Version classiqueVersion mobile

L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique

 | 
Jacques Fontaine
, 
Christine Pellistrandi

Allocution d’ouverture

Jacques Fontaine

Texte intégral

1Le présent colloque est particulièrement actuel, dans la conjoncture scientifique et politique de cette année 1990. D’une part, il procède du nouvel essor des études wisigothiques, particulièrement en France et en Espagne, au cours des dernières décennies : depuis le colloque de León sur Isidore de Séville en 1960, jusqu’aux réunions de Dublin en 1975, Madrid en 1985, Londres en 1988, Tolède en 1989. D’autre part, il précède de peu la naissance d’une nouvelle Europe, qui inclura l’Espagne, la France et les autres nations de l’Occident. C’est pourquoi il est heureux que plusieurs de ces nations nous aient fait l’honneur d’être ici représentées par d’éminents chercheurs.

2Par sa géographie et son histoire, l’Espagne a toujours eu vocation médiatrice, dans et pour l’Europe occidentale tout entière. En une conjoncture scientifique où historiens et philologues deviennent plus attentifs à la réception de l’Antiquité et du haut Moyen Âge par la civilisation européenne, il a paru opportun de faire le point sur cette médiation de l’Espagne, considérée à partir d’une des phases essentielles de son histoire : le siècle du royaume wisigoth de Tolède. L’influence de sa civilisation n’a cessé en effet de s’exercer, depuis ce VIIe siècle, sur la genèse de la culture médiévale et moderne, au Nord comme au Sud des Pyrénées. On assiste donc légitimement, depuis un siècle, à un véritable retournement de la critique, par rapport aux préjugés du Siècle des Lumières contre la « barbarie gothique ».

3Il s’est avéré que, de tous les peuples germaniques immigrés sur le territoire de l’Empire romain au début du Ve siècle, les Wisigoths étaient les plus « européens » avant la lettre, dans la mesure où ils étaient déjà les plus romanisés. Le mot, sans doute légendaire, prêté au roi wisigoth Athaulf lors de son mariage à Narbonne, en 417, avec la princesse impériale Galla Placidia, n’en est pas moins significatif : ce roi aurait alors déclaré son intention de « défendre Rome par la force des Goths ». Or un tel projet se réalise dès 451, à la bataille des Champs Catalauniques qui sauve l’Extrême-Occident de l’invasion des Huns : Attila y est battu par une coalition des troupes romaines d’Aétius et des guerriers wisigoths de Théodoric et de son fils Thorismond. Ensuite, depuis ce milieu du Ve siècle jusqu’en 507, le royaume wisigoth de Toulouse constitue une sorte de maquette du futur royaume de Tolède : un « prologue gaulois » que nous avons ici volontairement laissé de côté.

4Notre colloque commence donc au delà de cette préhistoire de l’Espagne wisigothique : on ne peut d’ailleurs désigner ainsi la péninsule qu’à partir de 507, l’année où le royaume de Toulouse s’écroule sous les armes de Clovis. Mais le royaume de Tolède n’existe proprement qu’à partir de l’installation de la royauté dans cette capitale située au centre de la péninsule, dans le cours du VIe siècle, et de l’unification politique, puis religieuse, de cette dernière sous l’autorité des rois tolédans. De ce VIe siècle jusqu’au VIIIe, les trois premiers exposés constitueront une toile de fond et un point de départ pour la suite de nos réflexions. Ils retraceront – avec bien des vues personnelles aux trois spécialistes qui ont accepté de les donner – la mutation créatrice que détermina la fusion hispanogothique. Ils mettront en valeur l’alliance féconde entre un peuple guerrier, encore riche de forces vives, et la civilisation raffinée d’une des provinces romaines les plus représentatives de la civilisation romaine chrétienne depuis le « siècle de Théodose » – l’Hispano-romain qui fut empereur de Rome de 379 à 395.

5Il n’est pas inutile de rappeler que l’adjectif « wisigothique » aura ici très rarement un sens ethnique : il sera le plus souvent entendu en un sens large et chronologique, pour qualifier la civilisation originale de l’Espagne entre 589, l’année du IVe Concile de Tolède, qui voit la conversion de tout le peuple wisigoth au catholicisme, jusqu’à cette chute brutale du royaume, sous les coups de l’invasion islamique, que la tradition hispanique a appelée la pérdida de España.

6Nous nous proposons donc d’étudier la dispersion féconde, à travers l’Europe, de l’héritage de cette Espagne ; avant et surtout après cet écroulement, qui a paradoxalement servi le rayonnement européen des hommes d’Espagne, de leur idéologie, de leurs institutions, de leurs manuscrits et donc de leurs œuvres littéraires, à travers tout l’espace culturel européen. Légende tantôt blanche et tantôt noire, le « mythe gothique » ne traverse pas moins l’Europe médiévale et moderne que la péninsule, au cours d’un large millénaire qui, par les siècles d’or hispaniques et français, s’étend jusqu’aux débats du XIXe siècle sur la noblesse et sur la monarchie.

7Ainsi sommes-nous venus ici – latinistes et hispanistes, historiens et archéologues – pour tracer ensemble des pistes de recherches nouvelles, et prendre une conscience européenne plus lucide de tout ce que nous continuons de devoir à l’Espagne. Puissions-nous contribuer ainsi, par un travail modeste mais solide, à faire naître une nouvelle conscience européenne, et d’abord à resserrer les liens millénaires entre ces peuples que les Pyrénées unissent plus qu’elles ne les séparent.

8Le signe concret de cette espérance est ici la coopération que nous ont apportée, dans l’organisation de notre Colloque : la Fondation Singer-Polignac, dans le cadre de laquelle nous avons le privilège de nous réunir, et son président Monsieur Edouard Bonnefous, chancelier de l’Institut de France ; Son Excellence Don Juan Durán Loriga, ambassadeur d’Espagne à Paris, et l’Office culturel de l’ambassade d’Espagne ; le Ministère des Affaires étrangères ; le Département des Sciences de l’Homme et de la Société du Centre National de la Recherche Scientifique. De nombreuses personnalités nous honorent de leur présence, en particulier le Directeur de la Casa de Velázquez. Leur assistance à cette séance inaugurale et les allocutions que viennent de prononcer les plus hauts représentants de la Fondation Singer-Polignac, de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et du CNRS, Messieurs Edouard Bonnefous, Jean Leclant et André Tchernia, sont pour nous le meilleur des encouragements. Je tiens à les en remercier vivement au nom des centres de recherche qui ont organisé ce colloque : l’Institut de recherche et d’histoire des textes, qui en fut l’initiateur, ainsi que le Centre de recherches Lenain de Tillemont pour le christianisme ancien et l’Antiquité tardive (CNRS et Université de Paris-Sorbonne), le Centre de recherche sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Université de Paris-Nanterre), le Laboratoire d’études méridionales (CNRS et Université de Toulouse-Le Mirail), enfin le GDR 25 du CNRS (Histoire ancienne du christianisme).

9Paris, le 14 mai 1990

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search