Version classiqueVersion mobile

L’Économie politique et la sphère publique dans le débat des Lumières

 | 
Jesús Astigarraga Goenaga
, 
Javier Usoz Otal

Introduction

Jesús Astigarraga et Javier Usoz

Texte intégral

  • 1 Les contributions inclues dans ce volume, en application des règles de la Casa de Velázquez, ont ét (...)

1Cet ouvrage est destiné principalement à évaluer le rôle que l’économie politique a joué pratiquement tout au long du xviiie siècle dans la création et l’évolution de ce phénomène dénommé « sphère publique », qui a eu entre autre un impact sur les domaines de la politique, de la société et de la culture1. Ces concepts de « création » et d’« évolution » doivent logiquement être interprétés comme un processus de construction progressive, développé et approfondi au fil du temps, et dont le point de départ se situe au Siècle des lumières. Les contributions à cet ouvrage ont donc suivi ces deux lignes d’analyse, largement développées au cours des dernières décennies dans la plupart des pays européens. D’un côté, il s’agit de l’émergence de l’économie politique comme l’une des plus grandes sciences du Siècle des lumières, qui a en outre connu une consolidation progressive à la fin du xviie siècle chez les Britanniques, puis qui s’étend au milieu du siècle suivant à travers le continent européen, très souvent en raison de l’intense activité des élites des Lumières françaises à cette époque. En résumé, et comme résultat de ce processus, on a vu par la suite apparaître dans la plupart des pays européens un ensemble de pratiques intellectuelles, sociales et culturelles, qui ont été interprétées par les contemporains comme l’expression d’une science sociale relativement nouvelle et originale. En ce qui concerne le deuxième aspect, cet ouvrage mentionne l’émergence progressive tout au long du xviiie siècle, dans la plupart des pays européens, d’une « sphère publique » qui opérait avec une liberté et une autonomie croissantes par rapport au pouvoir politique et grâce à laquelle sont apparues des notions sociales tout à fait remarquables, comme celle de « public » ou d’« opinion publique », jusqu’à devenir finalement un genre de « contre-pouvoir » ou de « tribunal impersonnel et anonyme », comme il est convenu de dire aujourd’hui, qui a contribué de manière décisive à la transformation des structures socioéconomiques et politiques de l’Ancien Régime.

2L’engouement pour ces deux lignes de recherche, au cours des trois dernières décennies, est nettement attesté dans nos historiographies nationales. Il constitue la preuve évidente que nous sommes en présence de deux domaines pionniers et très porteurs, dans lesquels les dimensions nationale et internationale de la recherche sont inséparables. Les résultats de cette approche, que ce soit dans le domaine de l’histoire intellectuelle et la circulation internationale des idées, ou de l’histoire sociale ou politique, se complètent mutuellement. On trouvera dans « Enlightenment, Public Sphere and Political Economy », dû à John Robertson, une interprétation très utile de la valeur de ces dimensions, qui éclairera les raisons pour lesquelles l’économie politique s’est développée d’une manière si rapide et a été une science si décisive au Siècle des lumières. Cette démarche est à la fois génératrice de principes d’analyse et de propositions qui permettent de répondre aux questions cruciales que nos recherches récentes ont souligné. L’objectif de cette étude est parfaitement résumé par l’une des prémisses fondamentales qui introduit l’œuvre de John Robertson : une meilleure connaissance de la relation entre l’économie politique et la sphère publique permettra d’améliorer notre compréhension des Lumières dans son ensemble.

3En effet, l’objectif de la présente publication est d’expliciter, tout en les développant, certains aspects les plus importants qui ont permis à la science émergente de l’économie politique de contribuer à l’apparition de la notion de « public ». Cette question implique essentiellement trois types d’analyses. Tout d’abord, celle des acteurs ou des personnalités, principalement incarnés par les auteurs de travaux sur l’économie du xviiie siècle. Si nous pensons à des écrivains des Lumières comme, par exemple, Melon, Hume, Gournay, les physiocrates, Necker, Turgot, Condorcet, Verri, Beccaria, Genovesi, Filangieri, Campomanes ou Jovellanos, nous remarquerons qu’ils n’étaient pas seulement conscients de l’importance de développer dans leurs pays respectifs cette notion de « public ». Ils ont aussi, grâce à diverses stratégies fondées en premier lieu sur leurs propres écrits, encouragé de nouvelles dynamiques intellectuelles et sociales. De là est née cette notion de « public » qui, à un certain moment, s’est transformée en un système implicite de l’autorité, et est même allée jusqu’à inclure une certaine contestation politique et des formes de révolte contre le pouvoir.

4Deuxièmement, il ne faut pas oublier que la formation de cette notion, qui a rendu possible par la suite l’éclosion de ce « tribunal invisible » du « public » s’est consolidée par une série de débats intergénérationnels et transnationaux, dont certains ont été caractérisés par leur indiscutable nature économique. Tel est le cas, par exemple, selon K. Baker, des controverses sur la libéralisation du commerce des grains, sur les politiques et les pratiques fiscales ou sur les procédures arbitraires de l’administration. Tout cela a influencé par la suite l’importance du contenu politique que les réformateurs du Siècle des lumières ont attribuée à la science économique naissante. En effet, l’une des conséquences véritablement politiques de ce processus a été son rôle primordial, selon l’expression de J. Habermas, dans la consolidation du « nouveau domaine de la sphère publique ». C’est ainsi qu’on a fini par y inclure, avec toutes les conséquences que cela suppose, des discussions de nature économique qui étaient en réalité essentiellement politiques.

5 Enfin, et cela n’est pas sans importance, nous ne devons pas oublier l’énorme impact qu’ont eu au xviiie siècle les institutions fondamentales du domaine économique sur la culture et la vie sociale du Siècle des lumières, comme les académies d’agriculture ou les sociétés économiques. Tout cela n’était que l’expression du développement institutionnel d’un solide profil économique qui fut, à l’époque des Lumières, encore beaucoup plus important. La preuve en est, par exemple, la croissance exponentielle des traités et des traductions des textes économiques, notamment pendant la seconde moitié de ce siècle. L’émergence pour la première fois de textes économiques d’une forme nouvelle pour de nouveaux publics, comme les manuels d’enseignement, les dictionnaires de « commerce » ou « d’économie politique », ou les magazines ou les revues qui ont commencé à consacrer un espace important à l’étude et à la discussion des questions économiques ; la publication de codes de lois avec un contenu économique abondant ; ou, enfin, toujours dans une grande partie de l’espace européen, la création des premières chaires consacrées à l’étude de la nouvelle science d’économie politique.

6En résumé, si les personnalités éclairées, les débats sociaux et les nouvelles institutions sont trois axes centraux de réflexion pour souligner la corrélation positive entre les processus d’émergence de l’économie politique et la création de la sphère publique, auxquels sont consacrés les travaux de ce volume, on peut également penser que le processus de construction des sphères publiques nationales s’est fait en étroite corrélation, contrairement à ce que l’on croit généralement. C’est pourquoi, il est important de considérer que l’économie politique a pu être un langage clé dans la transmission internationale des différentes expériences entre les pays, même si on n’a pas toujours eu recours aux traités économiques en usage.

7C’est précisément pour cela que la première des trois sections qui composent ce livre, « Économie, politique et littératures », propose un plus vaste échantillon des différents genres littéraires qui ont pu aider à développer l’intérêt pour les questions économiques ou, si l’on préfère, sur la manière dont, au-delà des traités économiques en vogue, les esprits des Lumières européens ont utilisé des stratégies éditoriales multiples pour éveiller l’intérêt des lecteurs sur les sujets économiques, ainsi que pour élargir la sphère des lecteurs susceptibles de s’y intéresser. Quelques-unes des formes littéraires utilisées dans ce processus, comme les manuels d’économie, les carnets de voyage, les récits littéraires ou le genre propre aux prologues et d’autres types de « paratexte », sont présents dans cette section. Tous ont contribué à l’apparition progressive d’un terrain propice à l’exposition et la discussion publique des différentes doctrines concernant la transformation de la société, soit à l’initiative et à la participation des pouvoirs établis, soit à une connivence plus discrète de ces derniers, ou à une légère distanciation dudit pouvoir, voire à une opposition entre le pouvoir et l’idéologie qui se développait dans l’espace « public ».

8L’étude de Marco E. L. Guidi et Massimo Augello sur les premiers manuels d’enseignement de l’économie « politique », « publique » ou « civile » est présentée dans ce livre dans la section consacrée à l’Italie, ce qui est logique si l’on considère que, en dehors de l’expérience particulière des enseignements camérals, coutumière au début du xviiie siècle dans le domaine germanique, l’Italie a été pionnière dans la fondation en Europe des premières chaires d’économie. Tenant compte de ce fait, les auteurs ci-dessus mentionnés utilisent une méthodologie institutionnelle pour étudier l’histoire des manuels italiens d’économie, en explorant les liens entre la sphère publique, l’institutionnalisation académique et la circulation internationale des idées économiques. Le champ d’application temporel de ce travail permet de mieux expliquer le développement définitif que connaîtra au xixe siècle la production de manuels comme un sous-genre de la littérature économique lié à la connaissance et la vulgarisation de l’éducation économique, fondamentale pour la compréhension du processus intellectuel et social qui servira de cadre à l’émergence de la société de marché. Mais si un tel déploiement n’est pas compréhensible sans les expériences pionnières des cinq chaires italiennes du Siècle des lumières, nous pouvons cependant souligner les différences avec le processus ultérieur, fondées non seulement sur la nature épisodique et fragile des expériences emblématiques, comme celle de Genovesi à Naples ou Beccaria à Milan, mais aussi à cause de leur profil éducatif normatif, solide et étroitement lié aux intérêts réformistes nécessaires pour « l’art de gouverner ». Seule une sphère publique plus mature et développée permettra de franchir les limites politiques.

9Un autre sous-genre littéraire spécifique, le récit de voyages, est présenté par María Victoria López-Cordón sous un angle d’observation privilégié, car il est un genre de laboratoire d’images et de formation des opinions et des représentations de longue durée, avec un impact des plus importants au niveau international parmi ce « public » qui commençait à créer l’« opinion » en Europe. C’est pour cette raison que l’image de l’Espagne économique fournie par ces « curieux impertinents » qui ont parcouru le pays au xviiie siècle est essentielle. Nous pouvons trouver dans presque tous leurs livres une approche empirique et descriptive qui regroupe toutes les idées reçues sur la mauvaise image de l’Espagne et de nombreuses réflexions sur le sous-développement économique et démographique espagnol, ainsi que le manque de confiance qu’ils avaient dans les réformes socioéconomiques de Charles III. Pour contrebalancer cette vision, tout en restant dans le domaine de l’Espagne, Javier Usoz présente l’analyse des traités économiques. Cependant, cela est fait d’un point de vue très spécifique, celui des prologues des principaux traités de l’économie politique du xviiie siècle. En plus de leur interprétation la plus classique, tant en ce qui concerne leur contenu doctrinal pluraliste que les éléments clés dans le soutien à la politique officielle des réformes, ou même à cette « nouvelle politique » de la promotion de l’esprit du commerce et du bonheur public, s’ouvre une autre perspective. Selon elle, à un certain moment, ces traités ont également joué un rôle sociopolitique précis, car ils ont été développés dans le but de contribuer à la formation d’un « espace d’opinion », qui préfigure l’émergence de « l’opinion publique », au moment où le « public » ou la « voix publique » commencent à apparaître comme un « tribunal » donnant une certaine légitimité politique.

10 L’attention que l’on prête ici à l’idée qu’au xviiie siècle les traités étaient seulement une petite partie de l’édition du contenu économique se trouve confortée quand on aborde le texte de Christine Théré consacré au domaine français. Son analyse part de l’idée que la relation entre l’économie et la littérature ne doit pas être envisagée en termes d’opposition, si l’on tient compte des stratégies et des formules littéraires plurielles étudiées par les économistes. Éloges, dialogues, poèmes ruraux et autres modes narratifs nouveaux ont été des systèmes de propagation habituelle de la connaissance économique, notamment par les physiocrates, qui donnaient une extrême importance à la volonté d’atteindre un public plus large, de s’adapter au goût des lecteurs, de renforcer la persuasion ou d’esquiver la censure. Cela a été aussi le cas dans la volonté d’introduire les sujets économiques dans la vie en société, se déroulant essentiellement dans les salons, telles les réunions hebdomadaires organisées par Mirabeau. Ainsi, la publication d’écrits sur les connaissances économiques ne peut pas être comprise en dehors du contexte des pratiques culturelles du Siècle des lumières, dans lesquelles s’inscrit l’émergence sociale progressive de l’économie politique.

11La deuxième section de ce volume, sur « Le débat économique et ses protagonistes », propose une étude sur les manières dont l’économie politique a été comprise dans diverses nations par des esprits des Lumières au profil et aux carrières dissemblables — qu’ils soient hommes de lettres, écrivains ou décideurs politiques —, même si tous participèrent, à des degrés divers, au débat sur la sphère publique dans leurs pays respectifs. L’opinion que leurs contemporains avaient de la science économique émergente était donc suffisamment pluraliste pour que la science elle-même fût l’objet d’un débat public sur sa nature et son sujet. C’est d’abord Rousseau, dont parle Céline Spector, qui s’en est fait l’écho. Le fil conducteur, qui apparaît dans l’Émile, montre que, loin de ce qui est généralement admis, le philosophe genevois est allé au-delà d’une forte critique du courant économique dominant de son temps, basé sur le commerce et le luxe. En réalité, il a développé une réflexion argumentée et cohérente sur l’économie politique et son rôle central dans la formation d’une société civile autonome qui pût satisfaire les besoins réels, préserver l’égalité et corriger les plus néfastes effets sociaux de la dynamique de la division du travail et de la propriété privée, sur laquelle, précisément, cette société civile a été érigée.

12Fabrizio Simon adopte une nouvelle perspective sur la culture économique multiforme du Siècle des lumières, en essayant d’explorer l’utilisation innovante de celle-ci dans le raisonnement juridique effectué par Beccaria et Filangieri. Dans ce cas, l’accent est mis sur le rôle de la nouvelle économie politique dans le développement d’une théorie générale du droit, où l’on constate un sens profond utilitariste, rationaliste et individualiste, aspect déterminant de la culture économique qui s’est diffusée dans les milieux milanais et napolitains. Ainsi, précisément à cause de cette transposition de l’économie au droit, cette discipline a pu jouer un rôle essentiel dans l’encouragement à la rupture avec l’héritage juridique traditionnel et dans la conception de nouveaux modèles d’organisation sociale et politique, thème qui caractérise si bien l’emblématique Science de la législation de Filangeri.

13 Enfin, dans le contexte espagnol, les deux dernières études consacrées au « Débat économique et ses protagonistes » se rapportent à Dou et Campomanes, deux auteurs majeurs. La contribution de Lluís Ferran Toledano, revient sur la personne du premier, juriste, professeur et premier président des Cortès de Cadix. L’auteur commence par l’étroite relation qu’il a eue avec la réalité catalane de son temps — à la fin du xviiie et au début du xixe siècle —, ainsi qu’avec une sphère publique en pleine mutation, et qui était pluraliste dans ses réseaux de vie sociale, particulièrement active grâce aux cafés et à la presse, où l’économie politique occupait une place privilégiée. En fait, Dou a été l’auteur de traités économiques de premier plan dont le contenu met de nouveau en évidence l’impossibilité d’appliquer des modèles uniques et simples à l’interprétation de la transition vers la modernité, notamment en tenant compte des asymétries entre l’idéologie économique et politique, comme on peut le constater dans ce même passage. Quant à la personnalité emblématique de Campomanes, Jesús Astigarraga lui attribue, selon toute vraisemblance, la paternité d’un livre anonyme et inédit. L’objectif de l’auteur est de largement réfuter plusieurs idées sur l’économie espagnole développées par l’économiste français Jacques Accarias de Serionne. Le processus qui a été à l’origine de l’élaboration et la publication de ce livre présente justement une sphère publique encore sous la tutelle du pouvoir politique.

14La partie qui traite des « Idées économiques, pays et émergence de la sphère publique », intègre l’analyse spatiale et territoriale de la relation entre l’économie politique et la sphère publique.

15Antonella Alimento et Daniel Roche consacrent leurs travaux à l’emblématique cas français, reprenant l’analyse de deux phénomènes centraux dans l’émergence publique de la culture économique de ce pays. Le premier de ces phénomènes abordé par A. Alimento, fait référence à l’activité du « groupe de Gournay ». L’auteur explique en détail comment les traductions et les discussions sur la stratégie économique la plus appropriée à l’économie française, qui portaient sur des questions telles que l’utilité d’un acte de navigation ou de nouveaux traités commerciaux, ainsi que sur l’importance de l’enjeu stratégique de la concurrence, ont été des instruments essentiels pour l’émergence d’un espace public au milieu du siècle, si bien que les questions économiques devinrent un « sujet de conversation ». Quant à elle, l’approche de Daniel Roche revisite la sociabilité savante du monde des académies françaises afin de souligner comment les questions économiques ont été progressivement intériorisées dans ces « temples de la conversation ». Ce processus a été particulièrement important et relativement répandu à partir du milieu du siècle, quand non seulement dans les éloges, les odes et d’autres manifestations littéraires, mais aussi dans les discours ou les prix publics, l’économique a réussi à mobiliser une partie importante, bien que le plus souvent minoritaire, des activités académiques, à la fois à Paris et en province, atteignant ainsi un plus large public, jusqu’aux sociétés d’agriculture, même si elles s’intéressaient davantage aux questions agronomiques.

16En ce qui concerne l’Espagne et le Portugal, Gabriel Paquette, confirme l’importance de l’économie politique en tant que langage principal dans la création de la sphère publique portugaise au xviiie siècle. Ceci se comprend par rapport au rôle crucial joué par l’économie pour que, d’une part le pays participe à la culture européenne du Siècle des lumières et d’autre part soit créé un réseau interne pour une active participation, avec toutefois quelques limites, des territoires d’outre-mer portugais. De tout ceci a résulté l’apparition d’une culture économique, éclectique et mixte, en ce qui concerne l’application des principes économiques du Siècle des lumières à des contextes très spécifiques, ce qui était le cas du Portugal métropolitain et impérial. Pour sa part, Niccoló Guasti, réinterprète la figure de Campomanes, en lui attribuant un rôle principal dans la formation en Espagne d’un espace public façonné, en grande partie, par la science économique, considérée par l’influent membre du Conseil de Castille comme une discipline d’extrême importance, étroitement liée à la politique et dans laquelle il voyait un moyen essentiel d’améliorer les conditions matérielles de son pays. Par conséquent, il n’est pas surprenant que, comme l’expose cet auteur, la stratégie d’élargissement de la sphère publique espagnole à une dimension qui pourrait accueillir des discussions économiques et politiques a été une action délibérée de la politique culturelle modérément libérale de Campomanes. C’est ce que mettent en évidence ses propositions de restriction de la censure, de soutien à la traduction et la publication de textes, de développement de la presse ou de la promotion du patriotisme économique à travers les Sociétés économiques des amis du pays.

Notes

1 Les contributions inclues dans ce volume, en application des règles de la Casa de Velázquez, ont été soumis à des spécialistes externes, conformément au système d’évaluation scientifique par les pairs, tout en préservant l’anonymat des auteurs et des relecteurs.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search