Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idéologie omeyyade

 | 
Gabriel Martínez-Gros

Première partie. Le xe siècle : nouer les fils de l'histoire

Chapitre iv

La reconquête d’al-Andalus : la chronique anonyme de ‘Abd al-Rahmān III

Texte intégral

  • 1 Voir l’introduction, rédigée par les deux éditeurs, de Una crónica anónima de ‘Abd al-Rahmān III al (...)
  • 2 Les événements relatés dans la « Chronique » correspondent au tome V du Muqtabas annees 912-942 — é (...)
  • 3 C’est l’avis de E. García Gómez et de É. Lévi-Provençal dans l’introduction citée plus r haut, p. 2 (...)
  • 4 Ibid.

1Encore une chronique anonyme, que ses éditeurs et traducteurs, Garcia Gómez et Lévi-Provençal inclinent à dater des alentours de l’an 1000 ou des débuts du XIe siècle1. La dynastie omeyyade agonise, mais la majesté du Califat domine encore l’historiographie. La meilleure preuve en est la forme annalistique de l’ouvrage, ignorée des Akhbār ou d’Ibn al-Qūtiya, mais qu’on retrouve dans le Muqtabas d’Ibn Hayyān. Ce n’est pas le seul point commun entre ces deux textes. Bien souvent, la « Chronique Anonyme » fait figure de résumé de l’énorme synthèse de l’historien cordouan, auquel elle paraît reprendre, mot pour mot, la plupart de ses informations2. Fausse impression bien sûr puisque, très probablement, elle fut rédigée avant le Muqtabas3. L’explication est simple : les deux auteurs ont recopié les mêmes sources, ces historiens de Cour du Xe siècle qu’Ibn Hayyān mentionne explicitement tandis que l’Anonyme, moins scrupuleux ou plus pressé, omet de le faire4. Mais pourquoi, dans ces conditions, consacrer un chapitre à une compilation si réduite et, au total, si banale ? Précisément pour ces « défauts » mêmes. Parce qu’elle résume et simplifie, la Chronique Anonyme choisit dans la masse des matériaux dont son auteur devait disposer ; et parce que nous connaissons, grâce au Muqtabas, ses références, nous pourrons mesurer les inflexions qu’elle leur donne et, par conséquent, le sens qu’elle leur imprime. L’objet de cette étude, ce n’est donc pas seulement le règne du premier Calife andalou ; c’est aussi cette écriture « seconde », héritière quelquefois rebelle d’une historiographie consacrée, « classique » —par chance, nous la conservons —qu’elle ampute ou qu’elle refond pour en dégager plus nettement les signes. Ce travail de clarification n’est pas en substance différent de celui de tous les auteurs de la « littérature califale » auxquels cette thèse est consacrée. Simplement les modèles qu’on imite et qu’on trahit ne sont plus ceux de l’Orient, mais les textes fondateurs d’al-Andalus eux-mêmes.

  • 5 Crónica, § 59, année 316 H.
  • 6 Ibid. : « <Dieu> nous a manifesté sa préférence, suspendu à nous l’espoir de l’univers, ramené à nous les</Dieu> (...)
  • 7 ‘Abd al-Rahmān, on l’a souvent remarqué, reprend le titre califal l’année qui suit la capitulation (...)
  • 8 Crónica, § 3. Les noms ne sont nullement indifférents, faut-il le rappeler : au paragraphe précéden (...)

2Texte primordial ? Quel meilleur exemple que la lettre envoyée par ‘Abd al-Rahmān III aux gouverneurs de ses provinces pour leur annoncer la restauration du Califat omeyyade. Cette chronique est de celles, en effet, qui nous ont transmis ce précieux document5. Il n’est pas inutile, malgré sa célébrité, de la soumettre à une courte analyse. Trois raisons ont, semble-t-il, guidé la décision de l’émir. Je passe rapidement sur la première, souvent évoquée et commentée : l’usurpation du titre califal par ceux qui n’y ont aucun droit : les Abbassides, bien sûr, et, depuis peu, les Fatimides. Mais d’abord, pour mieux prouver la légitimité de sa revendication, ‘Abd al-Rahmān commence par rappeler les succès dont son règne a été jusque-là comblé : sa renommée répandue sur le monde, son autorité rétablie sur ses terres… les égarés rentrés dans la soumission et les sujets heureux d’obéir : en un mot, la paix et l’ordre rendus à l’Islam d’Espagne6. Avant toute autre considération, ce que le mérite d’un souverain —et la volonté de Dieu— firent d’un pays divisé et d’un pouvoir en ruines : un des domaines les plus florissants, une des puissances majeures du monde musulman. Paradoxalement, l’affaiblissement de l’émirat andalou à partir de la fin du règne de Muhammad —la révolte d’Ibn Hafsūn en est le signe le plus connu— est ainsi retourné à l’avantage des Omeyyades7. Un si brutal redressement, si près de la perte, n’est-ce pas la marque d’une destinée miraculeuse ? D’autant plus, on l’aura compris, qu’un épisode antérieur de l’histoire omeyyade vient confirmer celui-ci : la fondation, par un autre ‘Abd al-Rahmān, de la dynastie andalouse après la défaite et la mort du Calife d’Orient. Rappel d’une telle évidence qu’il peut rester implicite, d’une telle constance qu’on en retrouve partout la trace. Notons au passage le nom du premier rebelle vaincu : al-Fath ibn Mūsā (ibn Dhī-l-Nūn). La conquête et le conquérant y sont réunis8. Comme eux, ‘Abd al-Rahmān et son règne ouvrent des temps nouveaux ; ou plutôt comme l’Immigré, le premier Calife d’Occident surmonte une hésitation de l’histoire, fait rejaillir la source qu’on croyait tarie. C’est son troisième argument :

De plus, nous l’avons compris, continuer à ne pas faire usage de ce titre qui nous est dû, c’est laisser tomber en désuétude le droit que nous y avons.

  • 9 Voir le chapitre consacré à l’Histoire des Juges d’al-Khushanī.
  • 10 Le prince, avant même son avènement, résidait à l’Alcazar avec son grand-père, au contraire des pro (...)
  • 11 Voir note 1 de la traduction du Muqtabas V, p. 13.
  • 12 Voir p. 87-88 et 96-97.

3Phrase évidemment capitale, non seulement parce qu’elle lie les Omeyyades d’Occident à ceux d’Orient, mais parce qu’elle justifie le propos de toute la « littérature califale » : dire devant les Musulmans assemblés, écrire, sous le sceau de la chancellerie, le droit des Omeyyades, sans quoi ce droit se perdra. Khushanī, Ibn Juljul, Ibn Faradī, Ibn ‘Abd Rabbihi le réécriront après leur maître9. Pour cette fois, cependant, ce n’est pas le regain qui nous occupera, mais l’occultation, ce vide, cette solution de continuité que les « fils des Califes » se sont vus imposer avant de toucher la terre et le temps du salut, ces failles dans la chaîne toujours vivante de leurs générations. Une faille ? Précisément, après une longue suite de successions de père en fils, les deux derniers règnes en révèlent une : al-Mundhir vient après son père Muhammad, mais il aura pour héritier son frère ‘Abd Allāh, et non son fils. La chronique n’en fait pas état. Elle insiste beaucoup, en revanche, sur la seconde anomalie : ‘Abd Allāh transmet le pouvoir à son petit-fils ‘Abd al-Rahmān, auquel ses oncles, les enfants de l’émir défunt, et ses grands-oncles doivent prêter serment10. Insistance d’autant plus intéressante que le Muqtabas, il est vrai conservé dans un manuscrit acéphale, ne mentionne pas même cette cérémonie de l’hommage11. Le choix de ‘Abd Allāh est assez rare pour retenir l’attention. Rare, mais pas unique. Le premier ‘Abd al-Rahmān lui aussi n’avait pas vu régner son père. Les Akhbār Majmū‘a, Ibn al-Qūtiya ne lui donnaient qu’un grand-père, le calife Hishām dont le « plan yéménite » devait d’abord favoriser son succès en Espagne12. Ces traits de ressemblance ne surprendront pas. Mais il serait plus neuf de lier la renaissance du Califat, après un long sommeil, à cette commune particularité qui fit des deux restaurateurs les héritiers de leurs aïeuls, en l’absence des pères. Le saut des générations serait-il l’image de saut dans l’espace et dans le temps qui mène de l’Orient du VIIIe siècle à l’Occident du Xe ?

  • 13 « Qāla al-Rāzī », Muqtabas V, éd. p. 93, trad. p. 81.
  • 14 Crónica, § 9.
  • 15 Par malchance, cependant, la phrase qui rapportait ce détail est tronquée dans le manuscrit unique (...)

4Cette hypothèse, je vais tenter de la vérifier en suivant deux pistes que m’offre le texte. D’abord une défaite. L’événement n’est pas fréquent, on s’en doute, dans ce récit hagiographique. Nous en connaissons l’origine, par le Muqtabas : l’historien al-Rāzī13. Mais l’épisode, noyé dans la masse de l’œuvre d’Ibn Hayyān, prend ici un relief particulier par la place qu’il tient dans la très brève Chronique Anonyme. D’autant plus que les détails du sac d’Évora par le roi vassal de Galice Ordoño sont particulièrement frappants. Arrivé avec une immense armée devant la ville, « Ordoño fils d’Alphonse » en inspecte la muraille : elle est basse, sans parapet ni protection (dūna sitāra wa-lā-shurrāfāt)14 ; et par endroits presque comblée à l’extérieur par l’amoncellement des détritus que les habitants avaient coutume d’y jeter. Ordoño fait mettre pied à terre à toute sa troupe. Lui seul, avec quelques personnages de sa suite, reste à cheval. Le nombre de ces cavaliers ne dépasse pas cinq, précise le texte de Rāzī que la Chronique recopie fidèlement15. Utilisant le tas d’ordure, les Chrétiens, après avoir accablé les défenseurs de leurs flèches grâce à l’absence de parapet, parviennent à franchir le mur en enfonçant une pièce de maçonnerie récemment plaquée à son sommet pour y combler une brèche. Repoussés une première fois, ils reviennent à l’assaut, envahissent la cité et refoulent peu à peu les assiégés dans un coin de l’enceinte si étroit qu’il est impossible de s’y mouvoir et, pour les vaincus, de s’en échapper. 700 Musulmans sont massacrés et leurs corps s’entassent les uns sur les autres jusqu’à atteindre la hauteur du rempart. Dix habitants seulement, parmi les plus considérables, parviennent à échapper au carnage en se réfugiant au plus haut des bâtiments les plus anciens, avant de s’enfuir à la faveur de la nuit. De là, ils gagneront Béja, pendant que tout l’ouest d’al-Andalus, terrorisé par le sort d’Évora, renforce ses défenses et demande le secours de son émir, ‘Abd Allāh b. Muhammad b. ‘Abd al-Rahmān. Précaution désormais inutile : traînant derrière eux 4 000 prisonniers, femmes et enfants des victimes, les Chrétiens ont regagné le Nord…

  • 16 Pressés par les Chrétiens contre l’enceinte, ils n’y ont pas trouvé d’issue, de brèche : manfadhan (...)
  • 17 Voir p. 57-59.
  • 18 « Wa-stushhida fī-l-waqī‘a Marwān b. ‘Abd al-Mālik ‘āmil Yābura […] qutila fī masjidihi (Muqtabas V (...)
  • 19 Selon les versions respectives de la Crónica et de Rāzī-Ibn Hayyān.
  • 20 Sur l’épisode célèbre de la mort du père d’al-Nāsir, voir É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne (...)
  • 21 Crónica, § 9.
  • 22 Ibid.
  • 23 Muqtabas, p. 96, si l’édition est bien conforme au manuscrit :’Abd Allāh b. ‘Abd al-Rahmān <b. Marwān> b. Yūnu</b> (...)

5L’acteur principal de ce sanglant épisode, ce n’est pas, me semble-t-il, Ordoño ; ni ses victimes. C’est cette muraille, qui ne les sépare pas. Étrange rempart qui n’arrête pas ceux qu’il devrait éloigner, qui ne protège pas ceux qu’il devrait préserver, mais les enferme au contraire comme dans un piège. La brèche, l’ouverture, n’est pas située à la base, comme il se devrait —la porte de la cité reste obstinément close devant les Musulmans qui tentent de s’enfuir16— mais au sommet, par où pénètre l’ennemi. Comment ne pas penser à la prise de Cordoue par Mughīth dans le récit qu’en font les Akhbār Majmū‘a?17 Les données numériques sont les mêmes : 700 hommes du côté des Musulmans, 300 ou 30 000 pour les Chrétiens. Comme Mughīth, Ordoño reste seul à cheval. Comme le roi chrétien de Cordoue, réfugié dans une église, le gouverneur musulman d’Évora, ‘Abd al-Malik b. Marwān, trouve la mort dans son oratoire18. Mughīth client des Califes, agissait pour leur compte, en leur ménageant une forteresse où leurs descendants trouveraient refuge. Ordoño « fils d’Alphonse » combat lui aussi pour le León dont il est l’héritier. Au contraire Evora obéit à un rebelle, le petit-fils d’Ibn Marwān al-Jilliqī, qui succède à son grand-père tout comme l’émir d’al-Andalus. La procession naturelle et légitime des générations pèse ici en faveur de l’ennemi. N’est-ce pas elle qui leur permet d’escalader par une pente régulière les défenses de la cité ? Les Musulmans, eux, privés de la protection de leurs pères, sont écrasés contre la muraille hostile où ils cherchent en vain le passage : la chaîne des générations a été tranchée, leur écoulement interrompu. Les cadavres s’accumulent « jusqu’à une hauteur double de la taille d’un homme »19 —fī nahwi-l-qāmatayn ou encore fī sumki qāma wa-qāmatayn— jusqu’au sommet du mur, comme les ordures au dehors. Ces deux tas symétriques de part et d’autre du rempart traduisent une exacte inversion du fil des générations : les fils guidés par les pères à l’extérieur, le fils châtié par le père à l’intérieur, comme le fut le père d’‘Abd al-Rahmān, mis à mort sur l’ordre de l’émir ‘Abd Allāh20. Mais ce même ‘Abd Allāh devait désigner le fils du supplicié pour lui succéder. Ainsi les deux amoncellements, hauts comme deux tailles d’hommes, comme deux générations l’une sur l’autre, se rejoignent autant qu’ils s’opposent pour abolir l’obstacle de la muraille, pour unir, par-dessus les pères, grands-pères et petits-fils. La conclusion de l’assaut le prouve : les quelques Musulmans survivants ont trouvé le salut dans les bâtiments les plus élevés et les plus anciens de la cité21, après avoir été trahis par la maçonnerie récente de l’enceinte. Dans les autres forteresses de l’ouest d’al-Andalus où ils ont donné l’alerte —et en particulier à Badajoz autrefois fortifié par le grand-père et prédécesseur du maître de l’heure— c’est à ce petit-fils du fondateur de la dynastie rebelle des Marwanides qu’on fait appel22 : il se nomme ‘Abd Allāh b. Muhammad b. ‘Abd al-Rahmān, tout comme l’émir omeyyade ‘Abd Allāh, grand-père et prédécesseur du prince d’al-Andalus ‘Abd al-Rahmān III b. Muhammad b. ‘Abd Allāh. Cette étrange symétrie que le hasard avait ménagé sert à merveille les intentions de l’auteur anonyme : au contraire d’al-Rāzī, qui prolonge le nom du Marwanide pour dissiper l’équivoque possible23, il se sert d’elle. La prise d’Évora, en comblant le fossé des générations, rouvre la voie d’un temps disparu. ‘Abd al-Rahmān l’Omeyyade, le Marwanide, touche à ‘Abd al-Rahmān b. Marwān al-Jilliqī le rebelle : c’est-à-dire aux origines de la révolte des provinces dont il va effacer toute trace, bien sûr ; mais aussi, et surtout, au temps des Califes dont le « Galicien » a porté le nom et le souvenir jusqu’à celui qui était digne d’en hériter. Ces vieux soulèvements dont le nouveau règne présage la fin sont comme ce pont de cadavres et d’ordures qui franchit le mur d’Évora. Leur extinction mène al-Nāsir en arrière dans le passé, en deçà des troubles qui ont agité les derniers règnes, en deçà du grand trouble, surtout, qui chassa les siens de Damas. « Marwanides » de Galice ou Banū Hafsūn, leur défaite ne délivrera pas seulement le territoire d’al-Andalus, mais toute l’Histoire omeyyade des deux siècles de silence humilié où elle s’est tenue jusque-là. Dans Évora déserte, l’obstacle est aplani, le silence rompu par l’appel aux ancêtres, ‘Abd Allāh, ‘Abd al-Rahmān, Marwān, ceux dont les noms jalonnent le cours brisé de la dynastie. Conquête, « reconquête » d’al-Andalus, saut des générations et résurgence du Califat apparaissent comme autant de thèmes liés, et qui vont nous servir de guides à travers le reste de cette chronique dont le sac d’Évora me semble donner la clé.

  • 24 Crónica, trad. p. 112, note 43.

6Thèmes particuliers à ce texte ? L’épisode que je viens d’analyser n’est-il pas littéralement recopié sur l’« Histoire » de Rāzī ? Il est fort possible en effet qu’il ait revêtu, dans la construction historique de Rāzī, un sens identique. Mais nous avons perdu l’œuvre de l’historien du Xe siècle. Même si Ibn Hayyān nous en offre de très larges extraits, nous ne savons pas ce qu’il en a omis, et surtout s’il a respecté la disposition et l’importance relative que son modèle avait donnée aux événements, ou s’il en a, au contraire, disloqué l’ordonnance. Notons que sur un point significatif au moins (le nom de l’émir de Badajoz —une note des éditeurs relève ce « détail »)24 l’Anonyme déforme le récit originel d’une touche légère mais précise. Il n’est donc pas exclu que, d’un événement frappant que Rāzī aurait « innocemment » rapporté, ou qu’il aurait chargé d’un sens différent, la Chronique ait voulu faire, en l’aménageant presque insensiblement, le cœur de sa démonstration. Ce jeu sur les signes d’un texte universellement tenu pour vrai, c’est-à-dire pour une image fidèle de la réalité du passé, illustrerait parfaitement ce « détournement » où la « littérature califale » d’Espagne est passée maîtresse. Il va de soi, cependant, que le conditionnel s’impose dans l’ignorance où nous sommes de la structure de l’Histoire de Rāzī.

  • 25 Si on décompte le mois de muharram lui-même, bien entendu.

7Chez Rāzī comme dans la Chronique Anonyme, on peut enfin relever un dernier indice : deux nombres. Cinq cavaliers autour d’Ordoño, dix survivants parmi les Musulmans. Allons jusqu’au bout du raisonnement : cinq, associé au succès d’Ordoño, devrait indiquer le passage régulier des générations, de père en fils ; dix au contraire, assigné aux défenseurs réfugiés dans les édifices les plus anciens et accolé au nom de l’émir ‘Abd Allāh, dénoterait la rupture d’une continuité et le renversement du temps. Il faut enfin rapprocher cette hypothèse d’une dernière constatation. La chronique se présente, on s’en souvient, sous la forme d’Annales du règne d’al-Nāsir, de son avènement en 300/913 jusqu’en 317/929 ; elle s’interrompt au milieu d’une liste de gouverneurs nommés, cette année-là, par le monarque triomphant, désormais Calife. Au total une cinquantaine de pages à peine, divisée en 65 paragraphes ; 65 « événements » dont la relation varie de deux ou trois lignes à quelques dizaines. La moitié environ est très précisément datée grâce à l’indication non seulement de l’année, bien sûr, mais du mois, voire du jour où ils survinrent. Or sur les 35 dates qu’on peut ainsi relever, 26 sont regroupées sur 5 seulement des douze mois de l’année musulmane : Muharram (5), Rabī‘ I (5), Rajab (5), Ramadān (5), et Dhū-l-Hijja (6). J’ai ici disposé ces cinq mois dans l’ordre chronologique de leur succession. Mais il est un autre classement, conforme celui-là aux indications numériques tirées de l’épisode d’Évora. Partant de Ramadān, mois de la mort d’al-Nāsir, Muharram est le cinquième mois25. Partant de Rabī‘I, mois de l’intronisation du jeune ‘Abd al-Rahmān, Rajab est en cinquième position et Dhū-l-Hijja à la dixième place. Deux séries donc, issues des deux extrémités de la vie du Calife et dont les événements devraient se répondre. Commençons par la seconde série (cf. tableau I page suivante).

  • 26 Crónica, § 2.
  • 27 Crónica, § 2.
  • 28 Crónica, § 26.
  • 29 Crónica, § 32.
  • 30 Crónica, § 42.
  • 31 Crónica, § 57.
  • 32 Crónica, § 58.
  • 33 Ce fils d’Ibn Hafsūn, ignoré de la plupart des autres sources, est aussi mentionné par Ibn Hayyān, (...)
  • 34 Sur les débuts d’Ibn Hafsūn, voir l’analyse de la chronique d’Ibn al-Qūtiya.
  • 35 Voir l’analyse des Akhbār et de la chronique d’Ibn al-Qūtiya.
  • 36 Crónica, respectivement § 5 et § 57.

8Mettre en relation des événements d’apparence si disparates ne sera pas chose facile. Je m’y risque en tentant d’identifier la même démarche déjà mise en lumière à propos du siège d’Évora. Dans le premier cas au moins, les trois événements, chacun pris dans l’une des colonnes, me paraissent la résumer au mieux : le serment prêté au nouvel émir (Ier Rabī‘I 300), la naissance d’al-Hakam (Ier Rajab 302) et la première khutba dite au nom du nouveau Calife al-Nāsir (Ier Dhū-l-Hijja 316). De Rabī‘à Rajab, on suit le fil des générations vers l’aval, sans solution de continuité. La naissance du fils (et prince héritier) touche à l’intronisation du père auquel les générations antérieures rendent hommage, dans l’ordre croissant : oncles d’abord —les fils de ‘Abd Allāh— puis grands-oncles —ses frères26. Notons le point de départ de cette lignée : ‘Abd al-Rahmān lui-même. De part et d’autre de l’émir, le mouvement se renverse en effet : descendant vers al-Hakam, ascendant vers les oncles et grands-oncles. La légitimité de ‘Abd al-Rahmān n’est pas héritée de ‘Abd Allāh et au-delà, de ceux qui régnèrent avant lui, sans quoi les frères du défunt eussent prêté serment avant ses fils. La continuité qui s’affirme ici, c’est le futur Calife qui l’établit en soudant les générations qui le précèdent à celle qui le suit. Habile présentation qui souligne la solidité de la chaîne dynastique tout en réservant une place d’exception à l’un de ses maillons. Démarche inverse, en revanche, de Rabī‘I à Dhū-l-Hijja : du serment consenti par les générations limitrophes, des plus proches aux plus éloignées, on passe à la revendication d’une dignité perdue ou négligée, de l’aveu même de ‘Abd al-Rahmān, depuis près de deux siècles, offerte par des ancêtres lointains dont l’émir, par-delà tous ceux qui les séparent, devient l’égal et le successeur. Paradoxalement en effet, l’éloignement et la discontinuité assurent au nouveau Calife l’héritage qu’il refusait de ses contemporains. Le texte ne le dit-il pas ? « ‘Abd al-Rahmān […] atteignit le même niveau que ses prédécesseurs et dépassa ses successeurs »27. Il faut, je crois, comprendre ici par « prédécesseurs » ceux qui, avant lui, portèrent le titre de Calife. Véritable fondateur de son lignage, après que ‘Abd Allāh a rompu en sa faveur avec la pratique constante des émirs, ‘Abd al-Rahmān, par cette trouée que son grand-père a ouverte dans le tissu des générations, peut à son tour combler l’immense vide qui maintenait le Califat hors de la portée des Omeyyades de Cordoue. De Rabi‘I à Rajab, le temps se concentre et se ferme sur la personne et le pouvoir du prince. De Rabi‘I à Dhū-l-Hijja, il s’ouvre au contraire sur le passé qu’il fait revivre… ou qu’il redresse. En voici un deuxième exemple. Le 5 Rabi‘I 305, le hàjib Badr s’empare de Carmona et y capture le gouverneur Ibn Sawāda et son fils. Ils vont rejoindre dans une prison cordouane le fils cadet du révolté, déjà détenu en otage, et que ‘Abd al-Rahmān « n’exemptera pas des fautes de son père »28. Tous trois seront exécutés un peu plus tard29. Le 3 Rajab 309, c’est l’oncle de l’émir, al-‘Asī, et son fils qui sont mis à mort30. Le Ier Dhū-l-Hijja 315, Bobastro, la forteresse des Banū Hafsūn, capitule31. L’année suivante, ‘Abd al-Rahmān se rend en personne sur les lieux et ordonne l’exhumation du corps de ‘Umar b. Hafsūn, mort en 30332 : il va côtoyer sur les croix du Rasīf de Cordoue ceux de deux de ses fils, Hakam33 et Sulayman, qui s’y trouvaient déjà. Trois révoltes donc, dont l’importance n’est certes pas comparable, et surtout 3 exécutions qui frappent père et fils. De Rabi‘I à Rajab, ‘Abd al-Rahmān tranche les liens qui l’unissent aux générations qui confinent à la sienne. Al-Hakam naissait en Rajab, les fils d’Ibn Sawāda meurent en Rabi‘I. Al-‘Asī jurait fidélité en Rabi‘ ; il mourra, avec son fils, en Rajab. Ce chiasme dit à nouveau ce que j’avais déjà relevé un peu plus haut : ‘Abd al-Rahmān est à l’intersection de toutes les générations qui le touchent, en amont comme en aval. Il les limite et il les tranche, comme la muraille d’Évora les deux amoncellements, de corps et d’ordures, à l’intérieur et à l’extérieur. L’émir n’obéit plus aux règles qui régissent d’ordinaire les rapports des plus jeunes et des plus âgés. Le choix de son grand-père l’en a affranchi : il châtie son oncle comme les fils de ses sujets rebelles. Mais, une fois encore, cette maîtrise qu’il exerce sur tous ses proches, en amont et en aval, ce vide, qu’il ménage autour de lui, l’autorisent à exhumer, avec le corps d’Ibn Hafsūn, un passé lointain et d’apparence inaccessible, dont il lui faut abolir le souvenir pour retouver la trace de ses ancêtres d’Orient. Ibn Sawāda comme Al-‘Asī entraînaient leurs enfants dans leur chute ; c’est la capitulation du dernier fils d’Ibn Hafsūn qui permet au prince d’infliger à la dépouille du vieux chef le supplice infamant de la croix. Le présent victorieux ressuscite les défaites du passé et les efface. Double évocation : la soumission du fils livre le corps du père. Mais la révolte et l’échec d’Ibn Sawāda, que l’émir capture bien vivant, suivent aussi, comme en raccourci, la même courbe que ceux des Banū Hafsūn. Comme ‘Umar b. Hafsūn, Ibn Sawāda est d’abord pris, lors d’une première rébellion, par les forces de l’émir et ramené à Cordoue d’où il s’échappe pour regagner sa forteresse34. Comme Ibn Hafsūn, il finira crucifié entre ses descendants. De Rabī‘I à Dhu-l-Hijja, nous l’avions déjà remarqué, le présent revit et saisit le disparu. Faut-il y voir une piètre explication destinée à masquer, à exorciser la peur que, pendant des décennies, le maître de Bobastro a inspiré aux Omeyyades ? Quel que soit le sort de ses restes, Ibn Hafsūn n’est-il pas mort en seigneur invaincu dans son nid d’aigle ? Sans doute ; mais on peut aussi y reconnaître la logique de la démonstration de l’auteur. L’intervalle qui s’écoule entre la mort et la crucifixion d’Ibn Hafsūn, c’est ce même vide que ‘Abd Allāh a voulu faire franchir à son petit-fils, et qu’‘Abd-al-Rahmān élargit autour de lui. Il n’a d’autre but, en retour, que de lui ouvrir le passé, en rompant le droit fil des générations, en le dégageant du présent. Avec Ibn Hafsūn, c’est déjà le règne de Muhammad qu’il rejoint. Mais bien au-delà, d’Ibn Sawāda à Ibn Hafsūn, de Carmona à Bobastro, dans la province de Rayyo, c’est le chemin de ‘Abd al-Rahmān l’Immigré qu’il parcourt, en sens inverse. Débarqué à l’est, dans les provinces d’Elvira et de Rayyo qui se rallièrent les premières, le fondateur eut bien du mal à soumettre l’Ouest du pays35. Son descendant et homonyme commence par recevoir, dès 301, la soumission de Séville ; il achève pratiquement à Bobastro sa reconquête d’al-Andalus36.

TABLEAU I

De Rabī‘I

Rajab

Dhū-l-Hijja

I
Serment prêté à l’émir.
(Ier R. 300).

I
Naissance d’al-Hakam
(Ier R. 302).

I
Première « khutba » dite au nom d'al-Nāsir (Ier D-l-H 316). Lettre aux ‘ummāl en ce sens (2 D-l-H 316).

II
Prise de Carmona par Badr (5 R. 305).

II
Exécution d’al-‘Asī, oncle de l’émir (3 R. 309).

II
Capitulation de Bobastro (I D-l-H 315).

III
Départ de ‘Abd al-Rahmān et al-Hakam pour Bobastro (début R. 315).

III
Mort de Badr (6 R. 309).

III
Retour de l’expédition de Monteleón (10 D-l-H 300).

IV
Mort d’Ahmad b. Abī ‘Abda à San Esteban de Gormaz (14 R. 305).

IV
Mort du faqīh Ibn Ziyād (Milieu R. 307).

IV
Mort d’al-‘Abbās b. Ahmad b. Abī ‘Abda devant Monroy (I D-l-H 303).

V
Victoire de ‘Abd al-Rahmān à Muez (6-10 R. 308).

V
‘Amrus de Huesca assassine son frère (R. 306).

V
Campagne de ‘Abd al-Rahmān à Belda (15 D-l-H 306).

  • 37 Crónica, § 56.
  • 38 Crónica, § 41.
  • 39 Crónica, § 4.

9Et c’est encore la figure du Conquérant qu’on entrevoit dans les trois épisodes suivants. Au début de Rabī ’I 315, ‘Abd al-Rahmān, emmenant avec lui l’héritier al-Hakam, à peine âgé de 12 ans, part une dernière fois pour Bobastro37. La forteresse se rendra quelques mois plus tard. Après avoir inspecté les opérations du siège, l’émir gagne Mālaga, sur la Méditerranée, où il assiste au lancement de quelques navires. Le 6 Rajab 309, le hājib Badr meurt38. Le 10 Dhū-l-Hijja 300, le jeune ‘Abd al-Rahmān rentrait à Cordoue de sa première expédition victorieuse —dite de « Monteleón »— dans les provinces de Rayyo et Elvira… ou plutôt comme le précise le texte « de Damas et de Qinnasrln »39. Il s’agit bien sûr des deux junds syriens établis dans ces provinces.

  • 40 ibid.

10Double inversion, de Rabī‘I à Dhū-l-Hijja : dans l’action du prince, la campagne de Bobastro en Rabī‘I 315 marque le terme de ce qu’il a entrepris avec celle de Monteleón en Dhū-l-Hijja 300. La chute prochaine des Banū Hafsūn, c’est la conclusion d’un règne, celui de l’émir ‘Abd-al-Rahmān ; le Calife al-Nāsir va paraître. C’est ce même règne qu’ouvrait le succès de Monteleón. Mais l’allusion, déjà archaïsante au début du IVe/Xe siècle, aux descendants des compagnons de Balj dénonce un second mouvement : l’affaire de Monteleón commence par l’hommage rendu au nouveau monarque par le jund de Damas40 et par le serment de Cordoue à son nouveau maître. L’attaque de Bobastro permet à l’émir de percer jusqu’à la mer, pour la première fois, et d’y faire évoluer sa flotte. Une fois de plus, c’est le débarquement de l’Immigré, puis le ralliement à sa cause des Syriens et enfin son entrée à Cordoue en ce même 10 Dhū-l-Hijja, jour du Sacrifice, qui sont ainsi rendus dans l’ordre chronologique retourné. Précisons : retourné dans le temps linéaire : ‘Abd al-Rahmān quitte Cordoue en 300 et accède à la mer en 315. L’ordre du cycle annuel respecte au contraire la marche de l’Immigré : l’émir est à Mālaga en Rabī‘I, à Cordoue en Dhū-l-Hijja, le dernier des douze mois. Preuve de la prééminence de la succession cyclique des mois sur la progression linéaire des années. Ce temps constamment réversible, rythmé par les fêtes de l’Islam, c’est celui des Califes. Celui de l’écoulement des années, c’est encore celui de l’émir, poussé vers l’aval des générations et qui travaille à soumettre ses contemporains.

11Ce passage, la mort de Badr en Rajab 309 l’illustre, non sans ambigüité. Le vieux serviteur s’éteint 3 jours seulement après l’éxécution de l’oncle de ‘Abd al-Rahmān, al-‘Asī. Proximité révélatrice : hājib, « gardien du voile » qui protège paternellement l’émir —cette même protection dont le rempart d’Elvira était dépourvu— Badr s’efface en même temps que le frère du père. De Rabī‘ à Rajab, l’émir perd l’indispensable organisateur de ses premières équipées, et gagne al-Hakam, son fils, qu’il entraîne à son tour à l’assaut de Bobastro. Continuité, ou plutôt déplacement, de part et d’autre du souverain, des générations qui le touchent. Mais surtout la disparition de Badr prend place là même où l’Histoire cesse de mettre en valeur le rôle de son très célèbre homonyme, affranchi de l’Immigré : entre Rabī‘et Dhū-l-Hijja, entre le débarquement qu’il a préparé et la prise de Cordoue où il n’est plus guère question de lui dans les chroniques de la Conquête. Dans le temps du règne de l’émir ‘Abd al-Rahmān III, il cède le pas à al-Hakam ; dans le temps primordial de l’origine, il n’a d’autre substitut que la figure de ‘Abd al-Rahmān, où l’homonymie confond le fondateur de la dynastie et le restaurateur du Califat. Exacte reprise du thème fondamental de l’ouvrage : l’affranchissement à l’égard du père —s’il est vrai que nul, plus que Badr, n’en eut les prérogatives auprès du jeune émir— autorise ‘Abd al-Rahmān à poursuivre sa quête des héros du passé de sa dynastie.

  • 41 Crónica, § 25.
  • 42 Crónica, § 21.
  • 43 Crónica, § 33.
  • 44 Crónica, § 10.

12Une route solitaire : l’Immigré lui aussi était marqué du même sceau de l’exception. Pas plus que Badr, les serviteurs fidèles n’accompagneront le Calife. Le 14 Rabī‘I 305, Ahmad b. Abī ‘Abda, le vieux général de ‘Abd Allāh trouve la mort devant San Esteban de Gormaz41. Le Ier Dhū-l-Hijja 303, son fils al-‘Abbās avait été tué au siège de Monroy, l’un des châteaux d’Ibn Hafsūn42. Au milieu de Rajab 307, le faqīh Ibn Ziyād meurt à Cordoue. C’est lui, précise le texte, qui avait prié sur la dépouille d’Ibn Waddāh43. Trois morts saintes : celle d’un homme de science, celles de deux soldats tombés au jihād, l’un à l’extérieur des frontières, face aux Chrétiens du Nord, l’autre à l’intérieur, face aux Chrétiens dissimulés que sont les partisans d’Ibn Hafsūn. Signes contradictoires : le fils succombe deux ans avant le père, et c’est un coup qu’Ibn Hafsūn pourra croire fatal à la lignée des Banū ‘Abda, ses vieux ennemis. Mais dans le temps cyclique de l’année musulmane, le père disparaît en Rabī‘I, avant le fils, tué en Dhū-l-Hijja. Cette fois c’est la durée apparente de la datation qui offre l’exemple d’un retournement du cours naturel des générations ; de Rabī‘ à Dhū-l-Hijja, la durée symbolique plaide au contraire pour la continuité. La suite confirmera la validité de cette dernière indication. La victoire d’Ibn Hafsūn sur al-‘Abbās b. Ahmad b. Abī ‘Abda est illusoire, on s’en doute. Au fils abattu se substitueront son frère ‘Īsā et son père Ahmad, élevés l’un et l’autre, la même année, à la dignité de vizirs44. La mort d’un serviteur choisi par son aïeul n’a pour effet que de rendre au jeune prince le pouvoir de désigner la lignée qui survivra. L’émir est toujours le gué obligé de toutes les routes vers l’aval, le garant d’une chaîne dont les savants donnent le meilleur exemple. De Rabī‘I à Rajab, de la mort d’Ahmad b. Abī ‘Abda à celle d’Ibn Ziyād, c’est la tranquille ordonnance des successions, de père en fils, de maître en disciple, qui est promise.

  • 45 Crónica, § 36.
  • 46 Crónica, § 29. Le fait est confirmé par ‘Udhrī (voir Fernando de la Granja, « La Marca Superior en (...)
  • 47 Crónica, § 30.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid, Sakhra ‘Awdân domine (mushrifa) la plaine de Belda.
  • 50 Ibid : Fa-tawaqqafa man kâna ‘alayhim min al-nasāra ‘ani-l-nuzūl.
  • 51 Crónica, § 36.
  • 52 Crónica, § 29 et 37.
  • 53 Crónica, respectivement § 49 et 51.

13Enfin, les trois derniers événements de cette première série. Entre le 6 et le 10 Rabī‘ I 308, ‘Abd al-Rahmān vainc les Léonais et s’empare de la forteresse de Muez45. En Rajab 306, ‘Amrūs (de la famille des Banū ‘Amrus) assassine son frère, émir de Huesca, et prend sa place46. Le 15 Dhū-l-Hijja 306 enfin, l’émir, encore accompagné de Badr, part attaquer la forteresse de Belda, dans la province de Rayyo47. Trois épisodes que rien ne lie en apparence, sinon l’effusion de sang. À Belda, l’émir victorieux fait massacrer toute la population de la ville qui s’était obstinée à refuser l’aman. Dans son propre camp, il fait égorger 170 captifs parmi les notables48. À Muez, dans la citadelle prise d’assaut, ‘Abd al-Rahmān fait décapiter 500 ennemis. A Huesca encore, le poignard donne le pouvoir. Mais il existe un autre point commun à toutes les victimes : elles sont chrétiennes ou soupçonnées de l’être. L’holocauste est religieux, même si son sens diffère, bien sûr, selon qu’il est perpétré par le frère ou ordonné par le Calife. Examinons d’abord les victoires de Muez et de Belda. Pendant la campagne de Rabī‘ 308, la première qu’il conduit en territoire chrétien, ‘Abd al-Rahmān détruit : il désole les villages, démolit les châteaux d’Osma, Castro Muros et Muez qu’il prend. Tactique commune dans la guerre d’alors, certes. L’accumulation de ces destructions n’en contraste pas moins avec l’activité inverse que l’émir déploie autour de Belda. Il y fait fortifier la Sakhrat ‘Awdān qui domine la ville et la relie à deux autres tours construites lors de précédents sièges par son grand-père. De nouveau les lieux les plus élevés49 sont assignés à la génération la plus haute. Au-dessus de la place-forte qui lui résiste, comme cette génération paternelle dont il a confisqué les droits, comme ce long intermède qui a privé sa famille du Califat, ‘Abd al-Rahmān s’allie aux plus anciens dont il achève l’ouvrage. La même clef permet d’interpréter les dévastations qu’il inflige au pays chrétien : il y ramène au contraire les défenses au niveau du sol, celui de sa génération. Balancement souvent observé déjà entre l’absolu pouvoir que l’émir exerce sur les pères et les fils, et l’aide qu’il sollicite de ses ancêtres. Mais la symétrie ne s’arrête pas là. Toute l’entreprise de Belda vise à rassembler : les générations, nous venons de le voir, mais aussi les Musulmans. Ceux de Belda, repentis, abandonnent dans le bourg assiégé les Chrétiens qui resteront jusqu’au bout fidèles à Ibn Hafsūn50, et s’installent dans le camp des assiégeants. À Muez au contraire, l’ennemi se divise. Ordoño de Galice et Sancho de Navarre qui avaient uni leurs forces sont dispersés par la défaite51. En revanche, les Chrétiens capturés à Belda sont mis à mort « dans les cours mêmes de leurs maisons », ou dans l’enceinte du camp royal, espaces clos que l’union des générations, des croyants, a fermés comme des pièges ; tandis qu’en pays ennemi l’émir met à nu, rase les remparts, dissout l’unité des Chrétiens, en séparant les générations. De Rabī‘I à Dhū-l-Hijja le temps remonte, bien sûr, mais il se ressoude et se referme aussi. De Rabī‘I à Rajab, il se défait. La division des Chrétiens, née de la déroute de Muez, se retrouve à Huesca comme chez les Banū Hafsūn. Pour mieux souligner ces dissensions, deux meurtres encadrent le récit de la campagne de Muez : celui du seigneur de Huesca par ‘Amrūs, et celui de Ja‘far b. Hafsūn à l’instigation de son frère Sulayman52. Dans toutes les familles chrétiennes, les fils se querellent et le pouvoir semble stagner, de frère en frère, comme si les lignées s’épuisaient. Ordoño meurt en 312, son frère et successeur Fruela en 31353, et c’est leur frère Rudmir qui hérite de la couronne. Après ‘Umar b. Hafsūn, trois de ses fils, Ja‘far, Sulayman et Hafs régneront sur Bobastro, jusqu’à l’extinction de leur race. Le prince qui ruine ainsi l’ennemi en condamnant son avenir, qui regroupe au contraire les Musulmans autour d’un pouvoir légitimé par ses ancêtres, n’est-il pas déjà Calife ? Un Califat dont les signes s’accusent dans la seconde série de dates, celles des mois de Ramadān et Muharram. Le tableau II en donne le détail.

TABLEAU II

Ramadān

Muharram

I
18 R. 304: Badr prend Niebla.

I
Début M. 301: Mort de Jahwar b. ‘Abd al-Malik (destitué au profit d’Ahmad b. Abī ‘Abda).

II
7 R. 300. Départ de l’émir pour la campagne de Monteleón.

II
M. 303: Retour d’Abān, oncle de l’émir, d'une expédition victorieuse.

III
2 R. 350: Mort du Calife al-Nāsir.

III
13/14 M. 301: Prise d’Évora.

IV
R. 313: Mort de Thābit al-‘Awfi à Saragosse.

IV
M. 311: Campane de Jete/Bobastro.

V
Milieu R. 316: Fondation de la Monnaie.

V
Début M. 301: Mort d’Ibn Hajjāj.

  • 54 Crónica, respectivement § 19 et 10. La version du Muqtabas diffère ici sensiblement de celle de la (...)
  • 55 Crónica, § 46.
  • 56 Crónica, § 50.

14C’est par la troisième ligne qu’il faut en commencer la lecture. La mort du Calife (2 Ramadan 350) y côtoie l’assaut d’Évora (13-14 Muharram 301). La mise en rapport du désastre dont j’ai fait la clé de toute l’analyse, et de la mort du souverain-héros de cette chronique, n’est pas seulement logique. Elle laisse entrevoir la parenté des événements de Muharram et de ceux de Ramadān. Évora c’est le signe d’une absence : celle de la génération du père entre ‘Abd Allāh et son petit-fils, et plus généralement entre la défaite des Omeyyades d’Orient et le règne de ‘Abd al-Rahmān. Ramadān, c’est à la fois le passé et sa résurrection : en l’occurence le Califat, au début et à la fin de l’histoire omeyyade. De même Abān, le frère du père, signale un vide tandis que le départ du jeune ‘Abd al-Rahmān pour sa première campagne et son retour triomphal à Cordoue illustrent le début et la fin de sa reconquête d’al-Andalus. La mort de Jahwar b. ‘Abd al-Malik, le serviteur destitué, place un silence entre son propre vizirat et celui de son fils54, tandis que Badr, le fidèle hājib, trace un trait d’union avec son célèbre homonyme, artisan des premiers succès de l’Immigré et témoin de la fin des Omeyyades d’Orient. En résumé, l’occultation en Muharram, le début et la fin, également glorieuses, en Ramadān. Dans tous les cas, le saint mois du jeûne, on l’aura remarqué, ramène à Cordoue. Badr y ramène un rebelle, la campagne de Monteleón la maîtrise des provinces jusque là abandonnées à Ibn Hafsūn, al-Nāsir le Califat tombé dans l’oubli. Deux autres exemples encore : en Muharram 311, ‘Abd al-Rahmān tente d’enlever Bobastro par trahison. Prévenu, Sulayman b. Hafsūn fait décimer ses proches. Les conjurés avaient pour chef l’évêque de la ville, un certain Maximus —le personnage n’apparaît, semble-t-il, ni chez Ibn Hayyan, ni chez ‘Ārib55. En Ramadān 313 meurt à Saragosse le traditionniste Thābit b. al-‘Awfi56. Il avait fait le voyage d’Orient, fait encore assez rare au IIIe/IXe siècle pour être mentionné. Dans son propre réduit, le prince « chrétien » Sulayman se sépare du chef de sa religion. La vie du savant musulman illustre au contraire le parcours de l’Islam —et des Omeyyades— de son centre oriental à sa frontière occidentale —la Marche Supérieure d’al-Andalus— ainsi réunis. Le regain chrétien du IXe siècle n’était donc qu’un intermède.

  • 57 Crónica, § 60.
  • 58 Crónica, § 5.
  • 59 Voir par exemple note 8.
  • 60 Sur la réforme monétaire de ‘Abd al-Mālik et le rôle qu’y joua al-Hajjāj, voir EI, art. « Hadjdjadj(...)

15Au milieu de Ramadān 316 enfin al-Nāsir achève de se donner les attributs du Califat en fondant la monnaie de Cordoue57. Au début de Muharram 301, Ibn Hajjāj, gouverneur rebelle de Séville, s’éteignait invaincu dans sa ville58. Là aussi Muharram manifeste l’intervalle de l’impuissance omeyyade, Ramadān rétablit la dynastie dans sa dignité. Le lien précis entre ces deux événements ? Il est aussi insignifiant pour nous que sensible pour le chroniqueur anonyme, comme pour beaucoup en son temps, nous en avons déjà eu la preuve59. Quand le Calife ‘Abd al-Malik, ancêtre d’al-Nāsir résolut de créer la première monnaie musulmane, il confia, selon la tradition, l’exécution du projet à son plus fidèle serviteur : al-Hajjāj, bien sûr, homonyme du Sévillan60

16Ce rapprochement brutal, largement intuitif, achève de confirmer une interprétation qui a l’avantage d’embrasser l’ensemble de la chronique. Partout en effet, la même image se dégage : celle d’une continuité, brisée chez l’ennemi, établie vers l’aval de la lignée califale, restaurée surtout vers l’amont par un pont qui enjambe la faille des générations dépossédées. Ce dérèglement de la nature du temps, qui éloigne les proches et rappelle les générations d’autrefois, est le premier des signes de l’élection divine : comme le miracle qui désigne les prophètes —Ibn Hazm, on le verra, y insiste longuement —l’Histoire omeyyade rompt l’évidence quotidienne, les règles communes. Mais il en est un second qui fait l’originalité de cette chronique : cette fracture est réduite dans le temps circulaire des mois musulmans. La réalité des luttes quotidiennes s’y traduit en durées rituelles. L’Histoire des Omeyyades y rejoint l’ordre voulu par l’Islam. Et surtout, dans ce temps clos, on chercherait en vain l’origine et la fin. Ou plutôt chaque cycle annuel y rend sens et vigueur à l’une et à l’autre, à la mort et au triomphe fraternellement conciliés, pieusement acceptés. C’est cette ronde pleine de toute la mémoire du passé que privilégie l’historiographie des Annales que nous allons maintenant approcher. C’est elle qui charge le Califat de son poids religieux et lui donne le repos qui lui sied.

Notes

1 Voir l’introduction, rédigée par les deux éditeurs, de Una crónica anónima de ‘Abd al-Rahmān III al-Nāsir (= Crónica), V, p. 16-22.

2 Les événements relatés dans la « Chronique » correspondent au tome V du Muqtabas annees 912-942 — édité par Pedro Chalmeta, Federico Corriente et Muhammad Subh Madrid-Rabat, 1979, et traduit en castillan par Federico Corriente et María Jesús Vieuera Saragosse, 1981.

3 C’est l’avis de E. García Gómez et de É. Lévi-Provençal dans l’introduction citée plus r haut, p. 22.

4 Ibid.

5 Crónica, § 59, année 316 H.

6 Ibid. : « <Dieu> nous a manifesté sa préférence, suspendu à nous l’espoir de l’univers, ramené à nous les égarés, et les a réjouis de se voir à l’ombre de notre gouvernement ».

7 ‘Abd al-Rahmān, on l’a souvent remarqué, reprend le titre califal l’année qui suit la capitulation de Bobastro, à laquelle la lettre fait une claire allusion en mentionnant les égarés soumis.

8 Crónica, § 3. Les noms ne sont nullement indifférents, faut-il le rappeler : au paragraphe précédent le hājib Badr reçoit le premier serment de fidélité d’un gouverneur de province : celui du ‘āmil de Martos, Sā‘id b. al-Salīm. Il en tire bon augure parce que ce nom commence par « bonheur » — sa‘āda — et se termine par « santé » — salāma — (§ 2).

9 Voir le chapitre consacré à l’Histoire des Juges d’al-Khushanī.

10 Le prince, avant même son avènement, résidait à l’Alcazar avec son grand-père, au contraire des propres fils de l’émir. ‘Abd Allāh lui aurait même confié avant de mourir son anneau (Crónica, § 2). Cette insistance en elle-même révèle l’anomalie de cette succession.

11 Voir note 1 de la traduction du Muqtabas V, p. 13.

12 Voir p. 87-88 et 96-97.

13 « Qāla al-Rāzī », Muqtabas V, éd. p. 93, trad. p. 81.

14 Crónica, § 9.

15 Par malchance, cependant, la phrase qui rapportait ce détail est tronquée dans le manuscrit unique du Muqtabas dont nous disposons et les éditeurs l’ont rétablie… grâce au texte de la Crónica (Muqtabas V, éd. p. 94 et note 5).

16 Pressés par les Chrétiens contre l’enceinte, ils n’y ont pas trouvé d’issue, de brèche : manfadhan (Muqtabas V, éd. p. 95).

17 Voir p. 57-59.

18 « Wa-stushhida fī-l-waqī‘a Marwān b. ‘Abd al-Mālik ‘āmil Yābura […] qutila fī masjidihi (Muqtabas V, éd. p. 95).

19 Selon les versions respectives de la Crónica et de Rāzī-Ibn Hayyān.

20 Sur l’épisode célèbre de la mort du père d’al-Nāsir, voir É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, I, p. 334.

21 Crónica, § 9.

22 Ibid.

23 Muqtabas, p. 96, si l’édition est bien conforme au manuscrit :’Abd Allāh b. ‘Abd al-Rahmān <b. Marwān> b. Yūnus. La note 3 souligne ici encore une correction du texte originel.

24 Crónica, trad. p. 112, note 43.

25 Si on décompte le mois de muharram lui-même, bien entendu.

26 Crónica, § 2.

27 Crónica, § 2.

28 Crónica, § 26.

29 Crónica, § 32.

30 Crónica, § 42.

31 Crónica, § 57.

32 Crónica, § 58.

33 Ce fils d’Ibn Hafsūn, ignoré de la plupart des autres sources, est aussi mentionné par Ibn Hayyān, Muqtabas V, éd. p. 217, trad. p. 166.

34 Sur les débuts d’Ibn Hafsūn, voir l’analyse de la chronique d’Ibn al-Qūtiya.

35 Voir l’analyse des Akhbār et de la chronique d’Ibn al-Qūtiya.

36 Crónica, respectivement § 5 et § 57.

37 Crónica, § 56.

38 Crónica, § 41.

39 Crónica, § 4.

40 ibid.

41 Crónica, § 25.

42 Crónica, § 21.

43 Crónica, § 33.

44 Crónica, § 10.

45 Crónica, § 36.

46 Crónica, § 29. Le fait est confirmé par ‘Udhrī (voir Fernando de la Granja, « La Marca Superior en la obra de al-‘Udhrī », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, VIII, Saragosse, 1967, p. 522).

47 Crónica, § 30.

48 Ibid.

49 Ibid, Sakhra ‘Awdân domine (mushrifa) la plaine de Belda.

50 Ibid : Fa-tawaqqafa man kâna ‘alayhim min al-nasāra ‘ani-l-nuzūl.

51 Crónica, § 36.

52 Crónica, § 29 et 37.

53 Crónica, respectivement § 49 et 51.

54 Crónica, respectivement § 19 et 10. La version du Muqtabas diffère ici sensiblement de celle de la Crónica. Jahwar b. ‘Abd al-Mālik y est destitué en rabī ‘I 301, et ne meurt qu’en muharram 312. Son fils ‘Abd al-Mālik est nommé vizir en shawwāl 302, destitué en shawwāl de l’année suivante (et non nommé en shawwāl 303 comme ici).

55 Crónica, § 46.

56 Crónica, § 50.

57 Crónica, § 60.

58 Crónica, § 5.

59 Voir par exemple note 8.

60 Sur la réforme monétaire de ‘Abd al-Mālik et le rôle qu’y joua al-Hajjāj, voir EI, art. « Hadjdjadj ».

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540