Version classiqueVersion mobile

La diffusion du livre en Espagne (1868-1914)

 | 
Jean-François Botrel

Conclusion

Appareil et circuits de diffusion du livre

Texte intégral

1En 1868, les libraires et les autres intermédiaires commerciaux impliqués dans la diffusion du livre se trouvent devant une situation que Pereda, en 1865, dans un prologue à Mesa Revuelta de Federico de la Vega, résume en ces termes :

2« L’imprimerie... est un fleuve en crue qui n’épargne rien, qui inonde tout. Depuis le journal d’information à deux cuartos* l’exemplaire jusqu’à la brochure incendiaire ; de la livraison à un demi-réal jusqu’au volume à un demi-douro ; depuis la chanson de l’aveugle jusqu’à la Sainte Bible ; depuis le plus vulgaire prospectus commercial jusqu’au solennel et ronflant “document parlementaire”, deux cent mille projectiles tout chauds et dégoûtant d’encre de Gutenberg menacent tous les jours que Dieu fait le paisible citoyen en lui demandant un vil ochavo* en échange d’un moment de distraction... ».

3Le témoignage de celui qui allait devenir un des grands romanciers de la Restauration nous intéresse à plus d’un titre.

4D’abord parce qu’il nous rappelle qu’en 1868, l’essor de la production imprimée est déjà très perceptible au point qu’on puisse se sentir assailli. Dans ce domaine il n’y a pas de décrue à attendre ; bien au contraire, le flot ne fait que gonfler : les quelque 500 titres lancés annuellement sur le marché officiel du livre dans les années 1870, sont au nombre de 1000 environ à partir de 1880 et de plus de 2 000 à partir de 1905 selon la Bibliografía española. Dans le même temps, le nombre des titres de journaux en Espagne passe de 521 en 1868 à près de 2 000 en 1913, tandis que La Correspondencia de España voit son tirage passer de 15 000 à 135 000 exemplaires...

5Cette expansion du marché du livre et de l’imprimé est cependant toute relative : il suffit pour s’en convaincre de rappeler simplement qu’en France par exemple, de 1889 à 1913, la production officielle annuelle est de 13 000 titres en moyenne et qu’entre 1904 et 1913, elle est cinq fois supérieure à la production espagnole.

6Le témoignage de Pereda a également le mérite d’attirer notre attention sur l’énorme variété de la production imprimée et, s’il se produit, entre 1868 et 1914, certaines évolutions internes (diminution de l’importance des romans par livraisons ou de la littérature de colportage au profit des collections populaires à bon marché ou de la presse, par exemple), il est bon de rappeler que, dans les années 1910, les livres (de plus de 100 pages) ne représentent que moins de la moitié des imprimés ayant fait l’objet d’un dépôt légal. A cette même époque, rien qu’à Madrid, 18 journaux mettent quotidiennement en vente près d’un million d’exemplaires à 5 centimes, avec leur feuilleton, etc.

7Enfin, cette expansion relative et diversifiée va de pair avec un élargissement du public, en même temps que le livre cesse d’être majoritairement appréhendé comme utilité et que la notion de livre-loisir progresse. Cette ouverture se traduit également par un renforcement du marché national au détriment des marchés locaux et surtout par une laïcisation de l’imprimé au grand dam des autorités ecclésiastiques qui en sont réduites à donner des visions apocalyptiques de déluge d’encre noire déferlant sur l’Espagne avant de se doter, dans les années 1910, de moyens éditoriaux adaptés et d’entrer dans la lice de la communication de masse moderne.

8C’est dans ce cadre général de l’évolution du marché de l’imprimé et des attitudes qu’il faut évaluer le rôle d’intermédiaire commercial et culturel des libraires et plus généralement de l’appareil de diffusion du livre.

9On observe ainsi qu’à l’augmentation des produits à commercialiser ne correspond pas un accroissement proportionnel des moyens commerciaux officiels. C’est par une intensification de l’activité commerciale, une spécialisation relative (sensible y compris dans la librairie d’occasion) et le maintien d’un réseau parallèle et complémentaire que l’appareil de diffusion du livre semble avoir répondu à l’évolution du marché.

10Cet appareil, dans l’ensemble peu qualifié professionnellement, nous apparaît comme éclaté, du grand éditeur qui vend à l’unité directement aux particuliers ses livres de luxe, au colporteur qui trouve l’acquéreur pour sa feuille volante à quelques centimes, en passant par les libraires et une multitude de petits débits ou points de vente plus ou moins marginaux, inégalement présents sur le territoire espagnol.

11Par cet éclatement, l’appareil de diffusion répond à la diversité des besoins ou des demandes exprimées ou en cours d’expression. Des cas extrêmes de la librairie de détail urbaine et du colportage rural peuvent illustrer cette sorte d’adaptation, à la fois au produit et à la clientèle.

12Ainsi la librairie citadine répond généralement à des besoins depuis longtemps identifiés ou à la demande ponctuelle d’une clientèle élitaire ; dans ce lieu clos et un peu solennel le livre est encore largement hors de portée, y compris physiquement, du grand public.

13A l’opposé, la librairie ambulante et ouverte du colporteur rend accessible, en particulier par la médiation de l’oral, l’infra-imprimé à un public populaire ou marginal dont il satisfait les besoins primaires ou « illicites ».

14C’est en fonction de ces paramètres (nature du produit publié, accessibilité) que s’organisent en une sorte de hiérarchie socio-culturelle, les circuits de diffusion ; ils répondent autant aux besoins anciennement exprimés (livre scolaire, par exemple) qu’aux besoins nouvellement exprimés (repartidores*, bibliophilie) ; à ce titre, ils arrivent même à prendre une part appréciable dans une pédagogie de la consommation culturelle appropriée aux différents publics.

15Ces circuits sont encore largement déterminés par la demande strictement locale, beaucoup plus urbaine que rurale ; ils sont fortement marqués par les inégalités régionales et prennent même parfois des dimensions régionalistes perceptibles, par exemple, à travers la tentative d’établissement d’un axe Catalogne-Santander.

16Ces multiples circuits répondent aussi à des considérations idéologiques ou de classe et l’on a pu voir dans les années 1890, par exemple, se constituer un circuit spécifiquement ouvrier autour d’un journal comme El Socialista.

17Ce processus de banalisation et de laïcisation de la consommation de l’imprimé et du livre se fait, dans un premier temps, pour l’essentiel, en dehors de la librairie officielle, c’est-à-dire principalement les libraires de détail qui dans leur majorité, sont beaucoup plus d’obscurs instruments commerciaux que des agents de culture. La routine ou leur prudence qui les amène, par exemple, à laisser à des étrangers le « risque » de diffuser les livres scientifiques ou étrangers, leur font jouer objectivement un rôle de frein ou de contrôle en faveur du système en place.

18Ce n’est qu’à partir des années 1900 que se manifeste une volonté d’affirmer la vocation des libraires professionnels à diffuser de façon exclusive le livre, et que se produit une certaine décantation et clarification dans l’appareil de diffusion. Alors la librairie qui a pris l’habitude de vendre aussi des livres à une peseta semble s’ouvrir à une clientèle moins étroite.

19Entre 1868 et 1914, l’appareil de diffusion du livre répond donc, de façon limitée et différée, à l’expansion et à la diversification de la production éditoriale et des publics : il reste caractérisé par la coexistence de structures commerciales d’Ancien Régime, comme l’imprimerie-débit de livre-bazar culturel-lieu de sociabilité, et d’autres structures de niveau européen. En ce sens, l’appareil de diffusion du livre est à l’image de la société espagnole qu’il ne fait qu’accompagner dans sa lente mutation.

© Casa de Velázquez, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search