Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Les réfugiés wisigoths dans le monde carolingien

Pierre Riché

Texte intégral

  • 1 Extrait du Preceptum pro Hispanis, éd. G. Tessier, Recueil des Actes de Charles le Chauve, I, n. 4 (...)

1Les conséquences de l’invasion de 711 pour l’Espagne et pour l’Occident ont été profondes et durables. Le monde franc a bénéficié de tous ceux qui fuyaient l’occupation musulmane et qui se réfugiaient au-delà des Pyrénées. Combien étaient-ils, il est difficile de le dire. Les textes carolingiens parlent des Hispani qui sont installés par les autorités et qui bénéficient du régime de l’aprision. Dotés de terres, ils doivent le service armé et sont protégés contre les interventions de leurs voisins. Charlemagne puis Louis le Pieux, en tant que roi d’Aquitaine, ensuite Charles le Chauve, par le Preceptum pro Hispanis du 11 juin 844, s’intéressent à ces hommes qui, « fuyant l’horrible joug des Sarrasins, ce peuple si hostile au nom chrétien, ont cherché chez nos aïeux un refuge, se sont soustraits à l’autorité des Sarrasins, et sans hésitation, librement et volontairement, se sont soumis à celle de nos pères et à la nôtre »1.

  • 2 Ardon, Vita Benedictí, 10, PL, 103, 358. Cf. E. Griffe, Histoire religieuse des pays de l’Aude, Pa (...)
  • 3 Théodulf, Poème30, MGH, Poet. Latini aevi Carol. 1, p. 522. Alcuin écrit une lettre à Olemund, MGH (...)

2À côté de ces hommes qui colonisaient les régions d’outre-Pyrénées, des moines venus également d’Espagne fondaient des établissements religieux. Ardon, biographe de Benoît d’Aniane, parle d’Attilio, de Nebridius et d’Anian2. Le premier restaura le monastère Saint-Thibéry près d’Agde, le second, dont nous reparlerons, fonda La Grasse, le troisième s’installa à Saint-Laurent et à Caunes. Un autre, Attala, chercha à fonder Magregerum dans l’Ampourdan, puis se fixa à Saint-Polycarpe de Razes. Theodulf, qui dans son poème Ad monachos sancti Benedictí célèbre ces moines, signale également Olemund, abbé de Montolieu3. Tous ces Hispani ou Goths forment un groupe important du royaume franc, qu’Alcuin salua en ces termes :

  • 4 Alcuin, Carm. 24, MGH, Poel. Latini aevi Carol. 1, p. 244.

Gens bona Gothorum semper, sine fine valeto,
Electus Domino populus, plebs inclyta, salve !
Praeclaris gentes vicistis maxime bellis
Quam multas quondam: hostes modo vincite Christi
Per clypeum fidei, per fortia tela salutis4.

  • 5 Cf. Wattenbach-Levison, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Vorzeit und Karolinger, II (...)

3Alcuin avait rencontré des Goths à la cour. Les princes carolingiens ont en effet attiré les Goths et leur ont demandé de les aider dans leur entreprise de réforme religieuse et intellectuelle. Certains historiens ont supposé que Charles Martel avait pris sous sa protection l’évêque Pirmin et l’avait aidé à fonder Reichenau en 724. L’origine wisigothique de Pirmin peut être éclairée par les « Spanish Symptoms » trouvés dans les manuscrits de Murbach, autre abbaye fondée par Pirmin, et par les parallèles entre le Scarapsus de Pirmin et le De correctione rusticorum de Martin de Braga5.

  • 6 Cf. les travaux de J. Semmler, cité dans l’article « Benedikt von Aniane » du Lexicon des Mittelal (...)

4Avec Witiza, plus connu sous le nom de Benoît d’Aniane, plus d’hésitation6. Le jeune homme, fils d’un comte goth, a fait ses débuts comme échanson à la cour de Pépin III vers 765. Quelques années après, il décide de quitter le siècle, s’installe à Saint-Seine où il pratique une ascèse rigoureuse, puis, déçu par les moines de l’abbaye, il se retire en 779 à Aniane, une propriété familiale. Après avoir recherché la meilleure règle à suivre, il se rallie à celle de saint Benoît de Nursie, obtient l’appui de Charlemagne puis de son fils Louis, roi d’Aquitaine, entreprend de réformer les monastères de ce royaume, ébauchant ainsi une sorte de « congrégation ». La Concordia regularum qu’il écrit met en rapport la Règle bénédictine et les autres législations monastiques. Lorsque Louis le Pieux devient empereur en 814, Benoît le suit à Aix et fonde le monastère voisin d’Inden. Il conseille le jeune empereur, préside le concile de 817 dans lequel se réunissent tous les abbés de l’Empire et, jusqu’à la fin de sa vie en 821, inspecte les monastères afin qu’ils suivent la même règle. Par certains côtés, l’œuvre de celui que l’on a nommé « saint Benoît II » annonce la réforme clunisienne du Xe siècle.

  • 7 E. Magnou Nortier, op. cit., p. 95, 98 ; Theodulf, MGH, Poet. 1, p. 522 ; lettre d’Helisachar dans (...)

5Benoît a été lié avec un autre abbé qui est sans doute d’origine wisigothique, Nebridius appelé aussi Nymfridius. Comme les Hispani, Nebridius et ses moines ont défriché le lieu dit Novalius, sur l’Orbieu, construit des maisons, planté des vignes, établissant ainsi ce qui devient l’abbaye Sainte-Marie de la Grasse en 799. Nebridius est ensuite nommé archevêque de Narbonne, où il introduit la liturgie romaine ; il est en relation avec Helisachar, abbé de Saint-Maximin de Trêves et chancelier de l’empereur Louis, qui lui envoie un exemplaire corrigé de l’Antiphonaire7.

6Le plus célèbre des Goths installés au palais royal est Théodulf. Né vers 760, peut-être dans les environs de Saragosse, il se trouve à vingt ans à la cour carolingienne, fait partie du cercle des lettrés et mérite même le surnom de Pindare. Dans son poème Ad Carolum regem, il évoque la cour et tous ceux qui gravitent autour du roi. Charles le remercie en lui confiant l’évêché d’Orléans et les abbayes de Fleury-sur-Loire, Saint-Aignan d’Orléans, Saint-Mesmin de Micy, Saint-Lifard de Meung. Du passage de Théodulf dans l’Orléanais il reste la charmante église de Germigny-des-Prés, qui, bien que très restaurée, témoigne de l’architecture et de la décoration carolingiennes revues par un Goth.

  • 8 Cf. P. Riché, art « Théodulf », dans Dictionnaire de Spiritualité, 15 (1990), p. 437-441.

7L’œuvre poétique, exégétique, théologique de Théodulf est bien connue8. Peut-être est-il en partie responsable de l’introduction, à la cour, de l’addition du filioque dans le Symbole de Nicée, puisque les conciles wisigoths en réaction contre l’arianisme avaient déjà ajouté l’expression. Pour Charlemagne, c’était un des éléments de son opposition à l’Église byzantine. Il demanda à Théodulf de rédiger un traité en faveur de la double procession du Saint-Esprit.

  • 9 Abadal (R. d’), La batalla del adopcianismo, Barcelone, 1949, et W. Braunfeld, « der Adoptianismus (...)
  • 10 Sur ce concile, cf. les différentes hypothèses mentionnées dans Y. Bonnaz, Chroniques asturiennes (...)
  • 11 Cf. les lettres d’Alcuin 137, 138, 187, 200, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 208, publiées dans MGH, (...)

8Théodulf participa également à la lutte contre l’hérésie adoptianiste qui, née à Tolède dans l’entourage de l’archevêque Elipand, gagna Urgell, et même le royaume d’Oviedo9. Avec l’archevêque de Lyon Leidrade, il fut envoyé en mission en Septimanie, donna son avis sur Félix d’Urgell et participa peut-être au concile d’Oviedo dans le royaume chrétien des Asturies10. D’autres Goths s’engagèrent dans la lutte contre l’adoptianisme, qui, pour certains historiens, correspondait à une manifestation anti-franque des nationalistes goths. Benoît d’Aniane, Nebridius, l’abbé Anian de Caunes, aidèrent Alcuin à combattre les idées de Félix d’Urgell et de ses partisans11. Après le concile de Francfort de 794, puis la soumission de Félix en 800, Lyon, où s’était installé une colonie de Wisigoths, fut choisi comme lieu de relégation de Félix.

  • 12 Sur Agobard, cf. E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon, Cologne, 1969, et, du même auteur, articl (...)
  • 13 Cf. Lettre à Nébridius, dans MGH, Epist. 3, p. 199-201.

9Leidrade de Lyon était d’origine bavaroise, mais, peut-être en raison de la proximité de ses amis goths, il avait été chargé de mission en Septimanie. Son disciple Agobard fut son successeur en 8l612. Agobard était né en 779 de parents goths. Il s’était installé à Lyon en apportant avec lui des manuscrits qu’il donna à son église, dont le fameux Agobardinus (manuscrit latin 1622 de la Bibliothèque nationale) qui contient des œuvres de Tertullien. Ce clerc lettré a beaucoup écrit et a beaucoup polémiqué. Il a pris position évidemment contre l’adoptianisme, mais aussi contre les superstitions populaires, et contre les innovations liturgiques d’Amalaire. Il doit à son origine wisigothique d’être on le sait, le seul évêque antijuif du monde carolingien. Il tenta même d’entraîner son confrère et sans doute compatriote, Nébridius de Narbonne, dans sa persécution des juifs13. C’est peut-être également son appartenance à la tradition wisigothique qui le conduit à défendre énergiquement l’unité politique de l’Empire, et à prendre parti pour Lothaire contre son père Louis qui voulait partager l’Empire entre ses fils. Il souhaite également une seule loi dans le monde carolingien : « Il n’y a plus ni gentils, ni juifs... ni barbares ni Scythes ni Aquitains, ni Lombards ni Burgondes ni Alamans, ni esclaves ni libres, tous ne sont qu’un en Christ ». Bref, Agobard veut transposer dans l’Empire l’idéal des rois wisigoths d’autrefois : un roi, une foi, une loi.

  • 14 Sur Claude, cf. article de C. Leonardi, dans Lexicon des Mittelalters, 2, 1983, 2132-2133 et G. Se (...)
  • 15 J. Chocheyras, « À propos de l’évêque Théodemir inventeur du tombeau de saint Jacques », dans Le M (...)

10Auprès d’Agobard, un autre Goth commence sa carrière ecclésiastique. Il s’agit de Claude, futur évêque de Turin14. Peut-être ami de Félix d’Urgell dans sa jeunesse, il est à Lyon vers 800 et commence à commenter l’Écriture. Son commentaire de la Genèse est achevé à la cour de Louis roi d’Aquitaine, installé au palais de Chasseneuil. Louis le nomme évêque de Turin en 817. Ses commentaires exégétiques, qui commencent seulement à être étudiés, ne sont pas bien reçus par tous, en particulier par un certain Théodemir, abbé de Psalmodi près de Nîmes. Théodemir, qui semble être lui aussi un Goth, dénonça Claude à l’empereur et mit en garde Nébridius15. Claude fut également accusé par Jonas d’Orléans mais sur un autre sujet, celui de la vénération des images.

  • 16 Cf. sa communication dans ce Colloque et, parmi ses nombreux articles, « Carolingian orthodoxy and (...)
  • 17 Cf. l’article de C. Novelli dans Cahiers Archéologiques, 1976, p. 93-101 et P. Bellet, « El Liber (...)

11Déjà après le deuxième concile de Nicée de 787, qui restaurait le culte des images, le Goth Théodulf avait, à la demande de Charlemagne, rédigé les Livres Carolins : ceci a été bien démontré par Ann Freeman16. Le deuxième iconoclasme byzantin, au début du IXe siècle, a donné lieu à de nouveaux débats en Occident. Louis le Pieux réunit à Paris en 825 un concile qui en discuta. Claude de Turin prit nettement position contre le culte des images, comme l’avait fait Théodulf17. Or celui qui lui répliqua dans un savant traité est Jonas, qui avait succédé en 818 à Théodulf écarté du siège d’Orléans pour des raisons politiques. Jonas, un Aquitain, qui fut le porte-parole de l’épiscopat sous Louis le Pieux, estimait peu orthodoxes les opinions des Goths.

  • 18 Lettre d’Amolon dans MGH. Epist. 5, p. 363-366, et lettre d’Agobard, ibid., p. 190.

12L’hostilité aux images conduisit Claude à se méfier du culte des reliques et, par suite, des pèlerinages. En cela, il rejoint également Théodulf qui écrivait : « Il vaut mieux vivre honnêtement chez soi que d’aller à Rome. On ne gagne par le ciel par les pieds, mais par les bonnes mœurs ». Les abus du culte des reliques sont également dénoncés par Amolon, successeur d’Agobard, dans une lettre à l’évêque de Langres. Agobard avait de son côté rapporté à Louis le Pieux que les juifs considèrent comme idolâtres les chrétiens qui vénèrent les images18. Ainsi, dans l’univers religieux carolingien, les réfugiés wisigoths font figure de rigoristes.

13Pour compléter cette présentation des Wisigoths qui jouèrent un rôle important dans la Renaissance carolingienne, il faut évoquer la figure de Smaragde, abbé de Saint-Mihiel, et de Prudence, évêque de Troyes.

  • 19 L. Holtz, préface de l’édition de Smaragdus, Liber in partibus Donati, Corpus Christianorum, Cont. (...)

14Le premier avait été souvent considéré comme un homme venu des îles Britanniques. En fait les derniers travaux, ceux de Louis Holtz particulièrement, prouvent son origine méridionale et vraisemblablement wisigothique19. Il fut sans doute présenté à Charlemagne par Théodulf et fut également consulté dans l’affaire du filioque. Il fut ensuite nommé abbé de Saint-Mihiel au Sud de Verdun, puis écrivit le Diadème des moines dans lequel Isidore de Séville est très souvent cité, la Via regia qui imitait un « miroir de princes » wisigoth, le Commentaire de la Règle de saint Benoît qui montre qu’il connaissait la Concordia regularum de Benoît d’Aniane.

  • 20 Annales de Saint-Bertin, éd. F. Gras, J. Vielliard et S. Clemencet, Paris, 1964, p. 84-85.

15Sur Prudence de Troyes nous n’avons pas beaucoup de renseignements, sinon ce que nous dit Hincmar de Reims dans un passage des Annales de Saint-Bertin20. Prudence, qui en fait s’appelait Galindo et qui peut-être avait pris son premier nom en souvenir du poète espagnol du Ve siècle, a été chargé à la cour de rédiger les Annales de Saint-Bertin à partir de 835.

16Il devint évêque de Troyes entre 843 et 846 et mourut en 861. Hincmar, qui lui succède alors dans la rédaction des Annales reconnaît qu’il était très lettré, mais ajoute : « Il se fit le défenseur acharné de l’hérésie et composa plusieurs écrits peu cohérents entre eux et contraires à la foi ».

  • 21 E. Amann, L’époque carolingienne, Paris, 1947, p. 320-332.
  • 22 Prudence, De praedestinatione, PL 115, 1009. Cf. A. Solignac, Dictionnaire de Spiritualité, 12 (19 (...)

17Par ces mots, Hincmar accuse Prudence d’avoir soutenu des thèses du moine Gottschalk concernant la double prédestination. Cette affaire qui passionna l’Église carolingienne pendant vingt ans, qui opposa les évêchés du Sud à ceux du Nord, est bien connue21. Hincmar, qui soutenait Raban Maur contre son ancien moine Gottschalk, avait demandé l’aide de Jean Scot Erigène, qui, en s’appuyant sur les arguments de la dialectique, écrivit un traité De la prédestination. Prudence, avec une fougue toute wisigothique, lui répliqua point par point dans un ouvrage de plusieurs centaines de pages22. En conclusion il traite la doctrine de Jean de « science vaine et gonflée de folie sophistiquée, de dispute verbeuse ». Il oppose au quadrivium des arts libéraux le quadrige évangélique : « Laisse là le quadrivium de vanité qui t’a poussé hors des chemins de la vérité. Le quadrige qui garde ce chemin, ce sont les quatre sens de l’Écriture. Si tu les avais suivis, tu ne serais pas tombé dans un tel précipice d’erreurs, d’abominations et de blasphèmes ».

18En dehors de ce traité, Prudence a laissé quelques œuvres de morale, des extraits de Psaumes adressés à une aristocrate, peut-être l’impératrice Judith mère de Charles le Chauve. Bien que de santé délicate, il continua à travailler jusqu’au bout : comme le dit Hincmar,-il n’a cessé d’écrire qu’en cessant de vivre ».

19La Renaissance carolingienne ou plutôt les Renaissances carolingiennes, celles du VIIIe siècle puis du IXe, ont donc tiré grand profit de la présence des lettrés d’origine wisigothique. On peut ajouter que leur influence a été grande en deux domaines particuliers, celui de la liturgie et celui du droit canon.

  • 23 A. Olivar, « Survivances wisigothiques dans la liturgie catalano-languedocienne », dans Cahiers de (...)

20Sans insister sur le domaine de la liturgie qui a déjà été traité, rappelons que si Charlemagne a cherché à introduire la liturgie romaine en Septimanie, puis dans la Marche d’Espagne, la liturgie wisigothique a exercé son influence sur la liturgie catalane et languedocienne ; ainsi la cérémonie du mariage dans le Midi de la France a été pendant plusieurs siècles marquée par l’héritage wisigoth. Le lectionnaire de la messe connu sous le nom de Liber Commicus a été connu dans les abbayes du Sud, et Benoît d’Aniane, et non Alcuin comme on le croyait autrefois, est l’auteur du Supplément au Sacramentaire grégorien envoyé à Charlemagne par le pape Hadrien23.

  • 24 G. Martínez Díez, La colección canónica Hispana, 4 vol., Madrid, 1966-1982. Cf. J. Gaudemet, Les s (...)
  • 25 H. Fuhrmann, Einfluss und Verbreitung der pseudoisidorischen Falschungen, Munich, 1974, et « Pseud (...)
  • 26 J. Dévissé, Hincmar archevêque de Reims, Genève, 1976, t. 3, p. 1409 sq.

21Les collections canoniques espagnoles se sont introduites en Gaule et ont fortement influencé les clercs carolingiens. Il ne s’agit pas seulement des textes du VIe siècle, Liber Complutensis, Capitula de Martin de Braga, Epitomae hispanicae représentés par de nombreux manuscrits, mais surtout de l’Hispana, collection terminée à la fin du VIIe siècle et qui donne les textes de 67 conciles d’Orient et d’Occident et de 105 décrétales24. L’Hispana est connue par 17 manuscrits dont l’un avait appartenu à Rachio, évêque de Strasbourg en 787. Elle est utilisée dans les capitulaires carolingiens, dans les Fausses Décrétales qui comme par hasard sont attribuées à un certain Isidore25. Hincmar utilisa l’Hispana à propos des biens ecclésiastiques, des mœurs des clercs, de la fonction épiscopale, de la pénitence, de la procédure judiciaire, etc.26.

  • 27 Cf. Y. Congar, L’ecclésiologie du Haut Moyen Âge, Paris, 1968, p. 298-299. M. Reydellet, « La conc (...)
  • 28 P. Riché, « La Bible et la vie politique dans le Haut Moyen Âge », dans Le Moyen Âge et la Bible, (...)
  • 29 Barrau Dihigo, « Études sur les Actes des rois asturiens », dans Revue hispanique, 1919, p. 128. C (...)

22Les collections canoniques wisigothiques ont fait connaître aux Carolingiens les idées d’Isidore de Séville présidant le IVe concile de Tolède, sur le rôle du roi comme ministre de Dieu. Jonas d’Orléans au concile de 829 et dans son traité De institutione regia rappelle les mots d’Isidore : « Reges a regendo vocati... Non autem regit qui non corrigit ; rex a recte agendo dicitur »27. Bien plus, les Carolingiens ont repris aux Wisigoths l’institution du sacre en 751. Sans doute le doivent-ils peut-être autant à leur relecture des Livres des Rois qu’aux influences wisigothiques, mais l’influence de l’Ancien Testament est aussi grande en Espagne que dans le monde franc28. Comme David, qui confondait pouvoir civil et religieux, les rois wisigoths et les rois francs estiment qu’ils sont responsables et de l’Église et de l’État. Cela est vrai encore au IXe siècle dans le royaume chrétien d’Espagne. En 856, le roi Ordoño I prescrit à l’abbé de Samos de visiter le premier de chaque mois les monastères qui dépendent de lui, afin d’y maintenir la discipline. Il ordonne aux moines vivant dans ces monastères et aux alentours d’assister à la visite de l’abbé. Il donne à celui-ci pleins pouvoirs pour châtier les coupables et lui enjoint d’emprisonner puis de renvoyer devant le tribunal royal les rebelles et les contumaces à titre d’exemple29.

23Un souverain carolingien n’aurait pas parlé différemment.

Notes

1 Extrait du Preceptum pro Hispanis, éd. G. Tessier, Recueil des Actes de Charles le Chauve, I, n. 46, Paris, 1943, p. 127. Sur les Hispani, cf. l’article de A. Dupont, « L’aprisio et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France de la fin du VIIIe siècle au début du Xe », dans Le Moyen Âge, 1965, p. 179-213 et 375-399. Depuis, E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’Église dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fin du VIIIe siècle à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1974, p. 111-113.

2 Ardon, Vita Benedictí, 10, PL, 103, 358. Cf. E. Griffe, Histoire religieuse des pays de l’Aude, Paris, 1933, p. 190.

3 Théodulf, Poème30, MGH, Poet. Latini aevi Carol. 1, p. 522. Alcuin écrit une lettre à Olemund, MGH, Epist. 4, p. 430.

4 Alcuin, Carm. 24, MGH, Poel. Latini aevi Carol. 1, p. 244.

5 Cf. Wattenbach-Levison, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Vorzeit und Karolinger, II Heft, Weimar, 1953, p. 178-179. Contre cette hypothèse, cf. A. Angenendt, Monachi Peregrini. Studien zur Pirmin und den monastischen Vorstellungen des frühen Mittelalters, Munich 1972, p. 234-242.

6 Cf. les travaux de J. Semmler, cité dans l’article « Benedikt von Aniane » du Lexicon des Mittelalters 1, 1864-1867 (1980) et de E. Von Severus dans Theologische Realencyklopaedie, Berlin 5 1980 p 535-538.

7 E. Magnou Nortier, op. cit., p. 95, 98 ; Theodulf, MGH, Poet. 1, p. 522 ; lettre d’Helisachar dans MGH, Epist. 3, p. 307.

8 Cf. P. Riché, art « Théodulf », dans Dictionnaire de Spiritualité, 15 (1990), p. 437-441.

9 Abadal (R. d’), La batalla del adopcianismo, Barcelone, 1949, et W. Braunfeld, « der Adoptianismus, Alkuin und Spanien », dans Karl der Grosse 2, Düsseldorf, 1965, p. 95-115.

10 Sur ce concile, cf. les différentes hypothèses mentionnées dans Y. Bonnaz, Chroniques asturiennes (fin IXe siècle), Paris, 1987, p. 87 et 88, n. 13. L. Barrau-Dihigo pensait qu’il s’agissait d’un faux, tandis que Cl. Sánchez Albornoz croyait en la réalité de ce concile.

11 Cf. les lettres d’Alcuin 137, 138, 187, 200, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 208, publiées dans MGH, Epist. 4, p. 210-215.

12 Sur Agobard, cf. E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon, Cologne, 1969, et, du même auteur, article dans Theologische Realencyklopaedie, 2, Berlin, 1978, p. 101-103.

13 Cf. Lettre à Nébridius, dans MGH, Epist. 3, p. 199-201.

14 Sur Claude, cf. article de C. Leonardi, dans Lexicon des Mittelalters, 2, 1983, 2132-2133 et G. Sergi, dans Dizionario biografico degli Italiani, 26, 1982, p. 157-161. On peut encore consulter l’article de F. Vernet dans DTC, 2, p. 12-19.

15 J. Chocheyras, « À propos de l’évêque Théodemir inventeur du tombeau de saint Jacques », dans Le Moyen Âge, 1990, p. 25-29, qui signale la thèse de IIIE cycle de A. Castes, Cinq évêques Hispani dans l’Empire carolingien. Leur influence sur l’idéologie et la pratique épiscopale, Université de Toulouse II, 1986.

16 Cf. sa communication dans ce Colloque et, parmi ses nombreux articles, « Carolingian orthodoxy and the fate of the Libri Carolini », dans Viator, 1985, p. 65-108.

17 Cf. l’article de C. Novelli dans Cahiers Archéologiques, 1976, p. 93-101 et P. Bellet, « El Liber de imaginibus », dans Analecta sacra Tarraconensia, 1953, p 151, et A. Boureau, « Les théologiens carolingiens devant les images religieuses », dans Colloque Nicée II, éd. Boesplug, Paris, 1987.

18 Lettre d’Amolon dans MGH. Epist. 5, p. 363-366, et lettre d’Agobard, ibid., p. 190.

19 L. Holtz, préface de l’édition de Smaragdus, Liber in partibus Donati, Corpus Christianorum, Cont. Mediaevalis, 68,1986, p. VII-XI. Cf. également J. Gil, préface de l’édition du Corpus scriptorum muzarabicorum, Madrid, 1975, t. 1, p. XLVII.

20 Annales de Saint-Bertin, éd. F. Gras, J. Vielliard et S. Clemencet, Paris, 1964, p. 84-85.

21 E. Amann, L’époque carolingienne, Paris, 1947, p. 320-332.

22 Prudence, De praedestinatione, PL 115, 1009. Cf. A. Solignac, Dictionnaire de Spiritualité, 12 (1986), col. 2491-2492.

23 A. Olivar, « Survivances wisigothiques dans la liturgie catalano-languedocienne », dans Cahiers de Fanjeaux 17, 1982, p. 157-172. J. Molin, « L’héritage wisigothique dans la liturgie du mariage du midi de la France », dans Actes du congrès des sociétés savantes (Perpignan, 1981), Paris, 1984, p. 255. J. Deshusses, « Le « Supplément » au Sacramentaire grégorien : Alcuin ou saint Benoit d’Aniane ? », dans Archiv für Liturgiewissenschaft, 1965, p. 48-71.

24 G. Martínez Díez, La colección canónica Hispana, 4 vol., Madrid, 1966-1982. Cf. J. Gaudemet, Les sources du droit de l’Église en Occident du IIe au VIIe siècle, Paris, 1985, p. 149-161.

25 H. Fuhrmann, Einfluss und Verbreitung der pseudoisidorischen Falschungen, Munich, 1974, et « Pseudoisidorische Falschungen », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, 1985, p. 80-85.

26 J. Dévissé, Hincmar archevêque de Reims, Genève, 1976, t. 3, p. 1409 sq.

27 Cf. Y. Congar, L’ecclésiologie du Haut Moyen Âge, Paris, 1968, p. 298-299. M. Reydellet, « La conception du souverain chez Isidore de Séville », dans Isidoriana, León, 1961, p. 457-466.

28 P. Riché, « La Bible et la vie politique dans le Haut Moyen Âge », dans Le Moyen Âge et la Bible, éd. P. Riché et G. Lobrichon, Paris, 1984, p. 385-399, et W. Hartmann, « Die karolingische Reform und die Bibel », dans Annuarium historiae conciliorum, 1986, p. 58-74.

29 Barrau Dihigo, « Études sur les Actes des rois asturiens », dans Revue hispanique, 1919, p. 128. Cité par J.-B. Mahn, « Le clergé séculier à l’époque asturienne 718-910 », dans Mélanges Louis Halphen, Paris, 1951, p. 460.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search