Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Église d'Espagne sous le Patronage Royal (1476-1834)

 | 
Christian Hermann

Chapitre x

La réforme bénéficiale

Texte intégral

Objectifs et méthodes

  • 1 Novis. Rec., 12, T 16, L 1.
  • 2 Novis. Rec., 1 3 et 4, T 16, L 1. Décret du 26-6-1771 pour l'ordre de San Juan ; du 26-7-1771 pour (...)
  • 3 Novis. Rec., 1 8, T 16, L 1.

1Le réforme des bénéfices était depuis la signature du concordat de 1753 un objectif majeur de la politique ecclésiale de la monarchie. Une première circulaire de la chambre de Castille, du 5-7-1758, invita les prélats d’Espagne à dresser des listes de bénéfices incongrus, et à proposer leur union, agrégation ou suppression. Les modalités de l’entreprise seront précisées par la circulaire du 12-6-1769, texte fondamental en la matière, intégralement inséré dans l’ordre de Charles III du 9-3-17771. La réforme bénéficiale sera étendue aux Ordres Militaires par décret du 26-6-17712 ; elle sera rappelée aux Ordinaires par les circulaires de la chambre de Castille des 20-2-1784 et 4-7-17853.

2Les évêques et les prélats exempts la mettront en œuvre conformément aux règles suivantes :

  • Les postes d’une rente supérieure au tiers de la congrue synodale seront agrégés entre eux, ou affectés à la revalorisation des cures incongrues, ou unis à des institutions pieuses, telles que les séminaires, hospices, orphelinats et hôpitaux. Ceux d’une rente inférieure au tiers de la congrue synodale seront réduits en legs pieux.

  • La réduction n’affecte ni les bénéfices unis à des institutions, ni les bénéfices-cures.

  • Les détenteurs des bénéfices réformés seront tenus d’accéder aux ordres majeurs dans le délai d’un an suivant leur mise en possession.

  • En égard à la population paroissiale et aux besoins pastoraux, un certain nombre de nouveaux bénéficiers seront astreints à la résidence et au service personnel, à l’habilitation à la cure d’âmes, à l’obtention d’une licence de confesseur, à l’assistance au ministère pastoral : offices de précepte, catéchèse, administration des sacrements de la pénitence et de l’eucharistie, du viatique aux malades et aux mourants.

  • Toutes les cures ou vicairies nutuelles et amovibles seront érigées en perpétuelles et collatives. Les cures réduites en bénéfices simples retrouveront leur statut primitif. Il sera mis fin au régime de la cure insolidum, détenue par le corps des bénéficiers de la paroisse, et alternativement exercée par chacun d’eux, par l’érection d’un bénéfice en cure propre. Comme stipulé par le concordat de 1753, toutes les cures seront pourvues par concours en tous mois.

  • L’objectif premier étant d’assurer aux desservants de la cure d’âmes la dotation congrue qui subvienne à leur entretien et leur permette de secourir leurs paroissiens dans la détresse, on imposera aux participants aux dîmes une contribution au prorata de leur part, lorsque l’application de bénéfices incongrus ne suffira pas à assurer leur redotation.

  • Les évêques et les prélats exempts fixeront les nouvelles congrues synodales de chaque catégorie de poste, uniformes dans le diocèse entier ou diverses selon les pays, comme les situations locales paraîtront l’exiger.

  • Lorsque la dispersion de l’habitat ou le relief rendent les communications difficiles, ils diviseront les paroisses en annexes, ou érigeront les annexes en paroisses propres, en disposant des dîmes démembrées de l’ancienne matrice.

    • 4 Point omis par la circulaire du 12-6-1769. Les despoblados (villages abandonnés), sont pris en cons (...)

    Ils séquestreront les revenus des bénéfices des localités dépeuplées à la première vacance, et en emploieront une part à la réparation ou à la reconstruction de l’église. Ils aviseront la chambre de Castille des vacances advenues, et pour chaque localité, de sa population, des possibilités de repeuplement, de l’état matériel et des charges édifices du culte4.

  • Ils élaboreront des plans généraux qui feront apparaître la justification des mesures envisagées en mentionnant à propos de chaque paroisse : sa population, lorsque sa division est prévue la distance des localités voisines ; le statut, le nombre, le régime de présentation, les revenus fixes et casuels, les charges spirituelles et temporelles de chaque bénéfice, cure, ou chapellenie.

  • Les réformes s’inscriront autant que possible dans les limites paroissiales, sans confusion de dîmaires, et s’effectueront entre postes de même nature et de même régime de présentation.

  • Les réformes ne porteront aucun préjudice aux droits des patrons particuliers. Les patrons seront cités à comparaître par édits afin de faire valoir leurs titres et privilèges. Il leur sera assigné un délai de deux mois pour assurer la redotation des bénéfices incongrus de leur patronage. Leur défaillance à l’effectuer dans ce délai vaudra consentement tacite aux mesures de réduction. Les Ordinaires élaboreront les règlements tournaires de présentation alternative aux bénéfices de co-patronage, anciens ou issus de la réduction, comme il est ordonné par la lettre-circulaire de la chambre de Castille du 21-5-1768. Les patrons conserveront la nomination des administrateurs des legs pieux issus de la suppression des bénéfices de leur patronage.

3Les plans de réforme bénéficiale seront élaborés par audience instructive des parties intéressées : patrons, chapitres, corporations religieuses.

    • 5 Si en application de la lettre-circulaire du 12-6-1769, les prélats suspendent lavision des bénéfic (...)

    Dans l’attente de leur achèvement, la provision des bénéfices incongrus vacants, sera suspendue, et leurs revenus seront séquestrés5.

  • La réduction des bénéfices incongrus est de la compétence des Ordinaires, sans ingérence du Saint-Siège. Ils soumettront les plans de réforme à la sanction royale, sur examen de la chambre de Castille. Entendons bien ce point : le souverain et son conseil se prononcent sur la conformité ou la non-conformité des mesures proposées aux prescriptions canoniques et aux instructions royales, sur leur justification ou leur arbitraire ; mais seul l’évêque décrète la réforme de plein droit. Aussi la cédule qui autorise son application est-elle appelée : Real Cédula auxiliatoria, car sa vertu se limite à conférer au décret souverain du prélat l’appui auxiliaire de la juridiction royale, en rendant de droit public une décision de droit ecclésiastique.

    • 6 II s’agit là d'une clause de style, à propos de laquelle les gouvernants étaient sans illusion. Com (...)

    Les charges spirituelles et temporelles des bénéfices supprimés seront assurées par les bénéficiaires de leur suppression6.

  • Les dispositions promulguées entreront en vigueur à la vacance des postes affectés, sans préjudice pour leurs détenteurs actuels.

4L’entreprise réformatrice débute normalement à la réception d’une circulaire de la chambre de Castille. Mais il est fréquent que les plaintes de modestes curés ou bénéficiers donnent au conseil l’occasion d’un ordre expressément adressé à l’évêque de tel ou tel diocèse. Quelques rappels sont parfois nécessaires. Par des rapports liminaires qui peuvent avoir l’extension de véritables avant-projets, les prélats exposent la situation bénéficiale de leur territoire, leur conception générale des mesures à prendre, les difficultés à surmonter. Les réponses de la chambre de Castille leur donnent directives et conseils, qui corrigent leurs vues, mais les aident aussi à les préciser et à les mettre en œuvre.

Cartes des diocèses espagnols: 1595-1780

ABREVIATIONS

Am :

Almeria

Mll :

Majorque

Ar :

Albarracin

Ore :

Orense

As

Astorga

Ori :

Orihuela

Av

Avila

Os :

Osma

Bb :

Barbastro

Ov :

Oviedo

Bc :

Barcelone

Pal :

Palencia

Bd :

Badajoz

Pl :

Plasencia

Bu :

Burgos

Pm :

Pampelune

Cb :

Cordouc

Sc :

Salamanque

Cd :

Cadix

Sd :

Santander

Ce :

Ceuta

Sg :

Ségovie

Cl :

Calahorra

Si :

Sigüenza

C-M :

Carthagène-Murcie

So :

Solsona

Cn :

Canaries

Sr

Segorbe

Co :

Coria

St :

Saint-Jacques

C-R :

Ciudad-Rodrigo

Sv :

Sévi Ile

Cu :

Cucnca

Te :

Teruel

Ge :

Gérone

Tg :

Tarragone

Gr :

Grenade

Tl :

Tolède

Gu :

Guadix

Tr :

Tortosa

H :

Huesca

Tz :

Tarazona

J :

Jaén

Tu :

Tuy

Jc :

Jaca

U :

Urgel

Ln :

Léon

Vc :

Vich

Lr :

Urida

Vd :

Valladolid

Lu :

Lugo

Vl :

Valence

Md :

Mondonedo

Zr :

Zamora

Ml :

Malaga

Zz :

Saragosse

5Au terme de cette phase préparatoire, un Acte épiscopal promulgue le plan diocésain. Le plan général diocésain rassemble les dispositions suivantes :

  • Fixation des nouvelles congrues synodales, qui sont le point de référence des réductions ou agrégations de bénéfices décrétées.

  • Transformation des vicairies nutuelles et amovibles en perpétuelles et collatives (titularisation). Cette clause place sous la présentation royale concordataire des postes qui jusque là lui échappaient.

  • Réduction ou agrégation des bénéfices incongrus, affectation.

  • Erection de cures, vicairies, tenencias.

  • Statuts, charges, obligations, rétribution, de tous les postes conservés ou créés.

6Les dispositions doivent être explicitées nominalement, paroisse par paroisse et pour chacun des postes. L’Acte de promulgation est inséré dans le plan. Les règlements de présentation alternative aux bénéfices de copatronage prescrits par la circulaire du 21-5-1768, sont indépendants de la réforme bénéficiale, de même que les réformes des chapitres cathédraux ou collégiaux, toujours conduites suivant des procédures distinctes.

7Quelques plans diocésains furent donnés en exemple par la chambre de Castille. Le premier plan du diocèse d’Almeria sera le modèle recommandé pour tous les diocèses du patronage de Grenade, ainsi que pour celui de Cordoue, bien que des imperfections de détail l’aient fait ajourner. Toutefois c’est le plan du partido de Huéscar, formé par l’archevêque de Tolède Francisco Antonio Lorenzana, qui devra inspirer la réforme du diocèse de Guadix et abbaye de Baza. Le plan général du modeste diocèse d’Albarracín fut recommandé à plusieurs prélats de la Couronne d’Aragon.

8Seuls les prélats exempts d’un territoire réduit, les diocèses d’un nombre de paroisses mesuré, ou dotés d’une excellente administration, pouvaient satisfaire aux exigences d’un plan général diocésain. La chambre de Castille dut autoriser la majorité des évêques à former un plan diocésain partiel, ou à procéder au coup par coup, par paroisse ou groupe de paroisses. La violence des oppositions à la réforme conseilla souvent cette solution. Le plan diocésain partiel prend plusieurs formes. Il peut se calquer sur les grandes subdivisions du diocèse, traiter séparément les dispositions, formuler les dispositions générales et remettre à des actes paroissiaux particuliers leur application à chaque bénéfice.

9Le décret épiscopal est soumis à la chambre de Castille qui l’approuve ou l’ajourne. En ce second cas, elle fait part à l’auteur des améliorations souhaitées. Elle se prononce à partir du rapport présenté par le procureur du patronage royal : le parecer fiscal. Les rapports du comte de Campomanes, qui couvrent la période 1767-1780, se distinguent par leur ampleur, leur profondeur, leur attention au moindre détail. Ils confirment la science canonique, la connaissance des réalités ecclésiales manifestées par leur auteur dans ses traités régalistes ; ils révèlent le gouvernant, énergique mais réaliste, soucieux de réussir plutôt que d’avoir raison.

10Son rapport du 13-9-1768 sur l’avant-projet de plan général diocésain rédigé le 15-4-1760 par l’évêque de Palencia, Andrés de Bustamante, est une minutieuse analyse de la situation et des stratégies possibles :

  • Bien que le plan agrège de nombreux bénéfices aux cures, ces dernières restent insuffisamment dotées (la plupart n’auront pas 1.100 rs Vn de rente), et nutuelles. Il convient avant toute chose d’ériger en chaque paroisse des cures perpétuelles pourvues par concours, dotées si besoin est, par l’union de tous les bénéfices de la paroisse. La congrue des curés devrait être portée à 3.300 rs Vn.

  • Le plan supprime les 97 bénéfices simples, tous incongrus ; il affecte les revenus de 71 d’entre eux à la revalorisation des cures, 9 à des maîtres d’école, 17 aux fabriques paroissiales. L’application est défectueuse, car elle se fait d’une paroisse à l’autre, et sème la confusion dans la délimitation des dîmaires.

  • Peu de bénéfices patrimoniaux atteignent une congrue synodale très insuffisante, puisqu’elle fut fixée au XVIe s., à 1.100 rs Vn. L’évêque souhaite la porter à 2.200, voire 3.300 rs Vn, afin d’éviter que les clercs ne se livrent à des travaux mercenaires, indignes de leur état. Pourtant il envisage de n’en supprimer que 426 sur 1.155, par crainte de l’hostilité des populations, chaque famille villageoise voulant à toute force un fils dans le clergé. Cette pusillanimité n’est pas admissible. Il faut supprimer les trois classes inférieures, et rendre tous les bénéfices presbytéraux, et résidentiels. Tous seront astreints au ministère pastoral auxiliaire. La patrimonialité paroissiale devrait être remplacée par une patrimonialité diocésaine.

  • Le chapitre cathédral perçoit la demi-annate des bénéfices, la première année de leur attribution, et la fabrique cathédrale un sixième du revenu de la seconde année. Pour régler l’épineuse question du dédommagement, l’évêque suggère d’instaurer en faveur du chapitre et de la fabrique, un quindenio payé par les possesseurs des bénéfices agrégés. Le procureur royal y voit une mine de procès et refuse. Il laisse au prélat le choix entre trois solutions. 1.°, calculer le rapport quinquennal de ces contributions, et unir des bénéfices aux patrimoines des deux parties, à titre d’indemnisation. 2.°, unir des bénéfices aux patrimoines des parties pour un montant du quinzième de la valeur de tous les bénéfices. 3.°, négocier une transaction amiable. En cas d’obstruction systématique des intéressés, l’évêque ne tiendra compte que des besoins pastoraux, et négligeant les profits de prébendiers trop nombreux, unira tous les bénéfices sans compensation.

    • 7 A.H.N., Cons. Supr., L.16.052.

    À l’évêque qui demande si pour supprimer les bénéfices il doit entendre judiciairement les populations et les patrons, le procureur royal donne de fermes garanties pour son autorité : Pero siendo indubitable, y fuera de toda disputa que los obispos de España, restituidos por el último concordato al íntegro exercicio de sus nativas facultades ordinarias, pueden decretar, y executar quantas supresiones, extinciones, y agregaciones convengan para el maior servicio, y utilidad de las yglesias, sin que sea necesaria la audiencia, ni aún citación de los que sólo tienen un interés general, como sucede a los Pueblos del Obispado de Palencia en todo quanto queda dicho ; y siendo igualmente cierto que para los Particulares interesados, como son los Patronos de los Beneficios, y los Partícipes perpetuos de sus frutos (en cuia clase está el Cabildo, y Fábrica de la Sta. Yglesia de Palencia respecto de los simples del Obispado) basta la audiencia puramente instructiva, y que en caso de irracional, é injusta resistencia pueden los Ordinarios suplir su consentimiento, se sigue que el actual Rdo. Obispo, sin necesidad de Bula Appca, sin audiencia de los Pueblos de su diócesis, y sin mas diligencia con su Cabildo que la de tratar, y conferir acerca de los medios equitativos para la prudente compensación de los Derechos que le corresponden, puede y debe decretar, y executar todas las supresiones, uniones, y aplicaciones que quedan referidas, y sean útiles para el servicio de las yglesias, y salud espiritual de los feligreses.7

  • 8 A.H.N., Cons. Supr., L 16.200.

11Son parecer du 17-5-1770 consacre 81 pages au plan général diocésain achevé le 16-12-1769 par Juan José Martínez Escalzo, évêque de Ségovie. Il le félicite d’abord pour être le premier prélat de la couronne de Castille qui fournisse un État précis et complet des bénéfices de son diocèse, ainsi qu’un plan général de réduction des bénéfices incongrus, conforme aux exigences de la circulaire du 12-6-1769. L’évêque fixe les nouvelles congrues à 5.500 rs Vn pour les curés de la ville de Ségovie, 4.400 pour les curés du diocèse, 3.300 pour les chapelains et bénéficiers. Les propositions sont correctes, mais ces chiffres inclueront le pied d’autel et les revenus casuels. Les bénéfices et chapellenies pourront toujours être obtenues avec la simple tonsure à l’âge de 14 ans, mais leurs détenteurs auront l’obligation dès l’âge de 24 ans, d’accéder à la prêtrise, de résider, d’assister le curé dans le ministère paroissial. Le procureur approuve, mais formule une autre stratégie : conserver des bénéfices non-résidentiels, et imposer la résidence immédiate, sans attendre la vacance, aux autres. En outre, la résidence devrait être confortée par le service en distributions d’assiduité du tiers ou du quart des revenus. L’évêque ne supprimera pas les paroisses dépeuplées ; il leur affectera au contraire des vicaires perpétuels, afin de ménager un repeuplement ultérieur. Dans le même esprit, le plan définitif indiquera les distances entre églises matrices et leurs annexes. Les mesures particulières envisagées par l’évêque donnent lieu à une masse d’annotations et de corrections. Sur 768 postes sans cure d’âmes recensés, (559 chapellenies, 209 bénéfices), 293 étaient supprimés en faveur des desservants (184 chapellenies, 109 bénéfices). Leur rente assurait un transfert proche de 162.200 rs Vn.8

12Le fiscal de la chambre de Castille comme les conseillers, exigent que les Actes des prélats atteignent les objectifs assignés. Des congrues trop faibles, des suppressions de bénéfices timorées, des statuts laxistes, sont autant de motifs d’ajournement. Mais sur ces points, ils sont prêts à se rendre aux raisons des prélats de bonne foi. Ils sont par contre intransigeants sur l’érection des vicairies nutuelles et amovibles en perpétuelles et collatives. La promotion des desservants de la cure d’âmes est un objectif primordial mais conflictuel. En effet, la plupart des évêques répugnent à la titularisation des vicaires sur leur emploi, car ils souhaitent pouvoir révoquer ou muter ceux qui, sans avoir commis de faute capitale, ne donnent pas satisfaction. Ils ne s’y résignent généralement qu’après plusieurs rappels à l’ordre.

13La chambre de Castille manifeste une égale intransigeance sur les formes et les procédures. D’abord, parce que certaines ont une utilité préventive à l’avantage des évêques. Ainsi l’audience instructive des-parties intéressées doit désarmer les craintes infondées et régler les litiges virtuels. Exprimer et distinguer précisément le statut, le montant et la nature des revenus, les charges et obligations de chaque bénéfice, diminue le risque de procès ultérieurs ; cela permet aussi au conseil d’exercer une supervision efficace de l’entreprise. Le conseil ne souhaite pas se substituer aux évêques, qui proposent et décident en dernier ressort ; il veut seulement que leur action se conforme strictement aux directives données par la monarchie.

14Ces précautions entraînent des retards considérables. Il est courant que le plan diocésain mis en vigueur soit postérieur d’une décennie aux démarches liminaires, et qu’il ait été précédé d’un ou deux plans refusés.

premier projet

second projet

troisième projet

Almeria

10-10-1781

21- 8-1783

28-10-1786

Cordoue-ville

17-7-1782

1784

18-10-1795

Séville

20-1-1771

24-9-1786

20-11-1787

Ciudad Rodrigo

19-7-1770

21- 5-1773

8-3-1777

Palencia

22-11-1774

8-12-1777

28- 7-1802

Ségovie.

16-12-1769

20-12-1782

15Les contrôles tatillons n’évitèrent pas quelques échecs retentissants. Il est vrai qu’en certaines situations, les raisons politiques l’emportent sur la prudence administrative. On le voit dans le cas des diocèses de Grenade et d’Osma.

16Jusqu’en 1780, les archevêques de Grenade manifestent une passivité hostile aux injonctions réformatrices. Plusieurs lettres adressées à la chambre de Castille expriment un parfait contentement d’une organisation bénéficiale qu’il serait inopportun d’altérer. Lorsque les ordres royaux des 11-12-1781, 7-1-1783, 24-5-1785, lui communiquèrent le plan modèle du diocèse d’Almeria, et lui enjoignirent de s’en inspirer, l’archevêque Antonio Jorge y Galván comprit qu’il devait s’exécuter. Son Acte du 10-5-1787 fut approuvé par cédule du 13-9-1788.

  • 9 A.H.N., Cons. Supr., L 15.496 : consulte du 30-7-1806.

17Les faiblesses d’une réforme aussi brillante que rapide finirent par se manifester. Elles furent exposées à la chambre de Castille en avril 1806 par l’archevêque Juan Manuel Moscoso y Peralta. À la différence du plan-modèle d’Almeria, l’Acte de son prédécesseur n’attribue pas aux curés de dotation fixe sur les dîmes, et ne précise pas clairement leurs prérogatives. En conséquence, les bénéficiers continuent à n’en faire qu’à leur tête, ils ne sont d’aucun secours à des curés sans autorité. Le classement des cures du diocèse en congrues ou incongrues reposait sur des informations superficielles, souvent erronées. Moscoso y Peralta joignait à son rapport les certifications de l’incongruité de quarante-deux cures (en un diocèse qui comptait après la réforme 172 paroisses-matrices). Le Real Orden du 26-8-1806 l’autorisa à refondre le plan diocésain9.

18Dans les mois suivants, la chambre de Castille fut submergée par des dizaines de recours individuels des curés du diocèse de Grenade, exposant l’insuffisance de leur traitement et sollicitant une redotation décente. Ils obtiendront presque tous satisfaction.

  • 10 A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : consulte du 13-9-1790. Libro de Igl. 105 E : R.C. du 3-6-1788. Libr (...)

19L’évêque d’Osma Fr. Joaquim de Eleta, confesseur du roi Charles III, présenta le 14-5-1788 un plan général diocésain, qui fut sanctionné avec une célérité inhabituelle par cédule du 3 juin. Subissant à peine entré en fonctions les revers d’une œuvre bâclée, son successeur Josef Constancio de Andino, dressa le 23-7-1790 un dur réquisitoire. Joaquim de Eleta n’avait pas procédé à l’audience instructive des intéressés, formalité préalable pourtant obligatoire. Nombre de bénéfices ont été détachés de leur paroisse et agrégés aux cures de paroisses étrangères sans aucune justification. Les nouvelles congrues synodales n’ont pas été fixées : les unions et suppressions décrétées n’ont par conséquent aucun support légal. Les revenus indiqués des postes réformés sont fantaisistes, et procèdent d’estimations hâtives. Ils reposent sur une relation des valeurs pour la seule année 1776, et non comme il se doit d’un compte quinquennal. Les bénéfices de patronage ont été oubliés. Enfin, il importe d’annuler le plan, avant que ne se manifestent ses effets désastreux. Josef Constancio de Andino obtint la révocation demandée par cédule du 26-10-179010.

20Tout au long de la procédure, et même après confirmation de la réforme par l’autorité royale, les corps ou les particuliers qui s’estiment lésés peuvent porter plainte. Les recours agréés par le souverain sont déférés à la chambre de Castille qui agit en qualité de tribunal administratif. Le dossier du plaignant est communiqué au prélat concerné afin qu’il fasse part de ses observations. Réciproquement, le mémoire en sa défense est communiqué au plaignant. Le conseil statue lorsqu’il estime que l’échange des rapports n’apporte plus d’éléments susceptibles de modifier son jugement. Les recours sont facilement reçus ; ils sont traités avec attention et impartialité, car la hantise des gouvernants, comme des prélats, est la constitution d’un front sociologique du refus de la réforme bénéficiale, par la coalition de milliers de petits intérêts lésés. Ils sont une seconde cause de retards, puisque toute décision est suspendue jusqu’au jugement. Or l’instruction peut prendre plus d’un an.

21Cette activité judiciaire est un moyen puissant de contrôle de l’action des évêques. Elle est aussi une protection. On imagine ce qu’il serait advenu de l’entreprise si les évêques avaient dû se justifier devant les tribunaux ecclésiastiques. Qui aurait affronté un clergé rivé aux situations acquises ? L’évocation devant la chambre de Castille place tous les litiges relatifs à la réforme des bénéfices sous le for privilégié du Patronage Royal. En vertu des prérogatives régaliennes, le Patronage Royal est censé être dans son droit. Il ne plaide jamais en défense, et c’est à la partie adverse qu’il revient de démontrer le préjudice qu’elle subit. Quand même elle y parviendrait, il suffit que l’évêque ait agi conformément aux directives des circulaires de la chambre de Castille pour que la loi de l’État l’emporte sur les intérêts particuliers.

22Ceci dit, les prélats n’avaient pas la tâche facile. Les gouvernants leur prêchent l’audace, l’ambition, la fermeté ; mais au moindre faux-pas qui esquisse le front du refus, ils les lâchent en pâture aux rancœurs des intérêts locaux. Suivant les lois non-écrites de la science politique : la gloire est pour le roi, l’opprobre pour les ministres. Il fallait briser l’obstruction passive des égoïsmes repus, rassurer des populations toujours inquiètes des intentions du pouvoir, déjouer les intrigues feutrées du chapitre et des grands patrons ecclésiastiques ou laïcs ; bref, il fallait du tact, de la prudence, de l’habileté, au service d’une inflexible volonté. Les tempéraments, les aspirations personnelles, impriment leur marque, mais on est frappé de l’aisance, de la bonne volonté, avec laquelle chacun reprend l’ouvrage au point où son prédécesseur l’avait laissé. Certes, quelques uns manifestent leur hostilité par l’inaction. Les plus nombreux, renâclent devant une généralisation des cures-propres, qui diminue considérablement leur autorité sur le clergé diocésain. Mais une coopération loyale au succès de la réforme est la règle générale. La loyauté n’exclut ni l’originalité, ni l’initiative. L’épiscopat sut défendre ses prérogatives ; il eut la vertu suprême des Grands Corps de l’État : le courage de signaler aux gouvernants les inconvénients et les périls de leurs mesures, dans l’intérêt de la politique suivie.

23Un bilan de la mise en œuvre de la réforme bénéficiale fut dressé en 1783. Son extrême lenteur provoqua un affrontement entre l’administration moderne introduite par les Bourbons : les ministères (secretarías) et les intendants, dirigistes et autoritaires ; et la chambre de Castille, incarnation du gouvernement traditionnel des Conseils, régulateur plus que directeur, pouvoir judiciaire plutôt qu’exécutif. Se faisant le porte-parole du premier courant, le procureur du patronage royal proposa de confier aux juridictions civiles la procédure instructive, par audience des autorités locales. Elles adresseraient les informations réunies aux Ordinaires, qui formeraient les Actes de réduction dans un délai impérativement fixé. On éviterait ainsi les inconvénients de l’instruction par les tribunaux diocésains : les autorités locales n’envoient pas d’informations, pour cause d’éloignement, ou par crainte des mesures de rétorsion d’un clergé qui ne tient pas à ce qu’on découvre la véritable valeur de ses rentes. Les juridictions civiles pourraient encore relever les manquements à la résidence des clercs, et les signaler aux Ordinaires afin qu’ils y remédient. La résidence devrait être imposée à tous les bénéfices, même sans charge d’âmes, issus de la réforme.

  • 11 A.H.N., Cons. Supr., L 15.415 : consulte du 20-10-1783.

24En consulte du 20-10-1783, la chambre de Castille repoussa ces suggestions avec une indignation véhémente, et obtint leur ajournement indéfini11. Elle exprima à l’occasion une philosophie diamétralement opposée des relations entre gouvernants et gouvernés, fondée sur la confiance et l’autonomie des membres du corps politique :

25Les évêques devaient rester maîtres de la réduction des bénéfices, sous l’autorité régulatrice de la chambre de Castille : La fixación del término, y el amargo de dar cuenta a V. M. si dentro de él no hubiesen acabado los Planes, se miraría por los obispos como una especie de apremio, que les haría poco gratos los trabajos que emprendían por unos principios de celo al cumplimiento de sus obligaciones en el mayor culto de Dios, y utilidad de las almas, de que están encargados, y han de responder á Dios, como se lo ofrecieron en el acto de su consagración ; y esta fue otra de las consideraciones, que obligó á la Cámara á estimularlos con aquel estrecho, y decoroso encargo, de que atendiesen con preferencia este asunto, para que EN EL MENOS TIEMPO QUE SEÀ POSIBLE, quedase concluido, reserbando la Cámara tomar otras providencias más serias, y ponerlas en noticia de V. M., quando la desidia, ó la resistencia de algunos obispos obligasen á tales demostraciones que no deben esperarse de unos Prelados, que han mirado con profundo respeto las soberanas insinuaciones de V. M., y los encargos de la misma Cámara, y han contribuido por su parte á que se hayan logrado en estos Reynos, y en el feliz govierno de V. M., tan ventajosos adelantamientos en toda la disciplina de la Yglesia, y señaladamente en los artículos que comprehenden las circulares de 12 de junio, y 11 de noviembre de 1769. Les tribunaux civils n’ont pas compétence pour apprécier la licéité de la résidence des clercs ; les Ordinaires sont seuls juges de la nécessité de l’imposer aux bénéfices simples. Il est en Espagne de coutume immémoriale que les bénéficiers sans charge d’âmes puissent faire accomplir leur charge par des substituts ; le concile de Trente, qui n’a jamais précisé que les bénéficiers mineurs dussent accomplir leur charge et résider personnellement, ne la contredit pas. Enfin les bénéfices non-résidentiels sont indispensables, car ils assurent l’entretien de beaucoup d’étudiants des universités : cadres instruits du clergé, fils des officiers civils et militaires du roi qui se destinent au service de l’État comme leurs pères. Comment ces officiers, la plupart réduits à vivre de leur seul traitement, pourraient-ils donner une instruction à leurs enfants sans la ressource des bénéfices ?

Débats et combats

26La réforme bénéficiale fut retardée et souvent compromise par de violentes oppositions. L’examen des plans diocésains éclaire leurs motifs, et surtout la mentalité des protagonistes. Les corps ecclésiastiques n’avaient pas les mêmes intérêts que les populations, leur démarche et leurs vues sont différentes.

  • 12 A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : La Real Resolución sur la consulte du 9-10-1790, adressée au Consei (...)

27Farouchement attachés à leur quasi-indépendance et aux statuts sur lesquels elle reposait, les prélats exempts sont particulièrement défiants. La majeure partie des paroisses exemptes relevait des Ordres Militaires, qui seront jusqu’à la mort de Ferdinand VII les adversaires les plus redoutables et les plus déterminés. Sous l’apparence d’une entière soumission aux volontés des souverains, vicaires ou prieurs, et le conseil des Ordres, useront de toutes les arcanes des constitutions traditionnelles pour saboter l’entreprise. À la suite des premiers accrochages, un décret de Charles III du 26-7-1771 disposa qu’elle serait conduite par les évêques et examinée par la chambre de Castille pour les territoires des Ordres soumis à l’Ordinaire ; élaborée par les prélats des Ordres et examinée par son Conseil pour les territoires exempts. En raison de l’obstruction du Conseil des Ordres, un Décret du 7-11-1783 déféra à la chambre de Castille l’examen de tous les plans de réforme bénéficiale affectant les Ordres militaires, le rôle du Conseil se limitant à lui transmettre les documents adressés par les prélats exempts. Les relations entre les deux conseils se dégradèrent au point que permet d’apprécier la conclusion de la chambre de Castille dans sa consulte du 9-10-1790, relative à la réforme bénéficiale des Ordres militaires : Con presencia de todo es de parecer la Cámara que V. M., se sira prevenir al Consejo de Ordenes, que quanto executa la Cámara sobre la extinción y reducción de Beneficios y Capellanías incongruos, es de orden de V. M., en calidad de soberano Patrono Universal de las Yglesias de sus Reynos, y Protector de los sagrados cánones, y disciplina ecclesiástica ; que no embaraze antes bien coadyuve, á que los Priores, ó Vicarios, y demás dependientes de las Ordenes, den las listas y noticias que se les pidan, con toda puntualidad, afin de que no se retarde la extinción de los Beneficios incongruos tan perjudiciales al bien espiritual y temporal del Estado, y á las Yglesias de las mismas Ordenes ; de que no les resultará perjuicio alguno, antes bien experimentaran los beneficios que deben desear12. Nous ne pouvons pas prouver qu’aucune paroisse des Ordres militaires ne fut réformée, mais il est sûr qu’aucun vicaire ou prieur des Ordres ne présenta un plan achevé de réforme bénéficiale de son territoire.

28Ailleurs, les difficultés furent moindres, à l’exception de l’abbaye de Medina del Campo. Couvrant un bon tiers du diocèse de Valladolid, elle prétendait à une exemption de l’ordinaire que les évêques lui déniaient obstinément depuis deux siècles. Sur consulte du 14-10-1795, les résolutions royales des 29-1-1796, 21-3-1799, 25-11-1799, et 8-12-1802, prescrivirent au vicaire les règles de formation du plan bénéficiai de l’abbaye. On avait omis de prévenir l’évêque. Découvrant ce qui se tramait depuis quelques années, ce dernier demanda par une lettre du 30-1-1803, des explications sur une procédure insolite. Il n’y avait pas d’exemple à sa connaissance, qu’un simple vicaire de partido, soumis à l’Ordinaire, s’arrogeât à l’insu de son évêque, une prérogative propre de sa dignité, selon les canons de l’Église, les décrets des conciles, et les termes explicites des circulaires de la chambre de Castille. Les évêques de Valladolid ayant seuls pouvoir de modifier l’organisation bénéficiale de leur diocèse, il demanda communication de la procédure engagée par le vicaire de Medina del Campo.

29La chambre de Castille ne s’émut pas. Elle adressa copie de la plainte de l’évêque au vicaire de Medina, pour observations. Le vicaire se justifia comme on devine, et transmit le plan bénéficiai de l’abbaye, achevé le 16-3-1803. Le plan fut transmis à l’évêque, prié de faire part de ses observations. Déjouant le piège, Juan Antonio Hernández de Larea, s’insurgea comme tous ses prédécesseurs, contre des agissements qui tentaient de conférer au territoire de Medina del Campo, une exemption destructrice de l’unité du diocèse et de l’autorité de leurs évêques. Il exigea que les cures réformées du territoire de Medina del Campo passent sous l’autorité immédiate de l’Ordinaire. Placée dans une position difficile, la chambre de Castille élabora une stratégie subtile. On vérifierait les droits des évêques de Valladolid à réformer les bénéfices du territoire de Medina del Campo, en écartant soigneusement la moindre allusion à l’exemption revendiquée par l’abbaye. On demanderait communication du plan général diocésain de Valladolid, enfin on harmoniserait les propositions du vicaire de Medina avec celles de l’évêque. Prié le 7-9-1803 de communiquer à la chambre de Castille le plan général diocésain en l’état où il se trouvait, l’évêque Vicente de Soto y Valcárce répondit le 25-3-1804, qu’il ne pouvait remettre un plan inexistant. Son prédécesseur avait juste pu collecter les informations préparatoires. L’harmonisation devenait problématique. Prise au dépourvu, la chambre de Castille réexpédia le plan bénéficiai de l’abbaye au nouvel évêque, en espérant qu’il serait plus conciliant que l’ancien.

30Ce n’était pas le cas. Vicente de Soto y Valcárce entra dans une colère biblique, dont sa lettre au Conseil du 27-6-1804 conserve l’écho : l’évêque demandait s’il était sur le territoire de l’abbaye, le successeur des apôtres, ou un pantin, sorti un fois l’an de sa boîte pour donner la confirmation aux galopins de Medina del Campo.

  • 13 A.H.N., Cons. Supr., L 15.491 : consulte du 5-1-1805.

31Il n’était plus question de biaiser. Un décret du 8-8-1804 chargea l’évêque de Valladolid de conduire la réforme bénéficiale du territoire de l’abbaye, en dépit de la protestation unanime des habitants, dont les recours contradictoires furent rejetés par ordre du 5-3-180513.

32Si les chapitres n’interviennent que pour entraver la réforme, ils ne se manifestent pas toujours, et ne contestent pas tout. Plutôt que par une opposition de principe, leur attitude paraît dictée par les circonstances. Ils s’émeuvent lorsque la revalorisation des postes ne pouvant s’effectuer qu’aux frais des participants aux dîmes, le premier d’entre eux, le chapitre, est mis à contribution.

33À Palencia, la réduction des bénéfices affectait la demi-annate que le chapitre cathédral prélevait la première année suivant leur attribution, et le sixième de leurs revenus perçu par la fabrique la seconde année. Le troisième plan général diocésain, conclus le 8-12-1777 par l’évêque Juan Manuel de Argüelles était en passe d’être agréé, lorsque, se faisant le porte-parole d’une population inquiète, le chapitre sortit de sa réserve. Avec une habileté consommée, il laissa dans l’ombre le préjudice financier. Sa lettre du 25-7-1778 fonde la nécessité d’un réexamen du projet sur quelques considérations pastorales : Il faut conserver les classes de bénéfices, d’Evangile, d’Épître et de Grades. La réduction des bénéfices est inopportune, car depuis le XVIIe s., le nombre de bénéfices patrimoniaux s’est déjà beaucoup réduit par simple évolution naturelle. L’obligation de confesser, imposée aux bénéficiers est une idée moderne contestable. La vie spirituelle du diocèse, florissante dans le passé, n’avait nul besoin de cette institution. Il faut conserver les vicairies nutuelles et amovibles, afin que l’évêque puisse retirer la cure d’âmes aux desservants indignes et la confier à des pasteurs compétents. L’intérêt majeur de la supplique du chapitre est dans son explication du lien séculaire et profond, qui lie la patrimonialité des bénéfices aux mœurs chrétiennes de la population, ainsi qu’à leur indéfectible loyauté au Trône et à l’Autel...

  • 14 A.H.N., Cons. Supr., L 16.052.

34Le procureur royal Pedro Rodriguez Campomanes entendait la politique. Aussi, après lecture de la lettre du chapitre, la réforme bénéficiale du diocèse de Palencia fut suspendue, jusqu’en 179914.

  • 15 A.H.N., Cons. Supr., L 15.469 : consulte du 31-8-1799. Libro de Igl. 113 E : R.C. du 2-10-1799.

35La contre-attaque victorieuse du chapitre incita les évêques à la circonspection. Attendant des jours meilleurs, ils prirent des mesures d’apparence modeste, mais qui rendaient impossible un retour pur et simple au passé. À partir de 1782, José Luis de Mollinedo, qui dirigera le diocèse jusqu’en 1800, ne conféra plus aucun bénéfice sans vérification de son utilité et de la suffisance de sa dotation. Le mécontentement des curés de la ville de Palencia lui fournira l’occasion d’ouvrir un second front, de montrer au chapitre que la réforme des bénéfices restait d’actualité. Se plaignant d’une rétribution misérable, les curés de la ville de Palencia adressèrent au roi en 1771 un recours sollicitant leur redotation sur les dîmes du chapitre, patron des cures. Le mémoire s’était perdu dans les bureaux de la capitale, mais le coup bas porté en 1778 à son prédécesseur, fit de l’évêque l’ardent défenseur des curés. Par Acte du 1-8-1788, il redota les sept curés et les neuf bénéficiers de la ville jusqu’à 3.300 ou 4.400 rs Vn, pris sur les 36.000 rs Vn que les dîmes de Palencia rapportaient au chapitre. Les bénéfices devenaient résidentiels ; les cures étaient déclarées perpétuelles et collatives, pourvues par concours diocésain. Par un combat de procédure qui dura onze ans, le chapitre tenta d’obtenir l’annulation du décret. L’évêque déjoua toutes les manœuvres, en étroite collaboration avec la municipalité de Palencia, dont il avait gagné l’alliance en cette affaire.15

36Parallèlement, José Luis de Mollinedo négociait séparément avec les patrons laïcs et ecclésiastiques du diocèse l’érection de vicairies perpétuelles. Il évitait ainsi la formation d’un front commun des patrons et du chapitre. Prêchant par l’exemple, il rendit perpétuelles et collatives les cures de l’archiprêtré de Bedoya, dont les évêques étaient patrons au titre de comtes de Pernia. Quelques mois avant sa mort, il eut la joie de voir son œuvre assurée : une cédule de Charles IV du 2-10-1799, rendit exécutoires le plan général diocésain de Juan Manuel de Argüelles, du 8-12-1777, et l’Acte relatif à la ville de Palencia, du 1-8-1788.

37À peine arrivé dans son diocèse, Buenaventure Moyano dut se rendre à l’incroyable évidence : le plan général diocésain était perdu, tous les exemplaires déposés au Palais épiscopal avaient été volés. Les copies adressées à la chambre de Castille ne suffisaient pas, il fallait tout recommencer. Faut-il y voir la vengeance du chapitre ? En l’absence de preuve, ne soyons pas malveillants...

38Par lettre du 5-8-1758, José Zorrilla de San Martin, évêque de Salamanque, signala à la chambre de Castille que les archidiacres de Ledesma, et de Salamanque, dignitaires du chapitre cathédral, étaient dans leur circonscription respective, collateurs des bénéfices simples en alternance avec l’Ordinaire. Il la priait de communiquer à ces deux personnes la lettre-circulaire du 10-7-1758, afin de les associer à la réforme et d’éviter leur hostilité. Le 14-11-1758, la chambre de Castille demanda aux archidiacres de dresser un plan de réduction des bénéfices de leur territoire, ou de collaborer avec l’évêque à l’élaboration du plan diocésain.

  • 16 A.H.N., Cons. Supr., L 16.119.

39Leurs réponses ne laissaient aucun doute sur leurs sentiments. Dans la lettre du 14-2-1759 qu’il joint à l’État descriptif des bénéfices de Ledesma, l’archidiacre proclame qu’il ne souffrira aucune diminution de la splendeur du culte. Son confrère de Salamanque répondit le 27-6-1759 qu’il n’avait aucune proposition à formuler en matière d’union des bénéfices, et que l’évêque n’obtiendrait rien de lui. En tout état de cause, les projets élaborés ne devront porter aucune atteinte à sa dignité, ni réduire le nombre déjà faible des ministres du culte. Le 14-2-1760, le malheureux évêque se plaignit à la chambre de Castille de l’opposition résolue à toute réforme bénéficiale des deux principaux patrons laïcs de son diocèse : les ducs d’Albe, patrons du territoire d’Alba de Tormes, et les ducs d’Alburquerque, au titre de comtes de Ledesma16.

40Promu évêque de Salamanque en 1763, Felipe Bertrán limita ses ambitions aux paroisses où l’autorité épiscopale était incontestée.

  • 17 A.H.N., Cons. Supr., L 16.200

41Le 16-3-1773, l’évêque de Ségovie instaurait les congrues synodales fixées en 1769. Le 28 avril, le chapitre cathédral déposait un recours contradictoire devant la chambre de Castille ; il les jugeait excessives. Leur fixation, ainsi que la réforme des bénéfices, devraient être élaborées par un synode diocésain. Un tel synode ne s’était pas tenu depuis 125 ans. Au moins, le chapitre devrait être étroitement associé à la formation du plan de réforme. Plutôt que de supprimer une foule de bénéfices et de chapellenies, au grave préjudice de l’éclat du culte, il vaudrait mieux appliquer quelques bénéfices incongrus à la fondation du séminaire diocésain, ordonnée par le roi Philippe III le 8-11-1608, mais jamais réalisée. Martínez Escalzo se justifia dans un rapport du 13-8-1773. En vérité cinq chanoines prétendaient parler au nom du chapitre. Jamais les évêques de Ségovie n’ont été tenus de consulter le chapitre pour réduire des bénéfices incongrus. Le seul motif du recours est la crainte des chanoises d’être contraints, comme participants aux dîmes, à contribuer à la redotation des cures dans les paroisses dont les bénéfices sont insuffisants à l’assurer. Le procureur du roi soutint l’évêque et lui donna quelques avis qui le tiraient d’embarras, Il n’était pas question de confier la réforme bénéficiale à un synode diocésain. L’évêque consultera le chapitre sur les seuls points affectant ses intérêts. L’Acte d’assignation de congrues du 16-3-1773, a été régulièrement élaboré par audience instructive des cinq curés les plus anciens du diocèse, et des dix-sept vicaires des partidos. Toutefois l’évêque aura la faculté de minorer les congrues par décision particulière, si les situations locales le permettent17.

  • 18 A.H.N., Cons. Supr., L 15.415, consulte du 14-7-1784.

42Le chapitre cathédral de Séville levait les dîmes d’Albeyda, localité du ressort de la collégiale d’Olivares, et nommait à sa cure. Dès qu’il eut connaissance des dispositions de réforme prises en 1783 par l’abbé de cette collégiale exempte, il déposa un recours contradictoire. Il estimait la nouvelle dotation des curés excessive, en tout cas disproportionnée à la population paroissiale. Il protesta vigoureusement contre l’attribution d’un neuvième des dîmes aux fabriques et demanda le maintien du statut nutuel de la cure à Albeyda. En bref, la réforme des bénéfices de la collégiale d’Olivares ne devait en aucun cas léser les intérêts du chapitre de Séville. La chambre de Castille jugea sa plainte irrecevable18.

43L’intervention des curés et des simples bénéficiers est fréquente mais modeste. Une multitude de recours introduits devant la chambre de Castille, à titre individuel ou par le personnel d’une paroisse, s’indignent de l’inaction des autorités diocésaines, dénoncent les manœuvres hostiles à la réforme, exposent l’indigence de leur condition et sollicitent une revalorisation immédiate. S’il ne leur donne pas toujours satisfaction, le conseil les examine volontiers, car ils lui donnent l’occasion de réveiller le zèle d’évêques assoupis entre deux circulaires générales, et ils fournissent sur les situations régionales des informations omises dans la correspondance des prélats.

44Cependant, les bénéficiers restent des partenaires mineurs. Leur action spontanée, dispersée, ne déborde guère l’horizon local. Il arrive tout de même qu’elle rassemble la communauté entière, que dépassant les cas singuliers elle défende l’identité et les aspirations du corps. En raison des objectifs de la réforme, les interventions des desservants de la cure d’âmes et celles des bénéficiers sont alors contradictoires.

  • 19 A.H.N., Cons. Supr., Libro de Igl. 89 E, R.C. du 9-10-1763

45Dans la ville de Cordoue, la cure propre des évêques en toutes les églises du diocèse fut au cœur de l’affrontement. Un privilège du pape Urbain VIII adressé à l’évêque Domingo Pimentel, avait confirmé la cure habituelle des prélats, exempté les présentations aux cures du diocèse des réserves apostoliques, érigé au chef-lieu trois cures nutuelles dans la cathédrale et quatorze rectories nutuelles dans les paroisses de Cordoue. La cure propre unie à la dignité épiscopale fut solennellement reconnue par cédule du roi Charles III le 9-10-176319.

46Le 9-11-1776, la chambre de Castille ordonna à l’évêque de traiter le cas de la ville de Cordoue séparément du plan général diocésain. Deux projets furent refusés. Le troisième, conclus par Antonio Cavallero y Góngora le 18-10-1795, connut un meilleur sort. Il était un compromis difficile entre les vœux de l’évêque et les exigences contradictoires des recteurs, et de la corporation des bénéficiers. Tous deux avaient leurs entrées à la cour, et rivalisaient de pugnacité. Les bénéficiers exposèrent leurs vues dans un recours au roi du 8-11-1775. Ils ne formulaient aucune objection au principe de la redotation des rectories, mais elle devait s’effectuer par union de bénéfices incongrus du diocèse, en aucun cas par diminution du corps des bénéficiers de Cordoue. De multiples recours ultérieurs réaffirmèrent une position intransigeante, tandis que sur place on suivait attentivement les progrès du plan. La pression des bénéficiers contraignit l’évêque à ramener à 13 dans le projet de 1795 le nombre de bénéfices éteints, au lieu de 54. Quant aux recteurs, ils signalèrent au roi par deux mémoires de 1777 et 1796, que les curés de la ville de Cordoue exercèrent régulièrement la cure propre et habituelle jusqu’à la fin du XVe s. C’est par une interprétation abusive du privilège d’Urbain VIII, par une usurpation contre toute justice, que les évêques prétendent détenir la cure habituelle dans la ville.

  • 20 A.H.N., Cons. Supr., l 15.786

47Le plan de 1795 fut confirmé par cédule du 9-1-1798, sur consulte du 15-2-1797, avec deux modifications : obtenant gain de cause, les recteurs auront la cure habituelle, et non seulement la cure actuelle ; les cures de la cathédrale seront à la présentation de la couronne et non du chapitre, durant les mois ordinaires, sede vacante. La bataille reprit aussitôt. Peut-être pour venger l’affront fait à son prédécesseur, l’évêque Agustin de Ayestaran y Landa, sollicita par un recours du 16-2-1797, que les obventions attribuées aux recteurs, retournent sous le régime traditionnel de partage entre les recteurs et les bénéficiers. Il fut débouté par la chambre de Castille en consulte du 30-10-1797. Les recteurs de leur côté n’admettaient pas que le plan de 1795 les charge du service des mémoires, anniversaires et fondations pieuses, tandis que les bénéficiers conservaient le produit intégral des casillas de propiedad, rétribution de ce service. Ils multiplièrent les recours jusqu’à ce que le roi ordonne à l’évêque, le 20-8-1802, de transférer aux recteurs les casillas de propiedad20.

48Lorsque la chambre de Castille rappelait avec trop d’insistance aux évêques de Pamplona, l’impérieuse nécessité d’un plan général de réforme des bénéfices, ils calmaient quelques années son impatience par d’intéressants rapports. Ainsi, l’évêque Gaspar de Miranda lui adressa le 20-3-1760 une recension de 101 bénéfices-cures incongrus ; amplifiée le 2 avril de la même année à 377 bénéfices simples dans la même situation.

49La lettre de l’évêque Juan Lorenzo, du 17-2-1773, est une pertinente analyse des problèmes pastoraux de l’Espagne du nord-ouest à la fin du XVIIIe s. Le 13-4-1782, la curie de Pamplona envoie un bel état des bénéfices et cures de patronage. Lassés par vingt ans d’immobilisme, les curés et vicaires du diocèse exposèrent en deux mémoires collectifs leur triste situation. Le roi les entendit, puisque les ordres des 17-12-1783 et 27-3-1787, prescrivirent à l’évêque de procéder par priorité, séparément du plan général diocésain, à la redotation des curés et vicaires, aux frais des participants aux dîmes. Rien ne se fit. Le troisième mémoire, du 7-9-1789, est un cri de désespoir. Les desservants mettent en lumière des faits passés sous silence dans les rapports des prélats, mais qui suffisent presque à expliquer l’enlisement de la réforme. Plus de deux-cent des 900 paroisses du diocèse sont confiées pour une rétribution misérable aux vicaires nutuels que l’évêque, le chapitre, l’Ordre de San Juan, nomment et révoquent à leur arbitraire. Les gros participants aux dîmes, le chapitre cathédral au premier chef, entravent la redotation prescrite en 1783 et 1787. Les vicaires proposent des mesures radicales :

  • Placer sous séquestre les dîmes du diocèse, jusqu’à accomplissement de la redotation ordonnée par le roi.

  • Confier l’élaboration du plan général diocésain à une commission extraordinaire formée par le souverain.

  • Ôter aux chanoines de Pampelune la juridiction ecclésiastique Ordinaire qu’ils exercent par les fonctions de proviseur, ou d’administrateurs des dîmes.

  • Les nouveaux traitements des curés et vicaires reposeront sur les revenus fixes, à l’exclusion du pied d’autel. Ils seront assurés par les décimateurs, au prorata de leur part. Leur règlement sera mixte, partie en nature, partie en numéraire. Enfin, ils seront proportionnés à la population paroissiale.

  • La réduction des bénéfices incongrus doit se faire principalement par contribution des gros participants aux dîmes, et non par diminution de l’effectif des bénéficiers.

  • 21 A.H.N., Cons. Supr., l 16.086.

50Ce programme révolutionnaire ne sera pas adopté. Mais la grande colère des vicaires navarrais brisa trente ans d’obstruction. À partir de 1790, les évêques de Pampelune soumirent tous les ans à la sanction royale des dizaines d’Actes paroissiaux de réforme des bénéfices. Leur zèle fut sans doute stimulé par la notice des événements de la France voisine21.

51Le troisième plan général du diocèse de Séville fut achevé le 20-11-1787. Une contre-offensive tardive mais violente de la corporation des bénéficiers de Séville, suspendit toute décision durant deux ans et demi. Les bénéficiers représentèrent que depuis la restauration du diocèse par le roi Ferdinand III le Saint au milieu du XIIIè s., les archevêques sont uniques curés propres du diocèse, déléguant la cure actuelle à des desservants précaires, pour le temps de leur volonté. Le culte divin assuré par les bénéficiers doit garder toute sa splendeur ; il ne saurait se confondre avec l’administration des sacrements confiée aux vicaires nutuels (ce qui signifie un refus de l’obligation du service pastoral auxiliaire, imposée aux bénéficiers), et ne doit subir aucune diminution par la prétendue réduction des bénéfices. Invité par la chambre de Castille à faire part de ses observations sur le mémoire des bénéficiers du 27-2-1788, l’archevêque Alonso Marcos de Llanes répondit le 29 aôut : Que su intento (parlant de la corporation) era sólo detener con inbentivas tan justo proyecto, no sufriendo su orgullo sugetarse à los curas, y que estos se hallasen competentemente dotados para resistir la dominación que hasta aqui habían tenido en las yglesias, lo que no se podia mirar sin dolor, ni permitir que unos simples sacerdotes inútiles los mas de ellos, sin aplicación a las letras, ni asistencia de las yglesias, sino quando les llama el interés, que aun para esto se suelen valer de substitutos, y que uno de estos por que sirve un beneficio, haya de preceder á un cura anciano, docto y celoso, y disponer como arbitrario en todas las funciones. Après cette apologie du digne curé et ce réquisitoire contre l’indigne bénéficier, l’archevêque, toujours dans l’esprit du siècle, pulvérise par citation d’archives, la pseudo-distinction originelle du service des bénéficiers et de celui des curés : ...prescindiendo de la poca verdad con que se asegura que el Santo Rey (Ferdinand III) hizo distinción de Ministros, de Curas destinados à la administración de sacramentos, y Beneficiados para los divinos oficios ; por que la ordenación de las yglesias se hizo en tiempo del ynfante D. Felipe su hijo por el arzobispo coadministrator D. Raimundo Lozano, y estubo tan lejos de separar estos ministros de curas y beneficiados, que desde la conquista que fue en el año de 1248, eran los beneficiados curas, y lo continuaron hasta el de 1319, y aun en el dia hay muchos beneficiados curas con conocida utilidad de las Yglesias.

  • 22 A.H.N., Cons. Supr., 1 15.433 : consulte du 5-5-1790.

52La corporation des bénéficiers fut déboutée et le plan général diocésain rendu exécutoire, par cédule du 18-7-1790, sur consulte du 5 mai22.

  • 23 Presque exactement, car les convictions des évêques doivent parfois composer avec les hommes qu'ils (...)

53Les privilèges des naturels, la patrimonialité des bénéfices, n’étaient pas expressément affectés par la réforme bénéficiale ; mais l’esprit des circulaires de 1758 et 1769 abrogeait virtuellement le statu quo séculaire. Il s’ensuivit un intense débat ecclésiologique. On ne s’étonnera pas que le clivage entre partisans et adversaires de la réforme recoupe presque exactement celui entre adversaires et défenseurs des exclusives territoriales d’accès aux bénéfices23. L’examen des arguments des deux camps nous explique pourquoi.

54Les prélats réformateurs voient dans la préférence aux naturels, la patrimonialité, le patronage des communautés d’habitants, l’obstacle majeur au redressement du clergé séculier. La noblesse et les patriciats urbains ne songent qu’à leur influence clientéliste, qu’à renforcer par les présentations aux bénéfices les liens d’obligation des familles de leurs créatures. Les populations ne se soucient pas plus des qualités intellectuelles et pastorales des postulants ; l’accès aux bénéfices s’intègre dans le réseau des services et solidarités de voisinage, qui constitue la substance de la sociabilité villageoise. Il est aussi grave de refuser sa voix au fils du voisin, candidat à un bénéfice, que de lui refuser l’alliance de sa fille. Toutes les familles ayant l’ambition de compter au moins un membre du clergé, ces usages conduisent au morcellement de bénéfices misérables, à la constitution d’une plèbe cléricale pléthorique ; autant de maux que la réforme bénéficiale prétend guérir, mais qui entraîneront son échec si les privilèges des naturels sont respectés.

  • 24 Outre les références citées plus loin, on peut consulter à l’A.H.N. de Madrid, section Cons. Supr.,(...)

55Il importe donc d’élargir l’assise géographique du recrutement, d’instaurer entre les prétendants une véritable concurrence, afin que le roi et les évêques puissent constituer le clergé séculier instruit et compétent, dont l’Espagne a besoin. La patrimonialité peut être réformée par deux voies : le passage d’une patrimonialité paroissiale à une patrimonialité générale à l’archiprêtré ou doyenné, sinon au diocèse ; l’éloignement du degré de parenté requis entre le candidat et le parent né au pays. Relativement au patronage des communautés d’habitants, il convient d’abolir le suffrage direct de l’assemblée des chefs de famille, et de lui substituer un collège électoral restreint. Quant à la préférence aux naturels, elle doit être contenue dans sa qualité de droit : le critère subsidiaire qui départage des sujets d’égal mérite24.

56Les adversaires de la réforme ne nient pas la fonction sociale toute pro fane du bénéfice. Mais loin de la condamner, ils l’exaltent, et l’éclairent par de multiples précisions. Aussi incongrues qu’elles paraissent aux yeux des hauts fonctionnaires de Madrid et des évêques modernistes, les medias raciones ou les quartillas de bénéfices assurent aux familles de laboureurs modestes un statut respectable, des ressources d’appoint, un secours dans l’adversité. Tous les enfants ne peuvent rester à la terre, ni trouver d’emploi en ville. Que deviendrait le fils impropre à la charrue sans un bénéfice qui, s’il ne suffit pas à son entretien, lui donne un état décent et lui permet de vivre au pays sans être une charge pour les siens ? Aussi modeste que soit leur instruction, les bénéficiers sont bien souvent les seules personnes lettrées du pays ; par eux leur famille participe à la culture de l’écrit, grâce à eux, elle n’est pas démunie dans ses démarches auprès de la justice et de l’administration. La promotion de ses enfants dans le clergé est la fierté d’une famille, et lorsque de mauvaises récoltes anéantissent ses ressources, l’ultime recours.

  • 25 Une expression synthétique et approfondie des arguments en défense des exclusives locales d'accès a (...)

57La patrimonialité paroissiale est légitimée par l’argument traditionnel : il est juste que les habitants aient un titre de droit aux emplois cléricaux rétribués par leurs dîmes parfois, plus souvent par les champs que leurs aïeux ont gagné sur la friche à force de labeur et de peine, et qu’ils ont donné à l’Église afin de doter un clergé au service du pays et fils de sa terre. Le privilège des naturels, la fondation de bénéfices à l’initiative des laïcs, cimentent entre l’institution ecclésiale et les populations une communion fondée sur la mémoire, le sang et la terre, le sacrifice et le don. Par eux, l’Église n’est pas une structure étrangère, dominatrice, acculturante, elle est la mère tutélaire et civilisatrice par qui la communauté villageoise participe à l’universel25.

58Le débat ecclésiologique se doublait d’un risque politique. L’attachement des populations à leurs privilèges d’accès aux bénéfices rendait plausibles des troubles insurrectionnels s’ils devaient souffrir de graves atteintes. Ni l’épiscopat, ni les gouvernants, n’étaient disposés à courir un tel risque, surtout sur un terrain qui touchait à la vie religieuse du peuple espagnol. Quelques affaires remarquables permettent une approche concrète du problème, éclairent par la même occasion l’attitude des populations et des autorités.

59L’évêque d’Almería Fr. Anselmo Rodríguez était hostile à la préférence coutumière accordée aux paroissiens du patronage royal de Grenade. À la provision du bénéfice de Santa Fée y Guechar, en 1780, l’unique candidat local Miguel Nicolás Rodríguez Campan fut jugé inapte. L’évêque obtint normalement de la chambre de Castille l’organisation d’un second concours, ouvert à tous les diocésains. À l’issue des épreuves, il forma la liste des trois admissibles proposés à l’élection du roi. Elle excluait le sieur Campan, bien qu’il ait obtenu des notes égales au sujet classé troisième, et supérieures aux premier et second. C’était son droit le plus absolu, mais la chambre de Castille s’en formalisa, et par une décision tout à fait exceptionnelle, elle désavoua le choix du prélat. Le sieur Campan eut le bénéfice. Fr. Anselmo Rodríguez revint à la charge en présentant le plan de réforme de son diocèse en 1786, puis en 1787 et 1788. Il proposait rien moins que l’ouverture à tous les espagnols de l’accès aux bénéfices du patronage de Grenade, par l’instauration d’un concours national.

  • 26 A.H.N., Cons. Supr., L 15.424, consulte du 27-4-1787, L 15.433, consulte du Libro de Igl. 106 E : R (...)

60Avertis du danger, les habitants s’émurent. Les onze municipalités principales du diocèse adressèrent au souverain un mémoire commun du 5-10-1787, en défense de leurs droits. L’affaire était entendue. On n’allait tout de même pas soulever la colère des habitants d’une province entière, en les privant d’un droit concédé et confirmé par la couronne, pour satisfaire le rigorisme d’un maniaque du concours national. La cédule de Charles IV du 9-4-1790 confirma solennellement l’usage traditionnel26.

61Le diocèse de Calahorra était, comme ceux de Burgos, Palencia, Valladolid et Tarazona, entièrement régi par la patrimonialité locale des bénéfices. Les ordres de Charles IV des 11-3 et 7-5-1804 confièrent l’élaboration de la réforme des bénéfices en chacune des provinces d’Alava, Guipúzcoa et Biscaye à une Junta, composée de représentants des patrons particuliers et des municipalités, intéressés au titre de leurs privilèges patrimoniaux et de leurs droits de patronage. L’Ordinaire formera les plans bénéficiaux en accord avec les Juntas. L’objectif de ce curieux revirement était d’éviter la mobilisation contre la réforme, de populations farouchement attachées à leurs privilèges foraux. Il comportait le risque d’une obstruction légalisée des notables, conduite en toute impunité depuis les places fortes des Juntas, gracieusement livrées. Les débuts laissèrent croire que l’audacieux pari serait gagné. Les Juntas firent montre de bonne volonté, au point qu’une résolution royale sur consulte du 7-3-1807, demanda aux évêques de Calahorra et de Santander de promulguer les Actes conformes aux projets élaborés.

  • 27 A.H.N., Cons. Supr., L 15.515, consulte du 6-10-1824 ; Libro de Igl. 122 E RC 29-10-1824.

62Pour des raisons obscures, le plan du diocèse de Calahorra ne fut pas appliqué. Les Juntas se remirent à l’ouvrage au lendemain de la guerre d’indépendance, dans des dispositions d’esprit fort altérées. La réduction des bénéfices sentait la philosophie française, pour ne pas dire la collaboration avec le gouvernement intrus. La révolution libérale de 1820 n’arrangea rien. Le 18-6-1824, était enfin promulgué un plan diocésain maintes fois remanié. La chambre de Castille l’avait à peine approuvé en consulte du 21-8-1824, qu’une représentation des patrons du señorío de Vizcaya demanda son abrogation. Les patrons furent déboutés par cédule du 29-10-1824, sur consulte du 6. Mais il restait peu de temps pour appliquer une réforme qui paraîtra bientôt d’un autre âge27.

63Le patronage des communautés d’habitants était normalement associé à la patrimonialité. Lorsqu’à cette circonstance s’ajoute l’extension du régime à un vaste territoire, qui pour faire bonne mesure est exempt de l’Ordinaire, on définit la région névralgique où se jouait la crédibilité d’une politique réformatrice. La région s’appelait l’abbaye de Medina del Campo ; elle retiendra vingt ans durant l’attention de la chambre de Castille.

  • 28 L’abbaye de Medina del Campo était placée sous le régime de la cure insolidum. bénéficiers de la pa (...)

64Les élections aux bénéfices de l’abbaye donnaient lieu à des désordres d’une telle gravité qu’à l’instance de la couronne le pape Benoît XIV réduisit le 29-4-1756, le collège électoral de chaque paroisse à cinq personnes : le curé le plus ancien28, le bénéficier le plus ancien, le majordome de la fabrique, le regidor ou 1’alcalde le plus ancien, le délégué de la noblesse et le délégué du commun alternativement. La colère des populations contraignit la chambre de Castille à décréter, les 18-6 et 4-7-1757, la suspension de la provision des bénéfices vacants. Au terme de douze ans de débats stériles, la résolution de Charles III du 7-10-1769 lui ordonna de faire assurer la provision des bénéfices vacants à titre conservatoire, et d’élaborer un nouveau règlement électoral sur propositions de l’évêque de Valladolid et du vicaire ecclésiastique de Medina del Campo.

65Le vicaire engagea de larges consultations. Les délégués du clergé, des habitants, des municipalités, s’accordèrent tout de même sur quelques principes :

  • maintien d’une rigoureuse patrimonialité paroissiale.

  • élection aux bénéfices par un collège restreint.

    • 29 Voir note 28.

    habilitation à la cure d’âmes des candidats, par un examen synodal29.

  • À défaut de candidats habilités de la paroisse, l’examen classera les postulants des paroisses limitrophes, puis du territoire de l’abbaye, enfin du diocèse.

66Le vicaire ecclésiastique se conforma aux vœux des habitants. Il se contenta de trancher la question du collège électoral en proposant de conserver la composition prévue par la bulle de 1756.

67L’évêque de Valladolid, Isidro Cosio y Bustamante, émit deux souhaits en vue d’améliorer le niveau intellectuel et moral des candidats : écarter l’élection, même par un collège restreint, au profit d’un strict concours ; remplacer la patrimonialité paroissiale par une patrimonialité générale du territoire de l’abbaye. Le procureur royal, Pedro Rodríguez Campomanes, écarta la bulle de 1756 comme les suggestions de l’évêque, car elles portaient atteinte au patronage des habitants. La patrimonialité devait rester paroissiale, sans qu’il soit question de restaurer le régime traditionnel des élections. Il proposa donc un collège électoral restreint, formé du curé et de quatre députés du commun élus par les habitants, en aucun cas désignés par les autorités. La chambre de Castille se rallia aux vues de procureur royal, mais elle écarta les curés, et forma les collèges électoraux de cinq députés des habitants (sans distinction de la noblesse et du commun), désignés par tirage au sort parmi les chefs de famille.

  • 30 A.H.N., Cons. Supr., Situation ecclésiastique du territoire de Medina del Campo entre 1750 et 1765, (...)
  • 31 A.H.N., Cons. Supr., L 15.384 : consulte du 23-12-1772.

68Ainsi amendé, le régime de présentation aux bénéfices de l’abbaye de Medina del Campo fut promulgué par cédule du roi Charles III, le 28-1-177230. Il sera le modèle adressé à tous les évêques d’Espagne soucieux de régler les élections du patronage des communautés d’habitants de leur diocèse. Hélas, à la fin de l’année les premières élections conformes au nouveau statut donnèrent cours à de véritables émeutes, au point que la chambre de Castille envisagea l’envoi de forces militaires afin d’inculquer aux populations du territoire de Medina del Campo le respect du verdict des urnes31.

69Aux termes du concordat de 1753, tous les bénéfices-cures d’Espagne devaient être pourvus par concours. Ce concours devait-il être ouvert, ou réservé aux diocésains ? Les mesures de Philippe V abolissant les privilèges provinciaux d’accès aux bénéfices, rassemblées et rappelées par le décret du 7-7-1723, impliquaient des concours ouverts, mais aucun texte n’avait positivement énoncé la règle.

  • 32 A.H.N. Cons. Supr., Libro de Igl. 104 E : R.C., du 12-8-1787.

70La question se posa brutalement dans le diocèse d’Osma, en conséquence de la malheureuse réforme bénéficiale de Fr. Joaquín de Eleta, confesseur du roi. Trop soucieux de sa popularité, l’évêque souhaitait instaurer un concours réservé aux diocésains. Le roi refusa l’institution subreptice d’une patrimonialité générale des cures du diocèse d’Osma. Toutefois, la cédule du 12-8-1787 qui sanctionnait le règlement du concours diocésain formé le 17 juillet, accordait plus qu’une préférence aux naturels à égalité de mérites : les candidatures extérieures n’étaient reçues qu’à défaut de candidats diocésains habilités à la cure d’âmes32.

  • 33 A.H.N., Cons. Supr., L 15.456 : consulte du 28-11-1795 ; Libro de Igl. III E : R.C., du 23-1-1796.

71Le prélat successeur, José Constancio de Andino, était un adversaire résolu des privilèges locaux d’accès aux bénéfices. Il engagea en 1790 devant la chambre de Castille, une farouche bataille qui ligua contre lui la quasi-totalité des notables et des municipalités du diocèse. Sa mort en décembre 1793 ouvrit enfin la voie du compromis. L’évêque Diego Melo de Portugal signa avec les fondés de pouvoir des communautés d’habitants, le 30-7-1795, une transaction fondée sur la règle du traitement réciproque : ouverture du concours aux candidats des diocèses pratiquant un concours ouvert, exclusion des candidats originaires de diocèses pratiquant un concours fermé. L’accord fut approuvé par cédule royale du 23-1-179633.

  • 34 A.H.N., Cons. Supr., Libro de Igl. 112 E : R.C. du 8-10-1798 sur consulte du 10-9-1798 ; L 15.468 : (...)
  • 35 Novis. Rec., notes au titre 21, Livre 1.

72Le nouveau régime du diocèse d’Osma fut rapidement apprécié par les populations des provinces voisines, qui souffraient de l’afflux à leurs concours des naturels de Burgos, Calahorra et Palencia, mais se heurtaient en retour à la patrimonialité. Les procureurs et syndics des villes et juridictions du diocèse de Ségovie sollicitèrent le même statut. Les municipalités du diocèse de Sigüenza, soutenues par les syndics des quatre-vingt-six localités du duché de Medinaceli, les imitèrent. Ils obtinrent satisfaction par consultes de la chambre de Castille du 10-9-1798 et 3-6-1799, respectivement34. Il restait à tirer la leçon de l’affaire. Par lettre-circulaire du 13-7-1799 adressée à tous les Ordinaires d’Espagne, la chambre de Castille laissa chaque diocèse libre d’organiser un concours ouvert ou fermé, mais précisa que les concours seraient ouverts aux seuls candidats des diocèses pratiquant un concours ouvert, et que les candidatures issues des diocèses pratiquant un concours fermé seraient irrecevables35.

Les résultats

73La mention dans les plans diocésains de la population de chaque paroisse, permet d’apprécier, lorsqu’on les retrouve, leur incidence pastorale et la densité du réseau paroissial. La plupart expriment la population en feux, mais comme ils ajoutent souvent le nombre de pascalisants (almas de comunión) ou d’habitants, il est possible de fixer le coefficient de conversion. Il oscille régulièrement autour de 3,5 habitants, à l’exception du diocèse de Cadix, où le feu atteint 5 habitants.

Population affectée par les plans diocésains. Comptage en feux, sauf Solsona et Tarragone (pascalisants)

  • 36 II faut ajouter au diocèse de Cordoue les 13.055 feux des paroisses du patronage des ducs de Medina (...)

Diocèse ou territoire

Population totale

Population paroissiale

Almería.

26.511

414

Abbaye de Baza

5.180

398

Cadix

23.745

1.320

Cidual Rodrigo

9.862

104

Cordou36

52.534

720

Abbaye d'Estepa

9.862

360

Grenade

60.841

366

Guadix (sauf Baza)

8.267

344

part de Huéscar

7.053

305

Ségovie

27.261

77

Séville

126.216

537

Solsona

46284

180 p

Tarragone

95.643

950 p

74Le réseau paroissial n’est pas affecté par l’entreprise. En quelques diocèses seulement, on profite de l’occasion pour le renforcer ou le remanier. Les modifications sont de faible ampleur. Le nombre de paroisses est porté de 73 à 83 dans le diocèse de Cordoue, de 166 matrices à 172 dans celui de Grenade, de 340 à 354 dans le diocèse de Ségovie.

75L’effectif des desservants de la cure d’âmes : curés, vicaires, tenientes, augmente sensiblement. Il diminue en quelques diocèses, soit en raison d’une faible population paroissiale : Palencia ; soit parce que les nouveaux statuts imposent le service pastoral auxiliaire à tous les bénéficiers : Cadix, Cordoue.

Effectif des desservants de la cure d’âmes

Effectif des desservants de la cure d’âmes

76La revalorisation du service pastoral est considérable : une proportion médiane du doublement, dans un éventail très large. La situation avantageuse des curés des diocèses de Ségovie et Tarragone a même justifié une diminution de leur traitement moyen. Les traitements des tenientes sont à la charge des desservants des paroisses-matrices.

Traitements des desservants de la cure d’âmes

Traitements des desservants de la cure d’âmes

77La réduction du nombre de chapelains et simples bénéficiers est un des objectifs majeurs de la réforme. Elle s’effectue au profit de ceux maintenus, mais aussi, des vicaires et curés. Le résultat est considérable. La disparition à terme de la moitié des bénéfices séculiers sans charge pastorale préfigure la politique ecclésiale des gouvernements libéraux du 19e siècle : un clergé séculier réduit aux curés et vicaires, pas d’emploi rétribué sans service des fidèles.

Nombre des bénéfices simples et chapellenies
B : bénéfices. C : chapellenies.

Nombre des bénéfices simples et chapelleniesB : bénéfices. C : chapellenies.
  • 37 Le plan général diocésain supprime 20 bénéfices sur 64, mais seulement 3 chapellenies sur 229.

Notes37

78La revalorisation des postes sans cure d’âmes n’est pas un objectif prioritaire. Aussi, lorsque les bénéfices supprimés ne suffisent pas assurer la redotation des curés et vicaires, ceux maintenus sont réduits à leur dotation fixe statutaire, et perdent en faveur des pasteurs les revenus casuels (obventions et émoluments annexes). Leur dotation moyenne peut ainsi stagner ou régresser.

Dotation moyenne des bénéfices et chapellenies

Dotation moyenne des bénéfices et chapellenies
  • 38 Novis Rec., 19, T 20, L1.

79Tous les traitements s’entendent nets, charges déduites, en particulier les contributions du subsidio et de l’escusado. Leur calcul ajoute les revenus casuels aux dotations statutaires (dîmes, propriétés). Toutefois, une lettre-circulaire de la chambre de Castille du 20-11-1795, confirmée par résolution royale sur consulte du 18-6-1804, excluera les droits d’étole et les émoluments adventices de la fixation des congrues des cures et vicairies38.

80L’effort d’amélioration de la condition matérielle du clergé paroissial peut être apprécié en comparant les chiffres cités aux nouvelles congrues synodales. Chaque diocèse a sa nomenclature. Les catégories des tableaux suivants effectuent un regroupement artificiel dans le but de permettre la comparaison.

Congrues des cures et vicairies

Diocèse ou territoire

1è classe ou cl. unique

2è classe ou 2è et 3è

3è classe

Ciudad Rodrigo

2.200 rs

1.650 rs

 

Coria

4.400 rs

3.300 rs

 

Grenade

7.000 rs

5.000 rs

4.000 rs

Léon.

4.400 rs

3.300 rs

2.200 rs

Prieuré de Meya

1.600 rs

3.300 rs

 

Osma

4.400 rs

3.300 rs

 

Plasencia

3.300 rs

 

Ségovie

5.000 rs

4.000 rs

3.300 rs

Séville

6.600 rs

4.400 rs

3.300 rs

Congrues des bénéfices et chapellenies

Diocèse ou territoire

Résidentiels & serv. pastoral auxil.

Presbytéraux, non résidentiels

Ciudad Rodrigo

1.100 rs

Coria

2.200 rs

1.650 rs

Léon (2 zones)

2.200 & 1.650 rs

1.650 & 1.100 rs

Prieuré de Meya

1.280 rs

1.075 rs

Abbaye d’Olivares

2.200 rs

Osma..

2.200 rs

1.100 rs

Palencia (2 zones)

2.200 & 1650 rs

Plasencia

1.100 rs

Ségovie

3.000 rs

Séville

1.500 rs

Tortosa

 

1.500 rs

81Les conséquences statutaires de la réforme des bénéfices sont considérables. L’étude des plans diocésains révèle que la majorité des diocèses espagnols n’avait pratiquement pas de bénéfices-cures. Ils seront instaurés par l’érection des cures et vicairies nutuelles et amovibles, en perpétuelles et collatives. Les prescriptions de la circulaire du 12-6-1769 seront non seulement respectées, mais bien souvent outrepassées dans le sens de la rigueur. Il est recommandé d’imposer le service auxiliaire de la cure d’âmes à une partie des bénéfices conservés. De nombreux évêques l’imposent à tous. Le service pastoral auxiliaire comprend l’assistance aux offices de précepte ; l’administration des sacrements, en particulier la pénitence et l’eucharistie, du viatique aux malades et aux mourants ; enfin toujours, la catéchèse. Le plan modèle d’Almeria ajoute la récitation quotidienne du rosaire.

82Sur le plan disciplinaire, l’autorité et la prééminence du curé sur les chapelains et simples bénéficiers est nettement affirmée. Le curé devient le « patron » de la paroisse. L’obligation de résidence est largement étendue. Elle est confortée par l’instauration des distributions d’assiduité jusqu’au tiers du revenu, ou des retenues pour absence injustifiée. Les desservants de la cure d’âmes et les bénéficiers résidents doivent en leur absence rétribuer un substitut, agréé sinon nommé par l’ordinaire. La réforme bénéficiale instaure expressément le régime concordataire de présentation. La première présentation aux postes créés ou conservés revient à la Couronne.

83Les particularités ecclésiales des diverses provinces d’Espagne infléchirent la mise en œuvre des directives générales. Le succès de l’entreprise fut inégal suivant les régions.

  • 39 Recensements des bénéfices incongrus des diocèses de la Couronne d’Aragon, effectués sur R. O. du 4 (...)

84Dans la Couronne d’Aragon, elle débuta précocement et fut conduite avec assez d’énergie pour être menée à terme dans la majorité des diocèses avant 1780. Le classement actuel des archives du Patronage d’Aragon rend très difficile son étude directe. Les consultes de la chambre de Castille sont forcément vagues sur les implications locales de décrets affectant une centaine de paroisses. Une approche complémentaire mais détournée est possible par les recensements des bénéfices incongrus effectués par les curies diocésaines sur ordre du 4-9-1756, et par les états des bénéfices qu’elles ont dressés sur ordres des 28-10-1784 et 27-4-179939. Il apparaît que la réforme fut avant tout catalane. Les prélats des royaumes d’Aragon et de Valence parviendront difficilement à conclure des plans diocésains ; ils réformeront leur diocèse tardivement, par paroisse ou groupe de paroisses, jusqu’aux révolutions libérales.

85La similitude des situations confère aux plans diocésains des caractéristiques communes. Citons d’abord les dotations faibles, souvent nulles, de la plupart des postes incongrus. Ils n’étaient plus attribués depuis des générations, car les frais de leur obtention étaient bien supérieurs aux ridicules revenus qu’ils procuraient, même sur plusieurs années. Dans une lettre à la chambre de Castille du 28-10-1753, l’évêque de Lérida explique que les bénéfices ou chapellenies ainsi réduits au titre seul, sont appelés de percha. La plupart étaient dotés sur des cens, et l’abaissement réglementaire des taux d’intérêt de 5 à 3 % au début du siècle précipita leur ruine. L’amputation de ce tissu bénéficial mort s’effectua dans l’indifférence des populations, des patrons et du clergé.

86Par conséquent, la clause des instructions de 1769 prescrivant la réduction des bénéfices inférieurs au tiers de la congrue synodale en legs pieux et charitables, devint essentielle. La chambre de Castille attacha la plus grande importance à l’emploi de ces legs : secours à des orphelines, dots de mariage, bourses d’études pour des jeunes gens pauvres du pays, fabriques, séminaires. La création de postes pour les desservants de la cure d’âmes n’était pas une préocupation majeure comme en d’autres provinces, parce que si les vicairies nutuelles et les cures insolidum, alternativement servies par chaque membre du corps des bénéficiers, étaient fréquentes, les bénéfices cures étaient majoritaires. La prêtrise, la résidence et le service personnel rétribués en distributions d’assiduité étaient le régime commun, en raison de la concentration des bénéfices dans de nombreuses paroisses capitulaires et de la fréquence des co-rectorías, (nom catalan des cures insolidum). Cette situation facilita l’imposition des clauses statutaires de la réforme. Les évêques de Lérida imposèrent expressément le service pastoral auxiliaire à tous les bénéfices conservés.

Plans diocésains de la couronne d’Aragon

  • 40 Réforme bénéficiale du diocèse de Barcelone. A.H.N., Cons. Supr., L 19.516.

87Barcelone : Acte de l’év. José Climent, du 3-7-1768 (partiel), confirmé par R. C. du 5-7-1772, sur consulte du 14-12-1768. Acte de l’év. José Climent, du 29-9-1775 (partiel), confirmé par R. C. du 27-8-1776, sur consulte du 22 juin. Acte de lev. Valladares y Mejia, du 25-10-1786 (partiel), confirmé par R. C. du 10-8-1791, sur consulte du 6 juin40.

  • 41 Réforme bénéficiale du diocèse de Huesca. A.H.N., Cons. Supr., L 18.875, expediente 3.

88Huesca : Plan général de l’év. Antonio Sánchez Sardinero, du 8-12-1774, confirmé par R. C. du 23-2-1775, sur consulte du 1 février41.

  • 42 La réforme bénéficiale du diocèse de Lérida est indirectement décrite par les États des bénéfices d (...)

89Lérida : Acte de l’év. Joachim Antonio Sánchez Ferragudo, du 22-1-1775 (paroisse-cathédrale), approuvé par R. C. du 19 mars, sur consulte du 22 février. Acte de l’év. Geronimo María de Torres, du 7-8-1793 (officialat de Lérida), confirmé par R. C. du 13-1-179442.

  • 43 Description indirecte de la réforme bénéficiale du diocèse de Solsona dans l'État des bénéfices dre (...)

90Solsona : Plan général de l’év. Josef de Mezquia, de 1767, confirmé par Rs. Cs. des 6-9-1767 et 13-9-1770, sur consulte du 20-7-176743.

  • 44 Réforme bénéficiale du diocèse de Tarragone. A.H.N., Cons. Supr., L 19.676, expediente 9. Complémen (...)

91Tarragone : Plan général de l’év. Juan Lario y Lancis, du 9-12-1768, confirmé par R. C. du 31-7-1770, sur consulte du 21-8-176944.

  • 45 Réforme bénéficiale du diocèse de Tortosa. A.H.N., Cons. Supr., L 19.706, expediente 6.

92Tortosa : Plan général de l’év. Bernardo Velarde, du 5-8-1770, confirmé par R. C. du 21-6-1772, sur consultes des 19-11-1770 et 4-11-177145.

  • 46 Réforme bénéficiale du diocèse de Vich. A.H.N., Cons. Supr., L 18.868. utiles dans L 18.957 (État d (...)

93Vich : Plan général de l’év. Fr. Bartolomé Sarmentero, du 21-2-1768 et du 11-1-1769, confirmé par Rs. Cs. des 8-11-1768 et 9-11-1769, sur consulte du 11-7-176846.

  • 47 Réforme bénéficiale du prieuré de Meya. A. G. S., Gracia y Justicia. L 569

94Prieuré exempt de Meya : Acte du 19-1-1773, confirmé par R. C. du 1 juillet, sur consulte du 26 mai47.

  • 48 État d'avancement de la réduction des bénéfices incongrus sur le territoire de la Couronne d'Aragon (...)

95L’état dressé par le secrétariat du Patronage d’Aragon en 1777 signale sept plans que nous n’avons pas retrouvés48 :
Albarracín : Plan général approuvé par R. C. du 11-9-1770, sur consulte du 4 avril.

96Segorbe : Plan partiel du 1-10-1774, approuvé par R. C. du 17-1-1775, sur consulte du 26-11-1774.

97Teruel : Plan général approuvé par R. C. du 9-7-1772, sur consulte du 20 mai.

98Urgel : Plan général approuvé par R. C. du 14-1-1777, sur consulte du 7-5-1774.

99Abbaye exempte de Gerri : Plan général du 10-6-1772, approuvé par R. C. du 14-7-1773, sur consulte du 2-12-1772.

100Abbaye exempte de Labax : Plan général du 30-1-1777, approuvé par Résolution royale sur consulte du 16 avril.

101Abbaye exempte de Ripoll : Plan général du 7-1-1772, approuvé par R. C. du 27-4-1773, sur consulte du 15 mars.

102La seconde vague de la réforme bénéficiale affecta les diocèses andalous, au premier chef ceux du royaume de Grenade. Elle débuta puissamment dans la décennie 1780, s’acheva à la guerre d’indépendance. Le régime du patronage royal de Grenade posait la question en des termes spécifiques. Tous les bénéfices, en nombre strictement limité, étaient attribués par concours, et de présentation royale en tous mois. Les fondations de chapellenies requéraient la licence des souverains. Il n’existait pratiquement pas de bénéfices-cures ; les évêques, seuls curés propres, détenaient la cure habituelle en toutes les églises de leur diocèse ; ils déléguaient la cure actuelle à des vicaires nutuels, nommés à titre précaire et révocables à volonté. Ces prêtres mercenaires n’avaient aucune autorité face aux bénéficiers, maîtres de droit de l’administration spirituelle et temporelle des paroisses.

103La chambre de Castille conduisit la réforme bénéficiale des diocèses grenadins avec un vif souci de leur unité statutaire. L’objectif majeur était d’inverser la hiérarchie pastorale traditionnelle, en conférant aux desservants de la cure d’âmes le premier rang dans la paroisse et l’autorité sur les bénéficiers. Us partageront avec les bénéficiers le service et les revenus des anniversaires, mémoires, chapellenies et fondations pieuses. Leur redotation s’effectuera essentiellement par le transfert en leur faveur des obventions et émoluments annexes jusqu’alors perçus par les bénéficiers.

104La réduction des bénéfices a moins d’importance qu’ailleurs, car la majorité jouissait d’un revenu satisfaisant. Quant aux chapellenies, les plans diocésains les négligèrent. Il parut suffisant d’exiger de quelques chapelains des paroisses les plus populeuses l’accès à la prêtrise. Par contre, le service auxiliaire de la cure d’âmes est imposé aux détenteurs de tous les bénéfices conservés. À la différence du régime commun, les nouvelles cures ne seront pas à la présentation royale concordataire durant les huit mois réservés. Conformément au statut des bénéfices du patronage de Grenade, elles seront à la présentation du roi en tous mois, sur ternas formées par l’Ordinaire. Il en ira de même pour les tenencias des annexes. La clause provoqua l’opposition feutrée des évêques, qui simulant l’étourderie promulguaient dans leurs Actes une présentation concordataire. Les conseillers de Castille ne se laissèrent pas attendrir par ces enfantillages et ajournèrent régulièrement les plans diocésains soumis, jusqu’à satisfaction sur ce point. Second motif de heurts, les prélats tentèrent d’obtenir à la faveur de la réforme, l’abolition de la préférence coutumière en faveur des paroissiens candidats aux bénéfices. Également en vain.

Plans diocésains du patronage de Grenade

  • 49 Plan général diocésain de 1781. A.H.N., Cons. Supr., L 15.409, consulte du 14-1-1782. L 15.553 : do (...)
  • 50 Plan général diocésain de 1787. A.H.N., Cons. Supr., L 15.424 : consulte du 27-4-1787. L 15.546 : d (...)

105Almeria : Acte de l’év. Fr. Anselmo Rodríguez du 10-10-1781, confirmé pour la partie relative à l’érection de cures et vicairies perpétuelles, par R. C. du 8-7-1782, sur consulte du 14 janvier49. Plan général de l’év. Fr. Anselmo Rodríguez du 28-10-1786, confirmé par R. C. du 28-6-1787, sur consulte du 27 avril50.

  • 51 Genèse du plan général diocésain. A.H.N., Cons. Supr., L 15.855 : dossier de base. L 15.555 : conti (...)

106Grenade : Plan général de l’év. Antonio Jorge y Galvàn, du 10-5-1787, confirmé par R. C. du 13-9-1788, sur consulte du 30 juin51.

  • 52 Plan bénéficial de l'abbaye de Baza. A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : consulte du 5-5-1790. L 15.877 (...)
  • 53 Plan général du diocèse de Guadix. A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : consulte du 3-11-1790. L 15.876  (...)

107Guadix et abbaye de Baza : Acte de l’év. Fr. Bernardo Lorca du 22-2-1790 (abbaye de Baza), confirmé par R. C. du 25 juillet, sur consulte du 5 mai52. Acte de lev. Fr. Bernardo Lorca du 18-5-1790 (Guadix-diocèse), confirmé par R. C. du 22 décembre, sur consulte du 3 novembre53.

  • 54 Vicairie de Huescar. A.H.N., Cons. Supr., L 15.421 : consulte du 6-9-1786. L 16.298, expediente 9 : (...)

108Vie de Huéscar : Acte de l’arch. de Tolède Francisco Antonio Lorenzana du 15-3-1786 (vie de Huéscar), confirmé par R. C. du 8 octobre, sur consulte du 6 septembre54.

  • 55 Acte du 7-10-1782. A.H.N., Cons. Supr., L 15.460 : consulte du 11-1-1797. Libro de Igl. 112 E: R.C (...)
  • 56 Acte du 13-12-1806. A.H.N., Cons. Supr., L 15.500 : consulte du 23-9-1807. Libro de Igl. 119 E : R. (...)

109Malaga : Acte de l’év. Josef Molina Lario du 7-10-1782 (érection de cures et vicairies perpétuelles), confirmé par R. C. du 21-4-1797, sur consulte du 11 janvier55. Acte de l’év. José Vicencio de Lamadrid du 13-12-1806 (statut des bénéfices simples), confirmé par R. C. du 16-10-1807, sur consulte du 23 septembre56.

  • 57 Canaries A.H.N., Cons. Supr., Libro de Igl. 106 E : R.C. du 17-4-1789. Libro de Igl. 118 E : Rs. Cs (...)

110Canaries : Recensión incomplète. Acte du 22-12-1787 (île de Fuerteventura), confirmé par R. C. du 17-4-1789. Acte du 30-11-1795 et 10-17-1799 (île de Lanzarote). Acte du 2-12-1795 (île de la Gomera), confirmés par Rs. Cs. du 27-10-180657.

  • 58 Plan bénéficial d'Alcala la Real. A.H.N., Cons. Supr., L. 15.488 : consulte du 25-8-1804. Libro de (...)

111Abbaye exempte d’Alcala la Real : Plan général du 1-2-1804, confirmé par R. C. du 7 octobre, sur consulte du 25 août58.

  • 59 Plan bénéficial d'Estepa. A.H.N., Cons. Supr., L 15.473 : consulte du 28-7-1800. Libro de Igl. 98 E (...)

112Abbaye exempte d’Estepa : Acte du 6-5-1791 (redotation des cures), confirmé par R. C. du 6-10-1800, sur consulte du 28 juillet.59.

113La situation de l’Andalousie offre de nombreuses similitudes avec le patronage de Grenade. La plupart des paroisses étaient desservies par des vicaires nutuels, nommés et révoqués à leur gré par les évêques, seuls curés-propres. Comme dans le royaume de Grenade, l’extension de ce droit n’avait d’autre limite que les vastes territoires du patronage des grands d’Espagne. Par donations royales au lendemain de la reconquête, quelques maisons aristocratiques prélevaient toutes les dîmes de leurs seigneuries, présentaient tous les desservants et bénéficiers de leurs églises, à charge de construire et d’entretenir les édifices du culte, et de rétribuer les clercs qui l’assuraient. Les évêques andalous négligèrent les chapellenies ; nous savons seulement qu’elles étaient très nombreuses. Les bénéfices simples étaient aussi abondants, mais à la différence de la Catalogne, et surtout du patronage de Grenade, la grande majorité était à la présentation de l’Ordinaire.

114La caractéristique majeure du tissu bénéficiai était l’importance des préstimonies (préstamos, ou prestameras), bénéfices attachés à des institutions : collèges universitaires, hôpitaux, chapelles, etc… et non pas attribués à des personnes physiques. Cette catégorie se rencontre en d’autres provinces, mais elle constitue une exception ponctuelle ou localisée. Elle est en Andalousie un phénomène massif, par le nombre, par l’extension géographique, le poids en valeur. En principe, les préstamos ne sont pas concernés par la réduction des bénéfices. Les prélats andalous furent obligés d’en inclure un certain nombre dans leurs dispositions.

115Les plans généraux confèrent une importance égale à la réduction des bénéfices, et à la titularisation, à la revalorisation économique et statutaire des desservants. Comme dans les diocèses grenadins, il s’agit d’inverser la hiérarchie ecclésiale traditionnelle, de donner le primat à la pastorale sur le culte. Ainsi les évêques de Cadix et de Cordoue imposent le service pastoral auxiliaire à tous les bénéficiers. L’entreprise se heurta à la résistance des corporations de bénéficiers, établies aux chefs-lieux des diocèses.

Plans diocésains d’Andalousie

  • 60 Cadix : plan général diocésain. A.H.N., Cons. Supr., L 15.427 : consulte du 14-12-1787. L 15.648 : (...)

116Cadix : Plan général de lev. José Escalzo y Miguel du 16-12-1786, confirmé par R. C. du 6-3-1788, sur consulte du 14-12-178760.

  • 61 Ville de Cordoue. A.H.N., Cons. Supr., L 15.484 : consulte du 8-6-1803 L 15.786 : dossier de base. (...)

117Cordoue : Acte de lev. Agustín Ayestaran y Landa du 30-4-1803 (ville de Cordoue), confirmé par R. C. du 30 juin, sur consulte du 8 juin61.

  • 62 Partido de la Sierra. A.H.N., Cons. Supr., L 15.484 : consulte du 8-6-1803. L 15.786 : dossier de b (...)
  • 63 Partido de la Campiña. A.H.N., Cons. Supr., L 15.495 : consulte du 10-5-1806. L 15.786: dossier de (...)
  • 64 Patronage des ducs de Sesa. A.H.N., Cons. Supr., L 15.500 : consulte du 22-6-1807. Libro de Igl. 11 (...)
  • 65 Patronage des ducs de Medinaceli. A.H.N., Cons. Supr., L 15.780 : dossier de base. Le patronage s’é (...)
  • 66 Plan général diocésain de Séville. A.H.N., Cons. Supr., L 15.433 : consulte du 5-5-1790 L 16.216 : (...)

118Acte du 14-4-1803 (partido de la Sierra), confirmé par R. C. du 30 juin, sur consulte du 8 juin62. Acte du 16-3-1806 (partido de la Campiña), confirmé par R. C. du 3 juin, sur consulte du 10 mai63. Acte du 14-3-1807 (patronage des ducs de Sesa), confirmé par R. C. du 16 juillet, sur consulte du 22 juin64. Acte du 10-10-1808 (patronage des ducs de Medinaceli)65. Séville : Plan général de l’arch. Alonso Marcos de Llanes du 20-11-1787, confirmé par R. C. du 18-7-1790, sur consulte du 5 mai66.

  • 67 Plan bénéficial d'Olivares. A.H.N., Cons. Supr., L 15.415 : consulte du 14-7-1784. Libro de Igl. 10 (...)

119Abbaye exempte d’Olivares : Plan général du 25-1-1783, confirmé par R. C. du 10-10-1784, sur consulte du 14 juillet67.

  • 68 A.H.N., Cons. Supr., L 15.415 : consulte du 20-10-1783.

120Les réussites de la Catalogne, du royaume de Grenade et de l’Andalousie, ne doivent pas masquer que pour les deux-tiers de l’Espagne, l’entreprise de réduction de bénéfices, d’érection et dotation de cures, pourrait s’intituler : « la réforme enlisée » ou « la réforme en miettes ». Certes, les évêques adressent des avant-projets précis ou ébauchés, en réponse aux circulaires de la chambre de Castille, mais la sauce ne prend pas. À la fin de 1783, seuls du centre et du nord-ouest de l’Espagne, les trois diocèses de Ciudad-Rodrigo, Salamanque et Ségovie, avaient mené à terme une réforme générale68. Quelques plans diocésains recevront la confirmation de l’autorité royale après cette date ; mais en règle générale, la chambre de Castille réduisit son ambition. Elle prescrivit aux prélats de fixer séparément les nouvelles congrues synodales à partir desquelles ils devaient conduire la réduction des bénéfices, paroisse par paroisse, au temps et par les moyens opportuns que leur dicteraient les circonstances.

121Trois causes conjuguées peuvent rendre compte de l’échec : la faiblesse des administrations diocésaines, l’impossibilité d’embrasser dans un plan général la situation du millier de paroisses des diocèses de l’Espagne océanique, la défiance sinon l’hostilité de populations attachées à la patrimonialité des bénéfices et aux patronages populaires, opposées par conséquent à toute réduction de leur nombre. Plusieurs évêques surent pourtant contourner ces obstacles. Ceux de Palencia et de Valladolid imposeront même le service auxiliaire de la cure d’âmes à tous les nouveaux bénéficiers.

Plans diocésains isolés

  • 69 Calahorra, Acte de 1803. A.H.N., Cons. Supr., L 15.484 : consulte du 31-10-1803. Libro de Igl. 116 (...)
  • 70 Calahorra, 1824. A.H.N., Cons. Supr., L 15.514 : consulte du 6-10-1824. Libro de Igl. 122 E : R.C. (...)

122Calahorra : Acte de l’év. Francisco Aguiriano Gómez du 23-7-1803 (érection de cures et vicairies perpétuelles), confirmé par R. C. du 25 novembre, sur consulte du 31 octobre69. Plan général du 18-6-1824, confirmé par R. C. du 29 octobre, sur consulte du 6 octobre70.

  • 71 Réforme bénéficiale du diocèse de Ciudad Rodrigo. A.H.N., Cons. Supr., L 15.394 : consulte du 7-7-1 (...)

123Ciudad-Rodrigo : Plan général de lev. Cayetano Quadrillera du 8-3-1777, confirmé par consulte du 19 novembre, sur consulte du 7 juillet.71

  • 72 Coria. A.H.N., Cons. Supr., L 15.421 : consulte du 6-9-1786.

124Coria : Acte de l’év. Diego Martín Rodríguez du 7-8-1786 (fixation des congrues), confirmé par R. C. du... sur consulte du 6-9-178672.

  • 73 Léon. A.H.N., Cons. Supr., L 15.409 : consulte du 8-7-1782.

125Léon : Acte de lev. Cayetano Quadrillera du 22-4-1782 (fixation des congrues), approuvé par R. C. du... sur consulte du... 8-7-178273.

  • 74 Osma, A.H.N., Cons. Supr., L 15.438 : consulte du 24-10-1791. Libro de Igl. 108 E : R.C. du 26-11-1 (...)

126Osma : Acte de l’év. Josef Constancio de Andino du 4-10-1791 (fixation des congrues), confirmé par R. C. du 26 novembre, sur consulte du 24 octobre74.

  • 75 Réforme bénéficiale du diocèse de Palencia. A.H.N., Cons. Supr., L 16.052 : dossier de base. L 15.4 (...)

127Palencia : Plan général de l’év. Buenaventura Moyano du 28-7-1802 (plan-cadre, suivi d’Actes paroissiaux), confirmé par R. C. du 22-6-1803, sur consulte du 1-6-180375.

  • 76 Plasencia. A.H.N., Cons. Supr., L 15.430 : consulte du 15-6-1789. Libro de Igl. 106 E : R.C. du 18- (...)

128Plasencia : Acte de l’év. José González Laso du 5-9-1787 (fixation des congrues), confirmé par R. C. du 18-7-1789, sur consulte du 15 juin76.

  • 77 Réforme bénéficiale du diocèse de Salamanque. A.H.N., Cons. Supr., L 15.377 : consulte du 23-3-1768 (...)

129Salamanque : Plan général de l’év. Felipe Bertrán de septembre 1782.77

  • 78 Réforme bénéficiale du diocèse de Ségovie. A.H.N., Cons. Supr., L 15.412 : consulte du 23-8-1783. L (...)

130Ségovie : Plan général de l’év. Alonso Marcos de Llanes y Argüelles du 20-12-1782, confirmé par R. C. du 26-10-1783, sur consulte du 23 août78.

  • 79 Réforme bénéficiale partielle du diocèse de Valladolid. A.H.N., Cons. Supr., L 15.499 : consulte du (...)

131Valladolid : Actes des 30-6-1806 et 21-7-1807 (partidos de Valladolid et de Simancas), confirmés par Rs. Cs. des 19-6-1807 et 29-2-1808, sur consultes des 6-5-1807 et 1-2-180879.

132La réduction des bénéfices incongrus et la titularisation des desservants de la cure d’âmes, fut une entreprise monumentale, conduite sur tout le territoire national avec une constance remarquable, par les ministres, la chambre de Castille et l’épiscopat. Elle fut aussi un combat permanent. Cette grande réforme de l’Espagne éclairée méritait mieux que les allusions distraites concédées à ce jour par l’historiographie.

133Les oppositions qu’elle suscite éclairent l’affrontement de deux ecclésiologies. Jusqu’au milieu du XVIIIe s., prévaut en Espagne une conception ouverte du statut clérical, qui entre la condition laïque et l’état sacerdotal complet : la prêtrise, laisse place à divers degrés de cléricalisation.

134Les ordres mineurs, le diaconat, confèrent le for ecclésiastique, l’accès aux bénéfices simples, les fonctions sacerdotales subalternes ; sans exiger la résidence, l’administration des sacrements, la célébration du sacrifice de la messe, ni de responsabilité pastorale précise. Ils participent au sacerdoce sans rupture décisive avec l’état laïc. On peut en dire autant, relativement au clergé régulier, des frères lais, des oblats (donados), qui peuplent les couvents espagnols, participent à la vie communautaire, matérielle et spirituelle, mais ne s’engagent pas entièrement par des vœux perpétuels. Conception ouverte encore, par la légitimité reconnue de considérations toutes profanes, qui intègrent l’ordre clérical à la vie sociale laïque. L’institution ecclésiale est au service du peuple chrétien, le patrimoine ecclésiastique est le bien commun des fidèles, dont l’Église n’a que l’administration. Il est juste que les enfants du pays aient un accès privilégié, sinon exclusif, aux bénéfices dotés des dîmes que paient leurs pères, ou des biens-fonds constitués par leurs aïeux. Il est bon que les fils et les filles de familles anciennes et honorables, mais pauvres, trouvent en grand nombre dans les paroisses et les couvents, les emplois qui paient leurs études, qui leur assurent un état recommandable, utile, digne de leurs mérites.

135La réforme bénéficiale procède au contraire d’une conception fermée de la condition cléricale. Par le sacerdoce et la direction spirituelle des fidèles, elle est un état de perfection, exemplaire, mais rigoureusement distinct de l’état laïc ; elle demande un engagement total, une conversion supérieure. Les ordres mineurs et le diaconat ne sont qu’une brève étape avant un sacerdoce plénier. Tout clerc a vocation aux responsabilités pastorales, à la célébration du sacrifice de la messe, à l’administration des sacrements. La résidence et le service personnel sont la norme générale. Les bénéfices ne sont pas une assistance sociale, des emplois réservés aux fils de familles honorables. Ils doivent être attribués à ceux qui sont dignes de les servir, par leur foi, leurs vertus, leur instruction, sans égard aux privilèges catégoriels ou locaux. La qualité du clergé importe plus que le nombre. La dignité de sa mission exige qu’il mène une existence proche mais distincte des fidèles. Des ressources décentes délivreront le clerc des contraintes harassantes de la misère : occupations « mercenaires » indignes de son état, servilité envers les notables locaux ; elles lui permettront de se consacrer à plein temps à son ministère, lui assureront l’indépendance et l’autorité qu’il requiert.

136Le conflit ecclésiologique sous-tend l’affrontement de deux spiritualités et donc, de deux pastorales. La spiritualité traditionnelle se fonde sur la foi, la soumission à Dieu et à l’Ecclesia, et sur la dévotion. Par l’intercession des saints on demande à Dieu protection, grâce et salut, en récompense de la fidélité. La pastorale conforte foi et dévotion par la splendeur du culte, par les pompes sacrées selon l’expression du chapitre de Palencia. La richesse et la variété du chant, des rites, tout au long des offices du cycle liturgique, le grand nombre de clercs qui concourent aux célébrations, manifestent aux yeux et aux oreilles des fidèles la grandeur et la toute puissance de Dieu. Axée sur la représentation, la pastorale est festive, extériorisée, socialisante. À un moindre degré que les saints, le clergé est aussi un intercesseur, sur lequel on peut compter pour attirer la faveur divine sur la communauté.

137Loin d’exclure l’ancienne, la spiritualité nouvelle prend place à ses côtés. Elle se fonde sur l’intériorisation de l’exigence chrétienne, dans le sens de l’individualisation d’une foi réfléchie et non seulement reçue en partage de la communauté ; dans le sens également d’une volonté de perfection morale personnelle. Imitation de Jésus Christ et exemplarité des saints, transforment en engagement actif la soumission et l’intercession traditionnelles. Le fidèle manifeste son abandon à la grâce divine par ses œuvres. Sans jamais négliger le culte, la pastorale s’oriente vers l’éducation spirituelle des laïcs : catéchèse, direction de conscience, vie sacramentelle. Les sacrements, en particulier la pénitence et l’eucharistie, confèrent à la vie morale chrétienne sa réalité spirituelle et sacrée, la distinguent radicalement des morales naturelle, civique ou sociale, pourtant semblables par les préceptes positifs. Les universités de bénéficiers adversaires de la réforme opposent la célébration de la gloire divine, service noble des bénéficiers, à l’administration des sacrements au peuple chrétien, service vulgaire de la cure d’âmes. Les évêques réformateurs sont persuadés de la noblesse du culte divin, mais accordent une noblesse égale au service de l’assemblée des fidèles : l’Ecclesia, car elle est la promesse du royaume de Dieu. L’éducation spirituelle du peuple chrétien requiert un clergé compétent. Pour l’obtenir, il faut –accorder à la compétence le rang et le salaire qu’elle mérite.

Notes

1 Novis. Rec., 12, T 16, L 1.

2 Novis. Rec., 1 3 et 4, T 16, L 1. Décret du 26-6-1771 pour l'ordre de San Juan ; du 26-7-1771 pour les ordres d'Alcantara, Calatrava, Montesa, et Saint-Jacques.

3 Novis. Rec., 1 8, T 16, L 1.

4 Point omis par la circulaire du 12-6-1769. Les despoblados (villages abandonnés), sont pris en considération par la circulaire du 13-11-1780 sur R. O. du 19 mai. Novis. Rec., l 6, T 13, L 1.

5 Si en application de la lettre-circulaire du 12-6-1769, les prélats suspendent lavision des bénéfices incongrus et séquestrent leurs rentes lorsqu'ils vaquent à la présentation royale, ils ne font pas toujours de même lorsqu'ils vaquent à leur présentation. Cette indélicatesse leur vaudra un rappel à l'ordre, par R. O. du 18-11-1792. Novis. Rec., 1 9 T 16 L 1.

6 II s’agit là d'une clause de style, à propos de laquelle les gouvernants étaient sans illusion. Comment imposer à un clerc la célébration de la multitude de messes et offices à charge des bénéfices agrégés au sien, et d'ailleurs, tombés en désuétude depuis des lustres en raison de leur dévalorisation.

7 A.H.N., Cons. Supr., L.16.052.

8 A.H.N., Cons. Supr., L 16.200.

9 A.H.N., Cons. Supr., L 15.496 : consulte du 30-7-1806.

10 A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : consulte du 13-9-1790. Libro de Igl. 105 E : R.C. du 3-6-1788. Libro de Igl. 107 E. R.C. du 26-10-1790.

11 A.H.N., Cons. Supr., L 15.415 : consulte du 20-10-1783.

12 A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : La Real Resolución sur la consulte du 9-10-1790, adressée au Conseil des Ordres, transcrivit mot à mot l'accord de la chambre de Castille que nous citons. Elle fut insérée dans la Novísima Recopilación : l 6, T 16, L 1. La Novis. Rec. insère également les décrets du 26-7-1771 : l 4, T 16, L 1 et du 7-11-1783 : l 5, T 16, L 1.

13 A.H.N., Cons. Supr., L 15.491 : consulte du 5-1-1805.

14 A.H.N., Cons. Supr., L 16.052.

15 A.H.N., Cons. Supr., L 15.469 : consulte du 31-8-1799. Libro de Igl. 113 E : R.C. du 2-10-1799.

16 A.H.N., Cons. Supr., L 16.119.

17 A.H.N., Cons. Supr., L 16.200

18 A.H.N., Cons. Supr., L 15.415, consulte du 14-7-1784.

19 A.H.N., Cons. Supr., Libro de Igl. 89 E, R.C. du 9-10-1763

20 A.H.N., Cons. Supr., l 15.786

21 A.H.N., Cons. Supr., l 16.086.

22 A.H.N., Cons. Supr., 1 15.433 : consulte du 5-5-1790.

23 Presque exactement, car les convictions des évêques doivent parfois composer avec les hommes qu'ils gouvernent. Ainsi, Cayetano Quadrillero, réformateur laborieux des diocèses de Ciudad Rodrigo et de Léon, s'incline devant l'attachement des habitants du premier à leurs chapellenies. Au contraire, Juan Lorenzo Irigoyen, censeur sévère des pratiques issues du patronage populaire et de la patrimonialité, renonce à réformer les bénéfices de son diocèse de Pampelune.

24 Outre les références citées plus loin, on peut consulter à l’A.H.N. de Madrid, section Cons. Supr.,
Lettre à la chambre de Castille, de Juan Lorenzo Irigoyen, évêque de Pampelune, du 17-2-1773 : L 16.086.
Consulte du 6-9-1786 sur le projet de réforme bénéficiale de la vicairie de Huéscar, par le cardinal Lorenzana, archevêque de Tolède, du 23-2-1783 : L 15.421.
Consulte du 3-11-1790 sur le plan diocésain de réforme bénéficiale, de Fr. Bernardo Lorca, évêque de Guadix, du 15-5-1789 : L 15.434.
Consulte du 22-10-1808 sur la réforme bénéficiale des paroisses de Biscaye, du diocèse de Santander, du 12-3-1808 : L 15.503.

25 Une expression synthétique et approfondie des arguments en défense des exclusives locales d'accès aux bénéfices est donnée dans les lettres adressées à la chambre de Castille par José Xavier Rodríguez de Arellano, archevêque de Burgos, le 26-9-1767 ; et par le chapitre cathédral de Palencia, le 25-7-1778. A.H.N., Cons. Supr., L 15.629 et 16.052, respectivement.

26 A.H.N., Cons. Supr., L 15.424, consulte du 27-4-1787, L 15.433, consulte du Libro de Igl. 106 E : R.C., du 9-4-1790.

27 A.H.N., Cons. Supr., L 15.515, consulte du 6-10-1824 ; Libro de Igl. 122 E RC 29-10-1824.

28 L’abbaye de Medina del Campo était placée sous le régime de la cure insolidum. bénéficiers de la paroisse servaient la cure d'âmes par tour annuel et devaient donc être habilités à son exercice.

29 Voir note 28.

30 A.H.N., Cons. Supr., Situation ecclésiastique du territoire de Medina del Campo entre 1750 et 1765, L 15.377 : consulte du 20-5-1765 Elaboration du règlement électoral, L 15.382 : consulte du 14-10-1771, Libro de Igl. 95 E : R.C. du 28-1-1772, Libro de Igl. 96 E : R.C., complémentaire du 25-7-1775.

31 A.H.N., Cons. Supr., L 15.384 : consulte du 23-12-1772.

32 A.H.N. Cons. Supr., Libro de Igl. 104 E : R.C., du 12-8-1787.

33 A.H.N., Cons. Supr., L 15.456 : consulte du 28-11-1795 ; Libro de Igl. III E : R.C., du 23-1-1796.

34 A.H.N., Cons. Supr., Libro de Igl. 112 E : R.C. du 8-10-1798 sur consulte du 10-9-1798 ; L 15.468 : consulte du 3-6-1799.

35 Novis. Rec., notes au titre 21, Livre 1.

36 II faut ajouter au diocèse de Cordoue les 13.055 feux des paroisses du patronage des ducs de Medinaceli, au titre des marquisats de Priego et de Comares.

37 Le plan général diocésain supprime 20 bénéfices sur 64, mais seulement 3 chapellenies sur 229.

38 Novis Rec., 19, T 20, L1.

39 Recensements des bénéfices incongrus des diocèses de la Couronne d’Aragon, effectués sur R. O. du 4-9-1756. A.H.N., Cons. Supr., L. 18.961.
États des bénéfices de la Couronne d’Aragon, dressés sur Rs. Os., des 28-10-1784 et 27-4-1799, pour la plupart. A.H.N., Cons. Supr., L. 18.955 et 18.957.

40 Réforme bénéficiale du diocèse de Barcelone. A.H.N., Cons. Supr., L 19.516.

41 Réforme bénéficiale du diocèse de Huesca. A.H.N., Cons. Supr., L 18.875, expediente 3.

42 La réforme bénéficiale du diocèse de Lérida est indirectement décrite par les États des bénéfices dressés en 1785 et en 1805. A.H.N., Cons. Supr., L 18.957.

43 Description indirecte de la réforme bénéficiale du diocèse de Solsona dans l'État des bénéfices dressé en 1785. A.H.N., Cons. Supr., L 18.957.

44 Réforme bénéficiale du diocèse de Tarragone. A.H.N., Cons. Supr., L 19.676, expediente 9. Compléments utiles dans L 18.957 (État des bénéfices de 1785), et L 18.961 (État des bénéfices incongrus de 1756)

45 Réforme bénéficiale du diocèse de Tortosa. A.H.N., Cons. Supr., L 19.706, expediente 6.

46 Réforme bénéficiale du diocèse de Vich. A.H.N., Cons. Supr., L 18.868. utiles dans L 18.957 (État des bénéfices de 1786).

47 Réforme bénéficiale du prieuré de Meya. A. G. S., Gracia y Justicia. L 569

48 État d'avancement de la réduction des bénéfices incongrus sur le territoire de la Couronne d'Aragon au 21-4-1777. A.H.N., Cons. Supr., L 18.858.

49 Plan général diocésain de 1781. A.H.N., Cons. Supr., L 15.409, consulte du 14-1-1782. L 15.553 : dossier de base, contenant l'édition imprimée à Madrid par Joachim Ibarra en 1782. Titre complet : Plan y decreto, que en 10 de octubre de 1781 proveyó el Ilustrísimo señor Dn. Fr. Anselmo Rodríguez, obispo de Almería, por el que todos los curatos, y vicarías ad nutum amovibles de su obispado se dotan, y erigen en colativos perpétuos, y de concurso universal para su provisión : con el Real consentimiento, prestado por su Magestad á consulta de la Cámara, en la que se publicó en 8 de julio de 1782. 67 p.

50 Plan général diocésain de 1787. A.H.N., Cons. Supr., L 15.424 : consulte du 27-4-1787. L 15.546 : dossier de base, contenant plusieurs exemplaires de l'édition imprimée à Madrid en 1790 par Joachim Ibarra. Libro de Igl. 104 E : R.C. du 28-5-1787.

51 Genèse du plan général diocésain. A.H.N., Cons. Supr., L 15.855 : dossier de base. L 15.555 : contient trois copies manuscrites, et un exemplaire de l'édition imprimée par l'imprimerie royale de Grenade, en 1790. Libro de Igl. 105 E : R.C. du 13-9-1788.

52 Plan bénéficial de l'abbaye de Baza. A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : consulte du 5-5-1790. L 15.877 : dossier de base. Libro de Igl. 107 E : R.C. du 25-7-1790.

53 Plan général du diocèse de Guadix. A.H.N., Cons. Supr., L 15.434 : consulte du 3-11-1790. L 15.876 : dossier de base ; contient un exemplaire de l'édition imprimée chez les héritiers de Nicolas Moreno, à Grenade, 51 p. Libro de Igl. 107 E : R.C. du 22-12-1790.

54 Vicairie de Huescar. A.H.N., Cons. Supr., L 15.421 : consulte du 6-9-1786. L 16.298, expediente 9 : dossier de base. Libro de Igl. 103 E : R.C. du 8-10-1786.

55 Acte du 7-10-1782. A.H.N., Cons. Supr., L 15.460 : consulte du 11-1-1797. Libro de Igl. 112 E: R.C du 21-4-1797.

56 Acte du 13-12-1806. A.H.N., Cons. Supr., L 15.500 : consulte du 23-9-1807. Libro de Igl. 119 E : R.C. du 16-10-1807.

57 Canaries A.H.N., Cons. Supr., Libro de Igl. 106 E : R.C. du 17-4-1789. Libro de Igl. 118 E : Rs. Cs. du 27-10-1806.

58 Plan bénéficial d'Alcala la Real. A.H.N., Cons. Supr., L. 15.488 : consulte du 25-8-1804. Libro de Igl. 117 : R.C. du 7-10-1804.

59 Plan bénéficial d'Estepa. A.H.N., Cons. Supr., L 15.473 : consulte du 28-7-1800. Libro de Igl. 98 E : R.C du 2-7-1778. Libro de Igl.114 E:R.C du 6-10-1800.

60 Cadix : plan général diocésain. A.H.N., Cons. Supr., L 15.427 : consulte du 14-12-1787. L 15.648 : dossier de base. Libro de Igl. 105 E : R.C. du 6-3-1788.

61 Ville de Cordoue. A.H.N., Cons. Supr., L 15.484 : consulte du 8-6-1803 L 15.786 : dossier de base. Libro de Igl. 116 E: R.C du 30-6-1803.

62 Partido de la Sierra. A.H.N., Cons. Supr., L 15.484 : consulte du 8-6-1803. L 15.786 : dossier de base. Libro de Igl. 116 E : R.C. du 30-6-1803.

63 Partido de la Campiña. A.H.N., Cons. Supr., L 15.495 : consulte du 10-5-1806. L 15.786: dossier de base. Libro de Igl. 118 E : R.C. du 3-6-1806.

64 Patronage des ducs de Sesa. A.H.N., Cons. Supr., L 15.500 : consulte du 22-6-1807. Libro de Igl. 119 E : R.C. du 16-7-1807. Le patronage s'étendait aux localités de Baena, Cabra, Valanzuela, Yznajar, peuplées de 7.048 feux, ou 25.628 habitants. Les ducs présentaient à toutes les cures et bénéfices des 7 paroisses (portées à 12), dont ils possédaient les dîmes.

65 Patronage des ducs de Medinaceli. A.H.N., Cons. Supr., L 15.780 : dossier de base. Le patronage s’étendait aux localités d’Aguilar, Lucena, Montalbán, Montilla, Monturque, Puente de Dn. Gonzalo, Santa Cruz, peuplées de 13.055 feux. Les ducs prélevaient toutes les dîmes et présentaient à toutes les cures.

66 Plan général diocésain de Séville. A.H.N., Cons. Supr., L 15.433 : consulte du 5-5-1790 L 16.216 : édition imprimée, sous le titre : Plan y decreto de erección y dotación de Curatos del arzobispado de Sevilla. Presses de l'archevêché, Séville, 1791, 146 p. Libro de Igl. 107 E : R.C. du 18-7-1790.

67 Plan bénéficial d'Olivares. A.H.N., Cons. Supr., L 15.415 : consulte du 14-7-1784. Libro de Igl. 102 E : R. C. du 10-10-1784.

68 A.H.N., Cons. Supr., L 15.415 : consulte du 20-10-1783.

69 Calahorra, Acte de 1803. A.H.N., Cons. Supr., L 15.484 : consulte du 31-10-1803. Libro de Igl. 116 E : R.C. du 25-11-1803.

70 Calahorra, 1824. A.H.N., Cons. Supr., L 15.514 : consulte du 6-10-1824. Libro de Igl. 122 E : R.C. du 29-10-1824.

71 Réforme bénéficiale du diocèse de Ciudad Rodrigo. A.H.N., Cons. Supr., L 15.394 : consulte du 7-7-1777. Libro de Igl. 98 E : R.C. du 19-11-1777.

72 Coria. A.H.N., Cons. Supr., L 15.421 : consulte du 6-9-1786.

73 Léon. A.H.N., Cons. Supr., L 15.409 : consulte du 8-7-1782.

74 Osma, A.H.N., Cons. Supr., L 15.438 : consulte du 24-10-1791. Libro de Igl. 108 E : R.C. du 26-11-1791.

75 Réforme bénéficiale du diocèse de Palencia. A.H.N., Cons. Supr., L 16.052 : dossier de base. L 15.484 : consulte du 1-6-1803.

76 Plasencia. A.H.N., Cons. Supr., L 15.430 : consulte du 15-6-1789. Libro de Igl. 106 E : R.C. du 18-7-1789.

77 Réforme bénéficiale du diocèse de Salamanque. A.H.N., Cons. Supr., L 15.377 : consulte du 23-3-1768. L 16.119 dossier de base.

78 Réforme bénéficiale du diocèse de Ségovie. A.H.N., Cons. Supr., L 15.412 : consulte du 23-8-1783. L 16.200 : dossier de base. Libro de Igl. 101 E : R.C. du 26-10-1783.

79 Réforme bénéficiale partielle du diocèse de Valladolid. A.H.N., Cons. Supr., L 15.499 : consulte du 6-5-1807. Libro de Igl. 119 E : R.C., du 19-6-1807. L 15.503 : consulte du 1-2-1808. Libro de Igl. 119 E : R.C. du 29-2-1808.

Table des illustrations

Légende Cartes des diocèses espagnols: 1595-1780
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2003/img-1.png
Fichier image/png, 398k
Titre Effectif des desservants de la cure d’âmes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Traitements des desservants de la cure d’âmes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Nombre des bénéfices simples et chapelleniesB : bénéfices. C : chapellenies.
Légende Notes37
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Dotation moyenne des bénéfices et chapellenies
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Casa de Velázquez, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540