Version classiqueVersion mobile

L’historien et son roi

 | 
Béatrice Leroy

Ferdinand, la belle mémoire

Texte intégral

  • 1 Béatrice Leroy, « Un modèle de souverain au début du xve siècle, Ferdinand d’Antequera, d’après les (...)

1Fernán Pérez de Guzmán prend la suite de Pero López de Ayala pour la chronique du roi Jean II (1407-1454). Il a la culture de son oncle et comme lui, après une carrière de chevalier, de diplomate, il remodèle sa chronique au soir de sa vie. Vers 1450, alors qu’il désapprouve bien des traits du gouvernement de Jean II et de son favori, il s’attache avec bonheur à la silhouette de l’oncle de Jean II, qui avait assumé la régence lorsque le roi, très jeune enfant, était monté sur le trône : l’infant Ferdinand d’Antequera, devenu en 1412 le roi Ferdinand Ier d’Aragon, un prince castillan, fils cadet de Jean Ier, né en 1381, tuteur du fils de son frère Henri III en 1407, à 26 ans, roi d’Aragon à 31 ans mais mort en 1416, à 35 ans. La jeunesse est au pouvoir et, pour l’auteur, les meilleures qualités royales sont bien incarnées en ce prince1.

2Pérez de Guzmán a très mal jugé bien des actes du roi Jean, notamment la façon dont il s’est entièrement reposé dans le gouvernement sur son privado, Álvaro de Luna, depuis l’arrivée de celui-ci en Castille, en 1419, jusqu’à son arrestation et son exécution en 1453. Il conviendra d’y revenir ; on peut rappeler dès maintenant que ce favori, bâtard noble, est arrivé à la cour d’un jeune roi de quatorze ans, qui venait de prendre le pouvoir à sa majorité et de se marier avec la princesse Marie d’Aragon ; plus âgé d’une dizaine d’années, don Álvaro a fasciné le roi, s’est fait octroyer tous les pouvoirs, tous les titres — connétable, maître de Santiago —, toutes les richesses qui auraient dû aller à d’authentiques Castillans. Fernán Pérez de Guzmán a été plutôt de l’avis des cousins et beaux-frères du roi, les « infants d’Aragon », les fils de Ferdinand Ier et frères de la reine Marie, appliqués à faire destituer le favori, ce qui ne se fait qu’à la fin du règne, et qui vont, dans leur révolte contre lui et contre le roi sans initiative, jusqu’à soulever la Castille, jusqu’à « emprisonner » Jean II dans différents châteaux, le menacer en pleine nuit à Tordesillas, renvoyer les hommes de son gouvernement, et provoquer en 1445 la première bataille d’Olmedo qui sera suivie en détail. Dans cette atmosphère malsaine — et lui-même emprisonné quelque temps en 1432 par le favori, après un complot fomenté par Íñigo López de Mendoza, marquis de Santillana, et Gutierre de Toledo, évêque de Palencia —, Fernán Pérez de Guzmán a bâti vers 1450 un admirable portrait de bon souverain, celui de Ferdinand d’Antequera, disparu depuis une quarantaine d’années et presque passé dans la légende, portrait en creux du roi tel qu’on aurait pu le désirer pour la Castille et modèle proposé à la lecture réfléchie des hommes de pouvoir du milieu du xve siècle.

  • 2 Margarita Cabrera Sánchez, « El destino de la nobleza petrista : la familia del maestre Martín Lópe (...)

3L’infant Ferdinand est d’abord régent du roi enfant, en accord avec doña Catalina, la reine Catherine, fille de Jean de Lancastre. La reine mère est influençable et désordonnée, se laisse gouverner par ses dames, dont doña Leonor López de Córdoba, fille d’un ancien fidèle de Pierre Ier de Castille — mais les Trastamare de 1410 ne pensent plus à ces anciennes antinomies2. Ferdinand, marié à la princesse Leonor d’Alburquerque, fille de Sancho de Trastamare et nièce d’Henri II, a deux filles, Marie (née en 1394) et Leonor (née en 1402), et, à partir de 1396, cinq fils : Alphonse (primogénit), le roi Alphonse V le Magnanime qui lui succède ; Jean, roi de Navarre par son mariage en 1425 avec Blanche, devenue l’héritière de Charles III, et successeur de son frère, donc roi Jean II d’Aragon ; puis Enrique, Pedro et Sancho. Il place deux des cadets, dès leurs huit ou dix ans, à la maîtrise des Ordres — Enrique de Santiago et Sancho d’Alcántara — ce que l’auteur juge une extrême habileté et, pourquoi pas, intégrité morale, pour leur donner une liste civile au lieu de puiser dans le Trésor de Castille. De plus, à la tête d’une très vaste fortune territoriale, il dote en Castille chacun de ses fils, ce qui leur permettra une politique active au sein des affaires castillanes. Il va marier Marie à la Castille et Leonor au Portugal, si bien que Pérez de Guzmán dans son portrait, dit fièrement que le prince a pu régner par lui-même et par ses enfants sur tous les trônes de la Péninsule.

4À partir de 1407, Ferdinand aide la Castille à conserver des liens privilégiés avec le trône de France ; on échange des cadeaux originaux et des ambassades, et l’infant, agissant toujours après son roi, Jean II, se pose en roi en second, en réplique du souverain, peut-être prêt à prendre sa place si besoin est, mais sans jamais le dire :

  • 3 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. C. Rosell, t. II, pp. 339-340.

Quatre mois après, le roi Jean envoya au roi de France vingt chevaux montés en bride, avec des selles et des harnais très riches, et douze faucons nobles, leurs chaperons garnis de perles et de rubis, leurs chaînettes d’or très bien travaillées ; et il envoya encore beaucoup de cuirs maroquins et de tapis, parce qu’il n’y en a pas en France ; et il envoya un lion et une lionne avec des colliers d’or très riches, et deux autours, et deux défenses d’éléphant, les plus grandes qu’on eût jamais vues, que le roi de Tunis lui avait envoyées. Et l’infant lui envoya douze chevaux de bride, très grands et très beaux, avec de riches selles et harnais, et des dogues, dix mâles et deux femelles, avec des colliers d’or et des pièces de soie très bien ouvragées3.

5Depuis 1409, l’infant Ferdinand veut mener une très grande opération, la reprise de la Reconquista, la guerre sainte des Espagnols. Les rois de Castille avaient laissé les opérations s’endormir ; Henri III était décidé à renouer avec la tradition mais il mourut trop jeune. L’infant, par ailleurs peu intéressé par les intrigues de la cour de Jean II, les menées de doña Catalina et de ses favoris, relance les opérations contre le royaume de Grenade, qui provoque les hostilités en prenant Pruña, Teba, Zahara, des citadelles de frontière. La guerre sainte appelle tous les chevaliers d’Occident ; le duc d’Autriche et le comte de Luxembourg se portent volontaires, mais se posent en chefs d’armée indépendants de tout encadrement castillan ; ils sont poliment éconduits, l’infant leur faisant dire qu’on ne fait pas la guerre dans le Sud en temps de sécheresse et qu’on remettra à plus tard. L’accord se fait au contraire avec les Français, qui, comme les seigneurs aquitains, béarnais, languedociens, ont l’habitude depuis le xie siècle de participer à la Reconquête. En 1410, il s’agit du duc de Bourbon et du comte de Clermont, mais l’infant leur fait comprendre que la guerre ne concerne que la Castille, les seigneurs français pouvant s’y joindre à titre d’associés soumis aux ordres ; le porte-parole de la Castille est le fils de Pero López de Ayala, dont le lignage continue le service et la politique illustrés par le chroniqueur chancelier :

  • 4 Ibid., p. 322.

En ce temps-là, revint de France Fernán Pérez de Ayala, qui y avait été envoyé en ambassade, et qui était chargé par la reine et l’infant de vivement remercier le duc de Bourbon et son fils le comte de Clermont, de leur proposition de venir les aider dans la guerre des Maures. Mais Fernán Pérez leur avait signifié que la volonté de la reine et de l’infant était de diriger cette guerre avec seulement leurs sujets naturels. Cependant, si quelques Grands voulaient venir pour y assister et s’y faire adouber chevaliers, ce serait très volontiers. Les Français furent très intéressés par cette réponse et rendirent honneur et fêtèrent Fernán Pérez qui confirma l’alliance établie entre les rois de France et de Castille, selon le pouvoir donné par la reine et par l’infant tuteurs et régents des royaumes. L’infant fut très heureux de l’entendre donner des nouvelles de France. Quoique ces seigneurs aient dit à Fernán Pérez qu’ils viendraient par mer pour assister à la guerre de l’infant, ils ne vinrent pas, sans doute à cause d’autres préoccupations qui les retinrent4.

6La campagne dirigée par l’infant, toutes forces castillanes rassemblées, se porte sur la citadelle d’Antequera, poste de frontière qui commande une voie transversale de Séville à Grenade et une autre voie menant du nord au sud à Málaga. L’infant Ferdinand est accompagné d’ecclésiastiques autant que de chevaliers, et le récit de Pérez de Guzmán — enrichi de plusieurs miracles, la Sainte Vierge et tous les saints protégeant cette opération militaire au service de la foi chrétienne — a le ton de l’épopée. Ferdinand a le génie d’entrecouper les longues semaines de siège par des cérémonies soigneusement mises en scène, jusque dans la ville de Séville. Dès le début de l’expédition, il s’y rend, se fait recevoir dans la cité par les Vingt-Quatre, conseillers de la ville, monte en procession à la cathédrale, pénètre dans la chapelle des tombeaux des rois de Castille, vénère la tombe de Ferdinand III qui avait reconquis la cité en 1248, prend son épée qui se trouve sur son gisant et qu’on peut faire coulisser dans la boucle de sa main. Quelque temps plus tard, après la conquête des châteaux et des citadelles de la périphérie d’Antequera, il retournera à Séville et replacera l’épée sur le roi défunt.

7Le siège d’Antequera est difficile, les opérations pour nettoyer les alentours ne sont pas toutes victorieuses ; les Maures résistent. On appelle des Allemands pour manier les lombardes et les pointer sur celles des Maures. Du printemps 1410 à septembre, le siège se prolonge. Enfin, entre le 15 et le 24 septembre, une série d’assauts lancés sur divers points des murailles conduit à la reddition de la ville. Le château est maîtrisé, l’infant fait hisser sur la tour de l’Hommage (le donjon de tout château espagnol) les bannières de Santiago et de saint Isidore — qu’on a fait venir en procession durant l’été depuis Compostelle et depuis León —, puis les bannières de Séville et de Cordoue — les conquêtes du roi Ferdinand III. Don Fadrique, comte de Trastamare, fils d’Alfonso Enríquez et de Juana de Mendoza — son père étant le fils bâtard de don Fadrique, le maître assassiné en 1358 — et Sancho de Rojas, évêque de Palencia, traitent avec les Maures ; les 2 528 habitants de la cité peuvent quitter la ville pour se replier à Archidona. L’infant entre alors solennellement dans Antequera, dont il portera le nom pour la postérité. Toute guerre sainte réussie se traduit par le rétablissement de la foi catholique :

  • 5 Ibid., p. 332.

Le premier jour d’octobre, l’infant ordonna de faire bénir la mosquée des Maures qui se trouvait dans le château ; l’infant y vint, depuis son Real, en procession, avec tous les clercs et les frères qui se tenaient dans ce Real, avec les croix et les reliques de sa chapelle, les premiers à marcher étant les porte-bannières de la croisade, de Santiago, de saint Isidore de León, et de la bannière à ses armes et de l’étendard à sa devise. Allaient aussi tous les Grands de l’armée, tous rendant grâce à Notre Seigneur. Ils entrèrent ainsi dans la mosquée, où se dit une messe chantée et une prédication ; on bénit les autels et on lui donna le nom de San Salvador5.

8Pendant le siège d’Antequera, l’infant Ferdinand apprend le décès du roi de la Couronne d’Aragon, Martin l’Humain, le frère de sa mère la reine Leonor de Castille. Martin le Jeune, seul fils légitime du souverain défunt, étant mort l’année précédente en Sicile, le roi Martin meurt sans avoir pu désigner son successeur. Les candidats à la Couronne sont nombreux : le duc de Gandia, descendant d’un fils cadet du roi Jacques II (+ 1327), le comte d’Urgel, petit-fils d’un frère cadet du roi Pierre IV le Cérémonieux (+ 1387), le prince Louis de Valois, d’Anjou et de Naples, dont la mère est Yolande d’Aragon, fille du roi Jean Ier le Chasseur (+ 1395) — donc petite-fille de Pierre IV — et l’infant Ferdinand d’Antequera. Le droit des femmes à transmettre la Couronne est admis dans les trônes ibériques, il est vrai avec réticence dans la Couronne d’Aragon ; Ferdinand est le fils de la sœur du dernier roi, mais les autres prétendants descendent de fils ou de frères de rois antérieurs, et Louis d’Anjou est le fils d’une princesse qui venait d’un frère aîné du roi Martin (qui aurait donc usurpé la Couronne de sa nièce et de son petit-neveu en 1395, si la question s’était posée alors). Mais Louis d’Anjou est un Français et un Napolitain ! Les causes sont inextricables, et Ferdinand d’Antequera, toujours selon le chroniqueur, a la grande sagesse de demander des consultations juridiques, des disputes universitaires, à plusieurs reprises en 1410 et 1411, pour savoir si les droits qui soutiennent sa candidature sont fondés :

  • 6 Ibid., pp. 333-334.

Après le départ de Séville de la plupart de chevaliers, il voulut savoir avec certitude si le royaume d’Aragon lui revenait et il demanda la réunion des archevêques de Saint-Jacques, de Séville, de tous les letrados, clercs et laïques, légistes, canonistes, théologiens, et il leur demanda de mettre par écrit toutes les raisons avancées par l’un ou l’autre qui prétendait au royaume d’Aragon, leur demandant surtout à quel degré de parenté chacun se trouvait du roi Martin l’Humain, son oncle. […] Les letrados travaillèrent à ces écrits quinze jours ; pour mieux faire ressortir la vérité, les uns prirent le parti de l’infant, les autres celui des autres prétendants. Après de grandes disputes entre eux, ils trouvèrent tous que le royaume devait revenir à l’infant Ferdinand. Ceci dit, mais pour plus de certitude encore, l’infant envoya des lettres au roi Jean et à la reine sa mère, les suppliant par grâce de faire réunir encore tous les letrados et les docteurs de la cour, pour leur faire à nouveau examiner toute l’affaire, avec des testaments et des écrits qu’il leur envoya. Ils devaient déterminer s’il avait droit au royaume d’Aragon6.

  • 7 Manuel Dualde Serrano et José Camarena Mahiquez, El compromiso de Caspe, Saragosse, 1976.

9Mais le comte d’Urgel, qui veut la Couronne, provoque une guerre civile, fait assassiner en 1411 l’archevêque de Saragosse García Fernández de Heredia qui soutenait l’infant d’Antequera, et manque de susciter une invasion de troupes anglaises et gasconnes depuis Bordeaux. Ferdinand s’arme contre lui, mène une guerre de sièges en Catalogne, alors même que se tient, en mai et juin 1412, dans le château de Caspe, dans le val de l’Èbre, en aval de Saragosse, une sorte de conclave (politique) réunissant neuf « sages », trois de l’Aragon, trois de Catalogne, trois du royaume de Valence, juristes et ecclésiastiques. Deux grands amis de Ferdinand d’Antequera siègent, les frères Ferrer, du royaume de Valence : Boniface, un chartreux, et surtout le célèbre frère Vincent, prêcheur, alors très écouté dans ses prédications comme ses conseils politiques dans la Couronne d’Aragon, en Castille, à Avignon (il est chapelain du pape Benoît XIII) et dans les pays français. L’Histoire sait que Ferdinand d’Antequera a convenablement payé les neuf sages de Caspe pour être élu mais Fernán Pérez de Guzmán n’évoque pas ces sordides arrangements ; il retient que la décision des sages, datée du 29 juin 1412, porte à la Couronne d’Aragon le seul prince qui avait la vertu et la discrétion nécessaires pour devenir le roi Ferdinand Ier7.

10Cependant, le comte Jaime d’Urgel ne désarme pas et, un an durant, se poursuit une guerre sanglante dans toute la Catalogne. Le comte, assiégé dans son château de Balaguer, capitule en 1413. Sa femme Isabelle, sœur de Leonor d’Aragon et de Martin l’Humain, tante de l’infant, le supplie de donner un exemple de miséricorde, de laisser son mari en liberté et d’oublier les torts de ce prince qui est l’un de ses parents. Fernán Pérez de Guzmán fait parler pour lui répondre le nouveau roi Ferdinand Ier ; l’un et l’autre sont de purs Castillans et ils manient des termes définissant la souveraineté et le crime de lèse-majesté qu’avait fixés dans ses Siete Partidas le roi Alphonse X de Castille — notions qui semblent assez éloignées des esprits aragonais. Les sages de Caspe lui ont confié la Couronne au terme d’une longue procédure :

  • 8 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. C. Rosell, t. II, p. 354.

Je suis donc venu à l’appel et à la requête des gens de ces royaumes, pour recevoir personnellement cette possession, pour user du gouvernement que Notre Seigneur m’a délégué, non dans la tyrannie et la violence, mais dans la mansuétude qui convient aux rois8.

11Toutes les forces politiques l’ont accepté, sauf Jaime d’Urgel qui a soulevé la région de Lérida puis s’est soumis une première fois :

  • 9 Ibid., pp. 354-355.

J’aurais pu alors user de rigueur, et j’aurais pu refuser son obéissance puisque c’était déjà trop tard, mais en faisant usage de pitié et de clémence, j’ai reçu son hommage et sa fidélité qu’il me prêta de toute sa volonté ; je lui ai pardonné les nombreuses erreurs qu’il avait commises contre moi et contre mes royaumes parmi lesquelles il y avait crimen lesae majestatis, et j’ai bien prouvé ce tort ! Mais dès ce moment-là, il s’est mis à voler ma terre et mes chemins ; publiquement, il a reçu chez lui, dans ses demeures, des bandits notoires et des gens qui ont encouru ma colère9.

12 Le roi lui a offert titres et rentes mais il a, en retour, pillé sa terre et pris ses châteaux où il a eu le front de se faire proclamer roi d’Aragon :

  • 10 Ibid.

Je l’ai donc protégé de ma propre personne alors que j’avais essuyé de sa part la violence : il avait fait tirer sur ma personne de la poudre et des arbalètes, m’ayant reconnu pertinemment, et ayant tué de nombreux et bons chevaliers et écuyers, ne faisant aucun cas de mes sommations et de mes appels. Comment voulez-vous, ma tante, que de tels actes restent sans punition ? Ce que vous me demandez n’est ni au service de Dieu ni à celui de Notre Dame au nom de laquelle vous me suppliez, et ce ne peut être à mon service ; au contraire ce serait un grand mal pour la chose publique de mes royaumes et cela donnerait matière à tous ceux qui oseraient commettre de semblables crimes et méfaits, car tous pourraient dire que, puisque j’ai pardonné à D. Jaime de tels torts et de tels délits, je pourrais alors pardonner des actes moins préjudiciables10.

13Le prince a la vie sauve mais il est enfermé dans le lointain château d’Urueña, dans la région de Valladolid. La Couronne d’Aragon étant en paix, Ferdinand Ier peut se faire sacrer — selon le rite fixé par Pierre IV le Cérémonieux, selon la tradition aragonaise — le dimanche 11 février 1414 dans la cathédrale de Saragosse. La reine doña Catalina lui a fait envoyer la couronne de Jean Ier de Castille, son père. Toutes les personnalités de Castille, d’Aragon, de Navarre, sont rassemblées à Saragosse. Le roi fait retraite, jeûne et se purifie trois jours durant puis, les samedi et dimanche 10 et 11 février se déroule la fête. Le samedi, le roi sort à cheval du palais de l’Aljafería, avec ses fils et ses Grands ; il est reçu à la cathédrale par le clergé, il entre dans l’édifice, baise la croix et confie ses armes à l’évêque de Huesca qui les bénit. Puis il passe la nuit de la veillée d’armes en prière. Le dimanche matin, le duc de Gandia l’adoube chevalier et au cours de la messe, l’archevêque de Tarragone le sacre et le couronne. Dix jours durant, des joutes et des tournois tiennent en liesse la ville et le royaume.

14 Son devoir de roi chrétien est alors de contribuer à mettre fin au Grand Schisme qui a donné à l’Occident deux et trois papes à la fois. Benoît XIII, l’Aragonais cardinal Pedro de Luna, successeur de Clément VII en 1394, persuadé qu’il est le seul pape légitime et qu’une dignité pontificale ne s’abandonne pas comme un vulgaire office, ne veut pas s’incliner devant le pape de Rome ou celui de Pise. L’empereur Sigismond s’est donné la peine de voyager jusqu’auprès de lui, réfugié à Perpignan, pour le persuader de se démettre. Mais, malgré tout, malgré la défection de Vincent Ferrer, Benoît XIII résiste toujours. Ferdinand Ier veut organiser une conférence internationale mais il est malade et alité à Valence — à cause d’une tisane de suc de jusquiame administrée par son entourage contre l’avis de ses médecins, dit le chroniqueur en 1415. Il est presque mourant lorsqu’il reçoit tour à tour l’empereur Sigismond, Benoît III et ses cardinaux fidèles, le comte d’Armagnac, le comte de Foix, l’archevêque de Toulouse et l’évêque de Carcassonne. L’infant Alphonse assure la traduction du latin parlé par l’empereur et les prélats français au catalan et à l’aragonais. Le 5 janvier 1416, alors que le concile de Constance a déjà décidé de la démission des trois papes et travaille à l’élection de leur successeur, Ferdinand Ier proclame la soustraction d’obédience à Benoît XIII. C’est en se déplaçant pour aller enterrer son fils Sancho, mort en Castille, que Ferdinand Ier meurt le 2 avril 1416 à Igualada, sans avoir connu l’issue du schisme le 11 novembre suivant. Alphonse V est acclamé souverain de la Couronne d’Aragon à la suite de son père.

15Ferdinand Ier, roi durant quatre ans, deux seulement depuis son sacre, est pour Fernán Pérez de Guzmán le prince modèle. Il avait les qualités d’un souverain depuis 1407, lorsqu’il gouvernait la Castille de Jean II dans des conditions très délicates. La façon dont il a voulu une élection et dont il a pacifié son royaume d’Aragon, puis l’Église — il l’a du moins cherché — est digne de rester une référence dans l’Histoire. Lorsque l’infant Enrique en 1421 se révolte contre Jean II, les procureurs de Burgos et de Ségovie lui parlent au nom de la souveraineté,

  • 11 Ibid., p. 407.

et ils le suppliaient de bien vouloir suivre les pas du roi Ferdinand d’Aragon, son père, de glorieuse mémoire, et de se souvenir de la paix, du secours, de la justice qu’il avait toujours préservés dans ce royaume11.

16Vers 1450, rédigeant ses Generaciones y Semblanzas, Fernán Pérez de Guzmán, après le premier portrait, celui du roi Henri III de Castille, et après celui de la reine Catalina, place en troisième le portrait de Ferdinand d’Antequera « qui fut roi d’Aragon ». Un prince grand et beau, chaste et honnête et sincère chrétien, ne se mettant jamais en colère, « de grande discrétion ». L’auteur rappelle toute sa carrière, le gouvernement de la Castille, la croisade d’Antequera, le trône d’Aragon, et, peut-être sa plus belle qualité pour la Castille qui est secouée par les tentatives d’usurpation des infants, son souci constant de préserver la personnalité royale de son neveu Jean II, au lieu de chercher à prendre sa place :

  • 12 Fernán Pérez de Guzmán, Generaciones y Semblanzas, éd. Robert Tate, Londres, 1980, p. 10.

Illustre exemple et noble doctrine dans lesquels tous les princes qui sont soumis aux rois doivent se regarder comme dans un miroir ! Avec ambition et convoitise désordonnée pour régir et commander, sans aucune utilité, ils se mêlent de troubler et occuper le gouvernement royal et de se soulever contre lui, au lieu de demeurer en toute obéissance et loyauté sous le joug où Dieu les plaça […]. Bien et discrètement il se comporta auprès de la personne du roi, son neveu, dans le gouvernement du royaume pour l’honneur de la Couronne de Castille, et dans la plus grande honnêteté on peut mettre en exergue trois de ses grandes œuvres : d’abord, la grande fidélité et la loyauté envers le roi ; deuxièmement, la grande justice dans le royaume ; troisièmement, le très grand honneur qu’il procura à la nation12.

Notes

1 Béatrice Leroy, « Un modèle de souverain au début du xve siècle, Ferdinand d’Antequera, d’après les Chroniques de Castille de Fernán Pérez de Guzmán », Revue historique, 294 (2), 1996, pp. 201-218 ; Víctor Muñoz Gómez, « Transmisión patrimonial y estrategias de linaje. La herencia de Fernando de Antequera (1415-1420) », dans M. I. del Val Valdivieso et P. Martínez Sopena (éd.), Castilla y el mundo feodal, t. I, pp. 423-440.

2 Margarita Cabrera Sánchez, « El destino de la nobleza petrista : la familia del maestre Martín López de Córdoba », En la España Medieval, 24, 2001, pp. 195-238. Martín López de Córdoba, son père, nommé par Pierre Ier maître d’Alcántara et maître de Calatrava à la fois, à la fin de son règne, a dû capituler en 1369 dans Carmona assiégée par Henri II et a été décapité ; sa famille est restée en prison jusqu’en 1379, date de la mort du nouveau roi. Doña Leonor a ensuite dirigé la politique de la reine Catherine.

3 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. C. Rosell, t. II, pp. 339-340.

4 Ibid., p. 322.

5 Ibid., p. 332.

6 Ibid., pp. 333-334.

7 Manuel Dualde Serrano et José Camarena Mahiquez, El compromiso de Caspe, Saragosse, 1976.

8 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. C. Rosell, t. II, p. 354.

9 Ibid., pp. 354-355.

10 Ibid.

11 Ibid., p. 407.

12 Fernán Pérez de Guzmán, Generaciones y Semblanzas, éd. Robert Tate, Londres, 1980, p. 10.

© Casa de Velázquez, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search