Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Deuxième partie. Les moyens juridiques. Théorie et pratique du droit inquisitorial

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1L’inquisiteur n’était pas désarmé : il avait pour lui un droit criminel particulier, différent de celui qu’appliquaient les autres cours de justice et qui donnait son nom au tribunal, un droit qui lui laissait des pouvoirs considérables et semblait tout lui permettre. Il n’est pas utile de le décrire : maints auteurs l’ont fait avant moi. Il sera nécessaire, en revanche, d’étudier son application : non pas tant d’estimer dans quelle mesure les juges respectaient le détail des règles qu’ils s’étaient eux-mêmes imposées — cela aussi on l’a souvent fait —, que de décrire la manière dont ils usaient du vaste champ de liberté, d’arbitraire, qu’elles leur laissaient.

2L’inquisiteur n’était pas désarmé. Il avait le pouvoir de contraindre les témoins à parler, à l’informer, et c’était un atout considérable car ainsi se trouvait résolu en principe le problème premier de tout appareil de coercition, celui du renseignement. Mais s’il est un domaine où la loi est inefficace, c’est bien celui-ci : la collaboration du public ne se décrète pas, elle se mérite. En ce domaine, l’image que donne d’elle l’institution qui la sollicite, l’éloignement ou la proximité des normes communes des conduites qu’elle exige, jouent un rôle considérable. Il faut donc replacer à la fois l’action du tribunal et ses prétentions dans le contexte plus général de l’appareil judiciaire de l’époque. Nous serons alors en mesure de porter un jugement sur l’efficacité pratique du droit inquisitorial.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540