Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Du royaume de Tolède à la future Europe (viie-viiie siècles)

Michel Rouche

Texte intégral

1Le titre de cet exposé peut paraître parfaitement antinomique, tellement l’opposition est grande entre la péninsule Ibérique centrée sur Tolède et la première ébauche de l’Europe, celle de Charlemagne. L’une se veut unifiée et unique, l’autre se veut multiple et à double tête : l’empereur et le pape. La force de cette opposition est telle que les écrivains et les historiens qui pensent l’Espagne comme une entité politique supérieure, au VIIe siècle, n’ont plus rien à voir avec ceux qui, au VIIIe siècle, la voient comme les morceaux d’un grand ensemble écroulé. Pour expliquer ce changement radical de point de vue, il est indispensable de comprendre comment, de l’unité exacerbée, le royaume de Tolède est passé à l’inquiétude sur cette unité, puis à la recherche d’une autre unité par un appel à l’Europe.

  • 1 Je donne ici la traduction en français de la célèbre Louange de l’Espagne d’Isidore de Séville, ré (...)
  • 2 Epístola ad Sisenandum, ibid., p. 304 : « Omnium hominum genus per tripertitam mundi regionem id e (...)

2La conversion des Wisigoths au catholicisme romain signifiait normalement la fin d’un royaume germanique, et l’annonce d’une fusion progressive du peuple des vainqueurs, les Goths, avec les vaincus, les Hispano-Romains, dans l’oubli des conflits antérieurs. Le particularisme ethnique des Goths peut alors faire place à une nouvelle entité politique autour de leur roi à Tolède. Il est fort curieux de constater que la gloire européenne des Goths qui traversèrent le continent depuis la Suède, par la Russie, la Grèce, l’Italie et l’Aquitaine, est oubliée au profit de l’universalisme romain et chrétien. Que dit en effet Isidore de Séville dans sa célèbre Louange de l’Espagne ? L’Espagne est pour lui, dans ce Prologue à l’Histoire des Goths, « la plus belle », « la mère sacrée des chefs et des peuples », la « reine des provinces » de l’Empire Romain tant en Occident qu’en Orient. Toutes les comparaisons qu’il utilise ont trait à « l’Empire » – le mot est répété deux fois – à Romulus, au Capitole, à Olympie, à Tyr, etc.1. Bref, tout est romain et Rome n’est pourtant célèbre que grâce à l’Espagne, « la partie la plus célèbre de la terre ». Quant au peuple des Goths, évoqué deux fois, il y multiplie la joie et la richesse par ses enfants et ses rois : bref, l’Espagne était tellement attirante qu’elle fut victime d’un double rapt, celui de Rome et celui des Goths. Mais au total, elle demeure une nation, la plus célèbre, parmi les nations de l’Empire romain, et tout particulièrement de l’Occident. Isidore raisonne donc toujours en Romain méditerranéen. Ce n’est point faute d’ignorer l’Europe, pourtant. Dans son épître dédicatoire à Sisenand, il montre que, le monde étant divisé en trois parties, l’Asie, l’Europe et l’Afrique, font partie de l’Europe les Romains et les Goths, même si cette Europe est au nord, à ses yeux. Pour lui il n’y a là qu’un concept géographique. Sa patrie est l’Espagne. L’Hibérie tire son nom de l’Èbre, l’Hespérie d’Espérut mais, au fond, elle regarde exclusivement vers l’Orient méditerranéen2. Tel est probablement le sentiment profond des contemporains cultivés d’Isidore : leur seul lien avec l’extérieur de l’Espagne demeure cet Empire d’Orient qui touche encore à la péninsule par la province « romaine » d’Espagne, conquise par l’ancien Préfet du prétoire d’Italie, Libère, en 552. C’est le seul héritage qu’ils acceptent.

  • 3 « Hos Europae omnes tremuere gentes », ibid., p. 294.
  • 4 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781, Paris, 1979, p. 240 ; M. G. H. E. E. t. (...)
  • 5 J. Vives, Concilios visigóticos, Barcelone-Madrid, 1963.
  • 6 E.-A. Thompson, The Goths in Spain, Oxford, 1969, p. 195.
  • 7 M. Rouche, L’Aquitaine, (cit. sup. n. 4), p. 260 Vita Fructuosi, éd. M. Díaz y Díaz, Braga, 1974, (...)

3En effet, Isidore connaît le passé européen des Goths et, dans son résumé final, il décrit leurs exploits depuis les montagnes enneigées de Scandinavie par le pays des Scythes et le Danube jusqu’à Rome et Tolède : « Tous les peuples de l’Europe tremblèrent devant eux »3. Néanmoins, cette Europe-là ne l’intéresse point. La nation des Goths ne l’intéresse que par son désir de devenir enfin romaine. Ce thème de l’imitatio imperii était en effet partagé par les chrétiens espagnols et les rois des Goths. Théodoric l’avait déjà clamé à travers les écrits de Cassiodore et de Jordanès, et les rois wisigoths d’Espagne allèrent même, au cours du VIIe siècle, jusqu’à oublier leur passé européen. Alors même que Brunehaut, princesse gothe et reine d’Austrasie, était capable de tenter une alliance à revers avec les Avars en 610-611, preuve de sa connaissance des royaumes européens4, les rois wisigoths d’Espagne, eux, n’ont aucune politique étrangère tournée vers le nord de la péninsule. Ils abandonnent toute la politique antérieure des mariages avec les rois francs et se replient sur leurs querelles internes, et surtout leur recherche forcenée d’unité. Cette obsession de l’unité de l’Espagne conforme à une idéologie romaine et impériale du pouvoir marque les actes de tous les rois et de tous les conciles de Tolède. Ces derniers, par exemple, affirment réunir ensemble « les évêques d’Espagne et de Gaule », même si les neuf évêques de Septimanie ne représentent qu’une Gaule « croupion »5. C’est une manière romaine de penser l’espace. De même, l’unification des deux lois, gothique et romaine, en un seul code par Réceswinthe valut à ce dernier le titre de « Justinien wisigothique »6. L’idéal reste donc l’Orient romain. Pour Fructueux de Braga, il en est de même. Quand il veut quitter son pays pour faire un pèlerinage en Orient, Narbonne (et non point Rome) n’est pour lui qu’une étape, car la lumière vient de l’Orient, que ce soit sur le plan politique, religieux ou cosmique7.

  • 8 Isidore de Séville, Histoire des Goths, op. cit., M. G. H. A. A., 11, p. 292.
  • 9 J. Orlandis. Hispania y Zaragoza en la Antigüedad tardía. De cómo nace y se pierde España, Saragos (...)
  • 10 Chronicon Ticinensis diaconi et subdiaconi Toletani, P. L., 80, col. 633-Texte du XVIe s. !
  • 11 E.-A. Thompson, The Goths in Spain, p. 241. Encore faut-il signaler que ces initiatives vinrent d’ (...)

4De plus, cette unité qu’Isidore attribue à Suinthila, dont il est dit « qu’il fut le premier qui ait acquis la domination sur toute l’Espagne au nord du détroit de Gibraltar, ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait accompli »8, unité acquise aux dépens de Byzance, n’est jamais vraiment achevée, que ce soit contre les Basques qui retiennent encore Rodrigue lorsque les Arabes débarquent, ou contre les juifs. Curieux universalisme romain que cet hispanisme ignorant superbement ses voisins francs et lombards, comme l’avait déjà remarqué Ramón Menéndez Pidal à propos des chroniques universelles de Jean de Biclar et d’Isidore de Séville9. Aucune, au cours du VIIe siècle, à ma connaissance, ne s’est départie de cette ignorance volontaire sur le monde extérieur. Seul, un diacre italien originaire de Pavie exilé à Tolède donnerait, dans un fragment de chronique douteux sur la naissance de Mahomet, quelques détails touchant des faits se déroulant en Italie comme la mort d’un évêque de Carthage à Rome, ou de l’exarque Jean à Ravenne, l’avènement de rois lombards ou du premier patriarche de Grado ; mais tout cela est de peu d’influence, et, si tant est que ce fragment soit authentique, l’auteur en est italien10. Bref, la recherche de l’unité espagnole est vécue dans un splendide isolement et tous les historiens ont déjà fait remarquer la lenteur ou la faiblesse de ses liaisons non seulement avec les royaumes barbares, mais même avec le monde méditerranéen. Songeons que l’Église wisigothique fut seulement deux fois en relation avec celle de Rome au VIIe siècle (en 604 et 684)11.

  • 12 B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), Paris 1960 ; M. Rouche, «  (...)
  • 13 E.-A. Thompson, The Goths..., p. 247.
  • 14 M. Rouche, L’Aquitaine, p. 415.
  • 15 Julien de Tolède, Prognosticon, P. L., 96, col. 463-522.
  • 16 Au XVIe concile de Tolède en 693, sous la présidence du roi Egica, il est précisé que ceux qui se (...)

5Cette recherche de l’unité tombe ensuite dans l’inquiétude et même l’angoisse, au nom même de l’universalisme romain. La politique anti-juive des rois des Wisigoths s’inspire en fait de celle des empereurs d’Orient, et tout particulièrement, contrairement à ce que pense Bernard Blumenkranz, des édits d’Héraclius et Constans II, les sauveurs de l’unité byzantine et romaine en 632 et 66l12. Cette répercussion de la législation impériale sur l’Espagne wisigothique tient au fait qu’il est incompréhensible que l’on puisse demeurer citoyen romain en pratiquant le judaïsme. Qui dit romain dit catholique. L’unité doit être non seulement territoriale, mais aussi religieuse. Ainsi s’explique, malgré les réticences d’une partie de l’épiscopat, l’acharnement des rois, jusqu’au dernier législateur Egica en 694, contre les juifs. L’impossible uniformité des cœurs engendre alors l’angoisse, et l’universalisme forcé se retourne en une peur de « la conspiration », en une « ruine de la patrie »13. Ajoutons à cela la chute de Jérusalem en 638 aux mains des Arabes, qui suscite la croyance en la fin de l’Empire romain et l’arrivée de l’Antéchrist. L’ébranlement des esprits devant ces événements provoqua un mouvement de pensée eschatologique et de peur de la fin du monde auquel Julien, archevêque de Tolède, crut indispensable de répondre en 690, en écrivant le Prognosticon pour mieux expliquer les fins dernières de l’homme et conjurer ses terreurs14. Cette mentalité subsista évidemment avec la chute de l’Espagne, puisque Béatus de Liébana composa encore, entre 776 et 786, son célèbre Commentaire sur l’Apocalypse15. Il faut mettre aussi ces écrits en relation avec la vague de suicides signalée par les derniers conciles de Tolède16. Toute vague de suicides correspond historiquement à une crise profonde d’une civilisation, tandis que la peur eschatologique révèle l’abandon de la patrie terrestre pour une patrie céleste inconnue, donc menaçante. L’universalisme romain est impossible : l’universalisme chrétien s’achève en Espagne wisigothique par l’excommunication des suicidés et la croyance en une fin du monde inexorable.

  • 17 J.-J. Sayas Abengochea, L.-A. García Moreno, « Romanismo y germanismo. El despertar de los pueblos (...)

6Tous les historiens de l’Espagne wisigothique ont décrit, et je ne le répéterai point ici, la manière dont, sous les coups des nobles, et malgré les efforts de l’Église, l’Espagne wisigothique s’est fragmentée en plusieurs régions17, puis a commencé de s’effondrer sous les coups de Tarik aux bords du río Guadalete, entre le 19 et le 26 juillet 711. Divisée contre elle-même et ne croyant plus en elle, l’Espagne wisigothique s’est effondrée sur elle-même par suite de sa conception narcissique de l’universalisme romain.

  • 18 Traité entre Abd El Aziz et Théodemir publié par E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulman (...)
  • 19 E. Demougeot, L’Empire Romain et les Barbares d’Occident, Paris, 1988, p. 371-409 (-La Septimanie (...)
  • 20 Corpus scriptorum Muzarabicorum, éd. J.-G. Gil, 1, Madrid, 1973, c. 42, p. 14 ; c. 57, p. 37-38. L (...)
  • 21 M. Rouche, L’Aquitaine, p. 112.
  • 22 Chronica Muzarabica, c. 65, p. 43. J’ai donné le texte latin de ce récit de bataille avec traducti (...)

7Que pouvaient faire les chrétiens espagnols après une telle catastrophe ? Compter sur soi en étant soumis aux musulmans était sans issue, comme le prouve le contenu du traité de paix entre Abd El Aziz et Théodemir « écrit en radjab de l’année 94 de l’Hégire »18. Restaient d’autres fragmentations régionales, ouvertes sur l’extérieur, comme la Cantabrie ou la Septimanie19. Au cours du VIIe siècle, Mozarabes et Espagnols chrétiens de la Liébana ou de la Septimanie prennent alors lentement conscience de la nécessité de porter leurs regards au-delà des Pyrénées. Brusquement, la Chronique byzantino-arabe parle de la victoire du duc Eudes devant Toulouse en 721 sur les Arabes, ainsi que l’Anonyme de Cordoue qui écrit en 75420. On sait l’importance de ce répit donné par le duc Eudes aux chrétiens espagnols qui furent vainqueurs à Covadonga l’année suivante, en 72221. Dès lors, le terme d’Occident revient à plusieurs reprises sous la plume de l’Anonyme de Cordoue, au fur et à mesure qu’il s’aperçoit que beaucoup d’heureux événements se produisent pour sa patrie. Il cite les Francs au moins dix fois, puis il est le seul de tous les chroniqueurs occidentaux à nous faire un récit détaillé de la bataille de Poitiers en 732, et en désignant, à deux reprises, les Francs de Charles Martel sous le terme d’Européens22.

  • 23 M. Rouche, L’Aquitaine, p. 121 et note 65, et p. 522.
  • 24 J.-B. Duroselle, L’idée de l’Europe dans l’histoire, Paris, 1967.

8L’année de rédaction de cette chronique universelle est capitale. En 754, Étienne II vient de sacrer pour la deuxième fois Pépin roi des Francs. En même temps, les négociations sont en cours entre les Francs et les Hispano-Wisigoths de Narbonne pour aboutir à la libération de cette ville, en échange du maintien des lois de Réceswinthe. Effectivement, Narbonne est libérée des musulmans en 759, grâce à l’alliance des Francs et des Goths de Septimanie23. Le royaume des Francs n’est plus alors considéré comme un rival, mais comme un royaume chrétien tenant une place nouvelle dans l’Europe avec la bénédiction du pape. Le concept d’Europe n’est plus géographique comme au temps d’Isidore, mais politique et religieux. Les Hispano-Wisigoths adoptent alors ce nouveau concept lancé par les Irlandais, en particulier Colomban qui qualifia Grégoire le Grand et Boniface IV de « gardien de l’Europe » en 604, et Cathuulf qui donne à Charlemagne le titre de « chef de l’Europe entière »24. Cette entrée de l’Espagne, brisée, dans le concert européen, carolingien et chrétien, se remarque alors grâce à toute une série d’indices révélateurs.

  • 25 J.-J. Sayas Abengochea, L.-A. García Moreno, Romanismo y germanismo, p. 413-
  • 26 Versus de Asia et de universi mundi rota, 46 et 71, dans Itineraria et alia geographica, in Corpus (...)
  • 27 M. Rouche, « La défaite de Roncevaux », in Bulletin de la Société des Sciences Lettres et Arts de (...)
  • 28 A. Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France (fin du VIIIe - début (...)
  • 29 Eginhard, Vie de Charlemagne, 16, éd. et trad. L. Halphen, Paris, 1923, 16, p. 44-46 : « Adeo namq (...)

9Signalons d’abord que Béatus de Liébana est le premier à mentionner entre 776 et 786, dans son Commentaire sur l’Apocalypse, l’évangélisation de la péninsule par l’apôtre saint Jacques, pour en faire son patron25. Ainsi l’Espagne est protégée, non par un saint martyr local, mais par un évangélisateur venu de l’extérieur, à l’échelle de l’Église d’Occident. De même, quelques années auparavant, un géographe inconnu, peut-être espagnol aux dires de Dag Norberg, reprend la géographie d’Isidore de Séville, et précise, à propos de l’Europe, que les Francs sont chrétiens « par un don divin »26. Rien d’étonnant, par conséquent, si les chrétiens de Saragosse font appel à Charlemagne en 778 et si le pape l’encourage vivement dans cette entreprise de libération, afin d’expulser les Sarrasins qui désirent « entrer dans nos territoires »27. L’Europe chrétienne implique donc l’accueil des chrétiens espagnols réfugiés chez les Francs et dès 780, les diplômes de Charlemagne en faveur des Hispani se multiplient28. Brusquement, avec l’affaire de l’adoptianisme, l’Église d’Espagne se trouve représentée hors de chez elle, au concile de Francfort en 794. Je crois même qu’il faut prendre au pied de la lettre une affirmation d’Eginhard dans sa Vie de Charlemagne : « Alfonse (II) roi de Galice et d’Asturies... quand il lui envoyait des lettres ou des ambassades (comme en 797 et 798), tenait à ce qu’on le nommât toujours son homme propre »29. Cette déférence diplomatique, de la part d’un roi qui assura définitivement l’indépendance de son royaume néo-wisigothique, prouve cette prise de conscience de l’impossibilité d’une autonomie face à l’Islam, et de la découverte d’une nécessaire cohésion avec les autres chrétiens de l’Europe carolingienne.

  • 30 Au IXe siècle, Léovigild, un chrétien mozarabe, entend par-Europe-tous les pays chrétiens et par-A (...)

10Nous pouvons désormais mieux préciser le chemin parcouru par l’Espagne du VIIe au VIIIe siècle. Prise dans la vision enivrante d’un royaume de Tolède, perle de l’Empire Romain, la péninsule regarde vers la ligne bleue des rives méditerranéennes et orientales. À trop vouloir imiter des empereurs byzantins, unifiant, par la force de leurs armées et de leurs édits, des populations variées, elle en oublie son héritage européen gothique, ignore les autres royaumes germaniques et réduit au minimum ses relations avec Rome. Cet hispanisme romain solipsiste, à force de rechercher une uniformité en ignorant l’originalité juive, le désir des nobles germaniques de partager le pouvoir, ses particularismes locaux, tomba dans une crise de civilisation qui fut en même temps une crise de désespérance. Lorsqu’au lieu de la lumière venue de l’Orient, ce fut le feu dévastateur de l’Islam, le choc fut tel qu’il ouvrit les yeux des chrétiens espagnols sur leurs voisins. Le malheur exemplaire leur fit chercher des frères, les vainqueurs de Toulouse ou de Poitiers en 721 et 732, les libérateurs de Narbonne en 759 et de Barcelone en 801. La prise de conscience de l’unité des chrétiens sous l’appellation d’Européens, l’acceptation d’un royaume que d’autres que les Francs mettent au sommet de l’Europe, intègre en un demi-siècle les anciens Hispano-Wisigoths dans un monde nouveau, l’Europe de Charlemagne. Alors commence, pour ces populations dispersées et fragmentées, un abandon progressif du mirage oriental, tandis que leurs pas ou leurs regards se tournent de plus en plus vers les cimes pyrénéennes30, malgré la difficulté de leur passage. En effet, il arrivera un moment où d’autres troupes que celles de Charlemagne descendront par les cols ; et ce n’est point un paradoxe que d’affirmer que le malheur commun qui frappa les Espagnols et les Francs au VIIIe siècle devint leur salut. En somme la perdida de España resultó ser la salvación de España.

Notes

1 Je donne ici la traduction en français de la célèbre Louange de l’Espagne d’Isidore de Séville, rédigé en 625, d’après le texte latin édité par Th. Mommsen dans les M. G. H., A. A., 11, Berlin, 1894, p. 268.

2 Epístola ad Sisenandum, ibid., p. 304 : « Omnium hominum genus per tripertitam mundi regionem id est Asiam, Europam et Africam... Hispania... ab Hespero sidere Hesperia ».

3 « Hos Europae omnes tremuere gentes », ibid., p. 294.

4 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781, Paris, 1979, p. 240 ; M. G. H. E. E. t. 3, Hanovre, 1892, éd. W. Gundlach, p. 679 : « Brunegildes regine et Theoderici régis electio ipsos Abares ad bellandum domini Theodiberti convocabisset de suis sedibus transmigrare provinciam ».

5 J. Vives, Concilios visigóticos, Barcelone-Madrid, 1963.

6 E.-A. Thompson, The Goths in Spain, Oxford, 1969, p. 195.

7 M. Rouche, L’Aquitaine, (cit. sup. n. 4), p. 260 Vita Fructuosi, éd. M. Díaz y Díaz, Braga, 1974, c. 17, p. 110 : « Succendit eum immensus sancti desiderii ardor ut partem occupans Orientis novam arriperet peregrinationem-Cf. aussi ibid. c. 3, p. 84, l’expression révélatrice : « quasi sol oriens inluminaturus Spaniam »,

8 Isidore de Séville, Histoire des Goths, op. cit., M. G. H. A. A., 11, p. 292.

9 J. Orlandis. Hispania y Zaragoza en la Antigüedad tardía. De cómo nace y se pierde España, Saragosse, 1984, p. 188.

10 Chronicon Ticinensis diaconi et subdiaconi Toletani, P. L., 80, col. 633-Texte du XVIe s. !

11 E.-A. Thompson, The Goths in Spain, p. 241. Encore faut-il signaler que ces initiatives vinrent d’Honorius et Benoît II !

12 B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), Paris 1960 ; M. Rouche, « Les baptêmes forcés des juifs en Gaule mérovingienne et dans l’Empire d’Orient », in De l’anti-judaïsme antique à l’anti-sémitisme contemporain, Lille 1979, p. 105-124.

13 E.-A. Thompson, The Goths..., p. 247.

14 M. Rouche, L’Aquitaine, p. 415.

15 Julien de Tolède, Prognosticon, P. L., 96, col. 463-522.

16 Au XVIe concile de Tolède en 693, sous la présidence du roi Egica, il est précisé que ceux qui se donnent la mort, en se pendant ou en s’égorgeant avec leur épée, seront excommuniés s’ils en réchappent : J. Vives, Concilios, p. 501.

17 J.-J. Sayas Abengochea, L.-A. García Moreno, « Romanismo y germanismo. El despertar de los pueblos hispánicos », in Historia de España, t. 2, Barcelone, 1984, p. 358-376. J. Orlandis, Hispania, p. 188-192. J. Orlandis, Historia de España visigótica (sup. n. 9) Madrid, 1977, p. 280-288. Cf. M. Rouche, « La crise du VIIIe siècl e en Europe, la naissance des régionalismes », in Annales, Mars-Avril 1986, p. 347-360.

18 Traité entre Abd El Aziz et Théodemir publié par E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, 1, Paris 1944, p. 23-24.

19 E. Demougeot, L’Empire Romain et les Barbares d’Occident, Paris, 1988, p. 371-409 (-La Septimanie dans le royaume wisigothique-). Cet article montre bien le rôle capital du séparatisme septimanien dans l’européanisation des Goths de cette région.

20 Corpus scriptorum Muzarabicorum, éd. J.-G. Gil, 1, Madrid, 1973, c. 42, p. 14 ; c. 57, p. 37-38. L’édition en prose rimée de l’Anonyme de Cordoue par J. Tailhan, Paris, 1885, me paraît toujours valable, car elle seule rend bien le souffle d’espérance guerrière qui anime cet auteur inconnu.

21 M. Rouche, L’Aquitaine, p. 112.

22 Chronica Muzarabica, c. 65, p. 43. J’ai donné le texte latin de ce récit de bataille avec traduction française, dans L’Europe au Moyen Âge, Documents expliqués, t. 1, éd. CH.-M. de la Roncière, R. delort, M. rouche, Paris 1969, p. 137-139. Pour l’explication de la bataille et de son importance, beaucoup plus psychologique que stratégique, voir M. Rouche, « Les Aquitains ont-ils trahi avant la bataille de Poitiers ? », in Le Moyen Âge, 74, 1969, p. 5-26.

23 M. Rouche, L’Aquitaine, p. 121 et note 65, et p. 522.

24 J.-B. Duroselle, L’idée de l’Europe dans l’histoire, Paris, 1967.

25 J.-J. Sayas Abengochea, L.-A. García Moreno, Romanismo y germanismo, p. 413-

26 Versus de Asia et de universi mundi rota, 46 et 71, dans Itineraria et alia geographica, in Corpus Christianorum, t. 175, Turnhout 1965, p. 446-448 : « Scita uocata prima Euruppe prouincia... Franci... regna plura ceperunt, modo tenent christiani cum diuino munere ». L’auteur signale dans la préface l’opinion de Dag Norberg sur l’hispanité de cet auteur.

27 M. Rouche, « La défaite de Roncevaux », in Bulletin de la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne, t. 135, 1979, p. 145-156 avec la lettre du pape Hadrien I à Charlemagne.

28 A. Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France (fin du VIIIe - début du Xe siècle) », in Le Moyen Âge, t. 20, 1965, p. 179-215 et 375-401.

29 Eginhard, Vie de Charlemagne, 16, éd. et trad. L. Halphen, Paris, 1923, 16, p. 44-46 : « Adeo namque Hadefonsum Gallaeciae atque Asturicae regem sibi societate devinxit ut is, cum ad eum vel litteras vel legatos mitteret, non aliter se apud illum quam proprium suum appellari juberet. ».

30 Au IXe siècle, Léovigild, un chrétien mozarabe, entend par-Europe-tous les pays chrétiens et par-Asiatiques-les chrétiens orientaux. Leovigildi de habitu clericorum liber, 32, 4, éd. J. Gil, Corpus script, muz. (cité sup. n. 20), p. 674-676. Mais Euloge ne put traverser les cols pour aller en « Francia ulterior » : ibid., Eulogi epistula 3, 6, p. 499-500.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search