Version classiqueVersion mobile

L’historien et son roi

 | 
Béatrice Leroy

Conclusion

Texte intégral

1Hernando del Pulgar insiste à plusieurs reprises : il faut savoir s’adapter aux circonstances, il faut parfois aménager les lois, selon les hommes, selon les époques. Est-on très loin du prince et de la recherche de la réussite de l’État, de Machiavel ? La distance est encore grande car pour les historiens castillans examinés, la souplesse est demandée par la charité chrétienne, et la réussite de l’État est celle de l’honneur, de la gloire militaire, du triomphe de la foi, des qualités morales qui permettent un épanouissement social et économique dans la justice et la raison. Tous les écrivains chargés d’écrire l’Histoire l’ont dit ; il suffit de réfléchir sur les événements et les hommes qui les ont animés pour s’en rendre compte.

2Ces hommes vivent dans une nation dont la géographie et les origines ont modelé les qualités. Hercule ou bien les Troyens, les Romains ont choisi la Péninsule pour « peupler » des cités et féconder la terre. Les rois wisigoths et les intellectuels de leur siècle ont donné des exemples définitifs. Les travers de l’histoire de l’Espagne eux-mêmes ont pu servir le pays : la conquête des Maures a permis la carrière des héros de la Reconquista et quelques très mauvais souverains, cruels, faibles, ont suscité la réflexion et surtout la rédaction de l’Histoire, pour l’enseignement des générations suivantes, avec des passages essentiels à connaître pour éviter les très mauvais défauts qui ne devraient jamais se laisser détecter chez des responsables de gouvernement. Les favoris arrivistes et les prélats de mœurs douteuses mettent d’autant mieux en valeur les administrateurs intègres, les seigneurs qui font naître le bonheur autour d’eux, les saints et charitables et très savants évêques. Les rois répréhensibles ont toujours d’excellents successeurs, des souverains justes, dévoués au bien public et victorieux des ennemis de la foi, car ils ont su former leurs actes selon les modèles de l’Histoire.

3Les historiographes de la Castille avaient tous entre leurs mains la Bible, saint Augustin, saint Isidore de Séville, et puis Tite-Live, Valère Maxime, Plutarque, et les livres du roi Alphonse X de Castille. Beaucoup d’entre eux connaissaient les lettres françaises et italiennes et les chroniques de ces nations étrangères ; ils pouvaient comparer les faits et les dires des uns et des autres, avec leur propre documentation originale. Et ils ont su trier les événements et les caractères qu’il leur fallait mettre en exergue ou passer sous silence. Car l’Histoire se rédige dans un but, faire savoir certes, surtout faire comprendre, faire réfléchir. Quand on écrit cette histoire nationale pour des rois, pour des nobles, pour des ecclésiastiques, pour des responsables du pouvoir, il s’agit de choisir un style, un ton, et des situations mettant en scène des personnalités, pour que ce message trouve son accomplissement. Les auteurs observés ont été persuadés que leur but était atteint.

4Mes choix de présentation, d’étude de caractère, de traduction ont-ils à leur tour atteint ce but ? Tant que j’aurai en main ces textes, et d’autres textes castillans qui ne demandent qu’à se laisser lire et dont la transmission devient une nécessité, je continuerai de réfléchir sur le sens de l’Histoire et sur ce que je dois comprendre dans ces messages de grands philosophes et de grands écrivains. Tous me conseillent dans la rédaction d’un livre d’histoire, sur la Navarre, sur la Reconquête, sur l’Église en Espagne, sur les conceptions et les réalités de la royauté, de la majesté, d’adhésion nationale, sur les sociétés juives espagnoles et sur la culture de la noblesse de Castille. Tous savaient penser avec « discrétion ».

© Casa de Velázquez, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search