Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'administration de la foi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

L’incarnation d’une idée

Texte intégral

1Ces formules remontent, pour l’essentiel, à la fin du XIIIe siècle et seront répétées, presque sans changement, jusqu’au XIXe. Elles définissent l’Inquisition : poursuite de l’hérésie, prise dans le sens le plus large, le plus pur et le plus désincarné du terme, toujours et partout, sans faire acception de personne, dans un espace physiquement et socialement homogène, débarrassé de tous les caractères particuliers qu’y introduisent d’habitude privilèges et rang social, un espace mathématique, que seul découpe l’Office dans sa souveraine liberté. Exigence moderne et fascinante qui entre pour une bonne part dans l’intérêt démesuré que depuis une quinzaine d’années chercheurs et public manifestent pour le tribunal.

  • 2 Et quoi qu’en aient des chercheurs qui, trompés par ces déclarations de principe, se refusent à voi (...)
  • 3 William E. Monter et John Tedeschi, « Toward a Statistical Profile of the Italian Inquisitions, six (...)

2En fait, si l’on gratte ce vernis juridique, l’Office apparaît comme singulièrement divers, quoi qu’il en ait2. Il n’est que de comparer l’attitude des trois inquisitions modernes, l’espagnole (1478/1820), la portugaise (1547/1821) et l’italienne (1542/fin du XVIIIe siècle) sur le problème juif. Au Portugal, 70 % de judaïsants au moins parmi les accusés, autant que nous le sachions de manière constante, jusqu’aux réformes de Pombal au milieu du XVIIIe siècle. En Espagne, les judaïsants forment encore le groupe d’accusés le plus nombreux dans l’ensemble, mais ils apparaissent pour l’essentiel à deux périodes précises : les trente premières années et le milieu du XVIIe siècle ; l’intervalle est occupé, lorsque la répression de l’islam morisque en laisse le loisir, par une propagande tridentine axée sur la lutte contre l’ignorance populaire des dogmes de la foi catholique et la répression de la magie. En Italie, pratiquement rien contre les juifs. Une forte activité anti-protestante, en revanche, au début, rapidement relayée, comme en Espagne, par un appui à la pastorale de la contre-réforme ; mais ici la lutte contre la magie passe avant l’éducation dogmatique. Ces variations ne correspondent qu’imparfaitement aux conditions locales objectives3.

3C’est l’histoire de cette incarnation d’un principe juridique que j’ai voulu faire pour une partie de l’Espagne. L’Inquisition n’agissait pas sur une table rase. Avant elle, d’autres pouvoirs avaient occupé le terrain, l’avaient structuré à leur guise, s’étaient imposés à des esprits qu’ils avaient entrepris de modeler en fonction de leurs besoins, et c’est à partir de ces habitudes que la population réagit face à l’institution nouvelle. Nous avons tendance, à trois ou quatre siècles de distance, à exagérer l’originalité du Saint-Office : il a beaucoup emprunté aux tribunaux qui l’ont précédé. Pris au piège qu’il nous a lui-même tendu, nous l’imaginons indépendant, libéré des contraintes de l’espace-temps, des entraves financières, des limites qu’impose le manque de personnel, tous éléments dont nous tenons un compte scrupuleux lorsque nous traitons d’une autre institution.

  • 4 Voir la bibliographie, pour les travaux de ces auteurs.

4Je ne suis pas le premier à travailler dans cette voie. Richard Greenleaf, Jaime Contreras, Ricardo García Cárcel, René Millar, Solange Alberro, Bartolomé Bennassar, d’autres encore, m’y ont précédé4. Leurs travaux portent sur des tribunaux périphériques — Lima, Mexico, Saint-Jacques, Valence —, où l’éloignement des centres de pouvoir, l’immensité du district, l’existence d’une tradition autonomiste, la présence de minorités inassimilées risquent d’introduire un biais dans l’analyse et de masquer des problèmes importants.

5Il en va autrement à Tolède : nous voici au cœur de l’Espagne, dans une région que l’on suppose parfaitement contrôlée par le pouvoir politique, parfaitement policée, où les juifs convertis à la fin du XVe siècle furent rapidement assimilés, les morisques juste assez nombreux pour fournir au chercheur un point de comparaison sans monopoliser l’attention, où pendant une longue période l’essentiel de la « clientèle » du tribunal fut composé de « braves gens », parfaitement intégrés à la culture chrétienne la plus orthodoxe, dont le seul tort était de n’avoir pas compris à temps les nouvelles exigences d’un clergé tridentin avant la lettre. Ajoutons que Tolède est l’un des rares tribunaux de province dont les archives sont conservées, où le chercheur n’est pas obligé de se contenter des papiers du Conseil, et que le district présente une physionomie très variée, renfermant tous les types sociaux, tous les genres d’agglomérations, de la capitale au plus petit village, de la ville industrielle au bourg agricole, en passant par le centre tertiaire qu’est la Cour.

6J’ai renoncé à étudier pour eux-mêmes les morisques et les descendants de juifs, qui n’apparaissent dans mon travail qu’en tant que leur présence a eu de l’influence sur l’action inquisitoriale à l’égard des vieux-chrétiens. Faute de compétence d’abord, car pour vraiment traiter le sujet il est nécessaire de connaître profondément l’islam et le judaïsme. Par choix scientifique aussi. Lorsque l’Office s’intéresse aux minorités religieuses, en effet, les rôles sont d’emblée définis : on s’installe dans une relation d’hostilité. Les acteurs, certes, n’en sont pas prisonniers : j’ai même été surpris par la variété des attitudes possibles, des deux côtés ; leur spontanéité n’en est pas moins brisée. Face aux chrétiens de souche, à l’inverse, et, plus encore, aux vieux-chrétiens espagnols, toute la gamme des expressions, toutes les nuances sont permises, pratiquement sans limite : pour étudier les relations entre le tribunal et son public, la palette est plus riche.

7J’ai décidé de ne pas traiter du rôle de l’Inquisition dans la censure des livres et de réduire au minimum l’examen de celui qu’elle a joué dans la surveillance des intellectuels et dans la répression de l’illuminisme. Pour des raisons matérielles, faute de temps, les compétences requises en ces domaines étant assez différentes de celles que réclame ce dont il a été question jusqu’ici. Parce qu’aussi il est difficile de parler de tels sujets dans le cadre d’une circonscription particulière : c’est au niveau national que se définit la politique du Saint-Office en ce qui les concerne et son activité est presque totalement centralisée entre les mains de la Suprema ou de l’inquisiteur général ; c’est donc le pays tout entier que le chercheur doit embrasser : les sources, les méthodes de travail seront de nature différente.

Notes

2 Et quoi qu’en aient des chercheurs qui, trompés par ces déclarations de principe, se refusent à voir cette variété. Est typique de ce point de vue l’introduction de Louis Sala-Molins au Directorium... d’Eymerich et Peña : L. Sala-Molins, éd., Le manuel des inquisiteurs, Paris, Mouton, 1973, p. 7-10.

3 William E. Monter et John Tedeschi, « Toward a Statistical Profile of the Italian Inquisitions, sixteenth to eighteenth centuries », in : Gustav Henningsen et alii, dir., The Inquisiton in Early Modem Europe. Studies on Sources and Methods, Dekalb, Northern Illinois University Press, 1986, p. 130-157.

4 Voir la bibliographie, pour les travaux de ces auteurs.

© Casa de Velázquez, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540