Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Le rayonnement de l’hagiographie hispanique en Gaule pendant le haut Moyen Âge : circulation et diffusion des Passions hispaniques

Rosa Guerreiro

Texte intégral

1Il me revient la tâche d’examiner comment s’est effectuée la diffusion d’une partie du sanctoral hispanique hors des limites péninsulaires. Mon exposé s’organisera autour de trois points. D’abord, une brève présentation du Passionnaire hispanique, avec une évocation des étapes de sa formation et de ce qui fait la spécificité de son contenu. Ensuite, les régions de la Gaule où un certain nombre de textes hagiographiques ont été reçus, et où certains cultes se sont implantés : ce qui m’amènera à examiner quelques cas exemplaires pour mieux comprendre l’histoire de la transmission de ces textes : Saint-Pierre-de-Moissac, Saint-Paul-de-Narbonne, Saint-Martial-de-Limoges, Saint-Germain-d’Auxerre, Saint-Denis, Saint-Germain-des-Prés, et d’autres cas où l’on ne peut pas adjuger une origine avec certitude. En dernier lieu, en guise de conclusion, j’essayerai de dégager l’importance de ces cultes hors de la péninsule et de mettre en relief les relations entre les différents centres monastiques, comme relais culturels et spirituels dans la transmission des textes et la diffusion d’une partie du sanctoral hispanique.

2Le Passionnaire hispanique nous est transmis par un petit nombre de témoins manuscrits, seuls survivants d’une masse qui devait être bien plus considérable, à en juger par les références à ce livre liturgique que l’on trouve dans les inventaires, catalogues de bibliothèques et cartulaires, sous le nom de Passionum, Liber Passiones, Passionarium.

  • 1 Le fragment le plus important est celui qui se trouve inséré dans le manuscrit 822 de la Biblioteca (...)
  • 2 M. Díaz y Díaz, Códices visigóticos de la monarquía leonesa. León, 1983, p. 424-425. Janini a opéré (...)
  • 3 B. de Gaiffier, « La Passion des Saints Syriaque et Paule », Analecta Bollandiana, 60,1942. Signalo (...)
  • 4 Idem « Inventio et Translatio de saint Zoïle de Cordoue », ibid. 56, 1938, p. 361-369.
  • 5 Cela expliquerait l’absence presque totale de martyrologe en Espagne : on ne connaît que deux abrég (...)

3Un certain nombre de fragments relativement importants nous est parvenu : au cours de mon enquête, j’ai réussi à en recenser environ 80, souvent pages de garde, folios palimpsestes, feuilles détachées1. Les témoins entiers sont les suivants : deux membra disiecta qui se trouvent partagés entre le n.a.l. 2180 de la Bibliothèque Nationale de Paris et le 494 de la Biblioteca Nacional de Madrid (fos 23-59), il est du Xe siècle, originaire de Silos, et avait été offert à l’abbaye de Valdeavellano2. Le n.a.l. 2179 est aussi originaire de Santo Domingo de Silos, de la fin du XIe siècle. Il a une parenté certaine avec un manuscrit du milieu du Xe siècle de San Pedro de Cardeña écrit par le copiste Endura, aujourd’hui à la British Library add. 25.600. Presque un siècle plus tard, on lui a ajouté un quaternion avec trois Passions : celles d’Argentea, une martyre mozarabe, des saints Cyriaque et Paule, martyrs africains du IVe siècle3, et l’inuentio de saint Zoïle de Cordoue4. Ces pièces font penser à une origine cordouane : des critères paléographiques – type d’écriture allongée comme on en voit dans d’autres manuscrits de provenance mozarabe du sud – pourraient, je pense, le prouver. À l’extrême fin du XIe siècle, on fit un deuxième volume, qui se trouve à l’Escorial sous la cote B.1.4 : les textes ont été ajoutés sans ordre liturgique apparent, contrairement aux autres Passionnaires. Comme il est possible de le déduire de ce préambule, tous ces passionnaires proviennent d’une région assez circonscrite : la Castille. Le Passionnaire du XIe siècle, tel que nous le saisissons à ce stade de son évolution, avant le changement de la liturgie hispanique, contenait 115 Passions, le « noyau dur » étant constitué des 17 Passions de martyrs hispaniques, d’une grande série de martyrs orientaux, de saints de l’Église de Rome, de Milan et de la Sicile ; paradoxalement, très peu de saints africains, et quelques martyrs gaulois qui ne viendront s’ajouter qu’à cette époque : Baudèle de Nîmes, Ségolène de Troclars, Privat de Gévaudan, Maurice d’Agaune et saint Denis. C’est aussi à cette époque que ces textes ont dû subir une série de retouches destinées à les rendre plus homogènes dans leur présentation, qui est, d’ailleurs, tout à fait caractéristique de l’Espagne : un lemme développé – sorte de « carte d’identité » du martyr avec son nom, le lieu du supplice, le praeses et la date –, qui tient lieu de lecture martyrologique5 ; et des doxologies, souvent identiques, où perce un certain souci d’affirmer la foi trinitaire.

4Cependant, l’Urtext doit être déjà cherché au IVe siècle, à l’époque de Prudence, qui a eu devant les yeux des libelli contenant des Passions pour rédiger son Peristephanon. Au Ve siècle, saint Augustin connaissait parfaitement deux Passions : celles de saint Vincent de Saragosse et de saint Fructueux de Tarragone et de ses compagnons, dont il cite deux passages presque textuellement d’après la recension hispanique.

  • 6 M. Díaz y Díaz, « Passionnaires, légendiers et compilations hagiographiques dans le haut Moyen-Âge (...)
  • 7 Id. « Anotaciones para una cronología del Pasionario hispánico » Mélanges Férotin ; Madrid, CSIC, I (...)
  • 8 L’édition de J. L. Moralejo, J. Gil Fernández, J. L. Ruiz Dela Peña, Crónicas Asturianas, Universid (...)

5Ce n’est qu’au cours du VIIe siècle, vraisemblablement, que ces libelli ont commencé à être rassemblés pour les nécessités d’une lecture liturgique : l’activité d’un Julien de Tolède n’est pas étrangère à cette entreprise de rassemblement et de réorganisation6. L’ancienneté de certains textes peut même se déduire des citations que l’on trouve en d’autres compilations hagiographiques du VIIe siècle comme les Vitae Patrum Emeretensium et les œuvres de Valerius du Bierzo7. Les Passions apparaissent citées dans les Chroniques rédigées dans le royaume asturien, aux VIIIe et IXe siècles8. Le martyrologe dit de l’Anonyme de Lyon du VIIIe siècle, prouve, comme nous le verrons, qu’à cette époque il existait déjà une série homogène et ordonnée de textes, qui va encore s’enrichir d’apports extérieurs jusqu’au Xe et XIe siècles.

  • 9 Pasionario hispánico (siglos VII-XI) ; T. I : Estudio, 1953 ; T. II : Textos, 1955, (Monumenta Hisp (...)
  • 10 M. Díaz y Díaz, « Correcciones y conjecturas al Pasionario hispánico », Revista de Archivos, Biblio (...)

6L’étude sur le Passionnaire n’est pas simple, en l’état actuel des travaux critiques. La seule édition qui existe actuellement est celle réalisée par A. Fabrega Grau9 qui se fonde surtout sur une photographie du manuscrit add. 25.600 de la British Library. Une nouvelle édition s’imposerait, uniquement des Passions hispaniques, en privilégiant les variantes des n.a.l. 2179 et 2180, meilleurs témoins d’une tradition plus ancienne, quoique plus tardifs10, et en prenant en considération d’une part les divers fragments, d’autre part, comme nous le verrons par la suite, l’ensemble des manuscrits de la région Septimanie-Aquitaine.

7Je m’efforcerai de suivre la tradition manuscrite. De ce point de vue, il est important de mettre en relation la diffusion d’un texte hagiographique avec l’essor d’un culte, qui bien souvent prend racine à la faveur de la translatio d’une relique, ou de l’inuentio d’un corps. Beaucoup de cultes se sont enracinés parce que l’on s’est procuré expressément une relique : ce sera le cas de saint Cucufat à Saint-Denis, des martyrs cordouans à Saint-Germain-des-Prés ; ensuite, les abbayes qui ont des liens privilégiés avec celle qui recèle les reliques reçoivent le culte et se préoccupent de copier le texte. Ainsi comprenons-nous mieux la dynamique de la transmission de ces textes, ou de leur éventuelle réécriture. Tous les saints hispaniques ne sont pas connus – loin de là – et parfois nous ne pouvons pas trouver les raisons claires de l’apparition d’un texte dans un lieu donné. En effet, tous les textes ne circulent pas au-delà de la frontière des Pyrénées. D’ailleurs, les Pyrénées seront moins une barrière que la limite formée par la Loire au nord et le Rhône à l’est. Au sud de cette limite se trouvent les régions de la Septimanie et de l’Aquitaine, régions qui ont eu au cours des siècles des liens politiques et sociaux assez étroits avec la péninsule Ibérique, comme il sera montré au cours de ce colloque.

Septimanie- Aquitaine

Saint-Pierre-de-Moissac, Saint-Martial-de-Limoges, région de Poitiers

8Les recueils qui seront examinés ici appartiennent tous à la tradition hispanique. La recension des textes est la même ; ceux-ci ont, en outre, les mêmes caractéristiques extérieures, c’est-à-dire, des lemmes développés. Ces Passionnaires sont à cet égard des témoins manuscrits de la tradition hispanique, au même titre que ceux de Castille qui viennent d’être présentés. La limite atteinte par cette tradition se place à Poitiers : au-delà, nous ne rencontrons aucun manuscrit présentant ces caractéristiques.

  • 11 Pour cette dernière hypothèse, voir R. Etaix, « Quelques homéliaires de la région catalane », Reche (...)
  • 12 La première fait partie du légendier de Moissac.
  • 13 E. Jeauneau, Jean Scot, Homélies sur le prologue de Jean (Sources chrétiennes, 151), Paris 1969, p. (...)
  • 14 Ni Fabrega Grau, ni Moretus ne parlent de ce ms. dans leurs études respectives : Santa Eulalia de B (...)
  • 15 Calqué sur un épisode bien connu de la Vie de saint Augustin par Possidius, où le jeune prêtre apte (...)

9La Septimanie, l’ancienne Gothia, est représentée par un ensemble de Passions hispaniques insérées dans deux homéliaires-légendiers qui sont apparentés ; ils sont originaires de Saint-Paul-de-Narbonne ou de la Cathédrale d’Elne11 : ce sont les lat. 5302 et la 2e partie12 du lat. 5304 de la Bibliothèque Nationale de Paris. Ils contiennent également des pièces de l’homéliaire de Tolède et reproduisent un prologue de Jean Scot uniquement transmis par des témoins de l’Espagne du nord13. Ces deux manuscrits composites du XIe siècle ont des caractéristiques communes : les deux Eulalies de Mérida et de Barcelone sont à leur place14. Le lemme de Léocadie de Tolède porte conuersio au lieu de confessio ; la Passion de saint Vincent est celle de la recension hispanique ; seulement, le lat. 5302 a ajouté d’une main contemporaine du manuscrit, dans la marge gauche du f° 183, l’interpolation concernant la généalogie de saint Vincent15. Les lemmes sont, d’une manière générale, ceux du Passionnaire hispanique.

Saint-Pierre-de-Moissac

10Il serait trop long de relever ici les liens qui unissent Saint-Pierre-de-Moissac à l’Espagne. Sur la route du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce monastère a été considéré comme la tête de pont de l’infiltration clunisienne. Mais les liens étaient plus anciens, comme nous aurons l’occasion de le voir à présent en examinant un manuscrit qui retiendra toute notre attention : le lat. 17.002 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du Xe siècle.

  • 16 Saint-Vamnès, un martyr perse, qui ne figure nul part ailleurs, saint Eptadius, prêtre du Cervon et (...)
  • 17 Il revient à François Dolbeau d’avoir signalé l’importance de ce légendier aquitain et les parties (...)
  • 18 Léocadie est morte dans sa cellule à la suite des sévices subis, d’où la nuance du lemme qui, en gé (...)
  • 19 « In diebus illis Eulalia sancta Barcinonensium cives et incola nobilisgenere a teñera etate etc »
  • 20 « Supervivencias del Pasionario en Cataluña », Analecta Sacra Tarraconensia, 28, 1955, p. 15-16.
  • 21 Dans ce fragment, à la fin de la notice sur sainte Eulalie de M., qui est ici à sa juste place du I (...)
  • 22 La table des matières est écrite en minuscule caroline ; pour ce manuscrit voir : M. Brown, « Paris (...)

11Ce manuscrit constitue le deuxième volume du lat. 5304, qui, d’ailleurs, ne contient pas de Passion hispanique. Naguère, le Père B. de Gaiffier, dans son dernier article, s’était intéressé à ce manuscrit pour y signaler trois Passions rares16. Ce légendier contient l’importante proportion de 11 martyrs hispaniques sur 17. Ce manuscrit de 272 feuillets réunit de manière factice 3 parties : seuls les folios 2 à 245 constituent le Légendier de Moissac à proprement parler. Il convient de remarquer également qu’à partir du f° 217, il n’y a plus d’ordre chronologique dans l’agencement des Passions17. Arrêtons-nous un peu sur quelques-unes de ses caractéristiques hagiographiques. Les lemmes sont identiques à ceux du Passionnaire hispanique. Néanmoins, nous trouvons deux exceptions, qui pourront d’ailleurs nous orienter vers le modèle de ce manuscrit. Au f° 196, le lemme de Léocadie ne porte ni confessio, ni conversio, mais passio18. Il y a une confusion quant à la date des deux Eulalies. En effet, au f° 195v on peut lire : Passio sanctae Eulaliae virginis quae passa est in civitate Barcinona sub Datiano preside IIII idus decembris, alors que la date exacte est le Die pridie idus februarias. Le texte, en revanche, correspond à celui de le recension hispanique19. Quelques folios plus loin, nous avons la fête de celle de Mérida annoncée : Passio sanctae ac beatissimae Eulaliae virginis et martiris Christi quae passa est in civitate Emerita sub Calpurniano preside die idus decembris. Il y a là, je crois, une contamination avec un modèle qui porterait cette erreur. Deux hypothèses sont possibles : l’une, avancée par Ainaud de Lasarte dans son étude sur quelques fragments de Passionnaires catalans20 tend à laisser croire qu’un fragment conservé à Moya, bien que tardif, pourrait comporter cette erreur21. Cette erreur, nous la trouvons déjà chez Bède et dans un témoin manuscrit de son époque (qui aurait pu d’ailleurs lui servir de modèle), copié dans la région de Canterbury et qui très tôt se trouva à Saint-Pierre-de Beauvais : le lat. 10.861 de la Bibliothèque Nationale de Paris, en écriture anglo-saxonne22. Cette explication paraît, à première vue, ingénieuse. La Passion d’Eulalie de Barcelone contaminée par celle de son homonyme (BHL 2696) n’a pas circulé en Espagne, on ne la trouve dans aucun autre fragment catalan ; elle est à mon avis une création insulaire. En Septimanie, comme nous l’avons vu à propos des deux manuscrits qu’on vient d’examiner, et ailleurs en Catalogne, la tradition d’Eulalie était trop vive pour qu’on pût se tromper de date. Ainsi, Moissac se trouverait au carrefour d’influences diverses.

  • 23 F. Dolbeau, « Anciens possesseurs », p. 200. Le terminus post quem serait donné par les vies des sa (...)
  • 24 Lat. 5306, f° 116 v : on trouve le lemme avec une erreur de transcription : -Incipit passio sancti (...)
  • 25 F° 100 du lat. 3809A.
  • 26 Guy Philippart, « Une recensión franco-hispanique des Acta Cypriani », Analecta Bollandiana, 90, 19 (...)

12Nous devons à présent comparer ce manuscrit à un autre plus tardif, en deux volumes constitués par les lat. 3809A + 5306 de la Bibliothèque Nationale de Paris, habituellement datés du XIVe, voire XVe et que je daterais volontiers de l’extrême fin du XIIIe siècle23. Son origine exacte est inconnue ; il serait à placer dans le sud de l’Aquitaine, peut-être même en Septimanie. Il transmet un grand nombre de Passions hispaniques, avec leurs lemmes, et quelques autres textes rares, comme celui de sainte Salsa (au f° 49v du 3809A), martyre africaine, qui ne nous est connue par ailleurs qu’à travers le n.a.l. 2179 originaire de Silos. Il contient aussi deux Passions lusitaniennes que l’on ne trouve que dans le Passionnaire hispanique : saint Mancius d’Evora24 et les saints Vérissime, Maxime et Julie de Lisbonne25. Il convient de remarquer que dans le lat. 3809A, aux folios 245v-246, on trouve la même erreur de datation concernant les deux Eulalie, ce qui pourrait constituer une preuve pour assigner à ce légendier, ainsi qu’à celui de Moissac, un même modèle. Pour corroborer cette hypothèse, signalons que la recension de la Passio Cypriani leur est commune : il s’agit de la même que celle que l’on trouve dans le n.a.l. 2180 de Silos26.

  • 27 Il commence par : « Innumeras populus et infinita mutitudo... » ; et finit par : « Multi territi et (...)

13Moissac n’a pas seulement le légendier que nous venons d’examiner. Le lat. 5298 de la Bibliothèque Nationale de Paris a aussi attiré mon attention. Il ne s’agit pas seulement d’un légendier, mais d’un homéliaire-évangéliaire, comportant 128 feuillets. On y trouve au f° 119 la passion de sainte Eulalie de Mérida avec un lemme : passio Sanctae Eulaliae martyris/////, le reste sur deux lignes a été visiblement gratté. Le texte27 est un abrégé qui finit avec ce qui correspond au paragraphe 16 de l’édition de Fabrega Grau. Je vois là une preuve de l’hésitation du copiste devant le ou les modèles qu’il avait à sa disposition, ou encore, devant un lecteur qui, flairant l’erreur, a cru bon d’effacer simplement les lignes.

Saint-Martial-de-Limoges

  • 28 Une Vie de saint-Martial se trouve dans les derniers feuillets du n.a.l 2170 de la Bibliothèque Nat (...)
  • 29 D. Gaborit-Chopin, La décoration des manuscrits à Saint-Martial-de-Limoges et en Limousin du IXe au (...)
  • 30 Fragment du rouleau mortuaire du moine Gauzbert : J. Dufour, « Les rouleaux et les encycliques mort (...)
  • 31 <Tunc ira>tus Dion iussit eo in immo carceris retrudi.... jusqu’à la fin : « et ita conlocavit corp (...)

14Les relations de cette abbaye, notamment avec Santo Domingo de Silos qui rendait un culte à saint Martial, ont toujours été bien connues28. Son scriptorium a été aussi bien analysé29. Les légendiers de Saint-Martial n’ont pas livré, comme ceux de Moissac, une série de textes sur les martyrs hispaniques. Je vais en considérer deux qui m’ont paru intéressants, surtout à cause de leur ancienneté, puisqu’ils datent l’un et l’autre du Xe siècle. Le lat. 2262 de la Bibliothèque Nationale de Paris est surtout connu pour ses feuilles de garde qui contiennent des rouleaux mortuaires30. Ce manuscrit de 172 feuillets, contient notamment la Regula pastoralis, avec d’importantes gloses marginales. Au f° l66v on trouve sous l’écriture bien connue de Bernard Itier, bibliothécaire à Saint-Martial au XIIIe siècle, un fragment de la Passion des saints Aciscle et Victoria de Cordoue. Il s’agit là, très certainement, d’un membrum disiectum d’un autre légendier : les feuilles sont très abîmées, en écriture du Xe siècle, peut-être début du XIe, à l’encre sepia très pâle. On arrive, néanmoins, à lire ce qui correspondrait au début du paragraphe 8 de l’édition de Fabrega Grau31.

  • 32 Le terminus post quem nous est donné par la Vita Geraldi.
  • 33 Gaborit Chopin (cité n. 29) p. 205-
  • 34 Lat. 5310 au f° 193v : « Gloriosos sanctorum triumphos preconiis devotis attollere et scriptis... e (...)
  • 35 A. Fabrega Grau, Santa Eulalia de Barcelona, Rome, Iglesia Nacional Española, 1958, p. 104 ; M. Mul (...)

15L’autre manuscrit du Xe siècle32 a moins d’intérêt pour notre propos. Le lat. 5301 de la Bibliothèque Nationale de Paris, de 332 feuillets, contient la Passion de saint Vincent selon la recension du Passionnaire hispanique et celle de sainte Eulalie de Mérida avec un lemme très succinct, sans indiquer la date ni la provenance de la martyre. Les deux autres manuscrits sont plus tardifs : le lat. 5365 de la Bibliothèque Nationale de Paris pourrait être de la fin du XIe siècle ou début XIIe, vu la caractéristique des « i » fortement accentués. Ce manuscrit de 235 feuillets ne contient au f° 225v que la Passion de sainte Eulalie de Mérida qui se présente sans lemme, l’initiale « I » de In diebus ayant été découpée. Le lat. 5296 du XIIe siècle33, de 216 feuillets, m’a semblé plus intéressant : il contient une Passion de saint Cucufat avec un prologue qui n’existe pas dans la recension hispanique, et que nous ne trouvons que dans un manuscrit vraisemblablement de la France septentrionale du Xe siècle : le lat. 531034. Je n’ai pas rencontré d’autre témoin manuscrit de ce texte. Doit-on en déduire que d’une manière ou d’une autre Cucufat a fait l’objet d’une vénération spéciale à Saint-Martial ? Lui et les Eulalie ont surtout été vénérés dans le sud, où l’on trouve divers villages portant leurs patronymes35.

Région de Poitiers

  • 36 En tout cas d’un lieu inscrit quelque part dans le triangle formé par Poitiers, Bourges et Saint-Ma (...)
  • 37 M. Coens, « La plus ancienne passion de saint Laurian martyr céphalophore du Berry », Analecta Boll (...)
  • 38 BHL 2864.
  • 39 BHL 2866e.
  • 40 « Beati igitur Cucufatis gloriosi martyris pro nomine Christi agones brevi stilo temtamus attingere(...)

16Nous arrivons maintenant à la limite nord de l’Aquitaine, en examinant un manuscrit qui provient de la région de Poitiers : le lat. 5323 de la Bibliothèque Nationale de Paris36. Son contenu hagiographique s’apparente au lat. 17.002 de Moissac et au lat. 5306 que nous venons de voir. Les liens sont même assez évidents : ces trois manuscrits contiennent la Passion de saint Laurian du Berry37. Ce manuscrit contient aussi un certain nombre de Passions hispaniques avec des lemmes développés : celles des saintes Juste et Rufine (f° 120r-120v), des saints Just et Pastor de Complutum (Alcalá de Henares) (f° 140). Saint Félix de Gérone possède deux Passions, phénomène assez rare et qui mérite d’être relevé ici, sans que l’on soit en mesure de savoir la raison de la double présence de cette Passion : besoin de disposer de deux textes ou culte spécial rendu à saint Félix de Gérone ? La première Passion (f° 132) est conforme à la recension hispanique38. La deuxième (f° 176) a un lemme plus succinct, le contenu n’est pas foncièrement différent de celui de la première Passion39 ; il s’agit plutôt d’une réécriture. La Passion de saint Cucufat au f° 151v pourrait éventuellement nous indiquer un lieu ayant des liens avec Saint-Denis. En effet, la Passion, qui ne suit pas d’ailleurs la recension hispanique, possède aussi un prologue lequel n’est pas non plus celui que nous venons de voir du lat. 5296 de Saint-Martial de Limoges, quoique gardant un sens similaire40. À la fin de la Passion on trouve le texte connu de la translatio du saint par Fulrad, abbé de Saint-Denis.

Le couloir rhodanien et la Bourgogne

Lyon et son martyrologe

  • 41 J. Vézin, « Manuscrits présentant des traces de l’activité en Gaule de Théodulfe d’Orléans, Claude (...)
  • 42 Egon Boshof, Agobard von Lyon, Leben und Werk,, Köln-Wien, Böhlen Verlag, 1969.

17La capitale des Gaules a été une terre d’accueil pour de nombreux Hispani qui avaient fui devant l’avancée des musulmans, et il n’est pas improbable que l’un de ces personnages ait pu apporter avec lui des livres liturgiques, dont un Passionnaire. Beaucoup de ces Wisigoths, les uns anonymes, les autres illustres, ont laissé leur trace dans les scriptoria de la région, comme en témoignent les gloses et les probationes pennae en écriture wisigothique qui parsèment les manuscrits de cette époque41. En ces temps instables, Leidrade évêque de Lyon se préoccupait de rassembler des livres liturgiques, et de consolider un scriptorium et une schola cantorum. Il a été lui-même amené à réfuter les thèses adoptianistes, comme en témoigne le manuscrit lat. 125 de la Bibliothèque Nationale de Paris, contenant différentes pièces relatives à cette querelle. Donc, autour de Leidrade, comme de son successeur Agobard de Lyon, lui-même d’origine wisigothique42, vivait une colonie de clercs originaires d’Espagne ou de Septimanie.

  • 43 Les martyrologes historiques, 1908, p. 130 sq.
  • 44 Remarquons que la notice la plus longue est celle de saint Eucher de Lyon.
  • 45 J. Dubois et G. Renaud, Édition pratique des martyrologes de Bède, de l’anonyme lyonnais et de Flor (...)
  • 46 Qui correspond au § 6 de la p. 67 de l’édition de Fabrega-Grau.
  • 47 À la Biblioteca Vallicelliana de Rome sous la cote E 26 se conserve un martyrologe-calendrier de la (...)

18Cette ville possède un témoignage important du passage du Passionnaire hispanique dès le milieu du VIIIe siècle : le Martyrologe dit de l’Anonyme de Lyon a, comme l’avait déjà signalé en son temps Dom Quentin43, utilisé comme source, outre Bède, un Passionnaire de type hispanique, qu’il pensait être celui qu’il avait eu l’occasion d’examiner, l’add. 25.600de la British Library. L’anonyme ne nous est transmis que par un seul témoin manuscrit : le lat. 3879 de la Bibliothèque Nationale de Paris en écriture onciale du VIIIe siècle. Le martyrologe à proprement parler commence au f° 67, après une préface tirée du Contra Faustum de saint Augustin ; la fin est occupée par le De ecclesiasticis officiis d’Isidore de Séville. Ce recueil lyonnais44 ne contient pas moins de 16 notices sur les martyrs hispaniques. Contrairement à Bède, les Eulalie sont à leurs places normales, et même, curieusement – Dom Dubois, semble-t-il, ne l’a pas remarqué dans son édition45 –, Eulalie de Mérida a deux notices : l’une plus développée, au 10 décembre, et la deuxième pour le 12 du même mois, plus lapidaire : In Spaniis Eulaliae virginis sepulta est. Tout se passe comme si notre auteur avait devant les yeux effectivement le texte du Passionnaire – il disposait, donc, des renseignements adéquats pour chaque Eulalie – ; mais voyant en même temps la notice de Bède qui était en contradiction avec son texte, il assigna la deuxième date, celle du 12 décembre, à l’inhumation d’Eulalie. Curieusement aussi, la notice de Léocadie de Tolède a été dédoublée : d’abord signalée au 9 décembre de façon succincte : Tolleto civitate Leocadia virginis ; ensuite, au 11 décembre, elle a droit à une notice plus développée, textuellement tirée de sa Passion46. Ce texte soulève un grand nombre de problèmes qu’il ne sera pas possible de traiter ici. Signalons au f° 91, à l’endroit de la Passion des saints Servand et Germain de Cadix, la mention du praeses Viator qui ne se trouve jamais mentionné dans les Passionnaires hispaniques (il est question de « l’antique ennemi », Zabulus). Or, ce nom de Viator ne se trouve que dans le légendier lat. 3809A de la Bibliothèque Nationale de Paris que nous venons d’examiner, et qui présente de nombreuses caractéristiques hispaniques. S’agit-il donc d’un modèle aquitain que le copiste avait devant les yeux ? En tout cas, il a travaillé sur un exemplaire de Passionnaire, qui dès cette époque était constitué, du moins pour ses pièces principales47.

La Bourgogne

Les cas d’Auxerre et d’Autun

  • 48 Y. Sassier,. Les Carolingiens et Auxerre », Actes du Colloque d’Auxerre de 1987 (à paraître).
  • 49 E. Pognon, L’an Mil, Paris, Gallimard, 1947, p. 88.

19La Bourgogne représente en quelque sorte une plaque tournante : elle prolonge le couloir rhodanien et assure au nord une jonction avec l’Île-de-France, et à l’ouest avec l’Aquitaine. Du point de vue politique, cette situation jouera un rôle particulier dans l’histoire. Yves Sassier remarquait récemment que les Pippinides ont fait d’Auxerre une place forte, en y cantonnant des Bavarois pour contrarier l’avance des Aquitains ; à cet égard, la Bourgogne constitue une frontière48. En 858, Usuard, revenant d’Espagne, fait une halte à Saint-Germain-d’Auxerre, avec les corps des martyrs mozarabes qui, en ce lieu, opéreront de nombreux miracles racontés de façon circonstanciée par le moine Aimoin dans le récit de la translatio de ces saints. Les liens politiques avec l’Espagne ne deviennent forts que vers le XIe siècle avec la pénétration de Cluny qui réformera de nombreux monastères, sous les auspices d’Alphonse VI, nommé par les Clunisiens empereur des Espagnes, et dont la deuxième femme était la nièce de l’abbé Hugues de Semur. Inversement, nous trouvons la trace d’Espagnols à Cluny autour de l’an mil, où ils tiennent à célébrer la fête de l’Annonciation selon leur coutume liturgique, épisode amusant rapporté par Raoul Glaber49.

  • 50 Le fragment le plus ancien se trouve dans le célébré Codex Velseri, Munich CLM 3514, daté du milieu (...)
  • 51 « Note Agiografiche », in Studi e Testi, 65, Città del Vaticano, 1935, p. 169 : « di mano visigotic (...)
  • 52 « El Commicus palimsest Paris Lat. 2269 « in Liturgica, I.A. Schuster in memoriam, (Scripta et docu (...)
  • 53 « Manuscritos Visigóticos », Hispania Sacra, 14, 1961, p. 428.
  • 54 Los Textos de la antigua liturgia hispanica, fuentes para su estudio, Toledo 1964, p. 142.
  • 55 « Quelques observations sur le manuscrit Montpellier Faculté de Médecine, 754 », paru dans le Catal (...)
  • 56 Édition dans B. de Gaiffier, « Le calendrier d’Heiric d’Auxerre du manuscrit de Melk 412 », Analect (...)
  • 57 Les calendriers se rapportant à Auxerre, contenus dans les manuscrits 412 de Melk et n.a.l. 1615 de (...)
  • 58 Isidore de Séville la connaissait déjà (De viris illustribus 17, PL 83, col. 1092), et Fructueux de (...)

20C’est dans cette région que nous trouvons, à Autun et à Auxerre, deux des plus anciens fragments de la Passion de saint Fructueux de Tarragone et de ses compagnons50, respectivement de la fin du VIIIe (ou début IXe) et du IXe siècle, conservés l’un et l’autre à la Faculté de Médecine de Montpellier. Ces fragments sont partout répertoriés comme étant d’écriture wisigothique : ainsi, à la suite de P. Franchi de Cavalieri, qui a édité cette Passion51, A. Mundo52, A. Millares Carlo53 et J. Pinell54 répercutent curieusement cette erreur, alors que ces deux fragments sont écrits en minuscule Caroline. Je me suis attardée ailleurs sur cette question55 ; je ne compte m’intéresser ici qu’aux problèmes hagiographiques posés par ces manuscrits. Celui d’Auxerre, outre le témoignage de ce fragment, n’a pas de commémoration de Fructueux comme l’atteste le calendrier écrit par Heiric d’Auxerre56, où l’on trouve, en revanche, Léocadie de Tolède, Eulalie de Mérida, Vincent de Saragosse, et un confesseur, Léandre de Séville57. La première mention est due au fait que Léocadie, comme nous le verrons par la suite, a fait l’objet d’un culte à Soissons, ville qui possédait ses reliques, et où Heiric a séjourné : il est donc naturel qu’il en ait gardé le souvenir. La présence de Fructueux pourrait aussi s’expliquer par le relais soissonnais : la Passion y est conservée dans deux manuscrits : les lat. 1764 et 17.625 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du Xe siècle. Remarquons, d’ailleurs, que la Vie de saint Germain d’Auxerre a été connue très tôt en Espagne : elle y apparaît insérée dans la compilation hagiographique réunie par Valerius, moine du Bierzo au VIIe siècle58.

  • 59 Nous n’avons que le début de la Passion, qui d’ailleurs se lit très mal, jusqu’à : « ad tantam glor (...)
  • 60 Surtout la ressemblance est frappante avec la main qui débute le f° 66 ; je remercie Claude Coupry (...)
  • 61 Les exemples sont nombreux, j’en donnerai deux en comparant d’abord avec les variantes plus correct (...)
  • 62 Signalons qu’à Autun nous trouvons un groupe de manuscrits en écriture wisigothique (notamment les (...)

21Le manuscrit 154 de la Faculté de médecine de Montpellier se compose actuellement de 46 feuillets, le texte de la Passion n’occupe que le f° 44v et finit ex abrupto59. L’écriture en minuscule Caroline est assez régulière et fait penser à celle d’un autre manuscrit émanant du scriptorium auxerrois : le lat. 7584 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du milieu du IXe siècle, contenant les Étymologies d’Isidore de Séville60. La recension de ce texte se trouve aussi dans les deux autres manuscrits de Soissons dont nous parlerons plus loin ; cet ensemble présente des caractéristiques qui lui sont propres : un vocabulaire plus simple et des erreurs communes qui sont certainement dues à la mauvaise compréhension d’un même modèle61. Ce manuscrit est apparenté à son tour à celui qui a appartenu à Saint-Étienne d’Autun, de la fin du VIIIe siècle62, portant la cote 55 de la Faculté de médecine de Montpellier : malgré son antiquité, Franchi de Cavalieri fait remarquer, à juste titre, qu’il se trouve entaché par des corruptions et omissions flagrantes qui obscurcissent le sens du texte.

Paris et le nord

Saint-Denis, Saint-Germain-des-Prés et Saint-Amand

22Paris avec deux de ses plus prestigieux monastères a été le cadre de deux translationes. Le fait est assez important pour que l’on s’y arrête un peu, afin d’examiner les cultes auxquels ces translationes ont donné lieu.

  • 63 B. de Gaiffier, « Saint Eugène de Deuil, sa personnalité et son culte », Revue Bénédictine, 70, 196 (...)

23À Saint-Denis, aucun légendier ne nous transmet une Passion de martyr hispanique. En revanche, ce monastère a constitué de toutes pièces le dossier hagiographique de saint Eugène de Deuil, alias de Tolède, dont le culte a été tardivement introduit en Espagne même, et dont quelques reliques ont été amenées par Gérard de Brogne dans son monastère63 Ainsi, je ne juge pas utile de m’attarder sur ce dossier qui est loin d’avoir livré tous ses secrets.

  • 64 Pour le scriptorium de ce monastère et les manuscrits que je mentionnerai, je renvoie à D. Nebbiai (...)
  • 65 Pour un récit plus circonstancié de ces reliques, je renvoie au P. de Gaiffier, « Relations religie (...)

24Saint-Denis a particulièrement honoré saint Cucufat de Barcelone. Le sacramentaire de Saint-Denis, le lat. 2290 du XIe siècle de la Bibliothèque Nationale de Paris64, utilisé d’ailleurs à Saint-Germain-des-Prés au XIIe, mentionne, dans les oraisons de la messe et dans les litanies, saint Vincent et saint Cucufat. L’origine de ce culte remonte à un transfert de reliques, dans un premier temps en Alsace, où elles furent peut-être amenées par des mozarabes de Septimanie qui trouvèrent refuge dans la région. Toujours est-il que Fulrad, abbé de saint-Denis, originaire de cette région, les reçoit – on en trouve la première mention en 777 à Liepvre (le Lebraha des manuscrits) dans les terres que l’abbé possédait : ubi sanctus Cocovatus requiescit –. Ensuite, les reliques ont été transportées à Saint-Denis à l’époque de l’abbé Hilduin. Charles le Chauve les mentionne dans un acte de 862 et les Martyrologes d’Adon et de Notker placent la date de cette translatio le 25 juillet65.

  • 66 M. Mostert, The Library of Fleury, a provisional history of manuscripts, Hilversum, Verloren Pubhsh (...)
  • 67 Voir sur cette question : J. Vezin, « Les relations entre Saint-Denis et d’autres scriptoria pendan (...)
  • 68 Au f° 322v du n.a.l. 2179 de la Bibliothèque Nationale de Paris ; c’est d’ailleurs le lemme le plus (...)

25Il existe quelques recensions de ce double transfert. Nous venons d’en examiner une avec le lat. 5323 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du XIIe siècle, de la région poitevine. La plus ancienne est celle qui est contenue dans le manuscrit Orléans 331 du Xe siècle66 ; elle offre ce texte d’une façon un peu abrégée. Le culte à saint Cucufat est attesté dans les abbayes avec lesquelles Saint-Denis est en contact : c’est le cas à Corbie et à Amiens, à Benoît-sur-Loire et à Saint-Amand67. Saint-Denis ayant voué un culte à saint Cucufat, en retour, la Passion de saint Denis et de ses compagnons a été introduite dans le Passionnaire de Silos68, ce qui indiquerait également un lien entre les deux abbayes.

  • 69 Je renvoie encore une fois à B. de Gaiffier, « Les notices hispaniques du martyrologe d’Usuard », A (...)
  • 70 Sur ces saints, voir F. J. de Lasala Claver, La cripta de los mártires de Zaragoza, Saragosse, Dipu (...)
  • 71 Cardena+Silos = que nuncupatur sancta sanctorum « Isicii et Martiani » ; lat. 13-760 = qui nuncupat (...)
  • 72 Prudence est originaire de Calahorra, sur l’Èbre, en amont de Saragosse et Eugène vécut et étudia l (...)

26Saint-Germain-des-Prés a porté un intérêt particulier à l’hagiographie hispanique. En effet, Usuard, moine de cette abbaye, entreprit deux voyages en Espagne au IXe siècle, afin d’y recueillir des restes de saint Vincent de Saragosse, un des patrons de l’abbaye. Après des multiples péripéties dont je n’ai pas à donner ici le détail69, il rentre de Cordoue avec les corps des martyrs de la persécution califale : Georges, Aurèle et Nathalie. Il a pu par la même occasion rapporter quelques libelli qui servirent de matière à la rédaction de son célèbre martyrologe contenant tant de martyrs hispaniques. Les traces de cette tâche de rassemblement des sources sont perceptibles dans deux légendiers de Saint-Germain-des-Prés. Dans le lat. 13.760 de la Bibliothèque Nationale de Paris se trouve le dossier de Saragosse, c’est-à-dire que nous y trouvons, outre la Passion de saint Vincent, les Innombrables de Saragosse du IIIe siècle70. La comparaison entre les variantes que l’on trouve dans le lemme de cette Passion et dans le relevé des noms des martyrs contenu dans le texte des Passionnaires castillans d’une part, et le libellus rapporté par Usuard d’autre part, portent à croire que ce dernier serait sans doute d’origine « aragonaise » avant la lettre71. Je ferai remarquer que la graphie Iulii et Martialis est celle qu’a adoptée Usuard ; elle se trouvait déjà dans l’Hymne IV du Peristepbanon de Prudence et dans les Carmina d’Eugène de Tolède, qui a, d’ailleurs, pu être l’auteur de la Passion primitive. Cette matière « aragonaise » aurait été déjà travaillée par deux auteurs ayant des liens étroits avec la région72, ce qui expliquerait les variantes que l’on vient de voir, distinctes d’une tradition « castillane ».

  • 73 Pour ce dossier voir : R. Jimenez Pedrajas, « San Eulogio, autor de la pasión francesa de los márti (...)

27Quant à la Passion des saints cordouans, nul doute qu’Usuard en recueillit le récit encore tout proche dans la communauté mozarabe, et qu’il avait connaissance du Memoriale Sanctorum d’Euloge de Cordoue, sorte de Passionnaire où l’auteur raconte les martyres de sa ville73.

28La Passion de saint Vincent contient l’additamentum (BHL 8634) portant sur le transfert de sa tunique et sur la construction de la basilique par la reine Brunehilde.

29L’autre légendier, le lat. 13.761 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du Xe siècle, contient la Passion de saint Fructueux de Tarragone, qui dépend de l’archétype d’Autun : l’un et l’autre commencent par un même prologue.

  • 74 Pour l’histoire de ce manuscrit, je renvoie à l’étude récente d’Eric Palazzo, « Un Libellus missae (...)

30Saint-Germain-des Prés avait des attaches très fortes avec Saint-Amand, dans le nord ; un certain temps, elles ont eu un abbé commun, Gauzlin (mort en 886), qui joua un rôle non négligeable dans la politique de son temps. Le lat. 5568 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du Xe siècle, originaire de cette abbaye, a eu comme modèle le lat. 13.760de Saint-Germain : on y trouve la Passion des saints cordouans, amputée néanmoins du récit de la translatio par Aimoin, et le dossier de Saragosse : saint Vincent et les Innombrables. Par ailleurs, l’abbaye de Saint-Amand entretenait aussi des liens privilégiés avec celle de Saint-Denis : la première, étant grande pourvoyeuse de manuscrits liturgiques, a copié à l’intention de la seconde un sacramentaire aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen74. Dans le canon de la messe, saint Cucufat est invoqué à la suite de saint Denis et de ses compagnons. Relevons également à Saint-Amand le culte d’Eulalie de Mérida, qui a inspiré vers 881 le premier poème en français, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Municipale de Valenciennes.

L’est

Soissons, Metz, Trêves et Echternach

  • 75 Sur ce problème voir : L. Vazquez de Parga, « El Pasionario de San Millán de la Cogolla », Bulletti (...)

31La région Est ne présente pas un grand intérêt pour l’étude de la diffusion des textes et des cultes concernant les saints hispaniques. Je mentionnerai le culte de sainte Léocadie à Soissons, où l’on a porté un intérêt particulier à deux autres saints tolédans : saint Eugène, évoqué plus haut, et saint Ildephonse de Tolède, sans doute connu par ses traités mariaux et anti-juifs au Xe siècle. À l’époque de Charles le Chauve, cette ville affirmait posséder les reliques de sainte Léocadie. À l’appui de cette hypothèse, on peut citer ici un manuscrit : le 39 de la Real Academia de la Historia, que je daterais du XIe siècle, et qui a fait couler beaucoup d’encre : s’agit-il d’un « vrai » ou « faux » Passionnaire, originaire de San Millán de la Cogolla, dans la Rioja75 ? Ce manuscrit possède un index où les titres sont disposés à la manière des lemmes d’un Passionnaire ; son auteur était au courant non seulement de la translatiode sainte Léocadie mais également de celle de saint Vincent de Saragosse. En effet, on peut lire au f° 345v : « Vincentius levita in Valentia sub Daciano preside. Nunc ductus est in finibus Franciae. Leocadia virgo passa est in toletana urbe a Datiano preside sub imperatore ; postea vero quam Sarraceni Spaniam occuparent, poluta loca dimittens, per revelationem in finibus Franciae transferuntur...(sic) ».

32On apprend ainsi qu’en raison de l’invasion musulmane, le corps de sainte Léocadie aurait été transféré ; il est vrai que la notice ne spécifie pas à quel endroit. Le manuscrit en question comportant différentes pièces concernant Charlemagne, il est permis de croire que celui qui a réuni ces dossiers connaissait en Espagne les événements de la Gallia lointaine.

  • 76 Note mal interprétée par Sheldon Williams qui a pensé qu’il s’agissait du don de ce manuscrit à une (...)
  • 77 Pour ce manuscrit, consulter F. Dolbeau, « Notices sur l’organisation interne des manuscrits », in (...)
  • 78 Je remercie Claude Coupry d’avoir bien voulu comparer à ma demande les écritures de ces deux manusc (...)

33De Soissons ou de sa proche région, nous avons à examiner deux manuscrits. Le premier a toujours été attribué à Saint-Martial-de-Limoges : il s’agit du lat. 1764 de la Bibliothèque Nationale de Paris, qui contient quatre pièces distinctes, dont le Periphyseon de Jean Scot. L’examen paléographique permet de dire qu’aucune d’entre elles n’émane de Saint-Martial, même si une note du XIe siècle76, placée au f ° I45v et concernant un don de mesures d’avoine et de seigle pour cette abbaye, pourrait le faire croire. Le premier quaternion de ce manuscrit, celui qui contient le fragment d’un légendier, est du IXe siècle. L’examen de son contenu paléographique, comparé à celui d’un autre légendier de Soissons (mais qui a séjourné à Saint-Corneille-de-Compiègne), le manuscrit lat. 17.624 de la Bibliothèque Nationale de Paris, de la même époque aussi77, montre l’étroite parenté entre ces deux manuscrits. En ce qui concerne l’hagiographie hispanique, les deux contiennent la Passion de saint Vincent et celle de saint Fructueux dans la même recension, qui était aussi celle du manuscrit d’Auxerre. Une raison supplémentaire de rattacher le manuscrit lat. 1764 à Soissons est fournie par l’étude paléographique qui montre une similitude des usages d’écriture entre ce manuscrit et celui d’Auxerre : très peu de ligatures, hastes assez hautes, parfois des r plongeants78.

  • 79 Le lat. 5308 de la Bibliothèque Nationale de Paris, qui possède, à l’instar de ceux de Saint-Germai (...)
  • 80 Les lat. 9741 et 9742 de la Bibliothèque Nationale de Paris, les deux du XIIIe siècle ; le premier (...)
  • 81 Le lat. 9737 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du XIIe siècle, qui débute avec les Passions de (...)
  • 82 Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe Médiévale, 1 : Péninsule Ibérique, France, 1955, p. 217 ; (...)

34Il n’est peut-être pas utile de s’attarder sur les manuscrits de Metz79 Trêves80 et Echternach81, qui sont en contact entre eux. Si ces villes ont reçu des textes et des cultes péninsulaires, c’est souvent par l’intermédiaire d’abbayes comme Saint-Denis qui transmet le culte de saint Cucufat, ou Metz où saint Vincent était à l’honneur. La Lotharingie, il faut le préciser, était une plaque tournante du marché des esclaves et du commerce tout court, et des Espagnols des trois religions venaient s’y approvisionner82.

***

35Quel bilan établir au terme de cette étude sur la diffusion des textes et du sanctoral hispanique hors de la péninsule ?

  • 83 Parmi les anciens martyrologes irlandais, celui de Tallaght, de la fin du VIIIe siècle, contient le (...)
  • 84 C’est à partir de cette limite qu’Usuard, accompagné d’Odilard, est obligé de demander, à l’aller, (...)

36S’il fallait dresser un tableau des cultes qui ont le plus rayonné, celui de saint Vincent viendrait en tête. Mais ce serait donner là une vision faussée de la pénétration de l’hagiographie hispanique. Saint Vincent peut être considéré, en effet, comme un saint universel à l’instar de saint Laurent ou saint Etienne, jouissant déjà très tôt d’un culte assez répandu. Néanmoins, une constatation s’impose : les saints dont le culte a connu une plus large diffusion, à part le culte local de sainte Léocadie à Soissons ou des saints cordouans à Saint-Germain-des-Prés, sont les saints de la région catalane actuelle : d’abord sainte Eulalie ou plutôt, les Eulalie. Le Nord et l’Est de la Gaule reçoivent la Passion contaminée de sainte Eulalie de Mérida, abrégée, sous le nom de celle de Barcelone : seuls changent le nom du praeses, Datianus au lieu de Calpurnianus, et le nom de la ville à la fin. Ce sont les îles Britanniques qui ont servi de relais pour la transmission de ce texte (lat. 10.861 de la région de Canterbury mais ayant séjourné à Saint-Pierre-de-Beauvais)83 – Viennent ensuite saint Cucufat, spécialement vénéré à Saint-Denis, et dans une moindre mesure saint Félix de Gérone et saint Fructueux de Tarragone. C’est dire à quel point les Pyrénées ne constituaient point une barrière infranchissable. Même si la Passion des Innombrables de Saragosse n’a connu qu’une diffusion assez locale, nous pouvons dire que la vraie « frontière » se situe plutôt sur l’Èbre84.

37Autre constatation : les reliques jouent un rôle non négligeable dans la diffusion d’un culte. Elles montrent l’importance des voies de communication déjà en place depuis l’époque romaine, qui connaissent un regain de vitalité avec le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle.

  • 85 J’aimerais remercier chaleureusement Dominique Iogna-Prat d’avoir lu ces lignes et apporté des sugg (...)

38Une dernière remarque pour conclure : la spécificité de la région Septimanie-Aquitaine, par rapport aux autres régions ; elle se rattache en effet par sa tradition hagiographique au reste de la péninsule Ibérique. Nous l’avons vu à propos de la transmission de nombreux textes, et aussi de certaines de ses caractéristiques, comme la présence de lemmes développés et de doxologies similaires. Les saints qui se trouvent au-delà de ces frontières sont ceux qui ont fait l’objet d’un transfert ; à cette occasion, on pouvait s’intéresser à leur vie, s’en procurer une ou la récrire pour l’adapter aux besoins du lieu et de l’époque. Au passage, au cours de cette recherche, on a pu deviner le travail de l’hagiographe et ses méthodes, comme dans le cas des Passions des saints Félix de Gérone et Vincent, et même celle des saints martyrs de Cordoue. La réécriture de ces Passions mériterait une étude à elle seule : la matière est hispanique, mais on essaie de la « tourner » dans un style plus adéquat au public. Ainsi pour la recension de la Passion de saint Fructueux à Soissons et à Auxerre. Si les origines de tous les manuscrits ne peuvent être connues avec certitude, cette enquête aura réussi, dans une certaine mesure, à les cerner, et en tout cas, accessoirement, à montrer les liens unissant les différents monastères, agents de transmission des textes évoqués ici85.

Annexes

Abréviations

Biblioteca de la Real Academia de la Historia : RAH

Biblioteca Nacional de Madrid : BNM

Bibliothèque Nationale de Paris : (lat. ou n.a.l.)

Faculté de médecine de Montpellier : Fac. Méd.

Liste des manuscrits originaires ou provenant de la Gaule :

(selon l’ordre dans lequel les mss. sont cités au cours de la présente étude)

lat.

5302

XIe

Saint-Paul de Narbonne ?

lat.

5304 2e partie Xe

Saint-Paul de Narbonne ?

lat.

17.002

Xe

Saint-Pierre de Moissac

lat.

5304 1ère partie

Xe

Saint-Pierre de Moissac

lat.

10.861

IXe

région de Canterbury

lat.

3809 A

XIIIe

Septimanie ?

lat.

5306

XIIIe

Septimanie ?

lat.

5298

XIIe

Saint-Pierre de Moissac

lat.

2262

Xe

Saint-Martial de Limoges

lat.

5301

Xe

Saint-Martial de Limoges

lat.

5365

Fin XI-XIIe

Saint-Martial de Limoges

lat.

5296

XIIe

Saint-Martial de Limoges

lat.

5310

Xe

France du Nord

lat.

5323

XIIe

région de Poitiers

lat.

3879

VIIIe

Lyon

Fac. Méd.

154

IXe

Saint-Germain d’Auxerre

Fac. Méd.

55

Fin VIIIe

Autun

lat.

2290

XIe

Saint-Denis

lat.

13.760

Xe

Saint-Germain-des-Prés

lat.

13.761

Xe

Saint-Germain-des-Prés

lat.

5568

Xe

Saint-Amand

RAH 39

Xe

San-Millán de la Cogolla

lat.

1764

IXe

région de Soissons

lat.

17.636

IXe

région de Soissons

Manuscrits d’Espagne (même ordre que la liste précédente)

British Library add.

25.600

Xe

San Pedro de Cardefta

Escorial

B. 1.4

XIe

San Pedro de Cardefta

n.a.l.

2180

Xe

Santo Domingo de Silos

BNM

494

Xe

Santo Domingo de Silos

n.a.l.

2179

XIe

Santo Domingo de Silos

Notes

1 Le fragment le plus important est celui qui se trouve inséré dans le manuscrit 822 de la Biblioteca Nacional de Madrid au milieu des Vitae Sanctorum ; il est du XIe siècle, de la région de Burgos II y a un certain nombre conservés à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid, à la Real Academia de historia (n° 60), à Paris, Bibliothèque Nationale n.a.l. 238. Les fragments de provenance catalane sont assez nombreux : ils s’échelonnent entre le Xe et le XIIIe siècle, et sont surtout conservés à Vich et à Montserrat.

2 M. Díaz y Díaz, Códices visigóticos de la monarquía leonesa. León, 1983, p. 424-425. Janini a opéré la reconstitution, mais en oubliant de signaler quelques folios : Manuscritos litúrgicos de la Biblioteca Nacional, Dirección de Archivos y Bibliotecas, Madrid, 1969.

3 B. de Gaiffier, « La Passion des Saints Syriaque et Paule », Analecta Bollandiana, 60,1942. Signalons que ces saints figurent dans le Calendrier de Cordoue de 961.

4 Idem « Inventio et Translatio de saint Zoïle de Cordoue », ibid. 56, 1938, p. 361-369.

5 Cela expliquerait l’absence presque totale de martyrologe en Espagne : on ne connaît que deux abrégés hiéronymiens conservés à l’Escorial et à la Real Academia de la Historia : B. de Gaiffier, « Un abrégé hispanique du martyrologe hiéronymien », Analecta Bollandiana, 82, 1964, p. 5-36 ; et P. H. Plenkers « Untersuchungen zur Überlieferungsgeschichte der ältesten lateinischen Mönchsregeln », Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie des Mittelalters, 1-3, 1906, p. 85-100.

6 M. Díaz y Díaz, « Passionnaires, légendiers et compilations hagiographiques dans le haut Moyen-Âge espagnol », in Hagiographies, Culture et Société », Paris, Études Augustiniennes, 1981, p. 49-59.

7 Id. « Anotaciones para una cronología del Pasionario hispánico » Mélanges Férotin ; Madrid, CSIC, Instituto Enrique Florez, 1966, p. 515-528.

8 L’édition de J. L. Moralejo, J. Gil Fernández, J. L. Ruiz Dela Peña, Crónicas Asturianas, Universidad de Oviedo, 1985.

9 Pasionario hispánico (siglos VII-XI) ; T. I : Estudio, 1953 ; T. II : Textos, 1955, (Monumenta Hispaniae Sacra, serie litúrgica, vol. VI) ; CSIC, Instituto Enrique Florez, Madrid-Barcelone.

10 M. Díaz y Díaz, « Correcciones y conjecturas al Pasionario hispánico », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 63, 1957, p. 453-465.

11 Pour cette dernière hypothèse, voir R. Etaix, « Quelques homéliaires de la région catalane », Recherches Augustiniennes, 16,1981, p. 334-395. Je ne trancherai pas, mais ferai observer que, dans les deux cas, on trouve le culte de saint Paul de Narbonne, et qu’ils étaient destinés à un usage séculier puisque l’on trouve les textes divisés en trois leçons. Le 5302 porte au f ° 82 une notation aquitaine diastématique comparable à celles du lat. 780, le Gradúale Narbonense, et au lat. 778, le Troparium-Prosarium lui aussi de Narbonne.

12 La première fait partie du légendier de Moissac.

13 E. Jeauneau, Jean Scot, Homélies sur le prologue de Jean (Sources chrétiennes, 151), Paris 1969, p. 103-104.

14 Ni Fabrega Grau, ni Moretus ne parlent de ce ms. dans leurs études respectives : Santa Eulalia de Barcelona, Roma, Iglesia Nacional Española, 1958, et « Les Saintes Eulalies », Revue des Questions historiques, 87, 1911, p. 85-119.

15 Calqué sur un épisode bien connu de la Vie de saint Augustin par Possidius, où le jeune prêtre apte à prendre la parole dans les offices remplace l’évêque vieux et bègue.

16 Saint-Vamnès, un martyr perse, qui ne figure nul part ailleurs, saint Eptadius, prêtre du Cervon et saint Licerius (Léger) évêque de Couserans : Cahiers de Civilisation médiévale, 26, 3, Juillet-sept. 1983, p. 223-225.

17 Il revient à François Dolbeau d’avoir signalé l’importance de ce légendier aquitain et les parties qui le constituent : « Anciens possesseurs des manuscrits hagiographiques latins conservés à la Bibliothèque Nationale de Paris », Revue d’histoire des textes, 1979, p. 193. Pour une description minutieuse du manuscrit, nous renvoyons à Jean Dufour : La Bibliothèque et le Scriptorium de Moissac, Genève, Droz, 1932, et Id. -Les manuscrits liturgiques de Moissac », Liturgie et Musique, Cahiers de Fanjeaux, 17, 1982, p. 126.

18 Léocadie est morte dans sa cellule à la suite des sévices subis, d’où la nuance du lemme qui, en général, la considère comme étant un-confesseur ».

19 « In diebus illis Eulalia sancta Barcinonensium cives et incola nobilisgenere a teñera etate etc »

20 « Supervivencias del Pasionario en Cataluña », Analecta Sacra Tarraconensia, 28, 1955, p. 15-16.

21 Dans ce fragment, à la fin de la notice sur sainte Eulalie de M., qui est ici à sa juste place du II idus februarias, on trouve la mention passio eiusdem require retro, ce qui pour Lasarte signifierait que le texte de la Passion se placerait à la date du 10 décembre, date à laquelle Bède l’assignait.

22 La table des matières est écrite en minuscule caroline ; pour ce manuscrit voir : M. Brown, « Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 10.861 and the scriptorium of Christ Church, Canterbury », Anglo-Saxon England, 15, 1886, p. 119.

23 F. Dolbeau, « Anciens possesseurs », p. 200. Le terminus post quem serait donné par les vies des saints François, Dominique, Claire et Elisabeth.

24 Lat. 5306, f° 116 v : on trouve le lemme avec une erreur de transcription : -Incipit passio sancti Mancii martyris passus est a iudeis in territorio eburensi XII kalendas Iunias, aussi dans n.a.l. 2179 : édition du texte chez : M. Díaz y Díaz, « La Passio Mantii, unas consideraciones (BHL 5219) », Analecta Bollandiana, 100, 1982, p. 527-339 ; repris dans : J. M. Fernández Catón, San Mancio, culto leyendas y reliquias, ensayo de crítica hagiográfica, León, Centro de Estudios e investigación San Isidoro, CSIC, 1983.

25 F° 100 du lat. 3809A.

26 Guy Philippart, « Une recensión franco-hispanique des Acta Cypriani », Analecta Bollandiana, 90, 1972, p. 142.

27 Il commence par : « Innumeras populus et infinita mutitudo... » ; et finit par : « Multi territi et compuncti... et in domino crediderunt ».

28 Une Vie de saint-Martial se trouve dans les derniers feuillets du n.a.l 2170 de la Bibliothèque Nationale de Paris ; on y trouve aussi une prière pour lui, notée en neumes.

29 D. Gaborit-Chopin, La décoration des manuscrits à Saint-Martial-de-Limoges et en Limousin du IXe au XIIe siècle, Genève, Droz, 1969.

30 Fragment du rouleau mortuaire du moine Gauzbert : J. Dufour, « Les rouleaux et les encycliques mortuaires de Catalogne », Cahiers de Civilisation médiévale, 20, 1977, p. 14. Voir aussi Gaborit Chopin cité note préc. p. 196.

31 <Tunc ira>tus Dion iussit eo in immo carceris retrudi.... jusqu’à la fin : « et ita conlocavit corpora beatorum Aciscli et Victoriae » (f ° 171v°). Au folio suivant on trouve un petit texte tiré de la Passion en notation neumée aquitaine diastématique.

32 Le terminus post quem nous est donné par la Vita Geraldi.

33 Gaborit Chopin (cité n. 29) p. 205-

34 Lat. 5310 au f° 193v : « Gloriosos sanctorum triumphos preconiis devotis attollere et scriptis... et post omnia penam carens consortio aggregata gloriam possideat sempiternam. Explicit prologus », (au f° 148v il y a la Passion de saint Félix de Gérone). Pour ce manuscrit, voir F. Dolbeau, « Anciens possesseurs », p. 201.

35 A. Fabrega Grau, Santa Eulalia de Barcelona, Rome, Iglesia Nacional Española, 1958, p. 104 ; M. Mulon, « Les voyages de saint Cucuphat : Espagne, Alsace, île de France », Congrès des Sociétés savantes, 92, Strasbourg, 1967, p. 234.

36 En tout cas d’un lieu inscrit quelque part dans le triangle formé par Poitiers, Bourges et Saint-Martial de Limoges. Pour les multiples dépendances de l’enluminure de cette région, voir E. Burin, « Réflexions sur quelques aspects de l’enluminure dans l’ouest de la France au XIIe siècle, le manuscrit 5323 de la Bibliothèque Nationale de Paris, » Bulletin Monumental, 143, 1985, p. 223.

37 M. Coens, « La plus ancienne passion de saint Laurian martyr céphalophore du Berry », Analecta Bollandiana, 82, 1964, p. 57-85.

38 BHL 2864.

39 BHL 2866e.

40 « Beati igitur Cucufatis gloriosi martyris pro nomine Christi agones brevi stilo temtamus attingere », (BHL 1998 inc. B + ou -).

41 J. Vézin, « Manuscrits présentant des traces de l’activité en Gaule de Théodulfe d’Orléans, Claude de Turin, Agobard de Lyon et Prudence de Troyes », Coloquio sobre circulación de códices y escritos entre Europa y la península en los siglos VIII-XIII. Universidad de Santiago de Compostela, 1980, p. 157-171.

42 Egon Boshof, Agobard von Lyon, Leben und Werk,, Köln-Wien, Böhlen Verlag, 1969.

43 Les martyrologes historiques, 1908, p. 130 sq.

44 Remarquons que la notice la plus longue est celle de saint Eucher de Lyon.

45 J. Dubois et G. Renaud, Édition pratique des martyrologes de Bède, de l’anonyme lyonnais et de Florus, Paris, Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS, 1976.

46 Qui correspond au § 6 de la p. 67 de l’édition de Fabrega-Grau.

47 À la Biblioteca Vallicelliana de Rome sous la cote E 26 se conserve un martyrologe-calendrier de la ville de Lyon (à partir du f° 3) et qui contient aussi des notices personnelles d’Agobard de Lyon et des œuvres de comput attribuées à Bède : cf. C.W. Jones, Bedae Pseudoepigrapha, scientific writings falsely attributed to Bede, Ithaca Corneli University Press, N.Y. 1939. Le calendrier du IXe siècle comporte 11 notices sur les martyrs hispaniques. Les notices plus développées, ajoutées par une main qui écrit plus petit et plus serré, sont tirées soit de l’Anonyme lyonnais, soit de Florus. La date assignée pour les saints Fauste, Janvier et Martial de Cordoue est III idus oci ; en cela il suit le Passionnaire hispanique, alors que l’Anonyme lyonnais les place au IIII kal. oct. S. Tafel parle de ligatures de type hispanique () : « The Lyons Scriptorium », in Paleografia Latina, éd. Lindsay, IV, 1954, p. 55. Quentin ne le décrit pas, il le signale en passant pour réfuter l’attribution des notices à Florus de Lyon, sans pour autant les attribuer à Agobard (sup. n. 43).

48 Y. Sassier,. Les Carolingiens et Auxerre », Actes du Colloque d’Auxerre de 1987 (à paraître).

49 E. Pognon, L’an Mil, Paris, Gallimard, 1947, p. 88.

50 Le fragment le plus ancien se trouve dans le célébré Codex Velseri, Munich CLM 3514, daté du milieu du VIIIe siècle.

51 « Note Agiografiche », in Studi e Testi, 65, Città del Vaticano, 1935, p. 169 : « di mano visigotica ».

52 « El Commicus palimsest Paris Lat. 2269 « in Liturgica, I.A. Schuster in memoriam, (Scripta et documenta 7), Montserrat, 1956, p. 175 : il conjecture une origine « septimanienne » pour ces deux fragments.

53 « Manuscritos Visigóticos », Hispania Sacra, 14, 1961, p. 428.

54 Los Textos de la antigua liturgia hispanica, fuentes para su estudio, Toledo 1964, p. 142.

55 « Quelques observations sur le manuscrit Montpellier Faculté de Médecine, 754 », paru dans le Catalogue de l’exposition d’Auxerre en juin 1990.

56 Édition dans B. de Gaiffier, « Le calendrier d’Heiric d’Auxerre du manuscrit de Melk 412 », Analecta Bollandiana, 7, 1959, p. 392-425.

57 Les calendriers se rapportant à Auxerre, contenus dans les manuscrits 412 de Melk et n.a.l. 1615 de la Bibliothèque Nationale de Paris, inscrivent à la date du 14 mai : Natale sancti Lsidori ou simplement, dans le deuxième cas, Hisidori. Je pense qu’il s’agit là, malgré le fait que cet Isidore porte l’épithète de saint au lieu de celle de martyr, d’Isidore martyr de l’île de Chio qui est, d’ordinaire, fêté à cette date. Je renvoie à la communication de Dominique Iogna-Prat.

58 Isidore de Séville la connaissait déjà (De viris illustribus 17, PL 83, col. 1092), et Fructueux de Braga la demande à Braulion de Saragosse (Epístola 43 : L. Riesco Terrero, Epistolario de San Braulio, introducción, edición crítica y traducción, Séville, Anales de la Universidad Hispalense, 1975). La Vita Germani nous est transmise par un nombre important de témoins manuscrits espagnols : Biblioteca Nacional de Madrid 494 et 10.007, les deux du Xe siècle, les manuscrits 13 (fin Xe-XIe siècle) et 10 (XIIe) de la Real Academia de Historia de Madrid, provenant de San Millán de la Cogolla ; de Silos nous possédons le n.a.l. 2178 de la Bibliothèque Nationale de Paris du Xe siècle et le 17.357 de la British Library, qui bien que tardif (XIIIe siècle), transmet le texte dans son intégralité. Voir aussi R. Borius, Vie de Saint Germain d’Auxerre, (Sources Chrétiennes n° 112) Paris 1965.

59 Nous n’avons que le début de la Passion, qui d’ailleurs se lit très mal, jusqu’à : « ad tantam gloriam pergere desiderabantpotius quam dolebant, cumque... »

60 Surtout la ressemblance est frappante avec la main qui débute le f° 66 ; je remercie Claude Coupry d’avoir attiré mon attention sur ce point.

61 Les exemples sont nombreux, j’en donnerai deux en comparant d’abord avec les variantes plus correctes du ms d’Autun, le manuscrit 55 de la Fac. de Méd. de Montpellier : « et producti sunt die XII kalendas februaris > et producti sunt duodecimo kalendarum febroariarium… Episcopus es ? Fructuosus dixit:sum. Aemilianus dixit : fuisti > Episcopus es ? Respondit : fustibus eos sternite ». À remarquer que le manuscrit 55 de la Fac. de Méd. de Montpellier porte un lemme développé.

62 Signalons qu’à Autun nous trouvons un groupe de manuscrits en écriture wisigothique (notamment les 27 et 107 de la Bibliothèque Municipale de cette ville et les feuillets qui les complètent, arrachés jadis par G. Libri, les n.a.l. 1628 et 1629 de la Bibliothèque Nationale de Paris) qui proviendraient de Lyon : donc les relations entre la colonie d’Hispanide Lyon et Autun sont tout à fait plausibles ; je renvoie à la communication de Monsieur Jean Vezin, ici même dans le cadre de ce colloque. Voir aussi R. P. Robinson, « Manuscripts 27 (S. 29) and 107 (S. 129) of the Municipal Library of Autun », Memoirs of the American Academy in Rome, 16, 1939, et L. Delisle, « Les vols de Libri au Séminaire d’Autun », Bibliothèque de l’École des Chartes, 59, 1898, p. 386-392.

63 B. de Gaiffier, « Saint Eugène de Deuil, sa personnalité et son culte », Revue Bénédictine, 70, 1960, p. 83-100 ; les textes concernant ce saint ont été réunis par : J. F. Rivera Recio, Los textos hagiográficos más antiguos sobre san Eugenio de Toledo, Tolède, Publicación del Instituto provincial de investigaciones y estudios toledanos, 1963.

64 Pour le scriptorium de ce monastère et les manuscrits que je mentionnerai, je renvoie à D. Nebbiai Della Guarda, La bibliothèque de l’abbaye Saint-Denis du IXe au XVIIe siècles, Paris, CNRS, 1985 ; et à L. Delisle, « Notice sur un livre à peinture exécuté en 1250 à l’abbaye de Saint-Denis-Bibliothèque de l’École des Chartes, 38, 1877, p. 447.

65 Pour un récit plus circonstancié de ces reliques, je renvoie au P. de Gaiffier, « Relations religieuses de l’Espagne avec le nord de la France », Recherches d’hagiographie latine (Subsidia Hagiographica n° 52), 1971 ; et note 36, p. 8, où M. Mulon cite l’auteur de cette hypothèse : C. Wilsdor, « Destinées du prieuré de Liepvre jusqu’à l’an 1000 », Annuaire 1963 de la Société des Amis de la Bibliothèque de Sélestat, 13, p. 120-134.

66 M. Mostert, The Library of Fleury, a provisional history of manuscripts, Hilversum, Verloren Pubhshers, 1987, p. 177 et E. Pellegrin, notes sur quelques recueils de vies de saints utilisés pour la liturgie à Fleury-sur-Loire au XIe siècle, Bulletin d’information de l’Institut d’histoire des textes n° 12, 1964, p. 15-16.

67 Voir sur cette question : J. Vezin, « Les relations entre Saint-Denis et d’autres scriptoria pendant le haut Moyen-Age », Bibliología, 3-4, 1986 : The Medieval Book, éd. P. Ganz.

68 Au f° 322v du n.a.l. 2179 de la Bibliothèque Nationale de Paris ; c’est d’ailleurs le lemme le plus long du recueil.

69 Je renvoie encore une fois à B. de Gaiffier, « Les notices hispaniques du martyrologe d’Usuard », Analecta Bollandiana, 55, 1937, p. 268-283 et à J. Dubois, « Le Martyrologe d’Usuard, texte et commentaire », (Subsidia Hagiographica n° 40), Bruxelles 1965.

70 Sur ces saints, voir F. J. de Lasala Claver, La cripta de los mártires de Zaragoza, Saragosse, Diputación provincial, Institución « Fernando el Católico », 1979 ; et une édition du texte dans G. Palermo, « La Passio SS. Martyrum Caesaraugustanorum », Orpheus, 23-25, 1976-1977, p 67-101.

71 Cardena+Silos = que nuncupatur sancta sanctorum « Isicii et Martiani » ; lat. 13-760 = qui nuncupatur Massa Candida-Iulii et Martialis ».

72 Prudence est originaire de Calahorra, sur l’Èbre, en amont de Saragosse et Eugène vécut et étudia longtemps à l’ombre du monastère qui abritait justement les reliques des Innombrables Martyrs de cette ville.

73 Pour ce dossier voir : R. Jimenez Pedrajas, « San Eulogio, autor de la pasión francesa de los mártires mozárabes cordobeses Jorge, Aurelio y Natalia », Anthologica Annua, 17, 1970 ; je ne me rangerai pas à l’opinion de l’auteur qui attribue le texte transmis dans ce manuscrit à Euloge de Cordoue, celui-ci ayant déjà fourni la matière pour une réécriture du texte à Saint-Germain-des-Prés.

74 Pour l’histoire de ce manuscrit, je renvoie à l’étude récente d’Eric Palazzo, « Un Libellus missae du scriptorium de Saint-Amand pour Saint-Denis, son intérêt pour la typologie des manuscrits liturgiques », Revue Bénédictine, 99, 1989, p. 287-292.

75 Sur ce problème voir : L. Vazquez de Parga, « El Pasionario de San Millán de la Cogolla », Bullettino dell’Archivo Paleografico Italiano, nuova serie 2-3, 1956-1957, p. 367-377 ; et J. Vives, « El supuesto Pasionario hispánico de San Miilán de la Cogolla », Hispania Sacra, 12, 1959, p. 445-453. Je débattrai de cette question dans un travail en cours. Sur l’ensemble des pièces de ce manuscrit complexe, voir D. Alonso, « La primitiva épica francesa a la luz de una nota Emilianense », Revista de Filología Española, 37, 1953, p. 1-97, où l’auteur essaie d’établir une datation des pièces ; et M. Díaz y Díaz, Libros y Librerías en la Rioja Medieval, Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 1979, p. 165-173.

76 Note mal interprétée par Sheldon Williams qui a pensé qu’il s’agissait du don de ce manuscrit à une abbaye qui, à l’en croire, est celle de Saint-Martin-de-Limoges ; il date la note du XIIIe siècle : Iohannes Scotti Eriugenae Periphyseon (De divisione naturae), Dublin 1978, 2e éd. p. 16. Je remercie vivement Monsieur Jean Vezin d’avoir eu l’amabilité d’examiner ce manuscrit avec moi et de me conforter dans mon hypothèse de départ.

77 Pour ce manuscrit, consulter F. Dolbeau, « Notices sur l’organisation interne des manuscrits », in Hagiographie, cultures et sociétés, Colloque de Nanterre 1979, Paris, Études Augustiniennes, 1980, p. 14-15, qui indique la présence de Vodoalus, saint de la région soissonnaise ; à l’appui de cette origine, les neumes qui se trouvent dans les répons de l’office de saint Vincent de Saragosse sont caractéristiques de l’école laonnaise.

78 Je remercie Claude Coupry d’avoir bien voulu comparer à ma demande les écritures de ces deux manuscrits.

79 Le lat. 5308 de la Bibliothèque Nationale de Paris, qui possède, à l’instar de ceux de Saint-Germain-des-Prés et Saint-Amand, la Passion des Innombrables de Saragosse.

80 Les lat. 9741 et 9742 de la Bibliothèque Nationale de Paris, les deux du XIIIe siècle ; le premier contient la Passion des saints Fructueux = BHL 3200 et Vincent = BHL 8628 + 8639 + des. alpha du 8630 ; le second contient la Passion des saints Just et Pastor de Complutum = BHL 4595.

81 Le lat. 9737 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du XIIe siècle, qui débute avec les Passions des apôtres, contient la Passion de sainte Eulalie de Barcelone contaminée par celle de Mérida = BHL 2696 BM. Ce manuscrit est à mettre en rapport avec le Sacramentaire d’Echternach, le lat. 9433 de la Bibliothèque Nationale de Paris, où l’on trouve aussi un catalogue des apôtres, avant le calendrier et les litanies.
Le lat 10.970 de la Bibliothèque Nationale de Paris, du XIIIe siècle contient la Passion de saint Vincent = BHL 8631 + 8634.

82 Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe Médiévale, 1 : Péninsule Ibérique, France, 1955, p. 217 ; 223-224.

83 Parmi les anciens martyrologes irlandais, celui de Tallaght, de la fin du VIIIe siècle, contient les fêtes de sainte Eulalie de Mérida (à la date du 22 décembre), saint Vincent, et saint Fructueux et compagnons de Tarragone (éd. de la Henry Bradshaw Society, Londres 68, 1931) ; celui d’Oengus qui lui est contemporain n’a que saint Vincent, (ib.29,1905). Le calendrier anglo-saxon de Willibrord, qui était conservé à Echternach (lat. 10.837de la Bibliothèque Nationale de Paris, du VIIIe siècle) inscrit sainte Eulalie de Mérida le 10 décembre. Les autres calendriers insulaires, un peu plus tardifs, inscrivent presque tous cette sainte à cette date ; Eulalie de Barcelone est mentionnée au 10 février parfois au 11 ou même au 12, dans les calendriers antérieurs à l’an mil ; passée cette date, on ne la retrouve plus, mais seulement son homonyme de Mérida ; à remarquer aussi la présence, au 2 janvier, d’un Isidori episcopi : normalement, celui de Séville est commémoré le 4 avril ; s’agit-il du même ? : F. Wormald, English calendars before AD. 1100, The Henry Bradshaw Society, 1934 (reprint 1988).

84 C’est à partir de cette limite qu’Usuard, accompagné d’Odilard, est obligé de demander, à l’aller, la protection de l’évêque de Barcelone qui le recommande à un chef musulman dont la caravane se rendait à Cordoue ; au retour, il est autorisé à accompagner l’armée de l’émir Muhammad qui marchait sur Tolède.

85 J’aimerais remercier chaleureusement Dominique Iogna-Prat d’avoir lu ces lignes et apporté des suggestions, François Dolbeau pour ses conseils toujours utiles, et Illo Humphrey pour ses précieux renseignements musicologiques.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search