Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Église d'Espagne sous le Patronage Royal (1476-1834)

 | 
Christian Hermann

Chapitre vii

La connaissance du revenu des évêchés

Texte intégral

1Avec le droit de présentation des évêques, les souverains espagnols acquirent à partir de 1523 le droit de charger de pensions les menses épiscopales, jusqu’au tiers de leur revenu net. Pour fixer le tiers il fallait connaître le tout, et donc exiger à chaque vacance d’un évêché le compte de son revenu. Jusqu’au second tiers du XVIe s., la couronne n’aura qu’une connaissance superficielle des revenus épiscopaux. Simples estimations, les états dressés donnent des valeurs arrondies au millier de ducats, sans mention des années auxquelles elles se réfèrent. Le regroupement des diocèses sur les mêmes chiffres souligne le caractère pré-quantitatif d’une information qui décrit le revenu plutôt qu’elle ne le mesure. Ordre de grandeur véridique, le nombre n’est encore que le substitut d’épithètes de classement : « très riche », « aisé », « assez pauvre ». On peut en dire autant des données contemporaines de la Chambre Apostolique.

Les comptes des menses épiscopales

  • 1 A.H.N., Libro de Igl. I : R. C. du 30-12-1571.

2Lorsque Martin de Gaztelu succéda à Francisco de Eraso en la charge de Secrétaire de la Chambre de Castille, Philippe II adressa aux prélats de cette Couronne une lettre-circulaire qui précisa définitivement la fonction jusqu’alors indifférenciée de Secrétaire du Patronage Royal, et leur ordonna de fournir les relations détaillées des rentes de leur dignité au cours des trois années 1568, 1569, 15701. Ce texte du 30-12-1571 est à l’origine des premiers comptes véritables dont nous disposons. Des requêtes similaires seront régulièrement adressées aux évêques de Castille et d’Aragon, aux chapitres à la vacance des mitres, jusqu’à la mort de Ferdinand VII en 1833. À la même époque, sous l’impulsion du concile de Trente, le Saint-Siège imposa aux nouveaux évêques la rédaction des visites liminaires, brefs rapports qui décrivent le diocèse et donnent le revenu de la mense épiscopale. Il est douteux que l’usage se soit imposé partout et rapidement. De celles utilisées par les auteurs de la « Hierarchia Catholica » et de plusieurs épiscopologues espagnols, on déduit que la Chambre Apostolique n’eut jamais qu’une connaissance des revenus épiscopaux fort inférieure à celle du Secrétariat du Patronage. Lorsque la Chambre de Castille examine en consulte les affaires d’un diocèse, elle dispose d’informations inégales. Très fréquemment, les chiffres de revenu évoqués sont ceux fournis par l’évêque ou par le chapitre dans leur correspondance, la plupart sans référence d’année comptable. La Chambre peut demander un extrait des comptes au Secrétariat du Patronage. Lorsque l’affaire presse, le Secrétariat transcrit un compte déjà ancien, ce qui explique la fréquente répétition des mêmes valeurs. Normalement, il adresse le compte simplifié du revenu pensionnable, l’ajustamiento, dont nous parlerons plus loin ; dans le meilleur des cas, le compte simplifié du revenu brut le plus récent. Toutes ces données ne sont pas à exclure. On peut les utiliser, non comme chiffres exacts, mais comme indicateurs précis du niveau des revenus, à défaut des comptes originels, et pour autant que leurs enseignements s’accordent avec eux.

3Les comptes originels, adressées par les administrations diocésaines au Secrétariat du Patronage Royal, de Castille ou d’Aragon, sont établis par les officiers de la Contaduría general de rentas decimales ; fréquemment par les Secretarios ou Contaduría general de rentas decimales ; fréquemment par les Secretarios ou Notarios mayores de la Hacienda Capitular ; plus rarement par le Secretario ou Mayordomo de l’évêque décédé. Les Contadurías de la Real Hacienda supervisent en principe les opérations. Les comptables sont indifféremment des prébendiers du chapitre, des bénéficiers du diocèse, ou des laïcs. La technicité de l’emploi interdit les changements fréquents de personnel. Lorsqu’on trouve un homme familiarisé de longue date à l’administration du temporel ecclésiastique, on le garde jusqu’à sa mort. Il se forme ainsi de véritables dynasties de comptables, rompues de père en fils (ou en gendre), à la gestion des mêmes menses.

4Les ressources des menses épiscopales peuvent être considérées de trois points de vue :

  • Origine juridique : dîmes, biens propres et revenus non-décimaux.

  • Mode de gestion : affermage, administration directe.

  • Mode de perception : en nature, en numéraire.

5Comme il n’existe pas de corrélation stricte entre ces trois catégories, le passage des ressources brutes au revenu constitué est une opération complexe qu’il faut analyser avec précision. Le prélèvement des ressources est réparti annuellement entre les fermiers, et les administrateurs des partidos, employés rétribués et permanents. Les affermages se font régulièrement au mois de juin et sont le plus souvent triennaux. Le fait explique que la plupart des comptes du XVIe s. soient triennaux. Au début du XVIIe s., le bilan triennal cède la place au compte quinquenal (quinquenio).

6On peut employer le mot « quinquenio » au sens générique d’exercise comptable, quelle qu’en soit la durée. On afferme la mense entière ou des partidos, mais la situation est fréquemment plus complexe. Suivant les spécialisations agricoles des circonscriptions, administration et affermage combinent un partage sélectif des produits et des lieux. Les administrateurs ne vendent qu’une faible portion des ressources prélevées, constituées pour l’essentiel de céréales. Les dîmes menues : novenos des moutons, menudos du vin et des productions non-céréalières, sont presque exclusivement affermées. La minorité des fermages en nature s’ajoutant à la masse livrée par les administrateurs, met à la disposition de la mense une production agricole qu’elle vend dans les mois suivants.

7La réalisation des ressources en un revenu monétaire est seulement différée. Souvent très importante au stade du prélèvement du revenu, l’économie en nature n’est plus que secondaire au stade de sa consommation. Ne nous leurrons pas sur le sens de ce pseudo-archaïsme. La monnaie a tous les avantages du monde, mais elle a l’immense inconvénient que son utilisateur n’est pas maître de sa valeur. Il ne peut que subir la politique d’un gouvernement qui la manipule à son gré. Débiteur, il ne peut rien contre la déflation ; rentier, il souffre patiemment l’érosion de son revenu par l’inflation. Le blé ou les moutons ont d’autres vertus. Il ne suffit pas d’un décret pour changer leur valeur, qu’on peut réaliser au moment choisi et favorable. Les évêques espagnols tiennent à ne pas laisser aux seuls fermiers la jouissance de ces moments précieux où la valeur d’usage se mue en valeur d’échange.

8La lecture superficielle des comptes donne une impression de grande ouverture de l’éventail des postes en nature. Aux céréales s’ajoutent le vin, les moutons, la laine, l’huile, les fèves, les pois chiches, les haricots, le sucre, la cire, les fromages, le lin, le chanvre, etc. En fait, seuls le blé et l’orge sont permanents dans les comptes des menses qui détaillent les recettes en nature. Le seigle apparaît constamment dans la majorité des cas ; mais les autres produits sont épisodiques ou particuliers à quelques diocèses, ceux dont les ressources en nature constituent l’essentiel du revenu. Encore ne sont-ils bien souvent discernables que par une rubrique séparée des recettes en numéraire.

9Si la domination des céréales sur les ressources en nature est écrasante, celle du blé parmi les céréales ne l’est pas moins. Mais son prix supérieur gauchit les réalités. L’étude du rapport des masses céréalières livrées suggère des vues plus nuancées. Elle révèle en outre une forte progression générale de l’orge et du seigle, sur le second XVIIe s., et au cours du XVIIIe. Avoine et maïs révèlent une même progression dans les bilans où ils apparaissent. Les ressources non-céréalières ne sont permanentes et importantes qu’en quelques diocèses. Elles assurent souvent plus de 15 % du revenu de Calahorra, Osma, Pampelune, Sigüenza ; autour de 5 % du revenu d’Almeria, Cuenca, Málaga, Ségovie. Ailleurs, leur importance est accidentelle.

10Il convient de rappeler que la préférence manifestée pour l’affermage et la perception en numéraire des dîmes non-céréalières accentue un phénomène, qui reprendrait sa juste proportion si nous pouvions connaître l’origine des recettes monétaires. Une documentation fragmentaire, souvent réduite à une rubrique distincte des recettes en numéraire, permet une évaluation globale de la contribution des produits extra-céréaliers à la formation du revenu. Les moutons et la laine assurent un cinquième environ de la rente d’Osma et de Plasencia, un sixième à un septième des revenus de Coria, Ségovie et Sigüenza. Hors de ces cinq diocèses qui tiennent les cols de la transhumance entre le nord et le centre de l’Espagne, leur apport est faible. Par un essor remarquable au XVIIIe s., le vin est à peine moins important à Calahorra, Osma, Pampelune ; bref, dans l’actuelle Rioja viticole. En regard, l’huile compte peu : sa contribution est toujours inférieure à 8 %. Aucun autre produit ne parvient à assurer 5 % du revenu.

11Les sous-titres fréquents des documents comptables : rentas dezimales pour les postes en nature, novenos pour les recettes en numéraire, confirment que la majeure partie du revenu des menses provient des dîmes. Il n’est pas rare que les comptes séparent tout ou partie des revenus non-décimaux, qu’on peut estimer globalement à un dixième du total. Des valeurs constamment supérieures apparaissent à Mondoñedo et à Zamora. Barcelone est sans doute le seul diocèse dont les ressources extradécimales assurent la majeure partie du revenu épiscopal. Cette singularité est imputable à des redevances dûes par l’île de Mallorca, mais surtout aux droits perçus sur les grains à leur entrée dans la capitale. Partout, le gros des recettes non-décimales est fourni par les domaines propres des mitres. Valeurs à revenu fixe, les juros n’ont d’importance qu’au XVIe s. Leur déclin relatif, accéléré par les conversions de rente de la monarchie, est continu au fil du temps.

12Les comptables diocésains indiquent les prix moyens de vente des productions perçues, nous laissant le soin de calculer leur rapport ; ou fournissent leur rapport en omettant les prix. Heureux encore lorsque ces conversions sont annuelles et pas seulement quinquenales. Le Secrétariat du Patronage Royal s’en contente, et nous aurions mauvaise grâce d’être plus exigeant que lui. Les quantités livrées à la mense ne sont pas le reflet d’une production régionale ; elles ne sont que la part des ressources dont la mitre assure elle-même la commercialisation. Les comptes n’ont d’autre objet que de traduire en termes monétaires des ressources en nature, ils ne sont pas des mercuriales. Les prix mentionnés sont des valeurs moyennes qui ne correspondent à aucune transaction précise sur le marché. En pratique, les comptables les déduisent du rapport global des différentes transactions effectuées au cours de l’année. Reste la question du prix taxé : tasa real ou tasa synodal de nombreux comptes. Jusqu’au premier tiers du XVIIIe s., la tasa real n’est mentionnée que les années à prix supérieurs. Plus tard, les comptes indiquent toujours les prix réels ou le rapport effectif des grains vendus, à côté des prix ou du rapport à la tasa real. La possible sous-estimation du revenu est considérablement réduite pour les menses qui prélèvent en numéraire la majeure partie de leurs ressources. Nous disposons en outre d’un bon test de fiabilité : l’emploi d’un prix taxé très inférieur aux prix effectifs a pour conséquence de réduire notablement la contribution du produit considéré à la formation du revenu, et de gonfler la valeur en blé de la mense. L’exercise ainsi falsifié est en discordance dans la série. La confrontation d’un compte à l’autre des pourcentages du revenu assurés par les différents postes, et des équivalences en blé du revenu brut, incitent à penser que si la tasa real fausse les valeurs annuelles, elle n’introduit jusque vers 1730 aucune déformation de longue durée.

  • 2 Diocèses d’Almeria, Astorga, Avila, Ciudad Rodrigo, Coria, Grenade, Guadix, Léon, Malaga, Plasencia (...)

13Signalons enfin les particularités de quelques diocèses. La mense de Santiago tire le plus clair de ses ressources (55 à 72 %), des prélèvements opérés sous le nom de Votos de Santiago sur le territoire des autres. Les Votos sont partagés avec le chapitre en proportion variable selon les contribuables. Ils frappent les royaumes de Grenade et de León, la moitié de l’Estrémadure, partie de la Vieille Castille.2 Ainsi s’explique le paradoxe de l’opulence de Saint-Jacques au milieu d’une Galice pauvre. La Couronne dispensa les évêques de Jaca de déclaration des revenus jusqu’en 1785, date à laquelle l’acquisition de l’archiprêtré de Valdonsella doubla la surface du diocèse. Les rentes de l’évêque de Jaca sont estimées forfaitairement à 12.000 réaux de plata doble (environ 23.000 réaux de billon), valeur nettement inférieure à celles déclarées à la Chambre Apostolique. Quant au siège de Ceuta, il resta sans dotation propre jusqu’au troisième quart du XVIIe s. C’est à l’occasion du démembrement de l’évêché de Tanger de celui de Ceuta, qu’en accord avec les rois d’Espagne Rome fixa la dotation des évêques de Ceuta, en consistoire secret du 16-12-1675. Elle consistait à l’origine en 2.000 ducats de plata doble sur les taxes du port de San Lucar de Barrameda, 600 de la même espèce sur les recettes du fisc royal à Ceuta, 600 encore en pensions sur les prébendes du chapitre de Grenade, 300 ducats d’or de la Chambre Apostolique en pensions sur les mêmes prébendes. Au total, 76.000 réaux de billon.

14Pour asseoir les pensions imposées, le secrétariat du Patronage Royal prend en compte le revenu net, déduction faite des charges considérées comme inéluctables : fiscalité directe, charges de fonctionnement, obligations liturgiques et statutaires. Les comptables des mitres, on s’en doute, ont une conception des charges plus extensive. À les lire, le revenu net se réduit quasiment à la somme dont le prélat dispose personnellement une fois satisfaites toutes les obligations de sa dignité, bref à « son argent de poche ». Les bureaux de la Chambre de Castille ne s’y laissent pas prendre : ils biffent d’un no se vaja (ne se déduit pas) sans appel, les créances insolvables passées au compte des pertes, les faillites des fermiers, les réparations du palais épiscopal, les procès, qui engouffrent des dizaines de milliers de réaux, les aumônes quotidiennes, toujours considérables. La fiscalité directe recouvre le subsidio, l’escusado, les novenos et contributions extraordinaires. Seules les sommes effectivement acquittées sont prises en compte. En outre, les pensionnaires supportant leur quote-part respective, seul échoit à la mense le montant afférent au revenu propre de l’évêque. Impôts de répartition, le subsidio et l’escusado sont stables durant des décennies, mais sujets à des fluctuations brutales. Les charges de fonctionnement comprennent les traitements et commissions des majordomes ; les frais de collecte, transport, stockage et vente des grains ; les rétributions des officiers de l’administration épiscopale. Ce dernier point prête à litige. La règle n’admet que les offices directement concernés par la gestion des ressources : trésoriers, comptables, receveurs. Toutefois, à condition qu’une foule de fonctions nouvelles ne vienne pas réduire d’un compte à l’autre la part soumise à pension, et qu’on n’inclue pas jusqu’aux cochers et garçons de cuisine, l’usage souffre des accommodements. Les frais de recouvrement des grains font trop rarement l’objet d’une rubrique détaillé. Quant aux traitements des officiers de la mitre, ils paraissent aussi modiques que stables. Dans le temps, les charges de fonctionnement ne manifestent aucune évolution d’ensemble significative. La dignité épiscopale est fréquemment astreinte par des accords conclus avec le chapitre, des monastères, ou toute autre personne morale, à des contributions diverses. Certaines sont fixes : cens, indemnisations. D’autres croissent au cours du XVIIIe s. : compléments aux congrues des cures du diocèse, aux dotations des fabriques paroissiales, prescrits par les statuts synodaux ; prise en charge partielle ou totale des réparations d’églises dont l’évêque prélève les dîmes. La vie liturgique de la cathédrale implique une participation rituelle de l’évêque, sous forme d’offrandes, de messes, de sermons, etc... Toutes ces dépenses ne représentent qu’une part négligeable des revenus. Mais le soin qu’apportent les comptables à leur présentation nous avertit de leur véritable importance. Destinées à la vie du sanctuaire diocésain, à l’affirmation de liens spirituels ou juridiques, elles sont chargées d’émotion, empreintes d’une éminente dignité. La cérémonie du lavement et de l’habillement des pauvres la nuit du Jeudi Saint, toujours plus dispendieuse au fil du temps, est le type de ces dépenses porteuses du sacré, au moment culminant du cycle liturgique.

15En règle générale le total des charges déductibles oscille entre 15 et 20 % du revenu brut. En période de crise, il peut atteindre 20 à 30 %.

Les revenus des évêchés espagnols

  • 3 1557 : A. G. S., Patr. Ecl. L. 3. 1566 : A. G. S., Patr. Ecl. L. 6. 1577 : A. S. V., Misc. Spagna, (...)

16Que les menses épiscopales aient participé à la croissance générale de l’économie espagnole au XVIe s. est une certitude. Toute la question est de savoir dans quelle mesure. On pourra peut-être y répondre un jour par des monographies diocésaines. Les tentatives conduites à partir des données générales rassemblées par la papauté ou la monarchie ne sont pas concluantes. La décennie 1565-1575 constitue jusqu’à nouvel ordre un bon point de départ pour l’étude du revenu des évêchés. C’est le moment où le Secrétariat du Patronage Royal impose aux prélats des relations de revenu conformes aux exigences élémentaires de la comptabilité ; une première vague abondante de comptes permet de fiabiliser les trois principales relations traditionnelles du siècle : celles du Patronage Royal de 1557 et 1566, celle de la Chambre Apostolique de 15773. C’est l’apogée de la croissance du XVIe s., avant une longue traversée du désert, dont globalement les menses d’Espagne ne sortiront que dans la décennie 1740.

17— Niveau du revenu des évêchés espagnols. 1565-1575. (Réaux de billon)

Almeria

32.000

Huesca

132.000

Astorga

125.000

Jaén

350.000

Avila

175.000

Léon

154.000

Badajoz

176.000

Lérida

110.000

Barcelone

55.000

Lugo

88.000

Burgos

405.000

Malaga

330.000

Cadix

132.000

Majorque

132.000

Calahorra

176.000

Mondoñedo

44.000

Canaries

132.000

Orense

88.000

Carthagène

176.000

Orihuela

110.000

Ciudad Rodrigo

110.000

Osma

242.000

Cordoue

477.000

Oviedo

95.000

Coria

264.000

Palència

310.000

Cuenca

506.000

Pampelune

331.000

Gérone

132.000

Plasència

438.000

Grenade

264.000

Salamanque

264.000

Guadix

77.000

Saint-Jacques

440.000

Segorbe

110.000

Tuy

93.000

Ségovie

264.000

Urgel

77.000

Séville

880.000

Valence

495.000

Sigüenza

440.000

Vich

55.000

Tarazona

176.000

Zamora

220.000

Tarragone

176.000

Saragosse

550.000

Tolède

2.200.000

Elne

22.000

Tortosa

165.000

  • 4 Mentionnons séparément les évêchés créés dans le dernier tiers du XVIe s., dont les premières décla (...)

TOTAL : 12.995.000 rs Vn.
MOYENNE : 265.200 rs Vn.4.

  • 5 Barcelone, Carthagène, Jaen, Majorque, Orihuela, Saint-Jacques, Tarragone, Tortosa, Valence, Zamora

18La croissance des revenus nominaux du XVIe s., s’arrête entre 1565 et 1575 en trente et un diocèses. Elle paraît s’être interrompue dès 1555 à Léon et Orense ; elle se prolonge jusqu’à la fin du siècle en dix diocèses5. La façade méditerranéenne manifeste quelques temps un dynamisme à contre-courant. À l’intérieur d’un long marasme qui déborde largement le XVIIe s., le fait majeur qui commande la périodisation est, comme on pouvait s’en douter, la déflation monétaire de 1680. Elle entraîne une contraction de moitié des revenus nominaux, sur quelques années au moins.

  • À la fin du XVIe s. et au début du XVIIe, la majorité des menses se trouve dans une phase haute du revenu ; une forte minorité est déjà engagée dans une phase basse.

  • Entre 1610 et 1640, les menses jusqu’alors épargnées entrent dans une dépression désormais générale.

  • La tendance se renverse décisivement en 1650. À la faveur de l’inflation des prix, accompagnée d’une dévaluation monétaire accélérée, tous les revenus sont en plein essor, dès la décennie 1640 au plus tôt, sur la décennie 1670 au plus tard.

  • Les effets drastiques de la réforme monétaire de 1680 font des années suivantes la décennie noire des revenus. Quoiqu’atténuée, cette phase se prolonge jusqu’en 1695-1700, exceptionnellement jusqu’en 1725-1730.

  • Les sommets des années 1670 sont de nouveau atteints, parfois dépassés, au XVIIIe s., dans le second tiers au plus tard.

  • Les diocèses d’Almeria, Canaries, Grenade, Malaga et Oviedo, suivent une évolution particulière : croissance ininterrompue jusqu’en 1650-1680, suivie d’une stagnation tardive mais prolongée, de 1680 à 1740.

1565-75

1670-80

1740

Almeria..................................

32.000

70 000

96 000

Canaries.................................

132.000

350 000

340 000

Grenade.................................

264.000

550 000

550 000

Malaga...................................

330.000

550 000

650 000

Oviedo....................................

95.000

350 000

270 000

Total.......................................

853.000

1 870 000

1 886 000

19Le niveau du revenu annuel de ce groupe, exprimé en réaux de billon, double en un siècle de dépression générale.

Le tunnel du revenu : 1570-1740

20Les dates s’appliquent au phénomène dans sa dimension nationale, abstraction faite de toute évolution minoritaire. Les revenus, exprimés en réaux de billon, oscillent à l’intérieur d’une fourchette définie par un niveau maximum : plafond, qu’aucun exercice connu ne dépasse, et par un niveau minimum : plancher, qu’aucun exercice connu n’atteint. Le niveau médian s’applique à la période 1625/50-1740. Revenu annuel moyen.

Plafond

Plancher

Niveau median

Albarracín

77.000

55.000

66.000

Almeria

96.000

32.000

80.000

Astorga

135.000

85000

110000

Avila

195.000

140.000

175.000

Badajoz

220.000

90.000

175.000

Barbastro

76.000

40.000

55.000

Barcelone

150.000

88.000

125.000

Burgos

648.000

340.000

450.000

Cadix

225.000

110.000

155.000

Calahorra

350.000

170.000

230.000

Canaries

360.000

132.000

340.000

Carthagène

340.000

170.000

250.000

Ceuta

76.000

0

76.000

Ciudad Rodrigo

125.000

55.000

80.000

Cordoue

580.000

400.000

480.000

coria

333.000

200.000

270.000

Cuenca

600.000

350.000

450.000

Gérone

132.000

75.000

88.000

Grenade

600.000

350.000

550.000

Guadix

110.000

40.000

70.000

Huesca

140.000

70.000

100.000

Jaca

40.000

20.000

30.000

Jaén

525.000

320.000

450.000

Léon

220.000

135.000

175.000

Lérida

190.000

105.000

150.000

Lugo

90.000

50.000

70.000

Malaga

631.000

330.000

550.000

Majorque

336.000

176.000

260.000

Mondoñedo

80.000

38.000

55.000

Orense

95.000

55.000

75.000

Orihuela

120.000

95.000

110.000

Osma

300.000

190.000

240.000

Oviedo

313.000

95.000

290.000

Palència

310.000

143.000

220.000

Pampelune

425.000

309.000

380.000

Plasència

548.000

289.000

440.000

Salamanque

300.000

180.000

240.000

Saint-Jacques

835.000

400.000

600.000

Segorbe

132.000

71.000

100.000

Ségovie

330.000

194.000

265.000

Séville

1.200.000

850.000

990.000

Sigüenza

600.000

400.000

485.000

Solsona

55.000

30.000

45.000

Tarazona

220.000

132.000

175.000

Tarragone

275.000

190.000

240.000

Téruel

176.000

132.000

150.000

Tolède

3.000.000

1.900.000

2.500.000

Tortosa

180.000

165.000

175.000

Tuy

121.000

55.000

90.000

Urgel

128.000

61.000

85.000

Valence

900.000

745.000

820.000

Valladolid

220.000

120.000

150.000

Vich

71.000

55.000

65.000

Zamora

233.000

108.000

175.000

Saragosse

650.000

520.000

580.000

Total

19.417.000

11.564.000

15.800.000

Revenu moyen par évêché : 287.200 rs Vn

La croissance du xviiie siècle

  • 6 Le démembrement du siège de Santander en 1754 diminua considérablement l'archevêché de Burgos. Dans (...)

Niveau du revenu annuel moyen, en réaux de billon

1740

1770

1790-1850

Albarracín

80.000

125.000

150.000

Almeria

96.000

270.000

400.000

Astorga

155.000

220.000

400.000

Avila

240.000

280.000

600.000

Badajoz

220.000

450.000

650.000

Barbastro

55.000

105.000

120.000

Barcelone

125.000

320.000

620.000

Burgos6

450.000

480.000

720.000

Cadix

225.000

450.000

700.000

Calahorra

280.000

350.000

720.000

Canaries

340.000

440.000

700.000

Carthagène

500.000

700.000

1.150.00

Ceuta

78.000

78.000

78.000

Ciudad Rodrigo

90.000

155.000

180.000

Cordoue

520.000

1.000.000

1.500.000

Coria

320.000

450.000

550.000

Cuenca

450.000

850.000

1.400.000

Gérone

120.000

150.000

180.000

Grenade

550.000

950.000

1.150.000

Guadix

90.000

177.000

300.000

Huesca

120.000

175.000

250.000

Jaca

30.000

30.000

180.000

Jaen

450.000

900.000

950.000

Léon

210.000

220.000

340.000

Lérida

180.000

265.000

400.000

Lugo

90.000

175.000

340.000

Malaga

650.000

1.300.000

1.500.000

Majorque

260.000

400.000

650.000

Mondoñedo

62.000

170.000

240.000

Orense

100.000

150.000

150.000

Orihuela

245.000

420.000

760.000

Osma

290.000

400.000

800.000

Oviedo

270.000

400.000

850.000

Palencia

250.000

400.000

500.000

Pampelune

380.000

486.000

650.000

Plasencia

500.000

700.000

1.400.000

Salamanque

280.000

380.000

400.000

Santander6

220.000

340.000

Saint-Jacques

900.000

1.900.000

2.000.000

Segorbe

100.000

250.000

250.000

Ségovie

470.000

470.000

670.000

Séville

1.200.000

2.000.000

3.200.000

Sigüenza

560.000

1.100.000

1.100.000

Solsona

45.000

100.000

150.000

Tarazona

176.000

300.000

480.000

Tarragone

300.000

500.000

640.000

Teruel

150.000

350.000

460.000

Tolède

3.000.000

4.500.000

5.500.000

Tortosa

220.000

420.000

540.000

Tuy

150.000

200.000

220.000

Urgel

65.000

97.000

150.000

Valence

1.000.000

2.000.000

4.000.000

Valladolid

200.000

300.000

450.000

Vich

65.000

115.000

140.000

Zamora

175.000

368.000

600.000

Saragosse

520.000

730.000

1.300.000

18.647.000

30.891.000

44.818.000

MOYENNE

339.000

551.600

800.300

21La longue stagnation du revenu cesse selon les lieux entre 1700 et 1780. Le repérage des dates à partir desquelles le brillant essor du XVIIIe s. devient irréversible révèle trois moments forts : autour de 1730, autour de 1750, autour de 1760. La croissance se fait par une alternance de cycles expansifs et de paliers de consolidation. Elle peut cesser pour se stabiliser sur un long palier autour de 1775, voire bien avant, entre 1755 et 1770. Elle se poursuit le plus souvent jusqu’autour de 1790. Sommet d’un cycle expansif, ou palier supérieur, la période 1790-1805 constitue l’apogée du revenu des menses épiscopales. Le déclin du XIXe s. débute vers 1805, vers 1820, au plus tard vers 1830. Les menses s’engagent dans la croissance par des étapes et à des rythmes différents. Il s’ensuit une mobilité des positions relatives d’autant plus importante que la hiérarchie fut longtemps figée. Le tableau suivant prend la mesure des évolutions en 1740, au terme de la première vague de croissance ; en 1770, lorsque les positions se regroupent au terme des seconde et troisième vagues d’essor ; enfin sur la période 1790-1805, au zénith du revenu nominal des évêchés espagnols.

22La hiérarchie relative des menses épiscopales s’est assurément modifiée en deux siècles un tiers. Toutefois, trente des cinquante-cinq diocèses que compte l’Espagne entre 1595 et 1780, (abstraction faite d’Elna, cédé à la France en 1659), conservent la même position. Les classements sont toujours délicats, surtout lorsque les sources ne permettent pas des comparaisons synchroniques. Contentons nous de distinguer cinq catégories :

23I : Evêchés opulents, d’un revenu supérieur à deux fois et demi la moyenne nationale.

24II : Evêchés dont le revenu s’étage entre une fois un quart et deux fois et demi la moyenne. Riches.

25III : Sièges d’un revenu supérieur à deux tiers de la moyenne nationale, inférieur à une fois un quart. Aisés.

26IV : Evêchés dont le revenu se place entre un tiers et deux tiers de la moyenne. Médiocres.

27V : Evêchés d’un revenu inférieur au tiers de la moyenne nationale. Pauvres.

28La hiérarchie relative évolue comme suit.

29L’évolution des positions relatives fait apparaître l’expansion depuis longtemps constatée par l’historiographie, des façades maritimes à l’époque moderne. Les cas d’Almeria, de Cadix, des Canaries, de Grenade, de Malaga, de Majorque, d’Orihuela, d’Oviedo, de Tarragone ; plus encore, de Barcelone, Carthagène et Valence ; manifestent le dynamisme de l’Espagne périphérique face à l’Espagne centrale affaiblie.

  • 7 Fourchette des prix céréaliers d’après les déclarations de revenu des évêchés (Couronne de Castille (...)

30Il importe de corriger l’impression suggérée par les revenus nominaux, en considérant le mouvement des prix. Deux zones de prix se dessinent, bien différenciées dès le milieu du XVIIe s. Au nord des sierras de Gredos et de Guadarrama, prolongées par les diocèses de Cuenca et de Sigüenza, les céréales —qui fournissent l’essentiel des ressources prélevées— sont moins chères, et l’éventail de leur rapport relatif est plus resserré qu’au sud. Les prix montent de la fin du XVIe s. au début du XIXe, les valeurs normales d’une phase apparaissant dès la phase antérieure comme sommets exceptionnels7. Le mouvement des prix conduit à plusieurs constatations :

  • La dépression générale centrée sur les années 1630-1650 est plus profonde que ne le laissait supposer le mouvement du revenu en termes monétaires.

  • La réforme monétaire de 1680 n’entraîne qu’une déflation éphémère des prix. Ses effets sont annulés en 1700 au plus tard.

  • L’essor des revenus nominaux de 1650 à 1680, et au XVIIIe s., n’est qu’un accompagnement de l’inflation. Sur l’ensemble du pays, il ne traduit aucune croissance effective.

31La conversion du revenu en blé, sur la base du rapport moyen annuel de chaque quinquenio, paraît le meilleur moyen d’éliminer les distorsions dues aux manipulations monétaires, aux mouvements et aux disparités régionales des prix. Son poids dans la composition du revenu confère au blé une parfaite représentativité. Les variations de capacité de la fanègue, d’une province à l’autre, sont assurément inférieures aux variations des prix, en tout cas la mesure est fixe dans le temps. La conversion est possible pour vingt-huit évêchés de la Couronne de Castille. Le tableau suivant donne la fourchette extrême des valeurs observées, puis les valeurs médianes, compte tenu des exercices de caractère exceptionnel.

32L’examen des bilans quinquenaux exprimés en blé confirme l’enseignement des prix, et corrige sensiblement la hiérarchie du revenu nominal monétaire.

  • 8 Croissance continue au cours du XVIIIe s. Chiffre inférieur : niveau médian au début du siècle. Chi (...)
  • 9 Croissance continue au cours du XVIIIe s. Chiffre inférieur : niveau médian au début du siècle. Chi (...)

 

Plafond

Plancher

Niveau médian

Tolède.....................................

...... 188.500 f

118.000 f

120.000 f

Séville.....................................

84,000

46,500

60,000

Sigüenza.................................

60,500

40,000

42,000

Cordoue...................................

62,000

15,000

35,000

Cuenca....................................

38,000

18,000

30,000

Malaga....................................

37,700

6,200

30,000

Canaries.................................

31,000

25,500

29,000

Pampelune..............................

30,500

27,000

29,000

Jaen.........................................

53,500

16,500

28,000

Burgos (& Santander)...........

33,500

23,000

27,000

Osma.......................................

38,200

19,900

27,000

Grenade..................................

29,500

13,000

25,000

Plasencia.................................

42,600

16,600

25,000

Carthagène (18e s.)................

35,500

11,800

24,000

Ségovie..................................

32,500

19,500

23,000

Burgos (1750-1830)................

21,100

16,500

19,000

Salamanque..........................

20,800

10,200

18,000

Palencia..................................

27,500

10,500

17,000

Calahorra................................

22,600

12,300

14,000

Carthagène (17e s.)................

17,700

13,200

14,000

Coria.......................................

17,300

11,400

14,000

Avila.......................................

20,500

10,000

12,000

Badajoz..................................

21,000

3,700

12,000

Cadix......................................

13,200

5,000

12,000

Léon........................................

18,200

6,100

12,000

Valladolid..............................

14,200

9,500

11,000

Astorga...................................

13,000

7,800

10,000

Almeria..................................

7,800

3,600

4.500 à 7.6008

Guadix...................................

7,000

3,500

4.500 à 6.9009

Ciudad Rodrigo.....................

6,600

2,900

5,000

  • 10 A.H.N, Cons. Supr., L. 17.334.

33La guerre d’Indépendance asséna les premiers coups à ce qu’il faut désormais appeler l’Église espagnole d’Ancien Régime. L’effondrement des ressources en nature ne fut que partiellement compensé par des prix en folie : 82 à 117 réaux la fanègue de blé. De 1809 à 1819, quelques évêchés jouissent pourtant d’une prospérité illusoire. À partir de 1814, la convalescence est fragile ; les prélèvements céréaliers restent inférieurs aux volumes normaux du siècle précédent, le niveau encore élevé des prix sauve la façade. Certes, l’ancienne Chambre de Castille reprend ses activités un moment interrompues, mais le ressort est brisé. La grande machine bureaucratique de Philippe II n’avance plus que par sa pesanteur propre. La révolution libérale de 1820-1823 donna le coup de grâce. Une dernière vague de comptes au lendemain du Trienio Constitucional atteste une agonie. La conjonction d’une détente des prix aux niveaux de 1750-1780, et de l’effondrement des recettes en nature aux volumes de la guerre d’Indépendance est un paradoxe révélateur. Déjà, le 8-11-1817, une circulaire du Conseil de Castille rappelait aux populations la religieuse obligation de payer la dîme. La circulaire du 14-12-1826 déplore « la négligence avec laquelle on acquitte généralement la dîme depuis le début du siècle » ; celle du 5-10-1829 ne peut que constater « l’impudence et l’immoralité avec laquelle les laboureurs se refusent à payer les dîmes »10. L’abolition définitive des dîmes par le régime libéral en 1837 ne fit que dresser un acte de décès. Pour les menses épiscopales, il n’y eut jamais de Restauration.

Notes

1 A.H.N., Libro de Igl. I : R. C. du 30-12-1571.

2 Diocèses d’Almeria, Astorga, Avila, Ciudad Rodrigo, Coria, Grenade, Guadix, Léon, Malaga, Plasencia, Salamanque, Ségovie, Zamora.

3 1557 : A. G. S., Patr. Ecl. L. 3. 1566 : A. G. S., Patr. Ecl. L. 6. 1577 : A. S. V., Misc. Spagna, Armar II, 83. Les relations de 1557 et 1577 ont été publiées par B. Escandell Bonet : Las rentas episcopales en el siglo XVI.
Anuario de Hist. Econ. y Social,
T. III, 1970, p. 76-77.
Outre les mentions de la Hierarchia Catholica, nous avons utilisé les relations (comptes conventionnels) suivantes: 1613: B.N. Madrid. Ms. 843 (Couronne de Castille). 1630: A.S.V., Mis Arm 1, vol. 90 (Couronne de Castille). La relation de 1630 est reproduite dans le Diccionario de Hacienda, de Canga Argüelles, art. rentas (del clero de España); et dans le D.H.E.E., art. Patrimonio Eclesiástico, p. 1897.

4 Mentionnons séparément les évêchés créés dans le dernier tiers du XVIe s., dont les premières déclarations de revenu s’échelonnent entre 1590 et 1625 :
Image 10000000000002EF0000007447957AF4.jpg

5 Barcelone, Carthagène, Jaen, Majorque, Orihuela, Saint-Jacques, Tarragone, Tortosa, Valence, Zamora.

6 Le démembrement du siège de Santander en 1754 diminua considérablement l'archevêché de Burgos. Dans ses limites anciennes, le niveau du revenu de la mitre de Burgos serait de 700.000 réaux en 1770, 1.060.000 sur 1790-1805.

7 Fourchette des prix céréaliers d’après les déclarations de revenu des évêchés (Couronne de Castille) :
Image 10000000000002F3000001D6012D6F93.jpg

8 Croissance continue au cours du XVIIIe s. Chiffre inférieur : niveau médian au début du siècle. Chiffre supérieur : niveau médian à la fin du siècle.

9 Croissance continue au cours du XVIIIe s. Chiffre inférieur : niveau médian au début du siècle. Chiffre supérieur : niveau médian à la fin du siècle.

10 A.H.N, Cons. Supr., L. 17.334.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Casa de Velázquez, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540