Version classiqueVersion mobile

L’Économie politique et la sphère publique dans le débat des Lumières

 | 
Jesús Astigarraga Goenaga
, 
Javier Usoz Otal

III. Idées économiques, pays et émergence de la sphère publique

Sociabilité savante et progrès de l’économie politique dans la France du xviiie siècle

Daniel Roche

Texte intégral

  • 1 J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 298-329.
  • 2 Ibid., pp. 305-309 ; A. Lilti, Le Monde des salons, pp. 212-215.

1« Une science bien traitée n’est qu’une langue bien faite » écrivait Condillac dans la Langue des calculs. Il justifiait ainsi la réflexion que l’on doit accorder à la relation établie entre le monde des académies savantes et littéraires, ce vaste empire de signes et de langage établi dans le royaume et en Europe, entre la fin du xviie siècle et 1789, et celui des économistes maîtres d’une science encore innommée — pour reprendre l’expression de J.-F. Melon dans l’Essai politique sur le commerce, solidement établi après 17501. Toutefois, habituellement, on cherche ailleurs que dans les sociétés savantes les raisons d’un progrès fondé dans le développement de l’analyse, l’affirmation d’une nouveauté épistémologique et sa diffusion générale. Trois instances sont en cela privilégiées car elles fonctionnent en système. D’abord, le mouvement de production des livres et de la presse où progressivement s’autonomise la science nouvelle, ou avec les dictionnaires, s’affirment les principes et les opinions, où se développent les débats : du règne de Louis XIV à la Révolution, c’est plus de 2 800 titres qui servent ainsi de guide à de nombreux lecteurs. Viennent ensuite les lieux sociaux, principalement parisiens, clubs, salons, cénacles divers, temples de la conversation où l’on retrouve les économistes dans le concert philosophique et le spectacle mondain, du salon de la duchesse de la Rochefoucauld à celui du baron d’Holbach, chez madame Necker aussi bien que chez madame Blondel, et quelques autres bien connus2.

  • 3 N. Veysman, Mise en scène de l’opinion publique, pp. 11-23, 132-139 et 593-602 ; J.-C. Perrot, « No (...)

2On y saisit la rencontre entre la « théâtralisation de l’opinion »3 et la discussion sur les Lumières, l’existence d’une caisse de résonance de multiples interrogations et les ressorts discutés du succès, la tristesse d’Adam Smith concurrençant mal la jovialité de Hume. Enfin, les liaisons qui rassemblent individus et lieux de discussion mettent en valeur les voies de la médiatisation, le rôle de tous les imprimés commentés dans un dialogue qui s’organise du centre à la périphérie et qui précise les objectifs, la recherche de la protection, la consolidation du pouvoir comme le traduisent les dédicaces, les envois, systématisation des correspondances dont la presse reprend l’écho et sert de banc d’essai à l’actualité des débats, ainsi dans le Journal d’Agriculture circulant entre Paris (65 % des 267 lecteurs identifiés par Henri Kempf) et la province parmi lesquels dominent les représentants des sociétés littéraires et savantes. Dans toutes ces manifestations, on décrypte les indices du succès des intérêts économistes, les variations des caprices d’un milieu gouverné par les livres et d’une classe cultivée hiérarchisée de la Cour au peuple, ouverte à l’Europe. On en comprend mieux l’élargissement et ses limites en suivant tous les canaux culturels qui irriguent les sociabilités. On y découvre l’image des démarches novatrices d’information et de discussion pour tenter de comprendre les principes de la richesse territoriale et manufacturière, les caractères de leur emploi, les conséquences entraînées pour la population, le travail, le commerce, la circulation. Au total, la classe dirigeante découvre « les lois et les établissements qui s’y rapportent » pour parler comme Peuchet en 1801 quand il recense les termes du commerce.

  • 4 F. Quesnay, Œuvres économiques, t. I, pp. 331-387.
  • 5 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 68-73.
  • 6 É. Briant, La mesure de l’État, pp. 181-187.

3Ce qui est conquête d’un espace socioculturel se traduit dans deux exemples. En 1765, Quesnay envoie aux secrétaires perpétuels des sociétés savantes ces questions intéressantes sur la population, l’agriculture et le commerce dont on retrouve trace dans le Journal Economique, mais que l’on cherche en vain dans les archives provinciales où devraient se cacher demande et réponse4. De même, en 1780, Condorcet reprend vainement le projet d’unir les sociétés parisiennes et provinciales dans un mouvement favorable au progrès des sciences. Économistes parisiens et provinciaux sont imbriqués dans les échanges de correspondance et dans 1’usage de codes de communication favorables en principe à 1’intérêt commun5. Ils sont entraînés dans la poussée progressiste hiérarchisée par le système académique à l’œuvre depuis les années 1660-1730, où s’affirme la capacité admise et reconnue d’une discussion tolérable sur des problèmes définis par la coutume dans la société des corps, sans liberté d’association et d’expression. Ainsi les débats économiques font partie des capacités offertes entre l’espace public de la représentation, traditionnel, et l’espace public de l’opinion, l’avenir. Les tensions qu’on y découvre expriment les logiques différentes des deux modèles, les jeux de la protection comme ceux de la libéralisation où l’opposition Paris-province est manifeste6.

  • 7 H. Lüthy, La banque protestante en France, t. I, pp. 371-373 et 402-414.
  • 8 D. Margairaz, François de Neufchâteau, pp. 10-15 et 56-77 ; J. Schlanger, La mémoire des œuvres.

4Dans la capitale, un premier exemple rassemble les partisans éclairés des arts et du commerce moins par une affirmation directe que par résonance avec les questions posées à la société et débattues par les Sociétés. Ainsi, à l’Académie française, s’il faut chercher de l’économie, il faut être attentif aux pratiques de l’éloge, occasion de débats sur les académiciens et leurs choix, comme dans la comparaison de Sully et de Colbert, de Thomas et de Necker7. De même, la poésie académicienne livre un florilège de textes, d’images, de métaphores où se traduisent dans la glorification de la nature et du travail paysan, l’esprit physiocratique vulgarisé, l’éloge de l’agriculture à la façon de Voltaire et dans l’espoir superbe de la poésie didactique ou de l’exemple historique, la réflexion sur les vicissitudes économiques8. L’expérience de l’Académie des inscriptions et belles-lettres rejoint ici celle des immortels : elle présente une sensibilité plurielle autant qu’une attention cognitive et, dans la mosaïque des connaissances, elle place l’économie rurale ou le travail ordinaire dans le contexte d’une culture des lieux communs.

  • 9 É. Briant, La mesure de l’État, pp. 180-185 ; J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle, pp. 14-16.

5Tout autre est 1’usage de l’Académie royale des sciences où, dans un contexte favorable à l’expérimentation et à la construction d’une science nouvelle, les savants se mobilisent sur de multiples chantiers9. Des savoirs multiples y sont ainsi interrogés en écho à une sociabilité intense, de la Cour à la ville, exigeante sur les questions d’aménagement et tout ce qui concerne l’utilité publique. Condorcet, secrétaire perpétuel, y apparaît comme le régisseur des fêtes de l’esprit que sont les séances publiques où s’exposent les grands projets d’une science et d’une politique liées. En concentrant dans les concours et les certificats de reconnaissance la sanction du monde scientifique, les académiciens définissent quatre orientations fondamentales : celle du contrôle des publications, celle de la démonstration expérimentale nécessaire, celle de la mobilisation collective sur des questions d’intérêt général par la diffusion de l’offre et de la demande, celle enfin de l’affirmation du sens d’un service organique où l’économique entre dans l’ensemble des préoccupations de la monarchie, des monarques éc1airés. C’est en tout cas l’affirmation de Condorcet qui rappelle que

  • 10 Marquis de Condorcet, « Discours », cité par J. E. Mcclellan, « Un manuscrit inédit de Condorcet », (...)

le concours du gouvernement et des académies peut seul rendre les Sciences vraiment utiles. Tandis que le gouvernement encourage par des récompenses les hommes occupés à des travaux utiles, les académies lu montrent ceux de ces hommes qui méritent d’étre distingués, ceux de leurs projets qu’il faut encourager, vers quels objets il faut diriger leurs efforts. El/es l’empéchent d’être trompé par des espérances chimériques et de se tromper lui-même sur les moyens d’exciter 1’industrie et les arts10.

  • 11 L. Hilaire-Pérez, L’invention technique, pp. 189-225.

6L’expérience économique des académies royales se tisse dans le cadre plus général de la diffusion des Lumières utiles à tous ; l’académisme est alors un cadre d’action, où se distingue des normes sans être directement ouvert à l’activité analytique de l’économie et de ses objets. La sociabilité savante à son sommet se présente comme l’affirmation de la coopération entre le gouvernement et la science, comme le promoteur de l’invention par l’expertise et comme le lieu de l’appropriation possible d’objets dont la définition dépend du marché des idées et de capacités de compréhension et de contrôle des institutions mobilisées11.

  • 12 G. Bachelard, La formation de l’esprit scientifique.
  • 13 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 31-74, 115-130, 136-150, 175-176 et 257- 27 (...)

7L’interrogation sur le rapport entre 1’économie politique et l’académisme met en valeur l’ambiguïté du modèle intellectuel et social qu’il généralise. Elle souligne la tension entre la définition ancienne de savoirs enclavés par des catégories traditionnelles et la subversion déclenchée par l’extension des questions et l’étendue des débats ouverts à un plus grand nombre d’objets intéressant le gouvernement, où interviennent les questions et les méthodes et le calcul propice à la rationalisation des matières et actions de l’État. Il faut alors comprendre comment le mouvement provincial a pu participer à cet essor et selon quelle modalité, car on doit se demander de quelle économie il s’agit et de quels économistes il est question. Dans les manifestations locales se côtoient les grandes figures reconnues, Montesquieu ou Chaptal, et des amateurs indifférenciés, ce qui peut entraîner le risque de ne retrouver qu’un processus d’accumulation de curiosité et moins qu’une véritable culture, plus un milieu d’accueil où circulent erreurs, vérités, débats qu’un lieu de découvertes et d’analyses où se confortent les obstacles à la compréhension de la science12. C’est, on s’en doute, retrouver un problème classique de l’épistémologie des sciences bien connu depuis G. Bachelard. Il est toutefois redoublé par la conscience entretenue dans les cercles savants de l’opposition de la liberté des amateurs et des curieux avec la finalité professionnalisante et le service, chers à l’administration royale depuis Pontchartrain et l’abbé Bignon, dans le cadre d’un droit associatif qui affirme le respect triple de la religion, des lois de l’État et des mœurs coutumières. C’est dans cette mesure autour de ces codes que se définissent les attendus de la mobilisation économique et de ses conséquences sociales. Ainsi, la sociabilité académique révèle dans le domaine particulier des questions économiques comment la théâtralisation de l’opinion est d’abord exposition de la diversité face à des choix politiques et ensuite capacité à transformer des amateurs éclairés en citoyen attentif. L’amour des belles-lettres et l’attention aux sciences interrogent moins les grands principes philosophiques que la capacité à aménager le réel, donc la manière d’envisager sous des angles divers les réalités économiques générales et locales. C’est parce que l’intervention académique se manifeste moins de façon continue, régulière, que par de multiples interventions de personnalités ou de groupes actifs, qu’elle répond à des conjonctures variées qui, de façon discontinue, portent les problèmes locaux à l’attention des élites urbaines alors qu’ils restaient jusque-là ignorés. Enfin, elle est accélérée par la multiplication des instances de discussion qui s’épanouissent après 1750-1760 et remodèlent le paysage intellectuel dans les sociétés d’agriculture, les musées, les sociétés littéraires qui sont autant d’académies potentielles, voire les loges maçonniques13. Cet élargissement du public porteur ne favorise pas la réflexion autonome mais encourage l’ambiguïté de l’amateurisme, de l’accessible et du commun. L’économie politique nouvelle, celle des grands textes novateurs, est ainsi confrontée à des traditions culturelles contradictoires sans s’imposer majoritairement, mais en contribuant à généraliser l’obsession de l’utilité, de l’expertise et de l’édification pédagogique. Les problèmes accumulés dans les années 1770-1789 accentuent la demande administrative et l’agitation des faiseurs de projets. Le rapport sociabilité-économie s’est donc joué en trois temps : celui de la définition d’une tradition, celui de la conversion à la problématisation la plus spectaculaire qui a été portée par l’agronomie, celui enfin de l’économie politique généralisée mais en même temps dissimulée et dispersée.

I. — Économie politique nouvelle et concurrences culturelles

8La tradition de l’académisme est à la fois un obstacle et un encouragement à la mobilisation pour discuter des problèmes de l’action économique. Dans les sociétés parisiennes, entre amateurs et savants, on retrouve les représentants d’un pouvoir qui a affirmé son alliance avec les lettres, les sciences, les arts. On sait qu’il a son rôle dans les élections comme dans les programmes et que cette action se traduit dans le langage du cérémonial de l’information, harangues, discours, protocoles des privilèges respectés, maîtrise d’une langue commune. Une sphère réservée excluant par principe le politique, sauf dans le ralliement, semble interdite à l’action économique et à la gestion des choses et des hommes. Peu à peu, toutefois, l’obstacle de la subordination et du contrôle s’accommode de la montée de l’expertise et du débat qui deviennent habitudes d’une société de notables gestionnaires du fait de l’expansion du mouvement dans les métropoles provinciales.

  • 14 J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle, pp. 250-255 et 187-188 ; R. Hahn, L’anatomie d’une insti (...)

9Depuis Montchrestien, face au développement de l’arithmétique politique, la liaison entre analyse économique et réflexion critique s’est affirmée et avec elle la méfiance des gouvernants14. L’actualité éditoriale et le rapprochement de l’économique et du politique entraînent une défiance réciproque, la réserve et le conformisme comme idéologie de la chose publique dans le service monarchique. Les sociétés savantes provinciales, plus qu’un esprit public critique, répandent dès 1’origine cet idéal de reconnaissance. Il confirme un autre idéal social d’intégration et de notoriété authentifié par l’activité culturelle, il s’exprime dans le langage commun hérité des études, transmis par les collèges, il souligne les contraintes sociologiques et culturelles du milieu de recrutement qui renforce les choix des thèmes et d’objets conformes à l’attente des autorités protectrices et au localisme de la culture provinciale. C’est un obstacle à l’engagement dans les débats généraux et autonomes des politiques et de l’économie. S’il ne faut pas mésestimer l’action des cautions parisiennes représentées par les protecteurs, gouverneurs, intendants, évêques, grands aristocrates pour à la fois encourager et surveiller, on sait qu’elle peut s’exercer dans l’accroissement de la dépendance comme dans l’ouverture intellectuelle allant parfois jusqu’à suggérer des sujets d’études.

  • 15 É. Briant, La mesure de l’État, pp. 187-188 ; R. Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique, p (...)
  • 16 M. de Cideville, « Discours sur l’utilité des Académies de province », pp. 163-167.

10Un modèle de travail intellectuel novateur est ainsi proposé aux néo-immortels provinciaux, plus particulièrement par les publications et les travaux des académiciens des sciences, après les réformes de Bignon, au début du siècle15. La promotion des compétences, la définition de catégories dynamiques de savoirs, la nécessaire spécialisation dans des enquêtes modifient l’image de l’académicien. Elle ne se confond plus avec celle des clercs, des mathématiciens ou des médecins des facultés pour s’identifier avec celle du physicien, des géomètres, du naturaliste qui de surcroît coïncide avec une intégration spécifique d’un noyau militaire savant nobiliaire. L’élargissement des activités à la science du vivant et des expérimentateurs botanistes ouvre l’Académie à l’économie agricole et progressivement à l’ensemble des questions de l’aménagement et de la gestion. Dans les séances, les honoraires représentent à leur manière l’État, et les ordinaires l’expertise. Ils sont encouragés par l’attribution de postes, et d’emplois, ils sont mobilisés dans des enquêtes spécifiques. On pourrait en multiplier les illustrations de Lavoisier à Jars ou Desmarets, moins célèbres. Ils signalent une fonction de conseil et d’arbitrage qui trouve son écho dans le relais administratif et par les publications. En tant que telle, l’économie politique n’a pas droit de cité à l’Académie des sciences, mais elle y regroupe des représentants fameux (Quesnay, Lavoisier, Malesherbes, Duhamel, Trudaine, Condorcet, Rozier, Thouin). Dans des pratiques, elle y définit moins un système de philosophie économique qu’un type de comportement. Elle y entretient un mode de rapport avec l’autorité que Malesherbes a défini par la prudence nécessaire dans sa Lettre à Thouin. En province, cette attitude est assimilée et apparaît comme le moyen naturel d’une protection indispensable pour s’imposer à l’inévitable tension qui partage l’académisme tiraillé entre les belles-lettres humanistes et les sciences, les arts utiles. L’idéal Baconien associé à la politique de la langue l’emporte peu à peu dans les anciennes et les nouvelles créations. L’ami de Voltaire, le conseiller de Cideville, l’exprime en clair à Rouen en 174516 :

que de trésors cette belle province, la Normandie, renferme dans son sein où à étale sa surface qui sont encore ignorés ; que de faits importants son histoire laisse à éclaircír, de branches d’industries à perfectionner ou à lui faire connaître, que de procédés utiles à l’Agriculture, à l’éducation des animaux domestiques, à l’amplification du commerce. Il tombe à votre charge de les lui révéler ! Plus vous la parcourerrez plus la carrière s’étendra sous vos pas. Par vos soins les Scíences prêteront aux Lettres leurs méthodes et leur justesse, et, en échange, les lettres rendront aux Sciences cette pureté de langage, cette clarté de construction qui donnent la plus grande valeur au style dogmatique. De l’assemblage de vos dissertations utiles sur tant d’objets que je ne fais qu’indiquer, se formera un jour, un complet d’Histoire civique, physique, et politique de cette province. Quel trésor abondant pour l’Etat si les différentes parties de la France contribuaient pareillement à la richesse publique.

11On voit ici s’exprimer un triple idéal qui tend à se généraliser dans l’ensemble du mouvement provincial : celui de l’esprit général d’inventaire, celui de l’union des mots et des choses dans 1’histoire et la conviction pédagogique, celui de conseil intellectuel de l’État. Il importe alors de savoir comment l’économie politique a pu trouver son compte dans cette mobilisation et comment elle s’impose à travers la spécificité sociologique et culturelle du milieu.

12Les sociétés des élites urbaines sont d’abord les héritières de l’humanisme rhétorique et curieux des collèges, elle cultive le droit, les matières médicales, la « physique » des congrégations enseignantes et l’idéal de la civilité littéraire. Dans ce bagage, l’économie trouve sa place par le biais de la théologie morale et par celui de l’administration des populations et des territoires, l’économie domestique qui a été dépassée plus vite en Angleterre qu’en France. En même temps, l’élève des Jésuites et des Oratoriens reste sa vie durant un amateur et un dilettante. Il croit en la puissance de la parole nourrie d’humanités, se référant aux anciens, que l’édile ou le magistrat mobilisent dans leurs discours. Ils retiennent des sciences une formulation accessible et continuellement confrontée à la force de l’expression. La spécialisation économique peut lui apparaître comme une difficulté supplémentaire, car elle entretient dans le public asymétrie cognitive et curiosité mondaine. L’amateurisme entretient moins l’autonomie que la participation à un loisir d’intérêts multiples se satisfaisant de l’accumulation des faits et des renvois à l’expérience. C’est ce que permet d’entendre Montesquieu qui définit le rôle de l’amateur et ainsi le climat de réception des sciences de l’économie.

  • 17 « Discours sur les plantes qui peuvent servir à l’alimentation humaine », Bibliothèque municipale d (...)

C’est le fruit de l’oisiveté de la campagne, ceci devrait mourir dans le même lieu qui l’a fait naître ; mais ceux qui vivent dans une société ont des devoirs à remplir, nous devons compte à la nôtre de nos moindres amusements. Il ne faut point chercher dans la réputation par ces sortes d’ouvrages ; ils ne l’obtiennent ni ne le méritent, on profite des observations mais on ne connaît pas l’observateur ; aussi de tous ceux qui sont utiles aux hommes ce sont peut-être les seuls envers lesquels on peut être ingrat sans injustice. Il ne faut pas avoir beaucoup d’esprit pour avoir vu le Parthénon, le Colisée, les Pyramides. Il n’en faut pas davantage pour voir un ciron dans un microscope ou une étoile par le moyen d’une grande lunette, et c’est en cela que la physique est si admirable ; grands génies, esprits étroits, gens médiocres tout y joue son personnage, celui qui ne saura pas faire un système comme M. Newton fera une observation avec laquelle il mettra à la torture ce grand philosophe. Cependant, M. de Newton (sic) sera toujours M. de Newton, c’est-à-dire le successeur de Descartes et l’autre, un homme commun, un vil artiste qui a vu une fois et peut-être jamais pensé17.

13L’académicien de Bordeaux révèle ici les limites et la force de la mobilisation académicienne dans tous les champs du savoir intellectuel. Elle a sa cohérence dans les questions soulevées et son incertitude dans la capacité de comprendre. Les académiciens de province ne peuvent s’initier à la nouvelle culture économique qu’avec leur bagage érudit et leur outillage intellectuel. Ils reçoivent et transforment dans leurs questions des projets interrogés ailleurs. Dans une gestion qui vise à l’utilité et au bien public, ils fournissent un large écho qui confirme parfois l’action à l’intérieur du domaine réservé à la notabilité. Ils sont aussi l’« enregistreur de l’opinion » général et de ses choix.

II. — Économie académique et conversion agronomique

  • 18 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 61-63 et 281-283 ; E. Justin, Les sociétés (...)

14La mobilisation économique des néo-immortels provinciaux peut prendre deux aspects principaux. L’un a un retentissement national, voire international qui passe par la proposition de sujets de concours lancés sur les circuits de la république des lettres en rapport avec des problèmes locaux et généraux. Le second réside dans la consultation ouverte de façon permanente par les autorités locales sur des questions intéressant la ville, la province, mais qui peuvent mobiliser une opinion élargie. Entre les deux, circulations et échanges se font en permanence, car l’urbanisation générale entretient les mêmes interrogations sur l’aménagement, le fonctionnement et les pratiques économiques, ainsi que les mesures, les procédés de fabrication ou de construction. L’Académie devient par ses prix et par ses discussions le tribunal de l’inventivité. Elle en généralise les effets par ses conférences, ses cours publics, ses mémoires, ajoutant à la capacité d’échange critique celle de la diffusion des moyens, la connaissance chimique ou botanique, le dessin, le calcul, avec eux la croyance dans la possibilité de la croissance. L’économie académique est un des intermédiaires mobilisés entre les théoriciens et les peuples, comptant sur la vertu de l’émulation imitative. Dans le domaine agricole, elle se trouve ainsi confrontée à l’émergence des sociétés d’agriculture dont elle surveille la croissance en vertu de son privilège culturel qu’elle peut défendre, voire partager. Pour tous, selon la formule de l’abbé Papon à Marseille, « le laboureur ne lit pas » mais « il réfléchit, il adopte une méthode qui réussit. Cet intérêt pour le progrès agricole contribue au décloisonnement de l’économie des améliorateurs »18.

15Face aux sociétés agronomiques spécifiques, les académiciens ont souvent participé aux mêmes activités qui les intéressent au titre de rentier foncier et de responsable des populations rurales ou dépendantes de la campagne. L’intelligence de l’agriculture débattue dans les écrits des premiers théoriciens, Laffemas, Vauban, Cantillon, Boisguilbert est amplifiée par le succès physiocratique et l’encouragement apportés aux recherches avec le « ministère » de Bertin. Les sociétés royales d’agriculture sont ainsi plus que les sociétés littéraires et savantes sous le regard du gouvernement et sont souvent en concurrence, même si le succès des unes entraîne l’émulation des autres. Entre 1757 et 1763, c’est près de 20 sociétés avec des bureaux secondaires qui se mettent en place sous la protection de l’administration, à Rennes où l’on retrouve Abeille, Thébault, Gournay, Dangeul et Trudaine, à Tours, Paris, Lyon, Rouen et quelques autres villes. Partout la motivation est la même : lancer les économistes locaux sur l’apprentissage des moyens du progrès, faire circuler l’information comme on le voit à Limoges avec Turgot. Là où les intendants et les académies ne sont pas favorables, les objectifs sont repris par les notables traditionnels comme le sont les moyens, séances, concours, correspondance.

16Certes l’agronomie ne se confond pas avec l’économie politique, mais elle contribue à mobiliser les intellectuels locaux sur ses objectifs : le système de production et des échanges, la recherche des moyens du progrès. Une société sans doute plus ouverte que celle des académies, car accueillant une part d’agriculteurs propriétaires à côté des recrues nobiliaires et bourgeoises comme des représentants des clergés, trouve ainsi sa physionomie particulière. Toutefois, on y trouve certainement plus de philosophes propriétaires que d’agriculteurs. Le mouvement doit une part de son efficacité à la présence exemplaire de spécialistes compétents ou l’on retrouve le rapport avec l’Académie des sciences, ainsi Lavoisier, Duhamel de Monceau, La Rochefoucauld. Sa principale limite réside dans la difficulté de multiplier les expériences pratiques et d’unifier l’action de l’administration et l’activité savante. C’est ce que Bertin et d’Ormesson ont tenté dans les années 1780 à Paris. Toutefois, il est difficile, faute de vérifications locales, de parler de l’échec d’un bavardage théorique sans écho pratique. Si l’on mesure l’action cumulée des académies, des Sociétés royales d’agriculture et des initiatives administratives, des intendants aux préfets, on peut lire dans cette société le terreau intellectuel d’une conversion qui prendra tout son sens avec la mobilisation des notables du xixe siècle. Une « France à l’anglaise » se met alors en place.

  • 19 A. Follain (éd.), Une société agronomique au xviiie siècle.

17De la même façon, l’incertitude de la diffusion des idées et des procédés doit être nuancée19. Ainsi, en Anjou, dans les années 1775-1777, on voit à Blaison se constituer un cercle de petits notables, paysans et propriétaires, liés aux bas niveaux de la gestion locale et capable d’élaborer un questionnaire original. Les attendus découverts dans les documents rédigés et discutés par ces représentants d’une société rurale, soucieuse de ses intérêts propres et conscients de son originalité, montre qu’ils participent pleinement au mouvement général de la sociabilité provinciale. Ils ont voulu s’en faire reconnaître par les sociétés locales, la Société royale de Tours, l’académie d’Angers, et se faire de même admettre par 1’administration, subdélégation et intendance. Leur correspondance avec des personnalités reconnues comme Turbilly, avec les journaux, montre une réelle capacité d’échange. Ainsi, un petit noyau de notables liés par le voisinage, la parenté, l’amitié s’avère quelques temps capable de rassembler les « talents utiles ». Ces thesmophores, comme ils ont décidé de s’appeler, se voient d’ailleurs au-dessus des pauvres, des sans biens, et ils ont le sens de leur responsabilité et de l’observation empirique. Leur activité sans lendemain n’est peut-être pas un échec, car les textes de leur réunion qui subsistent montrent l’effet pédagogique des actions menées à l’extérieur et la capacité à définir entre observation du local et mise en œuvre de réforme des réponses générales. Il en va ainsi des interrogations proposées sur le système de la propriété où l’on entrevoit, face aux modèles physiocratiques, l’intérêt d’un monde de petits propriétaires et de leurs tenanciers. Il en est de même du choix de culture. Les notables de Blaison montrent comment la grande agriculture peut nuire à la population, ils exposent la capacité productive des closiers qui associent polyculture vivrière et commerciale, le lin et la vigne, dont les débouchés sont calculés. On les voit discuter des coûts, des avances, des produits et des baux et au total de la possibilité d’une économie agricole spéculative pour un plus grand nombre. Un autre ordre social se dessine loin des spéculations de Quesnay dans la familiarité des rustiques dont le silence final est le résultat de la méconnaissance des notables plus traditionnels et le décalage culturel qui se révèle entre les profondeurs du royaume paysan et les sommets réformateurs.

  • 20 D. Margairaz, François de Neufchâteau, pp. 30-31, 104-126, 136-141 et 433-471.

18Redonner toute leur importance aux interrogations pratiques et théoriques des agronomes comme partie nourricière de la réflexion économique générale peut passer par un autre chemin, à partir de l’analyse d’un cas particulier d’une trajectoire personnelle conduite dans des univers intellectuels et politiques différents. C’est ce que Dominique Margairaz a réussi avec l’exemple de François de Neufchâteau20. Au départ, c’est un produit de l’univers académique et de sa fascination pour la poésie bucolique à l’instar de Saint-Lambert ou de l’abbé Delille. Les académies de Paris et de province ont partout leur Virgile, poète des saisons et des travaux paysans. Les thesmophores taquinaient de la même façon les muses rurales et cette sensibilité générale n’est pas à méconnaître ; bien que sa séduction imaginaire éloigne de 1’utilité et de la science, elle peut toutefois y reconduire car elle rappelle aux hommes de gouvernement et de richesse l’effort commun et la dette admise. Dans son œuvre multiple et profuse, François de Neufchâteau, d’abord jeune poète prodige, reconnu à 14 ans par Voltaire, encouragé par les académies, illustre cette première fascination. Elle le conduit dans les cercles de la mondanité, mais aussi du pouvoir. Sa conversion économique coïncide avec son entrée dans la sphère administrative comme magistrat à Saint-Domingue, puis sa mobilisation pratique dans les enquêtes locales comme subdélégué en Lorraine. Informer le pouvoir sur des questions cruciales, les problèmes monétaires aux colonies, les questions agraires provinciales, transforme le rhétoricien poète en citoyen agronome, de l’empirisme à la théorie applicable. Il restera toute sa vie un agronome de l’économie et sa bibliothèque en témoigne qui, en 1818, rassemble deux tiers de livres consacrés à l’économie rurale. Son engagement se maintiendra de la Révolution à la Restauration dans une œuvre fragmentée, mais unifiée par la cohérence pédagogique du rêve améliorateur. Du gouvernement à la Société d’agriculture de Paris, il sera toujours un économiste agronome. Son cas n’est pas unique et surtout il montre comment une sensibilité nourrit une intellectualité, l’action politique et la réflexion sur les orientations générales de la société. Le souci de connaître fait aussi de lui un animateur de la statistique descriptive rassemblée pour l’action que guide l’empirisme plus que la théorie. Mais celle-ci peut être toutefois interrogée quand il s’agit de comprendre le rôle de la consommation ou celui de la circulation. François de Neufchâteau ignore la statistique déductive et l’entêtement des principes. Il illustre peut-être un versant essentiel du rapport de la sociabilité à l’économie politique, le choix de l’information pour l’action raisonnable. Dominique Margairaz a raison de dire qu’il a sans doute écrit sa plus belle fable à la Société d’agriculture de Paris.

III. — Économie dispersée, économie dissimulée

  • 21 Bibliothèque municipale de Bordeaux, Fonds de l’Académie, ms. 1699.7.

19Le rendez-vous manqué des thesmophores avec le monde culturel et avec l’administration montre la difficulté de juger les résultats d’une diffusion de la nouvelle économie entre la pratique et la théorie. L’ensemble des sociétés dans leur intérêt composite pour la chose publique traduit leur choix par une application variable d’un esprit d’analyse accumulatif qui caractérisera encore les enquêtes du xixe siècle, éloigné de la spéculation abstraite et des enjeux scientifiques comme chez les démographes statisticiens, tels que Moheau. C’est ce qu’exprime autrement le médecin bordelais Dufau21 :

Abandonner le dangereux détail des hypothèses le plus souvent trompeuses. Je crains de ne m’être que trop attaché à ses discussions théoriques ; je n’ignore pas combien elles sont préjudiciables au progrès des sciences. Si j’ai poussé trop loin l’esprit de système et le désir de tout expliquer, on ne saurait du moins me contester l’avantage solide de n’avoir usé des théories que pour ce qui est et de ce que j’ai vu et non pour deviner ce qui peut être.

20À ce titre, on comprend mieux l’action de la sociabilité culturelle comme moyen d’une greffe entre les sciences, les objectifs utilitaires et la rhétorique des belles-lettres et de l’érudition historique et morale. Pour approfondir cette intelligence fonctionnelle, il faudrait recenser avec précision auteurs et mémoires et en analyser le contenu et les références révélatrices de la pénétration des idées nouvelles et des débats, seul moyen de mettre 1’économie politique académique en rapport avec un ensemble général mieux connu par 1’histoire des idées. On ne présente ici qu’une esquisse à reprendre.

  • 22 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 322-385 ; A. Dupront, « Livre et culture », (...)

21La mesure des activités spécialisées fait partie de 1’analyse du travail des académiciens, pour une quarantaine de sociétés : sur une trentaine de mille de discours présentés dans les séances des sociétés, privées ou publiques, 60 % relève des sciences et des arts, avec un accroissement sensible après 1750-176022. Dans ce nombre, c’est près de la moitié qui relève de la définition la plus large des intérêts économiques et gestionnaires. Ils s’identifient aux questions agronomiques, commerciales et manufacturières, mais également avec celles qui concernent le paupérisme, la société, toutes plus clairement visibles. On les entrevoit toutefois dans des discours divers relevant de disciplines différentes, la botanique (les blés et les cultures), la zoologie (les élevages), la géologie (les terrains), l’hydraulique et la mécanique (l’énergie et les machines). Cette dilution caractérise un consensus d’intérêts construit dans l’amateurisme comme dans la conversion savante. Le physicien se fait agriculteur et celui-ci se fait moraliste du social. En ce sens, on comprend le triomphe des concepts d’utilité et de progrès, 1’action de la circulation et des échanges, 1’interrogation sur 1’urbanisation qui tissent la trame justificative de 1’action des académiciens. De surcroît, la diffusion en est reprise et élargie par le canal d’autres discours, historique, poétique ou liés à l’actualité locale. Le mouvement des éloges, déjà signalé, en reprend tous les harmoniques à l’occasion. On voit ainsi comment la pensée économique perd en densité ce qu’elle gagne en surface par extension sociale. Une double chiquenaude intellectuelle a accéléré cette dynamique.

22En premier lieu, ce sont les interventions déclenchées par le débat sur les sciences et les arts, avec tous les ingrédients d’une définition de l’économie ; en second lieu, les interrogations lancées en écho aux publications physiocratiques qui imposent un retournement copernicien à la relation des campagnes et des villes et confortent 1’idée du retour à la nature et de la prééminence du royaume agricole. Dans l’espace des académies, il y a de fortes inégalités dans la mobilisation comme dans les choix des questions retenues. Trois groupes se distinguent, celui des sociétés attachées à la vocation littéraire et érudite où sciences, arts, économie ne dominent jamais, mais sont encouragés après 1750 sous des formes directes ou non, ainsi à Montauban, Nîmes, Marseille, mais aussi Caen et Arras ; celui des académies partagées par l’attraction nouvelle et les nouveaux sujets, ainsi à Dijon, Arras, Amiens ; enfin, celui des compagnies résolument savantes où la barre des 60 % des sujets techniques et économiques est franchie en permanence, comme à Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Metz. Les scores mesurés dans le travail des séances privées sont confirmés et le plus souvent accentués dans les manifestations publiques comme dans les publications. Même les académiciens sont soucieux d’équilibrer la vulgarisation savante et le divertissement, le curieux et le plaisant qui structurent le mouvement tout entier entre loisir et professionnalisation. C’est là une instance privilégiée de l’expression d’une rationalité paisible, d’un idéal champêtre, d’une critique de la civilisation urbaine, chère aux notables provinciaux, soucieux de concilier tradition culturelle de la ville civilisatrice et image de 1’utilité progressiste. C’est un discours où la fiction de lisibilité active soutient une conviction réconciliatrice.

23Un bon exemple en est donné à Bordeaux. Les « économistes » y forment un noyau restreint puisant ses forces dans des milieux divers dont la mobilisation ne fait que suivre des impératifs anciens. Jean-François Melon n’y fait que passer, mais Montesquieu y affiche un intérêt permanent pour des questions qui mobilisent le Parlement, la Jurade, les négociants, l’administration. Il est imité par Sarrau de Boynet, par de Bacalan, par Secondat. En 1762, l’Essai sur l’Agronomie ou sur ce qu’on espère en France et surtout dans la province de Guyenne qu’y présente de Bacalan est conforme au nouveau goût « de la Nation ». Le chevalier de Vivens, M. Latapie, l’abbé Baurein, l’abbé Desbiey sont des promoteurs actifs des idées agronomiques ou des transformations manufacturières. Ils peuvent comprendre le discours de Roland de la Platière sur la culture en France et en Angleterre. Ils encouragent des prix spécialisés. Leur succès, celui d’un groupe qui ne rassemble pas 20 % des sociétaires engagés, est celui des intérêts d’un milieu large de robins, administrateurs, ingénieurs, curés, grands propriétaires, nobles et officiers, bourgeois des villes et des champs. Ils définissent des besoins, ils en expriment les solutions.

24Le groupe des économistes réunis à Caen rassemble une trentaine de noms pour tout le siècle, là encore clercs, curés, chanoines, représentants des administrations, la ville, l’intendance, des juristes, des officiers du présidial, des avocats. Leclerc de Bauberon y représente la faculté de théologie, Roussel procureur du tribunal collabore au Journal d’Agriculture, Viallet ingénieur des Ponts, ami de Diderot correspond avec Turgot. Élie de Beaumont, Picard de Prébois, des médecins réputés, Tiphaigne de la Roche et Lepecq de la Cloture, les négociants Cheval et Longuet s’ajoutent à un groupe préoccupé par les problèmes ruraux, la circulation des richesses, le rôle du gouvernement. C’est, au total, moins de 10 % des sociétaires, mais ils savent entretenir l’intérêt de tous, valoriser les échanges intellectuels mobilisateurs sur ces thèmes généraux, concilier l’observation pratique avec la finesse paysanne, 1’habitude des conflits judiciaires et les responsabilités de notables. Comme à Bordeaux, les économistes normands prouvent la capacité motivante d’un micro-milieu.

  • 23 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 334-355, t. II, pp. 131-149 et graphiques p (...)
  • 24 D. Roche, « Jean-Jacques et les colifichets ».

25Les concours académiques en élargissent l’audience, relayée par la presse et les correspondances privées, ainsi le Journal Economique, le Mercure et le Journal de Paris23. Les journaux constatent que les académies sont lancées dans un mouvement général et le Journal Economique souligne qu’à Bordeaux et à Amiens elles ont couronné des « mémoires qui courent dans la carrière de l’Economie » (1755). On sait la place qu’ils ont tenu dans la culture intellectuelle du xviiie siècle par le choix des sujets, les débats soulevés, les censures entendues. Elle a fait reconnaître les talents nouveaux de la méritocratie des Lumières. L’exemple de Rousseau et de quelques autres permet d’en voir les conséquences pour l’« esprit public ». La reconstitution du mouvement général, elle, autorise la mesure de leur rôle dans le domaine économique : sur plus de 2 206 sujets proposés, 50 % relève des sciences et des arts, et 30 % interrogent le monde productif et social24.

  • 25 Id., Les Républicains des lettres, pp. 210-212.

26Le tableau présenté traduit l’accélération des intérêts après 1750-1759, mais aussi une retombée significative après 1770 quand s’accroît le débat réformateur visible dans la montée continue des livres d’économie. Les thèmes habituels sont d’abord réorchestrés dans l’expression poétique et éloquente. Aux Jeux floraux de Toulouse, les odes et les hymnes physiocratiques succèdent à l’éloge de la civilisation concilient cependant en simultanéité avec la dénonciation du luxe corrupteur. C’est un académisme qui réconcilie Rousseau et Montesquieu. Paris, à l’Académie française, donne l’exemple avec les éloges de Sully, de Vauban, de Colbert. À Amiens, l’histoire du commerce permet de débattre en dépit des restrictions de la liberté. Au total, si les académies parisiennes offrent à discuter de questions spécialisées par le biais de 1’histoire ou de la science, les sociétés de province sont plus soucieuses de proposer des sujets concernant le changement économique et social, à partir du local. Une trentaine de sociétés élargissent le débat à des interrogations à résonance implicitement politiques, mais chaque société peut avoir son originalité25.

  • 26 P. Barrière, L’Académie de Bordeaux, pp. 257-303 ; J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, t. I, (...)

27À Bordeaux, un naturalisme d’application concrète domine avec une trentaine de sujets. Ils sont résolument pratiques et en rapport avec les intérêts agricoles locaux, la vigne, la marine, la médecine des esclaves. Après 1750, ils s’ouvrent plus largement à l’aménagement économique et au commerce26. À Lyon, de 1758 à 1790, les académiciens proposent une cinquantaine de questions : 8 sont purement économiques, 17 sont très précisément techniques et intéressent manufacturiers et notables, 1’autre moitié se répartit entre 1’agronomie, la médecine, les applications pratiques des sciences. Chalons-sur-Marne donne un dernier exemple à retenir : après une mobilisation classique, l’Académie se distingue par un concours retentissant sur le paupérisme en 1775, encouragé par l’intendant Rouillé d’Orfeuil. Le sujet a mobilisé aussi les académiciens de Lyon, ceux de Soissons, et la Société d’agriculture d’Orléans, l’académie de Besançon, celle d’Arras et d’autres encore. C’est dans ces années cruciales une manière d’inviter à réfléchir aux solutions à apporter à un problème récurrent et c’est aussi la confirmation de l’association des notabilités urbaines et du pouvoir. Les concours sur la mendicité traduisent, reprennent, relancent les débats auxquels d’autres compétitions ont donné plus ou moins écho. On y saisit les Lumières économiques, mais également les divergences des solutions réformatrices.

28Au total, la tension prédominante de cette économie oppose la grande tradition de l’économie morale et chrétienne à la novation savante libérale et utilitaire. Pour ces deux courants, un ensemble de problèmes est commun : la terre, la société, sa hiérarchie, ses fins et ses problèmes, la différenciation entre le monde des paysans et celui des commerçants et des villes. Les questions agronomiques ne sont pas forcément réconciliatrices, mais elles suggèrent des débats sur les solutions proposées par les physiocrates ou les administrateurs. Les clôtures, les corvées, les défrichements, les impôts, le crédit, les débouchés prennent place dans le catalogue des préoccupations à résoudre. De même, l’économie académique n’ignore pas les réformes sociales poussant parfois très loin l’analyse. Ainsi, à Lyon, les trois concours sur la manufacture, en 1774, sur la croissance, en 1780, sur les choix des productions textiles, en 1789, permettent de mesurer les difficultés, la crise commerciale, l’emploi, la conciliation du profit et la redistribution. C’est autour du commerce et des échanges que se font les changements les plus évidents. Dans le premier quart du siècle, le negotium n’est pas un critère décisif d’affirmation de la culture urbaine. Après 1750, les concours argumentent sur le rôle civilisateur du commerce, ainsi à Rouen, à Marseille. Le prix attribué en 1777 par les Marseillais opte pour un équilibre mesuré entre physiocratie et éloge des commerçants, caractérisant ainsi pour un libéralisme pondéré.

  • 27 D. Roche, « Jean-Jacques et les colifichets », pp. 323-325 et 333-335.
  • 28 J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 324-325.

29On saisit l’évolution du monde académique face à l’économie morale27. À la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, cette dernière s’épanche dans le rapport de la société et des mœurs. Le développement de la civilisation des sciences et des arts est soumis à une analyse d’ordre moral par leurs effets corrupteurs et dénoncés à travers des références antiques ou humanistes. De 1740 à 1770, production éditée, concours proposés, diffusent la question. Dijon n’étant qu’un exemple dans une carte plus générale. Rousseau y est couronné pour sa force persuasive, par la capacité de son discours à s’enchaîner à des résonances classiques séductrices pour le milieu notable sensible au rapport qu’entretiennent le progrès et la hiérarchie sociale. L’écart moral entre le luxe, les sciences et les arts, et les comportements traduit une capacité à retourner les concepts positifs de la nouvelle économie, celle de Melon, de Mandeville, de Cartaud de La Vilate en arguments critiques de la civilisation. Avec le débat sur l’utilité et les mœurs, les académies, à Nancy, à Lyon, à Rouen sont au premier rang. Elles gardent leur intérêt après le second discours de Dijon : les détracteurs de Rousseau se font de plus en plus nombreux après 1750, car les élites académiques mesurent désormais le fossé ouvert par Rousseau entre tout ce qu’il dénonce et tout ce qu’elles défendent. C’est ce que le directeur de l’académie de Dijon pouvait justifier, en 1756, lorsqu’il vante les qualités de l’abbé Talbert couronné, face à Rousseau, qui « lavent les attentats d’un Misanthrope ». La condamnation morale du luxe au nom d’une économie antagoniste du progrès, classe Rousseau à l’écart des défenseurs de l’économie du temps et de l’utilité. Elle met en valeur le problème du bien public et celui de la responsabilité des élites en rupture avec l’organicisme traditionnel, support politique de l’académisme. De la même façon, elle oppose l’intérêt autrefois haïssable au profit utile, les choix collectifs et les options particulières, les connaissances déductives et les savoirs inductifs par accumulation et description28.

30De ce rapport entre l’académisme français des Lumières et l’économisme, on retiendra trois leçons. La première souligne l’importance de la culture héritée de 1’humanisme et de la morale classique, l’union de la théologie et de l’économie morale. Elle fait des académiciens les défenseurs du bien public, de la culture urbaine, du progrès et de l’utilité pour une société conformisante. La seconde met d’une part en valeur l’écart entre les définitions et les méthodes de l’économie nouvelle : universalité de 1’intéret privé, rôle de la main invisible, calcul et recherches inductives des lois d’une régulation sociale, et d’autre part l’attachement à une culture de l’empirisme, au bien public, gage de 1’harmonie sociale, et à la tension de 1’individualisme et de la tradition collective privilégiée. Enfin, sociabilité, pratiques discursives montrent comment la science économique a gagné en expérience, en extension, tout en se démocratisant partiellement en réalisations et en intentions scientifiques.

Notes

1 J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 298-329.

2 Ibid., pp. 305-309 ; A. Lilti, Le Monde des salons, pp. 212-215.

3 N. Veysman, Mise en scène de l’opinion publique, pp. 11-23, 132-139 et 593-602 ; J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 304-305.

4 F. Quesnay, Œuvres économiques, t. I, pp. 331-387.

5 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 68-73.

6 É. Briant, La mesure de l’État, pp. 181-187.

7 H. Lüthy, La banque protestante en France, t. I, pp. 371-373 et 402-414.

8 D. Margairaz, François de Neufchâteau, pp. 10-15 et 56-77 ; J. Schlanger, La mémoire des œuvres.

9 É. Briant, La mesure de l’État, pp. 180-185 ; J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle, pp. 14-16.

10 Marquis de Condorcet, « Discours », cité par J. E. Mcclellan, « Un manuscrit inédit de Condorcet », pp. 241-253.

11 L. Hilaire-Pérez, L’invention technique, pp. 189-225.

12 G. Bachelard, La formation de l’esprit scientifique.

13 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 31-74, 115-130, 136-150, 175-176 et 257- 279 ; É. Briant, La mesure de l’État, p. 345.

14 J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle, pp. 250-255 et 187-188 ; R. Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique, pp. 10-25.

15 É. Briant, La mesure de l’État, pp. 187-188 ; R. Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique, pp. 10-25.

16 M. de Cideville, « Discours sur l’utilité des Académies de province », pp. 163-167.

17 « Discours sur les plantes qui peuvent servir à l’alimentation humaine », Bibliothèque municipale de Bordeaux, Fonds de l’Académie, ms. 826.

18 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 61-63 et 281-283 ; E. Justin, Les sociétés royales d’Agriculture ; E. Labiche, Les sociétés d’Agriculture ; A. J. Bourde, Agronomes et agronomie, t. II, pp. 1099-1121, t. III, pp. 1193-1205.

19 A. Follain (éd.), Une société agronomique au xviiie siècle.

20 D. Margairaz, François de Neufchâteau, pp. 30-31, 104-126, 136-141 et 433-471.

21 Bibliothèque municipale de Bordeaux, Fonds de l’Académie, ms. 1699.7.

22 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 322-385 ; A. Dupront, « Livre et culture », t. I.

23 D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 334-355, t. II, pp. 131-149 et graphiques pp. 458-463 ; J. L. Caradonna, The Enlightenment in Practice, pp. 40-87.

24 D. Roche, « Jean-Jacques et les colifichets ».

25 Id., Les Républicains des lettres, pp. 210-212.

26 P. Barrière, L’Académie de Bordeaux, pp. 257-303 ; J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, t. I, pp. 285-289.

27 D. Roche, « Jean-Jacques et les colifichets », pp. 323-325 et 333-335.

28 J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 324-325.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search