Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Conscience gothique et affirmation nationale dans la genèse de la Catalogne (ixexie siècles)

Michel Zimmermann

Texte intégral

  • 1 F. Lot, Naissance de la France, Paris, A. Fayard, 1940, p. 356 : « La Septimanie, la Gothie comme o (...)
  • 2 L’expression est notamment employée par J.-M. Salrach, El procés de formació nacional de Catalunya (...)
  • 3 Le père de Guifred, « per barbam a quodam Franco tractus», se venge de cet affront, mais est tué pa (...)

1En 1628, Andreu Bosch publie à Perpignan un Summari, index o epitome dels admirables e nobilissims titols de honor de Cathalunya ; après avoir rappelé la légende d’Otger Catalo, il énumère six autres étymologies possibles du mot Catalogne, fondées sur des noms de peuples ou de lieux : l’une d’entre elles perpétue la présence conjointe des Goths et des Alains sur le territoire du pays ; cette étymologie fut reprise maintes fois, naguère encore par Ferdinand Lot : à ses yeux, Catalogne vient de Gothalania, pays des Goths et des Alains1. Comme si l’équivalence isidorienne entre Hispania et Gothia s’était brisée à l’épreuve de la reconquête ; les Asturo-Castillans ayant restauré la monarchie tolédane et confisqué l’Hispania, les Catalans ne pouvaient que s’arc-bouter sur la revendication d’une identité ethnique, – garantie de leur particularisme et moyen d’imposer la reconnaissance de leur existence collective. Si cette fantaisie étymologique est depuis longtemps rejetée au nom de la plus élémentaire vraisemblance philologique, elle a le mérite de souligner l’importance du phénomène gothique dans la genèse de la Catalogne médiévale. Tout au long du processus de cristallisation politique – la concreció nacional des historiens2 – les réminiscences gothiques sont fréquentes. En 801, les Goths barcelonais accueillent avec réticence le « libérateur » franc ; vers 1150-1160, les Gesta comitum Barcinonensium placent un affrontement ethnique à l’origine de l’histoire nationale ; Guifred le Velu y apparaît comme une victime de la violence et de l’arbitraire des Francs ; même si le comte barcelonais n’est pas lui-même qualifié de Goth, l’auteur présente l’émergence de la dynastie souveraine comme l’issue victorieuse de la longue résistance offerte aux Francs par les populations indigènes3.

2Nous ne nous arrêterons pas à cette imagerie historiographique ; nous nous efforcerons en revanche, à chaque étape de l’affirmation catalane, d’apprécier le rôle de la « conscience gothique » des populations. Du IXe au XIIe siècle, la mémoire gothique demeure vivante entre Corbières et Llobregat, comme elle l’est à l’ouest de la péninsule ; mais son champ d’application oscille entre l’exaltation nostalgique d’un passé prestigieux et la volonté d’un enracinement territorial et politique. Au IXe siècle, l’appel à l’histoire justifie, au lendemain de la libération carolingienne, un projet restaurateur ; à la fin du Xe siècle, la précarité de leur situation politique invite les dignitaires catalans à rallier un espace de souveraineté gothique ; au cours du XIe siècle et de la première moitié du XIIe siècle, le retour à l’histoire cimente idéologiquement et juridiquement la formation d’une principauté souveraine.

***

  • 4 Quelques exemples suffiront : « Pax et requies regno Francorum per Carlum redditur ad tempus, Gothi (...)
  • 5 Lutte dont on peut suivre les péripéties dans les récits de Grégoire de Tours (pour le VIe siècle) (...)

3La « libération » de la Catalogne, ainsi que l’historiographie interprétera à partir du XIe siècle la conquête par les Francs de la zone comprise entre les Pyrénées et Barcelone, piètre épilogue des initiatives de Charlemagne en direction de l’Espagne, constitue en fait, mises à part les timides justifications idéologiques, le prolongement de la conquête de la Septimanie par Pépin le Bref, que les Annales franques présentent d’abord comme un brutal antagonisme entre Francs et Goths4 ; mettant à profit la situation chaotique régnant dans la Marche supérieure de l’émirat, Charlemagne poursuit à travers le projet de dilatatio Christianitatis la lutte séculaire contre le vieil ennemi, devenue une constante de la politique mérovingienne, seulement interrompue de temps à autre par de brèves pauses matrimoniales, lutte où se conjuguent irrédentisme territorial (celui de la Septimanie ou Gallia gothica) et jalousie des Francs envers les « Romains » !5.

4Le récit du siège de Barcelone par Ermold le Noir est sans ambiguïté ; à aucun moment, il ne désigne clairement les Sarrasins comme les ennemis, mais dénonce les Barcelonais, ces mauvais chrétiens :

  • 6 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. et trad. E. Faral, Les classiques de l’histoire de Fr (...)

Urbs erat interea Francorum inhospita turmis,
Maurorum votis adsociata magis,
Quam Barchinonam prisci dixere Latini,
Romanoque fuit more polita nimis6.

  • 7 Par exemple : « 792. Orgellis est civitas in Pyrinei montis iugo sita, cuius episcopus nomine Félix (...)

5Quelques années auparavant, les chroniques franques entremêlaient perfidement les progrès de l’hérésie adoptianiste à l’évocation des offensives musulmanes en direction des Pyrénées, suggérant chez les populations chrétiennes d’Espagne la volonté de trouver avec leurs maîtres un compromis religieux de nature syncrétique leur permettant d’organiser une défense commune contre la menace extérieure7. Habileté tactique de notables soucieux de maintenir leur prééminence, ou manifestation sincère d’un patriotisme gothique préférant la lointaine domination cordouane à l’assimilation au royaume franc ?

  • 8 Le terme Hispania apparaît précisément dans les Annales franques au moment de l’expédition de 778 : (...)

6Les Francs, s’ils situent clairement in Hispania le théâtre de leur peu glorieuse victoire8, rappellent avec insistance que les populations qui l’habitent sont des Goths ; annales et diplômes soulignent la parfaite synonymie entre Gothi et Hispani.

  • 9 11 juin 844 (R. D’abadal, op. cit. supra, n. 8, p. 423).

Gotos sive Hispanos intra Barchinonam famosi nominis civitatem...9.

  • 10 Le 7 juillet 854, Charles le Chauve concède à deux fidèles Goths («quibusdam fidelibus nostris, id (...)
  • 11 Dans les documents carolingiens, Gothia-Gozia désigne la Septimanie et est nettement distinct d’His (...)

7Après deux ou trois décennies cependant, les sources franques, tout en maintenant aux Pyrénées la limite de l’Espagne (un homme originaire de la Catalogne reste jusqu’à la fin du Xe siècle de Yspania, a regione Yspaniae), refoulent progressivement l’Hispania politique au-delà de l’espace conquis que limite la vallée du Sègre (les comtes de Barcelone et Urgell sont à plusieurs reprises appelés comités marcae Hispanicae ; pour se rendre en Espagne, ils doivent franchir le Sègre) et continuent d’appeler du seul nom de Goths les nouveaux sujets du royaume10, désormais rattachés à l’espace gothique septentrional, la Septimanie11.

  • 12 « locum antiquitus vocitatum sanctae Mariae virginis matris Domini... ad restaurationis culmen addu (...)
  • 13 Dieu a envoyé les païens en châtiment des péchés des hommes : « antiquitus constituía et propter in (...)
  • 14 « Cum priscis temporibus tota Hispania atque Gotia sacris insisteret erudictionibus et vernaret cle (...)
  • 15 « ... secundum legem Romanam et canonica auctoritate in quadruplo componat... » (ibid., n° 53, 17 o (...)

8La terminologie officielle, celle de la chancellerie franque comme celle des Annales composées dans l’entourage du roi, prend en compte la réalité vécue par les Catalans eux-mêmes ; désormais reconnus comme Goths, ils voient dans la conquête franque la promesse d’une restauration : en éliminant les Sarrasins, les armées carolingiennes venaient de mettre fin à un intermède quasi-séculaire et de rendre aux indigènes leur identité gothique. C’est donc moins le thème de la libération, au demeurant assez ambigu, que celui de la restauration et du souvenir gothique que véhicule la documentation locale. Les termes restauratio, restaurare, sont couramment employés au IXe siècle, d’abord dans un sens précis et concret : restauration de bâtiments ou de cultures, d’abbayes ou de patrimoines que les décennies antérieures destruxerunt, dissipaverunt12 ; mais les mots s’élèvent parfois à une signification plus globale et abstraite : doit être restauré un ordre politique et moral que les péchés des hommes ont bouleversé13. Les initiatives laïques et ecclésiastiques se placent toutes dans cette perspective ; l’évocation du brillant passé de l’Hispania-Gothia encourage les réalisations du présent14 ; l’idéologie politique de la monarchie tolédane, celle d’une osmose continue entre la force vive du germanisme et l’héritage romain, irrigue la documentation, suscitant d’étonnants transferts terminologiques ; au moment où les habitants affichent leur fierté gothique, les notaires n’hésitent pas à attribuer la paternité du Forum Iudicum... à la Lex Romana15 ! Quand Ermold le Noir entend dénoncer la résistance des Barcelonais, il leur reproche d’être des Romains ! Dans sa ferveur restauratrice, la future Catalogne n’a rien à envier au royaume asturien.

  • 16 La notice d’un plaid tenu le 22 décembre 817 sous la présidence de l’évêque de Gérone Nifridius don (...)
  • 17 J. Villanueva, op. cit. supra, t. XIV, p. 314-317

9La conscience gothique n’est pas seulement un efficace catalyseur d’énergie ; elle a sa traduction sociale et institutionnelle. Sa manifestation la plus éclatante est peut-être la brutale germanisation de l’anthroponymie au cours du IXe siècle ; les copies réalisées par les érudits des XVIIIe et XIXe siècles nous ont conservé de nombreuses notices de plaids comportant, pour les premières décennies du IXe siècle, de longues listes de juges et témoins. Vers 800-820, la majorité d’entre eux portent encore des noms romains16. Entre 820 et 880, nous assistons à un reflux massif de l’onomastique romaine et à un gonflement simultané des noms germaniques, en dehors de toute influence franque puisque les noms qui s’imposent jusque vers 930-940 sont exclusivement des noms gothiques. Dès 844, parmi les juges d’un plaid tenu à Gérone, les noms d’origine latine ou vétérotestamentaire l’emportent encore nettement, mais les dix témoins se répartissent à égalité entre porteurs d’anthroponymes classiques et germaniques. Franchissons quelques années et le rapport s’inverse ; dans un plaid tenu le 26 juin 880 une fois encore dans le diocèse de Gérone, la liste des juges et témoins comprend moins de 20 % de noms romains17 ; ils sont désormais l’exception. C’est donc au cours du IXe siècle, au lendemain de la conquête franque, que l’onomastique catalane se germanise réellement ; mais elle ne se met pas à l’école du vainqueur. La nouvelle anthroponymie n’est pas le résultat d’une conquête extérieure, mais le fruit d’une affirmation politique.

10La fierté gothique éclate davantage encore dans la prolifération des noms formés sur le suffixe godus, goda, godo, tant chez les femmes que chez les hommes (Godus, Sesegotus, Ermegodo, Levegodo, Vuanagodus, Goldregodo, Gotlaricus...) et dans l’ostentation mise à porter des noms « historiques », ceux des anciens rois de Tolède : Sisebutus, Recaredus... et même Alaricus !

  • 18 Ainsi, Sententiarum 1, dans la dotation de l’abbaye sant Sadurní de Tavèrnoles, le 17 janvier 1040 (...)
  • 19 Esideros II dans la bibliothèque de Vie à la mort de l’archevêque Atton en 971 (E. Junyent, La bibl (...)
  • 20 A. Mundó, Códices isidorianos de Ripoll, dans Isidoriana, León, 1961, p. 389-400.
  • 21 Cf. supra, n. 19.
  • 22 P. Pujol I Tubau, « De la cultura catalana mig-eval : Una biblioteca dels temps romànics», Estudis (...)
  • 23 La bibliothèque du chapitre de Vic comprenait un seul manuscrit isidorien en 957 (Ysidorum I) ; ell (...)

11La vitalité de la tradition wisigothique est surtout sensible dans les domaines de la culture, des institutions et de l’idéologie politique. Le fond de la culture catalane reste essentiellement « isidorien » ; les bibliothèques des monastères fondés au IXe siècle et surtout des églises cathédrales comprennent toujours plusieurs oeuvres d’Isidore de Séville, parfois anonymes (Liber de sententiis, Liber sententiarum)18, souvent non identifiées (Isidoros III, Ysidorum I)19. Reconstituant le fonds de Ripoll, Manuel Mundó a recensé 25 manuscrits isidoriens antérieurs au XIIIe siècle, dont la moitié se trouvait à l’abbaye vers l’An Mil, le plus ancien, transcrit à la fin du VIIIe siècle, ayant sans doute été importé de la région d’Urgell lors de la fondation de l’abbaye20. La bibliothèque de Vie possédait, quant à elle, deux manuscrits d’Isidore en 97121, celle d’Urgell sans doute davantage, parmi les « viginti octo libellos inter libros [ ] et expositionis » regroupés à la fin du catalogue22. Ces fonds importants se renouvellent et s’enrichissent au cours des IXe et Xe siècle s, hommes et manuscrits animant un courant régulier d’échanges entre le nord-est péninsulaire et les communautés mozarabes d’Andalousie23.

  • 24 J. Villanueva, op. cit. supra, t. VIII, p. 45-50.
  • 25 Le fonds de Ripoll est conservé à l’Arxiu de la Corona d’Aragó. La meilleure analyse des manuscrits (...)
  • 26 Il occupe les fos 88v à 139v du manuscrit 74. À ce sujet, voir M. Zimmermann, « Le monde d’un catal (...)
  • 27 Nous pensons en particulier au manuscrit 225 de Ripoll, somme de traités de mathématiques, d’astron (...)

12Parmi les plus anciens manuscrits qu’il a vus à Ripoll, le Père Villanueva décrit un codex miscelaneo du deuxième tiers du VIIIe siècle, traitant essentiellement de questions de théologie dogmatique et de comput24 ; le manuscrit est sans doute d’origine tolédane et a pu parvenir en Catalogne au moment où Urgell et Tolède étaient en étroites relations, lors de la crise adoptianiste. L’actuel manuscrit 49 du fonds de Ripoll est un Liber sententiarum sancti Gregorii, écrit après 900, en lettre wisigothique, avec des gloses marginales en arabe, sans doute importé à l’abbaye au cours du Xe siècle par ses utilisateurs (des moines mozarabes ?)25. L’œuvre de saint Isidore reste la base de l’enseignement monastique ; les Étymologies, démembrées, résumées, devenues anonymes, constituent autant de manuels scolaires, tel ce Liber mundi conservé à Ripoll26 ; et le goût des moines catalans pour les glossaires, – dont les manuscrits 49 et 74 conservent toute une série-, composés au Xe siècle et dans la première moitié du XIe, entretient sans la renouveler la tradition étymologique. L’influence exercée en Catalogne par le Commentaire sur l’Apocalypse, de Béatus de Liébana, atteste pour sa part la vigueur des liens avec le foyer asturien. Il faut enfin mettre au crédit de l’héritage sévillan la curiosité scientifique des moines catalans, qui les incite à accumuler les traductions de traités arabes dont se nourrira Gerbert27.

  • 28 R. De Abadal y de Vinyals, La batalla del adopcionismo en la desintegración de la Iglesia visigoda,(...)
  • 29 À ce sujet, voir A.-M. Mundo, « El commicus palimsest Paris, lat. 2269, amb notes sobres litúrgia i (...)
  • 30 « Episcopus Barcinonensis se reclamavit, quod Tyrsus presbyter Cordubensis in ecclesia intra muros (...)
  • 31 A. García Sanz, « Els pactes monàstics a la Pre-Catalunya del segle IX », Studia Monastica, XVI, 19 (...)

13Dans le domaine religieux, une fois extirpée l’hérésie adoptianiste dont R. d’Abadal a dégagé la signification d’abord politique, – refus d’une incorporation à la métropole narbonnaise et volonté de maintenir les liens avec la primatie de Tolède28 -, l’Église catalane reste fidèle à la liturgie tolédane dont plusieurs manuscrits (Manuale, Manuale Toletanum, Ordo Toletanus) attestent la connaissance, sinon l’usage bien au-delà de l’adoption forcée de la liturgie romano-franque dans le second quart du IXe siècle29. En 874 encore, l’évêque de Barcelone se plaint au synode d’Attigny des agissements de Tyrsus presbyter Cordubensis qui continue à célébrer baptêmes et messes sans autorisation épiscopale30. Quant aux abbayes jalonnant le front de la conquête franque, beaucoup d’entre elles, de fondation privée, adoptent l’ancien système du pacte monastique, dont les historiens attribuent la paternité à saint Isidore et saint Fructueux31. Dans la partie occidentale de la Catalogne, ce sont les abbayes qui, jusqu’au milieu du Xe siècle, président à la réorganisation religieuse du pays.

  • 32 A. Iglesia Ferreirós, « La creación del Derecho en Cataluña », Anuario de Historia del Derecho espa (...)
  • 33 Ce rappel intervient souvent au début des documents.

14Le droit constitue la seconde base de cette permanence gothique ; la documentation atteste la vitalité du Forum Iudicum. Aquilino Iglesia Ferreiros a relevé 117 mentions de la Lex Gothorum dans les actes antérieurs au XIe siècle32. Les notaires la citent avec précision, à l’appui de la procédure décrite comme de l’acte écrit qui la rapporte : Est in antiquis regulis constitutum et in Gotorum legibus est decretum, ut inter commutantes gesta scripturarum intercurrant33 ; ils n’omettent pas de rappeler, en particulier quand ils évoquent les sanctions menaçant les infracteurs, que ces Lois sont anciennes ; ce sont celles des Pères, enracinant dans l’ordre tolédan, celui des Goths, les bases de la société contemporaine :

secundum Legem Gothorum...
sicut Lex Gothorum continet...
sicut Lex Gothorum commemorat...
secundum constitucionem legis, apatrihus condam instituía...
humanis legibus sancitum est et antiquitus roboratum...
priscorum patrum sagacitas et legum sancxit authoritas...
in libro gotico quod Sanctorum Patrum diuulgaverunt....

  • 34 « ... liceat ipsis secundum eorum legem... judicia terminare et... de se et de eorum hominibus secu (...)

15La garantie de l’usage de leur loi, renouvelée à plusieurs reprises, n’a-t-elle pas été l’une des conditions de la capitulation des Barcelonais en 801 ?34.

  • 35 Sur les rapports entre Loi gothique et société, on doit consulter P. D. King, Law and Society in th (...)
  • 36 « ... Decrevit auctoritas et iure leges adfirmant (964) - ... Vox legum jure decrevit (968) - divin (...)
  • 37 F. Udina Martorell, « L’évolution du titre comtal à Barcelone», Cahiers de civilisation médiévale, (...)

16La Loi gothique n’est pas une simple loi civile ; elle véhicule une conception de l’autorité qui lui confère une signification politique ; si elle soumet le souverain à la Loi, elle exalte en même temps sa potestas35. Les documents catalans des IXe et Xe siècles manifestent une évidente fidélité à cette conception. La Lex y apparaît comme le fondement du droit, fondement à la fois juridique et transcendental : Lex et lus sont deux termes omniprésents et équivalents36 ; le comte catalan, ainsi que l’a montré F. Udina37, possède les caractères d’un véritable souverain ; nommé par le roi et doté de biens fiscaux, il devient rapidement héréditaire, s’affuble d’une titulature hyperbolique et dispose librement, en vertu de sa potestas, du patrimoine attaché à sa functio.

  • 38 F. Udina Martorell, « El sedimento visigodo en la Cataluña condal », Revista de Archivos, Bibliotec (...)
  • 39 J.-M. Salrach a montré que Bera, comte de Barcelone depuis vingt ans, représentait moins un parti i (...)
  • 40 Sur cet épisode, on peut consulter J.-M. Salrach, op. cit. supra, p. 73-90.

17L’acuité même de leur conscience gothique – F. Udina parle du « sédiment » gothique38 – ne pouvait manquer d’alimenter dans les populations catalanes une certaine forme de résistance politique. Volonté d’indépendance ? Davantage, sans doute, souhait de maintenir avec les Sarrasins des liens de coexistence et de paix. La paix avec Cordoue était certainement l’une des conditions mises par les Barcelonais à leur soumission. Toujours est-il qu’en 820 la reprise de la guerre après une trêve de dix ans entraîne la rébellion du comte Bera39, puis, en 826-827, l’insurrection quasi-générale dirigée par Aizo natione Gothus, qui, acculé dans la plaine de Vie, n’hésite pas à appeler à son aide les armées de Cordoue40.

18L’échec du « wisigothisme politique » (R. d’Abadal), politique consistant à se servir alternativement des Francs et des Sarrasins pour assurer les conditions d’une indépendance régionale, met un terme aux espoirs de restauration gothique. Doit-on pour autant conclure, comme l’ont fait la plupart des historiens, à une intégration des comtés catalans à l’espace franc ? Certes, ils font désormais partie de l’Empire et aucun irrédentisme gothique ne s’y manifestera plus. Mais l’Empire n’est pas unitaire, et l’empereur reste d’abord rex multarum nationum. Entrer dans l’Empire équivaut à se soumettre à deux exigences : l’unité religieuse, imposée par la conception théocratique et augustinienne d’un pouvoir qui y puise son programme de dilatatio christianitatis, et la célébration du souverain. Les Catalans s’y soumirent sans retard. L’unité religieuse se fit uniformité avec l’adoption de la liturgie franco-romaine et la « révolution de l’écriture », l’une et l’autre achevées dans le troisième quart du IXe siècle ; la célébration du souverain entraînait, pour sa part, une série d’adaptations culturelles, à commencer par un nouveau mode de datation des documents. Mais les autres champs de l’activité humaine continuent d’attester aux IXe et Xe siècle s la vigueur gothique. À côté du comte, les institutions subalternes héritées de Tolède restent en place, tels les saiones, et les fantasmes notariaux ressuscitent le thiufadus dans la typologie des contrevenants ; les formulaires utilisés, l’abondance des testaments, la pratique du douaire s’élevant au 1/10 des biens du mari constituent autant de signes de continuité par-delà la double césure des conquêtes arabe et franque ; la passion pour l’écriture, l’importance du témoignage écrit, les conditions mêmes de la réception et de la publication des diplômes royaux doivent elles-mêmes être portées au crédit de la conscience gothique des populations.

  • 41 « rex Francorum atque Gothorum » (858, Marca hispanico, op. cit. supra, app. 65-915, ibid., app. 68 (...)
  • 42 Ainsi Lothaire, dans un diplôme de 968, rappelle à l’abbé de Sant Feliu de Guixols qu’il est venu l (...)

19Particularisme gothique que le souverain franc était disposé à reconnaître ; à plusieurs reprises, Charles le Chauve, puis Charles le Simple s’intitulent spontanément rex Gothorum, rex Francorum et Gothorum41 ; plus fréquemment, il répond à la requête de ses sujets Gothi, venus du regnum Gothicum42 solliciter l’obtention d’un diplôme. La structure du royaume franc se montre accueillante à la spécificité gothique...

20Mais celle-ci ne se réduit pas à la Catalogne ; les populations sud-pyrénéennes ne sont pas les seules à revendiquer l’héritage ; sont gothiques les régions de l’ancien royaume de Tolède désormais intégrées au royaume franc, la Septimanie autant que la Catalogne ; de même que les souverains tolédans régnaient jusqu’en 711 sur une Gallia Gothica et prenaient dans la promulgation des canons conciliaires le titre de rex Hispaniae et Galliae, de même le royaume franc intègre une Gothia Gallica, ou plus simplement une Gothia. L’Hispania ayant été refoulée au-delà de l’espace chrétien, la Gothia est devenue une réalité intérieure au royaume franc, une subdivision du royaume.

  • 43 « ... a regia aula prelatum et ejus jussione atque suorum episcoporum Gotiae electum... » (20 novem (...)
  • 44 J. Villanueva, op. cit. supra, t. X, app. 14, 911 - ibid., t. XIII, app. 9, 909.
  • 45 R. dAbadal i de Vinyals, Com neix i com creix un gran monestir pirinenc abans de l’any mil : Eixal (...)

21Subdivision ecclésiastique d’abord. La Gothie correspond à la province de Narbonne. En 908, Wigo est élu évêque de Gérone sur l’ordre du roi atque suorum episcopornm Gotiae43. Plusieurs documents du Xe siècle qualifient l’assemblée conciliaire de la province narbonnaise de conventus sinodalis sanctorum episcoportim Gociae44. Quelques décennies plus tard, le comte Bernard de Besalu situe in provincia Gociae l’abbaye de Monisaten qu’il cède à Saint-Michel de Cuxa45.

  • 46 Ibid., col. 4. Et encore-ad Gothiam direxit... monachi Gothiam penetrarint... se Gothos aditurum... (...)
  • 47 Ainsi Charles le Chauve cède à Oliba, comte de Carcassonne, des alleux répartis dans divers comtés (...)
  • 48 « ... in toto regno nostro Gothicae... » (24 juin 898, R. dAbadal, Els diplomes..., op. cit. supra (...)

22Réalité politique surtout, clairement circonscrite (coeperunt relinqnere Gothiam et per Provinciae urbes tendere ad Burgundiam46), véritable structure intermédiaire entre le royaume et les comtés47, parfois elle-même désignée du nom de regnum48.

  • 49 28 février 869, ibid, p. 360. L’équivalence est clairement affirmée par le document cité supra n. 4 (...)
  • 50 La divisionis formula de 839 évoque les trois régions méridionales du royaume, Vasconia, Aquitania (...)
  • 51 Recueil des actes de Charles II le Chauve, G. Tessier éd., Paris, 1952, t. II, n° 465, p. 545. Quel (...)

23Mais un regnum sans roi, dont l’assise territoriale reste mouvante et n’est pas organisée sous une autorité unique. Il est clair que le plus souvent Gothia désigne la seule Septimanie (quasdam res sitas infra Septimaniae regnum, in pago Russilionense)49, et que les comtés catalans n’en forment que le prolongement méridional, la marche50. Un faux très curieux du 21 janvier 845 juxtapose au royaume des Francs (in istis regni Francorum partibus) les confins de l’Espagne citérieure et du royaume gothique (et in illis citerions Hispaniae et regni Gothici finibus) soumis à l’autorité royale ou du moins appelés à la soumission (nostro imperio subjectis et subjiciendis)51.

  • 52 Organisation, et non abandon d’autorité, comme l’ont montré les suggestives études de K.-F. Werner, (...)
  • 53 Un excellent résumé du débat historiographique est fourni par R. dAbadal, Els primers comtes catal (...)
  • 54 « Karolus... Bernardum, ex quodam Bernardo ac filia Rorigonis comitis natum, in Gotiam mittens, par (...)
  • 55 Dans le récit de la translation des reliques de saint Baudile, Bernard II, comte de Poitiers et mar (...)

24Héritière d’une histoire propre, animée d’un réel particularisme, la Gothia aurait pu participer à l’organisation en regna de la périphérie de l’espace franc52 ; mais, par rapport à l’Aquitaine, la Bavière ou l’Italie, elle apparaît comme un regnum récent, inachevé, fragile et composite (elle est mi-hispanique, mi-gauloise) dont le souverain franc se réserve le gouvernement direct. Faute de roi propre, la Gothia est dotée d’un marchio, dont la première attestation date de 836, ce qui a incité des historiens comme Joseph Calmette, Jan Dhondt, et Ramon d’Abadal à vouloir reconstituer l’histoire d’une « marche de Gothie » jusqu’à son démantèlement final en 86553. Il n’y avait pas de marche de Gothie ; le terme de markia n’apparaît qu’une fois, en 865, et sans aucun déterminatif territorial54. Curieuse marche, en vérité, dont l’horizon aurait été un horizon intérieur au royaume et dont le poste de commandement aurait été si éloigné de la frontière. Il n’y a pas de marche face à la Gothie, mais il y a une Gothie dont un marchio s’efforce de regrouper les éléments disparates dans une première ébauche de principauté55. Ébauche trop précoce et précaire que celle d’Humfrid, qui, après avoir regroupé sous son autorité toute la Septimanie et les comtés du littoral catalan, fut accusé d’infidélité et s’enfuit en Italie en 864.

25L’incorporation des comtés catalans au royaume franc ne fut ni directe ni immédiate ; elle exigea un relais, celui de leur intégration à la Gothie. La reconnaissance de la gothicité des populations catalanes est un moyen de les associer à une certaine organisation du pouvoir. Faute d’avoir pu conduire une entreprise restauratrice, leur conscience gothique leur procure la chance d’un enracinement territorial.

***

26C’est dans cette perspective que doivent être compris et en partie réinterprétés les événements des années 980-990. Les historiens de la Catalogne sont unanimes à voir dans le déroulement du Xe siècle une inexorable « marche à la souveraineté » (R. d’Abadal). Depuis 920-930, l’autorité royale ne se manifeste plus au sud des Pyrénées et cette « absence » contraint les comtes catalans à des initiatives politiques ; croyant pallier le danger islamique, le comte de Barcelone Borrell n’hésite pas à se placer dans la dépendance du Calife. Soumission insuffisante pour le protéger. En 985, Al-Mansour s’empare de Barcelone qu’il met à sac. Le désastre précède de quelques mois l’usurpation de Hugues Capet. Les deux événements scellent le destin de la Catalogne. La disparition de la dynastie protectrice contraint les comtes à la souveraineté.

  • 56 « tempore Borrelli, ducis Gothicae » (25 juin 972, Marca hispanica, op. cit., app. 112), « tempore (...)
  • 57 Est-ce la raison pour laquelle Richer compte les Hispani au nombre des électeurs de Hugues Capet ? (...)

27Entre 972 et 991, le comte Borrell s’intitule à plusieurs reprises dux Gothiae56 ; après lui, son fils Ramon Borrell et le comte Bernard de Besalu revendiquent à leur tour la dignité ducale. La titulature, ignorée en Catalogne jusqu’alors, apparaît comme l’expression institutionnelle de la souveraineté nouvelle. En prenant le titre ducal, le comte de Barcelone, déjà comte de quatre comtés et marquis, impose la reconnaissance de sa supériorité et rejette toute dépendance envers le Capétien qui règne in Francia et n’est lui-même qu’un ancien duc (qui dux fuerat pridem) ! Borrell dispose désormais de la même autorité en Gothia que Hugues en Francia. Mais quelle Gothia ? Nous avons longtemps cru que la Gothia de Borrell était déjà la Catalogne, aboutissement d’une politique persévérante pour construire une entité proprement catalane, dont témoignait en particulier l’érection en 971 d’une métropole catalane à Vie. Pour des raisons conjoncturelles (la menace sarrasine) et structurelles (les comtés catalans supportaient mal leur rattachement à la province de Narbonne, cet appendice gaulois du royaume de Tolède), Borrell avait le désir de rapatrier la Gothie au sud des Pyrénées, de lui rendre son hispanité57. Les événements de 985-987 lui ont permis de réaliser son projet et de mener le pays à l’« indépendance ».

28Cette vision des événements nous semble aujourd’hui partiellement incorrecte. En effet, le concept de Gothia-Catalogne ne recouvre à l’évidence aucune organisation politique d’ensemble ; si l’on excepte le bloc des trois (ou quatre) comtés possédés par Borrell, le reste du pays est constitué d’une nébuleuse de comtés parfaitement égaux qu’aucun lien politique ne rattache en priorité à Barcelone. D’autre part, les premières occurrences de dux Gothiae (972) sont bien antérieures au raid d’Al-Mansour et au changement de dynastie.

  • 58 Par exemple, « Gothorum principes Ragemundus et Ermingaudus » (932), « Ragemundus et Ermingaudus pr (...)
  • 59 En Aquitaine, l’enjeu du titre ducal met aux prises les comtes d’Auvergne, de Poitiers et de Toulou (...)

29Ne doit-on pas, dès lors, considérer que le port du titre ducal, loin de signifier une rupture, a valeur d’intégration ? Au moment où le roi s’éloigne, Borrell manifeste la volonté de s’arrimer à un ordre politique, celui des principautés territoriales qui se partagent le royaume ; il réclame son admission dans la société des ducs, ce nouveau mode de gouvernement du regnum. Il n’est même pas sûr qu’il faille imaginer une nouvelle Gothie, repliée au sud des Pyrénées. Revendiquant la direction de la Gothie, celle que les rois eux-mêmes ont reconnue, Borrell entre en concurrence avec la famille toulousaine qui a pris l’habitude, depuis le premier tiers du Xe siècle, d’incorporer la Gothie à sa titulature58, le titre ducal n’étant pas plus qu’en Aquitaine l’apanage d’une seule famille, mais la mesure permanente du rapport des forces en présence59.

  • 60 Borrell épouse successivement Ledgarde, fille de Ramon Ier, comte de Rodez et marquis de Gothie (96 (...)

30Le comte barcelonais, prenant conscience de son isolement, n’a pas eu la tentation du repli, mais a voulu intégrer et animer un espace gothique auquel le lient d’évidentes solidarités, à commencer par la communauté de langue ; sa politique matrimoniale confirme cette volonté d’enracinement septentrional60. Avant d’inventer la Catalogne, Borrell a voulu donner sa chance à la Gothie.

***

31La timide revendication d’un duché gothique fit long feu ; Borrell n’avait pas les moyens politiques d’imposer sa suprématie ; d’autre part, la conjoncture politique l’entraînait vers le sud où la frontière attirait le danger et draînait les convoitises. Au lendemain de l’An Mil, les comtés catalans sont emportés dans la tourmente ; la quête d’une protection politique disparaît derrière les déchirements internes pour l’accaparement des dépouilles du Califat ; le déchaînement des violences affecte l’ensemble des institutions et menace le pouvoir comtal. Le tourbillon s’apaise vers 1030-1035. Débute alors une période de reconstruction politique autour du comte de Barcelone ; sur la base de nouveaux rapports contractuels renforcés par un serment, le comte rassemble en un faisceau de fidélités la totalité de l’aristocratie, à commencer par les autres comtes jusqu’alors ses égaux : nous assistons à l’ébauche d’une principauté catalane.

32Le gothicisme joue un rôle important dans cette cristallisation ; c’est peut-être le moment où son expression est la plus répandue : elle contribue à la formation d’une véritable conscience nationale et à l’exaltation de l’autorité comtale au niveau d’un pouvoir quasi-royal.

  • 61 Sur ce point, on peut consulter M. Zimmermann, « L’usage du droit wisigothique en Catalogne du IXe (...)
  • 62 « uidit et cognouit quod in omnibus causis et negociis ipsius patrie leges gotice non possent obser (...)

33Loin de se ralentir après 1030, l’usage ostentatoire de la Loi gothique envahit l’espace documentaire, et on peut situer entre 1030 et 1080 l’apogée de cette fidélité gothique61. En matière de procédure de droit public, la vieille Loi s’avoue de plus en plus inadaptée aux nouvelles conditions sociales. La préface des Usatges de Barcelone justifie l’activité législative de Ramon Berenguer Ier par la nécessité de pallier les carences de la Loi de Tolède62.

  • 63 Livre II, titre 1, chapitres 14 et 13, et titre 5, chapitre 8.
  • 64 D’après le recensement d’A. Iglesia, 50 citations de 1000 à 1025, 71 entre 1026 et 1050, 60 de 1051 (...)
  • 65 La bibliothèque de Ripoll comprend au XIIe siècle « liber Indices III, duo vetustissima ». Un simpl (...)
  • 66 « Un monument antiquíssim de la llengua catalana », Serra d’Or, 2a època, II, n. 6, juin 1960, p. 2 (...)

34Mais ce sont trois prescriptions de la même Loi explicitement citées63 qui autorisent le comte à cette modification. La Loi gothique est omniprésente dans la documentation du XIe siècle. A. Iglesia a recensé près de 270 citations, essentiellement dans les sources éditées, auxquelles il faudrait ajouter plusieurs dizaines de mentions dans les documents et cartulaires restés inédits ; le flux, après une nette croissance dans le premier quart du siècle, ne se ralentit pas jusqu’en 110064. Les différents livres ne sont pas également cités ; les textes utilisés de préférence sont ceux qui réglementent les transactions (ventes, échanges, legs, testaments) et la rédaction des actes. Les livres II (de negotiis causarum) et V (de transactionibus) fournissent à eux seuls 5/6 des citations. Celles-ci sont toujours explicites, souvent complètes et accompagnées de la référence précise aux livre, titre et chapitre (et lex quae continetur libro V, titulo IV, ita dictí capitulo XX : « Si quis.. »). Le manuscrit du Forum Iudicum est familier aux notaires comme aux juges ; plusieurs actes nous les décrivent penchés sur l’ouvrage, à la recherche de la loi appropriée (perquisivimus, invenimus, reperimus scriptum...). La plupart des bibliothèques, y compris celles de toutes petites abbayes et de simples particuliers, conservent un exemplaire de la Loi65, et Manuel Mundó a découvert que le texte du Forum Iudicum est sans doute le premier à avoir été traduit en langue vernaculaire66.

  • 67 Voir à ce sujet M. Zimmermann, art. cit. supra, n. 65, p. 258. Par exemple, la Loi V, 4,3 (« vendid (...)

35Mais les citations du Forum Iudicum n’expriment pas seulement la fidélité à une procédure ou la soumission à un protocole ; elles constituent l’apparat décoratif du document ; la Loi est fréquemment rappelée en tête de l’acte, avant même l’invocation divine ; certains notaires ont laissé, après un avertissement liminaire (Lex edocet...), une ou deux lignes en blanc qu’ils ont négligé de remplir par la suite, faute d’avoir un exemplaire du Forum Iudicum à portée de main ; d’autres rajoutent spontanément, au terme du protocole final, juste avant les souscriptions, sicut in lege Gothorum continetur, formule de prestige sans objet particulier. La protection de la Loi enserre la totalité de l’activité notariale ; elle s’étend même au-delà des cas prévus par le code tolédan ; certaines interférences terminologiques permettent ainsi d’assurer à la simple donation les mêmes garanties qu’à la vente ou à l’échange67.

  • 68 « jussio... domini régi (mini)s nostri Rescenvindi régis » (939), « ad tempore Recesvindi régis, le (...)

36L’essentiel cependant n’est pas là ; la Loi est d’abord revendiquée comme un patrimoine à respecter et préserver ; elle s’impose comme le fondement d’une existence collective et enracine la pratique quotidienne dans un passé glorieux. Ce double mouvement d’appropriation et d’historicisation ne cesse de s’affirmer au cours du XIe siècle. Sans doute les appellations à consonance ethnique (Lex Gothorum, Lex gothica) restent-elles les plus usitées, et les termes techniques (liber iudicum, codex censorum) sont-ils eux-mêmes fréquents : le phénomène important est toutefois le gonflement des termes à résonance affective (nostrae leges) ou historique (Antiquae leges, Priscorum leges, leges Patrum...) ; dans plusieurs cas, il est fait mention explicite du roi-législateur Réceswinthe68. La terminologie témoigne d’une véritable initiation à l’histoire, qu’ont permise les épreuves des années 985-988 ; l’évocation du passé surgit en force dans la documentation au cours du premier tiers du XIe siècle ; les Catalans redécouvrent le moment et l’auteur de leur libération, s’efforcent d’évaluer la durée de l’oppression païenne ; ils identifient l’auteur de la Loi.

  • 69 « Gocia a Magoth filio Iafeth fertur cognominata » (Ms. 74 Ripoll, f° 94v.). Un autre glossaire du (...)

37L’usage de la Lex Gothorum apparaît ainsi comme le lieu d’affirmation d’une identité collective, mais d’une identité qui n’est plus gothique. Au moment où les documents évoquent sans répit Nostrae leges, Patrum leges, les habitants de la Catalogne ne se reconnaissent plus comme Goths ; le pourraient-ils à un moment où les manuels scolaires en usage fondent l’étymologie de Gothus sur l’existence de Gog et Magog69 ?

  • 70 Ainsi, lorsque le comte Hug d’Empuriès, dans le procès qui l’oppose à la comtesse Ermessende à prop (...)
  • 71 Ainsi, entre autres exemples, dans la préface des Usatges : « potestatis regie discretione tractetu (...)
  • 72 Le terme potestas est très fréquent dans le texte des Usatges, où il revêt deux significations nett (...)

38L’appel à la Loi n’est en fait ni systématique ni désordonné. Jusqu’aux dernières décennies du XIe siècle, ce sont les documents issus de la chancellerie comtale qui ont le privilège de cette décoration. La Loi accompagne et étaye la reconstitution de l’autorité comtale ; c’est sur un modèle royal et chrétien hérité de Tolède que le comte de Barcelone fonde sa puissance nouvelle, il ne revendique pas le titre royal, mais souligne que les pouvoirs jadis détenus par le roi sont devenus les siens70 et n’hésite pas à citer les chapitres de la Loi évoquant la regia potestas71 ; il peut ainsi imposer la reconnaissance d’une autorité qui ne soit pas le seul fruit d’une négociation contractuelle et sauvegarder l’image du princeps. Les vicissitudes sémantiques de potestas au cours de la première moitié du XIe siècle sont très révélatrices de cette situation ; dans les premiers temps de la genèse féodale, le terme, avec le sens de droit d’usage, toujours précaire, du châtelain sur son fief, est nettement distinct de dominium qui qualifie la seigneurie éminente : dualité terminologique permettant d’aménager les droits rivaux et complémentaires de plusieurs personnes sur un même bien et de limiter les effets des aliénations, pouvoir délégué et dérivé, la potestas restait dépendante de celui qui détenait le dominium ; récupérer une potestas « ju rabie et rendable » équivalait à affirmer une souveraineté pleine et entière : aussi le terme recouvre-t-il, vers 1050, la signification d’autorité souveraine et quasi-royale, sens avec lequel l’emploie la version primitive des Usatges72.

39Au-delà de son utilisation mécanique, la Loi des Pères a rendu la mémoire aux Catalans. Les préambules des actes incluent désormais une présentation de l’histoire en diptyque aboutissant à l’exaltation de la dynastie, dont l’œuvre prolonge celle des rois « libérateurs » ; cette conscience historique nouvelle exige la démarcation d’un espace de pouvoir et de convivialité, que réalise progressivement le rassemblement barcelonais... Le terme de Gothia n’aurait-il pas dû désigner cette principauté enracinée dans la mémoire gothique ? Son rejet s’explique sans doute pour des raisons d’opportunité politique (le mot est déjà incorporé à la titulature des comtes de Toulouse, « marquis de Gothie »), mais surtout pour des raisons de fond : le temps de la restauration est révolu, et le mythe gothique légitime un ordre politique nouveau. Au moment où s’achève la formation territoriale de la Catalogne, les Gesta comitum Barcinonensium enracinent l’histoire du pays dans un affrontement ethnique ; mais le mot Goth n’y apparaît pas : ce ne sont pas les Goths qui, à la fin du IXe siècle, arrachent leur émancipation, mais déjà les Catalans, présents, quoique anonymes. L’ethnogénèse de la Catalogne ne saurait s’encombrer d’une nostalgie restauratrice.

40Illusion restauratrice. Volonté d’enracinement territorial. Émergence d’une entité politique. À trois moments, le souvenir gothique joue un rôle décisif dans la formation de la personnalité catalane.

41Cette mémoire gothique ne suffit cependant pas à nourrir une conscience nationale. Car la Gothie des Catalans n’est pas celle de l’histoire ; ils la cherchent dans le cadre du royaume franc, abandonnant très tôt l’Hispania aux Asturo-Castillans qui en revendiquent l’héritage dans leur titulature. Le projet catalan n’est pas celui d’une reconquête ; il se réduit à la conquête d’une espace de souveraineté.

42Mais la Gothie cherchée à tâtons à la fin du Xe siècle ne put s’enraciner, car elle était elle-même le produit d’une histoire diversifiée ; jusqu’en 711, Gothia et Hispania ne coïncidaient pas : le royaume de Tolède réunissait l’Hispania et une Gallia Gothica regardée depuis la capitale comme un foyer d’irrédentisme et de rébellion. La « Gothie » carolingienne est donc multiple, sinon conflictuelle. L’histoire de la Catalogne jusqu’au XIIIe siècle est faite d’une alternance entre tentations occitanes et replis ibériques ; avant que la principauté ne trouve son assise définitive, les pulsions septentrionales des comtés catalans (fin du Xe siècle, deuxième tiers du XIe siècles.) expriment moins l’évidence d’une communauté qu’elles ne répondent aux exigences de la défense et aux appétits de l’expansion. Trop ambigu et imprécis, Gothia ne pouvait exprimer le dynamisme de la principauté nouvelle.

43L’étymologie du nom de Catalogne n’a rien à voir avec quelque affirmation gothique. Il n’en est que plus curieux de constater que le souvenir gothique reste aujourd’hui un moyen de souligner le particularisme catalan ; les Catalans qui récusent leur appartenance à Y Hispania, symbole du pouvoir central madrilène et synonyme de la seule Castille, ne répugnent pas à exalter le souvenir de leur gothicité.

Notes

1 F. Lot, Naissance de la France, Paris, A. Fayard, 1940, p. 356 : « La Septimanie, la Gothie comme on disait traditionnellement, constitue une grande-marche-allant du bas Rhône presque jusqu’à l’Èbre. La partie transpyrénéenne a conservé cette dernière dénomination. Gothalania, Catalogne», L’auteur reprend la même argumentation dans La fin du monde antique et les débuts du Moyen Age, 4e édit., Paris, Gallimard, 1989.

2 L’expression est notamment employée par J.-M. Salrach, El procés de formació nacional de Catalunya (segles VIII-IX), Barcelone, Edicions 62, 2 vol., 1978 - et El procés defeudalització (segles III-XII), vol. II de l’Historia de Catalunya dir. par Pierre Vilar, Barcelone, Edicions 62, 1987.

3 Le père de Guifred, « per barbam a quodam Franco tractus», se venge de cet affront, mais est tué par les Francs ; à son tour, Guifred venge son père sur la personne de l’usurpateur Salomon, « natione Gallicum », L’auteur termine ainsi son récit : « Ecce quomodo de potestate regali in manus nostrorum comitum Barchinonensium honor ipse Barchinonensis devenit », Gesta comitum Barcinonensium, éd. L. Barrau Dihigo et J. Masso Torrents, Chroniques catalanes 2, Institut d’Estudis catalans, Barcelone, 1925, p. 5.

4 Quelques exemples suffiront : « Pax et requies regno Francorum per Carlum redditur ad tempus, Gothis superatis... » (Annales Fuldenses, 737, Quellen zur karolingischen Reichsgeschichte, Berlin, I960, t. II), « cuncta depopulata Gothia... » (Annales Mettenses, 737, M. G. H., Scriptores, 1, Hanovre, 1905) ; « in Nemauso et Ucessia jam redactis sub Franchorum dominio, cessante dominio Gothorum… » (ancienne chronique d’Uzès, 754, Histoire générale de Languedoc, CL. Devic et J. Vaissete éd., Toulouse, 1875, t. II, preuves, col. 26).

5 Lutte dont on peut suivre les péripéties dans les récits de Grégoire de Tours (pour le VIe siècle) et du Pseudo-Frédégaire (première moitié du Vile siècle). Tout à fait révélateur est le mobile, fourni par le roi Gontran, de l’expédition lancée au lendemain du décès de la princesse Ingonde : « Prius Septimaniam provinciam dicioni nostrae subdite, quae Gallis est propinqua, quia indignum est, ut horrendorum Gothorum terminus usque in Galliis sit extensus ». (Grégoire de Tours, Histoire des Francs, 1. VIII, chap. 30, éd. Homont, Paris, A. Picard, 1886, t. II, p. 72).

6 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. et trad. E. Faral, Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, Paris, 1964, vers 102-105, p. 12-13.

7 Par exemple : « 792. Orgellis est civitas in Pyrinei montis iugo sita, cuius episcopus nomine Félix, natione Hispanus... [suit un exposé de la doctrine adoptianiste]. 793. Sarraceni Septimaniam ingressi... 794. Rex propter condemnandam haeresim Felicianam... » (Annales regni Francorum, Quellen zur karolingischen Reichsgeschichte, Berlin, 1961, t. I).

8 Le terme Hispania apparaît précisément dans les Annales franques au moment de l’expédition de 778 : « hoc anno domnus rex Carolus perrexit in Spania... » (A. de Saint Gall) ; « Hispaniam quam máximo poterat belli apparatu adgreditur » (Eginhard). Barcelone est clairement définie comme Hispaniae civitas (A. de Fulda, A. de Xanten) ; en 844 encore, Charles le Chauve continue de s’adresser à ses fidèles-in partibus Aquitaniae, Septimaniae, Provinciae et Hispaniae consistentibus » (R. Dabadal i De Vinyals, Catalunya Carolíngia, II, Els diplomes carolingis a Catalunya, 1952, t. II, p. 423). À ce sujet, voir M. Zimmermann, « Aux origines de la Catalogne. Géographie politique et affirmation nationale », Le Moyen Âge, 1983, n° 1, p. 5-40.

9 11 juin 844 (R. D’abadal, op. cit. supra, n. 8, p. 423).

10 Le 7 juillet 854, Charles le Chauve concède à deux fidèles Goths («quibusdam fidelibus nostris, id est Sumnoldo et Riculfo Gotis») la propriété de divers biens royaux dans le comté de Roussillon (ibid., p. 347) ; le 22 février 866, il cède au monastère de Saint-Julien et Saint-Vincent, dans le pagus de Besalu, le village de Revidazer, « in eodem pago a quibusdam Gotis et Guasconibus exartatum » (ibid., p. 220).

11 Dans les documents carolingiens, Gothia-Gozia désigne la Septimanie et est nettement distinct d’Hispania ; les Annales du Ville siècle situent unanimement in Gozia les entreprises de Charles Martel et Pépin le Bref ; évoquant le partage de 840, le breviarium regum Francorum, rédigé par un moine d’Agde, attribue à Pépin Aquitaniam, Hispaniam et Wasconiam et Gothiam.

12 « locum antiquitus vocitatum sanctae Mariae virginis matris Domini... ad restaurationis culmen adduximus... » (17 novembre 833, J. Villanueva, Viage literario a las iglesias de España, Madrid-Valence, 1803-1852,1.10°, app. 6) - « dono ipsam ecclesiam... ad restaurandum... » (Cartulario de « Sant Cugat » del Valles, éd. J. Rius Serra, Barcelone, 1945-47, t. I, n° 2, 12 avril 904).

13 Dieu a envoyé les païens en châtiment des péchés des hommes : « antiquitus constituía et propter infestacionem paganorum fuit destructa » (C. Baraut, « Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles IX-XII) », Urgellia, III, n° 31 (22 juin 949).

14 « Cum priscis temporibus tota Hispania atque Gotia sacris insisteret erudictionibus et vernaret clero atque fulgeret ecclesiis Christo dicatis... » (E. Junyent i Subira, Diplomatari de la catedral de Vic. Segles IX-X, sans date, Vic, t. I, n° 39, 907).

15 « ... secundum legem Romanam et canonica auctoritate in quadruplo componat... » (ibid., n° 53, 17 octobre 911) - id. (ibid., n° 95, 19 février 922) - « insuper tantum componat quantum lex Romana continet... » (El Cartulario de Tavernoles, éd. J. Soler García, Castellón de la Plana, 1964, doc. 6, 3 avril 930, etc.).

16 La notice d’un plaid tenu le 22 décembre 817 sous la présidence de l’évêque de Gérone Nifridius donne la liste des 9 juges et 8 témoins ayant participé au procès ; la proportion des noms romains y apparaît deux à trois fois supérieure à celle des noms germaniques (J. Villanueva, op. cit. supra, t. XIII, app. 1). Une liste de clercs souscrivant un acte du 1er novembre 819 ne livre qu’un seul nom clairement germanique (ibid., t. IX, app. 27).

17 J. Villanueva, op. cit. supra, t. XIV, p. 314-317

18 Ainsi, Sententiarum 1, dans la dotation de l’abbaye sant Sadurní de Tavèrnoles, le 17 janvier 1040 (C. Baraut, art. cit. supra, n. 48).

19 Esideros II dans la bibliothèque de Vie à la mort de l’archevêque Atton en 971 (E. Junyent, La biblioteca de la Canónica de Vich en los siglos X-XI, Spanische Forschungen der Görresgesellschaft, XXI, 1963, p. 136-145).

20 A. Mundó, Códices isidorianos de Ripoll, dans Isidoriana, León, 1961, p. 389-400.

21 Cf. supra, n. 19.

22 P. Pujol I Tubau, « De la cultura catalana mig-eval : Una biblioteca dels temps romànics», Estudis universitaris Catalans, 7, 1913, p. 1-8.

23 La bibliothèque du chapitre de Vic comprenait un seul manuscrit isidorien en 957 (Ysidorum I) ; elle en possède deux en 971 (cf. supra, n. 19).

24 J. Villanueva, op. cit. supra, t. VIII, p. 45-50.

25 Le fonds de Ripoll est conservé à l’Arxiu de la Corona d’Aragó. La meilleure analyse des manuscrits reste celle de R. Bef. R, Die Handschriften des Klosters Santa Maria de Ripoll, Vienne, 1907-1908.

26 Il occupe les fos 88v à 139v du manuscrit 74. À ce sujet, voir M. Zimmermann, « Le monde d’un catalan au Xe siècle : Analyse d’une compilation isidorienne », in Le métier d’historien au Moyen Âge, dir. B. Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, 1977, p. 45-78.

27 Nous pensons en particulier au manuscrit 225 de Ripoll, somme de traités de mathématiques, d’astronomie et de comput dont le plus grand nombre sont des traductions de l’arabe. À ce sujet, voir J.-M. Millas Vallicrosa, Assaig d’historia de les idees físiques y matématiques a la Catalunya medieval. Estudis Universitaris catalans, Barcelone, 1931.

28 R. De Abadal y de Vinyals, La batalla del adopcionismo en la desintegración de la Iglesia visigoda, discurso leído en la recepción pública en la Real Academia de Buenas Letras, Barcelone 1949.

29 À ce sujet, voir A.-M. Mundo, « El commicus palimsest Paris, lat. 2269, amb notes sobres litúrgia i manuscrits visigòtics a Catalunya i Septimània », in Litúrgica 2 (Scripta et documenta, 7), Montserrat, 1956, p. 66-90 ; id., « Les changements liturgiques en Septimanie et en Catalogne pendant la période préromane », Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 2, 1971, p. 29-42. L’introduction de la liturgie nouvelle est due à l’influence des abbayes bénédictines, mais surtout à la politique délibérée des évêques barcelonais. Jusqu’à la fin du IXe siècle et même au-delà, certaines bibliothèques épiscopales, certaines dotations de simples églises rurales continuent à inclure un manuale ou un Toletanum. Une part au moins du rituel wisigothique reste en usage en Catalogne.

30 « Episcopus Barcinonensis se reclamavit, quod Tyrsus presbyter Cordubensis in ecclesia intra muros ipsius civitatis sita seorsum conventus agens pene duas partes ex décima ipsius civitatis sibi usurpat et sine illius licentia missas et baptisteria in eadem civitate praesumit celebrare... » (1er juillet 874, R. dAbadal, Els diplomes, op. cit. supra n. 8, t. II, p. 430).

31 A. García Sanz, « Els pactes monàstics a la Pre-Catalunya del segle IX », Studia Monastica, XVI, 1974, n. 1, p. 7-44.

32 A. Iglesia Ferreirós, « La creación del Derecho en Cataluña », Anuario de Historia del Derecho español, XLVII, 1977, p. 99-423. La plus ancienne mention est de 832.

33 Ce rappel intervient souvent au début des documents.

34 « ... liceat ipsis secundum eorum legem... judicia terminare et... de se et de eorum hominibus secundum propriam legem omnia mutuo definire... » (v. 801, R. dAbadal, Els diplomes..., op. cit. supra n. 8, p. 416).

35 Sur les rapports entre Loi gothique et société, on doit consulter P. D. King, Law and Society in the Visigothic Kingdom, Cambridge University Press, 1972.

36 « ... Decrevit auctoritas et iure leges adfirmant (964) - ... Vox legum jure decrevit (968) - divina (!) lex et precepta sanctorum patrum (974) - injuste et contra legem (843) - per lege et iusticia (913) », etc.

37 F. Udina Martorell, « L’évolution du titre comtal à Barcelone», Cahiers de civilisation médiévale, XIV, 1971, p. 149-157 et XVII, 1974, p. 235-245.

38 F. Udina Martorell, « El sedimento visigodo en la Cataluña condal », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, LXXVII, 2 (juillet-décembre 1974), p. 565-581. L’auteur a repris et développé le thème dans plusieurs colloques récents, dont les Actes restent à paraître.

39 J.-M. Salrach a montré que Bera, comte de Barcelone depuis vingt ans, représentait moins un parti indépendantiste, à l’image de celui qui venait de s’imposer en Navarre en 817, que le chef d’-una facció de la noblesa goda de la Marca que preconitzava, a l’interior, une política gotitzant, defensora de la particularitats dels pais... i, a l’exterior, el manteniment, costés el que costés, de les relacions pacífiques amb els musulmans » (op. cit. supra, p. 45). Au cours d’une assemblée réunie à Aix-la-Chapelle en février 820, il fut accusé de trahison et d’infidélité par un certain Sanila, lui aussi Goth. Vaincu au terme d’un duel judiciaire, Bera fut exilé à Rouen où il mourut peu avant 844. Nous devons à Ermold le Noir un récit détaillé des événements.

40 Sur cet épisode, on peut consulter J.-M. Salrach, op. cit. supra, p. 73-90.

41 « rex Francorum atque Gothorum » (858, Marca hispanico, op. cit. supra, app. 65-915, ibid., app. 68). Signalons cependant que, dans les deux cas, l’expression est employée dans des documents concernant l’église d’Elne... nous restons au nord des Pyrénées !

42 Ainsi Lothaire, dans un diplôme de 968, rappelle à l’abbé de Sant Feliu de Guixols qu’il est venu le solliciter a partibus Gothici regni (R. dAbadal, Els diplomes., op. cit. supra, t. I, p. 203).

43 « ... a regia aula prelatum et ejus jussione atque suorum episcoporum Gotiae electum... » (20 novembre 908, Histoire générale de Languedoc, Cl. Devic et J. Vaissete éd., t. V, Preuves, Toulouse, 1875, col. 125). En plus du métropolitain, le document fait état de la présence des évêques de Barcelone et Urgell.

44 J. Villanueva, op. cit. supra, t. X, app. 14, 911 - ibid., t. XIII, app. 9, 909.

45 R. dAbadal i de Vinyals, Com neix i com creix un gran monestir pirinenc abans de l’any mil : Eixalada-Cuixá, in Analecta Montserratensia, VIII, 1954, p. 221 (22 février 1000). De même, dans le récit de la translation des reliques de saint Baudile, l’hagiographe évoque Narbonne, « ubi totius Gothiae provinciae domnus Segebodus archipontifex sedebat... » (Preuves de l’histoire de Languedoc, op. cit. supra, col. 2).

46 Ibid., col. 4. Et encore-ad Gothiam direxit... monachi Gothiam penetrarint... se Gothos aditurum...-, ibid., passim.

47 Ainsi Charles le Chauve cède à Oliba, comte de Carcassonne, des alleux répartis dans divers comtés de Gothie (« quae res sitae sunt in Gotia... in variiscomitatibus Gotiae... » (11 juin 877, Recueil des actes de Charles II le Chauve, éd. G. Tessier, Paris, Imprimerie nationale, 1952, t. II, p. 457, n° 428).

48 « ... in toto regno nostro Gothicae... » (24 juin 898, R. dAbadal, Els diplomes..., op. cit. supra, t. II, p. 369).

49 28 février 869, ibid, p. 360. L’équivalence est clairement affirmée par le document cité supra n. 48 (« in toto regno nostro Goticae vel Septimaniae »).

50 La divisionis formula de 839 évoque les trois régions méridionales du royaume, Vasconia, Aquitania et Septimania « cum suis marcis ». On comprend alors que la Septimania puisse s’étendre au sud des Pyrénées pour englober l’église d’Urgell (« concedimus eidem sanctae sedi, ut sicut aliae aecclesiae Septimaniae... »). (J. Villanueva, op. cit. supra, t. X, app. 10, 864).

51 Recueil des actes de Charles II le Chauve, G. Tessier éd., Paris, 1952, t. II, n° 465, p. 545. Quelques lignes plus haut, cette région est caractérisée comme la marche du royaume gothique (-de partibus Hispaniae veniens, de illa nempe Gothici regni marca »).

52 Organisation, et non abandon d’autorité, comme l’ont montré les suggestives études de K.-F. Werner, « La genèse des duchés en France et en Allemagne », Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 27, Spolète, 1981, p. 175-207 ;-Les principautés périphériques dans le monde franc du VIIIe siècle », ibid., 20, 1974, p. 483-514. Réimp. dans Id., Structures politiques du monde franc (VI-XIIIe siècle), Londres, Variorum Reprints, 1979.

53 Un excellent résumé du débat historiographique est fourni par R. dAbadal, Els primers comtes catalans, Biografies catalanes, Barcelone, 1958, p. 3-9. Joseph Calmette interprétait le partage de 865 comme « l’acte de naissance de la Catalogne » !

54 « Karolus... Bernardum, ex quodam Bernardo ac filia Rorigonis comitis natum, in Gotiam mittens, partem ipsius markiae illi committit... » (Annales de saint Bertin, 865, éd. F. Grat, J. Vieillard, S. Clémencet, Paris, (Société de l’Histoire de France, 1964).

55 Dans le récit de la translation des reliques de saint Baudile, Bernard II, comte de Poitiers et marquis de Gothie, mérite le titre de « memorabilis Gothorum princeps » (op. cit. supra, col. l), (v. 878).

56 « tempore Borrelli, ducis Gothicae » (25 juin 972, Marca hispanica, op. cit., app. 112), « tempore Borrelli, ducis Gothicae » (3 décembre 972, ibid., app. 113), « ego Borrello, gratia Dei hibereo duci atque marchiso » (10 mars 988, Cartulario de Sant Cugat, doc. 217), « domino Borrello comité atque duce » (31 décembre 991, R. D’abadal, Els diplomes..., op. cit. supra, t. I, p. 73).

57 Est-ce la raison pour laquelle Richer compte les Hispani au nombre des électeurs de Hugues Capet ? « dux omnium consensu in regnum promovetur et... Gallis, Brittannis, Danis, Aquitanis, Gotis, Hispanis, Wasconibus rex kal. jun. praerogatur » (Histoire de France (888-995), éd. et trad. R. Latouche, Paris, 1964, t. II, p. 162).

58 Par exemple, « Gothorum principes Ragemundus et Ermingaudus » (932), « Ragemundus et Ermingaudus principes Gothiae » (932), « Regimundus Gothorum princeps » (944), « Gothorum dux Ragemundus » (942).

59 En Aquitaine, l’enjeu du titre ducal met aux prises les comtes d’Auvergne, de Poitiers et de Toulouse. Voir à ce sujet, J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe-Xe siècles), Bruges, 1948.

60 Borrell épouse successivement Ledgarde, fille de Ramon Ier, comte de Rodez et marquis de Gothie (967) et Aimerud, de la famille comtale d’Auvergne (entre 977 et 988).

61 Sur ce point, on peut consulter M. Zimmermann, « L’usage du droit wisigothique en Catalogne du IXe au XIIe siècle. Approches d’une signification culturelle», Mélanges de la Casa de Velázquez, t. IX, 1973, p. 233-281.

62 « uidit et cognouit quod in omnibus causis et negociis ipsius patrie leges gotice non possent obseruari, et eciam uidit multas querimonias et placita que ipse leges specialiter non iudicabant... ». La plus récente édition des Usatges est celle de Joan Bastardas, Usatges de Barcelona. El codi a mitjan segle XII, Fundació Noguera, Textos i Documents, Barcelone, 1984.

63 Livre II, titre 1, chapitres 14 et 13, et titre 5, chapitre 8.

64 D’après le recensement d’A. Iglesia, 50 citations de 1000 à 1025, 71 entre 1026 et 1050, 60 de 1051 à 1075, 80 de 1076 à 1100. L’auteur relève encore 125 citations au XIIe siècle. A. Iglesia a complété –et rectifié sur quelques points– le recensement que nous avions nous-mêmes effectué, art. cit. supra n. 61.

65 La bibliothèque de Ripoll comprend au XIIe siècle « liber Indices III, duo vetustissima ». Un simple chanoine de Gérone cède en 1065 « suum librum iudicum » et un autre compte le libro iudice au nombre des trois ouvrages constituant sa bibliothèque. (Voir à ce sujet M. Zimmermann, art. cit. supra, p. 267 et M.-C. Díaz y Díaz, « La Lex Wisigothorum y sus manuscritos. Un ensayo de interpretación », Anuario de Historia del Derecho español, 1976, p. 163-224).

66 « Un monument antiquíssim de la llengua catalana », Serra d’Or, 2a època, II, n. 6, juin 1960, p. 22-23 - « El Fragment del Llibre Jutge, versió catalana antiga del « Liber Iudiciorum », Miscellània Aramon i Serra, Barcelone, 1984, IV, p. 156-193.

67 Voir à ce sujet M. Zimmermann, art. cit. supra, n. 65, p. 258. Par exemple, la Loi V, 4,3 (« vendido per scripturam facta plenam habeat firmitatem ») s’applique progressivement à la donation (« donado atque venditio que per scriptura fuit facta... » ). Moyen de faire de la donation ou du simple legs un acte juridique.

68 « jussio... domini régi (mini)s nostri Rescenvindi régis » (939), « ad tempore Recesvindi régis, legum magister » (975)...

69 « Gocia a Magoth filio Iafeth fertur cognominata » (Ms. 74 Ripoll, f° 94v.). Un autre glossaire du même manuscrit fait des Goths les « fils » de Gog et Magog, impies et ennemis de Dieu !

70 Ainsi, lorsque le comte Hug d’Empuriès, dans le procès qui l’oppose à la comtesse Ermessende à propos de l’alleu d’Ullastret, rappelle : « potestatem quam reges ibi pridem habuerunt iste Hugo comes ibi habebat » (Marca Hispanica, op. cit., app. 181, 26 août 1019).

71 Ainsi, entre autres exemples, dans la préface des Usatges : « potestatis regie discretione tractetur... », « sola vero potestas regia erit in omnibus libera... » (op. cit. supra, n. 62, p. 50).

72 Le terme potestas est très fréquent dans le texte des Usatges, où il revêt deux significations nettement distinctes : dans quelques articles, il désigne encore le pouvoir d’usage « rendable » du vassal sur son château (« si quis contradixerit seniori suo potestatem de suo castro » (us. 30), « potestatem de suo castro... nullo modo contradicat homo seniori suo » (us. 42) ; mais il s’élève le plus souvent au sens de pouvoir souverain, et n’est alors suivi d’aucun déterminatif : « potestas debet eum defendere... » (us. 44), « omnes homines a vice comitibus usque ad inferiores milites... debent ad potestatem iurare fidelitatem... » (us. 48), « camini et strate... sunt de potestate » (us. 62)... Le mot retrouve donc –ou conserve– en Catalogne le sens qu’il possédait au Xe siècle : « terme abstrait, ce mot désigne en premier lieu... l’autorité publique en elle-même mais... il dénomme aussi les représentants de cette autorité » (P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XI siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1974-1975, t. I, p. 137).

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search