Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Souvenirs wisigothiques dans la toponymie de la Gaule méridionale

Pierre-Henri Billy

IN MEMORIAM CHARLES HIGOUNET

Texte intégral

1Des Gamillscheg, Broëns, Rouche ou James ont essayé, chacun à sa manière, une synthèse, plus ou moins importante, sur le peuplement wisigothique en Gaule méridionale à partir de la toponymie. Il m’est paru nécessaire de revenir sur ce sujet pour tenir compte de diverses réalités linguistiques et onomastiques.

2Les Wisigoths, d’après les sources historiques, ont été présents en Aquitaine au Ve siècle, en Septimanie de la fin du Ve siècle au début du VIIIe : l’étude de la toponymie d’origine wisigothique implique donc la recherche d’attestations anciennes des toponymes, chronologiquement plus proches des dates de l’occupation du territoire, graphiquement plus semblables à la prononciation des noms alors en vigueur, donc beaucoup moins susceptibles de nous induire en erreur que les formes modernes des noms de lieux qui laissent libre cours aux rapprochements hasardeux et aux conclusions hâtives.

3Les noms de lieux (NL) sont principalement issus soit d’appellatifs, soit de noms de personne (NP), les deux pouvant être conjoints, mais aussi de noms de peuples. Nous retrouvons ainsi ces trois catégories dans les traces toponymiques laissées par les Wisigoths.

Les NL issus d’appellatifs

  • 1 H. Guiter, « Couches toponymiques des Pyrénées Orientales », Nouvelle Revue d’Onomastique, 7-8, 198 (...)
  • 2 E. Gamillschec, (Romania Germanica [...], I, 1934, 323) attribue Speutingus, 682 (charte de Nizeziu (...)

4Très peu d’appellatifs wisigothiques sont propres à laisser des vestiges toponymiques. Mais dans la mesure où ils sont passés par le lexique roman, on ne s’aurait s’aventurer à appeler toponymes wisigothiques des noms comme Broutade (dérivé de *BRUT ; désigne une cépée), Fange (de FANI ; désigne un bourbier), Raisse (de *RASKI ; désigne une ravine ou un précipice), Eissariades (dérivé de *SAHRJO ; désigne une ravine), Escarpe (de *SKARPO ; désigne un talus). Les appellatifs éponymes de ces NL sont encore en usage en langue d’oc aujourd’hui et il est probable que les NL qui en sont issus soient de formation récente. On ne saurait donc classer, par exemple, un Montesquin comme toponyme germanique contenant le gothique skiuhs1 : non seulement la formation est typiquement romane, contenant l’adjectif esquiu « sauvage », mais l’étymon même du déterminant n’est pas gothique mais francique2 (*SKIUHJAN).

  • 3 A. Soutou, « Le nom de lieu wisigotique « Margastaud » », Revue internationale d’Onomastique, 16, 1 (...)
  • 4 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes [...], Paris, 1979, 142.
  • 5 Dont le Marguestau de Dieupentale qui, d’après M. Soutou, « n’est pas situé sur un cours d’eau » (o (...)
  • 6 E. Nègre, Toponymie de canton de Rabastens (Tarn), Paris, 1959, 144.
  • 7 L’argument de l’impossibilité de g > k ne tient pas : attesté pour Marquestau dans les Landes et le (...)
  • 8 Loc. cit.

5En revanche, et à la suite de M. Soutou3, M. Rouche voit dans le toponyme Margastaud le seul nom issu d’un appellatif wisigothique auquel il prête le sens de « personnage qui a acquis un territoire »4. Quand M. Soutou affirme qu’« il n’est pas du tout sûr que ce nom de lieu soit dans tous les cas, à l’origine, un hydronyme » (p. 36), il se fonde sur six lieux qui, d’après lui, ne sont pas sur un cours d’eau, et qu’il oppose aux trois ruisseaux dénommés Marguestaud ou variantes. Pour ma part, j’ai relevé quinze NL du type Margastaud : cinq sont des ruisseaux, huit autres sont sur ou très proches d’un ruisseau5, les deux autres sont des formes anciennes non identifiées. Et malheureusement, M. Soutou a omis l’attestation ancienne qui prouve bien l’origine du nom : Margastaut, ruisseau du territoire de Rabastens, est appelé rivi Estaut en 1259, puis Margastaut en 16386. Le NL est en effet composé de deux éléments, tous deux à valeur hydronymique, marga (< gaul. MARGA « marne » > « boue ») et estaut (lat. STILLATU, de STILLARE « tomber goutte à goutte », avec recul d’accent). Ces deux éléments se retrouvent dans les noms des ruisseaux Margo (cne Varennes, H.-Garonne), Margues (ene Beaupuy, H.-Garonne), La Margue (cne Riols, Hérault), Les Margues (cne Lanarce, Ardèche) et La Margasse (cne Campsas, Tarn-et-G.) pour le premier, L’Estaut (cne Belpech ; Astald, 1125, Dict. Top. Aude) et Astald, 1199 (cne Cintegabelle ; Dict. Top. H.-Garonne) pour le second. C’est donc un faux toponyme wisigothique7 qui a permis à M. Rouche d’affirmer : « Nous touchons ici du doigt une colonisation officielle wisigothique dont il faudrait chercher la signification profonde. Il est probable qu’elle reflète l’installation de certains Wisigoths en fonction du système de l’hospitalité »8.

6Ne pouvant déceler de témoignages de la présence wisigothique parmi les NL issus d’appellatifs, la catégorie des NL issus de noms de personne (NP) devrait nous apporter quelques lueurs.

Les NL issus de NP

7Il convient d’abord de déterminer ce qu’est un NP wisigothique. La parenté entre les langues germaniques est bien connue, et le gothique est plus proche du burgonde que du francique. Il est donc normal que le lexique pan-germanique soit bien représenté en gothique, avec les variantes phonétiques propres à cette langue ; il est cependant des mots qui n’apparaissent qu’en gothique. Partant, les deux premiers critères d’appartenance au gothique sont d’ordre phonétique et lexical. L’appartenance des NP au wisigothique se décèle par un troisième critère : ces noms ne sont attestés qu’en Aquitaine, en Septimanie ou en Espagne, mais nullement ailleurs. Certes, il est des NP pan-germaniques en Gaule méridionale : étant attestés après le VIIe s., quand l’influence franque était bien établie, rien ne permet de les attribuer aux Wisigoths, dont la perte d’influence était alors patente.

  • 9 Op. cit., 138.
  • 10 E. Nègre, Les noms de lieux du Tarn, Paris, 19723, 49. Notons que ces trois noms cités par M. Rouch (...)

8Il est donc imprudent d’affirmer, ce que fit M. Rouche9 à propos des NL en -ens, qu’on peut parler de « toponymie wisigothique [...] pour tous les noms dont l’anthroponyme est germanique ». Et les exemples qu’il choisit démontrent la faiblesse d’un tel axiome : « Le Bero de Brens se rattache au gothique beira, le Rodhari de Ratayrens au gothique brotbeigs, « glorieux », le Hamar d’Amarens au gothique baims, « maison », etc. ». Et d’ajouter : « On pourrait faire la démonstration pour bien d’autres, dont le radical se révélerait propre au germanique oriental ». Et de conclure que l’examen de sa propre carte sur les toponymes gothiques en Aquitaine et en Septimanie « confirme l’appartenance wisigothique de ces toponymes en ens », En fait, Bero, très fréquent en Allemagne et en Suisse, fréquent en France, rare en Espagne (mais la forme locale Bera se rattache au gothique baira), est issu de l’ancien haut allemand bero ; il en est de même pour Rodhari, qui ne semble cependant pas attesté en Espagne, et dont le premier élément appartient aux deux langues ; quant à Hamar, il n’est nullement attesté : Amarens (Amarencs, 124710) dans le Tarn, à rapprocher de Amarengs, 939 (Cartulaire de Vabres, n° 18) dans l’Aveyron et de Amarenche (< -INCA) en Lozère, vient peut-être du NP ostrogothique Amara dont l’étymon est bien attesté en ancien haut allemand. Ajoutons cependant qu’Amar est un nom de famille porté aujourd’hui dans le Midi de la France. De plus, la répartition géographique des noms cités ci-dessus ne plaide pas en faveur de l’hypothèse purement wisigothique.

  • 11 R. Sindou et R. Laffargue, « Identifications : lieux du pays d’Eauze au VIIe siècle », Revue intern (...)
  • 12 A été écarté *bilisa, dit wisigothique par W. von Wartburg (F.E.W., 15, I, 110b) : le mot serait ga (...)

9L’axiome linguistique a été étayé par un argument développé par mon maître Raymond Sindou11 : « Tout ce que peut dire le philologue, c’est que les mots gotiques semblent plus nombreux que les franciques en langue d’oc, et que les composés avec -villa, type Lostavilla dans le Gers, sont purement germaniques, en face du type Thionville, franco-roman ». Et de conclure : « Les toponymes germaniques en -enx ont donc plus de chances d’être gotiques que franciques ». Pour vérifier cette assertion, j’ai dépouillé les volumes 15 à 17 du Französisches Etymologisches Wörterbuch (F.E.W.) à la recherche des étymons germaniques des mots usités en langue d’oc : alors que 319 étymons sont dits franciques, seulement 70 sont gothiques et 2 wisigothiques12, 15 sont gothiques et burgondes, 10 gothiques et franciques, et un à la fois gothique, francique et lombard. Le lexique d’origine francique est ainsi largement prédominant sur le gothique en langue d’oc. Par ailleurs, l’exemple Lostavilla est mal choisi, car le déterminant n’est pas un NP germanique, mais un nom de rivière : Lostavilla, attesté en 1094 (Cartulaire noir de Ste-Marie d’Auch, n° XXIX), est Olostavilla vers 1146 (ibid., n° LXIV), désignant un lieu situé au bord de la rivière Aulouste (Olosta) sur le territoire de la paroisse de Sainte-Christie (Gers).

Les NL issus de NP simples

10Les NL formés sur les NP simples, c’est-à-dire ni suffixés ni composés, sont fréquents en toponymie française et, en général – sauf quelques exceptions comme Ambrusium attesté dans l’Itinéraire de Vicarello – de formation assez tardive : aucun NL formé sur un NP simple germanique ne semble attesté avant le VIIIe s.

11Les cartulaires méridionaux contiennent un bon nombre de NL de cette catégorie, le NP wisigothique le plus représenté étant Bellisendis, dans les départements de l’Aude et des H.-Pyrénées. Ce NP s’est répandu au cours du Moyen Âge un peu partout en France, et la toponymie moderne en rend bien compte : Belissen et La Bellissente dans l’Aude, Le Belsen en Ariège, Bellissen dans les Alpes-de-H.-Provence, Bellissain en Savoie, Bellissan en Ille-et-Vilaine, La Bellisanderie en Seine-et-Marne. Notons aussi que le NP Bellissen existe encore aujourd’hui dans l’Aude. Les autres NL de cette catégorie sont attestés au Moyen Âge et plus tard en Aquitaine et en Septimanie, dans des chartes et actes du Xe au XVIIIe s.

12Ces NL témoignent seulement de la permanence durant le Moyen Âge, parfois jusqu’aujourd’hui, de l’anthroponymie d’origine wisigothique, mais pas d’une présence locale de Wisigoths.

Les NL issus de NP suffixés

  • 13 A. Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, 137.

13La seule suffixation germanique en usage en Gaule méridionale est -INGA/ -INGAS ou -INGUS/ -INGOS, suffixe dont on a écrit qu’il signifierait « les gens de... »13.

14Les résultats graphiques de ce suffixe sont fort nombreux, dans les formes tant latinisées que romanes, relevées dans les cartulaires méridionaux :

15Mais on ne saurait croire, pour autant, que ces différentes formes cèlent toujours un seul et même suffixe. D’autres suffixes, en effet, ont des résultats romans graphiquement et phonétiquement identiques :

  • INCOS : NL Casa dels Pagesencs (Cartul. de Montsaunès) < NP PAGES

  • ENSIS : NL Castelnou Bonaffossenx... Castronovo Bonaffossense (Cartul. des Alamans) < NP BONAFOS

  • INGUS : NP Brunenx (Cartul. de La Selve) < NP BRUNINGUS

  • INDIS/-INDUS : NP Belisen (Cartul. de Prouille) < NP BELLISENDIS
    NL Agascens (Dict. Top. Aude) < NP ACSINDUS

    • 14 La thèse d’E. Nègre (Toponymie du canton [...], 161) est difficilement soutenable :« […] Hratgast, (...)

    AGNUS : NL Rabastens, 1109 (Hist. Gén. Languedoc); Rabistagno, 1280 (Cartul. des Alamans) < NP franc. RAMISTAGNUS14

  • INICUS : NP Domengs (Cartul. de St-Sernin) < NP DOMINICUS

  • INUM : NL Magrens < Magrin (Cartul. de Lézat) < NP MACRINUS

  • ENTIUS : NP Maissenz (Cartul. d’Aniane) < NP MAXENTIUS

  • ENTES : NL Coffolenx (Pouillé de Vabres) < lex. CONFLUENTES

16Les NL modernes issus de -INGOS sont en -ens le plus souvent, en -enx en pays gascon, rarement -encs (Gers), -eins(Lot-et-G.), -an(Gers), -ans(Charente) ; ceux qui sont issus de -INGAS ont des formes modernes en -enques, rarement -ens.

17Le suffixe -INGOS, qui est de loin le plus fréquent, peut avoir été, au cours du Moyen Âge, remplacé par un autre suffixe : ainsi Montebonengs, 977-1003 (Cartul. de Lézat, n° 205), est devenu Bonaco, 1249 (ibid., n° 59), d’où Bonnac (Ariège). Le suffixe peut même avoir disparu : ainsi Romanens, 1523 (Cartul. de La Grâce-Notre-Dame, n° VIII), est devenu Roman, cne Jarnac-Champagne (Charente-M.).

  • 15 Op. cit., 136, 137, 140 et 141.

18Des comptages ont été effectués pour connaître le pourcentage d’établissements wisigothiques par rapport aux autres. M. Rouche en a fait la relation15. Travaillant sur des formes antérieures au XVe s., je me suis contenté plus modestement d’examiner l’origine des noms de lieux en -en(c) s.

19Dans la charte de Nizezius (682) figurent 5 NL en-INGUS dont Ginningus > Genens (Gers) ; aucun n’a pour radical un NP spécifiquement wisigothique.

20Dans la Vita Desiderii (VIIIe s.) figurent 6 NL en -INGUS, un en -INGOS. Deux seulement ont pour radical un NP spécifiquement wisigothique, Wistrilingus (< WISTRILLA) et Ossilingus (< USILA).

21Dans le Cartulaire de Lézat (Xe-XIIIe s.) figurent 19 NL de ce type. Un seul est issu d’un NP spécifiquement wisigothique, Arlengs (< ARILO) ; les autres proviennent de NP wisigothiques ou franciques (2), franciques (7), latins (3), gascons (2, avec, en fait, le suffixe-INCOS), le reste étant d’origine indéterminée.

22Dans le Cartulaire de Gimont (XIIe-XIIIe s.) figurent 22 NL de ce type. Aucun n’est issu de NP spécifiquement wisigothique ; les radicaux proviennent de NP wisigothiques ou franciques (5), franciques (4), latins (3), ou gascons (4, tous en -INCOS), du lexique roman (6, tous en -INCOS).

23Enfin, dernier exemple, dans l’édition des Archives municipales d’Agen (XIIe-XIIIe s.) figurent 11 NL de ce type. Aucun n’est issu de NP spécifiquement wisigothique ; les radicaux proviennent de NP wisigothique ou francique (1), franciques (7), latins (3).

  • 16 J. M. Piel, D. Kremer, Hispano-gotisches Namenbuch [...], Heidelberg, 1976, n° 119.
  • 17 F. Holthausen, Gotisches etymologisches Wörterbucb, Heidelberg, 1934, 89 ; W. P. Lehmann, A Gothic (...)

24L’ensemble des recueils de textes étudiés (une soixantaine de recueils de chartes et cartulaires, de recueils d’actes royaux et enquêtes administratives, dépouillés) et des dictionnaires topographiques consultés, publiés ou inédits, n’ont fourni qu’une infime moisson de NL en -INGOS/ -INGUS dont le radical soit propre au wisigothique. Seuls sept ont pu être retenus : Arlengs (< ARILO), Gatilenx (< *GATTILA), Gogenchos (< GOGIUS), Scatalenx (< *SKATILA), Ossilingus (< USILA), Wistrilingus (< WISTRILLA), Guitalenx (< VITILA). *GATTILA est l’étymon de Catila, attesté en 946 en Cantabrie16 ; *SKATILA est formé sur le radical gothique skadus « ombre »17, avec le suffixe -ILA très fréquent en anthroponymie wisigothique ; c’est le même radical qui a servi à former le nom wisigothique Iscafredus attesté dans l’obituaire de Moissac ainsi que dans plusieurs cartulaires méridionaux. Les cinq autres NP sont attestés seulement en Roussillon et en Espagne.

25Ces sept NL sont situés entre Montauban et Carcassonne, mais principalement dans l’actuel département du Tarn.

Les NL issus de NP composés

26Cette catégorie est la plus représentée dans la toponymie en France. Les cartulaires montrent cependant que nombre d’appellatifs déterminés par un NP et attestés au Moyen Âge disparaissent par la suite pour ne plus laisser place, dans l’usage tant oral qu’écrit, qu’au NP seul : c’est ainsi que villa quae dicitur Rescemiro, 855, encore villa Recemiro en 1095, n’est plus que Raysemir en 1639 (Dict. Top. Aude). Le contraire existe aussi, où l’appellatif seul subsiste : Roca Frusindi, 854 (Limits histórics i repertori toponimic [...] de Rosselló [...]) devient Laroque-des-Albères ; Mansum de Seniofredo, 1011 (Dict. Top. Aude) devient le Cammazou. Ces NL ont donc été classés dans la première catégorie, de même que Villare Albaroni, 902 (Limits histórics [...]) qui n’a pu être identifié.

27Seuls trois appellatifs déterminés par un NP wisigothique se sont figés dans la toponymie : casalis dans Casal Adroario, 1021 (Limits histórics [...]), devenu Caladroi(Pyr.-Or.) ; mons dans Montanolf, 1196-97 (Archives municipales d’Agen, n° II), devenu Montanou (Lot-et-G.) ; le troisième est villa, mot rencontré si fréquemment en composition avec un NP germanique.

  • 18 Op cit., 143.

28M. Rouche a prétendu18 qu’« il n’y a pas, comme on l’a dit à tort, coïncidence entre la répartition des noms en ens et celle des noms en ville ». Il y a néanmoins une coïncidence notable à l’Est de Toulouse jusqu’en Lauragais. De plus, comme différents auteurs l’avaient auparavant noté, les NL en NP + villa sont beaucoup plus fréquents en Aquitaine que ceux en villa + NP, et inversement en Septimanie, surtout, d’ailleurs, dans l’actuel département de l’Aude. Ce dernier type de formation est aussi un peu répandu dans l’Ouest de l’Aquitaine.

29À l’intérieur de ces deux types de composés, un détail frappe : c’est la répartition linguistique des NP. Parmi les NL en NP + villa, très majoritaires sont les NP franciques, plutôt rares les latins, très rares les wisigothiques. Au rang de ces derniers figurent Anulvilla, 888 (Dict. Top. Aude) formé sur ANULFUS et Guita Villa, 1265 (Enquêtes admin. d’A. de Poitiers, n° 61) formé sur WITTA. Les autres exemples donnés par Gamillscheg sont ou franciques, ou phonétiquement douteux. Pour Gameville, par exemple, Gamevilla, 1240 (Cartul. des Alamans, p. 100), Gamillscheg prend en considération le seul NP wisigothique WAMBA, alors que francique GAMO serait tout aussi acceptable ; à Calcomer, 1174 (Cartul. de Vaour, n° XIII), il attribue l’étymologie *CALME CUNIMERI, ce qui est phonétiquement inacceptable ; enfin, en Tresselengs il reconnaît le NP THRASILA : mais ce NL, qui apparaît aussi sous les formes Trecelengs, Resselengs dans l’index du Cartulaire de Ste-Marie d’Auch, est en réalité Tireclencs, 1262-64 (Cartulaire blanc, n° LXVIIII) dans le texte.

30Au rebours, parmi les NL en villa + NP, les NP franciques sont de peu majoritaires, les latins sont nombreux, et il est quatre exemples sûrs de NP wisigothiques : Vilaciscla, 1212 (Dict. Top. Aude) formé sur ADISCLE ; Villa Ranesindi, 898 (ibid.) sur RANESINDUS ; Villa Lavigildo, 927, Villavigild, 931 (ibid) sur *VIGILDUS ; Villa Wuitizani, 925 (ibid.) sur WITIZA.

31La syntaxe franque, appliquée aux NL à l’époque mérovingienne, imposait NP + villa, et ce n’est qu’à partir du XIe s. que le type roman villa + NP apparut dans les nouveaux NL. La toponymie de la basse latinité connaissait cependant le type villa + NP. À la suite de Gamillscheg, on peut prétendre que NP + villa est germanique alors que NP au génitif + villa est de formation romane. Les documents consultés sur l’Aquitaine et la Septimanie, du VIIe au XVe s., ne présentent pas ce type roman, et le type villa + NP au génitif est peu fréquent.

32De ces données, on pourrait conclure qu’en Septimanie les Wisigoths ont repris le type villa + NP sans toucher à sa syntaxe latine tardive et qu’en Aquitaine et sur sa marche septimanienne a été appliquée à cette formation la syntaxe germanique, sous l’influence des Francs alors sur place.

Les NL issus de l’ethnique GOTHI

  • 19 Op. cit., 301-302.
  • 20 Le dictionnaire du Cange présente même, extrait d’une charte narbonnaise de 1048, l’appellatif gudu (...)
  • 21 M. Broëns, « Le peuplement germanique de la Gaule entre la Méditerranée et l’Océan », Annales du Mi (...)
  • 22 Op. cit., 558-559.

33Gamillscheg a eu le premier l’idée de prendre en considération les toponymes ethniques. Malheureusement, la liste qu’il en a dressée19, reprise plus tard par Broëns et M. Rouche, n’est pas exempte d’erreur : Goûts, en effet, est issu de lat. GUTTUS20 (« burette » > « gobelet » > « goutte »), Goths, avec graphie due à l’étymologie populaire, soit de GUTTUS soit de VADUM « gué » selon les régions – rappelons que « gué » se dit go notamment en Auvergne, Limousin, Périgord-, Combe-Goude (< cumbam Godam, 1307) de GUT(T)A (lat. méd. « ruisseau, rigole »), Goutine de lat. méd. GUTTINA (« ruisseau, rigole ») ; les Goudon, Goudouneix, Goudounècbe et Concourson sont des dérivés et composé du NP francique GODO ; Goudargues (Gordanicus, 815) est, en fait, un dérivé en-ANICU de la racine *GORTO-. À ces faux ethniques, Broëns a ajouté le NL Goudaille qu’il croyait formé sur le collectif-ALIA21 ; erreur encore, goutal(h) signifie « gouttière, rigole d’écoulement ». Enfin, M. Rouche22 a ajouté Goudet qui est la variante de lang. goutet « gouttelette », Gaudonville qui est Gaudentisville en 1381 (Pouillé du diocèse de Lectoure), donc composé sur le NP lat. GAUDENS.

34Une difficulté d’ordre phonétique doit être ici examinée, dont l’ignorance est peut-être à la source de ces erreurs : les noms issus ou dérivés de GUTTA/GUTTUS ne peuvent normalement être en -D- dans la mesure où le T est géminé. Des chartes en latin médiéval contiennent l’appellatif gotal(i)um, tant en Aquitaine qu’en Savoie : d’où le NL Le Goutal < in Gotalio, 942 (Cartul. de Vabres, n° 47), mais aussi Le Goudal < el Godail, XIo s. ex. (Cartul. de Conques, n° 87), Gudale, 1194 (Recueil des Actes de la Grande Chartreuse, n° LIX), le moulin Gouelle < Goilo, 1124-40 (Dict. Top. Vienne), le ruisseau de la Goueille < Goilhe, 1508 (Dict. Top. Ardèche), le ruisseau de la Gouille du Sac (I. G. N., Loire). Les ruisseaux portent aussi, et souvent, un autre nom issu ou composé de GUTTA : rivum de la Goda, 1246 (Cartul. de Lézat, n° 1012) ; d’où le NL Malegoude < Malagoda, 1207 (Cartul. de Mirepoix, n° I) ; d’où aussi Gouttebessis < Godebesset, c. 1261 (Spicilegium brivatense, p. 49) et Gotabesses, 1263-64 (Enquêtes admin. d’A. de Poitiers, n° 45). Ces exemples prouvent qu’il y eut très tôt simplification de la géminée permettant sa sonorisation voire sa disparition selon les parlers.

  • 23 M. Rouche, op cit., 140.

35Certes, phonétiquement, GOTHI eût bien pu donner Goths ou Gouths en pays de langue d’oc ; mais pour tous les NL situés sur ou proches d’une source ou d’un cours d’eau, l’étymologie GUTTUS ou VADUM est la plus vraisemblable. Cependant, en pays de langue d’oïl, o ouvert a donné eu : d’où les NL Gueux < Gotbi, c. 850 (Dict. Top. Marne) et Gueux, depuis 1564 (Dict. Top. Oise). C’est seulement pour les pays d’oïl que peut donc être retenue la thèse de NL formés sur l’ethnique simple. Il convient donc de rejeter l’affirmation selon laquelle « les villages appelés Goudergues ou Goûts ne pouvaient être que des garnisons wisigothiques »23.

36Employé au génitif seul, villa étant sous-entendu, le NL du type Goudourest fréquent en Aquitaine, plus spécialement dans l’Est du Toulousain jusqu’en Albigeois, la région même où ont été trouvés le plus de NL formés sur NP wisigothique + - INGOS - et c’est aussi la région de la plus forte concentration de NL en -ens. Cela porte à croire à l’ancienneté de la formation dont les attestations les plus anciennes remontent seulement au XIIe s. Les formes modernes sont Goudou, Goudour, Goudous, Goudout, Goudoux.

37Le NL villa Gothorum, d’un type syntaxique attesté dans la toponymie latine de la Narbonnaise (Forum Vocontium, Lepid., Fam., X, 34, 1 ; Arceuoturum, Ie s. p. C., C.I.L. XII, 5894), est représenté le long du val de Loire, rive gauche, en retrait de la frontière de l’Aquitaine, un peu dans le bassin moyen de la Garonne et surtout en bordure de la Septimanie. Un seul exemple en dehors de l’Aquitaine, à Perpignan. Sa répartition montre une formation ancienne, à l’instar des noms issus de Gothorum ; les attestations les plus anciennes sont du IXe s. Les formes modernes sont Villegoudou et variantes en pays d’oc, Villegours et variante en pays d’oïl.

38Le NL Gothorum villa, d’un type syntaxique germanique, est représenté dans l’Ouest de l’Aquitaine entre Garonne et Loire – avec une exception sur la bordure occidentale du diocèse de Toulouse –, et en dehors de l’Aquitaine en pays francique – avec une exception en pays burgonde. Sa répartition montre une formation plus tardive que les précédentes ; l’attestation la plus ancienne est du IXe s. : tout son intérêt réside en ce qu’elle concerne Goudourville (Gers) qui est d’abord Villa Gothorum, 846-48 puis Goudourville, 1531. Un bel exemple fort tardif de changement d’ordre syntaxique. Les formes modernes sont Goudourville et variante en pays d’oc, Gourville et variantes en pays d’oïl.

  • 24 . L. Massip, « Toponymie agenaise. Essai sur l’origine et la signification des noms de lieux de l’A (...)
  • 25 . A. Vincent, op. cit., 131.

39Sur GOTHI ont été formés trois autres composés : Urbs Gothorum, s. d. (Dict. Top. arrondissement d’Arles) > Orgon, sur la marge septentrionale de la Provence wisigothique ; Moris Gothorum, s. d.24 > Mongoudou, près de la Garonne en Agenais, et Montguor, 1152-80 (Dict. Top. Aube) > Montgueux, à quelque trente kilomètres de La Gorvelle en Champagne ; villa Mors Gothorum, 78925 dans le Sidobre.

  • 26 M. Provost, Carte archéologique de ta Gaule romaine. Maine-et-Loire, Paris, 1988, 145.
  • 27 M. Fazy, Les origines du Bourbonnais. I. Catalogue des actes concernant l’histoire du Bourbonnais j (...)

40Le nom de peuple a été suffixé en -IA. De GOTHIA, qui désigne autant un pays qu’une communauté ethnique, sont issus Goise (Maine-et-L) < Gothia, 100926 sur la frontière septentrionale de l’Aquitaine, Gouise (Allier) < Goize, 122727 ainsi que, probablement, ruisseau de la Gueuse, cne St-Bonnet-le-Courreau, La Gueuse, cnes Merle et St-Sauveur-en-Rue (Loire), cne Dunières (H.-Loire) et Les Gueuses, cne St-Jeure (H.-Loire), tous six sur sa frontière orientale.

  • 28 Le NL Le Goudeix cité par Gamillscheg (op. cit., 301) est à écarter. Le Dict. Top. Creuse inédit do (...)

41Un autre suffixe, mais de nature adjectivale, a servi à nommer un lieu sur la frontière orientale de la Septimanie : c’est Sylve-Godesque < Sylva Gotica, 1054, Sylva Godesca, 1174 (Dict. Top. Gard). Rappelons que ce territoire est sis à Saint-Gilles qui était dit, en 879, in finibus Gothiae (ibid.). Cet exemple montre, par parenthèse, le caractère interchangeable des suffixes au Moyen Âge. Toujours en -ISCU est le NL Piégoudès, cne Montels (Hérault). Employé absolument, ce suffixe se reconnaît au masculin dans le NL Les Goudeix28, cne St-Germain-du-Salembre (Dordogne) ; au féminin dans Goudesques, cne Muret (H.-Garonne).

42Le second suffixe adjectival est -ICU. C’est ainsi que Le Montagnon, près de Nîmes, était appelé Montem Goticumen 876 (Cartul. de Nîmes, n° I) : il est proche de la frontière orientale de la Septimanie. Le plus intéressant est Villa Gosia, XIIIe s. > Villegouge (Gironde) : la forme ancienne est issue de GOTHIA, la forme moderne de GOTHICA ; changement de suffixe tardif. Employé absolument, GOTHICA a pu donner Gouge, cne Mervans (Saône-et-L.).

43À ces toponymes ethniques, on peut brièvement comparer ceux d’autres peuples.

44Les Taïfali ont donné leur nom aux types toponymiques suivants : TAIFALI, TAIFALORUM, TAIFALIA, TAIFALICA. Les NL qui en sont issus sont répartis en Aquitaine, surtout entre la Creuse, la Loire et la Charente – là où les NL ethniques issus de GOTHI sont rares –, ainsi que le long de la Garonne, mais aussi sur la rive gauche de l’Allier et, hors Aquitaine, en pays burgonde et sur ses limites avec les pays franc et alémanique, de même que dans le Bas-Maine et le Penthièvre. Mise à part la vallée de la Garonne où il y eut sans doute intégration des Taïfales, les NL révèlent que les Taïfales étaient placés à l’écart des Wisigoths.

  • 29 Ch. Higounet, Bordeaux pendant le haut Moyen Âge, Bordeaux, 1963, 214.

45Les Vandali ont donné leur nom aux types toponymiques suivants : VANDALORUM, VANDALIA, VANDALICA, VANDALONIA. Les NL qui en sont issus sont fréquents en Agenais et Moissaguès, moins en région fortement gothisée, et relativement nombreux dans l’Est du Rouergue ; les NL issus de VANDALONIA se situent principalement en Limousin. À comparer la répartition des NL issus de VANDALI et de GOTHI, on constate que les premiers sont situés à la périphérie de la région fortement gothisée décrite plus haut. En outre, il est particulièrement intéressant de noter qu’en Agenais tous les NL issus de VANDALI sont groupés dans une petite région et que, sur le seul territoire de la commune de Tayrac (Lot-et-G.), on trouve un représentant de chacun des types toponymiques décrits ci-dessus : Gandalou, Les Gatîdalgues, Gandaille et Gandalonie29.

  • 30 Op. cit., 534-535.

46Pour les Franci, il convient d’abord d’écarter les NL qui ont été pris en compte par M. Rouche30 : tous les Franc(s), en général NP ; les Francon, NP – sauf Francon, H.-Garonne : in Francoro, c. 1000 (Cartul. de Lézat, n° 361) – ; Francheville, Franquevielle de franca villa « ville franche » ; Franchesse de franchisia « territoire doué d’un statut privilégié » ; Fronsac de NP lat. FRONTIUS + -ACU. Ce peuple a cependant donné son nom aux types toponymiques suivants : FRANCORUM, VILLA FRANCORUM, FRANCORUM VILLA, VILLARIS FRANCORUM, FRANCISCA. La moitié de ces noms sont situés hors Aquitaine, principalement en pays franc ; l’autre moitié est répartie entre l’Océan et la Méditerranée pour l’essentiel, avec trois NL en Septimanie. Il est certes intéressant de noter que des NL ethniques issus de FRANCI sont situés à proximité de NL issus de GOTHI, en Agenais, Moissaguès, Comminges et Carcassès. Mais le plus notable est la succession de NL issus de FRANCORUM parallèlement aux cours de la Garonne et de l’Ariège, rive gauche, comme d’ailleurs des NL issus de GOTHORUM, sur une ligne qui correspond à la première limite méridionale du royaume wisigoth sous Wallia. Tant la répartition des NL que leur syntaxe permettent d’attribuer au Ve s. les NL ethniques formés sur FRANCI dans le Nord de la Gaule, au VIe s. ceux qui sont situés dans le Sud.

  • 31 Est écarté Romanéche-Thorins (Saône-et-L.) dont le nom apparaît dans l’inscription latine trouvée s (...)

47Pour en terminer avec les ethniques, il convient de ne pas omettre les Romani qui ont aussi donné leur nom aux types toponymiques suivants : ROMANORUM, ROMANORUM VILLA, ROMANINGA, ROMANINGOS, ROMANISCA31, ROMANISCU. L’ethnique suffixé est très fréquent en Burgondie profonde – l’actuel département de l’Ain et à l’entour. En Aquitaine, où se présentent principalement les types ROMANORUM VILLA (en Charente) et ROMANORUM, l’ethnique cristallisé dans les NL se situe sur une ligne parallèle à la Garonne, mais sur sa rive droite, de la Charente à la Méditerranée, et qui correspond grossièrement à la première limite septentrionale du royaume wisigoth, sous Wallia. Il est donc probable qu’en Gaule méridionale, bon nombre des dénominations ROMANORUM ont été le fait des Wisigoths à la fin du Ve s., les NL des types ROMANORUM VILLA et ROMANINGOS le fait des Francs au VIe s. ou plus tard.

Les données anthroponymiques

  • 32 Th. Perrenot, La toponymie burgonde, Paris, 1942.

48Contrairement aux Burgondes dont Perrenot a découvert de nombreux vestiges toponymiques32, les Wisigoths ont laissé beaucoup moins de souvenirs toponymiques qu’anthroponymiques. Les recueils de chartes et cartulaires en fournissent bien des exemples.

49Alors que l’Est, le Nord et l’Ouest de l’Aquitaine sont vierges de tout NP wisigothique au Moyen Âge, le reste de l’Aquitaine d’une part, la Septimanie et la Provence occidentale d’autre part en recèlent un bon nombre.

  • 33 Le dépouillement de l’Histoire générale du Languedoc (t. II et V) et de la Marca Hispanica confirme (...)
  • 34 Cf., aussi, Isamus, 950 (Cartul. de l’Égl. cathédr. de Grenoble, p. 19) - cité par M.-Th. Morlet, o (...)

50Au Moyen Âge, la densité la plus forte s’observe, par ordre décroissant, en Roussillon33 en Languedoc (Nîmes, Aniane et Gellone), à Marseille, à Toulouse et à Lézat. Ailleurs, cette densité est faible et il arrive que certains cartulaires ne contiennent qu’un seul nom wisigothique. Dans la plupart des cas, il s’agit alors d’Isarnus : il en est ainsi dans les cartulaires de Cadouin, Vaour, Bonnefont, Montsaunès et Mirepoix. Ce nom apparaît dans 21 cartulaires sur les 29 qui contiennent des NP wisigothiques34, et il est particulièrement fréquent dans le triangle Aveyron-Garonne-Aude ; à partir du XIIe s., il apparaît indifféremment comme premier ou second nom.

51Moins fréquents sont, par ordre décroissant, variantes comprises : Iscafredus (Douzens, Vabres, La Selve, Conques, Moissac, Toulouse, Lézat), Wadaldus (Marseille, Avignon, Nîmes, Aniane, Gellone, Roussillon), Bellisendis (Marseille, Trinquetaille, Prouille, Alaman, Lézat), Braida (Prouille, Durfort, Gimont) et Braidimunda (Prouille, Toulouse, Gimont).

52À partir de la carte de l’anthroponymie wisigothique, on ne saurait faire trop de déductions : les NP voyagent suivant les déplacements humains et les modes. Le fait patent de la très forte densité en Roussillon qui va s’atténuant jusqu’en Provence a cependant pour cause, de manière indéniable, l’influence des Wisigoths qui s’atténue en s’éloignant de l’Espagne.

53Un certain nombre de ces NP attestés au Moyen Âge ont perduré jusque dans les noms de famille modernes : ainsi Adalamirus > Alamir ; Adiscle > Asiscle, Iscle ; Adroarius > Adroher ; Alfaricus > Alfaric ; Altimirus > Altimir ; Argemirus > Argemir ; Bellisendis > Bellissen ; Isarnus > Isarn ; Scatafredus > Escaffre ; Walia > Galia ; Witiza > Uteza. La plupart d’entre eux ne se rencontrent d’ailleurs qu’en Roussillon – et en Catalogne bien entendu.

Les données lexicales

54Le lexique gothique qui peut être reconnu dans le lexique de la langue d’oc actuelle recouvre des champs sémantiques assez variés ; le plus important est peut-être celui de l’ordre social et institutionnel : ANDBAHTI > « ambassadeur » ; SKALKS > « valet » ; GASALJA « compagnon » ; *SKARA > « troupe » ; BANDWA > « bande » ; BANDWJAN > « proclamer ». Les champs d’ordre physique et psychique sont numériquement presque aussi importants. Mais, contrairement au lexique francique apporté en Gaule, le lexique gothique n’a pas laissé, en langue d’oc, de mots attachés au langage de la guerre.

55Les mots ont voyagé. Certains ont été véhiculés par le latin vulgaire qui, comme MANWJAN, ont été employés jusqu’en Wallonie. D’autres ont été véhiculés par l’ancien français, par emprunt à la langue des troubadours, comme TAHEINS. D’autres enfin par le français moderne – après emprunt à l’ancien provençal – comme *SKARPO > escarpe.

56La parenté du gothique avec le burgonde, son « cousinage » avec le francique font que bon nombre d’étymons sont communs à ces deux ou trois langues (cf. § II supra). Il a donc fallu sélectionner, en fonction des considérations énoncées ci-dessus, les mots susceptibles d’être cartographiés : 55 mots gothiques et wisigothiques sur les 72 recensés permettent de connaître la répartition en France du lexique d’origine gothique.

57Pour interpréter cette carte, il faut tenir compte d’abord des sources utilisées par le F.E.W. : nombreuses dans certains départements, elles sont rares dans celui du Var, voire rarissimes dans la Lozère et les Pyrénées-Orientales. De plus, ces sources sont de valeur fort inégale et contiennent un nombre très variable de mots. Enfin, un facteur historique : les mots se réfugient souvent dans les pays de montagnes quand ils sont chassés par des mots nouveaux. C’est le cas du Béarn où se trouvent nombre de mots celtiques et gothiques.

58On peut néanmoins constater la forte densité du lexique d’origine gothique en Septimanie, principalement dans l’actuel département de l’Hérault, en Aquitaine des Pyrénées à l’Auvergne, ainsi qu’en Provence et en Dauphiné. Au-delà, la densité est moyenne en Quercy, Agenais, Périgord et Bas-Limousin, faible partout ailleurs, tant en Aquitaine qu’en Burgondie, dont les limites septentrionales ne sont guère dépassées par l’aire d’expansion de ce lexique. Le faible nombre des mots d’origine gothique attestés en Vivarais, malgré la relative abondance des sources, tend à prouver que ce lexique n’y a guère pénétré. En Provence, ce lexique peut être attribué à la présence wisigothique aussi bien qu’ostrogothique, voire même, en partie, à l’influence burgonde.

Les données archéologiques

  • 35 . E. James, The Merovingian Archaeology of South-West Gaul, Oxford, BAR Supplementary Series 25 (I) (...)

59N’ayant ni l’intention ni la prétention de m’engager dans des débats incertains, je me suis contenté de reprendre une carte établie par E. James dans son travail sur l’archéologie mérovingienne de la Gaule du Sud-Ouest35.

  • 36 . Ibid., 197.
  • 37 . Ibid., 202 ; de son côté, M. Rouche, op. cit., 147, considère les trouvailles comme franques, et (...)

60La plupart des objets d’origine germanique, trouvés en Aquitaine, ont été attribués aux Wisigoths par les archéologues du XIXe s., comme on le faisait encore naguère pour les toponymes en -ens. Une telle attribution est douteuse. Seuls deux dépôts aquitains peuvent leur être, du moins en partie, attribués, Herpes en Charente et Valentine en Haute-Garonne36 tous deux datables du V e s. Ajoutons qu’Herpes recèle aussi des objets de type anglo-saxon37, et que l’attribution est peut-être douteuse. Enfin, les dépôts d’objets wisigothiques en Septimanie sont tous datables du VIe s. et après ; l’historien ne s’en étonnera pas.

61L’aire de répartition des objets de type francique, du pays nantais à la Saintonge, correspond à l’aire des NL du type NP francique + villa et du type GOTHORUM VILLA ; en revanche, et le toponymiste ne s’en étonnera pas, cette aire est presque vide de tout NL formé sur l’ethnique francique ; de même, elle jouxte l’aire des NL formés sur l’ethnique des Taïfales.

***

62Pour conclure, un bref essai de synthèse chronologique permet de penser qu’au Ve s., avant l’occupation de la Septimanie par les Wisigoths, ont été formés par les Romani les NL du type GOTHORUM et VILLA GOTHORUM, le premier étant étymologiquement issu du second ; et de même, mais par les Wisigoths, les NL formés sur le type NP wisigothique + -INGOS. Au VIe s., formation par les Wisigoths des NL du type villa + NP wisigothique, par les Gallo-Francs des NL du type GOTHORUM VILLA, par les Francs du type NP francique + -INGOS (jusqu’à la fin du VIIe s.), du type NP francique + villa, et par les Wisigoths ou les Francs des NL du type : NP wisigothique + villa. La toponymie montre qu’au VIe s. la présence des Wisigoths était la plus dense dans l’actuel département de l’Aude et que, probablement au cours du VIIe s., cette présence s’est décalée plus au Sud, dans le Roussillon. À la fin du VIIe s., la forme Orfollingus villa (680) montre que la formation toponymique du type NP + -INGUS/-INGOS était alors en voie d’extinction et que celle du type NP + villa était toujours en vigueur. La seconde vague wisigothique en Septimanie n’a pu laisser de trace que dans l’anthroponymie et les NL formés sur les NP simples.

63Un bref essai de synthèse géographique permet de penser à une assez forte présence des Wisigoths en Septimanie dès la fin du Ve s., présence qui a laissé plus de traces dans les NP que dans les NL en Languedoc (du Rhône à l’Aude) et en Roussillon, et autant de traces dans l’actuel département de l’Aude. La toponymie et l’anthroponymie médiévales montrent une grande vigueur de la romanité en Septimanie. En Aquitaine, le substrat dû à la présence particulièrement dense des Wisigoths au Ve s. à l’Est de Toulouse jusqu’en Albigeois et en Lauragais, a été en grande partie recouvert, au VIe s., par l’influence francique. L’Aquitaine, rive gauche de la Garonne non comprise, présente une assez forte germanisation menée par les Francs, certes moins poussée qu’au Nord de la Loire. Entre l’Océan, les Pyrénées et une ligne qui, grossièrement, joindrait Bordeaux, Nérac, Auch et St-Gaudens, le pays semble être resté presque rebelle, ou du moins réfractaire à toute avancée wisigothique puis franque, du début du Ve s. jusqu’à, peut-être, la fin du VIe s., comme tend à le prouver la répartition des NL du type GOTHORUM et FRANCORUM. Il semblerait donc que les NL en-INGOS qu’on trouve aujourd’hui de l’Océan aux rives du Gers soient de formation plus tardive, mais d’avant le VIIIe s.

64Aux historiens de vérifier ces rapides conclusions à partir de ces nouvelles données.

Toponymes ethniques : le nom suffixé

Anthroponymes d’origines wisigothique au Moyen Âge

Lexique d’origine gothique

Objets d’origine wisigothique

Toponymes d’origine wisigothique au Moyen Âge

Toponymes ethniques : le nom simple ou composé

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Bellver, J., Noms de famille et origine étymologique des noms catalans, Saint-Estève, 1989.

Bergh, A., Études d’anthroponymie provençale. I. Les noms de personne du Polyptyque de Wadalde (a. 814), Göteborg, 1941.

Broëns, M., « L’anthroponymie du haut Moyen Âge dans les pays soumis au rayonnement de Toulouse », Revue internationale d’Onomastique, VII, 1955, 217-224.

Broëns, M., « L’anthroponymie gotique du IVe au Xe siècle et ses rapports avec l’anthroponymie franque », Cinquième Congrès international de toponymie et d’anthroponymie, Salamanque, 7, 1958, 243-260.

Broëns, M., « Les appellatifs germaniques dans les noms de lieux et de cours d’eau dans la moitié méridionale de la France », Proceedings of the eighth international Congress of onomàstics Sciences, La Haye-Paris, 1966, 58-62.

Broëns, M., « L’onomastique domaniale entre Plateau central et Garonne au VIIe siècle, d’après les textes », Revue internationale d’Onomastique, 8, 1956, l6l-183, 241-265 ; 9, 1957, 1-27.

Broëns, M., « Le peuplement germanique de la Gaule entre la Méditerranée et l’Océan », Annales du Midi, 68, 1956, 17-38.

Cremona, J., « Une Colonie Wisigothique dans les Pyrénées Centrales ? », Actes et Mémoires du 1er Congrès international de Langue et Littérature du Midi de la France, Avignon, 1957, 289-296.

Dugand, J.-E., « De l’étymologie germanique du nom de la Lomagne et de l’existence d’une importante toponymie d’origine germanique dans le Gers, particulièrement au Nord et à l’Est du Département », Bulletin de la Société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers, 1987,355-381 ; 1988, 63-73 et 350-353.

Dauzat, A., Dictionnaire étymologique des noms defamille et prénoms de France, Paris, 19802.

Dauzat, A. et Rostaing, Ch., Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, 19782.

Dupieux, P., « Les traces germaniques dans la toponymie bourbonnaise », Onomástica, 1, 1947, 277-288.

Ferreiro, A., The Visigoths in Gauland Spain a. d. 418-711. A Bibliography, Leiden, 1988.

Flutre, L.-F., « Toponymes lozériens d’origine germanique », Revue internationale d’Onomastique, 9, 1957, 253-268.

Förstemann, E., Altdeutsches Namenhuch, Bonn, 19002.

Gamillscheg, E., Romania germanica. Sprach-und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des alten Römerreichs, Berlin-Leipzig, I, 1934.

Hamlin, F.R., « Greek and Germanie Settlements in Eastern Languedoc : New Evidence from a Place Ñame Survey », Names, 29, 1981, 219-225.

Hamlin, F.R., Les noms de lieux du département de l’Hérault. Dictionnaire topographique et étymologique, Poussan, 1983.

Higounet, Ch., « L’occupation du sol du pays entre Tarn et Garonne au Moyen Âge », Annales du Midi, 65, 1953, 301-330.

Holthausen, F., Gotisches etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, 1934.

James, E., The Merovingian Archaeology of South-West Gaul, Oxford, BAR Supplementary Series 25 (I), 1977.

Kremer, D., « La survivance du wisigothique dans la péninsule Ibérique », in Actes du Colloque sur les traces de Busbecq et du gothique, Lille, 1990 (sous presse).

Lehmann, W.P., A Gothic Etymological Dictionary, Leiden, 1986.

Longnon, A., Les noms de lieu de la France. Leur origine, leur signification, leurs transformations, Paris, 19792.

Massip, L., « Toponymie agenaise. Essai sur l’origine et la signification des noms de lieux de l’Agenais », Revue de l’Agenais, 53, 1926, 31-55, 102-124, 180-203, 237-263 ; 54, 1927, 28-56, 94-131.

Morlet, M.-Th., « Études d’anthroponymie occitane. Les noms de personnes de l’obituaire de Moissac », Revue internationale d’Onomastique, 9, 1957, 269-282 ; 10, 1958, 31-51, 193-207, 249-284 ; 11, 1959, 56-67.

Morlet, M.-Th., Les noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, 1968-1972.

Mussigbrod, A., « Zur ältesten Schicht der Toteneinträge im Necrolog von Moissac », Frühmittelalterliche Studien, 19, 1985, 350-378.

Néel, G., « Quelques aspects de la toponymie d’origine germanique dans le nord-ouest de l’Espagne », Revue internationale d’Onomastique, 28, 1976, 113-118.

Neese, P., « Wisigoths et Francs en pays réolais », Cahiers du Réolais, 46, 1961, 14-17 ; 47, 1961, 2-5 ; 48, 1961, 5-7 ; 49, 1962, 7-8.

Nègre, E., Les noms de lieux du Tarn, Paris, 19723.

Nègre, E., « Les toponymes Marais, Marchais, Margastaut en France », in Actes du XVIIIe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes (Trier, 1986), Trêves, 4, 1989, 626-632.

Nègre, E., « Toponymie albigeoise d’après la vie de Saint Didier », Annales du Midi, 72, 1960, 369-381.

Nègre, E., Toponymie du canton de Rabastens (Tarn), Paris, 1959.

Nicolai, A., Les noms de lieux de la Gironde. Origine et évolution, Bordeaux, 1938.

Piel, J.M., « Toponimia germánica », Enciclopedia lingüística hispánica, I, I960, 531-560.

Piel, J. M., Kremer, D., Hispano-gotisches Namenbuch, Heidelberg, 1976.

Portet, R.-L., Toponímia del Rosselló, Sant-Esteve, 1985.

Rostaing, Ch., « Les toponymes d’origine germanique en Provence », Onomástica, 1, 1947, 269-276.

Rouche, M., L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes. 418-781. Naissance d’une région, Paris, 1979

Schönfeld , M., Wörterbuch der altgermanischen Personen- und Völkemamen, Heidelberg, 1911.

Sindou, R., et Laffargue, R., « Identifications : lieux du pays d’Eauze au VIIe siècle », Revue internationale d’onomastique, 10, 1958, 52-62.

Soutou, A., « Le nom de lieu wisigotique "Margastaud" », Revue internationale d’Onomastique, 16, 1964, 33-40.

Villoutreix, M., Les noms de lieux de la Creuse : archéologie et toponymie, Limoges, 1989.

Villoutreix, M., Les noms de lieux de la Haute-Vienne, Limoges, 1981-1987.

Vincent, A., Toponymie de la France, Bruxelles, 1937.

Wolf, H.J., « Les noms de lieux français en -èche etc. (< -isca) », in Actes du Colloque d’Onomastique de Montpellier (mai 1983), Montpellier, 1985, 231-239.

RÉPERTOIRE DES NOMS DE LIEUX ISSUS DE NOMS DE PERSONNE WISIGOTHIQUES

Agascens, 1214 (Dict. Top. Aude).— Agassens, cne Payra (Aude). Étym. ACSINDUS.

Vilaciscla, 1212 (Dict. Top. Aude). — Villesiscle, cne (Aude). Étym. ADISCLE.

Casal Adroario, 1021 (Limits histories).— Caladroi, cne Bélesta (Pyr.-Or.). Étym. ADROARIUS.

Alaran, p. 1180 (Cartul. de Montsaunès, n° 11).— Loc. non identifiée (H.-Pyr.). Étym. ALARANDO.

Villare Albaroni, 902 (Limits histórics).— Vers L’Albère (Pyr.-Or.). Étym. ALBARO.

Alpharicum, 1369 (Dict. Top. Aude).— L’Alfaric, cne Narbonne (Aude). Étym. ALFARICUS.

Algarno, 1314 (Dict. Top. Gard).— Le Garn, cne (Gard). Étym. ALTEGERNUS.

Algarnis, 1272 (Nègre, Noms de lieux du Tarn).— Algans, cne (Tarn). Étym. ALTEGERNUS.

Anulvilla, 888 (Dict. Top. Aude).— Villeneuve-lès-Montréal, cne (Aude). Étym. ANULFUS.

Montanolf, 1196-97 (Archives municipales d’Agen, n° II).— Montanou, cne Laugnac ou Pont-du-Casse (Lot-et-G.). Étym. ANULFUS.

Apendaria Darzimir, 1140 (Cartul. de Gellone, n° DXXXVIIII).— Loc. non identifiée (Hérault). Étym. ARGEMIRUS.

Arlengs, 1075-81 (Cartul. de Lézat, n° 1547).— Saint-Antoine de Fredalez, vers Grisolles (Tarn-et-G.). Étym. ARILO.

Astovere, 879 (Limits històrics).— Estoher, cne (Pyr.-Or.). Étym. * ASTOVARIUS.

Bellissen, 1781 (Dict. Top. Aude). — Vergues, cne Lapalme (Aude). Étym. BELLISENDIS.

Bellissendy, 1672 (Dict. Top. Aude). — Bellissendy, cne Routier (Aude). Étym. BELLISENDIS.

Belsen, 990 (Dict. Top. H.-Pyrénées).— Beaucens, cne (H.-Pyr.). Étym. BELLISENDIS.

Roca Frusindi, 854 (Limits histories).— Laroque-des-Albères, cne (Pyr.-Or.). Étym. FRUISINDUS.

Coma Galindo, 1024 (Cartul. roussillonnais, n° XXVIII).— Loc. non identifiée (Pyr.-Or.). Étym. GALINDUS.

Gatilenx, 1263 (Cartul. des Alaman, p. 116).— Loc. non identifiée vers Castelnaude-Lévis (Tarn). Étym. *GATTILA.

Gogenchos, 1072 (Dict. Top. Aude).— Gougens, cne Carcassonne (Aude). Étym. GOGIUS.

Villa Ranesindi, 898 (Dict. Top. Aude).— Villarzens, cne Bram (Aude). Étym. RANESINDUS.

Villa quae dicitur Rescemiro, 855 (Dict. Top. Aude) ; villa Recemiro, 1095 (ibid.) ; Raysemir, 1639 (ibid).— Saint-André, cne Pieusse (Aude). Étym. RECIMIRUS.

Scadala, 849 (Cartul. de Lézat, n° 609) ; Escadala, 1245 (ibid., n° 610).— Vers Durfort (Ariège). Étym. *SKATILA.

Scatalenx, 1266 (Enquêtes admin. d A. de Poitiers, n° 70).— Escatalens, cne (Tarn-et-G.). Étym. *SKATILA.

Asclamundus, 1032-35 (Cartul. de Lézat, n° 237).— Vers Cazères (H.-Gar.). Étym. SCELEMONDO.

Mansum de Seniofredo, 1011 (Dict. Top. Aude).— Le Cammazou, cne Villardonnel (Aude). Étym. SENIOFREDUS.

Tructarium, 897 (Dict. Top. Hérault).— Truscas, cne Avène (Hérault). Étym. TRUCTARIUS.

Ossilingus (leg. Offilingus ?), VIIIe s. (Vita Desiderii).— Loc. non identifiée (Tarn ?). Étym. USILA (OFILO ?).

Villa Lavigildo, 927 (Dict. Top. Aude) ; Villavigild, 931 (ibid).— Lavigilde, loc. disp., cne Laure-Minervois (Aude). Étym. *VIGILDUS.

Wistrilingus, VIIIe s. (Vita Desiderii).— Loc. non identifiée (Tarn). Étym. WISTRILLA.

Guttalongus, 96l (Nègre, Noms de lieux du Tarn) ; Guitalenx, 1277 (ibid.). Guitalens, cne (Tarn). Étym. VITILA.

Villa quae dicitur Witizani, 888 (Dict. Top. Aude) ; Villa Wuitizani, 925 (ibid).— Villelisses, cne Alzonne (Aude). Étym. WITIZA.

Vitesanum, 1011 (Limits histórics).— Aytua, ene Escaro (Pyr.-Or.). Étym. WITIZA (NE).

Equitavilla, XIIe s. in. (Pouillé de l’archidiac. de Villelongue) ; Guita Villa, 1265 (Enquêtes admin. dA. de Poitiers, n° 61).— Vers Grisolles (Tarn-et-G.). Étym. WITTA.

Notes

1 H. Guiter, « Couches toponymiques des Pyrénées Orientales », Nouvelle Revue d’Onomastique, 7-8, 1986, 31-32.

2 E. Gamillschec, (Romania Germanica [...], I, 1934, 323) attribue Speutingus, 682 (charte de Nizezius) au gothique *SPEUTS. L’étymon du NL peut être aussi bien francique *SPEOT. Même page, il attribue Scalchens, 1164 (Cartul. de St-Sernin, n ° 692) > Escalquens (H.-Garonne) au gothique SKALKS ; plutôt qu’un appellatif, le NL aurait pour étymon le NP francique SCALCO.

3 A. Soutou, « Le nom de lieu wisigotique « Margastaud » », Revue internationale d’Onomastique, 16, 1964, 33-40. Cet article a été, assez récemment, critiqué par E. Nègre (voir Bibliographie sommaire), mais nos conclusions sur l’étymologie du nom diffèrent quelque peu.

4 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes [...], Paris, 1979, 142.

5 Dont le Marguestau de Dieupentale qui, d’après M. Soutou, « n’est pas situé sur un cours d’eau » (op. cit., 36).

6 E. Nègre, Toponymie de canton de Rabastens (Tarn), Paris, 1959, 144.

7 L’argument de l’impossibilité de g > k ne tient pas : attesté pour Marquestau dans les Landes et les Hautes-Pyrénées, ce traitement de fausse régression n’est pas rare dans les parlers de cette région (cf. Th. Lalanne, L’indépendance des aires linguistiques en Gascogne maritime, Saint-Vincent-de-Paul, 1949, II, 33).

8 Loc. cit.

9 Op. cit., 138.

10 E. Nègre, Les noms de lieux du Tarn, Paris, 19723, 49. Notons que ces trois noms cités par M. Rouche sont extraits de cette même page ; et E. Nègre cite Radhari, non Rodhari.

11 R. Sindou et R. Laffargue, « Identifications : lieux du pays d’Eauze au VIIe siècle », Revue internationale d’Onomastique, 10, 1958, 61.

12 A été écarté *bilisa, dit wisigothique par W. von Wartburg (F.E.W., 15, I, 110b) : le mot serait gaulois.

13 A. Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, 137.

14 La thèse d’E. Nègre (Toponymie du canton [...], 161) est difficilement soutenable :« […] Hratgast, [...] Ratgast [...] ont pu donner *Ragastens qui sera devenu Rabastens par attraction de rabasta « dispute », Ramistanius (E. Forstemann, Altdeutsches Namenbuch, Bonn, 19002, 1244) et Ramistagnius (M.-Th. Morlet, Les noms de personne sur te territoire de l’ancienne Gaule [...], I, Paris, 1968, 134) offrent sans difficulté l’étymon ad hoc devenu Rabistagno par affaiblissement de la syllabe intertonique.

15 Op. cit., 136, 137, 140 et 141.

16 J. M. Piel, D. Kremer, Hispano-gotisches Namenbuch [...], Heidelberg, 1976, n° 119.

17 F. Holthausen, Gotisches etymologisches Wörterbucb, Heidelberg, 1934, 89 ; W. P. Lehmann, A Gothic Etymological Dictionary, Leiden, 1986, 307.

18 Op cit., 143.

19 Op. cit., 301-302.

20 Le dictionnaire du Cange présente même, extrait d’une charte narbonnaise de 1048, l’appellatif gudum « vadum ». Des Gouths pourraient donc être issus de VADUM.

21 M. Broëns, « Le peuplement germanique de la Gaule entre la Méditerranée et l’Océan », Annales du Midi, 68, 1956, 33.

22 Op. cit., 558-559.

23 M. Rouche, op cit., 140.

24 . L. Massip, « Toponymie agenaise. Essai sur l’origine et la signification des noms de lieux de l’Agenais », Revue de l’Agenais, 54, 1927, 28.

25 . A. Vincent, op. cit., 131.

26 M. Provost, Carte archéologique de ta Gaule romaine. Maine-et-Loire, Paris, 1988, 145.

27 M. Fazy, Les origines du Bourbonnais. I. Catalogue des actes concernant l’histoire du Bourbonnais jusqu’au milieu du XIIIe siècle [...], Moulins, 1924, n ° 685.

28 Le NL Le Goudeix cité par Gamillscheg (op. cit., 301) est à écarter. Le Dict. Top. Creuse inédit donne en effet, pour formes anciennes ( !) : Lagondeix, 1844 ; La Goudeix, 1884 ; La Gondeix, 1892 ; Le Goudeix, La Gondeix, 1902 ; auxquelles il convient d’ajouter : La Gondeix, 1966 (INSEE). Ce NL est donc au féminin et pourrait être un dérivé du NP Gonde.

29 Ch. Higounet, Bordeaux pendant le haut Moyen Âge, Bordeaux, 1963, 214.

30 Op. cit., 534-535.

31 Est écarté Romanéche-Thorins (Saône-et-L.) dont le nom apparaît dans l’inscription latine trouvée sur place, inscription vouée aux déesses topiques Matronis Romaniscis (Inscriptions latines des trois Gaules, n ° 311).

32 Th. Perrenot, La toponymie burgonde, Paris, 1942.

33 Le dépouillement de l’Histoire générale du Languedoc (t. II et V) et de la Marca Hispanica confirment en l’amplifiant la forte densité de l’anthroponymie wisigothique en Roussillon. La faible densité qui figure sur la carte dans l’actuel département de l’Aude, est due à la date tardive des données des cartulaires de Douzens (XIIe s.) et de Prouille (XIIIe-XIVe s.) ; les chartes de l’Histoire générale du Languedoc, des siècles antérieurs (IXe-Xe s.), mettent la densité de cette anthroponymie au niveau de celle qui est attestée en Languedoc entre le Rhône et l’Aude.

34 Cf., aussi, Isamus, 950 (Cartul. de l’Égl. cathédr. de Grenoble, p. 19) - cité par M.-Th. Morlet, op. cit., I, 146.

35 . E. James, The Merovingian Archaeology of South-West Gaul, Oxford, BAR Supplementary Series 25 (I), 1977, fig. 47.

36 . Ibid., 197.

37 . Ibid., 202 ; de son côté, M. Rouche, op. cit., 147, considère les trouvailles comme franques, et cite le trésor monétaire d’Herpes comme étant du VIe s.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Toponymes ethniques : le nom suffixé
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Anthroponymes d’origines wisigothique au Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Lexique d’origine gothique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Objets d’origine wisigothique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Toponymes d’origine wisigothique au Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Toponymes ethniques : le nom simple ou composé
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2117/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search