Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'idéologie omeyyade

 | 
Gabriel Martínez-Gros

Première partie. Le xe siècle : nouer les fils de l'histoire

Chapitre ii

Les itinéraires de la conquête : Arabes et affranchis

Volltext

  • 1 Voir la préface, datée de novembre 1926, que Julián Ribera écrivit à la traduction et à l’édition d (...)
  • 2 Publiée à Madrid en 1867 par Emilio Lafuente y Alcántara.
  • 3 Claudio Sánchez-Albornoz, Fecha de la compilación de los Ajbār maymū‘a. Cuestiones historiográficas (...)

1Deux chroniques de la Conquête furent écrites, semble-t-il, à l’époque califale : la première par le célèbre grammairien Ibn al-Qūtiya (le fils de Gothe) ou plutôt, comme le précise Ribera dans la préface de sa traduction, par un de ses disciples, à partir des notes éparses qu’il avait recueillies dans les cours du maître1. Ibn al-Qūtiya mourut en 970 et, selon toute probabilité, la chronique qui porte son nom fut rédigée avant l’an 1000. Le second ouvrage, les Akhbār majmū‘a2 (« Traditions rassemblées ») est anonyme. Pour cette raison même, la plus grande incertitude règne sur ses origines. Dans un livre qui ne manqua pas, comme toutes ses tentatives d’aborder l’Histoire de l’Espagne musulmane, de provoquer une vive polémique, C. Sánchez-Albornoz la datait de la fin du XIe siècle3. Son principal argument reposait sur une seule phrase, frappante à vrai dire, et que Ribera avait déjà relevée.

  • 4 Akhbār Majmū‘a, éd. p. 23, trad. p. 34. Voir l’explication qu’en donne Ribera dans la préface déjà (...)

[le calife Omar b. ‘Abd al-‘Azīz] avait dans l’idée de faire sortir les Musulmans [d’Espagne], parce qu’ils y étaient trop isolés des autres [Musulmans] ; plût à Dieu qu’il lui eût donné assez de vie pour exécuter son dessein ; car si Dieu ne prend pas pitié [des Musulmans d’al-Andalus], ils connaîtront bientôt une fin lamentable4.

  • 5 Évariste Lévi-Provençal, El, art. « Akhbār majmu‘a ».

2Pour Sánchez-Albornoz, comme pour Dozy avant lui, seuls les premiers épisodes de la Reconquête chrétienne, dans le troisième tiers du XIe siècle, pouvaient justifier ce pessimisme. Tout en rejetant la thèse du chercheur espagnol, Lévi-Provençal en avançait, sans beaucoup l’expliquer, une autre : ces traditions n’auraient été rassemblées qu’au XIIIe siècle, par un auteur aussi tardif que médiocre5. Laissons de côté le jugement de valeur. Pour le reste, l’analyse la plus détaillée et la plus sérieuse du problème que pose la date de la composition des Akhbār reste encore celle de J. Ribera, vieille d’un demi-siècle. Non seulement il y réfute, par avance, l’opinion de Sánchez-Albornoz, mais il entend démontrer, avec une intelligence minutieuse, que l’œuvre est antérieure à l’an 1000 et que son —ou ses— auteur/s, loin de compiler des matériaux hétéroclites et bizarres tirés du bric-à-brac d’un passé relégué au grenier, ont un projet, une conception à proposer et à défendre. De tous les indices qu’il en relève, le plus simple et le plus impressionnant consistait en effet à publier côte à côte les Akhbār et la chronique d’Ibn al-Qūtiya. Si différentes soient-elles, de ton et d’intention, les deux œuvres sont sœurs. Elles content la même histoire en la semant parfois des mêmes anecdotes. Les infléchissements divergents qu’elles lui font subir gauchissent une même « réalité » historique —entendons une même tradition— comme aujourd’hui deux analystes de signe politique contraire appuient leurs conclusions opposées sur les mêmes « incontestables » statistiques. Ce que j’aimerais mettre en valeur c’est d’abord ce fonds commun aux deux chroniques ; ce sont ces « faits », môles solides de l’Histoire andalouse, dès le Xe siècle puisqu’Ibn al-Qūtiya déjà les cite, et que les historiens de notre temps ont repris dans le langage et les schémas de pensée qui sont les nôtres.

  • 6 Voir Emilio García Gómez Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II por ‘Īsā b. Ahmad al-Rā (...)
  • 7 Pedro Chalmeta, « Una historia discontinua e intemporal : el ‘jabar’ », Hispania, 33, 1973.
  • 8 Ibid.

3On l’a peut-être trop peu souligné jusqu’ici : ces données fondamentales sont peu nombreuses et, comme toujours l’essentiel, brièvement exprimées. Aucune de ces chroniques, qui couvrent deux siècles de présence arabe en Espagne ne dépasse une centaine de pages. Moins que n’en consacre ‘Īsā b. Ahmad al-Rāzī à quatre années —ni plus ni moins marquantes que d’autres— du règne d’al-Hakam II6. De toute évidence, nos textes ne relèvent pas de la forme-reine de l’historiographie musulmane : celle des Annales. Forme royale aussi qui ne s’imposera en Espagne qu’avec le Califat. Mais elles ne répondent pas beaucoup mieux à l’excellente définition que donne P. Chalmeta du genre des Akhbār7. Transcrivent-elles une tradition orale ? On peut le penser. C’est en tous cas ce qu’on a voulu donner à penser au lecteur. Les Annales résument une documentation écrite, les actes d’une chancellerie, la vie d’une administration monarchique. Tout ce dont, à tort ou à raison, les Arabes plaçaient l’origine en Perse. Le khabar au contraire, récit de vive voix, ressuscite l’Arabie d’avant l’Islam8. La pauvreté —sans doute très réelle— des archives de la Conquête et de l’émirat andalou est ainsi retournée au profit des Omeyyades. Le ton volontiers archaïque, l’absence de références à des auteurs antérieurs, que notait déjà Lévi-Provençal, la discontinuité temporelle du récit jouent à renforcer l’impression d’Akhbār, et réaffirment dès l’abord le passé arabe de la dynastie andalouse. Mais il ne faut pas s’y tromper. L’Histoire ainsi reconstruite ne présente en fait ni « discontinuité » ni « intemporalité ». Le fil directeur, la succession sans faille des générations, y est fortement souligné. Ni ta’rīkh annalistique, ni khabār indifférent à la datation, ces chroniques me paraissent plutôt jeter un pont sur l’espace et le temps, entre la Syrie et l’Espagne, entre les Califes omeyyades d’Orient et ceux d’Occident. Du ta’rikh elles retiennent les liens, jamais rompus, du sang des Califes légitimes, de Marwān b. al-Hakam au troisième ‘Abd al-Rahmān, père d’un autre al-Hakam ; le khabar, geste héroïque qui flotte dans le temps incertain de l’Antéislam, rappel d’un monde disparu, leur permet d’associer l’intermède émiral, dépossédé du temps hégirien dont les Abbassides, en Orient, ont gardé la maîtrise, à la noblesse des Quraysh qu’Abu Ja‘far al-Mansūr reconnaîtra dans les hauts faits d’Abd al-Rahmān l’Immigré. Un pont sur le temps perdu : la destinée des Omeyyades épouse ainsi celle des Arabes, voire celle d’autres peuples dont l’Histoire dort sous les ruines. Les Omeyyades, comme leurs mythiques ancêtres bédouins, semblent faits pour retrouver les traces et rendre la vie, pour ramener tout le passé autour de leur trône. Car c’est là, bien sûr, l’aboutissement de cet enchevêtrement de péripéties que je vais tenter de décrire : le Califat, la souveraineté souvent cachée sous les apparences, jamais douteuse pour qui sait lire les signes, d’un clan élu de Dieu.

La conquête selon Akhbār Majmū‘a

Chrétiens et affranchis

  • 9 Akhbār, éd. p. 3, trad. p. 17-18.
  • 10 Id , éd. p. 6, trad. p. 20.
  • 11 Id., éd. p. 10, trad. p. 23.
  • 12 Id., éd. p. 3-4 et 6, trad. p. 18 et 21.
  • 13 Ibid, sur le rôle de Julien dans la stratégie de la conquête.
  • 14 Akhbār, éd. p. 51, trad. p. 59.

4Une conquête sans Arabes ou presque. C’est le premier paradoxe de l’Histoire musulmane de l’Espagne. À la tête de l’expédition, Mūsā b. Nusayr, petit-fils d’un des premiers prisonniers persans des armées arabes9 ; son affranchi Tāriq b. Ziyàd, Perse de Hamadan10 ; et Mughīth al-Rūmī, client du Calife al-Wālid, d’origine chrétienne comme son nom l’indique11. Leurs troupes ? Des Berbères et des convertis12. Leurs guides ? Des Chrétiens du pays13. D’emblée, l’Espagne est donnée comme une conquête seconde, celle de la seconde génération de l’Islam, celle de la seconde vague des Croyants, ces mêmes mawālī que la Révolution abbasside allait porter au pouvoir en Orient. Étrange début pour une œuvre qui prétend, sans aucun doute, faire l’apologie des Omeyyades et des Arabes. Aussi ne faut-il pas y voir un éloge de la shu‘ūbīya. Ces « clients » omeyyades font aussi de l’Espagne, avant même qu’Abd al-Rahmān n’y ait posé le pied, une conquête familiale, en marge du trésor commun des Musulmans ; un jardin secret, écarté, où les Califes d’Orient préparent les terribles lendemains de l’« Événement », comme le nomme à mi-voix le grand-oncle d’ ‘Abd al-Rahmān14 : la défaite et l’extermination de 750.

  • 15 Id., éd. p. 4, trad. p. 18.
  • 16 Ibid.

5Cette sourde préoccupation apparaît déjà chez ‘Abd al-Mālik, à peine maîtrisées les révoltes d’Ibn al-Zubayr et des Kharijites de Perse. Il désigne Mūsā pour achever en Occident l’œuvre interrompue par la défaite et la mort de‘Uqba en 683, à l’heure même où éclatait la seconde guerre civile de l’Islam. Pression des circonstances ou prescience, Mūsā ne lève aucun soldat du jund ; seulement des volontaires, en Syrie, en Égypte et en Ifriqlya. Poussant à travers toute l’Afrique du Nord, qu’il conquiert jusqu’à ses extrémités occidentales, Mūsā s’empare de Tanger dont il fait le « second kairouan »15 (la seconde « place d’armes » au sens originel du mot) des Musulmans en Afrique. Dans l’espace comme dans le temps de la conquête, deux régions du Maghreb, l’Orientale et l’Occidentale, sont ainsi définies. Mūsā n’ira pas au-delà. Si proche de Tanger pourtant, Ceuta résiste à tous ses assauts. Elle est gouvernée par le comte Julien, au nom du roi wisigoth. Ouverte sur la mer, d’où lui viennent les secours qui empêchent Mūsā d’y entrer, fermée au Maghreb, elle appartient déjà à l’Espagne16. Du moins l’affranchi peut-il annoncer au Calife son maître que l’Empire s’étend désormais jusqu’à la fin des terres.

  • 17 Id., éd. p. 5 : « wasafa lahu al-Andalús wa-da‘āhu ilayhā ». Mūsā à son tour écrit au calife pour l (...)
  • 18 Akhbār, éd. p. 6 : « fa-kataba ilayhi annahu laysa bi-bahr, wa-innamā huwa khalīj yasifu sifā ma kh (...)
  • 19 Ibid.

6La conquête de l’Espagne part du cœur du royaume et d’un double dérèglement : la mort de Witiza et l’usurpation de Rodrigue d’une part, le viol de la fille du comte Julien par Rodrigue devenu roi d’autre part. Deux injustices commises envers les enfants des Grands ; ou deux faces d’une même injure faite aux pères. Witiza est mort, mais Julien survit. En se soumettant à Mūsā, en lui décrivant17 l’Espagne, il en fait l’héritier légitime du roi défunt. Mais cette souveraineté qu’il tient des Goths, Mūsā ne pourra pas l’assumer. En fidèle client il informe le Calife, qui lui interdit de franchir la mer. « Mais ce n’est pas une mer », insiste Musa, « un simple golfe (khalīj) qui laisse deviner le pays qui est au-delà »18. Nouveau refus. Le Calife exige l’envoi d’éclaireurs (sarāyā) dont le nom sonne bien proche de Suryān (les Syriens)19. Les trois moments de la conquête andalouse seraient ainsi donnés, avec les trois instances de ce jeu de souveraineté. Au bord du détroit que son regard maîtrise mais qu’il ne franchit pas, Mūsā, seigneur de Tanger et du Maghreb extrême, tel un nouveau Moïse devant la Terre Promise. Derrière lui, les Califes qu’il sert et dont la lignée prendra plus tard possession du nouveau monde. Devant lui, les avant-gardes (syriennes ?) qui les précèdent et qui préfigurent déjà l’épopée des Syriens de Balj, la seconde conquête d’al-Andalus comme nous le verrons plus loin.

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

7Trois débarquements rappellent ces trois temps. Les éclaireurs d’abord, qui se limitent à reconnaître l’île la plus proche de la rive espagnole —Jazīrat Tarīf (Tarifa)— du nom du commandant de cette première expédition de 400 hommes. Ils ne s’y établissent pas. Ce raid appartient encore à la mer, que contrôle Mūsā. Tarif est son affranchi dévoué : il lui remet les prisonniers qu’il a fait en grand nombre20. Après lui vient Tāriq. Son nom révèle déjà son rôle : celui qui ouvre la voie. Lui aussi est un client de Mūsā. Les conditions de sa traversée confirment cette subordination : 4 navires seulement — Mūsā, maître des rivages, ne lui accorde pas plus qu’à Tarif. L’armée des conquérants est ainsi paradoxalement divisée. Divisée par la pénurie de navires qui l’oblige à passer le détroit par petits groupes avant de se rassembler « sur une forte montagne » —Gibraltar21 ; divisée par sa composition ethnique et sociale— Arabes, mawālī, Berbères ; divisée par l’arrivée des renforts sollicités de Mūsā, et qui annoncent déjà le troisième débarquement, celui du commandant en chef. Eux franchissent d’un seul coup la mer grâce aux navires que le fondateur de Tanger a fait construire22. Divisée enfin, immédiatement après sa victoire sur les forces de Rodrigue et la prise d’Écija, sur les conseils de Julien, l’indispensable allié de Mūsā. Mughīth, avec 700 hommes, est dirigé sur Cordoue ; d’autres détachements vont occuper Rayyo, Elvira, Tudmir, pendant que le gros de l’armée, sous le commandement de Tāriq, poursuit vers Tolède. Le camp chrétien est à l’image de celui des vainqueurs. Aux trois pôles de la conquête arabe que j’ai cru pouvoir discerner (le Calife, Mūsā, et Tāriq l’éclaireur) correspondent les trois divisions du royaume chrétien : les fils de Witiza, qui trahissent sur le champ de bataille, Julien, gouverneur de Ceuta et qui partage avec Mūsā la souveraineté sur le détroit, et Rodrigue, l’adversaire de Tāriq. De part et d’autre, la race royale, les gardiens du passage, et les généraux-usurpateurs qui se livrent combat. Lignées séparées dont il nous faut suivre maintenant les temps de latence et de résurgence à travers l’ensemble de l’œuvre :

  • 23 Ibid.
  • 24 Akhbār, éd. p. 9, trad. p. 22-23.
  • 25 Id., éd. p. 19, trad, p. 30.

8— Tāriq et Rodrigue : deux usurpateurs et un même but : Tolède, la vieille capitale royale. But plutôt que séjour. Au moment où les « Arabes » débarquent, Rodrigue n’est pas dans son palais —ou plutôt dans ce palais dont il a violé les lois en même temps que la fille de Julien— mais à Pampelune, sur ce qui deviendra la frontière (thaghr) d’al-Andalus. Il y réprime une rébellion des Vascons23. Informé de l’invasion musulmane, il en comprend, au contraire des fils de Witiza, toute la gravité. Il sait, lui, jusqu’où peut aller l’usurpation dont il a le premier donné l’exemple. L’Espagne sera à qui la forcera, par la guerre. À la tête d’une immense armée (100.000 hommes) venue du Nord, il s’avance jusqu’à Algésiras. Plus aucune armée de la frontière n’ira aussi loin vers le Sud. L’échec de Rodrigue prouve qu’il a encore excédé les bornes de son pouvoir. Vaincu, il disparaît en abandonnant au vainqueur tous les insignes de la monarchie : son cheval blanc —cette couleur, celle des Omeyyades, sera associée à la souveraineté tout au long du récit— sa selle d’or, son manteau brodé d’or et, prisonnière de la boue où sa monture a glissé, une botte, ou une trace de botte (khaffa)24. Si brillante que soit la victoire du Guadalete, puis celle d’Écija, le succès de Tāriq reste donc incomplet. Le corps du roi vaincu lui est dérobé. Il ne s’empare d’aucune ville importante —de Tolède, sans doute, mais le récit n’en fait pas état, comme pour le priver de ce privilège encore royal. À vrai dire, Tāriq disparaît presque en même temps que Rodrigue sa victime. On le retrouve certes devant Tolède, au moment où il y reçoit Mūsā. Mais le personnage du chef de guerre victorieux s’est alors effacé pour laisser la place, de nouveau, à celui de l’affranchi soumis. Tolède, encore au centre de presque tous les itinéraires d’Espagne —nous verrons dans un instant l’exception— appartient à Mūsā. Tāriq reçoit sans broncher le coup de fouet ou de cravache que son patron lui porte sur la tête25. Mais cette image du conquérant au pied du cheval de son protecteur ne rétablit pas seulement l’ordre social un moment troublé par les victoires inattendues, insolentes, de l’affranchi. Elle résume aussi l’un des rôles de cette Histoire. Tāriq est un homme à pied : c’est la botte, ou la trace de la botte, de Rodrigue qu’il a recueillie dans la boue du Guadalete ; c’est le pied de la table de Salomon (rijl : la jambe) qu’il soustrait à la convoitise de Mūsā en lui remettant le fabuleux butin. Fantassin victorieux : les batailles décisives, en Espagne comme dans l’Afrique extrême seront gagnées par ceux qui auront su abandonner leurs chevaux, brûler leurs vaisseaux et renoncer d’avance à la fuite pour n’envisager qu’une seule alternative : la victoire ou l’extermination.

  • 26 Id., éd. p. 10, trad, p. 23.
  • 27 Id., éd. p. 11, trad. p. 24.
  • 28 Ibid

9— Mughīth et le roi de Cordoue : les cavaliers, les voici. Ils portent la marque royale. Mughīth est en effet l’affranchi d’al-Wahd, le Calife qui règne à Damas cependant qu’il conquiert Cordoue. Après Écija, Tariq le lance, à la tête de 700 cavaliers —grâce aux prises faites à l’ennemi, « il n’était plus resté de Musulman sans cheval »26— vers la ville dont les Omeyyades feront le centre de leur royaume. Venant du Sud, Mughīth fait halte dans un bois, à Secunda, dans la boucle de la rive gauche du Guadalquivir, en face de Cordoue, située de l’autre côté du fleuve. Un berger capturé lui décrit une brèche dans l’enceinte, au-dessus de la porte qu’on nommera plus tard « du pont ». Le pont, en effet, n’existe plus ou pas encore. Lieutenant des Califes, Mughīth ne peut toutefois prétendre conquérir au grand jour. C’est de nuit, sous la pluie, qu’il franchit le gué du fleuve. Le voici au pied des murs. Il cherche la brèche. En vain. On fait appel au berger qui la montre. Elle est trop haute ou plutôt ne s’abaisse pas jusqu’à la base (musta’sila : l’origine)27 du rempart. Heureusement, un figuier (tīn) permet à quelques Musulmans de l’atteindre. Mughīth lance alors son turban dont la pointe est attachée aux créneaux. D’autres assaillants se hissent au sommet grâce à cette corde improvisée. La porte est prise, les verrous brisés de l’intérieur. Mughīth remonte à cheval —le texte prend soin de le préciser— et galope avec ses troupes jusqu’au palais du gouverneur qu’il occupe. Le Chrétien, averti de l’irruption des Musulmans, s’est en effet réfugié à l’Ouest de la ville, au-delà de la porte de Séville, dans une église28.

  • 29 Id éd. p. 84-85, trad. p. 82-83. Serment sous les oliviers dont on peut faire remonter l’origine ju (...)

10Arrêtons-nous un instant sur ces premiers détails : le bois de cèdres, le figuier d’abord. L’arbre est rare dans le récit. Je n’y vois qu’une seule autre référence : les oliviers sous lesquels ‘Abd al-Rahmān Ier recevra, quelques jours avant de rejoindre l’itinéraire que Mughīth avait tracé, le serment d’allégeance de ses fidèles29. Ce qui peut nous mettre sur la voie : là aussi, on cherchera des hampes de bois ou des lances pour y fixer l’étendard du prétendant. Le turban de Mughīth semble ici en faire office, en indiquant la faille par où pénétrer dans la ville. Mais le figuier (tīn) renforce la référence royale. C’est dans la boue (tīn) que Rodrigue vaincu avait laissé son empreinte. Mughīth au pied de Cordoue retrouve la trace royale perdue dans les marais du Guadalete et que Tariq a vainement poursuivie jusqu’à Tolède. La brèche enfin (thaghra) ; Mughīth l’emprunte, dans tous les sens du terme : il ne la creuse pas, il ne la voit même pas. Un pasteur doit la lui montrer du doigt (dalla). Non pas un Chrétien rallié, un partisan de Julien, mais un homme des bois, surpris près du campement. La prise de Cordoue ne doit rien à Mūsā, ni à Tāriq. Si la brèche a pu rester si longtemps dissimulée, c’est qu’elle ne va pas « jusqu’à l’origine » de la muraille. En effet celui qui prend la ville n’en est pas le maître. Non parce que Mughīth n’est que le second ou le troisième dans l’expédition musulmane, mais parce que la racine qui le nourrit, le patronage omeyyade, est encore en Orient. De toute la conquête, Cordoue est ainsi la seule cité dont les Musulmans s’emparent par leurs propres armes, sans le secours de leurs traditionnels guides chrétiens. Cette forteresse à la brèche (thaghra) en devient une « frontière » (thaghr) dont il faut garder ou renforcer les abords, le bastion occidental de cette dynastie des « frontières » byzantines que sont les Omeyyades de Syrie.

  • 30 Id., éd. p. 12-13, trad. p. 25-26.
  • 31 Id., éd. p. 5 : « a‘jabathu ibnatu Yulyān fa-wathaba ‘alayhā ».
  • 32 Id., éd. p. 14, trad. p. 27.
  • 33 La conquête nomme les sites et les itinéraires qu’elle ouvre dans cette terre qu’on dirait vierge. (...)

11Le premier barrage est édifié à l’Ouest, face à la porte de Séville où le roi chrétien s’est retranché. Entre les deux épisodes toutefois —la conquête de la ville et la capture de son roi— un intermède, chronologique et géographique : la prise, sans résistance ou presque, de Rayyo, Elvira et Grenade et la capitulation, habilement négociée par son roi, du pays de Tudmir30. Les détachements musulmans remontent ensuite vers Tolède. Dans une narration aussi logique que celle-ci, cette rupture du fil, repris ensuite, enferme la conquête de tout le Sud-Est de la péninsule à l’intérieur du thème cordouan. Elle laisse présager, entre ces régions et la future capitale d’al-Andalus, une relation sur laquelle le débarquement d’‘Abd al-Rahmān Ier nous permettra de revenir. Suivons pour l’heure Mughīth au siège de l’église de Saint-Asiscle, long de trois mois, et qui s’achève de manière inattendue par la fuite du chef goth, seul, à cheval, en direction de Tolède. Mughīth, seul lui aussi, le poursuit sur sa propre monture. Le cheval du Chrétien glisse, comme celui de Rodrigue sans doute au Guadalete. Mais l’analogie s’arrête là. C’est le cheval, ici, qui se brise la nuque tandis que l’homme est sauf. Il attend son vainqueur, assis sur son bouclier, et se rend sans combattre. Le thème du cavalier ressurgit : le Chrétien renonce à lutter dès qu’il est privé de son cheval. Wathaba : le cheval a sauté —et s’est tué. C’est par le même mot imagé que l’auteur désignait le viol de la fille de Julien par Rodrigue31. Preuve supplémentaire d’une légitimité perdue à Tolède et retrouvée à Cordoue, dans l’intervalle d’un saut. Le texte le précise et ce n’est guère qu’une confirmation —le roi de Cordoue fut le seul capturé, parmi tous les princes goths. Du pouvoir qu’il confère à son geôlier, on peut saisir deux indices. Rentré dans la ville, Mughīth s’installe dans le palais. Et surtout, il prend une décision qui n’appartient d’ordinaire qu’aux souverains, et dont lui seul, parmi les conquérants, donne l’exemple : il fait décapiter, aux portes de l’Église qui leur a servi de refuge les 400 compagnons chrétiens de son prisonnier32. Acte complexe, qui sacre Cordoue —plus que Mughīth— siège d’un pouvoir environné de ses signes : les têtes exposées des révoltés en sont un. Geste apotropaïque aussi, qui dessine une sorte de pomerium, d’enceinte consacrée, à l’ouest de la ville, vers Séville et le Gharb al-Andalus. Mais l’emplacement de l’exécution permet de mieux situer Mughīth dans la géographie hiérarchisée de la ville. Conquérant, il ne fait pas mener ses victimes devant l’Alcazar ou sur la grève du Guadalquivir, là où, plus tard, émirs et Califes feront dresser les croix du supplice. Il les fait décapiter à l’extérieur de la ville, non pas même près de la porte du « pont », par où il a pénétré, mais plus modestement sur les lieux de sa victoire, près de la demeure du roi vaincu, qui prendra vite le nom du vainqueur : Balàt Mughīth33.

  • 34 Réplique paradoxale : ce privilège royal de solitude qu’al-Mansūr accorde à l’Omeyyade, il ne le pa (...)

12Relevons pour finir trois signes ambigus dans le personnage de Mughīth. D’abord, il est seul. Seul à vaincre, sans le secours de Julien et de ses guides ; seul à poursuivre le chef chrétien fugitif. La proie n’appartient qu’à lui ; ou plutôt, on l’apprendra plus tard lors de la querelle qui l’opposera à Mūsā, il n’appartient qu’à lui de la remettre au Calife, son patron. Cet isolement le dégage de toute soumission. Il ne se rend pas à Tolède après en avoir fini avec les Chrétiens de Cordoue. C’est Mūsā, au contraire, qui fera le chemin en sens inverse. Si le massacre de Saint-Asiscle creuse un fossé de sang entre Séville et Cordoue, la capture du gouverneur qui tentait de gagner Tolède ferme la voie du Nord, et interdit le contrôle de la vieille capitale sur la nouvelle citadelle des Omeyyades. Solitude, ici, n’est pas faiblesse. Elle prétend au contraire séparer un espace réservé, un harem royal, déjà préparé pour d’autres. Être seul est le privilège des rois. « Quel est le sacre des Quraysh ? » interrogera beaucoup plus tard Abu Ja‘far al-Mansūr. Et comme ses courtisans ne trouvent pas la réponse : « c’est ‘Abd al-Rahmān b. Mu‘āwiya parce que c’est en homme seul qu’il s’est bâti un royaume »34.

  • 35 Akhbār, éd. p. 32, trad. p. 43.
  • 36 Id., éd. p. 104, trad. p. 97.
  • 37 Id., éd. p. 72, trad. p. 74.
  • 38 Id., éd. p. 34, trad. p. 45.
  • 39 Id., éd. p. 13, trad. p. 26.
  • 40 Id., éd. p. 17-18, trad. p. 30.
  • 41 Id., éd. p. 54, trad. p. 61.
  • 42 Lors du passage de l’Euphrate ; Akhbār, éd. p. 53-54, trad. p. 60-61.
  • 43 Id., éd. p. 20, trad. p. 31-32.

13Mughīth entre dans Cordoue tête nue, après avoir noué son turban au rempart. Manifestation d’humilité ? Les têtes rasées des Kharijites berbères d’Afrique et d’Espagne, clients révoltés contre leurs maîtres arabes35, Musulmans courbés sous le joug des Corans qu’ils hissent au plus haut de leurs lances, montrent que la nudité des crânes est associée à la soumission. Plus tard ‘Abd al-Rahmān fera raser les révoltés de Tolède condamnés à mort avant de les faire promener par les rues de Cordoue, juchés sur des ânes36. La calvitie de Yūsuf al-Fihrī37, la blessure de Kulthūm à la tête38, sont autant de marques d’une perte de pouvoir. En revanche la chevelure déployée des femmes de Tudmir39, montées sur les remparts de la ville, la barbe et la chevelure changeantes de Mūsā40, deux mèches sur le front d’ ‘Abd al-Rahmān41 trahissent l’autorité royale, voire « prophétique » dans le cas de Mūsā. À laquelle de ces deux lignées de symboles Mughīth appartient-il ? Il n’est pas impossible que l’ambigüité soit ici voulue. Je choisirais cependant volontiers la première hypothèse, celle d’une nudité presque sacrificielle dont le personnage d’ ‘Abd al-Rahmān donne un autre exemple42 et qu’on pourra comparer à son contraire, l’ambition de la couronne d’’Abd al-‘Azīz b. Mūsā b. Nusayr43.

  • 44 Id., éd. p. 51, trad. p. 59.
  • 45 Id., éd. p. 54, trad. p. 61.
  • 46 Sur ces persécutions que rapportent les textes des conciles, voir P. D. King, Law and Society in th (...)
  • 47 Le meilleur témoignage en restent les Mémoires de ‘Abd Allāh b. Zīrī, analysées ci-dessous.

14Les Juifs enfin. Eux aussi n’apparaissent qu’en filigrane, à peine entrevus à quelques détours du texte. Là encore, l’itinéraire d’‘Abd al-Rahmān éclaire largement ce qui le précède. Porteur de marques mystérieuses qui le désignent comme l’héritier de la dynastie exterminée aux yeux de son grand-oncle Maslama44 (marques sur le visage et la nuque, qui confirment l’importance de cette partie du corps dans la symbolique du pouvoir), il est annoncé plus explicitement et moins précisément par un Juif, ami de Maslama et conseiller du gouverneur d’Ifriqiya, ‘Abd al-Rahmān b. Habīb : un homme de race royale, qui portera deux boucles sur le front, régnera sur al-Andalūs. Les signes sont révélés par le peuple de la Révélation45. Au moment de la Conquête, les Juifs sont mentionnés trois fois : à Grenade-Elvira, à Cordoue, et à Séville. Dans chaque cas, les Musulmans leur confient la garde de la cité conquise. La présence d’importantes communautés juives dans l’Espagne gothe est bien connue. On a déjà tout dit de l’accueil favorable qu’elles réservèrent aux Musulmans, en raison des persécutions que leur faisaient subir les maîtres chrétiens du pays46. On sait que Grenade, aux Xe et XIe siècles, passait encore pour une cité juive47.

  • 48 Akhbār, éd. p. 75, trad. p. 76.
  • 49 Id., éd. p. 18, trad. p. 30.
  • 50 Id., éd. p. 54, trad. p. 61.

15Constatons, cela dit, que trois villes seulement sont citées à leur propos, dont deux peuvent prétendre au titre royal (Séville et Cordoue) et dont la troisième appartient dans ce texte, on l’a vu, au domaine cordouan. ‘Abd al-Rahmān prendra pied sur le sol espagnol dans cette même Kūra de Grenade, à Almuñecar48. Enfin si la prise de Cordoue et de Grenade s’avère définitive, il n’en est pas de même à Séville. Une révolte des Chrétiens appuyés par leurs coreligionnaires de Béja et Niebla en chasse les Musulmans49. La garnison juive n’a pas préservé, ici, le dépôt que lui avait confié Mūsā. N’est-ce pas parce qu’au contraire de Mughīth, Mūsā n’est pas le fidèle mandataire d’une Histoire à venir, mais un affranchi ambitieux qui convoite le bien de ses protecteurs ? Dans son souci de se comporter en roi, il rejoint le gouverneur félon d’Ifriqiya, ‘Abd al-Rahmān b. Habīb, qui a laissé pousser deux boucles sur son front afin de ressembler au futur maître de l’Espagne. Mais on ne trompe pas plus le destin que l’œil des Juifs qui gardent la science de ses arrêts. « Tu n’es pas de race royale… » dira son conseiller juif à Ibn Habīb50. De la même façon le viol de Séville par la réaction chrétienne, même vite réprimée, démasque et anéantit le rêve des Banū Mūsā. Au-delà, l’intervention des Juifs, ce peuple des premiers temps, garants d’un savoir que tous les autres ont méconnu ou oublié, donne le mouvement de l’ensemble du texte : une remontée, à la fois dans le temps —vers les origines orientales de l’Histoire— et dans l’espace social —du cercle des affranchis et des serviteurs à celui des maîtres qui viendront à la fin.

  • 51 Id., éd. p. 15, trad. p. 28.
  • 52 Id., éd. p. 5, trad. p. 20.
  • 53 Id., éd. p. 17, trad. p. 29.
  • 54 Ibid.

16— Mūsā et Julien : le comte Julien n’a pas d’autre interlocuteur que le conquérant de l’Afrique du Nord. Son horizon oriental ne dépasse pas l’Ifriqiya. Si on excepte le conseil —ou l’ordre ?— donné à Tāriq de diviser son armée, il ne se montre guère qu’en compagnie de Mūsā, dès le débarquement, et encore à Carmona51. Nous avons déjà vu ce qui rapprochait son personnage de celui de Witiza, dont il venge en partie la descendance écartée du trône ; et de celui de Mūsā, dont il choisit la lignée pour relever la légitimité des rois wisigoths. « Lignée » en effet, car, seul des trois conquérants, Mūsā a un fils, ‘Abd al-‘Azīz, dont le rôle se précisera peu à peu. Ébauche d’une dynastie dont les assises sont ibériques et africaines, et non arabes et orientales comme celles des véritables Califes. Puissance sourde et souterraine, maîtresse dans l’art de la ruse et qui sait emprunter les voies détournées. Elle est caractérisée dès les premiers mots de Julien, maudissant Rodrigue lorsqu’il apprend le viol de sa fille : « J’ouvrirai une fosse sous ses pieds »52. Prédiction suivie d’effet : Rodrigue disparaît comme happé par la terre. Mūsā et Julien ne sont-ils pas l’un et l’autre des puissances de la fosse par excellence, de la mer qu’eux seuls savent franchir et faire franchir ? Plus tard, devant Mérida, Mūsā, repoussé une première fois, dissimule ses troupes dans une carrière (hafran) pendant la nuit53. Quand, au matin, les assiégés tentent une nouvelle sortie, ils sont surpris par les Musulmans qui surgissent de terre. Puis, le siège se prolongeant, les assiégeants s’avancent, à l’abri d’une machine de guerre jusqu’aux remparts dont ils sapent les fondations. À l’escalade de Mughīth par-dessus la muraille de Cordoue s’oppose la lente reptation des compagnons de Mūsā (dabba, dabāba)54. Elle échoue cette fois : la tour attaquée résiste à l’assaut des sapeurs et la machine de siège s’effondre sur ceux qu’elle devait protéger. C’est la première défaite des Musulmans en Espagne et ses victimes sont les premiers martyrs (shuhadā) de cette guerre. Le parallèle est tentant : Mughīth consacre Cordoue du sang de ses prisonniers chrétiens. Le sang des martyrs dit au contraire l’échec des Musulmans devant la vieille citadelle romaine de Mérida.

  • 55 Akhbār, éd. p. 17-18, trad. p. 30.
  • 56 Id., p. 13, trad. p. 26.
  • 57 « Je crois que ce doit être un de ceux qui mangent de la chair humaine ; ou ce n’est pas lui que no (...)
  • 58 Est-ce un hasard si l’ombre des Abbassides se profile à Mérida, ville-témoin de l’Empire des Rum, u (...)

17Fosse et ruse : le même radical hfr peut désigner l’excavation et l’embuscade (hufra, la trappe qu’on prépare pour sa proie). À Carmona, Julien, l’allié de Mūsā, pénètre dans la forteresse en feignant de fuir l’ennemi musulman. Une fois dans la place, il ouvre les portes à la cavalerie de Mūsā. Peut-on aussi considérer comme une ruse l’étrange circonstance qui amènera la capitulation de Mérida, malgré la défaite de la « tour des martyrs » ? En prévision de la fête du Fitr, Mūsā se teint la barbe au « henné ». Les émissaires chrétiens qui mènent jour après jour avec lui les pourparlers de paix s’étonnent de voir son poil passer du blanc au rouge, puis au noir le plus sombre. Émerveillés enfin, ils font savoir aux habitants que leurs agresseurs sont des prophètes, puisqu’ils peuvent à leur gré modifier leur nature (yatakhallaqūna kayfa shā’ū) et qu’ils rajeunissent à volonté55. Ruse —involontaire— des faibles. On en retrouve le pendant, au détriment des Musulmans cette fois, lors de la capitulation de Tudmir. Là aussi des pourparlers sont engagés après la bataille. Mais la victoire, sur le champ, est restée aux Musulmans. Le roi Tudmir, qui manque de guerriers pour défendre Orihuela, sa capitale, fait monter aux créneaux des femmes armées de longs bâtons semblables, pour un observateur lointain, à des lances. Luimême va négocier les conditions d’une reddition honorable, et les obtient. Il avoue alors son nom, et sa ruse56. Mūsā n’a pas à le faire. Son nom —Moïse— n’est pas un pseudonyme comme celui qu’avait employé le roi du Levant, mais bien celui d’un prophète, comme le proclament les ambassadeurs de Mérida. Comme lui, il a assuré la traversée et échoué au but : devant Ceuta, devant Mérida. Les teintes de sa barbe résument l’Histoire musulmane : le blanc des Omeyyades d’abord, puis le rouge de leur sang répandu par leurs vainqueurs —c’est l’un des ambassadeurs chrétiens qui nous l’indique en clair57— et le noir des Abbassides pour finir. C’est cette dernière couleur qui emporte la capitulation de la ville. Les futurs califes d’Orient plantent ainsi, dans l’Occident d’al-Andalus, les germes de la plus dangereuse révolte qu " Abd al-Rahmān l’Immigré aura à réprimer : celle d’Abu-l-‘Alā’, soulevé sous la bannière noire des Banū ‘Abbās58. Mais l’échec de Mūsā prédit le leur. Eux aussi ne contempleront la terre promise d’Espagne que depuis la rive africaine.

  • 59 Akhbār, éd. p. 16, trad. p. 29.
  • 60 Bāb al-sūra : « la porte de la statue » ; Akhbār, éd. p. 11, trad. p. 24.

18Poursuivant sa route, Mūsā retrouve Tāriq à Tolède et l’entraîne à la conquête de Saragosse. Rappelé par le Calife, il reprend la direction du Sud, de Tolède à Cordoue. Là, il oblige Mughīth à quitter le palais du gouverneur et s’y loge lui-même. Après avoir rétabli son autorité sur tous, après avoir parcouru tous les itinéraires, Mūsā peut se glorifier d’hériter d’une double souveraineté : celle des Goths que Julien et Tāriq ont gagnée pour lui. Mais aussi, venue de plus loin, celle de Rome, que l’Église continue de faire vivre. Mūsā reçoit à Mérida tous les biens du clergé. Sidonia, Carmona, Séville —la capitale de l’Espagne romaine et encore sa capitale religieuse et intellectuelle, précise le texte59— Mérida enfin dont les prestiges antiques sont longuement soulignés : le trajet détourné de Mūsā, à l’écart de la grandvoie où l’appel de Tolède a attiré Tāriq, c’est celui, à demi-enfoui, de l’Ibérie romaine. La monarchie qu’il y convoite n’est pas celle de Witiza, ni celle de Rodrigue, mais celle des Rum, des Basileis de l’autre bout de la Méditerranée. Plus loin, à Tolède, il tentera de s’approprier plus précieux encore : la table de Salomon et avec elle l’aura prophétique des Rois d’Israël. Le stratagème de Tāriq l’en privera. Reste Cordoue. Son passé déjà millénaire n’est évoqué que par deux détails. Le pont —mais il est en ruines ; et la statue qui couronne la porte du Sud, en face du pont emporté60. Mais cette trace ultime de la présence des Anciens —si c’est bien ainsi qu’il faut interpréter l’allusion à cette statue— n’est-elle pas aussi destinée à écarter l’étranger ? Cordoue est close. Pour l’atteindre, Mūsā doit la contourner par Séville, Mérida et Tolède. Du moins la traverse-t-il avant de gagner Tanger, puis l’Orient. Fidèle à son rôle, il trace la voie, de l’Espagne à la Syrie, que les survivants omeyyades suivront en sens inverse. Le sanctuaire espagnol est ouvert, forcé. Ses véritables hôtes vont pouvoir l’occuper. Il leur restera pour tâche de rétablir derrière eux les obstacles que les premiers conquérants avaient levés.

  • 61 Id., éd. p. 19, trad. p. 31.
  • 62 Ibid.

19Le détroit n’unira pas longtemps l’Espagne et l’Afrique. Mūsā sera le seul souverain de l’étrange royaume qu’il a fondé, à cheval sur deux continents et sur deux religions. Lui seul en connaîtra tous les chemins, de Tanger à Saragosse, de Tolède à Cordoue. Son fils ‘Abd al-‘Azīz s’établit à Séville, au sud du Guadalquivir « qu’il est impossible de franchir en ce point »61 : Séville « arsenal maritime des Musulmans » ouverte sur la mer, proche de Tanger, la citadelle paternelle, mais coupée du continent, de Mérida, de Tolède, de Cordoue où Mūsā déjà avait essuyé l’échec ou l’humiliation d’être devancé. Ses alliances chrétiennes —sa femme était l’épouse de Rodrigue—, l’ambition trop clairement manifestée de ceindre la couronne des Goths seront fatals à ‘Abd al-‘Azīz. Deux chefs de son armée, craignant sa conversion au christianisme, le mettent à mort. Parmi eux, Habīb, petit-fils de ‘Uqba b. Nāfi‘, le conquérant de l’Ifriqiya62. Franchissant de nouveau la mer, le pouvoir va s’y fixer. Les gouverneurs d’al-Andalus seront désormais désignés par celui de Kairouan. Suivant le retour de Mūsā, les itinéraires vont s’inverser, vers l’Orient.

Les Syriens

  • 63 Le texte semble raccourcir un délai en réalité plus long d’un an ou deux.
  • 64 A l’initiative des Arabes d’Espagne, descendants des premiers Conquérants ; ceux qu’on appelera les (...)
  • 65 C’est ici que se place la fameuse remarque qui conduisit Sánchez-Albornoz à formuler son hypothèse (...)
  • 66 Akhbār, éd. p. 24, trad. p. 35.

20Peu à peu, de décennie en décennie à peu près régulièrement, le pouvoir de nommer et de destituer les gouverneurs de l’Espagne va refluer vers l’Est, jusqu’au cœur du Califat syrien. Entre 90 et 100 de l’Hégire Mūsā et son fils ont organisé leur conquête. Après le meurtre d’ ‘Abd al-‘Azīz, et un intermède de quelques mois63 au cours duquel la capitale est transférée à Cordoue64, le Calife lui-même désigne deux Ifriqiyiens, l’un pour gouverner sa province natale et l’autre pour administrer l’Espagne. Notation ambiguë : Damas nomme, mais parmi les Arabes de l’Occident le plus proche. Cosouveraineté ? L’essentiel me paraît plutôt que la route reste ouverte, à travers le nécessaire relais ifriqiyien, entre la Syrie et la dernière conquête omeyyade. Le texte apporte deux précisions qui le confirment. D’abord le Calife demande au nouveau gouverneur une description —je ne reviens pas sur le sens que prend cet acte dans la chronique— des fleuves d’al-Andalus. Il craint en effet que les Musulmans d’Espagne ne soient trop complètement isolés du reste de l’Empire65. Le fleuve est clairement assimilé à un obstacle, d’autant plus redoutable que les Banū Mūsā ne sont plus là pour assurer à l’Islam la maîtrise des eaux du détroit ou du Guadalquivir. D’où la seconde mesure : invité à choisir entre la reconstruction de la muraille de Cordoue —effondrée à l’Ouest, là où Mughīth a fait exterminer la garnison chrétienne— et la restauration du pont, entre la fermeture de la brèche pratiquée par la conquête et l’ouverture d’un itinéraire méridional entre Cordoue et la mer, le Calife n’hésite pas : le pont, l’ouverture, plutôt que la muraille66. Après la mort d’‘Umar II, les wālī-s (gouverneurs) d’Espagne dont la liste est donnée, seront pendant 10 ans (101-110/720-729) les subordonnés de Kairouan, même si leur choix doit être approuvé par les Arabes de la péninsule.

  • 67 Id., éd. p. 25, trad. p. 36.

Tous furent nommés par Bishr b. Safwān (walī d’Ifriqiya), sans ordre du Calife. Quand les Espagnols se montraient las d’un walī, ou qu’il en mourrait un, ils l’écrivaient à Bishr, qui leur en envoyait un autre qui leur plût67.

  • 68 Puisque ‘Abd al-Rahmān al-Ghāfīqī meurt, bien sûr, en 113/732.
  • 69 Akhbār, éd. p. 25-28, trad. p. 36-38.

21La continuité du pouvoir et l’unité de l’Empire ainsi assurés, l’avance se poursuit en territoire chrétien jusqu’à l’Empire des Francs : Narbonne n’est pas mentionnée ici, mais Poitiers —balāt al-shuhadā’, la « chaussée des martyrs », l’est sous le nom du gouverneur ‘Abd al-Rahmān b. ‘Abd Allāh al-Ghāfiqī. Il y trouve la mort. En 110/729 —la date est manifestement fausse68— ‘Uqba b. al-Hajjāj al-Salūlī est désigné comme gouverneur, ou plutôt il choisit le gouvernement d’al-Andalus que lui offre son client ‘Ubayd Allāh… b. al-Hārith, chargé par le Calife de veiller sur l’Égypte et sur toutes les régions situées plus à l’Ouest. Ce nouveau déplacement vers l’Est de la source du pouvoir qui s’exerce en Espagne s’accompagne dans le texte d’une anecdote édifiante sur la fidélité que les clients doivent à leur patron69. ‘Ubayd Allāh, maître de tout l’Occident, plus puissant que Mūsā lui-même ne le fut jamais, fait asseoir son patron ‘Uqba sur le même tapis que lui. Ses fils s’indignent de voir un Bédouin traité avec plus de déférence que les plus nobles Qurayshites, et craignent que le Calife ne soit indisposé par cette attitude. ‘Ubayd Allāh convoque alors un public encore plus large, s’asseoit cette fois aux pieds de son patron, dénonce hautement la superbe de ses fils, et renouvelle son serment d’allégeance — et celui de tous les siens — à ‘Uqba et à sa famille. Il lui donne enfin à élire, parmi toutes les provinces dont le Calife lui a confié la charge, celle qui lui convient le mieux. ‘Uqba choisit al-Andalus, « terre du jihād », dit-il. Étrangement, le comportement des fils d’‘Ubayd Allāh n’est pas sans présenter quelque analogie avec celui des fils de Witiza. Les uns et les autres défendent les droits de la monarchie (qurayshite ou wisigothe) contre l’homme de guerre et l’errant (le cavalier Rodrigue, le Bédouin —a‘rābī— ‘Uqba). Mais les princes espagnols sont secondés dans leur entreprise par la génération des pères : Julien se substitue à Witiza pour venger leurs droits bafoués. Les fils d’‘Ubayd Allāh sont publiquement réprimandés par le leur. La légitimité royale cesse là où commence la fidélité à l’héritage et aux obligations transmises par les générations antérieures :

Celui-ci est ‘Uqba, fils de Hajjāj et […] Hajjāj a affranchi al-Hārith (mon grand-père) déclare ‘Ubayd Allāh. Impie qui se flatte d’appartenir à une famille qui n’est pas la sienne,

  • 70 ibid.
  • 71 Évidente préfiguration de l’exil des Omeyyades, et de la victoire des mawālī en Orient.

22ajoute-t-il en citant deux hadīth du Prophète et d’Abu Bakr70. Cette famille étrangère, c’est, bien sûr, celle des Quraysh. Et il conclut que le Calife est trop sage pour ne pas approuver ses paroles. Rien ne nous est dit de la réplique de l’Omeyyade. Mais quand les siens auront laissé échapper la royauté d’Orient, c’est bien à la fidélité de ses clients qu’ ‘Abd al-Rahmān devra de trouver un refuge en Occident, puis de résister aux assauts de la nouvelle monarchie abbasside. Non seulement cette exaltation du clan, aux dépens de la royauté, s’appuie sur le soin scrupuleux que prenaient les Arabes de conserver la mémoire de leurs lignées, mais elle répond à la rigoureuse continuité de l’itinéraire que nous avons suivi jusqu’ici, de l’Espagne à l’Égypte. Dans le temps comme dans l’espace, la voie des origines reste ouverte : les Arabes, auxquels les affranchis doivent respect, la Syrie des Califes, « patronne » de l’Espagne qu’elle a soumise, n’ont pas cessé de commander les événements. À cette première inversion près pourtant : l’affranchi, plus proche aujourd’hui du prince, reste au cœur de l’Empire. C’est le patron qui va combattre aux frontières71.

  • 72 Akhbār, éd. p. 28, trad, p. 38.
  • 73 Ibid.

23‘Uqba, selon le texte, gouvernera onze ans l’Espagne. Jusqu’en 121/739, il soumet les dernières poches de résistance indigènes en Galice et en Navarre et « parvient jusqu’à Narbonne »72. Il n’est pas question de la Gaule. Est-ce déjà un signe de la réaction franque après Poitiers, qui prépare la reconquête de Narbonne, puis de la marche catalane ? C’est possible. En tous cas, les limites de l’activité guerrière de ‘Uqba sont celles d’al-Andalus : la péninsule toute entière, Narbonne comprise. L’Espagne est ainsi définie, pour la première fois, au moment où la révolte des Berbères en 121/739 va trancher le cordon ombilical qui la retenait encore à l’Orient. ‘Uqba tombe aussitôt, destitué par les Arabes d’al-Andalus. Mais la véritable victime, c’est Mūsā et son royaume du détroit. Tanger, sa place-forte, est prise par les Berbères, son gouverneur vaincu, sa population arabe totalement exterminée. Les femmes et les enfants mêmes n’y furent pas épargnés, insiste le texte73. Tout ce que Mūsā avait conquis est —à jamais— perdu pour l’Empire, sinon pour l’Islam. Les Arabes qui parviennent à fuir l’Afrique extrême se réfugient en Ifriqiya, vers l’amont du temps de la conquête arabe, vers les terres de ‘Uqba b. Nāfi‘. Ce n’est évidemment pas un hasard si les Akhbār achèvent ici l’Histoire du conquérant de l’Espagne, par la relation de sa fin lamentable. Accusé par Mughīth et Tāriq, convaincu de mensonge et de fraude pour avoir voulu s’arroger la prise de la table de Salomon, Mūsā est condamné à une lourde amende et quitte la scène. Avec ce court paragraphe se ferme vraiment, trois décennies après que la prise de Tanger l’ait ouverte, la première conquête d’al-Andalus.

  • 74 ibid.
  • 75 Id., éd. p. 31-32, trad. p. 43.

24Un seul chef chrétien avait eu raison de la ténacité de ‘Uqba b. al-Hajjāj : Pelage, assiégé avec 300 hommes sur le rocher de Covadonga. La famine ou la désertion avaient réduit sa petite troupe à 30 hommes, et à peine 10 femmes, Mais ces quelques dizaines, retranchés dans une position imprenable et nourris du miel (‘asl) déposé par les abeilles dans les anfractuosités de la roche (khurūq al-sakhra) avaient résisté à tous les assauts74. Ce miel caché dans les replis de la caverne, nous le retrouvons quelques pages plus loin. Parmi les raisons de la révolte berbère, outre les progrès du kharijisme en Afrique du Nord, « certains », dit le texte, allèguent les exigences des Califes, qui faisaient venir de Tanger des peaux d’agneaux non encore nés, de couleur jaune de miel (julūd al-khirfān al-‘aslīya)75. Il fallait quelquefois égorger cent brebis avant de trouver une seule de ces peaux dans leur ventre, et cet holocauste aurait soulevé la colère des Berbères. Là encore, le miel, au plus profond de la cavité protectrice. Autre détail similaire : un Chrétien sur dix (ou 30 sur 300) survit au siège de Covadonga. De l’armée syrienne qui vient réprimer la révolte de l’Afrique, un homme sur dix (7000 sur 70 000) réussira, avec Balj, à passer en Espagne. Il existe donc un lien entre ces deux événements de sens apparemment opposé : la naissance d’une nouvelle royauté ibérique et l’irruption des Syriens dans la péninsule. Le miel aliment royal ? Sans doute. La brèche, non plus passage mais refuge ? C’est l’essentiel. L’examen détaillé de l’aventure syrienne va nous permettre de confirmer qu’à l’ouverture (fath) de la conquête va succéder la clôture du sanctuaire espagnol ; et à l’équipée lointaine des clients, le séjour secret des maîtres.

  • 76 Ibid.
  • 77 Khandaq cette fois ; cette prédilection pour le fossé, qui rappelle Mūsā, n’en paraît pas moins car (...)
  • 78 Akhbār, éd. p. 32, trad. p. 44.
  • 79 II ne reverra pas l’Espagne ; détail qu’on retrouve à d’autres moments du récit. On ne revient pas (...)
  • 80 Akhbār, éd. p. 34, trad. p. 45.

25L’expédition, cette fois —au contraire de celle de Mūsā— rassemble le jund syrien, le peuple des Arabes en armes : six mille hommes de chacune des divisions de Syrie (Damas, Homs, Jourdain, Jeziré) et trois mille de Qinnasrln. Trois mille hommes enfin recrutés en Egypte76. En tout 30 000 soldats « réguliers », le même nombre que les deux armées de Tāriq (12 000 hommes) et Mūsā (18 000 hommes) réunies. Gonflée de volontaires, l’armée s’accroît encore en Ifriqiya de tous les Arabes de l’Ouest de l’Afrique du Nord chassés par l’insurrection. C’est une force considérable de 70 000 hommes qui vient offrir le combat à Maysara, l’émir kharijite. Mais les Berbères sont encore beaucoup plus nombreux. Comme en Espagne, les Arabes ont un net désavantage numérique. Parmi eux, quatre hommes se partagent le commandement : Kulthūm, le chef suprême désigné par le Calife, se réservera à l’heure décisive le commandement de l’infanterie syrienne, laissant à son neveu Balj celui de la cavalerie du jund. Aux côtés de ces deux Arabes, deux affranchis des Califes, Hārūn al-Qarnī, commandant de la cavalerie d’Ifriqiya, et Mughīth, le vainqueur de Cordoue, qui mène l’infanterie kairouanaise. À trente ans de distance, il est le lien vivant des deux campagnes. Le Calife a ordonné à Kulthūm de suivre les conseils du vieux client omeyyade, bon connaisseur des Berbères. Il a toutefois réservé l’autorité aux Arabes. Noblesse arabe et mandat califal des clients s’affrontent encore une fois, sourdement. Hārūn et Mughīth, considérant l’écrasante supériorité numérique des Berbères, recommandent à Kulthūm de creuser un fossé77, à l’abri duquel l’armée califale pourra harceler les régions avoisinantes et obliger chaque tribu berbère à se replier au secours des siens. L’immense rassemblement, hétéroclite, de Maysara en serait rapidement disloqué, l’unité des Arabes préservée au contraire par les fortifications qui la circonscriraient. Ces sages conseils ne seront pas suivis, en dépit des ordres du Calife. Balj, le neveu de Kulthūm, fait triompher le point de vue des orgueilleux cavaliers arabes. « Les Berbères, dit-il, sont nus. La plupart d’entre eux n’ont même pas de lance »78. La bataille est donc engagée en rase campagne, et c’est l’armée arabe qui se défait. Dépourvus de lances en effet, les Berbères opposent à la supériorité de la cavalerie adverse une arme plus redoutable : des sacs de peau, emplis de pierres, qui brisent les pattes des chevaux. Hārūn, Mughīth79 sont tués. Infanterie et cavalerie d’Ifriqiya refluent en désordre vers l’Est. La défaite est une ascèse, qui sépare le grain syrien de l’ivraie ifriqiyienne. Balj enfin, malgré le stratagème des Berbères, réussit dans une charge furieuse à trouver la brèche et à percer toute la défense ennemie. Mais il ne peut revenir en arrière. Nouvelle séparation : son exploit le coupe de l’infanterie syrienne débordée par la marée maghrébine. Kulthūm est blessé à la tête. Son cuir chevelu entaillé retombe sur ses yeux. Il le rejette en arrière et il exhorte ses compagnons en récitant inlassablement le même verset du Coran : « Nul ne meurt que Dieu n’en décide au terme écrit ». Il tombe enfin, sans avoir abandonné sa bannière à l’ennemi80. Sa chute, qui préfigure déjà celle des Omeyyades, donne le signal de la débâcle vers l’Est.

  • 81 Id., éd. p. 35, trad. p. 46.
  • 82 Id., éd. p. 30, trad. p. 42.

26Balj, submergé sous le nombre, se replie vers l’Ouest, puisque la route de la retraite lui est interdite, et se jette dans Ceuta. Ceuta, et non Tanger, le texte le précise. Balj s’est approché de l’ancienne « place d’armes » musulmane de l’Afrique extrême, mais n’a pu s’en emparer81. Ceuta, au contraire, s’est donnée sans résistance. À l’inverse, Mūsā, établi à Tanger, avait échoué devant Ceuta. Tanger inexpugnable, c’est la preuve de la perte totale de l’Ouest de l’Afrique du Nord, et de la rupture de l’itinéraire qui mène d’Orient en Ibérie, dont la séparation des Syriens et des Ifriqiyiens, de Kulthūm et de Balj constituent d’autres signes. Ceuta accueillante, c’est un autre exemple de son appartenance à l’outre-détroit espagnol. La révolte berbère a refait de l’Espagne une île, prise entre la renaissance chrétienne et l’insoumission berbère. Aussi ne s’étonnera-t-on pas que les lois de ce monde insulaire, comme pour obéir aux règles éprouvées de la géographie arabe des « Merveilles », renversent l’ordre « naturel » des choses. Les Syriens venus de l’autre bout de la Méditerranée ont franchi l’obstacle que les Ifriqiyiens n’ont pas surmonté. Les cavaliers ont remporté le seul succès partiel de cette écrasante défaite pendant que l’infanterie était anéantie. Le seul chef survivant est aussi le responsable du désastre. Au conseil, la volonté du plus jeune a prévalu contre la prudence des plus âgés, appuyés par l’autorité du Calife. Enfin, et ce n’est pas le moins paradoxal, l’Arabe —peut-on imaginer plus arabe que Balj, non seulement par le sang, mais par les traits de caractère que le récit nous révèle, bravoure du cavalier, orgueil, indiscipline— est exilé aux extrémités de la terre dont les affranchis, protégés du Calife, occupent le centre. Extrémité ou cul-de-sac. Les Omeyyades faisaient égorger les brebis du Maghreb pour en tirer des peaux de miel. Ces mêmes peaux de brebis, refermées sur des pierres, ont dressé un mur devant l’armée arabe. Balj seul a su trouver la faille, la brèche où nourrir ses compagnons, comme Pelage les siens. Ce miel qu’on goûte au fond du ventre de la Berbérie, ou au creux du rocher de Covadonga, c’est al-Andalus, que l’Afrique révoltée protège désormais des entreprises de l’Orient. La jeunesse de Balj, comme plus tard celle d’ ‘Abd al-Rahmān, est une enfance élue, abritée des menaces par la sauvagerie même du territoire où elle va s’épanouir. Les sages et les puissants doivent ici abdiquer. Kulthūm, rasé jusqu’au crâne par sa blessure, comme un Kharijite ou un condamné, frappé à la tête comme l’affranchi Tāriq par son maître Mūsā, s’incline et meurt en Musulman résigné. Hārūn, Mughīth surtout, dépositaires de la confiance des Califes, vont périr. Non pas que la volonté des Omeyyades soit bafouée. Dès le départ, Balj avait reçu mandat d’assumer le commandement après l’éventuelle disparition de Kulthūm82. Ce fil-là n’est pas rompu. Si le jeune Syrien a désobéi à ses maîtres de Damas, c’est qu’il sert par avance, et sans même le savoir, leurs descendants de Cordoue.

  • 83 Id., éd. p. 37-38, trad. p. 47-48.
  • 84 Ibid : « fa-lam yakunū yastatirūna illa bi-l-durū‘ » (« ils n’étaient voilés que de leur cuirasse » (...)
  • 85 Ibid.
  • 86 Akhbār, éd. p. 40, trad. p. 50.
  • 87 Id., éd. p. 42, trad. p. 51.

27Comme les Omeyyades chassés plus tard d’Orient, les Syriens de Ceuta doivent traverser leur défaite. Et d’abord abandonner leur terrain favori, la rase campagne où leur cavalerie peut se déployer. Enfermé dans une forteresse, Balj donne a posteriori raison à Mughīth, comme les Ansār, en s’entourant d’un fossé, donnèrent tardivement raison à ceux qui voulaient éviter l’engagement le jour de ‘Ohūd. Puis on sacrifie les chevaux pour les manger, jusqu’au cuir. Enfin, privés de viande, les Syriens n’ont d’autre recours que l’orge envoyée d’Espagne par un Arabe compatissant, les légumes, les racines83… Régression vers une forme de bestialité, ou mieux, je crois, d’enfance. C’est dans la plus complète nudité —à l’exception de leurs cuirasses— qu’ils passent enfin la mer84, appelés par le gouverneur d’al-Andalus, ‘Abd al-Mālik b. Qahtān al-Fihrī. Dans la péninsule aussi, les Berbères ont pris les armes. Seule la menace de subir le même sort que les Arabes du Maghreb extrême a finalement déterminé les Andalous à ouvrir leurs portes aux Syriens. En échange d’otages et de la promesse de quitter la péninsule après la défaite des Berbères, le wālī andalou leur offre les navires qui les délivrent de la terre africaine. Ils acceptent, à une seule condition, celle que les troupes de Tariq n’avaient pu obtenir de Mūsā : passer tous ensemble et au même moment la mer85. Les voilà donc en Espagne. Vêtus et équipés par les Arabes du pays « opulents comme des rois », ils affrontent les Berbères, un peu au nord de Tolède, avec l’acharnement « de ceux qui recherchent la mort »86. Ils l’emportent et y gagnent les armes et les montures des vaincus. Ils ont reconquis leur orgueil. Invités à repartir, ils exigent de le faire une fois de plus tous ensemble. L’Ifriqiya est trop loin pour des navires trop peu nombreux. Ceuta de nouveau ? Mieux vaudraient « les abîmes de la mer ». Indignés par cette dernière proposition, ils déposent le gouverneur et élisent Balj pour le remplacer. Peu après, informés par les otages libérés qu’un des leurs est mort de soif pendant sa captivité, ils se saisissent d’ ‘Abd al-Mālik b. Qahtân, un vieillard de quatre-vingt-dix ans, le tuent malgré les conseils de modération de Balj et le crucifient « à la gauche du chemin, à la tête du pont de Cordoue »87.

  • 88 Ibid, éd. p. 43, trad. p. 52.
  • 89 Id., éd. p. 44, trad. p. 53.

28C’est le second des sacrifices humains qui vont cerner le périmètre de la ville. Non plus à l’Ouest et à l’extérieur, mais au Sud, au bord de l’itinéraire conquérant de Mughīth. La victime est aussi d’un autre poids : un Fihrite, de la tribu des Quraysh comme le faisait remarquer Balj. Ce meurtre presque sacrilège ferme lui aussi la voie : celle du Sud que nul n’empruntera plus avant l’entrée d’‘Abd al-Rahmān, un autre Quraysh ; mais aussi la voie du retour pour les Syriens eux-mêmes. Soulevés par le désir de venger leur chef, les Arabes d’al-Andalus s’unissent aux survivants berbères que la campagne d’extermination menée par les Syriens contre leurs compatriotes avait préparés à cette alliance inattendue. Les uns et les autres rassemblent une armée de 100 000 hommes « ou plus » qui vient assaillir les 12 000 soldats orientaux (Balj a reçu entre-temps le renfort de quelques milliers d’hommes de l’armée de Kulthūm en déroute)88. Le choc, à deux étapes au nord de Cordoue, ne dure guère. Une fois de plus le jund syrien prend le dessus. Mais le gouverneur de Narbonne, que les Arabes d’al-Andalus avaient placé à leur tête, se fait montrer Balj, juché sur un cheval blanc et qui porte l’étendard. Profitant d’une soudaine trouée dans la défense syrienne, ce cavalier émérite —le meilleur d’Espagne— réussit à s’approcher du chef ennemi et le frappe deux fois, à la tête. Poursuivi par Ibn al-Dajn, un des compagnons de Balj qui lui porte plusieurs coups, l’Andalou réussit à s’échapper grâce à sa monte adroite, et grâce à son armure « où l’épée d’al-Husayn [b. al-Dajn] ne trouva pas la moindre faille »89.

  • 90 Dans les deux cas, la bataille se tient au nord de la ville, que les indigènes, Arabes ou Berbères, (...)
  • 91 Akhbār, éd. p. 44-45, trad. p. 53.

29Cette victoire syrienne ressemble à l’évidence à celle du Guadalete. L’exacte similitude des rapports numériques ne laisse guère de doute : 100 000 « autochtones » d’une part (Arabes « du pays » et Berbères) contre 7 000 envahisseurs renforcés par 5 000 des leurs venus d’Afrique. Comme l’armée de Rodrigue, celle des Andalous vient du Nord, et la victoire revient à ceux qui ont passé le détroit. Le gouverneur de Narbonne, comme Rodrigue, est un « cavalier ». Balj, sur son cheval blanc dont la couleur dénonce ses prétentions à une souveraineté usurpée, est frappé à la tête comme Tāriq par Mūsā. Son adversaire au contraire reste hors de portée, comme le corps de Rodrigue, malgré les coups réputés mortels qu’il reçoit. Comme Tāriq, Balj ne trouve pas la brèche. Au contraire, le commandant de la frontière (thaghr), malgré la défaite de ses troupes, réussit à percer les rangs orientaux. C’est ici que le destin de Balj s’éloigne de celui de Tāriq. Le héros syrien n’a plus d’autre modèle que lui-même. Car la mort qu’il subit est comme une expiation de sa survie en Afrique. Vaincu, il avait franchi les lignes des vainqueurs. Victorieux ici, et nouveau conquérant d’al-Andalus, il est abattu par la charge des vaincus. La symétrie des deux situations souligne le renversement de son personnage. Cavalier inexpérimenté et presque enfant là-bas, il est désormais chef, porte-étendard immobile que le reflux de ses compagnons laisse à découvert. Comme Kulthūm en Afrique, il organise le mur vivant qui protège. Et c’est Cordoue, bien sûr, qu’il faut préserver. Paradoxalement en effet —et c’est ce qui sépare la première conquête de leur entreprise— ces Orientaux défendent contre les autochtones le sanctuaire andalou : Tolède contre l’avance berbère, Cordoue contre la menace venue des marches du Nord90 et bientôt Mérida. Tha‘laba, successeur de Balj, lui aussi désigné par le Calife —comme second lieutenant de Kulthūm, au départ de l’expédition— est enfermé par une armée andalouse, Arabes et Berbères, dans la vieille cité romaine de l’Ouest. Le jour du Fitr, il profite de la dispersion et de la négligence des assaillants pour exécuter une sortie victorieuse91. En ce même jour du Fitr, une génération plus tôt, Mūsā obtenait au contraire la capitulation de la ville assiégée, après avoir repoussé la sortie de ses défenseurs. Tolède, Cordoue, Mérida : les Syriens referment les trois capitales que les trois personnages de la Conquête, Tāriq, Mughīth et Mūsā s’étaient ouvertes. L’Orient restaure l’intégrité de l’Espagne que Berbères et clients avaient violée.

  • 92 Ibid.

30Peut-on aller plus loin ? En entraînant ‘Abd al-Mālik b. Qahtàn au supplice, les Syriens lui rappellent sa participation, près de 60 ans avant, à la journée d’al-Harra où les Omeyyades prirent une revanche éclatante sur les Ansār, victorieux, sous les ordres du Prophète, à la bataille du Fossé, en 5/627. Le même écart chronologique sépare, de part et d’autre d’al-Harra (683), le Fossé et l’arrivée des Syriens à Cordoue (742). Tha‘laba, après son triomphe de Mérida, fait vendre comme esclaves les Arabes prisonniers et leurs familles. Deux sont plus particulièrement mentionnés : ils sont Médinois92. À la suprématie des clients, nouveaux « alliés » des Arabes comme les Ansār l’étaient des Muhājirūn, succède le règne des nobles, Mecquois hier, Syriens aujourd’hui, Omeyyades toujours. Sûrs de leur force et garants de la défense d’al-Andalus, que nul n’envahira plus, les Syriens n’en ont pas moins rouvert les plaies des conflits de la première génération de l’Islam. La remontée vers l’Orient, vers la légitimité arabe, vers le temps primordial, a du même coup réveillé les démons du passé. Pendant plus d’une décennie, jusqu’à l’arrivée d’ ‘Abd al-Rahmān, al-Andalus va revivre les haines du désert.

La conquête selon Ibn al-Qūtiya : la race royale

  • 93 Voir sa préface à son édition de la chronique, p. XXVI et suivantes.
  • 94 Ibn al-Qūtiya (= IQ), éd. p. 2, trad. p. 1.
  • 95 « Rodrigue, général nommé par le roi défunt, s’éloigna, suivi des militaires qui servaient sous ses (...)
  • 96 IQ, éd. p. 3, trad. p. 1.
  • 97 Ibid.
  • 98 IQ, éd. p. 4, trad. p. 3.
  • 99 IQ, éd. p. 5, trad. p. 3.
  • 100 IQ, éd. p. 6, trad. p. 4.
  • 101 IQ, éd. p. 22-23, trad. p. 17.

31La chronique d’Ibn al-Qūtiya, malgré son titre (ta’rīkh iftitāh al-Andalus —Histoire de la Conquête de l’Espagne—) ne consacre guère qu’une trentaine de pages aux épisodes que je viens de décrire, nettement moins que les Akhbār Majmū‘a. Les deux autres tiers de l’ouvrage donnent un court résumé du règne de chaque émir jusqu’au moment où ‘Abd al-Rahmān III reprend la dignité califale. Événement-limite, où tout converge, et qui n’est paradoxalement pas évoqué, sinon par une mystérieuse anecdote finale sur laquelle nous reviendrons. L’importance relative concédée à la conquête ou à la monarchie respectivement n’est évidemment pas gratuite. Beaucoup plus que les Akhbār, le livre d’Ibn al-Qūtiya paraît hanté par le problème du Califat, ou plus généralement de la légitimité du pouvoir, sur le sol espagnol. Ribera n’hésitait pas à faire de l’auteur un « nationaliste » andalou, hostile aux Arabes93. Mon analyse sera beaucoup plus nuancée. Mais, de fait, les premières lignes de la chronique semblent lui donner raison. Alors que les Akhbār s’ouvrent sur la seconde crise de l’Islam d’Orient, après les règnes de Yazīd, Mu‘āwiya II et Marwān, Ibn al-Qūtiya fait partir l’action d’Espagne : « Le dernier roi des Goths en Espagne, Witiza, laissa à sa mort trois fils […] »94. Sa femme assure la régence à Tolède cependant que Rodrigue, simple général, s’établit avec ses troupes à Cordoue. Le texte, beaucoup plus nettement que les Akhbār, proclame l’illégitimité de Rodrigue. À vrai dire, c’est à peine si on peut imaginer à sa lecture que ce chef de guerre, élevé par la faveur de Witiza, ait pu prétendre évincer la femme et les fils de son protecteur95. Notons deux points : la prééminence de Tolède, ville royale, sur Cordoue, où Rodrigue s’est retranché ; la garde de sang royal confiée à une femme —celle de Witiza—, tandis que les valeurs guerrières, qu’illustre Rodrigue, sont exilées aux confins du royaume. La soumission du duc de Cordoue est confirmée par la lettre qu’il envoie, comme un gouverneur à son maître, aux fils de Witiza pour les informer du débarquement de Tāriq. Les jeunes princes sont alors « capables de monter à cheval », c’est-à-dire d’affirmer leurs droits sur le royaume96. Ils répondent à l’appel, accompagnés de la cavalerie de la frontière, ainsi associée à leur légitimité. Mais ils ne pénètrent pas dans Cordoue. Rodrigue doit les rejoindre à Secunda, au sud de la ville, où ils ont concentré leurs forces97. Prudence ou respect du protocole qui veut qu’un inférieur se rende auprès de son maître, et non l’inverse ? Une telle attitude confirme en tous cas l’existence d’un kyste séditieux dans le royaume goth. Les deux chroniques se rejoignent ensuite sur la « trahison » des héritiers sur le champ de bataille du Guadalete. Mais les Akhbār font jouer aux traîtres le rôle de dupes, naïvement persuadés que les Arabes ont seulement passé le détroit le temps d’un raid sans lendemain. Ibn al-Qūtiya confère au contraire à la volte-face des fils de Witiza la dignité d’un traité conclu avec l’envahisseur : avec Tāriq, certes, mais surtout avec ses maîtres, qui approuvent solennellement et personnellement le pacte. Dans une digression d’une évidente invraisemblance, l’auteur nous montre les princes rencontrant, avant le combat, Mūsā en Afrique du Nord, puis le Calife al-Walīd lui-même en Syrie. L’Émir de Croyants leur remet un diplôme qui garantit leurs biens et les autorise « à ne se lever devant personne »98. L’affaire se traite entre rois ; le chemin de l’Occident à l’Orient est ouvert et la souveraineté sur l’Espagne offerte par qui avait le droit d’en disposer. Mais il y a mieux : un peu plus tard, Sarah, fille d’Alamundo, l’aîné des princes, est injustement dépouillée par son oncle Artobas, qui réside à Cordoue. Une fois encore, l’usurpation est cordouane, l’aînesse ou la légitimité féminine. Aussitôt Sarah s’embarque à Séville, où elle a trouvé refuge avec ses frères, pour l’Orient. Elle touche terre directement —sans escale africaine— à Ascalon, sur la côte méridionale de la Syrie, d’où elle gagne la cour du Calife Hishām99 Tout en obtenant gain de cause, elle y « reconnaît » le jeune ‘Abd al-Rahmān, qui vit alors aux côtés de son grand-père. Elle le reverra plus tard en Espagne. Le Calife enfin la marie. La petite-fille de Witiza entre ainsi dans le clan des Omeyyades, qui la donnent comme on fait d’une fille, d’une sœur ou d’une cliente. Quand ‘Abd al-Rahmān occupe al-Andalus, le mari de Sarah vient de mourir. À son tour il lui choisit un époux, réaffirmant le droit de tutelle que son grand-père avait exercé sur elle100 °. Pour l’heure, le Calife de Damas ordonne à son gouverneur d’Ifriqiya de faire respecter les engagements pris par les conquérants de la péninsule. La réparation passe par l’intermédiaire ifriqiyien, au contraire de la plainte, menée directement de Séville en Syrie. Dépouillé à son tour, ‘Abd al-Rahmān viendra tout droit en Espagne réclamer l’héritage de ses ancêtres, sans que la chronique fasse allusion, comme les Akhbār, à son long séjour en Afrique. Itinéraire direct des fugitifs, tracé pour la première fois d’Espagne en Orient, tandis que celui du pouvoir fait halte à Kairouan. Sarah fait savoir sa détresse au Calife avant de paraître en sa présence, sur son invitation ; ‘Abd al-Rahmān alertera ses clients avant d’insister, lorsque Badr revient d’al-Andalus lui apporter leur soutien : « Il n’est pas bon pour moi d’entrer en Espagne sans que l’un d’entre eux soit avec moi »101. Invitation à « entrer » qui vaut reconnaissance, du maître à l’égard de la protégée dans le cas de Sarah, des clients vis-à-vis du protecteur dans le cas de’Abd al-Rahmān. Retenons la symétrie des deux trajets. Les Akhbār plaçaient l’Orient au centre du monde, et l’Espagne à ses confins, comme une cavité inaccessible où la race royale reprenait souffle et vie. Dans la chronique d’Ibn al-Qūtiya, l’Espagne et la Syrie pèsent d’un même poids aux deux extrémités de la Méditerranée, de part et d’autre du fléau de l’Ifriqiya.

  • 102 IQ, éd. p. 7, trad. p. 5.
  • 103 « Ankarat dhālik al-nasrānīya ».

32Ce n’est qu’après cet excursus de deux pages que nous revenons sur le champ où se font face les armées de Tāriq et Rodrigue. L’affaire est expédiée en quelques lignes. Rodrigue, vaincu, coule sous le poids de ses armes102 ; rien du mystère qui envelop pait sa disparition dans les Akhbār. Trois anecdotes suivent, sur Tāriq et Rodrigue ainsi associés, en même temps qu’ils sont séparés du monde des rois : d’abord le viol de la maison de Tolède, puis celui de la fille de Julien, et enfin le songe de Tāriq. La première et la dernière manifestent la même symétrie déjà relevée entre Sarah et ‘Abd al-Rahmān. Malgré l’avis des Sages et du « peuple chrétien »103, Rodrigue, après avoir lui-même posé sur sa tête la couronne des Goths, fait ouvrir la fameuse maison de Tolède où nul ne pénétrait qu’à la mort du roi. Il signe par là même son arrêt de mort. À l’intérieur de la salle, il force une arche (tābūt), secret du secret, où les Chrétiens avaient enfermé leurs Évangiles. Il n’y trouve que les figures étranges des Arabes, arcs pendants et la tête enveloppée de turbans. Au bas de la représentation, une inscription, en contrepoint du nom de Rodrigue que nul n’inscrira sur les murs comme ceux des rois ses prédécesseurs :

  • 104 IQ, éd. p. 7, trad. p. 5.

Quand on ouvrira cette maison et qu’on en tirera ces figures, le peuple ici dépeint envahira et dominera l’Espagne104.

  • 105 L’analogie des deux épisodes donne le sens de la conquête : une nouvelle Hégire, dans une nouvelle (...)
  • 106 IQ, éd. p. 8, trad. p. 5.
  • 107 Ibid.

33Rien qui puisse surprendre dans cette annonce de la mission de l’Islam par la prophétie chrétienne. À ce viol perpétré par celui qui va recevoir l’assaut et y perdre l’Espagne et la vie, répond la pénétration de Tāriq le conquérant par le songe. Embarqué avec son armée, il s’endort et aperçoit le Prophète, les Muhājirūn et les Ansār, eux aussi l’arc à l’épaule et l’épée ceinte. « En avant », dit le Prophète en passant près du rêveur. Mêmes figures donc, épées ou turbans mis à part105. Le troisième épisode, central, relie les deux précédents. Julien n’est ici qu’un marchand, qui passe fréquemment le détroit pour ramener à Rodrigue les symboles d’une royauté guerrière : des chevaux et des faucons106. Le viol de sa fille ressemble à celui de l’arche. Non seulement parce que Rodrigue y fait montre de la même brutalité, mais parce que la brèche ainsi pratiquée laisse échapper le secret néfaste. La fille informe Julien de son infortune, et Julien lui-même réussit à tromper Rodrigue pour regagner la côte africaine107. Il y trouve Tāriq. Si les deux viols peuvent se comparer, les deux incitations à l’invasion —celles que Tāriq reçoit respectivement de Julien et du Prophète— se font écho. Deux couples d’origines établissent la généalogie de la conquête : sacrée (des Évangiles au Prophète) et profane (que résume le va-et-vient de Julien de part et d’autre du détroit) ; ou encore royale (la lignée de Witiza et celle des Califes) et guerrière (Rodrigue et Tāriq).

  • 108 IQ, éd. p. 28, trad. p. 21-22.
  • 109 IQ, éd. p. 110, trad. p. 94.
  • 110 IQ, éd. p. 48, trad. p. 38.
  • 111 IQ, éd. p. 10, trad. p. 7.
  • 112 Ibid.
  • 113 IQ, éd. p. 11, trad. p. 8.
  • 114 Par opposition à « manger » bien sûr, dont j’ai tenté plus haut de définir le sens.
  • 115 IQ, éd. p. 12, trad. p. 8-9.

34Le rite d’anthropophagie auquel se soumet le conquérant dès son débarquement, à Carteya, n’est pas consigné dans les Akhbār bien qu’il apparaisse dans d’autres relations de l’invasion. Mais « manger » acquiert dans la chronique d’Ibn al-Qūtiya un sens très fort : prendre possession. ‘Abd al-Rahmān Ier, à peine entré à Cordoue, mangera dans les marmites que son rival Yūsuf avait fait préparer108. Ibn Hafsūn se promettra de « manger » la petite troupe d’Ibn Abī ‘Abda109. Sur l’ordre de son père, le jeune ‘Abd al-Rahmān II exigera que les Tolédans lui offrent un banquet avant d’entrer dans la ville110. Ingestion liée, dans les trois cas que nous venons de citer, à la guerre qu’un prétendant ou qu’un infant mène pour faire reconnaître ses droits. Pour le reste les deux chroniques rapportent à peu près les mêmes événements, à l’exception de la prise de Cordoue : les Akhbār s’y étendaient longuement ; Ibn al-Qūtiya met la ville au nombre de celles dont Tāriq s’empare au cours de sa marche sur Tolède. Tāriq et Mūsā enfin ne se rencontrent pas sous les murs de la capitale wisigothe, mais à Astorga, bien plus au nord111. La ville est depuis longtemps chrétienne au Xe siècle ; de sorte qu’al-Andalus au sens strict, le pays que contrôlent les Musulmans à l’époque émirale et califale, se divise en deux itinéraires parallèles, distincts : celui de Mūsā et celui de Tāriq, où l’on retrouve la dichotomie de la Conquête dont je parlais plus haut. L’image de Mūsā et de son fils ‘Abd al-‘Azīz qui se dégage de cette chronique est en effet beaucoup plus favorable que celle qu’on peut retirer des Akhbār. Pas un mot ici sur la table de Salomon, ni sur l’avidité de Mūsā. Au contraire la munificence des présents qu’il destine au Calife est clamée bien haut. Lorsqu’il retourne en Orient, 400 fils de chefs le suivent. Tous portent une couronne d’or sur la tête, et des ceintures du même métal112. Ces détails font penser à la description des Compagnons du Prophète entrevus dans le songe de Tāriq : turbans et épées ceintes. Et c’est le même nombre de prisonniers chrétiens que Mughīth immolait devant Cordoue. J’y vois une nouvelle preuve d’un déplacement de sens d’une chronique à l’autre. Les Akhbār délimitent un domaine réservé. Ibn al-Qūtiya s’attache au contraire à tracer les voies par lesquelles la souveraineté passe d’Orient en Occident (avec les Compagnons) et d’Occident en Orient, avec les « fils de chefs » : otages qu’on élèvera dans l’Islam, jeunes gens que leur âge soumet d’emblée à l’autorité des Califes, images aussi du jeune ‘Abd al-Rahmān dont ils présagent la traversée. Mūsā sert ici ses maîtres sans arrière pensée. Il tombe victime d’une rivalité fraternelle. Sulayman lui demande d’attendre la mort de son frère, le Calife al-Walīd avant de se présenter à la Cour de Damas. Mūsā refuse noblement de tromper son bienfaiteur et s’en remet à Dieu. Furieux, Sulayman devenu Calife, lui impose une énorme amende et surtout il fait mettre à mort ‘Abd al-‘Azīz b. Mūsā dans la mosquée, au-dessus de Séville, où il avait coutume de prier. ‘Abd al-‘Azīz, précise la chronique, avait en effet épousé une Gothe —mais pas la femme de Rodrigue— et vivait avec elle dans une église. Il n’en avait pas moins fait construire à sa porte un oratoire musulman113. Mūsā, à qui le nouveau Calife fait présenter la tête de son fils, ajoutera même : « Par Dieu, tu l’as tué au moment où il priait et jeûnait ». Jeûner, c’est-à-dire s’abstenir du pouvoir souverain114. Comme pour répondre aux accusations des Akhbār, Ibn al-Qūtiya insiste non seulement sur la piété d’‘Abd al-‘Azīz —l’édification d’une mosquée qui domine (mushrifa) le territoire sévillan— mais sur son rôle dans l’expansion de l’Islam en Espagne. Soldat de la guerre sainte, il achève la conquête. Mieux même : le destin malheureux des Banù Mūsā ne ressemble-t-il pas à celui des Omeyyades, conquérants pour l’Islam, poignardés par les rumeurs mensongères qu’a répandues la jalousie de leurs cousins abbassides ? Nous retrouverons plus loin ce thème de la rivalité fraternelle. Après le meurtre d’‘Abd al-Azīz, l’anarchie gagne al-Andalus. Aucun gouverneur n’est nommé. Seuls les Berbères se choisissent un chef : un neveu de Mūsā, ou plus exactement le fils d’une de ses sœurs115. Comme après la mort de Witiza, la régence est féminine ; comme après la chute des Omeyyades en Orient, les Berbères soutiennent leur neveu maternel. Les Nafza de la côte septentrionale du Maghreb accueilleront ainsi ‘Abd al-Rahmān l’Immigré, parce que sa mère était l’une des leurs.

  • 116 IQ, éd. p. 14, trad. p. 10.
  • 117 IQ, éd. p. 15, trad. p. 11 : « wa-lam tujāwiz tā‘atu banī al-‘Abbās Tubna wa-mā hawlahā ».

35C’est là que les deux chroniques s’éloignent le plus. Dynastie arabe et syrienne pour les Akhbār, les Omeyyades font ici presque figure de souverains adoptifs de l’Occident hispano-maghrébin. Ibn al-Qūtiya, on ne s’en étonnera pas, ne décrit pas le soulèvement de Maysara comme un affrontement arabo-berbère, mais comme une rebellion contre le pouvoir oriental des « gens » de Berbérie116. C’est à Tanger, la capitale de la province révoltée, que Balj trouvera refuge et non à Ceuta comme le disent les Akhbār : le lien entre les deux provinces de l’Occident, Maghreb et Espagne, n’est jamais rompu. En revanche, selon Ibn al-Qūtiya, les trente mille hommes (vingt mille Arabes et dix mille Omeyyades et clients) qui quittent la Syrie avec l’armée de Kulthūm savent qu’ils ne la reverront pas. Des prédictions leur ont appris la chute prochaine des Omeyyades, et les limites de l’empire abbasside vers l’Ouest. Et en effet, renchérit le texte, le pouvoir de la nouvelle dynastie ne dépassera jamais Tubna, soit la limite occidentale de l’Ifriqiya117. Paradoxalement, le territoire qui vient de se soulever contre les Califes, ou plutôt contre les gouverneurs d’Ifriqiya qui nomment leurs lieutenants au Maghreb extrême et en Espagne, restera aux Omeyyades. Plus qu’une révolte dirigée contre eux, le mouvement prend par avance le sens d’un refus de la nouvelle souveraineté qui va se lever sur l’Orient. L’Ifriqiya, traditionnel relais de l’ordre oriental, est dépouillée de son rôle, réduite à une frontière. On comprend mieux l’« itinéraire direct », sans escale à Kairouan, qu’empruntent Sarah la Gothe et ‘Abd al-Rahmān.

36Précisons : il ne s’agit pas de nier l’origine arabe des Omeyyades, ni d’en faire des rois goths ou berbères. Mais tandis que les Akhbār appuient la légitimité omeyyade sur la noblesse arabe de leur clan, Ibn al-Qūtiya défend leurs droits sur les territoires d’Occident qu’Arabes, Goths et Berbères partagent en commun. Pour les premiers, la même dynastie qui régna sur l’Orient domine aujourd’hui l’Occident. Mieux : elle exerce aujourd’hui sa suzeraineté sur l’Espagne parce qu’elle fut jadis maîtresse de la Syrie, et de l’Empire arabe. Pour le second les Omeyyades de Cordoue sont moins les héritiers de ceux de Damas que des rois qui régnèrent autrefois sur les mêmes contrées. Conception ethnique, clanique, généalogique contre conception géographique, spatiale du pouvoir et de ses sources. C’est cette vieille opposition que je crois retrouver à travers les relations divergentes et calculées que font les deux chroniques des mêmes événements.

  • 118 IQ, éd. p. 16, trad. p. 12.
  • 119 Dans le rêve de Tariq ; IQ. éd. p. 8, trad. p. 6.
  • 120 Akhbār, éd. p. 87, trad. p. 85.
  • 121 Le frère de Hisham se nomme al-‘Abbas… Second indice de la fraternité des dynasties califales.
  • 122 IQ, éd. p. 17, trad. p. 13.
  • 123 IQ, éd. p. 19, trad. p. 14.

37Pas la moindre mention bien sûr, chez Ibn al-Qūtiya, de la pression que les Berbères d’al-Andalus auraient exercé, à l’exemple de leurs frères d’Afrique, sur les Arabes du pays. Ce surprenant oubli —puisqu’il semble bien que l’Espagne ait connu les mêmes troubles kharijites que le Maghreb —obéit à la logique de son récit. L’hostilité des deux peuples conquérants qui appartiennent désormais à la même terre est délibérément atténuée, pour ne pas dire gommée. Du coup, l’arrivée de Balj fait figure d’agression orientale. Assiégé dans Tanger, le Syrien demande en vain au gouverneur d’Espagne à passer dans la péninsule. Il finit par s’emparer de force des navires qui mouillent dans le port d’Algésiras et réussit à prendre pied sur l’autre rive du détroit118. Balj est un nouveau Tāriq que ne seconderaient ni l’inspiration prophétique, ni les encouragements de Julien. Hôte forcé d’al-Andalus, il se heurte à une résistance unanime de ses habitants. Aussi son entreprise tourne-t-elle court assez vite. Certes ‘Abd al-Mālik b. Qahtān al-Fihrī, le gouverneur, est vaincu en tentant de repousser l’envahisseur. Balj entre dans Cordoue après avoir crucifié son adversaire. Mais il doit aussitôt livrer bataille au gouverneur de Narbonne qui le blesse mortellement d’une flèche —et non d’un coup d’épée. L’arc est rare dans le cours de ces chroniques ; mais il apparaît presque toujours comme un attribut souverain : celui du Prophète et des Muhājirūn119, celui d’‘Abd al-Rahmān Ier dans les Akhbār lors de la bataille décisive, pour Cordoue120. Le droit n’est pas ici avec les Syriens. Ils occupent Cordoue et le sud de la péninsule, mais Tolède et la frontière maintiennent leur hostilité. Ni l’un ni l’autre camp ne réussit à l’emporter jusqu’à l’intervention d’Abū-l-Khattār, noble Yéménite que le Calife envoie pour réconcilier les peuples de la péninsule avec les intrus syriens qui vont désormais y vivre. Une fois encore, l’Espagne et les Omeyyades vont apaiser les rancœurs ethniques. Abū-l-Khattār n’est pas venu rétablir l’autorité de l’Orient, mais donner aux Omeyyades un nouveau hâvre et une nouvelle jeunesse. Consulté par le Calife son frère sur les événements d’Occident, al-‘Abbās b. al-Walīd121 lui conseille de s’appuyer sur les Yéménites, « comme on l’a fait au début »122 —entendons aux origines de la dynastie, quand Marwān leur confia son destin à Marj Rahīt. C’est la preuve que l’Histoire omeyyade recommence, plus qu’elle ne se poursuit, en Espagne. C’est aussi, déjà tracée, la politique que suivra’Abd al-Rahmān. C’est enfin la mention d’une entente fraternelle dont Ibn al-Qūtiya nous offre peu d’exemples. Abū-1-Khattār déploie le premier, en al-Andalus, l’étendard des Califes123, autour duquel tous se regroupent, Syriens, Arabes du pays et Berbères. « Deuxième vague syrienne », dit le texte ; mais celle-ci vainc sans combattre. Avant de prendre la moindre décision, Abū-1-Khattār s’installe dans le palais de Cordoue, dont il affirme la position centrale entre les forces antagonistes. Puis il ordonne : les chefs syriens devront quitter l’Espagne. Leurs contingents seront établis dans les régions méridionales et orientales de la péninsule, sans que rien soit arraché aux descendants des premiers conquérants. Tout ici n’est qu’unanimité : celle des frères, celle des Musulmans, celle des Arabes. Tout plie sous la bannière blanche des Califes, comme aux jours de Mu‘āwiya. Mais Abū-l-Khattār n’est pas roi ; simplement porte-drapeau, signe extérieur, zāhir, de celui qui doit venir. Sa partialité de Yéménite déchaîne la colère des Qaysites. Al-Sumayl leur chef, se soulève avec l’aval de Yūsuf al-Fihrī. Abū-l-Khattār est vaincu à Secunda, Cordoue prise de force. Les haines de Marj Rahīt revivent, et avec elles la jeunesse des Omeyyades. ‘Abd al-Rahmān peut paraître.

Anmerkungen

1 Voir la préface, datée de novembre 1926, que Julián Ribera écrivit à la traduction et à l’édition du texte d’Ibn al-Qūtiya. La vie de l’auteur y est très brièvement résumée, et les principales références aux dictionnaires d’Ibn al-Faradī et d’Ibn al-Abbār indiquées en notes.

2 Publiée à Madrid en 1867 par Emilio Lafuente y Alcántara.

3 Claudio Sánchez-Albornoz, Fecha de la compilación de los Ajbār maymū‘a. Cuestiones historiográficas que suscita, Buenos Aires, 1944.

4 Akhbār Majmū‘a, éd. p. 23, trad. p. 34. Voir l’explication qu’en donne Ribera dans la préface déjà citée, p. XIII à XIX.

5 Évariste Lévi-Provençal, El, art. « Akhbār majmu‘a ».

6 Voir Emilio García Gómez Anales palatinos del califa de Córdoba al-Hakam II por ‘Īsā b. Ahmad al-Rāzī (360-364 H/971-975 J-C), Madrid, 1967.

7 Pedro Chalmeta, « Una historia discontinua e intemporal : el ‘jabar’ », Hispania, 33, 1973.

8 Ibid.

9 Akhbār, éd. p. 3, trad. p. 17-18.

10 Id , éd. p. 6, trad. p. 20.

11 Id., éd. p. 10, trad. p. 23.

12 Id., éd. p. 3-4 et 6, trad. p. 18 et 21.

13 Ibid, sur le rôle de Julien dans la stratégie de la conquête.

14 Akhbār, éd. p. 51, trad. p. 59.

15 Id., éd. p. 4, trad. p. 18.

16 Ibid.

17 Id., éd. p. 5 : « wasafa lahu al-Andalús wa-da‘āhu ilayhā ». Mūsā à son tour écrit au calife pour lui décrire le détroit, comme, plus tard, le gouverneur al-Samh adressera à son maître, le calife Omar II une description du pays conquis. Dans tous les cas, écrire et décrire marquent la soumission du légat au seigneur immobile au cœur de ses terres. Il en est beaucoup d’autres exemples dans le texte (Tāriq et Mūsā, le berger et Mughīth, etc.).

18 Akhbār, éd. p. 6 : « fa-kataba ilayhi annahu laysa bi-bahr, wa-innamā huwa khalīj yasifu sifā ma khalafuhu li-l-nāzir ».

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Akhbār, éd. p. 9, trad. p. 22-23.

25 Id., éd. p. 19, trad, p. 30.

26 Id., éd. p. 10, trad, p. 23.

27 Id., éd. p. 11, trad. p. 24.

28 Ibid

29 Id éd. p. 84-85, trad. p. 82-83. Serment sous les oliviers dont on peut faire remonter l’origine jusqu’à al-Hudaybīya.

30 Id., éd. p. 12-13, trad. p. 25-26.

31 Id., éd. p. 5 : « a‘jabathu ibnatu Yulyān fa-wathaba ‘alayhā ».

32 Id., éd. p. 14, trad. p. 27.

33 La conquête nomme les sites et les itinéraires qu’elle ouvre dans cette terre qu’on dirait vierge. Impression d’un lecteur du XXe siècle, dont il faut se défier. Les Akhbār nous donnent deux exemples de toponymes nés de la conquête et que d’autres événements effaceront de la mémoire collective : la « tour des martyrs » de Mérida et le maslib où fut crucifié ‘Abd al-Mālik. Les noms s’évanouissent, et, avec leur disparition, l’histoire qui les avait inscrits meurt. Pour nous au contraire, l’événement historique acquiert existence perdurable. Ce qui fut « existe », et ne peut être « défait ». Or ces deux chroniques n’ont de sens, précisément, que si on admet cet inadmissible. L’auteur des Akhbār ne prétend nullement que les noms faisaient défaut avant la conquête, mais que ces noms ont si complètement péri qu’il peut faire l’histoire de la conquête comme s’ils n’avaient jamais existé.

34 Réplique paradoxale : ce privilège royal de solitude qu’al-Mansūr accorde à l’Omeyyade, il ne le partage pas, puisqu’il est lui-même entouré de ses courtisans. Mais, comme il le rappelle, entre ‘Abd al-Rahmān et lui s’étend une mer qui renverse bien des usages. Ce qui est vrai à Bagdad ne l’est pas à Cordoue.

35 Akhbār, éd. p. 32, trad. p. 43.

36 Id., éd. p. 104, trad. p. 97.

37 Id., éd. p. 72, trad. p. 74.

38 Id., éd. p. 34, trad. p. 45.

39 Id., éd. p. 13, trad. p. 26.

40 Id., éd. p. 17-18, trad. p. 30.

41 Id., éd. p. 54, trad. p. 61.

42 Lors du passage de l’Euphrate ; Akhbār, éd. p. 53-54, trad. p. 60-61.

43 Id., éd. p. 20, trad. p. 31-32.

44 Id., éd. p. 51, trad. p. 59.

45 Id., éd. p. 54, trad. p. 61.

46 Sur ces persécutions que rapportent les textes des conciles, voir P. D. King, Law and Society in the Visigothic Kingdom, que j’ai consulté dans son édition espagnole (Madrid, 1981). Le passage consacré aux Juifs s’y étend de la page 154 à la page 168.

47 Le meilleur témoignage en restent les Mémoires de ‘Abd Allāh b. Zīrī, analysées ci-dessous.

48 Akhbār, éd. p. 75, trad. p. 76.

49 Id., éd. p. 18, trad. p. 30.

50 Id., éd. p. 54, trad. p. 61.

51 Id., éd. p. 15, trad. p. 28.

52 Id., éd. p. 5, trad. p. 20.

53 Id., éd. p. 17, trad. p. 29.

54 Ibid.

55 Akhbār, éd. p. 17-18, trad. p. 30.

56 Id., p. 13, trad. p. 26.

57 « Je crois que ce doit être un de ceux qui mangent de la chair humaine ; ou ce n’est pas lui que nous avons vu hier », Akhbār, éd. p. 18, trad. p. 30.

58 Est-ce un hasard si l’ombre des Abbassides se profile à Mérida, ville-témoin de l’Empire des Rum, universel comme le califat de Badgad ?

59 Akhbār, éd. p. 16, trad. p. 29.

60 Bāb al-sūra : « la porte de la statue » ; Akhbār, éd. p. 11, trad. p. 24.

61 Id., éd. p. 19, trad. p. 31.

62 Ibid.

63 Le texte semble raccourcir un délai en réalité plus long d’un an ou deux.

64 A l’initiative des Arabes d’Espagne, descendants des premiers Conquérants ; ceux qu’on appelera les « baladīs » — par opposition aux Syriens.

65 C’est ici que se place la fameuse remarque qui conduisit Sánchez-Albornoz à formuler son hypothèse sur la date de composition des Akhbār.

66 Akhbār, éd. p. 24, trad. p. 35.

67 Id., éd. p. 25, trad. p. 36.

68 Puisque ‘Abd al-Rahmān al-Ghāfīqī meurt, bien sûr, en 113/732.

69 Akhbār, éd. p. 25-28, trad. p. 36-38.

70 ibid.

71 Évidente préfiguration de l’exil des Omeyyades, et de la victoire des mawālī en Orient.

72 Akhbār, éd. p. 28, trad, p. 38.

73 Ibid.

74 ibid.

75 Id., éd. p. 31-32, trad. p. 43.

76 Ibid.

77 Khandaq cette fois ; cette prédilection pour le fossé, qui rappelle Mūsā, n’en paraît pas moins caractéristique des affranchis.

78 Akhbār, éd. p. 32, trad. p. 44.

79 II ne reverra pas l’Espagne ; détail qu’on retrouve à d’autres moments du récit. On ne revient pas dans la péninsule. Ceux qui foulent sa terre sont des hommes neufs, ou même — dans le cas de Balj et de ‘Abd al-Rahmān — régénérés, par la traversée de l’obstacle.

80 Akhbār, éd. p. 34, trad. p. 45.

81 Id., éd. p. 35, trad. p. 46.

82 Id., éd. p. 30, trad. p. 42.

83 Id., éd. p. 37-38, trad. p. 47-48.

84 Ibid : « fa-lam yakunū yastatirūna illa bi-l-durū‘ » (« ils n’étaient voilés que de leur cuirasse »).

85 Ibid.

86 Akhbār, éd. p. 40, trad. p. 50.

87 Id., éd. p. 42, trad. p. 51.

88 Ibid, éd. p. 43, trad. p. 52.

89 Id., éd. p. 44, trad. p. 53.

90 Dans les deux cas, la bataille se tient au nord de la ville, que les indigènes, Arabes ou Berbères, attaquent.

91 Akhbār, éd. p. 44-45, trad. p. 53.

92 Ibid.

93 Voir sa préface à son édition de la chronique, p. XXVI et suivantes.

94 Ibn al-Qūtiya (= IQ), éd. p. 2, trad. p. 1.

95 « Rodrigue, général nommé par le roi défunt, s’éloigna, suivi des militaires qui servaient sous ses ordres, et se fixa à Cordoue », IQ, éd. p. 2, trad. p. 1.

96 IQ, éd. p. 3, trad. p. 1.

97 Ibid.

98 IQ, éd. p. 4, trad. p. 3.

99 IQ, éd. p. 5, trad. p. 3.

100 IQ, éd. p. 6, trad. p. 4.

101 IQ, éd. p. 22-23, trad. p. 17.

102 IQ, éd. p. 7, trad. p. 5.

103 « Ankarat dhālik al-nasrānīya ».

104 IQ, éd. p. 7, trad. p. 5.

105 L’analogie des deux épisodes donne le sens de la conquête : une nouvelle Hégire, dans une nouvelle Médine, quand la patrie syrienne chassera les siens comme autrefois La Mecque le fit du Prophète.

106 IQ, éd. p. 8, trad. p. 5.

107 Ibid.

108 IQ, éd. p. 28, trad. p. 21-22.

109 IQ, éd. p. 110, trad. p. 94.

110 IQ, éd. p. 48, trad. p. 38.

111 IQ, éd. p. 10, trad. p. 7.

112 Ibid.

113 IQ, éd. p. 11, trad. p. 8.

114 Par opposition à « manger » bien sûr, dont j’ai tenté plus haut de définir le sens.

115 IQ, éd. p. 12, trad. p. 8-9.

116 IQ, éd. p. 14, trad. p. 10.

117 IQ, éd. p. 15, trad. p. 11 : « wa-lam tujāwiz tā‘atu banī al-‘Abbās Tubna wa-mā hawlahā ».

118 IQ, éd. p. 16, trad. p. 12.

119 Dans le rêve de Tariq ; IQ. éd. p. 8, trad. p. 6.

120 Akhbār, éd. p. 87, trad. p. 85.

121 Le frère de Hisham se nomme al-‘Abbas… Second indice de la fraternité des dynasties califales.

122 IQ, éd. p. 17, trad. p. 13.

123 IQ, éd. p. 19, trad. p. 14.

© Casa de Velázquez, 1992

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540