Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Deuxième partie. Les moyens juridiques. Théorie et pratique du droit inquisitorial

Chapitre vii

Dénoncer / se dénoncer : le passage à l’acte

Texte intégral

Problèmes et méthodes

1Nous venons de voir à quelles conditions les moralistes, qui appuyaient leur réflexion sur des comportements effectifs, admettaient la dénonciation dans l’Espagne moderne. Il en ressort que l’Inquisition jouissait d’un privilège qui n’appartenait à presque aucun autre tribunal : tout le monde pouvait lui dénoncer tout le monde au moindre doute, pratiquement à la seule condition que le dénonciateur ait l’impression que le dénoncé avait commis un délit qui en relevait. Pouvait ? Mieux, devait, sous peine de péché mortel et peut-être d’excommunication. Il en ressort aussi qu’un tel modèle différait radicalement de ce qu’exigeait la morale dans les relations aux autres tribunaux. Partout ailleurs en effet, sauf rares exceptions, elle imposait des conditions qui freinaient et, dans la plupart des cas entachaient d’illégitimité la transmission non sollicitée d’une information à un juge. Pour ce qui est de la théorie, l’Office a donc réussi à se faire reconnaître le privilège exorbitant qu’il revendiquait.

2La question se pose de savoir dans quelle mesure ce modèle inquisitorial, dont les applications ne pouvaient être que quantitativement minoritaires, était appliqué. Que pesaient les quelques dizaines d’affaires que les inquisiteurs de Tolède traitaient chaque année face aux milliers de procès expédiés dans le district par les autres justices ? Il est légitime de se demander s’il n’y pas eu contamination et si la dénonciation au Saint-Office n’obéissait pas en fait aux normes courantes.

3J’ai jugé utile de faire porter l’analyse sur deux points. Sur la dénonciation proprement dite, tout d’abord, mais aussi sur l’attitude des personnes présentes lors du délit. Intervient-on pour réprimander le coupable ? Qui s’en charge ? À l’aide de quels arguments ? Bref, j’ai cherché à ne pas séparer l’étude du contrôle informel exercé par des personnes privées de celle du recours aux institutions judiciaires qui travaillent au même but.

4J’ai étudié quatre cents séquences délictueuses concernant des délits de vieux-chrétiens, prises dans les dossiers de causes de foi de l’Inquisition de Tolède pour trois cent cinquante d’entre elles et dans les procès jugés par le fiel du juzgado (juge séculier) de cette même ville pour le reste. Par séquence délictueuse, j’entends l’unité de récit, impliquant l’unité de temps, de lieu et d’action décrivant la perpétration d’un délit particulier. C’est d’ailleurs l’unité de base sur laquelle sont construits les témoignages. Plusieurs de ces derniers peuvent se rapporter à la même séquence. Un même délit, commis plusieurs fois, pourra donner lieu au récit de plusieurs séquences qui toutes m’intéresseront au même titre. À l’inverse, une dénonciation portant sur des faits généraux, accusant quelqu’un, par exemple, de réciter des prières juives sans préciser le lieu, la date ni les témoins présents sera inutilisable dans ma perspective.

5Beaucoup de ces séquences délictueuses ne nous sont connues que par la mention qu’en fait, au détour d’un interrogatoire, un accusé ou un témoin bavard. Mais la plupart d’entre elles ont eu des suites : le coupable ou l’un des témoins en ont informé une ou des autorités morales ou judiciaires. J’ai suivi le cheminement de ces informations. Chacun d’eux constitue une séquence de dénonciation. Il est évident que plusieurs séquences délictueuses peuvent ne donner lieu qu’à une seule séquence de dénonciation. Lorsque plusieurs témoins ont, indépendamment l’un de l’autre, communiqué l’information portant sur une même séquence délictueuse ou sur l’une des séquences appartenant à un même ensemble, j’ai traité les diverses séquences de dénonciation concernées comme si elles n’en constituaient qu’une seule : de toute façon, dans mon corpus, elles finissent toutes par confluer en présence d’un juge unique, le plus souvent l’inquisiteur.

  • 1 Références : Procès pour blasphème : AHN INQ, leg. 32, 33 et 35. Procès pour « simple fornication » (...)

6A ma grande déception, ni les séquences délictueuses ni les séquences de dénonciation tirées des procès criminels de la justice laïque ne m’ont permis de déterminer qui, dans le groupe des témoins, jouait le rôle moteur dans la répression informelle et immédiate du délit ou dans sa communication à l’autorité judiciaire, ce qui constituait l’objectif prioritaire de mon étude. J’ai dû renoncer à les utiliser. Finalement, je me suis retrouvé face à un ensemble de 252 séquences délictueuses utiles réparties ainsi1 :

Tableau 13. Composition des séquences délictueuses étudiées.

Tableau 13. Composition des séquences délictueuses étudiées.

7J’ai essayé de constituer le corpus à partir de documents de types divers pour éviter de voir mes conclusions biaisées par une particularité propre à l’un d’eux que j’ignorerais. On verra que bien m’en a pris. J’ai choisi de donner une grande importance aux données tirées des registres de témoignages recueillis au cours de visites du district, car elles n’ont pas été filtrées par le voto en sumaria qui éliminait la plupart des dénonciations. Par ailleurs, j’ai fait dès le départ l’hypothèse que le comportement des dénonciateurs pendant une visite différait de ce qu’il était en période normale : l’inquisiteur, en effet, était sur place, tout proche, disponible ; la lecture de l’édit de foi, la prédication, les menaces d’excommunication exerçaient de vives pressions sur les informateurs éventuels, alors que d’habitude on ne disposait sur place que d’un commissaire, au mieux, le plus souvent un prêtre de l’endroit cumulant cette activité d’autres et qui paraît avoir attendu passivement le bon vouloir des témoins.

8Une fois transcrits intégralement les documents de base, j’ai procédé à la constitution d’une fiche générale pour chaque séquence délictueuse. Celle-ci comporte la liste des personnes présentes au moment du délit, avec tous les renseignements que j’ai pu rassembler sur elles, tant en ce qui concerne état civil, leur niveau socio-culturel que les relations qu’elles entretiennent l’une avec l’autre. Suit un diagramme sur lequel, à l’aide de flèches et de symboles, je résume tout ce que je sais sur le déroulement de la séquence. Une zone de commentaires, enfin, contient les informations que je n’ai pas pu formaliser.

  • 2 Un exemple à la fin de ce chapitre, p. 154-155.

9Aux diagrammes, il est indispensable d’avoir recours. Eux seuls permettent de saisir d’un coup d’œil l’ensemble d’une affaire à la fois dans la complexité des relations qu’elle met en jeu et dans sa chronologie. Ils ont été mon outil de base. J’ai procédé de la même manière à la constitution de fiches sur les séquences de dénonciation2.

10Des fichiers intermédiaires m’ont permis d’arriver, par simplifications successives, à un tableau sur lequel j’ai effectué les calculs.

Un tribunal méconnu ?

Face à la concurrence

11Toutes les affaires mentionnées dans mon corpus ont, d’une manière ou d’une autre, fini devant l’Inquisition. Il est évident qu’il y a là un biais : l’Office ne jugeait certainement pas toutes les causes de blasphème, de « paroles scandaleuses » ou de « simple fornication » et ses archives seules ne sont sans doute pas la source la plus indiquée pour évaluer la part qui revenait à chacun des tribunaux qui avaient compétence dans ces domaines. Faute de mieux, il faudra nous en contenter. Un certain nombre de dossiers, d’ailleurs, signalent qu’une dénonciation antérieure ou parallèle a été faite devant une autre juridiction.

Tableau 14. Inquisition de Tolède. Répartition des premières dénonciations entre l’Inquisition et les autres juridictions.

Tableau 14. Inquisition de Tolède. Répartition des premières dénonciations entre l’Inquisition et les autres juridictions.

12Je ne dis rien des affaires que je ne connais que par les livres de témoignages : les renseignements sont trop partiels pour que les chiffres sur ce point aient quelque sens, car une dénonciation extra-inquisitoriale est chose dont les témoins n’ont pas coutume de se vanter : c’est plutôt un argument utilisé par l’accusé dans ses défenses. Quoiqu’il en soit, on constate qu’une large part des délits de vieux-chrétiens dénoncés à l’Office l’étaient aussi préalablement ou parallèlement à d’autres cours. Que la proportion s’élève dans le cas du blasphème, typiquement mixti fori, ne nous étonnera pas.

  • 3 AHN INQ, leg. 33, exp. 37.

13Mettons de la chair sur ce squelette et voyons quelques exemples. Début septembre 1544, Pedro Cervantes, l’alguazil de Quero (province actuelle de Tolède) joue aux cartes et blasphème comme un mécréant : « Je ne crois pas en Dieu si je gagne, même si c’est lui qui le veut... J’en remercie le diable ». Un témoin, scandalisé, se précipite chez le curé pour lui raconter l’affaire. Il le trouve en compagnie de l’alcalde. Devant l’insistance du prêtre, ce dernier est obligé de faire une information. Quelques jours après, il envoyait le dossier à l’Inquisition de Tolède, sans doute trop heureux de se débarrasser d’une affaire brûlante. Le 19, l’accusé se présentait « spontanément » pour confesser sa faute3.

  • 4 AHN INQ, leg. 35, exp. 19.

14Le 10 janvier 1530, un homme dénonçait Felipe García de Cueto à l’alcalde de son village pour avoir blasphémé alors que le fermier des amendes de la ville — le beau-père du dénonciateur, précisément — essayait de lui faire verser celle qu’on lui avait infligée pour infraction à la législation sur le jeu. J’ignore comment l’affaire arriva à l’Inquisition. Le coupable s’y présenta spontanément. Avant ou après que son juge naturel ait transmis le dossier à l’Office ? Je n’en sais rien. Mais c’est bien ce dernier qui le condamna à une pénitence publique et à six mois d’interdiction de séjour4.

  • 5 AHN INQ, leg. 74, exp. 3.
  • 6 AHN INQ, leg. 211, exp. 32.

15Mars 1570. Un jeune gratte-papier de l’audience des alcaldes de casa y corte, à Madrid, se fait réprimander par son patron : il fréquente trop les maisons closes. L’autre ne veut pas de ça chez lui. Seul argument du pauvre garçon : ce n’est pas un péché. On l’envoie immédiatement se dénoncer. Chez le vicaire, bien sûr, qui se contenta, dit-il, de lui frictionner les oreilles. Ce n’est que trois ou quatre mois plus tard que le patron, s’avisant que l’affaire relevait en fait du Saint-Office, la dénonça à un inquisiteur en visite5. Un an plus tard, à Tamajón, le groupe de notables que nous connaissons déjà cherchait à se débarrasser de Don Pedro de Zubieta en l’accusant d’hérésie luthérienne. À qui le dénoncèrent-ils ? Au juge de l’évêque. Il fallut que ce dernier transmît spontanément le dossier à l’Office pour qu’il en entendît parler6.

  • 7 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f " 83R°-84R°.

161616, enfin. Le curé de Navalmoral (province actuelle de Tolède) sollicite une jeune fille en confession. Devant son refus, il n’hésite pas à proposer de l’argent à la mère, puis à diffamer les deux femmes pour les obliger à céder. Il n’obtient rien. La victime se confesse à un autre prêtre, qui lui conseille de dénoncer la chose, sans lui dire à quel tribunal. La mère, un jour, en parle à un comptable envoyé par le proviseur d’Avila. Il fallut attendre quatre ans pour qu’une visite inquisitoriale et la lecture de l’édit de foi révèlent aux deux femmes que l’affaire relevait exclusivement du Saint-Office. Encore le père fit-il des difficultés pour laisser sa fille y aller et la mère dut-elle s’y rendre en cachette7.

17Bref, même lorsque le délit appartient officiellement au tribunal, penser à lui n’est pas nécessairement la première réaction des victimes ou des témoins. C’est aux cours épiscopales et laïques, plus proches, plus nombreuses, d’un usage plus quotidien en un mot, que l’on songe en premier. De nombreux éléments étayeront plus loin cette conclusion.

L’art de la manœuvre ou les faux repentirs

  • 8 AHN INQ, leg. 36, exp. 5.

18Le 4 mars 1534, un certain Tello García, d’Albalate de Zorita (province actuelle de Guadalajara) vint raconter aux inquisiteurs de Tolède comment, deux ans auparavant, en se disputant avec un homme qui serrait de trop près sa sœur, il avait horriblement blasphémé : « Je renie Dieu si je ne te fais pas rendre les tripes à coups de pied ». Ne nous attendrissons pas trop vite sur le repentir dont il fait preuve. En fait, il s’était spontanément présenté au vicaire d’Alcala, quinze jours après les faits, et avait subi sa pénitence. Mais voici qu’une âme pieuse venait de le dénoncer à nouveau à l’alcalde. Il avait bien obtenu une lettre inhibitoire de la justice ecclésiastique, mais les juges séculiers refusaient d’en tenir compte. Plus que pénitence, c’est protection qu’il venait demander8.

  • 9 AHN INQ, leg. 72, exp. 4.

19Le 5 avril 1588, un domestique du curé de Vallecas en dénonce un autre pour avoir soutenu que ce n’était pas un péché de faire l’amour à une fille qui voulait bien. Il se présente d’ailleurs en compagnie du coupable. On fait le procès tout en laissant le prévenu en liberté. Mais voici qu’un mois plus tard, au moment de lui communiquer la sentence, on apprend qu’il vient d’être condamné aux galères par les alcaldes de casa y corte pour un motif dont on ne nous dit rien. Il faut que ces derniers le transfèrent à la prison de l’Office pour qu’on exécute la sentence du saint tribunal, avant de le rendre aux geôles du roi. La coïncidence est bizarre. Cette autodénonciation n’aurait-elle pas été une manœuvre de dernière minute pour tenter d’éviter une arrestation aux conséquences bien plus redoutables dont on aurait eu vent9 ?

  • 10 AHN INQ, leg. 202, exp. 6.

20Il n’y a pas de doute, en tout cas, sur le compte de Juan Galletero. C’est un laboureur, de modeste aisance, originaire de San Martin de Valdeiglesias et qui réside à Navamorcuende, un village voisin (respectivement dans les provinces actuelles de Madrid et de Tolède). Il s’est livré à des comparaisons peu flatteuses entre sa belle-mère et les prières de l’Église. Il avait déjà des ennuis avec la justice. Ce qui devait arriver arriva : l’alcalde de San Martin l’enferma. Il n’était pas de ses amis. Il fallait donc sortir au plus vite. Il fit parvenir un mot aux inquisiteurs de Tolède, contant son péché. Une lettre de ces derniers obtint le résultat recherché, après qu’un juriste local eût déconseillé à l’alcalde de se lancer dans une épreuve de force avec le tribunal de la foi10.

21Les deux derniers cas sont très semblables. Les coupables qui se présentent piteusement devant un inquisiteur en visite, sont tous deux fils de notaires. Oh, certes, de petits notaires, l’un de El Vellón, l’autre de Camarena (provinces actuelles de Madrid et de Tolède). Mais des notables, quand même. Ces deux jeunes imprudents n’ont pas su tenir leur langue. L’un a soutenu que Jésus était le fils de saint Joseph, l’autre a renié Dieu en perdant aux cartes. Et il y a des témoins. Il y en a même beaucoup, pas toujours bien intentionnés. À Camarena, l’un d’eux a mis au courant, juste après le délit, le commissaire local. Heureusement, c’était un ami : il a fait la sourde oreille et n’a rien transcrit. Mais voici qu’un inquisiteur s’annonce. On lit l’édit de foi. Le dénonciateur en prend prétexte. Il va trouver le coupable et son père et les prévient qu’il ne peut que se rendre au bourg, à Casarrubios, et lui en parler : il ne leur veut pas de mal, certes, et pour cela il les prévient ; mais il ne va quand même pas risquer l’excommunication pour eux... N’ayant pas d’autres renseignements, il nous est difficile de savoir s’il était sincère ou s’il s’appuyait sur l’édit pour jouer un mauvais tour à des ennemis en se mettant à couvert de tout reproche. Le tabellion se vit pris au piège. Il ne pouvait plus espérer qu’atténuer le choc.

  • 11 AHN INQ, leg. 492, exp. 2, f° 70R°-71R° et 78V°-80R°. La dénonciation date de 1620.

22Il accompagna donc le témoin et dénonça lui-même son fils. Celui-ci, d’ailleurs, se présenta spontanément dès le lendemain : mieux valait faire montre de repentir et de docilité11.

  • 12 AHN INQ, leg. 497, exp. 8, affaire de Juan Ibañez el Mozo. Les dénonciations datent de 1616.

23À El Vellón, la chose fut plus simple. Un témoin comparut d’abord seul. Le lendemain, le coupable, son père, le domestique et un voisin venaient ensemble raconter l’histoire à Monsieur l’Inquisiteur. Belle unanimité. Qui serait plus crédible s’ils n’avaient pas attendu... quatorze mois et une délation préalable12.

24Nous retrouvons donc ici des comportements que nous avons déjà rencontrés à propos de la justice séculière. On n’a recours aux tribunaux que contraint et forcé, et toujours, face à eux, on manœuvre. Même devant l’Inquisition, qui, dans la pratique, n’échappe pas au sort commun. Gardons-nous de tout idéalisme et méfions-nous des déclarations des accusés, spécialement de ceux qui avouent spontanément. C’est un comportement normal, majoritaire même en certains délits. À entendre les intéressés, ils ont si bien assimilé le message de l’Église qu’ils préfèrent une sévère punition à une vie dans le péché. À lire avec attention les procès, l’impression change. J’ai distingué ceux qui, apparemment, se présentaient de plein gré de ceux qui, d’une manière ou d’une autre, avaient subi des pressions extérieures (avis ou menaces de dénonciation, insinuations voilées, conseils pressants, etc.) :

Tableau 15. Inquisition de Tolède. L’autodénonciation.

Tableau 15. Inquisition de Tolède. L’autodénonciation.

25Les chiffres concernant les autodénonciations spontanées et l’absence d’autodénonciation, fondés sur le silence des sources, sont évidemment des maximums. On constate que certains délits, ceux, sans doute, dont le caractère délictueux est le mieux admis par les consciences populaires, font très souvent l’objet d’une autodénonciation, d’autres beaucoup moins. Quant au degré de spontanéité de cette dernière, les chiffres se passent de commentaire.

Prendre conseil, toujours

26La dénonciation au Saint-Office est en principe secrète. C’est une décision que chacun est censé prendre dans l’intimité de sa conscience. Les exemples que nous venons de voir nous ont montré qu’entre vieux-chrétiens au moins, dans les faits, les choses se passaient autrement : la victime elle-même était souvent prévenue et sommée de se livrer de son gré. Très souvent aussi, la décision de recourir au Saint-Office n’était prise que sur les conseils d’un spécialiste.

Tableau 16. Inquisition de Tolède. Personnes consultées avant la dénonciation ou l’autodénonciation.

Tableau 16. Inquisition de Tolède. Personnes consultées avant la dénonciation ou l’autodénonciation.

27Encore une fois, tous ces chiffres, en dehors de ceux de la dernière ligne, sont des minimums. Il est tout à fait possible que la différence entre la simple fornication et le blasphème soit due à la plus grande extension — donc à la plus grande précision — des dossiers concernant le premier délit... Le score particulièrement bas des données fournies par les livres de témoignages s’explique, à l’évidence, par un phénomène de ce genre. De ce tableau, je retiendrai cependant deux points. D’une part le fait qu’il est normal de consulter un spécialiste avant de prendre une décision importante. L’ordre de préférence, ensuite. Conseiller, c’est massivement l’affaire du clergé. Du clergé séculier, d’abord, toujours sous la main, toujours disponible ; du prêtre sous la forme du confesseur ensuite, du confesseur de la semaine sainte, mais aussi du confesseur que l’on consulte en cours d’année, sous forme de confession pour garantir le secret, sur un problème grave ; du régulier enfin, dont la rencontre exige un déplacement.

28Nous touchons un point capital : nous découvrons les relais d’opinion qui servent d’articulation entre la pensée officielle, les comportements, les croyances définis par les intellectuels, et les masses. On ne saurait, je crois, trop insister sur l’importance de leur rôle. Ce sont eux qui assurent une bonne part du contrôle social et idéologique. Bien plus que l’Inquisition, nous allons le voir, bien plus que les tribunaux à qui ils servent de rabatteurs et qui seraient, sans eux, privés d’une bonne partie de leur clientèle.

  • 13 C’est ce qu’il déclare... à l’Inquisition. Sur ce point, j’ai mes doutes. Une question du type : « (...)

29Nous les saisissons ici dans une activité très particulière. Rien ne nous garantit que dans un autre domaine on n’aurait pas eu recours à d’autres personnes. Regardons-les cependant à l’œuvre. Il était notoire au Moral de Manzanares (province actuelle de Madrid), début avril 1585, que Juan Montero, le tavernier, avait déclaré qu’on ne péchait pas en faisant l’amour avec une prostituée. D’autant qu’il avait lâché cette affirmation dans la salle de son auberge, devant la clientèle. Il s’était fait vertement réprimander par le tailleur du village, un certain Felipe de Salamanca. Celui-ci s’en fut donc consulter le curé, à qui il raconta l’histoire « comme à son pasteur » et à qui il demanda s’il devait dénoncer la chose au Saint-Office13. Soit, répondit le prêtre, mais pas tout de suite. Qu’il avertisse le coupable et qu’il lui laisse un délai pour se présenter de son gré au tribunal. S’il ne le fait pas, alors il faudra dénoncer. Arrive la semaine sainte. Salamanca se confesse au curé. On reparle de l’affaire. Montero n’est pas allé à Tolède. Salamanca ne reçoit qu’une absolution conditionnelle, valable seulement s’il le dénonce au terme fixé.

  • 14 AHN INQ, leg. 73, exp. 13.

30Le prêtre, cependant, décide d’agir pour son compte, après qu’un autre témoin l’a consulté. Il convoque le coupable et le somme de se livrer. Il lui donne une lettre... pour le vicaire général de Tolède. Il expliquera plus tard à l’Inquisition qu’il l’imaginait membre de la Suprema. Nous ne sommes forcés de le croire. Montero, bien ennuyé, demande conseil à un autre prêtre de Manzanares, qui ne peut que lui recommander de s’exécuter. Il part donc pour Tolède et se présente au juge ecclésiastique qui l’envoie à son tour à l’inquisiteur don Juan de Zúñiga, lequel transmet au tribunal. Nous sommes le 2 mai. Le même jour, Salamanca, sûr que Montero avait eu le temps de s’accuser « spontanément », se présentait devant le commissaire de Colmenar Viejo qui, le 4, expédiait son témoignage au tribunal14.

  • 15 AHN INQ, leg. 74, exp. 4. Le délit fut commis peu avant Noël 1573 et la dénonciation eut lieu à Pâq (...)

31L’histoire de Juan del Real est à peine moins compliquée. Même délit que Montero. Réprimande par un témoin. Le coupable, dès le lendemain, se confesse à un prêtre de l’endroit, qui l’absout et lui impose de se rétracter en présence des témoins. Il le fait sur le champ. Peu après, la semaine sainte, un autre confesseur l’informe que la première absolution n’était pas valable : le cas était réservé au Saint-Office. Absolution conditionnelle, sous réserve d’autodénonciation. Une semaine après Pâques, l’intéressé se présente à Tolède 15

32Il se confirme que le recours à l’Inquisition n’est pas évident, même pour des prêtres, en une matière dont il semble difficile de croire qu’un pasteur ignorait qu’elle relevait de l’Office. Délinquants et dénonciateurs, enfin, même lorsqu’ils n’ont pas sollicité de conseils, ont souvent été orientés vers le tribunal par un élément extérieur.

  • 16 Les personnes à qui ils demandent conseil peuvent ne pas avoir orienté les dénonciateurs vers l’Off (...)

Tableau 17. Inquisition de Tolède. Responsable de l’orientation de la dénonciation vers le Saint-Office16.

Tableau 17. Inquisition de Tolède. Responsable de l’orientation de la dénonciation vers le Saint-Office16.

33Si l’on s’en tient à la simple fornication, délit le mieux documenté et qui concerne l’éventail social le plus ouvert, les deux tiers des dénonciations ont été déclenchées ainsi, ou sont ainsi justifiées. Car il se peut qu’un dénonciateur, qui, de toute façon, aurait fait sa besogne qu’on l’y pousse ou non, éprouve le besoin de présenter son acte comme accompli sous une pression extérieure. Or, les déclarations faites devant l’Inquisition sont secrètes, et cela les témoins le savent, puisqu’on le leur rappelle au cours de chaque interrogatoire. On ne voit pas quel intérêt ils auraient à bluffer devant les juges. Sauf à admettre que la prégnance des normes extra-inquisitoriales est telle qu’elles informent les comportements en présence même du tribunal. Précisément ce que je cherche à démontrer.

34Il me faut ici dire un mot de l’édit de foi. Il est très souvent cité comme source d’information et d’orientation. C’est même, si l’on tient compte des livres de témoignage, la source la plus souvent mentionnée — 26 % de dénonciateurs y font allusion dans ce dernier type de document —. Mais il n’intervient pratiquement que lors des visites de district : même lorsqu’on le mentionne dans un dossier de procès « en forme », la dénonciation a été faite au cours de l’une d’elle. L’édit de foi et la visite sont liés. Nous aurons l’occasion de le vérifier.

Dans le doute, se taire ?

35On attendrait, au vue de la théorie, que la dénonciation inquisitoriale intervienne assez rapidement après la perpétration du délit. L’étude du délai effectif amène à des conclusions nuancées.

  • 17 Chiffres absolus, pourcentages (entre parenthèses), pourcentages cumulés (entre crochets).

Tableau 18. Inquisition de Tolède. Délais entre la perpétration du délit et la dénonciation17.

Tableau 18. Inquisition de Tolède. Délais entre la perpétration du délit et la dénonciation17.
  • 18 AHN INQ, leg. 492, exp. 2, dénonciation par Maria Martin.
  • 19 AHN INQ, leg. 497, exp. 8. f " 67R°, à 68R°, 74RV°, 84R " à 85R°, 96RV°, 101RV°, 112R° à 113R°, 123 (...)

36Deux modèles s’opposent. La simple fornication ou les paroles scandaleuses, aux dénonciations rapides, et les visites de district. Car, en fait, les deux livres de témoignages que j’utilise sont des registres de visite et le poids des dénonciations en visite est important parmi les dossiers de blasphémateurs. Dans les cas extrêmes, les durées peuvent être considérables. Le record dans mon corpus appartient à une certaine María Martin qui accusa en 1620 un nommé Miguel Serrano d’avoir soutenu que l’état de mariage valait bien le célibat... quarante ans auparavant. Il faut dire qu’à l’époque, elle n’avait que quinze ans, et le délinquant sans doute guère plus18. Dans le même genre, Pedro López Moreno attendit vingt-six ans qu’on le dénonce pour avoir fait disparaître un san-benito de l’église de Torrelaguna. Il était d’ailleurs mort lorsqu’un témoin se décida à sauter le pas. Sa faute était pourtant notoire. Le commissaire de Casar de Uceda était d’ailleurs au courant ; il avait même procédé, des années auparavant, à un début d’enquête, auquel il semble n’avoir pas donné suite. Des pressions s’étaient sans doute exercées sur les intéressés19.

37Dans les deux cas il y a eu blocage indépendant de la volonté des dénonciateurs, pressions politiques ou jeunesse excessive. Le contact direct avec le juge, sa proximité, le rappel de l’édit de foi, les menaces de l’anathème aident à apurer les comptes.

  • 20 AHN INQ, leg. 497, exp. 2, f° 87R°-90V°.
  • 21 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, autodénonciation de Melchor Bravo.

38Ils rendent possibles aussi beaucoup des dénonciations à quatre ou cinq ans de distance. Ici, c’est l’ignorance, la négligence, plus que des circonstances extérieures, qui expliquent le retard. Maria de Rojas avait déclaré, en 1615, que les personnes mariées, étant donné les tracas que leur causait leur état, avaient davantage de mérite aux yeux de Dieu que les prêtres et les religieux. Juan de Esquivias, un prêtre pourtant, l’avait entendue. Il déclara plus tard qu’il avait songé à la dénoncer, mais qu’elle l’avait prié de n’en rien faire, car elle avait compris combien elle avait eu tort de proférer ces paroles. Il s’était laissé convaincre. Lorsque cinq ans plus tard un inquisiteur en visite fit lire ses édits, il prévint la coupable et, ensemble, ils furent rendre compte à leur juge20. Ou encore, ce Melchor Bravo, qui avait tenu des propos semblables à un ami qui tentait de l’embrigader dans le tiers ordre de saint François. Il attendit cinq ans, lui aussi, pour se dénoncer au cours de la même visite. Il soutint que l’édit de foi lui avait révélé sa faute et le juge auquel il devait s’adresser. À l’ami aussi, peut-être21.

39C’est finalement une Inquisition inhabituelle que nous voyons se dessiner à nos yeux, loin de la vision romantique du monstre omniprésent et terrifiant qui aurait fait vivre une population toute entière dans la terreur de la délation. En ce qui concerne les vieux-chrétiens tout au moins, et les délits les plus courants, les comportements à son égard ne semblent pas très différents de ce à quoi nous avaient habitué les autres juridictions : on l’utilise, on la manouvre, on finasse avec elle. Il est bien difficile de savoir si les dénonciateurs respectent effectivement plus ou moins que devant d’autres justices les bornes que les moralistes avaient posées à la délation en général. Ce qui est certain, c’est qu’en dépit du droit, on applique à l’égard des coupables les règles de la correction fraternelle, les règles de la charité chrétienne, du bon voisinage. Quant au secret, dans bien des cas, autant n’en point parler. Mieux, en dehors des périodes, finalement rares, de visite du district, le tribunal ne semble pas très présent : le recours aux justices ecclésiastiques et laïques, aux premières surtout, paraît s’imposer avec plus de force. L’Inquisition et ses règles seraient-elles mal connues ? Ou répugne-t-on à s’adresser à elle ?

Délateur : un « rôle » social

40Lorsque je voulus étudier les dénonciateurs, je me heurtai à un problème inattendu : comment les définir ? Passe encore le fait que dans un cas sur cinq à peu près l’affaire ne soit pas portée à la connaissance du tribunal par un témoin direct : il s’agit presque toujours alors d’un juge laïc ou ecclésiastique qui transmet un dossier ; il me suffisait dans ce cas de considérer comme dénonciateur la personne qui avait informé le magistrat en question. Mais que faire dans ceux, très nombreux, où l’accusé se livrait ? M’était-il possible de le compter, lui, comme dénonciateur, alors que je savais que presque toujours il agissait sous une pression extérieure ? Que faire aussi en cas de dénonciation simultanée par plusieurs témoins ? Au-delà des critères formels, j’ai pris le parti d’appeler dénonciateur soit la première personne qui dénonce effectivement le coupable au Saint-Office ou à un autre tribunal, soit la personne qui a poussé le coupable (autodénonciation) ou le dénonciateur (lorsqu’il n’est pas témoin) à agir.

  • 22 Les pourcentages sont calculés sur l’ensemble des cas pour lesquels nous disposons de la donnée cor (...)

Tableau 19. Inquisition de Tolède. Comparaison des dénonciateurs et des autres témoins22.

Tableau 19. Inquisition de Tolède. Comparaison des dénonciateurs et des autres témoins22.

41Ces chiffres sont éloquents en ce qui concerne les limites sociales de l’action du Saint-Office : pour ce qui est des vieux-chrétiens, contacts surtout avec les hommes et les classes dominantes. Ils mettent en relief aussi la variété des clientèles selon les délits et soulignent qu’à propos du délit de « simple fornication » l’Inquisition a réalisé une percée en direction du « peuple ». Mais ils ne sont guère significatifs quant aux différences entre dénonciateurs et témoins : les écarts sont minimes, les chiffres parfois contradictoires... Au fond, cela n’a rien de bien étonnant : qui se ressemble, s’assemble. Toutes les études faites sur les formes de sociabilité le confirment abondamment et les groupes que l’étude des circonstances des délits m’a permis de reconstituer sont souvent d’une homogénéité presque caricaturale. On ne voit pas pourquoi le dénonciateur se distinguerait nettement des autres.

  • 23 Signe bien, mal, pas du tout.

42Les choses changent, cependant, si on le compare non plus à l’ensemble des témoins, mais au coupable, et surtout si l’on fait intervenir un nouveau critère, celui du rôle social assumé. J’ai considéré que certains individus, de par leur métier, étaient spécialement chargés d’assurer le contrôle social de base : les membres de l’appareil judiciaire et administratif et les clercs. Que d’autres remplissaient une fonction semblable non pas en permanence, mais temporairement et localement, du fait de la position dans laquelle ils se trouvaient placés hic et nunc : le maître de maison chez lui par rapport à sa famille, sa domesticité et ses hôtes, l’employeur ou le conducteur de travaux au travail, etc. J’ai regroupé le tout sous l’étiquette « supériorité de fonction ». J’en ai distingué la supériorité de rang social, quand elle ne s’accompagnait pas d’une supériorité de fonction telle que définie ci-dessus. Puis j’ai défini une supériorité de culture, sur la base de la signature23 et enfin une supériorité d’âge. J’ai relevé tous les cas où, dans l’un de ces domaines, le dénonciateur était supérieur au dénoncé, en ne comptant bien entendu qu’une fois chacun, selon l’ordre de priorité qui est celui des lignes du tableau. Les résultats sont les suivants :

  • 24 Adminit. : supériorité de fonction due à la possession d’une charge administrative ou judiciaire. S (...)

Tableau 20. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Paroles scandaleuses24.

Tableau 20. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Paroles scandaleuses24.

Tableau 21. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Blasphème.

Tableau 21. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Blasphème.

Tableau 22. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Simple fornication.

Tableau 22. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Simple fornication.

Tableau 23. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Livres de témoignages.

Tableau 23. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Livres de témoignages.

43Éliminons le blasphème : la plupart des affaires sont antérieures à 1550, époque où la documentation, très sommaire, tait trop de choses pour que les pourcentages aient un sens. Dans tous les autres cas, les quatre critères de supériorité que j’ai utilisés rendent compte d’au moins 70 % des dénonciations, de 80 % si l’on ne considère que les séries qui nous fournissent les renseignements les plus complets. Le chiffre est énorme. En tête, la supériorité de fonction. Et, en elle, à mon grand étonnement, la classe qui regroupe les rôles assumés temporairement par des individus quelconques, qui équilibre à elle seule les supériorités professionnelles.

44Une autre surprise peut-être, pour certains de mes lecteurs, la discrétion du rôle des agents de l’Inquisition. On constate que leur part dans les dénonciations est minime. Elle l’est aussi, pour les familiers, dans la transmission de l’information au tribunal. Par contre, en ce domaine, le rôle des commissaires est important : ils servent de relais.

45Bref, pour en revenir à ce qui nous occupe, le dénonciateur est soit un individu qui occupe, professionnellement ou temporairement, une fonction qui, dans le groupe des témoins, le désigne tout naturellement pour ce rôle, ou une personne jouissant soit d’une supériorité intellectuelle marquée, soit, secondairement, d’une supériorité d’âge. Je crois toucher là du doigt des structures de base de la société castillane d’alors, un échelon parmi les plus bas des instruments du contrôle idéologique et peut-être du contrôle social tout court. À ce niveau élémentaire, dans chaque groupe, même informel, les fonctions de police sont déléguées à un individu clairement désigné par les relations aux autres. Prioritairement, à ceux qui assument déjà professionnellement de telles fonctions. Subsidiairement au maître de maison, au propriétaire des lieux, au chef d’équipe. Subsidiairement encore, à l’individu le plus éduqué. En dernier lieu sans doute, au plus âgé.

46Ce classement, bien sûr, est biaisé par le fait que j’utilise des documents judiciaires. On peut penser que les professionnels du droit sont surreprésentés étant donné leur propension probable à donner suite devant un tribunal aux affaires dont ils sont témoins. Il faudrait donc rehausser le rang des autres catégories. Il est probable aussi que si l’on pouvait élargir l’enquête à d’autres domaines et sortir du strict territoire de l’idéologie, les choses seraient un peu différentes, le clergé sans doute moins bien loti. Ici, tout reste à faire.

  • 25 Et prenne la décision de transmettre, ce qui n’est pas toujours le cas, nous l’avons vu.
  • 26 Dans un cinquième des cas, dans mon corpus, le délit de simple fornication a été commis en travaill (...)

47Pour ce qui est de l’Inquisition, en tout cas, les choses sont claires. En ce qui concerne son action à l’égard des vieux-chrétiens, elle est dans la dépendance des groupes intermédiaires qui encadrent la société à la base, de la couche des lisants et tout spécialement des clercs. Pour qu’un délit parvienne sa connaissance, il faut pratiquement qu’un membre de ces catégories soit présent sur place25. On comprend dès lors pourquoi l’action judiciaire du Saint-Office est limitée socialement. On comprend aussi des phénomènes a priori étranges. J’avais remarqué que les séquences délictueuses du délit de simple fornication se déroulaient avec une fréquence inhabituelle pendant des périodes de travail des champs, spécialement moisson, taille et binage des vignes. Certes, je savais par expérience qu’une telle réunion d’un groupe d’hommes à amène presque fatalement la conversation à rouler sur les femmes. J’avais malgré tout du mal à me convaincre que ce seul phénomène rendît compte du fait, lorsque je remarquai que c’était l’une des rares occasions où se rencontraient des milieux étrangers l’un à l’autre dans presque toutes les autres circonstances de la vie — autant que je pouvais en juger par la composition des groupes que je reconstituais dans mes séquences délictueuses : le propriétaire, en effet, ou un membre de sa famille, était souvent présent pour surveiller les travaux d’ouvriers agricoles26.

  • 27 Voir p. 123.
  • 28 AHN INQ, leg. 202, exp. 24. Francisco Garcia était compagnon tailleur : les esprits intuitifs l’ava (...)
  • 29 AHN INQ, leg. 213, exp. 20. En 1566. Ils étaient maraîchers à Tolède. L’ouvrier en question, un cer (...)

48Délation typique en tout cas que celle de Francisco Garcia. Son délit — soutenir qu’un tailleur pouvait légitimement garder l’étoffe en surplus du coupon qu’on lui avait donné pour tailler un vêtement — avait été commis en présence de son patron, de la femme de celui-ci et d’un autre ouvrier. C’est le patron, qui, assumant son rôle de chef, donc de responsable, de « prelatus » au sens large qu’insinuait Pedro de los Angeles27, après l’avoir tancé d’importance, l’envoya se confesser puis, sur l’avis du confesseur, se dénoncer28. Tout à fait dans son rôle Tomé Sánchez, lorsqu’il dénonce l’un de ses ouvriers français pour les nombreuses propositions luthériennes qu’il ne cesse de proférer29.

  • 30 AHN INQ, leg. 74, exp. 7. En 1575.

49Dans son rôle aussi, en dépit des apparences, Mariana Ruiz. C’est la femme d’un marchand de Tolède. Elle est assise avec ses servantes, dans la salle de sa maison, un soir de septembre. On parle de la mort du confesseur de l’une d’elles, de la confiance qu’elle ressentait à son égard, de la difficulté qu’elle éprouve à le remplacer, de la honte qu’elle aurait à avouer certaines choses à un inconnu. Et chacune de citer des exemples. On en vient à parler de sexe. Un domestique, qui était là, le seul homme de l’assemblée, soutient alors que ce n’est pas un péché que de vivre en concubinage, si aucune des parties n’est mariée. Mariana assume la fonction de chef de famille, en l’absence de son époux. C’est elle qui réprimande l’imprudent, c’est elle qui l’envoie se dénoncer30.

  • 31 AHN INQ, leg. 69, exp. 14.

50Il est extrêmement rare, dans mon corpus, qu’une femme agisse ainsi. Surtout à l’égard d’un homme : le sexe est un barrage presque infranchissable à l’exercice de telles prérogatives. Mais le rôle de chef est si prenant qu’il transcende cette incapacité, sans toujours donner à l’intéressée l’autorité suffisante pour se faire obéir. Lorsque Catalina Ramírez se permit de menacer d’une dénonciation ce jeune fou de Pedro Benito, qui pourtant s’était mis dans son tort, elle avait beau être dans sa propre maison, elle se fit sévèrement rabrouer par le coupable. Il faut dire qu’il n’était pas son domestique et qu’il croyait à une mauvaise plaisanterie : il était bel et bien convaincu, lui, que ce n’était pas un péché que d’aller voir les femmes. Il fallut appeler un voisin, un homme, pour le calmer et l’expédier dare-dare consulter un spécialiste31.

  • 32 AHN INQ, leg. 69, exp. 3. Le plus vieux des adultes, Juan Gallego el Viejo, de Pelayos, était parta (...)

51Le combat oppose parfois les jeunes et les vieux. Rarement avec autant de netteté qu’en 1585, dans un champ près d’Avila. Ils étaient huit à moissonner. Six jeunes, entre vingt et vingt-cinq ans, deux plus âgés, cinquante-trois et quarante-et-un ans, dont le père de trois des jeunes gens. Le propriétaire n’était pas là, et il semble qu’aucun chef d’équipe n’avait été désigné. Aucun ne savait lire. Trois des jeunes se vantent de leurs exploits à la maison close. Riposte immédiate des deux adultes : on ne parle pas de ces choses-là — Pourquoi ? Ce n’est pas un péché — Réprimande — Insistance des coupables — Le plus âgé du groupe alors, s’adressant à l’un de ses fils qu’il faillit assommer, mais aussi à tous les jeunes, se lance dans une diatribe d’une rare violence qui impose silence. C’est l’autre adulte qui dénonça32.

* * *

52Une fois replacée la pratique inquisitoriale dans le contexte de son époque, nous comprenons mieux son statut. Tribunal de l’hérésie, contre les judaïsants, les morisques, les protestants, l’Office déploie sa juridiction dans toute son ampleur, en poussant jusqu’au bout les virtualités contenue dans son code de procédure criminelle. Mais il n’agit là que contre des marginaux. Lorsqu’il s’en prend aux vieux-chrétiens pour des délits qui ne répondent plus aussi évidemment à la définition de l’hérésie formelle, il est régi par des normes plus proches de celles des juridictions courantes. Pour des raisons matérielles, nous le verrons, car la procédure « formelle » est lente, longue et coûteuse. Mais aussi parce qu’il se heurte à d’importantes résistances mentales.

53En dehors du domaine inquisitorial, l’application impitoyable de la vindicte publique par l’appareil de la justice réglée est réservé aux délinquants qu’on ne reconnaît pas, ou qu’on ne reconnaît plus comme membres de la communauté. Dans tous les autres cas le devoir des juges et des parties consiste à rechercher l’accommodement. L’Office prétend faire exception à cette règle ; il ne fait pas acception de personnes et laisse libre cours au droit. Les moralistes l’appuient, quoiqu’avec des nuances.

54Mais, dans son ensemble, la population refuse ce principe en transposant ses comportements habituels. Pour elle, le code inquisitorial ne vaut que pour des gens qu’elle a déjà rejetés de son sein. Il est scandaleux d’y soumettre de vieux-chrétiens qui ne peuvent se reprocher, dans le pire des cas, que des peccadilles incapables de les retrancher de la communauté qui les a vus naître. Aussi répugne-t-on à leur appliquer les exigences exorbitantes du saint tribunal : dénonciation immédiate et secrète, dans tous les cas, au moindre doute. On utilisera l’Inquisition comme on se sert des autres juridictions : comme moyen de pression, comme instrument de vengeance, en tout dernier recours, ou mû par l’insistance d’un conseiller écouté, d’une prédication exceptionnelle appuyée par la menace d’un anathème. Entre vieux-chrétiens, la dénonciation au Saint-Office n’est pas naturelle. Il faut, pour la provoquer, une propagande intense. Ce sont les moyens qu’elle mit en œuvre que nous allons étudier maintenant.

Annexes

APPENDICE

SCHEMATISATION DES SÉQUENCES DÉLICTUEUSES ET DES SÉQUENCES DE DÉNONCIATION

J’ai travaillé sur la base de schémas graphiques formalisant la succession des événements dans les séquences délictueuses et dans les séquences de dénonciation. L’exemple cité a été utilisé dans le texte du chapitre.

Chacun des acteurs est représenté par un numéro. Les hommes ont des numéros impairs, les femmes des numéros pairs. Les personnes qui commettent le délit ont des numéros de dizaine, les hommes de dizaines commençant par des chiffres impairs (10, 30, etc.), les femmes par des numéros pairs (20, 40, etc.). Un tableau annexe donne pour chaque personnage l’état-civil, le niveau de culture, le groupe socio-professionnel, les relations avec les autres acteurs.

Les flèches indiquent l’établissement d’une communication, verbale ou non, entre les acteurs. Les lettres qui les accompagnent en donnent l’ordre chronologique. Les flèches marquées d’une étoile indiquent la communication à travers laquelle s’est perpétré le délit. Les flèches barbelées indiquent une réprimande ou une désapprobation portant sur le délit ou non. D’autres types de flèches peuvent symboliser des relations de nature différente. Des flèches fourchues indiquent une relation établie avec l’ensemble du groupe et non avec un individu en particulier. Un tableau annexe indique la nature de chaque communication.

Le cadre qui entoure les individus marque qu’ils forment un groupe. Les sous-groupes, les groupes voisins, les individus isolés, etc.... sont symbolisés suivant les conventions qui régissent en mathématiques la représentation graphique des ensembles.

Affaire Tomás Gío.

Délit : Paroles scandaleuses, blasphème.

Date : Aux environs du 4/3/1620 (Carême prenant).

Lieu : Camarena, dans les champs.

Circonstances : Inconnues.

(10) Tomás Gío, vecino de Camarena, laboureur, fils d’un notaire (3), notable, vieux-chrétien, 24 ans, ne sait pas signer.

(1) Miguel Díaz Carretero el mozo, vecino et naturel de Camarena, 25 ans, ne sait pas signer.

(3) Luis Gío, naturel et vecino de Camarena, notaire, père de (10).

(a) En parlant du métier de charpentier, il dit, sous une forme relativement atténuée, que Jésus était le fils de saint Joseph.

(b) Réprimande.

Notes

1 Références : Procès pour blasphème : AHN INQ, leg. 32, 33 et 35. Procès pour « simple fornication » : AHN INQ, leg. 69 à 74. Procès pour « paroles scandaleuses » : AHN INQ, leg. 202, 208, 211 et 213. Livres de témoignages : AHN INQ, leg. 497, exp. 8 (dénonciations et témoignages recueillis au cours de la visite de Torrelaguna et Talamanca en 1616) et exp. 2 (témoignages et dénonciations recueillis au cours de la visite de Torrijos et Casarrubios en 1620). Les procès des archives du fiel del juzgado étaient tirés de À AT, CCFJ, Horcajo, 1574/1628. En ce qui concerne les procès inquisitoriaux — au contraire des livres de dénonciations — je n’ai pas utilisé tous les dossiers contenus dans les legajos mentionnés, mais uniquement ceux qui contenaient des procès proprement dits et non de simples informations. L’expression « paroles scandaleuses » désigne le délit qui consiste à proférer une affirmation qui, sans être formellement hérétique, ne s’écarte pas moins de l’orthodoxie définie par l’Église. La « simple fornication », en langage inquisitorial, consiste à affirmer que ce n’est pas un péché que de faire l’amour avec une partenaire consentante sans être marié avec elle.

2 Un exemple à la fin de ce chapitre, p. 154-155.

3 AHN INQ, leg. 33, exp. 37.

4 AHN INQ, leg. 35, exp. 19.

5 AHN INQ, leg. 74, exp. 3.

6 AHN INQ, leg. 211, exp. 32.

7 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, f " 83R°-84R°.

8 AHN INQ, leg. 36, exp. 5.

9 AHN INQ, leg. 72, exp. 4.

10 AHN INQ, leg. 202, exp. 6.

11 AHN INQ, leg. 492, exp. 2, f° 70R°-71R° et 78V°-80R°. La dénonciation date de 1620.

12 AHN INQ, leg. 497, exp. 8, affaire de Juan Ibañez el Mozo. Les dénonciations datent de 1616.

13 C’est ce qu’il déclare... à l’Inquisition. Sur ce point, j’ai mes doutes. Une question du type : « À quel tribunal dois-je le dénoncer ? » correspondrait mieux au contexte.

14 AHN INQ, leg. 73, exp. 13.

15 AHN INQ, leg. 74, exp. 4. Le délit fut commis peu avant Noël 1573 et la dénonciation eut lieu à Pâques 1575. Del Real était domicilié à Manzanares (province de Ciudad Real).

16 Les personnes à qui ils demandent conseil peuvent ne pas avoir orienté les dénonciateurs vers l’Office. L’orientation, à l’inverse, peut être le fait d’une personne à qui l’on ne demande pas conseil. Ainsi, dans l’affaire Montero, le conseiller a été le curé, et l’élément orienteur le vicaire général. J’ai renoncé à inclure dans le tableau les données concernant les « paroles scandaleuses » et les livres de témoignages, l’information que nous livrent les documents étant vraiment trop incomplète.

17 Chiffres absolus, pourcentages (entre parenthèses), pourcentages cumulés (entre crochets).

18 AHN INQ, leg. 492, exp. 2, dénonciation par Maria Martin.

19 AHN INQ, leg. 497, exp. 8. f " 67R°, à 68R°, 74RV°, 84R " à 85R°, 96RV°, 101RV°, 112R° à 113R°, 123R0.

20 AHN INQ, leg. 497, exp. 2, f° 87R°-90V°.

21 AHN INQ, leg. 496, exp. 2, autodénonciation de Melchor Bravo.

22 Les pourcentages sont calculés sur l’ensemble des cas pour lesquels nous disposons de la donnée correspondante. Je n’ai pas calculé de pourcentages de bonnes signatures pour les témoins des affaires documentées par les livres de témoignages faute d’indications suffisamment complètes.

23 Signe bien, mal, pas du tout.

24 Adminit. : supériorité de fonction due à la possession d’une charge administrative ou judiciaire. SO : supériorité de fonction due à la possession d’une charge ou d’un titre inquisitorial (inquisiteur, officier, commissaire, notaire ou familier, serviteur d’un officier ou d’un inquisiteur). Cléricale : supériorité de fonction due à l’appartenance au clergé. Autres : voir ci-dessous.

25 Et prenne la décision de transmettre, ce qui n’est pas toujours le cas, nous l’avons vu.

26 Dans un cinquième des cas, dans mon corpus, le délit de simple fornication a été commis en travaillant les vignes ou en moissonnant. Il est exceptionnel que d’autres affaires prennent naissance en de telles circonstances.

27 Voir p. 123.

28 AHN INQ, leg. 202, exp. 24. Francisco Garcia était compagnon tailleur : les esprits intuitifs l’avaient deviné. Son patron, horrifié, pensa un instant qu’il était devenu luthérien (ipse dixit...). On était en 1561 à Tolède.

29 AHN INQ, leg. 213, exp. 20. En 1566. Ils étaient maraîchers à Tolède. L’ouvrier en question, un certain luán Blas, marié à une espagnole, était en voie d’assimilation. Ses propositions qui n’avaient rien d’un luthéranisme formel, pouvaient inquiéter ses proches à plus juste titre que les foucades du héros précédent.

30 AHN INQ, leg. 74, exp. 7. En 1575.

31 AHN INQ, leg. 69, exp. 14.

32 AHN INQ, leg. 69, exp. 3. Le plus vieux des adultes, Juan Gallego el Viejo, de Pelayos, était partagé entre son rôle de père et celui de mainteneur de l’ordre moral. Au moment de la réprimande, les deux allaient dans le même sens, ce qui contribua sans doute à sa violence. Il lui était en revanche difficile de dénoncer ses fils.

Table des illustrations

Titre Tableau 13. Composition des séquences délictueuses étudiées.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 14. Inquisition de Tolède. Répartition des premières dénonciations entre l’Inquisition et les autres juridictions.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 15. Inquisition de Tolède. L’autodénonciation.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 16. Inquisition de Tolède. Personnes consultées avant la dénonciation ou l’autodénonciation.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 17. Inquisition de Tolède. Responsable de l’orientation de la dénonciation vers le Saint-Office16.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 18. Inquisition de Tolède. Délais entre la perpétration du délit et la dénonciation17.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 19. Inquisition de Tolède. Comparaison des dénonciateurs et des autres témoins22.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 20. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Paroles scandaleuses24.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 21. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Blasphème.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 22. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Simple fornication.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 23. Analyse de la supériorité du dénonciateur sur le dénoncé. Livres de témoignages.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2038/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540