Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Église d'Espagne sous le Patronage Royal (1476-1834)

 | 
Christian Hermann

Introduction

Texte intégral

  • 1 Le présent volume reproduit l’essentiel de la version dactylographiée de la thèse soutenue à la Sor (...)

1La thèse ici présentée poursuit deux objectifs : elle est, dans le cadre chronologique précisé, une étude générale des relations entre l’Église et l’État monarchique espagnol ; elle est encore une étude de l’œuvre du Patronage Royal, qui était à l’époque moderne l’institution ecclésio-politique majeure du pays. S’agissant de la très catholique Espagne, on peut s’étonner à ce propos des lacunes de l’historiographie. C’est que les nations ont, comme les familles, des cadavres dans le placard. Les historiens nationaux sont trop impliqués dans ces drames, par leur culture et leur situation, pour les aborder. Libre de ces liens, l’étranger a de plus l’avantage de n’y pas compromettre sa carrière. Plusieurs aspects de la première partie du sujet avaient donné lieu à des monographies isolées. Notre tâche fut de les renouveler par le retour aux sources —rituellement citées, rarement consultées—, et par une perspective comparatiste dans la longue durée. Les thèmes des seconde et troisième parties, inédits, ont été éclairés par les archives de la chambre de Castille1.

2La formation de l’Ecole française d’histoire économique et sociale m’orienta initialement vers l’œuvre du régalisme espagnol dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : réforme bénéficiale, recrutement du clergé séculier, politique d’attribution des pensions sur mitres, revenus des évêchés.

3Je savais que le concordat de 1753, césure capitale dans l’histoire ecclésiastique de l’Espagne, ouvrait une ère nouvelle, mais l’historiographie me laissait dans l’ignorance de l’ère ancienne qu’il avait abolie. Surtout, si les mesures étudiées portaient l’empreinte de l’esprit des lumières, le discours qui les justifiait était nourri de références patristiques et conciliaires. Cette discordance était le signe d’un lourd passé enfoui, d’un essentiel occulte.

4L’état des questions me laissait bien démuni. Ne parlons pas de l’histoire économique et sociale de l’Église d’Espagne, moins encore de l’histoire religieuse du peuple espagnol : elles ne sont que les promesses du siècle prochain. La situation était pire. L’histoire de l’Église importe trop à celle de l’Europe pour l’abandonner au clergé ou à de pieux laïcs. Le parti dévôt qui détient depuis un siècle et demi un monopole sur l’histoire ecclésiastique, que personne ne lui a disputé, a été profondément marqué par l’anticléricalisme violent des révolutions libérales. Ce traumatisme lui a insufflé un ultramontanisme aveugle. Des hommes de science honnêtes sont ainsi devenus incapables de concevoir que dans l’ancienne Europe, une orthodoxie catholique irréprochable était compatible avec l’anticurialisme et les conflits permanents qui opposaient les Nations au Saint-Siège ; incapables de reconnaître que la réforme du clergé régulier espagnol au XVIe siècle, comme la réforme ici étudiée du clergé séculier au XVIIIe, ont été conduites par la Couronne, parce qu’elle seule pouvait les imposer, et que l’Église n’était pas en mesure de se réformer elle-même. Le régalisme ne pouvait être à leurs yeux que l’œuvre de la maçonnerie et de la philosophie impie d’outre-Pyrénées. La génération des auteurs de la récente Histoire de l’Église en Espagne, s’est enfin libérée de ces mythes ; encore tous n’y sont pas parvenus.

5Du côté des Ecoles libérale et marxiste, la situation hélas n’était pas meilleure. Leurs positions découlent de deux postulats ; primo, l’Église a joué dans le destin national un rôle fondamentalement négatif ; secundo, au regard de la complicité profonde qui lia l’État monarchique à l’Église, les conflits qui les opposèrent sont des péripéties dignes de la petite histoire. À propos du régalisme, les auteurs de ces Ecoles sont plus perspicaces que leurs adversaires cléricaux. Ils ont bien compris qu’il ne fut pas l’expression authentique de l’esprit des lumières, le prodrome de la subversion libérale ou socialiste. Mais faute d’avoir étudié le Patronage Royal, ils ne l’ont pas prouvé. Ils abandonnent ce monstre féodal à l’histoire du droit, pratiquée comme chacun sait par des vieillards réactionnaires. Parce qu’elle ne s’inscrit pas dans le bon sens de l’histoire, l’œuvre du régalisme, —en particulier la réforme bénéficiale, le recrutement du clergé— ne mérite pas de retenir leur attention. C’est qu’il ne suffit pas de laïciser le vieux providentialisme historique pour éviter les pièges de la téléologie.

6Si la bibliographie du sujet était décevante, les sources étaient surabondantes, riches, mais d’un abord difficile.

7La Novísima Recopilación est la première source imprimée de l’ancienne législation espagnole en matière ecclésiastique. Parvenu au terme de mes investigations, j’ai constaté qu’il n’était pas une mesure de portée nationale qu’elle n’insère, directement, ou par les notes infra-paginales.

8Les traités contemporains, imprimés ou manuscrits, relèvent de trois genres : les mémoires sur les « abus de Rome », entendons, sur le gouvernement de l’Église espagnole par la curie romaine, et sur les inconvénients des réserves apostoliques ; les essais sur le Patronage Universel et les traités régalistes ; enfin, le genre composite des examens critiques du concordat de 1737. On peut appliquer à la plupart des ces ouvrages le jugement du roi Charles III relatif aux mémoires du chapitre de Cuenca : molestos y dilatados. L’objet du débat est trop souvent enseveli sous une rhétorique emphatique, l’esprit de chicane, le formalisme des opérations logiques successivement ou simultanément enchaînées avec une virtuosité aussi étourdissante que superflue. Je ne les ai pas refermés à peine parcourus, parce que, ancien élève du professeur Tapié, je ne fus pas insensible aux derniers feux baroques de la grande scolastique. Il fallait briser la coquille pour trouver la noix. On suit à la lecture de ces traités la naissance et l’essor d’une pensée ecclésio-politique complexe. Le large éventail des points de vue ménage entre les orientations antagonistes des plages de dialogue, voire d’accord sur l’essentiel.

9Les sources manuscrites ou imprimées suffisaient presque à l’étude des conceptions et des institutions. Seules les archives permettaient d’aborder l’œuvre régaliste du patronage concordataire. Les cinq mille liasses et registres soigneusement conservés par les secrétaires successifs des patronages royaux d’Aragon et de Castille, du milieu du XVIe siècle au premier tiers du XIXe, constituent un fonds superbe. Encore fallait-il en l’absence d’inventaires modernes en trouver les clés. Tout de même, le dépouillement eut été au-dessus des forces d’un homme sans ce document qui manifeste la solidité de la machine administrative forgée par Philippe II, l’intelligence et la compétence générales de ses serviteurs : la consulta. Pour l’avoir confrontée chaque fois que possible aux informations de première main qui l’inspirent, j’ai vérifié qu’elle supplée d’ordinaire à leur disparition.

10D’abord l’ordre royal qui soumet à la réflexion du Conseil et Chambre de Castille, la question soulevée par un sujet, un corps, un autre conseil. Par une première consulte, la chambre demande aux requérants, aux parties concernées, au secrétariat du patronage royal, les informations jugées utiles. Les employés des bureaux collationnent les documents rassemblés, élaborent les rapports destinés au procureur du roi, fiscal du conseil, et aux conseillers. La consulte n’est pas un compte-rendu de la délibération du conseil ; elle est avant tout le livre blanc de l’affaire traitée. C’est pourquoi elle débute par le rappel des antécédents et des circonstances du sujet, des procédures et décisions auxquelles il a donné lieu. Rappel souvent copieux, parce que l’action de la chambre de Castille est justice plus que gouvernement. Elle est dans la position du juge d’instruction qui instruit à charge et à décharge des prévenus : les parties concernées, avant de transmettre son rapport au ministère public : au fiscal, procureur du roi. Sa procédure ignore le secret administratif, et les parties ont à chaque étape communication du dossier. Vient ensuite le parecer fiscal, longue analyse de 1 état de la question, suivie d’un minutieux exposé des motifs qui justifient les réquisitions finales. Il faut attendre la ou les dernières pages pour qu’apparaisse, non pas la délibération du conseil, mais son acuerdo, sa décision. Les opinions personnelles ne sont mentionnées, par l’expression du voto separado des conseillers minoritaires, qu’à défaut d’unanimité.

11La consulte est alors soumise à la résolution royale, car son but est de : mover el real ánimo, de délivrer la volonté du souverain de l’indécision. Rien ne semble plus difficile, si l’on en juge par la proportion de résolutions négatives : quedo enterado, ou la cámara vendrá a consultarme otra vez. La résolution positive entérine l’accord du conseil : como parece, ou le modifie jusqu’à le contredire. Sur le plan de la diplomatique, la consulte authentique est celle qui porte en marge la résolution royale, écrite de la main du souverain, et paraphée : Yo el Rey.

12La reconnaissance achevée, l’exploitation du sujet posait une alternative claire. Il fallait s’en tenir au propos initial : une étude approfondie de l’œuvre du régalisme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ; réduire alors l’exposé des relations pré-concordataires entre l’Église et l’État à un chapitre introductif. On pouvait au contraire brosser dans une première partie un tableau général de l’organisation ecclésio-politique et de son évolution, de l’avènement des rois catholiques à la mort de Ferdinand VII. Sur ces fondations politiques, institutionnelles, idéologiques, les réformes régalistes ensuite abordées, regagnaient par l’extension et la perspective, ce qu’elles perdaient en profondeur et en précision. J’ai hésité plusieurs années avant de sauter le pas, car en la Sorbonne où l’esprit supérieur d’Ignace de Loyola humilia le recteur de Paris, mes maîtres m’avaient tout appris, sauf le droit canonique et la théologie. Mais comment résister à l’appel de la longue durée ?

13Commençons donc par la plongée aux abîmes ; l’exposé des relations qui de la fin du XVe siècle au premier tiers du XIXe, lièrent l’Église, le Saint-Siège, la monarchie nationale, en un trinôme solidaire et conflictuel. L’organisation ecclésio-politique forgée par Ferdinand V d’Aragon et Isabelle de Castille sera en vigueur jusqu’au concordat de 1753. Son étude s’articule autour de trois pôles :

  • Les particularités, l’emprise sur l’espace et sur les hommes de l’organisation ecclésiale espagnole ; le statut de l’Église dans le droit public national.

  • Le Patronage Royal de régime commun, les institutions complémentaires et les patronages royaux de régime spécial : vicariat-général aux armées, grandes maîtrises des ordres religieux et militaires señorío de Biscaye, patronages de Grenade et des Indes.

  • La nature, l’extension, les conséquences des réserves apostoliques, que l’Espagne souffre dans toute leur rigueur jusqu’au milieu du XVIIIe siècle ; les oppositions qu’elles provoquent, l’éclosion et l’essor du nationalisme ecclésiastique parmi les letrados de l’administration monarchique.

14Au terme de cette longue introduction, il apparaît que les objectifs, les mesures du régalisme espagnol au siècle des lumières, étaient déjà formulés dans le droit public du XVe ; que la Couronne disposait de puissants moyens au service de sa politique ecclésiastique ; enfin, que l’Espagne fut entre 1550 et 1750, la seule puissance ou presque, entièrement soumise aux réserves apostoliques, et par conséquent au gouvernement direct de l’Église par la curie romaine.

15La Nation moderne ne pouvait pas se résigner au partage de l’Église entre la Couronne et la Tiare. La relation du combat national contre les « Abus de Rome » débute au XVIIe siècle, temps d’impuissante déploration. L’accord Fachineti de 1640, relatif au tribunal du nonce, fut le seul acquis notable. La guerre de Succession entraîne une révolution des perspectives, le XVIIIe sera le temps de l’action. L’Espagne entame une quête concordataire fébrile, qui au terme d’accords morts-nés aboutit au concordat de 1737. Le puissant essor du régalisme affaiblit l’épiscopalisme, mais non la force des aspirations nationales, qui placent désormais dans la réforme de l’Église la légitimation supérieure du combat.

16L’obscure controverse du Patronage Universel, engagée par la Couronne en 1735, sera jusqu’en 1750 au cœur du contentieux hispano-romain. Son étude était indispensable à l’intelligence d’une réflexion ecclésiologique et d’une action politique complexes, inextricablement liées durant un demi-siècle agité. Le concordat de 1753 mit un terme à une situation bi-séculaire, et instaura un régime qui dans ses grandes lignes sera en vigueur jusqu’en 1975. Il présente la particularité d’être une reconnaissance par le Saint-Siège du Patronage Universel de la Couronne, un transfert en sa faveur des réserves apostoliques. Cette formulation conféra l’exercice des prérogatives concordataires, et par conséquent la direction hégémonique des relations entre l’Église et l’État, au Patronage Royal et à la Chambre de Castille qui l’administrait. La vieille institution obtenait la tutelle de son jeune rival : le régalisme.

17Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, une abondante législation exploite la victoire et promulgue les mesures d’un vaste dispositif para-concordataire. Nous examinerons les décrets d’application du concordat, l’instauration de l’exequatur, la réforme du tribunal de la nonciature, le nouveau statut des séminaires. La réorganisation de la fiscalité ecclésiastique, les prémices du désamortissement, complètent un bref aperçu de l’âge d’or du régalisme espagnol.

18La seconde partie s’attache à quelques secteurs essentiels de l’administration du Patronage Royal. À partir du dernier tiers du XVe, la monarchie a une connaissance précise et suivie des revenus des menses épiscopales. Les comptes quinquenaux adressés par les curies diocésaines à chaque vacance de la mitre, permettent une reconstitution globale de l’évolution des revenus des évêques espagnols, de 1565-75 à 1834. L’attention portée aux ressources est motivée par l’imposition des pensions sur mitres, parafiscalité propre au Patronage Royal. L’évolution de la charge des pensions, la politique de leur attribution, sont étudiées de 1660 à 1815. Il importait encore d’aborder le montant et l’emploi des dépouilles et vacances, restituées par le Saint-Siège à la Couronne à l’occasion du concordat en 1753. La jeune Collectorie-générale des dépouilles et vacances fut une institution novatrice en mutation permanente.

19L’étude des inspections et des réformes des administrations décimales diocésaines du patronage de Grenade dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, atteste l’influence dynamique du concordat de 1753 et du régalisme postérieur sur des institutions décadentes, soudain revitalisées.

20Abordons maintenant dans une troisième partie la réforme bénéficiale réalisée par l’épiscopat espagnol suivant les instructions royales et sous la direction de la Chambre de Castille, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe. Cette vaste entreprise qu’un régalisme éclairé conduisit avec succès, n’avait pas retenu l’attention des historiens, et ne donnait lieu qu’à de brèves mentions. La réduction des bénéfices incongrus, la revalorisation des postes conservés, s’accompagnent d’une redéfinition des services et des statuts ; des bénéfices-cures pourvus par concours sont érigés dans les milliers de paroisses qui en étaient dépourvues. Les plans généraux diocésains assurent un succès précoce et complet en Catalogne, en Andalousie, dans le royaume de Grenade. Dans les Castillés et le nord-ouest de l’Espagne, la réforme s’enlise dans une action morcelée, menée au coup par coup. L’étude expose la genèse, la portée des plans généraux diocésains, et lorsque les sources le permettent, les oppositions, les appuis rencontrés par les prélats réformateurs. Les derniers chapitres abordent la finalité suprême de la politique réformatrice post-concordataire : le recrutement des bénéficiers. Il repose sur la généralisation du concours d’accès aux cures et sur la régularisation des procédures de la chambre de Castille en matière de provisions ecclésiastiques. Une étude statistique des notices de carrière de plus de mille curés et sept-cent prébendiers, révèle les critères implicites du recrutement, les règles sociologiques du progrès dans la carrière.

21Cette longue histoire occultée éclaire les paradoxes initiaux du sujet. La dualité de pouvoir sur l’Église espagnole, de la Couronne et de la Tiare, reporta à deux siècles après le concile de Trente la réforme tridentine du clergé séculier. Parce que le patronage royal concordataire est l’institution majeure du régalisme espagnol, une réforme du siècle des lumières est pensée et conduite dans l’esprit canonique et conciliaire. Mais après tout, les réformes religieuses du XVIe siècle ne sont-elles pas le prélude des lumières, les fondations de notre modernité ? Les historiens anglo-saxons savent bien que de Luther à la révolution d’Angleterre, c’est au cœur de l’esprit religieux que naquit le libre examen de la conscience individuelle. Les hispanistes savent que les droits de l’homme furent d’abord exposés par le théologien Vitoria, dans les Relecciones de Indias professées à Salamanque. Non, l’Église espagnole ne se ferma pas au mouvement des lumières, au contraire. Sous la direction du Patronage Royal, elle se laissa éclairer par le séminaire Saint Sulpice et par la congrégation de Saint Maur. Plus tard, elle ne sera pas sourde aux grandes voix du génie français : Ozanam, Gilson, Maritain. La raison ne se réduit pas au rationalisme déchristianisateur.

22Il ne fallait pas traiter deux sujets à la fois. Mais cette thèse voudrait être aussi une contribution à la connaissance de l’État monarchique espagnol. Sa rédaction a tenté, trop allusivement je le crains, de décrire le long cheminement qui, de la définition des objectifs, du recensement des moyens, conduit au dialogue du fiscal avec la Chambre de Castille, puis à la décision du souverain ; de saisir l’esprit d’un gouvernement autoritaire sans autoritarisme, rigoureux mais attentif aux hommes et aux situations ; enfin de révéler la qualité d’un corps épiscopal qui allie miraculeusement l’habileté politique et le zèle pastoral. La supériorité dans l’art du gouvernement ne se manifeste pas dans les discours, mais dans l’humble, dans la difficile gestion du quotidien.

23Parvenu au terme de l’entreprise, je suis mieux placé que quiconque pour percevoir les lacunes d’un essai, que des enquêtes à venir devront approfondir et surtout corriger. Je m’estimerai combler si, comme la récente synthèse de mes collègues membres du clergé, il contribue à faire passer « L’Histoire de l’Église en Espagne » des préjugés dogmatiques à la confrontation scientifique. Qui n’accepte pas toutes les Espagne n’en comprendra jamais aucune. Le lecteur s’estimera peut-être accablé par le droit et par un style sévère. Avant de disserter sur le sens de l’histoire, il faut savoir quelle est cette histoire qui a un sens. On ne peut éluder le préalable des institutions, et ces matières ne souffrent pas l’à peu près. Le droit n’exprime sans doute que l’identité et les valeurs conscientes d’une communauté, son « vouloir-être ». Mais il donne la mesure d’une œuvre politique, en permettant d’apprécier la fidélité aux principes qui l’animent, le degré de réalisation des fins qu’elle poursuit.

24Le Patronage Royal était à l’aube du XIXe siècle au zénith de sa destinée ; au bout d’un long crépuscule, il s’est éteint le 26 juillet 1976. Son souvenir vivra pourtant dans la mémoire des hommes, tant que des Philippines à la Sicile, de la Californie au Río de la Plata, les armes de la Couronne au porche de milliers d’églises et de couvents, attesteront sa glorieuse universalité.

Notes

1 Le présent volume reproduit l’essentiel de la version dactylographiée de la thèse soutenue à la Sorbonne en avril 1984. On a seulement renoncé à publier ici les annexes documentaires et statistiques, après avoir refondu sept chapitres en trois (6, 10, 11).

© Casa de Velázquez, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540