Version classiqueVersion mobile

L’île aux mariés

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Contingent castillan et société portugaise

Texte intégral

Innombrables soldats

1La ville d’Angra, où résidait l’essentiel du contingent, comptait environ onze mille habitants à la fin du xvie siècle. Pour se faire une idée de l’impact de la présence castillane à Terceira, au titre du préside, il faut rapporter le nombre de soldats à la population de la ville. Mais sait-on seulement combien de soldats résidaient dans l’île ? À cette question il n’est pas aisé de répondre, même si l’on peut affirmer qu’environ mille cinq cents hommes débarquèrent en 1583 avec le marquis de Santa Cruz et qu’au tournant du siècle, après que le tercio initial a été partiellement démantelé, la troupe espagnole est formée de quelque cinq cents hommes. Comme le démontre Maria Hermínia Morais Mesquita, à la fin du xvie siècle, les effectifs du contingent castillan installé à Terceira ont sans doute diminué des deux tiers.

2Les documents qui donnent ce type d’information ne peuvent être pris pour des sources fiables. Car il existe un écart entre les rôles tenus par les veedores de la gente de guerra (officiers de la solde) et le nombre réel de soldats en activité, à un moment donné. On se trouve confronté à une double incertitude. D’un côté, les listes surestiment de beaucoup le nombre de soldats actifs sous les drapeaux de l’armée du roi de Castille à Terceira. Car les morts et les déserteurs ne sont pas décomptés en temps réel ni remplacés sans délai. C’est pourquoi les listes indiquent toujours des chiffres excessifs. Mais, d’un autre côté, les mêmes listes n’enregistrent pas la présence dans l’île de soldats mariés à des portugaises et licenciés de l’armée castillane. Ces hommes peuvent, suivant les occasions, être tout de même considérés comme une population apte au combat et mobilisable par le pouvoir militaire castillan, en cas d’alerte. Dans leur cas, les rôles que tiennent les officiers de l’administration militaire n’enregistrent pas les noms de tous les hommes disponibles. Certaines démarches quantitatives buttent sur des apories, lorsqu’il est établi que la documentation pèche à la fois pas excès et par défaut d’enregistrement des phénomènes. Dans ce cas, rien ne justifie d’opter pour l’établissement de moyennes qui ne peuvent corriger une inexactitude de nature aléatoire. La modestie est de mise.

  • 1 AGS, G y M, leg. 426, doc. 221, doc. 222.
  • 2 AGS, G y M, leg. 518, doc. 186.
  • 3 AGS, G y M, leg. 429, doc. 54 d.

3Un rapport d’inspection rédigé en 1595 donne une idée des difficultés que rencontre l’administration militaire pour établir au vrai le nombre des soldats présents à Terceira. Dans un premier temps, les inspecteurs Miguel Ponce et Pedro de Paz Salas venus de Madrid établissent l’écart, somme toute faible, entre le nombre théorique de postes de soldats, mille trois cent quatre-vingt-sept, et son propre comptage, mille trois cent onze. La différence de soixante-seize n’est pas immense, même si elle signifie que la couronne de Castille verse soixante-seize soldes à des personnes qui ne servent pas dans ses armées. Après plusieurs mois de résidence sur place, Miguel Ponce dresse l’inventaire des phénomènes qui faussent les données disponibles1. Mais il se pourrait bien que la fraude soit de plus grande ampleur, lorsqu’on se réfère au décompte officiel adressé au Conseil de la Guerre quatre années plus tard et qui fait état du nombre de mille huit cents soldats et officiers, alors que la tendance était à une érosion continue du contingent2. Quoi qu’il en soit, ce premier travail d’enquête, accompli à peine douze ans après l’installation de la troupe castillane à Terceira, impose une grande prudence aux historiens d’aujourd’hui. En effet, au plus près de la période, l’inspecteur démontre à quel point les documents établis par les autorités locales rendent mal compte de l’état des effectifs. Les listes alors disponibles étaient fausses, ce qu’une vérification fine des « naturalités et des filiations » permettait d’établir, au cas par cas. « Les listes comprennent de nombreux soldats et gens mal indiqués […]. Ainsi les listes d’artilleurs n’ont pas été tenues à jour depuis longtemps et elles semblent bien confuses »3. Les envoyés du Conseil de la Guerre soupçonnent que la mauvaise tenue des rôles n’est pas due à la négligence mais obéit à des objectifs précis. Ils observent que les registres d’entrées, sorties et décès de l’hôpital militaire se présentent comme des livres si abîmés, aux reliures si décomposées et si couverts de ratures, qu’on ne peut interpréter cette tenue déplorable que comme une méthode destinée à favoriser la fraude. En l’occurrence, le responsable militaire de l’hôpital organise à son profit le trafic des armes et des vêtements des blessés alités, et mieux encore des morts. Pour dissimuler les bénéfices de la vente de ces effets, il convient de faire disparaître des registres des soldats passés par l’hôpital. Mais, en sens contraire, le ravitaillement et les médicaments commandés par l’hôpital sont souvent destinés à des officiers en pleine santé, ainsi qu’à leurs serviteurs et esclaves. En ce cas, il importe de montrer qu’un grand nombre de malades consomme ces aliments et ces remèdes. Ainsi, la fraude commande des injonctions contradictoires en matière de dissimulation du nombre exact de soldats envoyés à l’hôpital. C’est pourquoi, la liste sincère des personnes concernées doit demeurer hors de portée.

4Les officiers supérieurs sont accusés de faire salarier des clients et des serviteurs de leur entourage sur des postes militaires dont la vacance n’a jamais été déclarée. Autrement dit, quand le roi de Castille croit salarier des soldats, en réalité il verse des soldes à des civils et à des individus dépendants des officiers dans leur sphère privée. Certains des bénéficiaires sont très jeunes et résident au domicile des officiers fraudeurs. Le détournement porte aussi sur des fonctions publiques, comme le montre le recours à cette même méthode pour payer les assistants du responsable de l’entretien des murailles. L’officier de finance chargé de verser les soldes en a attribué une à un de ses neveux, dont il semble qu’il n’ait même jamais pris la peine de se présenter devant l’institution militaire. Il arrive que des soldats aient quitté le service de façon irrégulière et néanmoins obtenu que leur solde leur soit versée comme si de rien n’était. Ces malversations sont d’autant plus aisées à dissimuler que l’officier de finance, l’administrateur des soldes et les officiers supérieurs sont liés d’amitié, voire parents. C’est ainsi qu’un neveu du comptable bénéficie, en théorie, d’une place d’adjudant d’infanterie dans une compagnie, sans avoir porté les armes ni même daigné effectuer une ronde de garde, ne fût-ce que pour la forme. Le décalage entre la troupe déclarée et la soldatesque engagée dans les tâches ordinaires de la sécurité est tel, que certaines années le commandement doit renoncer à organiser les revues traditionnelles en place publique.

  • 4 AGS, G y M, leg. 738, 12 avril 1610.

5Tricher sur le nombre réel des soldats permet d’organiser une fraude systématique des finances royales. Ainsi, des officiers indélicats procèdent à l’achat de quantités de grains très supérieures à ce qui est nécessaire pour nourrir le contingent, du moins dans les années d’abondance. Le surplus ainsi obtenu peut être revendu à des marchands exportateurs de blé. Les inspecteurs ont repéré une astuce consistant à ne pas déclarer la quantité exacte de farine entrant dans la fabrication des biscuits qui constituent l’essentiel des rations alimentaires des soldats. L’opacité comptable est obtenue en faisant cuire les biscuits au domicile des officiers : c’est de cette manière que la belle-mère du comptable du préside conduit la préparation des biscuits dans son propre four à pain, à l’aide d’une brigade d’esclaves et de serviteurs. Qu’il s’agisse du détournement des postes salariés au profit d’emplois qui assurent le confort d’officiers indélicats ou encore de détournements dans le système de ravitaillement de la troupe, différents types d’abus se dissimulent en maquillant les informations sur le nombre exact des soldats du contingent. On trouve également des indices d’attribution de postes militaires à des enfants dans le cadre d’échanges de type cliéntélaire. Ainsi, le marquis de Castelo Rodrigo, du temps où il exerçait la fonction de vice-roi de Portugal, avait-il demandé qu’un poste doté d’une solde de quatre escudos mensuels soit attribué au fils du capitaine Diego de San Vincente, le jeune Íñigo, âgé de huit ans4. Suivant la logique des bureaux, cet enfant devait figurer dans les rôles des hommes du contingent. Ce type de manœuvres d’hier conspire à fausser l’évaluation que les historiens d’aujourd’hui voudraient établir sur la base des listes envoyées au Conseil de la Guerre de Madrid.

6Le gouverneur Antonio Centeno dont la gestion des personnels fut donc mise en cause par les agents comptables Pedro de Paz Salas et Miguel Ponce, répondit en mars 1596 sur une bonne partie des accusations. L’usage des postes de soldats du contingent, pour fournir des domestiques aux officiers militaires et de l’administration, se trouvait ainsi justifié :

  • 5 AGS, G y M, leg. 453, doc. 136b.

Parmi les avantages offerts à certains soldats qui avaient bien servi les différents gouverneurs de Votre Majesté, il y avait les serviteurs qu’on leur avait confié. Or on a effacé ces affectations sur ordre de Votre Majesté. On a ainsi éliminé entre trente-cinq et quarante postes de jeunes gens qui étaient au service des capitaines et d’autres officiers et même de leurs camarades soldats. La plupart d’entre eux sont ainsi repartis. C’est un mauvais coup pour le service de Votre Majesté. Il eût fallu qu’elle prît en considération le fait qu’il n’existe pas ici un seul homme qui veuille entrer au service d’un Castillan, même si celui-là lui offrait tout ce qu’il possédait. Il n’est pourtant pas juste que le capitaine, l’officier ou même le soldat nettoient eux-mêmes le plat et le bol dans lesquels ils mangent. C’était d’autant plus injuste que ces serviteurs étaient hommes également prêts à engager le combat aux côtés de leur maître, en cas de nécessité. Et dans un tercio composé de treize bannières il n’était pas excessif qu’il existât de tels postes5.

7Le refus supposé des portugais d’accepter de travailler pour les officiers du contingent est un argument qui tombe à point nommé pour justifier la fraude. Est-ce une raison suffisante pour que l’historien se laisse persuader ? Après tout, si des citoyens d’Angra avaient accepté d’entrer au service domestique des officiers castillans, sur quel budget aurait-il fallu imputer leurs salaires ?

  • 6 AGS, G y M, leg. 538, doc. 155 ; leg. 579, doc. 309.
  • 7 AGS, G y M, leg. 583, doc. 190.
  • 8 AGS, G y M, leg. 580, doc. 11 ; leg. 580, doc. 274.
  • 9 AGS, G y M, leg. 582, doc. 61, leg. 580, doc. 186.
  • 10 AGS, G y M, leg. 589, doc. 119 ; leg. 592, doc. 403.

8La diminution du nombre de soldats castillans n’a pas été seulement le fait d’une lente démobilisation, de désertions intervenues au compte-goutte et de décès sans remplacement. En 1600, le roi Philippe III demande à son Conseil de la Guerre de faire procéder au renvoi d’une partie du contingent installé à Terceira. Il est décidé que désormais le préside serait doté de cinq cents hommes, dont trois cents seraient des soldats en place depuis longtemps, les autres venant renouveler la troupe6. Mais le gouverneur Diego de Miranda y Quirós refuse de laisser partir ses hommes pour Lisbonne tant que les troupes de remplacement n’auront pas effectivement débarqué sur l’île. Comme bien souvent dans la monarchie hispanique sous l’Ancien Régime, la volonté du roi se trouve alors contrée par un de ses officiers, au nom de la défense des intérêts du monarque7. Cet acte de désobéissance ne passe pas inaperçu à la cour, puisque Diego de Miranda y Quirós est alors appelé à Madrid afin de s’expliquer sur son insubordination. Il est relevé à titre temporaire par le capitaine Pedro de Heredia, venu tout exprès de Navarre pour assurer ce remplacement8. L’affaire pourtant aura été sans conséquence sur sa carrière et sur sa mission, puisque le gouverneur défendit avec efficacité sa décision devant le Conseil de la Guerre, exposant le caractère conditionnel de l’ordre reçu, mais aussi les dangers que le départ des soldats aurait fait courir à l’île, ainsi que l’état de délabrement du financement de l’armée de Castille à Terceira9. En 1601, le gouverneur quitte le continent pour retrouver son poste de commandement, en ayant obtenu au passage des sommes d’argent qui lui permettent de fournir une partie des financements indispensables à l’entretien de ses hommes pour l’année en cours. Mais, en 1602, les alarmes suscitées par un semblant de soulèvement parmi les soldats de la forteresse poussent le Conseil de la Guerre à exiger que deux cents de ces soldats, parmi les plus enracinés et les plus durcis, soient renvoyés en péninsule Ibérique et remplacés par des troupes fraîches10.

  • 11 AGS, G y M, leg. 642, doc. 271.

9La nécessité de mettre au point un plan de relève est rappelée chaque année, de façon si répétitive que l’on doit supposer qu’aucune consigne n’est exactement suivie d’effet. Ainsi, en 1605, Diego de Miranda y Quirós reçoit une lettre signée du roi qui lui intime deux ordres. Une fois encore, il doit renvoyer vers le continent trois cents hommes, car les autorités de la cour l’assurent qu’un contingent de même importance a été mobilisé à Lisbonne et se dispose à rejoindre les Açores. Il est également tenu de faire interdire désormais tout mariage entre soldats en route pour l’archipel et femmes portugaises11. Les unions matrimoniales célébrées pendant la première phase de présence espagnole sont une réalité sociale irréversible, mais la cour exige que les troupes nouvelles ne tombent pas dans les mêmes errements.

  • 12 AGS, G y M, leg. 642, 12 octobre 1611.
  • 13 AGS, G y M, leg. 743, 12 mars 1610 ; leg. 773, 16 mars 1612.
  • 14 AGS, G y M, leg. 743, 18 juin 1610.

10En octobre 1611, l’officier comptable Francisco de Aduna constatait que le contingent de la forteresse San Felipe se réduisait à quatre cent dix-neuf hommes12. Plus précisément, il a compté trois cent soixante-dix-neuf soldats (dont deux tambours, un fifre, un porte-étendard, le pilote et les quatre matelots d’une barque, deux chapelains et un médecin, un officier de la poudre). Le gouverneur Pedro Sarmiento avait été encore plus sévère en affirmant que le fort comptait trois cent quatre-vingt-six postes de soldats dont quarante-sept demeuraient inaptes au service13. Le nombre réel de trois cent trente-neuf postes valides était jugé très faible par rapport à la dotation théorique de cinq cents soldats en activité. De plus, parmi les soldats valides, il comptait quatre français, trois flamands, quatorze portugais et deux « morisques ». Il tenait cette présence étrangère pour une anomalie et n’attendait que la réalisation d’une relève, avec le retour à l’étiage des cinq cents postes, pour pouvoir licencier tous ces sujets étrangers. À cela s’ajoutait le fait que les ouvriers affectés à la construction du fort et à son entretien étaient des forçats envoyés de Lisbonne que les soldats devaient surveiller en permanence, afin d’éviter qu’ils n’agressent les citoyens d’Angra. Pedro Sarmiento se montrait également très réservé en ce qui concerne l’ouverture de certains postes du préside à des sujets de la couronne du Portugal14. C’est le cas des services d’artilleurs dont vingt quatre sont attribués à des locaux, douze avec solde et douze avec les privilèges du for militaire mais sans solde. Au total, il s’agit de douze rentes que se partagent quelques familles et quelques privilèges sans aucun service authentique en contrepartie, d’après le gouverneur.

  • 15 AGS, G y M, leg. 790, 14 avril 1614.

11Des correspondances administratives on peut tirer des indices sur le caractère faiblement attractif du service militaire aux Açores dans la population du royaume de Castille. Les gouverneurs n’ignoraient pas que la destination d’Angra était bien moins séduisante que, par exemple, le service dans le royaume de Naples, réputé pour sa grande richesse. Ainsi, l’officier Felipe Spinola de Quirós, chargé en 1614 d’enrôler des soldats pour l’archipel en a fait l’expérience lorsqu’il a tenté de procéder à un recrutement en Espagne. Le Conseil de la Guerre de Madrid qui a pris la décision d’autoriser cette levée recommande à l’officier de ne pas dévoiler aux nouveaux recrutés quelle serait leur destination, de crainte qu’ils ne désertent avant de monter à bord des navires15. Le gouverneur Pedro Sarmiento, en 1611, expliquait au Conseil de la Guerre combien il était hasardeux de vouloir faire venir de nouvelles recrues à Terceira dans les rangs des officiers :

  • 16 AGS, G y M, leg. 754, 15 avril 1611.

Les forteresses [étant] situées dans des contrées aussi écartées que notre île, peu de personnes souhaitent y servir. S’il en arrive une, nous l’employons comme officier, mais dès qu’elles ont accompli leur contrat elles s’en vont pour aller quémander des faveurs à Votre Majesté. En sorte que nous manquons perpétuellement des gens de qualité qui restent indispensables pour la bonne tenue des hommes de troupe et pour la surveillance de la qualité du service effectué au nom de Votre Majesté16.

  • 17 AGS, G y M, leg. 850, 22 avril 1619.

12Toute l’inquiétude manifestée par les gouverneurs sur le risque de voir fondre le contingent placé sous leur autorité paraît justifiée, si l’on en croit la description peu encourageante qu’en donne l’officier Felipe Spinola de Quirós en 1619. Il se désole de constater combien d’entre eux sont trop âgés, atteints de maladies incurables, réputés de mauvaises mœurs et, pour certains, repris de justice. Parmi les hommes affectés à l’entretien de la forteresse on compte vingt et un forçats. Si la dotation théorique du préside est de cinq cents hommes, il ne trouve pas dans l’enceinte de la forteresse plus de deux cents soixante-sept soldats. À un niveau de dotation aussi bas, il est impossible de tenir correctement tous les postes de garde en même temps. Ce chiffre ne signifie pas seulement que le nombre total des membres du contingent se soit effondré. Il indique également que les conditions de vie dans le fort San Felipe sont telles qu’une grande partie des hommes continue de vivre en ville, c’est-à-dire qu’ils persistent à adopter un mode de vie qui n’est pas exactement idéal du point de vue de la discipline militaire17.

Organisation militaire de l’île

13Bien entendu, la défense de l’île, tout comme celle du littoral portugais en péninsule Ibérique, n’était pas de la responsabilité exclusive des contingents des présides financés par la couronne de Castille, après l’union des couronnes. Le roi dom Sebastião avait promulgué des ordonnances portant sur l’organisation de milices urbaines à l’échelle de son royaume en 1569 et en 1574. Elles faisaient obligation aux corps de ville de garantir l’entretien et la mobilisation de corps armés pour la défense dans chaque localité frontalière. Ainsi, la sécurité de Terceira — et surtout des flottes qui venaient y stopper — passait par le concours du préside castillan et de la milice portugaise. Le gouverneur en poste au début du siècle, Diego de Miranda y Quirós, comprenait sa responsabilité militaire, bien au-delà du commandement du contingent, comme une fonction de supervision générale qui intégrait les ressources militaires potentielles de la société portugaise insulaire :

  • 18 AGS, G y M, leg. 632, doc. 356.

Je commande les six cents postes qui composent notre force ainsi que les nombreux habitants du pays qui en certaines circonstances pourraient dépasser les trois mille personnes, cavaliers comme piétons, qui m’obéiront mieux si je reçois le titre de gouverneur. Grâce à ce titre, ils obtempéreront plus sûrement comme c’était le cas du temps de mes prédécesseurs. […] Car Votre Majesté a institué que les capitaines de la milice seraient désignés conjointement par le gouverneur et le corregedor, en présence de l’évêque18.

  • 19 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

14Ainsi, Diego de Miranda y Quirós voulait recevoir la même titulature que le premier chef de la force castillane à Angra, Juan de Urbina. Le titre de gobernador le plaçait ainsi en position d’intervenir dans la désignation des capitaines des unités de la milice locale. À cette date, en 1602, il s’agissait de restaurer une autorité que l’esprit de compromis et l’installation d’une certaine routine avaient amoindrie. C’était courir le risque d’indisposer une notabilité portugaise soucieuse de maintenir les apparences d’une totale autonomie. La réaction ne se fit guère attendre. Pour répondre au souhait du gouverneur de prendre part aux opérations de nomination des responsables des milices urbaines, le corregedor Leonardo da Cunha s’était désigné lui-même comme « capitaine en chef des gens de guerre » et avait prêté serment à ce titre. Il avait fait de même avec les capitaines de chaque compagnie. Plus encore, il s’était employé à créer de nouveaux postes d’officiers des milices portugaises. Diego de Miranda y Quirós se rendit alors à la municipalité pour essayer, en présence des magistrats du corps de ville, de faire reconnaître que le corregedor n’avait pas respecté les prérogatives attribuées au gouverneur castillan dans le processus de désignation. À quoi, le magistrat portugais répondit qu’il n’était en rien tenu d’obéir au décret qui désignait Diego de Miranda y Quirós comme gouverneur, puisque cet instrument, produit par le Conseil de la Guerre, était rédigé en langue castillane et qu’en tant qu’officier de justice de la couronne du Portugal il n’était pas obligé d’en tenir compte19. Cet incident est typique du mode argumentatif déployé lorsque les détenteurs d’autorité définissent le périmètre de leur juridiction comme une arme politique, afin de neutraliser leurs compétiteurs. On a là affaire à une sorte de code de l’affrontement, dont chacun des antagonistes connaît les règles. La gamme des arguments n’est pas infinie et l’invocation de la langue de rédaction des décrets issus des secrétariats des hauts conseils de la monarchie est, si l’on peut dire, un grand classique.

15On comprend bien par quel mécanisme une société urbaine qui se voyait imposer la présence d’un contingent étranger dans son tissu même pouvait, par une sorte de compensation politique, se sentir dispensée d’assurer le niveau de mobilisation militaire exigé depuis la promulgation des ordonnances du roi Sébastien. Et pour ne rien arranger, ce sont les gouverneurs du préside qui ont eu la tâche ingrate de dénoncer cette attitude et ces manquements au Conseil de la Guerre de Madrid, à charge pour lui de communiquer avec les magistrats des hauts tribunaux portugais responsables de la mise en œuvre des ordonnances du royaume de Portugal. Or, l’expérience de deux premières décennies de l’union des couronnes avait démontré que ce circuit, obéissant à une procédure pleinement légitime, aboutissait à de trop longues négociations et suscitait tant d’arguties qu’il ne permettait guère d’adopter la moindre mesure, du moins dans un délai qui eût un sens.

16C’est bien pourquoi, en plus d’une occasion, les officiers castillans, excédés devant ce qui ressemblait à une forme de résistance passive, sont intervenus pour obtenir la mise en œuvre des ordonnances portugaises sur la tenue des milices, comme s’ils étaient investis de l’autorité réservée aux magistrats de la couronne de Portugal. En agissant de cette façon, les gouverneurs ajoutaient aux tensions existantes, puisqu’ils violaient la séparation des juridictions sur laquelle reposait l’accord d’union entre les couronnes. Ainsi, par le circuit long, avait-on obtenu que le roi Philippe II signât un décret, le 18 mars 1597, réaffirmant l’obligation faite aux villes du Portugal d’organiser et d’entretenir des milices. Sollicités de leur côté, les magistrats du Desembargo do Paço de Lisbonne, la plus haute juridiction civile du royaume, à qui il revenait de statuer sur la conformité des procédures et des lois au droit du royaume, avaient censuré la procédure. Ils considéraient que le décret aurait été incontestable si au lieu de passer par le secrétariat du Conseil de la Guerre de Madrid, il avait été rédigé et enregistré par le Conseil d’État de la couronne du Portugal de Lisbonne, au nom du roi.

17Le gouverneur exigea qu’un tabellion portugais présentât ce décret au corps de ville d’Angra. Guère impressionnés, les édiles répondirent que

si jamais une telle milice avait jamais été mise sur pied par la ville d’Angra, c’eût été en raison des rébellions passées qui aujourd’hui ont cessé.

  • 20 AGS, G y M, leg. 636, 04 novembre 1601.

18Il faut mesurer ici toute l’ironie de l’expression « rébellions », qui peut tout aussi bien désigner les désordres provoqués par les partisans d’Antoine après la victoire espagnole… que ceux attribués aux partisans de Philippe II avant elle. Mais ce qui importe dans la réponse des édiles est ailleurs. Le corps de ville se retranche derrière l’autorité juridictionnelle du corregedor portugais Diogo Monteiro qui, en 1596, avait écrit au gouverneur d’alors, Antonio Centeno, pour exiger de lui qu’il ne prît aucune part au traitement de la question de la milice. Les échevins annexent à leur réponse une copie du jugement du corregedor. Leur document, au-delà de la question posée par la milice, conteste, plus largement, la prétention des gouverneurs castillans d’intervenir dans d’autres sphères de la vie politique portugaise à Angra. Du temps du premier d’entre eux, Juan de Urbina, les nouvelles autorités devaient s’assurer que les familles qui s’étaient engagées contre l’union des couronnes ne pourraient exercer aucune charge de ville. Mais la cause cessant, il n’était plus admissible que le gouverneur se mêlât des affaires de la municipalité, et pas non plus de la question des milices20.

  • 21 AGS, G y M, leg. 825, 08 mars 1618.

19Une vingtaine d’années plus tard, dans le contexte d’alarmes répétées suscitées par l’activité des pirates algérois, français et anglais, le gouverneur Gonzalo Messía rédigea un rapport fortement argumenté sur l’état du système de défense de l’île. Loin d’être spontané, son texte a été sollicité par une junta, ou commission ad hoc, qui, en marge du Conseil de la Guerre de Madrid, voulait réactiver la mise en place des milices urbaines sur les frontières portugaises et sur le littoral de toute la péninsule Ibérique. Le document envoyé par le gouverneur livre des précisions sur les relations de la société portugaise de Terceira au fait militaire, sans équivalent dans les autres sources disponibles21. La situation au moment de la rédaction du rapport se caractérise d’abord par le fait que les notables (gente principal) de l’île refusent de servir dans la milice. Traditionnellement, c’est-à-dire depuis l’époque du roi Sébastien, les personnes de condition médiocre devaient prendre part aux compagnies d’infanterie de la milice. Il s’en formait une autre de cavalerie auprès du commandant général (capitan mayor), composée de nobles et de citoyens disposant de ressources suffisantes pour entretenir une monture. Après que la fonction militaire a été transférée, de facto, aux restes du tercio victorieux de 1583, le taux de désertion dans certaines compagnies d’infanterie de la milice a atteint un tel niveau que certains des fidalgos qui les commandaient les ont à leur tour abandonnées, pour ne pas avoir à affronter le déshonneur de conduire une troupe étique. Tandis que les notables fuyaient les premiers grades de ces formations, les hommes de troupe d’extraction populaire se montraient incapables de tirer à l’arquebuse et savaient à peine manier la pique. Le reste de bonne volonté encore visible se concentrait ainsi sur la seule compagnie de cavalerie, dont l’utilité pour la défense de l’île était faible, même si elle permettait que les notables pussent parader dans les grandes occasions de la vie civique. En effet, on peut se demander ce que les militaires montés pouvaient bien faire sur les fortifications et dans les tranchées défensives qui devaient arrêter de possibles envahisseurs. Même à supposer que l’ennemi extérieur, ou intérieur, se déploie dans la profondeur des terres, au-delà de la ligne littorale, le relief très accidenté de l’île et le système de murets qui la hachure en un bocage infranchissable privent une compagnie à cheval de toute utilité.

20Gonzalo Messía affirme que si les nobles et autres notables, moins obsédés par la distinction de l’arme montée, manifestaient leur désir de participer à la défense de la couronne portugaise en rejoignant les milices à pied, ils montreraient l’exemple aux soldats des couches populaires et leur transmettraient le désir de prendre en main la lutte contre les ennemis de la monarchie. Car les officiers castillans observent deux cas : celui des gens de bien qui ayant beaucoup à perdre dans les combats préfèrent s’abstenir d’y participer, celui des hommes du peuple prompts à prendre le maquis face au moindre danger. C’est pourquoi, le gouverneur prit la responsabilité de dissoudre la compagnie de cavalerie et d’imposer à ses membres qu’ils incorporent les différentes compagnies d’infanterie, suivant une répartition équilibrée. Le surintendant des flottes des Indes (provedor das armadas da india) et commandant général des milices portugaises, Manuel do Canto e Castro, publia des instructions en conformité avec cette décision. Les quelques douze fidalgos, honorés de titres de noblesse enregistrés à la Chancellerie des rois du Portugal, et tous ceux qui prétendaient être gentilshommes organisèrent des rencontres et des réunions très suivies (juntas et conventiculos) dans des demeures privées, sous la houlette de deux personnages qui ne figurent même pas dans la liste des douze fidalgos.

21Sans surprise, les conjurés se prononcèrent contre la réforme. Pour parvenir à les convaincre, il a donc fallu les diviser, c’est-à-dire les entretenir un par un des vertus de la proposition du gouverneur. C’était la réponse, à la fois logique et typique, de tout gouvernant d’Ancien Régime à l’égard de toute assemblée spontanée ou instituée, qui se prononçait contre un commandement. Le gouverneur expliqua à chacun qu’en Espagne, en Italie et en Allemagne, des Grands et autres nobles titrés servaient dans des compagnies d’infanterie, et que lui même se joindrait à la milice, arquebuse à la main, si un danger était signalé. Les notables portugais sautent sur l’occasion que leur offre ce type d’arguments, avançant qu’eux aussi se présenteraient en première ligne si la patrie se trouvait menacée. Or, ces hommes du sommet de la société locale ne s’étant jamais soumis à aucun type d’entraînement, n’ayant jamais procédé à la reconnaissance des postes de défense et se refusant à coordonner leurs efforts avec ceux de la troupe castillane seraient bien en peine de défendre quelque position que ce fût. Ils sont même si imbus de leurs privilèges aristocratiques qu’ils semblent vouloir n’être commandés que par le roi en personne ou, à défaut, par une personnalité qui leur soit très supérieure. Car ils semblent ne pas vouloir comprendre que dans un espace aussi exigu et avec une population aussi limitée les distances qui séparent les médiocres des supérieurs tendent à se réduire, surtout en cas de mobilisation.

22Quand bien même la démarche de 1618 ait échoué, elle a au moins permis de faire l’inventaire exact de l’équipement militaire des chefs de famille d’Angra. Il est également à noter que les initiatives tentées par la junta composée à cet effet à Madrid ont suscité des réserves et des retraits mais pas d’émeute. Le caractère mesuré de l’opposition s’explique en bonne part, d’après le gouverneur castillan lui-même, par le fait que le roi a installé le capitaine Marco Fernandes de Teves dans la junta, alors qu’il est originaire (natural) des Açores et qu’il s’était illustré sur plusieurs champs de bataille prestigieux, en France et en Italie, au service de la monarchie. Son prestige et sa familiarité avec les gens de l’île auraient ainsi joué un rôle d’apaisement.

23Au-delà du cas particulier, Gonzalo Messía formule deux observations qui ont valeur de conclusion politique sur sa gestion des milices portugaises de Terceira. La première est que si l’on accepte que les élites sociales s’abstiennent d’obéir aux volontés de leur roi en matière militaire, ainsi que le capitaine général pour le Portugal et le gouverneur d’Angra le constatent, alors selon une formule remarquable, « la juridiction des capitaines généraux ne vaudra que pour les pauvres ». Il repère ainsi, dès le temps de Philippe III, que les principaux adversaires portugais du monarque Habsbourg du Portugal se trouvent plutôt dans les familles les plus privilégiées de la société. Les études dont on dispose sur le profil des conspirateurs qui parvinrent à placer le duc de Bragance sur le trône à Lisbonne le 10 décembre 1640 ne démentent pas cette observation. La seconde conclusion formulée par le gouverneur, consiste à demander que désormais toutes les questions concernant la défense des Açores passent par le Conseil de la Guerre, de juridiction castillane, et plus jamais par le Conseil de Portugal, c’est-à-dire par la hiérarchie des juridictions portugaises, ce circuit ayant démontré sa parfaite inefficacité. En un sens, cette proposition exorbitante du droit apparaît comme une demande désespérée et peut être comprise comme un constat d’échec.

24La fusion n’était pas l’horizon des autorités militaires castillanes, pas seulement par respect de la juridiction portugaise. En effet, les exigences des gouverneurs castillans en matière de tenue des milices portugaises ne signifient pas qu’ils aient envisagé une réelle convergence de modes de défense au sein de l’île. Jusqu’au bout, ils furent conscients que leur mission était double, à la fois protéger Terceira et les flottes de la double monarchie contre les ennemis communs mais également surveiller les sujets portugais, qui avaient le plus longtemps résisté à reconnaître Philippe de Habsbourg comme roi légitime du Portugal. C’est pourquoi, inspecteurs et gouverneurs ont de façon systématique récusé l’idée de constituer un contingent mixte. La participation de soldats portugais au dispositif militaire castillan a été interprétée comme la manifestation de l’impuissance de l’administration de guerre de la couronne de Castille et jamais comme une réussite de la fusion des cœurs. Pourtant le contexte ne pouvait pas être plus favorable sur le plan idéologique depuis que le comte-duc d’Olivares avait formulé le projet d’une « union des armes » qui ne vit pas le jour, même après la réussite de l’expédition conjointe de 1624-1625 pour déloger les Hollandais de Salvador de Bahia.

  • 22 AGS, G y M, leg. 431, doc. 64.
  • 23 AGS, G y M, leg. 483, doc. 95.

25Ainsi, parmi les travers du système de défense de l’île, dès 1595 les inspecteurs dépêchés par le Conseil de la Guerre avaient repéré le danger qui résultait de l’absence d’un corps d’artilleurs compétents. Faute de disposer de spécialistes, les autorités militaires se contentaient d’engager pendant les campagnes d’été trente-deux citoyens portugais, chargés de servir les pièces installées à Angra et dans d’autres localités, essentiellement sur la plate-forme du fort de São Sebastião, immédiatement à l’est de la jetée d’Angra. Ces hommes réputés incompétents étaient licenciés à l’entrée de l’hiver en attendant la campagne d’engagements de l’été suivant. Les magistrats venus de Madrid présentaient ainsi l’intermittence du corps et sa composition locale comme deux travers préoccupants22. Pendant toute la période de l’union des couronnes, il semble bien que les gouverneurs ont tout de même admis, comme un mal nécessaire, l’attribution d’un certain nombre de postes d’artilleurs à des sujets locaux de la couronne du Portugal, y compris pour des pièces situées dans les ouvrages défensifs gérés par l’administration castillane du préside. Contrairement à ce que semble indiquer le mauvais fonctionnement des milices autofinancées, le cas particulier des artilleurs montre assez qu’en échange de salaires et d’avantages payés par les finances de la couronne de Castille, les habitants de Terceira ne répugnaient pas tous, tant s’en faut, à s’employer au service des gouverneurs castillans. De cette souplesse relative dans l’emploi de non-castillans dans le dispositif du préside on trouve de nombreux indices dans la correspondance de l’époque. Ainsi, le médecin en titre de l’hôpital des Castillans, le licenciado Lucas Lossa de Salamanque, se plaint amèrement en 1597 d’être mis sur la touche au profit d’un médecin portugais, par la volonté du gouverneur Antonio Centeno23.

Faire carrière dans la double monarchie

  • 24 AGS, G y M, leg. 825, 20 janvier 1617.

26Le gouverneur don Gonzalo Messía n’a exercé sa fonction que pendant quatre années à Angra, de 1615 à 1618. Les lettres qu’il a adressées au Conseil de la Guerre de Madrid pendant sa charge manifestent une grande curiosité à l’égard de la société insulaire, un goût pour l’écriture et un certain art du portrait. À l’occasion de demandes de faveurs ou d’incidents survenus entre l’administration militaire et les institutions portugaises, il s’emploie à présenter avec force précisions le profil des personnages qui jouent un rôle dans la vie locale. Son jugement n’est jamais guidé par des clivages simplets, comme celui qui opposerait terme à terme des Castillans (loyaux) à des Portugais (suspects). C’est pourquoi, sans prétendre en tirer les éléments d’une typologie des acteurs sociaux, il est éclairant de donner à voir ensemble plusieurs des portraits que Gonzalo Messía a esquissé de ses contemporains24.

27Soit le cas de l’officier de finances du préside Alejo de Cisneros. Il s’agit d’un Castillan, payeur de la solde du contingent installé à Angra. En principe, sa tâche aurait dû se borner à distribuer de façon contrôlée les sommes nécessaires à l’entretien quotidien de la troupe. Mais, l’officier de finances fit bien plus. En effet, après que le roi à travers les tribunaux pertinents, c’est-à-dire ceux de la couronne de Portugal à Lisbonne, eut obtenu que les finances portugaises prissent une part au financement du préside d’Angra do Heroísmo, les magistrats des Açores et les communautés ecclésiastiques sollicités n’ont cessé de multiplier les manœuvres afin de se soustraire à leurs obligations. C’est pourquoi, Alejo de Cisneros, dépêché par le gouverneur Gonzalo de Messía, s’était rendu à Lisbonne où il avait résidé pendant plus d’une année. Lui qui n’était pas Portugais avait bataillé auprès de plusieurs des hautes juridictions de la couronne du Portugal pour faire valoir les droits du préside en matière de financement du contingent par les corps et les états portugais. Alejo de Cisneros apparaît aux yeux de son gouverneur comme la personne la plus apte à plaider devant ces hautes juridictions, en langue portugaise cela va de soi. La parade habituelle des familles et corps sociaux de Terceira avait été de multiplier les transferts de patrimoine et de rentes au bénéfice des institutions ecclésiastiques locales, sous forme d’immobilisations dans les chapellenies et autres techniques de mainmorte. Cette méthode contraignait donc Alejo de Cisneros, non seulement à bâtir un raisonnement fondé sur la mise en œuvre de décrets royaux enregistrés par les hauts tribunaux portugais, mais encore à s’aventurer sur le terrain du droit canon. Or, n’étant jamais qualifié comme licenciado et moins encore comme doctor, il faut comprendre que le payeur n’avait reçu aucun grade d’une faculté de droit. Qu’il ait appris à construire une argumentation juridique solide à force de pratique ou qu’il ait su s’entourer des jurisconsultes experts pendant sa mission à Lisbonne, le fait est qu’Alejo de Cisneros réussit à arracher « deux ou trois » sentences favorables aux demandes présentées par le gouverneur castillan d’Angra contre les établissements religieux qui s’étaient prêtés aux opérations d’immobilisation des biens des familles locales. Le cas de Cisneros est éclairant à la fois parce qu’il montre que l’institution militaire, pour sa propre survie, n’échappe aucunement à la logique juridictionnelle qui organise l’essentiel de la marche des institutions dans la monarchie hispanique. Cet exemple indique également qu’un officier comptable castillan, pour se montrer à la hauteur de sa tâche, devait acquérir de sérieuses compétences afin de pouvoir plaider solidement auprès de juridictions portugaises, qui devaient être rien moins que complaisantes à l’égard d’un tel solliciteur.

  • 25 AGS, G y M, leg. 825, 27 septembre 1617.
  • 26 Francisco Ferreira Drummond, Anais da Ilha Terceira, Angra do Heroísmo, Câmara Muncipal, 4 vols., 1 (...)

28L’éloge du payeur Alejo de Cisneros ne procède pas d’une vision manichéenne qui opposerait les vertus des officiers castillans aux travers des Portugais. Le portrait que le gouverneur dresse du corregedor João Correia de Mesquita le montre sans ambiguïté25. En principe, note Gonzalo de Messía, les corregedores des Açores, les plus hauts représentants de la justice du roi de Portugal dans un ressort appelé correição, exercent la charge pendant trois années puis obtiennent une promotion, le plus souvent en partant siéger auprès du très prestigieux tribunal d’appel de Porto (Casa do Cível ou Relação do Porto). Mais, en l’occurrence, João Correia de Mesquita a été un corregedor des Açores si attentif à la bonne administration de la justice de son roi qu’il lui a été demandé d’accepter d’exercer un second mandat de trois années qui vient alors à terme. Pendant les trois premières années, il a cumulé la juridiction de sa correição avec l’administration des finances (provedoria da fazenda) de l’archipel. Dans cette dernière fonction, il a acquis une réputation de magistrat efficace, soucieux de favoriser le négoce, capable de percevoir des dettes anciennes, habile à retrouver des ressources financières de la couronne oubliées ou aliénées. Tout ce savoir-faire, il l’a employé au bénéfice des recettes de la couronne du Portugal, mais aussi à la participation de celle-ci à l’entretien du préside, conformément aux engagements pris par les hautes juridictions portugaises. De ce point de vue, il a fait bien plus et bien mieux que certains de ses prédécesseurs. D’après le gouverneur, João Correia de Mesquita est un magistrat occupé, en premier lieu, au service de son roi. Il a accumulé une expérience et une autorité sur tout ce qui concerne l’archipel que nul ne peut lui contester. Malgré l’état dégradé de l’économie locale, il ne renonce ni à la perception des revenus de la couronne ni au soutien aux activités de commerce. Lorsque la nécessité s’en est fait sentir, il lui est arrivé de fournir vivres et matériaux aux navires des flottes des Indes portugaises et castillanes sur sa cassette personnelle, pour que leur voyage puisse se poursuivre jusqu’à la péninsule Ibérique. Les Annales de Terceira de Ferreira Drummond indiquent que João Correia de Mesquita, en plusieurs occasions, avait travaillé avec les gouverneurs successifs à l’établissement de plans de mise en défense de l’île, lorsque venaient des alarmes sur des attaques corsaires26. La même source souligne qu’il a mis en œuvre les dispositions prévoyant une participation des finances portugaises locales à l’entretien des bâtiments de la forteresse de San Felipe.

  • 27 AGS, G y M, leg. 429, doc. 56.

29La conduite de João Correia de Mesquita n’était pas si exceptionnelle, si l’on en juge par la bonne entente qui avait déjà caractérisé les relations entre le gouverneur Antonio de Puebla et le corregedor Diogo Monteiro de Carvalho. Dans un rapport envoyé à Madrid en janvier 1595, le gouverneur rendait compte de l’aide qu’il avait reçue du haut magistrat portugais pour faire face à une grave crise d’approvisionnement du contingent27. Monteiro de Carvalho s’était endetté sur son crédit personnel :

Sans lui depuis plusieurs jours les soldats n’auraient rien eu à manger. C’est là un gentilhomme [hidalgo] qui est digne de ce que Sa Majesté lui accorde quelque grâce car il exerce son office en faveur de nos flottes et d’autres missions au service de Sa Majesté, et il serait bon que Sa Majesté ne le fasse pas partir de cet archipel.

30L’argumentation d’Antonio de Puebla est très proche de celle de Gonzalo Messía sur « son » corregedor.

31Pour Gonzalo Messía, en effet, le départ d’un magistrat portugais aussi attaché à la bonne tenue du préside est une source d’inquiétude : même si le prochain corregedor cherchait à l’imiter, il serait difficile d’émuler son zèle. C’est pourquoi, contre tous les usages éprouvés, le gouverneur supplie le roi de lui demander d’accepter la même charge pour un troisième terme de trois années — en l’autorisant à cumuler avec la fonction de provedor da fazenda. Dans l’exercice de la juridiction, João Correia de Mesquita a montré non seulement que les deux offices étaient compatibles mais, bien mieux, que lorsqu’une même personne, soucieuse des intérêts de son roi, les exerçait ensemble, alors la monarchie se trouvait servie de façon encore plus efficace. Un tel montage permet d’éviter que les deux offices, lorsque chacun a un titulaire propre, n’entrent en rivalité et n’en appellent chacun à sa juridiction supérieure à Lisbonne, le Desembargo do Paço pour la correição, et la Veeduria da Fazenda (cour d’appel financière) pour la proveduria. Dans sa supplique, le gouverneur castillan adopte une tonalité presque pathétique en jetant dans la balance les trente-quatre années de service militaire qu’il a exercées depuis le début de sa carrière. Comme toujours, le gouverneur passe par le Conseil de la Guerre de Madrid, la seule instance juridictionnelle à laquelle il est autorisé à s’adresser selon l’ordre hiérarchique. Il demande aux conseillers de saisir le roi de sa demande, afin que celui-ci fasse évoquer l’affaire au sein du Conseil du Portugal de Madrid qui représente le royaume et ses tribunaux auprès de la personne du roi, puis que les magistrats portugais de la cour, à leur tour, demandent au Desembargo do Paço et à la Veeduria da Fazenda de Lisbonne de proposer un troisième mandat à João Correia de Mesquita. La pétition de Gonzalo Messía montre qu’une relation de bonne entente entre corregedor et gouverneur était possible et surtout combien elle était précieuse. On comprend que sans elle, la situation du préside se trouvait très affaiblie. L’exposé du gouverneur castillan indique que pour exercer ses missions de façon satisfaisante il fallait qu’il ait acquis une connaissance intime des institutions portugaises.

  • 28 AGS, G y M, leg. 825, 20 janvier 1617.

32João Correia de Mesquita, comme la plupart des corregedores, devait venir du continent et n’était pas lié à des familles locales. Il incarnait la juridiction supérieure de la couronne du Portugal et non pas les intérêts et privilèges des principales maisons de Terceira. Or, la bonne entente de l’administration du préside avec la société et les institutions insulaires passait également par des liens avec des représentants des différents milieux d’Angra. Sur ce point encore, le gouverneur Gonzalo Messía savait reconnaître les personnages qui jouaient un rôle déterminant pour faciliter les relations quotidiennes. Tel est le cas du licencié Vasco Fernandes Rodavalho « et de ses clients », écrit-il28. Son titre universitaire signifie que sa famille disposait de suffisamment de ressources pour envoyer ce fils prendre des grades à l’université de Coimbra. Sa parentèle est décrite comme appartenant aux cercles les plus distingués de l’archipel et elle s’est signalée par un soutien fervent à Philippe II, pendant les années de guerre et d’incertitudes. Elle a subi pour cette raison « de grandes oppressions et souffrances » avant la victoire finale de l’été 1583. L’engagement de cette famille en faveur du parti espagnol a été si intense que le licencié exerce la fonction d’auditor de la gente de guerra del presidio, c’est-à-dire de magistrat en charge de juger les soldats du contingent castillan. L’attribution de cette charge à un tel personnage est remarquable pour deux raisons. D’une part, c’est un cas manifeste d’exercice d’une juridiction relevant d’une couronne (Castille) par un sujet d’une autre couronne (Portugal). D’autre part, le salaire attribué au titulaire de cette charge demeure dérisoire, sans relation avec l’intensité du travail fourni et sans proportion avec le niveau de revenus de la famille à laquelle appartient Vasco Fernandes Rodavalho. La responsabilité qu’il assume relève d’un mélange d’évergétisme et d’alliance non contractuelle avec les gouverneurs. Le véritable prix de son activité est l’« amitié [amistad] des gouverneurs ». Et c’est heureux, car si d’aventure il souhaitait être rémunéré à proportion de son activité ou, pire encore, s’il devait être remplacé par un autre auditeur qui, lui, n’aurait d’autre revenu que son salaire, les finances du préside n’avaient pas provisionné de quoi lui verser un salaire décent. Il a l’âge, l’autorité, les « lettres » (grades en droit) et l’honnêteté qui pourraient lui valoir une nomination dans un tribunal supérieur de la couronne du Portugal. Il pourrait aspirer à des postes de bien plus grande envergure, mais semble préférer exercer cette magistrature en sujet portugais, dans le cadre d’une juridiction castillane de médiocre importance.

33C’est pourquoi, Vasco Fernandes Rodavalho suscite à Angra un profond respect auprès de ses concitoyens et des magistrats portugais, qui lui reconnaissent le mérite de maintenir l’autonomie de la juridiction du Portugal. L’argument peut paraître obscur. Il signifie simplement que le personnage a su se rendre indispensable aux autorités castillanes tout en se portant garant vis-à-vis des Portugais de ce que des délits commis par des soldats du contingent seraient punis à leur juste mesure, dans le cadre du for militaire castillan. Qu’un juriste portugais prononce ces sentences signifiait, aux yeux de la société civile insulaire, qu’il existait une sorte de regard local sur l’application d’un droit étranger et que, de ce fait, les coupables d’infractions ne pouvaient s’abriter derrière l’opacité de la justice militaire castillane, hors de la vue de la société locale. Il signifie également que dans la position qu’il s’était construite, comme officier indispensable aux gouverneurs castillans, il pouvait veiller au respect du droit et prévenir toute intromission des officiers du préside dans les juridictions portugaises. Le cas de Vasco Fernandes Rodavalho, tel que le dépeint le gouverneur, montre enfin que la répugnance de l’administration militaire castillane à laisser pénétrer en son sein des sujets de la couronne portugaise souffrait de quelques exceptions.

  • 29 AGS, G y M, leg. 825, 19 janvier 1617.

34Cette intervention du gouverneur castillan dans l’administration des carrières de magistrats portugais ne constitue pas un cas unique, loin s’en faut. Ainsi, rédigea-t-il une lettre de soutien aux ambitions et prétentions de Jerónimo Fernandes Coelho29. Cet homme, « sans race de maure ou de juif », appartenait à la meilleure société d’Angra et avait épousé une Maria Rodovalho. Celle-ci appartenait à une des plus anciennes familles enracinées dans plusieurs îles de l’archipel, les Rodovalho, qui comptaient parmi les premiers occupants de l’île occidentale de Flores mais également établis à Terceira. Le père de la fiancée, Diogo Vaz Rodovalho, avait obtenu en 1581 de Philippe II le privilège de pouvoir accorder en dot à celui qui épouserait sa fille l’exercice (et non la propriété) de l’office de facteur (feitor) des finances royales portugaises aux Açores, pour deux termes de trois ans. Le gouverneur castillan a vu le feitor Jerónimo Fernandes Coelho à l’œuvre depuis qu’il est arrivé dans l’île. Non seulement l’officier portugais a toujours veillé à ce que le préside reçût les sommes attendues, mais encore sa comptabilité ne révèle aucune anomalie et il n’est pas en dette vis-à-vis des finances du roi, contrairement à d’autres feitores qui l’ont précédé, et à qui il fallu faire rendre gorge. En outre, il a su se mettre en travers des prétentions d’autres officiers de finances portugais qui voulaient s’opposer au versement des sommes dues au contingent. C’est pourquoi, en son nom personnel, mais également au nom de tous ses soldats, le gouverneur demande instamment au roi qu’il fasse entériner par les hauts tribunaux portugais la pleine propriété de l’office de feitor à Jerónimo Fernandes Coelho. Ici encore, on constate que l’autorité militaire castillane dépend d’une bonne coopération locale avec la magistrature portugaise. C’est pourquoi, comme dans le cas précédent, un officier de la force armée castillane demande au Conseil de la Guerre d’intervenir auprès du roi afin qu’il sollicite le Conseil du Portugal et le Desembargo do Paço pour transformer un office temporaire en charge viagère et patrimoniale.

35Le quatrième et dernier portrait, parmi ceux composés par Gonzalo Messía, recoupe en bonne part le précédent, mais fait encore plus nettement appel à la mémoire de la période des troubles de 1581-1583. Une fois encore, il s’agit de soutenir un officier de finance portugais dans la consolidation de sa carrière au sein des juridictions de sa propre couronne. Un certain Gil Rodrigues, citoyen d’Angra, avait exercé les fonctions de « piloto mayor de las reales armadas [pilote en chef des flottes du roi] ». Sa famille fut l’une des victimes de la répression exercée par Manuel de Silva Coutinho lorsqu’il tenait l’île au nom du prétendant Antoine prieur de Crato. Alors que Gil Rodrigues était passé du côté des flottes espagnoles, Francisco Gil son fils, également pilote de profession, tomba dans le piège que lui tendit un sycophante de l’entourage du gouverneur antoniste. Arrêté pour espionnage au profit de Philippe II, il fut soumis à la question, condamné à mort et pendu au beau milieu de la ville d’Angra. Sa mère se retrouva seule, sans le soutien ni de son mari ni de son fils aîné. Pour avoir tant souffert au nom de la fidélité au nouveau roi de Portugal, Gil Rodrigues, à son retour à Terceira, reçut une lettre d’anoblissement, faisant de lui un « fidalgo de la Maison du roi de Portugal », doté d’une rente et d’une demeure. Or, jamais il n’obtint effectivement ni l’une ni l’autre des faveurs attachées à son statut de fidalgo de la Maison du roi. En attendant d’être récompensé, il accomplit les tâches de pilote qui lui étaient dévolues, au service de plusieurs grandes flottes des Indes de Castille. Il mourut sans être exaucé, laissant une veuve et une fille à marier. L’héritière de Gil Rodrigues épousa un Batholomeu de Miranda, feitor des finances du roi à Terceira et dans le reste des Açores. C’est pour lui qu’intervient le gouverneur castillan, en mémoire de la dette du roi à l’égard de son beau-père. Il s’agit donc de consolider pour le gendre le statut acquis par le beau-père et le privilège d’exercer des offices de finances pour la couronne du Portugal. Le circuit de l’influence est le même que pour le cas précédent. Le Conseil de la Guerre de Madrid est appelé à demander au roi d’intervenir auprès du Conseil du Portugal, pour que le dossier de Bartholomeu de Miranda soit examiné avec faveur par les hauts tribunaux de Lisbonne. Et Gonzalo de Messía de conclure que si ce sujet portugais obtenait gain de cause, le préside castillan de Terceira ne s’en porterait que mieux.

  • 30 AGS, G y M, leg. 897.

36Il est aventureux d’affirmer que l’esprit de coopération entre les royaumes et les couronnes de la monarchie dont rêvait le comte-duc d’Olivares dans son fameux mémoire de 1624, ait été à l’origine de l’admission d’officiers portugais au sein de l’administration du préside castillan de Terceira. Ces exemples étaient antérieurs à la prise du pouvoir par le favori de Philippe IV. En tout cas, la correspondance militaire des années 1620 témoigne de l’aspiration à cette coopération dans les termes les plus explicites. Ainsi, le gouverneur Pedro Esteban de Ávila remarquait que, juste avant qu’il eût débarqué à Angra en 1622, plusieurs sujets portugais s’étaient portés candidats pour exercer l’office de « payeur des soldats du contingent », en apportant les preuves de leur capacité de crédit et en présentant leurs cautions et leurs garants. Mais, après son arrivée, aucun de ceux qui avaient manifesté leur intérêt ne s’est plus présenté. Dans cette situation, le gouverneur fit annoncer en place publique et afficher un appel à candidature pour des sujets portugais qui disposeraient des cautions indispensables. Autrement dit, rien n’était plus ouvertement public, dans la ville comme dans la garnison, que cette façon d’annoncer la recherche d’un officier parmi les citoyens portugais30.

  • 31 AGS, G y M, leg. 429, docs. 56, 58, 63.

37Ces quelques exemples de l’estime que les gouverneurs castillans pouvaient éprouver pour des sujets portugais de Terceira trouve sa réciproque dans les jugements portés par les notables d’Angra sur les gouverneurs. À la mort d’Antonio de Puebla, les autorités açoriennes informent le Conseil de la Guerre : la municipalité le 9 juillet 1595, le corregedor Diogo Monteiro de Carvalho le 11 et l’évêque Manuel de Gouveia le 13. Non seulement le défunt fait l’objet de vifs éloges mais encore le successeur provisoire qu’il a désigné, Juan de Amilibia, est présenté comme une personnalité bien vue des soldats tout comme des naturels. Toutefois, les échevins d’Angra observent que dans la situation de péril où se trouve l’archipel, sous la menace du corsaire anglais Francis Drake, le roi serait bien inspiré de faire revenir à Terceira Juan de Urbina, celui-là même qui avait commandé le préside du lendemain de la conquête jusqu’en 159131. Il convient de mesurer toute l’ironie de l’appel au retour du premier gouverneur par le corps de ville, lorsqu’on mesure combien ce personnage a été présenté par l’historiographie nationaliste comme le tyran de Terceira, en charge de la répression des groupes rebelles et de l’installation de l’ordre castillan, coupable notamment de s’être mêlé des procédures de cooptation dans les milices et dans les institutions municipales.

  • 32 Frei Diogo das Chagas, Espelho Cristalino em Jardim de Várias Flores, direcção e prefácio de Artur (...)

38Le chroniqueur des Açores, né dans l’île de Flores, frei Diogo das Chagas, auteur de la célèbre chronique Espelho Cristalino (1646-1654), dresse une sorte de tableau d’honneur des gouverneurs castillans d’Angra, du point de vue d’un jugement qui n’obéissait ni à la complaisance à l’égard des autorités castillanes ni à un patriotisme vindicatif32. Pedro Sarmiento (1609-1614) est qualifié de « très grand ami des Portugais ». Gonzalo Messía (1615-1618) figure comme « également grand ami des Portugais » et Alonso Verdejo qui assurait l’intérim après son départ est curieusement désigné comme « sergent major du Château [San Felipe], très honnête Castillan et grand Portugais ». Íñigo Hurtado de Corquera (1625-1628) est réputé avoir été, lui aussi, « très grand ami des Portugais » ; Diego Fajardo (1628-1639) « au début il s’entendait bien avec les Portugais puis il eut des conflits avec eux ». Quant à Álvaro Viveiros (1639-1642) qui pourtant résista au nouveau pouvoir des Bragance après la Restauração jusqu’en mars 1642, il a droit au qualificatif de « très illustre et très bon ». Un autre chroniqueur de référence, Gaspar Frutuoso, auteur des Saudades da Terra (1586-1590) qui portent sur l’ensemble de l’archipel décrivait les premiers temps du préside dans des termes très iréniques, non sans avoir auparavant dressé la liste de tous les partisans du prétendant Antoine condamnés aux pires supplices. Selon lui cependant, Terceira dans les années 1590

  • 33 Gaspar Frutuoso, Livro sexto das Saudades da terra, Ponta Delgada, Instituto Cultural de Ponta Delg (...)

est très anoblie pour ce qui est du spirituel, par la présence de l’évêque Manuel de Gouveia, et pour ce qui est du temporel, par le bon gouvernement du gouverneur Juan de Urbina, très amis des naturels du pays, ainsi que par l’administration de la justice du docteur Christovão Soares de Albergaria, corregedor du ressort de tout l’archipel, car, comme les trois sont frères au service de Dieu et du roi, tout dans notre île croît et s’affermit grâce à cette concorde33.

39La correspondance des gouverneurs confirme les informations des chroniqueurs et indique combien ils s’étaient habitués à travailler de conserve avec les autorités locales.

40Le corps de ville ne répugnait pas, lui non plus, à manifester publiquement son soutien ou sa sympathie à l’égard du gouverneur castillan du préside. Ce fut, par exemple, le cas de la municipalité d’Angra à l’époque où Antonio Centeno gouvernait la place. Voici ce que disaient de lui les édiles en septembre 1596 :

  • 34 AGS, G y M, leg. 459, doc. 16.

Il a mis la forteresse que l’on édifie sur le Mont Brésil de cette ville en situation de défense en si peu de temps. À une époque marquée par tant de pénuries et de souffrances il s’est acquitté avec célérité de tous ses devoirs envers Votre Majesté, Terceira et ses habitants, sans autre fin que de bien servir son gouvernement et sa charge. Il mérite récompense et que ne soit pas passée sous silence la louange qu’il mérite. Et tout cela avec le soutien du corregedor Diogo Monteiro de Carvalho qui lui aussi mérite tous les éloges pour la façon dont il exerce son office34.

  • 35 AGS, G y M, leg. 642, 12 octobre 1611.
  • 36 AGS, G y M, leg. 801, 21 décembre 1615.

41De ce type de coordination, la correspondance administrative abonde d’exemples. Ce fut le cas de Pedro Sarmiento qui organisa avec le corregedor Roque de Silveira une vaste opération de troc, pour l’équivalent de la somme considérable de sept mille escudos, consistant à livrer du pastel à des négociants étrangers en échange des rouleaux de drap indispensables pour vêtir la troupe35. Tel fut encore le cas de Gonzalo Messía avec le surintendant des flottes des Indes, Manuel do Canto e Castro, et l’évêque, Agostinho Ribeiro, à propos de l’arrivée en bien mauvais état de la flotte des Indes36. L’hommage rendu par les corps de la société locale à l’égard des gouverneurs castillans, et la reconnaissance par ces derniers que les institutions insulaires comprenaient des sujets sans lesquels leur action eût été impossible signifient que la période de la présence espagnole ne peut être comprise comme une sorte de guerre civile larvée. Sans doute la question des frontières juridictionnelles et celle, non moins importante, de la répartition des territoires au sein de la ville entre contingent et population civile, aggravées en cas de tension fiscale-financière, ont engendré des conflits politiques parfois très vifs pendant ces soixante années. Mais rien ne saurait plus fausser la mesure des processus à l’œuvre dans la société d’Angra à cette époque que de plaquer de façon anachronique les catégories d’« occupation » et, pire encore, de « résistance » ou de « collaboration » au sens qu’ils ont pris après la formation contemporaine des États-nations souverains, après la seconde guerre mondiale et après la décolonisation. Il y manque le concept et les institutions de la souveraineté étatique ainsi que de la citoyenneté fondée sur la nationalité. Il y manque également des règles de discrimination selon l’origine familiale. Si le rejet des nouveaux chrétiens et des Africains demeure en partage auprès des Portugais comme des Castillans, en revanche le phénomène social le plus marquant de cette époque aura sans doute été la célébration de centaines de mariages entre soldats castillans et femmes portugaises. Ces épousailles faisaient entrer les hommes du contingent dans un commerce intime avec les familles locales.

Se marier dans la double monarchie

  • 37 Maria Hermínia Morais Mesquita, As gentes de Angra no século xvii, Universidade do Minho, 2004, pp. (...)
  • 38 Ibid., p. 193.

42Le travail systématique conduit par Maria Hermínia Morais Mesquita à partir des registres paroissiaux de Terceira permet de proposer des données sur le nombre de mariages conclus entre soldats du contingent espagnol et femmes portugaises dans l’île. Sur l’ensemble de la période, soit entre 1583 et 1640, elle a relevé quatre cent quatre-vingt-cinq mariages contractés par des sujets espagnols et des femmes naturelles de Terceira ou de la couronne de Portugal37. Son étude donne le pourcentage de mariages mixtes de ce type sur l’ensemble des unions célébrées, décennie par décennie : 1584-1589 = 37,7 % ; 1590-1599 = 36,1 % ; 1600-1609 = 15 % ; 1610-1619 = 9,3 % ; 1620-1629 = 14,3 % ; 1630-1639 = 8,5 %38. On a donc affaire, à l’échelle de la société de Terceira, à un phénomène massif qui, pendant une quinzaine d’années, intéresse plus du tiers des unions matrimoniales.

43Si la proportion de mariages unissant un soldat castillan à une femme portugaise passe du tiers à environ quinze pour cent au tournant du siècle, c’est avant tout parce que le nombre de soldats espagnols présents sur l’île a diminué des deux tiers, comme on l’a vu. Afin de mesurer l’importance du phénomène pour la vie d’Angra, il faudrait ajouter aux quatre cent quatre-vingt-cinq mariages recensés entre soldats castillans et habitantes de l’île, la centaine de mariages entre garçons nés de ces unions et filles portugaises, repérée par Maria Hermínia Morais Mesquita. Elle obtient ce résultat par le recoupement des registres paroissiaux de naissances et ceux de mariages. Mais l’enregistrement des identités étant le plus souvent muet sur l’origine des promis nés des mariages mixtes, cette centaine de cas identifiés se trouve sans nul doute très en dessous de la réalité. Si on adopte le coefficient admis par les historiens démographes pour décrire la famille moyenne (le feu), on peut supposer que les couples formés au cours des vingt premières années de présence espagnole ont mis au monde deux enfants viables. Si au moins l’un des deux trouve à se marier sur place à la génération suivante, on peut sans grand risque avancer que le nombre total d’unions entre soldats castillans et femmes portugaises et de descendants de ces couples avec des habitant(e)s de l’île se situe entre sept cents et neuf cents, pendant les soixante années considérées. Le chiffre demeure impressionnant, sachant que la population totale de l’île vers 1600 représentait environ vingt mille individus.

44L’explosion immédiate du nombre des mariages dès 1583 et 1584 peut être, pour une part, comprise comme une forme de réparation après les violences sexuelles qui accompagnaient toute conquête, et probablement du déclenchement d’un certain nombre de grossesses. Même si les sources permettent de mesurer l’impact social du phénomène, c’est en termes juridiques et sacramentels. Mais elles ne disent que très peu de choses sur les abus sexuels et sur le sentiment amoureux, à propos desquels on peut à loisir formuler des hypothèses raisonnables, par analogie avec d’autres situations contemporaines et par référence à ce que les littératures dramatique, lyrique et romanesque indiquent sur les sensibilités du temps. En toute rigueur, les documents disponibles, sauf au détour pudique d’une phrase presque indétectable, restent muets sur l’amour comme sur le désir. Les soldats ne passaient pas par les écrits de l’administration militaire ou municipale pour exprimer, le cas échéant, le sentiment amoureux qu’ils pouvaient éprouver pour leur épouse ou pour leurs enfants. Quant à celle des femmes dont on peut imaginer qu’elles subissaient des situations d’oppression familiale, qui aurait pu en ce temps-là entendre et enregistrer leur désarroi ? Le mariage des soldats fut un processus essentiel dans la formation de la société locale de cette époque. Mais il faut se résigner à demeurer sur le seuil de l’intimité conjugale, si l’on veut éviter de vivre en imagination une vie que personne n’a jamais vécue.

45Le fléchissement du nombre des mariages mixtes pendant la première décennie du XVIIe siècle peut s’expliquer par une contraction globale du « marché matrimonial » en raison de l’effondrement de la population à la suite de l’épidémie de peste de 1599. Il va de soi que lorsque le nombre de mariages entre soldats castillans et femmes portugaises baisse, l’impact de la mixité diminue pour la société portugaise. En revanche, le phénomène matrimonial ne pèse pas moins en proportion sur l’organisation de la vie militaire qu’auparavant. Sans doute les unions sont-elles moins nombreuses lorsque le contingent, à partir des années 1600 et suivantes, est divisé par trois. En réalité, la part des soldats mariés sur l’ensemble du contingent doit être identique, ou peut-être même supérieure à partir des années 1610.

  • 39 AGS, G y M, leg. 678-1, docs. 167-68.
  • 40 AGS, G y M, leg. 567, docs. 129.

46Il ne fait guère de doute que si le mariage fait obstacle à la discipline de la vie militaire, le choix d’une femme portugaise peut constituer une circonstance aggravante. C’est du moins ce que suggère clairement le plaidoyer du soldat Pedro Adán. Limogé par le gouverneur Diego de Miranda y Quirós pour s’être marié, le soldat argumente que l’épouse qu’il s’est choisie à Angra est castillane et non portugaise, et que les directives de la cour contre les mariages de soldats avec les naturelles ne s’appliquent donc pas à son cas39. La municipalité d’Angra put même tirer prétexte des effets délétères des mariages sur l’efficacité militaire des soldats pour refuser de participer au financement du préside tel qu’il avait été concerté. L’agent de la ville à la cour, portant le beau nom historique de Pedro Alvares Cabral, écrivit en 1600 pour rappeler que depuis dix-huit années les citoyens d’Angra avaient dû ravitailler le préside, quand l’administration des finances de Castille se montrait défaillante. Ils n’ont jamais été remboursés. La place forte dans laquelle le roi a installé quatre à cinq cents hommes est sans doute « l’une des plus inexpugnables du monde d’après ceux qui s’y entendent ». Mais tel ne serait pas le cas des hommes de la troupe qui répugnent à effectuer des sorties, installés comme ils sont avec femme et enfants depuis si longtemps, qu’ils se conduisent comme s’ils étaient des naturels du pays. Dans ces conditions, les finances du roi sont dépensées bien en vain, puisque leur présence n’est d’aucune utilité. Autrement dit, c’est le site d’Angra, la baie du port et la presqu’île qui lui fait face, le Mont Brésil, qui assurent un haut degré de sécurité aux flottes qui passent aux Açores, et non pas une soldatesque engloutie par sa vie domestique. Plus remarquable encore, venant des échevins d’Angra, apparaît l’argument selon lequel les soldats du contingent castillan étant devenus des portugais d’adoption, il deviendrait absurde de leurs verser leur solde. C’est, plus ou moins consciemment, admettre que leur valeur militaire première résidait dans leur hétérogénéité par rapport à leur lieu de résidence40. Une telle argumentation pouvait se retourner terme à terme contre l’envoyé de la ville. Car, en acceptant, par le biais matrimonial, une certaine appartenance « naturelle » à l’île, les Castillans déployaient leur action à la fois comme soldats d’un contingent étranger engagé dans la défense des intérêts de la monarchie, et comme membres de la société locale, spontanément intéressés à la défense de leur petite patrie d’adoption. Cette ambivalence alimente les hésitations des gouverneurs dans l’application des décrets d’interdiction des mariages mixtes.

47Alarmé des effets de désordre et de démobilisation qui pourraient dériver de la multiplication des mariages, le roi à travers son Conseil de la Guerre décrète le licenciement général des soldats mariés :

  • 41 AGS, G y M, leg. 666, docs. 52.

J’ai été informé de ce que de nombreux soldats qui servent dans ce préside se marient dans le pays, d’où il découle qu’ils ne servent pas et n’accomplissent pas leurs obligations comme ils le font lorsqu’ils demeurent célibataires […] c’est pourquoi j’ai décidé que tout soldat qui recevrait de moi sa solde dans ces îles et qui se marierait avec une femme naturelle du lieu soit aussitôt renvoyé et son poste rayé des états du préside41.

48Vu de Madrid, cette mesure pouvait sembler relever du bon sens : il n’y aurait donc que deux catégories de sujets de Castille à Terceira, les célibataires dignes de servir sous les bannières du préside, et les hommes mariés indignes en raison de leur engagement matrimonial et sans doute de leur insertion dans la société civile portugaise. De telles dispositions ont été répétées durant des années sans véritable effet, ce qui atteste la profondeur du phénomène. Ainsi, cinq années après l’ordre cité précédemment, le capitaine Francisco de la Rua, en charge de la gestion des rôles du préside, répondait à une lettre du Conseil de la Guerre :

  • 42 AGS, G y M, leg. 720, Relación de Francisco de la Rua, sans date.

Dans un chapitre de Sa lettre, Votre Majesté a ordonné que nous supprimions le poste de tout soldat qui se marierait, et cette mesure a pour conséquence qu’ils sont encore plus nombreux à se marier et parmi ceux qui servent le mieux, car comme ils ne peuvent obtenir de licenciement autrement, ils empruntent ce détour. Ils savent bien que lorsqu’on les licencie, ordre est donné de leur verser les arriérés qui leur sont dus, on dirait ainsi qu’ils perçoivent un salaire sans contrepartie. C’est pourquoi, il me semble qu’il serait utile à Votre Majesté que son ordre soit tempéré et qu’elle ordonne que soit laissé à l’arbitrage du gouverneur la décision d’exclure ou pas ces hommes mariés, car il pourra le faire pour ceux qui ne servent guère, et non pas pour ceux en qui il dépose le plus sa confiance et qui, le plus souvent, sont aussi ceux qui se marient42.

  • 43 AGS, G y M, leg. 721, 30 septembre 1609.

49Ces quelques lignes sont riches d’enseignements. Il apparaît que les licences, c’est-à-dire les permissions ou la possibilité de sortir de charge avant la fin du contrat, sont un bien rare, tout particulièrement dans le cas du préside de Terceira, où la rotation est très lente. Les difficultés rencontrées par les soldats et les officiers pour obtenir leur mutation vers d’autres territoires de la monarchie contribue à expliquer le grand nombre de mariages. Mais le point le plus important réside dans la remarque finale, suivant laquelle les soldats dont dépend le plus la réussite des missions confiées au gouverneur sont ceux qui se marient le plus volontiers. Selon le rédacteur, il ne faudrait donc, en aucun cas, chercher à établir une corrélation entre la disposition à prendre épouse parmi les femmes de la population portugaise et un moindre engagement dans les missions militaires assignées aux Castillans du préside. À l’opposé, d’autres rapports font état d’une pratique qui consiste à épouser une portugaise afin de pouvoir être rayé des listes du contingent, pour être tombé sous le coup de l’interdiction. Une fois obtenu un licenciement prématuré, le soldat marié depuis peu abandonnait parfois son épouse et s’embarquait pour un retour sur le continent, ou même pour un premier départ vers les Amériques43.

50Le Conseil de la Guerre de Madrid eut à se prononcer sur le cas des soldats chassés de leur corps pour s’être mariés avec une naturelle ou qui se seraient mariés sur place après avoir quitté l’armée. Fallait-il leur interdire de résider dans l’île ? Les magistrats de la plus haute juridiction militaire de Castille réprouvent un choix contraire à l’esprit du service, à la lettre du décret et à la nécessaire séparation entre l’ordre militaire et la société locale. Dans l’argumentation de leurs sentences, ils expriment une inquiétude à propos des ressources sur lesquelles seraient alors fondés et stabilisés ces nouveaux foyers. Ne risquaient-ils pas de former des poches d’indigence ? Comment ces Castillans mariés à des Portugaises intégreraient-ils une vie civile locale qui leur permette de dégager des ressources ? Lorsqu’en 1605, Diego de Miranda y Quirós demande qu’on lui envoie deux cents soldats pour pouvoir atteindre le contingent de cinq cents hommes fixé par le Conseil de la Guerre, il mobilise l’argument des mariages :

  • 44 AGS, G y M, leg. 667, doc.71.

Ainsi j’informe Votre Majesté que résident dans notre île quatorze ou quinze personnes castillanes sans poste militaire, et la plupart de ces hommes vivent du métier de tavernier ou de détaillants, certains ont obtenu de Votre Majesté une licence et la conservent. Ils vivent grâce à cette exemption, au détriment de la réputation des Espagnols, et en particulier de l’armée44.

  • 45 AGS, G y M, leg. 678-1, doc. 567.
  • 46 AGS, G y M, leg. 592, doc. 8.
  • 47 AGS, G y M, leg. 640, doc. 116.

51Leur situation dépendait, bien entendu, de la position de leur belle famille. En dépit des craintes ainsi exprimées, le roi, suivant l’avis du Conseil de la Guerre, autorise les anciens soldats mariés à demeurer sur place s’ils le désirent45. Cette décision, malgré tout, correspondait au souhait du gouverneur, et peut-être pas à celui des magistrats portugais, dans la mesure où ces hommes qui avaient été des professionnels de la guerre pouvaient, bien que rendus à la vie civile, participer à la défense de l’île en cas de nécessité. Mais elle constitue, pour une part, un revirement de la parole royale qui, dans un décret expédié de Valladolid cinq ans plus tôt, en répondant à d’autres recommandations, interdisait que les soldats mariés pussent s’établir avec leur épouse dans la ville d’Angra. En tout état de cause, l’administration de la guerre n’était pas autorisée à aider les couples ainsi composés à financer un logement plus convenable que celui qu’elle offrait au soldat célibataire46. Dans les échanges de correspondances qui encadrent l’opération de relève des trois cents soldats jugés inaptes au service du roi, les magistrats de Madrid réaffirment, en 1605, les conditions que la couronne exigeait pour armer, vêtir, solder et transporter un contingent frais. D’une part, les officiers castillans d’Angra devraient garantir que les soldats renvoyés seraient effectivement effacés des rôles. D’autre part, ils devaient s’engager à éviter que les nouveaux arrivants contractent, à leur tour, des mariages avec des femmes du pays47. L’administration militaire à Madrid gérait le fait accompli comme elle pouvait et essayait de prévenir une nouvelle vague d’unions avec l’arrivée d’une nouvelle troupe. Se faisait-elle de grandes illusions sur l’efficacité de ses injonctions ?

  • 48 AGS, G y M, leg. 679-1, doc. 236.
  • 49 AGS, G y M, leg. 677, doc. 105.
  • 50 AGS, G y M, leg. 799, 07-09-1615 ; leg. 781, 24-05-1613 ; leg. 654, doc. 123.
  • 51 AGS, G y M, leg. 701, doc. 413.

52L’évocation de « vieux soldats » signifie la durée du séjour de nombreux militaires qui, pour un grand nombre d’entre eux, ont résidé à Terceira depuis le débarquement du marquis de Santa Cruz en 1583 jusque dans les années 1600-1620 sans interruption. Les lettres de demande de pensions et les états de service de ces hommes sont conservés dans les registres du conseil. De même que les courriers adressés au Conseil de la Guerre par de nombreuses veuves de soldats, habitantes de l’île de Terceira. Ces documents permettent d’esquisser, sans grand risque d’erreur, un parcours moyen à partir de quelques cas. Ainsi, un certain Alonso Villa Gómez Sarmiento raconte sa carrière en 1607. Il est entré au service du roi comme soldat en 1571, il a participé à la prise de Terceira en 1583, il a été en charge de la forteresse pendant six années et, en 1598, il a contribué à l’étouffement d’une mutinerie dans la troupe espagnole48. La même année, un Antonio Martínez produit les certificats rédigés par les capitaines successifs sous les ordres desquels il a servi à Terceira depuis la capitulation de l’île en 158349. Tel est également le cas d’Hernando Ortiz del Rio, qui a participé aux deux dernières campagnes du marquis de Santa Cruz. Pendant sa longue carrière dans l’île, il a formé les milices locales, il a exercé les fonctions de commissaire des revues militaires, de comptable-payeur de la solde, d’inspecteur des travaux des forteresses de l’archipel, et d’officier en charge des flottes de l’Inde jusqu’à sa disparition en 160050. La lettre envoyée par Maria Rodrigues, veuve de Miguel Ruiz qui fut longtemps en poste à Terceira, témoigne du phénomène d’implantation de ces soldats dans la société où ils ont vécu, parfois depuis deux décennies, et où ils ont fondé un foyer. En effet, Miguel Ruiz a rédigé un testament dans lequel il demande que les arriérés de solde que lui doit l’administration de la guerre de la couronne de Castille soient dévolus pour moitié à sa veuve et pour moitié au couvent de Saint François de la ville d’Angra51.

  • 52 AGS, G y M, leg. 671, doc. 118 ; leg. 675, doc. 604.
  • 53 AGS, G y M, leg. 680-1, doc. 217.
  • 54 AGS, G y M, leg. 673, doc. 151, doc. 168.
  • 55 AGS, G y M, leg. 681, doc. 44 ; leg. 683, doc. 84.
  • 56 AGS, G y M, leg. 685, doc. 67.

53Sans doute, ces stations prolongées dans l’île expliquent-elle à la fois le phénomène des mariages et un certain relâchement de la discipline militaire, l’installation d’une routine et, en fin de compte, l’atténuation de la distinction entre statut militaire et vie quotidienne ordinaire. Pour autant, les programmes de relève se sont heurtés à de puissants obstacles. Entre 1607 et 1610, les autorités observèrent que les nouveaux venus étaient des hommes de sac et de corde et, qu’à tout prendre, les vétérans mariés et, pour partie, fondus dans la société locale valaient encore bien mieux que ces arrivants. En 1607, une flotte venue des Indes orientales, par exemple, fait débarquer dans l’île une cinquantaine d’hommes originaires du royaume de Séville. Ils ont la réputation d’exiger une excessive « liberté », en sorte que leur capitaine lui-même manifeste quelque inquiétude sur les effets possibles de leur présence à Terceira52. En fait, leur arrivée procède d’un accord conclu par le gouverneur castillan qui souhaitait ainsi répondre, quoique de façon très partielle, à l’exigence d’organisation d’une relève que les courriers envoyés de Madrid rendaient de plus en plus pressante53. Le projet avait germé au mois d’août 1607, lorsque l’officier Luis Fajardo, à la tête d’une flotte de trente navires venant des Indes orientales vint accoster dans l’île. Le Conseil de la Guerre avait demandé, au nom du roi, que des troupes fraîches demeurassent aux Açores et que les navires de Luis Fajardo embarquassent une partie de la dotation de vétérans à destination du continent54. Cette fois, le gouverneur Diego de Miranda y Quirós ne s’opposa pas au principe de l’organisation d’une relève. L’officier chargé de la gestion des personnels militaires estimait que la relève de l’automne 1607 aurait porté au total sur deux cent trente-six recrues, mais qu’au terme de l’opération, la dotation de l’île n’atteindrait toujours pas les cinq cents hommes sur lesquels s’étaient accordées les autorités locale et centrale55. Ce qui crée des tensions entre la hiérarchie militaire à Angra et les soldats arrivés avec la flotte de Luis Fajardo est moins leur indiscipline (« liberté »), qu’une santé chancelante qui les conduit à fréquenter l’hôpital plus souvent que les murailles de la forteresse. De même, ils semblent à ce point à court de ressources qu’ils vendent leurs armes, sitôt arrivés dans l’île56. Au cours des années suivantes, les officiers en charge de l’encadrement de ces nouveaux venus ne changent pas d’avis sur leur comportement, jugé désastreux par tout un chacun. Tous les rapports envoyés à Madrid reprennent les mêmes plaintes. Ainsi, en avril 1608,

  • 57 AGS, G y M, leg. 708, doc. 41 ; leg. 713, 18-06-1610.

les soldats nouveaux de la flotte de don Luis Fajardo qui ont été échangés contre nos vieux soldats ont tôt fait de montrer ce qu’ils sont, avec eux tout n’est qu’estafilades, mauvais coups, vols et scandales, et je ne sais pas si parmi eux il en est un seul qui se comporte comme il sied ; ceux qui se sont chargés de nous amener ces gens on dû choisir la lie de toute la flotte, et cette opération a été conduite si à la hâte qu’il a fallu tout accepter d’eux. Ils firent débarquer les hommes de leur choix et de nuit à l’heure où l’on n’y voit goutte, et trente-six d’entre eux ont été livrés armés de simples piques, inaptes au combat […]. Certains ont tenté de s’échapper et de remonter à bord, ils ont vendu leurs armes aux gens du pays afin de manger, et bien qu’on les ait arrêtés et conduits à la forteresse [ce que font les naturels eux-mêmes parce qu’ils y ont intérêt] il est impossible de retrouver leurs armes57.

54C’est dire si les opérations de relève, lorsqu’elles passent du statut de projet bureaucratique à celui de mise en œuvre dans les faits avec des personnes réelles, peuvent être une source de déception et de déstabilisation bien plus redoutable que l’épidémie conjugale qui a affecté le contingent depuis les premiers temps de son débarquement.

  • 58 AGS, G y M, leg. 677, doc. 105 ; leg. 678-1, doc. 567.
  • 59 AGS, G y M, leg. 452, docs. 88, 93A.

55Pourtant, à la même époque, les magistrats de Madrid continuent de demander que les soldats mariés soient exclus des rangs de l’armée. Cela ne signifie pas qu’ils doivent être renvoyés de force vers le continent. Le Conseil de la Guerre précise même qu’ils ne doivent subir ni mauvais traitement ni vexation, ce qui semble indiquer que le commandement avait pu se rendre coupable d’attitudes de cette nature à l’encontre des soldats mariés58. On trouve le rappel régulier de la nécessité de mettre en œuvre ces dispositions dans les correspondances qui croisent l’océan dans les deux sens. De leur côté, les militaires, lorsqu’ils se retrouvaient rayés des cadres en raison de leur situation matrimoniale, ne se laissaient pas toujours faire et portaient leur cas devant les magistrats du Conseil de la Guerre eux-mêmes pour que leur soit restitué leur poste dans l’armée. Ces deux facettes de l’activité du conseil, l’injonction réglementaire et le jugement des causes portées à sa connaissance, illustrent la nature de l’autorité juridictionnelle qui assure le commandement gouvernemental et la fonction judiciaire de façon indissociable. Mais ce n’est pas en premier lieu parmi les membres du Conseil de la Guerre que s’exprimait la répugnance à l’égard de la multiplication des mariages. Les plus agressifs contempteurs de ces pratiques matrimoniales étaient les officiers supérieurs et les capitaines de forteresses sur place, du moins ceux qui ne se trouvaient pas eux-mêmes une épouse dans l’archipel. En 1596, tout juste débarqué du continent, le nouveau gouverneur de Terceira, Antonio Centeno, commence par faire suspendre le capitaine Gaspar de Castelblanqui. Comme la mesure a semblé beaucoup trop brutale et inattendue, même aux inspecteurs dépêchés sur l’île, Pedro de Paz et Miguel Ponce, le gouverneur Centeno doit justifier ce renvoi. La sanction est, en effet, tombée sur un militaire dont la carrière exemplaire ne devait inspirer que confiance aux autorités dont il dépendait59.

56L’exposé d’Antonio Centeno est éloquent :

  • 60 AGS, G y M, leg. 452, docs. 87, 93 et 93A.

Quatre jours après mon arrivée, le capitaine Gaspar de Castelblanqui, homme d’une trentaine d’années et capitaine depuis six ou sept ans, s’est marié sans m’en informer. Il n’a suivi que son intérêt particulier sans tenir compte de la grâce que lui a faite Votre Majesté en l’honorant si jeune du commandement d’une compagnie. Ces gens-là ne restent au service de Votre Majesté que pour autant que cela leur convient, consommant et dépensant ses finances. Mais s’il se trouvait que Votre Majesté voulût disposer de leurs personnes hors d’ici, ils resteraient à demeure en vivant du bien de leur épouse. Il convient donc que Votre Majesté trouve et forme des hommes nouveaux à son service. Dans notre cas, ce mariage présente d’autres inconvénients, car l’épouse appartient à une des familles les plus en vue et les plus riches qui soient ici. Voilà encore quelques mois à peine, son beau-père disait que les hommes qui donnaient leurs filles à des castillans devaient être pendus par décision de justice. Mais quelque temps après, il eut maille à partir avec un autre habitant de l’île, qui l’a mis en fâcheuse posture. Eh bien, cet homme qui trouvait si détestable que des Portugaises se mariassent avec des Castillans, le voilà qui a donné la main de sa fille, alors qu’elle est son seul enfant et par conséquent l’unique héritière de son bien, à un capitaine qui ne possède rien, afin que son gendre le venge des vexations qu’il a subies […] mais on a célébré d’autres mariages que les citoyens de cette ville ont, en général, déploré. À présent, ce dont je peux assurer Votre Majesté c’est que les habitants de l’archipel travaillent au service de Votre Majesté avec bonne volonté et amour, et puisqu’ils obéissent à leurs devoirs, il est juste que nous fassions tout pour les contenter et ne pas les heurter, car c’est ce que réclame le service de Votre Majesté. En considération de tout ce qui précède, sachant que certains des jeunes capitaines de notre tercio, qui sont essentiels au service, cherchent à se marier, j’ai pris la décision pour y porter remède de suspendre don Gaspar du commandement de sa compagnie et de son salaire60.

  • 61 AGS, G y M, leg. 678-1, doc. 566 ; leg. 697, doc. 77 ; leg. 701, doc. 115.
  • 62 AGS, G y M, leg. 665, doc. 45.
  • 63 AGS, G y M, leg. 654, docs. 123.
  • 64 AGS, G y M, leg. 670, docs. 145 ; leg. 679-1, doc. 55 ; leg. 781, 24 mai 1613.

57Effectivement, le capitaine Gaspar de Castelbanqui avait épousé dona Helena de Urmães, fille d’Afonso Homem da Costa, c’est-à-dire la fille d’un notable, authentique potentat local. Parmi les témoins de ce mariage on comptait, entre autres personnages, le tout-puissant Manuel do Canto e Castro, surintendant des flottes des Indes, dont on aura plus loin l’occasion de mesurer l’autorité dans la société d’Angra. Comme l’a relevé Maria Hermínia Morais Mesquita, les mariages ne furent donc pas seulement l’affaire des soldats ordinaires, mais tout autant des officiers du contingent castillan. Le capitaine Antonio Nuñez Muñoz Guijano épouse en 1591 Inês Ávila Bettencourt ; le capitaine Diego San Vicente, épouse en 1599 Mariana Pimentel, et le mestre de campo Alonso Tapia, une certaine Isabel Rodrigues en 1594. Le trésorier-payeur du tercio, Alejo de Cisneros, dont on a déjà évoqué la carrière, a fait deux mariages portugais aux Açores : le premier en 1589 avec Luzia Estrada, et le second en 1619 avec Marcelina Machada Lobo. Le trésorier-payeur Diego Hurtado Saravia, lui, a épousé Luisa Mendes Machado61. Le gouverneur d’Angra notait qu’il laissait à sa mort une mère (belle-mère ?), une épouse et une fille naturelle62. Quant au comptable Hernando Ortiz del Río, veuf d’une dame castillane qu’il avait épousée à Angra, il se remaria d’abord avec Antonia de Funes, veuve du Portugais João Tavares, en 1590, puis avec Luiza de Melo en 1593, toutes deux portugaises63. La question de la naturalité des enfants de ces couples est posée dès que la première génération parvint à l’âge adulte, soit au début du XVIIe siècle, comme dans toute configuration marquée par l’irruption du métissage. Ainsi, dès le décès de leur père en 1607, les fils d’Hernando Ortiz del Río, Pedro et Esteban, supplient le roi de leur accorder à chacun un emploi et un poste de soldat à Terceira. Ces jeunes gens devaient-ils être tenus comme des sujets castillans ou bien, nés à Terceira d’une mère portugaise, étaient plutôt sujets du roi de Portugal64 ?

  • 65 AGS, G y M, leg. 642, doc. 157.
  • 66 AGS, G y M, leg. 850, 13-02-1619.

58Le cas du gouverneur Diego de Miranda y Quirós et celui de son neveu méritent une attention particulière. Chargé de limiter, voire selon les périodes, d’interdire les mariages de ses soldats avec des femmes de l’île, le gouverneur lui-même épousa en 1602 Joana de Melo, sœur de l’épouse de son officier des comptes, et fille d’Estevão Ferreira de Melo et de dona Antónia de Lima, c’est-à-dire une famille appartenant au sommet de la petite société nobiliaire d’Angra. La même année, le neveu du gouverneur, Felipe Spinola de Quirós, épousa Francisca de Mendonça, fille du même personnage, devenant par là même beau-frère de son oncle. Ainsi, le notable portugais avait consenti à donner la main de trois de ses cinq filles à des officiers supérieurs du contingent castillan. Il faut donc comprendre que ce qui semble acceptable pour un officier et son neveu ne vaut pas pour les simples soldats. Les correspondances que le gouverneur entretient avec le Conseil de la Guerre sont pleines de ses propres réticences à l’égard de la multiplication des mariages, comme en témoigne une lettre adressée par le roi, envoyée de Burgos en août 160565. La signification sociale de ces mariages diffère donc selon qu’on a affaire à la haute société des officiers castillans et des notables de Terceira, ou qu’il s’agit de couples formés de simples soldats et de femmes de peu. Felipe Spinola de Quirós, tout marié qu’il fût à une dame portugaise, alors qu’il assurait l’intérim du gouverneur du préside Gonzalo Messía, remarquait qu’à Angra les soldats étaient peu nombreux par rapport au périmètre de l’enceinte fortifiée qu’il fallait défendre et que la moitié d’entre eux étaient inutilisables parce qu’ils avaient épousé des femmes du pays, et qu’il convenait donc de les rayer des listes de postes66. La distinction de classe ou de caste affecte ainsi le sens qu’il convient d’accorder aux mariages, d’après les notables les mieux situés dans la hiérarchie sociale du lieu.

59Les mariages dans le milieu des notables insulaires pouvaient avoir, on aura l’occasion de le mesurer, une incidence sur l’organisation politique de la cité d’Angra en bandos ou partis opposés. Mais, comme l’indiquent les données quantitatives, le phénomène des mariages affectait la société militaire castillane et la société locale de façon massive. Dès 1596, le gouverneur d’alors, Antonio Centeno, brosse un tableau édifiant des effets de ces unions sur la vie à Angra. Il répond, dans un premier temps, à l’affirmation, selon lui très excessive, selon laquelle la plupart des soldats castillans se sont mariés avec des femmes noires, c’est-à-dire esclaves pour la plupart. En fait, il estime que dix à douze de ses hommes, tout au plus, ont épousé une femme d’origine africaine. Il répondait ainsi aux remarques acerbes de l’inspecteur Miguel Ponce qui voulait sans doute impressionner ses correspondants au Conseil de la Guerre en écrivant ceci :

  • 67 AGS, G y M, leg. 452, doc. 152.

Il s’est écoulé tant de temps depuis que le contingent est stationné dans l’archipel sans qu’on l’en ait fait sortir, qu’en contravention avec les dispositions de Votre Majesté et contre la bonne réputation de la nation espagnole, les soldats y ont épousé les plus gâtées et les plus viles des femmes que l’on puisse imaginer, comme de vieilles mulâtresses et même des négresses et d’autres pires encore. C’est pourquoi, ils ne vivent pas autant au service de Dieu qu’ils le devraient, et c’est là une grande source d’affliction et de tristesse, car pas moins de cinq cents soldats se sont mariés de façon aussi inconsidérée que je viens de le mentionner. Ils sont moins aptes au service et plus confortablement installés ici qu’ailleurs. On pourrait faire en sorte que chaque année la flotte en emmène deux ou trois compagnies afin qu’ils cessent de faire leur terrier ici et de s’y enfoncer plus encore qu’ils ne le font67.

60Dans le document, la nation espagnole n’oppose pas l’origine castillane et l’origine portugaise, mais elle permet de distinguer l’aspect européen des soldats et les phénotypes africains et métis des épouses ainsi décrites. Quant à la notion de réputation, elle joue un rôle essentiel dans la rhétorique des consultations que les conseils de la monarchie élèvent à la connaissance du roi. Elle exprime à la fois la capacité de la monarchie à conserver l’ensemble des territoires placés sous sa juridiction, et à se voir reconnaître dans l’ordre symbolique une autorité superlative, y compris auprès de ses adversaires et compétiteurs européens. Or l’abâtardissement de la soldatesque, et plus encore de sa descendance, par contact avec des femmes considérées comme source de déshonneur (nota), était une perspective inadmissible dans une société qui avait de longue date appris à catégoriser et à ségréger les individus.

61En cette fin de xvie siècle, nombre de textes espagnols témoignent de l’efficacité des arguments forgés en Angleterre, aux Provinces-Unies, en Italie, en France sur le caractère à tiers musulman et à tiers juif de la population espagnole. Les unions, durables ou furtives, de sujets du roi de Castille avec des femmes africaines faisaient rejouer la hantise d’une hybridité constitutive de la société espagnole dans l’image polémique que d’autres pays européens, rivaux et jaloux, renvoyaient au visage des Ibériques. De surcroît, une telle présentation ne pouvait qu’affecter de façon négative la gloire du gouverneur Antonio Centeno, pour ce qu’il se serait montré impuissant à freiner l’envie des hommes de sa troupe de prendre — n’importe quelle — femme. Sa version n’est guère plus flatteuse que celle de l’inspecteur Miguel Ponce, mais elle se fonde plutôt sur le registre de la vulgarité populaire que sur celui de l’impureté raciale. Sa description paraît tirée d’une comédie ou plutôt d’une farce de son temps :

  • 68 AGS, G y M, leg. 455, doc. 133.

Que ces mariages aient atteint le nombre de cinq cents, je veux bien le croire, et même que ce sont de mauvaises unions. Cette affaire me semble déplorable et j’ai essayé d’éviter qu’ils convolent tous, en interdisant qu’eux-mêmes ou leurs épouses puissent ouvrir une taverne. Car l’une des raisons principales pour lesquelles ils se sont mariés est bien celle-là. Ils se disent, je me marie avec Maria Hernandez ou Mari Garcia, nous ouvrons une taverne, le matin nous mangeons la viande au pot et de la fricassée le soir, et si elle ne me laisse pas quatre réaux pour aller jouer je lui flanque quatre paires de claques. C’est ainsi qu’ils se sont conduits jusqu’à présent68.

  • 69 AGS, G y M, leg. 455, doc. 137.

62Il faut interpréter ce portrait de couple comme une caricature qui évoque la médiocrité ordinaire d’une vie civile sans éclat, au regard de l’aspiration à la réputation. Les tavernes, dont il est ici question, ne doivent pas être imaginées comme des estaminets, car la ville d’Angra eût été bien en peine à cette date — tout comme aujourd’hui — d’accueillir des centaines de débits de boisson. En revanche, on peut concevoir que de nombreux couples aient converti leur modeste intérieur en tables d’hôtes payantes, permettant ainsi de résoudre le problème de l’alimentation de la plupart des soldats… célibataires. Parmi les travers que la vie matrimoniale impose aux soldats du préside, le gouverneur Antonio Centeno déplorait, également, le fait que nombre de ses hommes était mêlé à un trafic de tissus, détournés pour qu’ils puissent en « faire des jupes pour leurs épouses ». L’emploi du verbe faire (han hecho del pano sayas a sus mugeres) suggère que ces hommes d’armes auraient préféré le fil et l’aiguille à la pique et à l’épée. Il indique tout le mépris que suscite chez le rédacteur l’attention de ses soldats pour leurs affaires domestiques69.

63Au-delà de l’opposition entre éthique militaire et absence de principes des civils, au-delà du dédain pour les comportements jugés propres des roturiers de basse extraction, se pose une question de nature sacramentelle. En effet, pour consentir à célébrer ces unions, le clergé de la ville et des autres localités de l’île devait s’assurer que les fiancés castillans n’étaient pas déjà mariés dans leur région d’origine. Cette procédure de vérification imposait des délais très importants, et pouvait briser des fiançailles, surtout si l’on découvrait que le péché de bigamie allait être commis. Et le gouverneur de déplorer que même cet instrument de retardement et de contrôle ne fonctionnât pas de façon satisfaisante :

  • 70 AGS, G y M, leg. 455, doc. 113.

j’ai essayé d’obtenir de l’évêque de cette ville qu’il m’aide en n’accordant pas les licences de mariage aussi facilement qu’il le fait, car il n’attend même pas que reviennent les informations de leur pays qui certifient s’ils y sont mariés ou pas. Il m’a donné les raisons pour lesquelles il n’attend pas qui ne m’ont guère convaincu. Que Dieu y pourvoie, lui qui peut tout !70

64Entre le risque bien incertain de découvrir des cas de bigamie, et celui certain du péché qui dérive de la sexualité voire de la maternité hors du sacrement du mariage, le choix de l’évêque est rationnel. Après tout, la prévention de la bigamie est onéreuse et lente puisqu’elle concerne tous les individus qui souhaitent se marier. En revanche, la répression d’une bigamie dénoncée ou fondée sur des soupçons ne concernerait qu’une partie limitée de la population. En outre, comme les tribunaux de l’Inquisition portugais et castillans siégeaient en péninsule Ibérique et pas dans les îles, il faudrait transporter le coupable pour le faire juger. On peut imaginer que l’évêque ait raisonné de cette façon, voulant éviter à ses paroissiennes le déshonneur et la commission du péché de chair hors du sacrement du mariage.

65La situation matrimoniale s’oppose également aux vertus militaires et entrave la bonne marche du préside, estiment certains gouverneurs. Ainsi, constatant que les officiers du contingent ont pâti d’un manque d’information qui leur aurait permis de mieux anticiper une tentative de mutinerie, sur laquelle on reviendra plus loin, Antonio Centeno établit un lien entre la vie matrimoniale et le déficit d’intelligence :

  • 71 AGS, G y M, leg. 514, doc. 77.

Ce qui m’a horrifié du comportement de nos soldats pendants les désordres, c’est qu’ils ressentent si peu d’amour pour leurs capitaines et leurs officiers et qu’ils ne les ont mis au courant de rien alors que cette affaire a été fomentée par un grand nombre de personnes. Et cela vient de ce qu’ici la plupart des capitaines sont mariés et ceux qui ne le sont pas se conduisent comme s’ils l’étaient, c’est-à-dire que chacun mange chez lui sans avoir le moindre camarade [camaradas], et de cette façon ils ont peu d’obligés71.

66Ainsi, la vie conjugale en atomisant la société militaire annule les vertus d’une camaraderie de caserne.

67Pour le gouverneur Diego de Miranda y Quirós, la conjugalité est un symptôme de l’incapacité de l’administration de la couronne de Castille à organiser une mobilité rapide des affectations. Une fois la situation matrimoniale constatée et installée, elle devient un frein supplémentaire à la mobilité :

  • 72 AGS, G y M, leg. 455, doc. 133.

Il est vrai que ces hommes s’imaginent que Votre Majesté doit les laisser dans cette place, d’autant que nous sommes en train de la fortifier. Mais je suis d’avis que Votre Majesté ne doit pas agir ainsi, car ils sont déjà si amollis et accoutumés à cette terre qu’on ne pourra rien tirer d’eux à moins de leur faire respirer l’air d’un autre territoire, mais pour les faire partir d’ici avec leurs épouses il faudrait les embarquer sur la flotte de la mer océane, eux qui sont chargés de filles et de garçons, raison pour laquelle je regrette amèrement ces mariages72.

68La remarque est piquante venant d’un officier lié par le mariage à la meilleure société locale. À la fin de l’année 1605, le gouverneur écrit à la cour pour signifier que l’ordre signé de la main du roi en date du 27 août 1605 et qui interdit les mariages sous peine de perte de l’emploi et d’expulsion de l’île, ne peut être pleinement mis en œuvre. En effet, rapporte le gouverneur,

  • 73 AGS, G y M, leg. 666, 16 décembre 1605.

des théologiens et des personnalités autorisées m’ont fait prendre conscience que je ne peux pas les déporter hors de l’archipel et les priver de leur naturalité pour s’être mariés. Je ne peux que les rayer des cadres : c’est ainsi que ces personnes interprètent ce que contient le décret73.

69Tout dans les termes choisis par Diego de Miranda y Quirós appelle ici le commentaire. D’abord les deux verbes desterrarlos y desnaturalizarlos destas yslas traduits plus haut. Ils indiquent que dans l’esprit du gouverneur, ces hommes du contingent espagnol, qui se sont récemment mariés, c’est-à-dire après la publication de l’ordre royal d’interdiction, sont devenus pour une part d’eux-mêmes, des « naturels » des Açores. Le gouverneur affirme qu’il ne peut pas faire que ces soldats perdent la naturalité portugaise et açorienne qu’ils ont acquise par mariage. Ensuite, l’allusion à la consultation de théologiens, terme un rien pompeux pour désigner des ecclésiastiques locaux, et des personnalités détentrices d’autorité, il faut entendre ici des citoyens versés dans le droit, indique combien le modèle institutionnel englobant de la monarchie hispanique se reproduit à une toute autre échelle, dans la ville d’Angra. On observe, enfin, qu’un ordre du roi, pourtant très simple, peut légitimement faire l’objet d’interprétations, le cas échéant contradictoires. Ces réserves doivent être prises au sérieux, comme autant de signes de la façon dont se négocient les décisions sous l’Ancien Régime. Car, en l’espèce, le gouverneur ne souhaite pas stabiliser à Terceira cette population aux fidélités ambiguës. Il juge même leur permanence dans l’île, après leur sortie de l’armée, plutôt « très pernicieuse » pour l’ordre public. Ainsi, la documentation dont on dispose montre que, selon les circonstances, les principes les plus clairement définis peuvent être démentis par les personnes et les instituions qui les avaient pourtant affirmés et proclamés.

  • 74 AGS, G y M, leg. 897, 07 septembre 1622.

70La question de la naturalité de chaque soldat, c’est-à-dire de la couronne à laquelle chacun appartenait en tant que sujet du roi de Castille ou sujet du roi de Portugal, bien qu’il s’agît du même homme, faisait l’objet de normes précises. En principe, la jurisprudence du Conseil de la Guerre avait statué que les soldats des contingents de la monarchie financés par le trésor de Castille aux frontières de l’Espagne (fronteras de España), c’est-à-dire dans un des territoires associés ou dominions ne devaient pas être des naturels des régions où ils stationnaient74. Ainsi, le presidio de Terceira ne pouvait pas être servi par des militaires considérés comme naturels de la couronne du Portugal. Cette réglementation reposait sur deux convictions. D’une part, elle révélait le double caractère de ces contingents, destinés à protéger les dominions et à prévenir toute infidélité de leur population à l’égard de leur roi. D’autre part, dans la mesure où l’essentiel de l’effort financier, pour la solde, le ravitaillement et les travaux de fortification, pesait sur les finances de la couronne de Castille, si la troupe était composée de Portugais, cela signifierait que le fisc castillan financerait l’armée portugaise à la place du fisc portugais. C’est pourquoi, après quatre décennies de présence castillane dans l’île, la question de la naturalité des soldats et des officiers faisait l’objet d’examens et de querelles.

  • 75 AGS, G y M, leg. 703, doc. 60.
  • 76 AGS, G y M, leg. 701, doc. 253.
  • 77 AGS, G y M, leg. 700, doc. 46.
  • 78 AGS, G y M, leg. 696, doc. 100 ; leg. 700, doc. 40 ; leg. 701, doc. 182 ; leg. 701, doc. 332.

71Pris dans ses contradictions, le gouverneur Diego de Miranda y Quirós pendant des années s’était montré très réticent à l’idée de se défaire des vieux soldats de sa garnison et plutôt méfiant vis-à-vis de troupes fraîches. Nombre de vieux soldats renvoyés, une fois débarqué sur le continent, s’adresse au Conseil de la Guerre dès 1608 pour solliciter l’autorisation de repartir dans l’île. Pour ne prendre que quelques exemples, les soldats vétérans Damian Granados, Juan Lopes de Busende, Juan Martin do Canto, Bartolomé Galan et Baltasar González demandent à reprendre leur poste dans la forteresse San Felipe75. La même année, le roi signe une lettre destinée au marquis de Castelo Rodrigo afin qu’il autorise un certain Juan González Cacabelos à rentrer à Terceira (il pourrait s’agir du Juan González qui s’est marié avec Maria Ribeira citoyenne de la ville d’Angra le 1er septembre 1594)76. La même année, un soldat du nom de Domingo Vellarino, arrivé à Terceira en 1583, et qui se trouve à Lisbonne, a obtenu du marquis de Castelo Rodrigo l’autorisation de revenir à Terceira77. Les registres de la cathédrale d’Angra indiquent qu’il a épousé Britis Antunes, le 8 février 1590. Nombreux sont donc les hommes qui, après avoir vécu à Terceira depuis la conquête castillane et avoir été envoyés sur le continent en 1607, demandent à pouvoir s’installer à nouveau dans l’île78. Certains de ces courriers ne manquent pas d’indiquer que les quémandeurs souhaitent retrouver leur épouse et leur famille demeurées aux Açores. À Lisbonne, le vice-roi charge alors le gouverneur par intérim Francisco de la Rua, de statuer sur pas moins de vingt huit cas de cette nature en juin 1608. L’officier répond qu’il est impossible de refuser à tous ces hommes le droit de s’installer à nouveau à Terceira, même à titre particulier, c’est-à-dire sans engagement dans le contingent du préside. Il appuie son argumentation sur deux remarques :

  • 79 AGS, G y M, leg. 701, doc. 179.

Après tout, ce sont des Espagnols, et s’il fallait réagir contre une attaque ennemie, on pourra mieux s’appuyer sur eux que sur les naturels. La force du mariage et l’amour de leurs enfants les pousse à revenir ici pour souffrir avec eux de toutes les pénuries79.

72La remarque est sans doute furtive, mais il faut bien imaginer que si ces hommes demandent non pas à rempiler sur n’importe quel poste militaire mais à rejoindre un foyer qu’ils ont fondé à Terceira, ce choix dit quelque chose de leur vie affective et de leur propension à défendre leur famille là où elle se trouve, les armes à la main, en cas de nécessité.

73Comme le suggère Maria Hermínia Mesquita Morais, l’examen des liens de parenté entre soldats du contingent et famille portugaise ne saurait se limiter au seul cas des mariages. Le choix de parrainer des enfants contribue à la manifestation d’une parenté fictive. Les deux cas se présentent dans les registres paroissiaux de Terceira : des Portugais sont témoins de mariage et parrains d’enfants de familles dont le chef est un castillan ; des Castillans sont appelés à s’engager comme témoins et comme parrains pour des familles portugaises sans mixité. Elle donne l’exemple de l’officier modèle rencontré plus haut, Alejo de Cisneros, qui d’après les registres aurait accepté d’être parrain d’une vingtaine d’enfants, dont six tout au plus avaient un père castillan, tous les autres étant portugais. Lui-même, lorsqu’il baptisa ses propres enfants, fit appel à des parrains castillans mais également portugais.

Notes

1 AGS, G y M, leg. 426, doc. 221, doc. 222.

2 AGS, G y M, leg. 518, doc. 186.

3 AGS, G y M, leg. 429, doc. 54 d.

4 AGS, G y M, leg. 738, 12 avril 1610.

5 AGS, G y M, leg. 453, doc. 136b.

6 AGS, G y M, leg. 538, doc. 155 ; leg. 579, doc. 309.

7 AGS, G y M, leg. 583, doc. 190.

8 AGS, G y M, leg. 580, doc. 11 ; leg. 580, doc. 274.

9 AGS, G y M, leg. 582, doc. 61, leg. 580, doc. 186.

10 AGS, G y M, leg. 589, doc. 119 ; leg. 592, doc. 403.

11 AGS, G y M, leg. 642, doc. 271.

12 AGS, G y M, leg. 642, 12 octobre 1611.

13 AGS, G y M, leg. 743, 12 mars 1610 ; leg. 773, 16 mars 1612.

14 AGS, G y M, leg. 743, 18 juin 1610.

15 AGS, G y M, leg. 790, 14 avril 1614.

16 AGS, G y M, leg. 754, 15 avril 1611.

17 AGS, G y M, leg. 850, 22 avril 1619.

18 AGS, G y M, leg. 632, doc. 356.

19 AGS, G y M, leg. 601, doc. 137.

20 AGS, G y M, leg. 636, 04 novembre 1601.

21 AGS, G y M, leg. 825, 08 mars 1618.

22 AGS, G y M, leg. 431, doc. 64.

23 AGS, G y M, leg. 483, doc. 95.

24 AGS, G y M, leg. 825, 20 janvier 1617.

25 AGS, G y M, leg. 825, 27 septembre 1617.

26 Francisco Ferreira Drummond, Anais da Ilha Terceira, Angra do Heroísmo, Câmara Muncipal, 4 vols., 1850-1864. Version numérisée : http:// pt.wikisource.org/wiki/Anais_da_Ilha_Terceira.

27 AGS, G y M, leg. 429, doc. 56.

28 AGS, G y M, leg. 825, 20 janvier 1617.

29 AGS, G y M, leg. 825, 19 janvier 1617.

30 AGS, G y M, leg. 897.

31 AGS, G y M, leg. 429, docs. 56, 58, 63.

32 Frei Diogo das Chagas, Espelho Cristalino em Jardim de Várias Flores, direcção e prefácio de Artur Teodoro de Matos, Angra do Heroísmo, Ponta Delgada, SREC/DRAC, 1989.

33 Gaspar Frutuoso, Livro sexto das Saudades da terra, Ponta Delgada, Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1963, p. 227.

34 AGS, G y M, leg. 459, doc. 16.

35 AGS, G y M, leg. 642, 12 octobre 1611.

36 AGS, G y M, leg. 801, 21 décembre 1615.

37 Maria Hermínia Morais Mesquita, As gentes de Angra no século xvii, Universidade do Minho, 2004, pp. 99-103.

38 Ibid., p. 193.

39 AGS, G y M, leg. 678-1, docs. 167-68.

40 AGS, G y M, leg. 567, docs. 129.

41 AGS, G y M, leg. 666, docs. 52.

42 AGS, G y M, leg. 720, Relación de Francisco de la Rua, sans date.

43 AGS, G y M, leg. 721, 30 septembre 1609.

44 AGS, G y M, leg. 667, doc.71.

45 AGS, G y M, leg. 678-1, doc. 567.

46 AGS, G y M, leg. 592, doc. 8.

47 AGS, G y M, leg. 640, doc. 116.

48 AGS, G y M, leg. 679-1, doc. 236.

49 AGS, G y M, leg. 677, doc. 105.

50 AGS, G y M, leg. 799, 07-09-1615 ; leg. 781, 24-05-1613 ; leg. 654, doc. 123.

51 AGS, G y M, leg. 701, doc. 413.

52 AGS, G y M, leg. 671, doc. 118 ; leg. 675, doc. 604.

53 AGS, G y M, leg. 680-1, doc. 217.

54 AGS, G y M, leg. 673, doc. 151, doc. 168.

55 AGS, G y M, leg. 681, doc. 44 ; leg. 683, doc. 84.

56 AGS, G y M, leg. 685, doc. 67.

57 AGS, G y M, leg. 708, doc. 41 ; leg. 713, 18-06-1610.

58 AGS, G y M, leg. 677, doc. 105 ; leg. 678-1, doc. 567.

59 AGS, G y M, leg. 452, docs. 88, 93A.

60 AGS, G y M, leg. 452, docs. 87, 93 et 93A.

61 AGS, G y M, leg. 678-1, doc. 566 ; leg. 697, doc. 77 ; leg. 701, doc. 115.

62 AGS, G y M, leg. 665, doc. 45.

63 AGS, G y M, leg. 654, docs. 123.

64 AGS, G y M, leg. 670, docs. 145 ; leg. 679-1, doc. 55 ; leg. 781, 24 mai 1613.

65 AGS, G y M, leg. 642, doc. 157.

66 AGS, G y M, leg. 850, 13-02-1619.

67 AGS, G y M, leg. 452, doc. 152.

68 AGS, G y M, leg. 455, doc. 133.

69 AGS, G y M, leg. 455, doc. 137.

70 AGS, G y M, leg. 455, doc. 113.

71 AGS, G y M, leg. 514, doc. 77.

72 AGS, G y M, leg. 455, doc. 133.

73 AGS, G y M, leg. 666, 16 décembre 1605.

74 AGS, G y M, leg. 897, 07 septembre 1622.

75 AGS, G y M, leg. 703, doc. 60.

76 AGS, G y M, leg. 701, doc. 253.

77 AGS, G y M, leg. 700, doc. 46.

78 AGS, G y M, leg. 696, doc. 100 ; leg. 700, doc. 40 ; leg. 701, doc. 182 ; leg. 701, doc. 332.

79 AGS, G y M, leg. 701, doc. 179.

© Casa de Velázquez, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search