Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Église d'Espagne sous le Patronage Royal (1476-1834)

 | 
Christian Hermann

Chapitre xii

La carrière ecclésiastique sous le patronage concordataire

Texte intégral

1Le recrutement du clergé espagnol sous le régime concordataire justifierait une ample étude socio-culturelle. Dans le cadre de notre sujet, un sondage suffit à dégager ses caractères généraux. Délaissant les simples bénéficiers, nous avons retenu les deux catégories des curés et des prébendiers ; les premiers en raison de leurs responsabilités pastorales et de l’intérêt que leur portent les gouvernants ; les seconds en raison de leur rang comme de leur influence dans l’administration diocésaine.

Les curés

  • 1 A.H.N., Cons. Supr., 1784-1785 : L 15.416, 15.417, 15.419.
    1804-1805 : L 15.489, 15.490, 15.493.
    1824 (...)

2Les curés sont abordables par les ternas que les évêques adressaient à la chambre de Castille à l’issue des concours. Malgré de nombreuses pertes, ces fiches signalétiques des sujets proposés à la nomination royale deviennent abondantes dans les archives du patronage, à partir de 1780 Nous avons retenu trois étapes de deux ans à une génération d’intervalle. La première, en 1784-1785, date de la promulgation du premier règlement national des concours d’accès aux cures, porte sur deux-cent douze promus, de huit diocèses : Astorga, Avila, Osma, Oviedo, Saint-Jacques, Ségovie, Sigüenza Tolède. La seconde, en 1804-1805, à la veille de la guerre d’Indépendance, affecte quatre-cent-quarante-quatre promus, de quatorze diocèses : Avila, Calahorra, Carthagène, Grenade, Mondoñedo, Osma, Oviedo, Palencia, Ségovie, Séville, Sigüenza, Tolède, Tuy et Zamora. La troisième, en 1824-1825, au lendemain de la secousse révolutionnaire du Trienio liberal, concerne trois-cent cinquante promus, de douze diocèses : Astorga, Calahorra, Ciudad Rodrigo, Cordoue, Cuenca, Léon, Lugo, Plasencia, Saint-Jacques, Ségovie, Sigüenza et Tolède.1

3On voit que l’échantillon manque d’homogénéité, car une partie des diocèses d’une étape seulement, se rencontre à l’autre ; il fallait choisir entre un sondage synchronique ou un sondage territorial. En outre, chaque diocèse, souvent chaque évêque, a ses usages de chancellerie. Les divers éléments d’une carrière sont soigneusement notés, négligés ou omis, de sorte que leur fréquence « nationale » ne porte pas toujours sur tous les diocèses de l’étape considérée, et n’a donc qu’une valeur indicative.

4Il est essentiel de garder présentes à l’esprit quelques particularités du recrutement des curés sous le régime concordataire. Aux postes vaquant durant les mois réservés, le roi nomme toujours le sujet classé premier sur la terna ; il n’est pas d’exemple qu’il ait agi autrement. Le libre choix du souverain étant proclamé, l’usage gracieux laisse la décision aux évêques, qui savent bien que leur préférence sera respectée. Le concours s’impose non seulement pour entrer dans le corps des curés, mais encore à chaque changement de poste, par promotion ou mutation, à la seule exception des permutations par licence royale. La carrière des curés espagnols progresse comme celle des mandarins chinois, de concours en concours jusqu’à la soixantaine sonnée. Le concours procède à des éliminations successives. Le premier barrage, facile à franchir, est l’habilitation à la cura animarum, qui autorise le service auxiliaire comme économe, teniente, ou vicaire nutuel. Le second est l’admissibilité à l’issue des épreuves, qui autorise à postuler aux cures vacantes. Le troisième et le quatrième ne relèvent plus de la décision du jury, mais du choix de l’évêque : classement sur les ternas en second ou troisième rang, qui est une admissibilité effective, aussi honorable qu’inutile ; classement au premier rang, qui donne le poste. Choix souverain mais non arbitraire, car le classement des prélats respecte presque toujours la notation du jury, et la préférence aux diocésains.

5La procédure des éliminations successives n’est effective que lorsque les candidats sont nombreux. Il suffit que le rapport des candidats aux postes mis au concours tombe à six, pour que la moitié des candidats soient classés sur des ternas complètes. On constate une chute du taux de couverture des ternas de 1784-1785 à 1824-1825. Nous appelons taux de couverture des ternas le rapport entre le nombre des sujets classés et celui des sujets classables afin que toutes les ternas du concours soient complètes. En 1784-1785, le taux de couverture est de 92,09 % ; il atteint 100 % en quatre diocèses sur huit, excède toujours 80 %. En 1804-1805, il descend à 74,30 %, se maintient à 100 % en cinq diocèses sur quatorze, est inférieur à 80 % en six. En 1824-1825, il tombe à 55,98 %, est inférieur à 70 % en sept diocèses sur douze. Conformément à la législation royale, les évêques soumettent toujours trois noms par poste, mais seuls les sujets classés en premier rang sont différents ; ceux classés seconds ou troisièmes le sont, en proportion variable, souvent au premier rang, à plusieurs postes.

6Que signifie l’effondrement du taux de couverture des ternas ? Les lettres des prélats qui accompagnent les listes des candidats classés contiennent quelques indications. Bien qu’elles ne soient pas à proprement parler des rapports de concours, elles déplorent invariablement l’inexorable baisse du niveau des candidats. Quelques unes précisent leur nombre. Il révèle une nette corrélation entre le rapport des candidats aux postes mis au concours, et le taux de couverture des ternas. Le premier est de 6,11 à Osma en 1784, de 6,75 toujours à Osma en 1804, de 5,45 à Zamora en 1805, enfin de 4,66 à Cuenca en 1825. Le second s’établit respectivement à 100 %, 100 %, 93,94 % et 76,92 %. Le taux de couverture des ternas oscille entre 35 et 65 % à Ségovie en 1805, à Léon en 1824, à Astorga, Ségovie et Sigüenza, en 1825. On compte dans les mêmes diocèses aux mêmes dates 1,95 à 2,65 candidats par poste mis au concours. La volonté des évêques de maintenir le niveau des concours est manifeste, mais ils sont loin d’effectuer une sélection rigoureuse, si l’on considère qu’à trois candidats par poste tous les concurrents devraient être admissibles et classés pour former des ternas complètes. Le fait essentiel est la crise des vocations, que la correspondance épiscopale n’évoque jamais.

7Le revenu moyen des cures s’accroît entre 1784-1785 et 1804-1805 ; il régresse à un niveau tout de même supérieur au point de départ de 1804-1805 à 1824-1825. Son évolution est commandée par l’inflation du règne de Charles IV, suivie au lendemain de la guerre d’Indépendance par la déflation de la Restauration. Les effets de la revalorisation des cures par la réforme bénéficiale paraissent secondaires. L’élément de stabilité est la majorité relative des postes, —40 à 50 %— d’un revenu compris entre trois mille et six mille réaux.

8Quelle est la formation intellectuelle des clercs promus aux cures ? La quasi-totalité a suivi des études supérieures (estudios mayores) : 86,79 % en 1784-1785, 83,29 % en 1804-1805, 95,14 % en 1824-1825. Au fil du temps, les disparités diocésaines s’atténuent. Les études supérieures regroupent à l’époque l’actuel second cycle du second degré, couronné par le baccalauréat, et les cycles d’études universitaires sanctionnés par la licence, la maîtrise et le doctorat. Elles débutent au collège local tenu par les ordres réguliers, se poursuivent au séminaire et à l’université. Etudes supérieures n’est pas synonyme d’études universitaires, car nombre de clercs espagnols abordent la théologie, le droit canonique, dans les collèges locaux. Ils ne fréquentent les collèges universitaires qu’au terme de leurs études, ou s’inscrivent à l’université quelques semaines seulement avant de passer les examens. En 1784-1785, les trois-quarts des promus aux cures ont achevé leurs études à l’université, sans passer par le séminaire. La proportion est encore des deux tiers en 1804-1805. Jusqu’à cette date, une minorité n’est pas allée au-delà des collèges réguliers locaux ou des séminaires. Elle se partage pour moitié entre les premiers et les seconds en 1784-1785, mais les séminaires l’emportent à six contre un vingt ans plus tard. Avec près des deux tiers des sujets qui l’ont fréquenté, le séminaire est en passe, en 1824-1825, de devenir le cadre obligatoire de formation des curés. Victoire tardive et difficile, car la majorité des séminaristes en 1784-1785, le tiers encore en 1804-1805, fréquente parallèlement l’université ou en obtient les grades.

9La théologie est la discipline reine, étudiée par l’écrasante majorité. En 1784-1785, plus de la moitié des sujets sont également formés par la philosophie, un gros tiers par les arts. Les disciplines juridiques attirent moins de huit pour cent des futurs curés aux deux termes chronologiques, mais curieusement, près de vingt-neuf pour cent en 1804-1805. L’essor de la philosophie et la disparition progressive des arts homogénéisent les formations suivies dans les divers diocèses sur le couple philosophie-théologie en vigueur dans les séminaires.

  • 2 On compte un gradué en quatre matières, en 1784-1785 ; trois gradués en trois matières, un gradué e (...)

10La proportion des diplômés passe d’un petit tiers en 1784-1785 à presque la moitié en 1804-1805 ; elle chute au cinquième en 1824-1825. Le rapport des diplômés en deux disciplines aux gradués en une seule, passe de deux pour un, à un pour quatre, puis un pour cinq2.

11Le baccalauréat est le grade ordinairement obtenu; les licences et les doctorats ne représentent qu'un sixième des plus hauts grades obtenus en une matière, un quart au mieux en 1804-1805.

12Plus de la moitié des grades sont obtenus en théologie, suivie en 1784-1785 par les arts (un gros tiers), en 1804-1805 par la philosophie et le droit canonique (un septième chacun), en 1824-1825 par le droit canonique (presqu’un quart).

13La Restauration s’accompagne d’une réduction de l’éventail des matières étudiées et d’un effondrement de la proportion des diplômés. C’est bien avant que débute la réduction de la durée moyenne des études supérieures. Il convient de préciser que les sources cumulent le temps des études et d’une éventuelle carrière enseignante. Au cours des trois étapes considérées, la proportion de ceux qui ont fait cinq à neuf ans d’études monte de 23,62 à 40,19, puis à 70 %, tandis que ceux qui en comptent dix à quatorze baissent de 68,50 à 58,88, puis 21 %. La décadence de la formation intellectuelle des curés espagnols est imputable aux désordres de la guerre d’Indépendance et de la révolution du Trienio liberal, autant qu’à la rupture avec l’université et à la formation close des séminaires. La vie de maquisard, patriote ou volontaire royaliste, est difficilement compatible avec des études suivies.

14La répartition entre « anciens » : curés et tenientes en exercice, et « nouveaux » : candidats à un premier poste, autrement dit, le partage entre la promotion interne et le tour extérieur, est avec la formation intellectuelle la caractéristique essentielle du recrutement des curés. Equilibrée et stable, cette répartition donne l’avantage aux « anciens » sur les « nouveaux » :

15La carrière des bénéficiaires du tour intérieur peut être saisie par les mentions fréquentes de leur ancienneté dans la cure d’âmes et du nombre de postes qu’ils ont occupé à la veille du concours. Elles confirment l’impression de stabilité et d’équilibre. Les évêques maîtrisaient bien le déroulement des carrières. Les sujets ayant moins de dix ans de ministère paroissial et ceux qui en comptent dix à vingt-quatre, représentent également autour de quarante-cinq pour cent des curés et tenientes promus, d’un terme chronologique à l’autre.

16Parallèlement, la moitié occupaient leur premier poste, (soixante pour cent en 1804-1805) ; autour de trente pour cent leur second, (quarante pour cent en 1824-1825). Les détenteurs d’un troisième ou quatrième poste tombent de 15,70 à 10,16, enfin à 6,25 %.

17La proportion d’« anciens » a une forte incidence sur l’âge moyen des promus. On ne s’étonnera pas qu’en 1784-1785 et 1804-1805, les trois-cinquièmes aient moins de trente-cinq ans, un bon tiers de trente-cinq à quarante-neuf ans, près de six pour cent cinquante ans ou plus. Le recrutement vieilli de 1824-1825 donne les proportions de 45,91 % pour le premier et le second groupe, de 8,17 % pour le troisième.

18« Anciens » ou « nouveaux » peuvent être envisagés sous d’autres voies de carrière, il est vrai toujours minoritaires, et absentes par omission ou non, des ternas de plusieurs diocèses. En 1784-1785, près du quart s’étaient engagés dans la carrière enseignante, la plupart comme substituts ou régents de chaires, quelques uns par l’accès aux charges et titres distinctifs des collèges, séminaires ou universités. La proportion décline à un neuvième en 1804-1805, à 7,42 % en 1824-1825.

19Au fil du temps, la proportion de ceux dont la carrière enseignante s’est déroulée au séminaire, et non à l’université ou dans les collèges locaux, monte de 3,84 à 40, puis à 89,47 %. Le phénomène confirme la rupture avec l’université révélée par la formation intellectuelle.

20Deux diocèses comptent 13,88 % de bénéficiers simples en 1784-1785 ; sept en comptent 8,28 % en 1804-1805 ; trois, 11,25 % en 1824-1825. Les autres emplois n’apparaissent qu’exceptionnellement, en des proportions infimes. Seuls méritent d’être signalés les officiers des administrations diocésaines, qui forment 4,76 % des promus, de trois diocèses en 1784-1785, de six en 1804-1805.

21Le dernier point essentiel à considérer est le caractère national ou local du recrutement. Quelle position les jurys et les évêques ont-ils prise dans la controverse des concours ouverts ou fermés ? La formation intellectuelle entraîne une relative mobilité géographique. En 1784-1785 un tiers seulement des futurs curés ont suivi toutes ou partie de leurs études hors du diocèse où ils sont admis. La proportion s’élève à plus de la moitié en 1804-1805, régresse à moins de la moitié en 1824-1825. La moyenne recouvre des disparités diocésaines considérables.

22L’examen des lieux de naissance manifeste une ouverture moindre, mais plus générale, aux étrangers. Leur proportion, proche de 30 % en 1784-1785, décline aux alentours de 22 % au dix-neuvième siècle. Par contre, les offices et emplois détenus à la veille du concours, la plupart, cures ou tenencias, se localisent presque toujours dans le diocèse de promotion.

23Le fait éclaire le modus-vivendi implicite instauré entre les évêques espagnols et leur clergé : ouverture aux étrangers pour l’entrée dans le corps des curés du diocèse, fermeture aux curés des autres diocèses, promotion exclusivement réservée aux curés du diocèse, natifs ou reçus

Les prébendiers

24La section Gracia y Justicia des Archives de Simancas conserve la documentation relative aux prébendiers présentés par le patronage concordataire. Lacunaire avant 1760, elle est inégalement conservée d’une année sur l’autre jusqu’à la décennie 1780. Afin de pallier à cet inconvénient, notre sondage débute sur une plage chronologique large : 1760-1765. Une génération plus tard, le point de départ est dicté par l’instruction à la chambre de Castille en matière de provisions ecclésiastiques, du 24-9-1784 ; l’interruption de la série impose le point terminal. Donc, 1785-1788. Aux deux termes, trois-cent-trente et un sujets sur six ans, trois-cent soixante-dix-sept sur quatre, soit une moyenne annuelle de soixante-six et quatre-vingt-quatorze, respectivement.

25Les trois-quarts des postes ont été pourvus par consulte, un quart en vertu du droit de résulte. La procédure de la consulte s’applique aux postes vacants par décès. Au vu du curriculum-vitae imprimé des candidats : la relación de méritos, et des rapports des évêques signalant les sujets dignes d’accéder aux prébendes : les informes secretos, la chambre de Castille procède à un double classement des candidatures. Elle retient d’abord trois noms, classés en premier, second et troisième rang, par le vote unanime de la chambre. Chaque conseiller peut ensuite proposer tous autres candidats en premier, second ou troisième rang par vote particulier. La consulte résume le curriculum-vitae des postulants retenus en un gros paragraphe, dans l’ordre de leur classement. Elle est adressée au souverain par son confesseur, qui par une annotation marginale, confirme le choix unanime de la chambre, ou propose un autre sujet. Le roi présente normalement le candidat classé en premier rang par la chambre, mais il élit un candidat classé en rang inférieur dans 23,97 % des cas en 1760-1765, 30,18 % en 1785-1788, sans faire grand cas de l’avis de son confesseur. Ces chiffres manifestent l’attention personnelle que Charles III prêtait au recrutement des chapitres.

26La procédure de résulte s’applique aux postes vacants par présentation royale à un autre emploi. La chambre de Castille soumet au souverain la liste des candidatures agréées, sans classement. Les résultes se caractérisent encore par des curriculum-vitae abrégés en raison de leur nombre. L’obtention d’une prébende exige de la persévérance, puisque 46,52 % des promus en 1760-1765, 39,78 % en 1785-1788 avaient fait une ou plusieurs tentatives malheureuses dans les années antérieures.

27La distribution des prébendes selon le revenu est stable ; un peu plus des deux-tiers valent entre trois mille et douze mille réaux par an ; un huitième à un douzième moins de trois mille, entre douze et vingt mille, ou plus de vingt mille.

28La distribution par catégories respecte la hiérarchie institutionnelle, à l’exception des chapellenies royales, d’un rang très supérieur à leur revenu. En 1760-1765, près des deux-tiers des rations et plus de la moitié des canonicats des collégiales ont une rente inférieure à trois mille réaux, la tranche 3.000-6.000 réaux compte moins de la moitié des chapellenies royales, plus de la moitié des rations des cathédrales ; les trois-quarts des canonicats des cathédrales valent entre six et douze mille réaux ou plus de vingt mille ; plus de la moitié des dignités des cathédrales ont un revenu supérieur à douze mille ou vingt mille réaux. Les dignités des collégiales ont une distribution large, avec des fréquences relatives supérieures aux extrêmes : moins de trois mille, entre douze et vingt mille réaux.

29En 1785-1788, les trois-quarts des rations des collégiales valent moins de trois mille réaux ; la tranche 3.000-6.000 réaux rassemble près de 70 % des canonicats des collégiales, moins de la moitié des rations des cathédrales et 60 % des chapellenies royales ; près des deux-tiers des dignités des cathédrales ont six à vingt mille réaux de rente, tandis que la proportion des canonicats dans les tranches 6.000-12.000 et plus de 20.000 atteint 80 %. Le spectre de distribution des dignités des collégiales se rétrécit : 60 % ont trois à six mille ou douze à vingt mille réaux de revenu.

30Comme les curés, les prébendiers commencent leurs études supérieures au collège local tenu par des réguliers. Un septième d’entre eux ne les poursuivra pas plus avant, tandis que près de 70 % fréquenteront l’université ou en obtiendront les grades. Le séminaire n’attire que quelques individus. Au total, plus de 80 % ont suivi des estudios mayores. C’est une valeur minimale, car la documentation omet fréquemment de mentionner les études lorsqu’elles ne sont pas couronnées par un grade.

31Les disciplines les plus étudiées sont la théologie puis la philosophie. Elles sont suivies de près par les matières juridiques, droit canonique, droit civil, deux-droits, enfin par les arts. D’une date à l’autre, les deux-droits progressent considérablement, au point de dépasser le droit civil en net déclin, et de reléguer les arts de l’avant-dernier au dernier rang. On constate un progrès global du couple philosophie-théologie, une stagnation des disciplines juridiques. En 1760-1765, les matières étudiées sont un critère discriminant du recrutement. L’accès aux chapellenies royales, aux canonicats et dignités des cathédrales donne l’avantage aux disciplines juridiques. La philosophie et la théologie pré-orientent vers les postes des collégiales et les rations des cathédrales. L’accès aux rations des collégiales s’accommode d’une proportion nettement supérieure de non universitaires et d’artiens. Vingt-cinq ans plus tard, ces distinctions ont disparu ; elles ne subsistent qu’à propos du droit canonique. La formation des prébendiers s’homogénéise.

  • 3 On compte un gradué en trois matières, un en quatre, en 1760-1765 ; trois gradués en trois matières (...)

32En 1760-1765, plus de la moitié des promus sont gradués de l’université ; le rapport des diplômés en deux matières aux gradués en une seule est de 1 à 2,303. On compte par conséquent deux-cent trente et un plus hauts grades par matière pour cent soixante-quinze gradués. Les grades se décomposent en trois dixièmes de baccalauréats, deux dixièmes de licences et maîtrises, presque la moitié de doctorats. La théologie et le droit canonique se détachent nettement, en cumulant à égalité un tiers des diplômes. Si la détention de grades est un critère général d’accès aux prébendes, leur nature et leur niveau sont différentiels. Le baccalauréat, la philosophie, suffisent à obtenir les rations et les canonicats des collégiales, les rations des cathédrales. Les postes supérieurs et les chapellenies royales tendent à imposer la licence ou le doctorat, et les disciplines juridiques. Les arts et la théologie sont indifférents.

33En 1785-1788, l’exigence du diplôme se renforce, portant la proportion des gradués à plus de 60 %. Le rapport des diplômés en deux matières aux gradués en une seule s’établit à 1 pour 2,44. On compte trois cent huit grades pour deux cent trente-quatre gradués. Leur distribution par matières et par niveaux manifeste de faibles variations. Les licences déclinent à un septième, les doctorats dépassent 55 % ; les deux-droits progressent fortement au détriment du droit civil. Le droit canonique descend au-dessous des trois dixièmes. L’évolution la plus remarquable est la disparition du rôle discriminant de la nature et du niveau des grades. Elle confirme l’uniformisation de la formation intellectuelle des prébendiers, sans concession sur la qualité.

34C’est bien avant la fin de ses études que le jeune clerc qui aspire aux prébendes de présentation royale doit organiser sa carrière. Trois filières s’offrent à lui, parfaitement compatibles, qu’il peut suivre simultanément ou successivement. La première est la carrière enseignante, plus exactement l’enseignement et l’administration scolaire ou universitaire. La carrière ecclésiastique débute par la grande porte : l’entrée immédiate dans un chapitre, ou suit le détour ingrat mais souvent fructueux des emplois infra-capitulaires. La troisième est l’administration diocésaine, au service de l’évêque et du chapitre cathédral, mais aussi à l’échelle du partido d’une grande collégiale ou d’un territoire exempt. Ses nombreux emplois sont attribués en commission précaire, pour une ou quelques années. On alterne ou on cumule un ou plusieurs mandats d’examinateur synodal, de procureur, de chargé de mission, de proviseur capitulaire ou diocésain, de gouverneur, de vicaire-général, de visiteur-général, de secrétaire de chambre, théologien-consultant, ou aumônier de l’évêque, de juge ou officier des multiples tribunaux et juridictions ecclésiastiques, d’administrateur des dîmes diocésaines, capitulaires ou épiscopales, de juge-subdélégué et sous-collecteur des « trois grâces » (cruzada, subsidio, escusado), des dépouilles et vacances, des mesadas et demi-annates, etc... Les prébendiers ont vocation à exercer ces charges ; elles sont une obligation de leur état. Mais on devine qu’elles sont une bonne clé d’entrée dans les chapitres pour les jeunes gens appliqués, disposés à remplir des tâches trop accaparantes pour de vieux chanoines fatigués.

35La carrière enseignante permet un passage graduel de la condition étudiante à la vie professionnelle. Cette indistinction durable explique l’ambigüité du concept d’estudios mayores, qui dans l’esprit des contemporains et dans nos sources, désigne les études et la carrière enseignante, et additionne par conséquent leurs durées. L’étudiant avancé est fréquemment lecteur, répétiteur, régent des études d’un collège universitaire ; assistant de ses maîtres, il est chargé des cours du premier cycle comme substitut de chaire. La qualité de colegial mayor, mais aussi d’autres charges et titres, lui confèrent des responsabilités dans la direction des collèges universitaires. Les régents de chaires, les directeurs des collèges pré-universitaires et des séminaires, les recteurs des universités, sont clairement engagés dans la carrière. Leurs emplois, ainsi que les nombreux titres distinctifs et charges des universités, sont généralement exercés par commission temporaire, comme les offices de l’administration diocésaine. Nous avons regroupé les sujets engagés dans la carrière universitaire en quatre catégories. Les catégories des substituts de chaires, des charges ou titres d’un collège universitaire, correspondent aux étapes initiales, proches de la condition étudiante. La première englobe les enseignants non titulaires, auxiliaires ou contractuels, des collèges locaux, des séminaires et des universités. Les catégories des régents de chaires, des charges ou titres d’un collège pré-universitaire, d’un séminaire ou d’une université, correspondent aux étapes d’une carrière avancée. Elles rassemblent les personnels enseignants et administratifs des établissements de toute catégorie, qui exerçaient en titre.

36La proportion des sujets qui ont parcouru une ou plusieurs étapes de la carrière enseignante varie peu ; plus de 30 % en 1760-1765, moins de 30 % en 1785-1788. Les quatre catégories sont assez également représentées. L’enseignement au titre d’auxiliaire, les charges et titres distinctifs des collèges universitaires, sont presque toujours des traits biographiques passés. Au contraire, les régents de chaires, les détenteurs de charges ou titres des collèges, séminaires et universités, sont aussi nombreux à exercer leurs emplois à la veille de leur promotion, qu’à les avoir quittés. En 1760-1765, la carrière enseignante instaure un net clivage entre les collégiales et les chapellenies royales, qui ne l’exigent guère, et les postes des cathédrales qui la requièrent avec une haute fréquence. L’université jouit d’une quasi-exclusivité. Vingt-cinq ans plus tard, les critères d’orientation sont remodelés. Les professeurs en titre ont un accès privilégié aux canonicats des cathédrales et aux chapellenies royales ; les charges ou titres des collèges locaux, séminaires et universités, favorisent l’accès aux canonicats des cathédrales ; les catégories de début de carrière, traits biographiques passés, conduisent préférentiellement, selon l’âge ; aux rations des collégiales et aux dignités des cathédrales. Enfin, les professeurs et directeurs des séminaires font irruption dans les chapitres. Ils forment 28,70 % de l’effectif des promus engagés dans la carrière ecclésiastique, 19,44 % si l’on s’en tient à ceux qui ont exercé dans les séminaires exclusivement.

37La durée d’estudios mayores : études supérieures et carrière enseignante, évolue considérablement d’une génération à l’autre. En 1760-1765, elle se distribue également sur quatre des cinq tranches retenues : 18 à 25 % des sujets ont moins de dix, dix à quatorze, quinze à dix-neuf, vingt à vingt-quatre ans d’études ; un huitième en a vingt-cinq et plus. Par contre la distribution par catégories de postes est extrêmement hiérarchisée. Les sujets qui ont moins de quinze ans d’études obtiennent 90 % au moins des rations et canonicats de collégiales 50 à 60 % des rations de cathédrales, dignités de collégiales et chapellenies royales, 20 à 30 % des canonicats et dignités de cathédrales. À l’inverse, ceux qui ont vingt ans d’études au moins, obtiennent 40 à 45 % des canonicats et dignités de cathédrales, le quart des dignités de collégiales et des rations de cathédrales, un sixième des chapellenies royales ; ils sont absents des rations et canonicats de collégiales. En 1785-1788, la tranche inférieure à dix ans tombe à un septième des cas, celle de dix à quatorze ans dépasse le tiers, les durées égales et supérieures à vingt-cinq ans atteignent 19 %. La situation est inchangée pour les canonicats des cathédrales ; 22 % de leurs détenteurs ont moins de quinze ans d’études, 55 % vingt ans ou plus. Le recrutement des autres postes, y compris les dignités de cathédrales, est uniformisé sur des proportions quasi identiques, mais inversées : moins de quinze ans d’études pour 50 à 60 % des promus, vingt ans et plus pour 20 à 30 %. L’homogénéisation du corps des prébendiers n’est pas un nivellement par le bas.

38Il ne suffit pas d’accumuler les grades et les titres, il faut encore choisir une bonne université, faute de quoi les efforts risquent d’être vains. Les études et la carrière enseignante des prébendiers se déroulent dans vingt-six universités. Le faible taux de fréquentation, générale et différentielle par catégorie de poste, de la plupart d’entre elles, nous invite à les étudier globalement, sans distinction de dates. Cinq ont été fréquentées par 6,60 à 10,75 % des promus ; onze par 2,25 à 4,70, dix par 0,40 à 1,70 %.

39Le rayonnement des universités se mesure plus exactement par la réussite professionnelle de ceux qui les ont fréquentées. La proportion relative des postes de diverses catégories obtenus par les anciens étudiants et enseignants est éclairante. Cinq établissements se détachent nettement. Leurs anciens dédaignent les collégiales, ils sont plus nombreux à occuper canonicats et dignités des cathédrales. Il s’agit d’Alcalá, d’Avila, Oviedo, Salamanque et Valladolid, toutes situées dans le quadrant nord-ouest de l’Espagne.

40À peu de distance, Huesca, en Aragon, Murcie, dans le Levant, Osuna, en Andalousie, assurent un accès privilégié aux canonicats des cathédrales et aux dignités des collégiales. En position médiane, six universités conduisent indifféremment aux cathédrales et aux collégiales : Cervera, en Catalogne, Irache, en terres basco-navarraises, Gandie, dans le Levant, Saragosse, en Aragon, Sigüenza, en Nouvelle Castille, enfin le collège espagnol de Bologne, dans les États pontificaux.

41Le rang médiocre de Baeza, Majorque, Orihuela, Osma, Saint-Jacques et Tolède, autorise l’accès aux cathédrales comme aux collégiales, mais laisse peu de chances d’obtenir les dignités. Les anciens de Cordoue, Grenade, des Reales Estudios San Isidro de Madrid, d’Oñate, de Séville, obtiendront au mieux un canonicat de collégiale ou une ration de cathédrale.

42La hiérarchie des carrières ultérieures corrige sensiblement celle de la fréquentation. D’autres correctifs s’imposent. Les chapellenies royales ont une filière propre ; on en fait le siège dans les universités de Grenade, Séville, Tolède, villes d’implantation des principales chapelles royales, et au collège espagnol de Bologne. Le jeune clerc et sa famille peuvent manquer de ressources pour payer la fréquentation des universités prestigieuses et leurs grades. Il peut alors étudier dans l’université cotée et passer les grades dans un centre plus modeste, moins onéreux ; au pire, y faire également ses études. Il peut à l’inverse étudier dans une université de second rang, et passer les grades en un lieu avouable. Lorsque quelques années plus tard, sa situation personnelle ou familiale s’est améliorée, il fait incorporer les diplômes obtenus en un lieu obscur à Salamanque, Valladolid, Alcala, ou Avila. Les universités basco-navarraises d’Irache et d’Oñate étaient de prospères officines de délivrance de grades bon marché. En dépit des apparences, il n’en allait pas de même pour Avila, dont l’enseignement théologique et de droit canonique était fort réputé.

43La carrière ecclésiastique infra-capitulaire distingue quatre groupes : les curés et tenientes, les simples bénéficiers et chapelains, les chapelains aux armées et flottes de combat, les curés, chapelains et administrateurs, des hôpitaux, hospices et prisons. La faveur que le patronage royal manifeste à leur égard ne se mesure pas au seul nombre de prébendes qui leur sont attribuées. Il faut le pondérer par la considération que les deux premiers groupes forment la masse du bas clergé espagnol, tandis que les effectifs des deux derniers sont très réduits. D’une date à l’autre, la proportion de curés double, passant d’un à deux cinquièmes. En 1760-1765, ils ont vocation à occuper les canonicats des collégiales. En 1785-1788, leur distribution relative s’égalise, ne laissant qu’un léger avantage aux rations et canonicats des collégiales. Le groupe des simples bénéficiers et chapelains profite d’une moindre progression : du onzième au huitième des promus. Us ont un accès préférentiel aux rations et canonicats des collégiales, ainsi qu’aux rations des cathédrales. Les chapelains aux armées reçoivent autour de deux et demi pour cent des prébendes, mais en 1760-1765, 11,76 % des dignités de collégiales et 4,65 % des canonicats. La proportion du clergé des hôpitaux et hospices oscille autour de 5,25 %. Us jouissent d’une nette préférence aux canonicats des collégiales en 1760-1765, d’un simple avantage aux rations des cathédrales aux deux termes chronologiques. L’évolution essentielle : l’ouverture massive aux curés, à tous les degrés de la hiérarchie, est la cause majeure de la meilleure place faite à la carrière infra-capitulaire, suivie par un gros tiers des promus en 1760-1765, par plus de la moitié à la génération suivante. Les chiffres rassemblent les clercs qui occupent un emploi infra-capitulaire à la date de leur candidature, et ceux qui l’avaient occupé. Si l’on s’en tient aux situations actuelles à la veille de la présentation royale, les faits sont les mêmes, seule leur ampleur diminue. On compte encore un quart puis deux cinquièmes au total, dont 12,99 % puis 28,65 % de curés.

44Le tour intérieur : promotion et mutation du clergé capitulaire, affecte 38,67 % des postes en 1760-1765 ; 24 à 28 % des canonicats de collégiales, des chapellenies royales, des rations de cathédrales ; 43 à 70 %, suivant une progression régulière, des canonicats de cathédrales, des dignités de collégiales, et des cathédrales. Les rations des collégiales sont toutes pourvues au tour extérieur. Vingt-cinq ans plus tard, la moitié des postes sont attribués au tour intérieur ; un neuvième des rations de collégiales, un quart des canonicats de collégiales et des rations des cathédrales, deux cinquièmes des chapellenies royales, trois cinquièmes des canonicats des cathédrales, plus des quatre cinquièmes des dignités des deux catégories. L’extension du tour intérieur se fait au bénéfice exclusif du personnel des collégiales, des chapelains de chœur et rationnaires des cathédrales. Ils passent de la moitié à moins des deux tiers de l’effectif, tandis que celui des chapelains royaux, des chanoines et dignitaires des cathédrales décline légèrement en valeur absolue. Le mouvement normal est une promotion à un poste supérieur, par son rang, son revenu, ou le prestige de son chapitre. Mais on constate un important mouvement de mutations vers des postes de même statut, voire d’apparents déclassements. La raison majeure en est la volonté de rapprochement de la famille et du pays natal. La règle traditionnelle du patronage royal, de préférence aux prébendiers de la même église n’est pas tombée en désuétude, au contraire. Elle s’applique à 58,59 % des provisions en 1760-1765, 65,26 % en 1785-1788.

45L’administration diocésaine est de loin la principale activité para-ecclésiastique. Plus du tiers des sujets en 1760-1765, des deux cinquièmes en 1785-1788, ont suivi cette voie de carrière. Référence appréciée, elle établit une nette discrimination entre les rations et les canonicats des collégiales, qui la requièrent peu, et les dignités de collégiales, les canonicats et dignités des cathédrales, les chapellenies royales, auxquelles elle donne un accès privilégié. Les rations des cathédrales sont à la charnière des deux groupes. Le personnel de l’Inquisition, actif ou honoraire, fournit 2,4 % des promus, proportion élevée au regard de ses effectifs. Un dixième des sujets exerça ou exerce la profession d’avocat : avocats des conseils du roi, ou près des audiences et chancelleries. On compte enfin d’une date à l’autre, 8,76 puis 14,85 % de membres de sociétés savantes et d’académies, avec une forte proportion de membres fondateurs, de présidents, censeurs et secrétaires. L’évolution de la finalité des académies ou sociétés fréquentées est éloquente. En 1760-1765, 36,66 d’entre elles se vouaient aux belles-lettres, à la philosophie et à la théologie : 46,66 % aux sciences juridiques. Vingt-cinq ans plus tard, les proportions respectives tombent à 17,64 et 15,68 % ; par contre, les sociétés des Amis du Pays, les sociétés économiques et patriotiques, passent de 6,66 à 33,33 %. Progrès de l’esprit des Lumières donc ; oui, mais des Lumières hispanisées, car dans le même temps, les académies de conférences morales pour le clergé passent du dixième au tiers.

46L’âge d’accès aux prébendes de présentation royale concordataire évolue considérablement aux deux termes chronologiques. En 1760-1765, la tranche trente-quarante quatre ans compte la moitié des sujets. Les deux tiers des rationnaires des collégiales ont moins de trente ans ou trente-cinq à trente-neuf ans ; les canonicats des collégiales s’obtiennent entre trente et trente-neuf ans (61,10 % des cas). Les rations des cathédrales ont un spectre plus large mais confèrent un léger avantage à la même tranche de trente à trente-neuf ans (35 % des cas). Les chapellenies royales offrent la répartition la plus égale sur tous les âges. Aux canonicats des cathédrales, l’âge médian se place entre trente en trente-quatre ans, qui quarante à quarante-quatre (52,26 % des cas). Les dignités des collégiales exigent plus d’ancienneté : 42,85 % des promus ont cinquante-cinq à cinquante-neuf ans. De même, les dignités des cathédrales donnent les meilleures chances entre quarante et quarante-quatre ans et de cinquante-cinq à cinquante-neuf (50 %).

47En 1785-1788, l’âge optimal s’est accru de dix ans ; il se place de quarante à cinquante-quatre ans pour 43,32 % des sujets. Si les rationnaires des cathédrales, les rationnaires et chanoines des collégiales, sont plus nombreux parmi les promus âgés de moins de quarante ans, ils se répartissent plus également sur les tranches d’âge supérieur, et se distinguent à peine des dignitaires des collégiales, dont 42,86 % ont quarante à quarante-neuf ans. Les sexagénaires et septuagénaires reçoivent à l’inverse 41,37 % des dignités des cathédrales, 36 % des canonicats, mais encore 28,56 % des canonicats des collégiales. Homogénéisation du corps des prébendiers, élargissement du spectre des âges d’entrée, vieillissement, sont les conséquences de l’ouverture aux curés, au tour extérieur, de l’admission du personnel des collégiales, des chapelains de chœur et rationnaires des cathédrales, au tour intérieur.

48Quelle était la proportion de clercs admis dans les chapitres par la grande porte, c’est-à-dire sans avoir suivi l’une des trois voies normales de carrière ? Notable en 1760-1765, elle devient marginale une génération plus tard. On ne s’étonnera pas que l’accès direct soit une caractéristique durable des rations des collégiales.

49La mobilité géographique des carrières est appréciable à partir de quatre localisations, qui autorisent six corrélations binaires : naissance, études et carrière enseignante, carrière ecclésiastique et para-ecclésiastique, poste obtenu. Les corrélations font apparaître que les études et la carrière enseignante sont le facteur majeur de mobilité inter-diocésaine. Tout se passe comme si, contraints par leurs études à quitter le pays natal, les prétendants aux prébendes de présentation royale organisaient leur carrière suivant une stratégie obstinée de retour au diocèse d’origine. Les effets sont perceptibles bien avant la promotion. Si la localisation de la carrière ecclésiastique s’écarte encore du pays natal en 1760-1765, dès cette date, elle se rapproche du poste convoité. Deux tiers des sujets sont nés, ont obtenu leur poste, ont mené tout ou partie de leur carrière ecclésiastique, hors du diocèse de leurs études et d’une éventuelle carrière enseignante ; un tiers à la moitié ont mené tout ou partie de leur carrière ecclésiastique hors du diocèse natal et du poste obtenu. Il en va de même pour la relation naissance-carrière ecclésiastique en 1785-1788. D’un terme chronologique à l’autre, la mobilité inter-diocésaine diminue fortement, à l’exception de l’entrée dans les études et la carrière enseignante. Un tiers seulement des sujets peuvent les mener à terme sans quitter le diocèse natal.

50En règle générale, les dignitaires manifestent une mobilité supérieure à celle des chanoines et rationnaires. Les corrélations avec les études sont les plus concluantes. Mais la relation carrière ecclésiastique-poste obtenu oppose en 1785-1788 le personnel des collégiales, fortement diocésain, aux chapelains royaux et au personnel des cathédrales, plus mobile. À la même date, la relation de la carrière ecclésiastique au lieu de naissance, montre une mobilité parallèle à la hiérarchie des postes, dans les cathédrales, inverse dans les collégiales. Quant à la relation du lieu de naissance au poste obtenu, elle oppose globalement les collégiales, aux chapelains royaux et aux postes supérieurs des cathédrales.

51Dressons le bilan. Quelques années après l’entrée en vigueur du concordat, le recrutement des prébendiers par le patronage royal était fortement diversifié et hiérarchisé ; il reposait sur la distinction des postes supérieurs et inférieurs. Les chances d’obtenir les premiers augmentaient avec les études juridiques, le doctorat, la carrière universitaire, la carrière dans les curies diocésaines, la qualité de chanoine ou de dignitaire d’une cathédrale, un âge élevé. Vingt-cinq ans plus tard, la mutation est accomplie. Les discriminations de la nature et de la durée des études, des grades qui les couronnent, disparaissent ; la formation intellectuelle s’unifie. Les professeurs et directeurs de séminaires entrent en force, au détriment des universitaires traditionnels ; le tour extérieur s’ouvre plus largement encore aux curés, le tour intérieur accueille le personnel des collégiales et les prébendiers inférieurs des cathédrales. Le critère de l’administration diocésaine reste en vigueur et se renforce, parce qu’il est par excellence celui de la formation professionnelle. Tout ceci sans préjudice pour la qualité du corps ; au contraire, à toutes les étapes la barre est relevée. Bref, le privilège des héritiers est remplacé par le mérite personnel et les états de service. La contrepartie est un vieillissement du corps, de dix ans. Les jeunes chanoines se font rares. En outre, la mobilité géographique des carrières régresse, car si dans l’espérance d’une présentation royale, beaucoup de clercs espagnols sont disposés à quitter la terre natale, tous rêvent d’y mourir.

Notes

1 A.H.N., Cons. Supr., 1784-1785 : L 15.416, 15.417, 15.419.
1804-1805 : L 15.489, 15.490, 15.493.
1824-1825 : L 16.770, 16.772, 16.773, 16.774, 16.776, 16.777, 16.780.

2 On compte un gradué en quatre matières, en 1784-1785 ; trois gradués en trois matières, un gradué en quatre, en 1804-1805 ; un gradué en trois matières en 1824-1825.

3 On compte un gradué en trois matières, un en quatre, en 1760-1765 ; trois gradués en trois matières, deux en quatre, en 1785-1788.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-1.png
Fichier image/png, 218k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-4.jpg
Fichier image/, 64k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-24.png
Fichier image/png, 187k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2005/img-27.png
Fichier image/png, 275k

© Casa de Velázquez, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540