Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Quatrième partie. À l'œuvre. Mesure et limites d'une action répressive

Chapitre xiii

Causes de foi. Limites sociales et géographiques d’une action répressive

Texte intégral

1L’Inquisition ne pesait pas également sur tous les secteurs de la population. Je développerai ce point en analysant l’ensemble des accusés en fonction de la race, au sens de l’Espagne du Siècle d’Or, de l’origine géographique, du sexe, de l’âge, de la profession et de la résidence. Ce ne sera pas tâche facile, d’abord parce que les archives du tribunal taisent souvent les indications dont nous aurions besoin ; ensuite parce que nous ignorons trop de choses des populations de référence. Je ne retiendrai donc que les conclusions qui s’imposeront de manière si massive qu’il ne serait possible de les rejeter qu’au prix d’hypothèses indéfendables.

Races

  • 1 De toutes les manipulations auxquelles je me suis livré, celle-ci a suscité en moi le moins d’inter (...)

2J’ai déjà défini le contenu que je donne aux six « races » que je distingue : vieux-chrétiens espagnols, vieux-chrétiens étrangers, morisques, judéo-convers, gitans, mulâtres. Les relations de causes ne mentionnent cette donnée que dans un cas sur cinq avant 1560, dans moins de la moitié au-delà, les proportions variant notablement selon la date et le type du document. Les procès jugés au siège la taisent dans huit cas sur dix avant 1530, dans un sur trois vers le milieu du XVIe siècle et ils ne l’indiquent systématiquement que lorsqu’on applique les instructions de 1561. Les listes sommaires que j’ai dû utiliser pour la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle la signalent rarement... Au total, l’information manque pour les deux tiers des personnes jugées. Pour réduire ce chiffre, en me fondant sur l’expérience, j’ai compté comme morisques toutes les personnes accusées de mahométiser, à l’exclusion, bien sûr, des renégats, et comme conversos les judaïsants. Quelques vieux-chrétiens, quelques étrangers, peuvent s’être glissés parmi eux : c’est à coup sûr quantité négligeable du point de vue statistique. La part de l’inconnu se trouve alors ramenée à moins de la moitié, en-dessous de 40 % même, si l’on ne tient compte que des procès « en forme »1.

  • 2 Dans les tableaux qui suivent, je joins gitans et mulâtres en une seule classe, étant donné leur fa (...)

Tableau 38. Inquisition de Tolède. Répartition des accusés par races. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille2.

Tableau 38. Inquisition de Tolède. Répartition des accusés par races. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille2.

Tableau 39. Inquisition de Tolède. Répartition des accusés par races. Tous délits confondus. Procès allégés. Pour mille.

Tableau 39. Inquisition de Tolède. Répartition des accusés par races. Tous délits confondus. Procès allégés. Pour mille.

3Nous avons là confirmation du poids des vieux-chrétiens dans l’activité de l’Office au milieu et dans la seconde moitié du XVIe siècle, au XVIIIe à nouveau ; du rôle capital des judéo-convers les premières années, puis au milieu du XVIIe siècle et, ponctuellement au XVIIIe, bien que le calcul par longues périodes masque un peu ce fait ; de la place restreinte des morisques et des étrangers sur l’ensemble : tout cela était attendu.

  • 3 Pour 842 000 habitants environ, en comptant quatre personnes par feu.

4Si les accusés étaient représentatifs de la population du district, celle-ci aurait eu, à la fin du XVIe siècle, la composition suivante3 :

Vieux-chrétiens

551.700 personnes

Judéo-convers

91.800 personnes

Morisques

139.500 personnes

Vieux-chrétiens étrangers

59.400 personnes

5Or, le nombre des morisques ne saurait dépasser trente mille ; il se peut que les judéo-convers soient cent mille au sens biologique, mais certainement beaucoup moins au sens culturel, alors que l’immigration portugaise n’a pas encore produit son plein effet ; quant aux étrangers, le mieux est d’avouer notre ignorance. Même ainsi, la conclusion s’impose : à l’époque où elles jouent le rôle le plus faible dans l’activité de l’Office, ces minorités sont encore sur-représentées. Les vieux-chrétiens espagnols intéressent le tribunal, certes, mais après les nouveaux-chrétiens et les étrangers, dans les intervalles qu’ils laissent libres. La leçon que nous tirions sur ce point en conclusion du chapitre précédent est confirmée.

Origine géographique

  • 4 Pour réduire la marge d’erreur, je n’ai tenu compte, pour la période antérieure à 1565, que des aff (...)

6Les silences de la documentation peuvent amener à sous-évaluer la part des accusés espagnols nés hors du district4.

Tableau 40. Inquisition de Tolède. Origine géographique des accusés. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille.

Tableau 40. Inquisition de Tolède. Origine géographique des accusés. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille.

1MP : judaïsme, mahométisme, protestantisme ; JMPE : judaïsme, mahométisme, protestantisme exclus ; TTL : total.

  • 5 Le retour en force des nationaux au XVIIIe siècle ne s’explique pas seulement par la perte de Madri (...)

7De 1530 à 1700, entre le quart et les deux tiers des accusés poursuivis pour des délits sérieux étaient des étrangers à la nation ou à la région. L’installation de la Cour à Madrid et l’arrivée des cristiâos novos portugais ont accentué un phénomène, qui prend, au XVIIe siècle, une dimension impressionnante5 : le coupable vient de l’extérieur, il n’appartient pas physiquement à la communauté locale ; c’est un étranger, au sens géographique comme au sens culturel. Voilà l’un des traits les plus importants du message que l’Office adresse au public castillan, témoin de son action. La leçon est triple : le mal vient de l’extérieur, dont il convient de se méfier ; la communauté espagnole vieille-chrétienne est saine, dans l’ensemble ; la condamnation inquisitoriale rejette les rares brebis galeuses hors de la communauté :

Hommes et femmes

8La documentation est ici sans défaut : sur plus de huit mille cas, il ne m’est arrivé qu’une fois de ne pouvoir déterminer le sexe d’un accusé.

Tableau 41. Inquisition de Tolède. Taux de féminité. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille.

Tableau 41. Inquisition de Tolède. Taux de féminité. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille.
  • 6 La présence féminine n’est majoritaire que dans la classe « Sorcellerie/superstition », c’est-à-dir (...)
  • 7 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, p. (...)
  • 8 Cf. p. 309-317. Ceci explique en partie la remarque, souvent faite, d’une étroite corrélation entre (...)

9L’absence de femmes est normale dans un délit comme la sollicitation. L’équilibre des sexes est à peu près respecté dans le cas du judaïsme, à la seule exception des années centrales du XVIe siècle, où le nombre des cas est très réduit ; la prédominance masculine du XVIIe correspond sans doute à l’état de la population de référence, où elle s’explique aisément par le poids de l’immigration portugaise récente. La remarque vaut aussi pour le protestantisme : presque tous les accusés, ici, sont des immigrants. En dehors de ces cas et de la sorcellerie, il faut conclure à une forte sous-représentation féminine6. Nous retrouvons à propos du sexe la dichotomie qui était apparue dans l’étude de la procédure : d’un côté les délits principaux, l’hérésie formelle, où l’Inquisition se rapproche de l’idéal d’une justice dégagée des contingences matérielles et égale pour tous ; de l’autre les délits « mineurs », où le saint tribunal retombe dans le lot commun des cours d’Ancien Régime. Car cet effacement des femmes ne lui est en rien propre. En France, à la fin du XVIIIe siècle, elles ne représentent que 10 à 20 % des accusés dans les cours criminelles, 20 % à peine au Châtelet de Paris, bien qu’on ait remarqué qu’en ville, les chiffres s’élèvent7, et cette loi est encore valable aujourd’hui. L’Inquisition n’a réussi à s’en abstraire que lorsqu’elle a pu à fonctionner en vase clos, par « complicités », sans recourir à des témoins extérieurs et en alimentant sa propre activité grâce aux dénonciations des accusés eux-mêmes8. Ce n’était possible que lorsqu’elle s’attaquait à des populations qui participaient massivement à des cultures minoritaires prégnantes. Ce n’était pas le cas des vieux-chrétiens. À leur égard, en dépit de ses prétentions, elle se situait sur le même plan que les autres tribunaux.

Jeunes et vieux

  • 9 Luis de Páramo, De origine et progressu Sanctae Inquisitionis..., Madrid, 1598, p. 593. Les textes (...)
  • 10 La répartition par âges de la population de plus de quinze ans à laquelle je m’arrête est la suivan (...)

10L’étude de l’âge des accusés nous ramène à cette conclusion. Du fait de l’insuffisance de la documentation, elle n’est possible que de 1531 à 1565 (sur les dossiers originaux), et de 1581 à 1820 (sur les relations de causes et autres documents). L’accusée la plus jeune dont j’ai trouvé mention est supposée avoir neuf ans, son équivalent masculin, douze, alors que l’âge minimum de la responsabilité pénale pour les deux sexes est respectivement fixé, en droit canon, à douze et quatorze ans9. En fait, il faut compter, surtout pour les adultes, avec une large incertitude. Le pouvoir d’attraction, très fort, des chiffres ronds m’a amené à travailler sur des classes de dix ans, centrées sur les dizaines. Les calculs enfin n’ont de sens que rapportés à une population de référence. Faute de point de comparaison plus proche, je me suis fondé sur la distribution que permet de calculer la table de mortalité des générations nées à Genève entre 1625 et 168410.

11La pyramide d’ensemble, toutes périodes et tous délits confondus, est assez proche de la référence, à deux exceptions près : la sous-représentation des 16-25 ans, surtout chez les hommes, et des plus de 55 ans, compensée par une nette sur-représentation des jeunes adultes. Les chiffres globaux n’ont qu’un intérêt tout relatif, car ils résultent de la combinaison de distributions très différentes selon les délits. Cette variété est bien mise en relief par l’échelonnement des âges moyens — de 47 à 35 ans (sollicitation et délits contre le Saint-Office) — et de la place des accusés de moins de 36 ans — de 69 (protestantisme) à 8 % (sollicitation).

  • 11 P. Pétrovitch, art. cité, p. 236 ; N. Castan, ouvr. cité, p. 237.

12Dans de nombreux cas, les chiffres correspondent à ce que nous savons de la population à risque ; on ne confiait pas la tâche de confesser à des clercs sans expérience : il est donc normal que les « sollicitants » soient gens d’âge mûr ; presque tous les protestants étant des immigrants, leur jeunesse ne doit pas étonner. Le cas des judaïsants est frappant. Nous visualisons l’histoire de la minorité en fractionnant la pyramide par périodes : inversée dans les années 1530-1560, elle enregistre le vieillissement qui correspond à l’agonie de la culture judaïque autochtone ; son brutal rajeunissement, puis sa maturation progressive correspondent à l’installation et à l’enracinement des marranes portugais. Des constatations similaires valent pour l’islam, en dépit des bouleversements qu’aurait pu apporter l’immigration grenadine. Une fois admis qu’on n’avait guère de chances d’être jugé avant vingt ans, il semble que l’Inquisition ait réussi à annuler, en ce qui concerne les minorités hétérodoxes plus spécialement désignées à son attention, la sur-représentation massive des jeunes hommes de 25 à 35 ans que l’on constate dans l’activité de presque tous les tribunaux de l’époque11.

13Il n’en va pas de même pour les « paroles et blasphèmes », délit typique des vieux-chrétiens : les déformations s’accumulent. La pyramide de 1531-1560 marque une sur-représentation claire des 26-35 ans. La suivante (en fait 15811620) exagère encore le trait chez les hommes. Pour le reste du XVIIe siècle, ce sont les 36-45 ans qui dominent, presque deux fois plus nombreux qu’ils ne devraient l’être. Je doute que ces évolutions reflètent des changements dans la criminalité ; bien plutôt, au XVIe siècle, une impossibilité à dépasser les cadres généraux qui enserrent l’action judiciaire et, au XVIIe, la politique de l’Office, qui cherche, sur un nombre de cas plus restreint, l’exemplarité que comporte le châtiment d’adultes mûrs.

Un tribunal pour la ville

  • 12 La répartition des agglomérations entre les cinq classes est expliquée p. 26. Dans le tableau, le p (...)

14À condition de ne raisonner jusqu’en 1565 que sur les dossiers originaux, à l’exclusion de relations de causes, la documentation inquisitoriale ne présente pas d’obstacles insurmontables pour l’étude de la résidence des accusés : 5 % seulement des domiciles ne sont pas mentionnés dans les dossiers originaux entre 1481 et 1560, un peu moins de 20 % dans les relations de causes de 1561 à 1620. Quelques sondages m’ont montré que ces domiciles « inconnus » se répartissaient en fait dans tous les types d’agglomérations, avec une assez forte concentration sur les deux grandes villes, Madrid et Tolède. Si donc un chiffre est sous-évalué, ce sera celui qui les concerne, ce qui ne saurait nuire à la solidité de mes conclusions. Examinons d’abord les chiffres bruts par grandes périodes12 :

Tableau 42. Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille et chiffres absolus.

Tableau 42. Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille et chiffres absolus.

15Croisons ces chiffres avec la population, pour leur donner un sens. L’opération n’est possible que pour les périodes 1531-1560 et 1561-1620.

Tableau 43. Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Tous délits confondus. Procès en forme. Chiffres annuels pour 10 000 feux.

Tableau 43. Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Tous délits confondus. Procès en forme. Chiffres annuels pour 10 000 feux.
  • 13 Je ne fais aucun calcul pour la première période, la faiblesse de la base les rendant illusoires.

16La prépondérance des villes est écrasante. Cela viendrait-il de ce qu’y résident les délinquants « prioritaires », judaïsants, mahométisants, protestants ? Éliminons ces trois délits et recommençons les calculs13.

Tableau 44. Inquisition de Tolède. Nombre de procès en forme par an et par types d’agglomérations. Judaïsme, mahométisme, protestantisme exclus. Pour mille et chiffres annuels pour 10 000 feux.

Tableau 44. Inquisition de Tolède. Nombre de procès en forme par an et par types d’agglomérations. Judaïsme, mahométisme, protestantisme exclus. Pour mille et chiffres annuels pour 10 000 feux.
  • 14 Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Procès allégés. Chiff (...)

17Le phénomène est à peine moins net. Les causes allégées elles-mêmes, bien que jugées en visite, enregistrent le fait, alors qu’on aurait pu s’attendre à un rééquilibrage au profit des villages : 49 % d’accusés originaires de la ville telle que nous l’avons définie, contre 51 % des bourgs et villages, alors que la population de ces derniers représente les trois quarts de celle du district14. En comptant par feux, aux époques où les calculs sont possibles, l’Office exerce sur les villes une pression quatre à cinq fois supérieure à celle qu’il fait subir aux campagnes, une pression qui croît avec l’importance de l’agglomération, le rapport s’établissant de un à dix si l’on compare les classes extrêmes. Certes, la présence de la capitale, qui joue un rôle considérable dans l’activité du tribunal, est seule responsable du paroxysme, presque caricatural, de la sur-représentation urbaine au XVIIe siècle et la création du tribunal de Cour explique l’apparente, et très relative, ruralisation de l’Office au XVIIIe. Mais tout cela ne devrait affecter que la classe de très grandes villes ; or le phénomène se manifeste également au niveau des villes moyennes et des petites, dès la première moitié du XVIe siècle. Nous avons donc affaire à un trait structurel, dont les causes sont plus profondes que les hasards d’une décision royale.

18L’explication réside dans les méthodes que le tribunal a successivement utilisées pour dominer l’espace. Il était impossible à l’inquisiteur en visite de faire la tournée des centaines d’agglomérations que comportait le district : par la force des choses, il devait s’en tenir aux principales. Quant aux commissaires, la nécessité de trouver des clercs compétents et disposant de loisirs interdisait pratiquement d’en installer à un échelon inférieur à celui du bourg. C’est dans les villes encore que résidaient les seuls juges laïcs qui jouissaient de suffisamment d’autonomie pour prendre sur eux de transmettre un dossier au tribunal. C’est en ville que l’on trouvait le plus facilement ces relais d’opinion que nous avons vu rabattre les dénonciateurs vers l’Office et nous savons, par l’étude des dénonciations, la rapidité avec laquelle l’impact de l’action inquisitoriale s’amortissait dès qu’on s’éloignait du point où elle s’exerçait directement. De toutes ses fibres, l’Inquisition tient à la ville, ou plutôt, à cette couche de notables locaux qui dirigeaient les villas, que nous avons déjà rencontrée et que nous retrouverons.

Géographie inquisitoriale. Régions contrôlées, régions négligées

19Au-delà de ce privilège urbain global, y-a-t-il des différences régionales qui permettent d’isoler des plages de haute et de basse pression ? De simples cartes par points, indiquant le domicile des accusés, ne permettent pas de répondre à la question, car elles ne prennent pas en compte la population. J’ai donc cherché à calculer par région des taux annuel de procès pour 10 000 vecinos pour les périodes 1531-1560 et 1561-1620, celles où la documentation le permet.

INQUISITION DE TOLÈDE - CAUSES DE FOI "EN FORME" 1561-1620 Taux annuel pour 10 000 feux par région d’étude Agglomérations rurales (bourgs et villages) seulement

20En ressort la force des contrastes, qui subsistent, légèrement atténués, même si l’on ne tient compte que des bourgs et des villages, pour gommer l’inégale influence des villes, et si l’on élimine les délits de grande hérésie. En ce qui concerne les causes formelles, au milieu du XVIe siècle comme au début du XVIIe, le nord du district, au-delà de Madrid, et l’extrême sud-ouest, au-delà des Monts de Tolède, sont les plus faiblement touchés : le poids de la distance, la difficulté des communications et le relief, certes. Mais pas seulement, car, à l’inverse, une grande partie de la Manche, tout aussi éloignée du siège, se situe au-dessus de la moyenne : un axe inquisitorial parcourt l’est de la région, de Madrid à la Sierra Morena et semble persister jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Ne correspondrait-il pas à la zone d’influence de l’agglomération tolédane ? L’Inquisition n’aurait-elle fait que s’y couler, sans la dépasser ? Ou faut-il chercher la réponse dans la répartition de l’habitat, les gros bourgs du midi, supérieurement équipés, se révélant plus aptes à servir d’appui à l’action du tribunal que le semis, plus serré mais composé d’éléments plus petits, des villages du nord ?

  • 15 Cette itinérance nécessaire des administrateurs lorsqu’ils veulent réellement prendre le contrôle d (...)

21Par ailleurs, une comparaison entre la résidence des délinquants de la seconde moitié du XVIe siècle et celle des accusés jugés lors des grandes visites antérieures à 1560 permet de tester l’efficacité du réseau des commissaires à ses débuts. Pour ce qui est des régions touchées, la distribution est très semblable, ce qui recoupe les observations que nous avions faites quant aux types de délits et à la proportion des vieux-chrétiens parmi les condamnés. En revanche, du point de vue de la pénétration dans les agglomérations rurales, cette conclusion ne tient pas : leur part, lorsqu’on passe d’une période à l’autre, tombe de 51 à 44 %. Ceci, encore une fois, confirme nos observations antérieures : aussi nombreux que soient les agents locaux sédentaires, leur autorité ne débordera que peu les limites de leur résidence, presque nécessairement urbaine. En fin de compte, les commissaires remplacent mal la visite du district. Sous l’Ancien Régime, pour l’exercice de l’autorité, rien ne vaut l’itinérance15.

22Il est dommage que le manque de données démographiques et l’accident madrilène m’empêchent de vérifier si le repli de l’Office s’est effectué, au XVIIe siècle, de manière uniforme ou sélective, dégageant des îlots de résistance qui correspondraient aux points forts mis en valeur auparavant. Il est remarquable, en tout cas, que la carte du nombre des causes de foi par feux ruraux de 1561-1620 corresponde assez bien à celle des commissaires au début du XVIIIe siècle et plaide en faveur de la seconde hypothèse.

Clercs, artisans, laboureurs : la clientèle de l’Office

23Les difficultés de l’étude sociale sont considérables. Les documents ont livré près de trois cents professions. Après maints tâtonnements, j’ai pris le parti de les regrouper en dix classes :

Tableau 45. Classification socio-professionnelle.

Tableau 45. Classification socio-professionnelle.
  • 16 Les « divers » comprennent les esclaves, les mendiants, les forçats, mais aussi les marins et les s (...)

24Je suis conscient des faiblesses de cette répartition. Ces ensembles sont hétérogènes16 : comment deviner les situations réelles lorsque le document ne livre, pour toute indication, qu’un mot, un unique mot ? Comment retrouver, sous cette étiquette sommaire, la subtile combinaison de critères économiques, juridiques et honorifiques qui définit la position sociale d’un individu ? J’ai bien essayé d’affiner, en m’appuyant sur d’autres indices. La part d’incertitude restait si grande que j’ai préféré y renoncer.

25Seconde difficulté, l’absence totale de renseignements : j’ai dû renoncer à inclure dans mes tableaux les procès par défaut (mort ou contumace) et toutes les affaires entre 1571 et 1590, période où le métier n’est pas indiqué par les relations de causes dans plus de la moitié des cas. Pour le reste, comment ventiler la classe « professions inconnues » ? Des études ont montré qu’il s’agit souvent, en fait, d’agriculteurs ou d’ouvriers agricoles. Après plusieurs tests, j’ai décidé d’en attribuer à ces dernières catégories entre 20 et 50 %, selon les périodes et de répartir le solde au prorata entre les autres. Une fois les chiffres ainsi corrigés, j’obtiens les résultats suivants :

Tableau 46. Inquisition de Tolède. Causes de foi formelles. Répartition des accusés par groupes sociaux. Évaluation (pour mille).

Tableau 46. Inquisition de Tolède. Causes de foi formelles. Répartition des accusés par groupes sociaux. Évaluation (pour mille).

26Ou, pour les seuls vieux-chrétiens espagnols :

Tableau 47. Inquisition de Tolède. Causes de foi formelles. Répartition des accusés par groupes sociaux. Vieux-chrétiens espagnols. Évaluation (pour mille).

Tableau 47. Inquisition de Tolède. Causes de foi formelles. Répartition des accusés par groupes sociaux. Vieux-chrétiens espagnols. Évaluation (pour mille).
  • 17 Entre les deux tiers et 80 % d’artisans et de métiers de la finance ou du commerce à toutes les épo (...)
  • 18 DHEE, art. « Demografía ecclesiástica ».
  • 19 Alors qu’à la fin du XVI e siècle le rapport entre clergé féminin et masculin était dans le distric (...)
  • 20 J. Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia (poder, sociedad y cultura), Madrid, Aka (...)

27Alors que la répartition des accusés judéo-convers semble assez bien refléter la réalité de la population concernée, au moins dans sa définition culturelle17 il n’en va pas de même des vieux-chrétiens. Première surprise, la place extraordinaire du clergé dans les procès formels, au moins passées les premières années. Rappelons qu’à la fin du XVIe siècle, les clercs représentaient un peu moins de 1 % de la population totale du district, à peine plus de. 3 % de la population mâle âgée de plus de vingt ans, 4 % peut-être à la fin du XVIIIe siècle, 5 % au grand maximum, dans la seconde moitié du XVIIe18. L’étude en chiffres absolus montre que c’est en fait dans la première moitié du XVIe siècle que le contrôle exercé par le tribunal sur ce groupe a été le plus fort, surtout si l’on tient compte de l’augmentation, généralement admise, de ses effectifs au XVIIe. Mais, alors que l’activité inquisitoriale diminua plus tard dans tous les domaines, elle se maintint ici, si bien qu’une fois mis à part les gros délits d’hérésie formelle, l’Office ressembla de plus en plus à un conseil de discipline professionnel ; caractère accentué par la nature des délits jugés : si rien ne distingue, au début, la délinquance cléricale de celle de l’ensemble des vieux-chrétiens, elle se concentre progressivement dans un domaine spécifique — sollicitation, usurpation de fonctions sacerdotales, prédication erronée... — qui vient à en représenter près de la moitié, dès le second tiers du XVIe siècle. Cour disciplinaire pour le seul clergé masculin, d’ailleurs : une femme pour dix hommes19 ; et pour les réguliers qui, plus actifs, moins enracinés dans les communautés villageoises ou urbaines, donc plus faciles à dénoncer, fournissent le plus gros contingent. Tous les rangs, tous les ordres implantés dans la région sont représentés. Les différentes familles franciscaines, au premier chef, les plus nombreuses, les plus mêlées à la population ; mais on signale aussi deux administrateurs des bénédictins de Cîteaux, un chartreux, un régulier de Saint-Jacques, deux de Saint-Jean, quatre de Calatrava... L’Inquisition, ici, ne s’arrête pas aux portes des couvents les plus puissants, contrairement à ce que Jaime Contreras a noté en Galice20.

  • 21 40 % de métiers de la terre seulement parmi elles.
  • 22 II eut sans doute été intéressant de croiser la profession et le type d’agglomération. Les incertit (...)

28Seconde constatation, plus attendue, la sous-représentation du monde de la terre, même si l’on s’en tient aux seuls accusés vieux-chrétiens, même si l’on ne considère que les causes allégées21. Quelle que soit la manière dont on calcule, en allant jusqu’à admettre que tous les accusés dont nous ignorons les métiers aient été agriculteurs (hypothèse insoutenable), les professions agricoles n’arrivent jamais à regrouper la moitié des personnes jugées, bien en-dessous de ce qu’elles représentaient dans la population du district. A l’inverse, chez les vieux chrétiens toujours, les métiers de l’artisanat et du commerce paraissent occuper une place plus forte que celle qui leur revient dans la population globale, tant, du moins, que le poids du clergé n’écrase pas les chiffres. Cette conclusion était trop attendue après ce que nous avons découvert de la sur-représentation des villes pour être mise en doute22.

  • 23 L’accusé de plus haut rang que j’ai trouvé est le comte de Saldaña, qui comparut spontanément en 15 (...)

29Force est enfin de constater que les instables, les personnes sans emploi fixe et autres gibiers de potence tout désignés aux foudres de la justice se font assez peu remarquer, sauf à admettre leur concentration parmi les accusés sur lesquels on manque d’informations. A l’inverse, les membres des classes dominantes laïques sont nombreux ; aux environs de 15 % des accusés vieux-chrétiens espagnols, clergé exclu ; il s’agit d’élites intellectuelles, souvent, plus que d’élites de la fortune23. Et cela reste vrai à toutes les époques. Il y a là, à l’évidence, l’effet d’une politique délibérée de l’institution : le prestige et le pouvoir rendent plus dangereuse la déviance religieuse en multipliant les possibilités de contagion et nous verrons qu’en termes strictement théologiques la responsabilité des coupables croissait en fonction de leur niveau de culture. Il faut y voir aussi une conséquence des conditions mêmes dans lesquelles l’Office agissait : la valeur éminente que le droit accordait à l’opinion et au témoignage de la sanior pars de la communauté, le fait qu’accusés et témoins se recrutent presque toujours dans le même milieu, les réticences des classes populaires face au recours à la « justice réglée », ne pouvaient produire d’autre résultat.

* * *

30Tout ceci confirme nos analyses antérieures. Au-delà des distorsions « volontaires », dues à sa propre politique répressive, l’Inquisition, à en juger par les accusés qu’elle a saisis, n’a pas réussi à établir un contact d’une égale intensité avec tous les vieux-chrétiens : elle est liée à la ville, au clergé, aux élites, à la zone d’influence de la capitale où elle réside. Peut-être les autres, ceux à qui elle n’a pas eu affaire, étaient-ils trop bons chrétiens pour qu’elle s’intéresse à eux ? De nombreux indices en font douter. Le fait, d’abord, que les limites de son action coïncident avec celles qui s’imposent à toutes les cours de justice d’alors : il faudrait admettre que les villageois, les agriculteurs, les femmes, les hommes mûrs, non seulement respectent les règles de l’orthodoxie et de la morale catholique, mais encore vivent dans un univers idyllique qui ignore les conflits... L’analyse aussi des « chenaux de communication » par lesquels l’Office diffusait son message : en dépit de ses prétentions universalistes, jamais il n’a pu atteindre l’ensemble de la population.

Notes

1 De toutes les manipulations auxquelles je me suis livré, celle-ci a suscité en moi le moins d’interrogations.

2 Dans les tableaux qui suivent, je joins gitans et mulâtres en une seule classe, étant donné leur faible nombre.

3 Pour 842 000 habitants environ, en comptant quatre personnes par feu.

4 Pour réduire la marge d’erreur, je n’ai tenu compte, pour la période antérieure à 1565, que des affaires dont le dossier original est conservé. Pour les causes de foi allégées, entre 1531 et 1560, les résultats sont les suivants :
Espagnols nés hors du district : 57 por mille. Etrangers : 19 pour mille.
On y lit le remarquable effort qu’a fait l’institution à cette époque pour se mettre en prise sur le monde vieux-chrétien. Nous avons vu dans quel but et pourquoi cette politique n’avait pu être poursuivie.

5 Le retour en force des nationaux au XVIIIe siècle ne s’explique pas seulement par la perte de Madrid, qui constitue désormais un district indépendant. Il correspond aussi à l’évolution de la communauté judéo-converse après l’arrêt de l’immigration portugaise dans la seconde moitié du XVIIe siècle : elle se perpétue désormais sur place, tout en gardant des comportements spécifiques, une plus grande mobilité géographique, entre autres.

6 La présence féminine n’est majoritaire que dans la classe « Sorcellerie/superstition », c’est-à-dire — vu la rareté à Tolède de la grande sorcellerie à sabbat —, parmi les jeteurs de sorts et autres devins de petite volée. Il semble bien que la répression inquisitoriale ne fasse que refléter ici une féminisation effective des pratiques.

7 N. Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, p. 233-237 ; Porphyre Pétrovitch, « Recherches sur la criminalité à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Crimes et criminalité en France, XVIIe - XVIIIe siècles, Abbiateci (A.) et alii, Paris, Armand Colin, 1971, p. 234-235.

8 Cf. p. 309-317. Ceci explique en partie la remarque, souvent faite, d’une étroite corrélation entre la présence féminine et la force de la répression du judaïsme et du mahométisme, sans préjudice du rôle particulier que les femmes peuvent jouer dans la transmission de ces cultures.

9 Luis de Páramo, De origine et progressu Sanctae Inquisitionis..., Madrid, 1598, p. 593. Les textes réglementaires (ex : Instruction XII de 1488, Monteserin, p. 112) sont imprécis et introduisent la notion de discernement.

10 La répartition par âges de la population de plus de quinze ans à laquelle je m’arrête est la suivante (pour mille) :
Population de référence. Distribution par âge. Hommes Femmes
16-25 ans 251 261
26-35 ans 224 227
36-45 ans 193 188
46-55 ans 153 147
56 ans et plus 179 176

11 P. Pétrovitch, art. cité, p. 236 ; N. Castan, ouvr. cité, p. 237.

12 La répartition des agglomérations entre les cinq classes est expliquée p. 26. Dans le tableau, le premier chiffre est la proportion en millièmes, le second (entre parenthèses), le nombre annuel de procès formels, calculé en multipliant les évaluations données p. 241 par le pourcentage correspondant. Par « monde urbain », j’entends la somme des trois premières classes. Par « monde rural », celle des deux dernières.

13 Je ne fais aucun calcul pour la première période, la faiblesse de la base les rendant illusoires.

14 Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Procès allégés. Chiffres annuels pour mille et chiffres absolus. 1531-1560.
Grandes villes Villes moyennes Petites villes Bourgs Villages Total
137 (12,7) 114 (8,6) 239 (12,9) 217 (6,1) 293 (3,4) 1.000 (6,1)

15 Cette itinérance nécessaire des administrateurs lorsqu’ils veulent réellement prendre le contrôle du territoire soumis à leur juridiction est confirmée par celle des corrégidors qui, chaque année, font la tournée de leur circonscription, et par celle des visiteurs ecclésiastiques.

16 Les « divers » comprennent les esclaves, les mendiants, les forçats, mais aussi les marins et les soldats, sauf les gradés. Les « services domestiques et non commerciaux », les individus qui louent essentiellement leurs bras ou leur temps, sans trouver place dans une autre catégorie : porteurs d’eau, colporteurs, croque-morts, gardes-malades... outre les domestiques proprement dits. Médecins et chirurgiens sont rangés parmi les « autres intellectuels », aux côtés des artisans d’art, des professeurs d’université laïcs, des maîtres d’école. L’agriculture mêle gros laboureurs et brassiers. « Finances, commerce et transports » recouvre à la fois des banquiers en affaire avec toute l’Europe et de minuscules colporteurs.

17 Entre les deux tiers et 80 % d’artisans et de métiers de la finance ou du commerce à toutes les époques.

18 DHEE, art. « Demografía ecclesiástica ».

19 Alors qu’à la fin du XVI e siècle le rapport entre clergé féminin et masculin était dans le district de quatre à six ou sept.

20 J. Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia (poder, sociedad y cultura), Madrid, Akal, 1982, pp. 583-584.

21 40 % de métiers de la terre seulement parmi elles.

22 II eut sans doute été intéressant de croiser la profession et le type d’agglomération. Les incertitudes et l’ampleur des hypothèses qui ont présidé aux calculs précédents m’y ont fait renoncer.

23 L’accusé de plus haut rang que j’ai trouvé est le comte de Saldaña, qui comparut spontanément en 1538 devant l’inquisiteur Vaquer en visite à Guadalajara, se dénonçant pour blasphème. Il fut condamné, en procédure allégée, à douze ducats d’amende et ne reçut pas d’autre pénitence sous prétexte qu’une indisposition corporelle l’empêchait de l’accomplir (AHN INQ, leg. 46, exp. 42).

Table des illustrations

Titre Tableau 38. Inquisition de Tolède. Répartition des accusés par races. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille2.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 39. Inquisition de Tolède. Répartition des accusés par races. Tous délits confondus. Procès allégés. Pour mille.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 40. Inquisition de Tolède. Origine géographique des accusés. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille.
Légende 1MP : judaïsme, mahométisme, protestantisme ; JMPE : judaïsme, mahométisme, protestantisme exclus ; TTL : total.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 41. Inquisition de Tolède. Taux de féminité. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 42. Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Tous délits confondus. Procès en forme. Pour mille et chiffres absolus.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 43. Inquisition de Tolède. Nombre de procès par an et par types d’agglomérations. Tous délits confondus. Procès en forme. Chiffres annuels pour 10 000 feux.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 44. Inquisition de Tolède. Nombre de procès en forme par an et par types d’agglomérations. Judaïsme, mahométisme, protestantisme exclus. Pour mille et chiffres annuels pour 10 000 feux.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende INQUISITION DE TOLÈDE - CAUSES DE FOI "EN FORME" 1561-1620 Taux annuel pour 10 000 feux par région d’étude Agglomérations rurales (bourgs et villages) seulement
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Tableau 45. Classification socio-professionnelle.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 46. Inquisition de Tolède. Causes de foi formelles. Répartition des accusés par groupes sociaux. Évaluation (pour mille).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 47. Inquisition de Tolède. Causes de foi formelles. Répartition des accusés par groupes sociaux. Vieux-chrétiens espagnols. Évaluation (pour mille).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2046/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540