Version classiqueVersion mobile

L’île aux mariés

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Présentations

Texte intégral

  • 1 AGS, G y M, leg. 838, 07 avril 1618.

Il m’est impossible d’échapper à l’épreuve de paraître castillan aux Portugais et portugais aux Castillans, mais grâce à cette versatilité je finis par obtenir bien des choses pour le service de Votre Majesté, car je me présente comme je l’entends en fonction des affaires que j’ai à traiter.
Juan de Silva, comte de Salinas,
marquis d’Alenquer, vice-roi de Portugal
1.

1Ce livre raconte l’histoire d’un contingent militaire sous commandement de la couronne de Castille durant son installation dans l’île portugaise de Terceira, située au centre de l’archipel des Açores, entre 1583 et 1640. Cette période correspond à l’union des couronnes pendant laquelle le roi de Castille et d’Aragon (Philippe II – 1581-1598 ; Philippe III – 1598-1621 ; Philippe IV – 1621-1640) a régné sur le royaume de Portugal. Une des conséquences de l’union a été l’installation de contingents militaires et de commandements castillans sur le littoral du Portugal, notamment à Lisbonne, mais aussi dans les deux archipels portugais de l’Atlantique nord, les Açores et Madère. L’étude présentée ici peut être lue de différents points de vue. On peut y chercher un état des connaissances disponibles sur un lieu très singulier, le port d’Angra do Heroísmo, au sud de Terceira, à travers ce qu’en disent les correspondances militaires de l’époque (fig. 1). Et le lieu vaut le détour. Une île appartenant à un archipel de la couronne du Portugal, en plein océan atlantique, au tiers de la distance qui sépare l’Europe occidentale du continent américain. Un espace aujourd’hui considéré comme une extrême périphérie de l’Union européenne, connu pour sa fonction de base de l’aviation des États-Unis, mais qui fut à l’époque moderne un lieu essentiel pour toutes les navigations liées à l’expansion des monarchies ibériques (fig. 2). On peut tout aussi bien s’attacher moins à la singularité du cas qu’à ce qu’il enseigne des relations entre société urbaine et institution militaire dans une monarchie d’Ancien Régime (fig. 3). C’est alors moins la singularité du lieu que la perfection du cas qui retient l’attention. En effet, la population portugaise et le contingent militaire extérieur eurent à négocier au quotidien les conditions de leur coexistence, dans l’enfermement relatif d’une situation insulaire. Enfin, on peut y voir l’illustration de la complexité de la formation des appartenances politiques dans des sociétés qui ne connaissent pas la citoyenneté politique et par conséquent ignorent l’identité nationale, au sens où nous entendons l’une et l’autre.

Les Açores centre du monde

2Terceira est une des neuf îles qui composent l’archipel des Açores et c’est sur elle que portent plus de neuf documents sur dix envoyés au Conseil de la Guerre (Consejo de Guerra) de Madrid. Les autres îles, même São Miguel, pourtant riche et peuplée, n’occupent donc qu’une place marginale dans la correspondance de la juridiction militaire. Car c’est à Terceira que fut établie l’administration militaire castillane pour deux raisons principales. D’une part, Terceira est l’île qui a le plus longtemps résisté à Philippe II, en le contraignant à envoyer trois expéditions, en 1581, 1582 et 1583, pour la réduire à l’obéissance, alors que tous les autres territoires de la couronne portugaise, après la tenue des Cortes de Tomar de 1581, avaient prêté serment au roi Habsbourg. Il s’en suivit une bien naturelle défiance de la monarchie à l’égard de la région portugaise qui s’était résignée la dernière à reconnaître Philippe II. Cela méritait bien que stationnât une troupe castillane de façon permanente. D’autre part, la topographie du port d’Angra do Heroísmo en faisait le havre le plus sûr et le plus facile à défendre face à toute attaque de corsaires ou de pirates, pour que viennent y mouiller les navires transocéaniques. Contre tous les adversaires des monarchies ibériques et de leurs flottes marchandes, le renforcement de la nature militaire du principal port de Terceira était un investissement logique.

3L’archipel est séparé du continent, c’est-à-dire de Lisbonne, par une durée de navigation qui peut aller de trois à quatre semaines, en fonction des fortunes de la mer. Il faut compter une semaine de plus pour atteindre les cours de Madrid (1581-1601 / 1606-1641) et Valladolid (1601-1606). Terceira est une île volcanique de quatre cents kilomètres carrés, sujette à d’importantes secousses sismiques. La vie politique est organisée autour de deux villes distantes d’une vingtaine de kilomètres, le port d’Angra do Heroísmo plein sud, qui est la capitale, et Praia da Vitória, port situé au nord-est de l’île. Sous le régime d’union des couronnes, on peut observer les mouvements qu’impriment à une société des changements tels que le passage à une nouvelle suzeraineté, la présence durable d’une troupe étrangère au cœur de la principale ville, ainsi que la remémoration de violences inaugurales qui ont accompagné la captation du Portugal dans l’orbite hispanique. On a affaire à une population relativement limitée d’environ vingt mille âmes. Pris dans une existence insulaire, les familles et les individus se connaissaient mutuellement sans doute dans des proportions supérieures à ce qui se produisait alors sur le continent. Ce point est essentiel pour comprendre les mécanismes d’affiliation à des clans et les formes de mobilisation collective — ou d’inhibition non moins collective.

  • 2 Artur Teodoro Matos, « As escalas do Atlântico no século xvi », Revista da Universidade de Coimbra, (...)
  • 3 Maria Hermínia Morais Mesquita, « Escravos em Angra no século xvii : uma abordagem a partir dos reg (...)
  • 4 AGS, G y M, leg. 825, 20 janvier 1617.

4Cependant, l’étroitesse relative de cet espace social ne dément pas la conscience partagée d’appartenir à un empire océanique d’échelle mondiale. Les navires qui venaient mouiller dans le havre d’Angra, rentraient des pays du poivre et de la malaguette du fond de l’Asie, tout comme de l’Amérique de l’or, de l’argent, du bois-brésil, du tabac et du sucre2. Les cargaisons d’esclaves africains destinés à travailler dans les plantations américaines, stoppaient elles aussi aux Açores. Et nombreux furent les esclaves africains achetés sur place, qui cohabitaient avec leurs maîtres portugais3. L’importance cardinale de l’île de Terceira et des Açores plus largement était ainsi définie au mi-temps de la période considérée, sous la plume du gouverneur Gonzalo Messía : « Terceira est la boussole de la navigation des deux Indes, la clef et la défense de cet archipel »4. Mais il ajoutait aussitôt que les habitants demeuraient terrifiés par la menace des pirates, notamment barbaresques qui attaquèrent si durement les archipels atlantiques portugais, notamment Porto Santo à Madère et Santa Maria aux Açores, en 1617. En effet, la situation des Açores au carrefour de toutes les grandes routes maritimes des monarchies ibériques en faisait un parage visité ou plutôt infesté par les flottes interlopes ou princières de toutes les puissances engagées dans la navigation atlantique : des navires anglais, hollandais, français et barbaresques d’Alger n’ont cessé d’être présents, le plus souvent à portée de vue.

5Le lecteur souhaitera, peut-être, qu’il soit répondu à la question de savoir si la société des Açores était une société de type colonial. Contrairement aux Canaries, l’archipel des Açores était vide de toute présence humaine lorsque les navigateurs et les chevaliers portugais s’en emparèrent à partir de 1430. Les conquérants portugais ne soumirent ni ne colonisèrent aucune population aux Açores : ainsi l’installation de familles portugaises dans ces îles n’engendra pas une société coloniale au sens le plus commun du terme. Certes, l’étude de la composition de la population insulaire montre que des esclaves d’origine africaine y firent très tôt leur apparition mais, au XVe siècle, ce trait n’était en rien spécifique, il ne faisait que reproduire une situation présente sur le continent. À tout prendre, à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle, certains territoires de la péninsule Ibérique, notamment dans le royaume de Valence et, après 1492, dans le royaume de Grenade, furent le théâtre des situations et des dynamiques bien plus nettement « coloniales », avec le sort réservé aux populations rurales musulmanes puis morisques, entre discriminations et cantonnement. Reste que l’archipel, dans sa situation de territoire ultramarin par définition, se trouvait placé au cœur de l’expansion ibérique et à la croisée de toutes les entreprises coloniales de l’âge moderne. Si les Açores n’ont jamais été, à proprement parler, un territoire de nature coloniale, en revanche l’évolution des petites sociétés qui s’y sont formées dépendit presque intégralement de dynamiques de colonisation en Afrique, en Asie et en Amérique.

6Parmi les mille exemples qui montrent à quel point l’archipel des Açores se trouvait, dans les premières années du xviie siècle, au centre d’un monde en mouvement, celui de l’arrivée à Terceira du navire piloté par l’anglais John Helier en janvier 1608 donne la mesure de cette position stratégique. Le capitaine du navire Gift of God dut jeter l’ancre dans le port d’Angra et se soumettre à un interrogatoire de l’autorité militaire castillane. Il raconta que son vaisseau avait quitté Plymouth à la fin du mois de mai 1607 avec cent quinze hommes d’équipage et qu’il avait accosté

  • 5 AGS, G y M, leg. 708, 21 janvier 1608.

en un pays qu’ils appellent Virginie qui se trouve entre le 45e et le 47e degré. Ils y étaient parvenus le 13 août et s’étaient employés à bâtir un fort (le fort Saint-George) jusqu’au 10 décembre, jour de leur départ pour l’Angleterre. Dans le fort étaient restés Jorge Papon [George Popham], neveu de sir John Popham Lord Chief Justice d’Angleterre, avec quarante-quatre Anglais, du ravitaillement et des munitions de guerre, et sept ou huit pièces d’artillerie. Le capitaine confessa qu’ils s’étaient rendus en cette terre avec le dessein de la peupler, sans avoir encore rien trouvé qui permît de les entretenir, si ce n’est la pêche5.

7Il s’agit sans doute de la toute première information directe parvenue à des officiers de la monarchie hispanique sur la fondation de l’éphémère Popham Colony sur les rivages du Maine. Il s’agissait d’un projet que l’ambassadeur d’Espagne à Londres Baltazar de Zúñiga avait annoncé et dénoncé dans des lettres adressées au roi Philippe III.

  • 6 AGS, G y M, leg. 707, 17 juillet 1608, 30 juillet 1608 (Francisco de La Rua). Voir José Damião Rodr (...)
  • 7 AGS, G y M, leg. 655, doc. 20 ; leg. 657, doc. 63.
  • 8 AGS, G y M, leg. 655, doc. 239 ; leg. 663, doc. 56, doc. 186.
  • 9 AGS, G y M, leg. 686, doc. 208.

8Si São Miguel est l’île la plus grande et celle qui peut s’insérer le mieux dans des circuits commerciaux au sein de la monarchie catholique, comme exportatrice de grain, et au-delà vers les puissances européennes, comme productrice de pastel6, c’est Terceira comme base militaire qui demeure la clef stratégique de l’archipel. L’ensemble du convoi de la flotte transportant l’argent des Amériques accoste régulièrement dans la baie d’Angra, comme les sept navires arrivés en avril 16067. C’est pourquoi, avant la signature de la Trêve de Douze Ans entre la monarchie hispanique et les États généraux des Provinces-Unies (1609-1621), des flottes hollandaises se trouvent chaque année à l’affût des convois de métaux précieux du roi. Sans oser attaquer Terceira elle même, ces entreprises corsaires attendent près d’autres îles de l’archipel, notamment Flores et Corvo à l’extrême occident, mais aussi près de São Jorge, avant que les convois venus d’Amérique n’atteignent le port d’Angra8. Terceira apparaît dans la correspondance envoyée à Madrid et Lisbonne comme la place forte et comme le nœud des communications de l’archipel. Ainsi, dans une lettre datée du 23 juillet 1607, le gouverneur du préside castillan, Diego de Miranda y Quirós, rend compte de ce rôle. Il annonce le retour à Angra de trois caravelles en provenance de l’île de Flores, à l’ouest de l’archipel, qui s’y étaient rendues afin d’y rencontrer la flotte des Indes du Portugal. Au lieu du convoi attendu, les capitaines des caravelles ont aperçu six ou sept puissantes embarcations ennemies. En outre, un des trois capitaines apportait une lettre du capitaine en chef de l’île de Graciosa qui informait qu’une flotte hollandaise venait d’accoster9. Ainsi, au sein de cet archipel composé de neuf îles et qui s’étend sur plus de neuf cents kilomètres de la plus occidentale, Corvo, à la plus orientale, Santa Maria, Terceira demeure le centre du système de mise en sécurité des flottes des quatre parties du monde où s’étendaient les présences espagnole et portugaise.

Les principaux événements dans l’île de Terceira

9Les six décennies de présence du contingent espagnol à Terceira sont marquées par quelques événements ou phénomènes qui dessinent le cadre général des épisodes qui seront racontés. Tout d’abord, cette période commence au lendemain d’une longue résistance face au pouvoir du nouveau roi de Portugal, Philippe Ier (Philippe II en Espagne). Les batailles navales conduites par un héros de Lépante, le marquis de Santa Cruz don Álvaro de Bazán, au nom du roi d’Espagne et de Portugal et, contre eux, par l’amiral Philippe Strozzi pour le compte du roi de France allié du prétendant à la couronne portugaise, Antoine prieur de Crato, ont fait l’objet de nombreux récits, depuis lors et jusqu’à nos jours. Pendant les trois années au cours desquelles la société de Terceira a refusé sa fidélité au nouveau roi, les partisans du prieur de Crato, sous la houlette de son homme-lige Manuel da Silva Coutinho, comte de Torres Vedras, terrorisèrent les sujets qui souhaitaient en finir avec un isolement sans issue. Violante do Canto e Castro héritière de la grande dynastie des provedores das armadas (surintendants des flottes) de Terceira apporta son soutien financier au prieur de Crato et aspira à devenir l’âme de ce royaume croupion qu’était devenue l’île de Terceira, dès la fin de l’année 1581, lorsque presque tous les territoires étaient rentrés dans l’ordre dans le reste de la monarchie portugaise. La victoire espagnole à l’été 1583 se solda par la mise à sac d’Angra, l’exécution en place publique de Manuel da Silva Coutinho et l’exil forcé de Violante do Canto e Castro. La terreur espagnole succédait à celle des partisans d’Antoine prieur de Crato. Ce point de départ est très important pour comprendre les ressorts de la vie politique ultérieure, dans la mesure où de nombreuses familles d’Angra conservèrent pendant toute la période de l’union des couronnes la mémoire des violences commises et subies par l’un et l’autre parti avant et après 1583.

  • 10 AGS, G y M, leg. 797, 29 mai 1614.

10Parmi les événements qui ont rythmé la vie des habitants de l’île, il faut prendre en compte une terrible épidémie qualifiée de peste qui en 1598-1599 tua en quelques semaines quelque sept mille insulaires sur une population totale de plus de vingt mille personnes. L’autre désastre collectif fut le tremblement de terre de 1614 qui détruisit les localités de la zone nord-est de l’île, le secteur de Praia, et affecta également Angra, faisant plusieurs centaines de victimes dans l’ensemble du territoire10. Moins spectaculaires que les épisodes sismiques, des pluies torrentielles associées à des tornades de vent pouvaient provoquer des dégâts considérables sur l’ensemble du bâti. Des épisodes de sécheresse ont entraîné des phénomènes de pénurie de grain et de hausse des prix. À côté de ces événements qui eurent un impact négatif sur la population, il faut tenir compte du phénomène qui donne son titre à cet ouvrage : le très grand nombre de mariages contractés par des soldats du contingent espagnol avec des femmes insulaires. Cette pratique était contraire à la bonne marche de la discipline militaire et elle tendait à gommer non seulement la distinction entre vie de caserne et société urbaine, mais plus encore l’opposition entre l’appartenance à la couronne de Castille et la fidélité à celle du Portugal.

11Le contingent espagnol n’a pas uniquement apporté à Angra des centaines de fiancés et de prétendants. Les gouverneurs successifs ont entrepris, à partir de 1593, l’érection d’une forteresse sur la presqu’île qui domine et même surplombe la ville, le Mont Brésil. Le fort San Felipe, devenu fort São Jõao Baptista après la fin de l’union des couronnes, mobilisa des ressources initiales importantes, une main d’œuvre composée de soldats et de forçats, d’ingénieurs et d’architectes. Son entretien ne fut jamais correctement financé, certaines parties de l’ouvrage menaçant ruine avant même que le chantier eût été terminé. C’était là le lot commun de bien des ouvrages d’art, pour une monarchie hispanique toujours sur le point de faire banqueroute. Cette forteresse renforçait sans nul doute la fonction de refuge qui était celui du port d’Angra depuis le xvie siècle, pour le plus grand profit des flottes portugaises et castillanes. Mais les besoins de son entretien devinrent une source permanente de tensions entre les gouverneurs et les notables locaux. En outre, l’existence de la forteresse aurait dû accentuer la discrimination spatiale entre le monde de la soldatesque espagnole et celui de la ville, selon les souhaits des autorités portugaises elles-mêmes. Sans doute la promesse de cette séparation entre la ville et l’espace des militaires fut-elle, du moins au départ, un moteur puissant pour faire adhérer les notables locaux au projet de construction et leur faire accepter le principe d’un co-financement de l’ouvrage par la couronne du Portugal, à travers la société des Açores, et par la couronne de Castille. Or les insulaires eurent souvent le sentiment de subir une triple peine : voir une forteresse en principe réservée aux seuls Espagnols dominer leur ville, mais en même temps constater qu’officiers et soldats de ce contingent étranger continuaient de résider au sein de la cité, et pour finir devoir contribuer au financement d’une entreprise qui ne répondait pas à leurs aspirations. Pendant la période de l’union des couronnes, la construction du fort San Felipe marque une césure entre deux époques, parce qu’à Angra comme dans tant d’autres cités vaincues, l’érection d’un grand ouvrage militaire aux portes de la ville, qui plus est sur une éminence, inscrivait dans le paysage la perte de l’autonomie politique.

12En dépit de la très dure répression qui s’abattit sur les partisans du prétendant au trône, Antoine prieur de Crato, après le débarquement des hommes du marquis de Santa Cruz en 1583, dès 1598 la vie de l’île est ponctuée par des soulèvements de plus ou moins grande ampleur dont les acteurs pouvaient être tantôt des soldats du contingent affamés parce que leur solde ne leur était pas servie, tantôt des secteurs de la population insulaire exaspérés par des exactions nouvelles. En règle générale, les condamnations de soldats mutins étaient impitoyables, parce qu’elles relevaient du for militaire de Castille, tandis que celles prononcées contre les açoriens en révolte étaient plus clémentes parce qu’elles émanaient des juridictions portugaises ordinaires. Tout au long de la période, les correspondances envoyées à Madrid et à Lisbonne témoignent de la persistance de la mémoire des années de guerre (1581-1583), de la fidélité au prétendant malheureux et à ses fils, voire aux fantaisies inspirées par l’espoir d’un retour du roi dom Sebastião. Dans le même temps, rixes, fraudes, chapardages et désertions étaient des formes de délinquance le plus souvent individuelles. Cependant, sans trop solliciter les documents qui en rendent compte, on peut interpréter nombre de ces manifestations déviantes comme autant de symptômes de tensions qui touchaient l’ensemble de la société. Le conflit le plus spectaculaire fut sans doute celui qui opposa en 1623 le gouverneur castillan Pedro Esteban de Ávila et le surintendant des flottes de l’Inde Manuel do Canto e Castro, grand notable de la ville et chef de l’une de ses principales factions. Le dernier chapitre de ce livre porte sur cette affaire et ses ramifications.

Dramatis Personae

13Pour aider le lecteur à mieux suivre les épisodes qui seront rapportés dans ce livre, il est utile de disposer des noms et fonctions de certains des personnages placés au cœur des événements, d’abord en raison de leur responsabilité institutionnelle. La documentation mobilisée étant essentiellement celle de la correspondance du Conseil de la Guerre de Madrid, les personnages de loin les plus présents sont les officiers supérieurs en charge du contingent militaire castillan. Ils portent différents titres (maestre de campo, capitán general, gobernador). Pour la simplicité de l’exposé, ils seront ici toujours qualifiés comme gouverneurs. En gras, ceux qui interviendront dans le récit.

14Juan de Urbina (1583-1591) installe la troupe et fonde le préside

15Antonio de la Puebla (1592-1594), Juan de Amilibia assure son intérim

16Antonio Centeno (1594-1600)

17Diego de Miranda y Quirós (1600-1607), Francisco de la Rua assure l’intérim

18Pedro Sarmiento (1609-1614), son frère lieutenant assure l’intérim

19Gonzalo de Messía (1615-1618), Alonso Verdejo assure l’intérim

20Juan Ponce de León (1618-1622)

21Pedro Esteban de Ávila (1622-1625)

22Íñigo Hurtado de Corquera (1625-1628)

23Diego Fajardo (1628-1639)

24Alvaro Viveiros (1639-1642)

25Les plus hauts magistrats de la couronne portugaise à Terceira sont les corregedores dos Açores, dont le ressort juridictionnel est l’ensemble de l’archipel. En principe, ils doivent résider trois mois par an à Angra, trois mois à Praia da Vitória au nord-est de l’île, trois mois dans l’île de São Miguel et trois mois d’île en île dans le reste de l’archipel. En réalité, ils résident la plupart du temps à Angra.

26Christovão Soares de Albergaria (1590- ?)

27Diogo Monteiro de Carvalho (?-1599)

28Leonardo da Cunha (1599-1606)

29Francisco Botelho (1606)

30Roque da Silveira (1607-1611)

31João Correia da Mesquita (1611- ?)

32Manuel Correia Borba (1618- ?)

33Pero Vaz Freire (1622-1626)

34Francisco de Carnide (1626-1634)

35Diogo Marchão Temudo (1634-1640)

36Diogo Botelho (1640- ?)

37Parmi les vice-rois du Portugal qui ont manifesté un grand intérêt pour les affaires de Terceira, il convient de signaler le rôle de Christovão de Moura, marquis de Castelo Rodrigo. Ce conseiller portugais de Philippe II en matière d’affaires portugaises avait œuvré à faire pencher la balance en faveur du roi de Castille dans le processus de succession à la couronne de Portugal. Philippe III, à son tour, fit appel lui et lui conféra le titre de vice-roi de Portugal de 1600 à 1603, puis de 1608 à 1612. Son épouse Margarida CorteReal était l’héritière en titre de la « capitainerie » de Terceira, c’est-à-dire de la seigneurie accordée par les rois portugais à de grands féodaux sur les territoires de l’expansion.

Notes

1 AGS, G y M, leg. 838, 07 avril 1618.

2 Artur Teodoro Matos, « As escalas do Atlântico no século xvi », Revista da Universidade de Coimbra, 34, 1988, pp. 157-183.

3 Maria Hermínia Morais Mesquita, « Escravos em Angra no século xvii : uma abordagem a partir dos registos paroquiais », Arquipélago. História, 2a série, IX-X, 2005-2006, pp. 209-233.

4 AGS, G y M, leg. 825, 20 janvier 1617.

5 AGS, G y M, leg. 708, 21 janvier 1608.

6 AGS, G y M, leg. 707, 17 juillet 1608, 30 juillet 1608 (Francisco de La Rua). Voir José Damião RodrigueS, Poder Municipal e Oligarquias Urbanas : Ponta Delgada no século xvii, Universidade dos Açores, Ponta Delgada, 1992 et du même auteur, Histórias Atlânticas. Os Açores na primeira modernidade, Lisboa, CHAM, 2012.

7 AGS, G y M, leg. 655, doc. 20 ; leg. 657, doc. 63.

8 AGS, G y M, leg. 655, doc. 239 ; leg. 663, doc. 56, doc. 186.

9 AGS, G y M, leg. 686, doc. 208.

10 AGS, G y M, leg. 797, 29 mai 1614.

© Casa de Velázquez, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search