Version classiqueVersion mobile

L’île aux mariés

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Sources

Texte intégral

  • 1 Freitas de Meneses, Avelino, Os Açores e o domínio filipino (1580-1590). A resistência terceirense (...)

1L’état des connaissances disponibles sur la situation des Açores à l’époque de l’union des couronnes donne encore l’impression d’une certaine pauvreté. L’historiographie consacrée aux Açores reproduit, en le caricaturant, un trait aujourd’hui bien dépassé de l’historiographie portugaise qui tendait à éviter d’aborder la période de 1581-1640, préférant chanter les gloires de la première période coloniale, les grandes navigations de Vasco de Gama, de Magellan, de Cabral, et le temps des Lumières à l’époque du marquis de Pombal. Encore à l’été 2013, sans craindre le ridicule, les auteurs de l’article consacré à l’histoire des Açores sur Wikipédia en portugais ont laissé en blanc toute la période qualifiée d’occupação castelhana (1583-1641). Longtemps, de surcroît, l’historiographie portugaise d’inspiration nationaliste et scolaire a cru possible de se passer des sources archivistiques présentes dans les collections espagnoles. La grande entreprise de publication de documents inédits conduite à la fin du xixe siècle par la revue arquivo dos Açores illustre ce choix de façon emblématique, puisque les transcriptions de manuscrits s’interrompent après 1583 et ne reprennent qu’à partir de 1641. Depuis lors, chercheurs, érudits et autorités ont pris conscience qu’il était insensé de se priver des trésors documentaires conservés dans les grandes collections d’Espagne, à commencer par l’Archivo General de Simancas, l’Archivo Histórico Nacional, l’Archivo General de Indias, la Biblioteca Nacional de España, mais aussi les archives des ducs de Medina Sidonia, les archives provinciales de Saragosse, parmi bien d’autres encore. Les autorités régionales des Açores ont financé une campagne, malheureusement interrompue, de description complète et de numérisation partielle de la documentation du fonds Secretaría de Guerra y Marina de Simancas concernant l’archipel. Cette initiative faisait suite à l’étude monographique qu’Avelino de Freitas Meneses avait publiée sur les dix premières années de la présence espagnole à Terceira, en se fondant sur l’exploitation de ce fonds d’archives exceptionnel1. Beaucoup reste à faire et le présent ouvrage peut être compris comme la continuation de l’exploration de cette première décennie. En effet, les liasses et les Libros registros de la Secretaría de Guerra y Marina de Simancas contiennent des centaines de lettres et décrets concernant directement les tribulations du contingent castillan de Terceira, depuis le débarquement du tercio à l’été 1583, jusqu’à l’évacuation en mars 1642 de la troupe demeurée fidèle à la couronne de Castille, après l’avènement de Jean IV, premier roi de la dynastie des Bragance. Ces correspondances abordent tous types de sujets, essentiellement de nature politique, concernant les conditions d’implantation et d’existence des soldats du contingent castillan au cœur de la société insulaire.

  • 2 AGS, G y M, leg. 114, 22 mars 1634.

2C’est pourquoi, les informations que livrent les cartons de la Secretaría de Guerra y Marina de Simancas incitent l’historien à concentrer son attention sur une île au détriment des huit autres. Il s’agit là d’une distorsion peut être fâcheuse si l’objet visé est une meilleure connaissance générale de l’évolution des Açores sous les trois rois Habsbourg de Madrid. En revanche, si l’objet de la recherche est une meilleure compréhension des processus sociaux et politiques à l’œuvre dans la coexistence entre institution militaire et vie civique, alors la documentation conservée dans la section Guerra y Marina est incomparable. C’est sur elle que se fonde la présente étude. Les missives qui forment l’essentiel de la documentation analysée ici regorgent d’informations sur tous types d’aspects de la vie militaire, politique, sociale ou économique. La spiritualité et l’ambition de sonder les cœurs — ce qu’on ne qualifiera pas de psychologie — peuvent également faire de modestes apparitions. Encore faut-il prendre conscience que pour les rédacteurs de ces lettres délivrer de l’information n’était pas une finalité en soi. Pas plus que les auteurs des correspondances n’ont pris la plume pour renseigner les historiens, ils ne l’ont fait exclusivement pour informer leurs correspondants dans les cours de Madrid et de Lisbonne. On ne peut pas dissocier la fonction argumentative et la capacité à transmettre des connaissances à partir de l’expérience de terrain. En effet, tous ces récits et analyses ont un objectif pratique. La transmission de données ou la mention d’événements alimentent, à chaque fois, un raisonnement qui vise à persuader les destinataires de ces correspondances administratives à agir dans le sens souhaité par les rédacteurs. Ces courriers pouvaient être interceptés, ils étaient parfois jetés à la mer lorsque menaçait un navire corsaire et, pour cette raison, il arrivait souvent qu’ils fussent copiés en plusieurs exemplaires et envoyés sur des convois distincts2. Ces lettres étaient des actes, ou plus exactement, elles exerçaient la fonction qui aurait été celle d’une représentation permanente à la cour d’agents chargés de plaider auprès des hauts conseils de la monarchie en faveur des administrateurs qui sollicitaient l’arbitrage de l’autorité royale. De fait, en plusieurs occasions, au cours des six décennies de l’union des couronnes, les antagonistes de différentes tensions ou conflits ouverts, qu’il s’agît des gouverneurs castillans du préside ou des édiles de la ville d’Angra, dépêchèrent des représentants (procuradores) chargés de plaider leur cause auprès des conseils. Les deux canaux ne s’excluaient pas mutuellement, tant il est vrai que les procuradores se rendaient à la cour munis de copieux dossiers rédigés par leurs mandants. Certains des documents conservés dans la section guerra y marina ont sans doute été apportés en main propre par ces envoyés spéciaux, tandis que la majorité des courriers conservés relevaient de la correspondance ordinaire de l’administration militaire locale avec le Conseil de la Guerre de Madrid. Mais dans tous les cas de figures, le style rédactionnel est porté par un objectif de persuasion des lecteurs et de captation de leur attention. De ce point de vue, une telle source présente l’intérêt — et le charme — de ne pas refermer sur l’historien la barrière fantasmée qui séparerait l’écriture au vrai de l’écriture de fiction. Redites et tropes, tics de langage et exagérations, sont rapidement identifiables, après qu’on a lu des centaines de pages de ce corpus manuscrit. Pourtant, une telle prise de conscience ne saurait invalider le très grand intérêt de tels textes, cette étude voulait en apporter la démonstration.

3Dans quel circuit de l’action et de la décision ces lettres et rapports étaient-ils pris ? Pour l’essentiel, il s’agit de correspondances adressées aux magistrats qui siégeaient au Conseil de la Guerre à Madrid, c’est-à-dire le plus haut tribunal de la juridiction militaire de la couronne de Castille. Cette cour statuait sur tout ce qui touchait au for militaire et aux finances des contingents placés sous le commandement du roi de Castille. Tel était le cas du préside d’Angra qui relevait de l’autorité exclusive de la couronne castillane. Certains courriers, rédigés par les gouverneurs du préside ou par d’autres officiers du contingent, pouvaient être adressés à d’autres instances, notamment au vice-roi de Portugal ou au capitaine-général qui supervisait l’ensemble des présides castillan installés au Portugal depuis les débuts de l’union des couronnes. Dans certaines lettres, on trouve l’écho de démarches parallèles conduites par d’autres protagonistes, magistrats et édiles portugais de Terceira, auprès des hautes cours de justice portugaises. Mais, en l’état actuel des connaissances sur l’état des fonds de ces tribunaux, il ne semble pas que l’on puisse identifier une série comparable.

  • 3 Manuel Luís Maldonado, Fénix Angrence, Hélder Pereira de Sousa Lima, ed., Angra do Heroísmo, Instit (...)

4Est-ce à dire que, si l’on s’en tient à la seule île de Terceira, la documentation de Simancas doit dominer l’enquête ? Dans leur état actuel, les archives d’Angra do Heroísmo n’offrent pas de fonds équivalent. Les actes des assemblées de la municipalité et la correspondance du corps de ville avec la cour manquent à l’appel, à l’exception de deux forts volumes de documents divers du corps de ville qui n’offrent que peu d’informations sur les processus sociopolitiques à l’œuvre dans la ville. On ne peut guère fonder l’espoir de voir resurgir les séries essentielles de la municipalité. De ce manque archivistique, on trouve une confirmation dans le Fenix Angrence (Phénix d’Angra), la plus ancienne chronique de l’histoire de Terceira, composée par le père Manuel Luís Maldonado (1644-1711), dans les dernières années du xviie siècle, et qui ne fut transcrite et éditée que dans les années 1990. Né dans l’île, l’ecclésiastique avait eu accès à toute la documentation alors conservée dans les principales institutions, aussi bien civiques que religieuses de l’île. Le texte de sa Fenix Angrence ne permet même pas de se faire une idée précise des événements qui ont marqué l’évolution de Terceira aux xvie et xviie siècles3. Cet échec relatif s’explique d’abord en raison du déficit de documentation dont le prêtre eut à souffrir. Voici en quels termes il décrivait lui-même l’état des archives locales :

  • 4 Padre Manuel Luis Maldonado, Fenix Angrence. Parte genealógica, Centro de conhecimento dos Açores, (...)

Pour la composition d’un tel appareil, il me faudrait rassembler les documents qui me serviront de base. Ils demeurent si dispersés que même si je les avais repérés, je doute de jamais pouvoir les obtenir. Ils sont presque enterrés entre les mains des uns et des autres, et je crains de ne pas venir à bout de l’entreprise […]. Jusqu’à présent, je n’ai rien trouvé d’autre que quelques fragments mendiés à force d’ingéniosité, obtenus en me présentant comme érudit, suppliant lorsque qu’il faut supplier. Pour mon malheur, on en trouve parfois quelques uns comme des déchets du temps, d’autres entre les pages de procès, ou dans l’enregistrement de terriers, et au bout du compte tous en désordre et dispersés, et sans lien entre eux, sans les volumes qui conserveraient la mémoire des phénomènes et des événements que la succession du temps engendre ; et comme il n’y a rien d’autre que cela, je n’ai pas trouvé de meilleure désignation que « cendres », et j’emploie mon génie à les ressusciter, en jouant sur la métaphore du phénix qui renaît de ses cendres4.

5 Le texte de sa chronique témoigne du fait que dès la fin du xviie siècle, il n’existait plus de registre des délibérations et de la correspondance de la municipalité, du moins dans la maison commune. Pour connaître l’histoire municipale de Terceira, les historiens doivent se contenter de séries elles-mêmes très lacunaires issues d’autres localités insulaires, notamment Praia da Vitória, deuxième port en l’île en importance situé au nord-est, et São Sebastião aux portes d’Angra, en l’absence de registre concernant la principale ville.

6En outre, bien que Maldonado n’ait jamais eu accès aux archives du Conseil de la Guerre de Madrid, les deux tiers des pages qu’il consacre dans sa chronique à la période des Habsbourg portent sur les questions de coexistence des sujets portugais avec les soldats du préside castillan et sur les questions de défense. Maldonado place au cœur de son récit des événements et des phénomènes qui sont, dans l’ensemble, du même type que ceux dont traitent les documents conservés dans la section Secretaría de Guerra y Marina de Simancas. On reconnaîtra volontiers que la mobilisation des correspondances du Conseil de la Guerre sur lesquelles se fonde notre enquête imprime une distorsion importante du cadre d’analyse de la politique locale. Cependant, les choix opérés par le père Maldonado, alors qu’il ne pouvait être victime de la séduction qu’inspirent à tout historien qui s’en approche les archives du Conseil de la Guerre, montrent que les questions abordées dans les correspondances de cette série, loin d’être marginales ou spécifiques, concernaient le centre de la vie civique et politique d’Angra et de Terceira.

  • 5 Manuel Luís Maldonado, Fenix Angrence. Parte genealógica, CD-rom, Angra do Heroísmo, Centro de Conh (...)
  • 6 Maria Hermínia Morais Mesquita, As gentes de Angra no século xvii, Universidade do Minho, thèse de (...)

7À l’époque où le père Maldonado préparait son Fenix Angrence, les meilleurs documents disponibles sur place étaient — déjà — les registres paroissiaux de l’île (livres de mariages, de baptêmes et de décès). On ne peut dès lors guère s’étonner du fait que l’ecclésiastique de Terceira se sentît plus à l’aise pour reconstruire les généalogies des principales familles de l’île que pour rédiger sa chronique politique5. Les registres paroissiaux permettaient alors de dessiner les arbres des citoyens d’Angra et ils se prêtent aujourd’hui à une analyse sérielle. C’est ce à quoi s’est employée Maria Hermínia Morais Mesquita dans l’étude qu’elle a conduite sur le « Gens de Terceira », soit une thèse de démographie historique fondée sur l’exploitation des registres de l’île entre 1580 et la fin du xviie siècle6 . Cette recherche embrasse ainsi toute la période « espagnole » et fait donc exception par rapport à l’historiographie qui évitait ce moment de l’histoire de l’archipel. Ce très beau travail constitue une base solide sur laquelle s’est fondé également la présente enquête, ou plutôt sans laquelle elle aurait pris un tour bien différent. Car Maria Hermínia Morais Mesquita, par un traitement croisé des données recueillies dans les différents registres, a su établir avec certitude le caractère massif du phénomène des mariages célébrés entre soldats castillans et femmes portugaises au cours de la période de l’union des couronnes.

8En somme, depuis la fin du xviie siècle et jusqu’aujourd’hui, deux sources cohérentes permettent de saisir un certain nombre de processus sociopolitiques qui ont transformé la société de Terceira au cours des deux dernières décennies du xvie siècle et des quatre premières du xviie siècle : les registres paroissiaux et les correspondances de l’administration militaire castillane. Ni la documentation de la municipalité d’Angra, ni les archives des hauts tribunaux de la monarchie portugaise, terriblement lacunaires pour cette époque, n’offrent quoi que ce soit de comparable. Quant aux quatre chroniqueurs et compilateurs sollicités par tous les historiens, en plus de Maldonado déjà cité, Gaspar Frutuoso (1586-1590), frei Diogo das Chagas (1646-1654) et Francisco Ferreira Drummond (1845), ils n’ont pas été d’un très grand secours dans la mesure où le récit standard leur emprunte à peu près tout.

Notes

1 Freitas de Meneses, Avelino, Os Açores e o domínio filipino (1580-1590). A resistência terceirense e as implicações da conquista espanhola (2 vols.), Angra do Heroísmo, Instituto Histórico da Ilha Terceira, 1987.

2 AGS, G y M, leg. 114, 22 mars 1634.

3 Manuel Luís Maldonado, Fénix Angrence, Hélder Pereira de Sousa Lima, ed., Angra do Heroísmo, Instituto Histórico da Ilha Terceira (3 vols.), 1989-1998.

4 Padre Manuel Luis Maldonado, Fenix Angrence. Parte genealógica, Centro de conhecimento dos Açores, Terceira, 2007, pp. 391-392.

5 Manuel Luís Maldonado, Fenix Angrence. Parte genealógica, CD-rom, Angra do Heroísmo, Centro de Conhecimento dos Açores, 2007.

6 Maria Hermínia Morais Mesquita, As gentes de Angra no século xvii, Universidade do Minho, thèse de doctorat soutenue en 2004 à la Universidade do Minho, inédite, consultée le 1er septembre 2013 <http://www.neps.ics.uminho. pt/citcem/ficheiros/Teses%20Doutoramento/Hermínia%20Mesquita/As%20 Gentes%20de%20Angra%20no%20Séc%20XVII.pdf>

© Casa de Velázquez, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search