isidoriana a sans doute commencé très tôt dans les milieux insulaires, où l’admiration pour les œuvres du Sévillan a encouragé à prêter à ce riche plus qu’il n’avait écrit. Voir aussi les constatations sur le pseudo-isidorien De numeris (à ne pas confondre avec l’authentique Liber numerorum, souvent titré aussi, anciennement, De numeris !), dans R.E. McNally, « Isidorian Pseudepigrapha in the early Middle Ages », Isidoriana, León, 1961, p. 304-316. On sait que je placerais volontiers les Institutionum disciplinae pseudo-isidoriennes parmi les productions carolingiennes du IXe siècle, tandis que P. Riché continue d’y voir un pseudo-isidorien issu du VIIe siècle hispanique : voir notre contribution aux Mélanges A. C. Vega, El Escorial, 1968, p. 199-237, et P. Riché, Écoles et enseignement dans le haut Moyen Âge..., Paris, 19892, p. 390-391, qui substitue au titre latin : « Programme d’instruction d’un aristocrate wisigoth ». Voir aussi la liste provisoire de pseudo-isidoriens dans la CPL 2, n° 1216-1229.

9 En vertu d’une logique paradoxale, bien des Pseudo-Isidore n’ont réussi à imposer leur attribution fallacieuse que pour avoir introduit dans leur langue, leur style, leur problématique même, certaine couleur isidorienne. Contribution à un portrait intellectuel d’Isidore de Séville dans la 6e partie, synthétique, sur-La culture d’Isidore de Séville », de notre Isidore (cité sup. n. 1). Le petit essai d’E. Adnès, « Remarques psychobiologiques sur St. Isidore de Séville », dans Isidoriana, León, 1961, p. 467-474, est plus curieux que convaincant. Il reste beaucoup à tirer des quelques lettres conservées du Sévillan, commodément éditées avec les lettres symétriques envoyées à Isidore par son ami Braulion de Saragosse, au début de l’éd. Lindsay des Etymologiae, 1, Oxford, 1911 (éd. non paginée).

10 Sur l’originalité des méthodes isidoriennes et la médiation efficace exercée par Isidore entre les traditions antiques et l’élaboration d’une nouvelle culture chrétienne, partir de notre Isidore de Séville (cité sup. n. 1) et des travaux de P. Riche, en particulier de sa thèse sur Éducation et culture dans l’Occident barbare, VIe-VIIIe siècles, Paris, 19763, et, plus largement, de son ouvrage Écoles et enseignement dans le haut Moyen Âge, Paris, 19892.

11 Texte, traduction et notes d’Augustin, De doctrina christiana, éd. Combès et Farges (Coll. Bibliothèque augustinienne, 11), Paris, 1949. Sur l’importance de ce traité parmi les sources d’Isidore voir J. Fontaine, Isidore de Séville (cité n. 1), index, t. 2, p. 933, et vue d’ensemble p. 794-796. On a beaucoup discuté sur le sens de doctrina dans ce titre ; il faut évidemment partir de son double sens : général et antique, d’enseignement (au sens de l’acte et du contenu) ; particulier et chrétien, d’enseignement de la foi, conformément au dernier précepte du Christ des Évangiles (« Enseignez » ou « Faites des disciples » dans toutes les nations). Concrètement, cet enseignement de la-doctrine-chrétienne se donne dans la catéchèse et la prédication, d’abord orales puis publiées éventuellement par écrit (manuels de catéchèse et recueils de sermons).

12 Etym. 6, « De libris et officiis ecclesiasticis » ; 7, « De Deo, angelis et sanctis » ; 8, « De ecclesia et sectis ». Il faut y joindre l’influence des petits manuels de science biblique : les 4 ouvrages de la troisième série (citée sup. n. 5) ; et les ouvrages ecclésiastiques et doctrinaux (quatrième série, ib.). La majorité des plus anciens mss. de ces ouvrages ont été copiés aux siècles carolingiens, et dans toute l’Europe, continentale et insulaire : voir l’étude de B. Bischoff (citée sup. n. 6).

13 Les huitième et quinzième Conciles de Tolède, respectivement réunis en 653 et 688, (p. 276 et 462 éd. Vives – dont on garde ici l’orthographe –), citent Isidore comme un « docteur éminent ». Le huitième l’appelle « Nostri quoque saeculi doctor egregius, ecclesiae catholicae nouissimum decus, praecedentibus aetate postremus, doctrinae comparatione non infimus, et quod maius est in saeculorum fine doctissimus », avant de citer deux extraits isidoriens après les insérendes « Ysidorus in libro sententiarum secundo » et « similiter in Synonimis », Le quinzième Concile cite ISID. diff. 2, 24 (sur la différence entre les deux substantiae de l’homme et les trois du Christ) sous l’insérende : « sequentes sententiam doctoris egregii Spalensis sedis episcopi ».

14 On sait que les courants hétérodoxes ont été nombreux dans l’histoire du christianisme espagnol : nous en empruntons l’expression au titre de la fameuse œuvre de M. Menéndez y Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles. L’archevêque de Tolède Elipand, avant de soutenir ses thèses adoptianistes, avait combattu l’hérésie complexe de Migetius en Bétique : cf. ib. 2, p. 278. Le contentieux mérovingien avec les rois de Tolède au sujet de la Septimanie, l’invasion arabe de celle-ci, l’occupation islamique durable d’une grande partie de la péninsule, l’échec de Charlemagne en 778 devant les Arabes de Saragosse, puis l’écrasement de son arrière-garde par les Basques à Roncevaux, formaient une suite d’événements inquiétante pour les rois francs – même si Charlemagne semble avoir entretenu par la suite des relations cordiales avec le roi Alphonse II d’Oviedo ». Sur les hérésies renaissantes dans l’Espagne occupée par l’Islam, B. Llorca, « Herejías en España-dans DHEE, 2, Madrid, 1972, p. 1082-1083.

15 Sur l’adoptianisme, sélectionnons trois titres : H. Quillet, S. V. adoptianisme, dans DThC, 1,1930, c. 403-413 ; R. dAbadal, La batalla del adopcionismo, Barcelona, 1949 ; Wheil, « Der Adoptianismus, Alkuin und Spanien », in Karl der Grosse 2, Das geistige Leben, hsg. v. B. Bischoff, Düsseldorf, 1965, p. 95-156. La querelle adoptianiste tient une place considérable dans la correspondance d’Alcuin, qui a d’autre part écrit deux gros traités de polémique doctrinale contre les adoptianistes Félix d’Urgel et Elipand de Tolède : voir F. Brunhoelzl, Geschichte der lateiniscben Literatur des Mittelalters, 1, München, 1975, p. 277sq.

16 Elipand, Epístola episcoporum Hispaniae ad Karolum Magnum (a. 792-793 : M. C. Díaz y Díaz, ICLMAH, n° 416, p. 111), MGH, Conc. 2, ca. 1, 1, p. 120, cite à l’appui de l’adoptianisme : ISID. etym. 7, 2, 13b : « Primogenitus, secundum susceptionem hominis, in qua per adoptionis gratiam fratres habere dignatus est, quibus esset primogenitus » (dont le contenu se trouve déjà, sensiblement dans les mêmes termes, chez ISID. diff. 2, 6, 15).

17 Ainsi Romains 8, 15 ; 8, 23 ; et surtout 8, 29, déjà cité à ce propos dans le texte d’ISID. diff. 2, 6, 15 : « iuxta id quod Apostolus ait : ut sit ipse primogenitus in multis fratribus ». Voir aussi, dans Paul, Gal. 4, 5 et Eph. 1, 5.

18 ALC. epist. 182 (en fait, d’Elipand de Tolède à Alcuin), MGH, epist. 4, p. 301, 3 : « sanctorum uenerabilium patrum Ambrosii, Augustini, Isidori, Hieronymi... » ; p. 302, 38 : « da mihi testimonium beati Athanasii, Hilarii, Ambrosii, Augustini, Isidori... ». Ib., p. 303, 35 : « Beatus quoque Isidorus iubar ecclesiae, sidus Hesperiae, doctor Hispaniae... ». Suit la citation d’etym. 7, 2, 13 et 41 à 49. La triple formule tend bien à situer en Espagne le foyer le plus lumineux de la théologie occidentale, puisque l’hellénisme Hesperia équivaut au mot latin Occidens, et qu’il pouvait, dans la tradition antérieure, désigner l’Espagne aussi bien que l’Italie.

19 ALC. epist. 166 à Elipand de Tolède, MGH, epist. 4, p. 224, 8 sq. : « Maior quoque auctoritas doctorum totius mundi debet esse quam paucorum in Hispania. Igitur beatus Isidorus, cui nihil Hispania elarius habuit, multa nomina ponit de Deo Christo in ethimologiis uel aliis scripturis suis. Sed in nullo loco inuenimus eum adoptiuum uel nuncupatiuum Dei filium Christum nominare. Sed semper uniuersali sanctae Dei ecclesiae in catholica fide eum consentire uidemus ».

20 ALC. Aduersus Elipandum 2, 8, PL 101, 266 a : « Beatissimi itaque Isidori clarissimi doctoris non solum Hispaniae, uerum etiam cunctarum Latinae eloquentiae ecclesiarum perplurima legebamus opuscula, et in magna habemus ueneratione ».

21 Dans le contexte ultérieur (ib.), Alcuin vante en ces termes l’orthodoxie christologique des conciles tolédans : « Venerabiliumque patrum in Toleto synodales ad nos peruenerunt sanctiones, in quorum litteris nihil noui uel antiquis contrarium patribus, sed omnia catholico stylo perscripta agnouimus ».

22 Ib., c. 266a : « Sed et Iuuenci presbyteri atque optimi scholastici, quem beatus Hieronymus laudat, carmina Euangelicae historiae perspeximus, qui in quodam uersu Christum proprium filium Dei catholico ore non formidauit appellare » (suit la citation de Juvencus 1, 60-63).

23 ALC. epist. 203 ad Karolum, ib., p. 337, 6 : « necnon et Ysidori Hispaniensis et Iuuenci eiusdem prouinciae scholastici » (après la citation de multiples Pères anciens, d’Augustin et Grégoire le Grand à Bède et Grégoire de Nazianze, et avant des exempla tirés d’Origène, Cassien et saint Paul). On peut se demander si Alcuin ou son scribe n’a pas confondu Hispalensis et Hispaniensis ; mais la reprise par eiusdem prouinciae appuie plutôt la seconde leçon.

24 Non seulement dans la campagne de Saragosse et à Roncevaux, mais même dans la reconquête de la future Catalogne, qui tourna court après la reprise de Barcelone en 801, en dépit de la formation de ce qu’on a appelé la marca Hispánica.

25 Et avec lui, la querelle fit ressortir, face aux prétentions d’Elipand, l’accord entre la majorité des théologiens wisigothiques et la foi de l’Église universelle. Jugée aux Conciles de Francfort et de Ratisbonne, l’affaire adoptianiste était devenue affaire d’Empire. Dès lors, grâce à l’examen détaillé auquel furent soumises les autorités hispaniques invoquées par Elipand, la patristique wisigothique, derrière la figure éminente d’Isidore de Séville, apparut en pleine communion avec les autres Églises d’Europe au Nord des Pyrénées. Elipand put sembler le bouc émissaire des malentendus et des soupçons séculaires entre la péninsule et les royaumes francs ; mais en revanche, les théologiens hispano-romains et wisigothiques entraient clairement dans le marché commun de la patristique européenne.

26 Quelques titres importants : outre le petit livre suggestif et discuté de J. Fleckenstein, Die Bildungsreform Karls des Grossen als Verwirklichung der norma rectitudinis. Bigge-Ruhr, 1953, voir P. Schramm, « Karl der Grosse, Denkart und Grundauffassung, die von ihm bewirkte correctio », dans HZ, 198, 1964, p. 306-345 ; les 4 tomes de Karl der Grosse publiés en 1965 à Düsseldorf (voir sup. n. 15) ; les communications et discussions de la Settimana XXVII de Spolète (1979) : Nascita dell’Europa ed Europa carolingia..., 2 vol., Spoleto, 1981. Synthèse récente de P. Riché, Les Carolingiens : une famille qui fit l’Europe, Paris, 1988.

27 Grégoire le Grand affirmait des préoccupations essentiellement ecclésiastiques dans sa Regula pastoralis, et il ne fut, sauf par une correspondance épisodique, le conseiller d’aucun prince. Cassiodore, définitivement retiré dans son cloître de Vivarium, trace dans ses Institutions un programme ambitieux de culture antique et chrétienne qui s’adresse à des moines. Bède est resté toute sa vie un moine, même si son Historia ecclesiastica Anglorum le montre attentif à la christianisation de l’Angleterre de son temps. À la différence de ces trois hommes, Isidore préfigure plus nettement la conjoncture carolingienne par son style de vie et son projet littéraire : évêque ami des rois, il vient à leur cour ; il offre un plan de vie aux chrétiens de toutes conditions dans l’Église et de toutes fonctions dans l’État – du roi aux iudices, en particulier à travers le dernier livre de ses Sentences – ; il ramène l’Église aux règles anciennes de ses officia, dans son De origine officiorum. Les conditions, les normes, les ambitions de son action dans le royaume wisigothique préfigurent déjà celles de l’action de Charlemagne et d’Alcuin dans l’Empire.

28 Édition classique de cette Monition générale du 23 Mars 789 dans MGH, Legum sectio secunda, 1, Capitularía regum Francorum 22, p. 52, et notre analyse dans la settimana XXVII (citée sup. n. 26), 1, p. 782 sq. Il faut y joindre d’autres documents de Charlemagne (indiqués ib.) ; et l’ouvrage fondamental deL. Wallach, Alcuin and Charlemagne, Studies in Carolingian History and Literature, Ithaca New-York, 1959, après la synthèse classique de H. Kleinklausz, Alcuin, Paris, 1948.

29 Même si toutes deux sont des capitales centrales de royaumes. Leur signification géopolitique est analogue : elles symbolisent une sorte d’unité nationale, autour d’un centre qui est la principale résidence fixe du souverain – donc l’urbs regia par excellence – : le modèle romain (urbs !) se profile derrière cette idéologie comme un facteur commun. L’impulsion centrale donnée à l’Église de l’Empire, la réunion de conciles, la puissance du corps épiscopal, la volonté de réforme de nouvelles Règles monastiques indiquent d’autres analogies.

30 Mais l’onction biblique du souverain, même si elle n’est formellement attestée que depuis Wamba en Espagne, passe de là en Francia carolingienne, avec tout ce qu’elle peut impliquer de sacralisation quasi-sacerdotale du pouvoir souverain.

31 Idée centrale du livre de Fleckenstein cité sup. n. 26. Voir aussi, dans l’ordre de la culture, notre communication à la Settimana XXVII de Spolète : De la pluralité à l’unité dans le latin carolingien ?, Spoleto, 1981, p. 765-805.

32 D’où les critiques adressées à Fleckenstein, en particulier dans les intéressantes analyses de W. Edelstein, Eruditio und sapientia, Weltbild und Erziehung in der Karolingerzeit, Untersuchungen zu Alcuins Briefen, Freiburg i. Br., 1965, qui insiste (p. 88 sq.) sur le fait que la renouatio carolingienne est conçue comme un retour à la norma rectitudinis traditionnelle, et non pas comme une nouitas. D’où le retour fréquent de mots thématiques comme emendatio et correctio chez Alcuin (comme chez Isidore) : liste commode des occurrences ib., p. 234-235. Dossier, sans recherche approfondie des sources, dans l’étude de Madame J. Cheuni, Le vocabulaire politique et social dans la correspondance d’Alcuin, Aix-en-Provence, 1959-Une telle conception pouvait se nourrir facilement de la double recherche de la pureté de l’origo, et de la rectification d’après cette origo, dans toute l’œuvre d’Isidore de Séville : voir les pages sur le thème in origine ueritas, dans notre Isidore de Séville (cité sup. n. 1), 2, p. 871 sq.

33 Le modèle impérial est déjà clairement présent dans les monnaies que Léovigilde frappe au VIe siècle à l’imitation des effigies byzantines, et dans un costume royal proche de celui de l’empereur. Si ce roi tente une unification arienne de la péninsule, son fils Reccarède réalise cette unité religieuse dans la foi catholique. Le chroniqueur Jean de Biclar compare Reccarède présent au IIIe Concile de Tolède à Constantin devant celui de Nicée. Même si Isidore reste réservé envers Constantin en raison de sa prétendue chute dans l’arianisme, il ne s’en exprime pas moins élogieusement à son propos quand il s’agit de célébrer ses victoires éclatantes sur les Goths (orig Goth. 5), ou, surtout, le mérite d’avoir été le premier à autoriser officiellement les chrétiens à se réunir librement en conciles (etym. 6, 16, 3). Sur la place du modèle constantinien dans l’idéologie carolingienne, voir p. ex. les origines franques du faux dit Donation de Constantin : J. Vogt, Constantinus der Grosse, dans RAC, 3, 1957, c. 376-378.

34 Homelia sancti Leandri in laude ecclesiae ob conuersionem gentispost concilium, s. f., dans Concilios visigóticos e hispano-romanos, éd. Vives, p. 144 : « Superest autem ut unanimiter unum omnes regnum effecti tam pro stabilitate regni terreni quam pro felicitate regni caelestis Deum precibus adeamus, ut regnum et gens quae Christum glorificauit in terris, glorificetur ab illo non solum in terris, sed etiam in caelis ». Nouvelle édition critique, avec traduction espagnole et étude détaillée de la pièce, dans notre communication présentée au Congrès international de Tolède XIV Centenario del III Concilio de Toledo (589-1989), sous le titre : La homelia de San Leandro ante el Concilio III de Toledo. temática y forma (Actes sous presse).

35 Les idées de conservation et de correction actives sont comme les fils directeurs des mesures prises par le IVe Concile de Tolède. Mais il faut grouper autour de ces canons toute l’œuvre d’Isidore (quasi totalement antérieure à 633), en y glanant les « maîtres mots » de la culture isidorienne : ses vocables et ses thèmes sont pour la plupart directement adaptables à l’idéologie carolingienne.

36 CONC. Tol. 4, praef., p. 186 Vives : « ut paternorum decretorum memores ad conseruanda in nobis iura ecclesiastica studium praeferamus, et illa corrigere quae, dum per neglegentiam in usum uenerunt contra ecclesiasticos mores, licentiam sibi de usurpatione fecerunt ».

37 Ib.. p. 187 : « siue in sacramentis diuinis quae diuerso atque inlicito modo in Spaniarum ecclesiis celebrantur, seu quae in moribus praue usurpata noscuntur ».

38 En attendant le quatrième et dernier tome (sur les conciles hispaniques) de la nouvelle éd. G. Martínez Díez y F. Rodríguez de La colección canónica Hispana, on trouve une utile mise au point sur la réception de cette collection canonique hors d’Espagne, et dans les collections canoniques ultérieures – particulièrement d’âge carolingien – dans J. Gaudemet, Les sources du droit de l’Église en Occident du IIe au VIIe siècle (Coll. « Initiations au christianisme ancien »), Paris, 1985, p. 155-161. On sait son importance dans l’élaboration des Fausses décrétales, justement attribuées par leurs faussaires à Isidore de Séville.

39 P. Cazier, « Les Sentences d’Isidore de Séville et le IVe Concile de Tolède », communication à la Semana internacional de estudios visigóticos (Madrid Toledo Alcalá 1985), Actes publiés sous le titre Los Visigodos, historia y civilización, Murcia, 1986, p. 373-386. Dans sa thèse et son édition critique et commentée des Sentences (avec trad. française, sous presse), P. Cazier met en valeur l’aspect de-projet de société chrétienne » sous lequel il faut considérer d’abord cette œuvre d’Isidore. C’est bien comme telles que ces Sentences ont été lues, assimilées, voire appliquées, par des lecteurs carolingiens en quête d’un nouvel ordre social et politique, conçu d’abord dans une perspective religieuse. La chose est particulièrement claire pour la conception du roi et de la royauté, sur laquelle voir le dernier chapitre de la thèse de Marc Reydellet, La royauté dans la littérature latine de Sidoine Apollinaire à Isidore de Séville, Paris, 1981 ; et, dans son étude des idées politiques d’Alcuin, les sources isidoriennes mises en valeur par L. Wallach (op. cit. : sup. n. 28).

40 Ce que montre de manière convaincante, aux pages 14*-15* et 119*-121*, l’édition de Chr. Lawson, qui pour des raisons de convenance pratique a gardé le titre usuel De ecclesiasticis officiis. Ce titre premier De origine officiorum fait jeu avec le titre ancien de l’Historia Gothorum, qui était De origine Gothorum, titre donné à la fois par plusieurs mss. de la rédaction longue (voir p. 25 de l’éd. Rodríguez Alonso) et par la Renotatio lihrorum Isidoride Braulion (p. 358-359 Lynch Galindo, cité sup. n. 5). Il s’accorde aussi avec la définition des Étymologies comme un ouvrage de origine quarundam rerum, dans la courte dédicace au roi Sisebut (ce qui a fait préférer aux éditeurs modernes le titre Origines, alors que les mss. ne donnent qu’Etymologiae). Cette hantise de remonter aux origines, qui oriente toute l’œuvre d’Isidore, offrait aux carolingiens les bases d’une norma rectitudinis fondée sur une tradition-originelle », et comme telle plus pure, indemne de toute déformation ultérieure.

41 Ib., p. 122*-145* (histoire du texte et tradition directe) et p. 146*-161* (tradition indirecte) ; pour l’utilisation repérée par la Quellenforschung dans le De ordine baptismi de Théodulf, voir l’étude minutieuse de E. Dahlhaus-Berg, Noua antiquitas et antiqua nouitas, Typologische Exegese und isidorianisches Geschichtsbild bei Theodulf von Orléans, Wien, 1975, p. 116-134.

42 Sur les excerpta d’Isidore, eccl. off., dans l’Institutio canonicorum de 816, voir l’éd. Lawson, p. 147* ; dans le De institutione clericorum de Raban Maur, ib., p. 148 ; dans le De institutione laicali de Jonas d’Orléans, ib., p. 153 sq. Ces constatations partielles donnent un nouveau sens, dans la conjoncture carolingienne, à la vieille formule d’Ozanam reprise par Bourret, qui désignait Isidore comme « l’instituteur de l’Occident » ; cf. notre Isidore de Séville, p. 4, n. 1.

43 On devine avec quelle amertume Isidore dut faire entériner par le IVe concile de Tolède l’usurpation de Sisenand, qui avait détrôné deux ans plus tôt le roi Suinthila à la suite d’une conjuration de magnats wisigoths en Septimanie. Telles étaient les fâcheux auspices sous lesquels commença ce qu’on a pu appeler-la période constituante-du royaume de Tolède : voir J. Orlandis, Historia de España, La España gótica, Madrid, 1977, p. 147. Sur les embarras des Pères du Concile, qui-n’osèrent jamais tirer en pratique les ultimes conséquences de la doctrine isidorienne sur la-tyrannie- : ib., p. 154.

44 Un exemple modeste, mais d’autant plus significatif, de l’influence exercée par les œuvres d’Isidore sur toutes les classes de la société alphabétisée, se trouve dans le Manuel (éd. Riché, SChr. 225) que Dame Dhuoda écrivit pour son fils. Elle cite trois fois (3, 6, 7 ; 3, 7, 5 ; 4, 1, 12) des maximes tirées des Synonyma d’Isidore, et elle tire des Etymologies les définitions étymologiques de karitas et d’oratio (2, 2, 32 et 2, 3, 2).

45 Le De natura rerum suit encore le plan des manuels antiques : voir notre éd., Bordeaux, 1960, p. 8-9. Sur le fond antique direct (en particulier les scolies astronomiques aux poètes classiques comme Virgile) et indirect (par la médiation d’auteurs patristiques), voir l’apparat de sources de l’éd., et notre bilan dans Isidore de Séville (cité n. 1), p. 469-538.

46 Chr. Lawson (p. 20* sq. de son éd.) a mis en évidence cette association dans 7 des mss. qu’il a recensés pour son éd. d’eccl. off., tous des VIIIe et IXe siècles, presque tous de France du Nord, deux seulement étant probablement issus des scriptoria de Lyon et Salzbourg. Dans la majorité des cas, les deux traités s’y succèdent dans l’ordre nat. – ecct. off.

47 Il est notable que Léandre, dans son homélie citée sup., n. 34, considère déjà l’unité de la foi et de l’Église comme une exigence de l’ordo naturalis (voir Concilios visigodos, p. 142 Vives), tandis que le Concile IV affirme, en son canon 12, qu’il faut respecter l’ordode la liturgie : « hic ordo deinceps retineatur », et décrète ensuite l’excommunion contre ceux « qui hunc ordinem perturbauerint ». Rapprocher aussi les titres du Liber ordinum et de l’Ordo de celebrando concilio (p. 170 sq. Orlandis et Ramos Lissón, op. cit. sup., n. 1) wisigothiques. Chez Isidore, l’ordre naturel est d’abord celui de la Création, comme il ressort de sa préface du De natura rerum : nat. praef. 3, p. 169, 21, « incipientes a die, cuius paene prima procreatio in ordine rerum uisibilium extat ». On trouve 11 autres emplois d’ordo dans le traité isidorien, en particulier pour désigner l’ordre des étoiles et des planètes (réf. ib., p. 421, s.v.). On s’explique mieux, ainsi, qu’en Irlande on ait pu attribuer ensuite à Isidore un traité De ordine creaturarum. Sur la reformatio carolingienne comme « remise en ordre », rapprocher, p. ex., deux passages de la célèbre lettre de Charles de litteris colendis (MGH, Cap., 1, 29, p. 78) : « praeter regularis uitae ordinem... sicut regularis norma honestatem morum, ita quoque docendi et discendi instantia ordinet et ornet seriem uerborum... ». Noter enfin que Rhaban Maur conçoit sa tâche de rédacteur du De naturis rerum comme une ordinatio (préface en PL 111, 9b) : « Quod idcirco ita ordinandum aestimaui ut lector... positam inueniret historicam et mysticam singularum rerum explanationem... » ; cette déclaration doit être rapprochée de celle d’Isidore dans sa préface (sup.).

48 Ces additions (voir tableau des trois recensions dans notre éd. p. 38) montrent que c’est aux insulaires qu’est due la grande-addition mystique-du chapitre 1,3 : elle porte sur le sens allégorique du jour comme image paulinienne de la Loi, puis sur les fêtes juives ; cette dernière partie, la plus longue, se compose d’extraits exégétiques de Jérôme sur les prophètes Ezéchiel, Osée et Zacharie (cf. ib., p. 174-177). Les insulaires ont donc accentué l’allégorisation de la nature, en procurant la troisième version du traité isidorien qui a circulé en Germanie (en particulier à Fulda, où Raban Maur a dû la connaître) et en Italie du Nord.

49 C’est l’un de ses premiers ouvrages : voir l’excellente édition de Ch. W. Jones dans le CC 123 A, Bedae uenerabilis opera, pars 1, Opera didascalica, p. 173-234 ; mais aussi l’introduction générale, p. XI-XII, et la bibliographie donné en p. XII, n. 1. Pour une vue d’ensemble sur l’œuvre de Bède : P. Hunter Blair, The World of Bede, Londres, 1970, et P. Brunhoelzl, Geschichte (citée sup., n. 15), p. 207-227.

50 Ce traité de la maturité de Raban Maur n’est toujours accessible que dans l’éd. de Cologne de 1617 reproduite dans la PL 111, c. 9-614. On a maintenant une bibliographie rabanienne, soigneusement compilée jusqu’en 1983, par H. Spelsberg, Rhabanus Maurus, Bibliographie, Fulda, 1984. On y constate que les études sur le De naturis rerum sont fort rares, en dehors de l’intéressant état des sources procuré par E. Heyse, Hrabanus Maurus’ Enzyklopädie « De rerum naturis », Untersuchungen zu den Quellen und zur Methode der Compilation, München, 1969, dont le second point annoncé par le sous-titre est encore rapidement traité. 11 n’existe à ce jour aucune monographie sur Raban et Isidore.

51 ISID. nat. praef. 2, p. 167, 11 : « secundum quod a ueteribus uiris ac maxime sicut in litteris catholicorum uirorum scripta sunt... 3. dehinc cetera de quibus opinari quosdam gentiles uel ecclesiasticos uiros nouimus... ». L’emploi de uel dans cette seconde phrase correspond bien à ce que nous avons appelé dans la culture isidorienne « la coexistence pacifique » des auteurs : tradition antique et tradition chrétienne sont mises sur le même plan – ici, en matière de sources de science naturelle – : voir notre Isidore de Séville 2, p. 799. Mais dans la première phrase, ac maxime accorde déjà une préférence aux auteurs chrétiens sur les « anciens » (ueteres uiri).

52 Lecteur et utilisateur des traités d’Augustin sur la Genèse (voir Ib., index 2, p. 933, 2), Isidore est l’auteur de Quaestiones in Genesim (PL 83, c. 207-288), qui sont parmi les moins mal conservées de ses diverses Quaestiones sur les deux Testaments. Faits et personnages de la Genèse tiennent également une place importante dans ses petits manuels complémentaires de science biblique (liste supra n. 5, série 3).

53 Nous en avons présenté la synthèse, en y étudiant l’utilisation isidorienne des sources patristiques sous le titre « L’astronomie mystique et la symbolique chrétienne du ciel », dans notre Isidore de Séville, 2, p. 541-570.

54 Il ne reste presque plus rien de la matière du traité d’Isidore, sous le titre identique De natura rerum : on s’en rendra compte précisément en parcourant les apparats de sources de l’éd. Jones dans le CC 123 A. À des fins de précision cosmographique, le jeune Bède a pillé le second livre de l’encyclopédie de Pline l’Ancien – qu’Isidore semble ne pas avoir connue –. L’Angleterre du VIIIe siècle (grâce aux voyages culturels de ses clercs à Rome : cf. Benoît Biscop) se trouvait ainsi logée à meilleure enseigne que l’Espagne wisigothique, en matière de sources cosmographiques antiques. Et l’école monastique de Jarrow pouvait s’adonner plus gratuitement à la pure étude de la science naturelle romaine.

55 CC 122 A, p. 189 : « Naturas rerum uarias labentis et aeui/perstrinxi titulis, témpora lata citis, /Beda Dei famulus. Tu fixa obsecro perennem/qui legis astra, super mente tuere diem » (« Les diverses natures des choses et du temps qui s’écoule, j’en effleurai les temps immenses en rubriques rapides, moi Bède serviteur de Dieu. Je t’en conjure, toi qui lis les astres fixés (au ciel), contemple, au-dessus d’eux, le jour qui est sans fin »). Les deux astronomies – antique et chrétienne, rationnelle et mystique – sont ici respectivement offertes à une lecture intellectuelle (legis) et à une contemplation spirituelle (mente tuere). Mais Bède s’est-il rendu compte qu’il exprimait cette invitation à s’élever des créatures visibles au Créateur invisible (conformément à Paul, Romains 1, 20) à travers une réminiscence de Lucrèce ? Celui-ci présente en effet la même alliance de mots dans un de ses plus beaux vers, pour exprimer l’idéal de sérénité de la contemplation philosophique : De rerum natura 5, 1203 : « sed mage pacata posse omnia mente tueri ». Il est en tout cas piquant de voir une telle alliance de mots remployée ainsi au service d’une contemplation béatifique chrétienne du Ciel et en épigraphe d’un nouveau De natura rerum.

56 Symétrie singulière, entre ces dédicaces à un évêque puis à un empereur (PL 111, 11d-14c et 9a-12c), et les deux dédicaces successives des Etymologies d’Isidore à un roi (Sisebut : ISID. epist. 6 : dédicace plus ancienne), puis à l’évêque de Saragosse (Id., epist. 5 : envoi du dernier état du ms. inachevé). Coïncidence, ou intention de la part de Raban, qui connaissait le dossier d’Isidore lettres + Étymologies ? La rencontre suggère, en tout cas, la même intention, de part et d’autre, de répondre à des sollicitations contemporaines, de servir la pastorale et de contribuer à la formation des clercs, mais aussi des laïcs les plus chargés de responsabilités.

57 PL 111, c. 9b : « Sunt enim in eo plura expósita de rerum naturis et uerborum proprietatibus, necnon etiam de mystica rerum significatione ».

58 Ib., c. 10a : « ut lector diligens in hoc opere et naturae proprietatem iuxta historiam et spiritualem significationem iuxta mysticum sensum simul posita inueniret ». Sur la valeur technique exégétique de iuxta historiam = iuxta litteram = « au sens littéral », cf. A. Blaise, DLAC, s.v., et chez Isidore lui-même, quaest. in Gen. praef. 3, PL 83, c. 208b : « quia iam pridem iuxta litteram a nobis sermo totus contextus est, necesse est ut, praecedente historiae fundamento, allegoricus sensus sequatur ».

59 Raban reprend la citation isidorienne de sap. 7, 17, mais en l’enrobant dans une citation bien plus ample tirée du même chapitre 7 du Livre de la Sagesse = sap. 1, 7-22 (PL 111, c. 11ab : dédicace à l’empereur). L’important est l’addition, ultérieure à la péricope isidorienne, des versets 20 et 21, qui incluent la connaissance des hommes, des animaux, des plantes, et de « toute réalité, cachée et imprévisible » (faux-sens de la Vulgate, qui, comme Raban, donne improuisa pour ce dernier mot – la traduction directe du grec est : « apparente » –). Cette addition permet en effet d’autoriser globalement l’inclusion de toutes les matières de l’encyclopédie isidorienne, et non seulement celles du De natura rerum dans le De rerum naturis de Raban.

60 De naturis rerum, praef. ad Ludouicum, PL 111, c. 10c : « Decreui enim... hoc totum opus in uiginti duos libros dispertiri, sub quo numero Vetus Testamentum legis diuinae interpres beatus Hieronymus complexum se asseruit ». S’inspirant plus littéralement du prologus galeatus de Jérôme à sa traduction de l’Écriture, Isidore attribuait encore cette division aux juifs : etym. 6, 1, 3 : « Hebraei autem Vetus Testamentum, Esdra auctore, juxta numerum litterarum suarum in uiginti duos libros accipiunt ».

61 Cet ordre n’est pas celui des Étymologies, qui commencent par les sept arts (livres 1-3), la médecine (4), le droit (5), avant d’aborder la triade des livres religieux (cf. sup., n. 12). Mais l’ordre descendant de Dieu aux hommes, dans le De rerum naturis, pourrait avoir été inspiré à Raban par celui des Sentences du même Isidore. Ainsi se mêleraient dans la représentation des naturae rerum chez Raban Maur (pluriel peut-être inspiré de Bède : sup., n. 55, prologue poétique au De natura rerum de Bède : « naturas rerum uarias »), les souvenirs et les emprunts combinés à trois œuvres d’Isidore : le De natura rerum, les Etymologiae, les Sententiae. Cela est conforme à l’esprit totalisant qui lui fait associer en un seul visage ceux d’Isidore naturaliste, encyclopédiste, moraliste et théologien.

62 Devant ces 22 livres, on pourrait dire, comme au seuil de la bibliothèque sévillane : « Il est ici bien des œuvres sacrées, il est bien des œuvres profanes » – mais en retournant et en superposant les deux parties de ce Versus in bibliotheca d’Isidore ». Car selon l’anagogie conseillée par Bède et Paul (sup., n. 55), Raban Maur fait monter constamment son lecteur des res à leur allegoria. Voir, sur ce point, les conclusions assez abstraites, parfois diffuses, mais justement attachées à montrer la part d’originalité de Raban Maur compilateur, dans M. Rissel, Rezeption antiker und patristischer Wissenschaft bei Hrabanus Maurus, Bern, 1976 (qui ne s’intéresse encore que très secondairement au De naturis rerum). Je n’ai pu consulter U. Fischer, Karolingische Denkart, Allegorese und Aufklärung, dargestellt in den Werken Hrabans von Mainz und Agobards von Lyon, Diss. Göttingen, 1955.

63 Ceux que, dès le VIe siècle, l’évêque de Carthagène, Licinien, avait appelés-les saints Pères antiques, docteurs et défenseurs de l’Eglise, Hilaire, Ambroise, Augustin, Grégoire » : Licin. epist. 1, 2, p. 86 éd. Madoz, « sancti antiqui patres, doctores defensoresque ecclesiae, Ilarius, Ambrosius, Agustinus, Gregorius ».

64 Ce « détour insulaire » par l’Irlande et l’Angleterre est mis en lumière sur notre carte de diffusion des mss. du De natura rerum : réf. à notre éd. sup., n. 45. Il a été illustré plus amplement encore par l’étude de B. Bischoff sur la diffusion européenne des œuvres d’Isidore, citée sup., n. 6. C’est un domaine important de la réception d’Isidore que nous avons tenu à l’écart – comme l’Italie et l’Espagne mozarabe : elles mériteraient respectivement des études menées dans un esprit analogue à celui de la présente esquisse, limitée au monde carolingien proprement dit –.

65 Il est symbolique, en ce sens, que le plus ancien fragment actuellement conservé des Étymologies ait été écrit en Irlande dès le VIIe siècle dans la plus ancienne écriture irlandaise (B. Bischoff, art. cité n. 6, p. 327), et qu’il soit aujourd’hui conservé dans la fondation colombanienne de Saint-Gall : notice et photographie dans CLA 7, 995. Ce fragment, qui contient un court passage du livre XI des Étymologies, pourrait avoir été écrit, selon B. Bischoff, « aux environs de la publication des Étymologies par Braulio, sinon même encore du vivant d’Isidore », Il propose concrètement l’énigme des raisons qui ont déterminé cette importation très précoce des œuvres d’Isidore d’Espagne en Irlande, du trajet qu’elles ont suivi pour y parvenir, du rôle capital joué par les Scotti dans la diffusion en Europe des œuvres du Sévillan, et plus généralement des œuvres wisigothiques.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search