Version classiqueVersion mobile

L’Économie politique et la sphère publique dans le débat des Lumières

 | 
Jesús Astigarraga Goenaga
, 
Javier Usoz Otal

I. Économie politique et littératures

Économie politique, stratégies littéraires et pratiques culturelles dans la France des Lumières

Christine Théré

Texte intégral

  • 1 J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle.
  • 2 Sur les statistiques de l’édition économique, voir J.-C. Perrot, « Nouveautés », et C. Théré, « Eco (...)

1Depuis une trentaine d’années, l’histoire du livre a favorisé l’émergence d’un nouveau regard sur l’histoire des savoirs économiques. Les travaux pionniers de J.-C. Perrot, en particulier, ont mis l’accent sur la nécessité de s’interroger sur les conditions sociales et culturelles dans lesquelles les connaissances s’élaborent et circulent par les voies de l’imprimé dans la société du xviiie siècle1. L’économie politique entre dans une sorte d’âge d’or au milieu du siècle, elle conquiert en peu d’années une place éminente dans la librairie des Lumières2. Cette profusion de livres sur des matières qui apparaissent comme une nouveauté frappe les esprits. Voltaire y voit le signe d’une « heureuse révolution », d’autres déjà lassés par une avalanche de brochures parfois sans grande originalité la comparent à un embrasement qui consume un temps tout ce qui s’offre à lui. Que l’économie politique puisse être perçue comme un engouement éphémère, un « caprice littéraire » (Galiani) est révélateur d’un élément important : les questions économiques donnent lieu à une vaste littérature qui sort des canons habituels de l’exposition des savoirs.

  • 3 P. Cheney, Revolutionary Commerce ; J. Shovlin, The Political economy of virtue. La démarche est to (...)
  • 4 L. Vardi, « Physiocratic visions » ; L. Charles, « Le cercle de Gournay » ; A. Orain, « Success in, (...)

2Si le « genre économique » — une formule qu’emploie Grimm — est désormais perçu comme une catégorie déterminée et clairement identifiée par les contemporains, sa spécificité réside avant tout dans un objet qui la singularise des autres productions imprimées. Du point de vue de la forme, il n’existe à l’époque aucune norme propre au corpus de la « littérature économique » et l’éventail des formules qui ont la faveur des auteurs s’avère très étendu. La diversité des formes qu’emprunte l’économie politique des Lumières est aujourd’hui un élément largement pris en compte dans des recherches comme celles de P. Cheney sur la « science du commerce » ou de J. Shovlin sur l’« économie politique de la vertu »3. Elle inspire également des travaux qui s’intéressent à l’éducation et à la culture des « économistes », à leur pleine insertion dans la république des lettres, leurs incursions sur la scène dramatique ou encore leurs essais poétiques, les physiocrates dans le cas de L. Vardi, les membres du cercle de Gournay, dans le cas de L. Charles ou d’A. Orain4. La dimension littéraire de l’économie politique des Lumières peut aussi être appréhendée par un retour sur les textes économiques eux-mêmes, en les soumettant à de nouvelles grilles de lectures. S’interroger sur les formes littéraires à l’œuvre dans les écrits économiques conduit à mener un type d’enquêtes un peu différentes de celles auxquelles nous ont habitué les historiens des sciences sociales. Le contenu analytique ou littéraire des textes importe moins ici que la stratégie adoptée par l’auteur pour diffuser des connaissances économiques et les institutions, culturelles et sociales, qui rendent possibles et efficaces ces stratégies. Après avoir évoqué, dans un premier temps, une série d’expérimentations d’écriture représentatives des pratiques littéraires qui ont cours dans l’édition économique de la seconde moitié du xviiie siècle, l’enjeu est de montrer comment ces stratégies littéraires sont étroitement associées aux pratiques sociales et culturelles des Lumières, à travers l’un des exemples les mieux documentés, la fondation des « assemblées économiques » de Mirabeau, un espace privilégié de réflexion collective pour les physiocrates.

I. — Les stratégies littéraires des auteurs économiques

3Les « traités », les « essais », ces modes éprouvés de transmission des connaissances communs à tous les savoirs, constituent une part assez réduite de l’édition économique des Lumières. Un pan important consiste dans des textes rédigés sous forme de mémoires, de projets, de pamphlets, de lettres ouvertes. Cette littérature est fortement imprégnée des pratiques d’écriture en vigueur dans l’administration royale à laquelle les auteurs n’hésitent pas à s’adresser sous le couvert de l’anonymat. La volonté d’atteindre le public le plus large possible conduit aussi les économistes à expérimenter des formes littéraires empruntées aux autres branches de l’édition, soit à rechercher des modes d’expression visuels comme le « Tableau économique », soit à investir des genres littéraires déjà familiers aux lecteurs comme l’éloge par exemple. Les auteurs économiques contribuent en retour à pérenniser l’existence de ces genres littéraires. La vogue des dialogues dans les années 1760 en est une bonne illustration. Les physiocrates et leurs adversaires y cèdent tour à tour pour ferrailler dans les périodiques et sur la scène éditoriale. Le dialogue procure un cadre adéquat pour mener des controverses, pour publiciser des discussions contradictoires sur des points théoriques qui, sous une forme plus aride, pourraient lasser le lecteur. La forme dialoguée évite de verser dans le dogmatisme. Quesnay s’invente ainsi un contradicteur imaginaire pour défendre les fondements de la « science économique » face aux critiques. Il anticipe les réserves les plus fortes qui pourraient être formulées afin de mieux dissiper les doutes qu’elles risqueraient de semer. Delà le choix de la forme littéraire qu’il estime la mieux adaptée pour développer un système d’arguments et de contre-arguments et dont il se justifie dans l’avertissement de son texte :

  • 5 F. Quesnay, « Dialogue entre Mr. H. et Mr. N. », p. 884. L’article est paru dans le Journal de l’Ag (...)

Comme l’enchaînement d’objections et de réponses auxquelles je crois devoir me livrer, deviendrait naturellement et nécessairement une espèce de dialogue, trouvez bon, Messieurs, que je lui en donne tout à fait la forme ; supposez que ce soit Mr H les objections, auxquelles je réponds en mon propre et privé nom5.

  • 6 Voir la lettre de Quesnay à Mirabeau, non datée, rédigée entre fin 1768 et 1769, dans F. Quesnay, Œ (...)

4En dehors du registre polémique, ces échanges fictifs ont des vertus pédagogiques éprouvées de longue date. C’est ce que recherche Mirabeau au moment de rédiger des instructions de « science économique », et il tâtonne. Quesnay a désapprouvé sa première version, trop proche d’un catéchisme, autrement dit faisant appel à la mémoire et non à la raison6. Le marquis fait alors sienne les objections du docteur, au point de reprendre presque mot pour mot son argumentation et d’expliquer au lecteur

  • 7 Mirabeau, Les économiques, p. xii.

[qu’] il résolut d’adoucir, par une nuance d’entretien, la forme aride des instructions faites par interrogatoire ; il supposa que l’enfant, tout enfant qu’il soit, peut avoir des doutes et de petits apperçus qui peuvent parfois le rendre interrogateur lui même. Il sentit que cette disposition étant bien saisie et ménagée par la vraisemblance, l’ordre et la précision rendroient l’instruction plus moëlleuse, plus agréable et plus perçante7.

  • 8 F. Galiani, Dialogues sur le commerce des bleds. Sur la rédaction de l’ouvrage, voir l’introduction (...)
  • 9 Éphémérides du citoyen, 1769, t. XI, pp. 199-201.

5La rédaction sous forme de dialogues présente en outre un autre avantage : le texte économique conserve ainsi toute sa force dans l’oralité, l’ouvrage peut être aisément lu à voix haute et faire l’objet de lectures collectives telles qu’elles ont lieu dans les salons. Et la démarche, essentiellement didactique chez Quesnay et Mirabeau, peut dès lors prendre un tour plus ludique, comme dans le cas du Dialogue sur le commerce des blés (1770) que Galiani compose avec l’aide de Diderot et Mme d’Épinay8. Les physiocrates reprochent d’ailleurs à l’abbé napolitain d’avoir faussé les règles du genre dans son « charmant » ouvrage, qui renferme les plus jolis lazzis du monde : le héros, le chevalier de Zanobi s’adresse à des interlocuteurs inconsistants, dépourvus d’idées personnelles. Il domine sans effort la discussion et la forme dialoguée perd une grande partie de son intérêt9.

  • 10 Voir J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 245-246, et L. Vardi, « Imagining the harvest », pp. 1391-13 (...)
  • 11 Les Saisons de J.-F. de Saint-Lambert, publiées pour la première fois en 1769, s’inspirent du poème (...)
  • 12 Le premier fut représenté pour la première fois à la Foire Saint-Germain le 18 février 1761, le sec (...)
  • 13 Voir les Éphémérides du citoyen, 1768, t. II, pp. 203-212.
  • 14 La lettre de Mirabeau à Rousseau, en date du 3 février, est citée par L. Vardi, « Physiocratic visi (...)

6L’économie politique, et la physiocratie en particulier, profite de la nouvelle ferveur envers la nature et les plaisirs champêtres qui se répand dans la poésie, le théâtre et la peinture à partir du milieu du xviiie siècle10. Entre autres exemples significatifs, les Saisons (1769) de Saint-Lambert, poème descriptif en quatre chants, célébrait les joies de la vie rurale et des travaux agricoles. Il dépeignait aussi la sinistre condition des paysans, réduits à un quasi-esclavage par la corvée et condamnés à la pauvreté par des impôts arbitraires11. Le monde rural inspire de même des auteurs dramatiques, comme Sedaine, avec les livrets des opéras-comiques Le Jardinier et le seigneur (1761) et Le Roi et le fermier (1762)12. En février 1768, la comédie pastorale de Favart, Les Moissonneurs, mise en musique par Duni, rencontre un vif succès au théâtre des Italiens. C’est l’occasion pour les physiocrates de se féliciter qu’un « drame d’un genre nouveau » rend hommage à l’état de laboureur et affirme son utilité sociale13. Ce spectacle vertueux enthousiasme le parterre et Mirabeau confie à Rousseau ses regrets : « le sujet me dit […] que je voudrois que nous l’eussions fait ». L’art dramatique étant un moyen de diffuser les maximes issues d’ouvrages théoriques, l’économiste pourrait lui-même en user sans attendre que d’autres, plus familiers du genre, le fassent à sa place. Si le marquis ne s’y aventure pas, Du Pont s’y risque en 1770 avec une pièce intitulée L’Empereur Joseph Second, une comédie héroïque en trois actes. Mais il renonce à la faire représenter, ou même à la publier. Les réticences de Turgot, lecteur du manuscrit, l’ont certainement ébranlé : l’anecdote, qui en est l’argument principal, méritait un seul acte et, surtout, la forme versifiée adoptée par Du Pont paraît inappropriée à Turgot14.

  • 15 Sur l’abbé Coyer, nous renvoyons à l’étude classique de L. Adams, Coyer and the Enlightenment. Sur (...)
  • 16 A. Sabatier de Castres lui reproche d’en abuser au point qu’elle en perde ses effets et qu’elle ren (...)
  • 17 G.-F. Coyer, « Avertissement » dans les Dissertations pour être lues — titre révélateur — sur le vi (...)
  • 18 Deux éditions à la fausse adresse de Londres sont datées 1768 : l’une de 96 pages (qui fait l’objet (...)
  • 19 Les « Voltairiana » suscitent même un véritable marché ; voir notamment J. Schlobach (éd.), Corresp (...)
  • 20 Sur le retentissement du conte philosophique de Voltaire et les imitations qu’il suscite, voir l’«  (...)
  • 21 L.-A. Duwicquet d’Ordre, Naru, fils de Chinki.

7Si le théâtre reste un terrain délicat à investir, l’économie politique des Lumières s’empare aisément de modes narratifs en usage dans les livres de fictions, les utopies, les récits de voyage imaginaires, les fables ou encore les contes philosophiques. De ce point de vue, l’abbé Gabriel-François Coyer (1707- 1782), membre du cercle de Vincent de Gournay au milieu des années 1750, est un des auteurs les plus représentatifs de la proximité qui existe à l’époque entre la littérature économique et les belles-lettres15. L’ironie, très efficace dans la polémique et la dénonciation, est une de ses armes de prédilection16. Coyer exprime parfaitement le dilemme auquel est confronté l’auteur économique : « pourquoi écrire si ce n’est pour instruire ? Comment instruire si on n’est pas lu ? »17. Un de ses premiers écrits, la Découverte de l’îsle frivole (1750), est une pseudo-utopie qui dénonce les mœurs de la société française et les comportements qui entravent son développement économique. Coyer s’y livre à une satire du système de Law et se gausse déjà des préjugés de la noblesse à l’égard du commerce. Six ans plus tard, son essai le plus célèbre, la Noblesse commerçante (1756) déclenche une polémique qui passionne pour un temps le public lettré et contribue à faire naître un engouement plus durable sur les questions économiques. Le talent littéraire de Coyer explique pour une bonne part le succès retentissant de ce texte, réédité à de nombreuses reprises, que Vincent de Gournay, lui avait, à dessein, demandé de rédiger. Exercice plus remarquable encore, Chinki, histoire cochinchinoise, qui peut servir à d’autres pays, publié en 1768, est une sorte d’apologue économique qui s’attaque au système corporatif de l’Ancien Régime. Chinki raconte l’histoire tragique d’un paysan heureux, ruiné par une réforme de l’impôt, et qui cherche vainement à placer ses enfants en apprentissage. Il se heurte alors à l’absurdité et à la cruauté des réglementations imposées par les communautés de métiers. Ce chemin de croix s’achève par le suicide du héros et la destruction de son infortunée famille. Le premier tirage de Chinki s’épuise en quelques semaines et le texte est reproduit à deux reprises avant la fin de l’année18. L’imprimeur use par ailleurs d’un subterfuge pour faire parler du livre. Certains exemplaires portent en sous-titre « Seconde partie de l’Homme aux 40 écus » et Chinki, paru anonymement, est parfois attribué à Voltaire. La recette a fait ses preuves : la confusion entretenue sur la paternité de l’ouvrage attise la curiosité et l’intérêt d’un public toujours avide de découvrir de nouvelles productions issues de la plume de Voltaire19. La filiation affichée avec un précédent succès de librairie est un procédé classique. Avec l’Homme aux quarante écus, qui se répand dans le royaume en février 1768, le philosophe de Ferney a mis au goût du jour une forme littéraire très attrayante : exprimer des opinions et fustiger des injustices à travers les expériences vécues par le protagoniste d’un conte philosophique20. Quelques années plus tard, c’est au tour de Chinki d’inspirer une suite fictive21.

8Chinki séduit et l’objectif est atteint : la dimension didactique du roman est reconnue et l’exercice loué par les critiques. L’Année littéraire de Fréron et le Mercure de France, deux des grands périodiques généralistes du temps, en donnent deux longues recensions très proches dans leur appréciation. Chinki ne dit rien de « bien neuf quant au fond » sur la tyrannie des maîtrises et des jurandes :

  • 22 Élie-Catherine Fréron, L’Année littéraire, 1768, t. VI, pp. 147-148. Voir aussi l’article du Mercur (...)

On a même publié de fort bons ouvrages pour en faire sentir le despotisme odieux ; mais ces ouvrages, qui n’étoient que raisonnés & solides, n’ont pas été lus du plus grand nombre. La forme sous laquelle, dans l’Histoire cochinchinoise, on présente ce joug homicide, est agréable, & met tout le monde à la portée de connoître des loix et des coutumes qu’on suit parmi nous sans que nous nous en doutions, & qui sont aussi singulières, aussi extravagantes, aussi barbares que celles que l’on nous raconte des Sauvages de l’Amérique22.

  • 23 L’Année littéraire, 1768, t. VI, p. 161. Grimm reproche lui-aussi à Coyer un style qui n’est pas to (...)
  • 24 Après l’annonce de la parution assortie de ce commentaire élogieux (Éphémérides du citoyen, t. XI, (...)

9En dépit de réserves sur le style de l’auteur, « quelquefois bas et populaire », Fréron recommande chaudement à ses lecteurs une brochure rédigée par un « patriote éclairé »23. Les Éphémérides du citoyen, le journal des physiocrates, qui s’adresse à un public plus féru de questions économiques, salue au contraire sans mettre de bémol la verve de l’auteur, « le sel abondant dont il a semé ses écrits ». Chinki est loué pour sa simplicité, sa concision, la rapidité du récit, ses scènes touchantes, autant de qualités qui facilitent l’exposition d’une « suite de vérités de la plus grande importance ». Le journal s’attache dès lors à rectifier les « deux ou trois erreurs légères » qui se sont glissées au fil de la narration. Les physiocrates reprochent à Coyer son analyse sommaire du système fiscal cochinchinois, une occasion perdue de prôner l’impôt unique sur les terres qu’ils préconisent24.

  • 25 « Lettre à M. l’abbé Galiani sur la sixième ode du troisième livre d’Horace. 1773 », dans J. Asséza (...)
  • 26 La sortie de Chinki, qui a bénéficié d’une permission tacite, est signalée le 11 août 1768 dans le (...)
  • 27 Entre-temps, le fils, le président Bigot de Saint-Croix est mort et il est désigné comme seul auteu (...)
  • 28 L’article, paru anonymement dans L’Année littéraire de Fréron (1775, t. VIII, pp. 250-264), est de (...)
  • 29 F. M. Grimm, Correspondance, t. VIII, 15 août 1768, p. 160 : « Ses brochures [de l’abbé Coyer] sont (...)

10À l’instar de La noblesse commerçante (1756), Chinki est aussi une œuvre de commande, composée à l’instigation du contrôleur général des Finances, L’Averdy. Comparant Coyer à Horace, Diderot rapporte à Galiani que l’auteur de Chinki recevait à l’époque une pension de 2 000 livres « pour préparer par de petits ouvrages agréables, les opérations du ministère »25. L’ouvrage paraît quelques semaines avant que le ministre ne soit contraint à la démission26. Qu’il soit « agréable » à lire n’est pas sa seule qualité : il convainc l’opinion sans la heurter et sans révéler les aspirations libérales d’une partie de l’administration royale. L’Averdy avait également chargé deux magistrats de Rouen, les Bigot de Sainte-Croix père et fils, de rédiger un mémoire sur les corporations et les jurandes. La publication d’un tel document, dépourvu de tout habillage littéraire, exposait trop ouvertement le ministère. Le manuscrit sort de l’ombre en 1775 lorsque Turgot s’attaque de front au système. Les Nouvelles éphémérides économiques le publient, saluant le traitement méthodique d’une matière qui avait alimentée le « joli badinage » de l’abbé Coyer quelques années plus tôt27. Les réformes de Turgot remettent Chinki sur le devant de la scène, au point que son auteur doit alors faire face à une accusation de plagiat jamais soulevée jusque-là28. La « brochure » de Coyer, à laquelle Grimm prédisait un destin éphémère, a ainsi eu un retentissement durable29.

  • 30 Sur les éloges académiques, nous renvoyons aux travaux de D. Roche, Le Siècle des lumières en provi (...)

11Ces expérimentations en termes d’écriture s’inscrivent ainsi dans des stratégies complexes : rendre attrayante l’exposition d’un nouveau savoir, se conformer au goût des lecteurs, convaincre l’opinion de la nécessité de réformer la société, ou encore esquiver la censure. Comment rendre compte de ces expérimentations et tenter d’apprécier leur importance dans la transmission des savoirs économiques du xviiie siècle d’un point de vue plus général ? Une approche en termes de genre littéraire est un moyen d’y parvenir. L’éloge, un exercice de rhétorique issu du monde académique aux normes bien définies, peut ainsi être envisagé comme un modèle employé par les auteurs économiques pour transmettre leur savoir sous une forme spécifique : une « leçon d’économie politique » délivrée pour sceller un héritage intellectuel30.

  • 31 Voir J. Wagner, Marmontel journaliste, pp. 269-270.
  • 32 À ce sujet, voir la lettre de Turgot à Marmontel en date du 22 juillet 1759, dans A.-R.-J. Turgot, (...)
  • 33 Les papiers de Turgot comprennent un manuscrit de l’éloge de Gournay nettement plus long que le tex (...)
  • 34 Turgot emprunte d’ailleurs le vocabulaire de Quesnay (« revenu net », « produit net ») dans des dév (...)
  • 35 Mercure de France, août 1759, p. 206. L’existence de Remarques inédites sur le texte de Child n’est (...)
  • 36 Le texte du Mercure renferme une incise absente de l’éloge manuscrit : « mais ce système tout incon (...)

12Les éloges académiques étaient prononcés publiquement avant d’être imprimés ce qui contribue à en faire un genre littéraire familier aux lecteurs des Lumières. Du fait de son succès, le genre acquiert d’ailleurs une certaine indépendance vis-à-vis des travaux académiques. Ainsi, après la disparition de Vincent de Gournay, survenue le 27 juin 1759, le directeur du Mercure de France, Marmontel, sollicite un de ses proches, Turgot pour rendre hommage à l’ancien intendant du commerce dans les colonnes de son périodique. Marmontel entend poursuivre et amplifier une politique éditoriale d’ouverture — le périodique recensait épisodiquement les écrits économiques au cours des années précédentes — sur des matières utiles à la société et sur un savoir en pleine expansion31. Turgot va s’attacher à brosser le portrait d’un administrateur éclairé, homme vertueux et bon citoyen, dont la vie représente un modèle de carrière savante utile à ses contemporains. Comme Marmontel le presse de rendre sa copie, il lui envoie les « traits principaux » d’un éloge plus complet destiné à d’autres fins éditoriales puisqu’il envisage alors de publier des œuvres de Gournay, un projet abonné par la suite32. L’article imprimé en août 1759 comporte quelques différences avec le manuscrit transmis à Marmontel. Ce dernier a quelque peu resserré la leçon économique afin de l’adapter à son public et la notice en est sensiblement raccourcie33. L’éloge publié comporte néanmoins une véritable initiation à la « science du commerce » de Gournay telle que Turgot la conçoit en 1759, après lecture des articles de Quesnay parus dans l’Encyclopédie34. Le lecteur peut en mesurer l’étendue et la complexité. Auteur peu soucieux de publiciser sa propre production — seule sa traduction de Child est parue — un des principaux mérites de Gournay réside dans « la chaleur avec laquelle il cherchoit à tourner du côté du commerce et de l’oeconomie politique tous les talents qui l’approchoient »35. Si aucun titre n’est mentionné, l’essentiel est dit : il existe désormais en France des ouvrages sur ces objets importants. Par ailleurs, le savoir de Gournay paraît d’autant plus accessible qu’il s’enracine dans des expériences pratiques, celle du négociant et celle de l’administrateur, un administrateur qui s’est toujours efforcé de réformer des abus. L’éloge de Gournay mise à disposition du public éclairé des Lumières promeut sans ambiguïté une politique de libéralisation des activités économiques, même si çà et là un bémol temporise le message et laisse au lecteur la possibilité de se forger sa propre opinion36.

  • 37 Sur le développement des hommages rendus « aux grands hommes », voir l’ouvrage de J.-C. Bonnet, La (...)
  • 38 Les critiques adressées aux physiocrates se multiplient depuis 1767. Voir G. Weulersse. Le mouvemen (...)
  • 39 La « Notice abrégée » paraît dans les Éphémérides du citoyen à compter de janvier 1769 ; la publica (...)

13Outre les textes dédiés aux contemporains disparus (Quesnay, Turgot), une autre catégorie d’éloge sert de cadre à l’écriture des savoirs économiques : les auteurs revisitent les contributions des générations précédentes et introduisent l’économie politique dans le culte des grands hommes37. Mirabeau entame ainsi en 1769 la composition des Eloges historiques des hommes qui dans le dernier siècle et dans celui-ci ont consacré leurs études et leurs travaux au bien de l’humanité dans le genre économique, avec une analyse politique de leurs ouvrages en ce genre. Le projet répond à la recherche d’une forme de légitimation des thèses développées par l’école physiocratique, à un moment critique de sa propre histoire38. La Notice abrégée des différents écrits modernes qui ont concouru en France à former la science de l’économie politique (1769) de Du Pont analysait seulement les ouvrages parus depuis 175439. Mirabeau entreprend d’enraciner le savoir économique dans une tradition plus ancienne. L’éloge lui apparaît comme la forme la plus adaptée pour y parvenir et renforcer le caractère pédagogique de l’histoire collective qu’il entend retracer. Comme il s’en explique, pour aiguillonner l’amour-propre des contemporains,

  • 40 Éphémérides du citoyen, 1770, t. III, p. 21.

il importe de conserver notice des travaux et du mérite de nos devanciers […] Non seulement il faut que cette notice soit raisonnée, sentie et présentée par des hommes instruits, […] mais elle doit être encore mêlée de justes éloges. Sur chaque acte existe un sentiment. La gratitude est le sentiment qui résulte du bienfait, et l’encens naturel offert au bienfaiteur ; l’éloge est la fumée nécessaire. Cette fumée est l’appât le plus séduisant pour la jeunesse bien née40.

  • 41 Lettre du margrave de Bade à Mirabeau en date de juillet 1772, dans C. Knies (éd.), Carl Friedrichs (...)
  • 42 Éphémérides du citoyen, 1771, t. XII, pp. 5-6.
  • 43 Nous nous sommes appuyés sur les travaux de C. Jacques pour reconstituer la série des éloges rédigé (...)

14C’est une conception de l’éloge historique conforme aux canons du genre que Mirabeau reprend à son compte. L’application de l’éloge historique au domaine économique apparaît cependant comme une nouveauté, comme en atteste le témoignage du margrave de Bade, qui encourage Mirabeau à poursuivre son projet. Les éloges économiques, selon Karl-Friedrich, constituent des « modèles d’histoire, traités philosophiquement selon les principes de l’ordre naturel. C’est un genre tout nouveau et qui manque surtout aux amateurs de la science oeconomique »41. Le premier concerne Sully et ses Oeconomies royales. Il est imprimé dans les Éphémérides du Citoyen à compter de la livraison de mai 1770 ; sa publication s’étend sur une vingtaine de volumes jusqu’en novembre 1771 avant d’être interrompue sur ordre du censeur42. Au fil des mois, son contenu évolue sensiblement. Le commentaire historique et philosophique des Oeconomies royales, dont l’objet est de dégager les grands principes de Sully, en particulier en matière de fiscalité, conduit Mirabeau à d’importantes digressions. Comme l’annonce le dernier volume de 1770, ce sont désormais « des observations historiques et économiques sur l’administration de notre grand Roi et de son vertueux ministre » que poursuit « M. B. ». L’auteur suit la trame chronologique des mémoires de Sully, dont il donne de larges extraits. C’est un récit vivant et attractif, émaillé d’anecdotes, une chronique du règne d’Henri IV dont le premier rôle échappe régulièrement à Sully. Mirabeau s’intéresse par la suite à Fénelon, Colbert, Boisguilbert, Vauban, l’abbé de Saint-Pierre, Louis XIV, l’abbé Jean Terrasson et enfin Montesquieu dans les années 178043.

  • 44 L’ouvrage posthume de Mirabeau, les Hommes à célébrer (1789) renferme seulement l’éloge complet de (...)

15Ces éloges demeurent inédits sauf exception44. Ils ont néanmoins une audience : ils sont lus lors des assemblées économiques du mardi que le marquis organise dans son hôtel parisien depuis 1767. Leur rédaction, et ce dès l’origine, est étroitement liée à l’existence des mardis. Mirabeau a besoin de matériaux originaux pour en pérenniser la tenue. Les éloges historiques lui permettent de prodiguer des lectures qui répondent aux attentes de ce public bien spécifique.

16L’écriture des savoirs économiques, au xviiie siècle, ne peut ainsi se comprendre sans s’interroger sur les pratiques sociales et culturelles des Lumières dans lesquelles s’insère l’économie politique. L’auteur économique, comme ses confrères de la république des lettres, est soumis à un premier tribunal, celui de l’opinion mondaine, qui se forge notamment dans les salons. Même si l’objectif reste d’atteindre une audience la plus large possible, investir la scène mondaine représente un véritable enjeu pour exister dans la sphère publique auquel les physiocrates apportent une réponse spécifique avec la création de leur propre espace, en marge des salons proprement dit qu’ils fréquentent par ailleurs, et des sociétés savantes. L’institution des mardis joue un rôle essentiel dans les stratégies d’écriture et de publication des disciples de Quesnay.

II. — Les mardis ou « assemblées économiques »

  • 45 F. M. Grimm, Correspondance, t. VII, 1er octobre 1767, p. 431.

Indépendamment des sociétés royales que le gouvernement autorise et protège, il s’est formé dans Paris une société de cultivateurs, d’économistes politiques, qui n’ont écouté que la vocation de leur patriotisme, et qui n’ont d’autre titre de s’occuper de la chose publique que leur zèle pour son bien. […] Tous les mardis on s’assemble chez M. de Mirabeau. On commence d’abord par bien dîner ; ensuite on laboure, on pioche, on défriche, et on ne laisse pas dans toute la France un pouce de terrain sans valeur ; et quand on a bien labouré ainsi pendant toute une journée, dans un bon salon bien frais en été et au coin d’un bon feu en hiver, on se sépare le soir bien content et avec la conscience d’avoir rendu le royaume plus florissant45.

  • 46 Voir G. Weulersse, Le mouvement physiocratique, t. I, pp. 132-138 ; sur l’importance des mardis dan (...)
  • 47 Sur le mode de fonctionnement de l’« atelier » de François Quesnay (1757-1764), voir C. Théré et L. (...)
  • 48 Les partisans de la nouvelle « doctrine »« sans se concerter, sans se connaître, […] se sont trouvé (...)
  • 49 L. P. de Bachaumont, Mémoires, t. III, 20 décembre 1767, pp. 271-272.

17Le lancement des « mardis économiques » en 1767 est une étape-clef dans l’histoire du mouvement physiocratique46. Les réunions tenues dans l’entresol de Quesnay, du temps de la marquise de Pompadour, fonctionnaient sur un autre mode47. Les premiers collaborateurs du docteur se sont éloignés tandis que de nouvelles recrues se rallient à ses thèses sans avoir l’heur de le connaître et sans la médiation d’un de ses premiers élèves. Le Trosne, en 1766, témoigne des liens relativement distendus qui existaient alors entre les physiocrates48. L’établissement des mardis, l’année suivante, est donc un moyen de resserrer les liens entre des auteurs économiques qui partagent les mêmes vues, de former véritablement une « société », ce qui n’était pas le cas jusque-là (comme Mirabeau l’écrit à Rousseau en décembre 1767). Si ces rencontres répondent d’abord à un objectif interne, elles ont également vocation à donner de la visibilité aux physiocrates désormais baptisés « oeconomistes ». Bachaumont, comme Grimm, enregistre l’apparition de cette « nouvelle secte », précisément à la même époque, le dernier trimestre 1767. Il attribue à la secte une vingtaine de membres, des « sages modestes », ajoute-t-il, qui « prétendent gouverner les hommes de leur cabinet, par leur influence sur l’opinion, reine du monde »49.

  • 50 F.-V. Toussaint, « Assemblée », p. 767.

18Que représentent les « mardis » dans l’univers social et culturel des Lumières ? Le terme « assemblée » est en usage « dans le monde », nous dit l’Encyclopédie, « pour exprimer une réunion ou compagnie de plusieurs personnes de l’un ou l’autre sexe, pour jouir du plaisir de la conversation, des nouvelles, du jeu, etc. »50. À bien des égards, les mardis de Mirabeau peuvent d’abord être identifiés à un « salon », cette institution centrale de la mondanité de la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 51 Voir son ouvrage, A. Lilti, Le Monde des salons, ainsi que son article « Sociabilité et mondanité » (...)
  • 52 Lettre au bailli du 16 juillet 1767 citée dans L. de Loménie, Les Mirabeau, t. II, p. 262.
  • 53 Il s’agit d’une part de Victor-François, duc de Broglie (1718-1804) et, d’autre part, des jeunes co (...)
  • 54 Benjamin Franklin (1706-1790) se lie aux physiocrates dès son premier voyage à Paris en 1767. Chamb (...)

19Plusieurs éléments rattachent clairement les mardis à la sociabilité salonnière dont A. Lilti a souligné les dynamiques spécifiques51. Ces « assemblées » se tiennent dans un hôtel aristocratique de la capitale et leur hôte, le marquis de Mirabeau, y maintient les pratiques mondaines auxquelles il est rompu. Chaque mardi commence autour d’un dîner (déjeuner) offert par le maître de céans qui instaure une relation mondaine asymétrique avec une part notable de ceux qui prennent place autour de la table. Les participants sont invités personnellement par le marquis. La compagnie qu’il reçoit se compose, à l’instar de celle des salons, de nobles, d’hommes de lettres, d’abbés en quête de bénéfices et de sinécures. C’est « un concours de gens de mérite et de jeunes magnats qui sont plus aisés à instruire que ceux qu’il faut convertir », écrit-il à son frère, auxquels se joignent, ajoute-il, « des gens en ce genre de notre âge […] puis des étrangers »52. Mirabeau s’enorgueillit de la présence du duc de Broglie, son auguste contemporain créé maréchal en 1759, des La Rochefoucauld, représentants de la jeune génération de l’aristocratie53. L’accueil de visiteurs étrangers de marque, comme Benjamin Franklin ou le comte de Zinzendorf, achève de donner un lustre indiscutable aux mardis54. Ce succès remporté sur la scène mondaine parisienne est un gage de publicité accrue pour l’économie politique. Ce n’est pas seulement le « monde » qui est informé de l’existence des assemblées économiques : un public plus large s’intéresse aux événements mondains et en a connaissance.

  • 55 Voir A. Lilti, Le Monde des salons, le chap. i, en particulier pp. 28-38, et le chap. iii, pp. 110- (...)
  • 56 Née à Berne, dans une famille protestante émigrée après la Révocation, Marie de Malvieux est la fil (...)
  • 57 Lettre de Mirabeau à Rousseau du 20 décembre 1767, dans J.-J. Rousseau, Correspondance, pp. 251-255 (...)

20La mixité des mardis est un des éléments qui les rapprochent le plus des salons et qui caractérisent, on le sait, l’espace mondain des Lumières55. Les femmes font les « honneurs de la maison », elles sont garantes de la politesse, du respect des convenances dans les échanges, elles animent la conversation. Séparée de la marquise, son épouse, Mirabeau confie ce soin à Mme de Pailly, sa maîtresse56. Le récit d’un mardi un peu exceptionnel, envoyé à Rousseau, illustre parfaitement le rôle essentiel dévolu à sa compagne57. Mirabeau a croisé la veille dans une « assemblée » chez un de ses parents, Forbonnais, le principal adversaire des théories physiocratiques (« le chef de nos antagonistes ») et l’a invité à assister à la prochaine assemblée économique. Forbonnais honore l’invitation alors que Mirabeau n’en a pas touché mot à ses convives habituels. Aussi Forbonnais « arrive au milieu de l’assemblée, aussi ahurie que si elle avait vu tomber M. Colbert. Les uns se crêtent, les autres murmurent ». Le maître de maison fait de l’esprit pour détendre l’atmosphère. Il organise ensuite la table en sorte de préserver au mieux les règles de convivialité indispensables à la tenue du repas :

  • 58 « D’Arnstein » est Georg-Ludwig Schmid von Auenstein (1720-1805), ancien conseiller du duc de Saxe- (...)
  • 59 Lettre de Mirabeau à Rousseau du 20 décembre 1767, dans J.-J. Rousseau, Correspondance, p. 253.

… je fais en sorte qu’il soit auprès de Mme de Pailly, de M. D’Arnstein58, votre compatriote, bonne et sage tête, et des gens de marque, toujours plus décents que les autres. Je garde à mon bout le petit peuple murmurant. On parla d’administration et non de principes, en un mot, on le met à son aise sans lui faire les honneurs, de manière qu’il demeura jusqu’à 8 heures, et que le bon abbé, toujours discutant, jamais disputant, me disait de temps en temps : Ce qui me fâche, c’est qu’il y a en ce moment, sous presse, un morceau où je l’écrase, en citant, dans ses propres écrits, la preuve d’un fait qu’il me nie et sur lequel il me fait un défi. Abbé, disois-je, un lardon lui dorera la pilulle59.

  • 60 Voir D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 170 et 177-178, et A. Lilti, « Sociabi (...)

21Cette « scène oeconomique », comme la qualifie le marquis, nous dévoile plusieurs aspects importants. L’invitation de Forbonnais représente pour Mirabeau une question d’honneur, une valeur aristocratique prégnante dans les usages mondains. C’est aussi adhérer à des idéaux de courtoisie et de modération dans les controverses, de respect des bienséances, au refus de la vindicte injurieuse et des attaques personnelles blessantes que l’on trouve au cœur de la sociabilité académique des Lumières et de la république des lettres60. Comme les physiocrates et leurs adversaires n’ont pas l’occasion de débattre dans des institutions communes, les mardis offrent la possibilité de pacifier des joutes qui se jouent publiquement dans l’édition. L’échange entre l’abbé Baudeau et Mirabeau le montre bien : on peut bien écraser Forbonnais par écrit, il faut néanmoins garder les convenances dans le cadre salonnier.

  • 61 Voir C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. II, p. 93.
  • 62 Le « cercle de Gournay » se constitue et fonctionne sur d’autres principes. Voir L. Charles, « Le c (...)

22Les mardis ont aussi vocation à apaiser et contenir les tensions entre les physiocrates. Du Pont le rappelle aux auditeurs présents lors de la clôture de la saison 1772-1773 : ces assemblées ont été créées à dessein de « réchauffer les cœurs », de « resserrer les nœuds qui doivent tous nous unir », « de les rendre plus doux et plus fraternels »61. Cette aspiration à former une communauté d’esprits éclairés et soudée autour d’un projet collectif, à la fois théorique et pratique, est sans précédent dans la république de l’économie politique62. Leurs adversaires — et des compagnons de route comme Turgot — y voient un signe de fermeture et de dogmatisme qui confine au sectarisme.

23La réception de Forbonnais confirme enfin la persistance des distinctions sociales entre les convives dont la mondanité rend la coexistence possible et supportable dans un même espace. Elle révèle aussi la continuité entre le dîner et les discussions qui y font suite dans le programme des mardis, signe que ces dernières conservent également un caractère mondain parfois contesté. Ce caractère mondain n’interdit en rien, bien au contraire, que s’instaure un climat d’égalité dans les échanges intellectuels. Du Pont évoque la « noble franchise » qui les gouverne et le rôle essentiel des critiques formulées au cours des séances de lectures collectives dans la production imprimée des physiocrates.

  • 63 Voir A. Lilti, Le Monde des salons, pp. 295-315.

24Contrairement à celles des salons, les lectures des assemblées économiques dépassent indiscutablement le cadre du divertissement lettré en usage dans le monde63. De ce point de vue, les mardis s’apparentent à une sorte d’académie, comme le suggère Du Pont. Il y règne d’ailleurs un certain formalisme absent des salons avec notamment les discours prononcés à l’ouverture et à la clôture de chaque saison. La charge en incombe à Mirabeau, qui la délègue parfois à l’abbé Baudeau ou à Du Pont. Ces discours annoncent le programme général des séances et, à son terme, récapitulent les travaux soumis à la discussion et les progrès réalisés au cours de l’année. Les textes présentés lors des assemblées, toujours originaux et en principe avant qu’ils ne soient publiés, bénéficient de la réflexion collective. Du Pont en dresse un bilan très positif en juin 1773. Mis à part l’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques de Le Mercier de La Rivière,

  • 64 C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. II, p. 109.

tous les autres écrits qui ont été publiés depuis par notre société ont passé au moins en partie sous les yeux de cette assemblée. Il n’y en a aucun dont les auteurs ne conviennent que vous pouvez, Messieurs, en réclamer quelque part, puisqu’il n’y en aucun pour lequel on n’ait profité de vos conseils64.

  • 65 A.-R.-J. Turgot, Œuvres de Turgot, t. II, p. 678.
  • 66 Les Éphémérides ont publié un seul texte de Bigot de la Touanne, en 1769, la « Comparaison des reve (...)

25L’hôtel de Mirabeau est ainsi devenu un espace de production littéraire collective. Les rencontres du mardi peuvent tenir lieu de réunions de rédaction où se détermine la ligne éditoriale des Éphémérides du citoyen, cet instrument périodique au service de la physiocratie qui accueille depuis 1767 une part importante des écrits de l’école. La fondation des assemblées économiques est intimement liée à la nouvelle stratégie de publication des économistes et à sa dimension collective. Les présentations données dans l’hôtel de Mirabeau aboutissent parfois à retarder, voire même à annuler des publications prévues. À l’automne 1767, le marquis propose ainsi à Turgot d’« aller entendre un mémoire sur l’impôt » au prochain mardi économique qui doit se tenir. Turgot, malade, ne peut s’y rendre et demande à Du Pont de lui apporter le dit mémoire « si ce n’est pas un dépôt incommunicable »65. L’auteur en est le chevalier Claude-Pierre Bigot de la Touanne (1729-1774), membre de la Société royale d’agriculture d’Orléans, comme Saint-Péravy ou Le Trosne. Mais le texte ne sera jamais publié, sans doute pour des raisons politiques, à moins que sa qualité ait été jugée insuffisante par l’auditoire66.

26Les mardis offrent à ses participants, même les plus aguerris, une sorte de formation permanente et une source d’émulation. Mirabeau y a lu, entre autres, les premières versions des Leçons oeconomiques à la fin de 1768 ou encore le Supplément à la théorie de l’impôt au printemps de 1775. Le talent original et brillant de l’abbé Roubaud, « déjà professeur d’une réputation littéraire » y aurait mûri pendant plus d’un an. Les assemblées ont d’ailleurs un objectif pédagogique revendiqué à l’égard des « jeunes notables » qui les fréquentent. Mirabeau insiste à plusieurs reprises sur la jeunesse des aristocrates accueillis et les heureuses perspectives que réserve leur initiation à la science économique. Cela ne doit pas nous leurrer sur la nature des sujets abordés au fil du temps. L’éventail en est large. Comme le rappelle Du Pont à la fin de la saison 1773-1774 :

  • 67 C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. II, p. 200-201.

Les matières politiques, Messieurs et Mesdames, n’ont pas seules occupé vos regards. Toutes les sciences se tiennent, et toutes ayant un degré d’utilité, ont par là même un titre pour vous intéresser et pour plaire. Le savant Mr. de Gébelin s’est attaché à vous développer la métaphysique du langage. Et Mr. Barbeu du Bourg vous lu quelques morceaux de ses recherches botaniques ; mais surtout un discours sur les douceurs de la vie du citoyen paisible qui se livre au jardinage67

27La variété des thèmes évoqués au cours de ce que Du Pont lui-même dénomme une « année académique » se rapproche des programmes poursuivis dans les sociétés savantes littéraires et scientifiques provinciales étudiées par Daniel Roche.

28Les assemblées économiques conservent cependant une spécificité importante puisque la mixité y prévaut et Du Pont en souligne les avantages au regard des améliorations apportées au genre économique du point de vue de la forme :

  • 68 Ibid., t. II, pp. 109-110.

Si le style de la plupart d’entre nous est perfectionné depuis sept ans, si la même chaleur est dirigé par un goût plus sévère et plus épuré, si les simples beaux esprits nous accordent, même à titre d’écrivains, une considération chaque jour plus marquée, c’est une suite de cette louable institution […] et permettez-moi d’ajouter que c’est encore une suite de la constitution de cette espèce d’académie qui, permettant à des dames aussi spirituelles qu’aimables d’embellir le cercle que nous formons, nous met tous à portée de profiter de la finesse, du tact et de la douce et vive sagacité qu’une plus grande sensibilité donne à leur sexe, et par lesquelles elles peuvent tant influer sur l’instruction comme sur le bonheur du nôtre68.

  • 69 Sur la duchesse d’Enville, voir D. Vaugelade, Le salon physiocratique, étude la plus récente, mais (...)

29Même en croisant différentes sources, nous sommes toujours mal renseignés sur l’identité des femmes présentes aux mardis. Outre Mme de Pailly, les autres femmes de la maisonnée assistaient probablement aux assemblées, la belle-sœur de Mirabeau et sa fille aînée, la comtesse du Saillant, lorsqu’elles séjournaient à Paris. Il est possible que la duchesse La Rochefoucauld d’Enville y est parfois accompagnée son fils et son neveu. Très proche de Turgot, qui la conseille dans la gestion de ses domaines, la duchesse s’intéresse indéniablement aux discussions économiques et se montre favorable aux positions défendues par les physiocrates. Aux pires heures de la guerre des Farines, une estampe satyrique la représente assise aux côtés de contrôleur général dans un cabriolet que les économistes, Roubaud, Baudeau, et Du Pont, attelés à la voiture, font rouler sur des tas de blés et finalement verser dans le fossé69. Mais force est d’en rester à des conjectures quant à sa participation effective aux mardis économiques. Il en va de même à l’égard des autres protectrices connues de la physiocratie, telle Mme de Marchais et Mme Blondel, ou des relations amicales de Mirabeau, comme Mme de Rochefort, que le marquis reçoit le vendredi dans un tout autre cadre. Quoi qu’il en soit, le public féminin des mardis est manifestement pour l’essentiel composé de femmes du monde et il permet aux physiocrates d’affûter leurs armes pour conserver les faveurs d’une opinion mondaine réputée versatile dans ses engouements.

  • 70 Issue de la bonne bourgeoise rouennaise, Anne-Marie Le Page (1710-1810) épouse en 1727 Pierre-Josep (...)
  • 71 Voltaire, Fontenelle ou Marivaux ont fréquenté son salon, en perte de prestige depuis plusieurs ann (...)
  • 72 Sur les relations entre Massalki et les physiocrates, nous renvoyons à l’étude de A. Jobert, Magnat (...)

30La correspondance inédite de la margrave de Bade nous permet d’avancer un nom jamais associé jusqu’à présent aux cercles physiocratiques. Le cas est particulièrement intéressant puisqu’il s’agit de la « Sapho de Normandie », la poétesse Anne-Marie du Boccage, qui, depuis 1746, accumule les honneurs littéraires et, fait exceptionnel, est admise dans des académies tant en France qu’à l’étranger70. Installée à Paris en 1733, elle y tient un salon qui périclite depuis son veuvage en 176771. L’auteure de La Colombiade ou la foi portée au Nouveau Monde (1756), poème en dix chants dédié à Benoît XIV qui lui a valu sa renommée européenne, s’est initiée à la physiocratie, confie-t-elle à Karoline-Louise de Bade-Durlach, sous la houlette du prince Ignace Massalski, l’évêque de Wilna. Le prélat polonais, qui a séjourné en France plusieurs mois à deux reprises entre 1767 et 1772, s’est lié aux physiocrates, en particulier avec l’abbé Baudeau, qu’il invite en Pologne et pourvoit d’un riche bénéfice en 176872. L’évêque de Wilna assiste régulièrement aux mardis de Mirabeau lors de ses passages dans la capitale. Qu’un invité étranger de marque contribue à étendre et à renouveler l’assistance des assemblées économiques, exposées à voire leur troupe refluée au fil des saisons, est significatif : mondanité et échanges intellectuels se conjuguent inextricablement dans l’extension d’un réseau désormais de dimension européenne.

  • 73 Generallandesarchiv Karlsruhe, Familien Archiv, FA Corr 5A 38.
  • 74 La correspondance conservée entre la margrave et Mme du Boccage commence avec la lettre de vœux de  (...)
  • 75 Plusieurs des lettres adressées à la margrave ont pour unique objet d’obtenir sa protection en fave (...)
  • 76 « Explication du Tableau économique, à madame de *** », Éphémérides du citoyen, 1767, t. XI, pp. 13 (...)

31Mme du Boccage rapporte qu’elle est « économiste, ou du moins écolière des Ephémérides » le 15 janvier 1773 ce qui semble suggérer un apprentissage relativement récent73. Ce « goût pour l’agriculture », qu’elle sait partagé par tous les membres de la famille régnante de Bade, resserre la relation qu’elle entretient avec la margrave74. Des lettres postérieures (1775-1778) témoignent que Mme du Boccage est en relation assez étroite avec l’abbé Baudeau et le colonel de Saint-Leu au moment où ses derniers font ressusciter les Éphémérides75. Sa présence aux mardis dans les années 1770 est donc une hypothèse plausible. Forte de son expérience dans la création littéraire et très avertie des goûts de ses contemporains, cette femme de lettres était à même de participer activement aux réflexions collectives sur l’écriture des savoirs économiques et d’aider les auteurs économiques à se plier aux exigences d’un lectorat amateur de beau style. La mixité des mardis renvoie par ailleurs à l’attention que les physiocrates portent de longue date à l’instruction des femmes, instruction qui doit nécessairement comprendre une initiation à l’économie politique : aussi l’abbé Baudeau s’adresse-t-il à une représentante du beau sexe dans l’explication du « Tableau économique » qui paraît dans les Éphémérides du citoyen à partir de novembre 1767. Le journal publie en outre l’année suivante l’« Éducation économique des filles » de Mirabeau76. La conquête d’un public féminin est clairement un des objectifs poursuivis par les physiocrates dans leur campagne de diffusion de la science économique. Qu’ils l’aient atteint ou non, leur démarche n’en reste pas moins révélatrice : elle relève pour partie d’une tactique liée à la mixité des lieux où se forge l’opinion mondaine et se crée des effets de mode et de réputation littéraires, et, pour partie, d’une véritable conviction que les progrès de la science économique, dans la société, dépendent des connaissances acquises par les femmes.

32Les stratégies littéraires déployées par les économistes des Lumières pour transmettre leur savoir confirment sans ambiguïté qu’il n’y a pas lieu de se poser la question des rapports entre l’économie politique et la littérature en termes de frontières ou d’opposition. L’auteur économique, pour instruire et faire valoir les thèses qu’il défend, s’adresse non seulement à la raison, à la capacité de jugement de ses éventuels lecteurs, mais aussi à leur sensibilité. Il peut déployer toutes les ressources stylistiques à sa portée pour les convaincre et les émouvoir, produire des histoires édifiantes agréables à lire et porteuses de préceptes pour éclairer les conduites conformes à un nouvel ordre économique et social. La fiction s’immisce dans les discours économiques, les savoirs économiques envahissent les récits fictifs : l’enquête est loin d’être close sur ces interpénétrations qui constituent un des aspects les plus originaux de l’économie politique des Lumières.

Notes

1 J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle.

2 Sur les statistiques de l’édition économique, voir J.-C. Perrot, « Nouveautés », et C. Théré, « Economic Publishing and Authors, 1566-1789 ».

3 P. Cheney, Revolutionary Commerce ; J. Shovlin, The Political economy of virtue. La démarche est toute aussi fructueuse pour appréhender les productions du siècle suivant, comme en témoigne l’ouvrage collectif F. Vatin et N. Edelman (éd.), Économie et littérature.

4 L. Vardi, « Physiocratic visions » ; L. Charles, « Le cercle de Gournay » ; A. Orain, « Success in, or with the help of Rhetoric ».

5 F. Quesnay, « Dialogue entre Mr. H. et Mr. N. », p. 884. L’article est paru dans le Journal de l’Agriculture, du Commerce et des Finances, 5, juin 1766, pp. 58-109. Quesnay prolonge l’exercice dans le « Second Dialogue entre Mr. H. et Mr. N. pour servir de suite à celui qui a été inséré dans le Journal de Juin » publié en novembre 1766 (7, pp. 53-106).

6 Voir la lettre de Quesnay à Mirabeau, non datée, rédigée entre fin 1768 et 1769, dans F. Quesnay, Œuvres économiques, t. II, pp. 1222-1223.

7 Mirabeau, Les économiques, p. xii.

8 F. Galiani, Dialogues sur le commerce des bleds. Sur la rédaction de l’ouvrage, voir l’introduction de Ph. Koch dans F. Galiani, Dialogues entre M. Marquis de Roquemaure, et Ms. Le Chevalier Zanobi, pp. 1-51, et celle de S. Kaplan dans F. Galiani, La Bagarre, pour la poursuite de la controverse entre l’abbé napolitain et les physiocrates.

9 Éphémérides du citoyen, 1769, t. XI, pp. 199-201.

10 Voir J.-C. Perrot, « Nouveautés », pp. 245-246, et L. Vardi, « Imagining the harvest », pp. 1391-1397.

11 Les Saisons de J.-F. de Saint-Lambert, publiées pour la première fois en 1769, s’inspirent du poème anglais de James Thomson (1726-1730) que Mme Bontemps avait traduit en français en 1759. L’Avertissement de cette traduction était dédié à l’« Ami des hommes », le marquis de Mirabeau.

12 Le premier fut représenté pour la première fois à la Foire Saint-Germain le 18 février 1761, le second au théâtre de l’Hôtel de Bourgogne le 22 novembre 1762.

13 Voir les Éphémérides du citoyen, 1768, t. II, pp. 203-212.

14 La lettre de Mirabeau à Rousseau, en date du 3 février, est citée par L. Vardi, « Physiocratic visions », p. 110 ; nous renvoyons aussi à ce même article pour une analyse approfondie des essais dramatiques et poétiques de Du Pont et les critiques que lui adresse Turgot (pp. 112-116).

15 Sur l’abbé Coyer, nous renvoyons à l’étude classique de L. Adams, Coyer and the Enlightenment. Sur sa participation au cercle de Vincent de Gournay, voir L. Charles, « Le cercle de Gournay ».

16 A. Sabatier de Castres lui reproche d’en abuser au point qu’elle en perde ses effets et qu’elle rende finalement son discours uniforme et monotone (Les trois siècles, t. I, p. 320).

17 G.-F. Coyer, « Avertissement » dans les Dissertations pour être lues — titre révélateur — sur le vieux mot de patrie et sur la nature du peuple, pp. 5-6. Dans ce recueil, l’abbé cherche à adapter au goût français le genre dissertatif prisé en Allemagne.

18 Deux éditions à la fausse adresse de Londres sont datées 1768 : l’une de 96 pages (qui fait l’objet d’une deuxième émission) et l’autre de 100 pages. Le roman économiquse de Coyer est traduit en allemand et en italien dès 1770 et, par la suite, en espagnol. Chinki est ensuite repris dans les Œuvres complettes de Coyer en 1782-1783. La BNF conserve deux exemplaires avec le faux-titre « Seconde partie de l’Homme aux 40 écus ».

19 Les « Voltairiana » suscitent même un véritable marché ; voir notamment J. Schlobach (éd.), Correspondances littéraires, p. 239.

20 Sur le retentissement du conte philosophique de Voltaire et les imitations qu’il suscite, voir l’« Introduction » de B. M. Bloesch dans la récente réédition critique de LHomme aux quarante écus. Notons que l’imitation n’est, en revanche, nullement revendiquer dans le texte lui-même de Chinki.

21 L.-A. Duwicquet d’Ordre, Naru, fils de Chinki.

22 Élie-Catherine Fréron, L’Année littéraire, 1768, t. VI, pp. 147-148. Voir aussi l’article du Mercure de France, octobre 1768, pp. 162-163.

23 L’Année littéraire, 1768, t. VI, p. 161. Grimm reproche lui-aussi à Coyer un style qui n’est pas toujours à la hauteur de ses vues. Il juge « horrible, outré et de mauvais goût » le dénouement de Chinki. Si « le but moral de cette brochure est excellent », ajoute-t-il, « l’exécution en est mesquine et misérable ». Là où Voltaire excelle, Coyer fait pâle figure (F. M. Grimm, Correspondance, t. VIII, 15 août 1768, p. 160).

24 Après l’annonce de la parution assortie de ce commentaire élogieux (Éphémérides du citoyen, t. XI, pp. 193-194), Chinki fait l’objet d’une critique raisonnée dans les deux livraisons suivantes (Éphémérides du citoyen, 1768, t. XII, pp. 120-137, et 1769, t. I, pp. 121-159).

25 « Lettre à M. l’abbé Galiani sur la sixième ode du troisième livre d’Horace. 1773 », dans J. Assézat et M. Tourneux (éd.), Œuvres complètes de Diderot, t. VI, pp. 293-294.

26 La sortie de Chinki, qui a bénéficié d’une permission tacite, est signalée le 11 août 1768 dans le Journal de la librairie (BNF, ms. Fr. 22165, f° 46). Maynon d’Invau remplace L’Averdy le 21 septembre suivant.

27 Entre-temps, le fils, le président Bigot de Saint-Croix est mort et il est désigné comme seul auteur du mémoire. L’« Essai sur l’abus des privileges exclusifs, & sur la liberté du commerce & de l’industrie » paraît en 3 livraisons dans les Nouvelles éphémérides du citoyen de 1775 (t. I, pp. 147- 168 ; t. II, pp. 49-122 ; t. III, pp. 71-110). L’allusion à Chinki figure dans l’avertissement de l’éditeur (1775, t. I, p. 148). Sur la mission confiée aux Bigot de Sainte-Croix par L’Averdy, voir J. Félix, Finances et politique, pp. 433-434. Sur la politique du secret de l’Ancien Régime et la publicisation que prônent les auteurs économiques à partir du milieu du siècle, voir R. J. Ives, « Political publicity and Political Economy ».

28 L’article, paru anonymement dans L’Année littéraire de Fréron (1775, t. VIII, pp. 250-264), est de Barthélémy Mercier, abbé de Saint-Léger (1734-1799). Il reproche à Coyer — et dans une moindre mesure à Bigot de Sainte-Croix — d’avoir puisé sans vergogne dans les Considérations sur les Arts et Métiers (1758) de son ami Clicquot-Blervache. Ce dernier, comme Coyer, avait été membre du cercle de Gournay et son mémoire avait été primé par l’académie d’Amiens.

29 F. M. Grimm, Correspondance, t. VIII, 15 août 1768, p. 160 : « Ses brochures [de l’abbé Coyer] sont des phénomènes éphémères dont la durée se borne à une journée de Paris ».

30 Sur les éloges académiques, nous renvoyons aux travaux de D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 166-181, qui restent une référence incontournable. Voir aussi C. B. Paul, Science and Immortality, et J.-C. Bonnet, La naissance du Panthéon. Pour d’autres aspects sur la pratique des éloges et l’économie politique, nous renvoyons à nos propres travaux, « Genres littéraires et économie politique ».

31 Voir J. Wagner, Marmontel journaliste, pp. 269-270.

32 À ce sujet, voir la lettre de Turgot à Marmontel en date du 22 juillet 1759, dans A.-R.-J. Turgot, Œuvres de Turgot, t. I, p. 595, et les informations recueillies par T. Tsuda, dans son introduction aux Mémoires et lettres de Vincent de Gournay, p. x.

33 Les papiers de Turgot comprennent un manuscrit de l’éloge de Gournay nettement plus long que le texte paru dans le Mercure de France. Certains passages suggèrent qu’il pourrait s’agir d’une version proche de celle envoyée à Marmontel. Voir « Éloge de Vincent de Gournay », dans A.-R.-J. Turgot, Œuvres de Turgot, t. I, pp. 595-623.

34 Turgot emprunte d’ailleurs le vocabulaire de Quesnay (« revenu net », « produit net ») dans des développements retranchés par Marmontel et il fait explicitement référence à l’article « Grains » (1757). Voir « Éloge de Vincent de Gournay », dans A.-R.-J. Turgot, Œuvres de Turgot, t. I, pp. 605-606.

35 Mercure de France, août 1759, p. 206. L’existence de Remarques inédites sur le texte de Child n’est pas signalée dans le Mercure alors que Turgot y fait allusion dans la seconde version de l’éloge. Comme la publication en avait été bloquée sur décision du gouvernement, il était prématuré de les évoquer dans un organe patronné par le pouvoir royal. L’auteur et l’éditeur pouvaient parfaitement s’accorder sur ce point.

36 Le texte du Mercure renferme une incise absente de l’éloge manuscrit : « mais ce système tout incontestable qu’il est, au moins à l’égard des productions intérieures et de l’industrie qui les met en valeur, n’a jamais été sans contradiction » (ibid., p. 206).

37 Sur le développement des hommages rendus « aux grands hommes », voir l’ouvrage de J.-C. Bonnet, La naissance du Panthéon, et son article de synthèse, « Le culte des grands hommes ».

38 Les critiques adressées aux physiocrates se multiplient depuis 1767. Voir G. Weulersse. Le mouvement physiocratique, t. I, pp. 143-155, 175-185 et 201-212.

39 La « Notice abrégée » paraît dans les Éphémérides du citoyen à compter de janvier 1769 ; la publication court sur huit livraisons, la dernière étant dans le t. IX.

40 Éphémérides du citoyen, 1770, t. III, p. 21.

41 Lettre du margrave de Bade à Mirabeau en date de juillet 1772, dans C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. I, p. 61.

42 Éphémérides du citoyen, 1771, t. XII, pp. 5-6.

43 Nous nous sommes appuyés sur les travaux de C. Jacques pour reconstituer la série des éloges rédigés par Mirabeau : « Pratiques mondaines » et « Fénelon commenté par le marquis de Mirabeau ».

44 L’ouvrage posthume de Mirabeau, les Hommes à célébrer (1789) renferme seulement l’éloge complet de Sully. L’Extrait des Eloges des Hommes à célébrer, publié en Suède en 1774 à la demande du roi Gustave III, qui venait de décorer Mirabeau de l’Ordre de Vasa, est avant tout une analyse critique du ministère Colbert.

45 F. M. Grimm, Correspondance, t. VII, 1er octobre 1767, p. 431.

46 Voir G. Weulersse, Le mouvement physiocratique, t. I, pp. 132-138 ; sur l’importance des mardis dans l’histoire de la physiocratie, les nouvelles formes de collaborations et de productions scientifiques des physiocrates à partir du milieu des années 1760, nous renvoyons à un travail récent mené en collaboration avec L. Charles (L. Charles et C. Théré, « From Versailles to Paris »).

47 Sur le mode de fonctionnement de l’« atelier » de François Quesnay (1757-1764), voir C. Théré et L. Charles, « The Writing Workshop of François Quesnay ».

48 Les partisans de la nouvelle « doctrine »« sans se concerter, sans se connaître, […] se sont trouvés parfaitement d’accord dans leurs principes et dans leur logique », G.-F. Le Trosne, « De l’utilité des discussions économiques », p. 64.

49 L. P. de Bachaumont, Mémoires, t. III, 20 décembre 1767, pp. 271-272.

50 F.-V. Toussaint, « Assemblée », p. 767.

51 Voir son ouvrage, A. Lilti, Le Monde des salons, ainsi que son article « Sociabilité et mondanité » publié également en 2005.

52 Lettre au bailli du 16 juillet 1767 citée dans L. de Loménie, Les Mirabeau, t. II, p. 262.

53 Il s’agit d’une part de Victor-François, duc de Broglie (1718-1804) et, d’autre part, des jeunes cousins Louis-Alexandre, duc de La Rochefoucauld et duc d’Enville (1743-1793), et François-Alexandre-Frédéric, comte de La Rochefoucauld et duc de Liancourt (1747-1827).

54 Benjamin Franklin (1706-1790) se lie aux physiocrates dès son premier voyage à Paris en 1767. Chambellan de Marie-Thérèse d’Autriche et de son fils à l’époque de ses séjours en France, Karl Johann Christian Graf von Zinzendorf (1739-1813) assiste aux mardis en 1767 et en 1769.

55 Voir A. Lilti, Le Monde des salons, le chap. i, en particulier pp. 28-38, et le chap. iii, pp. 110- 121. Voir aussi Id., « Sociabilité et mondanité », p. 434.

56 Née à Berne, dans une famille protestante émigrée après la Révocation, Marie de Malvieux est la fille d’un capitaine d’une des compagnies suisses au service de la France. Élevée en France, elle a épousé M. de Pailly, officier suisse d’origine française également, de trente ans son aîné. Sa rencontre avec Mirabeau remonterait à 1755 et leur liaison devient plus intime vers 1759-1760. Voir L. de Loménie, Les Mirabeau, t. I, p. 116 et t. II, pp. 231-239.

57 Lettre de Mirabeau à Rousseau du 20 décembre 1767, dans J.-J. Rousseau, Correspondance, pp. 251-255. Ce récit a été rédigé à l’intention d’un autre correspondant (« mon ancien ami Quesnay » mais il peut s’agir du Docteur, vu le contenu de la lettre) et le marquis, qui le juge édifiant, en envoie un extrait à Rousseau.

58 « D’Arnstein » est Georg-Ludwig Schmid von Auenstein (1720-1805), ancien conseiller du duc de Saxe-Weimar. Sur ce philosophe politique suisse, qui séjourna à plusieurs reprises en France et assista à plusieurs mardis chez Mirabeau, voir I. Hont, « Correcting Europe’s Political Economy », et H.-U. Seifer (éd.), « Banquets de philosophes ».

59 Lettre de Mirabeau à Rousseau du 20 décembre 1767, dans J.-J. Rousseau, Correspondance, p. 253.

60 Voir D. Roche, Le Siècle des lumières en province, t. I, pp. 170 et 177-178, et A. Lilti, « Sociabilité et mondanité », p. 434.

61 Voir C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. II, p. 93.

62 Le « cercle de Gournay » se constitue et fonctionne sur d’autres principes. Voir L. Charles, « Le cercle de Gournay ».

63 Voir A. Lilti, Le Monde des salons, pp. 295-315.

64 C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. II, p. 109.

65 A.-R.-J. Turgot, Œuvres de Turgot, t. II, p. 678.

66 Les Éphémérides ont publié un seul texte de Bigot de la Touanne, en 1769, la « Comparaison des revenus des terres… », avec des observations de Quesnay. Sur Bigot de la Touanne, voir F. Quesnay, Œuvres économiques, t. II, pp. 1143-1144, et L. Charles et C. Théré, « From Versailles to Paris », pp. 38, 43 et 46.

67 C. Knies (éd.), Carl Friedrichs von Baden, t. II, p. 200-201.

68 Ibid., t. II, pp. 109-110.

69 Sur la duchesse d’Enville, voir D. Vaugelade, Le salon physiocratique, étude la plus récente, mais qui ne nous éclaire pas sur les relations que la duchesse avait avec les physiocrates en dehors de Turgot. L’existence de la caricature, jamais retrouvée, est signalée par L. P. de Bachaumont, Mémoires, t. VIII, 19 mai 1775, p. 38. Ce dernier ajoute au sujet de la duchesse : « C’est une femme donnant dans la philosophie, & fort attachée au systême & aux principes de la science ».

70 Issue de la bonne bourgeoise rouennaise, Anne-Marie Le Page (1710-1810) épouse en 1727 Pierre-Joseph Fiquet Du Boccage, receveur des tailles et amateur des belles-lettres. Primée par l’académie de Rouen en 1746, l’auteure y est élue en 1756, puis admise dans celle de Lyon deux plus tard. Sa traduction de Milton en 1748 recueille les suffrages de Voltaire et Fontenelle. Après la parution de La Colombiade (1756), Anne-Marie Du Boccage se rend en Italie où elle est accueillie dans plusieurs prestigieuses sociétés (Rome, Bologne, Padoue, Florence, Cortone). Aucun de ses biographes ne fait allusion à ses liens avec les physiocrates. La biographie la plus complète reste celle de G. Gill-Mark, Une femme de lettres.

71 Voltaire, Fontenelle ou Marivaux ont fréquenté son salon, en perte de prestige depuis plusieurs années lorsque son veuvage lui impose de réduire son train de vie. Antoine Lilti explique ce demi-succès de la salonnière par son statut de femme de lettres, voir Le Monde des salons, pp. 119-120.

72 Sur les relations entre Massalki et les physiocrates, nous renvoyons à l’étude de A. Jobert, Magnats polonais, en particulier pp. 17-26 et pp. 41-46. Sur l’abbé Baudeau et la Pologne, voir aussi les récents travaux de M. Marty, « Les missions de l’abbé Baudeau » et M. Skrzypek, « Baudeau historien ».

73 Generallandesarchiv Karlsruhe, Familien Archiv, FA Corr 5A 38.

74 La correspondance conservée entre la margrave et Mme du Boccage commence avec la lettre de vœux de 1773. Il est vraisemblable que leur relation remonte au voyage à Paris de la famille de Bade en 1771.

75 Plusieurs des lettres adressées à la margrave ont pour unique objet d’obtenir sa protection en faveur de Baudeau (Generallandesarchiv Karlsruhe, Familien Archiv, FA Corr 5A 38, lettre du 1er décembre 1775, du 6 février 1776 et du 19 décembre 1778). Baudeau fait renaître le journal des physiocrates, supprimé en 1772, sous le ministère Turgot (Nouvelles éphémérides économiques, 1774-1776).

76 « Explication du Tableau économique, à madame de *** », Éphémérides du citoyen, 1767, t. XI, pp. 134-164, et t. XII, pp. 135-180, 1768, t. III, pp. 82-132, 1770, t. II, pp. 113-155 ; « Éducation économique des filles », Éphémérides du citoyen, 1768, t. III, pp. 133-162. Rappelons que Mirabeau, peu après sa rencontre avec Quesnay, avait entrepris de rédiger un ouvrage intitulé L’Ami des femmes, demeuré inachevé. Voir F. Quesnay, Œuvres économiques, t. II, pp. 1243-1244.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search