Version classiqueVersion mobile

L'idéologie omeyyade

 | 
Gabriel Martínez-Gros

Deuxième partie. xie siècle : le dénouement

Chapitre viii

La géographie contre l’histoire ? Le Tarsī ‘al-Akhbār d’al-‘Udhrī

Texte intégral

  • 1 Abd al-‘Aziz al-Ahwānī, édition du Tarsī‘ al-akhbār wa-tanwī‘ al-athār wa-l-bustān fi gharā’ib al-b (...)
  • 2 Sur la date de rédaction de l’ouvrage, voir les intéressantes remarques d’al-Ahwānī sur les blancs (...)
  • 3 Ironie du sort, les études modernes l’y replongent. L’œuvre a été partiellement traduite en espagno (...)
  • 4 C’est la première phrase de l’« Introduction » de la Géographie humaine du monde musulman, qu’il fa (...)
  • 5 A. Miquel, ouvr. cité, p. 261.

1‘Udhrī est encore un nouveau venu parmi les auteurs andalous. Longtemps ce ne fut qu’un nom dont l’intérêt des citations qu’on lui attribuait et le respect que lui manifestaient ses contemporains faisaient regretter la perte jugée irrémédiable des manuscrits. Ibn Bashkuwal en fait l’égal d’Ibn Hazm et d’Ibn ‘Abd al-Barr dans les sciences du hadīth qu’il avait particulièrement cultivées au cours d’un long voyage d’étude en Orient1. Et surtout Bakrī fut son disciple. Aussi la découverte fortuite, dans les années cinquante, à Jérusalem, puis la publication en 1965 d’un important fragment de son œuvre majeure a-t-elle suscité un intérêt légitime mais ambigu. D’abord parce que les quarante huit feuillets retrouvés ne représentent guère, d’après les calculs de ‘Abd al-‘Azīz al-Ahwanī leur éditeur, plus d’un dixième du texte originel : l’essentiel de la septième et dernière partie du livre dont al-‘Udhrī poursuivit, semble-t-il, la rédaction jusqu’aux approches de sa mort, en 478/10852. Mais surtout parce que, à l’exception de quelques brèves notations sur l’Egypte et la Syrie — l’histoire de la conquête de Homs en particulier — la quasi-totalité du manuscrit porte sur al-Andalus. On peut, avec le Dr. al-Ahwanī s’en réjouir : l’auteur vivait en Espagne et les passages qu’il lui consacre devaient sonner plus juste et plus neuf que les résumés, livresques peut-on supposer, qu’il dédiait rituellement au reste du monde. Le même calcul a dû pousser ceux qui, en Syrie, ont eu l’œuvre entre les mains, à n’en conserver que la description d’al-Andalus. Pour le reste, al-‘Udhrī n’avait rien à apprendre aux lecteurs de Mas‘ūdī ou de Muqaddasī. Mais cette sélection n’en est pas moins regrettable parce qu’elle confine l’ouvrage dans le domaine étroit et subalterne de la géographie locale dont, précisément, al-‘Udhrī est l’un des premiers Andalous à vouloir sortir3. Si mal renseignés que nous soyons sur les textes d’al-Rāzī et d’al-Warrāq, il ne semble pas que leur objet ait dépassé l’examen d’une région de l’Islam, respectivement l’Espagne et l’Afrique du Nord. Cette géographie-ci au contraire était universelle avant que le temps ne la mutile, comme l’indique son titre : « L’incrustation de l’histoire et la multiplicité des vestiges, le jardin des curiosités et les itinéraires vers tous les royaumes. » Le modèle explicite, c’est donc cette géographie qu’on a pris justement l’habitude de désigner comme celle des « itinéraires et royaumes » (al-masālik wa-l-mamālik) et que l’Orient de l’an Mil a porté à son apogée. Géographie « universelle » dans la mesure où elle prétend couvrir l’ensemble du dār al-Islām ou mieux de la mamlakat al-Islām, de l’« Empire » musulman ; elle a renoncé en revanche à l’ambition de décrire les territoires qui échappent à la vraie foi et à l’autorité, fût-elle nominale, des Califes. « La géographie arabe est fille du Califat » écrit André Miquel4. La formule n’est jamais plus vraie que pour Ibn Hawqal ou Muqaddasï, tout à la fois géographes et militants, espions et propagandistes, toujours fascinés, malgré leurs sympathies shiites, par l’incomparable Bagdad, siège de l’imamat et niche de la Création. On comprend mieux pourquoi cette discipline n’eut guère la faveur des Califes omeyyades du Xe siècle. Mais on peut s’étonner qu’elle se soit épanouie un siècle plus tard sous les rois des taifas. Déjà dans l’Orient de l’An Mil, dépecé par les dynasties rivales et l’affirmation des particularismes ethniques et provinciaux, l’unité factice que cette géographie universelle prétendait conférer au monde musulman relevait du rite culturel ou du messianisme politique. Dans l’Espagne de la seconde moitié du XIe siècle, au moment où, presque simultanément, Bakrī et ‘Udhrī écrivent, cette forme classique de description du monde sent franchement l’archaïsme. André Miquel le constate et l’explique par le « décalage chronologique » dont l’histoire d’al-Andalus, et surtout sa littérature ont presque toujours souffert vis-à-vis du Machreq5.

2À bien des égards en effet, le XIe siècle, sans doute le plus brillant pour la culture arabe de la péninsule, est aussi le moins original. Rompues les barrières politiques que lui avaient opposées les ambitions des Omeyyades, le flot des modes orientales déferle, au grand bénéfice de la production littéraire ou scientifique, qui s’enfle démesurément, mais au détriment peutêtre d’une certaine singularité. La très tardive géographie universelle andalouse se contenterait-elle d’illustrer ces tendances ? Peut-être. Je serais pourtant tenté de voir une autre explication, déjà ébauchée dans les chapitres antérieurs. J’ai noté, à propos du Fisal, puis des Akhlāq le souci lancinant, chez Ibn Hazm, de ressouder le corps démembré de l’Islam, d’unir l’« individu » à la communauté et à ses langages, d’affirmer la rigoureuse continuité historique de la vérité musulmane. La littérature « califale » avait insisté sur l’hiatus qui brisait le fil de l’histoire omeyyade, sur l’isolement presque sacré du refuge espagnol ; la résurgence de l’imamat sous al-Nāsir, la noble origine toujours rappelée de la dynastie suffisaient à promettre que ce hiatus serait surmonté, que cet isolement serait rompu. Sous le couvert de tels princes, l’Espagne n’avait pas à disputer sa place au cœur de la umma. Elle était acquise. Cordoue ramenait le souvenir sur Damas et La Mecque. Mais une fois les Omeyyades disparus, le fossé qu’ils avaient voulu tracer entre la péninsule et le reste de l’Islam pour mieux souligner leur exil hautain devient un obstacle à la fraternité, musulmane sans doute, arabe plus encore, qui conforterait dans son identité l’avant-poste andalou, coupé du gros des forces vives du peuple de la Révélation, assiégé et déjà menacé par les Berbères, les Esclavons et les Infidèles. De sorte que la résurrection de la géographie universelle dans ce climat intellectuel, au moment où les menaces s’accumulent et où la résistance arabe se raidit, pourrait bien, comme déjà l’œuvre des maîtres orientaux de l’An Mil, tenir du refus obstiné, pathétique, d’une réalité accablante, ou d’un appel à l’Orient mythique des ancêtres plutôt que d’une ouverture, bien décevante, aux souffles affaiblis de Bagdad et du Caire.

  • 6 Tarī‘, Introduction, p. « n-h ».
  • 7 Id., p. « ṭ ».

3Voilà l’hypothèse que je voudrais vérifier et élargir à l’examen détaillé du texte d’al-Udhrī. Mais par où commencer ? Le désordre du manuscrit tronqué renforce la perplexité quant au plan que l’auteur s’était proposé de suivre. Celui qu’a finalement adopté l’éditeur est sans doute le moins illogique. Une chose est sûre : le septième livre du Tarsī‘ al-akhbār s’ouvre sur la description du pays de Tudmir ; puis viennent celle de la Kūra de Valence, beaucoup plus courte (p. 16-20) et de la Marche Supérieure (p. 21-73). À elle seule cette région de la vallée de l’Èbre occupe près de la moitié (53 pages sur 120) du texte conservé. Ajoutons que le récit ne suit pas l’itinéraire continu — et convenu — qui devrait le mener de Valence à Saragosse par Tortose et Lérida, voire Huesca6 ; il saute directement de la capitale du Levant à celle de la Marche. Un bref catalogue (p. 74-80) des campagnes d’al-Mansur nous entraîne ensuite en pays chrétien, à la suite des armées victorieuses de l’Amiride. Puis rupture brutale, du Nord-ouest de la péninsule au Sud-est, de la vallée du Duero et du sac de Santiago à la Kūra d’Elvira (Grenade) et au port d’Almeria, provinces d’origine de la famille de l’auteur (p. 81-93). L’Andalousie occidentale (Séville, Carmona, Niebla, Algésiras) précède enfin immédiatement (p. 95-120) l’hommage traditionnel à Cordoue, à son palais, à ses portes, à sa mosquée-cathédrale et à la contrée environnante (p. 120-127), sur lequel s’achève le voyage. Non sans avoir emprunté des chemins si détournés que l’éditeur en vient, dans son introduction, à se demander s’il ne faudrait pas placer ce qui touche à l’Andalousie (Almería, Grenade, Séville, Niebla, Algésiras et Cordoue) à la fin du sixième livre, avant Tudmir et non après, comme il a finalement choisi de le faire7.

  • 8 Editées par le Père Louis Cheikho, Beyrouth, 1913, et traduites par Régis Blachère, Paris, 1935. J’ (...)
  • 9 Tarsī‘, éd. p. 20.
  • 10 Voir note 8.

4Une telle disposition ne serait pas surprenante. D’abord parce qu’on en trouve l’équivalent chez des auteurs contemporains d’al-Udhrī, férus il est vrai de géographie mathématique comme le cadi Sā‘id de Tolède. Dans ses Tabaqāt al-umam8, pour mieux mettre en valeur sans doute la situation de sa ville, il répartit les régions d’al-Andalus en deux « climats » — au sens ptoléméen du terme, bien sûr : ce que nous appelons aujourd’hui « Andalousie », et que domine historiquement Cordoue, appartient au quatrième climat ; le reste du territoire, dont Tolède est le centre « naturel », géométrique en tous cas, au cinquième. Plus nettement, ‘Udhrī lui-même fait à plusieurs reprises allusion à la division de Constantin, dont son disciple Bakrī fera le fil directeur de son chapitre sur l’Espagne9. En soi, le choix de cette très vieille répartition d’origine romaine et chrétienne — puisque les Arabes l’imputent à tort ou à raison à l’empereur converti — est significative. S’il est une tendance constante et générale dans la géographie universelle de l’Orient, c’est bien d’infléchir l’héritage grec des climats, d’imposer la conception d’un monde aimanté par les Lieux Saints et les centres politiques de l’Islam, de substituer des lignes convergentes aux parallèles ptoléméennes, des hiérarchies à leurs symétries. Or chez ‘Udhrī, quelque plan qu’on choisisse parmi ceux que suggère l’éditeur, l’Espagne, organisée trois siècles durant par le magistère de Cordoue pourtant, n’admet pas de centre, ni d’ailleurs de division que l’histoire arabe de la péninsule aurait fait naître. Pour comprendre al-Andalus il faut avoir recours… aux Rūm. Là encore on retrouve chez le cadi Sā‘id une indication comparable — lorsqu’il place al-Andalus, avec la « France » et l’« Allemagne » dans l’Empire des Rūm. Alors ? Faut-il supposer chez Sā‘id, al-‘Udhrī, Bakrī, nés sur cette terre dont ils avouent ne pouvoir tracer le contour qu’en termes étrangers, une sorte d’identité « romane » que la géographie de la péninsule imposerait à ceux qui l’habitent ? J’ai déjà tenté de répondre — pour l’essentiel par la négative — à cette question dans plusieurs articles partiellement ou totalement consacrés aux Tabaqāt al-umam de Sā‘id10. Chez lui, les données de la géographie, celles de l’histoire monarchique ou dynastique, celles des progrès du message prophétique enfin, ne se recoupent pas en un seul point d’où l’on pourrait considérer tout le spectacle de la Création. Chacune de ces forces — la géographie, l’histoire, la prophétie — suit sa propre logique et aucune de leurs communes intersections, certes chargées de sens, n’aboutit à l’annexion, à la « capture » de l’une par l’autre. En bref, on peut être Arabe sur un territoire romain, et c’est peut-être même cette contradiction qui donne sa couleur prophétique à l’exil andalou. ‘Udhrī pourrait bien ne pas penser autrement. Qu’on place les chapitres qui traitent d’Elvira et Séville avant ou après ceux qui touchent à Tudmir et Saragosse, l’hiatus qui sépare les uns des autres reste aussi brutal. C’est dans les derniers que l’auteur mentionne la division de Constantin ; et dans les premiers au contraire qu’il nous parle des siens.

  • 11 Tarsī‘, éd. p. 90-92, traduction de M. Sánchez Martínez, art. cité. p. 59-62.
  • 12 Tarsī‘, éd. p. 91, trad. p. 61, corrigée par W. Hoenerbach, art. cité, p. 135.
  • 13 ‘Udhrī indique clairement qu’il y ajeu de mots. M. Sánchez Martínez l’a élucidé, art. cité, p. 62, (...)
  • 14 Ibid. Sa généalogie suit immédiatement ce dénouement heureux.

5Des Arabes, bien sûr, de la tribu des ‘Udhra. Le souvenir remonte jusqu’à deux hommes, Zughayba et Yāsīn qui se soulevèrent à la mort de ‘Abd al-Rahmān Ier en faveur de son fils aîné Sulaymān et contre l’héritier désigné, l’émir Hishām11. Chacun d’eux se fortifie sur un piton rocheux de la chaîne des Alpujarras. Après quelques succès, les deux insurgés sont acculés par la contre-attaque émirale. Yāsīn se cache chez une femme de sa tribu qui a pris pitié de lui. Sentant venir la mort, il conseille à son hôtesse de le décapiter et de porter sa tête à l’émir pour toucher la récompense que les autorités ont promis à qui le livrera. Ce qu’elle fait et « elle s’enrichit, comme s’enrichirent tous ceux qui lui étaient liés »12. Zughayba, lui, est rejoint par les forces loyalistes dans un défilé qui débouche sur le port d’Almeria et, selon la plupart des traditions, il y est tué. Les descendants du général omeyyade qui a neutralisé la révolte affirment pourtant qu’il n’en est rien. Après avoir obtenu la capitulation de Zughayba, leur ancêtre, Sā‘id aurait regagné Cordoue au moment où l’émir Hishām se préparait à quitter la ville pour faire la guerre aux Infidèles. Le guerrier remet au souverain une pomme — tuffāh, les mêmes lettres que le mot « victoire » (fath), mais en partie inversées13. Triomphe paradoxal, victoire à la Pyrrhus pourrait-on traduire… Sald fait ensuite savoir que Zughayba s’est rendu (wa-a‘lamahu bi-qudūm Zughayba) lorsque soudain il annonce à l’émir que le rebelle repenti l’a suivi et qu’il arrive. Et comme Hishām s’étonne et lui demande d’où il tient la nouvelle, lui qui n’a pas quitté son siège ni la compagnie de son interlocuteur, Sā‘id répond qu’il vient d’entendre le hennissement du cheval de Zughayba, qu’il reconnaîtrait entre mille. Le ‘Udhrite rejoint les rangs des troupes royales, à la grande joie du monarque. La rencontre tourne au ralliement. L’ordre des choses — comme, sans doute, celui des lettres — est rétabli. Ahmad b ‘Umar al-‘Udhrī, l’auteur de ce livre, descend de Zughayba14.

6Si un doute subsistait dans l’esprit du lecteur, cet épisode devrait suffire à le dissiper : ‘Udhrī est un Arabe. Pas seulement parce que la noblesse de son ancêtre rebelle est désormais bien établie, mais parce que l’ensemble du récit baigne dans le climat à dessein archaïsant des « hauts faits » de l’Arabie préislamique. Arabe le recours, si rare chez un chroniqueur de la fin du Ve-XIe siècle, à la mémoire familiale pour authentifier les faits : « Les Omeyyades de Guadix prétendent […], comme la plupart des autres Arabes […], mais les Banū Hasan, eux, affirment […]. » Il va sans dire que le souvenir des autres, clients et convertis, n’a même pas été consulté. Arabe l’inébranlable solidarité tribale qui sauve Yāsīn, mais qu’il paie en retour du prix de sa tête, abandonnée à sa bienfaitrice et aux siens. Arabe cette science du cheval, qui fait reconnaître à un simple renâclement la monture, et par conséquent, puisqu’il ne saurait s’en séparer, le cavalier ; arabes encore — la métaphore est la même — ces nids d’aigle solitaires que les rebelles tiennent dans les Alpujarras. Arabe enfin et surtout la dynastie omeyyade qui a mené les siens — ceux du Hedjaz et de Syrie — à la conquête des terres infidèles, à l’image de l’émir Hishām, rejoint sur le chemin du jihād. Yāsīn et Zughayba figurent ainsi les deux versants de la conscience de leur peuple. Désunis et rebelles, isolés sur leurs rochers inexpugnables, fidèles jusqu’au fanatisme aux devoirs du clan, les Arabes sont renvoyés à l’obscure clémence d’une femme. Qu’ils acceptent au contraire de suivre leur imām, qu’ils empruntent le défilé étroit (mudīq) qui conduit à la vie du ribāt (Almeria en fut un à l’origine) et toutes les conquêtes, jusque là entravées par leurs dissensions, leur seront ouvertes.

  • 15 Tarsī‘, éd. p. 1-16.
  • 16 Voir l’analyse des Akhbār majmū‘a, chapitre II, p. 62.
  • 17 Tarsī‘, éd. p. 2.
  • 18 Id., p. 6-7. L’île, — est-ce un hasard ? — est justement en train de passer, depuis 1072, sous la c (...)
  • 19 Id., p. 7-8.
  • 20 Id., p. 8-9.
  • 21 Ibid.

7À l’inverse de ces caractères notoires de l’imaginaire arabe, le pays de Tudmir nous initie à ceux des indigènes de la péninsule15. On connaît déjà l’épisode central du passage, celui qui explique sans doute qu’al-‘Udhrī y ait fixé le point de départ de son itinéraire andalou. Lors de la conquête, les Arabes, victorieux sous les murs d’Orihuela, la capitale d’alors, sont finalement vaincus par la ruse de Tudmir, le duc wisigoth, qui fait monter des femmes aux cheveux dénoués sur les remparts de la ville et va négocier lui-même, sous l’apparence d’un messager, la capitulation qui sauvera son pouvoir et la liberté de son peuple16. Les conquérants restent maîtres du plat pays — le fahs — ; les indigènes retiennent le périmètre réservé de la cité. À Tudmir, les secrets de la terre continuent de protéger la population d’origine — et cessent d’agir dès qu’on les exhume : ainsi ces sauterelles d’or qui détournaient les invasions d’insectes, ou ces taureaux de bronze qui écartaient la maladie des troupeaux17 ; enfouis dans les fondations, mis à l’abri des églises, leur profanation amène tous les maux qu’ils devaient éviter. Ainsi ces reliques d’une sainte femme, transférées au début du Ve -XIe siècle en Sicile18 ; ou cet olivier qui s’illumine et fleurit un jour par an et dont un « roi des Rūm » seul paraît savoir que les restes d’un martyr cher à Dieu nourrissent ses racines et l’aident à revivre la nuit de la Nativité19. On ne s’étonnera pas en revanche que la mosquée d’Orihuela et son minaret n’aient pas résisté aux incessants tremblements de terre qui les ébranlaient tous les jours20. Une anecdote parmi d’autres21 : Ibn Waddāh, un Arabe du pays (baladī), bien qu’il fût client des Omeyyades, gouverne en roitelet indépendant la ville de Lorca pendant la grande vacance du pouvoir de la fin du règne de ‘Abd Allāh. Un groupe de ses concitoyens décide de se conjurer pour le déposer et faire appel au nouvel émir ‘Abd al-Rahmān III. Pour déjouer toute surveillance, ils se réunissent hors de la ville (dans le fahs), de nuit, au pied d’un olivier qui plonge ses racines dans la glèbe (sawād). Leur conciliabule est malheureusement surpris par un paysan monté sur l’arbre qui court à la ville tout raconter au gouverneur. Le jour venu, les comploteurs sont convoqués à la citadelle et mis à mort à l’exception de deux d’entre eux qui fuient à Murcie. Cette conspiration arabe, favorable au rétablissement de la légitimité omeyyade, ourdie en rase campagne, loin de la ville toujours rétive à l’autorité des émirs, se brise sur l’hostilité de la nuit et la dénonciation d’un olivier, né d’une terre toujours fidèle au maître des lieux.

  • 22 Id., p. 5.

8Face à cette résistance obstinée de la forteresse indigène, c’est l’unité des Arabes qui se rompt. Les Annales du pays de Tudmir rapportent les échos des longues guerres tribales qui ont opposé les Yéménites aux Mudarites de la région22, et qui ont conduit les gouverneurs à chercher asile dans une nouvelle capitale, créée de toutes pièces : Murcie, où se sont précisément réfugiés les deux rescapés de l’affaire de Lorca.

  • 23 Tarsī‘, éd. p. 90, trad. p. 57.
  • 24 Tarsī‘, éd. p. 86-87, trad. p. 48-49.
  • 25 Tarsī‘, éd. p. 81-82, trad. p. 29-34.
  • 26 Tarsī‘, éd. p. 82-83, trad. p. 35-36.
  • 27 Ibid.
  • 28 Tarsī‘, éd. p. 83, trad. p. 36-40.
  • 29 Tarsī‘, éd. p. 84, trad. p. 40-41.
  • 30 Ibid.
  • 31 Tarsī‘, éd. p. 84, trad. p. 42-43.
  • 32 Ibid.
  • 33 Tarsī‘, éd. p. 86, trad. p. 45-46.

9À Tudmir comme à Elvira, la défaite des Arabes donne le premier rôle aux femmes : celle, Arabe bien sûr, de la tribu des ‘Udhra qui recueille Yāsīn fugitif ; celles qui donnent le change aux Musulmans sous les murs d’Orihuela ; celle dont l’intercession est ôtée au pays conquis et concédée, avec ses reliques, à la Sicile chrétienne. En revanche la citadelle, inviolable sur le territoire de Tudmir n’est plus sur celui d’Elvira, submergé par les Arabes, qu’un amas de ruines : Almuñecar en donne le spectacle23. Pechina, chef-lieu de la région sous les Wisigoths, encore florissante au Xe siècle, a été désertée par ses derniers habitants en 459 (1067)24. Plus remarquable encore le sort d’Almeria, devenue au XIe siècle la ville la plus importante de la région et peut-être d’al-Andalus tout entier. Une lacune nous prive du début du récit d’al-‘Udhrī. Nous arrivons au moment où les escadres musulmanes, commandées par le fameux amiral d’al-Nāsir, Ibn Rumāhis, cinglent victorieusement vers leurs cibles : la côte nord du Maroc, celle de l’Ifriqiya shiite, celles de la Catalogne et même, semble-t-il, du Languedoc et de la Provence25. Puis vient la fitna20. Almería, à la charnière du Levant d’al-Andalus, largement dominé par les Esclavons, et du réduit berbère de Grenade subit l’influence des deux partis. Le Berbère Ibn Rawīsh tient la ville, le Slave Aflah la qasaba. Après un bref moment de partage du pouvoir, la lutte s’envenime. La ville est vaincue et Ibn Rawīsh tente en vain de convoquer une coalition berbère dans l’ancien chef-lieu, déjà à demi ruiné, de Pechina. Les hommes d’Aflah vont le traquer jusque dans la mosquée cathédrale (jāmī‘) dont il tentait de faire le centre de ralliement des siens. Il y est tué et sa tête est ramenée à Almería. De nombreux habitants de Pechina suivent le même mouvement26. Mais le pouvoir d’Aflah, perché sur son promontoire, ne dure guère : l’assassinat d’un juriste provoque la destruction de la tour des arsenaux ; peu après, un autre Esclavón, Khayrān, vient assiéger la citadelle dont il réussit à miner la « Tour du puits », qui s’effondre. Aflah est assassiné, avec ses deux fils, et les trois cadavres sont jetés de nuit à la mer27. Ainsi Almería, après avoir étouffé Pechina ne tolère pas davantage la tutelle des tours et la main-mise d’une dynastie établie. Au bout du compte, la mer, en reprenant le corps d’Aflah, marque ses droits sur le port. Khayrān reconstruit une muraille, de la montagne à la mer, mais il la perce de portes qui ouvrent sur le large. Son successeur Zuhayr donne à la mosquée cathédrale des dimensions monumentales en lui ajoutant de nouvelles nefs et il étend dans le même mouvement sa domination jusqu’à Cordoue28. L’un et l’autre ne sont pourtant que les gérants d’une légitimité qui les dépasse. Zuhayr le plus puissant, au moment où il touche au faîte de sa destinée en contrôlant l’ancienne capitale des califes, cède le pas à Játiva au petit-fils d’al-Mansūr, ‘Abd al-‘Azīz : « Il y a plus de droits que n’importe lequel d’entre nous » affirme-t-il. Après la défaite et la mort de Zuhayr face aux Berbères de Grenade, ce même ‘Abd al-‘Azīz vient occuper Almería en héritier. Mais il n’y reste pas. Ce qui l’intéresse, le trésor de Zuhayr, est vite recensé et transporté à Valence, où il s’est établi29. Pour la seconde fois, l’acropole d’Almería est dépouillée de ce qui marque la présence d’une souveraineté : « l’or frappé, l’argent en dirhams, les joyaux et les autres objets […] »30. L’Amiride reparti, la ville reste à l’un de ses lieutenants, que la population a choisi : un authentique Arabe de la grande famille des Tujībls, Abū-l-Ahwas Ma’n b. Muhammad b. Sumādih, auquel succédera son fils Muhammad, sous le titre d’al-Mu‘tasim billāh, en 446 (1054/1055). ‘Udhrī vécut à ses côtés et le comble d’éloges. Est-ce à cette gratitude qu’il faut attribuer l’interminable nisba qu’il accole au nom de son protecteur, et qu’il fait remonter jusqu’aux ancêtres mythiques des tribus arabes de l’Antéislam ?31 Ou n’est-ce pas le signe qu’Almería, rebelle à l’emprise de Zuhayr comme à celle d’Aflah, retrouve avec les Banū Sumādih l’appel du grand large ? Al-Mu‘tasim, nous dit-on, a multiplié les jardins exotiques. Celui de l’Alcazar, « dont la longueur équivaut à celle de la citadelle », est fermé par une salle « dont les portes sont sculptées à l’orientale, mais mieux encore qu’en Orient »32. Et en guise de conclusion sur Almería, ‘Udhrī rappelle qu’on ne lui connaît pas de passé pré-islamique. Comme son nom l’indique, les Arabes y installèrent d’abord des tours de guet (mahāris, mariya) où ascètes et mujāhidūn venaient finir leurs jours. C’est un Calife enfin, al-Nāsir, qui la fortifia et l’enserra dans sa première muraille33. Au début comme à la fin, après la longue parenthèse de la fitna, les mêmes personnages (Ibn Rumāhis et son maître al-Nāsir) et la même mission : le jihād.

  • 34 Tarsī‘, éd. respectivement p. 21-25 et 62-73 ; trad. de Fernando de La Granja, art. cité, respectiv (...)
  • 35 L’année suivante par Muqtadir b. Hūd. Voir ‘Afif Turk, « El reino de Zaragoza en el siglo XI », Rev (...)

10Cette guerre sainte synonyme d’authenticité arabe, les frontières en sont, bien sûr, le théâtre privilégié. C’est peut-être ce qui explique l’importance démesurée, on l’a déjà notée, de la Marche Supérieure (al-thaghr al-aqsā), c’est-à-dire la vallée de l’Èbre (Saragosse, Tudela), ses avants postes septentrionaux (Huesca) et méridionaux (Calatayud, Daroca) ; ou encore, pourrait-on dire, les fiefs respectifs des Banū Qāsī, des Banū ‘Amrūs, des Banū Shabrīt, seigneurs indigènes convertis à l’Islam, et des Tujībī-s, Arabes de souche dont les fastes d’Almeria nous ont déjà livré le nom. L’un ou l’autre point de vue, celui de la géographie ou celui de l’histoire ethnique et familiale ne sont évidemment pas indifférents. Le premier privilégie les contraintes du lieu et donne, comme à Tudmir, un avantage implicite aux autochtones. Le second au contraire met l’accent sur la lignée dont on a vu à deux reprises au moins — al-‘Udhrī lui-même et son ancêtre Zughayba, et al-Mu‘tasim — qu’elle était l’honneur et le privilège des Arabes. Le plan ne permet pas de trancher avec certitude en faveur de l’une ou l’autre perspective. Le récit commence par la description d’un lieu, Saragosse, et ceux qui s’y sont soulevés sont annexés à son site. Mais il se termine par une relation historique : l’apparition puis l’extinction des deux familles « mineures » de la région, Banū ‘Amrūs et Banū Shabrīt34. L’époque que vise le texte ne nous éclaire pas davantage. Tudmir nous ramenait au temps d’une conquête manquée, comme il convenait à une province rebelle à la présence orientale. Almería au contraire, née de la volonté d’un Calife, et à proximité du domaine familial de l’auteur nous entretenait du présent : du brillant de la cour arabe des Banū Sumādih et du témoignage personnel qu’al-‘Udhrī pouvait en donner. La Marche nous parlera de l’entre-deux, entre les premières menaces sur le pouvoir omeyyade, voire sur l’hégémonie musulmane que font peser révoltés et Chrétiens dès la fin du IIe -VIIIe siècle et le triomphe provisoire des campagnes d’al-Nāsir au début du IVe-Xe siècle. Indécision significative : l’année même de la mort de ‘Udhrī, l’effondrement imprévu de la taifa de Tolède allait reporter l’attention sur le centre de la péninsule. Mais au moment où il organise la matière de son livre, une dizaine d’années auparavant peut-être, c’est la frontière du Nord qui inquiète, depuis le sac de Barbastro par une « croisade » franco-aragonaise en 1064. Le désastre a certes été réparé et la ville reprise aux Chrétiens35. La balance ne penche pas nettement à l’avantage des uns ou des autres et l’historien peut encore, comme al-‘Udhrī, s’interroger en scrutant les signes du passé, en sondant les origines obscures du drame.

  • 36 Tarsī‘, éd. p. 25-26, trad. p. 17-18.
  • 37 Voir chapitre III.
  • 38 Tous les rois francs se nomment ainsi, précise ‘Udhrī.
  • 39 Tarsī‘, éd. p. 28-29, trad. p. 22-23.
  • 40 Ibid. Gérone et Barcelone seront en fait récupérées par les Francs en 785 et 801 respectivement.
  • 41 Voir chapitre III.
  • 42 Tarsī‘, éd. p. 62-64, trad. p. 71-75.

11Peu de certitudes à vrai dire : le premier révolté, al-A‘rabī réussit en 164/781 à capturer au cours d’une sortie victorieuse le général cordouan qui assiégeait Saragosse et le livre aux Francs. Mais l’année suivante (165/782) il est assassiné par son complice al-Ansarī auquel Cordoue a promis secrètement le poste de gouverneur. Déchirant aussitôt le pacte conclu, al-Ansarī rompt avec le pouvoir central. L’émir ‘Abd al-Rahmān donne l’assaut à la ville et le rebelle est tué, non sans avoir recommandé ses enfants au vainqueur — et l’Immigré leur réservera en effet un traitement généreux36. Jusque-là les Arabes occupent seuls la scène et l’intrigue n’est pas sans rappeler celle de Yāsīn et Zughayba. Même association initiale d’ambitions rivales dont la divergence éclate sous la poussée des forces loyalistes ; même souci des siens, de sa tribu comme de ses enfants. Mais al-A‘rabī lui aussi a deux fils. L’aîné ‘Ayshūn, que les Akhbār Majmū‘a nous avaient déjà présenté37, est ici pris par les Francs et envoyé au roi Charles38. Sa captivité se prolonge plusieurs années. Un seul serviteur fidèle lui reste, ‘Amrūs, son page, qui lui apporte de Gérone ou Barcelone tout ce dont il a besoin. Enfin le jeune Arabe décide de s’évader à la faveur d’une maladie des yeux qui l’oblige à vivre dans l’obscurité : les rideaux sont constamment tirés dans sa cellule et lui-même porte une cagoule qui lui dissimule le visage et le regard. Son gardien, depuis longtemps, a perdu l’habitude de soulever ce voile pour vérifier son identité. ‘Amrūs le page accepte de prendre la place de son maître sous la cagoule, tandis que ‘Ayshūn, vêtu en serviteur, marche quinze jours avant d’arriver à Gérone. Rapidement la nouvelle de son évasion vient aux oreilles du roi Charles, qui fait vérifier que le prisonnier est toujours en son pouvoir. ‘Amrūs est découvert, mené en présence du monarque : il y clame sa fidélité à son maître, alors qu’on lui promet la mort. Ému par ce courage, Charles le fait relâcher et lui offre même une monture39. Nommé par ‘Ayshūn à son retour gouverneur de Gérone et Barcelone, il est écarté, après la disparition de son patron, par le second fils d’al-A‘rabī, Matrūh. Presque aussitôt les deux villes tombent entre les mains des Francs. Irrités par les vexations dont Matrūh les accable, ‘Amrūs et une autre page de ‘Ayshūn, Shabrīt, profitent de l’occasion d’une chasse, où l’Arabe a mis pied à terre pour ramasser la pièce que son faucon avait abattu, pour l’attaquer, le tuer et envoyer sa tête au représentant de l’émir, qui rentre dans Saragosse revenue à l’obéissance (175/792)40. Ce même ‘Amrūs fera une brillante carrière au service d’al-Hakam Ier et se rendra célèbre par l’impitoyable répression qu’il réservera à la rebellion de Tolède, le jour du Fossé41. Ses descendants lointains tiendront un temps Huesca (871-887) avant que la ville tombe aux mains des héritiers de son complice Shabrīt, plus connus sous le nom de Banū al-Tawīl42.

  • 43 Pierre Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, P (...)

12Les choses s’agencent trop bien, décidément, malgré les dates précises dont le récit est jalonné, pour qu’on ne soit pas tenté, avec Pierre Guichard, de flairer la légende sous le masque de la chronique. L’existence de ‘Amrūs, pas plus que celle de Bahlul, un autre héros des temps mythiques de la Frontière, n’est pas en cause. Sa longue fidélité, puis sa captivité, et enfin la trahison et le meurtre qu’il commet dessinent en revanche une boucle si parfaite qu’elle ne paraît rien devoir au hasard des événements. Inspiré par les réflexions de Ribera et de Sánchez-Albornoz, Guichard y verrait volontiers le reflet d’une littérature épique wisigothique dont ces fragments, naïvement insérés par les historiens ou les géographes arabes dans leurs œuvres, auraient seuls survécu au naufrage43. Il insiste par exemple — même si la preuve ne lui paraît pas décisive — sur l’exaltation de la fidélité de ‘Amrūs, dont il est peu d’autres exemples dans la tradition arabe, en Espagne ou ailleurs, et qui se rapproche tant, en revanche, d’un thème universellement présent dans l’épopée occidentale. Peut-être. Je note cependant qu’à quelques importants détails près, sur lesquels je vais revenir, l’aventure de ‘Amrūs et des fils d’al-A‘rabī évoque celle d’al-A‘rabī lui-même et d’al-Ansarī à la génération précédente : un gouverneur fidèle à l’émir capturé par les Francs, la restauration de l’ordre légitime après l’assassinat du rebelle par l’un de ses proches. Les Omeyyades, d’abord vaincus, triomphent par la ruse. Une différence pourtant : al-Ansarī, qui fait rentrer l’autorité de l’émir à Saragosse, est Arabe. ‘Amrūs, qui va porter la tête de Matrūh aux généraux loyalistes est un muwallad, un converti qui a patiemment construit sa fortune sur la défaillance des Arabes. Celle de ‘Ayshūn d’abord, qui lui offre de prendre sa place sous le voile qui le couvre et repart à pied comme son serviteur était venu, tandis que ‘Amrūs, pour prix de son courage, reçoit une monture du roi des Francs. Celle de Matrūh, qui met pied à terre lui aussi et donne à ses pages humiliés l’occasion de charger sur lui. Les deux frères ont abandonné à l’étranger le privilège arabe de chevaucher. Pire : ils ont laissé au roi des Francs le soin de faire don de l’attribut souverain — le cheval — au converti qu’il renvoie vers les terres musulmanes. Et le résultat ne se fait pas attendre. ‘Amrūs reçoit le gouvernement de Gérone et de Barcelone et ces deux villes sont bientôt conquises de haute lutte par les Francs. Tout se passe comme si, dans la cellule de ‘Ayshūn, en territoire franc, et en même temps que les masques respectifs du prince arabe et du muwallad, s’était échangée, des Arabes aux Francs, la souveraineté éminente sur la Marche Supérieure, dans un mouvement que symbolisent, aux deux entrêmités du récit, le général cordouan tombé aux mains des Chrétiens et ‘Amrūs lancé par le roi Charles à la conquête de Saragosse.

  • 44 Citées par E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. I, p. 153-155 et 179-180.
  • 45 Tarsī‘, éd. p. 57-60, trad. p. 63-68.
  • 46 Ibid.

13Un autre épisode, de ton encore plus nettement légendaire, souligne cette impression de défaite. Le héros, un certain Bahlul, d’indéniable origine indigène, apparaît dans d’autres chroniques44 comme l’un des révoltés de la région de Barbastro, qui réussit, un très court moment, à s’assurer le contrôle de toute la Marche Supérieure. ‘Udhrī le fait naître, avec trente frères, dans une des familles les plus puissantes de la province, alors tyrannisée par ses gouverneurs arabes, les Tujībīs de la branche des Banū Salāma45. L’un d’eux aurait permis que son faucon déchire un enfant à qui sa mère donnait le sein. Un mauvais présage inquiète les Banū Salāma. Ils se saisissent d’otages dans les familles jugées les plus dangereuses. Bahlïil est de ceux-là, mais il réussit à séduire une servante des gouverneurs qui s’évade avec lui, non sans avoir dérobé les richesses de ses maîtres. Furieux, les seigneurs arabes galopent jusqu’au domaine du père de Bahlūl. Le fugitif ne s’y trouve pas, et le vieillard réussit à convaincre les poursuivants de sa bonne foi en leur offrant non seulement ses serments, mais ses autres enfants. Peu après, Bahlūl se présente à son tour chez son père, qui le chasse. Le jeune homme trouve refuge dans sa famille maternelle, aux environs de Barcelone, puis chez sa sœur et son beau-frère. Là, il tue l’agent des Banū Salāma et son intendant et lève l’étendard de la révolte. Quarante hommes répondent à l’appel et lui prêtent serment. Aussitôt les Tujībīs montent à cheval et viennent assiéger le château où les « quarante » se sont retranchés. Profitant de l’assoupissement du combat, aux heures les plus chaudes de la journée, Bahlūl tente une sortie victorieuse : « Dieu voulut que le wālī fût couché et ils le tuèrent sous sa tente »46.

  • 47 Tarsī‘, éd. p. 60-61, trad. p. 68-70.
  • 48 P. Guichard, ouvr. cité, p. 116. José Maria Lacarra suggère pour sa part le comte de Toulouse (trad (...)
  • 49 Tarsī‘, éd. p. 61, trad. p. 70.

14À deux reprises la chevauchée arabe est mise en échec : par la fuite du héros, et par la sortie imprévue des assiégés. L’hostilité des femmes — ou l’aide qu’elles apportent au jeune Bahlūl — est décisive dans le premier cas : la servante, les oncles maternels, la sœur ont le premier rôle, comme l’a bien noté Pierre Guichard. Il y voit le signe de l’importance de l’élément féminin dans cette société indigène de la Marche dont les mœurs restaient solidement « occidentales » — qu’on me pardonne l’anachronisme. C’est plausible. Mais pour nous en tenir au code implicite de l’ouvrage de ‘Udhrī, nous avons déjà éprouvé cette sourde hostilité terrienne et féminine à la présence arabe en pays de Tudmir. Il n’y manque pas même l’opposition de la citadelle et du plat pays. C’est à l’abri d’une muraille que Bahlūl reçoit le choc des Arabes. À l’inverse, dès le début de l’affrontement il a vidé de sa substance la forteresse de ses adversaires en subtilisant leur trésor. En face, la cavalerie des Banū Salāma n’a pas de rivale en rase campagne. Bahlūl en effet, au contraire de ‘Amrūs, n’a pas été consacré cavalier par la faveur du roi des Francs. Et s’il a le soutien des femmes, il est privé, très logiquement, de celui de son père. Les quarante compagnons qu’il recrute auprès de sa sœur compensent à peu près les trente frères qui restent à l’écart de son combat. Entre les Banū-l-A‘rabī et l’usurpateur ‘Amrūs, les armes étaient égales (et arabes). Elles ne le sont pas entre le révolté Bahlūl et ses maîtres. Si l’histoire s’en tenait là, il faudrait y voir, plus qu’un désastre pour les seuls Banū Salāma, une humiliation pour tous les héritiers de la Conquête. Mais il n’en est rien, on s’en doute. Les chroniques qui mentionnent l’existence de Bahlūl affirment aussi qu’il fut assez rapidement vaincu par ‘Amrūs, dépêché par l’émir al-Hakam. Mais pour effacer la défaite des Banū Salāma, il fallait que le vainqueur du rebelle fût un Arabe. Selon ‘Udhrī, il se nomme Khalaf b. Rashīd47. Entré au service de Bahlūl, il gagne vite sa confiance. Mais le « Maître de la Maison » (« major domus » traduit avec justesse Guichard — probablement le comte carolingien de la Marche d’Espagne)48 conseille à l’indigène de s’en débarrasser. Une remarque trop admirative de sa femme à propos de Khalaf achève de convaincre Bahlūl. L’Arabe est enchaîné et mené sous bonne escorte… en territoire franc. Mais en route Khalaf réussit à alerter les siens qui exterminent l’escorte au campement, délivrent leur parent et lui donnent une monture. Le clan va occuper un piton désolé des environs de Barbastro, là même où Khalaf sera enterré plus tard et qu’on nomme le « Rocher des Corbeaux ». Bahlūl s’enfuit devant son adversaire, mais il est finalement rejoint et tué dans une caverne qui porte encore son nom49.

  • 50 L’ensemble des attributs que les Banū Rashīd partagent avec les Banū Salāma et d’autres ne paraît p (...)

15Pierre Guichard, qui commente ces péripéties dans le but de mettre en valeur la situation particulière de la femme dans le nord d’al-Andalus, se plait à penser que l’épouse indiscrète de Bahlūl n’est peut-être, par un juste retour des choses, que la servante qui l’avait aidé à déjouer la surveillance des Banū Salāma. Notons pourtant qu’elle contribue, contre son gré, à hâter l’emprisonnement du jeune Arabe. Et ajoutons, pour conforter la thèse générale de Guichard, qu’aucune femme ne se manifeste dans la famille du favori disgrâcié. C’est ailleurs que Khalaf cherche du secours : auprès de son père et de ses frères qui s’arment pour lui, fondent à cheval sur l’escorte démontée et se replient sur un rocher inaccessible — comme ceux des Alpujarras où se retranchaient Yāsīn et Zughayba — où vont nicher les oiseaux de proie : ici les corbeaux comme, un peu plus haut, les faucons des Banū Salāma. Bahlūl cherche en vain l’abri de la terre : il est tué dans une caverne. Mais l’image du roc et de la chasse, pour être indiscutablement annexée ici à l’arsenal des attributs arabes, n’en représente pas moins, on en a déjà vu l’exemple dans les Alpujarras, ce que l’esprit de clan garde d’étroit et d’aveugle. Le fils de Khalaf, demeuré seigneur de Barbastro, aura l’imprudence de laisser entrer dans sa famille le rival qu’il avait capturé en lui donnant sa fille. Ce gendre indigène saura, comme Bahlūl, utiliser cette faille féminine pour s’emparer de la ville, puis mettre à mort son beau-père et ses huit beaux-frères. Ainsi disparaît la lignée des Banū Rashīd, trahie, comme celle des Banū Salāma, par l’une des siennes50.

  • 51 Tarsī‘, éd. p. 29, trad. p. 24. Voir Alberto Cañada Juste, « Los Banū Qāsī », Príncipe de Mana, CLV (...)
  • 52 Tarsī‘, éd. p. 31-32, trad. p. 27-29.
  • 53 Que Pierre Guichard distingue soigneusement des femmes légitimes et nobles. Ouvr cité, p. 166-174.

16Son bourreau se nomme Ismā‘īl b. Mūsā b. Qāsī, de la très grande famille d’origine ibéro-romaine qui domine la Marche au IXe siècle51 avec le clan arabe des Tujibīs, d’où les Banū Salāma étaient issus. Les deux maisons dont le conflit est attisé par Cordoue, se rattachent donc étroitement au mythe du révolté Bahlūl et du « double » ‘Amrūs. Ainsi Lubb b. Mūsā, le fils du fondateur de la dynastie des Banū Qāsī, Mūsā b. Mūsā, a été otage à Cordoue, comme ‘Ayshūn le fut en France. De retour dans la Marche, il veut reprendre à ses frères le berceau de la puissance familiale, le château d’Arnedo. Les femmes des Banū Qāsī s’y retrouvent pour veiller un mort. Lubb se présente à la porte, voilé comme l’une des leurs. Mais le garde s’exclame : « Ces yeux-là ressemblent à ceux de Lubb b. Mūsā. » Percé de coups, il n’a pas le temps d’en dire plus. Lubb et ses hommes s’emparent de la place. Mais le stratagème a échoué. Peu après Lubb, qui s’était aventuré hors des murs, est capturé par ses frères qui négocient avec sa femme l’échange de sa personne contre sa conquête. Ce qui est fait52. Une femme ? Une indigène pensera-t-on, si on estime, avec Pierre Guichard, leur rôle plus actif que celui des Musulmanes recluses. Il n’en est rien. Celle-ci est une jāriya, il est vrai53, mais elle vient de Cordoue et se nomme ‘Ajab. L’émir l’a offerte à Lubb avant son départ. C’est elle qui gouverne Arnedo en l’absence de son mari et cédera la forteresse pour lui rendre la liberté. On aura reconnu cette fidélité : c’est celle de ‘Amrūs envers ‘Ayshūn. Lui aussi avait consenti à l’échange pour libérer son seigneur. De ‘Amrūs, le roi Charles avait fait un cavalier, et indirectement, le gouverneur de Gérone, Barcelone puis Saragosse. De ‘Ajab, l’émir de Cordoue a failli faire la maîtresse de la citadelle des Banū Qāsī. Le coup a manqué il est vrai. ‘Ayshūn avait su engloutir son visage sous le masque, endosser avec naturel la défroque de ‘Amrūs. Lubb n’a pas pu abolir son regard et ressembler autant qu’il l’aurait fallu à ‘Ajab. Il reste que, dans les deux cas, la légitimité, franque ou omeyyade, tente de consolider ses assises par le détour d’une substitution — même si la première est plus heureuse que la seconde — et en usant des armes de l’autre : le Franc en opposant un cavalier aux Arabes ; l’Arabe en édifiant des remparts, défendus par une femme, contre les indigènes.

  • 54 Tarsī‘, éd. p. 31, trad. p. 28.
  • 55 Ibid.
  • 56 Tarsī‘, éd. p. 29-31, trad. p. 25-27.
  • 57 Tarsī‘, éd. p. 36, trad, p. 36.
  • 58 Voir infra
  • 59 Tarsī‘, éd. p. 37-38, trad. p. 38-39.
  • 60 Tarsī, éd. p. 39. trad. p. 41.
  • 61 Tarsī‘, éd. p. 40. trad. p. 43.

17Lubb en effet, plus proche de Cordoue que ses frères, n’en manifeste pas moins le génie d’un autochtone. Dans l’attaque et la défense des places fortes, d’où il sait exclure les Arabes — ainsi ceux de Tudèle qu’il fait massacrer hors de l’enceinte54 — il n’a pas son égal. Il a pris la ville par ruse, comme Arnedo. Il avait auparavant écrasé ses frères dans les fossés (Khanādiq) de son château de Viguera55. Il est en revanche maladroit en terrain découvert. Capturé par ses frères, on l’a vu, lors d’une sortie malencontreuse, il mourra à la chasse : son cheval lancé dans un épais bosquet le précipite contre une branche qui lui arrache le bras et le désarçonne. Cette malédiction du cavalier poursuit les héros indigènes. Son père Mūsā s’était révolté parce que les gouverneurs de la Marche avaient tranché les jarrets de ses chevaux, entre autres vexations. Il est blessé dans une attaque contre Guadalajara, si gravement qu’il est incapable de se remettre en selle pour aller mourir à Tudela56. Le fils de Lubb enfin, Muhammad, sera tué dans le faubourg de Saragosse qu’il cernait, en inspectant à cheval ses lignes : un fantassin ennemi le frappe par derrière57. Pour la première fois en effet les Banū Qāsī ont perdu la maîtrise des remparts. Muhammad b. Lubb était si solidement établi dans la capitale de l’Èbre que toutes les expéditions cordouanes avaient échoué à l’en déloger. L’émir doit se résigner à racheter la ville pour y nommer son gouverneur. Pour peu de temps : l’Arabe Muhammad b. ‘Abd al-Rahmān al-Tujībī s’en rend bientôt maître par la ruse58. S’estimant lésé, Muhammad b. Lubb l’assiège. La mort lui viendra de la ville, à laquelle il tournait le dos avec la confiance de qui se sent chez lui. N’avait-il pas, pour donner plus de rigueur au siège, fait construire autour de la muraille tenue par l’ennemi une seconde enceinte ? Sa mort marque le début de la fin pour la grande famille muwallad. Ses fils devront peu à peu renoncer à Saragosse. Rejetés vers la rase campagne, ils y sont la proie facile de ceux qui ont raffiné l’art de l’embuscade, et d’abord de leurs cousins chrétiens de Navarre. Lubb b. Muhammad et son frère ‘Abd Allāh sont successivement capturés grâce au même stratagème, qui les attire loin de leurs citadelles59. Le fils de ‘Abd Allāh, Muhammad, est assassiné en terrain découvert pas ses propres hommes, que les Navarrais ont soudoyés60. Et le dernier des Banū Qāsī, chassé de place en place par les Tujībīs, tombe dans le piège que lui tend son beau-frère, le comte Raymond de Pallars, avide de ses trésors et de ses montures61.

  • 62 ibid.

18La courbe des Tujībīs croise celle des Banū Qāsī au moment où les Arabes arrachent Saragosse aux autochtones. Le père, ‘Abd al-Rahmān b. ‘Abd al-‘Azīz, a été désigné pour veiller, depuis Calatayud, au sud de l’Èbre, à la fidélité des seigneurs convertis. Une fois Saragosse rachetée par l’émir, son fils Muhammad se fait volontairement fouetter et emprisonner par son père, puis feint de s’évader et demande asile au gouverneur de la ville. L’un après l’autre ses compagnons le rejoignent dans les mêmes conditions et peu après, le petit groupe surprend la garnison et tue le wālī. Aussitôt, le père de Muhammad galope avec les siens jusqu’à Saragosse où il espère un accueil triomphal. Il n’en est rien. Son fils monte sur les remparts pour lui signifier sa défense d’entrer dans la ville62.

  • 63 Tarsī‘, éd. p. 46, trad. p. 51.
  • 64 Tarsī‘, éd. p. 45, trad. p. 49-50.
  • 65 Tarsī‘, éd. p. 51-52, trad. p. 57-58.
  • 66 Tarsī‘, éd. p. 54, trad. p. 60.
  • 67 « Il n’y a plus aujourd’hui d’Arabes véritables à Huesca » (laysa al-yawm bi-Wasqa ‘arabī sahīh), T (...)

19Une fois encore, la ruse est fondée sur une substitution : l’image du fils soumis troquée contre l’apparence de la rébellion, qui permet à Muhammad de s’introduire dans la place. Mais une substitution trop bien réussie, pourrait-on dire. Vainqueur, le jeune aventurier rompt pour de bon avec son père, ce qui donne à la feinte initiale un ton de réalité. C’est pour de bon aussi qu’il a été fouetté et incarcéré, avili avant d’atteindre son but. Et en effet, l’Arabe en lui a disparu. Sa conquête en a fait un indigène, monté sur la muraille comme les femmes d’Orihuela, ennemi de son père et de ses frères comme Bahlūl le révolté, et cherchant comme lui l’appui d’une nouvelle famille dans le groupe de ses compagnons. La prise de Saragosse, ce coup mortel porté aux Banū Qāsī, est aussi paradoxalement le signal de la déchéance pour les Arabes de la Frontière, qui ont voulu prendre le déguisement de leurs adversaires. Ils y perdent l’art de la chevauchée : Muhammad b. Hāshim, le petit-fils du conquérant de Saragosse, est pris par les Chrétiens le jour du Fossé de Simancas, désarçonné par son cheval63. Mais ils n’y gagnent pas pour autant la science des fortifications. Déjà Lubb b. Muhammad avait fait murer Saragosse occupée par le Tujībī. Muhammad b. Hāshim devra s’incliner lorsque le Calife ‘Abd al-Rahmān III emploiera un demi-siècle plus tard les mêmes méthodes (936/937)64. Son cousin Mutarrif de Calatayud est pris et tué dans sa médina et son frère cède la citadelle aux forces loyales65. Le dernier cité des Tujībī de la Marche, Yunus de Daroca, cumule les insuffisances : incapable de défendre sa demeure, il évacue Daroca à deux reprises dès qu’il a vent de l’approche des troupes royales. Il est enfin pris à Calatayud où son frère Mutarrif est tué. Lui cherchait à s’enfuir de nouveau. Conduit — à pied — jusqu’au Calife qui suit sur son cheval le spectacle de la progression des siens, il est tué à coups de lance par les cavaliers de son escorte sur l’ordre du souverain66. Ce mauvais défenseur aura aussi été privé de la mort d’un Arabe. À considérer ce dangereux asservissement des conquérants aux contraintes locales et à des jeux qu’ils maîtrisent mal à l’évidence, lorsqu’ils veulent y entrer, on est tenté de conclure, comme ‘Udhrī à propos de la population de Huesca, qu’il n’y a plus d’Arabes dans la Marche67. Mieux même : à deux reprises au moins — l’aventure de Lubb b. Mūsā et de ‘Ajab et le siège final de Saragosse — ce sont les Banū Qāsī qui ont tracé la voie et imposé leur marque aux interventions des souverains de Cordoue, et non les familles arabes de la région. Peut-on encore, dans ces conditions, lutter contre l’imprégnation chrétienne qui ronge la Frontière de l’Islam ?

  • 68 Voir Sánchez Martínez, « Rāzī, fuente de al-‘Udhri […] », art. cité.
  • 69 Tarsī‘, éd. p. 96-97 (sur Italica/Tāliqa).
  • 70 Tarsī‘, éd. p. 102 et p. 105.
  • 71 Voir chapitre II.

20À l’autre bout de la péninsule, voici au contraire une province conquise. ‘Udhrī n’accorde qu’une vingtaine de pages au kuwar de Séville, Sidonia, Niebla et Algésiras, entre la basse vallée du Guadalquivir et le détroit. C’est peut-être que la victoire des Arabes n’y est justement plus discutée. Non pas que les indigènes y aient montré moins de valeur que ceux du nord ; non pas que leurs traditions soient moins anciennes, au contraire. S’appuyant sur Rāzī, c’est-à-dire sur les sources antiques que ce dernier avait consultées68, ‘Udhrī rappelle la légende d’« Ishbān, fils de Titus », roi de Séville et conquérant de « Jérusalem de Syrie » d’où il ramena les objets mythiques qui résument, dans l’historiographie arabe, la conquête ultérieure de l’Espagne par les Musulmans : la table de Tolède — celle du roi Salomon dont le partage devait diviser Tāriq et Mūsā —, la pierre et les perles retrouvées à Mérida69. Histoire glorieuse donc, mais que ses origines enveloppent dans le cours de la prophétie orientale, syrienne même puisque l’emplacement de la ville sainte est souligné. L’irruption des Arabes, la mainmise des Omeyyades sonnent comme une revanche, ou comme un retour après l’absence. C’est bien ce que laisse entendre le récit de la plus grave révolte indigène de Séville, sous le règne de l’émir ‘Abd Allāh70. Le monarque avait envoyé son fils Muhammad, le père du Calife ‘Abd al-Rahmān III, gouverner la ville. Des querelles s’élèvent entre les Arabes de la province. Ils sont exilés et se retranchent à Carmona, entre Cordoue et la capitale du bas Guadalquivir, là même où l’Immigré avait vaincu la plus dangereuse des coalitions que les Abbassides avaient suscitées contre lui71. A Séville croît l’influence d’un seigneur muwallad qui, sous couvert d’une fidélité scrupuleuse, tient le prince héritier sous son emprise. Muhammad réussit d’abord à alerter son père, par l’entremise d’un vizir avec lequel il réussit à conférer. La cavalerie cordouane feindra de se diriger vers Carmona pour mater la dissidence des Arabes. Les généraux qui la commandent solliciteront alors l’aide et la présence du chef muwallad. Ce qui est fait. L’indigène se joint avec enthousiasme à l’expédition. À proximité de Carmona, il est mis à mort sous le prétexte d’une chasse, et sa tête est envoyée, en signe d’apaisement, aux Arabes de la forteresse assiégée. Aussitôt que la nouvelle vient à Séville, la population se soulève contre le prince Muhammad, dont elle comprend la duplicité, et l’assiège dans l’Alcazar. Mais peu après la cavalerie du jund, renforcée par les Arabes de Carmona, débouche dans les rues et prend les assaillants à revers. Les Juifs à leur tour, qui ont ouvert les portes, achèvent de mettre un comble au massacre des muwallads. Les derniers survivants fuient la ville où les Arabes rentrent triomphalement.

21Il est rare que les Juifs prennent partie dans les affrontements ethniques andalous. Leur présence aux côtés des Arabes donne au châtiment des antochtones et de la ville d’Ishbān et d’Hadrien, les destructeurs du Temple et de la Ville Sainte, un écho religieux. Le jihād, ici, n’a rien perdu de son tranchant. Les mêmes guerriers à cheval qui ont autrefois submergé l’Espagne se répandent dans les ruelles. La même réconciliation que l’Islam a apporté entre les tribus unit les Arabes de Cordoue et ceux de Carmona. La solidité du clan, l’attachement du père pour le fils ou la fidélité du fils à son père ont abusé les indigènes. Il n’en reste pas moins que le fils, comme Muhammad b. ‘Abd al-Rahmān al-Tujībī a dû quitter le père pour s’établir dans la citadelle ennemie, et feindre de haïr les siens ; que les Arabes ont été chassés de la ville avant d’y rentrer ; que les querelles, la révolte contre l’émir ont précédé l’union ; et que la ruine de « Jérusalem en Syrie » a devancé — et annoncé — le malheur de ceux qui l’ont profanée. Le thème nous est maintenant familier. L’absence, l’exil promettent le succès aux peuples de la prophétie. Juifs et Arabes alliés le font rudement savoir aux « Gentils ».

  • 72 Tarsī‘, éd. p. 98-100.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid. Sur cette bataille de Talyata, voir E. Gálvez, art. cité.

22C’est dans les mêmes termes qu’il faut interpréter la large place que ‘Udhrī fait à l’invasion normande de 230/844-4572. Après plusieurs engagements victorieux, les « Majus » percent grâce à leurs embarcations les défenses de la ville, infligent une terrible déroute aux défenseurs — « un nombre incalculable de tués et de prisonniers » — puis massacrent sans discernement tout ce qui vit, « les hommes, les femmes, les enfants, les reptiles, les bestiaux et les oiseaux »73. Quelques jours plus tard, ils affrontent en amont le gros de l’armée musulmane, jund arabe et jaysh mercenaire, renforcés de volontaires venus de partout. Adossé aux bateaux, véritables citadelles mobiles, l’ennemi paraît encore une fois sur le point de l’emporter. Alors le chef des troupes émirales, Ibn Rustūm, met lui-même pied à terre et lance son infanterie en embuscade entre les assaillants et le fleuve74. Craignant d’être coupés de leurs arrières, les Normands refluent en désordre et laissent près de 500 tués sur le terrain ; puis ils redescendent lentement le fleuve jusqu’à son embouchure, sous la surveillance de la cavalerie andalouse.

  • 75 On retrouverait donc ce moment de l’attente qu’illustrait l’épisode du père de l’eunuque Nasr — l’u (...)
  • 76 Tarsī‘, éd. p. 117-118.
  • 77 Faut-il aller si loin ? Alain Ducellier me le faisait remarquer, Ceuta est réputée au Moyen Age pou (...)

23Ici encore, c’est l’intervalle qui est mis en valeur. Comme dans l’épisode précédent, Séville est prise entre la forteresse mouvante que le courant du fleuve a permis aux Normands d’insinuer au cœur de la cité et les cavaliers musulmans qui la réoccupent ; entre l’armée païenne exterminatrice, à l’image de celle de l’Antéchrist le jour de l’Apocalypse, et les soldats de la prophétie ; ou entre l’anéantissement de Jérusalem, que ses fils ont perpétré et la revanche que la umma musulmane offre aux Gens du Livre. Mais l’écart, c’est aussi celui qui sépare les Vikings de leurs navires et qui permet la contre-attaque victorieuse des Musulmans, incapables cependant de forcer les « drakkars » au centre du fleuve. Chacun reste maître de son domaine, les uns de l’eau, les autres de la terre ferme, et la rive devient un fossé. C’est enfin le tour surprenant de la victoire andalouse. Démontés, les Arabes sont d’ordinaire balayés. C’est ici la clef de leur succès. Rappelons, pour le comprendre, que ces événements prennent place sous le règne de ‘Abd al-Rahmān II, au milieu du IXe siècle, soit exactement au centre de l’interrègne qui va du désastre d’Orient à la proclamation du Califat de Cordoue, ou encore de ‘Abd al-Rahmān Ier l’Immigré à ‘Abd al-Rahmān III al-Nāsir. La victoire de la cavalerie arabe sur les révoltés indigènes qui libérait Muhammad, père du futur premier Calife, figurait la délivrance du long silence auquel les Omeyyades s’étaient tenus à devoir vivre parmi des convertis. Un siècle avant, la vague normande semait la mort et contraignait encore les Arabes à l’humiliation du fantassin et de l’attente75. Il serait logique de retrouver, aux origines de la lignée omeyyade de Cordoue, le signe de la promesse. Il y est en effet, non dans les chroniques de Séville, mais dans celles d’Algésiras76. En 155/772-3, le gouverneur de la ville, Ibn Rumāhis, un ancien fidèle de Marwān II, le dernier calife d’Orient, se déclare en sécession un lundi. La nouvelle parvient à Cordoue le vendredi. L’Immigré réunit aussitôt le jund et marche sur le détroit. Il entre par surprise à Algésiras le mercredi suivant. « Lundi » se dit en arabe « le deuxième jour » et mercredi « le quatrième ». Remplaçons « jour » par « siècle » : l’éclipsé du pouvoir omeyyade, dont cet Ibn Rumāhis avait vécu l’agonie en Orient, aura duré du second au quatrième siècle (de l’Hégire). Est-il besoin de préciser que la citadelle est emportée par la cavalerie ? L’attaque est si soudaine que le rebelle, surpris au hammām, a juste le temps de s’envelopper d’une couverture teinte (musabbagha) et de se jeter dans une barque pour passer le détroit. Ceuta est en effet tout près, ajoute ‘Udhrī : d’Algésiras, « les gens voient ses murailles et ses maisons et la blancheur des vêtements des blanchisseurs […] » La teinture — le noir des Abbassides ? — s’en va comme sous les coups du blanchisseur en effet, et le blanc des Omeyyades apparaît là-bas, presque à portée, sur la rive de terre ferme, en face de l’île d’al-Andalus77.

  • 78 C’est dans ces mêmes régions que ‘Abd Allāh b. Zīrī accorde le plus de poids aux influences castill (...)
  • 79 Qu’il avoue lui-même dans les anecdotes suivantes.
  • 80 Tarsī‘, éd. p. 87-89, Sánchez Martínez, trad. p. 48-52.
  • 81 Ou qui, du moins, a su châtier rudement la rebéllion des Zirides en provoquant les invasions hilali (...)

24La géographie inscrit donc la trace du Califat tout comme celle de la résistance indigène dans la terre espagnole : la seconde à l’est et au nord, de Tudmir à Barcelone78 ; le premier entre le détroit d’où il est venu et le fleuve de Cordoue. Séville déjà pleine des rêves d’empire universel d’Ishbān a recueilli ceux des Omeyyades. Plus concrètement, au moment où al-‘Udhrī écrit, la renaissance arabe, contre Slaves et Berbères, s’y manifeste avec vigueur sous la dynastie des Abbadides, qui affectent de se croire successeurs des califes. Mais que reste-t-il de vivant dans ces souvenirs ? Regagnons le présent, c’est-à-dire la province d’Elvira d’où parle l’auteur, à la première personne, solidement appuyé sur la chaîne de ses ancêtres. La certitude des informations, la tradition, héritée des géographes de l’Orient, de l’observation personnelle (‘iyān) et le goût d’al-‘Udhrī pour les ‘ajā’ib et les gharā’ib (étrangetés, curiosités)79 nous donnent ici quelques unes des pages les plus pittoresques et les plus intimes à la fois du livre. Ainsi ces trois histoires enfilées sans transition après le spectacle de la ruine de Pechina80. Pour commencer, le poète dévot et célibataire : son bâton attirait les puces qu’il secouait ensuite au dehors ; son petit moulin à pied suffisait à sa ration de farine et son four remarquable lui permettait de cuire dans le même temps son pain et son pot-au-feu. Pour finir, le citoyen très brun (asmar) de Tripoli, né sans mains. Je l’ai vu, dit ‘Udhrī, demander une aiguille, la prendre avec les doigts d’un pied, puis la faire passer dans l’autre, y introduire le fil et se mettre à coudre avec le pied droit aussi facilement qu’avec la main. Arrêtons un moment avant d’aborder la troisième curiosité — la plus rare. Dans ces deux-là, les héros ont recours à leur pied, l’un pour moudre, l’autre pour coudre. C’est, on l’a vu, l’indice d’un avilissement étranger aux Arabes. Le couturier infirme est originaire de Tripoli (d’Afrique, bien sûr) en plein domaine d’obédience fatimide. Son habileté n’est pas niée, pas plus qu’on ne peut contester en cette fin du XIe siècle les succès d’une dynastie qui tient les Lieux Saints de l’Islam, menace Bagdad et impose encore sa loi en Ifriqiya81. Mais les moyens qu’il emploie — et la couleur de sa peau ? — dénoncent les basses origines qu’il partage avec ses maîtres.

25Quant au célibataire stérile dans une ville en ruines, il n’a qu’un seul four pour deux usages —pour deux peuples, Arabes et Persans — qui se disputent Bagdad. Mais son bâton magique a raison des puces les plus agressives. Et en effet les rivaux des Abbassides n’ont pu se maintenir en Orient. Si le domaine du vieux célibataire s’est sans cesse réduit jusqu’à cette poignée de farine qu’il doit moudre lui-même, du moins a-t-il réussi à préserver ses murs.

  • 82 Tarsī‘, éd. p. 87-88, trad. p. 50.

26On l’aura compris : après les maîtres de l’Iraq et ceux de l’Égypte, l’anecdote centrale désigne les Omeyyades. Ils ont pris les traits d’un enfant aveugle, sourd et muet mais capable de reconnaître, en touchant le visage, la barbe et la poitrine de quelqu’un, sa condition sociale. Un enfant que ne trompe pas l’apparence des vêtements de prix que les gens de basse extraction peuvent revêtir — comme en ce jour de fête où l’auteur va vérifier ses dons82 ; mais qui interroge à la source de la noblesse : le visage et le cœur (sadr). ‘Udhrī commence par lui présenter un capitaine de bateau :

  • 83 Ibid.

[…] il montra la paume de sa main, la courba et souffla sur le côté concave, comme s’il voulait imiter le souffle du vent dans les voiles d’un navire. Et moi, je ne savais ce dont je devais m’étonner le plus, de cette précieuse capacité à deviner la condition d’un homme ou de cette manière d’imiter la voile du navire et le vent, lui qui n’en avait jamais rien vu ni entendu83.

27Puis vient un portefaix :

Il désigna du doigt ses reins (sulb) pour dire qu’il était porteur (hammāl).

28C’est al-‘Udhrī qui se présente en dernier :

Il fit comme s’il écrivait sur la paume de sa main.

29Un peu plus tard, le jeune prodige palpe le fils de l’auteur puis

[…] il me toucha le visage et m’indiqua par signes que celui-là était mon fils.

  • 84 Survie difficile et conflictuelle ; ce même enfant, défiant envers une fille qu’il juge de mauvaise (...)

30La traversée de la mer, le fardeau de l’exil porté par les épaules des Chrétiens (sulb ne se distingue pas de sulub, « les croix ») puis l’écriture reconquise et la descendance assurée : n’est-ce pas le destin des Arabes d’al-Andalus — la miraculeuse survie d’un peuple si éloigné pourtant de la terre ancestrale dont il n’avait, comme cet enfant des sons et des couleurs, « jamais rien vu ni entendu » ?84.

  • 85 Tarsī‘, éd. p. 92-93, trad. p. 65-66.
  • 86 On a pu le vérifier avec la caverne de Bahlūl et l’olivier de Lorca, qui dénonce les conjurés arabe (...)

31Trois califats : une impuissance et deux infirmités. Ce bilan calamiteux méritait une conclusion sobre. Près de Loja, il existe une caverne dont l’entrée est gardée par un arbre. On y trouverait selon certains quatre cadavres d’une haute antiquité et d’une stature gigantesque que la décomposition aurait épargnés85. Les émirs (umarā’) entretenaient régulièrement, dit-on, leurs suaires qu’ils déchiraient pour décourager les voleurs. Ces quatre gardiens endormis d’une légitimité bafouée, lacérée comme leurs robes mortuaires, pourraient bien figurer les quatre califes rashīdin Compagnons du Prophète. Il est peu probable pourtant que la terre andalouse — la caverne et l’arbre la désignent — si rebelle à la conquête arabe86, porte d’aussi augustes vestiges de l’Islam. Des témoins insistent pourtant : l’un d’eux a vu le visage, frappé sur la poitrine (sadr) et le ventre (batn) d’un des géants. On aura reconnu les attributs des trois califats : la tête — il est vrai recouverte par le bras — des imams de Bagdad consacrés par la tradition, la poitrine (la noblesse) des Omeyyades et l’activité secrète des Fatimides bātinī-s… Belle fantasmogorie que la visite des lieux réduit, à proprement parler, au néant :

  • 87 Tarsī‘, éd. p. 93, trad. p. 66.

Cette caverne était emplie de ténèbres, et tout ce que [j’] y ai rencontré, c’est une solitude si épouvantable que sans un grand courage et mon attirance naturelle pour le fantastique, je n’y serais pas resté un seul instant. Là où on avait vu les corps, il n’y avait qu’une pierre lisse et dure ; l’emplacement de leurs têtes était occupé par quelque chose qui, en effet, sous un certain angle, y ressemblait, mais qui n’était qu’une excroissance du rocher à cet endroit.
Je vis aussi dans cette grotte trois crânes et des restes humains87.

32On ne saurait dire plus sèchement, ou plus simplement, que le Califat est mort, en Espagne comme, sans doute, sur toute la terre d’Islam ; ou qu’il n’est pas possible de nier plus longtemps ce dont ibn Hazm avait refusé sa vie durant la pénible réalité : il n’y a plus d’histoire, plus de lignée vivante qui arrime à son origine prophétique la umma. Aux yeux de leurs sujets, les Omeyyades la guidaient depuis l’époque des Compagnons. Après eux le désarroi se lit dans les esprits et dans les pays. Al-Andalus, sous la plume de ‘Udhrī, n’est plus qu’un agrégat de provinces disparates dont les races et les rythmes dissonants amplifient le chaos. La géographie, qui délimite, sépare et désunit, l’emporte sur la certitude historique, fille de convergences qui promettaient à l’Islam tard venu l’héritage universel du passé. Les Arabes plus que l’Islam, semble-t-il, dans la pensée d’al-‘Udhrī — ont leur place dans l’ordre de la Création. Mais ils ne sont plus seuls. À la lecture du cadi Sā‘id, on peut penser que bien d’autres contemporains ont dû faire la même constatation désenchantée. Le pire était encore à venir pourtant. Ce n’était pas assez de voir hésiter l’histoire qu’on avait cru sienne ; les Andalous de la fin du siècle allaient éprouver que cette vieille alliée pouvait se retourner contre eux et leur dénier l’existence même. Nul ne le dira mieux que ‘Abd Allāh b. Zīrī.

Notes

1 Abd al-‘Aziz al-Ahwānī, édition du Tarsī‘ al-akhbār wa-tanwī‘ al-athār wa-l-bustān fi gharā’ib al-buldān wa-l-masālik ilā jamī‘ al-mamālik [= Tarsī‘], Madrid, 1965, introduction, page « b » et note 4, où référence est faite au Mu‘jam al-buldān.

2 Sur la date de rédaction de l’ouvrage, voir les intéressantes remarques d’al-Ahwānī sur les blancs laissés à la fin de chaque chapitre, qui permettaient à ‘Udhrī de compléter son texte grâce à de nouvelles informations. Il ne cessa, semble-t-il. de le faire jusqu’à sa mort (Introduction, p. « w »).

3 Ironie du sort, les études modernes l’y replongent. L’œuvre a été partiellement traduite en espagnol province par province. Pour la « Marche Supérieure » (la vallée de l’Èbre et ses alentours), par Fernando de La Granja, dès 1966, Estudios de Edad media de la Corona de Aragon, VIII, p. 4-99 ; pour la région de Grenade-Almeria, par Manuel Sánchez Martínez, Cuadernos de Historia del Islam [= Cuadernos], VII, 1975-1976, p. 5-82 (traduction rectifiée l’année suivante dans la même revue par Wilhelm Hoenerbach, p. 125-137). Emilio Molina López s’était intéressé à la kūra de Tudmir, Cuadernos, IV, 1972. Sánchez Martínez lui-même avait publié auparavant une première étude sur « Rāzī, fuente de al-‘Udhrī para la España preislámica », Cuadernos, III, 1971, p. 7-48. Signalons pour finir l’article de Eugenia Gálvez dans les Actes du Congreso de Historia de Andalucía, 1962.

4 C’est la première phrase de l’« Introduction » de la Géographie humaine du monde musulman, qu’il faut évidemment consulter sur les problèmes que je viens d’évoquer trop rapidement. Sur la géographie andalouse, voir en outre Husayn Mu’nis, « Al-jughrāfia wa-1-jughrāfiyūn fi-l-Andalus », Revista del Instituto de Estudios Islámicos, VII, Madrid, 1959, à XII, Madrid, 1964, en particulier le premier volume, p. 199-359. Voir aussi Ignati Youlyanovitch Kratchkovski, « Les géographes arabes des XIe-XIIe siècles en Occident », Annales de l’Institut d’Études Orientales, XVIII-XIX, Alger, 1961-1962.

5 A. Miquel, ouvr. cité, p. 261.

6 Tarī‘, Introduction, p. « n-h ».

7 Id., p. « ṭ ».

8 Editées par le Père Louis Cheikho, Beyrouth, 1913, et traduites par Régis Blachère, Paris, 1935. J’ai déjà partiellement étudié ce problème dans « Classification des sciences et des nations. Trois exemples andalous du Ve /XIe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 1984. et « Tolède et la géographie chez le cadi Sā‘id », Congrès d’Études Mozarabes, Tolède, mai 1985.

9 Tarsī‘, éd. p. 20.

10 Voir note 8.

11 Tarsī‘, éd. p. 90-92, traduction de M. Sánchez Martínez, art. cité. p. 59-62.

12 Tarsī‘, éd. p. 91, trad. p. 61, corrigée par W. Hoenerbach, art. cité, p. 135.

13 ‘Udhrī indique clairement qu’il y ajeu de mots. M. Sánchez Martínez l’a élucidé, art. cité, p. 62, note 139.

14 Ibid. Sa généalogie suit immédiatement ce dénouement heureux.

15 Tarsī‘, éd. p. 1-16.

16 Voir l’analyse des Akhbār majmū‘a, chapitre II, p. 62.

17 Tarsī‘, éd. p. 2.

18 Id., p. 6-7. L’île, — est-ce un hasard ? — est justement en train de passer, depuis 1072, sous la coupe des Normands.

19 Id., p. 7-8.

20 Id., p. 8-9.

21 Ibid.

22 Id., p. 5.

23 Tarsī‘, éd. p. 90, trad. p. 57.

24 Tarsī‘, éd. p. 86-87, trad. p. 48-49.

25 Tarsī‘, éd. p. 81-82, trad. p. 29-34.

26 Tarsī‘, éd. p. 82-83, trad. p. 35-36.

27 Ibid.

28 Tarsī‘, éd. p. 83, trad. p. 36-40.

29 Tarsī‘, éd. p. 84, trad. p. 40-41.

30 Ibid.

31 Tarsī‘, éd. p. 84, trad. p. 42-43.

32 Ibid.

33 Tarsī‘, éd. p. 86, trad. p. 45-46.

34 Tarsī‘, éd. respectivement p. 21-25 et 62-73 ; trad. de Fernando de La Granja, art. cité, respectivement p. 11-17 et 71-87.

35 L’année suivante par Muqtadir b. Hūd. Voir ‘Afif Turk, « El reino de Zaragoza en el siglo XI », Revista del Instituto de Estudios Islāmicos, XVII-XVIII, 1972-1975.

36 Tarsī‘, éd. p. 25-26, trad. p. 17-18.

37 Voir chapitre III.

38 Tous les rois francs se nomment ainsi, précise ‘Udhrī.

39 Tarsī‘, éd. p. 28-29, trad. p. 22-23.

40 Ibid. Gérone et Barcelone seront en fait récupérées par les Francs en 785 et 801 respectivement.

41 Voir chapitre III.

42 Tarsī‘, éd. p. 62-64, trad. p. 71-75.

43 Pierre Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris, 1977, p. 112-119 en particulier.

44 Citées par E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. I, p. 153-155 et 179-180.

45 Tarsī‘, éd. p. 57-60, trad. p. 63-68.

46 Ibid.

47 Tarsī‘, éd. p. 60-61, trad. p. 68-70.

48 P. Guichard, ouvr. cité, p. 116. José Maria Lacarra suggère pour sa part le comte de Toulouse (trad. citée, p. 69, note 3).

49 Tarsī‘, éd. p. 61, trad. p. 70.

50 L’ensemble des attributs que les Banū Rashīd partagent avec les Banū Salāma et d’autres ne paraît pas laisser le moindre doute sur leur qualité d’Arabes, précisément.

51 Tarsī‘, éd. p. 29, trad. p. 24. Voir Alberto Cañada Juste, « Los Banū Qāsī », Príncipe de Mana, CLVIII-CLIX, 1980, p. 5-91.

52 Tarsī‘, éd. p. 31-32, trad. p. 27-29.

53 Que Pierre Guichard distingue soigneusement des femmes légitimes et nobles. Ouvr cité, p. 166-174.

54 Tarsī‘, éd. p. 31, trad. p. 28.

55 Ibid.

56 Tarsī‘, éd. p. 29-31, trad. p. 25-27.

57 Tarsī‘, éd. p. 36, trad, p. 36.

58 Voir infra

59 Tarsī‘, éd. p. 37-38, trad. p. 38-39.

60 Tarsī, éd. p. 39. trad. p. 41.

61 Tarsī‘, éd. p. 40. trad. p. 43.

62 ibid.

63 Tarsī‘, éd. p. 46, trad. p. 51.

64 Tarsī‘, éd. p. 45, trad. p. 49-50.

65 Tarsī‘, éd. p. 51-52, trad. p. 57-58.

66 Tarsī‘, éd. p. 54, trad. p. 60.

67 « Il n’y a plus aujourd’hui d’Arabes véritables à Huesca » (laysa al-yawm bi-Wasqa ‘arabī sahīh), Tarsī‘, éd. p. 57, trad. p. 64.

68 Voir Sánchez Martínez, « Rāzī, fuente de al-‘Udhri […] », art. cité.

69 Tarsī‘, éd. p. 96-97 (sur Italica/Tāliqa).

70 Tarsī‘, éd. p. 102 et p. 105.

71 Voir chapitre II.

72 Tarsī‘, éd. p. 98-100.

73 Ibid.

74 Ibid. Sur cette bataille de Talyata, voir E. Gálvez, art. cité.

75 On retrouverait donc ce moment de l’attente qu’illustrait l’épisode du père de l’eunuque Nasr — l’un des vainqueurs de Talyata, justement —, dans le livre de Khushanï. Voir chapitre, I, p. 46-47.

76 Tarsī‘, éd. p. 117-118.

77 Faut-il aller si loin ? Alain Ducellier me le faisait remarquer, Ceuta est réputée au Moyen Age pour sa blanchisserie, et on pourrait voir, dans cette apparente digression, une simple notation géographique « naïve ». Mais pourquoi faut-il que la couverture d’Ibn Rumāhis soit teinte ?… Ce qui n’ôte rien de sa valeur à la reflexion de M. Ducellier. Le « détournement de sens », si commun à ces textes andalous, n’est compréhensible pour le lecteur que s’il joue sur un fait universellement admis, de même que le jeu de mots n’est efficace que s’il déforme une locution connue. La « sœur latrine » dont Mussolini accablait la France en 1938 témoigne de la popularité, en Italie, de l’expression « sœur latine » qui avait si longtemps désigné le pays voisin et ami.

78 C’est dans ces mêmes régions que ‘Abd Allāh b. Zīrī accorde le plus de poids aux influences castillanes, notons-le.

79 Qu’il avoue lui-même dans les anecdotes suivantes.

80 Tarsī‘, éd. p. 87-89, Sánchez Martínez, trad. p. 48-52.

81 Ou qui, du moins, a su châtier rudement la rebéllion des Zirides en provoquant les invasions hilaliennes.

82 Tarsī‘, éd. p. 87-88, trad. p. 50.

83 Ibid.

84 Survie difficile et conflictuelle ; ce même enfant, défiant envers une fille qu’il juge de mauvaise conduite, bat tous les garçons juifs et chrétiens qu’il identifie. Ibid.

85 Tarsī‘, éd. p. 92-93, trad. p. 65-66.

86 On a pu le vérifier avec la caverne de Bahlūl et l’olivier de Lorca, qui dénonce les conjurés arabes.

87 Tarsī‘, éd. p. 93, trad. p. 66.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search