Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Quatrième partie. À l'œuvre. Mesure et limites d'une action répressive

Chapitre xvi

Un thème important : sorcellerie et magie

Texte intégral

Omniprésence de la magie

Guérisseurs, astrologues et chercheurs de trésors

1Le 24 avril 1620, don Francisco de Acebedo, un notable, regidor de Torrijos, se dénonce devant l’inquisiteur Sandoval, en tournée dans la ville.

Il y a plus de dix-huit ans que doña Ana de Tolosa, la femme du licencié don Pedro de León y Ocampo [...] donna par écrit au témoin une recette pour soigner les personnes atteintes du mauvais œil. Il faut mettre un mouchoir de couleur sur la tête du malade. Ensuite, la personne qui soigne, tenant d’une main une assiette remplie d’eau, pose l’autre sur la tête du patient et dit trois credo. Puis, elle prononce la formule : « Au nom de la très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, trois personnes, un seul vrai Dieu, autant que cela est véritable, ôtez, Seigneur, ce mal ». En même temps, elle signe trois fois la figure du malade, comme lorsqu’on fait le signe de croix [...]

  • 1 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 18R.

2Répéter le tout trois fois. Pour vérifier la réalité de l’envoûtement, il faut poser avec le pouce une goutte d’huile sur l’eau contenue dans l’assiette : si elle se rompt, le diagnostic est confirmé et le patient doit subir des fumigations au romarin. Don Francisco a plusieurs fois utilisé ces techniques, sans penser à mal. Il est même devenu un spécialiste réputé. Il y a quatorze ans, dit-il, pris de scrupules, il a demandé conseil à un visiteur épiscopal qui, sans vraiment le condamner, lui a recommandé d’abandonner cette activité. Depuis, il s’en abstient, donnant pour prétexte aux gens qui l’importunent que ça lui est interdit sous peine d’excommunication1.

3Quelques jours avant, le notaire de la même ville avait avoué :

  • 2 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 16R.

Qu’il y a douze ans, alors que le témoin était très malade et que les médecins le donnaient pour perdu, il avait reçu la visite de Diego de Andrade, neveu de sa première femme, aujourd’hui gouverneur de Tíjola et de Serón, à côté de Baza, qui le guérit d’un envoûtement, car c’est de cela qu’il souffrait. Il lui enseigna ensuite le remède et le témoin s’en est servi pour lui et pour d’autres, gratuitement. Comme on lui disait que ses cures lui vaudraient d’aller à Tolède, il s’y rendit de sa propre volonté se présenta au lieutenant du vicaire, à qui il expliqua la manière dont il soignait. Celui-ci lui ordonna de ne plus le faire sans autorisation d’une personne compétente pour la lui donner, comme il ressort du certificat qu’il présente [...]2.

4Deux notables, gens instruits, quatre en comptant leurs informateurs, autant de guérisseurs. Une pauvresse, maintenant. Toujours à Torrijos, au cours la même visite. Elle s’appelle Catalina de Saravia :

Il y a douze ans qu’elle guérit les pustules en faisant sur elles le signe de la croix et en disant : « Au nom de Jésus », trois fois. « Au nom de Jésus, tout mal disparaisse. Jésus-Christ est né, Jésus-Christ est mort. Jésus-Christ est né à Bethléem, il est ressuscité à Jérusalem, il est allé trente-trois ans par le monde, il a pardonné à la bienheureuse Madeleine et au bon larron, il a fait beaucoup de miracles encore plus grands, il a ressuscité le seigneur saint Lazare. Comme tout ceci est vérité, je supplie le Saint-Esprit et la Sainte-Trinité qu’ils daignent guérir et délivrer leur serviteur ici présent », et l’on nomme la personne [...]

  • 3 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 57RV.

5Elle évoque ensuite toute la famille de Jésus, puis raconte comment le Christ guérit saint Pierre des bubons. Elle conclut enfin sur un Notre Père et un « Je vous salue ». D’après elle, c’est efficace. On la consulte fréquemment et, à en juger par ses déclarations, elle en tire quelque bénéfice bien que, devant le juge, elle reste discrète sur cet aspect des choses. Elle ne pense que d’aussi saintes invocations puissent en rien s’opposer à l’Eglise. Elle y renoncera cependant si Monsieur l’Inquisiteur l’exige3.

  • 4 AHN INQ, leg. 192, exp. 29. L’affaire nous est connue par le procès de Pedro Gómez Ballesteros el M (...)

6Transcendant les limites des classes sociales, même démarche, mêmes techniques : toute la société communie dans la croyance en ces forces invisibles qui envoient la maladie et le malheur ou qui détruisent le mal et restaurent la santé. Le trait n’est pas particulier au XVIIe siècle et je ne suis pas sûr qu’il prenne alors plus de relief, comme on l’affirme parfois. Faisons un saut dans le temps et l’espace. Nous sommes à Daimiel, près de Ciudad Real, cent cinquante kilomètres plus au sud, en 1538. La femme de Juan de Molina, un morisque, est attaquée par les mauvais esprits. Son mari se procure un livret manuscrit en latin intitulé : Breve compendio para curar a los hombres y mujeres de espíritus, qui se trouvait en possession de « doña Leonor », veuve d’un certain « don Fadrique », sur lequel nous ne savons pas grand-chose, sinon qu’il s’agissait d’un membre de la noblesse d’Alcazar de Consuegra. L’ouvrage est rempli de formules, tirées pour la plupart de l’Evangile. Pour les mettre en œuvre, on a recours à un prêtre, Alonso Lozano, qui, en 1540, servira d’honesta persona lors de la ratification de plusieurs témoins du Saint-Office. L’arrivée d’un inquisiteur qui venait enquêter sur les nouveaux-convertis de maures l’incita sans doute à refuser sa collaboration et à dénoncer l’affaire. Nous n’en avons pas moins assisté à un étonnant brassage de classes et de cultures4.

7Il ne s’est agi, jusqu’ici, que de guérir, de faire du bien au nom de Dieu, sans évoquer d’autres forces que celles auxquelles l’Eglise a recours dans des cas semblables. Bien qu’elle n’aime pas que les laïcs prennent des initiatives de ce genre, il est lui difficile de critiquer le but, non plus que les méthodes. On est à la limite de la médecine empirique, des recettes personnelles qui se transmettent de bouche à oreille et dont on fait profiter les amis, sans penser à mal.

  • 5 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 94R-95R (1620).
  • 6 Ibid., f° 93R-94R et 96V-97V. Les faits se situent dans les années 1610.

8Un pas de plus, et nous entrons dans le domaine scabreux de l’astrologie. Cette science, exigeant des calculs complexes, est réservée aux intellectuels. Rien d’étonnant à ce que ce soit le licencié Francisco Vázquez de Avila qui dénonce, au début du XVIIe siècle, la manière dont un certain don Angel Plá, catalan, prédisait au marquis de Montemayor, à l’aide de figures compliquées, la date à laquelle il allait hériter d’un majorat, les mariages que devaient faire ses parents et autres questions tout à fait intéressantes pour l’avenir de la famille. Non seulement nous voyons les élites de la société participer d’une mentalité que nous qualifierons de « magique », mais cela semble si naturel à Vázquez qu’il a attendu dix ans pour en parler et qu’il ne le fait que sous la pression de l’édit de foi5. À Madrid, le docteur Ramírez est bien connu pour son habileté à découvrir les auteurs de larcins. Il impressionne ses client (e) s en leur indiquant, dès leur entrée dans son cabinet, la couleur de leurs sous-vêtements. Son adresse, à côté de l’ambassade d’Angleterre, est de notoriété publique. Le curé d’Illescas est également consulté sur des problèmes de ce genre pour son grand art à découvrir par l’astrologie les « choses occultes »6.

9L’Espagne paraît avoir connu, à l’époque qui nous occupe, une épidémie de « chasse au trésor » : partout, on creuse pour déterrer les richesses soi-disant enfouies par les arabes, les goths ou les gens du Moyen Age. Ecoutons le bachelier Juan de Salinas :

  • 7 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 25V-27R. Les faits datent de l’automne 1619. Luis Garcia Ballester, H (...)

Il y a huit mois à peu près que Diego Pérez de Lima, alors vicaire de la Puebla de Montalbán [...] demanda conseil au témoin : on l’avait invité à pratiquer un sortilège pour faire sortir de terre un trésor enfoui dans une rue de la ville [...] Etait-ce licite ? Le témoin lui répondit que si le formulaire n’avait pas été approuvé par l’ordinaire, ce ne l’était pas [...] Le lendemain, au sortir de l’église, il vit rassemblé un groupe nombreux. Il y avait là Lorenzo de Vega, commissaire du Saint-Office, Lorenzo Muñoz, le notaire, Jusepe de Herrera, le corrégidor [...], Yalguazil mayor aussi, et d’autres dont le témoin a oublié les noms. Ils lui contèrent comment on avait conjuré le trésor avec grande solennité, comment Diego Pérez de Lima était sorti de l’église en procession, avec étole, surplis, eau bénite et cierges allumés, comment il avait lu une formule de désenchantement écrite sur un papier que leur avait remis une femme venue de Madrid, munie d’une licence du confesseur royal pour faire apparaître un trésor dans cette ville. Le témoin leur fit les plus vifs reproches et s’étonna que les commissaires du Saint-Office [il y en avait deux à Montalbán] n’y aient pas mis le holà ou n’aient pas examiné ce papier. Il apprit plus tard que Lorenzo Muñoz [...] avait essayé de le confisquer et que la femme l’avait rompu en morceaux7.

10Imaginons dans une de nos sous-préfectures le curé, le sous-préfet, le brigadier et le notaire en train de conjurer un trésor, en pleine rue, au grand jour, devant la population assemblée, victimes sans doute des manœuvres d’un escroc... Fallait-il que cette croyance soit forte et unanime ! D’autant que ce n’est point par rationalisme que le dénonciateur s’indigne, mais parce que l’on procède sans visa de la hiérarchie ecclésiastique.

Hechiceras

  • 8 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 25V-27R. Les faits datent de l’automne 1619. Luis Garcia Ballester, H (...)
  • 9 Cet aspect est presque absent des deux ouvrages de référence sur la question en ce qui concerne la (...)

11Assez souvent donc, des activités « respectables » et bienfaisantes, pratiquées sans honte, même par des personnes de la bonne société qui font profiter leur prochain de leur savoir, et strictement limitées dans leur objet à la connaissance du futur ou au rétablissement de la santé : des techniques comme d’autres. Comment se soigner autrement, d’ailleurs, dans une société où le nombre des médecins formés à l’université est infime ?8 L’astrologie, quoiqu’en voie de déclassement, était encore, peu avant, considérée comme une science à part entière, officiellement enseignée comme telle : les mathématiques sont péniblement en train de s’en dégager. Est-il possible de s’étonner de ce recours incessant aux forces invisibles alors que tous croient à leur intervention constante dans le monde visible, alors que l’Eglise elle-même, fonde une bonne part de sa puissance sur le fait qu’elle sait manipuler efficacement les rapports entre les deux sphères ? Il est dommage, soit dit en passant, qu’au-delà du culte des saints et des rites agraires, les historiens ne se soient pas intéressé davantage à la figure du prêtre, intermédiaire entre elles, véritable « sorcier » au pouvoir toujours renouvelé par le contact physique de la divinité dans l’hostie9.

  • 10 Sur Lucía de Toledo, voir aussi : Yvette Hermosilla, « La sorcellerie morisque d’après les document (...)

12Avec la « hechicera », la tonalité change. Ni l’idée générale qu’elle se fait de son activité, ni les techniques qu’elle utilise, parfois dérivées de pratiques savantes, ne diffèrent fondamentalement de ce que nous venons de voir. Mais elle est moins frottée de science, issue d’un milieu social souvent inférieur ; très souvent aussi, une femme et, comme telle, moins considérée. Son activité, surtout, plus variée, ne connaît pas les limites de la morale officielle : bien ou mal, peu lui chaut, elle est au service de ses passions et de ses clients. D’où l’auréole douteuse et la réprobation à peine masquée, qui l’entourent. Il en est une que je connais bien, une morisque de Daimiel, Lucía de Toledo, qui exerçait dans les années 1530 et qui ne semble pas se distinguer beaucoup de ses collègues vieilles-chrétiennes. Son activité, d’ailleurs, déborde largement les frontières de la minorité. Elle est veuve, son second mari ayant été pendu en 1528 ou 1529 pour vol de bétail. Lorsque l’Inquisition l’arrête, en 1539, elle a une cinquantaine d’années. Elle s’est constituée une solide clientèle. Car, si la hechicería peut se pratiquer en amateur, elle agit, elle, en professionnelle. Dressons la liste des clients que nous lui connaissons10 :

Tableau 53. Clientèle connue de Lucía de Toledo (Daimiel, années 1530).

Tableau 53. Clientèle connue de Lucía de Toledo (Daimiel, années 1530).

13Une clientèle variée, où toutes les couches sociales sont représentées : depuis frey Jorge de Olid et le licencié Medina, prêtres, jusqu’aux individus les modestes, en passant par de solides labradores, plus comme Gregorio Hernández et son épouse. Une activité multiforme, qui tourne surtout autour de la cure médicale, la maladie étant vécue sur le mode de l’envoûtement, de la thérapie sexuelle, des relations sentimentales ou familiales, de la défense des biens. On est là sans doute au cœur des préoccupations fondamentales d’une époque.

  • 11 AHN INQ, leg. 198, exp. 3, f " 4R-6V : déposition de la mère, de la fille et d’une sœur.

14Une position ambiguë aussi. Les services que l’on demande à Lucía sont souvent honorables et tout à fait avouables : guérir une maladie, séparer un jeune fou de son amante. Mais il en est de moins reluisants : j’ai bien l’impression que Catalina López et sa fille espéraient forcer la main du fils de Miguel López de Carrión — sans doute un parti supérieur à sa condition — contre l’avis du beau-père et que, suivant le scénario que nous connaissons, la petite s’était faite engrosser par le garçon après lui avoir arraché les paroles rituelles qui faisaient véritable mariage, même hors de la présence d’un prêtre. Lorsqu’on avait essayé d’officialiser la situation, le père du jeune homme s’était naturellement élevé contre cette prétention. Avant toute chose, il avait éloigné son fils pour le soustraire aux poursuites d’une justice qui ne pouvait que prendre fait et cause pour la « victime ». Il avait sans doute, lui aussi, quelque atout dans la manche pour les négociations qui ne pouvaient manquer de s’ensuivre. C’est à ce moment délicat, où le formidable pari de la mère et de la fille allait être tranché sans qu’on sache avec certitude en quel sens que, pour faire basculer le destin, elles décidèrent de mettre en jeu les forces occultes dominées par Lucía de Toledo. Il n’y avait sans doute pas de quoi se vanter et, devant l’inquisiteur, elles passent sur les détails d’une manœuvre dont l’honnêteté ne forçait pas l’évidence11.

  • 12 Ibid., P 2R-4R.

15Par ailleurs, bien que le prix de tels services ne soit jamais évoqué qu’avec une discrétion toute médicale, sous le nom de cadeaux ou de remboursement de frais, il n’en reste pas moins que Lucía vit de sa pratique et qu’on l’accuse de servir indifféremment les deux parties d’une querelle ou de provoquer elle-même les malheurs qu’elle est ensuite chargée de réparer. María Díaz fait appel à elle pour guérir d’abord son fils, puis son mari, atteint le premier de paralysie (peut-être un rhumatisme articulaire), l’autre d’une maladie mystérieuse qui le tient au lit pendant deux mois et le met à l’article de la mort ; mais elle est convaincue que c’est Lucía elle-même qui les a faits tomber malades en leur jetant un sort, à la demande de María Hernández, laquelle cherche à se venger depuis que les Díaz ont fait perquisitionner sa maison à la recherche de chemises volées ; elle ne se prive pas de déclarer explicitement dans son témoignage qu’elles sont au plus mal, ce qui dit combien cette inimitié devait être notoire, un témoin n’ayant aucun intérêt à affaiblir ainsi la valeur juridique de ses affirmations12. Quant à Gregorio Hernández et son épouse, ils accusent carrément la magicienne d’avoir déposé chez eux le paquet de vers qu’ils trouvèrent un matin sous une natte et qui les remplit de frayeur, alors qu’eux-mêmes étaient ses clients.

16Mais à l’inverse, quel soulagement pour Pedro Martín de Almagro que de pouvoir faire immédiatement appel à elle le jour où, au lever, sa fille trouva à sa porte, juste à l’intérieur :

Une boulette de cire dans laquelle étaient enfoncées deux aiguilles, l’une guzman (sic), l’autre grosse, avec une mèche de laine sale dessus et deux cœurs d’oignons, le tout enveloppé dans un morceau de bure et mis dans un chiffon de toile noué.

  • 13 Ibid., f° 15V-16R.

17La maisonnée s’éveilla en émoi. On envoya chercher la praticienne. Elle vint en hâte et porta son diagnostic : sortilège très puissant, visant les biens, spécialement les brebis. Pendant un mois et demi elle fit des fumigations dans la maison, les mercredis et vendredis. Le péril était conjuré. Certes, on se brouilla par la suite, car Lucia prétendait allonger le traitement au-delà du raisonnable. Mais, sur le moment, on avait été bien heureux de l’avoir avec soi13.

  • 14 Ibid., f° 17V et 8R-9R.
  • 15 Ibid., f° 19RV.

18Cette ambiguïté est fatale. Nous savons, nous, que c’est la victime qui invente l’agresseur pour trouver une explication rationnelle à ses maux, à une angoisse incompréhensible autrement ; que l’agresseur lui-même, lorsqu’agresseur il y a, agit pour se décharger, à travers une action symbolique qu’il conçoit comme efficace, des tensions qui l’oppressent ; que les clients qui recherchent un renseignement, un éclaircissement sur le futur, sur le sort d’un proche, ne font pas autre chose. Lucía, la magicienne attitrée du village, est le canal par lequel tout cela passe, l’instrument qui explicite des sentiments mal formulés, qui leur donne forme et objet, les transcrit dans la syntaxe, intelligible par tous, de la magie et leur fournit un exutoire. Elle est utile, très utile. C’est l’un des personnages clefs du bourg. Mais, par une sorte de transfert, elle est aussi haïe. Cette ambivalence se retrouve dans les rapports que son activité entretient avec la religion. Elle utilise le pouvoir des rites chrétiens : ainsi fait-elle réciter à Juan Gómez la prière de « san Cebrián » à l’église, pendant la lecture de l’Evangile. Isabel López, devant l’échec de la cure qu’elle lui propose, se tourne vers Notre-Dame des Neiges et Notre-Dame de la Paix, leur fait des vœux, leur promet des pèlerinages, avec la claire conscience de transférer sa clientèle à une maison concurrente, comme qui change de médecin14. Les témoignages, pourtant, ne parlent guère du diable, explicitement du moins, peut-être parce que personne ne tient à avouer à l’Inquisition qu’on le fréquente, peut-être aussi parce qu’il n’est pas encore, à cette date, un personnage clairement individualisé par les gens simples, peu habitués à reconnaître un être unique et toujours détestable, bien que polymorphe, derrière les diverses manifestations de puissances qu’il n’est pas toujours facile de rattacher à l’Eglise. Il se pourrait que seuls les intellectuels en aient été alors capables. Ainsi, ce licencié Medina, que nous avons rencontré comme client, et qui répandait le bruit que le démon, sous la forme d’un bouc, venait brouter l’herbe à la bouche de Lucía : il éprouvait le besoin d’exprimer son malaise selon un code différent de celui de ses concitoyens moins éduqués, et l’on glisse alors vers la « bruja », la sorcière telle que la définissent les traités érudits, image absente de l’esprit des autres témoins15. Une tentative du tribunal pour enrichir le dossier en faisant de divinités anciennes, donc diaboliques, la source du pouvoir de la hechicera, en lui attribuant des cérémonies nocturnes d’adoration aux étoiles, échouera en grande partie et ne rencontrera un écho relatif que chez quelques personnes frottées de culture savante.

  • 16 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f 5V-6R.

19Lucía n’est pas isolée. Son seul procès mentionne deux consœurs : une à Daimiel, l’autre à Almagro. En 1620, à Pelayos, à la limite des actuelles provinces de Madrid et d’Avila, on signale une María López, qui présente des caractères fort semblables et qui, comme elle, jouit d’une réputation qui déborde les limites de son village16. C’est par dizaines qu’on relève les mentions de telles personnes dans les registres de l’Office. Elles sont peu fréquentables. Il est étonnant de constater combien les rapports avec Lucía de Toledo sont du ressort exclusif des femmes : même lorsque le mari est impliqué dans l’affaire et que la décision de recourir à la magicienne a été prise en commun, c’est l’épouse qui se met en avant, se charge de la négociation, expose les problèmes... et dénonce à l’Inquisition. Comme si avouer un tel contact était indigne d’un mâle. Ou dangereux... Malgré tout, ces spécialistes sont admises et reconnues par une culture et une société où elles ont leur place, leur fonction, et qui ont besoin d’elles. C’est là-dessus qu’il faut insister, pour bien marquer la difficulté de la tâche qui attend le Saint-Office.

Extirper les superstitions ?

  • 17 J. Caro Baroja, Vidas mágicas e Inquisición, Madrid, Taurus, 1967, 2 vol. ; G. Henningsen, The Witc (...)
  • 18 Alfonsode Castro, De justa haereticorum punitione libri tres, Venise, 1549, f° 68R.

20Tout ce que je viens d’exposer est connu. Des ouvrages comme ceux de Julio Caro Baroja ou de Gustav Henningsen ont mis depuis longtemps ces faits en évidence17. Il convenait cependant d’y revenir pour bien faire voir que l’Inquisition ne va pas s’attaquer à un fait marginal ou marginalisable, comme le protestantisme, mais à quelque chose d’inscrit au cœur des comportements, au centre d’une vision du monde dont participent toutes les catégories sociales, y compris les propres agents de l’autorité. L’Office, d’ailleurs, ne cherche nullement à imposer un quelconque rationalisme : il veut seulement éviter que des forces qu’elle réprouve concurrencent l’Église, rien d’autre. La définition qu’Alfonso de Castro donne de la magie est on ne peut plus claire à ce propos : c’est « confugere ad daemonem... Deo relicto », se réfugier auprès du démon en abandonnant Dieu18. La difficulté consiste à distinguer l’un de l’autre, étant donné qu’ils n’ont pas coutume de signer leurs actes et qu’ils agissent de manière fort semblable. Tout est affaire de nuances. L’Eglise se pose en arbitre, et tranche : à travers les poursuites contre les magiciens, c’est le clergé qui affirme sa puissance et tente d’imposer son monopole sur les relations avec l’au-delà.

  • 19 « Ille enim solus divinator dicitur qui sibi indebito modo [c. a. d hors révélation divine] usurpat (...)
  • 20 Ibid., f° 69RV.

21Suivons Castro. Sont répréhensibles les maléfices qui poursuivent un but opposé à la loi de Dieu et à la morale : magie amoureuse, maléfices effectués sur des figures de cire, nouement d’aiguillettes, etc. ; les rites qui utilisent des invocations, des prières et des objets sacrés chrétiens, spécialement l’eucharistie, de manière indue, soit qu’on leur manque de respect, soit que l’usage qui en est fait implique des croyances contraires à l’orthodoxie, comme l’efficacité directe des saints, en oubliant qu’ils ne sont que de simples intercesseurs et que Dieu seul agit à travers eux ; les rites qui font appel à des personnages ou à des forces qui ne sont pas classés, dans le monde invisible tel que l’Eglise le décrit, comme amis de Dieu et qu’on regroupe sommairement sous le nom de démons ; les actes qui visent à prévoir, à influencer ou à connaître à distance des événements indépendants de l’enchaînement strict des causes naturelles, pouvant être influencés par le libre arbitre du cœur humain : ainsi toute technique visant à obliger un homme à aimer une femme ou à savoir s’il l’aime toujours, sauf révélation directe par la divinité19. Tout acte commis dans ces conditions et qui dépasse les capacités naturelles d’un individu, ne peut l’avoir été qu’à la suite d’un pacte avec le démon. Le démon, car Dieu n’intervenant pas, par définition, dans une action mauvaise, la force surnaturelle qui a permis de surmonter les lois de la nature ne peut être que celle de l’Ennemi. Pacte, car le démon ne donne rien gratuitement. De ces pactes, deux sortes : l’explicite, passé avec le Diable en personne, assis sur son trône ; l’implicite, conclu avec l’un de ses serviteurs ou disciples, par simple invocation, sans que soit nécessaire une cérémonie d’allégeance particulière20.

  • 21 Le droit séculier prévoit la peine de mort. En fait, le coupable est condamné à la prison perpétuel (...)

22Toujours selon Castro, l’Inquisition peut intervenir si l’une des trois conditions suivantes est remplie : s’il y a eu pacte explicite ou implicite ; si le maléfice suppose la négation du libre arbitre ; si les techniques utilisées rendent l’intéressé « véhémentement suspect » d’hérésie : autrement dit, dans tous les cas. L’auteur, cependant, qui écrit avant 1547, invite les juges à une application modérée de ces principes, car le Saint-Office est en concurrence avec les tribunaux ecclésiastiques et laïcs, s’agissant d’un délit mixti fori21. De fait, nous savons que la répression inquisitoriale fut très inégale : presque nulle avant 1530, elle prit une certaine importance — quatre à huit cas par an — entre 1531 et 1560, tout en ne tenant qu’une place réduite dans l’activité globale de la cour ; à nouveau négligeable jusqu’en 1610/1620, elle retrouva alors un niveau proche de celui du milieu du XVIe siècle en valeur absolue, très supérieur en valeur relative : vers 1650, elle constitua même, momentanément, la principale activité du tribunal en matière de foi ; elle restera l’une des ses préoccupations essentielles jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, bien qu’avec moins d’un procès par an, on n’ait pas dû alors en sentir beaucoup les effets dans le district.

23Ces rythmes répondent uniquement à des variations de la politique répressive. Nous savons déjà comment, dans les années 1530-1550, le Saint-Office dut faire flèche de tout bois pour trouver sa matière justiciable et envahit sans scrupule le terrain des officialités. Nous avons vu comment, vers 1560, l’action se centra sur des thèmes précis, dont la répression de la magie ne faisait pas partie. Peut-être ne voulait-on pas heurter de front les croyances populaires... Il faudrait mieux connaître l’activité des justices épiscopales en ce domaine pour l’affirmer.

  • 22 « Porque contienen muchas cosas curiosas y supersticiosas » : J. M. de Bujanda, Index de l’Inquisit (...)
  • 23 Concile de Trente, Session XXV, De invocatione, veneratione et reliquiis Sanctorum et sacris imagin (...)
  • 24 Lea, IV, 169.
  • 25 Lea, IV, 190, n. 1.
  • 26 AHN INQ, lib. 1231, f° 193R.
  • 27 Lea, IV, 190.

24Evolution inverse au début du XVIIe siècle. La contre-réforme faisait sentir ses effets. Déjà, l’index espagnol de 1559 avait interdit une longue liste de livres d’heures, surtout en romance, « parce qu’ils contenaient beaucoup de choses curieuses et superstitieuses », des prières du genre de celles que nous avons vu réprouver au tout début de ce chapitre22. Le concile de Trente, dans son décret sur les images, insistait sur la nécessaire décantation des pratiques et les règles du catalogue tridentin des livres interdits apportèrent des précisions nouvelles23. Une grande sensibilité face au problème du libre arbitre, très débattu alors, joua aussi son rôle. En 1585, Sixte Quint, par la bulle Coeli et terrae, ordonnait aux prélats et aux inquisiteurs de poursuivre la divination illicite, la sorcellerie, la superstition, la magie, les incantations et leur donnait les pouvoirs nécessaires, s’ils ne les avaient pas auparavant24. Le texte n’eut pas d’échos immédiats en Espagne, peut-être parce que les inquisiteurs n’appréciaient pas d’être assimilés aux juridictions épiscopales. En 1595 cependant, pour la première fois, les lettres de commission de l’inquisiteur Manrique de Lara mentionnaient la magie parmi les délits qu’il aurait à réprimer : « Les personnes suspectes d’hérésie et d’apostasie de la foi, celles qui se livrent à des sortilèges à saveur d’hérésie manifeste, à la divination, aux incantations et autres maléfices diaboliques, ou qui exercent les arts magiques et nécromantiques ; ainsi que celles qui les croient, les suivent, les défendent, les favorisent et les recèlent »25. En 1605, le Conseil ordonnait de poursuivre l’astrologie judiciaire26. À Tolède tout au moins, les conséquences immédiates furent nulles dans ce domaine précis, bien qu’on constate un très léger redressement nombre des causes de petite magie, sans doute par effet d’entraînement. 1612, le tribunal diffusait enfin la bulle de 1585, en romance pour toucher plus de monde27, marquant le démarrage presque immédiat de la répression effective.

  • 28 Manuscrit intitulé : « Ex libris fiscalibus Michael Calvo », AHN INQ, ljb. 1245, f° 90R. Miguel Cal (...)
  • 29 On en trouvera une liste partielle aux articles « Astrologia » et « Hechicería » de BNM, Mss. 5760.

25L’édit de foi fut modifié et précisé. Dans sa version définitive il définissait assez bien, quoique de manière trop technique pour être effectivement compris par le peuple, le champ de la juridiction couverte : pacte avec le démon (implicite ou explicite), utilisation d’objets sacrés28. Une série de dispositions postérieures maintint les tribunaux en alerte29 et, au cours des visites de district, le prédicateur de service ne manquait pas d’insister sur ce point, avec les résultats que nous savons : outre l’effet de propagande, une pluie de dénonciations. Les sentences, dans les procès « en forme », sont toutes proches de la norme que définissent les auteurs de manuels : autodafé public avec insignes et lecture de la sentence, abjuration de levi, vergüenza et cent coups de fouet, interdiction de séjour si l’accusé nie le pacte, la réconciliation remplaçant en principe l’abjuration dans le cas contraire ; des châtiments sans doute semblables à ceux que pratiquaient les autres tribunaux, et l’accent mis sur la publicité.

  • 30 Voir à ce propos : William E. Monter et John Tedeschi, « Toward a statiscal profile of the Italian (...)

26Jamais cependant, ni à Tolède, ni dans aucune des Inquisitions espagnoles, la répression de la magie n’occupa la place prépondérante qui lui était dévolue par l’Inquisition italienne. Le fait est relevé avec insistance par John Tedeschi et William Monter, qui y voient l’une des différences principales entre le Saint-Office espagnol et le romain. À l’inverse, ce que nous appellerons la catéchèse populaire, dominante à Tolède, jouait les seconds rôles en Italie, bien que, là aussi, la seconde moitié du XVIe siècle marque son essor. Il y a inversion. Serait-ce l’indice de sensibilités différentes dans les sphères dirigeantes des deux pays30 ?

27Quant aux résultats, ils sont incertains. Il est probable, d’abord, que même aux époques de splendeur, l’Inquisition de Tolède n’a jugé qu’une petite partie des causes de ce type, la plupart aboutissant aux justices ordinaires, ecclésiastiques ou séculières, et que c’est dans leurs archives, dans la mesure où on les a conservées, que dorment les réponses à bien des questions que nous nous posons. Il est probable aussi que le Saint-Office n’a jamais cherché à se substituer entièrement à elles. L’important n’était pas tant qu’il réprime effectivement que de faire savoir qu’il était chargé de la répression, autrement dit de rejeter par ce biais des comportements jusque là considérés comme normaux dans le monde de l’hérésie, donc de la marginalité. Tout incite à penser qu’à la fin de l’Ancien Régime le lien était effectivement établi. Ce n’est pas un hasard si quelques-unes des pièces les plus célèbres de l’iconographie inquisitoriale du XVIIIe siècle représentent le châtiment de sorcières. Il serait hasardeux, dans l’état actuel de nos connaissances, d’aller au-delà.

La « bruja »

Une croyance

28Le 17 mars 1581, Juan Sánchez, laboureur, vecino de Castañar de Ibor, se présente à l’inquisiteur Dávila en visite. Il raconte comment son frère s’étant marié et ayant visiblement des problèmes, il lui avait fait avouer qu’il était « noué », incapable de connaître son épouse. Juan s’était alors mis en quête d’une personne capable de le guérir, Il s’était d’abord adressé à Elvira, une spécialiste réputée de la Calzada de Oropesa (au nord-ouest de la province actuelle de Tolède) ; en vain, car elle avait été chassée de l’endroit par la justice, selon les uns, ou appelée à Talavera par une dame dont le mari était malade, selon les autres. Il avait fini par trouver à Castañar même ce qu’il était allé chercher au loin : Catalina Sánchez la Vieja, dite la Salvadora, qui avait entrepris la cure. Jusqu’ici, rien que la très classique dénonciation d’une hechicera. La veille, cependant, un certain Benito Martín de Estrella, même métier et même résidence que le témoin précédent, s’était montré plus original en déclarant comment un témoin oculaire lui avait rapporté avoir vu Catalina Sánchez tracer un cercle magique dans un pré, en compagnie d’une autre femme, et se faire ensuite transporter par le diable à quatre portées d’arbalète. Selon lui, cinq femmes dans le village étaient soupçonnées d’être :

  • 31 AHN INQ, leg. 496, exp. 4, f° 29RV.

Brujas ou hechiceras-, au point que cela se disait publiquement, que tout le monde en avait peur et que personne n’osait les irriter : à ceux qui leur déplaisaient, elles juraient qu’ils le leur paieraient. Une personne dont il a oublié le nom lui a même raconté que Catalina Sánchez avait fait fleurir du cresson par magie chez Francisco de la Rúa, regidor de Talavera31.

  • 32 J’ai utilisé les documents où, à ma connaissance, le mot « bruja » a été prononcé par les témoins o (...)

29Un mot nouveau est apparu, qu’on ne rencontre qu’exceptionnellement dans les dépositions : bruja. Pour les témoins, elle est bien différente de la hechicera. J’ai rassemblé en un tableau les traits qu’ils mentionnent pour les vingt-deux personnes dont j’ai retrouvé le procès ou la dénonciation32 :

Tableau 54. Actions attribuées aux sorcières (brujas).

Tableau 54. Actions attribuées aux sorcières (brujas).
  • 33 Dans deux cas, le fait est spontanément signalé par un témoin. Dans les quatre autres, la mention d (...)

Notes33

30La sorcière suscite la peur, une peur viscérale, irraisonnée, non seulement à cause des méfaits qu’on lui attribue, mais surtout parce qu’elle est incontrôlable. La magicienne agissait souvent pour le compte d’autrui, à la commande, dans un but compréhensible, parfois même honorable. La sorcière agit toujours à son profit, pour se venger, non pas pour obtenir un bénéfice matériel, mais pour satisfaire la plus irraisonnée des passions, sur qui personne n’a prise, la vengeance. Elle fait exclusivement le mal, s’en prenant souvent, non pas à l’adulte qui l’a offensée ou à ses biens, mais à des êtres à la fois sans défense et très chers, des enfants. La magicienne procède selon des recettes connues, que les témoins peuvent décrire et appliquer éventuellement comme des techniques que tous sont capables d’apprendre, indépendantes, sauf conditions particulières, de la personnalité de l’utilisateur. La manière dont agit la sorcière reste profondément mystérieuse. Aucun témoin ne peut dire comment elle s’y prend, quelles formules elle emploie, de quels rites elle se sert, quelles forces elle met en jeu : on constate les résultats, on ignore comment elle les a obtenus. Peut-être son pouvoir est-il purement héréditaire ? Peut-être manipule-t-elle des charmes particulièrement répugnants et trouble-t-elle le repos des morts ? On devine derrière elle, chez quelques dénonciateurs, avant toute intervention apparente des juges, la présence d’un être très puissant, représenté par le grand chien noir à qui commandait Jerónima, la gardienne de l’hôpital de Torrelaguna, ou par le bouc dont les poils, selon Maria de Manzanares, avaient une vertu curative. Le diable ? Il se peut. Le fait est que je ne l’ai pas vu nommer par les témoins.

31L’action de la sorcière se caractérise dans ses manifestations extérieures par quelques traits typiques : elle s’attaque aux bébés, qu’elle tue ou maltraite dans leur berceau. Elle les brûle ou les pince et le bleu qu’elle laisse sur la peau qu’elle a serrée signale son passage. Personne ne la voit agir, car elle plonge les témoins dans un sommeil profond. Elle vole dans les airs, passant d’un lieu à l’autre en un instant. Sorciers et sorcières enfin, se réunissent en groupes bruyants, souvent pour danser au son du tambourin, dans les champs ou dans la maison d’un complice, toujours de nuit.

  • 34 AHN INQ, leg. 90, exp. 8.
  • 35 Alan Macfarlane, Witchcraft in Tudor and Stuart England, a regional and comparative study, Londres, (...)

32La hechicera peut devenir sorcière, elle y est même particulièrement exposée : certains résultats sont attribués à la brujería, qui apparaissent aussi dans des contextes où il n’est question que d’hechicería, comme les maladies énervantes qu’on attribue à Maria de Manzanares34. Mais la pratique préalable de la magie n’est pas une condition nécessaire à la sorcellerie et, dans la plupart des cas que j’ai relevés, rien ne permet de penser qu’il en ait été ainsi. Très souvent, la sorcière est une femme âgée ou isolée, veuve de préférence, et pauvre, qui demande l’aumône et qu’on rejette. En ce sens, la plupart des éléments de mon corpus entreraient parfaitement dans l’analyse que fait Alan Mac Farlane à propos de l’Essex, où l’on conçoit la sorcellerie comme une vengeance de la victime d’un ostracisme, à qui l’on coupe les vivres en lui refusant l’aide quotidienne et informelle due aux pauvres35.

  • 36 G. Henningsen, ouvr. cité, spécialement p. 27-36.

33Cette image « populaire » de la sorcière est proche aussi de celle que Gustav Henningsen a trouvé au Pays Basque. Là-bas aussi, les enfants sont ses principales victimes ; là-bas aussi, elle agit par vengeance et selon des méthodes qui ne peuvent se transmettre comme de simples techniques à la portée de tous, elle fait peur, elle appartient à une organisation, qui lui permet d’agir en groupe, de recruter, de jouir d’un minimum de sociabilité ; elle utilise peut-être des onguents. La différence la plus évidente réside dans le fait qu’il ne paraît pas que, dans la région de Tolède, elle attaque les récoltes36.

  • 37 Je suis redevable de cette observation au Professeur Henningsen.

34Il est donc clair qu’il existe, dans le centre de l’Espagne, des croyances populaires structurées relatives à une brujería nettement distinguée de la hechicería, et qui présentent de nombreux traits communs avec ce que l’on trouve dans d’autres régions de la péninsule. Quelle est l’extension de ce trait culturel ? À l’évidence, il n’a pas la vigueur qu’on lui connaît dans le nord. Géographiquement, il est difficile de ne pas être frappé par la concentration des mentions, quelle que soit la source, dans la partie septentrionale du district, plus spécialement sur les contreforts de la Cordillère Centrale. À la seule exception du procès de Juana Ruiz, qui semble n’être qu’un montage destiné à satisfaire une vengeance dans un milieu éduqué, les plaines des environs de Madrid et de la Manche ne fournissent pas de données, bien que la documentation inquisitoriale qui les concerne soit abondante. Nous nous trouvons ici sur une frontière naturelle : au nord la Vieille Castille, débordant un peu sur le versant méridional de la Cordillère, région de grande sorcellerie ; au sud, l’Espagne méridionale, qui l’ignore37. Second problème, l’origine de cette croyance. Dans quelle mesure est-elle réellement populaire ? Dans quelle mesure a-t-elle été informée ou transformée, sous l’influence de la culture savante ? Ces questions mériteraient évidemment une étude plus approfondie, comme mériteraient d’être précisés les traits qui caractérisent la bruja. Mais ce serait trop m’écarter de mon propos.

La perplexité inquisitoriale

  • 38 J. A. Llorente, ouvr. cité, t. II, p. 57 et suivantes.
  • 39 La littérature sur le sujet est considérable. Je suis G. Henningsen, ouvr. cité, p. 370-389.

35Il est bien connu que l’Inquisition espagnole ne croyait guère aux sorcières. On sait, depuis Llorente, que la politique constante de la Suprema fut d’ordonner aux tribunaux locaux d’arracher les accusés des mains des justices séculières et ecclésiastiques pour les libérer après une peine de principe, et ce, dès les années 152038. À la suite de péripéties diverses, qu’il n’y a pas lieu de rapporter ici, on aboutit à « l’édit du silence », envoyé en 1614 au tribunal de Logroño, qui réservait la connaissance de tous les cas au Saint-Office, lequel avait reçu, par ailleurs, des instructions très détaillées pour mener les procès de telle manière qu’une condamnation au feu soit pratiquement impossible. Ce n’était, pour beaucoup, que la reprise de dispositions antérieures. Certes, ces mesures ne concernaient qu’un district et des problèmes sérieux se posèrent encore, tant au Pays Basque que dans toute la frange montagneuse du nord de la péninsule, car les justices séculières continuaient à expédier gaillardement des malheureuses au bûcher. Quelques inquisiteurs même, soumis aux pressions locales, furent tentés de condamner d’abord et de réfléchir après. Mais la religion du Conseil était faite : la brujería, possible en théorie, n’était, la plupart du temps, qu’illusion d’ignorants. Il fallait, pour rendre une sentence de mort, disposer de la preuve matérielle des faits : meurtres, présence physique du diable, etc. On ne l’eut évidemment jamais et, sauf accident, lorsque le Saint-Office eut le loisir d’intervenir, les accusés s’en tirèrent à bon compte39.

36L’Inquisition de Tolède, dans les rares cas qui lui furent soumis, suivit une politique tout à fait semblable. J’ignore à peu près tout ce qui concerne Pedro de Valmesada (1538). Juana Ruiz, en 1541, fut blanchie après qu’elle eût démontré le mensonge des témoins. En 1546, Juan Cabezón fut dénoncé au cours d’une visite pour divers blasphèmes et paroles scandaleuses. L’accusation de brujería est accessoire, due au fait que sa mère avait été condamnée en son temps pour cela par la justice séculière : l’inquisiteur Guevara ne paraît y avoir attaché aucune importance, à en juger par la sentence — une amende de six ducats et pénitence publique — que suffisent largement à expliquer ses autres délits ; tout fut réglé à Hita, au cours d’un procès allégé, rondement mené. Silence complet des sources jusqu’en 1581 où, toujours au cours d’une visite, sont dénoncées cinq femmes de Castañar de Ibor, parmi lesquelles la Catalina Sánchez dont j’ai parlé plus haut. Il ne paraît pas qu’on ait donné suite.

37Dix ans après eu lieu la plus grosse affaire traitée par le tribunal en ce domaine. Le mieux que je puisse faire est de transcrire l’une des relations de causes correspondantes, texte très riche, d’où ressort la philosophie de la cour :

  • 40 AHN INQ, leg. 2105, exp. 73, relation de causes, Catalina

Catalina Mateo, veuve, domiciliée au Casar de Talamanca, cinquante ans. Elle fut arrêtée par le vicaire d’Alcala, suite aux dépositions de seize témoins qui affirmaient qu’au cours des quatre dernières années, quatre ou cinq bébés étaient morts de mort violente au Casar, dans des circonstances telles seules des brujas avaient pu le faire et que ladite Catalina, ainsi qu’Olalla Sobrina et Juana Izquierdo étaient publiquement tenues pour telles. Au cours du procès, et sous la torture, la Mateo avoua qu’il était vrai que quatre ou cinq ans auparavant, Olalla Sobrina lui avait proposé d’être bruja, lui déclarant qu’elle l’était elle-même, que le démon la connaissait charnellement et que c’était un bon métier. Elle 1 avait convoquée une nuit, par l’intermédiaire de Juana Izquierda et, alors qu’elles étaient toutes trois réunies, le diable était entré sous la forme d’un bouc. Parlant d’abord en particulier à Olalla et à Juana, il les avait embrassées. Quand elles lui eurent dit que Catalina voulait elle aussi devenir bruja, il s’était adressé à elle et lui avait demandé un fragment de son corps. Elle lui proposa l’ongle du majeur de sa main droite. Ensuite, pour fêter la nouvelle venue, elles avaient dansé avec le bouc et celui-ci les avait connues charnellement toutes les trois, en présence les unes des autres.
Cette nuit-là, Olalla lui oignit les articulations des doigts des pieds et des mains et, en compagnie du bouc, elles se rendirent toutes dans une maison où, portant des braises dans une tuile, elles entrèrent par la fenêtre, à minuit. Ayant endormi les parents en glissant des pavots et d’autres herbes sous leur oreiller, elles tirèrent une petite fille du lit et l’étouffèrent en lui pressant les hanches (?) [las ancas]. Puis, allumant le feu avec la braise qu’elles portaient, elles lui brûlèrent le bas du dos et lui rompirent les bras. Le bruit réveilla alors les parents et elles revinrent toutes les trois chez Olalla, en compagnie du bouc. Là, elles s’habillèrent et chacune regagna sa maison, car, à l’aller comme au retour, elles volaient nues dans les airs, et disaient, en passant au-dessus de la faîtière ( ?) de chaque maison : « Par la colère de sainte Marie » [« diciendo de viga en viga : "Por la ira de Santa Maria" »].
Quelques jours plus tard, le bouc s’était rendu, de nuit, chez la Mateo et, la trouvant au lit, l’avait forcée et connue charnellement. Elle donna des détails sur ce point. Il revint faire de même dix ou douze nuits d’affilée et de nombreuses autres fois pendant les quatre ans en question, jusque dans les prisons du vicaire. Quelques jours plus tard, chez Olalla, il lui remit un couteau avec lequel elle coupa l’ongle qu’elle lui avait promis et le lui donna. Elles se réunirent chez Olalla en compagnie du bouc d’autres nuits encore. Elles allèrent dans une autre maison et y étouffèrent un petit garçon, auquel elles avaient arraché le sexe. Puis, dans deux autres maisons, elles tuèrent deux autres bébés. L’accusée n’avait invoqué le diable qu’une fois, lui disant : « Démon, viens à moi, sans qu’on aille te chercher ni qu’on t’appelle ». Elle ratifia ses déclarations après le délai légal. Le vicaire la confronta avec Olalla et elle répéta en sa présence tout ce qu’elle avait dit, alors qu’Olalla niait.
On en était là lorsque le vicaire remit la cause au Saint-Office, qui plaça l’accusée en détention préventive. Au cours de la première audience, demanda miséricorde du grave péché qu’elle avait commis en s’accusant, elle et les deux autres, devant le vicaire. Elle ne l’avait fait que par peur de la torture. L’Office examina seize témoins au Casar. Il en ressortit que les enfants étaient bien morts et qu’on les avait trouvés de la façon qu’elle disait l’accusée qui avait avoué les faits. Le procès étant instruit, elle fut mise à la question. Une fois la sentence prononcée, on descendit à la chambre de torture et, admonestée, avant même qu’on la déshabille, elle déclara que tout ce qu’elle avait dit devant le vicaire d’Alcala était vrai. Elle le répéta effectivement en substance, bien qu’elle variât un peu sur les détails. Elle insista beaucoup sur le fait que tout cela était exact.
Au cours des audiences qui suivirent, elle ratifia ses aveux et nia savoir de quoi était fait l’onguent, ni avoir eu d’autre pacte tacite ou explicite avec le démon. Elle donna pour justifier l’inimitié qu’elle éprouvait pour les parents des enfants les raisons qu’ils avaient eux-mêmes indiquées et qui les avaient poussés à soupçonner les accusées de leur mort [...] La cause fut votée : autodafé, abjuration de levi, avec mitre, deux cents coups de fouet et réclusion à volonté du tribunal40.

38Une affaire commencée sur dénonciation d’un village qui avait sans doute pris auparavant des mesures extra-judiciaires pour faire avouer les accusées, que seule désignait l’inimitié qui les opposait aux victimes ; le schéma classique du meurtre d’enfant au niveau des témoins ; la surimposition du culte diabolique, une fois entre les mains de la justice ; la peur panique de la torture l’autosuggestion ; le scepticisme de l’Inquisition, enfin, qui donne plus de valeur aux dénégations d’Olalla et de Juana qu’aux aveux de Catalina, et une sentence mi-figue mi-raisin, réduisant l’affaire aux proportions d’une simple cause d’hechicería. Les deux complices reçurent des peines encore plus légères, sans doute parce qu’elles avaient moins varié dans leurs déclarations. Le dossier fut consulté par la Suprema, à titre de précédent, lors d’autres affaires.

  • 41 AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 24R.

39La visite de 1616 dans la région de Torrelaguna suscita la dénonciation de neuf personnes, dont Maria López, contre laquelle le notaire reçut douze témoignages, très stéréotypés, avant de noter, désabusé : « Plus de trente hommes et femmes se présentèrent aussi, qui n’ajoutaient rien aux témoins précédents. On n’a donc pas enregistré leurs dires. En foi de quoi [...] »41. On ne donna pas suite.

  • 42 Cf. n. 32.

40Les deux dernières affaires eurent lieu en 1640 (Maria de Espoleta) et 1646 (Maria de Manzanares). Ici encore, les sentences furent extraordinairement légères si on les compare aux faits reprochés au départ : une simple réprimande pour la première, une abjuration de levi dans la salle d’audience et trois ans d’interdiction de séjour pour la seconde, accusée pourtant de plusieurs meurtres, mais qui résista à la torture42.

41C’est tout. Les brujas, on le voit, n’ont guère occupé les inquisiteurs de Tolède, sans doute parce que la croyance n’était pas suffisamment diffusée dans le district. Leur attitude n’en est pas pour autant dénuée d’intérêt.

42On remarque d’abord leur passivité. Nulle propagande sur le sujet, sauf une brève mention dans l’édit de foi, discrétion la plus entière sur les affaires qui n’étaient pas tombées dans le domaine public avant leur intervention. La loi du silence, mieux, le refus de voir. La matérialité des indices, la qualité des témoignages, les aveux renouvelés de l’accusée, la manière dont ils recoupaient les indications des témoins suffisaient à envoyer Catalina Mateo au bûcher ; la dénonciation de 1616, faite par tout un village, curé en tête, constituait en droit une base plus que suffisante pour ouvrir une enquête ; au lieu de quoi, un inquisiteur en visite prit sur lui de renvoyer chez eux les informateurs sans même noter jusqu’au bout leurs dépositions. Dans les deux cas, l’attitude des magistrats ne se justifie d’un point de vue juridique que s’ils considèrent le délit lui-même comme impossible.

  • 43 W. E. Monter et John Tedeschi, art. cit., Alfred Soman, « Les procès de sorcellerie au Parlement de (...)

43Cela montre simplement que les inquisiteurs de Tolède participaient de l’esprit qui animait la plupart de leurs collègues espagnols et qui les amena, à l’issue d’une réflexion qui culmina au début du XVIIe siècle, à refuser dans la pratique l’idée du sabbat, d’une intervention directe, physique, du diable dans la réalité de ce monde. La chronologie locale correspond bien à l’évolution nationale : dans la première moitié du XVIe siècle, l’accusation est rejetée faute de preuves, pour insuffisance des témoignages. Soixante ans plus tard, l’existence du délit est mise en cause non plus pour des questions de forme, mais en raison d’une impossibilité au fond. Il y a débat, cependant : qualificateurs et magistrats considèrent l’affaire comme assez sérieuse pour mettre une accusée à la torture. Vingt ans encore, et la cause est entendue : il est remarquable qu’au cours du procès de María de Espolea on se soit contenté de vérifier qu’il n’y avait rien à lui reprocher de plus que ce que contenait la dénonciation, sans même avertir le Conseil, et que nulle part on ne fasse allusion ni à l’arrêt pris à propos des affaires de Logroño, ni à une quelconque règle édictée par la Suprema ; la conviction des juges est assez forte pour qu’ils n’éprouvent pas le besoin de se référer à une autorité supérieure. En cela, ils ne se distinguent guère de leurs confrères italiens ou des magistrats du Parlement de Paris, comme on l’a récemment démontré43. Ces hommes ne sont donc pas guidés seulement par une expérience nationale, fondée sur le faible rôle de la sorcellerie à sabbat dans la culture populaire espagnole. Ils participent en fait à une culture internationale, une culture d’élites. Car à un niveau à peine inférieur, d’autres hommes de loi, laïcs comme gens d’Eglise, croient aux brujas au centre même de l’Espagne, et agissent en conséquence. C’est à eux, autant qu’au peuple, que s’adressait dans ce domaine le message acculturant de l’Office.

Notes

1 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 18R.

2 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 16R.

3 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 57RV.

4 AHN INQ, leg. 192, exp. 29. L’affaire nous est connue par le procès de Pedro Gómez Ballesteros el Mozo, un morisque qui servit d’intermédiaire. L’Inquisition s’y intéressa car elle crut avoir localisé un ouvrage religieux musulman. Elle comprit vite son erreur. Le livret contenant les formules se trouve encore dans le dossier.

5 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 94R-95R (1620).

6 Ibid., f° 93R-94R et 96V-97V. Les faits se situent dans les années 1610.

7 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 25V-27R. Les faits datent de l’automne 1619. Luis Garcia Ballester, Historia social de la medicina en la España de los siglos XIII

8 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f° 25V-27R. Les faits datent de l’automne 1619. Luis Garcia Ballester, Historia social de la medicina en la España de los siglos XIII

9 Cet aspect est presque absent des deux ouvrages de référence sur la question en ce qui concerne la région que j’étudie : W. A. Christian Jr., Apparitions in Late Medieval and Renaissance Spain, Princeton, Princeton University Press, 1981 et Local Religion in XVIth century Spain, Princeton, Princeton University Press, 1981. On ne dispose à ce propos que d’articles décrivant des cas très particuliers.

10 Sur Lucía de Toledo, voir aussi : Yvette Hermosilla, « La sorcellerie morisque d’après les documents inquisitoriaux (1500-1650) », Religion, Identité et Sources documentaires sur les Morisques Andalous, Abdeljelil Temimi, dir., Tunis, Institut Supérieur de Documentation, 1984, p. 9-26.

11 AHN INQ, leg. 198, exp. 3, f " 4R-6V : déposition de la mère, de la fille et d’une sœur.

12 Ibid., P 2R-4R.

13 Ibid., f° 15V-16R.

14 Ibid., f° 17V et 8R-9R.

15 Ibid., f° 19RV.

16 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f 5V-6R.

17 J. Caro Baroja, Vidas mágicas e Inquisición, Madrid, Taurus, 1967, 2 vol. ; G. Henningsen, The Witches’Advócate. Basque Witchcraft and the Spanish Inquisition, Reno, The University of Nevada Press, 1980.

18 Alfonsode Castro, De justa haereticorum punitione libri tres, Venise, 1549, f° 68R.

19 « Ille enim solus divinator dicitur qui sibi indebito modo [c. a. d hors révélation divine] usurpat praecognitionem aut praedictionem futurorum eventum quae a liberis causis pendent » (Ibid., f° 66R. Voir aussi : f° 66v-68R et 74V-78R).

20 Ibid., f° 69RV.

21 Le droit séculier prévoit la peine de mort. En fait, le coupable est condamné à la prison perpétuelle, s’il est noble ; à la flagellation publique s’il ne l’est pas. Les juges ecclésiastiques ont coutume de le badigeonner de miel et de le recouvrir de plume, avant de l’exposer à la porte du palais épiscopal. CB, II, XVII, 74, p. 792.

22 « Porque contienen muchas cosas curiosas y supersticiosas » : J. M. de Bujanda, Index de l’Inquisition espagnole, 1551, 1554, 1569, Sherbrooke/Genéve, 1984, p. 202, p. 488-495.

23 Concile de Trente, Session XXV, De invocatione, veneratione et reliquiis Sanctorum et sacris imaginibus.

24 Lea, IV, 169.

25 Lea, IV, 190, n. 1.

26 AHN INQ, lib. 1231, f° 193R.

27 Lea, IV, 190.

28 Manuscrit intitulé : « Ex libris fiscalibus Michael Calvo », AHN INQ, ljb. 1245, f° 90R. Miguel Calvo était fiscal de l’Inquisition de Valence vers 1600.

29 On en trouvera une liste partielle aux articles « Astrologia » et « Hechicería » de BNM, Mss. 5760.

30 Voir à ce propos : William E. Monter et John Tedeschi, « Toward a statiscal profile of the Italian Inquisitions, sixteenth to eighteenth centuries », The Inquisition in early modem Europe. Studies on Sources and Methods, Gustav Henningsen et alii, éd., Dekalb, Northern Illinois University Press, 1986, p. 130-157.

31 AHN INQ, leg. 496, exp. 4, f° 29RV.

32 J’ai utilisé les documents où, à ma connaissance, le mot « bruja » a été prononcé par les témoins ou les inquisiteurs. En voici la liste : 1) Pedro de Valmaseda, 1538, région de Guadalajara, relation de cause, AHN INQ, leg. 467, exp. 1. 2) Juana Ruiz, épouse de Juan Gómez de Valdelomar (hidalgo), 1541, 60 ans, Daimiel, procès, AHN INQ, leg. 95, exp. 7. Affaire antérieurement étudiée par J. Caro Baroja, ouvr. cité, t. II, pp. 58-75. 3) Juan Cabezón, 1546, savetier et pêcheur, judéo-convers, Eras, procès, AHN INQ, leg. 200, exp. 20. 4) Catalina Sánchez la Vieja, alias la Salvadora, 1581, Castañar de Ibor, dénonciation, AHN INQ, leg. 496, exp. 4. 5) Cristina de Orellana, ibid. 6) Juana Sánchez la Vieja, veuve de Blasco Martín, ibid. 7) Inés García la Ximona, ibid. 8) Francisca Martín, ibid. 9) Catalina Mateo, veuve, 1591, 50 ans, Casar de Talamanca, procès, AHN INQ, leg. 91, exp. 1. 10) Juana Izquierda, veuve, 1591, 60 ans, Casar de Talamanca, procès, AHN INQ, leg. 88, exp. 13. 11) Olalla Sobrina, 1591, Casar de Talamanca, relation de cause, AHN INQ, leg. 2105, exp. 73. 12) María López, veuve d’Andrés González (laboureur), 1616, Garganta de Lozoya, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 13R-16V, 24R, 49V-52R, 71R-72R. 13) María Díaz, 1616, Canencia, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 136RV. 14) Isabel Ramos, épouse de Francisco González Ramos, 1616, Montejo de la Sierra, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 74V-75V. 15) Juana de Salinas, 1616, béate^Torrelaguna, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 68R-70V et 111R-112R. 16) Jerónima, 1616, gardienne d’hôpital, Torrelaguna, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 30V-32R, 35R-36V, 73RV, 78R-80V, 101V-102R, 102RV, 148V-150R. 17) L’épouse de Pedro de la Cuesta (laboureur), 1616, Torrelaguna, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 68V-69R, 70V, 102V-103R. 18) L’épouse de Pedro de Valdolmos, 1616, Valdetorres, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 92R-93R. 19) Ana Sanz, épouse de Pedro Gutiérrez, 1616, Braojos, dénonciation, AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 153V-154R. 20) Maria de Espolea, alias la Pastora, épouse de Domingo de Güerta (pasteur), 1640, 40 ans, Valdepiélago, procès, AHN INQ, leg. 85, exp. 13. 21) Maria de Manzanares, mariée quatre fois, 1646, plus de 60 ans, Miraflores de la Sierra, procès, AHN INQ, leg. 90, exp. 8. 22) Passage de sorcières, 1574, Marjaliza, dénonciation, AAT, FICCr, Marjaliza, 1544/1597.

33 Dans deux cas, le fait est spontanément signalé par un témoin. Dans les quatre autres, la mention du sabbat n’apparaît qu’après un long séjour de l’accusée en prison : il est possible que ce soit un phénomène de suggestion.

34 AHN INQ, leg. 90, exp. 8.

35 Alan Macfarlane, Witchcraft in Tudor and Stuart England, a regional and comparative study, Londres, Routledge and Keggan Paul, 1970, spécialement p. 109-111.

36 G. Henningsen, ouvr. cité, spécialement p. 27-36.

37 Je suis redevable de cette observation au Professeur Henningsen.

38 J. A. Llorente, ouvr. cité, t. II, p. 57 et suivantes.

39 La littérature sur le sujet est considérable. Je suis G. Henningsen, ouvr. cité, p. 370-389.

40 AHN INQ, leg. 2105, exp. 73, relation de causes, Catalina

41 AHN INQ, leg. 497, exp. 8, f° 24R.

42 Cf. n. 32.

43 W. E. Monter et John Tedeschi, art. cit., Alfred Soman, « Les procès de sorcellerie au Parlement de Paris (1565-1640) », AESC, 1977, p. 790-814.

Table des illustrations

Titre Tableau 53. Clientèle connue de Lucía de Toledo (Daimiel, années 1530).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2049/img-1.jpg
Fichier image/, 784k
Titre Tableau 54. Actions attribuées aux sorcières (brujas).
Légende Notes33
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2049/img-2.jpg
Fichier image/, 292k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540