Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Le royaume wisigothique et son unité religieuse

José Orlandis

Texte intégral

1La période wisigotho-catholique de l’histoire d’Espagne commence à un moment qu’il est permis de dater avec une exacte précision : on peut affirmer qu’elle a débuté le dimanche 8 mai 589. C’est le jour de l’ouverture solennelle du IIIe concile de Tolède. La fin de cette période, on peut aussi la fixer avec assez de précision : elle est survenue à la bataille du Guadalete, par une torride journée de l’été andalou, entre le 19 et le 26 juillet de l’année 711 ; peut-être le 23. Ce jour-là, le royaume wisigothique espagnol s’est effondré, même si certaines de ses séquelles ont pu se prolonger pendant quelques années encore dans le nord-est de la péninsule Ibérique. Par conséquent, c’est un peu plus de 122 ans qu’embrasse cette période de l’Espagne wisigothique offerte aujourd’hui à notre considération.

2L’Espagne wisigothique catholique est la résultante de la profession de christianisme catholique faite par ces Wisigoths ariens qui, en gros, avaient constitué jusqu’alors l’élément germanique de la population du royaume. L’obtention de l’unité religieuse avait déjà été un clair objectif pour le dernier monarque arien espagnol, Léovigilde. Ceci est un fait réel, qu’il ne nous appartient pas de traiter ici en détail, mais qu’il convient de rappeler. En effet, cela reflète le désir d’unité confessionnelle entre les Goths et les Romains qui existait dans le royaume tolédan du dernier quart du VIe siècle. Léovigilde a essayé de parvenir à cette unité sur la base d’un arianisme mitigé, nourri de concessions doctrinales et de gestes en faveur des catholiques ; mais il échoua dans cette tentative. C’est Récarède, son fils et son successeur, qui opta résolument pour la foi catholique, comme base de l’unité religieuse de ses peuples.

3Il est important, en effet, de garder présent à l’esprit que la conversion personnelle de Récarède au catholicisme s’est produite avec une notable antériorité par rapport à la réunion du IIIe concile de Tolède. Cette conversion a eu lieu, d’après la Chronique de Jean de Biclar l’historien goth contemporain, digne de confiance, le dixième mois de son règne, c’est-à-dire dans le premier trimestre de l’année 587. À partir de ce moment-là, Récarède assume toutes les initiatives dans cette entreprise de conversion des Goths. Cette même année 587, il réunit une assemblée d’évêques ariens, avec l’assistance, peut-être, de quelques prélats catholiques, et il l’incita par le raisonnement plus que par le commandement (« ratione potius quam imperio ») à embrasser la religion catholique. Au cours des deux années suivantes, le monarque dut encore vaincre les dernières résistances ariennes, des soulèvements et des conjurations dont les foyers principaux se trouvaient dans la ville de Mérida, dans la province de Septimanie et au sein de la cour tolédane elle-même. Mais c’étaient les épisodes d’arrière-garde d’un passé irréversible. En mai 589, Récarède put réunir le IIIe concile de Tolède, la grande assemblée où eut lieu la réception solennelle des anciens ariens au sein de l’Église universelle. À partir de ce moment-là, il n’y eut plus qu’une seule et même foi chez les Hispano-Romains et chez les Goths, les deux éléments majoritaires de la population du royaume. Seule la minorité juive demeurait à l’écart de cette unité religieuse au sein de la foi catholique, destinée à constituer une des constantes qui marquèrent le plus fortement de leur empreinte l’histoire à venir de l’Espagne et du peuple espagnol.

Les tentatives d’une succession héréditaire monarchique

4L’unité religieuse ainsi obtenue dans le royaume de Récarède représenta un succès durable. On ne peut en dire autant d’un important objectif politique qui sembla sur le point d’être atteint dans ces mêmes années : celui d’une monarchie héréditaire dans la descendance familiale de Léovigilde. Ce grand monarque avait inauguré une nouvelle époque dans le royaume wisigoth d’Espagne ; il éleva à un niveau jamais atteint jusqu’alors le prestige et le pouvoir de l’autorité royale. On put alors penser qu’il était destiné à devenir le Mérovée de l’Espagne – ou, au moins, son Clovis – ; les successions pacifiques et indiscutées de son fils Récarède et de son petit-fils Liuva II au trône paraissaient le présager. Mais le renversement et l’assassinat de Liuva II réduisirent à néant la plus lumineuse occasion qui ait été donnée au royaume wisigoth d’Espagne d’instaurer une monarchie fondée sur le principe de l’hérédité dynastique.

5Le premier tiers du VIIe siècle fut une période d’indétermination, en ce qui concerne la nature de l’institution monarchique et les règles de la succession royale. Cela ne veut pas dire que l’histoire de l’Espagne, dans ces années-là, manque d’intérêt à d’autres points de vue. Sisebut, qui a régné entre 612 et 621, fut le plus éclairé de tous les monarques wisigoths. Suinthila, son successeur presque immédiat (621-631), était un illustre duc qui s’était fait remarquer par ses brillantes campagnes contre des populations révoltées du nord de la péninsule. Devenu roi, Suinthila remporta une victoire encore plus remarquable. Depuis la moitié du VIe siècle, une frange territoriale du sud-est de la péninsule Ibérique se trouvait au pouvoir de l’Empire byzantin. Cette enclave impériale s’était peu à peu réduite sous la pression wisigothique, surtout pendant le règne de Sisebut. Mais il revint à Suinthila de mettre un point final à l’entreprise, et d’en finir avec l’Hispanie byzantine. Saint Isidore de Séville, dans son Histoire des Goths, rend compte en termes enthousiastes de la geste de Suinthila : « Il parvint – écrit-il – par son heureuse victoire à la gloire d’un triomphe supérieur à celui des autres rois, puisqu’il fut le premier à établir le pouvoir monarchique sur toute l’Espagne péninsulaire, chose qui ne s’était produite sous aucun prince avant lui ».

6Sisebut autant que Suinthila prétendit transmettre la couronne à sa descendance. Mais ces tentatives tournèrent court rapidement. Sisebut réussit à ce que son fils Reccarède II, encore enfant, lui succédât ; mais le jeune monarque mourut peu de jours après son père. Suinthila, dont Isidore écrit qu’en plus de briller par ses glorieuses actions, il possédait « énormément de vertus propres à la royale majesté », tenta, appuyé sans doute sur son prestige, de lier le pouvoir souverain à sa famille ; pour ce faire, il associa au trône son fils Récimer, avec le ferme propos qu’il lui succède à sa mort à la tête de la monarchie. Mais il n’échoua pas seulement dans sa tentative ; en plus, cette association fut certainement la principale cause du soulèvement de la noblesse gothe, ennemie décidée de l’instauration d’une royauté héréditaire liée à une famille déterminée. Suinthila fut déposé, et un magnat rebelle, Sisenand, fut élevé par ses collègues sur le trône de l’Espagne wisigothique.

7La conséquence immédiate de cet épisode fut la régulation constitutionnelle de la monarchie élective.

La monarchie élective

8Tous ces événements se déroulèrent au zénith de ce que l’on appelle l’ère isidorienne, quand Isidore de Séville était la figure de proue de l’Espagne wisigothique. Isidore présida le IVe concile de Tolède, réuni le 5 décembre 633, deux ans après le renversement de Suinthila. Ce fut une assemblée politique et religieuse avec de fortes tendances constituantes ; son canon 75, que l’on peut considérer comme la loi fondamentale de la monarchie wisigothique catholique, consacre l’accord auquel sont parvenues les deux grandes forces sociales du royaume : l’aristocratie gothe et l’épiscopat. La finalité de haute politique que visait ce canon, celui-ci la déclare, dans le texte, en termes solennels : « pro robore nostrorum regum et stabilitate gentis Gothorum » – consolider la force des rois et la stabilité de la nation des Goths. Ces fins, on essaya d’y parvenir en réglant par écrit la procédure de succession à la couronne : les grands électeurs, tous placés sur un pied d’égalité, seraient les magnats et les évêques ; seraient éligibles les nobles de race gothique et de conduite morale irréprochable. Dans les conciles suivants, l’on précisa peu à peu de nouveaux détails de la procédure élective, mais en maintenant inchangées les règles essentielles du système.

9L’option de la monarchie élective impliquait le refus d’une légitimité fondée sur le « droit du sang » germanique. Dans le climat isidorien du VIIe siècle, les érudits ecclésiastiques hispaniques, bons connaisseurs de la Sainte Écriture, développèrent pour le monarque « élu » une légitimité de caractère sacral. Les rois d’Israël, oints du Seigneur, allaient constituer le précédent qui alimenta leur inspiration. Et de fait, le canon 75 du IVe Concile de Tolède incorpore deux textes vétérotestamentaires qui parlent des rois comme de christs – d’oints du Seigneur. L’onction fut, effectivement, le rite religieux capable de conférer la sacralité à la personne du monarque.

10Ainsi, un siècle avant que Pépin le Bref, le premier roi franc dépourvu du charisme du sang mérovingien, ne se fasse conférer l’onction, et que ses fils Carloman et Charles la reçoivent avec lui, l’Espagne wisigothique, devenue constitutionnellement une monarchie élective, institua en pratique l’onction de ses rois, dépourvus de la légitimité du sang.

11On ne peut déterminer avec certitude quel a été le premier roi wisigoth marqué par l’onction. Il nous est parvenu une minutieuse description de l’onction royale de Wamba, en septembre 672 ; mais il est probable que certains monarques l’ont reçue bien avant lui : l’onction apparaît en effet comme un élément essentiel de la doctrine relative au monarque « élu » et sacralisé, qui a inspiré l’œuvre constituante du IVe concile de Tolède, réuni en l’année 633. Il est indubitable qu’on a attribué, dans les derniers temps de l’époque wisigothique catholique, une singulière importance à l’onction. La preuve en est le fait que, dans la Chronique ou Laterculus regum visigothorum, sommaire relation ou catalogue des rois, où l’on ne mentionne guère d’autres données que la durée du règne de chaque monarque, on inscrit à partir de Wamba, avec une méticuleuse précision, le jour où le nouveau prince a reçu l’onction royale, comme si c’était de là que datait le début officiel du règne.

12L’instauration de la monarchie élective ne signifia pas que, dans la réalité historique, l’élection fût, à partir de ce moment, le procédé ordinairement suivi pour désigner un nouveau monarque. Loin de là ! Il paraît probable que, des onze rois wisigoths postérieurs au IVe concile de Tolède, où fut institutionnalisé le système électif, trois seulement, Chintila, Wamba et Rodrigue, parvinrent au trône en toute régularité par la voie de l’élection. L’association au trône, ou la désignation par le monarque régnant de son successeur, prévalurent dans les autres cas. Ce qui n’empêcha pas ces rois, de facto non élus, de chercher à renforcer en plus leur légitimité, grâce à l’onction royale. Cependant cet état de choses n’aboutit pas à la naissance d’une nouvelle dynastie, mais bien plutôt à un autre résultat tout à fait distinct : la division de l’aristocratie gothique en factions qui se disputaient la couronne. Ces factions finirent par constituer deux clans nobiliaires dont les noyaux furent les familles de Chindaswinthe et de Wamba.

La fin du royaume wisigothique

13Ce phénomène politique nous amène à traiter maintenant d’un problème tout à fait capital, non seulement pour l’histoire de l’Espagne mais pour celle de tout l’Occident européen : l’effondrement soudain du royaume wisigothique espagnol. Depuis des siècles, on ne cesse de débattre des causes qui ont pu déterminer un événement aussi extraordinaire. Disons tout de suite que les rivalités entre factions nobiliaires – nous reviendrons là-dessus – ont été une des causes principales de cette catastrophe, que les chroniqueurs médiévaux hispaniques les plus anciens appelèrent « la perte de l’Espagne ». Mais ce n’en fut pas la seule cause ; d’autres facteurs entrèrent aussi en jeu, parmi lesquels on peut mentionner les suivants :

  1. La société hispano-gothique vivait un processus de croissante proto-féodalisation, ce qui signifia l’accroissement des clientèles militaires nobiliaires, alors que se faisait sentir une lourde crise économique.
    Il semble, en outre, que se soit répandu dans la population espagnole un état pathologique de démoralisation collective, dans les dernières décennies du VIe siècle, état qui se reflète dans les Actes des conciles.

  2. Une série de calamités naturelles contribua à aggraver la situation du royaume. Aussi bien les chroniqueurs hispaniques que les historiens arabes se rejoignent dans la constatation systématique d’épidémies de peste bubonique, de mauvaises récoltes et de famines, qui provoquèrent de graves pertes dans la population péninsulaire.

  3. L’exaspération, jusqu’à des limites extrêmes, du problème juif, fut un autre des facteurs que l’on doit prendre en compte. La minorité juive constituait l’unique exception à l’unité religieuse de la population hispanique que le IIIe concile de Tolède avait réalisée. Le début d’une « question juive » en Hispanie doit être situé dans la seconde décennie du VIIe siècle, quand Sisebut plaça les juifs devant l’alternative de se convertir au christianisme ou de s’exiler hors du royaume. Saint Isidore censura ce procédé dans son Historia Gothorum : Sisebut, à son avis, agit poussé par un zèle indubitable mais irréfléchi, (« sed non secundum scientiam ») ; et l’argument qu’Isidore développa ensuite est celui-ci : il contraignit par la force ceux qu’il devait attirer par la raison de la foi (« potestate enim compulit, quos provocare fidei ratione oportuit »).

14Á partir de ce moment-là, il exista en Espagne une minorité de chrétiens judaïsants, et ce phénomène atteignit une importance suffisante pour devenir en 633 l’objet d’une considération toute particulière de la part du IVe concile de Tolède. Celui-ci ordonna que désormais personne n’oblige les juifs à se convertir ; mais en ce qui concerne ceux qui étaient déjà convertis, en application des mesures coercitives de Sisebut, le synode tolédan estima que, même s’ils avaient reçu de force le baptême, ce sacrement les avait rendus vraiment chrétiens ; ils devaient en conséquence persévérer pour toujours dans la foi catholique. La décision conciliaire fit de la question juive un problème chronique, qui eut des conséquences désastreuses pour la cohésion de la société hispanique.

15Les juifs ou judéo-chrétiens firent l’objet de discriminations précises, et ils furent ouvertement persécutés à la fin du VIIe siècle, sous le règne d’Egica, lorsqu’on découvrit – disait-on – une conspiration tramée avec leurs coreligionnaires d’outremer dans l’intention de détruire le royaume tolédan. Il est évident que cette aggravation progressive d’un problème endémique fut à l’origine, chez les juifs d’Espagne, d’une attitude qui les désolidarisa manifestement du sort du royaume lors de l’invasion islamique de la péninsule Ibérique.

16Mais pour en revenir au thème, déjà cité, des affrontements entre les factions nobiliaires qui se disputaient le trône, il faut insister sur le fait que ces coteries eurent une puissante influence sur l’effondrement de l’Espagne wisigothique. L’élection de Rodéric – Don Rodrigue – au trône wisigoth incita le clan nobiliaire des deux derniers rois, Egica et Witiza, à solliciter une aide extérieure pour récupérer à leur profit la couronne qui leur avait échappé. Il ne s’agit pas d’une « trahison » proprement dite, comme la littérature postérieure le reprochera avec insistance aux « Witiziens ». Une demande d’assistance à de pareilles fins, l’histoire de l’Espagne gothique en connaissait des précédents : Athanagilde l’avait sollicitée des Byzantins, à l’époque de Justinien, et Sisenand avait fait de même avec les Francs de Dagobert ; et tous deux parvinrent à leurs fins sans que le royaume des Goths fît pour autant naufrage.

17Il faut reconnaître ici que, plus qu’une trahison, les Witiziens commirent une erreur, mais une erreur tragique : ils ne se rendirent pas compte de la différence qui existait entre les Byzantins ou les Francs et l’Islam des débuts du VIIIe siècle, cet Islam en plein dynamisme expansionniste. La conséquence d’une erreur aussi funeste, ce fut la disparition du royaume wisigoth : la « perte de l’Espagne ».

L’héritage de l’Espagne wisigothico-catholique

18La ruine du royaume wisigothique espagnol représente l’un des plus grands cataclysmes qui aient affecté l’histoire du Moyen Âge européen. Mais il serait faux de penser qu’avec cette catastrophe a disparu toute trace d’un passé récent, et oublier ainsi la riche contribution de l’Hispanie wisigothique catholique à la vie culturelle, religieuse et juridique de l’Occident, tout comme ses legs à la postérité, legs qui ont survécu à la destruction du royaume tolédan. Passer en revue quelques-uns de ces legs les plus significatifs peut nous servir à clore cette rapide exposition de ce qu’aura représenté la période catholique de l’Espagne wisigothique.

191° - Le noyau de la période wisigothique catholique fut constitué des décennies du VIIe siècle que Menéndez Pidal appela l’« ère isidorienne », en mémoire d’Isidore de Séville, le plus grand représentant de la vie culturelle hispanique de l’époque. Isidore fut le transmetteur le plus qualifié des savoirs érudits de l’Antiquité au Moyen Âge européen. En même temps que lui, son frère Léandre, Braulion et Tajon de Saragosse, Ildephonse, Eugène et Julien de Tolède ou Valère du Bierzo sont d’insignes figures de la patristique wisigothique. Il est certain que les Pères de l’époque hispanique du VIIe siècle ont brillé par leur érudition plus que par leur originalité. Mais il est irréfutable qu’ils constituent la plus brillante école patristique de la chrétienté européenne au VIIe siècle.

202° - Isidore de Séville a élaboré, dans ses Étymologies et dans ses Sentences, une doctrine de la monarchie chrétienne et des principes de légitimité du pouvoir royal. L’immense prestige dont jouit Isidore dans l’Europe médiévale s’est manifesté dans la grande influence qu’il a exercée sur les principaux penseurs politiques des siècles suivants, depuis Raban Maur et Jonas d’Orléans jusqu’à Bracton et Jean de Salisbury. Mieux encore, les principes isidoriens ont marqué visiblement de leur empreinte certains événements notoires de la France carolingienne au IXe siècle. C’est le cas de la pénitence de Louis le Pieux, ou de l’accusation de Charles le Chauve contre Ganelon de Sens et d’autres prélats qui essayèrent de le priver de son royaume pour livrer celui-ci à Louis le Germanique.

213° - Les conciles généraux ou nationaux de Tolède, institutionnalisés à partir du IVe Concile, représentent une série synodale d’une exceptionnelle importance. Ils se sont penchés sur des questions politiques, mais le contenu de leurs symboles de foi et de leurs dispositions disciplinaires est exceptionnellement riche. Leurs canons, auxquels furent incorporés beaucoup d’autres en provenance de conciles orientaux, mérovingiens et africains, constituèrent, en même temps que les décrétales pontificales, le matériel qui devait servir de base à la collection canonique Hispana ; or l’Hispana fut la plus importante collection canonique occidentale antérieure au Décret de Gratien, qui lui emprunta bon nombre de ses chapitres.

224° - Les rois wisigoths du VIIe siècle ont déployé une notable activité législative. On dirait que les Goths d’Espagne, qui ont donné si peu d’historiens, ont eu un charisme spécial de législateurs. Montesquieu fera une critique impitoyable des lois wisigothiques : « les lois des Wisigoths, écrit-il, sont puériles, gauches, idiotes... ; pleines de rhétorique et vides de sens, frivoles dans le fond et gigantesques dans le style... ». Cette diatribe de Montesquieu, tout à fait dans le ton persifleur de l’époque des Lumières, est manifestement excessive, voire injuste. C’est l’expression d’un jugement porté sur la législation du VIIe siècle avec la mentalité des philosophes du XVIIIe siècle. Les lois wisigothiques, concrètement le Liber Iudicum ou Iudiciomm, doivent être mises en parallèle avec les Leges contemporaines des peuples occidentaux ; et alors, il faut bien reconnaître que, dans cette comparaison, la compilation wisigothique du VIIe siècle, ainsi que les « codes » qui la précédèrent, sortaient de l’épreuve tout à leur avantage.

23Le Liber a continué à être appliqué en Espagne bien après l’invasion islamique : parmi les Hispani des marches et les Catalans, ou dans le territoire de León, où le Liber wisigothique demeura une instance supérieure d’appel. La version du Liber dénommée le Fuero Juzgo servit à conserver et transmettre le droit écrit wisigothique à travers les siècles.

245° - L’Église wisigothique d’Espagne a composé une liturgie à elle, un rite hispanique d’un contenu très riche, qui provenait autant de la Sainte Écriture que des Pères de l’Église, le tout complété par un apport original considérable. Le rite hispanique continua à être en vigueur bien après la chute du royaume wisigothique, autant parmi les chrétiens indépendants du nord qu’au sein des communautés mozarabes d’Al-Andalus. Ce n’est qu’au XIe siècle, et par suite de la Réforme grégorienne, que fut aboli – non sans résistances – le vieux rite, et que l’on imposa à l’Église d’Espagne l’observance de la liturgie romaine. Autre création encore de l’Église espagnole des VIe et VIIe siècles : un monachisme doté de traits originaux et vigoureux. Ceux-ci se reflètent spécialement dans des textes de règles surgis au sein des milieux ascétiques du nord-ouest péninsulaire, parmi lesquels ressort particulièrement la Règle commune. Ce monachisme accuse l’influence de certaines fortes personnalités, comme saint Martin de Dume ou saint Fructueux de Braga.

256o - Ce qui attire l’attention, par contraste, c’est la rareté des documents matériels datant de l’époque wisigothique qui soient parvenus jusqu’à nos jours. Il manque presque complètement les manuscrits, et l’on n’a conservé qu’un certain nombre de documents sur ardoises, en majorité de contenu pauvre ou confus. Que nous est-il resté de l’Urbs regia, siège de la Cour tolédane pendant un siècle et demi ? À peine quelques éléments architectoniques – des chancels, des colonnes, des chapiteaux –, et l’on peut en dire autant d’autres grandes capitales comme Mérida ou Séville. Il est certain que les fouilles ont mis à jour les fondements de Récopolis, une ville érigée par Léovigilde en Celtibérie. Mais les seules constructions de cette période qui se soient conservées plus ou moins intactes, sont de petites églises implantées dans des zones rurales. Ce qui a un poids relativement plus substantiel, ce sont les pièces d’orfèvrerie bien connues – l’art goth par excellence – qui procèdent des nécropoles, et surtout des trésors de Guarrazar et de Torredonjimeno.

267° - Pour terminer, et pour clore cet exposé, il nous faut encore mentionner le legs le plus important que les Wisigoths aient fait à la postérité ; ce legs, ce fut la nation que nous connaissons sous le nom d’Espagne. C’est à cette conclusion que parvenait le grand historien catalan Raymond d’Abadal, dans la conférence qu’il prononça à Spolète au mois d’avril 1957. Il vaut la peine de transcrire ses dernières paroles, sans qu’il soit besoin de les traduire puisque c’est en français que l’auteur lui-même les prononça : « L’unité politique de l’Espagne, œuvre des Wisigoths, constitue le legs le plus important et riche en conséquences que le haut Moyen Âge ait transmis à l’histoire ultérieure de la péninsule ». Les Wisigoths, donc, firent l’Espagne. Et quand l’Espagne fut « perdue », la tâche de la reconstituer devint le fil directeur de l’entreprise huit fois centenaire que nous connaissons sous le nom de Reconquista, la Reconquête.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search