Version classiqueVersion mobile

L’île aux mariés

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Conflits ouverts

Texte intégral

Mutineries, désertions, délinquance

  • 1 AGS, G y M, leg. 777, 13 mai 1613.

1La crainte de voir les soldats du contingent se révolter contre leur sort était amplement justifiée. À Angra et dans bien d’autres lieux, en temps de paix comme en temps de guerre, le non versement de la solde et les difficultés d’approvisionnement imposés à des hommes armés constituaient une des sources d’insécurité parmi les plus dangereuses. La troupe était à la fois nourrie et vêtue, et recevait un salaire qui, bien que dégagé par les finances du royaume de Castille, devait leur être versé en monnaie portugaise, faute de quoi les commerçants et paysans pouvaient refuser leur reales1. L’exemple de mutinerie le plus célèbre dans l’histoire de la monarchie hispanique avait été l’épouvantable sac d’Anvers de 1576. Il était considéré comme le modèle même de la révolte collective des hommes des tercios espagnols avec des conséquences atroces pour les populations civiles. Sachant que les hommes des XVIe et XVIIe siècles connaissaient ces épisodes sanglants, on peut s’étonner si ce n’est de l’aveuglement des édiles d’Angra, du moins de ce qu’on a qualifié plus haut d’attitude de joueurs, capables de mettre en danger leur tranquillité, voire leur vie, pour le gain de quelques sacs de farine ou de quelques fractions d’impôts locaux refusés aux hommes du préside. En cela, leur attitude collective rappelle celle des maîtres des plantations caribéennes, notamment autour de Saint-Domingue, qui deux siècles plus tard refusaient, même après le spectacle des atrocités subies par les familles européennes pendant la Révolution haïtienne, de modifier le régime des plantations.

  • 2 AGS, G y M, leg. 513, docs. 63, 65.

2Le premier incident menaçant a démarré en 1598, au nord-est de l’île à Praia da Vitória, deuxième ville de Terceira par ordre d’importance. Il s’agit d’une mutinerie classique qui partant de l’autre extrémité du petit territoire se donne comme objectif de gagner la ville principale, Angra, après avoir rallié les compagnies affectées sur les différents forts de la côte, en particulier celui de São Sebastião à l’est d’Angra. L’officier Francisco de la Rua, d’après ce qu’il en raconte lui-même, a joué un rôle important pour essayer d’étouffer la révolte dans l’œuf2. Les intentions des conjurés avaient filtré. Certains meneurs, ou supposés tels, ont été arrêtés et torturés sur ordre de la hiérarchie militaire. Le capitaine s’est placé à la tête de quatre compagnies du contingent plus une compagnie de portugais afin de réduire les mutins. Ce point est important car il indique que, dans ce cas, des sujets portugais ont vu l’intérêt pour eux de ne pas laisser la mutinerie gagner l’ensemble des dotations et atteindre Angra.

  • 3 AGS, G y M, leg. 513, doc. 64.

3Le 21 février, deux soldats mariés à Praia, viennent frapper à la porte de l’officier Diego de Obregón, capitaine du fort de São Sebastião, à l’extrémité orientale de la jetée d’Angra3. Ils lui déclarent que les soldats de la ville de Praia da Vitória se sont soulevés. Le capitaine choisit les hommes auxquels il accorde la plus grande confiance et les enjoint de prendre contact avec les insurgés pour les persuader un par un de mettre fin à l’émeute en tant qu’Espagnols et pour l’honneur de leur roi. Le capitaine rassemble les soldats de sa compagnie et les harangue longuement, en leur demandant de ne pas ruiner, eux aussi, par un mouvement de rébellion, des années de service et de fidélité à leur roi. Il a envoyé un soldat de confiance avec dix hommes sur la route de Praia ; un deuxième vers le centre d’Angra ; un troisième groupe doit assurer la sécurité de Porto Judeu et enfin les autres soldats surveillent toutes les voies qui mènent au fort de São Sebastião. Les arquebusiers de Praia exigent que l’escouade de São Sebastião se retire. Le capitaine Diego de Obregón, voyant que ses hommes ne parviennent pas à retenir les révoltés, sort à son tour sur la route, mais dépassé par le nombre des révoltés, il est fait prisonnier sous la menace de mousquets pointés sur sa poitrine. Les mutins s’emparent du fort au cri du traditionnel « viva el rey ! muera el mal govierno ! ». Ils s’en prennent à l’artilleur qu’ils emmènent, lui aussi prisonnier, et se répartissent la poudre qu’il gardait en son pouvoir. Les soldats du capitaine Diego de Obregón accusent un des leurs, un certain Liébana, de les avoir livrés aux émeutiers, et tentent de l’abattre. Le capitaine Diego de Obregón s’échappe et parvient à remettre en ordre ses hommes avec le concours d’autres capitaines et d’éléments de la milice portugaise. Pour piéger les chefs de l’émeute, qui pouvaient se dissimuler dans les embarcations qui mouillaient sur la côte, Obregón offre dix escudos à un Portugais qui se fait l’intermédiaire afin qu’ils se rendent. Ils sont arrêtés et conduits au gouverneur général Antonio Centeno.

  • 4 AGS, G y M, leg. 513, doc. 88.
  • 5 AGS, G y M, leg. 786, 12 août 1613.

4Le conflit est avant tout une affaire interne au préside. Le déclencheur est un différend qui s’envenime entre le gouverneur Antonio Centeno et deux officiers, le comptable Hernando Ortiz del Río et un intendant des vivres Juan de Bayona4. Après qu’on eut débarqué à Angra des lots de drap destinés à rhabiller le contingent, les cinq tailleurs du préside chargés de confectionner les nouveaux habits reçurent des ordres contradictoires. D’un côté, il leur fut demandé de travailler sur mesure pour un modèle de veste courte, dotée de manches doublées et renforcées de taffetas, et accompagnée de chausses également doublées. Le gouverneur vint rendre une visite au magasin où travaillaient les tailleurs. On lui présenta les habits coupés sur mesure pour cinq soldats. Antonio Centeno explosa de colère et exigea que l’on produisît au rythme le plus soutenu des vestes sans manche en prêt-à-porter de trois tailles (trois cents grandes, six cents moyennes et trois cents petites). Les deux officiers, anticipant sans doute les réactions de la troupe, exigèrent un ordre écrit du gouverneur pour pouvoir mettre en place ce dispositif. Rageur, le gouverneur répondit qu’ils recevraient l’ordre et que la paperasserie (papelada) ne l’arrêterait pas. Après que cent cinquante vestes ont été terminées et distribuées, l’agitation commença à prendre parmi les soldats. Le gouverneur fit venir ses officiers chez lui pour leur demander s’il leur semblait que la question de la coupe sur mesure était aussi cruciale que le lui suggéraient plusieurs militaires. Il lui fut répondu qu’il valait à coup sûr la peine de donner satisfaction aux soldats. Malheureusement, pendant qu’Antonio Centeno opérait un revirement, des informateurs se plaignirent auprès du corregedor sur la façon dont l’opération de fourniture de nouveaux habits au contingent espagnol était conduite. Sans doute ravi de pouvoir ainsi intervenir dans les affaires internes du préside, le magistrat portugais ne se priva pas de faire savoir au gouverneur que sa pusillanimité risquait de provoquer des désordres dans la troupe. Cette intervention affecta le commandant castillan de telle sorte qu’il revint, du matin à l’après-midi, sur son autorisation de rétablir la coupe sur mesure. Cette décision est le déclencheur du soulèvement au cours duquel on entendit des soldats crier contre le gouverneur qui « veut donner des vestes sans manches ». Les correspondances postérieures montrent pourtant que la distribution d’uniformes cousus en Espagne pour le contingent de Terceira était chose commune5.

  • 6 AGS, G y M, leg. 514, doc. 77.

5Antonio Centeno, livrant sa propre version des faits, reconnaît bien volontiers avoir pris la décision de faire fabriquer les uniformes, sans autoriser les soldats à faire prendre leurs mesures individuelles, et en leur faisant livrer des pourpoints dépourvus de manches6. Mais il conteste les arguments de ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir attisé la colère de ses hommes de troupes en les privant de la dignité symbolique de l’habillement sur mesure. Car, comme explique le gouverneur, si l’on confie à chaque soldat le coupon de drap auquel il a droit, à charge pour lui de le faire monter à ses mesures par l’un des tailleurs du contingent, on s’expose au risque, déjà rencontré, qu’il l’offre à une maîtresse ou à une prostituée, le joue ou le boive, en sorte qu’après la distribution des pièces de drap, le préside se retrouve avec une troupe « à poil » (en cueros). Il estimait de son devoir de rhabiller sans attendre ses soldats « mangés par les poux et couverts de plaies », au point qu’il redoutait que ne démarre une épidémie, comme ce fut effectivement le cas quelques mois plus tard, avec la peste de 1599.

  • 7 Valentín Vázquez de Prada, Felipe II y Francia (1559-1598) : Política, Religión y Razón de Estado, (...)

6Le gouverneur est également persuadé que l’une des raisons du déclenchement de la révolte est liée à l’arrivée de soldats qui avaient été témoins — ou peut-être même acteurs — de la mutinerie qui s’était emparée de la garnison espagnole de Blavet en Bretagne, sous les ordres du gouverneur Juan del Aguila, le 4 juin 1597. Affamée et sans solde, la troupe espagnole excédée par l’autoritarisme du maestre de campo l’avait retenu prisonnier avec ses officiers, jusqu’à l’arrivée à la fin du mois de septembre d’un commissaire envoyé par le Conseil de la Guerre qui donna l’ordre au gouverneur de rentrer en Espagne et en nomma un nouveau7. Cette remarque en passant reste précieuse dans la mesure où elle donne un renseignement unique sur la provenance d’une partie des soldats de la relève de la fin du xvie siècle. Des hommes d’armes qui avaient été mêlés, de près ou de loin, aux mésaventures du corps expéditionnaire castillan en Bretagne, se trouvaient porteurs d’une expérience plutôt négative, celle d’un échec stratégique et d’une mutinerie. C’était là ce que les documents qualifient comme des « personnes de mauvaise qualité ». Mais cette circonstance particulière ne fait que raviver une situation que le gouverneur juge chronique. Les soldats du préside, depuis des années, sont agités de vaines espérances (cascabeleados), puisque déjà sous Juan de Urbina une mutinerie avait failli éclater.

  • 8 AGS, G y M, leg. 527, doc. 63.
  • 9 AGS, G y M, leg. 514, doc. 78.

7Le meneur à Angra était un soldat du nom de Pedro Garrido. Il avait attendu que le soldat Domingo Fino fût de garde pour tenter de pénétrer dans l’enceinte du fort de San Felipe en construction. Garrido était persuadé que Fino, parce qu’il avait été mis aux arrêts et humilié en 1597 par Antonio Centeno, serait disposé à se venger en aidant les mutins8. Ayant eu vent que quelque chose se tramait, le gouverneur fit transporter les coffres contenant les liquidités et les correspondances du préside derrière l’enceinte et substitua des soldats récemment arrivés à tous les vétérans pour les tours de garde, qui furent de plus renforcés. Partout où les soldats se soulevèrent ou firent mine de le faire, ils lancèrent des cris de ralliement qui sont autant de slogans : « Nous ne sommes pas voleurs mais nous allons tuer les voleurs », « Que vivent Dieu et le roi. Mort aux scélérats » ; « Espagnols voilà les promesses que vous nous avez faites ; amis soulevez-nous ! » ; « Scélérats ! Poules infâmes ! Voilà donc comment vous tenez parole ! »9. De façon symétrique, la justice militaire accroche aux cadavres des condamnés suppliciés des pancartes qui répondent aux slogans. Arrêtés le lundi 23 février, les soldats mutins Juan Guillén et Juan Daza, furent condamnés à mort et, le mercredi 25 au matin, leurs corps, pendus par un pied, portaient chacun l’écriteau « Pour avoir trahi son seigneur le roi ». Le même jour, Pedro Garrido fut transporté, attaché à un poteau, lacéré par des officiers et des soldats tout au long de son calvaire jusqu’à arriver sur la place d’armes, entièrement bloquée par un escadron de l’armée. Là, il fut garroté devant ses camarades, pendu par un pied avec un écriteau — dont le document ne donne pas le texte. À cinq heures du soir, son cadavre fut décroché et coupé en quartiers qui furent exposés aux quatre coins de la ville, et la tête fut fichée sur un pieu au milieu de la place. Il y eut d’autres condamnés le lendemain, mais également des fugitifs, sans doute aidés par des habitants portugais, et pour lesquels on promit une récompense de cent ducats à qui les livrerait. Un mois plus tard, on ne les avait toujours pas retrouvés.

  • 10 AGS, G y M, leg. 632, doc. 256.
  • 11 AGS, G y M, leg. 601, doc. 140.

8Sous le gouvernorat de Diego de Miranda y Quirós, plusieurs tentatives de mutineries furent détectées. En juillet 1601, des soldats collèrent des affiches dans la forteresse, dans la ville et sur la porte du domicile du lieutenant du gouverneur, Pedro de Heredia10. Ce libelle, qui rendait public le mécontentement du contingent, menaçait les officiers supérieurs en affirmant qu’il se paierait lui-même, si la distribution des soldes et des vivres n’intervenait pas vite. Dès l’année suivante, une autre révolte en préparation au sein de la forteresse San Felipe fut éventée grâce à une fuite. Le meneur de l’opération secrète était l’artilleur Juan Rodríguez. Voyant que l’affaire avait échoué, ce soldat se précipita dans le fossé, survécut à sa chute et subit la torture. Après qu’il eut passé aux aveux, ont été garrotés deux autres meneurs le 8 mai, encore trois le 9 mai et pour finir quatre le 13 mai. Comme bien souvent dans la mise en œuvre de la répression des émeutes populaires dans l’Europe du xviie siècle, le nombre de condamnés par rapport au nombre des soldats impliqués reste limité. Le gouverneur ne pouvait, en effet, se permettre de perdre ses hommes. Ils étaient trop souvent tentés par la désertion, du moins pour ceux qui n’étaient pas mariés sur place. C’est là une conséquence inaperçue des mariages locaux : l’enracinement familial dans l’île et dans la société locale a certainement freiné un certain nombre de tentatives de désertion et de fuite. Le gouverneur comprend ses hommes lorsqu’ils lui reprochent d’avoir échoué à les entretenir : « ils disent que je les ai contraints à n’avoir que la peau sur les os, à rester dévêtus et à mourir de faim avec leurs femmes et leur enfants »11.

9Le plan des mutins aurait consisté à neutraliser les officiers de la forteresse pour qu’ils ne les empêchent pas d’agir au dehors. Ensuite, ils comptaient donner l’assaut à la ville pour contraindre les autorités à les secourir, en attendant l’arrivée des soldes. Conscient du danger extrême que ces soldats faisaient courir à la paix civile dans Terceira et de la probabilité très élevée qu’ils récidivent si leur condition n’était pas améliorée, le gouverneur conclut que le plus sûr serait encore de les renvoyer :

  • 12 Ibid.

Cette place ne sera pas en sécurité tant que sa Majesté n’aura pas donné l’ordre de transplanter ces gens si mal intentionnés, et d’en faire venir d’autres. Le mieux serait encore que ceux-là soient des bleus qui ne connaissent pas le régime de vie d’autres provinces, où les hommes d’arme mènent une vie moins pénible12.

10Cette remarque montre que le gouverneur était rien moins qu’insensible aux difficultés que traversaient ses hommes.

  • 13 AGS, G y M, leg. 608, doc. 338 ; leg. 614, doc. 33.

11Pris entre deux groupes hostiles, ses propres soldats en révolte et les autorités de la ville, le gouverneur en est d’abord réduit à dresser la liste des officiers et sous-officiers qui lui demeurent fidèles, puis à la communiquer au Conseil de la Guerre. Mais la défiance que lui inspirent les notables de la société portugaise est telle qu’il préfère ne pas confier au système de transmission des lettres un rapport écrit donnant toutes les précisions sur la nature exacte de la mutinerie éventée et évitée. Il choisit d’envoyer à la cour « une personne particulière qui présente une relation orale [a boca] à la personne que sa Majesté désignera ». Diego de Miranda y Quirós choisit le trésorier-payeur Diego Hurtado Saravia. La mission Hurtado est pleine d’enseignements. Tout d’abord, le gouverneur a choisi un officier de l’administration militaire castillane qui réside dans l’archipel depuis son expugnación, c’est-à-dire 1583. Ensuite, les pénuries de numéraire sont telles, que le trésorier a dû financer de sa poche le prix de la traversée vers le continent, salarier lui-même son remplaçant pendant le temps de sa mission, se loger et résider à ses frais à la cour13.

  • 14 14 AGS, G y M, leg. 632, doc. 256.

12Le jugement porté sur ces soldats menaçants est nuancé. Le gouverneur établit une distinction entre les anciens officiers, souvent présents depuis le débarquement de 1583, et dont il a tenu à ce qu’ils demeurent dans l’île parmi les cinq cents hommes du contingent. Il les considère comme un « frein » face aux personnels vils et grossiers, dont on peut attendre à tout moment de mauvais coups. Pour s’assurer que les anciens continuent de se distinguer des nouveaux venus qui semblent n’avoir rien à perdre, Diego de Miranda y Quirós multiplie les courriers au Conseil de la Guerre afin de s’assurer que soient garantis les émoluments et avantages offerts aux officiers sur lesquels repose la stabilité de son gouvernement14. Mais la question de l’âge des soldats et de la durée de leur présence dans le préside n’est pas aussi simple. Car, parmi les soldats ordinaires, ceux qui sont installés dans l’île depuis deux décennies font également partie des plus téméraires, lorsque la solde tarde à venir. En sorte que, pour le gouverneur, la situation idéale serait que puisse être pratiquée une purge des militaires ordinaires les plus endurcis et de pouvoir conserver les officiers les plus aguerris pour encadrer la relève des nouveaux venus. Mais les deux types de personnels, soldats et officiers arrivés depuis longtemps dans l’île, ont une expérience en partage, celle des relations matrimoniales et conjugales avec des femmes portugaises, et souvent la fondation de familles. Dans ces conditions, un double régime de la permanence et de la mobilité paraît plus difficile à mettre en place.

  • 15 AGS, G y M, leg. 649, doc. 116.
  • 16 AGS, G y M, leg. 706-1, doc. 84.
  • 17 AGS, G y M, leg. 707-1, doc. 179

13Des désertions se sont produites à de nombreuses reprises avant comme après la création de la forteresse San Felipe. Tel est le cas des six soldats qui firent le mur le 1er juillet 160515. Les phénomènes de désertion dans un contexte régional comme celui d’un archipel isolé dans l’Atlantique prennent un tour particulier. Les soldats qui abandonnent leur poste commencent par vouloir aller d’une île à l’autre, notamment dans le groupe central de l’archipel. C’est ainsi qu’en 1608 six autres fugitifs passent de Terceira à São Jorge. Le capitaine castillan de la localité de Topo, dans l’île de São Jorge, est impuissant à les faire arrêter parce que, dès leur arrivée, ils se sont enfoncés dans l’intérieur de l’île, avec la complicité de sujets portugais. Les autorités de Terceira ont été prévenues avec grand retard parce que personne ne les a averties qu’une embarcation avait été détournée pour eux. Ainsi, dans les deux îles, les déserteurs ont pu compter sur des soutiens auprès de familles locales16. De São Jorge ils passèrent dans l’île de Faial où les franciscains les placèrent à bord d’un navire en provenance du Brésil et en partance pour Lisbonne. Le gouverneur intérimaire a fait — vainement — promettre au supérieur du couvent de Saint-François que les frères n’accorderaient plus l’asile aux déserteurs et ne les aideraient pas à monter clandestinement à bord de navires de passage. Il ne nourrissait guère d’illusion sur le fait que l’argument de la charité chrétienne, en tout état de cause, l’emporterait sur une promesse. Il voulait également que le roi lui confère l’autorité de prendre des mesures de rétorsion contre les pilotes des bateaux qui acceptaient des déserteurs à leur bord, tout en sachant que ces navigateurs demeuraient bien trop indispensables à la bonne marche de l’archipel, pour qu’on pût mettre à exécution un authentique régime de sanction contre eux17.

  • 18 AGS, G y M, leg. 1075, 22 mai 1633.

14En 1633, le licenciado Antonio Gomez Paes, magistrat du préside castillan, a condamné à mort un soldat qui avait attaqué pour le voler le capitaine d’un vaisseau anglais dont il assurait la surveillance. Fait prisonnier, il s’est évadé en sautant depuis la muraille du fort. Il a demandé l’asile au couvent des Augustins. Le capitaine Joseph de Vitoria, lieutenant du fort, a fait encercler le couvent et a courtoisement demandé au prieur de lui livrer le fugitif. Mais après que lui et ses soldats se sont faits copieusement insulter par les frères, il a fait arracher les portes de tous les appartements, jusqu’à trouver le soldat évadé et l’a ramené au château. Le lendemain, le chantre et le trésorier de l’église cathédrale, au nom du chapitre qui gouverne dans l’intérim de la consécration d’un nouvel évêque, se rend au fort pour exiger que le soldat soit rendu en vertu du droit d’immunité, ce qui fut fait sous bonne escorte. Cependant, une commission composée du gouverneur Diego Fajardo, du vicaire général des augustins et du magistrat a statué que le délit commis ne pouvait pas être couvert par le privilège de l’immunité. Le coupable a donc été reconduit au fort pour y être pendu18.

  • 19 Baruch Spinoza, Lettre à Oldenbourg, 7 février 1676.

15Dans la situation de tension engendrée par les conflits de juridictions, a fortiori lorsqu’il s’agit du bornage entre la vie civile d’une couronne et le for militaire d’une autre, on a vu que bien souvent chaque état argumente en faveur des siens. Mais il ne faudrait pas confondre le système de protections que l’immunité juridictionnelle offrait aux sujets de chaque couronne ou de chaque corps social avec une quelconque douceur dans l’application des châtiments. On a vu que les sentences de mort étaient volontiers prononcées, que les accusés étaient soumis à la question, que l’exécution par le garrot ou la pendaison étaient monnaie courante. Ce point est essentiel pour éviter tout contresens sur l’interprétation du système politique d’Ancien Régime, lorsqu’on le présente, comme ici, sous l’aspect d’un assemblage pluraliste de droits, de privilèges, de procédures et de garanties face à la puissance de commandement du prince. Cette société d’arbitrages et de négociations était également marquée par un niveau très élevé de violence quotidienne. Le soldat armé et affamé errant dans les rues de la cité peut devenir un fauve. Chacun s’accorde à penser que, lorsque les fauves montrent les dents, il est juste et nécessaire de les abattre. La célèbre remarque de Spinoza sur la dangerosité de l’homme enragé exprime ce balancement : « Qui devient enragé par la morsure d’un chien doit être excusé à la vérité et cependant on a le droit de l’étrangler.19 » La prise en compte de la pluralité des cas et la méditation sur les causes du mal n’émoussent pas la rigueur du châtiment.

16On a également pu constater que de la bonne volonté réciproque se manifeste bien souvent de part et d’autres de la séparation juridictionnelle entre les couronnes de Castille et du Portugal. D’un côté, la volonté unilatérale de certains gouverneurs de moins empiéter sur la juridiction urbaine d’Angra et de compter sur une bonne coordination avec les magistrats portugais. De l’autre, la mobilisation des élites portugaises en faveur du bon fonctionnement du préside, sauf en cas d’excessive tension économique ou d’abus fiscaux. Pour ne rien gâcher, mariages et parrainages unissaient dans une autre sphère de leurs activités officiers castillans et notables portugais. À ces différents registres, d’hostilité réciproque et de désir de coopération, il faut en ajouter un essentiel : la dénonciation par le commandement castillan lui-même des travers de la troupe. On l’a vu à propos des mariages et des effets émollients de la vie conjugale. Mais face au comportement collectif de ses hommes, après que l’institution militaire a eu à prévenir ou à punir des faits de mutinerie et de désertion, le gouverneur en charge du préside en 1612 rédigea un réquisitoire plus sévère sans doute que ce qu’avaient pu écrire les notables portugais et leurs représentants occasionnels à la cour depuis des décennies.

17Le texte de Pedro Sarmiento vaut la peine d’être lu, dans son rythme propre :

  • 20 AGS, G y M, leg. 771, 24 février 1612.

Lorsque je suis arrivé, la situation était très désordonnée en raison de l’absence de punitions. Le pays ressentait une vive inimitié contre nos soldats, et c’était de notre fait. Deux révoltes de grande ampleur s’étaient produites, de sorte que les gens du pays sentaient que leurs biens, à la campagne comme en ville, ne se trouvaient plus en sécurité. Lorsqu’une partie du contingent a quitté l’île, Luis Fajardo a laissé ici trois cents hommes choisis parmi les moins civils de la flotte, des gens de sac et de corde, et autres malfaiteurs. Après la mort de Diego de Miranda y Quirós et l’intérim de Francisco de la Rua, à la veille de ma venue, ces soldats étaient devenus les rois de la rapine, aucune maison n’était sûre en ville et aucun bien ne l’était à la campagne. Il leur arrivait même de prendre le maquis et d’y rester une année et parfois deux, vivant de larcins et sans rejoindre leur compagnie. Pendant l’été, il arrivait qu’ils prissent d’assaut des embarcations pour se faire conduire sur d’autres îles et de là monter à bord de navires afin de disparaître. Leur vilenie était telle que lorsqu’on leur distribuait des uniformes ils les vendaient ou les jouaient. S’ils craignaient d’être punis, ils négociaient la doublure de leurs chausses et leur chemise, ne conservant que le col. Et ils étaient nombreux à le faire. Sur les souliers, je leur consens un crédit afin qu’ils puissent prendre leur tour de garde chaussés. Aujourd’hui, on les leur cède pour quatre réaux à crédit, le lendemain ils les revendent au prix de deux réaux, avec lesquels ils jouent. Ensuite, ils prétendent ne pas pouvoir assurer leur tour de garde parce qu’ils vont nu-pieds. Leur malice les pousse même à briser leur épée pour en vendre la garde et les fragments, en attendant qu’on leur consente un crédit pour en acquérir une nouvelle. Tous les jours, ils se chapardent les uns les autres leur chemise ou leur cornet à poudre, en sorte que rien n’est moins assuré qu’un corps de garde ; ils se traitent de menteurs, se giflent et se battent. Ainsi, l’un d’entre eux qui avait été chargé de surveiller la prison, arracha les chemises de forçats qui travaillaient au chantier, alors qu’il était là pour le garder.
Pour répondre à ces méfaits et à quelques autres, j’ai dû appliquer des punitions contre les hommes de mauvaise vie, et bien des situations ont été ainsi corrigées. Désormais, les gens se sentent plus tranquilles, le pays est satisfait et il est revenu dans notre amitié, en constatant que les biens sont protégés, qu’ils peuvent les conserver à leur domicile, ce qui est indispensable pour le bon service de Votre Majesté. Ce redressement m’a beaucoup coûté.
Le chapelain du fort, Manuel de Resendes, naturel de l’île a été nommé par Votre Majesté. C’est un fauteur de troubles et il adore tenir des réunions et animer des factions parmi les soldats. Il a servi en Flandres, où il a assisté à des mutineries. Il en parle beaucoup devant les corps de garde et sur les postes de la muraille où se tiennent les soldats, il leur raconte ces événements. Sa malice en est arrivée au point qu’il leur demande pourquoi ils acceptent que je les punisse. Il leur conseille de s’assembler, de refuser les sanctions. Il leur propose de lui confier un mémoire et une liste qu’il s’engage à porter en leur nom à la cour, comme leur représentant. D’où vient la témérité de ce chapelain ? L’été dernier, il avait affrété un navire pour aller vendre aux Canaries vingt ou trente moios [huit cents litres] de blé qu’il possédait ici, et rapporter du vin avec le produit de cette vente, car on en manque ici et qu’il coûte très cher. Il m’avait demandé une licence pour pouvoir accompagner cette expédition, or je ne pouvais pas lui accorder le droit de quitter le royaume et j’avais besoin de lui. Il en a conçu une telle rancœur qu’il a tout fait pour me mener la vie dure, et il a trouvé à me reprocher les punitions que j’infligeais aux soldats. Il les a troublés et secoués à tel point que si je n’y prenais garde ils pourraient bien le choisir comme chef. Sa malice m’en a coûté et j’ai fini par l’expulser de la forteresse et par diminuer son salaire, en attendant que Votre Majesté m’ordonne ce que je dois faire. S’il n’était pas prêtre je le chasserai volontiers de l’île car c’est ce qu’il y aurait de mieux à faire20.

18Le gouverneur montre ainsi qu’il est rien moins que complaisant à l’égard des hommes placés sous son commandement. Le clivage des « nations » se trouve ici doublement surmonté. D’un côté, l’officier supérieur castillan comprend l’exaspération qu’engendrent dans la population portugaise les comportements prédateurs des hommes de troupe. D’un autre côté, il identifie celui qui donne forme à la protestation des soldats contre la mise au pas qu’ils subissent en la personne d’un aumônier portugais du préside. Cependant, la principale leçon qu’on peut tirer du récit de Sarmiento n’est peut-être pas le dépassement de la frontière entre Castillans et Portugais, dont a vu jusqu’à présent plusieurs expressions. La présentation des événements abolit la distance qui sépare le petit banditisme individuel de la dissidence politique organisée. La multiplication des larcins et des manifestations d’inconduite est comprise comme un processus politique, non seulement parce qu’elle crée un mouvement d’opinion négatif dans la population urbaine, mais aussi parce qu’elle suscite la planification d’une action collective contre les décisions adoptées par le commandement du préside au sein même du contingent. Le moins que l’on puisse dire est que le chapelain Manuel de Resendes, tel qu’il est décrit dans la lettre de Sarmiento, n’est pas un homme unidimensionnel : naturel de Terceira, ecclésiastique, négociant en grains et vins, camarade des soldats castillans, chef de conspiration et porte-parole des fauteurs de troubles. On ignore, bien entendu, si le portrait qu’en donne le gouverneur est exact, du moins doit-on supposer qu’il est tenu par son auteur pour assez vraisemblable pour être envoyé au Conseil de la Guerre, qui n’est pas composé de naïfs.

19La capacité critique des gouverneurs ou, s’ils ont raison dans leurs appréciations, leur lucidité joue dans plusieurs sens. Ils ont tous, à des titres divers, eu à réfléchir sur le problème des effets produits par la présence de la force armée sur une société ordinaire. L’institution militaire pouvait être source d’ordre comme de désordre public, mais avec cette particularité de faire grimper le degré de dangerosité des rapports sociaux, en raison de la violence potentielle de tout conflit impliquant des hommes d’arme. Depuis qu’il avait commencé à occuper la charge de gouverneur, Gonzalo Messía, avait suivi la ligne de son prédécesseur Pedro Sarmiento en appliquant la prévention et la répression des désordres commis par les soldats du contingent, d’une main de fer. Mais après quelques années de ce régime, il constatait les effets pervers de cette sévérité :

  • 21 AGS, G y M, leg. 825, 27 septembre 1617.

Comme Votre Majesté l’aura su par les gens de l’île, depuis que je suis arrivé je me suis appliqué à imposer aux hommes du préside une grande modestie et un accord avec le pays, en punissant avec la dernière sévérité les soldats qui auraient mal agi, et encore n’en ai-je pas eu bien souvent l’occasion. Nous avons appliqué une rigueur qui a rendu les soldats si humbles et contrôlés que quatre ou six naturels agités et criminels, hommes qui ne respectaient plus les magistrats et qui étaient habitués aux insultes, molestaient et insultaient nos soldats. Ils leur montraient combien était vivante en eux la mémoire des événements qui doivent être et demeurent oubliés des personnalités importantes et des gens de bonne volonté. Parfois ils ont blessé des soldats en surprenant certains qui étaient isolés, en lançant des défis à d’autres. Les miens protestaient contre la prison dans laquelle je les tenais, en leur interdisant de répliquer. Je me suis adressé à plusieurs reprises aux juges ordinaires, alors que le corregedor João Correia de Mesquita était absent, lui qui aurait pu remédier cette situation. Ils m’ont assuré qu’ils feraient tout ce qui était possible pour me satisfaire. Mais comme les fauteurs de troubles étaient parents et associés des principaux magistrats, jamais aucune peine n’a été prononcée. Ces gens de mauvaise vie, lorsqu’ils dissimulent leur excès cela les encourage à en commettre de nouveaux, sans leur inspirer la moindre crainte. Leur meneur s’appelait Francisco Scarcia. Il a pénétré avec l’un de ses neveux dans une caserne du préside où, bien qu’il fût marié, il avait une liaison avec une donzelle, ils croisèrent un groupe de soldats, l’oncle, dans leur langue, dit à voix basse au neveu de ne pas regarder ces chiens pour qu’ils ne s’imaginent pas qu’ils les redoutaient et d’autres mots que les témoins n’ont pas bien entendus, même s’ils ont eu l’impression qu’il s’agissait d’injures. Les soldats les ayant entendus les suivirent jusque dans une rue où il y avait peu de gens, ils dégainèrent deux à deux et Scarcia reçut deux estocades dont il mourut. Il était parent des meilleures familles du pays, bien que mal vu en raison de son comportement. Mais, dans ces circonstances, le conflit l’ayant opposé à des Castillans, certains de ses parents ont montré qu’il fallait les juger autrement que selon leur apparence, et d’autres ont fait preuve d’un grand zèle pour éteindre l’incendie qui se déclencha. Le corregedor étant revenu, il agit avec doigté et prudence. Les soldats impliqués se retirèrent dans la cathédrale. Aussitôt, j’ai fait garder et encercler le bâtiment par des soldats du contingent et par des Portugais. J’ai entrepris les démarches pour vérifier s’ils pouvaient bénéficier du droit d’asile. La réponse a été positive dans la mesure où ils avaient été provoqués. Pour le moment, ils demeurent retirés dans le sanctuaire, ce qui signifie la perte de deux hommes au moment où nous avons tant besoin d’eux. Car s’ils étaient arrêtés à l’extérieur, on ne pourrait pas faire autrement que les punir. Étant donnée la faute qu’ils ont commises, le mieux pour eux serait encore qu’ils s’échappent21.

20Confronté à cette impasse juridique et à ce dilemme politique et moral, le gouverneur en est réduit à espérer que les notables dont les fauteurs de troubles sont les parents seront assez responsables pour brider les ardeurs et les folies de certains membres de leur famille. L’hypothèse qui est exclue serait de laisser libre cours à l’auto-défense des soldats castillans face à leurs agresseurs portugais, dans le cadre de la coexistence entre contingent et société locale à Angra. L’administration du gouverneur Gonzalo Messía coïncide avec la fin du règne de Philippe III aux Açores, qui n’avait guère été épargné par des désastres comme l’épidémie de 1599 et le tremblement de terre de 1613, ni par la crainte redoublée des attaques pirates, ni par les tensions engendrées par la mise en œuvre du co-financement luso-castillan de la construction de la forteresse, ni par la multiplication des désordres au sein d’un contingent victime de toutes sortes de pénuries. Avec le nouveau règne, les sources d’affrontement se multiplient : la reprise des hostilités contre les Provinces-Unies à partir de 1621 est lourde de conséquences sur l’union des couronnes. L’espagne s’enfonce dans le gouffre financier d’une guerre sans issue. De surcroît, elle impose à ses territoires, à ses ports, aux compagnies de négociants et aux familles de la monarchie de cesser tout échange avec les puissances hostiles d’Europe : l’Angleterre, les Provinces-Unies, la France. Toutes les parties de l’empire subirent les effets de ce tournant de la politique espagnole, Terceira comme les autres, mais à sa façon.

Un gouverneur contre les notables : Pedro Esteban de Ávila

  • 22 AGS, Guerra y Marina, leg. 1325, 26 mai 1628 ; 22 juillet 1628 ; 6 septembre 1628.

21La conflictualité récurrente aux Açores s’inscrivait dans une conjoncture de tension généralisée au Portugal, dès la seconde moitié des années 1620. Ainsi, du printemps à l’été 1628, la cour de Madrid avait reçu des informations groupées sur des rixes opposant les soldats logés en ville avec les habitants portugais dans les villes de Santarem et de Setubal. En août, des rapports décrivaient des échauffourées entre citoyens portugais et soldats castillans à Lisbonne. Ils informaient la cour sur la façon dont l’archevêque de Lisbonne entravait toute poursuite judiciaire contre les révoltés. Au même moment, le domicile d’un officier de finances dépêché par le capitaine général castillan Fernando de Toledo dans la ville d’Aveiro était lapidé par la population en colère. Les fenêtres de sa maison volèrent en éclat, le bureau fut ravagé par des assaillants qui se réclamaient des magistrats du royaume contre l’autorité financière de l’administration militaire castillane. Tandis qu’à Madère les autorités municipales du Funchal, contre les embargos commerciaux décrétés par la cour et leur application par la juridiction militaire, encourageaient les négociants locaux à commercer avec les flottes anglaises et hollandaises. L’officier qui mène l’enquête à Madère sur ces délits majeurs est molesté par la milice portugaise, jusque dans une église de la ville. La simultanéité de ces nouvelles devait frapper les hauts magistrats de Madrid22. Pour que personne ne pût y voir une coïncidence fâcheuse, le capitaine-général Fernando de Toledo commentait la situation en ces termes :

  • 23 AGS, Guerra y Marina, leg. 1325, lettre de Fernando de Toledo au roi, 19 août 1628.

Sire, dans ce royaume on aime son roi de Portugal mais pas Votre Majesté. Ils ne respectent personne, et ils ont perdu toute crainte face aux ordres et aux armes de Votre Majesté. Les choses en sont arrivées au point qu’il est indispensable au service de Votre Majesté que les présides cessent d’être méprisés. Il faut également que l’on punisse des magistrats de cette couronne afin de calmer l’inquiétude du peuple et de prévenir le danger que fait courir le bruit d’un retour du roi Sébastien. Car ceux-là même qui n’y croient pas l’interprètent comme le signe que les esprits sont prêts à toutes les aventures23.

22Le cas de l’archipel des Açores, en réalité, s’inscrit dans un système, celui de l’empire formé par l’union des couronnes, de sorte que les dysfonctionnements qu’y constatent certains des correspondants du Conseil de la Guerre reproduisent un modèle connu par ailleurs. En 1634, par exemple, un officier de finances castillan affecté à l’administration militaire de Lisbonne posait le problème général en ces termes :

  • 24 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, leg. 722, lettre de Francisco de Molina, 16 février 1634.

Il se pourrait qu’un jour Votre Majesté fût informée que l’ennemi viendrait infester les côtes du royaume de Portugal, et qu’elle voulût mobiliser des soldats, mettre en défense les forteresses, distribuer munitions et vivres pour la troupe aussi longtemps que durerait l’assaut à l’aide de revenus portugais, mais tout cela se fait avec bien peu d’argent disponible […] les magistrats portugais estiment que les rentes provenant des fruits de ce royaume ne peuvent être attribuées que par eux et pour son seul bénéfice. Le roi notre seigneur dépense chaque année de très grandes sommes d’argent tirées des finances du royaume de Castille, pour la défense et le bienfait de ce royaume, en navires et en galères qui parcourent et nettoient les côtes. Le pays se trouve exposé par négligence aux coups de l’ennemi : s’il parvenait à débarquer il ferait courir de graves dangers, car les forteresses sont si mal équipées qu’on peut y pénétrer à pied et même sans armes, puisque leur artillerie est démontée. Et je ne parle pas de ce que Sa Majesté a dépensé pour récupérer Bahia ni du secours du Pernambouc, ni l’entretien ordinaire des hommes d’armes des garnisons24.

  • 25 Stuart B. Schwartz, « The Voyage of the Vassals. Royal power, noble obligations and merchant capita (...)

23L’appréciation des comptables des finances de Castille se nourrit des informations reçues de leurs homologues des autres conseils de la monarchie qui travaillaient à quelques mètres au sein du palais royal de Madrid, qu’il s’agisse du Conseil de la Guerre, mais aussi du Conseil du Portugal ou du Conseil des Indes. Ils font référence à la brillante démonstration de solidarité guerrière, financière et politique qu’a représenté la libération par une flotte hispano-portugaise de la ville de Bahia occupée par les Hollandais en 162425. Ils constatent que dix ans plus tard, non seulement les deux couronnes sont incapables de chasser Maurice de Nassau de la région sucrière du Pernambouc, mais encore que le niveau de sécurité maritime sur la façade atlantique de la péninsule Ibérique s’est dégradé. Les membres du Conseil des Finances de Castille comprennent que la haute magistrature portugaise était prête à justifier l’alignement des choix portugais sur les directives de la monarchie commune, si trois conditions étaient réunies : pas d’extraordinaire fiscal, des succès militaires et l’exemption de l’application des embargos sur le commerce avec les puissances protestantes et la France. Tel est le cadre d’interprétation des tensions politiques sur le terrain que les conseillers exposaient à leur roi. Les événements qui se produisirent à Angra sous le gouvernement du castillan Pedro Esteban de Ávila, à partir de 1623, peuvent être lus à la lumière de cette vision globale.

24Un avis (consulta) du Conseil de la Guerre de Madrid daté du 28 octobre 1632 reprend le fil d’une série d’événements qui se sont enchaînés depuis 1623 :

  • 26 AGS, G y M, leg. 1325, 28 octobre 1632.

La défense de l’île Terceira et de la place d’Angra se compose de deux juridictions distinctes et séparées ; la première est celle de la forteresse de San Felipe et des personnels de guerre dont Votre Majesté dispose dans la dite ville sous l’autorité du gouverneur qui y réside ; la seconde relève des personnels naturels qui sont répartis en compagnies sous la direction de capitaines portugais et au-dessus d’eux un capitaine général, lui aussi portugais, exerce le commandement26.

  • 27 AGS, G y M, leg. 801, 21 décembre 1615.

25Cette présentation est rédigée par le secrétaire du Conseil. Elle conserve avec précaution l’indéfinition de la juridiction de fait des autorités militaires castillanes dans l’île. Le rédacteur résume, dix ans après les événements, les principaux éléments du processus de crise. D’une part, dès sa prise de poste en 1622, le nouveau gouverneur castillan, Pedro Esteban de Ávila, a pris conscience de la puissance sociale et politique de deux personnages liés entre eux, Manuel do Canto e Castro, surintendant des flottes des Indes, et Pero Vaz Freire, corregedor des Açores. Le premier exerce son office depuis une vingtaine d’années, tandis que le second qui vient d’arriver est soumis au rythme triennal des changements de corregedores. Manuel do Canto e Castro avait par le passé travaillé en bonne intelligence avec plusieurs gouverneurs, notamment avec Gonzalo Messía27. Pendant son mandat, Pedro Esteban de Ávila s’est mesuré aux notables insulaires sur le thème lancinant du logement des soldats de sa troupe en pleine ville. Sur cette source constante de tensions est venue se greffer une circonstance particulière. La pression d’une menace extérieure avait poussé le gouverneur à exiger qu’on lui fournît en urgence les moyens de tenir un siège. Le refus que lui a opposé la municipalité, a conduit le haut officier espagnol à lancer une fausse alarme afin de placer les autorités portugaises face à leurs responsabilités. Le stratagème a échoué et les soldats castillans se sont trouvés assiégés non pas par une flotte venue de Hollande, mais par leurs concitoyens portugais emmenés par Manuel do Canto e Castro. Il en est résulté une canonnade de la forteresse en direction de la résidence du surintendant portugais des flottes des Indes et une série d’échauffourées entre soldats des deux juridictions.

26Bien avant que ces événements n’éclatent, note le secrétaire madrilène du Conseil de la Guerre, Pedro Esteban de Ávila avait protesté contre l’attitude de nombreux notables de Terceira. Les autorités de la cour avaient reçu quantité de rapports qui établissaient des listes de personnalités portugaises des Açores qui entravaient la bonne marche de la politique de mise en défense de l’île. Non seulement ces hommes refusaient d’apporter leur concours à la troupe castillane mais encore menaient-ils la vie dure à ceux de leurs voisins et proches qui, au contraire, avaient établi un excellent commerce avec les hommes de la forteresse. Le drame du gouverneur Pedro Esteban de Ávila à Angra se déploie sur les trois années 1623, 1624 et 1625. Le personnage s’était forgé une carrière au mérite car, fils naturel du marquis de Las Navas, il avait acquis le titre de gentilhomme (hidalguía), bien que né illégitime, en servant dans les guerres aux Provinces-Unies, mais aussi aux Philippines dans la défense des Moluques contre les Hollandais. L’historiographie américaniste le connaît bien mieux que la péninsulaire, car après son passage aux Açores il devint le troisième gouverneur en titre de la ville de Buenos Aires. Dans les correspondances qu’on a conservées de lui aux Archivos General de Indias à Séville comme aux Archives de la Nation à Buenos Aires, il arrive qu’il fasse allusion à son gouvernorat aux Açores, non sans amertume.

  • 28 AGS, G y M, leg. 897, 04 avril 1623. La plupart des lettres de Pedro Esteban de Ávila qui sont cité (...)

27Reprenons le fil des événements tels que Pedro Esteban de Ávila en a rendu compte. En avril 1623, une première lettre présente le système politique et territorial de l’île dans des termes qu’aucun de ses prédécesseurs n’a employés28. D’une part, il distingue le secteur de la ville d’Angra et celui de la ville de Praia comme deux polarités rivales qui communiquent peu et mal entre elles. Les capitaines de compagnies de milice de part et d’autre ne se concertent pas. Il observe que ce ne fut pas par hasard que le marquis de Santa Cruz avait débarqué ses hommes en 1583 justement entre les deux secteurs, dans ce qui s’apparente à un ventre mou de la défense. D’autre part, le gouverneur affirme que la société de l’île toute entière est divisée en deux factions, les nobles comme les gens de peu adhèrent nécessairement à l’une ou à l’autre. Les corregedores pour ne pas être emportés par ces conflits ont toujours évité de traiter la question des rivalités entre les deux partis (bandos). Pedro Esteban de Ávila tire de cette description la conclusion que le responsable du contingent et de la forteresse est le seul véritable garant d’une certaine neutralité comme représentant du roi qui doit éviter l’identification à l’une des factions. Il se trouve de fait responsable de l’unité locale, dans ses dimensions politique et territoriale, face à tous types de danger. C’est pourquoi il est indispensable, selon lui, d’en revenir à des pratiques dérivées de cette sorte de droit de conquête tempéré et provisoire, tel qu’il fut appliqué à la suite de la victoire espagnole de 1583. Le point essentiel est de faire à nouveau accepter aux institutions locales la participation du gouverneur aux procédures de désignation des capitaines de compagnies de la milice portugaise, mais également sa présence aux élections des échevins. Selon ses propres mots, il ne prétend pas « acquérir une plus large juridiction » mais assister aux procédures pour décourager les comportements factieux. Les circonstances s’y prêtent et un fort sentiment d’urgence traverse sa description. Des pilotes venus accoster à Angra ont transmis des informations sur le fait qu’une flotte hostile aurait quitté la Hollande, et qu’elle serait commandée par dom Manuel, le fils du défunt prétendant, Antoine prieur de Crato « dont le nom n’est pas oublié parmi les gens d’ici ».

28La lettre datée du 16 mai 1623 présente les premiers éléments du conflit qui oppose le gouverneur à plusieurs des principaux notables d’Angra. Coup sur coup, il reçoit deux séries de nouvelles sur l’arrivée en Atlantique oriental de flottes venues d’Alger, l’une de cent quarante voiles, l’autre de cinquante voiles. Le très sérieux surintendant castillan des flottes océanes qui réside à Lisbonne, Fernando Alvia de Castro, estime que les corsaires barbaresques ont le projet d’envahir l’île de São Miguel. Dans ces circonstances, le gouverneur convoque à la municipalité d’Angra les deux plus hautes personnalités portugaises, Manuel do Canto e Castro, surintendant des flottes des Indes et à cette date capitaine-général des milices portugaises, et le corregedor Pero Vaz Freire, pour leur demander de procéder à une mobilisation extraordinaire en hommes et en moyens pour assurer la défense de Terceira et envisager un secours pour São Miguel. Suivant son expression cocasse, « l’un fit l’idiot et l’autre joua les malades », alors que rien n’indique qu’ils soient en mauvaise santé. Une seconde convocation leur est adressée, au nom de la défense de la commune patrie, mais rien n’y fit. En attendant, le gouverneur prit l’initiative d’envoyer des corvettes pour prévenir toutes les îles du danger imminent. Il ne s’agissait pas d’un fantasme, comme le montre le bombardement qu’une flottille de huit navires ennemis infligea à l’île de Graciosa le 18 avril. Une semaine plus tard, c’est une armada de vingt embarcations hollandaises et barbaresques qui s’en prennent à l’île de Faial, proche de Terceira. Dans l’un et l’autre cas, même sans que les ennemis procèdent à un débarquement, leur présence dans les eaux de l’archipel constituait un danger considérable pour les flottes revenues des Indes. Entre temps, le collège des gouverneurs portugais de Lisbonne, qui exerçait alors la fonction de vice-roi de Portugal, écrivit à Manuel do Canto e Castro pour lui intimer l’ordre de pourvoir à la défense de l’île. C’est ainsi que Pedro Esteban de Ávila put enfin discuter avec les deux notables portugais au siège de la municipalité.

29S’adressant à sa hiérarchie militaire et juridictionnelle, Pedro Esteban de Ávila dénonce tout autant les manquements de la couronne de Castille à l’égard du préside et de ses installations. Il dresse un bilan désolant de l’état de l’artillerie installée sur les ouvrages défensifs de l’île. Quant à l’infrastructure de la forteresse, on peut mesurer que les progrès attendus par ses prédécesseurs ne se sont pas réalisés. Les parties de l’ouvrage qui sont terminées sont déjà très endommagées, alors même que tout n’est pas construit. La question du logement des soldats n’est toujours pas réglée. Ils se serraient dans une caserne adossée aux murailles avant que la municipalité ait obtenu qu’elle fût évacuée, en échange de pauvres maisons qui ne sont que des huttes (chozas), et dont il a bien fallu se contenter pour ne pas ouvrir un autre front de conflit.

  • 29 AGS, G y M, leg. 490, doc. 10.

30Au mois de juin, le gouverneur n’a rien obtenu d’autre que du bois de chauffage et des barriques d’eau pour mettre la forteresse en état de défense. Il prend alors la décision de réquisitionner des vivres. C’est le prétexte attendu par Manuel do Canto e Castro, soutenu par le corregedor Pero Vaz Freire et la plupart des édiles, pour manifester leur hostilité à l’institution du préside. Le vieux surintendant des flottes des Indes est présenté comme le véritable patron d’Angra ou, à tout le moins, le chef incontesté d’une des deux factions qui organisent la vie politique sur place. Dans une lettre du 19 juillet, le gouverneur livre un élément de taille : Diogo do Canto e Castro, frère de Manuel, est magistrat et « conseiller » du corregedor. Cette fonction n’existe pas sur le plan formel, mais la remarque signifie que le frère du surintendant des flottes et capitaine-général de la milice appartient à l’officine du corregedor et, à ce titre, il est clair que ces notables font cause commune. Le corps de ville est également présenté comme entièrement acquis à la faction, dans la mesure où l’un de ses échevins est frère de Manuel do Canto e Castro, et un autre est cousin germain de son épouse. Partant, Pedro Esteban de Ávila l’accuse de faire nommer les édiles à sa convenance et d’intimider le corregedor. Le plus haut magistrat des finances portugaises à Terceira, le provedor da fazenda Antonio Ferreira fait, lui aussi, partie du clan. Pour compléter les dispositifs, Canto e Castro a fait dépêcher à la cour un notable de la ville, Lopo Gil Fagundes de Sousa, chevalier de l’ordre du Christ, qui fut lui aussi capitaine-général des milices de Terceira, puis magistrat du corps de ville d’Angra. Le personnage, dont le capitaine castillan Francisco de La Rua se vantait à la fin du siècle précédent d’être le beau-frère, s’était illustré par son goût pour la coopération avec les autorités du préside castillan sous d’autres gouverneurs29. Sa députation à Madrid intervient quarante années après une première mission à la cour de Philippe II en représentation de la même municipalité. Le dispositif ainsi décrit par le gouverneur est d’une grande banalité et on en retrouverait des précédents dans le passé de Terceira, comme dans une infinité de cas sur l’ensemble des territoires de la monarchie hispanique. Dix ans plus tard, le gouverneur Diego Fajardo décrivait des pratiques politiques très semblables, et définissait avec ironie ces ambassades de plaideurs portugais à la cour :

  • 30 AGS, G y M, leg. 1075, 9 février 1633.

C’est là les fortifications avec lesquelles ils se défendent, si d’aventure l’ennemi venait à attaquer30.

31En revanche, ce qui s’avère plus singulier, dans la dynamique des événements de 1623-1625 c’est le fait que l’appartenance de Manuel do Canto e Castro à l’une des familles qui s’est le plus fermement opposée à la reconnaissance de Philippe II entre 1581 et 1583, détermine les adhésions à la faction qu’il dirige. Quarante ans exactement après la victoire du marquis de Santa Cruz,

les personnes qui ont choisi le service de Votre Majesté au cours de la rébellion qui a saisi l’île ne suivent pas Manuel do Canto e Castro et voient d’un mauvais œil que ce Monsieur essaie de tout régenter et de se faire le seigneur de tout, sans grand zèle pour le service de Votre Majesté ni pour la défense de la patrie […] quant à moi je choie ces gentilshommes et ces messieurs afin de les maintenir au service de Votre Majesté, c’est pourquoi Manuel do Canto e Castro et ses sbires les abhorrent.

32Une lettre du 19 juillet, dans le même sens, précisait que deux des principaux soutiens du surintendant n’étaient autres qu’un artilleur du nom de Fernão Feijo (sic), dont le père aurait été pendu sur ordre du marquis de Santa Cruz en 1583, et un certain Christovão Borges, capitaine d’une compagnie de la milice et membre du conseil municipal d’Angra, réputé comme dangereux et dont les oncles auraient, eux aussi, été exécutés à l’arrivée de l’administration castillane. Cette adhésion première, puis le ressentiment éprouvé en raison des douleurs de la répression espagnole, se traduit par une attitude déloyale, écrit le gouverneur dans une lettre de septembre 1623 : « ils ont eu des intelligences avec dom Manuel fils de dom Antonio, et avec les ennemis ».

33En effet, jusqu’alors, il semble qu’une telle évocation des violences espagnoles de 1583 et de la transmission de la mémoire des représailles au sein des familles, ne soit pas très souvent apparue dans la correspondance des autorités du préside pendant les quarante années qui précèdent cet ensemble de lettres de 1623, ou du moins pas sous une lumière aussi crue.

  • 31 AGS, G y M, leg. 1325, 5 juillet 1630.

Ces individus s’emploient à rendre odieux le nom de Castillan auprès des Portugais. De fraternels qu’ils étaient, ils sont passés à la haine mortelle et la détestation31.

  • 32 Michel Foucault, Il faut défendre la société, Paris, EHESS-Gallimard Seuil, Coll. Hautes études, 19 (...)

34Le gouverneur suggère que l’hostilité foncière à l’égard de la couronne castillane est une rivière souterraine que nul n’avait vu ressurgir jusqu’au conflit qui l’oppose à quelques personnalités de premier ordre. Sans doute est-ce là une façon de peindre au plus noir possible la nature des tensions qu’il se propose de maîtriser. La description d’un rejeu des lignes de failles de la période 1581-1583 vise à ébranler la tranquillité des destinataires de la lettre. Le fait que cet argument apparaisse comme une ressource dans un exercice de rhétorique politique de cette époque mérite d’être souligné. Il montre que les acteurs de l’union des couronnes sont capables de thématiser la mémoire des affrontements passés comme un élément qui organise en profondeur, peut-être même en secret, le cadre de vie commune. Sous le vernis d’une société pacifiée et qui paraissait assemblée autour d’une fidélité et d’un système politique stabilisés, deux peuples continuent à se défier et à se mesurer. Une telle interprétation des mouvements qui traversent les populations est attestée sur bien d’autres terrains sous l’Ancien Régime européen. On peut penser à la façon dont les sociétés ibériques ont construit l’opposition, au sein de la communion catholique romaine, entre le peuple légitime des vieux-chrétiens et l’apport illégitime des nouveaux-chrétiens. Les « guerres des races » qui ont été imaginées, en Angleterre sur l’affrontement entre Anglo-Saxons et Normands ou en France entre Gaulois et Francs, ont fait l’objet de discours très élaborés32. Mais l’idée que la paix civile apparente ne serait jamais qu’une trêve et que l’institution monarchique ne peut baisser la garde en raison des risques de retour aux conflits entre les peuples qui forment la société est présente, bien que de façon moins élaborée, sur d’autres terrains. La description de la politique locale comme le terrain de factions qui peuvent alternativement s’affirmer, y compris par la force, ou bien être mises en sommeil, fait écho à cette idéologie à son échelle propre.

35Cependant, la division des camps en 1623 n’obéit pas exactement à l’opposition entre antoniens et philippistes de 1583, ni même à la distinction entre naturels des couronnes de Portugal et de Castille. En effet, Lopo Gil Fagundes de Sousa qui a si bien su nuire à Pedro Esteban de Ávila pendant sa mission à la cour, descend d’une famille qui s’était prononcée en faveur de l’option espagnole à ses risques et périls, à l’époque où les partisans de dom Antonio contrôlaient l’île, et qui en a été récompensée. De plus, un des principaux alliés de la faction de Manuel do Canto e Castro est le comptable castillan du préside Jerónimo de Rojas, dont le lecteur verra plus loin jusqu’où il fut capable d’aller dans son combat contre le gouverneur.

36Reste que l’hypothèse de la permanence des lignes d’affrontements des années 1581-1583 porte loin, puisqu’elle alimente le soupçon d’une trahison à l’égard de la monarchie. Après tout, il s’agissait d’une transposition dans l’élite d’Angra de ce qu’avait été jusqu’à cette date le comportement du réseau des partisans d’Antoine prieur de Crato et de ses fils, auprès d’Elizabeth d’Angleterre, d’Henri IV et des États des Provinces-Unies. Le gouverneur accuse la faction qui lui résiste de faire le jeu des Provinces-Unies dans leur expansion au détriment de l’empire hispanique. Dans l’état de délabrement du dispositif de défense de l’île qui résulte du refus des notables de toute forme de coopération avec le gouverneur, si la flotte hollandaise investissait le territoire, les Portugais n’auraient que deux options : soit une reddition totale, soit prendre le maquis, mais en tout cas abandonner le port d’Angra. La résurgence des projets antonistes se déployait sur un fond plus mystérieux, celui du sébastianisme toujours présent, tel que l’avait décrit Diego de Miranda y Quirós en 1602 :

  • 33 AGS, G y M, leg. 601, 7 mai 1602.

Le bruit enfle que le roi Sébastien, Dieu ait son âme, reviendrait à la tête d’une grande flotte pour reprendre le royaume et les îles, ce qui bouleverse les gens qui chez nous y croient autant qu’à leur propre mort33.

  • 34 AGS, G y M, leg. 1325, 19 août 1628.

37Bien plus tard encore, à l’été 1628, Fernando de Toledo capitaine-général des forces armées castillanes au Portugal, faisait part au Conseil de la Guerre de l’incapacité des magistrats portugais à faire taire la rumeur — et l’espoir — selon lequel Sébastien, cinquante ans après sa mort au Maroc, était alors sur le point de revenir34.

38Les dangers que la menace antoniste faisait peser sur les Açores étaient pris très au sérieux par les gouverneurs successifs. Ils s’étonnaient que les conseils de la cour n’aient pas gardé en mémoire que l’archipel avait été le talon d’Achille de la monarchie et qu’il serait la cible la plus logique d’une nouvelle attaque. Le scénario était d’autant plus vraisemblable que les héritiers du prieur de Crato s’appuyaient sur les puissances européennes rivales de l’Espagne, qui avaient tout intérêt à tenir ce carrefour des routes maritimes atlantiques. Une fois encore, Diego de Miranda y Quirós avait trouvé en 1606 les mots pour le dire :

  • 35 AGS, Estado, leg. 435, doc. 120.

Dom Manuel et dom Christovão [les fils d’Antoine] ont tenté à plusieurs reprises de prendre notre forteresse, mais avec si peu de forces, que c’était en comptant sur les informations que leur livrent les gens du pays, et sur la faiblesse et l’indigence de notre place forte, ainsi que sur l’intelligence de certains de nos soldats35.

39On le voit, le soupçon de trahison s’étendait aussi aux soldats castillans malcontents. Mais l’essentiel demeure que les épisodes de 1581-1583 sont une clef d’interprétation toujours pertinente pour comprendre les tensions politiques locales. Dans la même lettre, le gouverneur des premières années du siècle poursuivait :

Si dom Manuel débarquait, il aurait la population avec lui, en raison de l’amour qu’ils éprouvent pour les hauts faits de son père, et de leur haine viscérale de notre nation. Celui que l’on peut soupçonner pour bien des raisons est le corregedor Leonardo da Cunha qui est ambitieux, vaniteux et intéressé, né à Coimbra, cette ville qui avait passionnément soutenu dom Antonio.

40En l’occurrence, c’est la géographie des régions favorables à Antoine, à l’époque du conflit pour la succession (1580-1581), qui est convoquée.

  • 36 AGS, G y M, leg. 952, 2 août 1623.

41Comme on vient de le voir, en 1623-1624, Pedro Esteban de Ávila mobilise les rapports de Diego de Miranda y Quirós à l’appui de son argumentation et il cite ses textes dans ses propres lettres36. Ce point n’est pas sans importance, car il suggère que le gouverneur disposait, dans les archives du commandement du préside, d’un jeu de copies des missives adressées par ses prédécesseurs au Conseil de la Guerre. En plusieurs endroits, les raisonnements que le gouverneur élabore pour convaincre les magistrats de Madrid mobilisent une connaissance cumulée de l’administration du préside sur les réalités politiques locales. Ainsi,

  • 37 British Library, Add. 28439, f. 46.

on a fini par découvrir la malice et l’infidélité de Manuel do Canto et de ceux de sa faction, comme l’avait signalé Diego de Miranda y Quirós à plusieurs reprises, au point que Votre Majesté s’en est alarmée, surtout lorsque de Hollande et d’autres parages sont venues des informations selon lesquelles ces gens étaient en intelligence avec dom Manuel fils de dom Antonio et avec les ennemis37.

42La référence à l’histoire politique des familles comme clef d’interprétation du front qui divise la société d’Angra passe donc, en partie, par le relai des informations accumulées par les officiers de l’administration militaire depuis des décennies. C’est là un indice de l’existence de registres contradictoires et simultanés qui ont donné forme à l’action des gouverneurs successifs. Ils ont, en effet, contribué autant que possible au mouvement de rapprochement des deux sociétés, parfois en le subissant comme ce fut le cas avec les vagues incontrôlées de mariages, parfois en le suscitant à travers la recherche perpétuelle d’entente avec les notables et les institutions locales. Mais, en même temps, ils n’ont cessé d’enregistrer et de diffuser en direction de la cour des informations faisant état du caractère permanent d’un clivage sous-jacent, né de l’adhésion aux projets antonistes et des blessures infligées aux familles hostiles à Philippe II par la grande répression de 1583.

43À la fin de l’année 1623 et au cours du printemps 1624, le conflit ouvert éclate entre le gouverneur et le groupe de Manuel do Canto e Castro. Le premier n’est pas sans rappeler les incidents qui s’étaient produits vingt ans plus tôt à l’occasion des cérémonies du Corpus Christi de 1604, comme on l’a vu. Un bras de fer s’engage entre le parti anti-espagnol et le préside à propos de l’appartenance d’officiers castillans à la confrérie qui gouverne la Santa Casa da Misericordia d’Angra. Le corregedor Pero Vaz Freire, en novembre 1623, décide d’exclure de la confrérie tous ses membres castillans et tous les Portugais qui travaillent pour le préside. Alors qu’il n’en est pas lui-même membre, il s’appuie sur l’universalité de sa juridiction pour faire procéder, à son domicile, à la désignation de la nouvelle direction de la confrérie, en imposant ses proches et en excluant les Castillans ou assimilés. Le récit de cet épisode que rapporte le gouverneur vaut d’être cité :

Le corregedor organisa chez lui une autre élection avec ses partisans et ceux qui partageaient sa passion. Par l’usage de la force, il dépouilla brutalement ceux qui avaient été élus à la Misericordia suivant les règles canoniques et il livra la direction aux intrus qu’il avait lui-même élus à son domicile, en se réclamant du pouvoir de sa verge de justice.

44On a là affaire à un acte politique qualifié dans les termes du conflit des juridictions. Le provedor de la Misericordia qui s’est opposé à cette procédure extravagante est arrêté sur ordre du magistrat. Le capitaine Felipe de Spinola de Quirós siégeait alors à la direction de la confrérie. De surcroît, l’officier qui aurait dû assurer la fonction de secrétaire-greffier de l’élection de fin 1623 étant souffrant, c’est à lui qu’avait échu cette responsabilité. Le fait qu’un officier castillan se soit vu attribuer une telle responsabilité avait servi de prétexte au corregedor pour interpeler le plus haut tribunal de Lisbonne, le Desembargo do Paço. Consultée, cette haute cour de justice recommanda qu’en effet tous les confrères castillans et tous les Portugais salariés par le préside fussent exclus de la direction collégiale de l’hôpital. Le nouveau provedor choisi par le corregedor Pero Vaz Freire, un certain Sebastião Monis, était un proche parent d’un des deux desembargadores do Paço qui avaient rédigé la sentence en faveur de l’exclusion demandée. Le gouverneur Pedro Esteban de Ávila en conclut, non sans amertume, que désormais sont rejetés de la confrérie les nouveaux-chrétiens et les Castillans, mais pas les Flamands. Il ne se prive pas de faire remarquer qu’a contrario des sujets portugais ont été invités à entrer dans la confrérie castillane de Notre-Dame de la Piété, associée à la forteresse de San Felipe, « pour consolider l’union et la fraternité entre ces deux nations ».

45Dans la liste des exclus, on trouve des noms déjà rencontrés, Gaspar Castelblanqui, Felipe Spinola de Quirós, Alejo Cisneros, Antonio Muñoz Quijano, ainsi que le capitaine Pedro Lumbreras, l’officier Alonso de Guadalajara et le médecin Agustín de Rivas. Cette liste comporte un grand nombre de vétérans, c’est-à-dire d’hommes qui résident dans l’île depuis trente à quarante ans (Castelblanqui, Lumbreras, Cisneros, Spinola, Quijano). La plupart de ces officiers s’est mariée avec une habitante de Terceira (Cisneros avec Luisa Estrada en 1589 ; Quijano avec Inês de Avila de Bettencourt en 1591 ; Guadalajara avec Maria de Mendonça en 1592 ; Castelblanqui avec Helena de Urmães en 1596 ; Felipe Spinola avec Filippa Ferreira de Mello en 1602). Enfin, il convient de noter qu’en novembre 1623 certains des exclus de la Misericordia avaient déjà vécu une expérience de même nature, vingt ans plus tôt, lorsqu’on exigea qu’ils quittassent la procession du Corpus Christi de 1604. C’est le cas de Pedro Lumbreras, d’Alonso de Guadalajara et d’Alejo Cisneros. Ces éléments permettent de prendre la mesure de l’enjeu de la rupture de la confrérie de l’hôpital portugais. Il s’agissait de briser un lieu de sociabilité et de gouvernement des affaires communes où des acteurs castillans profondément associés à la société urbaine de Terceira siégeaient au côté de membres des principales familles de la ville capitale.

46Le gouverneur était membre de droit de la confrérie, du moins y avait-il été admis comme avant lui ses deux prédécesseurs, Pedro Sarmiento et Gonzalo Messía. Pour lui, entrer dans cette compagnie avait pour fonction d’« établir par tous les moyens amitié et familiarité avec les Portugais, pour autant que cela fût utile au service de Sa Majesté ». Mais devant l’affront infligé aux autres confrères castillans de la Misericordia, le gouverneur exige qu’on le raie lui aussi des états de la confrérie, alors qu’on ne lui avait pas demandé de se retirer. Il le fait pour exprimer sa colère (sentimiento) tout en reconnaissant qu’il était indispensable que des hommes comme ceux qui venaient d’être exclus fussent présents « non seulement dans cette confrérie, mais aussi au gouvernement de la ville ». La dimension politique de la crise se trouvait ainsi exposée dans les termes les moins ambigus. C’est sans doute cette capacité à écrire les choses sans ambages qui coûtera cher à Pedro Esteban de Ávila. Mais, dans le feu de la crise, plusieurs confrères portugais, notamment Vital de Bettencourt et Christovão de Lemos, appartenant à la faction opposée à Manuel do Canto de Castro, produisent divers certificats pour démontrer que les notables castillans sont les bienvenus dans leur compagnie, à commencer par le plus actif d’entre eux, Felipe Spinola de Quirós.

47Un autre incident portant sur la désignation de personnalités aux responsabilités communes offrit, un an plus tard, l’occasion de mesurer le niveau d’hostilité et d’influence de chaque camp. Le corps de ville s’était assemblé pour procéder à la désignation d’un nouveau capitaine des milices portugaises. Le gouverneur, depuis sa prise de fonction, avait insisté à l’échelle locale, comme auprès des hauts tribunaux de la monarchie, sur le fait qu’il était de son devoir d’assister à la procédure de choix. Alors qu’il s’était retiré d’une séance des travaux de la municipalité, Manuel do Canto e Castro profita de son absence pour faire entériner la cooptation d’un grand notable Estevão Ferreira de Mello, qui se trouvait être son cousin germain. Apprenant que l’opération s’était déroulée précisément au moment où il s’était absenté, le gouverneur affirma qu’il préférait que fût désigné le vieux gentilhomme Peribañez do Canto. Pedro Esteban de Ávila rejetait ainsi le choix d’Estevão Ferreira de Mello, peut-être en vertu d’une position de principe plus que d’une véritable préférence, même si la totale inexpérience de Ferreira de Mello dans les affaires de défense ne plaidait guère en sa faveur. On s’en souvient peut-être, le personnage choisi par Manuel do Canto e Castro avait trois gendres castillans, tous membres de l’administration du préside : Felipe Spinola de Quirós, Alonso de Guadalajara, Alejo de Cisneros. Pour faire d’Estevão Ferreira de Mello un parangon de l’hostilité patriotique contre l’élément castillan, il faudrait imaginer qu’il ait pris en haine trois de ses gendres. On peut toujours l’imaginer, mais l’hypothèse serait aussi gratuite que son contraire. En revanche, on peut affirmer que ce personnage pouvait difficilement symboliser une demande de séparation rigoureuse des deux sociétés.

  • 38 AGS, G y M, leg. 952, 16 mai 1623.
  • 39 Jorge Pamplona Forjaz, O solar de Nossa Senhora dos Remédios (Canto e Castro), Angra do Heroísmo, I (...)

48Ces escarmouches institutionnelles auraient sans doute peu ému le Conseil de la Guerre de Madrid, si l’antagonisme ne s’était traduit par d’importants troubles à l’ordre public. Deux affaires créèrent l’alarme et aboutirent à une destitution prématurée du gouverneur. La première relève de la rixe entre particuliers. Au printemps 1623, le préside recevait de nombreuses informations sur la préparation de flottes hollandaises et algéroises destinées à attaquer l’archipel38. Le Conseil de la Guerre avait même obtenu que le Conseil du Portugal de Madrid communique au corps de ville d’Angra, au corregedor et au surintendant des flottes des Indes qu’il était urgent et impératif d’apporter tout leur concours au gouverneur pour assurer la mise en défense de l’île. Constatant l’inertie des autorités portugaises et des notables açoriens, le gouverneur prit la décision de faire retentir une fausse alarme un soir de mai. Au lieu de disposer les milices portugaises en ordre de bataille pour faire face à un débarquement ennemi, Manuel do Canto e Castro donna l’ordre à ses troupes d’assiéger les Castillans de la forteresse en bloquant toutes les issues qui menaient des murailles vers la ville. Il considéra que ce coup de tocsin factice était une sorte de provocation. Il menaça de faire tirer au canon contre les magasins de poudre de la forteresse depuis les hauteurs de la ville et de se saisir du fort de São Sebastião qui clôt la baie d’Angra à la sortie orientale du port. Ce fut, sans aucun doute, le premier acte de guerre intenté à Terceira depuis la victoire castillane de 1583. En réponse à cette série d’actions et de menaces, Pedro Esteban de Ávila fit tirer au canon contre la splendide résidence de Manuel do Canto e Castro, située dans la partie la plus haute d’Angra, faisant face au Mont Brésil39. Cette demeure a donné à la faction du surintendant des flottes des Indes son nom de bando de acima, le parti d’en haut. En raison de sa situation topographique, cette résidence paraît défier l’autorité castillane, tandis que les autres institutions de la ville (la municipalité, la cathédrale, la Misericordia, les douanes, le marché) se situent toutes dans la partie basse, près des quais. Enfin, la maison de Manuel do Canto e Castro, comme son ascendance familiale, porte la mémoire de l’engagement de Violante do Canto contre les partisans de Philippe II dans les années 1581-83. Le blocage des issues de la forteresse par la milice portugaise et les tirs d’artillerie contre la demeure du chef du parti d’en haut, s’ils n’ont emporté aucune victime, sont les actes belliqueux les plus graves, à tous égards, depuis 1583. Ces événements ont déclenché les réactions logiques dans ce type de situation : le gouverneur alerte le Conseil de la Guerre et exige que soient exilées les têtes du parti d’en haut ; de son côté, le surintendant des flottes alerte les conseil de Lisbonne et demande la destitution de son adversaire castillan. Tandis que leurs courriers faisaient leur chemin, d’abord sur l’océan, puis dans les méandres des bureaux, d’autres incidents devaient ponctuer l’année.

49Un jour d’automne 1623, un esclave africain appartenant au corregedor Pero Vaz Freire se querella avec un soldat du contingent au moment où l’un et l’autre s’apprêtaient à puiser de l’eau à une fontaine de la ville. L’esclave avait frappé le soldat à coups de bâton et, protégé par la foule, s’était réfugié dans la demeure de son maître. Le gouverneur, considérant que l’honneur de ses hommes avait été bafoué, lança un ordre d’arrestation contre l’esclave. Un détachement se présenta au domicile du corregedor et trouva qu’il était défendu par plusieurs hommes en armes. Après une bataille rangée, les soldats castillans firent irruption dans la demeure et réussirent à capturer le responsable de la rixe, tandis que le corregedor s’éclipsait par « une porte dérobée de crainte qu’on lui fît un sort inconvenant ». Plusieurs des défenseurs de la maison furent conduits à la forteresse et jetés dans un cachot. L’évêque, dom Pedro da Costa, se rendit aussitôt au Mont Brésil pour enjoindre au gouverneur de relâcher les prisonniers afin d’éviter que les esprits ne s’enflammassent plus encore. L’événement se déroulait quelques mois à peine après la canonnade du printemps. Pedro Esteban de Ávila céda enfin par calcul et sans conviction. Il était engagé par son sens de l’honneur militaire, mais en même temps ébranlé par l’efficacité d’un slogan murmuré par des Portugais pendant les échauffourées : « ils ne sont que trois pelés et un tondu [cuatro gatos] et nous sommes deux à trois mille ». En rapportant les différents épisodes de cette affaire, le gouverneur signale que depuis sa prise de fonctions le haut magistrat portugais n’a cessé de manifester son hostilité aux soldats castillans. L’arrestation de l’esclave et l’irruption manu militari des soldats dans la demeure du corregedor sont présentés par les gens de la faction de Manuel do Canto e Castro comme des violations des les immunités juridictionnelles garanties par le traité approuvé aux Cortes de Tomar en 1581. Dans une société qui ne distingue pas entre le domicile particulier et le bâtiment d’exercice des magistratures, en effet, l’action de police menée par les soldats de Pedro Esteban de Ávila pouvait être comprise comme la négation de la dignité juridictionnelle de la correição, c’est-à-dire de la justice du roi de Portugal. Ce serait, dans nos sociétés organisées par la souveraineté nationale, quelque chose d’équivalent à un assaut donné contre la résidence d’un ambassadeur.

50Jamais sans doute depuis le débarquement du marquis de Santa Cruz, la cité d’Angra n’a-t-elle été aussi clairement divisée en deux camps. Jamais non plus la topographie des partis n’aura été plus lisible dans l’espace urbain. Mais, au bout du compte, comme cela s’était produit tant de fois depuis deux décennies en plusieurs points de la péninsule Ibérique, le soulèvement ou la guerre civile locale n’eurent pas lieu. Ce qui avait commencé comme un affrontement de rue trouve son issue dans des procédures judiciaires parallèles et concurrentes. Manuel do Canto e Castro, de son côté, fait agir son agent à la cour Lopo Gil Fagundes à la fois contre Pedro Esteban de Ávila mais aussi contre ses partisans au sein de l’oligarchie d’Angra, ces familles portugaises assemblées en une faction intitulée bando de baixo, le parti d’en bas. Le gouverneur, lui aussi, veut faire valoir son bon droit auprès du Conseil de la Guerre. Dans la combinatoire des procédures disponibles, il ne faisait guère de doute que les tribunaux de la monarchie décideraient de nommer des inspecteurs pour conduire une visita. Cette mission d’inspection et de jugement serait chargée d’établir si ce n’est la vérité des faits du moins le point de compromis et de concorde qui permettrait de stabiliser la situation politique dans l’archipel. Dans cette perspective, Pedro Esteban de Ávila sentait à juste titre que les institutions locales et une partie des familles les plus puissantes sauraient intimider et circonvenir les envoyés de la cour. C’est pourquoi il demanda, exigence exorbitante, que plusieurs hauts personnages de Terceira fussent éloignés de l’archipel, à titre de mesure conservatoire. Dans les termes de l’imagination politique de ses contemporains, cela signifiait priver un pays d’un grand nombre des « pères de la patrie » locaux. La liste des noms ne saurait surprendre : Manuel do Canto e Castro et ses fils, Pero Vaz Freire, Antonio Ferreira, l’intendant complice qui pourtant était affilié au bando de baixo, mais également Jerónimo de Rojas comptable castillan du préside qui était devenu un client du chef du bando de cima par hostilité au gouverneur. Pedro Esteban de Ávila n’eut pas gain de cause, du moins dans les termes qu’il posait. En effet, tous ces personnages furent invités à venir défendre leur cause à la cour, même le gouverneur. Ce déplacement pouvait être compris aussi bien comme une mesure d’éloignement, peut-être même de limogeage, ou bien comme une occasion de défendre le point de vue de chacun auprès des plus hautes autorités juridictionnelles de la monarchie.

51Ainsi, au cours du printemps 1624, la plupart des principaux antagonistes prennent la mer en direction du continent. En sens inverse, deux inspecteurs sont nommés pour rendre compte des événements devant les tribunaux de Madrid et de Lisbonne. Le premier est le magistrat castillan Alonso Moratallar y Tovar, le second le juge portugais Francisco de Carnide. Un gouverneur intérimaire est désigné, Íñigo Hurtado de Corquera. Manuel do Canto e Castro mourut peu après, en sorte que l’examen de ses responsabilités n’eut pas lieu, mais ses deux fils prirent le relai de la direction de la faction sans solution de continuité. Quant à Pedro Esteban de Ávila, on le garda à la cour en position d’attente ou de relégation, non parce qu’il était jugé coupable d’actes condamnables, mais parce que les membres du Conseil de la Guerre estimaient que les incidents dont il était, à tort ou à raison tenu pour responsable, interdisaient qu’on le renvoie dans l’île, de crainte que sa présence ne fût perçue comme une provocation. Mais les affrontements de 1623, même après la mort du chef de la faction d’en haut et la mise hors-jeu du gouverneur castillan, eurent des répercussions sur la vie de l’île pendant plusieurs années. À présent, l’examen des séquelles des événements qu’on vient de raconter permettra d’éclairer certains aspects du cadre politique des dernières années de la présence espagnole à Angra.

Séquelles et procédures : Angra, Lisbonne, Madrid

  • 40 AGS, G y M, leg. 583, 3 octobre 1601.

52Diego de Miranda y Quirós avait fait nommer son neveu Felipe Spinola de Quirós aux fonctions de porte-étendard quand ils combattaient ensemble en Hollande et, lorsqu’il fut désigné comme gouverneur des Açores à Angra, il en avait fait son aide de camp40. Sans doute en raison du souvenir de son oncle ou des trop belles alliances que sa famille avait conclues dans la meilleure société d’Angra, Felipe Spinola de Quirós suscitait alors de fortes réserves au sein de l’administration militaire. Il aurait dû succéder au gouverneur Gonzalo Messía. Le vice-roi de Portugal en personne, Diogo da Silva e Mendonça, marquis d’Alenquer pour le Portugal, conde Salinas pour la Castille, dans une lettre datée de Lisbonne le 20 janvier 1617 et adressée aux magistrats du Conseil de la Guerre de Madrid, dressait le portrait-robot du successeur rêvé. Salinas héritait d’une famille luso-castillane comme celle que Felipe Spinola de Quirós était en train de fonder aux Açores. Il le décrivait en ces termes :

  • 41 AGS, G y M, leg. 837, 29 novembre 1618.

Il convient au service de Votre Majesté que l’on nomme un successeur à Gonzalo Messía, et que le choix de cette personne ne prenne pas seulement en compte le courage et les services rendus, mais encore la condition de personne d’importance afin de tenir les deux nations unies, dans la paix et la bonne renommée41.

53En outre, de cette candidature en quelque sorte naturelle le corregedor portugais João Correia da Mesquita se faisait le garant :

  • 42 AGS, G y M, leg. 837, 4 octobre 1618.

Le gouverneur Gonzalo Messía se trouve aux dernières extrémités de la vie et sans espoir de guérison d’après les médecins. On redoute que les personnes qui pourraient assurer le gouvernement de la forteresse ne s’accordent pas entre elles et on commence à en voir les premières manifestations qui pourraient nuire au service de Votre Majesté. En conformité avec ce qui a été prévu, il me semble que votre Excellence doit séance tenante adresser au capitaine Felipe Spinola de Quirós l’ordre de prendre en charge ce gouvernement car les candidats eux-mêmes reconnaissent que c’est indispensable, puisqu’avec la mort du gouverneur son office s’éteint42.

54La veille du jour où le corregedor rédigea cette lettre, il écrivit également à Felipe Spinola de Quirós en lui recommandant de rentrer au plus vite aux Açores mais non sans avoir obtenu auparavant une lettre du vice-roi en faveur de sa désignation. Cette intervention d’un corregedor portugais dans le processus de désignation du gouverneur est un indice de la porosité des registres d’action, en dépit de la séparation juridictionnelle entre les différentes dimensions de la vie commune. Jerónimo de Rojas, réputé pour n’être jamais en reste d’une intrigue ou d’un conflit, faisait alors figure de chef du groupe d’officiers castillans hostiles à la succession presque dynastique de Felipe Spinola de Quirós, au poste de gouverneur qu’avait occupé son oncle et beau-frère, Diego de Miranda y Quirós.

  • 43 AGS, G y M, leg. 969, 17 novembre 1627 ; 10 février 1628 ; 22 mars 1628.

55Non seulement Felipe Spinola de Quirós n’exerça pas la fonction de gouverneur, mais encore connut-il une fin tragique dans la dynamique politique enclenchée par la suspension de Pedro Esteban de Ávila. Une volumineuse correspondance couvrant les années 1627-1628 montre combien il aura été difficile d’identifier un inspecteur (visitador) qui acceptât de conduire une enquête (residencia) sur les événements qui aboutirent à la mise à mort de Felipe Spinola de Quirós43. Plusieurs juristes choisis par les membres du Conseil de la Guerre s’y sont refusés, d’abord parce qu’ils redoutaient de tomber aux mains des corsaires barbaresques pendant la traversée, ensuite parce que le voyage leur semblait de toute façon long et pénible. Pourtant, le salaire proposé par le Conseil est très séduisant : six ducats par jour en plus d’une enveloppe initiale de six cents ducats ; ainsi que trois ducats par jour plus une enveloppe initiale de trois cents ducats pour chacun des deux greffiers qui accompagneraient le magistrat. Il s’agit d’un financement considérable qui pourrait s’élever à plusieurs milliers de ducats si l’enquête devait se prolonger ne serait-ce qu’une année. Le coût de la procédure serait alors si considérable que d’aucuns, au sein du Conseil, avaient suggéré que l’enquête fût tout simplement conduite par le nouveau gouverneur de la place forte, Diego de Fajardo, et non par un magistrat venu du continent.

  • 44 Sauf exceptions signalées, l’ensemble des lettres citées dans la suite provient des cartons 897 et  (...)

56Quel enchaînement tragique écrasa Felipe Spinola de Quirós ? En 1624, le Conseil de la Guerre de Madrid avait nommé Íñigo Hurtado de Corquera comme gouverneur intérimaire, pendant que Pedro Esteban de Ávila résidait à la cour pour se défendre44. Lorsque Corquera arriva aux Açores, il constata que le capitaine Felipe Spinola de Quirós avait été désigné par Pedro Esteban de Ávila comme son représentant (procurador) devant toute juridiction et pour tout type d’affaires. L’autorité du pouvoir militaire était incarnée par Corquera, cependant, Felipe Spinola de Quirós pensait pouvoir agir dans l’île qu’il connaissait si bien comme l’alter ego du gouverneur provisoirement empêché, Pedro Esteban de Ávila. Or, il était dans l’intérêt d’Íñigo Hurtado de Corquera que les procédures d’enquête à l’encontre de Pedro Esteban de Ávila se prolongeassent, car il visait à obtenir une pleine succession à l’office de gouverneur d’Angra. C’est la raison pour laquelle il tint très vite Felipe Spinola de Quirós pour son adversaire le plus dangereux, selon les témoins de l’époque.

57Au cours de l’année 1626, un groupe de soldats de la garnison de San Felipe avait écrit à Pedro Esteban de Ávila, résidant à cette date à Lisbonne, pour se plaindre de la conduite d’Íñigo Hurtado de Corquera. Cette correspondance montre que le régime de l’autorité militaire dans la société castillane de Terceira était rien moins qu’unifié et hiérarchiquement contrôlé. Grâce à une lettre que lui adresse alors le magistrat Jerónimo de Rojas, le capitaine Íñigo Hurtado de Corquera apprend que Pedro Esteban de Ávila a informé le Conseil de la Guerre de Madrid de l’existence de plaintes formulées par les soldats contre son commandement. Dans le document qu’il adresse aux membres du Conseil, Pedro Esteban de Ávila rappelle l’histoire de plusieurs mutineries qui avaient éclaté à Terceira depuis l’installation du contingent castillan dans l’île : celle de 1597-1598 sous le gouvernorat d’Antonio Centeno et celles du temps de Diego de Miranda y Quirós. Les récriminations formulées contre le gouverneur intérimaire Hurtado de Corquera portaient sur divers sujets. Il lui était, par exemple, reproché de distribuer tous les vêtements neufs aux soldats récemment arrivés, au détriment des vétérans. Une fois encore, on avait affaire aux tensions que provoquent la distribution et l’allocation inégales de ressources dans une communauté close, en contexte de pénurie. Sur place, Íñigo Hurtado de Corquera acquiert la conviction que Felipe Spinola de Quirós joue un rôle capital comme informateur du gouverneur écarté et du Conseil de la Guerre. Il se persuade que c’est lui qui presse en sous-main le groupe des soldats mécontents à écrire aux institutions centrales. Pour contrer ce qu’il interprète comme une conjuration destinée à saper son autorité, il mobilise des mouchards afin d’épier les moindres faits et gestes du capitaine Spinola de Quirós. Les informations que ses agents lui rapportent lui font redouter, en effet, qu’une mutinerie générale vienne à éclater au cœur de la forteresse. C’est pourquoi, à titre préventif, il fait arrêter des soldats suspects et les soumet à la question afin d’étouffer un éventuel mouvement de rébellion.

58Dans cette situation instable et tendue, le gouverneur par intérim trouve dans le greffier Juan de Bustos qu’on avait nommé auprès de Moratallar un allié providentiel. Bustos, lui aussi, se considérait comme un adversaire mortel de Pedro Esteban de Ávila et tout autant de Felipe Spinola de Quirós. Jugeant que les agissements de son greffier étaient troubles, le magistrat Moratallar y Tevar décide de le faire emprisonner. Or, depuis sa cellule, Juan de Bustos apprend par un prisonnier dénommé Tomás Gómez qu’une lettre anonyme a été envoyée à Pedro Esteban de Ávila. Ainsi, le soldat Gómez révèle que l’ancien gouverneur continue d’agir à distance comme s’il demeurait le padre de los soldados, et il dit espérer qu’il revienne afin de rétablir l’ordre perdu. Comprenant l’importance de cette information et tout le parti qu’il pourrait en tirer, Juan de Bustos demande à être entendu par le gouverneur par intérim, Íñigo Hurtado de Corquera.

59Aussitôt, le malheureux soldat Tomás Gómez est soumis à la torture. Il avoue que nombreux sont les hommes qui au sein du fort de San Felipe considèrent toujours, en effet, Pedro Esteban de Ávila comme le padre de los soldados. Un garde (alguacil) du juge Moratallar y Tevar, du nom de Martín de Velarde, affirme alors que Tomás Gómez a même reconnu avoir personnellement écrit à Pedro Esteban de Ávila. Íñigo Hurtado de Corquera forme alors une cour de justice ad hoc dans le bâtiment des douanes (alfandêga) d’Angra. Le tribunal est composé d’officiers castillans et de magistrats portugais : Antonio Cimbrón, lieutenant du préside, le capitaine Gaspar Muñoz Castilblanqui, le sergent-major Alonso Verdejo, le capitaine Diego Guijarro, le lieutenant d’artillerie Jerónimo Sánchez Faleiro, l’officier de finances (provedor da fazenda) António Ferreira de Betancor, le juge (auditor) Antonio da Rocha Froes. Devant ses juges, Tomás Gómez avoue avoir écrit en personne à Pedro Esteban de Ávila, mais uniquement pour qu’il veuille bien représenter ses intérêts dans une affaire qui l’oppose en Castille au marquis de Las Navas, c’est-à-dire au père du gouverneur suspendu.

60Pendant que le procès suit son cours, des soldats liés à Pedro Esteban de Ávila se rassemblent, car ils craignent d’être arrêtés et soumis à la torture, les uns après les autres. Un autre militaire du nom d’Antonio Salado, arrêté parce qu’il était réputé hostile au nouveau gouverneur, s’évade de prison. Un ordre public de recherche est lancé contre lui. Sur ces entrefaites, dans la ville de Praia da Vitória, au nord-est de l’île, un soldat du nom de Cristóbal Santiago est dénoncé pour avoir, lui aussi, écrit à Pedro Esteban de Ávila, su paisano (son pays). Victime d’une dénonciation, il trouve refuge dans le couvent des franciscains de la petite ville. Arraché malgré tout à son asile et, lui aussi, soumis à la question, Cristóbal Santiago, avoue dans un premier temps avoir demandé à Tomás Gómez d’écrire la lettre pour lui. Revenu dans sa cellule, il se rétracte. Leur crime était véniel et plus qu’à demi avoué. Pourtant, le gouverneur intérimaire exige que les deux prisonniers, Tomás Gómez et Cristóbal Santiago, soient condamnés à la peine capitale. Devant l’iniquité manifeste de la sentence, le magistrat portugais António Ferreira de Betancor oppose son refus, parce qu’il aspire à être ordonné prêtre, et ne veut pas salir sa conscience en commettant un attentat aussi injuste. Le lieutenant castillan Antonio Cimbrón, quant à lui, estime que seul le prisonnier Tomás Gómez mérite la mort. Dans l’ensemble, les autres officiers castillans convoqués répugnent à prononcer une sentence de mort. Il faut alors qu’Íñigo Hurtado de Corquera exerce de fortes pressions sur eux pour les faire céder. Les condamnations sont rendues publiques le 22 décembre 1626 et les condamnés sont exécutés le 24, la veille du jour de la Nativité.

61Deux mois plus tard, à la fin février 1627, le cadavre d’Antonio Salado le soldat évadé est retrouvé sur une plage près d’Angra. Le médecin envoyé sur place constate qu’il n’est pas mort par noyade : il a été garrotté avant d’avoir été précipité dans la mer. L’enquête sur cet assassinat ouvre un nouveau chapitre, combien tragique, de l’affrontement des clans au sein du pouvoir militaire castillan. Pour ce nouveau volet de l’affaire, le gouverneur intérimaire Íñigo Hurtado de Corquera obtient le témoignage du bachelier portugais Pedro Fernandes Albernas, autre ennemi juré de Pedro Esteban de Ávila. Albernas prétend être tombé par hasard sur Antonio Salado lors d’une partie de chasse. Salado était blessé et à demi mort de faim. D’après Albernas, Antonio Salado se serait d’abord réfugié au couvent de San Francisco, puis il aurait sollicité le secours de Felipe Spinola de Quirós, pour sortir de sa situation de fugitif. Mais le capitaine ne pouvait rien pour son soldat, dans la mesure où il était tenu d’obéir à l’ordre public d’arrestation. C’est pourquoi il lui aurait conseillé de solliciter l’asile du couvent de San Francisco de Praia da Vitória. Les pères franciscains ont accepté de le recueillir, mais à la condition que ce fût pour un temps bref seulement. Après avoir bénéficié de cet asile provisoire, Salado s’est trouvé contraint de prendre le maquis (echarse al monte), sans espoir d’une issue quelconque, en attendant que la mort vînt le surprendre. Cette version des faits sert de prolégomènes à un document qui recueille trente-quatre témoignages portant la même accusation. Tous affirment qu’Antonio Salado, en réalité, a été assassiné sur ordre du capitaine Felipe Spinola de Quirós, parce qu’il était devenu un témoin gênant des manœuvres de son maître.

62Un garde du nom de Juan Monroy ainsi que son beau-frère Alonso Martins, dont le père possède des terres dans l’intérieur de l’île, encore une famille luso-castillane, veulent apporter leurs témoignages. Le dimanche précédent, lorsque fut découvert le corps d’Antonio Salado, Alonso Martins se trouvait en compagnie de Juan Rodríguez de Toledo et de trois soldats castillans. Ils avaient parcouru ensemble l’intérieur de l’île à la recherche de déserteurs et n’avaient trouvé personne. Juan Monroy, suspecté d’appartenir aux cercles des ennemis du nouveau gouverneur, est alors arrêté. Soumis à la question, il avoue que son beau-frère Alonso Martins, accompagné par un autre soldat, avait jeté à la mer le corps sans vie du fugitif Antonio Salado ce dimanche. D’après les aveux de Juan Monroy, loin d’avoir pris le maquis, ce dernier se serait en fait réfugié tout simplement au domicile du capitaine Felipe Spinola de Quirós. C’est donc lui qui aurait assassiné le fugitif. Puis Felipe Spinola de Quirós aurait proposé de l’argent à Alonso Martins pour qu’il le débarrasse du cadavre de Salado, en le précipitant dans l’océan.

63C’est ainsi qu’au début de l’année 1627 Felipe Spinola de Quirós doit affronter une accusation d’assassinat lancée par le gouverneur Íñigo Hurtado de Corquera. Le père de son gendre Gilherme da Silveira, Christovão de Lemos e Mendonça, notable portugais appartenant au bando de baixo, la faction hostile au clan Canto e Castro, accepte de le représenter en justice. Depuis la crise de la direction de la Misericordia, de toute façon, l’appartenance de Felipe Spinola de Quirós à cette faction ne fait aucun doute. Au nom des magistrats, les autorités militaires confisquent tous les papiers de Felipe Spinola de Quirós, comme s’il s’était rendu coupable du crime de rébellion. Íñigo Hurtado de Corquera cherchant à désigner le personnel le plus malveillant et le plus partial, charge Juan de Bustos de la fonction de greffier du procès de l’assassinat du soldat Antonio Salado.

64Dès que la machination est mise en place, le gouverneur adresse au Conseil de la Guerre de Madrid des lettres dans lesquelles il décrit les crimes dont il désigne Felipe Spinola de Quirós comme présumé coupable. L’officier encourt la peine capitale par application du garrot et égorgement. Quant à ses supposés complices, Alonso Martins et Juan Monroy, le tribunal les condamne à la pendaison. En sanglotant, ils implorent le capitaine Felipe Spinola de Quirós de les pardonner pour avoir présenté à leurs juges de faux témoignages. Le magistrat, bien qu’ayant instruit et jugé à charge, s’étonne tout de même qu’on n’ait même pas accordé aux deux malheureux le droit de faire appel de la sentence capitale. Mais le gouverneur Íñigo Hurtado de Corquera exige qu’en ce cas la demande d’appel soit couchée par écrit. Cette exigence fait reculer le juge qui ne souhaite pas provoquer le gouverneur dont il ne veut aucunement affronter l’autorité.

65Désigné comme le commanditaire de l’assassinat d’Antonio Salado, Felipe Spinola de Quirós fut donc condamné à mort au terme d’une audience expéditive. Avec cette sentence, le gouverneur intérimaire tenait sa victoire. L’agent du gouverneur titulaire se trouvait éliminé, et Íñigo Hurtado de Corquera pouvait désormais asseoir son autorité, sans risquer à tout moment d’être démis de ses fonctions. Cependant, l’exécution de la peine devait encore lui réserver une bien désagréable surprise. Pendant la mise à mort de Felipe Spinola de Quirós, les lacets du garrot cèdent avant qu’il eût été étouffé. Aussitôt, l’aumônier membre de la Compagnie de Jésus, un certain Julião Monteiro, crie au miracle judiciaire. Le capitaine Felipe Spinola de Quirós trouve encore la force de crier au public : « c’est mon innocence qui me sauve ! » Loin de se laisser impressionner par cette survivance des ordalies d’un autre temps, le gouverneur Íñigo Hurtado de Corquera exige qu’on reprenne l’exécution du condamné, mais cette fois en redoublant les lacets de cuir du garrot. Pour en finir avec cette macabre cérémonie, le lieutenant Antonio Cimbrón convainc Felipe Spinola de Quirós de se laisser égorger pour sauver son âme.

66Pour ajouter au tragique de cette affaire il faut considérer que Felipe Spinola de Quirós aurait pu être sauvé, et ce à quelques jours près. En effet, trois jours à peine après son exécution, arrive de Lisbonne le vaisseau qui apporte l’ordre envoyé au gouverneur Íñigo Hurtado de Corquera pour qu’il abandonne le jugement de l’affaire, afin qu’elle soit confiée au Conseil de la Guerre de Madrid. Spinola est donc bien mort, mais son ennemi ne l’emporte pas en paradis. Les autorités de Madrid ne se sont pas laissé abuser par un procès aussi manifestement truqué. Présent à la cour, Pedro Esteban de Ávila a sans doute informé les magistrats du caractère crapuleux de toute cette affaire.

67Le roi assigne en justice tous les membres de la commission d’Angra. Un certain licenciado Francisco de Santiago est chargé de conduire l’instruction. Le Conseil de la Guerre de Madrid nomme le capitaine Diego Fajardo aux fonctions de gouverneur de la forteresse d’Angra, et relève le capitaine Íñigo Hurtado de Corquera. Sa destitution est accompagnée de l’avertissement qu’il va devoir répondre de ses actes à la cour, et qu’il ne songe pas à se dérober aux procédures ouvertes contre lui. En 1628, Íñigo Hurtado de Corquera accoste en Espagne par le port de Bilbao et se constitue aussitôt prisonnier. Cristóbal Spínola ainsi que Chritovão de Lemos e Mendonça, membres du bando de baixo, ont déposé une plainte contre lui qui s’ajoute à l’enquête commandée par le Conseil lui-même. Quelle que soit l’issue des procédures il apparaît dès lors que la carrière d’Íñigo Hurtado de Corquera est terminée. Son complice des basses œuvres, le greffier Juan de Bustos, de son côté, est jeté dans un cachot où il finit par perdre la raison.

  • 45 AGS, G y M, leg. 1325, 5 juillet 1630.

68De leur côté, les héritiers et parents de Felipe Spinola de Quirós, Juan Spínola de la Vega, Christovão de Lemos e Mendonça, obtiennent la formation d’une commission spéciale (junta particular) au sein du Conseil de la Guerre pour lancer la révision du procès d’Angra45. Ils exigent que cette affaire, tout comme celle qui concerne le différend originel entre Pedro Esteban de Ávila et Manuel do Canto e Castro, ne soient pas traitées par le Conseil de Portugal mais par une commission qui se tienne auprès du Consejo de Estado de Madrid, et qui dispose de l’autorité suffisante pour exiger des tribunales de Guerra y de Portugal qu’ils livrent les pièces et dossiers qu’on leur demandera de produire. Des personnages aussi importants que le duc de Villahermosa et le grand juriste portugais Mendo da Mota ont été désignés membres de cette commission spéciale. C’est dire que la résolution des différents chapitres de cette histoire à plusieurs emboîtements et ramifications est prise en charge au plus haut niveau de la monarchie hispanique.

69En juillet 1625, après plus de deux ans d’affrontements incessants, Pedro Esteban de Ávila avait fini par envoyer le comptable du préside, Jerónimo de Rojas dont on a vu qu’il s’était aligné sur le parti d’en haut, au fond d’un cachot. Le prétexte avait été que l’officier de finances aurait commis une faute de courtoisie dans un courrier adressé au capitaine-général de Lisbonne. En fait, depuis l’arrivée du nouveau gouverneur à Angra, Rojas contestait ses décisions. Un des différends entre le comptable et son supérieur portait sur une des questions centrales de cette étude : l’autorité militaire de juridiction castillane pouvait-elle confier des fonctions à des hommes issus des mariages mixtes ? Ainsi, le gouverneur avait-il décidé en septembre 1622 d’engager pour le service de la forteresse un soldat du nom de Miguel Muñoz,

fils d’Antonio Muñoz châtelain du fort de Saint Sébastien. Bien qu’il soit né dans cette île, ses parents sont castillans et il est fils d’un père noble qu’honorent ses services.

70Il se peut que Pedro Esteban de Ávila mente sciemment ou bien soit mal informé, comme le suggère l’acte de mariage d’Antonio Muñoz Guijano, châtelain de Saint Sébastien avec Inês de Avila de Bettencourt, fille d’une bonne famille portugaise des Açores, le 19 août 1591, au livre 3 des registres de mariages de la cathédrale d’Angra. Les fiancés étaient déjà liés au quatrième degré et durent obtenir une dispense du cardinal Albert vice-roi et Inquisiteur général du Portugal. C’est dire si la nature entièrement castillane des ascendants de Miguel Muñoz est elle-même sujette à caution.

  • 46 AGS, G y M, leg. 897, 7 septembre 1622 ; 24 février 1624.

71Jerónimo de Rojas cite des actes réglementaires émanés des conseils de la monarchie, et signés de la main du roi, qui interdisent que sur « les frontières d’Espagne » des hommes puissent servir des unités installées dans leur propre patrie. Or, d’après ces règles, le soldat en question est un naturel du pays, car c’est là que sont nés sa mère ainsi que son grand-père et son arrière-grand-père maternels. Pour qu’une dispense soit valide, il faudrait qu’elle soit signée de la main du roi. Rojas prétend que jamais aucun gouverneur du préside n’a accepté dans les rangs de l’infanterie aucun fils de portugaise, ce qui est démenti par des dizaines de cas répertoriés dans les correspondances du Conseil de la Guerre. Et si ce privilège qu’il juge exorbitant devait être accordé à Miguel Muñoz, alors « nombreux sont les fils de magistrats, d’officiers et de simples soldats » qui pourraient également y prétendre. En effet ! Le comptable ne se lassait pas de traquer les faux Castillans et de s’opposer à leur nomination, par exemple celle d’un Francisco Davila, qui a « quatre quartiers de portugais », et d’un Felipe de Miranda, fils d’un marin de la flotte portugaise qui, placé en apprentissage auprès d’un comptable castillan, se faisait passer pour tel46.

72Une intervention conciliatrice de l’évêque d’Angra, Pedro da Costa, ne parvint pas à faire plier le gouverneur. Il demeurait inflexible et maintint Jerónimo de Rojas dans sa geôle. L’antipathie réciproque des deux personnages se nourrissait de tout prétexte et leurs arguments pouvaient jouer à front renversé, sans la moindre vergogne. Ainsi, Pedro Esteban de Ávila avait décidé qu’un adjudant du nom Alonso González de Guadalajara fût désigné comme officier payeur et comme garant du ravitaillement de la garnison. Or, pour pouvoir exercer n’importe quelle fonction de nature financière, fût-elle modeste, la règle imposait que les impétrants se prévalussent de garanties (fianzas) qui manifestaient l’engagement d’autres personnes sur leur crédit, c’est-à-dire la confiance que ces cautions accordaient à la personne nommée. Manifestement cette règle élémentaire avait été violée. En outre, si l’on en croit le témoignage de Jerónimo de Rojas, la nomination de l’officier n’avait pas été précédée par un appel public à candidature, contrairement aux dispositions réglementaires. Selon lui, plusieurs citoyens portugais de la ville d’Angra se seraient volontiers portés candidats, armés de toutes les garanties financières, grâce aux réseaux de leurs connaissances sur place. De façon spontanée, ces notables avaient fait connaître leurs intentions d’assurer les opérations de ravitaillement avant la prise de fonctions de Pedro Esteban de Ávila. Mais ce dernier n’avait tenu aucun compte de leurs propositions, persuadé que seul son candidat pourrait faire l’affaire comme il l’entendait. En dénonçant l’attitude du gouverneur, Jerónimo de Rojas prenait, cette fois, fait et cause pour les citoyens portugais contre l’exclusivisme castillan. Exactement à rebours des cas précédents.

73De son côté, le gouverneur rejetait l’accusation de favoritisme personnel, tout en reconnaissant le caractère volontaire et orienté de son choix. Dans une de ses lettres, il affirmait :

On ne m’a pas signalé qu’aucun portugais accrédité eût jamais exercé la charge de l’office de payeur de la troupe, même après avoir fourni les garanties. Or rien n’eût été plus facile depuis mon arrivée, il eût suffi que l’on m’indiquât quel salaire je devrais verser au titulaire de l’office et j’aurais demandé que Votre Majesté le confirmât. Mais il est vrai qu’il n’est pas bon pour son service qu’un naturel de l’île occupe cette charge, et il existe de bonnes raisons pour cela, que je ne manquerai pas d’expliquer à Sa Majesté.

74En d’autres termes, le gouverneur reconnaissait qu’aucun obstacle réglementaire ne s’opposait à la nomination d’un sujet portugais aux fonctions de payeur et de munitionnaire de la garnison castillane. C’est de dynamique et de conflit politique qu’il s’agit ici. Qui croire, Jerónimo de Rojas, lorsqu’il affirme que plusieurs citoyens de la ville s’étaient préparés à présenter leur candidature, ou bien Pedro Esteban de Ávila, lorsqu’il avance qu’aucun ne se serait manifesté avant qu’il eût lui-même repéré un candidat parmi ses sous-officiers ? Face à cette incertitude, l’essentiel est ailleurs : le gouverneur refuse par principe que le payeur et munitionnaire de la garnison castillane soit un notable portugais, sans doute parce qu’il voyait un risque de vider son autorité politique de toute réalité.

75Tandis que dans l’archipel des Açores divers épisodes se succèdent, les procédures judiciaires se superposent et se développent en parallèle à Madrid et à Lisbonne. La tragédie de Felipe Spinola de Quirós est bien comprise comme une conséquence de l’affrontement initial entre Pedro Esteban de Ávila et Manuel do Canto e Castro. L’examen des pièces des enquêtes s’est déroulé en fonction des langues de l’instruction : tout ce qui était rédigé en castillan a été vu par le Conseil de la Guerre et tout ce qui l’était en portugais a été confié à Francisco de Lucena, en tant que secrétaire d’État auprès du Conseil de Portugal à la cour. Auparavant, en novembre 1627, le roi avait demandé au grand jurisconsulte et poète Gabriel Pereira de Castro et aux magistrats portugais (desembargadores) Antonio de Abreu Coelho y Diogo da Cunha de donner leur avis, mais sans les autoriser à rendre leur sentence publique. À peine un mois plus tard, les juges portugais de Lisbonne condamnaient Christovão de Lemos, Juan Espínola de la Vega et d’autres citoyens de la ville d’Angra appartenant à la faction d’en bas, alors qu’aucun d’entre eux n’avait fait l’objet d’une information judiciaire préalable. Gabriel Pereira de Castro confie même au corregedor des Açores, Francisco de Carnide, la responsabilité d’infliger des peines pécuniaires aux accusés. Or, d’après Lemos et ses amis, Francisco de Carnide leur était passionnément hostile. Arrivé à Angra en mission extraordinaire pour élucider les événements de 1623-1625, il avait été récompensé de son zèle sans solution de continuité en se voyant attribuer la très prestigieuse fonction de corregedor, en charge de toute la justice ordinaire dans l’archipel. Le nouveau magistrat avait, en même temps, conservé un réseau d’affidés dans la capitale du Portugal, qui avait conduit à sa demande une véritable campagne d’opinion auprès des cercles de la haute magistrature de Lisbonne afin de ruiner la réputation du vando de baixo et d’obtenir la condamnation du groupe de christovão de Lemos.

76Stupéfaits, les accusés se défendent en ces termes :

  • 47 AGS, G y M, leg. 897, 7 septembre 1622.

Ils disent qu’ils n’avaient fait que prêter assistance au gouverneur Pedro Esteban de Ávila. Ils lui dispensaient des conseils et le tenaient informé. Lui, de son côté, les appuyait dans les procédures d’élections aux offices. Cependant, aucun parmi les témoins ne s’était engagé dans les différends sur les élections face à Manuel do Canto e Castro et consorts, si ce n’est en pensant au service de Votre Majesté, et non pas en fonction de leurs intérêts particuliers47.

77Contre l’avis du clan des Canto e Castro, Christovão de Lemos et les autres membres de ceux d’en bas avaient fourni à Pedro Esteban de Ávila le ravitaillement que le corregedor et la municipalité lui avaient refusé. C’est la raison pour laquelle on a traité ces notables de la ville d’Angra de Castellanos. Ils affirment qu’ils ne sont pour rien dans l’intervention de Pedro Esteban de Ávila devant la municipalité, qui n’y était allé ni pour distribuer ni pour ôter des verges de justice (varas), mais pour apaiser les dissensions du moment. Ainsi, non seulement le gouverneur castillan n’a pas interféré avec la juridiction portugaise, mais en plus son principal soutien portugais n’y est pour rien ! Cependant, il était de notoriété publique que la plupart des membres de la municipalité n’était pas favorable aux Castillans, ni même à ceux des Portugais qui professaient de l’amitié pour eux. D’après les membres du groupe emmené par Christovão de Lemos, leur point de vue a toujours été celui de la défense du service du roi, dans le feu de ces conflits. Souhaitant obtenir un jugement définitif, Christovão de Lemos était arrivé à Lisbonne où Gabriel Pereira de Castro avait aussitôt ordonné son arrestation.

78Le Desembargo do Paço a déclaré coupables Christovão de Lemos et ses amis et les a condamnés à des peines de prison. Mais pour échapper à l’exécution de la sentence et éviter le versement des frais de justice et salaires des magistrats et officiers, ils ont fait appel de ces condamnations auprès du roi lui-même. Ils ont demandé et obtenu que soit formée une commission spéciale composée de conseillers, afin que l’on connût à la cour la cause et les appels. En fin de compte, ces notables portugais en appellent à la justice de Castille contre celle que leur ont administré les magistrats de Lisbonne :

  • 48 AGS, G y M, leg. 1325, 12 novembre 1632.

Les personnes qui présentent cette supplique ne refusent pas d’être jugées ni de rendre des comptes mais elles demandent à être entendues à la cour, patrie commune où Votre Majesté en son suprême Conseil du Portugal et dans ses autres conseils dispose de magistrats si droits et graves et où Votre Majesté a voulu que, pour que les causes soient mieux fondées et les procédures plus assurées, de nombreuses affaires soient examinées et jugées par des commissions de magistrats de l’une et l’autre nation [… ]48.

79Au même moment, en situation de symétrie inversée, le corregedor des Açores qui a reçu du Conseil de la Guerre l’ordre de procéder à l’expulsion de notables d’Angra ennemis des héritiers de Felipe Spinola de Quirós s’abrite derrière l’autonomie juridictionnelle de la couronne de Portugal pour surseoir à l’exécution

  • 49 AGS, G y M, leg. 1325, 12 novembre 1632.

après avoir enregistré l’ordre et leur avoir signifié une peine de cent ducats ainsi que l’exil en Afrique, ils répondirent que la coutume voulait que les ordres émanant de royaumes étrangers ne devaient pas être obéis ni exécutés ; le corregedor a pourtant été informé que l’affaire ne relevait pas du cas d’un royaume étranger, puisqu’ils étaient tous vassaux de Votre Majesté, et qu’on leur avait déjà signifié qu’ils devaient quitter l’île49.

80Les notables visés par ce commandement se bornèrent à se retirer dans leurs maisons et à multiplier les appels auprès des tribunaux portugais, avec la bénédiction du corregedor.

81Les tribulations en justice du castillan Jerónimo de Rojas à Terceira et du portugais Christovão de Lemos à Lisbonne et à Madrid se présentent comme deux séquelles judiciaires de l’affrontement entre les factions d’Angra et entre le gouverneur et le surintendant des flottes des Indes. Leurs trajectoires gardent un lien. Voici en quels termes le gouverneur, peu de temps après sa prise de fonction, présentait Jerónimo de Rojas :

  • 50 AGS, G y M, leg. 885, 05 mai 1622.

Avant que je me rende dans cette île, des personnes de solide crédit et de grande autorité m’ont prévenu que le munitionnaire et comptable qui servait Votre Majesté au château, Jerónimo de Rojas, était un homme de nature inquiète. À Perpignan, à Barcelone et partout où il a servi, il se serait signalé par mille troubles et mauvais coups, qui ont contraint les personnes sous les ordres desquelles il a servi à engager des procédures contre lui, bien qu’il soit toujours parvenu à dissimuler ses passions et ses intérêts particuliers sous le couvert du service de Votre Majesté. Lorsque je suis arrivé dans l’île, j’ai pris conscience de la situation, et comme j’ai constaté que tout ce qu’on m’avait dit était vrai et que le munitionnaire avait en effet vandalisé le préside [tache dans le manuscrit] ; je me suis adressé ? à lui et aux autres officiers en les exhortant à vivre en toute tranquillité et à servir Votre Majesté simplement, faute de quoi je serais contraint d’y porter remède. Il s’y est d’abord engagé de façon satisfaisante, et j’ai observé qu’il était incapable de vivre simplement, sans faire usage de ses offices pour tirer des vengeances, sans multiplier les actes de désobéissance. Mais cet homme est décidément trop mauvais et, suivant sa méchante pente, il a entrepris contre moi le même type d’actions que contre le gouverneur Gonzalo Messía, mettant ma patience à l’épreuve. Il essaie de s’arroger absolument le gouvernement. Par exemple, un jour j’avais envoyé Alonso González de Guadalajara, qui exerce les offices de payeur et de contrôleur du ravitaillement du château, dans l’île de São Miguel afin qu’il obtienne de l’administration des douanes de quoi verser la soldes de notre troupe, car cet officier est celui que mes prédécesseurs avaient chargé de la même mission, en raison de son expérience et de sa compétence. Voilà que Jerónimo de Rojas qui n’est pas son ami a exprimé des doutes, formulés de façon très subtile, alors même que sa passion hostile était publique et l’avait aveuglé au point qu’il m’avait manqué de respect [délit que je lui avais pardonné]. Le comportement vicieux de cet homme m’a contraint à surveiller ses actes avec attention, et à prendre connaissance du procès que lui a intenté le capitaine Felipe Spinola de Quirós, sur ordre du marquis d’Alenquer. J’y ai trouvé la preuve de ses délits de désobéissance qui, j’en suis persuadé, s’ils avaient été jugés par le Conseil de la Guerre auraient été punis avec la dernière sévérité […]. Pour le bien du service du roi, il conviendrait que disparaisse cet homme qui a été sur le point de perdre cette place. Il importe également de se souvenir qu’il est le fils d’une Hollandaise, et qu’il est né en Hollande, et dans notre port il est entré en commerce avec des gens du Nord, c’est pourquoi sa présence ici demeure dangereuse50.

82Cette dernière allusion à la naissance de Jerónimo de Rojas en Hollande d’une mère hollandaise n’est ni fortuite ni anecdotique. Le gouverneur, qui avait servi sur le front des Flandres avant la Trêve des Douze Ans, partageait l’hostilité de nombre d’Espagnols à l’égard d’un peuple rebelle, hérétique et, surtout, irréductible. Mais au-delà d’une antipathie de principe, l’accusation se fait plus précise. Le munitionnaire pourrait bien jouer un rôle d’agent double au service des négociants de Terceira qui ne voulaient à aucun prix appliquer l’embargo commercial avec les Provinces-Unies. Ce soupçon est corroboré par d’autres sources de l’enquête judiciaire.

83En effet, un certain Fernán Garcia Jaques, interrogé au cours de l’instruction, reconnut avoir entendu dire que Jerónimo de Rojas, Manuel do Canto, et le corregedor Pedro Vaz Freire, ainsi que Fernão Feijo et Cristóbal Borges voulaient livrer l’île à l’ennemi. Il tenait cette information de Christovão de Lemos qui l’aurait exposée à son domicile en présence de quelques personnes. Le notable portugais de la faction d’en bas défendait la théorie selon laquelle les conjurés de la bande d’en haut avaient l’intention d’ouvrir l’île aux « Flamands rebelles aux royaumes d’Espagne » (sic). De plus, Fernán Garcia Jaques avait entendu d’autres personnes reprendre la même thèse. Interrogé, Christovão de Lemos avoue avoir déclaré que Manuel do Canto e Castro et ses clients agissaient comme s’ils avaient voulu remettre Terceira aux Hollandais. Ce sont des conspirateurs qui tiennent chez le surintendant des flottes des Indes des rencontres secrètes pour ajuster leurs plans funestes. Dans des textes postérieurs, qu’il fit imprimer afin que le petit monde des avocats, greffiers et magistrats de Lisbonne et de Madrid connût la cause de sa coterie, Christovão de Lemos exposerait son sentiment d’injustice : on persécutait les Portugais loyaux et on ménageait les traîtres. Le notable açorien prenait ainsi des leçons de politique sans toujours en comprendre les ressorts.

  • 51 AGS, G y M, leg. 1325, 03 juillet 1625.

84Au printemps 1625, le magistrat de Lisbonne João de Frias Salazar avait suggéré le nom du docteur Alonso Moratallar y Tevar pour conduire l’inspection51. Ce lettré avait exercé les fonctions de magistrat spécialiste du contrôle des trafics en provenance des Indes dans l’archipel des Canaries, où stoppaient de nombreux vaisseaux de retour des navigations dans l’Océan indien. Il apparaissait donc comme un juriste tout indiqué pour enquêter sur des événements survenus dans l’archipel des Açores. Pendant les années que le juge Alonso Moratallar y Tevar a passées à Angra et Lisbonne, soit entre 1625 et 1632, il n’avait pas perçu le moindre salaire. C’est pourquoi il cherchait à tirer des émoluments sur le montant des amendes que Gabriel Pereira de Castro infligerait au groupe de Christovão de Lemos. Le magistrat castillan n’était pourtant pas au bout de ses peines. En effet, ayant nommé un certain Ambrosio de Quintueles homme d’armes (alguacil) de sa commission, en l’absence du titulaire de la charge, et comme ce dernier portait la verge de justice (vara) sur la place publique, le corregedor d’Angra l’avait fait arrêter, en stipulant qu’il n’avait pas le droit de porter la verge car il n’exerçait pas de juridiction dans une ville portugaise. Tandis que son acolyte se morfondait en cellule, le juge Moratallar y Tevar observait avec désolation que le nouveau gouverneur ne consentait aucun effort pour l’aider à percevoir le montant des amendes. C’est la raison pour laquelle il consacra une bonne part de son énergie à bombarder le Conseil de la Guerre de missives de plus en plus plaintives. Or, la nécessité de trouver une ressource financière pour verser les arriérés de salaire du magistrat risquait d’alimenter indéfiniment le conflit à Terceira. En l’occurrence, les amendes devaient servir à rembourser le juge de tous les frais qu’il avait engagés, ce qui supposait que les tribunaux de Madrid et Lisbonne obtinssent que les condamnés payassent. Un doute permanent subsistait cependant sur la justesse des décisions. La partie castillane savait bien qu’on avait écarté Pedro Esteban de Ávila alors qu’il avait agi conformément au droit et qu’on avait condamné les chefs du parti d’en bas par pure complaisance à l’égard du parti d’en haut. Cela explique pourquoi les magistrats castillans répugnaient à faire rendre gorge à Christovão de Lemos, même si cela pouvait arranger les affaires de leur collègue Moratallar y Tevar.

85En décembre 1632, la commission spéciale du Conseil de la Guerre en charge du dossier se réunit à Madrid pour essayer de mettre un terme à ces interminables procédures. Étaient rassemblés le marquis de Gelves, le duc de Villahermosa, le grand juriste Gregorio López Madera, le marquis de Oropesa, ainsi que les Portugais Francisco de Bragança et Manuel de Vasconcelos. Ces très hauts personnages devaient décider en dernier ressort si les sommes confisquées à Christovão de Lemos et consorts devaient leur être restituées. En septembre 1633, le marquis de Gelves rappelle que le roi avait ordonné la création de cette commission spéciale le 5 juillet 1630, c’est-à-dire plus de trois ans auparavant. Sans doute avait-elle rarement siégé en raison d’imprévus et de retards des charges de travail des magistrats. Cette dilation a infligé aux parties des gênes et des coûts additionnels, puisqu’elles résident hors de chez elles afin de suivre les procédures de près. Pour Gregorio López Madera, l’affaire n’était pas assez avancée pour qu’on pût dresser un tableau des responsabilités. En dépit de demandes réitérées d’Alonso Moratallar y Tevar, il demeurait donc impossible d’imputer des frais de justice à qui que ce fût. Or, tant qu’il n’était pas remboursé, le juge castillan ne pouvait quitter Terceira, où il n’avait plus rien à faire. Les années passant, les sommes dues avaient fini par croître de telle façon que la commission se trouvait de plus en plus embarrassée. Le financement de la justice reposait sur le principe de la responsabilité pécuniaire des condamnés. Dans ce cadre, les membres de la junta se trouvaient donc dans l’obligation de juger les personnes mises en cause à Lisbonne, quitte à les disculper. En tout cas, les bons juristes, même s’ils étaient convaincus de l’injustice commise à l’égard de Christovão de Lemos et consorts, ne pouvaient ignorer le principe de la chose jugée. Il n’était pas question, pour eux, de déclarer nulle et non avenue la procédure engagée par leurs confrères du Desembargo do Paço de Lisbonne.

86Le magistrat portugais Manuel de Vasconcelos rappelle que, depuis que les instructions ont commencé, personne n’a été condamné pour défaut de fidélité à l’égard du roi. Selon lui, il ne s’agit que de querelles entre concitoyens. C’est une affaire de partis locaux, qui n’affecte guère le service de la couronne, ni l’obéissance qui lui est due. C’est pourquoi, seuls des juges du Portugal étaient compétents, sans qu’aucun autre ne pût interférer. Aucun magistrat castillan ne devrait être appelé à émettre une sentence sur cette série d’affaires. Quant à l’enquête en cours sur Pedro Esteban de Ávila, le cas paraissait différent. Sans doute le gouverneur avait-il pris une part excessive dans les luttes d’influence locales, en adoptant le parti d’un bando, celui d’en bas, contre l’autre, celui d’en haut. Cependant, le jugement sur l’action du gouverneur relève de la juridiction du Conseil de la Guerre de Castille. De son côté, le marquis de Oropesa rappelle que la cause initiale était en cours de jugement depuis plus de huit ans et que Pedro Esteban de Ávila, sur le fond, avait été blanchi. Le seul point sur lequel il fallait encore trouver un accord ne concernait donc que les arriérés des salaires dus à Alonso Moratallar y Tevar. Il concluait qu’il serait téméraire de risquer de mettre l’île sens dessus dessous en distribuant des amendes pour obtenir le montant de ces salaires. Quelle utilité cela avait-il d’inquiéter des habitants de l’île en les faisant venir jusqu’à la cour, alors que la situation avait retrouvé sa stabilité depuis des années, et qu’on n’avait détecté aucun cas de désobéissance à l’égard du roi ? Rien, dans l’attitude des sujets des Açores qui méritât, selon Oropesa, la tenue d’un procès retentissant ni la décision d’un châtiment exemplaire. Toute cette agitation juridictionnelle, le marquis la jugeait négative et peu utile au roi, alors qu’il lui paraissait plus important de préserver son crédit auprès de ses vassaux et que rien de vraiment substantiel ne semblait être en jeu. Car, en poursuivant une procédure qui alimentait de telles tensions, on prenait le risque de provoquer un nouvel incendie dans l’île de Terceira. En effet, si un des partis était visé, alors ses membres voudraient accuser et impliquer d’autres citoyens. Il en résulterait que tous seraient affectés et astreints à de fortes amendes, alors même qu’ils se trouveraient de fait éloignés de leurs maisons, de leurs familles et de la gestion de leurs biens. Oropesa est si pragmatique qu’il propose de sortir par le haut de cette histoire de salaires dus en faisant nommer Alonso de Moratallar y Tevar rien moins que membre de l’un des conseils de la polysynodie espagnole ! En bon jurisconsulte, le docteur Gregorio López Madera conclut les travaux de la commission par une motion de compromis. Il distinguait son avis juridique et son opinion politique qui rejoignait celle de Manuel de Vasconcelos sur le privilège de juridiction qui devait demeurer réservé aux cours portugaises. Il affirmait qu’il était temps de clore ce chapitre. Son argument ultime était typique d’un magistrat imprégné de Ius Commune. Selon lui, en effet, la bonne foi de toutes les parties était démontrée par la durée anormale de l’affaire.

87Cette durée était-elle Vraiment anormale ? L’anomalie tient moins ici à la mesure du temps qu’à l’impasse dans laquelle se sont retrouvés les tribunaux, à la fois incapables de rémunérer le juge Moratallar y Tevar, et responsables par leur propre hésitation de l’augmentation des émoluments qui lui étaient dus. Toutefois, il ne faudrait pas projeter sur cette période le goût contemporain pour la célérité des démarches administratives et des procédures judiciaires. Notre jugement spontané nous porte du côté de la critique de l’enlisement bureaucratique. Or, sous le régime du Ius Commune européen de l’âge moderne, la lenteur n’était pas seulement tenue pour un travers mais aussi pour une garantie juridictionnelle. Dans la carrière d’un personnage politique, le temps consacré à la mise en jugement de son action pouvait être compris de diverses façons. Pendant l’examen de du comportement et des décisions d’une personnalité dépositaire d’autorité, sa puissance de commandement était neutralisée par la procédure. Plus cette période s’allongeait, plus il lui était difficile de conserver une prise sur ses réseaux et ses partisans. En ce cas, la durée devenait par elle-même un instrument d’affaiblissement du personnage incriminé, même s’il ne devait subir aucune sanction à la fin de la procédure. Ce mécanisme a joué à plein dans le cas de Pedro Esteban de Ávila, le temps de la mise entre parenthèse se trouvant redoublé par le dépaysement car, comme on l’a vu, le conseil lui a demandé de quitter les Açores pendant le jugement sur son cas. Or, à l’issue de l’examen, l’ancien gouverneur du préside de Terceira, non seulement n’a pas fait l’objet d’une condamnation ni même d’une réprobation, mais encore il a été récompensé par une promotion en recevant la charge de gouverneur du Rio de la Plata. Il n’empêche qu’en attendant cette brillante promotion il a de facto été tenu à l’écart des Açores, comme s’il avait commis une faute.

88Cet exemple suggère également que la durée de la procédure est aussi une méthode de pacification des conflits. La justice refuse d’opérer à chaud pour juger selon le droit et la raison et non sous la pression des passions affrontées. Les juges se souviennent que le Créateur ne condamna pas Adam et Ève pour la commission du péché originel de façon instantanée, bien qu’omniscient il en ait eu une connaissance immédiate. Pendant que les adversaires des factions d’en haut et d’en bas, ainsi que le gouverneur, se trouvaient pris dans les lents progrès de leurs causes judiciaires, la vie continuait dans l’île, sans eux. La longueur des procédures en elle-même peut opérer comme un mécanisme de refroidissement des conflits. D’un autre point de vue, les procédures interminables ont aussi pour effet de prolonger la mémoire des antagonismes, puisqu’elles retardent l’issue du jugement. Dans le domaine des affaires civiles, les délais sont tels qu’ils passent souvent d’une génération à l’autre, et ce d’autant plus que l’objet du litige relève de la transmission patrimoniale. Mais si la justice échoue à éteindre la mémoire du conflit, du moins offre-t-elle une alternative raisonnée et civilisée à la vendetta entre familles, entre clans, entre factions et partis.

  • 52 AGS, G y M, leg. 1114, 03 août 1634.
  • 53 AGS, G y M, leg. 1143, 05 mars 1635.

89Au cours de la décennie 1630, Terceira tout comme le Portugal continental est tétanisée par l’impératif de solidarité avec les politiques d’embargo commercial décrétées à Madrid contre les négociants hollandais, puis à partir de 1635 contre les Français. Pas plus que les ports de la péninsule ne pouvaient se passer de clients si importants pour leur économie locale, ceux de l’archipel n’imaginaient interrompre le négoce avec ces acteurs essentiels. L’ambition des administrations castillanes de pourchasser les contrevenants sous l’accusation généralisée de contrebande créait une tension sans doute plus électrique que tous les manquements à la séparation des juridictions. Le comptable Jerónimo de Rojas, dont on sait qu’il n’était pas homme à refuser le conflit, accepta en 1634 d’évaluer la bonne marche de la répression de la contrebande à São Miguel. Mais, en réalité, il ne prit jamais la mer de Terceira à São Miguel, pour la bonne raison, note le gouverneur Diego de Fajardo, qu’il avait peur d’être assassiné s’il s’aventurait à contrôler sérieusement l’application des embargos commerciaux contre les puissances ennemies52. Il était insensé de croire que les sociétés insulaires consentiraient à se passer de clients européens tels que les Hollandais, les Français et les Anglais. C’est pourquoi une sorte de vide commercial commença de se creuser à Angra par le détournement du trafic maritime au bénéfice de l’île proche de Faial et de celle, plus lointaine, de São Miguel53. Depuis son poste de gouverneur, le principal représentant de la couronne de Castille dans l’archipel n’y pouvait rien, à moins qu’un magistrat portugais ne fût dépêché par un tribunal de Lisbonne pour sévir. Il ne vint jamais.

90La correspondance de Terceira en direction des Conseils se fait plus rare dans les liasses de la section Guerra y Marina, à partir de ces dates. Les chroniques ne sont guère plus riches d’informations. On peut estimer que l’absence de gros dossier sur Terceira dans les années 1630 permet de former l’hypothèse qu’il ne s’y est pas produit de conflit comparable à celui qu’avaient déclenché Pedro Esteban de Ávila et Manuel do Canto e Castro en 1623. Rien n’indique que le préside ait été renforcé et que le contingent ait vu croître ses effectifs. Les équilibres qui ont été décrits ont sans doute été reconduits. Il semble qu’un nombre croissant de soldats portugais est venu renforcer le contingent de la forteresse. Mais de cela nulle certitude.

Notes

1 AGS, G y M, leg. 777, 13 mai 1613.

2 AGS, G y M, leg. 513, docs. 63, 65.

3 AGS, G y M, leg. 513, doc. 64.

4 AGS, G y M, leg. 513, doc. 88.

5 AGS, G y M, leg. 786, 12 août 1613.

6 AGS, G y M, leg. 514, doc. 77.

7 Valentín Vázquez de Prada, Felipe II y Francia (1559-1598) : Política, Religión y Razón de Estado, Pamplona, EUNSA, 2004, pp. 384 sq.

8 AGS, G y M, leg. 527, doc. 63.

9 AGS, G y M, leg. 514, doc. 78.

10 AGS, G y M, leg. 632, doc. 256.

11 AGS, G y M, leg. 601, doc. 140.

12 Ibid.

13 AGS, G y M, leg. 608, doc. 338 ; leg. 614, doc. 33.

14 14 AGS, G y M, leg. 632, doc. 256.

15 AGS, G y M, leg. 649, doc. 116.

16 AGS, G y M, leg. 706-1, doc. 84.

17 AGS, G y M, leg. 707-1, doc. 179

18 AGS, G y M, leg. 1075, 22 mai 1633.

19 Baruch Spinoza, Lettre à Oldenbourg, 7 février 1676.

20 AGS, G y M, leg. 771, 24 février 1612.

21 AGS, G y M, leg. 825, 27 septembre 1617.

22 AGS, Guerra y Marina, leg. 1325, 26 mai 1628 ; 22 juillet 1628 ; 6 septembre 1628.

23 AGS, Guerra y Marina, leg. 1325, lettre de Fernando de Toledo au roi, 19 août 1628.

24 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, leg. 722, lettre de Francisco de Molina, 16 février 1634.

25 Stuart B. Schwartz, « The Voyage of the Vassals. Royal power, noble obligations and merchant capital before portuguese restoration of Independance (1624-1640) », American Historical Review, 93 (3) 1991, pp. 735-762.

26 AGS, G y M, leg. 1325, 28 octobre 1632.

27 AGS, G y M, leg. 801, 21 décembre 1615.

28 AGS, G y M, leg. 897, 04 avril 1623. La plupart des lettres de Pedro Esteban de Ávila qui sont citées dans les prochaines pages proviennent du même carton. Un jeu de copies de ces lettres est également conservé à la British Library, sous la cote Add. 28439.

29 AGS, G y M, leg. 490, doc. 10.

30 AGS, G y M, leg. 1075, 9 février 1633.

31 AGS, G y M, leg. 1325, 5 juillet 1630.

32 Michel Foucault, Il faut défendre la société, Paris, EHESS-Gallimard Seuil, Coll. Hautes études, 1997.

33 AGS, G y M, leg. 601, 7 mai 1602.

34 AGS, G y M, leg. 1325, 19 août 1628.

35 AGS, Estado, leg. 435, doc. 120.

36 AGS, G y M, leg. 952, 2 août 1623.

37 British Library, Add. 28439, f. 46.

38 AGS, G y M, leg. 952, 16 mai 1623.

39 Jorge Pamplona Forjaz, O solar de Nossa Senhora dos Remédios (Canto e Castro), Angra do Heroísmo, Instituto Histórico da Ilha Terceira, 1996.

40 AGS, G y M, leg. 583, 3 octobre 1601.

41 AGS, G y M, leg. 837, 29 novembre 1618.

42 AGS, G y M, leg. 837, 4 octobre 1618.

43 AGS, G y M, leg. 969, 17 novembre 1627 ; 10 février 1628 ; 22 mars 1628.

44 Sauf exceptions signalées, l’ensemble des lettres citées dans la suite provient des cartons 897 et 952 de la section G y M.

45 AGS, G y M, leg. 1325, 5 juillet 1630.

46 AGS, G y M, leg. 897, 7 septembre 1622 ; 24 février 1624.

47 AGS, G y M, leg. 897, 7 septembre 1622.

48 AGS, G y M, leg. 1325, 12 novembre 1632.

49 AGS, G y M, leg. 1325, 12 novembre 1632.

50 AGS, G y M, leg. 885, 05 mai 1622.

51 AGS, G y M, leg. 1325, 03 juillet 1625.

52 AGS, G y M, leg. 1114, 03 août 1634.

53 AGS, G y M, leg. 1143, 05 mars 1635.

© Casa de Velázquez, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search