Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Troisième partie. Les moyens humains et financiers

Chapitre ix

Vaincre l’espace ? L’effort des professionnels

Texte intégral

1Pour dominer l’immensité d’un espace distendu, multiplié par la lenteur des communications, les inquisiteurs ont successivement utilisé deux méthodes. Dans un premier temps, ils s’appuyèrent presque exclusivement sur des professionnels, soit que les juges se déplacent eux-mêmes avec leur équipe, allant d’une ville à l’autre à la recherche du justiciable ; soit qu’ils se servent d’agents que d’autres institutions, mieux équipées, mettent à leur disposition. Vers le milieu du XVIe siècle, sans abandonner ces possibilités, ils renversèrent le problème. L’Office devint plus sédentaire, les inquisiteurs quittèrent de moins en moins le chef-lieu de district. Mais ils enserrèrent leur territoire dans un réseau de familiers et de commissaires bénévoles, censés recueillir pour eux l’information nécessaire à la vie du tribunal et agir en leur nom.

La collaboration avec les autres institutions judiciaires

  • 1 Juan Antonio Llorente, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne..., Paris, 1818, spécialement c (...)
  • 2 L’importance de ces points a été remarquablement mise en valeur par R. Garcia Cárcel, Orígenes de l (...)

2Il est de tradition, depuis Llorente, d’insister sur les conflits qui ont opposé le Saint-Office aux autres juridictions, spécialement aux tribunaux séculiers1. Loin de moi l’idée de les nier, ni de minimiser l’importance capitale qu’ils eurent dans certaines régions, en particulier à la périphérie du royaume, là où l’action des représentants du roi se voyait freinée par un fort sentiment autonomiste, appuyé sur les fors locaux et sur des Cortes combatives2. Même à Tolède, les heurts ne manquèrent pas. Il est difficile de les ignorer, d’ailleurs, le moindre problème suscitant une masse de lettres, de rapports, d’enquêtes et de contre-enquêtes, de consultations au roi de la part du Conseil de Castille ou de la Suprema, de comités d’arbitrage, bref une paperasse considérable et de ces bons gros dossiers qu’il est impossible au chercheur de ne pas remarquer.

  • 3 « Reniego de las barbas que Dios tiene en la cara... Pues ¿ Dios no es el diablo ? », AHN INQ, leg. (...)

3Mais ce n’est là qu’un aspect du problème et, dans le cas qui m’intéresse, peut-être pas le plus important. Ouvrons le procès d’un de mes compatriotes, Mase Bernal, naturel de Gimont (près de Toulouse), barbier de son état à Cerceda (province actuelle de Madrid, au nord de la capitale). Il blasphème. Au cours d’une dispute avec son épouse, il aurait lâché un sonore : « Je renie la barbe que Dieu a sur la figure », qui aurait fort choqué les témoins. Il aurait dit, une autre fois, qu’il donnait son âme au diable et, devant les reproches qu’on lui faisait, il aurait ajouté d’un air ingénu : « Alors, Dieu n’est pas le diable ? ». Sans parler de broutilles plus classiques, du genre : « Malheur à Dieu par Dieu, puisqu’il donne la maladie », à propos d’ulcères aux jambes ou, pour le même motif, qu’il ne pouvait croire en Dieu, que ce devait être un démon. On le dénonce au lieutenant-gouverneur de Manzanares el Real qui, le 12 janvier 1540, le jette en prison. J’ignore comment la nouvelle parvint aux inquisiteurs. Sans doute Bernai avait-il des amis qui voulaient lui éviter d’être jugé par un magistrat qui, à voir la manière dont il le traite, ne devait pas être porté à l’indulgence envers lui. Toujours est-il que le 17 janvier on expédiait de Tolède une inhibitoire et que le juge séculier relâchait immédiatement son prisonnier, lui remettait l’original du dossier et lui permettait de se présenter sur le champ à l’Inquisition3.

  • 4 AHN INQ, leg. 31, exp. 49.

4Même collaboration en 1544 entre la justice de Zorita et l’Office. Atanasio de Arriba, laboureur, accusé lui aussi de blasphème, ainsi que d’avoir demandé, en plaisantant, à un autre paysan de le confesser et de reporter au purgatoire les restitutions qu’il aurait à faire, se dénonce « spontanément » à Tolède pour échapper au gouverneur de la ville qui a procédé à une information sur l’affaire. Inhibitoire, exécutée sans problèmes4. Situation qui aurait pu donner lieu à conflit, mais résolue sans heurt, en 1625 à Tolède. Un certain Francisco de Contreras est prisonnier dans les geôles du corrégidor, en instance de transfert aux galères. Il a été condamné par les alcaldes de casa y corte pour bigamie.

  • 5 AHN INQ, leg. 24, exp. 3.

5L’Inquisition apprend l’histoire. Elle réclame le coupable car elle prétend connaître de ces affaires. L’intéressé abjure de levi dans la salle du tribunal, à l’issue d’une brève audience. Il est immédiatement rendu au juge séculier pour accomplir sa peine5. Dernier exemple enfin, cette lettre du corrégidor de Guadalajara à l’inquisiteur général :

  • 6 AHN INQ, lib. 361, feuille volante glissée dans le livre.

Il y a trois mois, j’ai été averti qu’il y avait à Guadalajara un morisque nommé Pedro Navarro, que j’avais autrefois arrêté pour adultère et que j’avais dû relâcher devant ses dénégations, après l’avoir mis à la question. Le rapport qu’on me fit me le présentait sous le nom de Ruiz, comme originaire de Grenade et marié là-bas ; il signalait que sa femme avait paru à l’autodafé tenu par la Sainte Inquisition de cette ville la Saint-André dernière passée [30/11/1606] et que lui-même avait été relaxé en effigie. On l’accusait de fabriquer de fausses écritures. Devant la gravité du cas, je décidai de l’arrêter en prenant toutes les précautions possibles. Il est en ce moment détenu par mes soins, avec toute la réserve que requiert son affaire. Dans la maison où il se cachait, en fouillant ses papiers, on trouva un petit livre qu’il écrivait, lequel paraît être de la secte de Mahomet et contenir la manière de jeûner, les lunaisons et d’autres choses encore qui confirment les renseignements que j’ai sur lui. Il l’écrivait avec des encres en couleurs.
Pour mieux m’assurer de la chose, j’ai utilisé la relation de l’autodafé où, sous le numéro dix des pénitenciés, je trouve : « Ambrosio Ruiz, domicilié à Grenade, morisque, alfaqui et dogmatiseur de la secte de Mahomet, qu’il observe. Fugitif absent. Relaxé en effigie ». Suit un paragraphe qui dit : « Isabel de Xérez, femme d’Ambrosio Ruiz ci-dessus, domiciliée à Grenade, pour avoir observé les prescriptions de la secte de Mahomet, san-benito et prison perpétuelle, confiscation totale de ses biens ».
D’après l’enquête en cours, il semble qu’il y ait eu des complices. On a en effet trouvé au pouvoir d’autres morisques un livre de papier blanc, du format et de l’aspect de celui qu’écrivait ledit Navarro. Le détenteur était son ami intime et la personne qui s’occupait de lui.
Un clerc m’a caché la servante de cet homme. Elle s’est enfuie la nuit où j’allais l’arrêter en tant que morisque. Alors qu’elle était encore chez elle, mes hommes frappèrent à la fenêtre de ce prêtre, qui donnait sur la rue. Il y parut et pria la personne qui frappait de s’en aller. Il me sembla qu’il cherchait à protéger la coupable et à retarder l’enquête. Je fis perquisitionner son logement et j’y trouvai un ballot de vêtements qui appartenait à la servante en question. On en a fait l’inventaire. Je suis averti que ce clerc est allé se présenter au Conseil de la Sainte Inquisition de Tolède [sic]. J’en informe Votre Seigneurie Illustrissime pour qu’elle donne ordre à ce qui convient le mieux au service de Notre-Seigneur et de Sa Majesté. Je la supplie de m’ordonner tout ce qui lui plaira. Je proteste d’accomplir mon devoir jusqu’à la limite de mes forces.
Il y a dans cette affaire plusieurs délits de violence, de meurtres et autres qui touchent à ma juridiction, dans la poursuite desquels je m’efforce d’avancer. Je proteste de remettre à Votre Seigneurie Illustrissime ou à qui elle me le commandera, tout ce qui pourrait intéresser le Saint-Office. [Guadalajara, le 19 février 1607]. Don Pedro de Alarcón y Sotomayor6.

  • 7 AHN INQ, leg. 2106, exp. 6, Antón Gallego ; exp. 9, Diego de Murcia et Alonso de Mendoza.

6Je n’ai pu résister au plaisir de citer in extenso. Il est trop rare qu’on ait une description si précise de l’action policière d’un magistrat, décrite non dans la froideur et l’impersonnalité d’un texte destiné à faire foi, mais prise en quelque sorte sur le vif. Et puis, c’est un si bel exemple de travail en commun... Il eut des suites. L’inquisiteur général transmit la pièce au tribunal de Tolède. La cause d’Antón Gallego, le prêtre, se termina la même année par un non-lieu, faute de preuves : il soutint qu’il ignorait que sa bonne fut poursuivie par le Saint-Office ; il croyait qu’elle n’était recherchée que pour complicité dans affaire de meurtre. On arrêta aussi deux nouveaux-chrétiens : Alonso de Mendoza et Diego de Murcia. Tous deux furent condamnés en une abjuration de levi — pas une 1610, le premier à il avait nié sous la question —, le second à la réconciliation. J’ignore ce que devint l’accusé principal. Peut-être le transféra-t-on à Grenade7.

7Un juge ecclésiastique, maintenant, et une lettre de don Gaspar de Quiroga, vicaire général d’Alcala de Henares à la Suprema :

  • 8 AHN INQ, leg. 42, exp. 31, f.

Très Illustres et Magnifiques Seigneurs, j’ai fait diligence pour recevoir le témoignage d’Antonio Hernández, comme Votre Seigneurie me l’avait ordonné. Je l’envoie avec la présente, sous pli fermé et scellé [...] Que Votre Seigneurie me mande ce que je peux faire pour elle dans ma juridiction, dans cette affaire ou dans d’autres : je l’accomplirai aussitôt. J’ai fait rechercher les morisques et je n’en ai pas trouvé trace. Dieu garde [...] [Alcala, 2/7/1541]8.

8Ce texte appelle quelques commentaires. Son auteur d’abord, qui fait alors ses premières armes. Il ira loin et mourra inquisiteur général, archevêque de Tolède. Il était à l’époque le protégé du cardinal Tavera, inquisiteur général lui aussi, qui, justement, l’avait nommé, en tant qu’archevêque, au poste qu’il occupait : on voit combien cette polyvalence du haut personnel inquisitorial que je signalais plus haut facilite contacts et collaborations. Car le Conseil a demandé à l’administration épiscopale plusieurs services : recevoir un témoignage dans le procès de Nicolao Gaitano, originaire de Rhodes, capitaine de l’armée impériale, qui fut juif à Salonique et soulageait, à Madrid, rhumatismes et malaises cardiaques à coup de formules magiques ; rechercher des morisques en fuite, témoins capitaux dans l’affaire d’Agustín de Ribera, le « petit prophète » de Tolède...

  • 9 Juan Antonio Llorente, ouvr. et lieu cités.

9Ce ne sont pas là cas exceptionnels. Certes, il y a des conflits : Tolède vient en bonne place dans la liste des « abus » inquisitoriaux que cite Llorente. 1588, excommunication du licencié Gudiel, alcalde de corte, qui procédait contre un secrétaire de la Suprema accusé de meurtre. En 1622, excommunication du corrégidor pour avoir arrêté comme fraudeur le titulaire des boucheries de la ville ; le Saint-Office emprisonna deux alguazils et les traita fort rudement ; il y aurait eu un début d’émeute contre lui. Encore des heurts, en 1634, avec les alcaldes de casa y corte, appuyés par le Conseil de Castille9.

  • 10 AHN INQ, leg. 122, exp. 15 ; lib. 246, f " 133V ; lib. 574, f° 9V ; f° 4V.
  • 11 AHN INQ, leg. 121, exp. 12.

10Ajoutons-y des faits dont j’ai moi-même trouvé mention. Conflit de juridiction en 1532 avec un alguazil du corrégidor, qui a confisqué son épée à un serviteur de l’inquisiteur Mexia. Il faut, en 1535, une cédule royale pour convaincre le corrégidor de rendre à son maître un serviteur de l’inquisiteur Girón, qu’il avait arrêté à la suite d’une bagarre : on lui rappelle que la justice séculière n’a pas juridiction sur la « maison » des juges du Saint-Office. conflit en 1540, à propos des familiers, dont la propension à rôder en En Nouveau armes autour du lavoir et à loucher sur les belles blanchisseuses ne plaisait pas à tout le monde : deux d’entre eux au moins furent arrêtés et le Conseil de s’étonner d’une telle attaque de la part d’un magistrat dont l’oncle, le licencié Montes, était lui-même inquisiteur10. Les années suivantes furent tranquilles au local, bien que se déroulât, au plan national, une lutte intense à propos niveau privilèges de la familiature. Le seul conflit dont les causes de foi aient gardé trace oppose l’inquisiteur Pérez, en visite à Galapagar (province actuelle de Madrid), au garde-champêtre du Real de Manzanares : des il avait mis à l’amende un charretier qui ramassait en contravention du bois pour le tribunal ; il ignorait que le Saint-Office jouissait du privilège de le faire en tout temps et en tout lieu. Il fut condamné à une pénitence publique11.

  • 12 AHN INQ, leg. 116, exp. 9 ; leg. 2105, exp. 24 ; leg. 125, exp. 17.

11Nouvelle série de conflits avec les alguazils du corrégidor de Tolède entre 1554 et 1563. J’ignore l’issue du procès de Cristóbal de Carbajal, mais l’épaisseur du dossier et le nombre des témoignages de tous ordres réunis par les inquisiteurs marquent le souci de faire un exemple. Son collègue Pedro Vázquez s’en tira avec deux ducats d’amende : il avait déclaré qu’il « ne plaçait pas le roi ni l’Inquisition plus haut que la semelle de ses chaussures ». Luis de Santa Cruz fut poursuivi pour avoir confisqué l’épée d’un familier12.

  • 13 AHN INQ, leg. 34, exp. 28.
  • 14 AHN INQ, lib. 577, f " 168V ; leg. 1, exp. 1, f° 138R.
  • 15 Sur le privilège des inquisiteurs de se procurer du blé nonobstant toute disposition contraire, voi (...)

12Au-delà, les affaires graves se font rares. Un règlement de compte entre la Suprema et un alguazil de casa y corte, déféré à l’Inquisition de Tolède pour blasphème, officiellement, et pour avoir fouillé, à l’entrée de Madrid, les bagages de l’inquisiteur général, en fait13 ; un conflit assez sérieux avec les alcaldes de casa y corte à propos d’un familier ; des heurts, à la fin du XVIe siècle, avec les alguazils du corrégidor de Tolède à cause du fournisseur des prisons secrètes14. Ajoutons-y le lot commun des « compétences » avec les justices locales sur les affaires de familiers, fréquentes, mais rarement sérieuses, quelques problèmes sur l’extraction du blé15, ce sera tout pour les autorités séculières. J’ai dépouillé entièrement la correspondance du tribunal jusqu’en 1570, puis pour les années 1605-1612. J’y ai trouvé mention de cinquante-deux affaires impliquant gravement des représentants du pouvoir laïc. Trente-deux se sont résolues dans le sens de la collaboration, vingt seulement ont été prétexte à conflit. Dans la plupart des cas, il s’agit de problèmes nés à Tolède ou à Madrid, portant sur des familiers. Presque systématiquement, le Conseil pèse dans le sens de la modération. Étant donné la nature de la justice d’Ancien Régime, à laquelle les conflits de juridiction sont en quelque sorte consubstantiels, on ne peut que s’étonner de la rareté des accrochages.

  • 16 AHN INQ, lib. 589, f° 59R.
  • 17 AHN INQ, lib. 574, f° 10V ; lib. 249, f° 212V-213R. Dans cette dernière affaire, le chapitre de Tol (...)
  • 18 AHN INQ, lib. 577, f 157R ; f° 181R.

13Avec la justice ecclésiastique, les problèmes sont encore plus exceptionnels. Le même comptage a donné vingt-trois exemples de collaboration contre neuf conflits seulement. Et les motifs n’en sont guère particuliers à la région : difficultés avec le vicaire général, qui s’intitule inquisiteur dans ses mandements, avec les confesseurs qui prétendent absoudre du délit d’hérésie les pénitents munis d’une bulle de la croisade ou du jubilé16, problèmes avec les chapitres qui refusent de verser leur prébende à des inquisiteurs qui ne résident pas, ainsi au licencié Sandoval, en 1540 ; en 1566, à don Gaspar de Quiroga, alors membre de la Suprema 17 Les heurts juridictionnels sont rares. En 1570, par exemple, le vicaire de Tolède ayant arrêté un certain Bernabé López Ocampo, l’Inquisition revendiqua la cause. Il livra bien le dossier, mais garda le prisonnier. Les inquisiteurs s’en saisirent par la force, ce qui leur valut les reproches les plus vifs du Conseil. Quelques mois plus tard d’ailleurs, les relations étaient redevenues assez cordiales pour que le licencié Busto de Villegas, gouverneur de l’archevêché en lieu et place de Carranza, puisse demander à ce qu’on autorise Maître Georges, fontainier, réconcilié, à quitter pour deux mois la prison perpétuelle afin d’achever les travaux qu’il avait entrepris avant sa condamnation dans une sienne propriété18.

  • 19 Instructions de Torquemada, n " 1 (1484), Monteserín, p. 86-87.
  • 20 AHN INQ, lib. 1231, f° 62R.
  • 21 Instructions de Torquemada, n° 17 (1484), Monteserín, p. 97-98.
  • 22 AHN INQ, lib. 248, f° 142RV ; lib. 249, f° 129RV ; f° 124R ; f° 125V-126R ; f° 127V-129R.

14Quoi d’étonnant, d’ailleurs, à cette complicité ? Les inquisiteurs ne sont-ils pas hommes d’Église ? N’est-ce pas le pape qui a donné pouvoir à l’inquisiteur général ? Ne prête-t-on pas les églises ou la cathédrale, pour célébrer les autodafés ? N’est-ce pas le clergé qui fournit les commissaires ? N’est-ce pas des canonicats que l’Office tire le plus clair de ses ressources ? Ne défend-t-il pas l’orthodoxie et ne juge-t-il pas selon la procédure canonique ? Quant aux juges séculiers, n’est-il pas normal qu’ils collaborent avec un tribunal du roi, avec des juges nommés indirectement par lui et souvent plus proches de lui que la plupart des corrégidors ? La législation a prévu le fait. À leur première entrée dans une ville, les inquisiteurs doivent présenter leurs pouvoirs à l’évêque, au chapitre, au corregidor, au seigneur, aux regidores, et leur faire jurer à tous de les aider dans leur tâche19. Chaque fois, le roi les munit d’une cédule ordonnant à toutes les justices séculières de se mettre à leur disposition20. Et on leur recommande d’utiliser les services des juges ecclésiastiques pour examiner les témoins qu’ils ne pourraient voir personnellement21. La plus belle expression de cette entente est sans doute la circulaire que Philippe II envoya en 1558 à tous les évêques, à toutes les justices royales, à tous les seigneurs, à toutes les universités du royaume pour leur demander d’aider l’Office dans sa lutte contre le protestantisme22.

  • 23 F. Tomás y Valiente, « Relaciones de la Inquisición con el aparato institucional del Estado », La I (...)

15Il est donc clair que, jusque dans la première moitié du XVIIe siècle au moins, la collaboration avec les juges séculiers et ecclésiastiques, par remise de compétence, par échange d’information, a été l’un des instruments de contrôle dont l’Inquisition disposait pour dominer l’espace qui lui était confié. Il semble cependant que le recours à cette aide extérieure ait été moins systématique après 1570. Il est probable que la création d’un réseau propre de commissaires en a diminué la nécessité. Il se peut aussi, et c’est une question que je ne développerai pas ici, que le Saint-Office ait progressivement coupé beaucoup de ces attaches, s’isolant dans une autonomie de plus en plus marquée qui finit, d’abord par le paralyser, par le faire rejeter, ensuite, de l’Église et de l’État23.

  • 24 Ce fait a des conséquences pour toutes les études qu’on pourrait faire à partir des sources inquisi (...)

16Mon étude, par ailleurs, laisse un problème en suspens. Dans quelle mesure la relative rareté des rivalités ouvertes ne cache-t-elle pas un travail de sape discret de la part des juridictions non inquisitoriales ? Dans quelle mesure ces dernières ne se contentent-elles pas de juger discrètement, sans bruit, les délinquants qu’elles devraient remettre en principe au tribunal de la foi, vidant ainsi sans heurt le droit de tout contenu ? L’un au moins des exemples que j’ai cités semble relever de ce cas. Il n’est possible pour l’instant que de poser le problème : tant que ne seront pas étudiées les archives des vicaires épiscopaux, celles des corrégidors, des chancelleries, des alcaldes de casa y corte, la question ne pourra être tranchée. Je ne puis que le reconnaître et cela limite singulièrement la portée de mes conclusions24.

Le tribunal itinérant

  • 25 Instructions de Torquemada n° 1, 2 et 17 (1484), Monteserín, pp. 86-87 et 97-98.
  • 26 J. Contreras et J.-P. Dedieu, « Geografía de la Inquisición española : la formación de los distrito (...)

17Itinérantes. Ainsi étaient conçues au début les cours inquisitoriales. Lisons les instructions de Torquemada : elles impliquent, pour toute démarche de quelque importance, la présence physique des juges dans chaque agglomération du district. C’est en personne qu’ils doivent présenter leurs pouvoirs aux autorités locales, en personne qu’ils doivent lire leur monitoire, en personne qu’ils doivent, sauf exception, interroger les témoins25. Chaque tribunal se voit attribuer, d’emblée, une circonscription clairement définie, souvent calquée sur un évêché, mais à l’intérieur de celle-ci, il se déplace. Ainsi l’Inquisition fondée à Osma en 1489 passe-t-elle à Calahorra en 1491, puis à Durango en 1499. L’Inquisition d’Estrémadure erra longtemps de Coria à Badajoz et Plasència avant de se fixer à Llerena26.

  • 27 AHN INQ, leg. 141, exp. 14 ; leg. 156, exp. 12.
  • 28 Sebastián de Horozco, Relaciones históricas toledanas, éd. J. Weiner, Tolède, Instituto Provincial (...)

18De même les inquisiteurs de Tolède. Ils entrent à Ciudad Real en septembre 1483 et y résident jusqu’en mai 1485. Déjà ils s’intitulent « Inquisiteurs de Ciudad Real, du Campo de Calatrava et de l’archevêché de Tolède ». Ils font plusieurs séjours à Almagro, où ils célèbrent une série d’autodafés entre janvier 1484 et avril 148527. Le 24 mai, ils sont à Tolède : ils effectuent les formalités d’installation et publient un édit de grâce pour les judaïsants. La veille du Corpus, qui tombait le 2 juin, le corrégidor déjoue une conspiration visant à les assassiner. Le 12 février 1486, ils procèdent aux premières réconciliations. En mai, ils proclament, du chef-lieu, un temps de grâce pour les conversos du district, convoquant successivement ceux des archidoyennés de Tolède, Madrid, Alcala, Alcaraz et Talavera. Ceux-là furent réconciliés dans la capitale en janvier et mars 1487. Suivent plusieurs autodafés où paraissent des habitants de Tolède et, le 26 juillet 1488, une cérémonie où sont condamnés les ossements d’une centaine de personnes originaires des environs28. Les juges, alors, se mettent en route. Nous les retrouvons à Ocaña (1488), à Talavera (1489), à Madrid (1490/1492), à Guadalajara (1492/1493), à Torrelaguna (1492). Partout, sauf à Madrid, des autodafés sont attestés, le plus souvent consacrés à l’expédition de causes de défunts.

19Il ne s’agit pas de visites de district comme nous les verrons pratiquer ultérieurement, où un inquisiteur s’éloignera du siège avec une équipe réduite et pour un temps limité : autant que j’en puisse juger, c’est tout le personnel qui se déplace. En outre, il arrive qu’un inquisiteur rayonne depuis la nouvelle base pour faire, en dehors d’elle, les actes de procédure nécessaires, comme en 1490/1491 le docteur Suárez de la Fuente el Saz : tout se passe comme si se créait temporairement un district subalterne. À partir de l’été 1493, cependant, date de son retour à Tolède, le tribunal cessa de nomadiser. Plus jamais il ne se rendra en bloc dans une agglomération du district, même s’il y eut encore des moments où tous les inquisiteurs travaillèrent au-dehors séparément. Bref, on avait changé de technique.

La visite du district

  • 29 J.-P. Dedieu, « Les inquisiteurs de Tolède et la visite du district. La sédentarisation d’un tribun (...)

20L’expression « visite du district », employée du début à la fin de l’histoire du tribunal, recouvre des réalités fort différentes, qu’il importe de distinguer. Ayant moi-même écrit sur le sujet sans le faire, je dois ici battre ma coulpe et dire combien cette opération de clarification a précisé ma perception de l’objet29.

  • 30 Cette circulaire est publiée, sans date, par Monteserín, p. 291-294. Parmi les auteurs qui ont réce (...)

21Nous connaissons bien l’organisation classique de la visite de district telle que la définissait la circulaire du 26 novembre 1569 et telle qu’on la pratiquait dans la seconde moitié du XVIe siècle30. Le plus simple, pour la décrire, est de recopier le rapport qui rend compte de celle qu’effectua en 1607 don Francisco Manuel à Talavera :

  • 31 AHN INQ, leg. 496, exp. 4, f° 141R-159R.

Le trois avril 1607, Monsieur l’Inquisiteur don Francisco Manuel se mit en route pour Talavera, où il allait faire la visite accoutumée pour le compte du tribunal du Saint-Office de Tolède. Il m’emmena avec lui, moi, Francisco de Parraga, le secrétaire soussigné [en tant que secrétaire et alguazil majeur, comme nous l’apprendra la suite du texte]. Le cinq avril 1605, il arriva à la ville de Talavera et nomma alguazil Alonso Sánchez Domingo pour la durée de la visite ; lequel prit immédiatement le bâton [insigne de sa fonction] et commença à exercer son office.
En la ville de Talavera, le huit avril 1607, dimanche des Rameaux, dans la matinée, on lut l’édit de foi en l’église majeure, en présence de Monsieur l’Inquisiteur don Francisco Manuel, assis en haut des marches du maître-autel, du côté de l’évangile. Etaient assis plus bas, sur lesdites marches, le présent secrétaire et alguazil ainsi que quelques caballeros familiers.
Ensuite, le même jour, on envoya des édits et des anathèmes aux villages suivants : Navalmoral, La Calzada, Cebolla [...] Le neuf avril 1607, la municipalité de ladite ville de Talavera fournit pour le service de la maison de Monsieur l’Inquisiteur don Francisco Manuel les choses suivantes : un lit pour Monsieur l’Inquisiteur et douze lits pour ses serviteurs, dix-huit chaises de noyer, six grands bureaux de noyer, du blé et de l’avoine à la taxe de Sa Majesté ; des lits pour le présent secrétaire et ses serviteurs, les tentures et les chaises nécessaires pour équiper son appartement ; six tentures pour décorer la salle de Monsieur l’Inquisiteur.
En la ville de Talavera, le quatorze avril 1607, on envoya des édits et des anathèmes aux villages suivants : Cazalegas, Calera [...] En ladite ville de Talavera, le six mai 1607, en l’église majeure, on lut la lettre d’anathème dans la forme accoutumée. Monsieur l’Inquisiteur don Francisco Manuel y fut présent, assis en haut des marches du maître-autel, du côté de l’évangile. Au pied desdites marches, j’étais assis, moi le présent secrétaire et alguazil majeur, ainsi que quelques caballeros familiers...
En la ville de Talavera, le dix-neuf mai 1607, on envoya les édits et les anathèmes aux villages suivants : Arenas, Navalcan [...] En la ville de Talavera, le vingt-neuf mai 1607, Monsieur l’Inquisiteur le licencié don Francisco Manuel visita les san-benito de l’église majeure de la ville et de toutes les paroisses. Il n’y eut rien à rectifier31.

22Ce texte très riche n’appelle que quelques éclaircissements. L’édit de foi est la liste des délits que poursuit le Saint-Office. J’aurai l’occasion d’y revenir (cf. p. 277-279). L’anathème est l’excommunication officielle de toutes les personnes qui, sachant quelque chose, se refusent à le dénoncer. Les édits envoyés dans les villages des alentours devaient être lus en chaire par les curés, à la grand-messe. On ne précise pas si toute la population avait été conviée par des crieurs publics à venir les entendre, mais c’est ainsi que les choses se passaient d’habitude. De même, il est probable qu’une délégation de la municipalité et les familiers se sont portés à la rencontre de l’inquisiteur, à quelque distance de la ville, lors de son arrivée.

23Celui-ci séjourne à Talavera jusqu’à la fin du mois de juillet. Il reçoit des dénonciations, peu nombreuses d’ailleurs : vingt-neuf au total, dont une au moins tellement imprécise que le notaire ne prit pas la peine d’en relever le détail. Les premières tombent le 23 avril, avant même la lecture de l’édit d’anathème donc, et les deux tiers se concentrent dans les quatre semaines suivantes. L’inquisiteur convoque, en outre, vingt-quatre témoins, exclusivement sur des affaires dénoncées en visite. Des mentions marginales nous avertissent que plusieurs de ces témoignages ont été recopiés sur place et expédiés à Tolède pour y être votés en sumaria. Beaucoup de pompe et de décorum — pensons à l’importance de la suite inquisitoriale —, mais rien, dans tout cela, ne donne l’impression d’une activité débordante. La dernière visite à Talavera remontait à douze ans. On attendra la prochaine quarante-trois ans.

  • 32 AHN INQ, leg. 496, exp. 3, prologue non folioté. La carrière de Valtodano ne s’arrêta pas là. Il mo (...)

24Jeudi 29 mars 1554. L’inquisiteur Valtodano quitte Tolède, en route pour le Campo de Calatrava. C’est la quatrième année consécutive qu’il part visiter le sud du district. En 1551, il y a passé huit mois, quatre en 1552, sept en 1553, Avec lui, un notaire et l’alguazil, quelques serviteurs aussi, sans doute, dont on ne nous dit rien. Le mardi 3 avril, il est à Aldea del Rey. On y avait lu l’édit de foi le dimanche précédent. Le 17, il arrive à La Calzada. Le 5 mai à Santa Cruz de Múdela. Ici aussi, il s’est fait précéder de l’édit. Le 6, il le fait publier dans le village voisin d’El Viso, sans s’y rendre. Le 21, il entre à Valdepeñas, où l’on avait déjà entendu l’édit, qui est lu au Moral le 10 juin. L’inquisiteur y arrive le 16. C’est là qu’il apprend, le surlendemain, sa promotion à la Suprema. Il n’en revient pas à Tolède pour autant. le 28, il se rend à Manzanares et ne prend le chemin du retour qu’à la mi-juillet, au plus fort des chaleurs de l’été32.

  • 33 AHN INQ, leg. 496, exp. 3, f° 69V-164V.

25Trois mois et demi de voyage, six localités inspectées, quinze jours passés dans chacune. Sauf erreur, plus de quatre cents dénonciations, témoignages ou audiences accordées à des accusés. Des affaires instruites contre deux cents personnes au moins. Quarante-neuf sentences certainement expédiées à coup de procédure simplifiée, quatre-vingt-quatre probables, et je suis à coup sûr au-dessous de la vérité33. Une activité fébrile, où tout est axé sur l’efficacité, où les formalités sont réduites au minimum. Le contraire, sous un extérieur presque semblable, de ce que nous avons découvert en 1607.

  • 34 AHN INQ, leg. 497, exp. 3 ; et les causes de foi concernées. On en trouvera la liste, ainsi que des (...)

26Fin décembre 1540, l’inquisiteur Yanes arrive à Daimiel. Il y reste jusqu’au 12 février de l’année suivante. Il fait proclamer l’édit de foi. Il prononce une dizaine de sentences sous procédure simplifiée. Il reçoit trente-trois dénonciations. Mais surtout, il convoque lui-même douze témoins courants et soixante-huit témoins de tachas et abonos. Il n’est pas venu ici pour recueillir des informations nouvelles mais, avant tout, pour effectuer, les actes de procédure nécessaires à l’expédition des procès d’une vingtaine de morisques qui remplissent alors les prisons secrètes 34 C’est un autre type de visite. Souvenons-nous qu’à cette époque l’inquisiteur est tenu par les instructions de procéder personnellement à l’interrogatoire des témoins. Il ne peut déléguer ses pouvoirs qu’exceptionnellement, et comme l’a montré l’analyse exhaustive de ces procès de Daimiel, il est effectivement rare, dans la première moitié du XVIe siècle, qu’il ait recours à un commissaire. C’est donc lui qui doit se déplacer en personne d’un bout à l’autre du district, pour enquêter, interroger, vérifier, ratifier. Travail épuisant.

  • 35 Données tirées de l’examen des procès de cette « complicité » : AHN INQ, leg. 137, exp. 8 ; leg. 15 (...)
  • 36 Données tirées de l’examen des procès de cette période.

27Comment ne pas être frappé, dans les premières années du siècle, par cette multitude de courts voyages, par l’impression de frénésie qui s’en dégage ? Dans la dernière semaine de novembre 1501, l’inquisiteur Monasterio est à Alia, la première semaine de décembre à Herrera, le seconde à la Puebla de Alcocer, la troisième à Siruela, la quatrième à Almaden, où il passe les fêtes et tout le mois de janvier. Or, l’année précédente, ces mêmes villes avaient reçu la visite de deux de ses collègues, Hernán Rodríguez del Barco et le bachelier Simancas. Ils y avaient été amenés par la découverte d’une affaire de prophétisme judaïque. Monasterio venait procéder à des ratifications35. L’inquisiteur Vélez, en un peu moins de deux mois — mars et avril 1515 —, abat plus de cinq cents kilomètres, bouclant un périple impressionnant et se manifestant successivement à Alcazar, Daimiel, Ciudad Real, Almodovar del Campo, Siruela et Talavera, avant de regagner Tolède, son point de départ36.

  • 37 Instructions de Deza, n° 1 et 2, Monteserín, p. 121-122.

28On comprend pourquoi, à la fin du XVe siècle, les instructions de Deza s’attardent tant sur les visites : elles réglementent en fait la fin de l’itinérance des cours et marquent une première consolidation, une première stabilisation du tribunal. Là où elle n’a pas été faite, la première visite, celle qui permet de prendre contact avec le territoire, sera effectuée dans les plus brefs délais. Ensuite, un inquisiteur restera au siège à expédier les affaires, pendant que l’autre tournera dans la région, publiant et republiant l’édit de foi, rassemblant des informations, faisant sur les lieux mêmes de l’action les actes de procédure indispensables37. C’est alors que se met en place un système qui durera jusque vers 1560.

  • 38 AHN INQ, leg. 120, exp. 41.
  • 39 Liste des condamnés, tous de Guadalajara ou des environs, presque tous vieuxchrétiens — avec quelqu (...)

29Système qui, d’ailleurs, évoluera. La plupart des sentences, au début, paraissent rendues au siège, dans des procès en forme. S’il arrive qu’au cours d’une visite on liquide sans formalités quelques affaires mineures, comme les cent trois personnes frappées d’incapacité que l’inquisiteur Mariana mit à l’amende en 151538, cette activité paraît secondaire jusque vers 1530. La visite n’est qu’une servante. Ses objectifs, ses rythmes, ses dates, ses itinéraires sont fixés en fonction de formalités à effectuer dans les grandes causes de foi. Entre 1530 et 1550, elle acquiert plus d’autonomie. On voit en elle, outre son rôle traditionnel, l’instrument indispensable aux poursuites d’un type nouveau qu’on entreprend alors, non plus contre des hérétiques formels, mais contre des vieux chrétiens, pour des délits mineurs (cf. 245-248). Il est hors de question d’imposer dix jours de voyage et une semaine de séjour à Tolède à un petit blasphémateur. Encore moins de le jeter en prison. Il faut aller sur place et prendre le temps de l’y juger. Aussi la visite devient-elle plus lente, plus longue. On fait même des expériences, comme cet autodafé tenu sur la place Notre-Dame de Guadalajara, le 15 septembre 1538, par l’inquisiteur Vaquer, cas unique et aberrant39.

30Les procès terminés en visite tiennent de plus en plus de place dans l’activité de la cour :

Tableau 28. Pourcentage de causes de foi terminées en visite sur le total des affaires sentenciées connues. Toutes sources et tous types de procès confondus.

Tableau 28. Pourcentage de causes de foi terminées en visite sur le total des affaires sentenciées connues. Toutes sources et tous types de procès confondus.
  • 40 AHN INQ, leg. 3067, exp. 2, lettre du tribunal à la Suprema du 29 août 1553, publiée par J.-P. Dedi (...)

31L’évolution arrive à son terme lorsqu’une fois passée la vague de poursuites contre les morisques du début des années 1540, l’activité menace de s’effondrer et qu’il faut à toute force trouver une matière de remplacement. Entre 1548 et 1558, on visite pour visiter et la visite trouve en elle-même sa propre logique. Sa durée s’allonge démesurément. Les deux inquisiteurs y participent, laissant, comme nous l’avons vu, le tribunal aux mains d’un substitut. Surtout, on élabore d’avance un plan : on parcourt systématiquement le district, en commençant par les zones qui n’ont pas vu d’inquisiteur depuis le plus longtemps. On ne choisit plus la région en fonction des besoins suscités par les causes de foi en cours, mais en fonction des visites précédentes. Non pas pour prendre en main la population, comme ça avait pu être le cas au tout début, mais pour éviter d’épuiser une matière justiciable que l’on recherche alors presque désespérément. C’est un cri d’angoisse que lance à ses supérieurs Valtodano en août 1553. Conformément aux ordres, il a cherché des coupables dans tout le sud du district. Les conversos pullulent, mais ils sont en règle, et de judaïsants, point. Les morisques ? De pauvres hères dont il n’y a rien à tirer. Et maintenant, tout a été visité. Il ne reste plus que Talavera...40. Paradoxe entre les paradoxes ! Ne voilà-t-il pas qu’il en vient à souhaiter le développement de l’hérésie qu’il est censé combattre ?

32Passé ce paroxysme, le rythme s’effondre brutalement. Une comparaison du temps passé au poste par l’ensemble des juges effectivement présents et de celui qu’ils consacrent aux tournées nous indiquera la place que ces dernières occupent dans le travail inquisitorial.

  • 41 Les chiffres sont évidemment approximatifs, mais les ordres de grandeur restent valables. Je n’ai p (...)

Tableau 29. Inquisition de Tolède. 1550/1589. Place de la visite de district dans le travail inquisitorial41.

Tableau 29. Inquisition de Tolède. 1550/1589. Place de la visite de district dans le travail inquisitorial41.
  • 42 AHN INQ, leg. 3067, exp. 62.
  • 43 Instruction n° 73 de 1561, Monteserín, pp. 235-236 et ADC INQ, lib. 336, f° 106-108.

33L’explication doit être cherchée dans la grande réorganisation de l’Office à laquelle est en train de procéder l’inquisiteur général Valdés. J’aurai l’occasion d’y revenir, car c’est un tournant capital. Du point de vue des délits poursuivis, on va désormais se concentrer sur quelques points précis. Or, la nature même des causes jugées de manière sommaire hors du siège, où l’on prend le tout-venant des petites affaires qu’aurait tout aussi bien pu expédier n’importe quel juge ecclésiastique, correspond mal à cette exigence nouvelle. D’ailleurs, la situation financière de la cour s’améliore brusquement dès le début des années 1560 et rend moins nécessaire l’apport de multiples petites amendes. La création enfin, au même moment, d’un réseau cohérent de commissaires, permet de presque tout traiter sans quitter la capitale du district. Cette constante mobilité, non seulement désorganisait l’institution, mais encore usait les hommes. Depuis dix ans, les plaintes se multipliaient : « Ni les forces du corps ne permettent de passer toute une vie sur les routes, ni les salaires ne l’autorisent », selon les termes d’un rapport42. La campagne antiprotestante, l’installation de la Cour à Tolède, puis à Madrid, enfin, les grosses et longues affaires qui en résultent, imposent plus de stabilité. La circulaire de 1569 sur la visite limite son rôle dans l’expédition des causes de foi. En 1561 encore, les instructions de Valdés, confirmant la pratique antérieure, interdisaient d’arrêter les coupables sans consultation préalable du collègue resté au siège, sauf urgence, mais autorisaient le visiteur à liquider sans formalités les affaires les moins graves, tels les blasphèmes hérétiques peu qualifiés, à condition d’avoir reçu au préalable pouvoir de l’ordinaire. En 1569, on renouvelle les dispositions concernant les arrestations, mais on restreint les autres possibilités : il n’est plus loisible de procéder sans consultation du collègue que dans des affaires « extrêmement légères » et, dans la pratique, en cas de dénonciation spontanée du délinquant sans qu’il y ait d’autres témoignages contre lui43.

  • 44 A la fin du XVIe siècle surtout, et au début du XVIIe, les dénonciations reçues au cours d’une même (...)
  • 45 AHN INQ, leg. 496, exp. 1.
  • 46 AHN INQ, leg. 149, exp. 9, f° 4RV et 8RV, entre autres références. La fameuse visite du licencié Sa (...)

34On ne renonça pas pour autant à un instrument qui avait fait ses preuves. On l’adapta. La visite, plus rare, mieux organisée, eut une double fonction. Publicitaire, d’abord : c’était un moyen de faire connaître la majesté de l’Office, de la faire toucher du doigt aux populations et aux autorités locales, un moyen solennel de leur rappeler leurs obligations ou de développer une campagne de propagande44, de ne pas perdre totalement, aussi, le contact avec les réalités locales, dont les commissaires risquaient de ne donner qu’une vision tronquée au gré de leurs intérêts. Fonction de soutien aux commissaires débordés ensuite. Je ne citerai que deux exemples : la grande visite de l’inquisiteur Alava à Alcazar de Consuegra, liée à la découverte d’un groupe important de judaïsants dans cette ville45 et celle du docteur Sotomayor à Talavera en 1649, qui amena la condamnation de plusieurs dizaines de portugais, l’une des plus grosses affaires que l’Inquisition de Tolède ait eu à résoudre au XVIIe siècle46.

  • 47 ADC INQ ", lib. 336, f° 106-108 ; AHN INQ, lib. 577, f° 169V.

35Ni les inquisiteurs, ni les officiers ne paraissent avoir manifesté un enthousiasme débordant pour une activité qui leur coûtait sans doute très cher en frais de voyage et de représentation, en dépit de l’obligation faite aux villes de les loger gratuitement ; en dépit aussi des primes qu’il arrivait à l’inquisiteur général de leur concéder, bien que rarement, pour ce motif. La Suprema dut exercer sur eux une pression constante. En 1569, elle eut l’idée de lier une augmentation de salaire à l’obligation pour l’un des titulaires de visiter le district pendant quatre mois chaque année. Un roulement strict devait désigner celui qui partirait47. La liste de tournées révèle l’impact de cette mesure... et la rapidité avec laquelle elle devint lettre morte. La correspondance est d’ailleurs pleine de mises en demeure, d’excuses dilatoires, de certificats médicaux fournis par des fonctionnaires rétifs, dont certains ne manquent pas de sel. En 1630, le licencié don Cristóbal de Ibarra y Mendoza, qui venait d’être nommé à Tolède, écrivait sans rire au Conseil :

  • 48 Cité par J.-P. Dedieu, « Les inquisiteurs de Tolède... », art. cité, p. 252. On y trouvera d’autres (...)

Le tribunal a reçu aujourd’hui une lettre de Monsieur le Fiscal de la Suprema par laquelle Votre Seigneurie ordonne que l’un des inquisiteurs parte visiter le partido des Monts de Tolède [le plus pénible, soit dit en passant]. Comme j’imagine que mes collègues diront les raisons qu’ils ont pour ne pas y aller, force m’est de dire aussi quelque chose des miennes48.

  • 49 AHN INQ, leg. 3087, lettres au Conseil du 5/2 et du 13/3/1611 ; lib. 586, f 463V.

36À cette mauvaise volonté des juges vint rapidement s’ajouter celle des municipalités, peu soucieuses d’entretenir pendant des mois une nombreuse suite inquisitoriale. Le 5 février 1611, le Saint-Office de Tolède avertissait Alcala de l’arrivée prochaine en ses murs de l’inquisiteur Moriz et demandait à ce qu’on lui prépare un logement meublé, une réserve de bois « et tout le nécessaire ». Le 23, la Suprema signalait au tribunal qu’elle avait reçu une pétition de la ville protestant contre ses exigences et l’invitait à la modération. Peine perdue, car c’est à une véritable grève que se heurta Moriz : les magistrats municipaux ne lui firent pas la conduite habituelle des portes à son logement et la batterie de cuisine qu’on lui fournit était pratiquement inutilisable ; la municipalité prit prétexte d’un incident protocolaire, qu’elle avait elle-même provoqué, pour ne pas assister à la lecture de l’édit de foi, si bien que l’inquisiteur n’y fut escorté que par deux commissaires et six familiers, pour le plus grand dommage de son autorité49. Dans ces conditions, la visite devenait plus nuisible qu’utile. Elle était condamnée à disparaître.

Notes

1 Juan Antonio Llorente, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne..., Paris, 1818, spécialement chap. XXVI, t. II, p. 490-553. Sur les idées qui sous-tendent son œuvre : Gérard Dufour, Juan Antonio Llorente en France - 1813-1822. Contribution à l’étude du libéralisme chrétien en France et en Espagne au début du XIXe siècle, Genève, Droz, 1982 et l’introduction à son édition de : J. A. Llorente, Memoria histórica sobre... la Inquisición, Paris, PUF, 1977.

2 L’importance de ces points a été remarquablement mise en valeur par R. Garcia Cárcel, Orígenes de la Inquisición española - El tribunal de Valencia, 1478-1530, Barcelone, Península, 1976, spécialement pp. 47 à 108 et par J. Contreras, El Santo Oficio de la Inquisición de Galicia. Poder, sociedad y cultura, Madrid, Akal, 1982, p. 35-39 et pp. 179-297.

3 « Reniego de las barbas que Dios tiene en la cara... Pues ¿ Dios no es el diablo ? », AHN INQ, leg. 32, exp. 12. Mase Bernal se présenta bien à Tolède. Mais les inquisiteurs commirent la faute de ne pas s’assurer de sa personne. Lorsque, l’année d’après, on voulut exécuter la sentence, d’ailleurs sévère, portée contre lui — autodafé et cent coups de fouet —, il avait disparu. Une « inhibitoire » est un arrêt ordonnant à une juridiction concurrente de se dessaisir d’une affaire.

4 AHN INQ, leg. 31, exp. 49.

5 AHN INQ, leg. 24, exp. 3.

6 AHN INQ, lib. 361, feuille volante glissée dans le livre.

7 AHN INQ, leg. 2106, exp. 6, Antón Gallego ; exp. 9, Diego de Murcia et Alonso de Mendoza.

8 AHN INQ, leg. 42, exp. 31, f.

9 Juan Antonio Llorente, ouvr. et lieu cités.

10 AHN INQ, leg. 122, exp. 15 ; lib. 246, f " 133V ; lib. 574, f° 9V ; f° 4V.

11 AHN INQ, leg. 121, exp. 12.

12 AHN INQ, leg. 116, exp. 9 ; leg. 2105, exp. 24 ; leg. 125, exp. 17.

13 AHN INQ, leg. 34, exp. 28.

14 AHN INQ, lib. 577, f " 168V ; leg. 1, exp. 1, f° 138R.

15 Sur le privilège des inquisiteurs de se procurer du blé nonobstant toute disposition contraire, voir : I. Martínez Millán, La Hacienda de la Inquisición (1478-1700), Madrid, CSIC, 1984, pp. 200-202.

16 AHN INQ, lib. 589, f° 59R.

17 AHN INQ, lib. 574, f° 10V ; lib. 249, f° 212V-213R. Dans cette dernière affaire, le chapitre de Tolède promut un procès devant le pape ; le roi donna des instructions à son ambassadeur à Rome pour couper court à toute velléité de celui-ci d’aller dans le sens des chanoines. Sur ces affaires, dites « de fructibus », cf. J. Martínez Millán, ouvr. cité, p. 99-162.

18 AHN INQ, lib. 577, f 157R ; f° 181R.

19 Instructions de Torquemada, n " 1 (1484), Monteserín, p. 86-87.

20 AHN INQ, lib. 1231, f° 62R.

21 Instructions de Torquemada, n° 17 (1484), Monteserín, p. 97-98.

22 AHN INQ, lib. 248, f° 142RV ; lib. 249, f° 129RV ; f° 124R ; f° 125V-126R ; f° 127V-129R.

23 F. Tomás y Valiente, « Relaciones de la Inquisición con el aparato institucional del Estado », La Inquisición española, nueva visión, nuevos horizontes, Joaquín Pérez Villanueva, dir., Madrid, Siglo XXI, 1980, p. 41-60. Sur le rejet de l’institution à la fin de son histoire : Luis Alonso Tejada, El ocaso de la Inquisición en los últimos años del reinado de Fernando VII, Madrid, Zero S. A., 1969. En 1820, la nonciature de Madrid conseillait au pape de ne pas se mpuiller dans la défense d’un tribunal qui n’avait plus d’autre fin que politique (p. 39). Et après sa seconde restauration, Ferdinand VII refusa de rétablir une cour qu’il considérait comme le réduit d’un conservatisme incontrôlable et borné, dangereux pour son pouvoir (p. 160-164).

24 Ce fait a des conséquences pour toutes les études qu’on pourrait faire à partir des sources inquisitoriales : il risque d’introduire un biais dans la représentativité de la population statistique concernée. Voir sur ce point les remarques judicieuses de W. Monter, « The New Social History and the Spanish Inquisition », Journal of social History, vol. XVII, n° 4, 1984, pp. 705-713.

25 Instructions de Torquemada n° 1, 2 et 17 (1484), Monteserín, pp. 86-87 et 97-98.

26 J. Contreras et J.-P. Dedieu, « Geografía de la Inquisición española : la formación de los distritos (1470-1820) », Hispania, 1980, p. 37-93, spécialement p. 73-74.

27 AHN INQ, leg. 141, exp. 14 ; leg. 156, exp. 12.

28 Sebastián de Horozco, Relaciones históricas toledanas, éd. J. Weiner, Tolède, Instituto Provincial de Investigaciones y Estudios Toledanos, 1981, p. 97-109. Les données de cet ouvrage du XVIe siècle sont confirmées, pour autant qu’on puisse faire des recoupements, par les renseignements que fournissent les dossiers conservés.

29 J.-P. Dedieu, « Les inquisiteurs de Tolède et la visite du district. La sédentarisation d’un tribunal (1550-1630) », Mélanges de la Casa de Velázquez, XIII, 1977, p. 235-256.

30 Cette circulaire est publiée, sans date, par Monteserín, p. 291-294. Parmi les auteurs qui ont récemment traité du sujet, je signalerai le rôle pionnier de G. Henningsen, The Witches’Advócate. Basque Witchcraft and the Spanish Inquisition, Reno (Nevada), The University of Nevada Press, 1980, p. 95-105 et J. Contreras, ouvr. cité, p. 470-511.

31 AHN INQ, leg. 496, exp. 4, f° 141R-159R.

32 AHN INQ, leg. 496, exp. 3, prologue non folioté. La carrière de Valtodano ne s’arrêta pas là. Il mourut en 1572 archevêque de Santiago. Il avait été évêque de Palència de 1561 à 1570.

33 AHN INQ, leg. 496, exp. 3, f° 69V-164V.

34 AHN INQ, leg. 497, exp. 3 ; et les causes de foi concernées. On en trouvera la liste, ainsi que des renseignements sur le contexte dans : J. -P. Dedieu, « Les morisques de Daimiel et l’Inquisition - 1506-1626 », Les morisques et leur temps, Paris, CNRS, 1983, p. 495-522.

35 Données tirées de l’examen des procès de cette « complicité » : AHN INQ, leg. 137, exp. 8 ; leg. 150, exp. 6 ; leg. 164, exp. 11 ; leg. 153, exp. 17, etc.

36 Données tirées de l’examen des procès de cette période.

37 Instructions de Deza, n° 1 et 2, Monteserín, p. 121-122.

38 AHN INQ, leg. 120, exp. 41.

39 Liste des condamnés, tous de Guadalajara ou des environs, presque tous vieuxchrétiens — avec quelques esclaves nord-africains —, AHN INQ, leg. 497, exp. 1.

40 AHN INQ, leg. 3067, exp. 2, lettre du tribunal à la Suprema du 29 août 1553, publiée par J.-P. Dedieu, « Les inquisiteurs...», art. cité, p. 255-256.

41 Les chiffres sont évidemment approximatifs, mais les ordres de grandeur restent valables. Je n’ai pas compté dans la colonne (a) les inquisiteurs de Cour, qui travaillent de fait à Madrid, ni, en colonne (b), à partir de 1580, les visites théoriquement effectuées dans cette ville.

42 AHN INQ, leg. 3067, exp. 62.

43 Instruction n° 73 de 1561, Monteserín, pp. 235-236 et ADC INQ, lib. 336, f° 106-108.

44 A la fin du XVIe siècle surtout, et au début du XVIIe, les dénonciations reçues au cours d’une même visite tournent toutes autour du même thème. Il est probable que le sermon qui accompagnait la lecture de l’édit de foi attirait l’attention des fidèles sur un type précis de délits.

45 AHN INQ, leg. 496, exp. 1.

46 AHN INQ, leg. 149, exp. 9, f° 4RV et 8RV, entre autres références. La fameuse visite du licencié Salazar en Navarre (1611), qui aboutit à son célèbre rapport sur la sorcellerie, relève du même type (G. Henningsen, ouvr. cité, p. 227-305).

47 ADC INQ ", lib. 336, f° 106-108 ; AHN INQ, lib. 577, f° 169V.

48 Cité par J.-P. Dedieu, « Les inquisiteurs de Tolède... », art. cité, p. 252. On y trouvera d’autres exemples. AHN INQ, leg. 3085, exp. 74. Les partidos étaient des subdivisions du district, créées au début du XVIIe siècle, qui étaient censées servir de cadre aux visites. Ils n’eurent que peu d’importance pratique à Tolède. On en trouvera la carte dans l’article cité.

49 AHN INQ, leg. 3087, lettres au Conseil du 5/2 et du 13/3/1611 ; lib. 586, f 463V.

Table des illustrations

Titre Tableau 28. Pourcentage de causes de foi terminées en visite sur le total des affaires sentenciées connues. Toutes sources et tous types de procès confondus.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 29. Inquisition de Tolède. 1550/1589. Place de la visite de district dans le travail inquisitorial41.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540