Version classiqueVersion mobile

L’île aux mariés

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Tensions et négociations

Texte intégral

  • 1 AGS, G y M, leg. 599, doc. 36.

1À la fin de l’année 1602, le gouverneur Diego de Miranda y Quirós estimait que l’officier Pedro de Heredia avait commis une grave erreur en supprimant le guet de la plaza de armas desta Ciudad, ainsi que celui de la porte de la mer1. Il n’est resté qu’un seul poste de garde devant l’hôpital qui se trouve au bord du rivage et qui reste toujours le lieu le plus fréquenté d’Angra, car c’est là qu’on vend le poisson. Or les pêcheurs sont pour la plupart « gens libres, discourtois, et sans frein ». C’est pourquoi, il arrive souvent qu’éclatent des affrontements verbaux et parfois même physiques entre eux et les soldats. Il faut alors que la garde intervienne pour pacifier la situation. En l’absence de cette garde, les soldats castillans se trouveraient en vilaine posture étant donné le grand nombre de naturels qui pourraient s’en prendre à l’un d’eux. En revanche, d’autres tours de garde sont respectés, comme par exemple celui qui veille sur la résidence du gouverneur. Cette indication subreptice suggère qu’il n’a pas renoncé à mener un train à la hauteur de sa dignité, plutôt que d’aller supporter l’inconfort de la vie au cœur d’une forteresse en état de chantier permanent. Si la garde est postée devant la demeure de Diego de Miranda y Quirós, c’est avant tout parce que la municipalité ne l’autorise pas à la faire circuler ailleurs, et en particulier pas sur la place centrale, « comme dans toutes les localités où réside un corps d’armée ». Ce serait d’autant plus indispensable, précise le gouverneur, que si un vaisseau s’approchait du quai à la nuit noire, le corps de garde pourrait le voir, tandis que l’embarcation demeurerait indétectable depuis le haut du Mont Brésil. Mais il semble que les gens de la ville jugent intolérable qu’une telle ronde soit organisée, alors que pourtant « de nombreux soldats et officiers se trouvent répandus et dispersés en ville », puisque le roi souhaite qu’ils soient logés le plus près possible de la forteresse. Il faudrait donc qu’ils disposent de maisons suffisamment habitables et ne demeurent pas dans l’étroitesse où la municipalité voudrait les confiner. Il s’établit ainsi un lien étroit entre la nécessité de loger une partie du contingent en pleine ville — qui est odieuse aux autorités civiles, à Angra comme dans n’importe quelle ville de la monarchie — et celle de faire surveiller l’espace urbain par des rondes de garde, en bonne part pour prévenir de possibles affrontements entre citoyens portugais et voisins castillans appartenant au contingent du préside. On ne peut guère s’étonner que les édiles aient pu voir dans cette rhétorique une sorte de cercle vicieux, ou si l’on veut de double peine.

  • 2 AGS, G y M, leg. 400, doc. 165.

2Il revint au gouverneur Antonio de Puebla de poser, en 1593, la première pierre de l’impressionnante forteresse bâtie en face de la ville sur l’éminence de la presqu’île, justement appelée le Mont Brésil. Ancien cône volcanique, il culmine à deux cent cinquante mètres et domine la ville et ses différents mouillages. La forteresse à laquelle on donna le nom de San Felipe, en l’honneur du monarque, symbolisait la puissance du préside à la fois comme élément de sécurité commune et de surveillance de la société portugaise par le corps expéditionnaire espagnol. Il s’agit aussi d’une arme à double tranchant, dans la mesure où dès lors qu’un tel ouvrage avec ses bâtiments serait achevé, plus rien ne pourrait encore justifier qu’on imposât de loger soldats et officiers castillans dans les demeures de la ville. L’évêque en personne accompagné de tout son chapitre assista au lancement de ce vaste chantier aux côtés d’Antonio de Puebla2. La plus haute autorité spirituelle de l’archipel, par sa présence, témoignait de l’attachement de la société portugaise à la création de cet ouvrage, comme supplément de sécurité et promesse de séparation.

  • 3 AGS, G y M, leg. 452, doc. 87
  • 4 AGS, G y M, leg. 456, doc. 71.
  • 5 AGS, G y M, leg. 453, doc. 141, 142 ; leg. 527, doc. 237.

3 C’est exactement ce que comprit son successeur Antonio Centeno arrivé à Terceira en février 15963. Le nouveau gouverneur choisit en 1597, alors que le chantier était bien loin d’être achevé, de renoncer à son logement au cœur d’Angra pour une « bicoque faite de quelques planches » située dans le périmètre de la forteresse en construction. Ce faisant, il montrait aux autorités portugaises que le contingent espagnol était bien décidé à abandonner les hébergements obtenus dans l’espace urbain et, en même temps, il poussait bailleurs de fonds, ingénieurs et ouvriers à accélérer la construction4. Et pendant que le gouverneur campait sur le chantier, les deux magistrats Miguel Ponce et de Pedro de Paz Salas ne cessaient de distraire ouvriers et matériaux pour améliorer leur propre résidence en ville. Au point que l’ingénieur Anton Coll, en charge de la construction du fort San Felipe, excédé, finit par écrire à la cour pour dénoncer leur attitude, prenant pour exemple l’exigence de Pedro de Paz Salas de disposer d’un colombier sur le toit de son logement de fonction5.

Donner un toit aux soldats

4Tout au long de la période couverte par cet ouvrage, les officiers castillans et les notables portugais ont été confrontés au problème de la pénurie de maisons habitables dans les limites de la ville d’Angra do Heroísmo. Cette situation était bien connue à Lisbonne et sans doute à Madrid. En témoignent les difficultés rencontrées par les inspecteurs castillans Miguel Ponce et Pedro de Paz Salas en mai 1595 pour trouver un endroit où résider et conduire leur mission. Ils avaient même anticipé la difficulté :

  • 6 AGS, G y M, leg. 427, doc. 213.

Cette terre est très petite. Depuis Lisbonne nous avons essayé de ménager une résidence où nous loger dès notre arrivée. Rien n’y a fait : n’étaient disponibles que les maisons de deux marchands assez puissants, qui par courtoisie nous conduisirent chez eux. Mais lorsqu’ensuite nous voulûmes y habiter, il n’y eut pas moyen de les louer. Nous avons demandé au gouverneur de nous soutenir, mais il s’est excusé en répondant qu’il ne fallait rien faire qui heurtât les Portugais6.

5La seule solution fut de reprendre les logements de deux officiers castillans, probablement contraints de rejoindre une caserne, afin que la mission des deux inspecteurs puisse se dérouler dans de bonnes conditions.

  • 7 AGS, G y M, leg. 490, doc. 20.
  • 8 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

6En octobre 1597, le gouverneur Antonio Centeno, expliquait dans une lettre adressée au Conseil de la Guerre, combien la question du logement des troupes était alors devenue cruciale. Il s’engageait à abriter marins et soldats du mieux qu’il pourrait. Il prévenait, toutefois, qu’il manquait de place en ville et qu’il existait de nombreux obstacles. Il essaierait d’agir de la façon la plus « fraternelle », convaincu que tout ce qui se trouve à Terceira ne dépend, au bout du compte, que d’un seul maître et seigneur, le roi lui-même7. Sans doute la personne royale portait sur sa tête les différentes couronnes de la monarchie. Mais cela n’abolissait pas la séparation entre celles-là : le roi de Portugal ne pouvait disposer des rues portugaises au bénéfice des sujets du roi de Castille, suivant son bon plaisir. En plus de la garnison qui stationne à Angra, avant et après la construction de la forteresse, il existe dans toute la périphérie de l’île un collier de fortins destinés à la surveillance des activités navales. Mais dans les premières années du xviie siècle la plupart de ces ouvrages se trouve dans un tel état de décrépitude qu’il est impossible de demander aux soldats qui s’y trouvent affectés de loger sur place. Ces forts menacent tous ruine : ils n’ont plus de porte et rien qui ressemble à un lieu habitable, d’après une tournée d’inspection réalisée en 16078.

7En 1602, un rapport que le gouverneur Diego de Miranda y Quirós rédige à l’intention du marquis de Castelo Rodrigo, vice-roi de Portugal et donataire de Terceira, permet d’imaginer, avec plus de précision, les conditions d’hébergement des soldats du préside dans l’espace urbain d’Angra. Du temps de son prédécesseur,

les maisons accordées étaient au nombre de cent treize, six d’entre elles en chaume, six appartiennent à des soldats qui y résident eux-mêmes, onze disposent d’une pièce en étage supérieur qu’on appelle communément ici casas sobradadas, treize bâtiments dont un qui appartient à votre seigneurie où jamais personne n’a résidé puisqu’ils sont faits pour la fabrique du pastel [ressource des habitants de cette terre] qui n’ont ni cheminée ni cour ce qui les rend humides et dégoutant d’eau, le reste des maisons n’ont pas d’étage, elles sont très humbles et trop petites, au point que le quartier qu’elles forment est surnommé les dés de San Gonzalo, c’est ce qu’en castillan on appelle d’ordinaire un faubourg. Dans les maisons qui disposent d’un étage et d’un rez-de-chaussée on loge les soldats mariés, dans d’autres qui sont plus petites et sans étage on peut à peine poser un châlit pour les époux et un coffre pour les objets de la maison, c’est la pire des étroitesses pour loger un soldat marié, dans une autre on trouve huit ou dix célibataires, et dans l’une qui est grande et qui a un grenier habitent plus de vingt soldats […].

8Dans la perspective du plan de relève, le gouverneur doit trouver des logements pour trois cents soldats sous cette condition :

Les mariés il faut les loger comme s’ils étaient célibataires, et celui qui voudrait plus d’aise pour sa femme qu’il cherche et paie de sa poche.

  • 9 AGS, G y M, leg. 665, doc. 47.

9Dans ce casse-tête logistique, l’hébergement des hommes n’est pas le seul cauchemar pour l’administration militaire. Le stockage des grains destiné à leurs rations n’est pas moins incertain, dans la mesure où les gouverneurs disposaient de magasins de chaume hâtivement chaulés, où il n’était pas rare que les sacs pourrissent avant d’être distribués aux hommes et à leur famille9.

10Voilà comment on est parvenu à abriter les soldats qui ne pouvaient être logés dans le château. Le gouverneur est pris entre le feu des magistrats de Madrid et ceux de la ville d’Angra. Après lecture de son rapport, le Conseil de la Guerre l’encourage à ne pas tenir compte de la situation matrimoniale des soldats : ceux qui ont le mauvais goût d’avoir pris épouse doivent trouver par eux-mêmes les moyens de se ménager un abri plus ample que celui qui leur est offert par l’armée. Quant à la municipalité d’Angra, elle dépêche auprès du gouverneur le magistrat Rui Dias de Sampaio qui doit vérifier que le souhait de la municipalité de voir les soldats quitter le centre de la ville soit exaucé.

  • 10 AGS, G y M, leg. 665, doc. 45.

11Comme pour d’autres conflits qui nous sont contemporains, la puissance politique se traduit par la capacité de contrôler, voire de posséder, des espaces bâtis, immeuble par immeuble. Au début du xviie siècle, la possession ou l’usage de certains bâtiments de la ville par des Castillans apparaissaient encore comme des séquelles de la conquête de 1583. Tel était le cas d’une demeure connue sous le nom de Casa de São Christovão do Moinho (Saint Christophe au moulin), un ancien fort datant des premiers temps de fondation d’Angra dans la zone des moulins à eau, située sur une hauteur de la ville. La grande maison avait été, avant l’union des couronnes, la résidence des capitaines généraux de la milice de l’île10. C’est là que le premier gouverneur, Juan de Urbina, avait choisi de s’installer. Étant donné la position de la maison en surplomb de la cité, il y avait ménagé une plate-forme pour y disposer quelques pièces d’artillerie pointées vers la ville basse, lui restituant la fonction défensive qu’elle avait fini par perdre avec l’extension de la ville au cours du xvie siècle. Plus tard, la casa de São Christovão cessa de jouer le rôle de résidence du gouverneur, mais sa fonction militaire persista. L’habitude fut prise de confier la surveillance du lieu à un sergent en fin de carrière. Le temps passant, on s’aperçut que le poste de surveillance de la ville ne présentait plus guère d’intérêt — signe que le sentiment de concorde l’emportait du côté des autorités militaires castillanes. Les canons furent retirés, ainsi que le poste de garde.

12Un gouverneur, dont le nom n’est pas précisé, avait accordé au chef d’escadre castillan Antonio Naranjo le droit de résider dans cette belle demeure, sans nomination officielle et sans le moindre document qui attestât cette décision. Lorsque Diego de Miranda y Quirós assuma sa charge à Terceira, il constata cette situation. Pendant son séjour de 1601 à la cour, son substitut intérimaire Pedro de Heredia autorisa Antonio Naranjo à se rendre au Brésil. Avant de revenir à Terceira, Naranjo se rendit à Lisbonne puis à la cour de Valladolid et fit croire à ses interlocuteurs que la Casa de São Christovão était une place forte d’importance, qu’il en était le châtelain et qu’il méritait que l’administration militaire de la couronne de Castille lui versât un salaire pour l’accomplissement de ce devoir. À son retour dans l’île en 1604, Naranjo put produire un décret royal en ce sens. Il demanda au corregedor Francisco Botelho de lui faire livrer du bois de chauffage et de l’huile pour l’entretien de la maison. Le magistrat portugais interrogea le gouverneur sur les fondements de cette demande. Diego de Miranda y Quirós, outré devant tant d’audace, affirma que les autorités portugaises ne devaient aucunement accepter d’obtempérer à une injonction aussi injustifiée. Il exigea de voir lui-même toutes les pièces du dossier constitué par Naranjo et donna ordre au comptable du contingent, Francisco de Aduna, de ne rien lui verser d’autre que son salaire de base. Dans l’année qui suivit, le gouverneur fit savoir aux magistrats du Conseil de la Guerre qu’ils avaient été abusés par un beau parleur. Sans doute la maison méritait-elle d’être habitée pour qu’elle ne soit pas laissée sans aucune surveillance. Il n’envisageait pas pour autant de céder une demeure aussi bien située à une personnalité de la haute société d’Angra. Car, un tel geste aurait eu une signification forte dans le contexte des relations entre la cité et le contingent. Le lecteur verra plus loin que la casa de São Christovão do Moinho n’était pas la seule maison qui, sur les hauteurs de la ville, attirait les regards.

  • 11 AGS, G y M, leg. 617, doc. 205.

13Une des institutions les plus importantes pour comprendre le fonctionnement sociopolitique et la circulation des hommes au sein de la monarchie pluricontinentale portugaise sont les Misericordias, c’est-à-dire les hôpitaux tenus par des confréries dans un grand nombre de villes portugaises en péninsule, dans les archipels atlantiques, en Amérique, en Asie, en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne. Elles ont en charge le traitement des contagions, une certaine intervention dans le domaine de la gestion de l’indigence et les actions d’urgence lorsqu’éclatent des conflits violents. Dans sa forme traditionnelle, la Misericordia se présente comme une confrérie ou une corporation dont les fonctions sont bien-sûr caritatives et thérapeutiques, mais également politiques dans la mesure où le collège des confrères en charge de la gestion de la maison commune est composé de représentants des cercles de notables en chaque lieu. À côté du collège des édiles de la municipalité et du chapitre de la cathédrale, il s’agit du troisième grand corps civique sur lequel repose l’organisation politique de la vie urbaine. Or, voici qu’en 1603, la Santa Casa da Misericordia da cidade de Angra s’adresse au roi, à travers son Conseil de la Guerre, pour se plaindre de l’étroitesse physique dans laquelle la présence du contingent la tient11. Elle accueille les malades du pays, ceux des équipages des navires du roi de Portugal, tout comme ses sujets venant — dans cet ordre — du Cap Vert, de São Tomé, du Brésil, d’Inde orientale et des Indes de Castille. L’intendant et les confrères de la Misericordia leur rendent régulièrement visite. Mais après son débarquement en 1583, Alvaro de Bazán marquis de Santa Cruz avait saisi les bâtiments de l’hôpital et ses infirmeries au détriment des pauvres qui s’y trouvaient jusqu’alors accueillis. C’est pourquoi, vingt années après cet acte de conquête, désormais jugé arbitraire, le roi est sollicité pour qu’il ordonne à son gouverneur de restituer des bâtiments de la confrérie en ville, à charge pour l’administration financière du Conseil de la Guerre de faire construire dans l’enceinte de la forteresse un hôpital réservé aux membres souffrants du contingent castillan.

  • 12 AGS, G y M, leg. 637, doc. 69.

14Interpellée, l’administration royale à Madrid s’adresse au gouverneur pour lui demander son point de vue sur la revendication de la Misericordia et pour l’inviter à conduire une enquête précise sur la situation décrite par les confrères. Le circuit des correspondances, en l’occurrence, est intéressant si l’on songe que le processus de lancement de l’enquête part d’Angra vers Madrid et revient à Angra, alors que les protagonistes sont séparés, en ville, par quelques dizaines de mètres. Le gouverneur interroge un certain nombre d’officiers du préside, réputés compétents sur le sujet, notamment Juan de Rojas majordome de l’hôpital des Castillans, Andrés Juan son chirurgien, Juan de Bayona son comptable, Alonso Moreno soldat résidant dans la forteresse, et quelques autres12. Il ressort de ces entretiens qu’en 1583 le marquis de Santa Cruz s’était saisi du bâtiment de la Misericordia ainsi que de l’hôtel des monnaies (Casa da moeda) pour en faire l’hôpital des hommes de son contingent, lorsqu’ils étaient au nombre de quinze cents environ. Dès sa prise de fonction, quelques mois plus tard, le premier gouverneur du préside, Juan de Urbina, avait restitué le second bâtiment aux confrères pour qu’ils transformassent l’ancien hôtel des monnaies en hôpital réservé aux naturels de l’île. Les deux établissements, après que les bâtiments avaient été réunis par Alvaro de Bazán, se trouvaient désormais séparés par l’élévation de cloisons étanches. C’est en particulier sur ce point de compromis que les témoins sont interrogés. Ils soulignent, parce qu’ils jugent l’information très importante à communiquer au Conseil de la Guerre, que le financement de l’hôpital des malades du contingent est assuré par la couronne de Castille, sans que l’action caritative locale ne s’applique en rien à eux. Le bâtiment de la nouvelle Misericordia portugaise offre assez de place pour accueillir les malades, il dispose d’une cour et d’un accès au rivage, autant d’avantages auxquels Juan de Urbina avait donc renoncé pour ses propres soldats. Nous ne disposons pas de suffisamment de données pour vérifier si la demande exprimée par les confrères répond à l’insuffisance des espaces dont ils disposaient pour exercer les missions de leur corporation en 1605. Dans le cas de cette confrérie si centrale dans la vie civique locale, les arguments techniques, architecturaux ou mêmes médicaux, peuvent, sans grand risque de trop solliciter l’information, être éclairés par des considérations de nature politique ou symbolique. Il ne s’agit pas de prétendre que la requête adressée au roi ne repose sur aucun besoin réel d’espace et n’obéirait qu’à des considérations de nature, disons, patriotiques. En revanche, il est certain qu’en obtenant gain de cause les confrères de la Misericordia remporteraient bien plus qu’un avantage matériel pour la poursuite de leurs missions médicales et caritatives. L’enjeu civique est considérable dans le contexte d’une situation de tension chronique engendrée par les usages de l’espace urbain que les gouverneurs castillans se sont autorisés depuis 1583.

  • 13 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, leg. 659, 20 mars 1620.

15En 1620, ce fut au tour des jésuites d’Angra de revendiquer dans la ville des immeubles qui se trouvaient sous le contrôle de l’autorité militaire castillane13. Les pères de la Compagnie avaient fondé un collège, après avoir acheté des maisons à leurs propriétaires portugais et les avoir démolies. Mais la construction de l’église du collège exigeait qu’ils pussent se saisir de maisons qui avaient appartenu à un officier castillan du nom de Martin Ibañez de Ugarte, et avaient été saisies au profit de l’administration du préside, en compensation de sommes que Ugarte devait encore au fisc royal lorsqu’il mourut. Les officiers de l’intendance successifs, notamment Francisco de Aduna et Jerónimo de Rojas, avaient été logés dans ces maisons. Ils y avaient installé leur officine et leurs papiers s’y trouvaient encore conservés. Dans leur démarche, les jésuites ont reçu le soutien de la ville d’Angra et la cause a été plaidée auprès de plusieurs hauts tribunaux de la monarchie, le Conseil de la Guerre, le Conseil des Finances (parce que la possession de cette maison résultait d’une amende fiscale infligée au dernier propriétaire) et sans doute au Conseil du Portugal. Les administrations castillanes de la guerre et des finances recommandèrent au roi de céder ce pâté de maisons à la Compagnie de Jésus, acceptant par là même un nouveau recul de l’emprise territoriale du préside sur la ville. C’était poursuivre un lent mouvement de retour à l’ordinaire et d’accentuation de la séparation entre forteresse et espace urbain.

La forteresse de San Felipe : un chantier interminable

  • 14 AGS, G y M, leg. 636, doc. 356.
  • 15 AGS, G y M, leg. 675, doc. 98.

16Mais pouvait-on raisonnablement espérer loger l’ensemble du contingent derrière les murailles de la forteresse ? Les gouverneurs successifs avaient assez prévenu le Conseil de la Guerre sur l’irréalisme d’un tel objectif. Dans l’enceinte, on n’avait pas construit d’hôpital et la taille de l’église demeure une difficulté jusqu’à la fin de notre période, étant réduite à une chapelle qui ne pouvait accueillir plus de cinquante fidèles. Diego de Miranda y Quirós pointait, à son tour, les déficiences de la forteresse San Felipe pour ce qui concerne l’accueil des soldats14. Il observait que les premières constructions avaient été des échecs dans la mesure où le régime des vents dans l’archipel, plus sévère que sur le continent, tendait à démonter les toitures que les charpentiers et couvreurs du contingent avaient l’habitude de poser. Il fallait concevoir des constructions voûtées semble-t-il plus résistantes aux effets des rafales de vent. Il suggérait également de créer un réservoir d’eau pour tous les usages quotidiens tant il était ardu et onéreux de faire monter les tonneaux d’eau depuis la ville basse sur les hauteurs du Mont Brésil. Comme son prédécesseur et ses successeurs, il insistait sur la nécessité de disposer d’une église plus vaste. La taille de ce sanctuaire paraissait symboliser par sa médiocrité l’incapacité du projet d’ouvrage du fort de San Felipe à héberger le contingent castillan. Il fallait, insistait-il, que l’église du « château » disposât d’un Saint Sacrement et d’un font baptismal, car même sans qu’on leur ouvre les portes c’est quelque quinze cents personnes, les soldats avec leurs femmes et leurs enfants qui devraient pouvoir s’abriter derrière les murs. Il est permis de douter de ce chiffre, en totale contradiction avec d’autres arguments portant sur l’effondrement des effectifs et la dispersion, en ville, des soldats mariés ou concubins. Reste que le gouverneur tient à alarmer le Conseil de la Guerre sur le fait que le fort ne dispose d’aucun des éléments de logistique qui lui permettrait d’accueillir dans des proportions significatives une part du contingent castillan. On a également vu que l’infrastructure du préside ne prévoyait pas de magasin pour le stockage des grains à la hauteur des nécessités de ravitaillement des hommes et de leur familles, d’où la nécessité de sous-traiter cette responsabilité vitale hors de l’enceinte15.

  • 16 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

17Il ne faudrait pas imaginer que le désir de séparation dans l’espace urbain entre la ville portugaise et la forteresse soit seulement le propre de la société locale dans son rapport au contingent. Le commandement militaire, lui aussi, pouvait aspirer à ce que les deux territoires fussent délimités sans équivoque et, plus encore, que la localisation des populations obéît à une répartition claire. Déjà les mariages entre soldats castillans et femmes portugaises contribuaient à gommer les frontières sociales qui auraient dû s’interposer entre les hommes du préside et la localité où ils stationnaient. Il en allait également de l’image que l’autorité militaire voulait donner d’elle sur place : c’était à la fois question, sinon d’honneur, du moins de prestige, et une affaire de sécurité, puisque la mémoire des troubles passés et l’hypothèse de désordres à venir demeuraient perpétuellement actuelles. Diego de Miranda y Quirós se montrait pas moins hostile à la banalisation du périmètre de la forteresse que les échevins n’étaient prêts à confondre l’espace civique avec celui du préside16. Le gouverneur soulignait dans un courrier daté de mai 1602, que des gens du pays prétendaient pouvoir entrer comme bon leur semblait dans le château San Felipe pour y conduire leurs affaires. Afin que ces personnes ne prissent pas conscience de la répulsion qu’elles inspiraient au gouverneur, il s’était contenté d’exiger que nul ne pût entrer dans la forteresse, à moins d’être gentilhomme (hidalgo).

  • 17 AGS, G y M, leg. 702, doc. 374.
  • 18 AGS, G y M, leg. 675, doc. 77.
  • 19 AGS, G y M, leg. 697, doc. 374 ; leg. 697, doc. 389 ; leg. 744, 03 octobre 1611.

18Plus de douze ans après l’assertion, un rien bravache, du gouverneur Antonio Centeno, disant qu’il bivouaquerait sur le chantier, son successeur Pedro Sarmiento déclarait en 1609 qu’il préférait ne pas résider sur place. Considérant que de longs séjours dans ce havre inhospitalier avaient ruiné sa santé, le tout nouveau gouverneur demandait au Conseil de la Guerre une autorisation pour pouvoir habiter, au moins pendant certaines périodes de l’année, dans le « quartier d’en bas, là où réside la plupart des hommes du contingent de ce préside »17. Or son opinion est d’une valeur sans pareille. En effet, Sarmiento a été rien moins que l’officier en charge de la supervision des ouvrages d’arts à Terceira depuis les années 1590. Il s’est notamment chargé de tous les achats de bois de construction dans plusieurs îles de l’archipel, se déplaçant pour aller choisir les pièces nécessaires aux chantiers d’Angra. Nul mieux que lui n’était en mesure d’évaluer les qualités des bâtiments où, en principe, auraient dû être abrités tous les soldats, à commencer par le premier d’entre eux, le gouverneur18. Aussitôt qu’il eut assumé la charge de gouverneur, Pedro Sarmiento envoya à la cour le capitaine Francisco de la Rua, qui avait exercé les fonctions de gouverneur entre le décès inattendu de Diego de Miranda y Quirós et l’arrivée de son successeur. Il se peut bien que cette mission ait eu pour finalité d’écarter de Terceira un rival au sein du préside. Pourquoi, en effet, envoyer un nouvel émissaire, alors que Sarmiento lui-même se trouvait à la cour pour rendre compte de la situation de l’île lorsqu’il fut désigné comme nouveau gouverneur ? Le fait est qu’après son passage à la cour, Francisco de La Rua ne revint pas à Terceira, car il fut directement envoyé aux Canaries pour y exercer les fonctions de gouverneur (1612-1615)19.

19Quoi qu’il en soit, l’envoyé de Pedro Sarmiento devait témoigner devant le Conseil de la Guerre de ce qu’on ne pouvait pas loger les gens à l’intérieur de l’enceinte et qu’il fallait agrandir l’église :

  • 20 AGS, G y M, leg. 720, s n°/s.d.

Comme il n’existe pas de logement dans le château [la forteresse] les deux tiers de nos soldats vivent en dehors, ce qui est un grave inconvénient, car cela les soumet au risque de pâtir de n’importe quelle méchanceté de la part des naturels. Égorger ceux des nôtres qui se trouvent à l’extérieur serait chose aisée puisqu’ils dorment parmi eux. Et si on n’y prend pas garde ils pourraient devenir les maîtres du fort s’il ne restait plus personne pour le défendre20.

  • 21 AGS, G y M, leg. 1075, 09 février 1633.

20Il ne faut certainement pas prendre au pied de la lettre cette argumentation à mi-chemin entre le mélodrame et le Grand-Guignol. Sans doute les retards du chantier sont-ils désespérants, tant pour le contingent que pour une partie de la population urbaine qui ne supporte pas la coexistence quotidienne avec la soldatesque. Mais le numéro de chantage du gouverneur qui consiste à annoncer des Vêpres siciliennes à la mode d’Angra, si les finances de Castille ne font pas face à leurs obligations, ne répond pas au niveau d’hostilité explicite ni aux formes de la violence politique constatées. Reste que vingt années plus tard, en 1633, l’église du fort San Felipe, réclamée à cor et à cris par plusieurs gouverneurs, n’était toujours pas mise en chantier21.

21L’interminable entreprise de construction de la forteresse San Felipe plaçait l’ensemble du territoire de la presqu’île sous l’autorité de fait du gouverneur. La forteresse en construction pouvait être considérée comme une insulte à l’autonomie de la ville mais aussi comme un soulagement puisqu’elle portait la promesse d’un repli derrière son enceinte des soldats qui avaient pris leurs habitudes dans les maisons de la ville. Elle était honnie comme gouffre financier qui réactivait une pression fiscale exercée sur la population portugaise mais dont les revenus étaient administrés par des officiers castillans. Mais elle apparaissait tout de même comme une garantie supplémentaire de sécurité pour les navires des sujets de la monarchie dont les pilotes et capitaines tenaient Angra, plus encore que par le passé, comme un havre indispensable au cours de leurs traversées océaniques. Les sources imposent une distorsion à l’image que l’on peut se faire de l’opinion courante ou dominante sur la création de la forteresse : les récriminations alimentent plus volontiers que l’éloge ou la satisfaction les correspondances adressées aux conseils de la monarchie.

  • 22 AGS, G y M, leg. 618, doc. 408.

22Les exemples ne manquent pas qui donnent à penser que l’ouvrage pouvait être plutôt mal vu que bien vu. Ainsi, au mois d’août 1604, le capitaine général Luis Fajardo qui commandait le vaisseau amiral d’une flotte qui se rendait en Amérique accosta à Angra pour visiter la forteresse dont il avait tant entendu parler à la cour. En dépit de son haut rang dans la hiérarchie militaire de Castille, aucun notable ni aucun représentant d’aucune institution de l’île ne consentit à le recevoir et à l’accompagner pendant sa visite du chantier22. Sans doute cette manifestation de mauvaise humeur des principales familles et autorités locales s’explique-t-elle par le fait que plus de dix ans après le démarrage des travaux de la forteresse, ni les casernes qui devaient abriter la soldatesque, ni les maisons pour les officiers, à commencer par celle du gouverneur lui-même, ni même l’église où les Castillans pourraient communier entre eux, n’étaient encore bâties. Ainsi, non seulement l’ouvrage offre le prétexte à pression fiscale d’un gouverneur castillan sur des sujets portugais, mais encore ne soulage-t-il guère les effets déplorables, du point de vue des Portugais d’Angra, du logement des soldats du contingent en pleine ville.

23Mais d’autres sources de tensions se faisaient jour, au moment même où le commandant Luis Fajardo était si mal accueilli par la société d’Angra. En effet, en marge du chantier, le gouverneur Diego de Miranda y Quirós prit la responsabilité de superviser les cultures qui s’étendaient sur le Mont Brésil entre la muraille principale et la ville d’Angra. La municipalité écrivit au roi pour dénoncer les conséquences désastreuses de cette activité agricole pour la ville et pour son environnement. D’après les édiles, les labours favorisaient les coulées de boue provoquées par les averses. Les masses d’eaux pluviales dévalaient la pente en direction du port. Ce phénomène aurait menacé d’embourber la baie, et de rendre impraticables les ancrages à quai. Aussitôt la supplique municipale parvenue à la cour, il fut décidé qu’une lettre signée du roi serait adressée au gouverneur pour lui ordonner de mettre fin à la mise en culture des terrains situés dans la partie la plus étroite de la presqu’île. Diego de Miranda y Quirós fit alors réaliser une enquête auprès d’habitants de la ville d’Angra, si possible âgés, pour attester que l’exploitation agricole de la zone en cause était un héritage ancien. La carte d’Angra publiée par Johan van Linschoten dans son Itinerario, suggère, qu’en effet, au moins à la date de 1595, soit dix ans avant que n’éclate le conflit, le secteur était couvert de champs cultivés.

24Fort des témoignages rassemblés, le gouverneur pense pouvoir objecter que la mise en valeur est aussi ancienne que l’occupation de l’île, que les eaux pluviales pénètrent dans les sols sableux à cet endroit sans provoquer de coulées, et qu’en cas de très fortes pluies, si les eaux venaient à s’accumuler, les tranchées pratiquées sur la presqu’île déverseraient le trop-plein vers l’autre face de la péninsule, côté océan, mais pas vers le port. L’ingénieur Anton Coll, responsable du chantier de la forteresse, confirme cette description et joint un croquis (malheureusement perdu). Les témoins, de leur côté, affirment que les eaux qui ruissellent depuis le Mont Brésil ne se déversent pas en direction du port, mais qu’en revanche le cours d’eau non maîtrisé qui traverse la ville en provenance de l’intérieur de l’île, lorsqu’il est en crue, emporte jusqu’aux quais « tous les immondices » qu’il attrape sur son passage.

  • 23 AGS, G y M, leg. 635, doc. 136.

25Le capitaine général du roi à Lisbonne, don Juan de Mendoza marquis de San Germán, tire de l’information en provenance de Terceira la conclusion que le réquisitoire contre l’exploitation agricole du Mont Brésil reste sans fondement. Alors que la descente des eaux de pluie qui dévalent depuis les hauteurs volcaniques du centre de l’île ne sont pas canalisées et charrient de grandes quantités de matériaux lourds jusqu’en bord de mer, la mise en accusation des quelques arpents cultivés sur le piémont du modeste Mont Brésil paraît disproportionnée. On a, en effet, quelque peine à croire en la sincérité des arguments des autorités de la ville dans cet affrontement politique23. Mais, comme bien souvent, la cour adopte prudemment le parti de prendre au sérieux la dénonciation de la ville d’Angra. La décision de Madrid heurte le gouverneur qui proteste de sa bonne foi et rappelle que l’objet du litige est l’exploitation d’une étroite et courte langue de terre, qui représente tout au plus quatre fanègues de superficie (soit à peine un hectare et demi). Il va de soi qu’ordre a été donné de respecter la décision du roi, c’est-à-dire d’interrompre tous les travaux agricoles. Mais, poursuit Diego de Miranda y Quirós :

  • 24 AGS, G y M, leg. 636, doc. 75.

Il est lamentable que les gens du pays osent déposer des plaintes auprès de Votre Majesté sur ce qui n’existe pas et n’a jamais existé, alors qu’il est si facile de démontrer le contraire en interrogeant des personnes qui ne sont pas aveuglées par la passion. C’est ce que montrent les interrogatoires et les certificats qui accompagnent ma lettre et dont je demande qu’ils soient présentés au conseil. Ils montreront que la plainte repose sur la malice. Ces gens se présentent avec une humilité et une douceur feintes qui dissimulent leur intention de nuire et leur haine mortelle24.

26Le gouverneur parvient à obtenir les signatures d’une petite dizaine de personnes, dont les réponses à l’interrogatoire sur l’exploitation du Mont Brésil sont consignées. Un Melchor de Magalhães, affublé du titre de gentilhomme de la Maison du roi, âgé de soixante-dix ans, et vecino d’Angra depuis 1548, affirme que d’aussi loin qu’il s’en souvienne, les pentes du Mont Brésil ont été mises en culture. Il ajoute que « c’est chose bien ridicule de prétendre que le labour sur le mont est préjudiciabe pour le port ». Si ce dernier s’est effectivement dégradé, c’est sous l’effet du cours d’eau qui traverse la ville et qui, en cas de grosses pluies, répand de grandes traînées de boue dans les rues. L’âge de ce témoin est capital pour les fins poursuivies par l’enquêteur. Car, dans le cadre de n’importe quelle probanza (établissement d’un fait), tout septuagénaire atteste le caractère immémorial d’un phénomène dans les procédures castillanes de ce temps.

27De son côté, Francisco Rodavalho, vicaire général de l’évêché et maître des études, ancien étudiant de Coimbra, et ancien résidant à Lisbonne, âgé de quarante-neuf ans, confirme que le Mont Brésil a toujours été cultivé. Dans son témoignage, il donne même les noms des anciens bénéficiaires de ces cultures, le capitaine Manuel Corterreal et son fils Vasco Anes Corte Real. Quant à Bras Gonçalves, « citoyen et résident » d’Angra, greffier des entrepôts et inspecteur de la municipalité, âgé de soixante et un ans, il affirme que de longue date les exploitations agricoles du mont produisaient également un revenu pour le marquis de Castel Rodrigo, c’est-à-dire Christovão de Moura, époux de l’héritière du donataire de l’île. Deux autre portugais apportent leur témoignage. L’un est un notable, d’une des grandes familles de l’île, Vital de Betancor de Vasconcelos, hidalgo, chevalier de l’ordre de Christ, vecino d’Angra, âgé de quarante-trois ans. L’autre est un ecclésiastique, frei Antonio Peres moine franciscain, résident depuis vingt ans à Angra. Les derniers témoignages, en revanche, sont ceux d’officiers castillans de l’entourage immédiat du gouverneur. Il n’est pas douteux que leur valeur probatoire est bien plus faible. Tout de même, Juan de Rojas, officier en charge de l’hôpital castillan, signale que Fernão Falero, lieutenant de Christovão de Moura, a bénéficié d’une rente sur ces cultures qu’il a offerte à l’hôpital pour une durée de neuf ans. Rojas a exercé la responsabilité de superviser la mise en culture des terrains de Falero, sans que personne ne s’en soit jamais plaint. Il est même en mesure d’indiquer les noms des autres rentiers de ces cultures, à savoir un certain Pedro Anes Batatero, ainsi que Sebastião Martines de las Cuevas et ses enfants.

  • 25 AGS, G y M, leg. 636, doc.76.

28À en juger par les personnalités qui ont consenti à témoigner en faveur de Diego de Miranda y Quirós, on peut déduire qu’il n’a pas pu atteindre le nombre de dix personnalités portugaises, puisqu’il a dû faire appel à ses subordonnés immédiats, pour obtenir une dizaine de signatures. Si le compte-rendu de l’enquête n’était examiné que par le seul Conseil de la Guerre, les interventions des officiers castillans ne nuiraient pas au crédit du document. En revanche, le Conseil de Portugal à Madrid pourrait considérer les témoignages d’hommes placés sous l’autorité directe du gouverneur comme étant sans valeur. Pour autant, l’établissement de la liste des citoyens de Terceira qui tiraient une part de leurs rentes de l’exploitation de la zone incriminée, bien avant que les Castillans ne s’en mêlent, lui donne un argument solide. Le plan de Linschoten et les raisons avancées par le gouverneur, avec les moyens du bord, emportent aujourd’hui la conviction. Du coup, le très faible nombre de témoignages portugais à l’appui de sa thèse n’en est que plus remarquable. Il permet de mesurer, en creux, les limites de son réseau personnel dans la société civile portugaise25.

  • 26 AGS, G y M, leg. 708, doc. 43 ; leg. 685, doc. 67.

29L’affaire rebondit quatre ans plus tard, au cours de l’hiver 1608, sous le gouvernement intérimaire du capitaine Francisco de la Rua. Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville le 11 février ont emporté de nombreuses maisons26. L’officier comptable Francisco de Aduna, dont le gouverneur avait demandé à plusieurs reprises qu’il fût relevé de ses fonctions, profite du contexte créé par cette tragédie pour revenir sur la question de l’exploitation agricole de la presqu’île. Il explique que les événements ont pris l’ampleur d’un désastre parce que le gouverneur fait labourer et semer le Mont Brésil, de sorte que les eaux de pluies provoquent, en ces lieux, des coulées de boue jusqu’au pied du mur du fortin São António, à l’entrée occidentale de la ville. Selon ses propres mots :

Les soldats qui en raison de leurs délits sont condamnés aux travaux forcés, participent à la restauration de la forteresse, mais le gouverneur, son lieutenant, l’alférez et d’autres officiers les emploient également à leur domicile, et sur les terres du Mont Brésil, à semer et à moissonner, à surveiller des têtes de bétail, et autant de tâches qui les empêchent de servir Votre Majesté.

30Ces considérations ne suffiraient sans doute pas à mettre les autorités en difficulté, si le lien entre la mise en valeur du mont et les conséquences des pluies n’était établi :

  • 27 AGS, G y M, leg. 708, doc. 41.

Par expérience, j’ai vu comment ce déluge a frappé la ville ces derniers jours, a emporté de nombreuses maisons, et a provoqué la mort de plus de vingt personnes, car il s’est produit de nuit pendant que les victimes dormaient. Le mal vient de ce que le gouverneur fait labourer et creuser le Mont Brésil, à l’intérieur de la forteresse pour y faire des semailles et récolter du blé, de l’orge et d’autres produits, car comme la terre est labourée, la vivacité de l’eau a emporté toute cette terre ameublie en aval au point de boucher le chemin qui conduit au fort São António27.

  • 28 AGS, G y M, leg. 697, doc. 287.

31Il est difficile, aujourd’hui, de juger de la vraisemblance de l’accusation portée contre le gouverneur de la place forte, du point de vue hydrologique et pédologique. En revanche, il semble relativement clair que l’exploitation agricole de ces arpents est une réalité ancienne qui ne doit rien à Diego de Miranda y Quirós. Quoi qu’il en soit, les deux occurrences de cet argument permettent de tirer des conclusions de nature politique. D’une part, on observe que le thème demeure une ressource polémique dont se sont saisis aussi bien les membres du corps de ville portugais, qu’un officier castillan tombé en disgrâce. D’autre part, la minceur du dossier probatoire fourni par le gouverneur pour contrer ses adversaires ainsi que la prudence extrême du Conseil de la Guerre, sont des signes assez nets de la fragilité de la position du principal représentant militaire du roi de Castille dans l’archipel28.

Du crédit et des grains

32Une des causes de fortes tensions entre la société des Açores et l’ordre imposé par l’union des couronnes a été la mise en œuvre des politiques d’embargo commercial décrétées contre les ennemis de la monarchie, à plusieurs moments. Ce fut notamment le cas de l’interdiction d’accueillir les négociants anglais à la fin du règne de Philippe II et, plus encore, les interdictions portant sur les Français et les Hollandais sous Philippe IV. À la fin du xvie siècle, la présence des navires anglais dans les parages de l’archipel est massive, aussi bien sous la forme hostile de la course et de la piraterie que sous celle du commerce. Les navires anglais viennent charger du pastel, par exemple, et inondent le marché insulaire de toiles. Le gouverneur Antonio Centeno, en 1596, avouait la très grande difficulté dans laquelle il se trouvait de repérer les trafics illicites :

  • 29 AGS, G y M, leg. 455, doc. 131 ; leg. 451, doc. 154.

Je suis persuadé que les marchandises transportées de Faial à Terceira viennent d’Angleterre, mais je suis convaincu qu’on ne peut le prouver, car les procédures engagées par les magistrats de justice et de finance de Votre Majesté consistent à enregistrer le serment du capitaine du navire et à l’interroger sur la provenance des marchandises. Jamais un capitaine ne se dénoncera lui-même, car ils sont plus soucieux de leurs biens que de leur âme. Ensuite, on apporte les lots de toiles à la douane et on appelle les officiers, les tailleurs et les couturiers, on leur fait prêter serment, et on leur demande si les lots paraissent venir d’Angleterre, qu’il s’agisse de la nature des toiles ou des sceaux, et comme les hommes de ces métiers ont intérêt à ce que ces marchandises circulent, d’après ce que j’entends, ils commettent tous le parjure, et jurent que d’après ce qu’ils ont vu avant que ne s’impose l’embargo sur les produits anglais, ces marchandises sont très différentes et qu’elles doivent sans doute provenir de France ou d’Écosse29.

  • 30 AGS, G y M, leg. 518, doc. 182, doc. 183, doc 184.

33À plusieurs reprises, le gouverneur eut l’occasion d’écrire au Conseil de la Guerre pour expliquer que lorsque l’on confiait à un magistrat portugais, surtout s’il était açorien, le soin de vérifier l’origine de marchandises ou de navires anglais, à coup sûr l’expert affirmerait que les cargaisons incriminées seraient françaises, écossaises ou « n’importe quoi d’autre »30.

  • 31 AGS, G y M, leg. 458, doc. 417.

34Il ne faudrait pas réduire la géométrie de ce type de conflits à un simple face-à-face entre commandement castillan et juridiction portugaise. En de nombreuses occasions, ces deux polarités révélaient leurs fractures internes, et la dynamique des affrontements engendrait des alliances de circonstances qui transcendaient le clivage entre les deux couronnes. À la fin du xvie siècle, le corregedor Diego Monteiro de Carvalho, qui avait eu l’habitude de travailler en bonne intelligence avec les officiers supérieurs du préside, alerte les tribunaux de la cour contre une attitude inacceptable des inspecteurs Pedro de Paz Salas et Miguel Ponce31. Ces derniers procédaient à la vérification des stocks de blé que le fourrier gérait dans les magasins réservés à l’entretien des soldats. Ils se sont aperçus que certains des particuliers qui s’étaient engagés à fournir du grain n’avaient pas encore livré tout ce qu’ils devaient au vu des reçus qui leur avaient été remis. Mais le fourrier expliquait qu’il travaillait avec eux depuis longtemps et qu’il leur faisait confiance. Apparemment, rien ne s’opposait à ce qu’il agît avec une telle bonhommie : les greniers étaient pleins, les fournisseurs étaient fiables, les comptes n’étaient pas clos. Les inspecteurs prirent la liberté d’intervenir pour contraindre les personnes concernées à verser les reliquats, sans en avertir les magistrats locaux. Ils estimaient que la commission qu’ils exerçaient au nom de la couronne de Castille leur conférait le droit de contraindre ces sujets portugais à payer leur dû. Or, le magistrat, dans sa lettre, rappelle que le roi dispose au royaume du Portugal de conseils de justice et de finances par lesquels passent toutes les affaires qui concernent les Portugais, car il existe différents fors et lois dans les royaumes de la monarchie. Il note que jusqu’alors le roi a bien pris garde à ce qu’ils soient distingués et séparés de ceux du royaume de Castille. Ainsi, puisque rien n’avait été ratifié par le Conseil du Portugal près le roi, le statut de cette commission n’autorisait pas les inspecteurs comptables à convoquer des sujets portugais, et moins encore à saisir leurs sacs de grain (c’était l’affaire du fourrier du préside). Les commissaires venus de Madrid, s’ils voulaient agir en ce sens, devaient d’abord s’adresser aux magistrats ordinaires portugais. Ceux-là, s’ils étaient saisis, ne manqueraient pas de contraindre des sujets portugais à comparaître devant les inspecteurs, en tant que de besoin.

  • 32 AGS, G y M, leg. 459, doc. 15.

35Dans une telle configuration, ce ne sont pas seulement les institutions portugaises qui s’estiment dessaisies, mais également le gouverneur32. Du coup, il n’est pas surprenant qu’Antonio Centeno lui-même, solidaire des juridictions portugaises, dénonce les abus de procédure commis par les envoyés de Madrid. Dans leur zèle intempestif, les inspecteurs s’en étaient pris à un gentilhomme de la ville, Hector Home de Acosta, considéré comme l’un des plus puissants et des plus riches de l’île. Sans prévenir le corregedor Diogo Monteiro de Carvalho ni personne d’autre, pas même le créancier, ils ont envoyé de leur propre chef un soldat chez ce gentilhomme pour qu’il honorât sa dette séance tenante. Comme pour compenser la violation manifeste de la juridiction portugaise ainsi commise, le gouverneur castillan s’emploie à vanter les mérites du corregedor. Cela lui offre l’occasion de préciser que l’arrangement négocié avec le magistrat de la couronne de Portugal est que lorsqu’un sujet portugais se trouve endetté auprès d’un soldat c’est ce dernier qui doit le faire payer, en revanche si un soldat doit de l’argent à un sujet portugais, le gouverneur a la responsabilité d’obtenir qu’il rembourse. En cas de rixe entre sujets castellans et portugais, chaque magistrat juge les personnes qui relèvent de la même couronne que lui. C’est pourquoi le gouverneur a pris la responsabilité de réprimander les deux inspecteurs puisque seul le corregedor pouvait légitimement contraindre un sujet portugais à honorer une dette même contractée auprès du préside. En l’occurrence, le soutien du gouverneur aux magistratures portugaises ordinaires ne relève peut-être pas uniquement d’un respect scrupuleux des juridictions locales. On peut supposer qu’un autre ingrédient intervient dans son attitude. Si les inspecteurs se sont d’eux-mêmes mis à la faute, leur autorité sur place et leur crédibilité auprès des tribunaux qui les ont mandatés s’en trouvent amoindries, dès lors que le conflit est porté à la connaissance du Conseil de la Guerre et du Conseil de Portugal. Or, c’est bien la gestion castillane des finances et des troupes que les deux inspecteurs devaient évaluer, pas le commerce des familles portugaises avec le préside. Ainsi, en défendant la séparation des juridictions, le gouverneur minait le crédit politique des envoyés de Madrid. C’était une façon de se prémunir contre les découvertes que les inspecteurs pourraient faire dans les livres de compte de sa propre administration.

  • 33 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne : L’action de Diego de Silva y Mendoza, Gr (...)

36On peut même soupçonner que le gouverneur et le corregedor aient, en quelque sorte, imaginé une alliance tactique face à l’intrusion de l’inspection venue de la cour, alors que leurs relations étaient empreintes de plus de rivalité que de complicité. Du moins est-ce là l’impression que l’on peut tirer de la description de leurs relations telle que l’avait rédigée deux années plus tôt, au printemps 1595, le vice-roi de Portugal Juan da Silva marquis d’Alenquer et comte de Salinas. Les termes de ce poète reconnu33 méritent d’être repris mot pour mot :

  • 34 AGS, G y M, leg. 484, doc. 207.

Dans l’île de Terceira le gouverneur, le corregedor et les municipalités de ces contrées ne s’entendent guère. Les discordes en sont arrivées au point que chaque partie a dépêché des envoyés pour en rendre compte à Votre Majesté. Je suis navré que cela se produise alors qu’il faudrait qu’en tous lieux nous fussions unis et accordés. En l’absence de l’évêque [dont l’autorité parvenait à prévenir tout mouvement de ce genre], je redoute que la rancœur ne dure longtemps. Le gouverneur exige de pouvoir vérifier avec exactitude que des Anglais ne se font pas passer pour des Écossais, en s’appuyant sur la lettre que Votre Majesté lui a adressée. Il juge que les démarches conduites pour la même fin par le corregedor sont suspectes, et comme la lettre de Votre Majesté est plus fraîche que les ordres que les justices ordinaires d’Angra ont reçus, il ne les laisse pas agir. Des désaccords ont également éclaté à propos de l’exportation du grain de Terceira. Les Portugais affirment qu’ils laissent dans l’île de quoi nourrir tous les habitants ainsi que l’infanterie, et ils entendent transporter le reste à l’extérieur. Sur l’évaluation des besoins et des fournitures, le gouverneur les conteste et les défie. Il prétend que les officiers des municipalités sont tous intéressés. Dans ce cas, le vote du corregedor aurait dû être au-dessus de tout soupçon, car les naturels suivant leur intérêt, et le gouverneur cherchant à entretenir ses soldats, peuvent se laisser porter par la passion. La même tension se répète à propos de la reconnaissance des cargaisons qui leur revient aux uns et aux autres. On peut dire que la réputation du corregedor est bonne, qu’il remplit toutes ses obligations. S’il devait manquer à celles qui sont si importantes, il ne faudrait pas s’étonner que le gouverneur y mette plus de flamme que d’ordinaire. Quoi qu’il en soit, la discorde est plus nuisible encore que les causes qui la provoquent. C’est pourquoi Votre Majesté doit donner l’ordre que les différends s’apaisent, et que ces gens cessent de rédiger à tout bout de champ des accusations et de déposer des plaintes les uns contre les autres. Il convient qu’Antonio Centeno modère son allant et qu’eux limitent l’âpreté au gain qui les pousse à commercer en secret avec des ennemis34.

  • 35 AGS, G y M, leg. 553, doc. 56.

37Mais, quatre années plus tard, le gentelemen’s agreement entre les deux autorités locales paraissait bien dépassé. Les soulèvements de soldats, les disettes et la tragique épidémie de peste de 1598-1599 avaient contribué à dégrader en profondeur les relations entre eux. Prenant la tête des notabilités portugaises contre le gouverneur castillan, le corregedor organisait par toutes les voies possibles un flux d’informations et de dénonciations en direction du vice-roi de Portugal et des hauts tribunaux de Lisbonne, d’un côté, et de la cour de Madrid, de l’autre. À plusieurs reprises, le gouverneur parvint à intercepter les envoyés du corregedor et à confisquer les courriers dont ils étaient porteurs. Mais, après deux tentatives, la troisième fut la bonne. D’après une lettre du vice-roi comte de Salinas, l’arrivée d’un dossier d’accusation argumenté contre Antonio Centeno aurait précipité la désignation de son successeur, Diego de Miranda y Quirós35.

  • 36 AGS, G y M, leg. 553, doc. 162.
  • 37 AGS, G y M, leg. 521, doc. 101 ; leg. 522, doc. 2.

38Parmi les phénomènes qui finirent de brouiller le gouverneur Centeno avec les notables et les autorités de l’île, l’épisode de la peste a joué un rôle très important. En juillet 1599, il écrivait comment les nobles et les riches d’Angra l’avaient désertée, pour se retirer à la campagne, laissant la ville sans institution et les pauvres sans secours. À l’hôpital, les malades s’éteignaient sans confession et parfois sans avoir été nourris, abandonnés par les médecins. C’est pourquoi il prit l’initiative d’envoyer trois barbiers du contingent pour porter assistance aux malades. Il se montre encore plus indigné par l’attitude des jésuites qui, dès les premières annonces d’épidémie, s’enfermèrent dans leur bâtiment en refusant d’y célébrer l’office de la messe, et firent même fermer leur rue. Ils n’acceptaient plus d’administrer l’extrême-onction aux agonisants. Antonio Centeno remarquait, avec amertume, qu’ils n’étaient intéressés que par l’accroissement de leur richesse, qui aurait atteint neuf mille ducats de rente pour à peine douze à quatorze prêtres. Si le chiffre est exact, il paraît en effet exorbitant. Excédé, le gouverneur apprenant qu’un père de la Compagnie souhaitait s’embarquer pour l’île de São Miguel, il le fit rattraper sur le quai afin qu’il se rendît à l’hôpital de Terceira pour confesser et administrer les derniers sacrements aux malades. En l’apprenant, le recteur du Collège des jésuites affirma que si le prêtre obtempérait il le ferait excommunier, ainsi que le gouverneur. Cette déclaration aurait, on peut l’entendre, provoqué une profonde indignation auprès des habitants de la ville36. Les propos du gouverneur ne pouvaient que résonner dans l’esprit du vice-roi, Juan de Silva, qui vivait une expérience à peu près identique à Lisbonne au même moment37.

  • 38 AGS, G y M, leg. 600, doc. 31.
  • 39 AGS, G y M, leg. 580, doc. 43 ; leg. 691, doc. 44.

39Ni le jeune roi Philippe III, monté sur le trône deux ans auparavant, ni le vieux conseiller portugais de Philippe II, le vice-roi de Portugal, Christovão de Moura marquis de Castel Rodrigo, qui avait été à la manœuvre à la mort du roi dom Sebastião pour obtenir l’union des couronnes, ne doutaient du fait que la construction du fort de San Felipe sur le Mont Brésil constituait une priorité stratégique pour la monarchie catholique. Moura avait pris la pleine mesure du caractère très insuffisant du financement de ce chantier et de l’ordinaire du contingent stationné à Angra. En 1602, sans attendre que le jeu normal des institutions, depuis le Conseil de la Guerre et celui des Finances de la couronne de Castille jusqu’aux hauts tribunaux de la couronne portugaise, permît d’esquisser un programme cohérent et incontesté de mise à disposition des ressources indispensables, le vice-roi de Portugal émit sur son crédit personnel une lettre de douze mille ducats, somme impressionnante à cette date38. Au milieu de l’été 1600, un rapport du gouverneur Pedro Sarmiento avait alerté le monarque sur le fait que l’ouvrage se trouvait arrêté faute de ressources financières39. Le marquis de Castel Rodrigo s’était, dans un premier temps, engagé à ce que des revenus de l’impôt portugais des terças pussent être réservés au paiement du chantier d’Angra. Or, en dépit de son imposante autorité, il avait dû admettre que les ressources attendues avaient déjà été dépensées sur d’autres postes. Mais ce qui est le plus stupéfiant, c’est que les hauts tribunaux de Lisbonne, sans doute le collège des inspecteurs des finances (vedores da fazenda), avaient persuadé le roi de l’existence d’une règle fictive. De sa propre main, Philipe III écrivit au dos du document :

  • 40 AGS, G y M, leg. 691, doc. 44.

J’ai compris que la rente des terças ne peut être employée pour des fortifications hors du royaume du Portugal, c’est pourquoi il convient de voir où trouver les ressources40.

40L’idée que l’archipel des Açores ne relevait pas du royaume du Portugal est une argutie juridique d’une invraisemblable audace.

  • 41 AGS, G y M, leg. 608, doc. 195.
  • 42 AGS, G y M, leg. 604, doc. 71.
  • 43 AGS, G y M, leg. 604, doc. 134.
  • 44 AGS, G y M, leg. 606, doc. 326, doc. 327.

41Confronté aux difficultés d’administrer le crédit, quand bien même ce serait pour assurer les missions les plus régaliennes de l’institution monarchique, le roi en son Conseil de la Guerre, avec l’approbation de Christovão de Moura, choisit au printemps 1603 de s’adresser à un négociant lisboète pour signer avec lui un contrat de fourniture au préside d’Angra. Gonçalo Vaz Coutinho, résidant à Lisbonne, devait s’engager sur des livraisons de grain aux contingents de Terceira et de Madère, c’est-à-dire l’achat des sacs de blé, la location des lieux de stockage, la surveillance des magasins, le salaire des gardiens. Il devait remettre chaque année une comptabilité revue et contresignée par le secrétaire du Conseil de la Guerre, Esteban de Ibarra. C’est le munitionnaire qui devait recruter les payeurs de la solde, même si leurs salaires demeuraient à la charge des finances royales, mais à ses risques et périls si d’aventure l’un d’eux s’avérait malhonnête. Il s’engageait également à procurer les matériaux et fournitures indispensables à l’entretien de la forteresse41. À la fin du printemps, Gonçalo Vaz Coutinho n’avait désigné ni son payeur des soldes ni son intendant42. Le Conseil de la Guerre profite de ce retard pour demander que les deux fonctions soient exercées par la même personne, sans doute pour économiser sur les salaires de ses commissaires. Si l’homme d’affaire n’avait pas encore proposé de noms pour ces offices, c’est aussi parce qu’il n’avait pas encore envoyé les vingt et un mille ducats en retard pour le versement des soldes. Avant la fin de l’été, Gonçalo Vaz Coutinho avait fait le choix le plus solide en la personne de l’officier Diego Hurtado de Saravia, Trésorier-payeur du préside de Terceira, de longue date affecté à Angra et, comme on l’a vu, marié sur place43. Cet homme expérimenté écrivit aussitôt à la cour pour affirmer qu’il était inutile que le munitionnaire de Lisbonne envoyât à Angra des lettres de crédit qui ne trouveraient pas preneur, et qu’il fallait qu’il prît le risque d’envoyer des espèces métalliques. Cette fois, les institutions de la couronne de Castille réagirent vite et un courrier partit aussitôt à la signature du roi pour signaler à Gonçalo Vaz Coutinho que les lettres de crédit qu’il avait tirées sur Angra do Heroísmo n’avait eu aucun effet, puisque personne sur place ne les avaient acceptées. Les plus hautes autorités attendaient en conséquence qu’il déployât sans tarder d’autres instruments financiers, et surtout des espèces monétaires44.

42Tandis que le Conseil de la Guerre, alors installé à Valladolid avec le reste de la cour, exigeait de l’homme d’affaires portugais plus d’efficacité, le gouverneur castillan de la forteresse s’alarmait des retards cumulés. Diego de Miranda y Quirós, dès la fin août, voyait venir l’hiver avec crainte. Car, comme il l’explique dans un courrier

  • 45 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

passé le mois d’août, les navigations du royaume vers les îles s’arrêtent, en raison des tempêtes qui affectent notre golfe, c’est donc pendant ce mois que nous obtenons les fournitures de grain pour le reste de l’année, et si l’on rate ce moment, cela entraîne une pénurie générale et dans de telles proportions que ni le fourrier, ni les facteurs de la douane ne peuvent compenser le manque45.

43C’est pourquoi, il avait dû gager la dot de son épouse et donner sa parole de gentilhomme pour obtenir du grain et des espèces à crédit, afin de nourrir le corps d’infanterie. Il s’était d’abord adressé aux membres de la société d’Angra dont il jugeait qu’ils appartenaient au même monde que lui, celui de la petite aristocratie de service et des seigneurs locaux. Mais, même auprès de « ces hidalgos qui sont [ses] amis » son crédit personnel semblait désormais épuisé, car il n’avait pas été en mesure de rembourser à temps ses créanciers locaux. Quant aux fameuses lettres à trois mois que Gonçalo Vaz Coutinho avait expédiées depuis Lisbonne comme instrument de paiement, il n’y avait pas âme, en effet, qui en voulût dans tout l’archipel. L’homme d’affaires avait désigné comme son facteur dans l’île non pas un autre négociant portugais mais un officier en poste depuis fort longtemps, Francisco de la Rua, qui n’y pouvait mais.

44Une rumeur court dans la ville : Vaz Coutinho ne dispose plus guère de crédit sur la place de Lisbonne et il essaie de manœuvrer pour ne pas verser les arriérés des sept premiers mois de solde, de janvier à juillet. C’est pourquoi, il aurait donné l’ordre à son agent de verser à chaque soldat au début du mois d’août l’équivalent d’un demi-réal par jour et une ration ordinaire de blé, grâce à des traites tirées sur l’île de São Miguel. En réalité, ces versements n’ont couvert que les deux premières semaines d’août et plus rien jusqu’à la mi-septembre. Cette situation apparaît comme explosive. La construction des bâtiments destinés au logement des soldats, à cette date, est alors à peine entamée, de sorte qu’en plus du confinement derrière les murailles, des soldats bivouaquent plus qu’ils ne logent décemment dans la forteresse. Si à cet inconfort désormais permanent s’ajoute la disette de grain et le non versement des soldes, tous les ingrédients sont réunis pour déclencher une crise.

  • 46 AGS, G y M, leg. 636, doc. 81.

45L’attitude de Gonçalo Vaz Coutinho, au bout du compte, est habile46. Elle correspond à une manière de faire qu’on peut observer chez de nombreux signataires de contrats de fournitures pour le compte de la couronne. Il sait jouer sur toute une gamme de manœuvres dilatoires et de lettres de crédit sans répondant. À cela il ajoute le refus de se déclarer en faillite ou de s’avouer incapable d’honorer sa signature, en donnant ordre à son facteur dans l’île de provisionner un peu en vivres et en monnaie les destinataires du contrat royal. En sorte qu’il est insuffisant, tout en demeurant irremplaçable. Dans cette économie contrainte, les habitants d’Angra qui disposent de biens ne s’y trompent pas et refusent d’accorder la moindre foi aux demandes d’avance que leur adresse le négociant de Lisbonne. Lorsqu’au début de l’automne l’administration royale décida que Gonçalo Vaz Coutinho ne faisait décidément pas l’affaire, le négociant n’avait guère perdu de fonds du fait de la mauvaise gestion du contrat, en revanche, le gouverneur se trouvait dans l’incommode position du garant de prêts consentis par les familles locales, sans espoir de les rembourser dans les termes fixés par lui-même, sur la foi des apports attendus de Lisbonne. Avec la fin du contrat de fourniture, Diego de Miranda y Quirós se trouve en grand froid avec ses créanciers d’Angra et de surcroît, écrit-il, « méprisé par mes pauvres soldats ». Voici en quels termes il présente l’état moral de son contingent, pour pousser le Conseil de la Guerre à agir avant que soit commis l’irréparable :

Il y a bien longtemps que mes soldats auraient fait une tentative, s’ils se trouvaient en un lieu d’où ils auraient pu fuir, ils auraient pris tous les risques, et bien peu seraient restés, je les sens si écœurés d’eux-mêmes que je les vois abandonner leurs femmes et leurs enfants, et j’ose avancer que de tous les maux celui qui pourrait être à l’origine de telles attitudes, c’est l’incertitude sur la possibilité de recevoir le moindre secours.

46Au-delà du cercle des amis du gouverneur qui ont engagé du bien dans ce circuit de fourniture en faillite, personne à Terceira ne veut plus aider l’administration du préside, en dépit des risques sérieux qu’une explosion de frustration et de violence des soldats faisait courir à la paix civile. Diego de Miranda y Quirós interprète la situation dans des termes très accusateurs. Il voit dans l’attitude des « gens du pays » la claire manifestation du désir que le préside périclite. Du moins est-ce là la seule explication, pour lui, de la mobilisation de toutes les institutions locales dans des correspondances destinées aux tribunaux de Lisbonne et au Conseil de Portugal de Madrid visant à dénoncer sa gestion, jugée déplorable et abusive. C’est pourquoi, en dernier recours, et comme il l’avait déjà fait trois ans plus tôt en 1601, Diego de Miranda y Quirós demande l’autorisation de se rendre à la cour pour pouvoir défendre son gouvernement et arracher les avis du conseil et les sentences qui lui permettraient, enfin, de conduire sa mission dans des conditions raisonnables.

  • 47 AGS, G y M, leg. 673, doc. 410 ; leg. 804, 30 septembre 1615.
  • 48 AGS, G y M, leg. 685, doc. 61.

47Ce second voyage n’eut jamais lieu et les difficultés décrites en 1604 sont représentatives de l’état constant de la gestion financière du préside castillan, dans ses trois chapitres essentiels : entretien des soldats, renouvellement des armes et munitions, poursuite du chantier de la forteresse et des logements militaires. Sans compter le fait que la région se trouve sur une zone de forte activité sismique et régulièrement affectée par des tempêtes destructrices, en sorte qu’à de nombreuses reprises il a fallu reconstruire des bâtiments effondrés47. Dans ces domaines, comme dans bien d’autres, le monarque se manifeste bien comme plusieurs personnes en une, ou si l’on veut il incarne plusieurs corps politiques séparés. Cette partition de la personne royale, bien plus fragmentée que le double corps du roi — vivant et spirituel — de la théologie politique médiévale, se traduit au quotidien par l’expression de soutiens contradictoires entre eux à différents types de sujets de la monarchie. C’est ainsi que les notables de la ville d’Angra pouvaient se prévaloir de lettres signées de la main du roi donnant ordre qu’ils soient remboursés des avances consenties au gouverneur pour la poursuite de la construction de la forteresse48. Diego de Miranda y Quirós se disposait à leur restituer une part des stocks de grain mais les négociants refusèrent, en disant que la période pendant laquelle ils pouvaient en envoyer au Brésil pour le vendre était passée et qu’il était perdu pour eux. Ce blé fut donc distribué aux soldats en guise de solde.

  • 49 British Library, Add. 28428, 1606.

48Dans ce système, le crédit des particuliers, qu’ils soient négociants ou simplement propriétaires de biens, et la circulation financière des ressources fiscales du roi ne constituent pas deux sphères distinctes mais sont au contraire impossibles à séparer. Les historiens des finances de l’Ancien Régime, depuis longtemps, ont entrepris une révision complète de l’interprétation de la fiscalité royale en montrant combien le crédit de la couronne et l’épargne des familles sont liés dans un système d’engagements réciproques. Prenons l’exemple d’un sujet portugais, Vicente da Mota Serrão qui fait valoir ses mérites en 1606, c’est-à-dire un investissement personnel risqué dans les affaires du roi à Terceira49. Dans un monde fondé sur les appartenances clientélaires, l’auteur de la lettre se place sous la haute protection et même le parrainage (padrino) du destinataire de sa lettre, afin qu’il présente sa cause au plus célèbre letrado portugais de la cour, à la date de la rédaction du document : le secrétaire du Conseil du Portugal Pedralvares Pereira. L’objectif, comme pour la majorité de ce type de lettres, était d’arracher une gratification du roi pour les services qu’il aurait rendus à sa couronne. Le document est rédigé dans un castillan à peu près standard, néanmoins parsemé de quelques lusismes. Ce type de placets était bâti sur des figures attendues. La pauvreté du serviteur du roi en est une, qui s’exprime ici dans l’affirmation que l’auteur de la lettre n’est même pas propriétaire de la cape qu’il porte. Il prétend être entré au service du roi vingt-six ans auparavant, c’est-à-dire au moment où la couronne du Portugal allait échoir à Philippe II de Castille. Les destinataires du document faisaient, à n’en pas douter, le même calcul. Arrivé en 1592 à Terceira, notre homme y fonda une maison, ce que l’on déduit de son affliction pour avoir perdu six membres de sa famille, ainsi que quatre esclaves, alors qu’il occupait la fonction d’officier supérieur en charge de la santé, qu’il désigne dans un sabir luso-castillan comme Provedor-mor de la salud. Mieux vaudrait dire qu’il a reconstitué une maison et un état, puisque d’après son récit les biens de sa famille auraient été dérobés par des malfaiteurs au cours du transfert du continent vers les îles. Son investissement dans l’île de Terceira se signale par le fait qu’il a obtenu, pour l’avoir expressément demandé, le privilège de renoncer à l’avenir à son office de magistrat de la ville d’Angra sur la tête d’une de ses filles (pour en gratifier un futur gendre). Le moindre de ses mérites n’aura pas été de poursuivre les intérêts de son roi, en dépit du climat détestable qui régnait entre le corregedor et le gouverneur castillan.

49Dans les conditions financières désastreuses de la fin du règne de Philippe II, Mota Serrão aurait contribué aux deux fonctions essentielles aux yeux des institutions centrales de la monarchie : l’approvisionnement des flottes marchandes de l’empire et le ravitaillement de la forteresse San Felipe. Au cours de son mandat, il se serait rendu à trois reprises dans l’île São Miguel pour en rapporter des cargaisons de blé. Les achats de grains se seraient effectués sur son crédit personnel, c’est-à-dire au risque de son patrimoine, et non comme une commission financée par les caisses du roi. Il aurait même contribué à détendre le problème chronique de l’hébergement des soldats castillans. Il est plus difficile de deviner en quoi a pu consister son intervention : a minima on doit imaginer une capacité de négociation avec des propriétaires de maisons dans Angra, c’est-à-dire là encore la faculté de gager sur son crédit personnel la garantie que les loyers seraient payés par l’institution militaire. Enfin, en sa qualité de magistrat, le pétitionnaire a prononcé des sentences condamnatoires contre trente-cinq malfaiteurs. Cette affirmation indique au lecteur du document qu’il a endossé avec bravoure la responsabilité de punir des délinquants, dans un territoire lointain et au cœur d’une société dont il n’était citoyen que d’adoption récente. Performance de magistrat et engagement de son patrimoine dans les finances du roi sont les deux faces d’une même attitude.

  • 50 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.
  • 51 AGS, G y M, leg. 685, doc. 61.

50L’asiento et l’affermage des rentes de la couronne sont les points de jonction entre le prélèvement par l’impôt et l’investissement des familles dans les affaires du roi. Ainsi, les revenus des douanes, en l’occurrence celles de toutes les îles de l’archipel, doivent contribuer pour une part des recettes dans le financement de la construction de la forteresse de San Felipe50. Mais les commandants des simples navires marchands n’étaient plus à l’abri de décisions de réquisition adoptées par le gouverneur, lorsqu’il n’avait plus rien à donner à manger à ses soldats. C’est ainsi que, pour ne prendre qu’un exemple, en 1607, un certain Asensio Jorge de Melo qui transportait du grain dut accepter de le débarquer sur le quai d’Angra, pour une mise en vente immédiate au profit des soldats du préside, en échange de lettres de crédit tirées sur Lisbonne51. Depuis des années, les gouverneurs avaient alerté maintes fois le Conseil de la Guerre, en soulignant que ces réquisitions leur semblaient la pire des solutions, dans la mesure où les patrons des embarcations redoutaient désormais de s’approcher de Terceira de peur d’être contraints d’accepter des transactions forcées.

  • 52 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.
  • 53 AGS, G y M, leg. 516, doc. 181.

51Dans certains cas, la population s’interpose pour empêcher les officiers castillans de vérifier la nature des cargaisons. Le gouverneur Diego de Miranda y Quirós rapportait, ainsi, en 1602, qu’un dimanche soir du mois de mai une caravelle avait mouillé dans la baie d’Angra. Suivant la routine, le gouverneur avait envoyé en reconnaissance un sous-officier et, comme bien souvent, un magistrat portugais l’avait devancé. Mais il n’était pas seul « un grand concours de gens s’agrégea sur le quai, les armes à la main »52. Du point de vue du gouverneur, si les officiers placés sous ses ordres ne sont plus habilités à vérifier le contenu des cargaisons des vaisseaux ancrés dans le port, alors plus aucune de ses missions n’a de sens. Quelques années plus tôt, la pénurie de grain avait conduit son prédécesseur à affronter les grands accapareurs de grains de la ville, au risque de provoquer un soulèvement. Antonio Centeno, accompagné de nombreux soldats, s’était rendu devant les greniers de Fernão Furtado de Faria et de Calisto Coello de Miranda pour saisir le grain qui s’y trouvait. Le second s’interpose entouré de greffiers et rappelle qu’il jouit d’une immunité royale, sur sa personne et sa famille. Le gouverneur exigea alors que le propriétaire lui donnât les clefs du grenier, sous peine d’en faire briser les portes. Coelho lui répondit que nul ne pouvait s’adresser à lui avec pareille grossièreté et produisit le décret, signé par le roi, qui le protégeait face à tout abus. Suivant alors une pratique bien connue aux Indes de Castille, le gouverneur saisit le document, y déposa un baiser, le plaça au-dessus de sa tête et affirma, selon la formule rituelle, qu’il respecterait l’injonction royale mais qu’il se saisirait néanmoins du blé. C’était mettre en œuvre le précepte : obéir mais ne pas appliquer l’ordonnance royale (obedezcáse pero no se cumple). La foule témoin de l’algarade commença à gronder et l’officier supérieur hurla qu’il ferait donner le garrot « à un, et à quatre, et à dix et à trente » parmi les plus en vue des habitants de l’île53.

52Lorsque les relations politiques et les conjonctures économiques ne favorisent pas une bonne coordination entre le gouverneur et les corps de la société locale, la municipalité d’Angra et les notables de l’île jouent à cache-cache avec l’administration du préside castillan. Leur capacité de nuisance à l’égard du contingent était considérable. Toutes les fournitures, « le grain, le vin, le bois de chauffage, le charbon de bois, la toile à tente » ne peuvent être fournis à la troupe que par l’intermédiaire de la société insulaire. Les gouverneurs ont non seulement pris la mesure de leur dépendance à l’égard de circuits de production et de commercialisation qu’ils ne maîtrisent en rien, mais ils ont même compris qu’en dépit du profond désir qu’ils manifestent de pouvoir court-circuiter les juridictions portugaises pour imposer les mesures qu’ils jugent nécessaires, cette méthode peut devenir une source de conflits plus grave encore. Diego de Miranda y Quirós rapporte en des termes on ne peut plus précis et vivants l’avertissement sur ce point qu’il reçut de la ville d’Angra :

  • 54 AGS, G y M, leg. 601, doc. 141.

Les biens que vous exigez, Monsieur, sont d’une grande importance et pour en obtenir la provision, vous devez vous adresser à Sa Majesté qui, seule, peut donner l’ordre d’y pourvoir. Quant aux procédures dont vous menacez les Portugais naturels de notre ville et de notre île, Monsieur, nous ne pouvons imaginer que vous agissiez de façon aussi contraire au service de notre roi, en pratiquant la violence et la force contre ses vassaux, en usurpant une juridiction qui ne vous appartient pas, car il existe, Monsieur, dans notre île ainsi que dans les autres, des magistrats portugais qui ont à connaître les procédures engagées, tout comme il vous revient, Monsieur, de procéder contre vos soldats. Agir en sens contraire reviendrait à pervertir l’ordre. Il s’en suivrait de grands scandales dans le peuple et vous en pâtiriez, Monsieur, comme cela est déjà arrivé à certains de vos prédécesseurs qui ont eu recours à de tels procédés […] c’est pourquoi nous demandons et requérons, Monsieur, qu’usant de prudence vous poursuiviez le gouvernement du contingent qui est à votre charge avec la même réussite [satisffazion] honnêteté, et zèle pour le service de notre roi que jusqu’à présent54.

  • 55 AGS, G y M, leg. 665, doc. 47.

53En annexe du document, les édiles avaient ajouté la copie d’une lettre adressée par Philippe II au gouverneur Antonio Centeno depuis l’Escorial en 1597, le priant de traiter les échevins d’Angra en tenant compte de leur éminente dignité. L’évocation de la prudence comme règle du bon gouvernement, au cours de cette première décennie du xviie siècle coïncide avec la diffusion des bonnes pratiques dans l’art de gouverner telles qu’elles sont décrites dans les traités de Juste Lipse. On peut y voir à la fois l’indice que les auteurs de dissertations sur la politique de ce temps n’étaient pas coupés de l’expérience la plus empirique de la gestion des affaires communes, et que les élites d’une localité aussi provinciale qu’Angra do Heroísmo pouvaient à tout le moins partager un langage commun avec de tels auteurs, pour décrire l’exercice de la politique auquel elles participaient. Amer et désabusé, le gouverneur notait que ses interlocuteurs n’étaient guère sensibles au principe de la réciprocité, pourtant essentiel à la conduite de la vie civique, alors qu’il demeurait quant à lui disposé à accueillir derrière les murs d’enceinte de la forteresse toutes ces honorables familles, l’évêque, les dignités, les magistrats et autres personnalités, « et même leur bétail » (mais sans doute pas la plèbe…) en cas d’attaque sur l’île55.

  • 56 AGS, G y M, leg. 598, doc. 219.
  • 57 AGS, G y M, leg. 598, doc. 168.

54Des membres de la meilleure société d’Angra, par calcul ou sous l’effet de pressions, ont constamment engagé leur crédit, et parfois prêté sur leur cassette personnelle, pour sortir la trésorerie du préside de blocages qui auraient pu avoir des conséquences dramatiques. Tel est le cas d’un personnage comme Rui Dias de Sampaio, chevalier de l’ordre du Christ, et capitaine de toute la cavalerie portugaise de Terceira, qui réclame dans les premières années du xviie siècle que lui soit remboursée la somme sérieuse de mille trois cent vingt escudos, soit treize mille deux cents reales castillans, qu’il a avancés sous forme de monnaie et de grain56. Tel est, à la même époque, le cas des franciscains du couvent d’Angra qui ont dit des messes dans les chapellenies des notables de la ville en échange de grain. Leurs gains se sont élevés à l’équivalent de mille cent quarante-neuf cruzados en blé qu’ils ont livré à la forteresse pour éviter que les soldats périssent de faim. En échange, une lettre de crédit tirée sur l’officier de finances castillan installé à Lisbonne, Jerónimo de Aranda, leur a été remise par les officiers du préside d’Angra. Mais ce fut sans effet, car le payeur de Lisbonne avait répondu que ses caisses étaient vides et avait suggéré à la communauté d’en référer au roi, ce qu’elle ne manqua pas de faire, dans le respect de sa vocation d’ordre mendiant57.

55Le financement des vivres du contingent pose deux questions étroitement mêlées, celle de l’insolvabilité fréquente des finances de Castille face aux demandes de remboursement des avances consenties sur place, celle de la résistance de principe des autorités insulaires à participer de façon formelle et automatique à la sustentation du préside. C’est en vain que le gouverneur Diego de Miranda y Quirós essayait, en 1604, de convoquer le corregedor Leonardo da Cunha et les membres du corps de ville pour négocier la mobilisation de ressources financières au profit des hommes de la forteresse. Même alors qu’était arrivée à bon port une caravelle porteuse de dix mille ducats, qui permirent de verser deux soldes et de rembourser les personnalités qui avaient secouru le préside l’hiver précédent, les institutions municipales répugnaient à négocier avec le gouverneur la participation financière de la ville à l’entretien de l’établissement militaire. Depuis deux années, les échevins alléguaient être en possession de courriers signés de la main du roi qui les exonéraient de devoir accorder des crédits pour la fourniture de grain aux militaires castillans :

  • 58 AGS, G y M, leg. 636, doc. 73.

Votre Majesté m’ordonne de traiter avec le corregedor et la municipalité afin qu’ils me fournissent le blé pour l’entretien de cette année. Je m’y emploierai dès le début du mois d’août. Cependant, je présume qu’en aucun cas il n’y viendront, car voilà deux ans qu’ils s’y refusent en vertu de lettres royales de Votre Majesté et de nouveaux ordres du marquis de Castelo Rodrigo58.

56Il ne s’agit certainement pas d’arguties de mauvaise foi, tant il est vraisemblable que, par le truchement du Conseil de Portugal de Madrid, les échevins d’Angra et leur corregedor aient obtenu la rédaction et la signature de brefs royaux qui contredisaient d’autres dispositions arrêtées par le Conseil de la Guerre. Par cette autre branche administrative, le gouverneur avait reçu d’autres instruments légaux, conformes aux exigences formelles des édiles. Mais rien n’y fit :

En ce qui concerne la lettre que Votre Majesté a ordonné que l’on m’adressât en langue portugaise, exigeant que l’on me fournît le blé indispensable à l’entretien des soldats au prix courant dans l’île au lendemain de la moisson et qu’on me livrât la livre de viande au prix de dix maravédis portugais, près de la forteresse pour les soldats qui habitent à l’extérieur et pour les officiers de la solde, le capitaine de l’artillerie et les artilleurs. Ils n’ont pas obéi en prétextant qu’ils ont un agent à la cour qui leur enverra un autre ordre de Votre Majesté, rédigé différemment. Leur excuse est que seuls les desembargadores [magistrats] de la Casa da Supplicação [cour d’appel de Lisbonne] pouvaient les contraindre à payer de leur bien ce qui a été livré aux soldats, en argent, en grain, en viande et autres.

57La rédaction de l’acte en langue portugaise était une condition nécessaire mais pas suffisante pour qu’une ordonnance royale fût appliquée sans contestation. Encore fallait-il que les hauts magistrats de Lisbonne n’en suspendissent pas l’exécution.

  • 59 AGS, G y M, leg. 636, doc. 74.
  • 60 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

58La façon d’agir d’un gouverneur, dans une procédure tendue comme celle-là, met à jour un grand nombre de paramètres du cadre de l’action politique dans lequel il doit exercer son mandat59. Diego de Miranda y Quirós avait reçu au mois de mars une lettre signée de la main du roi qui lui donnait ordre de convoquer le corregedor, le juiz de fora (second magistrat du roi dans l’île) et l’inspecteur des revenus du préside pour fixer ensemble les quantités de grain qui devraient être livrées au contingent. Le gouverneur a écrit à plusieurs reprises au corregedor pour savoir s’il avait — enfin — reçu l’ordre entériné par le secrétariat du Conseil de Portugal et qui lui faisait obligation de déférer à la convocation qu’il lui avait adressée. Après la troisième manœuvre dilatoire, le gouverneur fait copier les paragraphes des lettres du roi qu’il a reçues sur ce sujet. Il finit par obtenir de haute lutte qu’une séance de travail formelle soit fixée pour les 9 et 10 août. Le corregedor déclare alors qu’il était prêt à déterminer les quantités de grains dus au préside, mais pas à contraindre les propriétaires à livrer leur récolte, tant que la paie des soldats ne serait pas arrivée du continent. Il s’abrite pour cela derrière une sentence prononcée par le Desembargo do Paço de Lisbonne (haut tribunal des affaires civiles et pénales) selon laquelle il devrait payer de sa poche tout sac de grain livré par les producteurs si l’administration militaire ne s’acquittait pas de son dû. Or, pendant que ces négociations traînent en longueur, le gouverneur observe avec préoccupation que la récolte mûrit et qu’une nuée de bateaux tourne autour d’Angra, dans l’espoir d’y charger du blé pour le vendre à Madère60 ou dans les présides d’Afrique du Nord.

  • 61 AGS, G y M, leg. 627, doc. 325, doc. 326. 4.
  • 62 AGS, G y M, leg. 650, doc. 53.

59En dépit de l’échec essuyé avec le contrat de Gonçalo Vaz Coutinho, le gouverneur s’adresse à un négociant, Antonio Caldera, qui a pris à ferme les revenus de la couronne aux Açores pour lui demander de livrer une certaine quantité de grain au titre des sommes qu’il doit encore aux finances du roi (de Portugal) pour l’année en cours, et qui auraient dû abonder le versement de la solde toujours impayée. Un accord est ainsi trouvé, en sorte que le négociant s’emploie à rapporter de toutes les îles de l’archipel la quantité convenue de blé. Sur ces entrefaites, les investisseurs qui ont signé avec les finances du roi un contrat de fournitures au préside ont obtenu d’Antonio Caldera qu’il adresse depuis Lisbonne à son fils Manuel Caldera, résidant à Angra, une lettre de crédit pour l’achat de grain et le versement d’une partie de la solde, pour un montant de dix mille escudos, dont les trois-quarts pour l’achat de grain et un quart pour les retards de solde61. Pourtant, rien n’y fait. Le 25 août, date de la rédaction de la lettre du gouverneur, pas un sac de grain n’a été livré. Manuel Caldera semble se cacher car il est criblé de dettes et ses créanciers le poursuivent. Il ne veut utiliser la lettre de crédit de son père que pour soulager son propre endettement, pas pour aider la trésorerie de l’administration castillane d’Angra. En tout état de cause, le fils et facteur de l’homme d’affaire lisboète, se réfugie dans le couvent des franciscains d’Angra. Diego de Miranda y Quirós redoute qu’il ne finisse par quitter l’île « subrepticement » pour échapper à ses obligations vis-à-vis de la couronne de Castille. Face à l’impasse financière dans laquelle il se trouve, le gouverneur évoque une ultime option qui ressemble à un acte de guerre : utiliser l’artillerie de la place forte qu’il commande pour empêcher toute sortie de cargaison de grain vers l’extérieur. Anticipant sur un tel risque, le corps de ville autorise la vente de blé au contingent, à la condition que ce ne soit pas à crédit, se réclamant d’une sentence du Desembargo do Paço exactement identique à celle dont se prévaut le corregedor. Les échevins exigent que les hommes du préside n’entravent en rien le commerce du port. Face à cette exigence, le gouverneur s’engage à agir dans le sens demandé à la condition que lui soit livré le grain qui le place à l’abri d’une émeute des soldats. Au mois de septembre, muni d’un ordre du roi, il exige que tous les ports de l’île, et pas seulement celui d’Angra, soient fermés aux navires en quête de grain à transporter hors de l’archipel. Mais au même moment, les magistrats portugais enregistrent un ordre de sens contraire. Il est entériné « par la voie de la couronne du Portugal », c’est-à-dire à travers le circuit qui part du Conseil du Portugal et, passant par l’un des hauts tribunaux de la polysynodie portugaise, s’adresse au corregedor au nom du roi de Portugal. Cet instrument exige que soient rouverts sans délai les ports de Praia, de Santa Bárbara, de Porto Judeu et de São Sebastião, les deux derniers à quelques encablures de la grève d’Angra62. De l’aveu même du gouverneur, les tours de garde qu’il était alors en mesure de faire assurer ne permettaient de contrôler de façon efficace que le seul port de la ville d’Angra, sans espoir de surveiller le trafic des autres établissements portuaires.

60Dans le même temps, les « dignités des couvents de religieux et de religieuses » de la ville ainsi que les gentilshommes chevaliers des ordres militaires, dont l’essentiel des revenus vient de leurs rentes en grains, supplient le gouverneur de les laisser exporter leurs sacs. Les exigences de la séparation juridictionnelle, les subtilités des contrats d’affermage, la complexité des circuits commerciaux contriburent à créer une situation jugée folle par le responsable de la troupe de la forteresse : le blé financé en théorie par les couronnes de Castille et de Portugal doit être importé à Terceira, tandis que les exportateurs de blé de l’île sont impatients de faire sortir le leur. À un moment où la pénurie de grains peut à tout moment précipiter le déclenchement d’une révolte de la soldatesque, cette situation paraît injustifiable. Les notables d’Angra se conduisent comme des joueurs de casino : ils poussent leur avantage jusqu’à une limite dangereuse, car le prix collectif à payer en cas de révolte est imprévisible et peut s’avérer incommensurablement plus lourd pour leurs biens.

  • 63 AGS, G y M, leg. 636, doc. 78, doc.79.
  • 64 AGS, G y M, leg. 627, doc. 322.

61La jurisprudence du Desembargo do Paço, évoquée tant par le corregedor que par la municipalité, avait réellement force de loi. Le gouverneur l’apprit à ses dépens. Une caravelle, chargée de grain, avait demandé à pouvoir quitter le port. Mais le gouverneur avait fait confisquer la cargaison et l’avait fait transporter dans la forteresse, en échange de lettres de crédit sur les rentes du roi que le propriétaire des sacs avait refusées. Ayant été alerté, le tribunal de Lisbonne statua que l’épouse de Diego de Miranda y Quirós, Joana Ferreira de Mello, appartenant à la meilleure société portugaise d’Angra, serait saisie sur ses biens patrimoniaux en compensation de la cargaison détournée. Le gouverneur s’indigne de cette confiscation le frappant en tant que particulier, lui qui n’a « ni mangé, ni vendu » ce grain63. S’en prendre aux avoirs d’une femme de l’élite locale revenait à mettre en œuvre des pratiques qui avaient été installées dès l’arrivée des Castillans en 1583. Les échevins de différentes localités de l’île, sous le contrôle de l’autorité militaire, devaient établir la répartition de la contribution au financement du préside entre les personnes fortunées, chaque année au mois d’août, en prévision des achats de la récolte imminente. En échange de l’avance ainsi consentie, ces individus fortunés recevaient des titres signés par le gouverneur et tirés sur un haut officier de finances du roi à Lisbonne. C’est en raison de la garantie traditionnellement obtenue auprès des familles puissantes de l’île que la femme portugaise du gouverneur est ainsi mise à contribution. La mécanique a tout de la fable. Mais les marchands de grain de Terceira ne sont pas les seuls qui peuvent être victimes de saisies autoritaires. La production de Faial et de Graciosa était, à l’occasion, sollicitée pour nourrir les soldats du préside de Terceira, comme ce fut le cas en 160464.

Les notables contre l’ordre hispanique

  • 65 AGS, G y M, leg. 621, doc. 33.
  • 66 AGS, G y M, leg. 636, 05 juillet 1604.
  • 67 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

62On a vu, plus haut, les effets négatifs de l’absence de tour de garde par les officiers castillans dans la zone de la ville qui longe le port juste en face du centre de la ville, en raison des rixes provoquées par les pêcheurs et les poissonniers de la ville. Mais lorsque le gouverneur prétend remédier à cette situation, il se heurte au refus du corregedor portugais Leonardo da Cunha. Pour le magistrat, la présence de soldats castillans ne se justifierait que s’il n’existait pas de compagnie portugaise chargée de cette mission, comme le prévoient les fameuses ordonnances du roi Sébastien. C’est pourquoi il qualifie juridiquement comme un acte de violence et une source de perturbation de l’ordre public la volonté d’installer un corps de garde non portugais sans que la question ait été tranchée par les juridictions compétentes. Le corregedor ne reconnaît pas au gouverneur l’autorité qui lui permette d’exiger de lui la remise des clefs de la ville à moins que le roi, à travers les juridictions de la couronne du Portugal, ne lui en communique l’ordre exprès65. Quelques mois auparavant, le magistrat portugais avait obtenu que la municipalité le désigne comme capitaine commandant de la troupe de milice locale. Partant, il avait fait procéder à la nomination de tous les officiers et à la création de nouveaux postes au sein de l’assemblée municipale. Une cédule royale, expédiée à Valladolid en novembre 1601, confirmait que le gouverneur castillan était habilité à intervenir dans la désignation des officiers de la milice portugaise dans la maison de ville66. Mais le corregedor, faisant jouer un argument bien des fois employé, répondait qu’il n’était pas tenu de mettre en pratique ce décret, dans la mesure où il n’avait été ni rédigé ni enregistré en portugais67. Le gouverneur Centeno, on l’a vu, enregistrait sans les appliquer les ordonnances royales ; ici le juge portugais n’accepte même pas de recevoir un instrument légal en castillan, fût-il signé de la main de l’homme sur la tête duquel était posée la couronne du Portugal.

  • 68 AGS, G y M, leg. 650, doc. 53.
  • 69 AGS, G y M, leg. 626, doc. 358.
  • 70 AGS, G y M, leg. 649, doc. 116.

63Du point de vue castillan, l’attitude du corregedor relève plus de l’obstruction que de l’acte de rébellion. Le gouverneur ne soupçonne aucunement le magistrat de se doter d’une force militaire qui s’en prendrait à la garnison castillane. En revanche, il interprète bien son attitude comme un acte politique. Pour lui, si les notables d’Angra manifestent la volonté de reprendre leurs responsabilités militaires, c’est avant tout pour pouvoir s’opposer aux demandes du commandement castillan en faveur des installations du château et des hommes qui y servent. Et lorsque le refus ne vient pas du corregedor, ce sont les édiles de la ville d’Angra qui prétendent conserver les clefs que Pedro de Heredia avait eu le malheur de remettre aux autorités. Il résulte de ce conflit d’autorité, que le gouverneur castillan dispose de la clef de la porte qui commande le principal embarcadère, mais que les clefs des trois autres portes qui trouent la défense du port lui échappent68. La municipalité souligne que la répartition des portes présente l’avantage d’éviter des heurts inutiles entre les pêcheurs qui sont contraints d’emprunter l’entrée dite de la petite plage (Prainha) et non celle qui, plus proche du fort, est gardée par des soldats castillans. Ce conflit fournit aux magistrats de ville l’occasion de signifier au roi qu’il est inutile de renouer avec la pratique des rondes de la troupe espagnole dans la ville, comme du temps où, au lendemain de la conquête de 1583, tout le contingent du marquis de Santa Cruz résidait dans la cité. Ils avancent que pour une ville de taille aussi modeste, la milice traditionnelle suffit amplement à assurer les rondes indispensables à sa sécurité69. D’autres phénomènes pouvaient susciter une inquiétude de principe, comme par exemple le fait qu’en 1604 le propriétaire d’une maison tournée vers la baie et dont une des portes offrait un accès direct à la mer fût un sujet du roi de France. Le personnage était par conséquent suspect du point de vue du contrôle du commerce de contrebande, et sa demeure pouvait se convertir en cheval de Troie en cas d’agression navale70.

64Les tensions accumulées entre l’autorité militaire et la municipalité ont donné lieu à des incidents sur la place publique. Ainsi, à l’occasion de la procession de Corpus Christi en juin 1604, les membres de la maison de ville protestèrent contre la présence dans le cortège d’officiers castillans et de serviteurs du gouverneur. Dès la sortie de l’office, sur le parvis de la cathédrale d’Angra, un des édiles, Custodio Viera Bocarro, s’approcha du gouverneur pour lui signifier que les fidèles portugais voyaient d’un mauvais œil la présence des Castillans dans le cortège. Diego de Miranda y Quirós lui répondit que les officiers du roi ne pouvaient aucunement être tenus pour importuns dans la procession. Comme en d’autres occasions, les officiers portugais affirmaient qu’ils ne protestaient pas contre la présence du gouverneur. En revanche, la participation d’autres officiers castillans fournit le prétexte au conflit. Le capitaine Francisco de Aduna ainsi que

  • 71 AGS, G y M, leg. 626, doc. 357.

le capitaine Diego de San Vicente, le sergent major Juan de Pisa, le trésorier payeur Diego Hurtado de Saravia, le comptable Juan de Bayona, le préposé au ravitaillement Alejo de Cisneros, et autres serviteurs71

65du gouverneur, notamment le capitaine Pedro Lumbreras et le sergent Alonso de Guadalajara, n’avaient absolument pas leur place dans la célébration. Le gouverneur objecta que si leur présence devait être insupportable aux membres de la municipalité, il se retirerait lui aussi. Il promettait alors de ne plus assister à aucun acte public à Angra, à moins que le roi lui-même lui en donnât l’ordre. Des murmures et des cris fusèrent dans les rangs des autorités de la ville. Les mots prononcés avaient été trop injurieux pour que le gouverneur pût rester dans la procession. Il remonta à son domicile, suivi de l’évêque qui essayait de le faire revenir pour éviter le scandale. Entre temps, le conseil municipal occupa la place du prélat sous le dais de procession, jusqu’à ce que l’évêque leur donnât l’ordre de reprendre leur place dans le cortège. Pour ne pas envenimer les choses, les quelques Castillans qui ne souhaitaient pas abandonner les lieux se placèrent à l’arrière de la procession à bonne distance du corps de ville. Les événements auraient pu s’envenimer. Diego de Miranda y Quirós, balançant entre son devoir d’officier et son honneur de gentilhomme, s’étant laissé convaincre par les paroles de l’évêque, consentit à reprendre sa place au sein du cortège. Alors Custodio Vieira Bocarro invita ses confrères du conseil à abandonner la cérémonie. Seule une réprimande de l’évêque d’Angra permit de poursuivre sans heurt la procession du Corpus Christi. Cet épisode témoigne de l’usage que les acteurs politiques pouvaient faire d’une pratique religieuse et sociale dont l’une des fonctions était justement de manifester l’unité de la ville dans la communion.

  • 72 AGS, G y M, leg. 636, doc. 85.

66Dans sa correspondance, le gouverneur établit un lien direct entre le refus de la ville de le laisser intervenir dans la désignation des capitaines de la milice portugaise et les incidents du Corpus. Les deux phénomènes pourraient apparaître comme la manifestation de l’échec politique de son commandement. Mais il précise que les autorités qui avaient pour mission de pacifier la vie civique « sèment la zizanie » : le corregedor se dressait contre l’évêque et les membres du conseil municipal contre lui. La ville était également en fort désaccord avec le chapitre de la cathédrale à propos de la célébration de la fête de Sainte Isabelle, patronne de la Santa Casa da Misericordia. En principe, ces cérémonies devaient être conduites conjointement par le chapitre de la cathédrale et par le collège des échevins. En somme, constate le gouverneur, le diocèse, la ville et le magistrat du roi s’accordent mal entre eux, et c’est le gouverneur castillan, en principe extérieur à ces jeux de rivalités, qui fait les frais d’une conflictualité qui lui demeure étrangère72. Cette fois, c’est le côté portugais qui, ne parvenant pas à surmonter ses divisions, instrumentalisait la présence espagnole dans l’île.

67Comme le commente Diego de Miranda y Quirós dans une lettre de mars 1604 :

  • 73 AGS, G y M, leg. 637, doc. 54.

Ils ont pris la décision de dépêcher un ambassadeur à la cour, pour présenter des plaintes. Ils ont l’habitude de produire de la paperasserie et des rapports citant quantité de faux témoins dont cette île abonde. C’est ainsi qu’ils fournissent des preuves de n’importe quoi. Comme je suis échaudé face à des hommes aussi retors et aussi faux, chaque fois qu’il s’agit de traiter d’une affaire qui touche au service de Votre Majesté, je ne communique plus oralement, car tout doit passer par la municipalité et ses magistrats, le plus souvent secondés par deux et parfois trois greffiers, et tous ensemble ils accordent foi à ce que bon leur semble. C’est pourquoi, j’ai pris le parti de m’adresser à eux par écrit, en exigeant qu’ils me répondent sous la même forme à la suite de ce que je leur ai écrit. Il est bien vrai que je ne cultive pas l’amitié avec chacun d’entre eux autant que je le voudrais. Mais j’assure votre Excellence, comme son plus fidèle serviteur, que la faute ne m’en revient pas. Ainsi, avec l’évêque et les dignitaires de l’église, avec les personnes graves et religieuses des couvents, avec les gentilshommes dont je connais la dévotion à sa Majesté, j’entretiens une amitié personnelle. J’ai établi avec eux de bonnes relations et je les cultive, car l’ordre et les bonnes manières en dépendent. Ces personnes m’ont aidé à traverser les difficultés, en m’accordant des prêts de leur bien sur ma parole et sur la dot de mon épouse. Sans eux, tout aurait été perdu73.

68Les dossiers de correspondances gardent la trace de cette pratique nouvelle qui consistait, en effet, à s’adresser au conseil municipal en faisant certifier des messages par un notaire de la ville (tabelião). L’élite de la ville n’est pas peinte d’une seule couleur : le gouverneur sait distinguer entre des magistrats et des chefs de clan qui font obstruction et un réseau de connaissances personnelles et d’attaches familiales locales sans lesquelles l’action politique serait sans doute bien plus grippée encore. Ainsi, les commentaires croisés sur les dynamiques politiques à Terceira qui parviennent à la cour ne divisent que rarement le tableau social en deux groupes identifiés par l’appartenance à chacune des deux couronnes. Il est bien naturel que les gouverneurs aient maille à partir avec certains des officiers de leur dotation et, plus encore, avec des inspecteurs dépêchés par la cour. De même, le monde des notables et des gens d’autorité dans la ville est-il traversé de conflits et de rivalités. Tout incident, pour peu qu’il soit d’importance, appelle une réactualisation des positions de chacun dans l’espace social et politique où ces personnalités jouent leur partie.

69Dans les pages qui précèdent, le lecteur a pu goûter la saveur des informations et des argumentations — indissociables — que les gouverneurs ou d’autres officiers et magistrats rédigeaient pour faire agir le Conseil de la Guerre dans le sens désiré. Les rédacteurs de ces documents étaient non seulement pris dans les actions du gouvernement ordinaire ou de la lutte extraordinaire, mais encore étaient-ils partie prenante des deux sociétés, la militaire qu’ils commandaient et la civile à laquelle tant de liens les unissaient, y compris conjugaux. C’est pourquoi, les lettres dessinent, le plus souvent, un paysage social et politique complexe. Les jugements portés, même lorsqu’ils sont vifs voire insultants, ne pèchent pas par simplification. Dans les pages qui vont suivre, on abordera des situations encore plus conflictuelles que celles qui ont déjà été présentées. Mais l’intensité de la lutte politique n’a pas pour effet automatique de caricaturer les cadres de l’analyse. En tout cas, l’opposition simple des deux sociétés n’est jamais pleinement opératoire.

Notes

1 AGS, G y M, leg. 599, doc. 36.

2 AGS, G y M, leg. 400, doc. 165.

3 AGS, G y M, leg. 452, doc. 87

4 AGS, G y M, leg. 456, doc. 71.

5 AGS, G y M, leg. 453, doc. 141, 142 ; leg. 527, doc. 237.

6 AGS, G y M, leg. 427, doc. 213.

7 AGS, G y M, leg. 490, doc. 20.

8 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

9 AGS, G y M, leg. 665, doc. 47.

10 AGS, G y M, leg. 665, doc. 45.

11 AGS, G y M, leg. 617, doc. 205.

12 AGS, G y M, leg. 637, doc. 69.

13 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, leg. 659, 20 mars 1620.

14 AGS, G y M, leg. 636, doc. 356.

15 AGS, G y M, leg. 675, doc. 98.

16 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

17 AGS, G y M, leg. 702, doc. 374.

18 AGS, G y M, leg. 675, doc. 77.

19 AGS, G y M, leg. 697, doc. 374 ; leg. 697, doc. 389 ; leg. 744, 03 octobre 1611.

20 AGS, G y M, leg. 720, s n°/s.d.

21 AGS, G y M, leg. 1075, 09 février 1633.

22 AGS, G y M, leg. 618, doc. 408.

23 AGS, G y M, leg. 635, doc. 136.

24 AGS, G y M, leg. 636, doc. 75.

25 AGS, G y M, leg. 636, doc.76.

26 AGS, G y M, leg. 708, doc. 43 ; leg. 685, doc. 67.

27 AGS, G y M, leg. 708, doc. 41.

28 AGS, G y M, leg. 697, doc. 287.

29 AGS, G y M, leg. 455, doc. 131 ; leg. 451, doc. 154.

30 AGS, G y M, leg. 518, doc. 182, doc. 183, doc 184.

31 AGS, G y M, leg. 458, doc. 417.

32 AGS, G y M, leg. 459, doc. 15.

33 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne : L’action de Diego de Silva y Mendoza, Grenoble, Université des Langues et Lettres, 1982.

34 AGS, G y M, leg. 484, doc. 207.

35 AGS, G y M, leg. 553, doc. 56.

36 AGS, G y M, leg. 553, doc. 162.

37 AGS, G y M, leg. 521, doc. 101 ; leg. 522, doc. 2.

38 AGS, G y M, leg. 600, doc. 31.

39 AGS, G y M, leg. 580, doc. 43 ; leg. 691, doc. 44.

40 AGS, G y M, leg. 691, doc. 44.

41 AGS, G y M, leg. 608, doc. 195.

42 AGS, G y M, leg. 604, doc. 71.

43 AGS, G y M, leg. 604, doc. 134.

44 AGS, G y M, leg. 606, doc. 326, doc. 327.

45 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

46 AGS, G y M, leg. 636, doc. 81.

47 AGS, G y M, leg. 673, doc. 410 ; leg. 804, 30 septembre 1615.

48 AGS, G y M, leg. 685, doc. 61.

49 British Library, Add. 28428, 1606.

50 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

51 AGS, G y M, leg. 685, doc. 61.

52 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

53 AGS, G y M, leg. 516, doc. 181.

54 AGS, G y M, leg. 601, doc. 141.

55 AGS, G y M, leg. 665, doc. 47.

56 AGS, G y M, leg. 598, doc. 219.

57 AGS, G y M, leg. 598, doc. 168.

58 AGS, G y M, leg. 636, doc. 73.

59 AGS, G y M, leg. 636, doc. 74.

60 AGS, G y M, leg. 683, doc. 85.

61 AGS, G y M, leg. 627, doc. 325, doc. 326. 4.

62 AGS, G y M, leg. 650, doc. 53.

63 AGS, G y M, leg. 636, doc. 78, doc.79.

64 AGS, G y M, leg. 627, doc. 322.

65 AGS, G y M, leg. 621, doc. 33.

66 AGS, G y M, leg. 636, 05 juillet 1604.

67 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

68 AGS, G y M, leg. 650, doc. 53.

69 AGS, G y M, leg. 626, doc. 358.

70 AGS, G y M, leg. 649, doc. 116.

71 AGS, G y M, leg. 626, doc. 357.

72 AGS, G y M, leg. 636, doc. 85.

73 AGS, G y M, leg. 637, doc. 54.

© Casa de Velázquez, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search