Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Troisième partie. Les moyens humains et financiers

Chapitre viii

Un tribunal. Le personnel du siège

Texte intégral

1Qu’était-ce, physiquement, qu’un tribunal ? Quels moyens humains mettait il en jeu ? Combien de personnes étaient-elles concernées ? Au siège d’abord.

Les « officiers »

  • 1 Instructions de 1498. Monteserín, p. 150.

2À la différence des « ministres », ils reçoivent tous un salaire fixe. Leur nombre est étonnamment restreint. Les instructions ne prévoient que deux inquisiteurs, ou un inquisiteur et un assesseur, deux notaires du secret (je les appellerai secrétaires pour éviter toute confusion), un procureur fiscal, un alguazil, un receveur, un nonce, un portier, un juge des biens confisqués, un médecin1 onze personnes au total, douze ou treize si l’on tient compte du fait que certains offices pouvaient être dédoublés. En fait, nous allons le voir, il y eut quelques ajouts. Mais peu de choses et parler d’inflation bureaucratique serait un abus. La justice inquisitoriale, comme toutes celles de l’époque, a fonctionné avec des moyens extrêmement légers.

3Jamais plus de vingt-huit personnes, donc, dont une grosse part ne travaillent pas à plein temps pour l’Office : on ne vit pas avec moins de 10 000 maravédis par an et les médecins, barbiers, chirurgiens et autres chapelains étaient des professionnels indépendants qui ne touchaient leur salaire que pour rémunérer un travail à temps partiel ainsi que leur disponibilité, selon une habitude courante à l’époque. Il est difficile de les considérer comme de véritables officiers. C’était d’ailleurs le tribunal qui les nommait, non la Suprema, et, la plupart du temps, leurs émoluments ne figuraient pas dans les comptes au chapitre des salaires, mais à celui des frais généraux.

  • 2 Les données de ce tableau sont tirées des comptes du receveur des années concernées. L’étoile marqu (...)

Tableau 24. Inquisition de Tolède. Personnel salarié2.

Tableau 24. Inquisition de Tolède. Personnel salarié2.

4On peut aussi distinguer, comme je l’ai fait typographiquement, plusieurs catégories selon la fonction. Le premier groupe, de dix ou quinze personnes, s’occupe des causes de foi. Le second est spécialisé dans le traitement des affaires concernant les biens confisqués et constitue, en quelque sorte, un tribunal parallèle et autonome chargé de leur recouvrement. Le troisième, les services généraux si l’on veut, se compose presque exclusivement d’employés à temps partiel. J’ai rangé à part le receveur, chargé de la tenue de la caisse, et son adjoint.

  • 3 Les salaires du personnel inquisitorial sont fort mal connus et les chiffres publiés sont généralem (...)

51) Les inquisiteurs. Us constituent le rouage essentiel de la machine. Ce sont des magistrats qui, tous, ont reçu une formation universitaire et qui, systématiquement après le milieu du XVIe siècle, presque systématiquement avant, sont prêtres, pratiquement toujours séculiers. Ce sont des juristes qui, la plupart du temps, ont exercé des fonctions dans l’administration épiscopale avant d’entamer leur carrière dans le Saint-Office. Ceux qui passent part Tolède sont, en tout cas, de grands personnages, au moins entre le milieu du XVIe et le milieu du XVIIe siècle. Issus, très souvent, des collèges majeurs (de San Bartolomé de Salamanque, surtout), ils sont grassement rémunérés. Leur traitement passe de 60 000 maravédis l’an, à la fin du XVe siècle, à 250 000, au début du XVIIe. Cela s’entend sans les « aides de coût extraordinaires » (50 000 maravédis au début du XVIIe siècle), ni les primes. Il faut y ajouter le logement et, presque systématiquement, un bénéfice ecclésiastique conséquent3 :

Tableau 25. Inquisition de Tolède. Bénéfices ecclésiastiques détenus par les inquisiteurs en poste de 1570 à 1590.

Tableau 25. Inquisition de Tolède. Bénéfices ecclésiastiques détenus par les inquisiteurs en poste de 1570 à 1590.
  • 4 Ainsi AHN INQ, leg. 496, exp. 4, f " 1V°-2R° et 3V° où sont consignées les dépositions de deux page (...)

6Aussi ne nous étonnerons-nous pas de les voir mener grand train, ni de trouver mention de leurs chapelains particuliers, de leurs esclaves ou de leurs pages4. On rencontre d’ailleurs, parmi eux, des gens de haute origine : le fils aîné du comte de Barajas, don Antonio Zapata de Mendoza y Cisneros (1584-1587), don Francisco de Mendoza, fils du comte d’Orgaz (1608-1613) ; don Jerónimo Manrique de Lara, que l’on dit fils de l’inquisiteur général du même nom, de la famille des comtes de Paredes (1471) ; don Francisco Zapata y Mendoza, fils, lui aussi, d’un comte de Barajas et neveu de son homonyme (1627-1631).

7Les carrières finissent rarement à Tolède qui, pourtant, est un tribunal prestigieux, auquel on n’accède d’habitude qu’après avoir fait ses classes ailleurs. Pour la période 1543-1587, les juges qui y passent avaient occupé auparavant, autant que mes données me permettent d’en juger, un total de vingt-six postes d’inquisiteur de district ; ils n’en ont occupé que deux après : deux missions spéciales, l’une en Sicile, l’autre à Grenade, qui valurent aux intéressés les plus hautes récompenses. Entre 1588 et 1625, le rapport est de dix-neuf à zéro. Il avait été de vingt et un à cinq entre 1490 et 1540 : le rang du poste dans la hiérarchie inquisitoriale, à l’évidence, s’était élevé avec l’installation de la capitale à Madrid. Je n’ai d’ailleurs pas choisi ces dates au hasard : elles marquent des tournants.

8Sachant que les évêques étaient choisis par le roi, on lit sur le tableau la faveur qu’il accordait à l’institution. Considérable les premières années ; en net déclin à partir de 1490/1495 — déjà ! ; importante à nouveau dès l’époque de l’inquisiteur général Tavera ; en chute libre à la fin du règne de Philippe II et sous Philippe III. Les nominations épiscopales reprennent ensuite, à un niveau moindre de ce qu’on avait connu au milieu du XVIe siècle. Les vicissitudes de l’histoire du tribunal de Tolède, qui sert aussi de tribunal de Cour, rendent alors difficile l’interprétation des résultats.

Tableau 26. Inquisition de Tolède. Destination immédiate des inquisiteurs quittant leur poste.

Tableau 26. Inquisition de Tolède. Destination immédiate des inquisiteurs quittant leur poste.

Tableau 27. Inquisition de Tolède. Nombre d’inquisiteurs arrivés à l’épiscopat au cours de leur carrière ultérieure.

Tableau 27. Inquisition de Tolède. Nombre d’inquisiteurs arrivés à l’épiscopat au cours de leur carrière ultérieure.
  • 5 Encore la carrière du dernier fut-elle tronquée par une mort prématurée.

9Tous les juges, à l’évidence, n’ont pas le même profil de carrière. Il est dommage que je n’aie pu déterminer aucun âge de prise de fonction avant 1567. Mais après cette date, on remarque, sur les cas connus, des différences considérables : de la trentaine à une cinquantaine avancée. Pour les plus jeunes, il s’agit toujours d’une étape dans un cursus souvent brillant. Le benjamin, don Ambrosio Ignacio Espínola y Guzmán, inquisiteur à vingt-six ans, fut archevêque de Séville. Don Antonio Zapata y Mendoza et don Antonio Díez de la Cabrera furent respectivement inquisiteur général et évêque de Salamanque5. Les plus âgés, par contre, ont blanchi sous le harnais. Après vingt-huit ans passés à juger des hérétiques, Juan Yanes, qui avait acquis une extraordinaire virtuosité dans son métier, reçut un an avant sa mort l’aumône de l’évêché de Calahorra. Juan Ortiz de Zárate, après plus de trente ans, accéda à celui de Salamanque et décéda le mois suivant. Isidoro de San Vicente, considéré comme l’expert le plus compétent de son époque, mourut simple membre de la Suprema après quarante-deux ans de bons et loyaux services. Les hasards de la naissance, l’influence d’une famille, traçaient une ligne qui coupait en deux le corps inquisitorial.

10Sur la polyvalence de ces hommes qui, pour beaucoup, servirent successivement dans les administrations épiscopales, royales et inquisitoriales, sur les leçons à en tirer, d’autres ont insisté avant moi. Nous devrons nous en souvenir lorsque nous aurons à apprécier l’importance des heurts entre le tribunal, l’Église et la justice du roi, qu’il faudra éviter de dramatiser trop vite. J’émettrai aussi l’hypothèse, sous réserve d’inventaire — car ma documentation, à basse époque, est moins bonne de ce point de vue — que cette facilité à passer d’un corps à l’autre a diminué au XVIIe siècle. J’ai bien l’impression que nombre de carrières ne sortirent pas, alors, du champ clos de l’Inquisition : il est symptomatique que la promotion des procureurs fiscaux au rang d’inquisiteur, exceptionnelle auparavant à Tolède, devienne la norme à partir du règne de Philippe IV. Il est possible, également, que la qualité du personnel ait baissé après 1650.

  • 6 AHN INQ, lib. 317, f° 185R°.
  • 7 C’était une technique habituelle. Elle fut employée à la même époque à Valence pour tenter de résou (...)

11Le nombre normal des juges, ici, est de deux jusqu’en 1570. Je suis incapable d’expliquer la présence de deux magistrats supplémentaires dans les années 1511/1515. L’abondance des années 1519/1535, en revanche, n’offre aucune difficulté d’interprétation. Dans un premier temps, il s’agit de résoudre, par une procédure d’urgence, la crise des Comunidades, qui faillit emporter le tribunal. L’attitude des titulaires, Sancho Vélez et Juan de Mendoza, fut si douteuse que la Suprema préféra les contraindre à démissionner en 15216. Le premier finit au service des évêques de Murcie, le second, qui n’était pas ordonné, se maria et devint membre du conseil du duc de l’Infantado. Il avait fallu rappeler en catastrophe le licencié Alonso de Mariana, qui avait abandonné l’Office en 1516 pour jouir de sa prébende, et don Francisco de Herrera, ancien inquisiteur lui aussi, alors vicaire général de l’archevêque, qui cumula les deux charges. Ensuite ce fut l’affaire des alumbrados, qui amena l’attribution de titres inquisitoriaux à des commissaires directement envoyés par l’inquisiteur général pour traiter la question et dont la juridiction se cumulait avec celle des juges habituels7.

  • 8 Ainsi le docteur Diego de Atienza (AHN INQ, lib. 374, f° 38, 39, 167) ; Adam de la Parra (lib. 374, (...)

12À partir de 1568, on voit apparaître un troisième inquisiteur. C’est, évidemment, un effet de l’installation de la Cour à Madrid, dont on prend conscience qu’elle est durable. En 1593, on passe à quatre, dont un au moins réside presque en permanence, à des titres et sous des prétextes divers, dans la capitale, sans même émarger, parfois, au budget de Tolède. Nouvelle poussée entre 1632 et 1642 : cinq, six postes. En fait, les nouveaux venus ne sont nommés que pour examiner une cause célèbre et compliquée, où la politique le dispute au religieux : l’affaire du couvent de San Plácido de Madrid. Ils restent, le plus souvent, à la charge financière de leur tribunal d’origine8. Dans la seconde moitié du siècle, l’émergence du tribunal autonome de la Cour, la diminution du nombre des affaires ramènent le nombre des inquisiteurs à trois. Il restera inchangé jusqu’à la fin.

  • 9 AHN INQ, lib. 1231, f " 60R°.

132) Les autres officiers. Le fiscal est indispensable à la procédure inquisitoriale, qui exige la présence d’un accusateur public. Nous le connaissons très mal. C’est sans doute un juriste, un fonctionnaire au début assez subalterne, qui connaît, avec le temps, une remarquable promotion. Sa rémunération s’élève progressivement et finit par rejoindre, au XVIIe siècle, celle des inquisiteurs. En 1642, il leur est assimilé du point de vue des honneurs9. Au même moment, nous l’avons vu, sa charge devient la première marche d’un cursus inquisitorial. Ses responsabilités s’accroissent. Il acquiert un contrôle de plus en plus étendu sur les divers aspects de la vie du tribunal, jouant le rôle de représentant du Conseil, auquel il doit dénoncer les manquements qu’il constate. Il veille à la rapide expédition des affaires. Il ne vote ni les causes de foi, ni les informations de pureté de sang, mais il peut faire appel.

  • 10 Comme la dynastie des Illán à Tolède, au XVIe siècle, avec Agustín, puis son fils Bautista (AHN INQ (...)
  • 11 AHN INQ, lib. 1231, P 141R ".
  • 12 AHN INQ, lib. 491, p. 64. Il se peut qu’à cette époque, le titre ait été concédé de manière surtout (...)
  • 13 Voir la plainte de l’inquisiteur Peralta à l’inquisiteur général (1619) sur l’attitude des secrétai (...)

14Les secrétaires sont chargés de la rédaction des pièces concernant les causes de foi et les affaires de pureté de sang. Leur rôle va bien au-delà de la simple transcription ou de la copie sous dictée. Ils sont responsables, en effet, de la forme, donc, en grande partie, de la validité des actes qu’ils rédigent. Seuls avec les inquisiteurs et le fiscal, ils ont accès à tous les papiers, même les plus secrets. Très vite, ils deviennent des experts, consultés par des inquisiteurs parfois novices, souvent peu au courant des pratiques et du contexte local. Ils ont pour eux la durée. Il est exceptionnel, en effet, qu’un juge reste en poste plus de dix ans, sauf au début du XVIIe siècle, tout autant que moins de trois ans, sauf décès. Les secrétaires eux, changent rarement d’affectation, se succédant même parfois de père en fils10. Depuis 1573, ils sont chargés des informations de pureté de sang des officiers11 Nous verrons l’importance de leur rôle dans le choix des ministres et les possibilités d’enrichissement qu’il leur offre. Leur position sociale grandit sans cesse. Au milieu du XVIIe siècle, deux des cinq secrétaires de l’Inquisition de Tolède étaient regidores de la ville et n’apparaissaient plus guère au tribunal12. Depuis le début du siècle au moins, ils tenaient la dragée haute aux inquisiteurs et n’hésitaient pas à appliquer le règlement à leur guise, sans se soucier des protestations de leurs supérieurs hiérarchiques13. Inquisiteurs, fiscal et secrétaires constituaient une espèce d’aristocratie inquisitoriale. Autour d’eux s’organisait la vie du tribunal. Le rôle des autres officiers était moindre.

  • 14 BNM, Mss. 854, p. et 18 qui contient un résumé de la législation sur le sujet.
  • 15 Lea, II, 246.

15L’alguazil était chargé d’effectuer les détentions dans le district. C’était un fonctionnaire qui se déplaçait beaucoup. Son salaire, relativement élevé au début, s’explique par les frais professionnels qu’il avait à supporter. Au XVIIe siècle, le poste acquit un caractère honorifique. Sous le nom d’« alguazil mayor », le titre fut donné à de grands personnages : sa fonction policière n’était plus qu’un lointain souvenir14. Il ne faut pas confondre cette place avec celle des alguazils de district, postes vendus, à partir de 1631, pour trois générations, au plus offrant. Ces « ministres » ne recevaient pas de salaire et résidaient hors du siège. Ils n’eurent, très vite, que des attributions honorifiques15.

  • 16 AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, Cargos contra los inquisidores et cargos contra el portero (inspection (...)
  • 17 AHN INQ, lib. 574, f° 84V°.
  • 18 AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, Cargos contra el de la cárcel secreta, et exp. 1, P 86R°.
  • 19 AHN INQ, leg. 2104, exp. 12, generales (inspection de 1627).

16Le nonce était chargé de porter les messages du tribunal et de procéder aux citations. Il jouait parfois le rôle de substitut de l’alguazil. Le portier cumulait son titre avec celui de crieur public du tribunal16. Il introduisait les personnes convoquées par les inquisiteurs et leur servait de liaison avec l’extérieur lorsqu’ils siégeaient en séance secrète. Il n’avait cependant pas accès au secret. Il surveillait les bâtiments et assurait leur propreté17. L’alcaide de la prison secrète logeait au tribunal, à côté des cellules. Il était responsable de la sécurité de la prison, du bon ordre et du maintien du secret. Il devait empêcher les détenus de communiquer entre eux et avec l’extérieur. Son travail était écrasant. Il était souvent assisté d’un adjoint. Sa femme et, parfois, sa servante, l’aidaient aussi, ce qui ne laissait pas de poser des problèmes quant au secret. Il préparait chez lui les rations qu’il faisait passer aux prisonniers par un guichet. Il tenait le registre d’écrou18. Le « fournisseur » (proveedor), parfois appelé despensero, fournissait la nourriture nécessaire aux prisonniers de la prison secrète. Son salaire, très faible, indique qu’il était rémunéré à la commission ou par son bénéfice commercial. Il se peut que sa charge inquisitoriale n’ait été pour lui que l’aspect secondaire d’une activité plus importante. Les vivres destinés au Saint-Office ne payant pas d’alcabala ni d’octroi, on devine la possibilité de trafics interlopes. Il y eut, d’ailleurs, quelques scandales. Au début des années 1620, il tenait boutique ouverte dans une annexe du tribunal19. L’alcaide de la prison perpétuelle était chargé de veiller à ce qu’y règne le bon ordre, que les pénitents accomplissent leur pénitence et de les conduire en procession, les dimanches et fêtes, entendre la messe.

  • 20 AHN INQ, lib. 1231, f° 128R°.

17Le tribunal du juge des biens confisqués menait une vie un peu à part. Il était chargé, une fois prononcée la confiscation, de trier, parmi les biens qui avaient été placés sous séquestre à l’arrestation du délinquant, ceux qui appartenaient au fisc et ceux qui devaient être restitués à divers ayants droit : conjoint, héritiers, associés, créanciers. Il était interdit de vendre des biens litigieux sans qu’il ait d’abord rendu une sentence en attribuant la propriété au tribunal20. Il importe de comprendre que les affaires qui passaient devant lui étaient de véritables procès civils entre l’Inquisition et une autre partie. Les sentences sont loin d’être toujours favorables à l’administration. Elles étaient susceptibles d’appel devant le Conseil. Le poste de juge des biens confisqués fut parfois attribué à l’un des inquisiteurs, qui cumulait en principe les deux salaires. Il était assisté d’un notaire du juzgado. Les intérêts de l’Office étaient défendus devant cette cour par un letrado et un avocat spécialisés, qui avaient certainement d’autres activités et ne travaillaient qu’accessoirement pour l’Inquisition.

  • 21 La confusion est d’autant plus facile qu’en espagnol, les uns s’appellent notarios del secreto, les (...)
  • 22 Instruction de 1561, n° 7 (Monteserín, 202).
  • 23 AHN INQ, lib. 1231, f° 128V.

18Lié, lui aussi, aux confiscations, le notaire des séquestres ne doit cependant pas être confondu avec le notaire du juzgado, ni avec les secrétaires (notaires du secret)21. Il était chargé de dresser l’inventaire des biens saisis lors des arrestations. Il formait équipe avec l’alguazil et le receveur, qu’il accompagnait obligatoirement lorsqu’ils procédaient à une détention22. Il avait aussi des responsabilités lors de la vente aux enchères des confiscations23.

  • 24 Sur le receveur, voir : Dedieu (lean-Pierre), « Le droit des chiffres ou du bon usage des comptes d (...)

19Le receveur était une pièce essentielle du système. Sa caisse centralisait recettes et dépenses. Par ses avances, il jouait aussi le rôle de banquier du tribunal. Il était responsable sur sa fortune des fonds qu’il maniait et de l’encaissement des recettes. Il devait présenter de fortes cautions. Il est possible qu’il ait parfois représenté des groupes financiers puissants qui, par son intermédiaire, tiraient profit, non seulement de la gestion quotidienne des fonds du tribunal, mais encore des affaires exceptionnelles que constituaient les confiscations ; mais cet aspect des choses est très mal connu24.

20Les autres officiers avaient des fonctions absolument subalternes. Le médecin était chargé des soins aux prisonniers. Il assistait aux séances de torture après avoir délivré un certificat d’aptitude à supporter la question. On le chargeait de rapports sur la santé mentale ou physique des accusés. Les fonctions du chirurgien étaient très semblables dans sa sphère. Les chapelains disaient, chaque jour, la messe dans la salle d’audience. Ils rendaient de menus services, servant à l’occasion de commissaires ou d’« honnêtes personnes ». Les autres postes n’appellent pas de remarques particulières.

Les agents non rétribués

Les qualificateurs

21Les inquisiteurs avaient besoin, pour accomplir leur tâche, de la collaboration d’un certain nombre de personnes qui n’appartenaient pas au personnel du tribunal et n’étaient donc pas rémunérées pour leur travail. Les unes étaient indispensables à l’établissement des sentences. Nous les étudierons plus loin. Les autres, les qualificateurs, étaient des experts en théologie, chargés de fournir aux juges une évaluation du degré d’hérésie des actes ou des textes reprochés à un accusé ou à un auteur. Voyons-les à l’œuvre.

  • 25 Les trois qualificateurs sont Fray Lorenzo Gutiérrez, Fray Tomás González et Fray Alonso de Barrant (...)

22Alonso Turiso est italien, officier de l’armée espagnole. Il est arrêté début septembre 1621 à Madrid, accusé d’avoir déclaré à plusieurs reprises et sous des formes diverses qu’on ne devait pas révérence aux images, au cours d’une discussion sur les rogations organisées dans la capitale pour la santé de la reine et sur l’ordre qu’on avait donné d’exposer les images de dévotion dans le chœur des églises. Il est transféré à Tolède. Dès les premières audiences, il apparaît que l’accusé prétend se justifier en alléguant des sermons qu’il aurait entendus en Italie. Les inquisiteurs, embarrassés, demandent une qualification à trois dominicains du couvent de San Pedro Mártir et leur remettent un extrait anonyme des propositions incriminées25. Voici leur réponse :

A l’unanimité, ils dirent que ce discours est celui d’une personne qui se trompe sur le culte et la vénération dus aux images du Christ Notre-Seigneur, de Notre-Dame et des saints. La première proposition, dans laquelle l’accusé déclare que ce n’est pas un péché de ne pas enlever son chapeau ni de faire révérence à l’image de Notre-Dame est hérétique, condamnée par de nombreux conciles, spécialement par le concile de Trente, second décret De veneratione imaginum.
La seconde proposition, où il déclare que c’est idolâtrie que de se mettre à genoux devant Notre-Dame-d’Atocha ou devant toute autre image de Notre-Dame, pour lui demander quelque chose, que c’est un péché car il ne s’agit que d’un morceau de bois, est téméraire et scandaleuse. Elle confirme la qualification des autres propositions. La justification que donne l’accusé, à savoir qu’il s’agit d’un morceau de bois, est celle qu’avancent les hérétiques anciens et modernes pour refuser la vénération des images et l’usage de l’Église sur ce point.
Fait à San Pedro Mártir el Real de Tolède, [23/11/1621].

23Nouvelle qualification quelques jours plus tard, des arguments que le coupable venait de produire pour convaincre les inquisiteurs de son orthodoxie. Les experts citent in extenso cette fois le décret de Trente sur lequel ils s’appuient. Troisième qualification par les premiers qualificateurs le 4 février 1622. Quatrième, un peu plus tard, par quatre qualificateurs, d’un nouvel argument de la défense : l’accusé aurait fait la distinction entre la matière, qui ne mérite pas l’adoration, et les personnes qu’elle représente, qui la méritent.

À l’unanimité, ils dirent que l’excuse donnée par le coupable ne le décharge pas. Il est vrai que la matière en laquelle sont faites les images ne doit être adorée que pour ce qu’elle représente, comme le dit l’accusé. Mais les propositions qualifiées ne font pas cette distinction : elles parlent des images absolument. Si bien que les qualifications antérieures restent valables.

  • 26 AHN INQ, leg. 211, exp. 6.

24Tout se termina par une abjuration de levi et six mois d’interdiction de séjour à Madrid et à Tolède26. Il est rare qu’une affaire donne lieu à d’aussi fréquentes consultations. Mais cette abondance même met en valeur leur rôle : apporter une aide aux juges, ouvrir la voie à l’application du droit dans les cas qui mettent en jeu des points de théologie épineux. Souvenons-nous les inquisiteurs étaient, avant tout, des juristes.

  • 27 Nicolau Eymerich et Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, L. Sala-Molins éd Paris, 1973, p. 2 (...)
  • 28 Instruction n° 1 (Monteserín, 199).
  • 29 AHN INQ, lib. 213, exp. 6, f 13VM4R ".

25Le corps des qualificateurs paraît n’avoir pris forme qu’au milieu du XVIe siècle. De tout temps les inquisiteurs ont eu le droit de demander avis à des personnes compétentes27. Malgré tout, je n’ai pas trouvé mention dans les textes réglementaires de l’Inquisition espagnole d’individus portant le titre avant l’époque de Valdés (1561)28. Il est probable qu’auparavant les choses se passaient de manière informelle et que l’Office consultait qui bon lui semblait, sans s’embarrasser de règlements. Prenons les procès du bachelier Sebastián de Valbuena et du maître Noguera, passionnants à tout point de vue, car ils décrivent, vers 1555, la fébrile activité de « théatins » occupés à susciter un revival dans la petite ville du Viso del Marqués (province actuelle de Ciudad Real). Leur action leur crée des ennemis. On les dénonce. Embarras des inquisiteurs. Aussi convoquent-ils pour les votos en sumaria une assemblée exceptionnelle, comprenant le vicaire général Alonso de Valdivieso, le doyen du chapitre cathédral, deux dominicains et le supérieur du monastère franciscain de San Juan de los Reyes. Ces experts procèdent à une qualification des propositions dénoncées : elles sont erronées, contre l’Écriture, quelques-unes hérétiques, d’une espèce nouvelle. Il faut couper cette zizanie à la racine et arrêter les coupables, Conseil qui sera suivi, bien que l’affaire se termine par un acquittement29.

26Il se peut que l’intérêt croissant du tribunal pour la production écrite, qui exigeait, pour son évaluation, des compétences qui dépassaient largement celles des juges et pour laquelle on eut d’abord recours à la collaboration des universités, ait poussé à la création d’un corps spécialisé, officiellement constitué. le ne puis manquer d’évoquer aussi la tendance générale, très nette à partir du milieu du XVIe siècle, à donner plus de rigidité à la structure de l’Office, à définir sous forme de charges permanentes, aux conditions de recrutement, aux droits et aux devoirs précis, ce qui auparavant était tout de souplesse et d’informalisme. Nous retrouverons une évolution semblable dans d’autres domaines, en ce qui concerne les commissaires, par exemple.

  • 30 AHN INQ, lib. 576, f " 234R " et 264R°, sur Miguel de Medina.
  • 31 AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, cargo 32, Contra todos los inquisidores.
  • 32 Sur les qualificateurs : V. Pinto Crespo, Inquisición y control ideológico en la España del siglo X (...)

27Les qualificateurs étaient des volontaires, membres, presque tous, des ordres religieux, dotés, en principe, d’une solide culture. On relève des noms célèbres : Miguel de Medina, le plus grand théologien franciscain du Siècle d’or, Mariana, considéré comme l’une des gloires intellectuelles du pays, furent des serviteurs actifs et appréciés de l’Inquisition de Tolède avant d’être, à leur tour, jugés par elle30. Ils travaillaient gratuitement. Malgré tout, il y avait pléthore de candidats. La Suprema s’en inquiétait et tentait de réduire le nombre des admissions. Mais la pression était d’autant plus forte que les postes de familiers étaient réservés aux laïcs et ceux de commissaires, dans la pratique, aux clercs séculiers, si bien que la qualificature restait la seule voie ouverte aux réguliers pour accéder à l’honneur de servir l’Office. L’information de pureté de sang était obligatoire et les droits d’admission particulièrement élevés. Il ne semble pas qu’on ait soumis les postulants à un quelconque examen pour vérifier leur compétence : on devait s’en remettre à la connaissance personnelle que les inquisiteurs en avaient et à la sélection qu’effectuaient les ordres religieux. Il ne recevaient leur titre qu’après trois ans d’activité31. La plupart n’eurent que les honneurs de la fonction, le tribunal réservant en fait le travail à quelques-uns. Leur nombre semble avoir fortement augmenté à partir de la fin du XVIe siècle. La proportion dans laquelle chaque ordre fournissait le corps révèle assez bien l’influence dont il jouissait auprès de l’Office. Le poids des franciscains et des dominicains était, au début, très lourd. Au XVIIe siècle, ces deux instituts gardèrent une place importante, mais souffrirent de la concurrence des jésuites et d’un élargissement du recrutement à d’autres congrégations, visiblement dicté par le souci du tribunal de satisfaire les ambitions de tous et de ne pas se faire d’ennemis. Ceci, bien sûr, à en juger par les listes d’admission ; reste à savoir ce qu’il en était quant au nombre des qualifications effectivement confiées à chacun32.

282) Les consulteurs. Le 17 février 1537, l’Inquisition de Tolède votait en definitiva une cause difficile : celle d’un vicaire de Lillo, Gabriel de Carbajal, accusé d’un prêche malheureux sur les bulles. Nous avons la chance de conserver, pour une fois, le compte rendu intégral des délibérations. La parole est à Fray Torribio de Becerril, dominicain, théologien de San Pedro Mártir. Il lui semble que la doctrine exposée par l’accusé est fondamentalement saine, quoiqu’elle manque de la solidité qu’offre l’exposé de Cajetan sur le sujet. Le coupable doit être convoqué par le tribunal, qui lui imposera, après réprimande, une amende modérée. Un prédicateur choisi par l’Office fera à Lillo un nouveau sermon sur la question.

29Le licencié Francisco Gutiérrez, juriste, parle ensuite. Il considère comme prouvé que l’accusé a déclaré que le pape ne pouvait pas faire sortir les âmes du purgatoire par une bulle qu’achètent les vivants. Ce qui va contre l’opinion commune des canonistes et la pratique quotidienne du Saint-Siège. Il remarque qu’on soupçonne le coupable d’être nouveau-chrétien, ce qui donne une gravité spéciale à ses plaisanteries sur le scapulaire de la Sainte-Trinité. Il demande à ce qu’on le mette à la question pour s’assurer de l’intention dans laquelle il a prononcé les paroles qui lui sont imputées.

30Vote alors Fray Reginaldo de San Millán, dominicain de San Pedro Mártir. Il pondère longuement les propositions incriminées. Certes, pris absolument, c’est hérésie de dire que le pape ne peut pas faire sortir une âme du purgatoire. Mais il semble que l’accusé n’a pas été guidé par une conviction intime, bien plutôt par le dépit de perdre des messes, donc des revenus. De même, soutenir que la statue de Notre-Dame est un morceau de bois qui, demain, peut servir à cuire la soupe, tombe sous le coup des condamnations du concile de Nicée. Il ne paraît pas, cependant, avoir erré dans son entendement et « consideranda sunt quae ex mente, nonque ex ore procedunt ». Malgré tout, il a charge d’âmes, ce qui aggrave son cas. Tout bien pesé, Fray Reginaldo ne s’opposerait pas à ce qu’on le soumette à une question modérée. Il préfère cependant une rétractation publique à Lillo, une abjuration de levi et trois ans de suspension, ainsi qu’une amende au choix des inquisiteurs.

31Le licencié Gabriel de Quemada, juriste — il est aussi juge des biens confisqués mais ne siège pas en tant que tel — ne nous dévoile pas les attendus de son vote. Il réclame sèchement vingt ducats d’amende, une abjuration de levi et une rétraction publique à Lillo, conformément à ce que les théologiens viennent d’exposer.

32Nous arrivons maintenant aux votes décisifs. Le docteur Blas Ortiz, d’abord, vicaire général de l’archevêque, chanoine et théologien. Qu’un prédicateur nommé par le tribunal instruise les fidèles de Lillo sur la véritable doctrine de l’Eglise en matière d’indulgences, avec toute la modération possible pour ne pas ridiculiser leur pasteur. Il maintiendra l’équilibre entre le pouvoir souverain du pape et le nécessaire recours aux messes et aux moyens ordinaires d’aider les âmes du purgatoire — est-il nécessaire de rappeler que c’est un représentant du clergé paroissial qui parle ? Carbajal sera convoqué à Tolède, où il abjurera de levi et paiera vingt ou trente ducats d’amende.

  • 33 AHN INQ, leg. 213, exp. 14, f » 132V°-134V°.

33L’inquisiteur Vaquer se rallie à l’opinion du vicaire général. Il suggère que le prédicateur soit l’un des théologiens qui viennent de voter l’affaire et qu’on le rétribue aux frais de l’accusé. L’inquisiteur Yanes, doyen du tribunal, vote en dernier et se conforme à ce qu’a dit Fray Reginaldo : abjuration de levi ou question modérée. Il y a discorde. L’affaire monte au Conseil33.

  • 34 Lorsque tout se passe dans les règles. Il semble que les inquisiteurs aient parfois fait pression s (...)

34Les inquisiteurs et le vicaire étaient membres de droit de l’assemblée. Les autres étaient des « consulteurs ». Ils se limitaient à émettre un avis qui ne liait pas les juges, mais dont il fallait tenir compte, comme le montre la réaction de la Suprema lorsque ce n’était pas le cas. Ils étaient étrangers au tribunal, quoique choisis par lui. Le subtil dosage entre théologiens et juristes, ainsi qu’entre représentants d’intérêts divers, permettait de compléter les appréciations portées par les qualificateurs, de nuancer la responsabilité de l’accusé, d’envisager tous les aspects du problème34. Je n’irai pas plus loin. Ce groupe est l’un des plus mal connus, en dépit du rôle capital qu’il jouait dans la marche des affaires. Il est urgent de lui consacrer une monographie.

  • 35 Instruction de Torquemada n° 15 (1488) (Monteserín, 144).
  • 36 AHN INQ, lib. 574, f° 328R° V°.

353) Les substituts. En principe, il est interdit aux officiers de se faire remplacer dans l’exercice de leurs fonctions. Seuls le receveur et l’alguazil peuvent, légalement, se permettre cette facilité. Le premier lorsque son travail l’oblige à s’éloigner du siège ; le second avec d’autant plus d’aisance qu’il est responsable de sa gestion sur sa bourse35. En fait, des accommodements sont possibles, même s’ils paraissent être toujours restés, à Tolède, dans les limites du raisonnable. Ainsi, en 1553, le fiscal est autorisé par la Suprema à s’absenter deux mois, l’archevêque l’ayant chargé de réviser les comptes du vicaire épiscopal d’Alcaraz. L’intérim sera assuré par un substitut dont on nous précise qu’il devra faire son travail correctement. Ce congé lui est donné à un moment où l’activité du tribunal au siège est très faible36.

  • 37 AHN INQ, lib. 574, f " 245R° ; 259V " ; 263V " ; 281V " et de nombreuses lettres dans l’intervalle, (...)

36Beaucoup plus surprenant, le remplacement des inquisiteurs par un intérimaire pris en dehors de l’Office, dont j’ai trouvé plusieurs cas au cours des années 1550. Prenons les faits au départ. Nous sommes en 1552. Pour des raisons que nous verrons ultérieurement, l’inquisiteur général Valdés tient à ce que les deux inquisiteurs effectuent, chacun de son côté et simultanément, une visite du district. Peut-on laisser vacant le siège du tribunal ? Pour assurer l’expédition des affaires courantes, il propose de donner commission temporaire au licencié Valdivieso, du conseil épiscopal. Il aura les pleins pouvoirs. On laissera sur place, pour l’assister, un secrétaire d’expérience. En cas de problème grave, il devra en référer à la Suprema, qui suspendra l’affaire jusqu’au retour des titulaires. Pour le reste, il agira exactement comme s’il était inquisiteur. En dépit des protestations des intéressés, qui ne tenaient sans doute pas à partir en visite, le plan fut appliqué de mars à juillet37.

  • 38 AHN INQ, lib. 574, f° 299R° ; 304R° ; 304V° ; 317R " ; 327R° ; 330RV°.

37L’opération fut renouvelée en 1553, bien qu’il semble que la gestion de Valdivieso, fort occupé par ailleurs, n’ait pas donné entière satisfaction. Les inquisiteurs, pressés par le Conseil, étaient tous deux absents de la capitale fin janvier, avant même qu’un remplaçant ait été trouvé : le fiscal couvrit la vacance comme il put. La Suprema lui suggéra d’offrir le poste au licencié Quemada, juge des biens confisqués, que nous connaissons déjà. Finalement, Valdés réussit à convaincre un licencié Salazar, dont j’ignore tout pour l’instant. Il fit fonction de février à août38.

  • 39 AHN INQ, leg. 3067, exp. 170 ; 131 ; 132.

38La dernière opération de ce genre que je connaisse eut lieu en 1559. Elle faillit se terminer en catastrophe. Le substitut mourut alors que l’un des titulaires visitait Talavera, l’autre Alcala. Juste au moment où un propagandiste luthérien affichait à Tolède des placards d’une extrême virulence contre l’Église de Rome. L’inquisiteur Ramírez revint à bride abattue et rétablit la situation. L’alerte avait été chaude. On évita, désormais, de telles absences39.

* * *

  • 40 AHN INQ, lib. 574, f° 147VM48R°.
  • 41 AHN INQ, lib. 574, f° 274V°.

39À l’issue de cette rapide revue des collaborateurs indispensables à la marche du tribunal, on est frappé par le manque d’autonomie de l’Inquisition. Elle ne peut fonctionner correctement que si elle trouve, chez les élites locales, au moins chez les ecclésiastiques, un esprit d’activé collaboration. Sans qualificateurs, sans consulteurs, en butte à la mauvaise volonté d’un ordinaire rétif, elle serait paralysée. L’absence de ce terreau, de l’aveu même des juges, nuisait au rendement des tribunaux isolés dans de trop petites bourgades, comme Llerena. À Tolède, la situation était très favorable. L’abondance du clergé, et d’un clergé de qualité, permettait un recrutement facile des agents dont on avait besoin. En dépit de quelques frictions pour des problèmes de juridiction, la compénétration avec l’administration épiscopale débordait le cadre institutionnel. Ainsi, nous apprenons qu’en 1545, le fiscal Pedro Ortiz, dont le salaire n’avait pas été versé depuis longtemps — l’Office se débattait alors dans des difficultés financières inextricables —, était entretenu par son oncle Blas, celui-là même que nous avons déjà rencontré40. Mieux. En 1552, don Blas, alors vicaire général, mourait en recommandant son neveu à l’archevêque pour lui succéder. Et le Conseil d’accepter qu’il cumule ce nouveau poste avec sa charge de procureur41.

40Pour contrôler 40 000 kilomètres carrés, le tribunal ne compte qu’entre vingt et trente personnes, dont une partie seulement s’occupe directement des affaires de la foi. La carte des districts inquisitoriaux couvre toute l’Espagne, sans solution de continuité. Comment des équipes aussi réduites pouvaient-elles dominer de si vastes espaces ?

Notes

1 Instructions de 1498. Monteserín, p. 150.

2 Les données de ce tableau sont tirées des comptes du receveur des années concernées. L’étoile marque que le poste est occupé par un autre officier, déjà mentionné dans le tableau. En 1619 les comptes ne signalent que trois inquisiteurs, le quatrième émargeant au budget d’un autre tribunal. Le quatrième inquisiteur de 1600, quoique payé par Tolède, réside en fait à la Cour. De même, dans les années 1640, il semble qu’il y ait eu en fait six, et parfois sept secrétaires, dont certains payés par d’autres tribunaux.
De manière générale, tout ce que je dis par la suite des inquisiteurs est tiré d’un fichier nominal de ceux qui furent en poste à Tolède que j’ai établi à l’aide des documents suivants :
AHN INQ, leg. 494, exp. 1, qui contient en huit folios un résumé de leur carrière jusqu’en 1598 et, dans le reste de la première moitié du dossier, les titres de tous les officiers nommés de 1527 à 1589.
BCSCV, cod. 320, f° 236R°-339V°, qui contient des listes d’inquisiteurs avec un résumé de leur carrière et des renseignements, souvent intéressants, sur leur origine.
C. Eubel et L. GÎûck, Hierarchia catholica..., Munich, 1923, qui donne les promotions à l’épiscopat et des précisions biographiques sur les nouveaux évêques.
AHN INQ, leg. 3105, caja 2, rapport du 28/9/1632 sur le personnel de l’Inquisition de Tolèdo. AHN INQ, lib. 1082, f° 36 à 394, enquête sur le personnel inquisitorial de tous les tribunaux en 1643, document de première valeur. AHN INQ, lib. 1323 : enquête similaire de 1666-1667.
Registres de l’inquisiteur général, AHN INQ, lib. 356 à 387.
J’ai complété la biographie des personnages les plus célèbres grâce aux principales encyclopédies (DHEE, encyclopédie Espasa Calpe). On comprendra que la variété des sources m’empêche de donner des références plus précises.
Tout ceci ne fait que compléter B. Bennassar, L’Inquisition espagnole, XVe - XIXe siècle, Paris, Hachette, 1979, p. 82-95, d’ailleurs fondé, en grande partie, sur les mêmes sources.

3 Les salaires du personnel inquisitorial sont fort mal connus et les chiffres publiés sont généralement inutilisables faute, soit de réduire à l’année les indications données pour des périodes variables, soit de distinguer les concepts. Je dirai seulement qu’il faut distinguer cinq éléments :
a) Le salaire.
b) Les « aides de coût ordinaires ».
c) Les « aides de coût extraordinaires ».
d) Les primes, appelées aussi « aides de coût » par les sources.
e) Les avantages divers.
Je ne tiens compte ici que des deux premiers. Pour les autres, je me permets de renvoyer le lecteur à l’édition microfilmée de ma thèse, p. 304-307, n. 3.

4 Ainsi AHN INQ, leg. 496, exp. 4, f " 1V°-2R° et 3V° où sont consignées les dépositions de deux pages de l’inquisiteur Francisco Múxica de Avila.

5 Encore la carrière du dernier fut-elle tronquée par une mort prématurée.

6 AHN INQ, lib. 317, f° 185R°.

7 C’était une technique habituelle. Elle fut employée à la même époque à Valence pour tenter de résoudre le problème morisque ; à Murcie, au milieu du XVIe siècle, lorsque l’Inquisition prononça de nombreuses condamnations pour judaïsme ; à Madrid encore, dans la première moitié du XVIIe siècle.

8 Ainsi le docteur Diego de Atienza (AHN INQ, lib. 374, f° 38, 39, 167) ; Adam de la Parra (lib. 374, f " 174R° ; lib. 504, f° 19 et 82) ; Martin Real (lib. 375, f° 232V°).

9 AHN INQ, lib. 1231, f " 60R°.

10 Comme la dynastie des Illán à Tolède, au XVIe siècle, avec Agustín, puis son fils Bautista (AHN INQ, lib. 575, f° 241 R°).

11 AHN INQ, lib. 1231, P 141R ".

12 AHN INQ, lib. 491, p. 64. Il se peut qu’à cette époque, le titre ait été concédé de manière surtout honorifique (Lea, II, 223).

13 Voir la plainte de l’inquisiteur Peralta à l’inquisiteur général (1619) sur l’attitude des secrétaires de Tolède, qui refusent d’appliquer le règlement concernant la répartition des trois clefs qui fermaient les archives du tribunal. Voir aussi les rapports d’inspection, spécialement celui de 1640 (AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, Cargos contra todos los secretarios et Cargos particulares contra cada secretario).

14 BNM, Mss. 854, p. et 18 qui contient un résumé de la législation sur le sujet.

15 Lea, II, 246.

16 AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, Cargos contra los inquisidores et cargos contra el portero (inspection de 1640) ; AHN INQ, leg. 2104, exp. 1, f° 85R° (inspection de 1561).

17 AHN INQ, lib. 574, f° 84V°.

18 AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, Cargos contra el de la cárcel secreta, et exp. 1, P 86R°.

19 AHN INQ, leg. 2104, exp. 12, generales (inspection de 1627).

20 AHN INQ, lib. 1231, f° 128R°.

21 La confusion est d’autant plus facile qu’en espagnol, les uns s’appellent notarios del secreto, les autres notarios de los secrestos.

22 Instruction de 1561, n° 7 (Monteserín, 202).

23 AHN INQ, lib. 1231, f° 128V.

24 Sur le receveur, voir : Dedieu (lean-Pierre), « Le droit des chiffres ou du bon usage des comptes du receveur », Inquisición y derecho. Perfiles jurídicos del Santo Oficio, José Antonio Escudero (dir.), Valladolid, Junta de Castilla y León, 1988.

25 Les trois qualificateurs sont Fray Lorenzo Gutiérrez, Fray Tomás González et Fray Alonso de Barrantes. L’extrait tait toujours le nom de l’accusé. Il contient parfois quelques précisions sur son statut social, son niveau de culture et les circonstances du délit pour permettre aux experts de se prononcer en connaissance de cause : la même « proposition », dans la bouche d’un ignorant, ne sera pas aussi grave que dans celle d’un intellectuel ; l’ivresse excuse également bien des choses.

26 AHN INQ, leg. 211, exp. 6.

27 Nicolau Eymerich et Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, L. Sala-Molins éd Paris, 1973, p. 221.

28 Instruction n° 1 (Monteserín, 199).

29 AHN INQ, lib. 213, exp. 6, f 13VM4R ".

30 AHN INQ, lib. 576, f " 234R " et 264R°, sur Miguel de Medina.

31 AHN INQ, leg. 2104, exp. 18, cargo 32, Contra todos los inquisidores.

32 Sur les qualificateurs : V. Pinto Crespo, Inquisición y control ideológico en la España del siglo XVI, Madrid, Taurus, 1983, pp. 45-49. J. Martínez Millán, La hacienda de la inquisición (1478-1700), Madrid, CSIC, 1978, p. 240-242, publie des statistiques d’admission dans le corps des qualificateurs de la Suprema par ordre religieux.

33 AHN INQ, leg. 213, exp. 14, f » 132V°-134V°.

34 Lorsque tout se passe dans les règles. Il semble que les inquisiteurs aient parfois fait pression sur les consulteurs pour obtenir un vote conforme à leur désir. Certes, les consulteurs ne forçaient pas le recours au Conseil, mais la présence d’opinions discordantes pouvait être gênante en cas d’appel ou d’inspection (Instruction de Valdés n° 40, Monteserín, 218 et une lettre de la Suprema à l’Inquisition de Tolède du 4 avril 1569, AHN INQ, lib. 576, f° 299V°).

35 Instruction de Torquemada n° 15 (1488) (Monteserín, 144).

36 AHN INQ, lib. 574, f° 328R° V°.

37 AHN INQ, lib. 574, f " 245R° ; 259V " ; 263V " ; 281V " et de nombreuses lettres dans l’intervalle, où le substitut use effectivement de ses pouvoirs inquisitoriaux.

38 AHN INQ, lib. 574, f° 299R° ; 304R° ; 304V° ; 317R " ; 327R° ; 330RV°.

39 AHN INQ, leg. 3067, exp. 170 ; 131 ; 132.

40 AHN INQ, lib. 574, f° 147VM48R°.

41 AHN INQ, lib. 574, f° 274V°.

Table des illustrations

Titre Tableau 24. Inquisition de Tolède. Personnel salarié2.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 25. Inquisition de Tolède. Bénéfices ecclésiastiques détenus par les inquisiteurs en poste de 1570 à 1590.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 26. Inquisition de Tolède. Destination immédiate des inquisiteurs quittant leur poste.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 27. Inquisition de Tolède. Nombre d’inquisiteurs arrivés à l’épiscopat au cours de leur carrière ultérieure.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540