Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Troisième partie. Les moyens humains et financiers

Chapitre xi

Mammón. Chronique financière du tribunal de la foi

Texte intégral

  • 1 Original ou version microfilmée de cet ouvrage, p. 368-397 ; J. P. Dedieu, «  Le droit des chiffres (...)

1Une étude des finances du tribunal doit partir des comptes du receveur, dont nous conservons une série, d’ailleurs incomplète, à Tolède, depuis 1552. Ce sont des comptes de cargo et data, inutilisables sous une forme brute. Leur transformation en tableaux exploitables (que j’appellerai « comptes d’exploitation ») pose des problèmes techniques que les limitations de l’espace qui m’est alloué ne me permettent pas de traiter ici. Je me permets de renvoyer à ce que j’en dis ailleurs1.

2J’ai poussé l’étude jusqu’en 1747. Cette date n’a pas de signification particulière. J’ai simplement débordé de la période que je m’étais assignée (moitié du XVIe -moitié du XVIIe siècle) par désir de la replacer dans un contexte plus vaste. Faute de temps, j’ai dû m’arrêter au milieu du XVIIIe siècle. Je n’ai pas réussi à combler toutes les lacunes de la série documentaire que j’étudie. L’examen des comptes antérieurs et postérieurs m’a cependant permis de reconstituer, dans la plupart des cas, ce qui s’était passé. Seule la période 1650/1680 fait encore problème.

La grande misère de l’Inquisition (1540-1558)

  • 2 AHN INQ, lib. 574, f 134R.
  • 3 Ibid., f° 147V-148R.
  • 4 Ibid., f° 178V et 180V.
  • 5 Ibid., f° 180R et 201V.

3Jusque vers 1540 l’obscurité la plus complète règne sur la situation financière de l’Inquisition de Tolède. Les premières lettres conservées sur le sujet révèlent de sérieuses difficultés. En 1543, l’inquisiteur Yanes obtient l’autorisation de réconcilier plusieurs condamnés dans la salle d’audience, sans attendre un autodafé, de manière à pouvoir prononcer la confiscation de leurs biens et verser les salaires en retard2. En 1545, nous apprenons que le fiscal, qu’on ne paye guère, doit se faire entretenir par son oncle chanoine3. En 1547, que le tribunal a vendu des biens illégitimement confisqués et qu’il n’arrive pas à rendre l’argent ; que certains officiers et inquisiteurs perçoivent eux-mêmes les amendes, qu’ils empochent directement, sans les verser en caisse, pour se rembourser des salaires qu’on leur doit4. En 1548, le fournisseur des prisonniers se plaint de ce que le receveur ne puisse lui payer les pensions et le gardien de la prison perpétuelle des retards de son salaire5.

  • 6 AHN INQ, lib. 575, P 89R.
  • 7 AHN INQ, lib. 574, f " 252R.
  • 8 Ibid., P 317R et 326V.

4Fin 1551, le tribunal est soumis à une inspection dont je n’ai pas retrouvé le dossier, mais qui semble essentiellement motivée par ses problèmes financiers. Elle se termine par la suppression de la prison perpétuelle pour raisons d’économie. On s’arrangera comme on pourra pour garder la main sur les réconciliés, d’ailleurs peu nombreux6. Les Inquisitions de Cordoue et de Grenade reçoivent l’ordre de transférer plus de mille ducats à Tolède7. Il ne semble pas que ces mesures aient suffi. En 1553, à nouveau, on manque d’argent pour les prisonniers pauvres et la correspondance évoque ouvertement une possible disparition de la cour pour faillite8.

  • 9 J’ai modifié les comptes de 1552/1558 en ajoutant à la charge salariale 1 468 954 maravedís de sala (...)
  • 10 CR 1542/1544, AHN INQ, leg. 5083, caja 1.
  • 11 AHN INQ, leg. 574, f " 254R.
  • 12 Ibid., f° 326V.

5Comment en est-on arrivé là ? Les comptes du receveur9 révèlent que, dans les années 1550, 90 % des recettes provenaient des amendes, le reste étant presque exclusivement fourni par les confiscations. À l’inverse, des comptes fragmentaires et portant sur une période trop brève pour donner lieu à une exploitation complète, paraissent montrer qu’au début des années 1540 les confiscations constituaient la ressource principale, d’ailleurs déjà insuffisante10. Il y aurait donc eu effondrement des confiscations et substitution par les amendes. La correspondance confirme cette hypothèse : une lettre de 1552 parle de la faiblesse des confiscations prononcées à l’autodafé qu’on vient de célébrer dans la cathédrale, qui permettent à peine de couvrir l’aide de coût à laquelle ont droit les officiers11 ; une autre, de la Suprema, en 1553, dit explicitement que les visites systématiques du district ont été introduites pour voir s’il y avait moyen de faire vivre, à coup d’amendes imposées à de petits délinquants, un Office privé de ses ressources traditionnelles par la disparition de sa clientèle classique, judaïsants et mahométisants12. Le remède se révéla insuffisant.

6Au début de 1552, en dépit des aides extérieures, il n’y avait aucun fond de réserve et l’on devait de l’argent à certains fonctionnaires. Dans les années qui suivirent, les recettes ne couvrirent pas les trois quarts des dépenses, pourtant réduites au strict minimum, car l’entretien des bâtiments paraît avoir été fort négligé. On survécut en ne payant pas les salaires : en acceptant cet état de fait, les officiers contribuaient pour près de 600 ducats chaque année au budget de l’Office. Le receveur refusa tout net de faire des avances de caisse : en 1558, il devait 186 000 maravédis au tribunal.

De la faillite à l’aisance : les prébendes (1559-1570)

  • 13 I. Martínez Millán, ouvr. cité, pp. 108-112.
  • 14 Pour Tolède : AHN INQ, leg. 3067, exp. 130 et plusieurs autres lettres du tribunal au Conseil dans (...)
  • 15 « Inquisidores... de los obispados... de Ávila y Segòvia de los Montes acá ». AHN INQ, lib. 576, f° (...)
  • 16 La prébende de Tolède payait 54 000 maravédis de pension annuelle à Diego Suárez, chapelain, et 8 5 (...)

7Une telle situation n’était pas particulière à Tolède et, depuis longtemps, le roi et l’inquisiteur général essayaient de trouver des ressources complémentaires. Finalement, aidés peut-être par la brusque prise de conscience de l’apparition d’un danger protestant à l’intérieur de l’Espagne, ils obtinrent du pape, en 1558/1559, la suppression dans la plupart des chapitres du premier canonicat vacant et l’attribution de ses revenus au tribunal dans le district duquel il était situé13. À la suite de péripéties qu’il n’y a pas lieu de rapporter ici, l’Inquisition de Tolède réussit à mettre la main, dans les années suivantes, sur une prébende de la cathédrale (1559), puis sur une autre à Talavera (1565). Par contre, elle échoua dans ses tentatives pour s’imposer au chapitre d’Alcala14. En 1568, vu la faiblesse de ses revenus, l’inquisiteur général, excipant du fait que ses juges s’intitulaient « inquisiteurs des... évêchés d’Avila et de Ségovie en-deçà des Monts », lui attribuait la jouissance des canonicats qu’avaient saisis les inquisiteurs de Valladolid dans ces deux villes15. Elle venait d’acquérir ce qui se révéla, après liquidation de quelques pensions qui grevaient ces bénéfices, comme sa principale et plus durable source de revenus16.

  • 17 Étant donné l’arrondi, les totaux peuvent différer légèrement de la somme des chiffres de la colonn (...)

Tableau 30. Inquisition de Tolède. Compte d’exploitation. Milliers de maravédis. Années connues seulement17.

Tableau 30. Inquisition de Tolède. Compte d’exploitation. Milliers de maravédis. Années connues seulement17.
  • 18 CR 1558/1561, C 7/1 et C 7/2, AHN INQ, leg. 5120, caja 2. Une partie de cet argent provenait peut-ê (...)
  • 19 CR 1563/1565, AHN INQ, leg. 5120, caja
  • 20 CR 1567/1569, C 3/3, AHN INQ, leg. 5120, caja 1. Ce condamné s’appelait Francisco de Vascuña.
  • 21 937 000 maravédis pour la maison de Diego de San Pedro de Palma et de Gonzalo de Palma son frère, o (...)

8Dès 1558/1563, les canonicats représentaient le tiers des recettes, plus de la moitié en 1570, les deux tiers en 1571, entre 80 et 90 % par la suite. De manière concomitante, le pourcentage de couverture des dépenses par les recettes, qui n’était que de 44 % vers 1560, se stabilise autour de 100 % dès 1565. Il y eut un moment très difficile au tournant des années 1560, lorsqu’on dut renoncer aux visites — donc aux amendes — avant que les prébendes ne soient en état de prendre la relève. Le Conseil et l’inquisiteur général assurèrent la transition en envoyant, en 1559/1560, près de neuf mille ducats18, puis en faisant remettre mille ducats par l’Inquisition de Cuenca en 156519, en faisant vendre, enfin, au profit du tribunal de Tolède, en 1567, des biens qu’un condamné de l’Inquisition de Murcie possédait à Vicálvaro, près de Madrid, pour environ 400 ducats20. Moyennant quoi, on repartit sur des bases saines : tous les arriérés salariaux furent réglés et l’on put, entre 1565 et 1567, dépenser près de deux millions de maravédis pour réparer les bâtiments du siège et acheter plusieurs maisons pour l’agrandir21. L’augmentation des salaires de 1567, ainsi que l’accroissement du nombre des inquisiteurs et des secrétaires, conséquence de l’installation de la Cour à Madrid, qui doublent la charge salariale entre 1565 et 1570, sont parfaitement supportés. Grâce aux prébendes, le tribunal paraît avoir trouvé son équilibre.

L’équilibre (1570/1621)

9Pendant cinquante ans, pas de difficultés majeures : vingt-quatre années connues de comptes d’exploitation positifs, souvent très positifs, contre seize négatifs, dont une moitié à peine légèrement déficitaires. À la base de tout, l’excellente tenue des canonicats qui fournissent l’essentiel des recettes. Cependant, même alors, ils se révèlent sensibles aux crises : la chute de leur produit en 1620/1621, en 1612/1613, est illusoire : il s’agit de reports comptables. Mais leur effondrement en 1598/1601 et en 1578/1580 est bien réel.

  • 22 AHN INQ, leg. 2105, exp. 48 : Ana de Almeida, Blanca Díaz, Leonor Núñez, Leonor Rodríguez, María Ro (...)
  • 23 CR 1584/1586, C « Bienes », AHN INQ, leg. 5100, caja 1.
  • 24 Relations de causes, AHN INQ, leg. 2105, exp. 73 ; 77 ; 79 ; 84 ; 87 ; leg. 2072, exp. 35.
  • 25 AHN INQ, leg. 3716, exp. 3, RC de Manuel de Acebedo.

10Rien de grave encore. Les accidents restent ponctuels et les pertes sont compensées par des recettes nouvelles. La diversification des ressources est, en effet, l’une des caractéristiques principales de l’époque. Les confiscations, d’abord. Un simple coup d’œil sur les chiffres montre leur caractère aléatoire, imprévisible et irrégulier de casuel. Il est impossible de faire fond sur elles : 1570, quelques protestants français ; 1578 : un groupe de judaïsants portugais22 ; 1585 : trois portugais, de petite envergure23. Au tournant du siècle, un bel ensemble : d’abord une grosse affaire de judaïsme à Alcazar de Consuegra (1591/1594) ; puis des portugais à Talavera (1594) ; des portugais encore et quelques morisques en 1597, en 1599, en 160324 ; en 1620, les biens de Manuel Baez de Acebedo, un riche marchand marrane de Madrid25. Chaque autodafé s’accompagne de saisies appréciables : celles de 1578 couvrent à peine le déficit dû à la défaillance des prébendes, celles de 1599 permettent de passer sans encombre la crise de la fin du siècle. Les autres se surajoutent aux recettes de canonicats en pleine forme : c’est de l’argent entièrement disponible.

11On le place à cens. Autrement dit, on transforme le casuel en revenus réguliers : entre 1592 et 1605, le tribunal se constitue un portefeuille de plus de 13 000 ducats. À l’inverse, le poids des amendes décline rapidement dans les années 1570 avec la transformation des visites du district et la disparition des grasses condamnations infligées aux descendants de condamnés qui ne respectaient pas les inhabilitations afférentes à leur état.

  • 26 À partir de 1604, ce quatrième poste fut pris en charge par l’Inquisition de Murcie jusqu’à sa disp (...)
  • 27 J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 274.
  • 28 Elle avait été supprimée vers 1550. L’office de surveillant semble rétabli au début des années 1560 (...)

12La présence d’un quatrième inquisiteur de 1593 à 1604 — inquisiteur de Cour, en fait26 —, l’augmentation des salaires de 160327 accroissent la charge salariale de moitié. À partir des années 1590 aussi, on loue un bâtiment pour installer la prison perpétuelle28. Ces dépenses nouvelles sont bien absorbées par un budget en hausse. En année normale, au début du XVIIe siècle, les recettes régulières (prébendes et cens) couvrent les dépenses de personnel, ce qui n’était pas tout à fait le cas vingt ans plus tôt.

  • 29 CR 1613/1615, D 1/2, AHN INQ, leg. 1993, caja 2. J’ai porté dans ces comptes les 922 967 maravédis (...)
  • 30 CR 1613/1615, C/« Consignación de Granada », AHN INQ, leg. 1993, caja 2. Les données sont très clai (...)
  • 31 Dans les comptes de 1620, il existe un sous-compte particulier pour la confiscation des biens de Ma (...)

13Le receveur joue son rôle en amortissant les à-coups de la conjoncture. Jusqu’à la fin du siècle, il absorbe les excédents — qu’on retrouve en fin d’exercice sur forme d’alcance en faveur du tribunal — et les restitue les années suivantes pour couvrir des déficits d’exploitation modérés : les avances de 1583 lui sont remboursées dès 1584. Les choses se gâtent lorsqu’entre 1605 et 1607 une grave crise agricole provoque une baisse durable du revenu des canonicats. Pendant six ans, les résultats d’exploitation sont systématiquement négatifs. Alonso Fernández Pantoja, un vieux serviteur de l’Office, avec qui il a sans doute fait d’excellentes affaires, utilise d’abord les fonds de réserve — assez faibles, car on avait beaucoup investi — et puise ensuite dans sa caisse personnelle. À sa mort, en 1613, le tribunal lui devait plus de trois mille ducats. Pour payer, il fallut vendre les biens d’accusés en fuite non encore condamnés, expédient d’une légalité douteuse29 et qui se révéla insuffisant : le Conseil dut ordonner à l’Inquisition de Grenade de verser à Tolède trois cent mille maravédis par an, jusqu’à nouvel ordre30. C’était reconnaître que la crise n’était pas seulement conjoncturelle. C’était aller aussi un peu vite en besogne. Dès la fin 1619 les réserves se montaient à plus de quinze cents ducats et elles atteignaient quatre mille en 1621 grâce aux confiscations, sans préjudice de mille autres qu’on avait placé à cens. Une fois encore, la situation paraissait rétablie31.

Tableau 31. Inquisition de Tolède. Compte d’exploitation. Milliers de maravédis. Années connues seulement.

Tableau 31. Inquisition de Tolède. Compte d’exploitation. Milliers de maravédis. Années connues seulement.

Le temps des difficultés (1622/1650)

  • 32 CR 1620, AHN INQ, leg. 1993, caja 2 ; CR 1621, AHN INQ, leg. 1993, caja 2 ; CR 1622/1624, C «  Bien (...)

14Pas pour longtemps ! Car dès 1622 le compte d’exploitation passe au rouge, pour n’en plus sortir jusqu’en 1650. Grands responsables : les canonicats. Outre une irrégularité très marquée, leur produit est, sur long terme, en baisse. Or, constamment, il représente les deux tiers des recettes. L’apport des cens stagne, celui des confiscations diminue. Les réconciliations, pourtant, ne manquent pas avec la persécution des judaïsants portugais. Mais leurs biens, essentiellement mobiliers, sont extrêmement volatiles et, en dépit de l’existence d’actifs parfois importants lors du séquestre, peu de chose rentre dans les caisses de l’Office. Ainsi le cas, déjà mentionné, de Manuel Baez de Acebedo : il semble, autant qu’on en puisse juger par les seuls comptes du receveur, que la saisie ait été évaluée à près de quarante-deux mille ducats. Une fois réglées les affaires en cours et payés les frais, le tribunal paraît en avoir empoché un peu plus de onze mille, le quart. Entre autres mystères, une cargaison en provenance des Indes, estimée à six millions et demi de maravédis, s’avéra ne pas appartenir au condamné...32.

  • 33 J. Contreras, ouvr. cité, pp. 390-399, fut le premier à attirer l’attention sur ce phénomène. Les c (...)
  • 34 Murcie, Valladolid, Grenade ou, directement, la Suprema.

15Ce qui explique le retour aux amendes. Les inquisiteurs prirent l’habitude, dans les années 1620/1630, de proposer au réconcilié un accord amiable, une composition : moyennant le paiement d’un forfait, on lui restituait ses biens. Les deux parties y gagnaient : le condamné de manière évidente, l’Inquisition aussi, assurée de ne pas tout perdre. Les sommes ainsi collectées furent souvent rangées par les comptables sous la rubrique « peines et pénitences », sans qu’il soit possible de les distinguer toujours des amendes véritables. Le phénomène, quoique notable, n’eut pas ici l’ampleur qu’il connut en d’autres lieux33. Les recettes nouvelles, comme le « droit du papier », perçu sur les informations de pureté de sang, ne représentent qu’un appoint sans importance, La charge salariale reste stable, à un très haut niveau. Le nombre des fonctionnaires augmente pourtant. Mais beaucoup d’entre eux sont affectés de fait au tribunal de Cour et émargent à d’autres budgets34 Les frais généraux, en revanche, emportés par l’inflation, montent de moitié. Dans les années 1630 en particulier, la pension des prisonniers pauvres — nettement plus de deux cent mille maravédis par an — devient un gouffre.

  • 35 CR 1733/1734, D 42/2 à D 43/2, AHN INQ, leg. 4998, caja 1.
  • 36 Ibid.

16Le résultat est, dans le meilleur des cas, un léger déficit d’exploitation, ponctué de crises terribles dont, au contraire de ce qui se passait auparavant, les finances inquisitoriales ont du mal à se remettre. Entre 1627 et 1630, le revenu des prébendes et celui des cens s’effondrent, frappés de plein fouet par les difficultés économiques que traverse la région. Diego de Bálsamo, le receveur, avance de l’argent. À sa mort, le 14 août 1632, l’Office lui devait quelques cinq mille ducats35. Plainte des héritiers et procès, qui monte au Conseil. Le défunt avait fondé par testament un hôpital, dont il avait laissé l’administration au tribunal. Il avait inclu sa créance dans le capital de la fondation. Après plusieurs années de discussion, on résolut de supprimer le poste de juge des biens confisqués et de consacrer son salaire — quarante mille maravédis l’an — au remboursement de la dette. Si tout se passait bien, l’affaire devait être réglée vers 1686. L’inquisiteur le plus ancien assurerait les fonctions de juge des biens, sans compensation financière. Les versements commencèrent en 1639 et, dans la période qui nous occupe, se poursuivirent avec régularité36. Mais seul un concours de circonstances avait sauvé l’institution de la faillite.

17Nouvelle catastrophe en 1632/1634. Il fallut d’abord payer des arriérés de salaire : deux cent soixante-dix mille maravédis. Puis, on se mit en tête d’organiser un autodafé public place du Zocodover, pour renouer avec une tradition qui menaçait de se perdre : cent cinquante mille maravédis au moins. Comme la plupart des condamnés qui y parurent étaient de pauvres hères, on dut les nourrir en prison sans espoir de remboursement : huit cent soixante-dix-sept mille maravédis ; le tout, pour des confiscations d’un montant ridicule. Les prébendes s’étant mal remises de la crise et les cens, mal administrés, ne rapportant presque rien, le déficit fut énorme. Juan Méndez de Chaves, le nouveau receveur, avança plus de trois mille ducats et il fallut puiser largement dans le coffre aux trois clefs ; autrement dit, liquider une partie du capital mobilier.

18Heureusement, les dix années suivantes furent meilleures. Les canonicats restaient déprimés, mais il n’y eut pas d’accident grave. Les cens se rétablirent bien, grâce à une gestion ferme. Un flux régulier d’amendes et de confiscations de moyenne importance venait en complément. Le « droit du papier » rendait à plein. Les frais généraux étaient contenus dans des limites raisonnables. Aussi parvenait-on à contrôler un déficit que compensait largement la consignation de Grenade, régulièrement versée. Une partie de celle-ci était même disponible. On la consacrait au règlement progressif des dettes. En 1641, les Méndez de Chaves qui avaient administré la caisse sans interruption depuis 1632, étaient rentrés dans leurs fonds. En 1637, on avait dégagé, pour les placer, un demi-million de maravédis et, deux ans plus tard, on put en envoyer une grosse centaine de mille au Conseil. En 1643, les réserves liquides se montaient à plus de deux mille ducats.

19Il est dommage que je n’ai pas retrouvé les comptes de 1645/1647. Ils m’auraient sans doute donné la clef des mouvements erratiques que je constate par la suite. Les fréquents changements de receveur, l’absence de crise agricole grave — en dépit de la poussée de mortalité de 1647/1649 — me font penser que les problèmes furent surtout administratifs. Les réserves, en tout cas, disparurent dans la tourmente ainsi, vraisemblablement, qu’une partie des placements. Fin 1649, malgré tout, on était en gros revenu à l’équilibre. Mais on devait toujours trois mille sept cent cinquante ducats à l’hôpital de Bálsamo et on ne tenait que grâce aux envois de fonds de Grenade. Le montant total de ces transferts, depuis 1621, atteignait vingt-deux mille quatre cents ducats. Ce sont donc au total plus de vingt-six mille ducats, mille par an, qui, dans le dernier quart de siècle, avaient manqué à l’Inquisition de Tolède pour s’autofinancer. Alors qu’auparavant elle y réussissait largement.

Trente ans d’obscurité (1650/1682)

  • 37 J’ai porté ces sommes au cargo du compte d’exploitation et non au bilan. Il ne s’agit pas, en effet (...)

20Trente ans où il s’est passé beaucoup de choses ; à commencer par la grande persécution des portugais de Madrid. Les accusés sont arrêtés dans la capitale par l’Inquisition de Cour. Ils sont ensuite répartis entre Tolède et Cuenca, où se fait leur procès en liaison étroite avec le Conseil. Mais Tolède ne touche pas un sou des confiscations : la Suprema garde tout. C’est elle aussi qui s’occupe de la gestion des séquestres et qui paye, par des envois de fonds, la pension de prisonniers dans la prison secrète37.

21Le tribunal poursuit aussi des judaïsants pour son compte. De ceux-là il garde les biens. En 1651, on réconcilie un groupe important de Talavera. Dans les années suivantes, ce sont des « complicités » à Pastrana, à Escalona, à Maqueda. Le montant brut des confiscations est énorme. Les frais et les charges à déduire ne le sont pas moins :

Tableau 32. Inquisition de Tolède. Confiscations propres (maravédis) (1650-1657).

Tableau 32. Inquisition de Tolède. Confiscations propres (maravédis) (1650-1657).
  • 38 Plus précisément, on portait en cargo le montant brut des confiscations et on ne passait en data qu (...)

22Ces chiffres sont des minimums. Car, malheureusement pour nous, l’administration fit du zèle. De 1650 à 1660, la caisse fut aux mains du même receveur, Martín Pretel Remón. Pour l’obliger à travailler sérieusement, on ne boucla pas le compte des biens confisqués à la fin de chaque exercice, mais on en remit le règlement final à l’époque où il abandonnerait sa charge38. La reddition des comptes de 1658/1660 ne dut pas aller de soi. Comme souvent en ces cas-là, le dossier ne fut pas archivé avec les autres et je n’ai pas réussi à le retrouver. Il m’est donc impossible de dire quelle somme nette l’Inquisition a perçue, ni même si elle a touché quelque chose. En l’absence de cette donnée capitale, nous ne pouvons tirer aucune conclusion ferme sur l’état des finances au milieu du XVIIe siècle.

  • 39 CR 1718/1721, C 39/1-C 42/3, AHN INQ, leg. 4988, caja 2.

23Les pièces disponibles fournissent des indices contradictoires. Entre 1650 et 1655, le tribunal place six mille sept cents ducats à cens, capital tiré de la vente des confiscations de Talavera. Mais de 1663 à 1680, il en liquide près de cinq mille. Le successeur de Pretel Remón trouve à l’actif une « relation du cargo des biens confisqués » de cinq millions et demi de maravédis (compte de 1660/1662), mais au début du XVIIIe siècle on s’apercevra qu’il reste plus de onze millions d’arriérés à percevoir sur des confiscations de... 164939.

24Le peu de continuité des données gêne l’interprétation des autres chiffres. Le revenu des prébendes paraît continuer sa baisse lente, en maravédis constants tout au moins. Les cens, du fait des placements nouveaux, connaissent une bonne période. Les dépenses, dans les années 1650, croissent énormément. D’une part, la suppression officielle du tribunal de Cour met pendant quelque temps un quatrième inquisiteur à la charge de l’Inquisition de Tolède. D’autre part, la présence de très nombreux prisonniers gonfle les frais généraux. Si bien que je serais assez porté à croire qu’en dépit de l’énormité des confiscations prononcées, ce ne fut pas une période faste. La Suprema ne dut-elle pas, en 1654, puis en 1656, envoyer de l’argent pour la pension des prisonniers pauvres propres au tribunal ?

  • 40 On dut se résoudre, en 1691, à considérer comme irrécupérables plus de 18 000 ducats d’amende, dont (...)

25Des années 1660/1681 je ne peux rien dire, car les archives sont en grande partie perdues. De rares indices suggèrent des difficultés : liquidation d’une partie du portefeuille mobilier, imposition à de nombreux condamnés, entre 1663 et 1670, de grosses amendes qu’on ne réussit jamais à percevoir40. Pendant toute cette période, l’Inquisition de Grenade continua à verser à peu près régulièrement sa consignation.

Survivre (1682/1747)

  • 41 Le dépouillement des comptes de cette période m’a fait vivre un véritable suspense. À la fin de cha (...)

26La fin du XVIIe siècle et toute la première moitié du XVIIIe se résument, du point de vue financier, à une lutte pour la survie. Le tribunal est virtuellement en cessation de paiements. Le compte d’exploitation connaît un déficit grave et permanent. À partir de 1680, le versement de la consignation de Grenade devient irrégulier et s’arrête pratiquement après 1690. Or, nous avons vu son importance. Chaque fois, cependant, on trouvera un expédient pour se tirer d’affaire et, cahin-caha, attendre des jours meilleurs41.

  • 42 J’ai dû procéder à plusieurs modifications des données originales. Les principales portent sur les (...)

27On peut évaluer à quatre-vingt-dix mille ducats — trente-quatre millions de maravédis — le déficit global de la période42. Quelle en est la cause ? La chute du produit des prébendes, qui continue à décliner jusque vers 1730 et qui connaît même, vers 1690, 1720 et 1732 des effondrements brutaux ; mais aussi la baisse du produit des cens, laminé par la diminution des taux d’intérêt et par des liquidations de portefeuille ; la rareté des confiscations enfin, en dehors de brèves périodes où se réveille l’activité anti-judaïque (1680/1690, 1718/1721). À l’inverse, les frais, les frais salariaux en particulier, sont presque stables, car on se refuse à réduire le personnel.

28Les difficultés véritables, d’ailleurs, ne commencent qu’après 1695. Jusque-là, confiscations et amendes assurent, bon an mal an, des revenus suffisants. C’est leur quasi-disparition qui précipite la crise. À partir de 1740, à l’inverse, on note un léger mieux, peut-être provisoire, lié à une remontée du produit des canonicats. Sur l’ensemble de la période, la situation est moins mauvaise qu’il n’y paraît. La couverture des dépenses d’exploitation par les recettes correspondantes est de 78 %, contre 83 % dans la première moitié du XVIIe siècle : le chiffre est plus bas, mais la différence n’est pas énorme. Par contre, si l’on s’en tient à 1695/1740, on ne trouve plus que 72 % : il manque un bon quart de l’argent indispensable. Or, c’est à ce moment-là que la consignation de Grenade fait défaut.

  • 43 Je n’ai pas retrouvé les comptes de 1699/1703. L’étude des cens montre qu’on liquida ces années-là (...)
  • 44 AHN INQ, leg. 4988, caja 2, rapport sur la liquidation des comptes de Martín Sánchez Guzmán. Grenad (...)

29Dans un premier temps, on essaya de résoudre le problème par des méthodes classiques. En 1696/1698, l’inquisiteur général et le Conseil envoyèrent peu plus d’un million de maravédis. Le receveur y alla aussi de sa contribution — un peu plus d’un million. J’ignore comment on s’y prit dans les années suivantes43, mais au premier septembre 1703 la dette du tribunal à son égard n’avait augmenté que d’un peu moins de huit cents ducats. Il fallut cependant le rembourser et, pour cela, liquider un peu plus d’un million de maravédis du capital placé à cens. Grenade, pressé par le Conseil, paraît avoir versé le reste44.

  • 45 Cette remise de Grenade, directement versée à l’inquisiteur Pablo del Moral y Tejada, n’apparaît pa (...)
  • 46 CR 1733/1734, rapport sur les comptes, AHN INQ, leg. 1988, caja 1.
  • 47 CR 1703/1707, C 43/2 et C 43/3, AHN INQ, leg. 4988, caja 2.
  • 48 Détail dans la version originale ou microfichée, p. 819-823

30À partir de 1703/1704, en dépit d’un dernier envoi de fonds de Grenade45, il fallut se résigner à laisser courir les arriérés de salaire. Ce ne fut pas de gaieté de cœur. Le tribunal essaya de trouver de l’argent par tous les moyens, même les moins orthodoxes : il préleva cinquante-sept mille maravédis dans les caisses de l’hôpital de Bálsamo46 ; il s’empara de sept cents ducats dans le dépôt des prétendants, de fonds provenant d’une vente de biens effectuée pour le compte de l’Inquisition de Séville47, ce qui eut le don de provoquer l’ire du Conseil. Quoiqu’il en soit, à partir de ce moment, les officiers financèrent eux-mêmes le déficit en acceptant qu’on ne leur paye qu’une fraction, variable selon les époque, de leur salaire théorique48. Périodiquement, des envois de fonds de la Suprema permettaient de rattraper une partie du retard. Le 31 décembre 1747, à la fin de mon étude, le montant cumulé de ces arriérés s’élevait à vingt et un mille huit cent cinquante ducats, soit un peu moins du tiers du déficit d’exploitation accumulé depuis 1703.

  • 49 II faut peut-être accroître ce total d’un peu plus de trois millions de maravédis. En effet, les ar (...)
  • 50 CR 1718/1721, C 34/4-C 36/1, AHN INQ, leg. 4988. exp. 2.

31Le reste fut couvert par des remises de fonds, dont le total cumulé pour la même période se monte à trente-neuf mille cinq cent quarante ducats au moins49. Presque tout vient de la Suprema, dont les versements, dans les années 1730, furent très réguliers. Les receveurs s’engagèrent peu : les alcances sont presque systématiquement contre eux et, dans le cas contraire, leur montant reste faible. Ce qui obligea le tribunal à recourir à des crédits extérieurs. En novembre 1717, le siège et les prisons secrètes menaçant ruine, il reçut l’autorisation d’emprunter cinq mille ducats à l’hôpital de Santa Cruz pour faire les réparations nécessaires50. Il remboursa en 1734, grâce à une subvention du Conseil. L’année d’après, on réglait le solde des avances faites par Bálsamo un siècle auparavant.

Un modèle ?

32De cette chronique, tirons les leçons. Premier point, la charge salariale. Elle représente, seule, plus de 85 % des frais de fonctionnement et pratiquement le même pourcentage des dépenses globales ; à toutes les époques. Dans ces conditions, vu la répugnance qu’on éprouve à diminuer le nombre des officiers et l’impossibilité pratique de réduire les salaires nominaux, on comprend l’extraordinaire rigidité des dépenses de l’Office. Ce n’est qu’en dernière extrémité qu’on se résout à accepter temporairement une diminution de fait de ces coûts. Le problème n’est donc pas d’adapter les dépenses aux recettes, mais de trouver des recettes pour couvrir des dépenses incompressibles.

  • 51 Les confiscations paraissent, en revanche, avoir joué un rôle capital dans l’histoire financière de (...)

33Deuxième point, l’origine des recettes. On constate que l’apport de l’État est voisin de zéro : sous prétexte qu’elle était d’Église, il a réussi à faire entretenir ce qu’il faut bien considérer aussi comme l’une de ses administrations par la société, sans bourse délier. Les confiscations, par ailleurs, ne jouent qu’un faible rôle, à l’époque, du moins, que nous avons étudiée. Elles constituent à plusieurs reprises un appoint, rien de plus. Il serait intéressant de savoir si cette conclusion vaut ailleurs. Malheureusement, le manque de précision des études menées jusqu’à présent sur les tribunaux de la Péninsule interdit toute certitude51.

34Les prébendes, en revanche, constituent la base du système et fournissent, dès leur apparition, entre les deux tiers et les trois quarts des recettes, marquant le rythme des périodes de crise et de prospérité. S’empare-t-on des canonicats ? Du jour au lendemain une institution hier au bord de la ruine présente des comptes en excédent ; c’est alors que le produit des confiscations peut être capitalisé grâce aux cens ; c’est alors qu’on peut augmenter les salaires. Le produit des prébendes diminue-t-il, en maravédis constants tout au moins ? Les difficultés réapparaissent : les confiscations ne servent plus qu’à boucher des trous et il faut subventionner le tribunal ; d’où la pénurie de la seconde moitié du XVIIe siècle, en dépit des saisies.

  • 52 Le tribunal n’avait trouvé personne pour prendre à ferme la prébende de Talavera. Elle était gérée, (...)

35Or, la prébende, c’est la dîme ; et la dîme, c’est le grain. Toute richesse vient de la terre. Il n’est jusqu’aux crises financières ponctuelles qui ne coïncident avec des crises agricoles : 1578/1580, 1598/1599, 1629/1630, la terrible mévente de 1720/172152. Quant aux cens, ils sont sensibles aussi à la conjoncture générale. Par de multiples liens, l’Inquisition tient à la terre, dont elle est un rentier comme les autres, préoccupé du cours des grains, de l’état des récoltes et des marchés, de l’écoulement des stocks et du contrôle de ses régisseurs. Pour elle comme pour eux, une baisse des cours est catastrophique. Comme eux, elle n’est affectée que par les crises les plus graves ou les fluctuations à long terme de la production, alors que l’envolée des prix efface les accidents les plus brefs. À partir du milieu du XVIe siècle, les fluctuations de la rente foncière rythment les grands moments de son histoire. Nous saisissons des correspondances : l’apparition des commissaires et la sédentarisation définitive du tribunal coïncident avec son accession à la dîme ; les difficultés chroniques de sa trésorerie avec la décomposition de son réseau d’agents locaux.

  • 53 J. Contreras, ouvr. cité, p. 426 et suivantes. J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 290.
  • 54 Cette conclusion correspond bien à celle de R. Millar Carvacho, La Inquisición..., ouvr. cité, qui (...)

36Je ne pense pas qu’on puisse affirmer ici ce que Jaime Contreras dit de la Galice ou José Martínez Millán du Saint-Office en général, eux qui veulent que les embarras financiers de la monarchie l’aient obligée à effectuer des ponctions dans les caisses de l’Inquisition et soient responsables de ses difficultés53. En fait de transfert de ressources à l’État je ne trouve qu’un peu moins de trente mille maravédis dépensés en 1706 à l’entretien d’une compagnie levée par le tribunal pour défendre Tolède. On peut y ajouter les quelques dizaines de milliers de maravédis que coûtent les manipulations monétaires : autant dire rien sur les centaines de milliers de ducats qu’a manié la cour au long de son histoire... Il me reste un doute : le montant des confiscations madrilènes au milieu du XVIIe siècle aurait-il été finalement versé au trésor royal ? Rien n’est moins sûr, et c’est le seul canal par lequel le souverain aurait eu la possibilité de puiser, indirectement, dans les caisses de l’Office, La réponse viendra lorsque nous connaîtrons les comptes de la Suprema54. Force est de constater, en revanche, que la décision de donner à l’Inquisition accès à la rente foncière fut politique, et comme telle prise au plus haut niveau de l’État. De même, l’abstention de ce dernier, à partir de la première moitié du XVIIe siècle, face à ses appels de détresse : il nous faudra revenir sur ce refus constant de résoudre au fond les problèmes financiers du tribunal. ce biais, la politique est au cœur de son histoire.

37Troisième point : jamais l’Inquisition de Tolède ne connut l’opulence, dans les limites de la période étudiée ; tout au plus, parfois, une aisance fragile, sans cesse menacée. Peut-être en ses premières années, alors qu’elle réconciliait les judéo-convers par milliers et qu’elle les brûlait par dizaines, jouit-elle d’une certaine richesse ; peut-être alors ses fonds alimentaient-ils les caisses royales. À l’époque qui m’occupe, ce ne fut jamais le cas.

38Reste à évaluer le rendement de la cour, à comparer les ressources qu’elle prélevait sur la société au service qu’elle lui fournissait. Tâche ardue. Qui estimera jamais le coût social des familiatures ? Qui pèsera le poids de la corruption ? Qui, à l’inverse, calculera l’apport des privilèges accordés aux ministres à la stabilité des cadres de la nation ? Je ferai l’hypothèse que tous ces éléments s’annulent. Ils sont liés, d’ailleurs, et évoluent presque nécessairement dans le même sens. Ceci posé, il est possible de calculer le coût moyen apparent par cause de foi « en forme ». La mesure a un sens : c’est pour juger que l’Office existe.

Tableau 33. Inquisition de Tolède. Coût des causes de foi « en forme ».

Tableau 33. Inquisition de Tolède. Coût des causes de foi « en forme ».

Sens des abréviations : PF : Nombre de procès formels ; FE : Frais d’exploitation ; FE/PF cr : rapport entre les frais d’exploitation exprimés en milliers de maravédis courants et le nombre de causes formelles ; IP : indice des prix ; FE/PF es : rapport entre les frais d’exploitation exprimés en milliers de maravédis constants et le nombre des causes formelles.

  • 55 Les séries de Hamilton pour la Nouvelle Castille ne m’ont pas permis de calculer un indice des prix (...)
  • 56 On peut imaginer que cette hausse du coût unitaire théorique du procès est, pour une part, une répo (...)

39Le coût réel par unité de service produit augmente de manière modérée dans un premier temps. Passé 1680, et plus encore au XVIIIe siècle, il s’élève en flèche et triple pratiquement, quadruple ou quintuple s’il l’on ne tient compte que des années 1730/174055. Il est difficile d’admettre que la société espagnole ait accepté un tel saut, même en faisant la part de l’inertie bien connue des structures administratives56. Il faut faire l’hypothèse que si elle a continué à financer l’Inquisition, c’est que la fonction de celle-ci a changé. Contentons-nous pour le moment de retenir cette conclusion. Nous y reviendrons par des voies différentes.

Notes

1 Original ou version microfilmée de cet ouvrage, p. 368-397 ; J. P. Dedieu, «  Le droit des chiffres ou du bon usage des comptes du receveur ».
Mises à part les remarques dispersées et parfois erronées de Lea, la bibliographie sur la question est récente et fort inégale. On consultera avec profit : René Millar Carvacho, La Inquisición de Lima en el siglo XVIII, thèse inédite, Université de Séville, 1979, p. 145-312 ; Maurice Birkel, « Recherches sur la trésorerie inquisitoriale de Lima », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. V, 1969, p. 223-307 et t. VI, 1970, p. 309-357.
A mon grand regret, je dois mettre en garde contre les travaux suivants, gâchés par des erreurs de méthode : J. Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición en Galicia (poder, sociedad, cultura), Madrid, Akal, 1982, pp. 357-445, racheté en partie par une excellente connaissance de la correspondance du tribunal ; R. García Cárcel, Herejía y sociedad en el siglo XVI. La Inquisición en Valencia (1530-1609), Barcelone, Península, 1980, pp. 157-177 ; H. Kamen, «  Confiscations and the economy of the Spanish Inquisition », The Economie History Review, XVIII-3, 1965, p. 511-525 ; J. Martínez Millán, La hacienda de la Inquisición (1478-1700), Madrid, CSIC, 1984.
Les références des comptes seraient particulièrement longues à citer sous une forme classique, le le ferai donc de la manière suivante
 : CR 1610-1613, C 13/4-C 15 / 2
qu’il faudra lire : Comptes du receveur de l’Inquisition de Tolède pour la période 1610-1613, cargo, du feuillet 13, p. 4, au feuillet 15, p. 2. le rajouterai entre parenthèses la référence du legajo correspondant.

2 AHN INQ, lib. 574, f 134R.

3 Ibid., f° 147V-148R.

4 Ibid., f° 178V et 180V.

5 Ibid., f° 180R et 201V.

6 AHN INQ, lib. 575, P 89R.

7 AHN INQ, lib. 574, f " 252R.

8 Ibid., P 317R et 326V.

9 J’ai modifié les comptes de 1552/1558 en ajoutant à la charge salariale 1 468 954 maravedís de salaires dont le document ne dit rien, mais que mentionnent les comptes suivants. La meme somme a bien entendu été ajoutée à la ligne « Arriérés de salaire » du bilan. Cette modification rend fortement négatif un résultat d’exploitation en première apparence légèrement positif.

10 CR 1542/1544, AHN INQ, leg. 5083, caja 1.

11 AHN INQ, leg. 574, f " 254R.

12 Ibid., f° 326V.

13 I. Martínez Millán, ouvr. cité, pp. 108-112.

14 Pour Tolède : AHN INQ, leg. 3067, exp. 130 et plusieurs autres lettres du tribunal au Conseil dans ce legajo et le suivant. Pour Talavera : CR 1565/1567, Compte spécial des canonicats, C 3/2, AHN INQ, leg. 5120, caja 2.

15 « Inquisidores... de los obispados... de Ávila y Segòvia de los Montes acá ». AHN INQ, lib. 576, f° 200R.

16 La prébende de Tolède payait 54 000 maravédis de pension annuelle à Diego Suárez, chapelain, et 8 580 à un personnage dont j’ignore le nom, qui mourut le 17 février 1568 (CR 1567/1569, D. 20/4, AHN INQ, leg. 5120, caja 1), ainsi que 54 000 maravédis au monastère deja Conception (CR 1565/1567, Compte spécial des canonicats, D, AHN INQ, leg. 5120, caja 2). Celle de Ségovie versait 13 559 maravédis à une personne indéterminée (CR 1569/1571, D 20/2, AHN INQ, leg. 5120, caja 1). Ces pensions disparurent à la mort des bénéficiaires ou furent rachetées, si bien que les revenus inquisitoriaux furent libres de toute charge à partir des années 1570.

17 Étant donné l’arrondi, les totaux peuvent différer légèrement de la somme des chiffres de la colonne.

18 CR 1558/1561, C 7/1 et C 7/2, AHN INQ, leg. 5120, caja 2. Une partie de cet argent provenait peut-être du subside de 100 000 ducats que Paul IV avait permis de lever au profit de l’Inquisition, à titre exceptionnel, sur les chapitres (J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 107).

19 CR 1563/1565, AHN INQ, leg. 5120, caja

20 CR 1567/1569, C 3/3, AHN INQ, leg. 5120, caja 1. Ce condamné s’appelait Francisco de Vascuña.

21 937 000 maravédis pour la maison de Diego de San Pedro de Palma et de Gonzalo de Palma son frère, où avait été détenu l’abbé de Valladolid, derrière le tribunal ; 75 000 maravédis pour l’achat de deux caves de la maison de lerónimo Franco, voisin du Saint-Office, pour assurer la sécurité des prisons secrètes. Le reste en travaux divers (CR 1565/1567, AHN INQ, leg. 5120, caja 2).

22 AHN INQ, leg. 2105, exp. 48 : Ana de Almeida, Blanca Díaz, Leonor Núñez, Leonor Rodríguez, María Rodríguez, Mencía Rodríguez, épouses de petits commerçants installés à Madrid. Leurs maris furent acquittés après avoir résisté à la torture.

23 CR 1584/1586, C « Bienes », AHN INQ, leg. 5100, caja 1.

24 Relations de causes, AHN INQ, leg. 2105, exp. 73 ; 77 ; 79 ; 84 ; 87 ; leg. 2072, exp. 35.

25 AHN INQ, leg. 3716, exp. 3, RC de Manuel de Acebedo.

26 À partir de 1604, ce quatrième poste fut pris en charge par l’Inquisition de Murcie jusqu’à sa disparation en 1606 (CR 1602/1606, AHN INQ, leg. 1993, caja 1).

27 J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 274.

28 Elle avait été supprimée vers 1550. L’office de surveillant semble rétabli au début des années 1560. J’ignore si les prisonniers étaient alors détenus dans un édifice particulier, conformément aux instructions de 1561, ou s’ils étaient laissés libres de leur personne en ville, à charge de se présenter au surveillant les dimanches et fêtes. En tout cas, il n’est pas question d’un tel bâtiment dans les comptes jusqu’à ceux de 1595 qui, les premiers, signalent qu’on verse un loyer pour lui.

29 CR 1613/1615, D 1/2, AHN INQ, leg. 1993, caja 2. J’ai porté dans ces comptes les 922 967 maravédis concernés en recette dans les biens confisqués (compte d’exploitation), alors que le document les fait passer directement en dépense, au règlement de 1’alcance antérieur.

30 CR 1613/1615, C/« Consignación de Granada », AHN INQ, leg. 1993, caja 2. Les données sont très claires. Je ne sais sur quoi se fonde J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 177, pour affirmer que cette pension se montait à 500 000 maravédis par an ; ni à quoi correspond celle du même montant qu’il fait payer à l’Inquisition de Tolède par le tribunal de Cordoue.

31 Dans les comptes de 1620, il existe un sous-compte particulier pour la confiscation des biens de Manuel Baez Acebedo. Je fusionne sous-compte et compte principal.

32 CR 1620, AHN INQ, leg. 1993, caja 2 ; CR 1621, AHN INQ, leg. 1993, caja 2 ; CR 1622/1624, C «  Bienes »/ passim et D «  Bienes »/passim, AHN INQ, leg. 5000, caja 1. Ces chiffres sont approximatifs. R. Millar Carvacho, « Las confiscaciones de la Inquisición de Lima a los comerciantes de origen judío-portugués de la’Gran complicidad’de 1635 », Revista de Indias, CLXXI, 1-6/1983, pp. 27-58, évalue à 30,9 % ce que le Saint-Office put récupérer dans ce cas par rapport aux séquestres. Le phénomène, on le voit, n’était pas propre à Tolède.

33 J. Contreras, ouvr. cité, pp. 390-399, fut le premier à attirer l’attention sur ce phénomène. Les compositions furent particulièrement fortes en Galice entre 1640 et 1645, 1661 et 1665, 1680 et 1690, toutes périodes où elles représentent plus du tiers des confiscations totales. Leur pourcentage par rapport à l’actif évalué varie de 4 à 50 %, avec une concentration autour du tiers. À Tolède, elles semblent avoir joué un rôle moins important. Je n’ai cependant pas suffisamment approfondi la question pour pouvoir préciser davantage.

34 Murcie, Valladolid, Grenade ou, directement, la Suprema.

35 CR 1733/1734, D 42/2 à D 43/2, AHN INQ, leg. 4998, caja 1.

36 Ibid.

37 J’ai porté ces sommes au cargo du compte d’exploitation et non au bilan. Il ne s’agit pas, en effet, d’une subvention, mais du paiement d’un service.

38 Plus précisément, on portait en cargo le montant brut des confiscations et on ne passait en data que les items effectivement payés ou dont le recouvrement était définitivement abandonné, en excluant, contrairement à l’usage, ceux qui n’avaient pu être perçus pendant l’exercice, mais qu’on gardait espoir de récupérer un jour. Si bien que chaque compte se concluait par le report sur l’exercice suivant d’un alcance colossal contre le receveur, sur qui on gardait ainsi un fort moyen de pression. Il était évident que le jour où il déciderait de passer la main à un successeur, il faudrait revenir au système classique. Mais le tribunal négocierait alors en position de force.

39 CR 1718/1721, C 39/1-C 42/3, AHN INQ, leg. 4988, caja 2.

40 On dut se résoudre, en 1691, à considérer comme irrécupérables plus de 18 000 ducats d’amende, dont 15 000 au moins imposés en 1669 et 1670. Certains des items remontaient à 1654.

41 Le dépouillement des comptes de cette période m’a fait vivre un véritable suspense. À la fin de chaque exercice, il semblait que les dernières ressources étaient épuisées. Chaque fois pourtant, l’habileté d’un receveur ou d’un comptable savait donner une solution aux problèmes les plus inextricables.

42 J’ai dû procéder à plusieurs modifications des données originales. Les principales portent sur les salaires. On en trouvera le détail dans la version originale ou microfichée de cette thèse, p. 417, n. 44.

43 Je n’ai pas retrouvé les comptes de 1699/1703. L’étude des cens montre qu’on liquida ces années-là environ mille ducats de capital. Il est probable que c’est l’une des clefs du mystère.

44 AHN INQ, leg. 4988, caja 2, rapport sur la liquidation des comptes de Martín Sánchez Guzmán. Grenade, en fait, paraît n’avoir payé que 400 000 des 655 737 maravédis qu’on lui avait demandé (AHN INQ, lib. 228, f° 11R-15R et CR 1710/1712, D 23/1-D 23/2, AHN INQ, leg. 4988, caja 2).

45 Cette remise de Grenade, directement versée à l’inquisiteur Pablo del Moral y Tejada, n’apparaît pas dans les comptes du receveur (AHN INQ, lib. 228, f° 11R-15R). J’en tiens compte dans mes calculs.

46 CR 1733/1734, rapport sur les comptes, AHN INQ, leg. 1988, caja 1.

47 CR 1703/1707, C 43/2 et C 43/3, AHN INQ, leg. 4988, caja 2.

48 Détail dans la version originale ou microfichée, p. 819-823

49 II faut peut-être accroître ce total d’un peu plus de trois millions de maravédis. En effet, les arriérés de salaire paraissent avoir diminué de cette somme pendant la période comptable 1714/1717, dont les comptes sont perdus. le doute qu’il y ait eu un tel bénéfice d’exploitation. L’hypothèse d’un transfert de la Suprema ou d’un autre tribunal est pratiquement nécessaire à la cohérence de mes calculs.

50 CR 1718/1721, C 34/4-C 36/1, AHN INQ, leg. 4988. exp. 2.

51 Les confiscations paraissent, en revanche, avoir joué un rôle capital dans l’histoire financière de l’Inquisition de Lima ; non par leur fréquence, mais par l’importance stratégique d’une seule et colossale vague de saisies, à la fin des années 1630, dont le produit, placé à cens, mit le tribunal à l’aise jusqu’au XVIIIe siècle (R. Millar Carvacho, « Las confiscaciones... », art. cité, et La Inquisición..., ouvr. cité, p. 160-208).
Le fait que les confiscations jouent un rôle secondaire dans les recettes du tribunal ne veut pas nécessairement dire qu’elles n’aient pas eu d’influence sur la vie économique générale. Dans le premier cas, c’est leur apport net qui importe. Dans le second, leur montant brut. Nous avons vu la différence. Je ne pense pas, toutefois, que les perturbations induites aient été très fortes. En fin de compte, seul le montant net est retiré du circuit des affaires et, en cas de placement à cens, de manière fort temporaire.

52 Le tribunal n’avait trouvé personne pour prendre à ferme la prébende de Talavera. Elle était gérée, comme celle de Tolède, par le receveur. Ne réussissant pas à vendre ses grains, il avait stocké quatre mille cinq cents fanègues (à peu près deux cents tonnes) de blé, d’orge, de seigle et de méteil dans les dépendances du tribunal (CR 1718/1721, C/« Canongias », passim, AHN INQ, leg. 4988, exp. 2). Le tribunal était vendeur de grain et ses revenus dépendaient autant du niveau des prix que du volume de la récolte. Si bien qu’une crise de sous-production n’était pas forcément nuisible à ses intérêts. Les plus terribles, comme celles de 1605, 1616, 1637 ou 1683 ne laissent pas de traces sensibles sur la courbe du revenu des canonicats. Elles peuvent même correspondre à de bonnes années.

53 J. Contreras, ouvr. cité, p. 426 et suivantes. J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 290.

54 Cette conclusion correspond bien à celle de R. Millar Carvacho, La Inquisición..., ouvr. cité, qui établit un lien étroit entre l’état des finances de l’Inquisition de Lima et le mouvement économique général du pays.

55 Les séries de Hamilton pour la Nouvelle Castille ne m’ont pas permis de calculer un indice des prix commun à la quatrième période et aux trois autres. En faisant l’hypothèse qu’il n’y a pas eu de rupture brutale dans le niveau des prix nominaux entre 1649 1650 d’une part, entre 1699 et 1700 de l’autre, on peut cependant estimer que celui-ci était, à la fin du XVIIe siècle et dans la première moitié du XVIIIe, assez voisin du niveau atteint vers 1640.

56 On peut imaginer que cette hausse du coût unitaire théorique du procès est, pour une part, une réponse du personnel à la diminution effective des salaires. Il y aurait eu, tout naturellement, baisse du rendement.

Table des illustrations

Titre Tableau 30. Inquisition de Tolède. Compte d’exploitation. Milliers de maravédis. Années connues seulement17.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau 31. Inquisition de Tolède. Compte d’exploitation. Milliers de maravédis. Années connues seulement.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Tableau 32. Inquisition de Tolède. Confiscations propres (maravédis) (1650-1657).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 33. Inquisition de Tolède. Coût des causes de foi « en forme ».
Légende Sens des abréviations : PF : Nombre de procès formels ; FE : Frais d’exploitation ; FE/PF cr : rapport entre les frais d’exploitation exprimés en milliers de maravédis courants et le nombre de causes formelles ; IP : indice des prix ; FE/PF es : rapport entre les frais d’exploitation exprimés en milliers de maravédis constants et le nombre des causes formelles.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540