Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 7


Texte intégral

1Il est banal qu’au lendemain de l’agrégation d’histoire, un étudiant souhaite être, non seulement professeur dans cette discipline, mais historien. Il suffit pour cela qu’il ait rencontré les maîtres capables d’éveiller sa vocation. Mais si le sujet qui est ici traité n’appelle aujourd’hui aucune remarque particulière, il n’en allait pas de même il y a douze ans. Je me souviendrai toujours des réactions qu’il provoquait : un étonnement poli dans le meilleur des cas, des sarcasmes grossiers dans le pire.

2C’est pourquoi je tiens à exprimer ma gratitude aux personnes qui dans un climat intellectuel hostile, m’ont alors compris et encouragé. Au premier chef, à M. le professeur Pierre Chaunu, qui accepta de diriger cette thèse, manifestant ainsi sa liberté d’esprit et, au sens premier du mot, sa générosité. Messieurs François Chevalier et Jean-Paul Le Flem, à l’époque respectivement Directeur et Secrétaire Général de la Casa de Velázquez, les directeurs et le personnel de l’Archivo Histórico Nacional et de l’Archivo General de Simancas, ont un titre égal à ma reconnaissance. J’aurai garde d’oublier la courtoisie amicale des historiens espagnols Antonio Domínguez Ortiz, Gonzalo Anes, Quintín Aldea Vaquero, Luis Sierra. Je tiens à remercier enfin Marie Helmer, qui suivit les progrès de l’entreprise avec tant de constance et d’intérêt que le sujet paraissait l’habiter depuis toujours.

3Evry, 1984

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.