Version classiqueVersion mobile

Scènes capitales

 | 
Jeanne Moisand

Première partie. L’espace du théâtre

Chapitre premier. Vers la fin de l’Ancien Régime culturel

Texte intégral

  • 1 Voir Introduction, note 8 et suivantes.

1L’historiographie récente souligne la profondeur de la rupture politique qui suit l’instauration durable de la révolution libérale en 18341. Cette rupture est particulièrement visible dans les capitales, où se concentrent les transferts de propriété et les opérations de réforme urbaine, et où apparaissent cafés, cercles et casinos en grand nombre. Madrid et Barcelone se transforment dans leur physionomie et leur sociologie mais aussi dans leur régime culturel, grâce à la garantie nouvelle (plus ou moins effective selon les périodes) des libertés d’expression, à l’apparition de sociétés politiques, littéraires ou artistiques et à la multiplication des journaux. L’élargissement de l’espace public bute cependant sur plusieurs limites : alors que les innovations techniques sont lentement adoptées par les entreprises de presse et d’édition, de nouvelles barrières à la représentation politique (vote censitaire) et à l’accès à l’instruction sont instaurées. De même, la censure reste en place au théâtre jusqu’à sa levée officielle en 1869, comme on le détaillera davantage au cours du chapitre viii. C’est dans ce contexte socioculturel nouveau que doit être replacé l’essor du théâtre dans les deux villes. L’accès au théâtre s’ouvre en effet de plus en plus, alors même que la diffusion d’autres formes culturelles reste restreinte. Le rôle du théâtre dans l’affirmation de Madrid et Barcelone comme capitales culturelles semble donc fondamental : il profite non seulement de la révolution libérale, mais bouscule bientôt les barrières culturelles érigées par les libéraux modérés qui s’installent au pouvoir.

I. — L’IMPACT DES RÉVOLUTIONS À MADRID ET À BARCELONE

2Si elles restent plus petites que les premières métropoles européennes, Madrid et Barcelone subissent des réformes urbaines d’ampleur comparable, qui bouleversent leur physionomie. De même, là où l’historiographie a longtemps parlé de permanences sociales et politiques, on apprécie désormais la profondeur des mutations des deux sociétés urbaines. Il s’agit ici de récapituler les apports de l’historiographie récente et de rappeler des éléments de contexte rarement connus en France.

Libéralisation de l’espace urbain

  • 2 A. Bahamonde Magro et A. Fernández García, « La sociedad madrileña en el siglo xix » ; J. Busquets, (...)
  • 3 P. Navascués Palacio, « Madrid, Ciudad y Arquitectura (1808-1898) », p. 415.
  • 4 J. Busquets, Barcelona, p. 95 et p. 122 : à la fin du xixe siècle, la densité d’un quartier ouvrier (...)

3Au cours du xixe siècle et sous l’effet de l’exode rural2, les populations de Madrid et de Barcelone augmentent fortement : Barcelone passe de 220 000 habitants en 1857 à 550 000 en 1900, et Madrid de 281 000 à 540 000 pendant la même période. La densité de population y atteint des maxima européens. Vers 1850, l’entassement dans les vieux centres à la superficie restreinte rend la densité de Madrid supérieure à celle de Londres ou de Paris, alors qu’on ne compte que 200 000 habitants contre 1 million à Paris et 2 millions à Londres. Les Londoniens disposeraient alors en moyenne de 100 mètres carrés par personne à cette date, contre 34 mètres carrés par personne pour les Parisiens, et 26 pour les Madrilènes3. Malgré ses quelque 150 000 habitants en 1859, l’entassement est plus prononcé encore à Barcelone, où la destruction des murailles et la construction sur la plaine qui les entoure ont été interdites par le décret de Nueva Planta (1715). Au milieu du xixe siècle, les Barcelonais ne disposeraient en moyenne que de 12 mètres carrés par personne4. Les réformes libérales de la propriété et de l’espace urbains remédient néanmoins en partie à ces situations. Les opérations de desamortización (« désamortissement ») et de construction de nouveaux quartiers périphériques rendent disponibles de nouveaux espaces dans ces villes très denses, ce qui permet à terme la construction d’une multitude de nouveaux théâtres.

  • 5 Les couvents dans lesquels il y aurait moins de douze religieux sont les premiers supprimés (juille (...)
  • 6 F. Simón Segura, La Desamortización española del siglo xix.
  • 7 A. Bahamonde Magro et J. Toro Mérida, Burguesía, especulación y cuestión social.
  • 8 S. Juliá, D. Ringrose et C. Segura, Madrid, Historia de una capital, p. 365.
  • 9 A. BahamondeMagro et J. ToroMérida, Burguesía, especulación y cuestión social, pp. 20 et 28 : 147 a (...)
  • 10 F. Simón Segura, La Desamortización española, pp. 156-161.
  • 11 J. Busquets, Barcelona.

4Le « désamortissement » désigne le processus de vente forcée par l’État des biens de mainmorte, pour la plupart propriétés de l’Église. Permettant de transformer radicalement les usages des sols urbains et de réformer l’urbanisme (dessin des rues, des places et des immeubles), il est initié dès le xviiie siècle par Charles III, repris par Joseph Bonaparte (surnommé le « roi des places » pour son action à Madrid), et poursuivi lors du Triennat libéral (1820-1823). La vente des biens de mainmorte ne commence cependant vraiment qu’après la mort de Ferdinand VII (1833). Par le Décret Royal d’Exclaustración eclesiástica (25 juillet 1835), on ordonne la fermeture des couvents du pays5. Álvarez Mendizábal, plusieurs fois ministre de l’Économie, met au point une série de lois de désamortissement entre 1836 et 1843 : 62 % des biens du clergé espagnol sont mis en vente par l’État au cours de ces années6. Pascual Madoz poursuit le travail en incluant les biens communaux dans les ventes forcées (1855). À Madrid, où l’Église est propriétaire des deux tiers du sol avant 18367, 1 600 propriétés ecclésiastiques sont vendues entre 1800 et 18558. État et municipalité entreprennent des transformations importantes de l’urbanisme, pendant que de nouveaux types d’acteurs urbains émergent : un large groupe de petits propriétaires enrichis vivant de leurs rentes, et un petit groupe de magnats, qui récupèrent les terrains les plus vastes situés à proximité de la sortie est de la ville, vers le Paseo de Recoletos9. Le paysage foncier de Barcelone, relativement plus pauvre en biens ecclésiastiques, est moins profondément bouleversé que celui de Madrid : avant le désamortissement, la province de Barcelone concentrait 2,6 % des biens du clergé régulier espagnol contre 9 % à Madrid, et 1 % de ceux du clergé séculier contre 3,3 % à Madrid. Les ventes forcées y atteignent cependant une valeur totale de 110 millions de reales dès le premier désamortissement (contre 282 millions à Madrid)10. Les révoltes barcelonaises des années 1830 (bullangues, ébullitions), marquées par de nombreux incendies de couvents, accélèrent le processus11.

  • 12 Le pouvoir militaire établi dans les deux citadelles de Montjuic et de la Ciutadella depuis 1715 ve (...)

5L’arasement des murailles (1854 pour Barcelone, 1868 pour Madrid) marque une autre rupture dans l’histoire urbaine des deux capitales. Elle est particulièrement profonde à Barcelone : enceinte militaire davantage tournée vers l’attaque de la ville que vers sa défense12, les murailles y étaient associées à la répression bourbonienne postérieure à 1715. Pour contrôler l’urbanisation des zones non construites, les deux municipalités adoptent, sous l’égide de l’État, des plans d’expansion urbaine qui encadrent toute construction. Le plan d’agrandissement (ensanche/eixample) d’Ildefons Cerdà est adopté en 1859 à Barcelone, et celui de Carlos María de Castro en 1860 à Madrid. La construction des zones d’ensanche démarre dès les années 1860. Les populations les plus fortunées en profitent pour fuir le centre, surpeuplé. À Barcelone, l’axe central de l’Eixample (le Passeig de Gràcia) et les rues adjacentes concentrent peu à peu les résidences des bonnes familles. À Madrid, la construction du quartier Salamanca, du nom du banquier qui lance l’opération, est plus lente. Les plus grandes fortunes établissent plutôt leur résidence à proximité des promenades du Prado et de Recoletos, aux alentours du musée du Prado, mais aussi du côté de la vieille ville, à l’intérieur des anciennes murailles et sur les terrains les plus vastes rendus disponibles par le désamortissement.

  • 13 C. Vorms, « Les ressorts de la cohésion sociale dans un nouvel espace urbain ».
  • 14 X. Tafunell i sambola, La Construcció de la Barcelona moderna, p. 19.
  • 15 J. Busquets, Barcelona.

6L’expansion urbaine s’opère enfin au-delà de la zone d’ensanche, où elle concerne à l’inverse les milieux les plus populaires. À Madrid, l’espace de l’extrarradio, en périphérie de l’Ensanche, attire les petits investisseurs immobiliers en raison des facilités législatives et financières offertes à l’investissement immobilier (quasi-absence de surveillance et de fiscalité) par opposition aux contraintes de planification sur le territoire de l’Ensanche. La couronne de l’extrarradio s’urbanise donc parallèlement à celle de l’Ensanche, donnant naissance aux lotissements de Cuatro Caminos au nord, La Prosperidad et Guindalera au nord-est, dont l’équipement sanitaire et urbain de base est très déficient13. Les pobles del Plà (villages de la plaine) de Barcelone se développent plus précocement encore que l’extrarradio madrilène. Dès la première moitié du xixe siècle en effet, les industriels en activité croissante fuient les densités insoutenables de la ville et implantent leurs fabriques dans les villages situés au-delà de l’espace inconstructible extérieur aux murailles, à Sants, Sant Andreu et Sant Martí, pendant que les artisans et les petits fabricants grossissent le nombre des habitants de Gràcia. En 1844 et 1846, préoccupées par l’augmentation des densités, les autorités municipales de Barcelone interdisent l’installation de nouvelles machines à vapeur en ville et entérinent ce processus de fuite industrielle et ouvrière vers les villages du Plà14. D’autres villages comme Sarrià, Horta, San Gervasi, Vallvidrera, situés sur les flancs des montagnes qui entourent Barcelone, à la fois ensoleillées et plus aérées, constituent en revanche des destinations de villégiature et de résidence secondaire pour la bourgeoisie barcelonaise. Dès 1857, tous ces villages accueillent 50 000 habitants. Leur population est multipliée par quatre entre cette date et 190015. La croissance des pobles continue en effet après la suppression des murailles (1854) : les densités plus supportables que dans le centre, les loyers moins chers et les contraintes fiscales plus légères attirent les fabriques et les logements ouvriers, même si une partie considérable de l’industrie et du logement populaire reste encore fixée dans la vieille ville. En 1897, au terme de cette croissance continue, les pobles sont annexés au territoire municipal de Barcelone. Le développement urbain de Barcelone au cours du xixe siècle s’accompagne ainsi d’un important phénomène de périurbanisation (en grande partie) industrielle.

Fausses permanences sociales

  • 16 J. VicensVives, Historia social y económica de España y América, pp. 152-169. J. Vicens Vives et M. (...)

7Les historiens ont longtemps considéré la société madrilène du xixe siècle comme archaïque, alors que Barcelone, « Manchester espagnole », aurait seule bénéficié de la modernité économique et sociale. Selon ce récit, les effets des révolutions libérales auraient été limités à Madrid par l’échec d’une véritable « révolution bourgeoise ». Les différents régimes libéraux auraient été manœuvrés par un « bloc de pouvoir » madrilène, lié aux intérêts de la noblesse rurale. Les élites barcelonaises, représentantes isolées de la bourgeoisie moderne, auraient cumulé les seules entreprises commerciales, bancaires et industrielles dynamiques du pays. Contrairement à l’élite madrilène, le « groupe catalan » qui compose l’élite urbaine aurait refusé d’intégrer l’éthos nobiliaire dominant, comme le prouverait le comportement des grands banquiers Evarist Arnús et Manuel Girona, qui refusent l’anoblissement, ou la devise inscrite par Eusebi Güell, premier comte du nom, sur son nouveau blason : « Je viens d’une maison paysanne »16.

  • 17 G. Cortázar, « Investigar las élites » ; « La nobleza en Madrid en la época de la Restauración ».
  • 18 A. Bahamonde Magro et J. Toro Mérida, Burguesía, especulación y cuestión social, pp. 19-21.
  • 19 A. Bahamonde Magro et A. Fernández García, « La sociedad madrileña en el siglo xix » ; J. Cruz, Gen (...)

8Ce récit a été profondément nuancé par les travaux postérieurs. Si la noblesse continue à monopoliser, à Madrid, les charges honorifiques du Palais, et occupe toujours une partie des sièges17, son patrimoine entre en crise après les révolutions libérales. En 1900, on ne trouve plus que quelques noms nobles parmi les 200 plus importants contribuables madrilènes. Le renouvellement des activités économiques de l’élite madrilène est amorcé dès le milieu du siècle : en 1856, la fortune de la moitié des 3 600 premiers contribuables madrilènes est fondée sur des activités commerciales18. Au cours des décennies suivantes, les investissements spéculatifs s’orientent vers l’immobilier urbain, la Bourse, les achats et ventes de patrimoines nobiliaires, la dette d’État, les chemins de fer, les travaux du canal d’Isabelle II et le commerce colonial. Quelques grandes fabriques se développent. Profitant de leur proximité sociale avec l’élite politique, ces Madrilènes enrichis constituent une nouvelle élite de notables19.

  • 20 G. W. mcDonogh, Good families of Barcelona.
  • 21 Un point sur l’historiographie de cette question dans J. Moisand, « Protectionnisme et naissance du (...)
  • 22 B. de Riquer i Permanyer, La Lliga Regionalista.

9Quant aux élites barcelonaises, les travaux de l’anthropologue G.W. McDonogh ont certes confirmé leur fermeture sociale, assortie d’une endogamie très forte et de pratiques culturelles distinctives20. Mais malgré cela, une importante communauté d’intérêts lie ces familles à l’élite étatique, autour notamment des bénéfices du commerce colonial. Fortes de leur soutien au sein des gouvernements de la Restauration, les élites catalanes s’unissent aux producteurs de farine de Castille et de riz de Murcie pour imposer des tarifs de douane protectionnistes, qui font de Cuba un marché captif vers lequel sont exportées leurs productions textiles de basse qualité21. La perte des dernières colonies en 1898 remet en question l’intérêt de s’abriter derrière l’État espagnol. Jusque-là acquise aux transactions politiques au sein des partis dynastiques, une partie de l’élite barcelonaise investit désormais le premier parti politique catalaniste, fondé en 1901, la Lliga Regionalista22.

  • 23 E. Frax et M. J. Matilla, « La evolución económica y social de Madrid (1850-1936) », p. 424.
  • 24 R. L. Kagan, Students and society in early modern Spain et « Universities in Castille, 1500-1810 ».
  • 25 J. F. Fuentes, « Clase media y burguesía en la España liberal ».
  • 26 H. Hernández Sandoica, « Universidad y política en la España del siglo xix ».
  • 27 P. Carasa (dir.), Élites castellanas de la Restauración.
  • 28 P. Aubert, Les Intellectuels espagnols et la politique, pp. 345-352.

10Le contraste social et politique entre les deux villes, estompé dans les travaux récents sur les élites, est cependant reporté sur les « classes moyennes » (clases medias), catégorie mobilisée à l’époque pour désigner les groupes nouveaux qui s’affirment entre les élites anciennes et le peuple. Ces dernières seraient composées des membres des professions libérales, des fonctionnaires, des catégories qui vivent du commerce, des rentes issues du désamortissement et de l’artisanat. Au sein de ce groupe hétérogène, les catégories intellectuelles sont mieux représentées à Madrid qu’à Barcelone : les employés de l’administration, les membres des professions libérales et les étudiants représentent près d’un cinquième de la population masculine de la capitale en 190023. La centralisation accrue du système universitaire et de l’appareil d’État au xixe siècle renforce en effet le poids de ces catégories à Madrid. Traditionnellement nombreuses et au service de la monarchie24, elles sont accusées au xixe siècle d’être particulièrement soumises au pouvoir25. De fait, les professions intellectuelles les plus classiques (avocats et médecins) intègrent les premiers rangs de l’élite du nouvel État libéral : elles sont surreprésentées aux Cortès et au Sénat26. Ces professions représentent encore un tiers des 800 députés castillans de la Restauration étudiés par P. Carasa, les membres de cet échantillon étant aussi dotés pour la plupart d’un important capital économique hérité27. Le philosophe Francisco Giner de los Ríos — un intellectuel quant à lui très autonome par rapport au pouvoir (il fonde la Institución Libre de Enseñanza en 1875) — voit dans la Restauration une « logocratie » dominée par les grands orateurs28.

Les exclus du modérantisme

  • 29 A. Bahamonde Magro et J. Toro Mérida, Burguesía, pp. 19-21, p. 222.
  • 30 A. Gil y Zarate, « El Cesante ».
  • 31 a. BahamondeMagro, J. A. MartínezMartín et F. delReyReguillo, La Cámara de Comercio e Industria de (...)

11Les milieux de diplômés ne sont pas tous aussi privilégiés : leur position rejoint souvent celle des « producteurs » (commerçants et artisans) moyens et modestes, exclus de la participation politique par les libéraux modérés (au pouvoir presque constamment sous Isabelle II), puis par les conservateurs qui établissent à nouveau une barrière censitaire sous la Restauration (en vigueur entre 1878 et 1890). En 1868, les clases medias madrilènes sont estimées à près de 20 000 hommes à Madrid, dont seuls un peu plus de la moitié auraient accès au vote29. Exclue de la citoyenneté active, l’autre moitié serait composée de petits commerçants et des membres les moins riches des catégories intellectuelles : nombre d’étudiants de province viennent gonfler les rangs des prolétaires de la plume (chapitre v) et des petits employés de l’administration. La bureaucratie madrilène semble particulièrement pauvre et précaire. Il faut attendre 1918 pour que les fonctionnaires obtiennent un statut permanent : avant cette date, ils sont mis en cessation (et deviennent alors cesantes, sans toucher de solde) lorsque change le parti au gouvernement. Le cesante fait l’objet de nombreuses satires littéraires au xixe siècle : sa misère devient un poncif, de même que sa tendance à chercher et à soutenir la moindre rumeur de pronunciamiento susceptible de renverser le régime30. Difficile dans ces conditions de faire de ces milieux des soutiens inconditionnels des autorités. Les commerçants madrilènes se mobilisent eux aussi fréquemment contre les différents gouvernements : ils s’opposent par exemple aux nouveaux registres fiscaux en 1892 et en 1895, et à la réforme fiscale du ministre F. Villaverde en 1899, lorsqu’un mouvement national des « producteurs » réclame la « régénération » du régime31.

  • 32 F. Peyrou, Tribunos del pueblo et « La longue histoire de la démocratie espagnole ».
  • 33 D. CastroAlfín, « Los republicanos madrileños durante la primera fase de la Restauración ».
  • 34 J. de Diego, Imaginar la república ; M. Suárez Cortina, El Gorro frigio.

12C’est au sein de ces milieux et des secteurs populaires que les républicains cherchent à mobiliser leurs soutiens, par la presse et par la participation aux milices et aux clubs patriotiques. Après la fondation du parti démocrate (1849), le républicanisme acquiert en effet une importance notable à Madrid32. L’échec de la Ire République (1873-1874) a longtemps été décrit comme le point de départ d’un déclin irrémédiable de l’activité républicaine, divisée en irréconciliables chapelles, reléguée dans des banquets occasionnels et des conspirations sans espoir, organisés pour masquer l’atonie générale. Ce tableau a été profondément révisé depuis quelques années : si leur investissement dans des élections contrôlées reste mesuré, les républicains madrilènes se réorganisent sous la Restauration autour des rédactions de leurs journaux nationaux, de leurs nombreux comités de districts (qui organisent même des primaires républicaines), de leurs casinos, clubs et sociétés récréatives ou instructives33. La mise en place d’une sociabilité républicaine très riche contribue à nourrir un imaginaire politique alternatif. La pression de ces républicains pour plus de démocratie et pour la fixation d’un nouvel agenda social n’est pas sans incidence sur le régime34.

  • 35 M. Janué i Miret, « El fracaso del Sexenio en Cataluña », p. 269.
  • 36 A. Duarte, « La Esperanza republicana ».
  • 37 Sur l’affirmation du catalanisme après la Restauration, et sur ses liens au républicanisme et à la (...)
  • 38 Elles passent de 6 190 membres en 1877, à 7 124 en 1887, et 8 155 en 1900. Dirección General del In (...)
  • 39 J.-L. Marfany, La Cultura del catalanisme.
  • 40 S. H. Jacobson, Professionalism, Corporatism and Catalanism.

13À Barcelone, des secteurs majoritaires de la population adhèrent au républicanisme lors du Sexennat démocratique : alors que plus de la moitié de l’électorat participe aux élections (au suffrage universel masculin) des années 1869-1873, les républicains obtiennent 75 % des votes dès 186935. Après l’échec de la Ire République, le républicanisme barcelonais reste puissant, et tout particulièrement sa branche fédérale qui attire encore les milieux populaires36. Au sein des milieux moyens barcelonais, cette adhésion au républicanisme n’est pas contradictoire avec l’affirmation d’un catalanisme de plus en plus politisé37. Ce sont les catégories intellectuelles, et non les industriels catalans comme on l’affirme souvent, qui organisent le mouvement. Moins nombreuses qu’à Madrid, ces dernières sont cependant en croissance constante à Barcelone au cours du xixe siècle38. Joan-Lluís Marfany a souligné l’importance de la participation des médecins et des avocats aux associations culturelles catalanistes qui se développent à partir des années 189039. Stephen Jacobson a plus particulièrement étudié la mobilisation des diplômés en droit, qui revendiquent une gestion décentralisée du service juridique privé et public. Les âpres débats sur l’adoption du Code civil espagnol (1889) sont l’occasion d’organiser la profession autour de la défense du droit civil catalan et, par ce biais, de la tradition et des usages mis en valeur par la littérature régionaliste de la Renaixença40. À l’origine de la promotion des symboles de l’identité catalane, les catégories intellectuelles formulent ainsi un véritable programme politique d’opposition à partir des années 1880.

  • 41 F. del Rey Reguillo, « La protesta de los “productores” ».
  • 42 J. Romero Maura, La Rosa de fuego.

14Cette opposition catalaniste gagne aussi les petits commerçants de Barcelone. En 1899, ces derniers organisent une grève massive de l’impôt (le tancament de caixes, « fermeture des caisses ») contre la réforme fiscale du ministre Villaverde. Bientôt soutenus par les principales corporations économiques de la ville, ils refusent d’alimenter une administration qu’ils jugent dégénérée et réclament l’autonomie fiscale pour la Catalogne. Cet épisode se solde par un conflit inédit entre les autorités catalanes et l’État : il aboutit à la démission du maire de Barcelone et de deux ministres catalans, et à la formation du premier parti politique catalaniste (la Lliga Regionalista, 1901)41. En 1906, le leader républicain madrilène Nicolás Salmerón tente de reconquérir les milieux moyens et démocrates de la région en proposant l’adhésion de son parti (l’Union républicaine) à la coalition électorale Solidaritat catalana42. Cela provoque la scission définitive du républicanisme barcelonais entre deux branches : les radicaux anticatalanistes d’une part, et les fédéralistes de l’autre, les premiers recrutant en priorité parmi les milieux ouvriers.

  • 43 A. García Balañà, « Sobre la “constitució del proletariat” a la Catalunya cotonera ».
  • 44 J. Romero Maura, La Rosa de fuego.
  • 45 A. Smith, Anarchism, Revolution and Reaction, p. 21.

15Les ouvriers de Barcelone entrent très tôt dans le jeu politique, bien avant que le droit de vote ne leur soit concédé (1869 puis 1890). Dès 1835, ils se mobilisent lors des « ébullitions » urbaines (bullangues) contre les grandes fabriques (incendie de l’usine Bonaplata) et contre l’Église (incendie de couvents). En 1856, Ildefons Cerdà recense près de 60 000 ouvriers et ouvrières à Barcelone43 ; cinquante ans plus tard, en 1905, la municipalité barcelonaise en compte 122 54344. Le doublement du secteur s’accompagne de la dégradation des conditions de travail. Au cours des années 1860, l’introduction de nouvelles machines (la self-acting mule, dite selfactina) provoque la perte du pouvoir des filateurs dans l’organisation du travail et la féminisation des effectifs. Alors que les grandes concentrations d’ouvriers du textile se font hors de la ville, dans les vallées du Ter et du Llobregat, les fabriques barcelonaises conservent des effectifs restreints (en moyenne 14 ouvriers par entreprise à Barcelone entre 1900 et 1914)45.

  • 46 A. GarcíaBalañà, La Fabricació de la fàbrica. L’absence de fédération syndicale unitaire persiste j (...)
  • 47 J. Álvarez Junco, Alejandro Lerroux, el Emperador del Paralelo.
  • 48 La révolte est lancée par des femmes contre le départ de conscrits pour le Maroc (la conscription é (...)

16Tenus en marge de l’espace public, ces ouvriers urbains en forcent l’entrée par une grande implication dans les associations républicaines et ouvrières. En 1870, le syndicat des Trois Classes de vapeur parvient à réunir tous les métiers du coton mécanisé. Mais il ne peut parer la pression patronale croissante depuis les années 1860, et est dissous au cours des années 189046. La crise économique des années 1890 et 1900 fait monter le chômage ouvrier à des niveaux extrêmement élevés. Là encore, ce sont les républicains qui canalisent ces mécontentements. Au début du xxe siècle, ils entrent massivement au conseil municipal grâce à la concession du suffrage universel masculin en 1890. En 1907 apparaît le Parti républicain radical d’Alejandro Lerroux, souvent décrit comme le premier parti politique de masse en Espagne47. Les socialistes ont moins de succès, comme le montre la désaffection de leur fédération syndicale, pourtant fondée à Barcelone en 1888 : le siège de l’UGT (Unión General de Trabajadores) est même déménagé à Madrid. Alors que les attentats isolés se multiplient dans la « Rose de feu » barcelonaise, on accuse bientôt d’anarchisme les ouvriers actifs dans leurs associations ouvrières ou républicaines, ce qui vaut à nombre d’entre eux d’être enfermés, jugés et parfois exécutés à Montjuic en 1896. Au début du xxe siècle, alors que les premières grèves générales prennent une ampleur inédite, la mobilisation ouvrière débouche sur les révoltes de la Semaine tragique (juillet 1909) : hors de tout contrôle syndical ou partisan, les ouvriers prennent violemment pour cibles l’armée et l’Église et subissent une répression sanglante. Cette mobilisation, imprégnée par un langage radical de lutte contre les parasites qui monopolisent l’État catholique impérialiste, épargne totalement le patronat et les usines48.

  • 49 C. Demange, « Le peuple de Madrid ».
  • 50 A. Bahamonde Magro et A. Fernández García, « La sociedad madrileña en el siglo xix » ; S. Castillo (...)

17À l’inverse des angoisses suscitées par les masses ouvrières politisées de Barcelone, l’image du « peuple de Madrid » apparaît beaucoup plus consensuelle. Elle évoque d’abord la mémoire d’un grand événement national : le soulèvement du 2 mai 1808 contre les troupes napoléoniennes. Défini en termes politiques plus que sociologiques, le peuple de Madrid reste longtemps préservé de la « question sociale »49. Dans le Madrid de la fin du siècle, seuls quelque vingt établissements industriels dépassent la centaine d’ouvriers et utilisent la vapeur. Les petits ateliers dominent encore le panorama : en 1880, face à 35 000 ouvriers de métier, la Fabrique de tabac avec ses 3 000 cigarières constitue la plus grosse concentration ouvrière, suivie des ateliers métallurgiques des chemins de fer Madrid-Saragosse-Alicante. En 1898, Madrid compterait 82 000 ouvriers, un peu moins que les petits épiciers et les petits métiers (cochers, porteurs d’eau), les domestiques — très nombreux — et les marginaux. Si la concentration industrielle reste mesurée à Madrid, les barrières entre fabricants et ouvriers sont réputées de plus en plus infranchissables. Le PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol), fondé en 1879, et l’UGT attirent de plus en plus d’adhérents : cette dernière en compte 10 300 en 1900 et près de 26 000 en 191050.

II. — CAPITALES CULTURELLES

  • 51 Une histoire comparée du concept d’opinion publique dans J. FernándezSebastián, « L’avènement de l’ (...)

18Les ruptures politiques et sociales traversées par les sociétés urbaines de Madrid et de Barcelone au cours du xixe siècle se répercutent immédiatement sur leur vie culturelle. Là encore, le panorama semble contrasté. Le tableau du retard est démenti par l’implantation d’institutions culturelles modernes, destinées à rivaliser avec celles des autres capitales européennes. Ces institutions demeurent cependant fermées au grand public urbain. L’espace public, ou en tout cas celui de l’imprimé, semble ainsi à la fois ouvert par les libéraux puis volontairement restreint51.

Les lieux du savoir et du débat

  • 52 J. Cañizares-Esguerra, Cómo escribir la historia del Nuevo Mundo ; J. A. Martínez Martín, « La cult (...)
  • 53 F. Sagarra, « Arquitectura i urbanisme ».

19Les historiens modernistes ont souligné l’implication très forte de la monarchie hispanique dans la promotion des Lumières à la fin du xviiie siècle. Cet effort est particulièrement visible à Madrid, où de nouvelles institutions culturelles sont fondées et prennent le relais du mécénat et des salons nobiliaires : Académies royales (de langue, de pharmacie, d’histoire, de médecine, des beaux-arts) et autres institutions scientifiques publiques (Gabinete de Historia Natural, Observatorio Astronómico, Jardín Botánico) côtoient les associations privées soutenues par les pouvoirs publics (Real Sociedad Económica de los Amigos del País)52. Moins directement soutenue par le pouvoir royal, Barcelone bénéficie elle aussi de la fondation des Académies des lettres (Acadèmia de Bones Lletres), de médecine, de sciences et des beaux-arts (Reial Acadèmia Catalana de Belles Arts de Sant Jordi)53.

  • 54 E. Richard, « L’esprit des lois. Droit et sciences sociales à l’Académie royale des sciences morale (...)
  • 55 J. A. Martínez Martín, « La cultura en Madrid en el siglo xix ».
  • 56 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales, p. 208.

20L’effort de la monarchie pour doter Madrid de grandes institutions culturelles se poursuit au xixe siècle. Le système des académies est enrichi par la fondation de l’Académie des sciences morales et politiques, destinée à produire des savoirs de gouvernement en marge de toute représentation parlementaire (1857)54. De nombreux musées sont créés qui permettent à Madrid de rivaliser avec les plus grandes capitales. Celui du Prado ouvre ses portes dès 1819, suivi du Musée naval (1843), du Musée national (1847), du musée des Tapisseries (1869), du Musée archéologique national (1867) et du musée national d’Ethnologie et de Sciences naturelles (1875). L’État devient le premier client des artistes avec l’inauguration, en 1856, de la première Exposition nationale des beaux-arts, réplique du Salon parisien55. Les initiatives en matière de musées ne manquent pas non plus à Barcelone. Les musées ethnographiques régionaux se multiplient au cours des deux dernières décennies du siècle, et la très active Association des excursionnistes catalans organise des randonnées pour promouvoir la connaissance du patrimoine naturel et culturel catalan56. L’arrivée au pouvoir des libéraux, en 1834, renforce cependant l’effort de centralisation des institutions culturelles par Madrid : dès 1836, la Biblioteca Real (Bibliothèque royale) est transformée en Biblioteca Nacional. Elle est dotée en 1892 d’un majestueux édifice qui abrite aussi le Musée archéologique national.

  • 57 S. Riera i Tuèbols, « La Ciència de la guerra del francès a la revolució de setembre ».
  • 58 D’après Reseña geográfica y estadística, 1888, p. 811.

21Le système universitaire polycentrique est radicalement réformé sur ce même modèle centralisateur : l’Université « centrale » de Madrid remplace l’ancienne Alcalá de Henares et obtient le monopole de la collation du grade de docteur en Espagne. En 1886-1887, 40 % des étudiants des universités espagnoles sont inscrits à Madrid, et 15 % à Barcelone. Cette centralisation se retrouve dans les effectifs des écoles spéciales et des séminaires. La formation supérieure technique trouve quant à elle un terreau plus fertile à Barcelone : malgré la décision de conférer au Real Instituto Industrial de Madrid le monopole de la collation du grade d’ingénieur industriel en 1850, l’École d’ingénieurs industriels de Barcelone est finalement la seule du pays à subsister entre 1867 et 189957. Les données disponibles sur les choix par faculté en 1888 montrent que, dans les deux villes, les filières tournées vers les professions libérales et vers l’administration connaissent le plus grand succès. Les filières non professionnelles restent minoritaires et montrent le profil plus scientifique de Barcelone (où les sciences attirent 8,6 % des étudiants, contre 6 % à Madrid) et plus littéraire de Madrid (3,65 % des étudiants madrilènes sont en philosophie et lettres, contre 1,7 % à Barcelone)58.

  • 59 F. Villacorta Baños, Burguesia y cultura.
  • 60 A. Ruiz Salvador, El Ateneo, citation du conte Madrileñas de Clarín, p. 146.
  • 61 Ibid., p. 138 : citation de A. Palacio Valdés, « Los oradores del Ateneo », pp. 20 et 22.
  • 62 F. Villacorta Baños, El Ateneo, pp. 51-55.
  • 63 J. Casassas iYmbert, L’Ateneu barcelonès.
  • 64 J. Casassas iYmbert (coord.), Els intel·lectuals i el poder a Catalunya.

22Les victoires des libéraux se traduisent aussi par la floraison d’institutions culturelles plus autonomes : sociétés de parole et clubs patriotiques se multiplient dans les cafés et boutiques lors du Triennat libéral (1820-1823) et s’instaurent durablement après 1834. À Madrid, l’institution phare est l’Athénée scientifique, littéraire et artistique, fondé en 1835. De retour de son exil à Londres, le duc de Rivas le préside en s’appuyant sur l’exemple de l’Athenaeum de la capitale britannique : il s’agit de former la jeunesse intellectuelle libérale et de diffuser les connaissances modernes59. L’Athénée devient au cours du siècle « le respectable crâne qui sert de caisse au cerveau de l’Espagne60 », selon l’expression de l’écrivain Clarín. On y repère une gauche et une droite, qui « ont pour coutume d’applaudir seulement leurs orateurs respectifs61 » : sous la Restauration, le parti qui obtient la présidence du gouvernement laisse celle de l’Athénée au parti opposé62. L’Athénée catalan, puis barcelonais (résultat de la fusion entre le premier et le Casino mercantil en 1872), assume la même fonction que son équivalent madrilène. Dirigé par les conservateurs, il se fait l’écho des débats avec les intellectuels progressistes63. Ces derniers fondent finalement l’Athénée Libre de Catalogne (Ateneu Lliure de Catalunya), puis le Centre catalan en 188264. L’espace culturel ouvert par les libéraux reste cependant très sélectif, et l’accès à l’instruction et à la lecture restreint.

Renouvellement et restrictions du lectorat

  • 65 C. P. Boyd, Historia Pátria.
  • 66 M. Artola (dir.), Enciclopedia de Historia de España, t. VI.
  • 67 J.-L. Guereña, « L’Université espagnole vers 1900 ».

23La loi Moyano de 1857 prévoit l’obligation de l’enseignement primaire et organise le système scolaire sur trois niveaux (primaire, secondaire et supérieur), financés respectivement par la commune, la Députation provinciale et l’État. Dans les faits, l’école primaire publique n’a pas les moyens d’assurer cette obligation : la gratuité n’est pas instituée et le financement des écoles repose sur des communes appauvries par le désamortissement des biens communaux. Sous la Restauration, alors que la question du degré d’autonomie de l’éducation par rapport à l’Église oppose libéraux et conservateurs, les gouvernements en « alternance pacifique » veillent au blocage mutuel de toute nouvelle initiative en la matière65. Cette politique de neutralité approfondit le retard de l’Espagne en matière d’alphabétisation, au moment où les autres pays européens parviennent à scolariser la quasi-totalité de leur population infantile. 72 % des Espagnols sont analphabètes en 1877, et 63 % en 190066. Des mesures de lutte contre cet analphabétisme massif sont prises suite au Désastre de la perte des colonies (1898) : un ministère spécifique de l’Instruction publique est créé en 1901, qui assume le financement des écoles primaires. Sa part du budget de l’État reste toutefois modeste : elle est de l’ordre de 4,4 %, soit trois fois moins que celle du ministère de la Guerre67.

  • 68 S. Dard, La Question scolaire dans l’Espagne de la Restauration, p. 101 ; M. M. Pozo Andrés, « Desd (...)
  • 69 M. M. Pozo Andrés, « Desde las escuelas para pobres hasta la ciudad educadora », p. 336.
  • 70 S. Dard, La Question scolaire dans l’Espagne de la Restauration, p. 106. On compte alors une école (...)
  • 71 F. Velasco Medina, « La iglesia : reorganización, privilegio y crisis », p. 318.

24Avant que les effets de cette loi ne se fassent sentir, la situation de l’enseignement public à Barcelone et à Madrid est plus critique encore que dans le reste du pays : le financement municipal ne peut suivre le rythme de l’expansion urbaine. La situation change là aussi après le Désastre grâce à l’institution en 1902 d’un délégué royal de l’Éducation à Madrid comme à Barcelone68. Avant cela cependant, l’insuffisance de l’offre publique d’instruction est compensée par le développement de l’initiative privée. Dès 1868, l’enseignement primaire privé scolarise 27 % des enfants madrilènes contre 30 % pour l’école publique. Le décalage s’accentue au profit du privé au cours des décennies suivantes69. La province de Barcelone est dès 1870 la mieux dotée du pays en écoles primaires privées, après les Baléares. Les écoles privées sont majoritairement gérées par l’Église, à hauteur de 65 % en 1900, le reste venant surtout d’initiatives républicaines et ouvrières70. À Madrid, les associations inspirées du catholicisme social dotent les quartiers pauvres de quelques établissements scolaires. Mais les communautés religieuses, qui s’installent en grand nombre dans le Madrid de la Restauration, choisissent avant tout les quartiers élégants de l’Ensanche nord (Salamanca, Argüelles, Chamberí), focalisant leur action enseignante sur les milieux moyens et élevés71.

  • 72 A. Fernández de los Ríos, Guía de Madrid, p. 770.
  • 73 En 1875 éclate la « seconde question universitaire ». Le ministre du Fomento (Développement) Orovio (...)
  • 74 A. Tiana Ferrer, « Movimiento obrero y educación popular en la España contemporánea ».

25En 1876, l’ancien conseiller municipal des Travaux publics pendant le Sexennat démocratique, Fernández de los Ríos, considère pourtant que l’instruction du « peuple madrilène » s’est améliorée, grâce notamment à l’action des sociétés d’instruction ouvrière72. Le Fomento de las Artes (Encouragement des Arts), fondé en 1847, continue à fonctionner sous la Restauration. Il suit le modèle des casinos d’artisans, où se réunissent des membres d’associations ouvrières, des démocrates, républicains et socialistes utopiques pour soutenir l’instruction et la formation technique des milieux populaires. En 1851 est aussi fondée l’École du Travailleur à Madrid, et en 1861 l’Athénée catalan de la classe ouvrière à Barcelone. Sous la Restauration, les réformateurs sociaux se regroupent à Madrid autour de l’Institution Libre de l’Enseignement (Institución Libre de Enseñanza, ILE), fondée en 1875 en réponse à la répression universitaire73. Après 1881, alors que les professeurs expulsés sont réintégrés à l’Université, l’effort de l’ILE se focalise sur l’école primaire. Les innovations pédagogiques des institucionistas marquent durablement la réflexion sur l’école en Espagne. Liant l’éducation des milieux populaires et la démocratisation du régime, ils sensibilisent l’opinion sur l’urgence du développement des écoles primaires, de la pédagogie, de la formation professionnelle et des cours pour adultes74. À Barcelone, l’absence d’une grande institution équivalant à l’ILE est compensée par la multiplication des casinos et des athénées populaires et ouvriers sous la Restauration, surtout après 1887, date qui marque l’adoption de la loi sur les associations.

  • 75 F. Aisa, Una Història de Barcelona : Ateneu Enciclopèdic Popular.

26Selon Alejandro Tiana Ferrer, la scission entre socialistes et anarchistes au sein de la Fédération Espagnole de la Ire Internationale (fondée en 1870) se traduirait cependant par une opposition entre les projets éducatifs des sociétés ouvrières. Les anarchistes cherchent à promouvoir une « éducation intégrale », opposée à la spécialisation du travailleur par le marché du travail. Certaines sociétés ouvrières reprennent à leur compte ce projet d’éducation émancipatrice, particulièrement à Barcelone. En 1901, l’Escola Moderna devient l’institution modèle de l’instruction anarchiste : Francisco Ferrer, son fondateur, est fusillé en 1909 après la Semaine tragique et devient mondialement célèbre dans les milieux libertaires. En 1902 est aussi fondé l’Athénée encyclopédique populaire, autogéré par les ouvriers et auquel participent des universitaires75.

  • 76 A. Tiana Ferrer, « Movimiento obrero y educación popular en la España contemporánea ».

27À partir du début du xxe siècle, les sociétés ouvrières socialistes développent elles aussi leurs écoles. Une partie importante de leurs moyens est dédiée au développement d’une éducation militante, basée sur les cours du soir pour adultes, les centres de formation professionnelle, et enfin les écoles pour les enfants des ouvriers affiliés76. Nombreuses sont aussi les sociétés ouvrières qui veillent à l’instruction de leurs membres sans s’affilier à aucun de ces deux pôles.

  • 77 S. Dard, La Question scolaire dans l’Espagne de la Restauration, pp. 119, 144, 147, 155, 157.

28Ces structures privées, républicaines et ouvrières ou catholiques, permettent finalement aux deux villes d’atteindre des niveaux d’alphabétisation plus élevés que dans le reste du pays. En 1900, le taux d’analphabétisme s’élève à 50 % à Barcelone et à 30 % à Madrid, contre 63 % pour l’ensemble de l’Espagne. En 1887, le taux d’analphabétisme barcelonais était pourtant de 43 % : cette « régression » statistique s’explique par l’agrégation administrative des villages de la périphérie ouvrière à la ville-centre en 189777. Elle montre clairement que l’inégalité face à l’instruction primaire est fondée sur un clivage social, les milieux ouvriers résidant massivement en périphérie urbaine étant les plus démunis culturellement.

  • 78 A. Bahamonde Magro (dir.), Historia de España, siglo xx, p. 242. Reseña geográfica y estadística.
  • 79 F. K. Ringer, Fields of Knowledge, pp. 48-49.
  • 80 J.-L. Guereña, « L’Université espagnole vers 1900 ».
  • 81 Reseña geográfica y estadística.
  • 82 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 43 ; J.-L. Guereña, « Pour une histoire de la statistiqu (...)
  • 83 Reseña geográfica y estadística ; J.-L. Guereña, « L’Université espagnole vers 1900 ».
  • 84 Pour les données d’Italie, Allemagne et France : C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 201. L’ (...)

29La loi Moyano prévoit aussi la création d’un lycée dans chaque capitale de province, sur le modèle administratif centralisé du lycée français. Le recrutement de l’enseignement secondaire reste très étroit tout au long du xixe siècle (2,2 % de la classe d’âge en 1886-1887)78. Si l’élitisme de la scolarité secondaire est loin d’être spécifique à l’Espagne79, la stagnation des effectifs à la fin du siècle l’est davantage, tout comme la domination des établissements privés religieux80. Seules les plus grandes villes sont dotées de lycées. En 1886-1887, Madrid et Barcelone scolarisent ensemble près du tiers des élèves du secondaire de tout le pays (13,7 % pour Barcelone et 18 % pour Madrid)81. Les effectifs des étudiants du supérieur apparaissent quant à eux très importants à l’échelle européenne : en 1826, 9 867 étudiants sont inscrits dans les universités espagnoles et 3 810 dans les séminaires, soit 13 677 étudiants alors que l’effectif des étudiants français culmine à 7 400 dans la décennie 1830-1835, dans un pays plus peuplé82. Le nombre d’étudiants à l’Université atteint 16 874 en 1886-1887 mais stagne par la suite (17 000 en 1900)83. En 1887, sans compter les élèves des séminaires ni ceux des écoles spéciales, l’Espagne compterait 96 étudiants pour 100 000 habitants, contre 51 en Italie, 48 en Allemagne, 43 en France entre 1886 et 189184. L’étroitesse des filières industrielles et commerciales pour les élites du pays explique ce surinvestissement dans les diplômes.

30L’inscription des sociétés urbaines de Madrid et de Barcelone dans le système scolaire est donc très variable selon les milieux sociaux : alors que les élèves et étudiants du secondaire et du supérieur atteignent des effectifs équivalents, voire relativement plus larges que dans les autres pays européens, les catégories exclues de toute instruction restent importantes. Selon les historiens du livre et de la lecture, cependant, l’analphabétisme de certains secteurs de la population n’implique pas leur exclusion définitive de la culture écrite.

Une nouvelle culture de l’imprimé

  • 85 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, chapitre iv.
  • 86 J.-F. Botrel, La Diffusion du livre en Espagne (1868-1914), p. 229.
  • 87 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 183.
  • 88 J.-F. Botrel et J.-M. Desvois, « Las condiciones de la producción cultural ».
  • 89 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 186.
  • 90 J.-F. Botrel et J.-M. desvois, « Las condiciones de la producción cultural ».
  • 91 R. Oteo sans, « La Primera edicion de La Regenta », pp. 196-197.

31La production d’imprimés, qui croît dans toute l’Europe depuis le début du xixe siècle, connaît un nouveau décollage dans les années 1860, lié à la baisse des coûts de production et à l’augmentation du nombre de consommateurs85. Ces changements se font aussi sentir en Espagne : si 500 titres étaient lancés annuellement sur le marché officiel du livre dans les années 1870, on en compte 1 000 à partir des années 1880 et plus de 2 000 à partir de 190586. Le nombre de titres de périodiques atteint 1 347 en 1900, et le rapport entre nombre de titres de périodiques et nombre d’habitants augmente d’un tiers entre 1887 et 1913. En Espagne comme ailleurs, cette « deuxième révolution de l’imprimé » renforce les pôles dominants de la vie culturelle87. En 1894, près de la moitié du potentiel de l’imprimerie est concentré à Madrid (32 %) et à Barcelone (18 %)88. La croissance de l’imprimé reste cependant beaucoup plus modeste en Espagne qu’en France ou au Royaume-Uni, comme l’indique par exemple le tirage moyen des journaux : avec une moyenne de 6 000 exemplaires par titre pour sa presse politique en 1892, Madrid reste loin des 100 000 exemplaires atteints par les quotidiens londoniens à la même époque89. La capitale catalane ne parvient quant à elle à opérer une percée décisive sur le marché du périodique qu’après 1900, sans renverser pour autant la domination madrilène : sa part passe de 12 % en 1900 à 16 % des périodiques publiés en 1913, alors que celle de Madrid reste presque stable (de 24 à 23 %)90. Barcelone connaît en revanche une évolution beaucoup plus décisive de son rôle dans la production éditoriale nationale91.

  • 92 J.-F. Botrel, La Diffusion du livre en Espagne (1868-1914), pp. 122, 127, 129, p. 43.
  • 93 J.-F. Botrel, « La Construcción de una nueva cultura ».
  • 94 M. Lyons, Readers and Society in XIXth century France.
  • 95 Biblioteca de Catalunya [ci-après BC], Fons Felip Cortiella, ms. 2074, « A los centros y sociedades (...)

32La librairie espagnole, étudiée par Jean-François Botrel, témoigne des mêmes processus. Le nombre des librairies augmente, mais reste très restreint par rapport aux pays voisins (282 librairies en Espagne en 1913, contre 5 500 en France en 1888 et 7 895 en Allemagne en 1893). Cette croissance se concentre à Madrid et à Barcelone, où l’on trouve les deux tiers des établissements en 1863 et plus de la moitié en 1914. La librairie barcelonaise est de plus en plus dynamique par rapport à celle de Madrid92. Les pratiques de lecture changent elles aussi, même si la lecture individuelle et silencieuse reste circonscrite aux milieux aisés : entre les lectures à voix haute, les récitations des textes courts vendus par les aveugles et les affiches de plus en plus nombreuses, le « paysage imprimé » devient omniprésent dans les deux capitales, même pour les citadins analphabètes93. De « nouveaux lecteurs » (femmes, enfants et lecteurs de milieux populaires), selon l’expression de Martin Lyons94, apparaissent en Espagne grâce au développement de l’offre de lecture populaire. Dans les lectures ouvrières décrites par le typographe barcelonais Cortiella, la littérature découpée par tranches — romans livrés par chapitre et feuilletons publiés par les journaux — voisine avec les journaux illustrés95. Le théâtre fait lui aussi partie de cette nouvelle culture écrite : les partitions et les livrets des pièces sont de plus en plus publiés.

  • 96 J.-C. Mainer, La Doma de la Quimera, pp. 63-64, p. 53.
  • 97 S. Hibbs-Lissorgues, Iglesia, prensa y sociedad en España.

33Selon José-Carlos Mainer, les feuilletons ne se résument pas aux mélodrames et aux contenus à l’eau de rose. Beaucoup d’entre eux seraient aussi des copies de romans historiques, voire de traités historiques (comme l’histoire des révolutions du fédéraliste Pi y Margall ou du républicain possibiliste Castelar, l’histoire du « dernier des Bourbons » du socialiste et républicain Fernando Garrido), de traités de géographie, de livres de voyage ou d’encyclopédies populaires. Les revues anarchistes, ou certaines maisons d’édition populaire radicale telle Sempere (Valence), poursuivent cette tâche de vulgarisation des imprimés scientifiques ou techniques à destination des milieux populaires. En reprenant les écrits du pédagogue républicain Rafael Altamira, Mainer montre aussi comment un secteur de livres éducatifs à bas prix se développe au début du xxe siècle : Altamira mentionne quelques manuels de vulgarisation dès 1903, et toute une série de collections de livres à bas prix en 191496. L’investissement des milieux républicains, socialistes et anarchistes dans la production de livres pédagogiques répond à l’organisation plus précoce de l’édition de livres catholiques à bas prix : la production de catéchismes, de vies de saints et autres feuilles dévotes augmente à partir de la moitié du xixe siècle. Entre 1891, moment où les Jésuites créent les éditions de La Lecture dominicale, et 1912, où l’on recense 550 publications périodiques catholiques, le marché de l’imprimé des « bonnes lectures » populaires s’étend considérablement97.

  • 98 S. Salaün, El Cuplé, p. 66.
  • 99 A. Viñao, « Los discursos sobre la lectura ».
  • 100 F. Garrido, La España contemporánea, t. II, p. 986, cité par A. Viñao, « Los discursos sobre la lec (...)
  • 101 J.-L. Guereña, « Fuentes para la historia de la sociabilidad ».
  • 102 A. Viñao, « Los discursos sobre la lectura », pp. 92-93. L’effort catholique se dirige vers aussi v (...)

34Le prix des livres, y compris dans les éditions populaires, reste trop élevé à la fin du siècle pour un ouvrier (entre 2 et 4 pesetas, soit un salaire journalier), alors que les fascicules de littérature en tranches seraient plus accessibles (15 centimes pour une nouvelle)98. À la différence des imprimés populaires les plus commerciaux, édition et presse militantes s’appuient sur un circuit de distribution para-commercial extrêmement étendu. Les bibliothèques populaires, financées par des fonds privés ou municipaux, visent l’instruction et la moralisation des milieux populaires99. En 1861, dans son traité L’Espagne contemporaine, ses progrès moraux et matériels, le socialiste et fédéraliste Fernando Garrido recense 12 bibliothèques des Sociétés économiques d’Amis du Pays, celles de 24 athénées, académies et sociétés scientifiques et 575 « casinos et associations pour la lecture100 ». En 1867, les statistiques officielles mentionnent 942 casinos et cercles (mais tous ne sont pas nécessairement dotés d’une bibliothèque). Le Sexennat démocratique soutient ces bibliothèques : entre 150 et 200 lots de livres sont envoyés en 1869 aux bibliothèques des écoles municipales, des athénées et sociétés d’instruction. Si la Restauration évite toute initiative gouvernementale en la matière, le développement des associations d’instruction se poursuit. Les athénées, cercles et casinos se multiplient et prennent de plus en plus souvent le nom de « sociétés de récréation101 », associant le passe-temps (jeux de cartes et représentations théâtrales) à la sociabilité de quartier, à la communication des idées par la lecture de la presse et à l’instruction par le livre. Le secteur catholique organise en parallèle son propre réseau de bibliothèques. En 1890 est ainsi fondée à Barcelone L’Œuvre des Bonnes Lectures, qui édite des revues catholiques et dispose d’un réseau de salles de lecture102. Une expansion de la production et de la circulation de l’imprimé a donc bien lieu dans les capitales espagnoles après 1860, malgré les freins imposés par les limites de l’alphabétisation. La consommation de l’imprimé reste cependant bien en retrait par rapport à celle du théâtre pendant la même période.

III. — THÉÂTRE POUR TOUS

35À Madrid comme à Barcelone au cours du xixe siècle, l’accès aux nouvelles institutions et formes culturelles s’amplifie tout en restant restreint. Le théâtre se présente comme le lieu où ces restrictions sont le plus battues en brèche. De manière accélérée après les années 1860, sa fréquentation devient fréquente et régulière pour la majorité des deux populations urbaines. Cette ouverture s’explique par la mise en place de formules commerciales nouvelles, qui assurent à la fois la rentabilité des théâtres et l’intensification de leur fréquentation. Les prix d’entrée et les horaires s’adaptent aux besoins des différents secteurs des populations urbaines. Après avoir exposé ces mécanismes, il s’agit ici de prendre la mesure de l’importance de l’activité théâtrale et d’analyser un premier indicateur de la fréquentation : le nombre d’édifices par ville, et leur répartition par classe de théâtre et par quartier.

Un accès facilité : prix et horaires

  • 103 M. P. Espin Templado, El Teatro por horas en Madrid.
  • 104 Ibid., pp. 38-39 : un real la pièce, soit 0,25 peseta au début des années 1870.
  • 105 A. Fernández de los Ríos, Guía de Madrid, 1876, p. 574.
  • 106 E. Blasco, « Los teatros baratos », cité par M. C. Simón Palmer, Construcción y apertura de teatros (...)
  • 107 Á. L. Fernández Muñoz, Arquitectura teatral en Madrid, p. 141.

36La formule du « théâtre par heure » apparaît au théâtre Recreo de Madrid en 1867. Un groupe de trois acteurs, qui a pris en location cette modeste salle103, y transpose le format court de la représentation des cafés-théâtres. La séance théâtrale réduite à une heure est proposée plusieurs fois au cours de la même journée, jusqu’au nombre usuel de quatre séances les jours travaillés, et davantage encore les jours de fête. Les coûts restant presque fixes pour l’entrepreneur, il peut améliorer les bénéfices et réduire le prix d’entrée pour attirer le public104. Les salles les plus modestes, en termes de capacité et d’architecture théâtrale, sont les premières à adopter la formule : en 1876, Fernández de los Ríos recense parmi les « théâtres par heure » le Recreo, le Breton, le Luzón, l’Infantil, le Prado, le Buena-Vista105. Dès 1874, Eusebio Blasco compte quant à lui une dizaine de « théâtres à bas prix » convertis à la formule par heure106. Le rapport d’inspection municipale du théâtre España confirme en 1874 que ce sont les salles les plus modestes qui commencent par l’utiliser107.

37Son succès commercial grandissant, la formule du théâtre par heure est progressivement adoptée par des théâtres plus importants. La compagnie du Recreo s’installe au Variedades, plus vaste, dès le début des années 1870. Le théâtre Eslava, petit mais central, adopte à son tour le format par heure, suivi en 1879 par le Lara. Né comme un mode de fréquentation populaire, le théâtre par heure est bientôt adopté par les très larges milieux moyens désargentés de la capitale. Le comte Paul Vasili (pseudonyme de madame Adam) s’en étonne dans son guide mondain, La Société de Madrid, de 1886 :

  • 108 P. Vasili, La Société de Madrid, p. 184.

Vous pourrez constater à votre grand étonnement, comme je l’ai constaté moi-même, que, pour une ville de 500 000 habitants, il n’y a pas moins de dix-neuf théâtres dans la capitale de l’Espagne […]. Ces théâtres, à l’heure et à la pièce, sont fort jolis. Construits exprès pour la bourgeoisie, qui raffole de spectacle et n’est pas assez riche pour se payer le luxe d’une soirée complète, ils tablent sur la quantité des spectateurs108.

38Cette formule d’intensification de l’activité théâtrale et de sa consommation tarde à être adoptée à Barcelone. Les entrepreneurs de Barcelone utilisent d’abord d’autres moyens, comme la location hebdomadaire de leur théâtre à des sociétés particulières.

  • 109 AHCB, Fons Artis, « Teatros particulares ».
  • 110 « Revista de espectáculos », Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1881, « la moderna indus (...)

39Ces dernières, actives depuis les années 1850109, sont composées dans un premier temps d’amateurs qui louent des théâtres pour y jouer. Certaines sociétés de théâtre changent peu à peu d’orientation, devenant de véritables intermédiaires de vente et de fidélisation du public. Un dossier de contrats signés en 1883 entre plusieurs de ces sociétés et le théâtre Romea (fonds Artur Sedó, Institut del Teatre de Barcelone) montre comment les directeurs des petites salles utilisent la « moderne industrie des Sociétés particulières »110 les jours de creux de fréquentation, leur concédant l’exploitation du théâtre pour un prix légèrement supérieur à la rentabilité minimale de fonctionnement. La direction du Romea accorde ainsi à la Société Cervantés de

fonctionner dans ledit théâtre pendant la saison d’hiver tous les vendredis, et exclusivement avec la compagnie fournie par la Direction. […] Le choix des représentations sera une attribution exclusive de la Direction. […] Le type de prix fixé pour chaque représentation donnée au compte de D. Agustin Prades [directeur de la Sociedad Cervantés] est de 475 pesetas payables le jour de la représentation.

  • 111 Institut del Teatre [ci-après IT], « Contrato firmado con Fedrico Soler » ; Ibid., « Cartas de F. S (...)
  • 112 IT, « Contratos firmados para actuar una vez por semana funciones particulares a las Sociedades Lat (...)
  • 113 El Entreacto, 17, juillet 1874, p. 3 : « Concurrencia no le falta al Teatro de Novedades, pues el g (...)

40Un contrat de 1878 entre la direction du Romea et un directeur de compagnie, et un échange de correspondance entre ces mêmes partenaires en 1888, montrent que l’entreprise cesse de s’engager à représenter une œuvre nouvelle lorsque les bénéfices des entrées tombent en dessous du seuil de 300 pesetas pour une soirée en 1878, et de 400 en 1888111. Dans ses arrangements avec les sociétés particulières, la direction du Romea se garantit ainsi une marge confortable, si on la compare aux risques usuels de fonctionnement à perte les soirs de semaine. De même, la Société Latorre prend le théâtre à sa charge le samedi, et la Société Julián Romea le mercredi : les trois entités doivent s’entendre sur la fixation des prix et ne pourront plus les modifier sans nouvel accord. Elles n’ont pas non plus le droit d’organiser dans un autre théâtre des réunions « susceptibles de distraire le public qui assiste à titre de membres et d’abonnés aux représentations périodiques du Romea112 ». La revue El Entreacto résume les bénéfices de l’opération pour les directeurs, à propos du Novetats, en 1874 : « Le public ne manque pas au théâtre Novedades, car le grand nombre de sociétés particulières se charge de remplir toutes les places, en exigeant des prix extrêmement modiques113. »

  • 114 Julián Romea, 7, 26 août 1874, p. 26.
  • 115 Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1881 ; Almanaque del Diario de Barcelona para el año  (...)
  • 116 Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1881 : « Fueron instituciones de invierno que desapar (...)
  • 117 Ibid. : « Los teatros del Olimpo y Jovellanos, reducidos á reunir en su recinto á una sociedad part (...)

41Cette formule de sous-traitance de l’abonnement est aussi très intéressante pour le public. Les quelques numéros conservés du bulletin de la société Julian Romea annoncent des tours d’abonnement pour quatre représentations seulement, et proposent même le billet à l’unité : contrairement aux abonnements classiques, la formule permet donc aux spectateurs membres de sociétés de ne pas débourser de trop grosses sommes114. L’almanach du Diario de Barcelona recense entre 13 et 14 de ces sociétés en 1880 et 1881115. Si ce nombre reste globalement stable entre les deux années, seules 6 d’entre elles restent sur pied d’une année sur l’autre, alors que les autres « furent des institutions d’hiver qui disparurent à la chaleur de l’été116 ». L’autre enseignement des listes du Diario concerne le profil des théâtres qui ont recours aux sociétés : théâtres mineurs du centre d’une part (Romea, Odeón et, plus modestes encore puisqu’ils ne sont actifs tout au plus que le dimanche, Olimpo et Jovellanos117), et théâtres provisoires du Passeig de Gràcia et de la place de la Catalogne (Buen Retiro, Novetats, Tívoli). Les théâtres de second ordre du centre de Barcelone connaissent ainsi une forme de fréquentation associative qui en fait des salles intermédiaires, entre théâtres publics et théâtres privés. À la fin des années 1880, toutefois, l’efficacité du théâtre par heure madrilène finit par s’imposer aux entrepreneurs barcelonais, qui adoptent aussi la formule : après les théâtres du Passeig de Gràcia, c’est au tour des salles du boulevard populaire du Parallèle de la reprendre.

  • 118 Listes de prix de théâtres par heure madrilènes d’après les Annuaires : voir C. delMoralRuiz, El Gé (...)

42L’impact exact de l’adoption de ces formules commerciales sur les prix d’entrée des théâtres est difficile à mesurer. Les données les plus accessibles proviennent des programmes des théâtres et des petites annonces publiées dans la presse118. En présentant toute l’étendue des différents prix selon le type de place, ce genre de sources rend néanmoins difficile l’appréciation de la variation des prix dans le temps, et pour chaque théâtre. Pour surmonter cette limite, il est possible de s’appuyer sur les sources fiscales afin de calculer les prix moyens par théâtre (tableau ci-contre).

  • 119 En divisant (recettes en cas de plein / nombre d’entrées).
  • 120 Pour la présentation intégrale des sources issues de la contribution industrielle versée par les th (...)

43Les théâtres doivent verser au fisc une contribution industrielle, dont l’assiette est basée sur la déclaration de leurs « recettes en cas de plein » et sur la durée d’activité de l’entreprise de théâtre contribuable. Les recettes en cas de plein déclaré (dont la fiabilité dépend de la bonne foi du contribuable) permettent de remonter au prix d’entrée moyen (déclaré) lorsqu’on connaît la capacité du théâtre119. Ce simple calcul n’est cependant pas toujours possible : d’une part, les registres d’inscription fiscale des entreprises de théâtre ne sont localisables qu’à Madrid120. D’autre part, les capacités des théâtres sont parfois introuvables ; on peut alors les estimer à partir des tarifs payés à la SAE (Sociedad de Autores Españoles), eux-mêmes proportionnels à la capacité et aux prix, mais on n’aboutit alors qu’à un prix moyen lui aussi estimé. Un autre problème concerne le mode de déclaration des « recettes en cas de plein » des théâtres par heure, qui déclarent en fait leur recette journalière maximale, faite de l’addition de toutes leurs sessions quotidiennes. Le prix d’une session en cas de plein peut alors être estimé en divisant les recettes par quatre (les quatre sessions journalières sont une moyenne des théâtres par heure) avant de les diviser par la capacité.

Tableau 1. — Prix d’entrée des théâtres madrilènes, d’après les recettes en cas de plein déclarées au fisc.

Tableau 1. — Prix d’entrée des théâtres madrilènes, d’après les recettes en cas de plein déclarées au fisc.

a Moyenne des recettes pour les saisons 1874-1875, 1875-1876, 1876-1877.
b Moyenne des recettes pour les saisons 1886-1887, 1887-1888, 1889-1890.
c Les fourchettes de prix sont utilisées lorsque différents entrepreneurs déclarent des recettes en cas de plein dif
férentes au cours d’une même année.
d Prix en gras lorsqu’ils sont calculés sur la base d’une capacité estimée.
e Prix en italiques : les recettes en cas de plein ont été divisées par quatre lorsque les théâtres fonctionnent en théâtre
par heure (sauf en 1907 : déclaration des pleins par session).
f Après 1888.
g Le budget de l’entrepreneur du Recoletos prévoit une entrée moyenne à 0,42 peseta en 1880, soit 1 peseta pour
les 72 personnes en loges (18 loges), 0,4 pour les 470 personnes assises sur des chaises, et 0,25 pour 100 personnes
qui ne paient que l’entrée dans le jardin.

Sources AGA, Matrícula Industrial de la Provincia de Madrid, « Empresas de Teatro », Hacienda, Fondo 15.03, Libros 9042, 9425, 9045, 9063, 9066, 9071.

44Le tableau ci-contre permet d’évaluer l’évolution des prix moyens des différents théâtres madrilènes. Il s’agit en fait d’un minimum, car d’une part leur fiabilité dépend de la bonne foi des contribuables, et d’autre part les prix auxquels on aboutit ne tiennent pas compte de la vente de nombreux billets par des revendeurs dans la rue, qui gagnent leur marge en poussant les prix des entrées qu’ils ont achetées aux théâtres. Lors des sessions extraordinaires des grands théâtres, ces marges peuvent être très importantes. Elles le sont moins, et presque inexistantes, pour les petits théâtres de quartier. Ces estimations recoupent toutefois les échelles de prix communiqués par la presse. Par la possibilité d’établir une série, elles permettent d’ébaucher une comparaison dans le temps et entre les différents théâtres. Elles démontrent que seuls quelques théâtres suivent la voie de leurs équivalents des autres capitales européennes, en élevant leurs prix pour répondre à la surenchère des dépenses de décors et de salaires aux vedettes. Les salles les plus élitistes de Madrid semblent entrer dans cette logique. Les prix des billets du Théâtre Royal sont multipliés par deux entre les années 1870 et les années 1880, et se maintiennent au cours des années suivantes à un niveau très haut (entre 6 et 7 pesetas par soirée, soit deux fois le salaire journalier d’un ouvrier). Le théâtre Español, théâtre de déclamation de propriété municipale, commence à des niveaux de prix beaucoup plus bas que le Real (moins de 2 pesetas au cours des années 1870 et 1880) mais les augmente progressivement par la suite, pour devenir l’un des théâtres les plus chers (3,20 pesetas en 1907) : la politique des entrepreneurs et acteurs Guerrero-Mendoza, qui reprennent le théâtre et en font le centre de programmation du répertoire du Siècle d’or et des pièces des grands auteurs « modernes », attire les milieux madrilènes les plus aisés. Le Princesa, autre théâtre de déclamation très élégant, se maintient toujours au-dessus de 2 pesetas l’entrée. Le Comedia se spécialise aussi dans les répertoires longs de déclamation, avec des prix légèrement inférieurs à ceux du Princesa, mais toujours supérieurs à 1,50 peseta et souvent voisins de 2. Au-dessus de ce seuil se placent enfin les théâtres-cirques les plus élégants, comme le Circo avant son incendie en 1876, le Price et le Príncipe Alfonso avant 1888.

45À l’image du Príncipe Alfonso, certains des théâtres les plus chers cassent cependant leurs prix à partir du milieu des années 1880 en se tournant vers l’exploitation du théâtre par heure. Les prix d’entrée de l’Apolo, chroniquement déficitaire depuis son ouverture en 1873, passent de 1,35 peseta à 30 à 40 centimes grâce à la nouvelle formule. Le Zarzuela fait chuter ses prix de 2 pesetas à 50 centimes en moyenne, pour atteindre 70 centimes en 1907. Ces salles rejoignent alors le groupe des théâtres par heure les plus chers, dont le prix moyen est supérieur à 50 centimes (soit à peu près un quart du prix des théâtres de session longue). Ce groupe est aussi composé du Lara, du Gran Teatro récemment construit, et de théâtres par heure qui commencent, à l’inverse, avec des prix plus bas (autour de 30 centimes) et les haussent à mesure de leur succès : il en est ainsi de l’Eslava, du Variedades avant son incendie, du Cómico et du Romea. Ces théâtres à 50 centimes, centraux et producteurs de pièces courtes et comiques (género chico), sont facilement accessibles aux milieux moyens.

  • 121 Anuario administrativo y estadístico de la Provincia de Madrid, pp. 277 et 282 : « état moyen des s (...)
  • 122 C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, pp. 52, 80, 176, 193.
  • 123 Reformas sociales : información oral y escrita publicada de 1889 a 1893, pp. 189-190.
  • 124 C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, pp. 82-83.

46Selon l’Annuaire administratif et statistique de Madrid de 1868, les salaires journaliers sont de 14 reales (3,50 pesetas) pour un employé maçon ou un employé menuisier, 10 reales pour un assistant, 7 à 8 reales pour un journalier121. Ces salaires semblent assez stables : Carmen del Moral estime qu’au cours des années 1890 le salaire de base d’un ouvrier sans qualification pour une journée de dix heures est de 12 à 16 reales (3 à 4 pesetas), alors qu’un typographe peut en gagner 18 (4,50 pesetas), un machiniste 20 (5 pesetas) — mais les femmes et les journaliers gagnent au maximum 2 pesetas122. Au cours des années 1880, une Commission des Réformes Sociales, mise en place par le gouvernement, lance une grande enquête sur les conditions de vie des ouvriers espagnols, menée à bien à Madrid. Le maçon Rivera explique dans son rapport que, si le salaire est bien de 3,50 pesetas par jour, le budget d’une famille doit se compter sur 293 jours ouvrables seulement, soit 1 025 pesetas à l’année et 2,81 par jour, dont il faut retirer 65 centimes pour le logement. Une famille populaire n’aurait donc que 2,16 pesetas par jour (mais aucun salaire féminin ni celui des enfants ne sont comptés)123. Les salaires madrilènes sont, par ailleurs, grevés par les dépenses d’alimentation : en raison d’une production locale très faible et de la hauteur exceptionnelle de l’octroi, les produits alimentaires madrilènes sont extrêmement chers. La crise économique de la dernière décennie du siècle aggrave encore cette cherté, portant les produits de base à des prix beaucoup plus élevés qu’à Londres ou Paris124.

  • 125 Selon Carmen del Moral, la consommation individuelle de pain est à peu près de 140 kilos par an ; l (...)

47Dans ce contexte, les disponibilités financières des milieux populaires semblent extrêmement réduites. Si l’on compte 1 peseta pour une ration alimentaire journalière de survie au moment du pic de cherté de 1898125, les dépenses minimales d’alimentation et de logement laissent dans le budget du maçon Rivera une disponibilité journalière de plus de 1 peseta une fois assuré le minimum vital. Un billet de théâtre inférieur à 50 centimes devait bien pouvoir être dépensé de temps en temps. Or, au sein des salles dont les prix moyens ont été établis, certains théâtres restent nettement en dessous de ce seuil pendant toute la période, comme ceux des quartiers du sud populaire de la ville (le Novedades, le Madrid-Barbieri) ou ceux des quartiers du nord (Martín, et plus tard l’Hernani). Le premier d’entre eux commence par s’afficher comme un théâtre élégant, mais est peu à peu déserté par sa clientèle de départ : le billet passe alors d’un peu plus de 1 peseta à des prix abordables situés autour de 25 centimes, soit un peu plus d’une ration individuelle journalière de pain.

  • 126 « El Teatro y el “cine” », El Arte del Teatro, 15 août 1907, II, 34, p. 1 : « Por lo que le cuesta (...)

48Pour les travailleurs qui gagnent 3 pesetas par jour, le rapport entre le prix d’un billet de théâtre à 25 centimes (1 real) la place et leur salaire est de 1 à 12, ce qui assure un accès relativement large au théâtre dès cette époque. Or ces prix baissent encore par la suite. L’entrée moyenne à une session au théâtre Barbieri, qui consacre désormais une partie de ses programmations aux variétés, passe de 25 centimes à 14 centimes en 1907. À cette date, ce prix n’a plus rien d’exceptionnel, en raison de la multiplication des salles de spectacle de fortune, offrant des sessions de cinéma-variétés-théâtre. Selon une enquête sur « Le théâtre et le“ciné” » parue dans le magazine El Arte del Teatro en 1907 : « Au prix qu’une famille dépense pour assister à une seule représentation de n’importe quel théâtre, elle peut voir dix ou douze sections dans les cinémas ; c’est-à-dire qu’elle peut se distraire pendant 6 ou 7 jours126 ».

49Il est plus difficile d’établir le prix moyen de ces dernières en raison de l’absence de données exactes sur les capacités fluctuantes de ces salles : un minimum de 200 places peut cependant être établi d’après les rapports d’inspection de quelques salles, ce qui peut permettre de connaître les prix maximaux de ces théâtres en 1907 (toujours d’après les sources fiscales utilisées précédemment). Les prix réels peuvent descendre à moins de la moitié de ces maxima, car certaines de ces salles étaient plus proches de 500 places que de 200. Les salles abordables pour le budget des ouvriers qualifiés se sont donc encore multipliées. Le théâtre sous son format court, mélangé à des sessions de cinéma et de variétés, est alors accessible à d’amples secteurs des milieux populaires madrilènes.

Tableau 2. — Prix d’entrée des théâtres-cinémas-salons de Madrid, 1907, d’après les recettes déclarées au fisc, prix maximaux moyens.

Tableau 2. — Prix d’entrée des théâtres-cinémas-salons de Madrid, 1907, d’après les recettes déclarées au fisc, prix maximaux moyens.

Source AGA, Matrícula Industrial, 1907, Libro 9071.

50L’absence de registre de Contribution industrielle à Barcelone rend impossible l’établissement de moyennes de prix équivalentes. Les prix annoncés par les entrepreneurs de théâtre de Barcelone dans la presse, qui correspondent à des minimums puisqu’ils doivent attirer le public, se situent cependant au niveau de ceux des théâtres les moins chers de Madrid, comme le montre le tableau suivant.

Tableau 3. — Prix d’entrée des théâtres de Barcelone annoncés par la presse (« ? » : lorsque l’activité de la salle est annoncée sans mention du prix).

Octobre 1875

Mai 1881

Décembre 1888

Décembre 1895

Liceu

0,5-5

?

?

Principal

1

0,75-2

?

1-15

Líric

1-15

Circo Barcelonés

0,37-0,50

0,75-3

0,50-1

Romea

0,50-0,75

0,50-0,75

0,50-1

0,50

Odeón

0,50-0,75

0,50-0,75

Olimpo

0,50

?

?

?

Tívoli

0,25

0,37

0,50

0,50-2

Español

(9 cuartos)

(10 cuartos)

?

Prado Catalan

9 cuartos

Novedades

?

0,50

0,50-0,75

0,50

Principal Gràcia

0,50

0,25 paradis

Buen Retiro

0,50

Eldorado

0,50-0,75

0,50-0,75

Gran Vía

0,25

Sources El Correo de Teatros, 2 octobre 1875 ; « Diversiones públicas », El Diluvio, 1er-2-3-4-5-6-7-8 mai 1881 ; « Espectácu los », La Vanguardia, 3 décembre 1888, 1er-2-3-4-5-6-7-8 décembre 1895.

51Le Tívoli, grand théâtre de 3 000 places, vend ses places 1 real au cours des années 1870, avant d’augmenter progressivement ses prix au cours des décennies suivantes. Le Circo Barcelonés, situé à proximité du port et fréquenté par les ouvriers du Raval, pratique aussi des prix inférieurs à 50 centimes jusque dans les années 1880. L’entrée au paradis du théâtre Principal de Gràcia, situé dans un faubourg d’artisans, et du théâtre par heure Gran Via, reste à 25 centimes dans les années 1890. À l’inverse, les théâtres plus élitistes comme le Liceu, le Principal et le Líric pratiquent des prix bien supérieurs. Un aperçu plus exact des prix des théâtres de Barcelone est fourni par un document isolé, tiré des archives fiscales de Barcelone : une taxe municipale est prélevée au titre d’impôt sur les « utilités » (utilidades) sur les recettes réelles des théâtres de la ville en décembre 1905. En utilisant seulement les chiffres de ces recettes autour des fêtes de Noël — le moment de fréquentation maximale de l’année —, on peut établir les recettes maximales et remonter au prix moyen du billet par la même opération qu’auparavant (division des recettes maximales journalières par le nombre de places). Sur le graphique 1, les prix d’entrée moyens de treize théâtres de Barcelone se révèlent inférieurs à 20 centimes, pendant que les prix de neuf théâtres sont compris entre 40 centimes et 1 peseta, et que se placent au-dessus le Novetats avec une place à 1,2 peseta, et le Liceo (1,4 peseta l’entrée en moyenne).

Graphique 1. — Prix moyen du billet (en pesetas) dans les théâtres de Barcelone en décembre 1905 (calcul d’après les recettes déclarées et la capacité).

Graphique 1. — Prix moyen du billet (en pesetas) dans les théâtres de Barcelone en décembre 1905 (calcul d’après les recettes déclarées et la capacité).

Source ACA, « Utilidades, 1906-1907 ».

  • 127 J. RomeroMaura, La Rosa de fuego, p. 144 ; salaires à la fin du siècle : ouvrier qualifié, 4 à 5 pe (...)

52Les salaires des milieux ouvriers barcelonais étant comparables à ceux de Madrid à la même époque127, et les octrois sur l’alimentation moins lourds, le budget des milieux populaires barcelonais leur laisse accès à neuf théâtres à 20 centimes au début du siècle (sans compter les multiples salles associatives de quartier, aux prix tout aussi bas).

  • 128 C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, p. 176.
  • 129 A. Garcia Balañà, « Ordre industrial i transformació cultural ».

53L’accès au théâtre est déterminé aussi par le temps que les publics peuvent consacrer aux loisirs. Les ouvriers travaillent au moins dix heures par jour, et les journées de douze heures restent communes dans plusieurs branches de métier. Les premières lois du travail, établies lors du Sexennat, ne sont pas respectées malgré les revendications ouvrières. L’obligation du dimanche férié n’est établie qu’en 1904, et seulement pour les femmes128. En 1886, la déclaration du maçon Rivera à la Commission des Réformes Sociales, déjà citée, n’en établit pas moins le nombre annuel de jours travaillés à 293 : 72 jours, en comptant les dimanches et les jours de fêtes religieuses, sont chômés par cet ouvrier qualifié de la construction madrilène, peu concerné par les réorganisations d’échelle de la grande industrie. L’assaut du patronat catalan contre les « excès » du loisir ouvrier, et notamment contre la pratique du lundi chômé, semble en revanche plus précoce129. Les travailleurs manuels sont ainsi divisés entre des groupes aux loisirs presque inexistants (sauf pour les femmes après 1904), plus nombreux à Barcelone en raison du développement plus important de l’industrie, et ceux qui bénéficient encore de leurs dimanches. L’obligation des jours de fêtes religieuses ou de périodes de chômage forcé peut cependant aussi concerner les plus pauvres des journaliers (peones), dont le travail n’est assuré qu’au jour le jour.

54À l’inverse de ces catégories au temps de loisir réduit, certains groupes de citadins oisifs peuvent disposer de leurs soirées et fréquenter le théâtre sans même attendre le dimanche ou les fêtes. En dehors des rentiers, qui ont profité des opérations de désamortissement, la société madrilène présente des catégories fournies de « semi-oisifs », en raison des effectifs très lourds d’étudiants, de militaires et de fonctionnaires cesantes (en cessation), sans compter les clercs, très nombreux mais théoriquement peu adeptes du théâtre. Ces mêmes catégories existent aussi à Barcelone, dans des proportions plus restreintes.

55La seule documentation fiscale localisée pour les théâtres de Barcelone, qui concerne l’imposition municipale au cours du mois de décembre 1905, permet d’établir la variation de l’activité des différents théâtres selon les jours de la semaine, suivant le graphique qui suit.

Graphique 2. — La fréquentation des théâtres entre jours travaillés et jours chômés, Barcelone, décembre 1905 (d’après les recettes quotidiennes déclarées et cumulées des différents théâtres au fisc, en pesetas).

Graphique 2. — La fréquentation des théâtres entre jours travaillés et jours chômés, Barcelone, décembre 1905 (d’après les recettes quotidiennes déclarées et cumulées des différents théâtres au fisc, en pesetas).

Source ACA, « Utilidades, 1906-1907 ».

56En décembre 1905, les recettes des théâtres de Barcelone augmentent fortement le samedi et le dimanche : elles varient de 1 à 4 ou 5 pour les deux grands théâtres de divertissement du Tívoli et du Novetats, dont les prix moyens d’entrée sont relativement élevés (0,8 et 1,2 peseta). L’écart de 1 à 4 est le même pour un grand théâtre populaire, le Circo Español, situé sur le boulevard industriel du Parallèle. Certaines périodes de forte activité sont plus longues : les jeudi 7 et vendredi 8 précèdent le pic du samedi et dimanche qui suivent (le 8 correspond à la fête de l’Immaculée Conception), mais c’est surtout entre le samedi 23 et le mardi 26, à Noël, que la fréquentation augmente massivement. Ce moment est constamment signalé comme l’un des pics de fréquentation annuelle. Le public enfantin et féminin y étant plus nombreux, on considère d’ailleurs toujours cette période comme propre à la mise en scène de pièces peu exigeantes d’un point de vue culturel.

  • 130 C. Baroja y Nessi, Recuerdos de una mujer de la generación del 98, p. 55.

57Le public concerné par les fortes hausses de fréquentation des dimanches et jours de fête ne se limite pas aux travailleurs. Dans ses mémoires, Carmen Baroja, sœur du romancier Pío Baroja et mère de l’historien et essayiste Julio Caro Baroja, a raconté ses années d’adolescence dans une famille moyenne résidant à Madrid pendant les années 1898 à 1902. Elle se rend habituellement au théâtre, accompagnée de sa mère, le dimanche après-midi. Alors qu’elle se souvient de l’« énorme discipline » qui régnait sur sa vie, le dimanche apparaît comme le seul jour autorisé de relâche partielle des activités sérieuses et domestiques130. La fréquentation du théâtre l’après-midi des jours fériés, tant par les travailleurs que par les femmes et les enfants des familles moyennes, apparaît particulièrement importante dans l’économie des théâtres, comme le souligne en 1907 l’entrepreneur de l’Eldorado, un théâtre par heure de Barcelone aux prix abordables. Dans une lettre au directeur d’une troupe de Madrid en tournée, il écrit :

  • 131 bc, ms.1342,p. 40,13 mai 1907,à Gabriel Guzman : « Pido las ocho obras por la siguiente razón : las (...)

Je demande huit œuvres [nouvelles] pour la raison suivante : celles que l’on mettra en scène le samedi peuvent être répétées le dimanche, après-midi et soir, mais doivent être changées le lundi [jour férié], après-midi et soir, car chaque théâtre, et surtout celui-ci, a son public d’habitués qui vient tous les après-midi des jours fériés, mais il ne viendrait pas si on répétait toutes les œuvres deux après-midi de suite131.

58À l’inverse de ce type de fréquentation se forme aussi un public d’oisifs, qui fréquentent le théâtre en semaine et à des heures tardives de la soirée. Les dernières sessions du théâtre deviennent peu à peu les plus fréquentées et impriment leur rythme à la vie urbaine, comme en témoigne le dramaturge Flores García :

  • 132 F. Flores García, Memorias íntimas del teatro, pp. 247-248 : « Ahora, con los teatros por secciones (...)

Aujourd’hui, avec les théâtres par section, on peut aller au spectacle à neuf heures et demie, ou une ou deux heures plus tard. En comptant sur cette facilité, on mange après huit heures du soir, et même parfois après neuf heures, ce qui fait que les grands théâtres sont déserts toute la soirée (car on perdrait le premier acte) et que dans ceux du genre court il n’y a personne à la première section132.

  • 133 Sur les horaires des théâtres et les réactions des autorités aux horaires tardifs, voir N. Membrez, (...)

59L’expansion du public des soirées concerne nécessairement des milieux plus sélectionnés socialement que ceux des habitués des après-midi, et ce type de fréquentation est plus développé à Madrid qu’à Barcelone133.

Un parc théâtral renouvelé

60Relativement démunies en théâtres au début du siècle, les deux villes rattrapent rapidement ce retard et en font un enjeu de leur prestige symbolique. Entre 1840, moment où les révolutions libérales se traduisent par des transformations profondes de l’espace urbain, et 1910, date après laquelle l’expansion autonome du cinéma, puis de la radio, met fin à l’empire du théâtre, des dizaines d’édifices théâtraux de toute taille et de tout style sont construits.

  • 134 C. Serrano, « Théâtre, sport et corrida ».
  • 135 Anuario administrativo y estadístico de la Provincia de Madrid, 1868-1869.

61Les autorités perçoivent rapidement cette inflation des lieux de spectacle et cherchent à la mesurer. Cet effort débouche sur l’élaboration de « statistiques morales », exploitées par Carlos Serrano. D’après ces données, Madrid compterait onze salles de théâtre dès 1859, et Barcelone quatre. Ce déséquilibre entre les deux villes serait corrigé au cours de la décennie suivante : en moins de dix ans (1859- 1867), Barcelone aurait vu le nombre de ses théâtres tripler pour atteindre quinze salles, pendant que le nombre de salles de Madrid serait resté stable (onze salles)134. Un annuaire statistique de Madrid de 1868 recense pourtant seize « théâtres publics », quinze « cafés-théâtres » et quatre cirques à cette date135. Le recensement et la comparaison du nombre de salles des deux villes au cours de la période sont cependant rendus très complexes par l’hétérogénéité architecturale et fonctionnelle des salles, et par l’instabilité de leur activité. En désengageant l’État de la surveillance des théâtres, la loi de libéralisation du théâtre (1869) raréfie par ailleurs les sources de recensement des salles. En dehors des annuaires et des guides urbains, une des rares sources disponibles après 1869 est produite par les auteurs et éditeurs qui surveillent l’activité des théâtres, et établissent des listes des salles en activité.

  • 136 Le mode de perception par tarifs fixes est censé correspondre à 10 % des bénéfices des théâtres (co (...)
  • 137 C. de Arroyo y Herrera, Novísima colección legislativa de teatros, dernière double page.

62Les éditeurs de musique et de textes théâtraux, puis la SAE après sa constitution (1899), cherchent à mesurer les bénéfices potentiels des théâtres pour percevoir des droits d’auteur à leur mesure. Ils établissent pour cela des tarifs selon leur estimation des capacités et des prix moyens pratiqués par chaque salle136. Même si cette estimation n’est pas nécessairement fidèle à l’importance réelle des différents théâtres, ces tarifs présentent l’intérêt de permettre à la fois de recenser et de classer les théâtres. Avant la constitution de la SAE, les tarifs imposés aux théâtres au titre des droits d’auteur sont publiés par des intermédiaires théâtraux à titre individuel. Carlos de Arroyo y Herrera, propriétaire d’un théâtre de Lérida (Catalogne), auteur de nombreux opuscules sur la réglementation et l’organisation pratique du théâtre au cours des premières décennies de la Restauration, publie ainsi deux « catalogues des salles de théâtre » du pays, en 1879 et 1882. Le premier présente les théâtres classés par ville et par rang, selon des critères commerciaux137. Le tableau ci-dessous reprend le classement d’Arroyo, en distinguant les salles selon leur date de construction. Il apparaît ainsi que la quasi-totalité du parc théâtral des deux villes présent en 1880 a été édifiée au cours des quarante années précédentes.

Tableau 4. — Salles de théâtre de Madrid et de Barcelone, 1879, classées par rang par Carlos de Arroyo y Herrera (construites avant 1840, construites après 1840).

Rang des
théâtres

Madrid

Barcelone

1er

3

Real, Español, Zarzuela

2

Liceo, Principal

2e

2

Apolo, Principe Alfonso

0

3e

10

Comedia, Rossini, Salon Eslava,
Buen Retiro, Martín, Recreo, Nove
Variedades, Alhambra, Romea.

9
dades,

Circo, Odeón, Romea, Olimpo,
Zarzuela, Español, Prado Catalan,
Novetats, Campos Eliseos

4e

5

Capellanes, Infantil, Cervantes,
Prado, Circo de Ribas

7

Tivoli, Oriente, Triunfo,
Mendizábal, Variedades,
Jovellanos Principal de Gracia

Total

20

18

Source D’après Carlos de Arroyo y Herrera, Proyecto de Reglamento Artístico Teatral, AHN.

  • 138 Anuario Bailly-Baillière, « Espectáculos Públicos », 1879-1880.

63À la fin des années 1870, les deux villes sont dotées de théâtres en nombre presque équivalent (20 à Madrid et 18 à Barcelone) : les informations d’Arroyo recoupent celles de l’Annuaire Bailly-Baillière de la même année138. Les théâtres monumentaux sont cependant notoirement plus nombreux dans la capitale de la monarchie (5 théâtres de 1er et 2e rangs, contre 2 à Barcelone). Cette inégalité peut provenir d’un biais de la source, la tendance des éditeurs et auteurs à surtaxer les théâtres de la capitale par rapport à ceux des provinces étant continue tout au long de la période. Elle reflète cependant aussi l’engagement plus important des élites madrilènes dans les constructions de type somptuaire, orientées vers l’affirmation de leur propre prestige, et les différenciations introduites par les fonctions de capitale étatique et nationale de Madrid. À l’opposé, l’offre en théâtres de dernière catégorie est particulièrement importante à Barcelone (7, contre 5 à Madrid). On ne retrouve pas la hiérarchie de 1879 dans le nouveau recensement des théâtres publié par Arroyo en 1882 ; sa nouvelle liste est en revanche beaucoup plus complète.

Tableau 5. — Équipement en théâtres, 1882.

Tableau 5. — Équipement en théâtres, 1882.

a « et beaucoup de subalternes ».
b « et d’autres subalternes ».

Source D’après C. de Arroyo y Herrera, « Catálogo general de los Teatros de la península é Islas adyacentes ».

  • 139 Archivo histórico nacional (Madrid) [ci-après AHN], « Sobre las reformas que es necesario efectuar  (...)

64L’inflation du nombre de théâtres recensés par Carlos de Arroyo entre 1879 et 1882 s’explique par son attention plus soutenue aux petites salles des faubourgs des deux villes et de leur agglomération à la deuxième date. Les 26 théâtres recensés à Madrid coïncident avec un rapport d’inspection des théâtres de 1882, conservé aux Archives Historiques Nationales139. Arroyo recense aussi 39 théâtres à Madrid (capitale et province), et 59 à Barcelone (capitale et province), ce qui montre l’importance de l’équipement périurbain en petites salles, et l’avantage pris par Barcelone en ce domaine. Les fortes densités théâtrales de la capitale catalane se diffusent en effet dans sa périphérie immédiate, et gagnent les provinces voisines de Gérone et de Tarragone. Le nombre de théâtres de ces dernières serait supérieur à celui des deux grandes villes qui suivent Barcelone dans la hiérarchie urbaine du pays, Séville et Valence.

  • 140 « Espectáculos Públicos », Anuario Bailly-Baillière, 1888, 1898, 1908.
  • 141 Ces chiffres recoupent ceux du registre de l’impôt sur les entreprises théâtrales à Madrid, qui ser (...)

65Pour la période suivante, les décomptes continuent à changer selon les types de source et leur attention variable aux salles mineures. Les Annuaires Bailly-Baillière, qui présentent des listes de théâtres par ville, se focalisent par exemple sur les salles les plus notables. Ces salles sont numériquement stables au cours des années 1880 et 1890, leur nombre dépassant à peine la vingtaine dans chaque ville140. Les constructions de théâtres sont freinées après la décennie 1880 et jusqu’au milieu des années 1890141. Elles reprennent à la fin du xixe siècle, et surtout au cours de la première décennie du xxe. Les salles mixtes, dédiées à la fois au théâtre, au cinéma et aux variétés, et dont une bonne partie sont des constructions peu coûteuses, se multiplient.

Tableau 6. — Théâtres et lieux de spectacles.

1879-1880

1888

1898

1908

Madrid

21

21

24

18 théâtres, 3 cirques
5 cinémas (avec variétés et théâtre)
25 salles de « spectacles publics »
Total : 51

Barcelone

13

17

20a

24 « théâtres et spectacles publics »
32 cinémas (avec variétés et théâtre)
Total : 56

a En excluant trois Frontones et l’Hippodrome, classés dans la même catégorie.

Source D’après Anuario del Comercio, de la Industria, Bailly-Baillière.

  • 142 « Tarifas de Teatros », Boletín Oficial de la Sociedad de Autores Españoles.

66Une autre source permet de mieux tenir compte des salles mineures après 1900. La Société des Auteurs Espagnols, qui administre les droits d’auteur à partir de 1899, publie dans son Boletín Oficial de la Sociedad de Autores Españoles les « tarifs » que ses administrateurs doivent appliquer à chaque théâtre du pays. Entre 1907 et 1909, elle recense à Madrid 18 théâtres, 14 « teatros, coliseos, cinematógrafos », 23 « cercles » dotés de théâtres, et dans la province de Madrid 48 théâtres toutes classes confondues. À Barcelone, où la source ne procède pas à la même différenciation des locaux entre théâtres et « teatros, coliseos, cinematógrafos », la SAE compte 24 théâtres, 56 « cafés et sociétés avec un local propre » pour les représentations théâtrales dans la capitale, et 128 salles dans le reste de la province142. La comparaison de ce recensement avec les listes de l’Annuaire Bailly-Baillière de 1908 montre cependant qu’une partie importante des locaux de spectacle passe entre les mailles du filet des administrateurs des droits d’auteur, et que les listes de la SAE doivent être considérées comme des minimums. Ce parc théâtral impressionnant est cependant très différencié, comme le montrent le tableau suivant et sa représentation graphique, élaborés à partir des tarifs de la SAE.

Tableau 7. — Salles de théâtres de Madrid et de Barcelone, 1907-1909.

Nombre de salles selon
les droits perçus par la saea

Madrid
capitale province

Barcelone
capitale province

droits ≥ 36 pesetas

1

36 > droits ≥ 20

12

5

20 > droits ≥ 10

3

10 1

10 > droits ≥ 5

95

9 15

5 > droits ≥ 2

30 36

17 103

2 > droits ≥ 0

7

39 9

Total

55 48

80 128

Total

103

208

a Tarif fixé par acte de comédie (inférieur à celui d’un acte de zarzuela).

Source D’après Boletin Oficial de la Sociedad de Autores Españoles, « Tarifas de teatros ».

Graphique 3. — Salles de théâtres selon les droits versés à la SAE (1906-1909).

Graphique 3. — Salles de théâtres selon les droits versés à la SAE (1906-1909).

67Au début du xxe siècle, les salles de premier rang sont moins nombreuses dans les deux villes que les salles mineures, dont la capacité et les bénéfices potentiels sont modestes et qui ne fonctionnent pas en continu. La construction de théâtres élitistes est devenue rare : les années 1870 et 1880 profitent aux théâtres de moyenne catégorie, et les années 1890 et 1900 aux petites salles associatives ou d’usages mixtes. La répartition entre types de salles n’est pas la même dans les deux villes. Les théâtres de premier rang continuent à être plus nombreux à Madrid qu’à Barcelone : on recense dans la capitale 13 salles dont les tarifs de droits d’auteur sont supérieurs à 20 pesetas par acte de comédie, contre 5 du même acabit à Barcelone. À Barcelone, les grandes salles de théâtre sont plus couramment classées dans la catégorie comprise entre 10 et 20 pesetas par acte de comédie : on en compte 35 à Barcelone et sa province, contre 17 à Madrid et sa province. Le décalage s’accentue en faveur de Barcelone en ce qui concerne le réseau des petites salles : on compte 168 salles dont les tarifs sont inférieurs à 10 pesetas à Barcelone et sa province, contre 73 à Madrid et sa province.

  • 143 Ces capacités globales ont été obtenues en additionnant celles des différents théâtres établies par (...)
  • 144 En 1887 : 470 283 habitants à Madrid (C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, p. 53), soit une plac (...)
  • 145 Comparaison d’après C. Charle, « L’attraction théâtrale des capitales au xixe siècle ».

68La densité théâtrale des deux capitales apparaît encore plus impressionnante si on rapporte le nombre de places ainsi proposées au nombre d’habitants de chaque ville. La capacité globale des théâtres recensés par l’Annuaire Bailly-Baillière, qui représente le nombre minimal de places offertes (les théâtres mineurs étant peu pris en compte par cette source), peut être estimée à 26 800 places à Madrid en 1898, et à 25 200 places à Barcelone la même année143. La comparaison avec les autres capitales européennes révèle la densité plus forte de l’offre théâtrale à Madrid et à Barcelone qu’ailleurs. On compte en effet 20 habitants par place à Barcelone, et 19 à Madrid en 1898144, alors que 62 Parisiens doivent partager une même place à la même date, que l’on compte 88 Viennois par place de théâtre disponible en 1890, et 47 Berlinois en 1897 ; Londres s’approche peut-être davantage de Madrid et de Barcelone puisque l’on y compte 57 habitants par place dès 1866145. Contrairement à tous les autres indicateurs culturels à la fin du xixe siècle, le théâtre paraît donc beaucoup plus amplement produit et consommé dans les deux capitales espagnoles que dans d’autres capitales européennes (même si une comparaison avec les villes italiennes se révélerait probablement plus proche des cas espagnols). La distribution spatiale des salles de théâtre dans les deux villes confirme le caractère très accessible du théâtre pour les différents secteurs des deux populations urbaines.

Paysages théâtraux comparés

  • 146 J. Busquets, Barcelona, p. 70.

69La localisation des théâtres construits à Barcelone entre 1840 et 1870 s’explique avant tout par les opportunités immobilières ouvertes par le désamortissement. La sociologie urbaine reste encore relativement peu différenciée, même si la spécialisation industrielle et ouvrière concerne certains quartiers en priorité : l’est de la Rambla, le quartier de la Barceloneta proche du port, et les villages de la plaine. La Rambla, axe central qui conduit de la principale sortie de la ville (place de la Catalogne) au port, attire presque toutes les constructions théâtrales au début du xixe siècle, qui rejoignent ainsi l’ancien théâtre Principal (réformé en 1848, il atteint 2 000 places) et le nouvel opéra du Liceo. Limite de la ville médiévale, la Rambla constituait jadis un large espace réservé au déversement des eaux torrentielles occasionnelles, et le lieu privilégié par la suite pour l’implantation de couvents à l’extérieur de la muraille. À mesure que l’ancienne muraille est détruite (à partir du début du xviiie siècle), les palais nobiliaires s’installent dans le voisinage des couvents. Au xixe siècle, les opérations de désamortissement conduisent à l’acquisition de nombreuses propriétés ecclésiastiques le long de cet axe, par des particuliers et par la Ville. Les autorités municipales profitent de ces acquisitions pour aménager de nouvelles places ouvertes sur l’espace de couvents détruits, comme la place San José (occupée jusqu’à aujourd’hui par le marché de la Boquería) et la plaza del Rey146. Les industriels enrichis profitent aussi de ces espaces libérés pour construire de nouveaux palais particuliers, comme le fait encore Eusebi Güell en commanditant Gaudí à la fin du siècle (palacio Güell, 1886).

  • 147 J. Coroleu, Guía del forastero en Barcelona, p. 222.

70De nouveaux théâtres sont bâtis sur ces mêmes emplacements libérés sur la Rambla, comme le théâtre Nuevo (temporairement élevé en 1843 à l’emplacement de l’ancien couvent des Capucins, puis détruit pour aménager la plaza del Rey) puis le Liceo (1847). Le grand théâtre du Circo Barcelonés est ensuite construit à l’extrémité de la Rambla la plus proche de la mer (1853, 2300 places). La vente des locaux du couvent Saint-Augustin, proche de la Rambla côté sortie de la vieille ville, permet quant à elle l’aménagement de deux petits théâtres. L’Odeón (800 places, 1844), qui s’installe dans l’ancienne bibliothèque conventuelle, est réputé attirer le public ouvrier du quartier. Un peu plus loin sur la même rue, le Romea (1200 places, 1863) est aménagé dans une autre salle des Augustins147. Le Jovellanos est lui aussi construit à proximité de la Rambla (600 places, 1867), dans le quartier ouvrier du Raval, et vise une fréquentation moyenne et modeste.

  • 148 S. Michonneau, Barcelone, mémoire et identité, p. 24.

71La destruction des murailles de Barcelone en 1854, en faveur de laquelle milite la municipalité, est vécue comme un épisode important d’émancipation collective148. Comme pour compenser les années où la sortie de la ville était soumise au couvre-feu, la promenade du soir sur le Passeig de Gràcia, la grande allée (encore très champêtre) qui conduit des portes de la ville au village de Gràcia, devient très prisée. Des théâtres apparaissent sur la promenade, associés à cette pratique du paseo : construits en matériaux légers (bois et toile), ils ne sont pas couverts et ne fonctionnent qu’à la belle saison (début juin à fin septembre), période pendant laquelle les théâtres du centre-ville sont traditionnellement fermés en raison des fortes chaleurs, du manque d’aération des salles et du veraneo (la migration d’été) pratiqué par les élites urbaines. Formés d’une scène en bois démontable à laquelle font face des rangées de chaises librement disposées par le public, ces théâtres sont aménagés dans des jardins de loisirs inspirés de la mode européenne, comme l’indique le nom du Jardín de los Campos Elíseos, le premier du genre, inauguré en 1853. Aux spectacles de feux d’artifice et aux bals succèdent les représentations théâtrales de spectacles légers et chantés. Le succès de la formule fait des émules. D’autres jardins théâtraux s’ouvrent tout le long du Passeig de Gràcia et le transforment en un véritable boulevard des loisirs d’été : Jardines del Tívoli, Prado Catalan, Jardines de la Ninfa, Jardín de las Delicias, Zarzuela.

  • 149 J. Coroleu, Guía del forastero en Barcelona, p. 222 : « El antiguo era más elegante que el moderno (...)
  • 150 Enciclopedia artística, p. 245 : « Debido á que la población ha extendido su movimiento en otras di (...)

72Sur les traces de ces jardins de loisirs se met en place au cours des décennies suivantes une nouvelle ceinture théâtrale, érigée au cœur des nouveaux quartiers en construction. Comme le montre la carte de l’équipement théâtral barcelonais vers 1888 (voir planche III), les édifices construits après 1870 sont tous situés à l’extérieur des anciennes murailles, alors que seul le théâtre public de Gràcia (le Principal) est élevé hors de l’enceinte avant cette date. Les nouveaux quartiers de l’Eixample attirent les ménages les plus aisés qui fuient le centre ancien. Le déclin du théâtre du Circo Barcelonés, situé dans la zone la plus éloignée de la ville nouvelle, près des arsenaux du port et au pied des Ramblas, est révélateur de l’impact de cette évolution urbaine sur le profil social des théâtres du vieux centre. Construit en 1853 comme une réplique de l’aristocratique théâtre du Cirque de Madrid, il présente deux étages de loges spacieuses, dotées de cabinets particuliers. Sa reconstruction en 1869 après un incendie affecte ce profil : selon le guide de Barcelone de Coroleu, l’ancien local était « plus élégant149 ». Avec le recul du temps, un guide de 1908 attribue cependant cette évolution au « mouvement » de la ville « dans d’autres directions150 ». Les théâtres du Passeig de Gràcia visent d’abord une clientèle moyenne et modeste, mais leur public et leurs prix s’élèvent progressivement. Leurs capacités sont importantes, les salles actives hors des murailles offrant à elles seules près de 10 000 places à la fin des années 1880. Ces théâtres sont idéalement placés pour recevoir les visiteurs des villages industriels de la périphérie barcelonaise et ceux de la région, qui arrivent par la gare construite à proximité de la place de la Catalogne. Le nouveau centre urbain de Barcelone, autour de cette place en chantier, s’affirme ainsi en reliant le nouveau réseau des transports urbains aux grands lieux de spectacle.

  • 151 E. deAmicis, Spagna, p. 135 : « Come per le passeggiate, cosi in fatto di teatri e di spettacoli, M (...)

73L’évolution du paysage théâtral de Madrid au cours de la seconde moitié du xixe siècle est comparable à celle de Barcelone : densification des théâtres du centre ancien et construction de nouvelles salles sur la grande promenade de sortie de ville (Paseo del Prado, Paseo de Recoletos) [voir planche I]. Dans son guide de l’Espagne publié en 1873, l’Italien Edmundo de Amicis affirme qu’« en fait de théâtres et de spectacles, Madrid est, sans aucun doute, une des premières villes du monde151 ». Il évoque les « théâtres de premier ordre, pour leur ampleur, leur élégance et leur fréquentation », mais est aussi impressionné par la « couronne de théâtres mineurs destinés aux compagnies dramatiques, aux compagnies équestres, aux académies musicales, aux vaudevilles, des théâtres à salles, à loges, à galeries, grands et petits, seigneuriaux et plébéiens, à portée de toutes les bourses, pour tous les goûts et pour toutes les heures de la nuit ». Ces salles variées, dont seule une partie peut être cartographiée tant elles sont mobiles, se regroupent selon de Amicis autour des principaux centres du loisir madrilène : la Puerta del Sol, réaménagée dans le centre ancien, la rue d’Alcalà, qui relie cette dernière à la sortie est de la ville, les promenades du Prado et de Recoletos, vers lesquelles confluent les équipages et les piétons au son des musiques des théâtres qui les bordent.

  • 152 C. Sambricio, La Arquitectura española de la Ilustración.
  • 153 E. Sepúlveda, La Vida en Madrid en 1887, p. 48 ; E. Valverde, Plano y Guía del viajero, p. 24.

74Ces promenades sont marquées par les interventions urbanistiques depuis la fin du xviiie siècle, lorsque la royauté redéploie sa présence urbaine vers la sortie est de la ville152. Charles III met alors en place les institutions scientifiques de l’Observatorio Astronómico et du Museo de Ciencias Naturales, devenu sous Ferdinand VII le musée du Prado, sur un axe fermé par deux places monumentales ornées de gigantesques statues de style classique : au sud celle de Neptune, et au nord celle de Cybèle. Le désamortissement de cette zone, longtemps occupée par de grands couvents, permet aux Madrilènes les plus riches de devenir propriétaires d’immenses terrains sur cette sortie de la ville, à proximité des nouveaux marqueurs du prestige culturel de la monarchie : le Paseo de Recoletos attire les hôtels particuliers, les palais des familles nobles ou des grands bourgeois. Au xixe siècle, les promenades du Prado, Retiro et Recoletos deviennent le lieu de parade quotidienne des femmes du grand monde et du demi-monde, selon le cliché consacré153. C’est aussi à proximité de cet axe que s’installent les jardins de loisir équipés de scènes, les théâtres-cirques ou les nouveaux théâtres élitistes comme le Princesa.

75La différenciation sociale de l’espace urbain madrilène commence alors à peine à s’affirmer. En 1885, le recoupement entre le profil social des quartiers et la typologie des édifices de théâtre est encore peu prononcé, et la dichotomie spatiale entre théâtres monumentaux et salles mineures reste peu marquée (voir planche I). Vingt ans plus tard, la géographie théâtrale madrilène est nettement plus différenciée, comme le montre la carte des théâtres de 1908 (voir planche II), qui recoupe la localisation des théâtres et la distribution des prix des logements par districts. Le paysage théâtral madrilène de 1908 apparaît plus dense dans le centre, et plus étendu vers la périphérie de la ville. Les petites salles associatives ou de théâtre-cinéma-variétés se sont multipliées autour de la Puerta del Sol (vers le théâtre Romea, no 15) et dans la zone populaire de Fuencarral (autour du théâtre Lara, no 9). La densification des lieux de spectacle de toutes catégories dans le centre urbain s’intègre dans l’affirmation de Madrid comme capitale du loisir moderne. L’équipement des quartiers plus périphériques s’affirme aussi. Les nouveaux quartiers de l’Ensanche sont dotés de quelques salles : deux dans le quartier moyen d’Argüelles (nos 17 et 61) et quatre dans le quartier élégant de Salamanca (autour du no 20). Les faubourgs plus populaires présentent eux aussi une riche desserte en salles de spectacle : entre La Latina, Lavapiés et la rue d’Atocha (autour des nos 12, 19 et 18), quartiers les plus pauvres du centre ancien, les salles de spectacle pullulent, tout comme dans les quartiers nord de Chamberí (nos 28b, 55 et 31) et même à proximité du quartier populaire de l’extrarradio de Cuatro Caminos (nos 63, 30).

76La carte de l’équipement théâtral de Barcelone en 1908 (voir planche IV) a elle aussi été élaborée à partir des données de la SAE, croisées avec celles de l’Annuaire Bailly-Baillière. Le classement des salles selon les tarifs de droits d’auteur demandés aux entrepreneurs fait se détacher cinq salles de première catégorie, toutes édifiées dans les zones centrales. Cette localisation est renforcée par la construction de nouvelles salles polyvalentes (cinéma-théâtre-variétés) au cours de la première décennie du siècle. L’encerclement du paysage théâtral de Barcelone par les salles périphériques, construites en masse sur le boulevard ouvrier du Parallèle et sur tout le territoire d’une municipalité pourtant très étendue après 1898 (le territoire municipal de Barcelone est alors cinq fois celui de Madrid), constitue néanmoins le point saillant rendu visible par cette carte.

  • 154 R. del Castillo, Gran Diccionario geográfico, t. I, p. 288, et t. II, p. 552 : province de Barcelon (...)

77La centralisation de l’équipement théâtral madrilène et la dispersion de celui de Barcelone se retrouvent à l’échelle de leur région urbaine. La localisation des théâtres de la province de Madrid est très contrastée entre la capitale et la région qui l’entoure. En dehors du centre madrilène, la province présente un relatif vide théâtral, seulement rompu par les sites royaux d’Aranjuez et de l’Escorial, par la ville plus dynamique d’Alcalá de Henares, et par l’activité des bourgs qui longent la route de sortie de la ville par le sud (Carabanchel, Getafe, Pinto). À l’inverse, la couverture théâtrale de la province de Barcelone est continue, et particulièrement dense dans les zones les plus industrielles. L’arrière-pays de Barcelone est doté de nombreux théâtres d’importance moyenne dans les grandes villes textiles de Terrasa, Sabadell et Manresa. Une multitude de petites scènes de type associatif équipe à distance régulière les bourgs ouvriers de la zone industrielle du delta du Llobregat (Sant Feliu) et des fleuves côtiers industrialisés du Llobregat et du Besòs. Le littoral, qui concentre aussi l’industrie, présente des centres d’activité théâtrale autour de Mataró, Badalona et Vilanova i la Geltrú. Les deux provinces s’étendent pourtant sur des territoires de superficie équivalente (7 731 km2 pour celle de Barcelone, et 7 762 km2 pour celle de Madrid). En 1887, le recensement décompte près de 900 000 habitants dans la province de Barcelone, contre 685 000 habitants dans celle de Madrid, alors que le poids démographique des deux villes approche 450 000 habitants154. Madrid, capitale étatique et de services, reste isolée au centre d’une région peu peuplée. Barcelone constitue en revanche le cœur d’une vaste région urbaine et industrielle étalée sur tout le littoral catalan, entre Tarragone et Reus au sud et Gérone au nord, et remontant au cœur de la province, le long des fleuves côtiers utilisés par l’industrie textile.

78La divergence socio-urbaine des deux capitales se reflète ainsi dans leur infrastructure en lieux de spectacle. L’équipement théâtral madrilène semble avant tout orienté vers la satisfaction d’une fréquentation de centre urbain, destinée aux secteurs aisés et moyens de la population, ainsi qu’aux visiteurs occasionnels et aux noctambules fréquentant les lieux centraux de divertissement à bas prix. La desserte théâtrale des quartiers populaires et des bourgs provinciaux s’améliore, mais reste bien en deçà de celle de leurs équivalents barcelonais. La ville comtale présente à l’inverse quelques théâtres monumentaux, mais elle est surtout équipée sur tout son territoire périurbain et régional de petits théâtres de quartier, construits à proximité des foyers industriels, et destinés en priorité à la fréquentation régulière des milieux ouvriers et moyens.

79Dotées de nouvelles institutions scientifiques, littéraires et artistiques, Madrid et Barcelone participent pleinement à la concurrence entre les capitales culturelles européennes du xixe siècle. L’appropriation d’une nouvelle culture libérale et nationale par les deux sociétés urbaines reste toutefois socialement restreinte, notamment par l’analphabétisme. Le théâtre s’affirme peu à peu comme le lieu culturel le moins clivé. Son accès est facilité par trois facteurs fondamentaux : une large échelle de prix (pouvant descendre très bas), des horaires adaptés à la fréquentation des travailleurs comme des oisifs, et une desserte des différents quartiers (grands théâtres centraux proches des gares, théâtres périphériques aux dimensions plus modestes). Pris entre l’élitisme des théâtres de prestige, les finalités nouvelles de la « récréation » instructive populaire, et les circuits de la grande consommation commerciale, ces théâtres se présentent toutefois comme des lieux culturels fortement différenciés.

Notes

1 Voir Introduction, note 8 et suivantes.

2 A. Bahamonde Magro et A. Fernández García, « La sociedad madrileña en el siglo xix » ; J. Busquets, Barcelona ; Rafael del Castillo, Gran Diccionario geográfico.

3 P. Navascués Palacio, « Madrid, Ciudad y Arquitectura (1808-1898) », p. 415.

4 J. Busquets, Barcelona, p. 95 et p. 122 : à la fin du xixe siècle, la densité d’un quartier ouvrier comme la Barceloneta atteint encore 1 000 habitants par hectare. La densité moyenne est de 850 habitants par hectare.

5 Les couvents dans lesquels il y aurait moins de douze religieux sont les premiers supprimés (juillet 1835) ; puis on les supprime tous, sauf ceux des escolapios et des hospitaliers (mars 1836). Les couvents féminins sont supprimés en juillet 1837, sauf ceux des Sœurs de la Charité.

6 F. Simón Segura, La Desamortización española del siglo xix.

7 A. Bahamonde Magro et J. Toro Mérida, Burguesía, especulación y cuestión social.

8 S. Juliá, D. Ringrose et C. Segura, Madrid, Historia de una capital, p. 365.

9 A. BahamondeMagro et J. ToroMérida, Burguesía, especulación y cuestión social, pp. 20 et 28 : 147 acheteurs acquièrent les trois quarts des biens désamortis vendus, et les utilisent comme objet de spéculation en y construisant des logements.

10 F. Simón Segura, La Desamortización española, pp. 156-161.

11 J. Busquets, Barcelona.

12 Le pouvoir militaire établi dans les deux citadelles de Montjuic et de la Ciutadella depuis 1715 veille au respect du décret de Nueva Planta (1715), qui soumet la ville à un régime de conquête.

13 C. Vorms, « Les ressorts de la cohésion sociale dans un nouvel espace urbain ».

14 X. Tafunell i sambola, La Construcció de la Barcelona moderna, p. 19.

15 J. Busquets, Barcelona.

16 J. VicensVives, Historia social y económica de España y América, pp. 152-169. J. Vicens Vives et M. Llorens, Industrials i Politics del segle xix, p. 129 : « sóc de casa pagesa ».

17 G. Cortázar, « Investigar las élites » ; « La nobleza en Madrid en la época de la Restauración ».

18 A. Bahamonde Magro et J. Toro Mérida, Burguesía, especulación y cuestión social, pp. 19-21.

19 A. Bahamonde Magro et A. Fernández García, « La sociedad madrileña en el siglo xix » ; J. Cruz, Gentlemen, Bourgeois and Revolutionaries.

20 G. W. mcDonogh, Good families of Barcelona.

21 Un point sur l’historiographie de cette question dans J. Moisand, « Protectionnisme et naissance du catalanisme ».

22 B. de Riquer i Permanyer, La Lliga Regionalista.

23 E. Frax et M. J. Matilla, « La evolución económica y social de Madrid (1850-1936) », p. 424.

24 R. L. Kagan, Students and society in early modern Spain et « Universities in Castille, 1500-1810 ».

25 J. F. Fuentes, « Clase media y burguesía en la España liberal ».

26 H. Hernández Sandoica, « Universidad y política en la España del siglo xix ».

27 P. Carasa (dir.), Élites castellanas de la Restauración.

28 P. Aubert, Les Intellectuels espagnols et la politique, pp. 345-352.

29 A. Bahamonde Magro et J. Toro Mérida, Burguesía, pp. 19-21, p. 222.

30 A. Gil y Zarate, « El Cesante ».

31 a. BahamondeMagro, J. A. MartínezMartín et F. delReyReguillo, La Cámara de Comercio e Industria de Madrid ; F. del Rey Reguillo, « La protesta de los “productores” ».

32 F. Peyrou, Tribunos del pueblo et « La longue histoire de la démocratie espagnole ».

33 D. CastroAlfín, « Los republicanos madrileños durante la primera fase de la Restauración ».

34 J. de Diego, Imaginar la república ; M. Suárez Cortina, El Gorro frigio.

35 M. Janué i Miret, « El fracaso del Sexenio en Cataluña », p. 269.

36 A. Duarte, « La Esperanza republicana ».

37 Sur l’affirmation du catalanisme après la Restauration, et sur ses liens au républicanisme et à la Renaixença : J. M. Fradera, « Catalanisme : histoire d’un concept ».

38 Elles passent de 6 190 membres en 1877, à 7 124 en 1887, et 8 155 en 1900. Dirección General del Instituto Geográfico y estadístico, Censo de la población de España.

39 J.-L. Marfany, La Cultura del catalanisme.

40 S. H. Jacobson, Professionalism, Corporatism and Catalanism.

41 F. del Rey Reguillo, « La protesta de los “productores” ».

42 J. Romero Maura, La Rosa de fuego.

43 A. García Balañà, « Sobre la “constitució del proletariat” a la Catalunya cotonera ».

44 J. Romero Maura, La Rosa de fuego.

45 A. Smith, Anarchism, Revolution and Reaction, p. 21.

46 A. GarcíaBalañà, La Fabricació de la fàbrica. L’absence de fédération syndicale unitaire persiste jusqu’à la constitution de Solidaridad Obrera (1907), puis de la CNT (1910).

47 J. Álvarez Junco, Alejandro Lerroux, el Emperador del Paralelo.

48 La révolte est lancée par des femmes contre le départ de conscrits pour le Maroc (la conscription étant encore inégalitaire) ; elle est suivie d’une grève générale et de l’incendie de nombreux couvents et églises. J. Connely Ullman, La Semana Trágica.

49 C. Demange, « Le peuple de Madrid ».

50 A. Bahamonde Magro et A. Fernández García, « La sociedad madrileña en el siglo xix » ; S. Castillo (dir.), Historia de la UGT, t. I, p. 3 ; E. frax et M. J. Matilla, « La evolución económica y social de Madrid », p. 424.

51 Une histoire comparée du concept d’opinion publique dans J. FernándezSebastián, « L’avènement de l’opinion publique et le problème de la représentation politique (France, Espagne, Royaume-Uni) ».

52 J. Cañizares-Esguerra, Cómo escribir la historia del Nuevo Mundo ; J. A. Martínez Martín, « La cultura en Madrid en el siglo xix ».

53 F. Sagarra, « Arquitectura i urbanisme ».

54 E. Richard, « L’esprit des lois. Droit et sciences sociales à l’Académie royale des sciences morales et politiques d’Espagne (1857-1923) ».

55 J. A. Martínez Martín, « La cultura en Madrid en el siglo xix ».

56 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales, p. 208.

57 S. Riera i Tuèbols, « La Ciència de la guerra del francès a la revolució de setembre ».

58 D’après Reseña geográfica y estadística, 1888, p. 811.

59 F. Villacorta Baños, Burguesia y cultura.

60 A. Ruiz Salvador, El Ateneo, citation du conte Madrileñas de Clarín, p. 146.

61 Ibid., p. 138 : citation de A. Palacio Valdés, « Los oradores del Ateneo », pp. 20 et 22.

62 F. Villacorta Baños, El Ateneo, pp. 51-55.

63 J. Casassas iYmbert, L’Ateneu barcelonès.

64 J. Casassas iYmbert (coord.), Els intel·lectuals i el poder a Catalunya.

65 C. P. Boyd, Historia Pátria.

66 M. Artola (dir.), Enciclopedia de Historia de España, t. VI.

67 J.-L. Guereña, « L’Université espagnole vers 1900 ».

68 S. Dard, La Question scolaire dans l’Espagne de la Restauration, p. 101 ; M. M. Pozo Andrés, « Desde las escuelas para pobres hasta la ciudad educadora ».

69 M. M. Pozo Andrés, « Desde las escuelas para pobres hasta la ciudad educadora », p. 336.

70 S. Dard, La Question scolaire dans l’Espagne de la Restauration, p. 106. On compte alors une école privée pour 915 habitants contre une pour 1 413 à Madrid.

71 F. Velasco Medina, « La iglesia : reorganización, privilegio y crisis », p. 318.

72 A. Fernández de los Ríos, Guía de Madrid, p. 770.

73 En 1875 éclate la « seconde question universitaire ». Le ministre du Fomento (Développement) Orovio donne sur les contenus de l’enseignement universitaire des consignes que certains professeurs refusent de suivre. Giner de los Ríos, professeur de droit, quitte sa chaire et fonde la Institución Libre de Enseñanza, université privée reposant sur les dons de particuliers, dotée de ses propres filières secondaires et primaires. M. Tuñon de Lara, Medio siglo de cultura española (1885-1936).

74 A. Tiana Ferrer, « Movimiento obrero y educación popular en la España contemporánea ».

75 F. Aisa, Una Història de Barcelona : Ateneu Enciclopèdic Popular.

76 A. Tiana Ferrer, « Movimiento obrero y educación popular en la España contemporánea ».

77 S. Dard, La Question scolaire dans l’Espagne de la Restauration, pp. 119, 144, 147, 155, 157.

78 A. Bahamonde Magro (dir.), Historia de España, siglo xx, p. 242. Reseña geográfica y estadística.

79 F. K. Ringer, Fields of Knowledge, pp. 48-49.

80 J.-L. Guereña, « L’Université espagnole vers 1900 ».

81 Reseña geográfica y estadística.

82 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 43 ; J.-L. Guereña, « Pour une histoire de la statistique scolaire ».

83 Reseña geográfica y estadística ; J.-L. Guereña, « L’Université espagnole vers 1900 ».

84 Pour les données d’Italie, Allemagne et France : C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 201. L’Espagne compte en 1887 17 549 millions d’habitants.

85 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, chapitre iv.

86 J.-F. Botrel, La Diffusion du livre en Espagne (1868-1914), p. 229.

87 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 183.

88 J.-F. Botrel et J.-M. Desvois, « Las condiciones de la producción cultural ».

89 C. Charle, Les Intellectuels en Europe, p. 186.

90 J.-F. Botrel et J.-M. desvois, « Las condiciones de la producción cultural ».

91 R. Oteo sans, « La Primera edicion de La Regenta », pp. 196-197.

92 J.-F. Botrel, La Diffusion du livre en Espagne (1868-1914), pp. 122, 127, 129, p. 43.

93 J.-F. Botrel, « La Construcción de una nueva cultura ».

94 M. Lyons, Readers and Society in XIXth century France.

95 Biblioteca de Catalunya [ci-après BC], Fons Felip Cortiella, ms. 2074, « A los centros y sociedades de recreo de Barcelona », 15 août 1894, p. 11.

96 J.-C. Mainer, La Doma de la Quimera, pp. 63-64, p. 53.

97 S. Hibbs-Lissorgues, Iglesia, prensa y sociedad en España.

98 S. Salaün, El Cuplé, p. 66.

99 A. Viñao, « Los discursos sobre la lectura ».

100 F. Garrido, La España contemporánea, t. II, p. 986, cité par A. Viñao, « Los discursos sobre la lectura », p. 126.

101 J.-L. Guereña, « Fuentes para la historia de la sociabilidad ».

102 A. Viñao, « Los discursos sobre la lectura », pp. 92-93. L’effort catholique se dirige vers aussi vers la publication d’une presse propre. S. Hibbs-Lissorgues, Iglesia, prensa y sociedad en España.

103 M. P. Espin Templado, El Teatro por horas en Madrid.

104 Ibid., pp. 38-39 : un real la pièce, soit 0,25 peseta au début des années 1870.

105 A. Fernández de los Ríos, Guía de Madrid, 1876, p. 574.

106 E. Blasco, « Los teatros baratos », cité par M. C. Simón Palmer, Construcción y apertura de teatros madrileños, p. 2.

107 Á. L. Fernández Muñoz, Arquitectura teatral en Madrid, p. 141.

108 P. Vasili, La Société de Madrid, p. 184.

109 AHCB, Fons Artis, « Teatros particulares ».

110 « Revista de espectáculos », Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1881, « la moderna industria de las Sociedades particulares ».

111 Institut del Teatre [ci-après IT], « Contrato firmado con Fedrico Soler » ; Ibid., « Cartas de F. Soler a À. Guimerà », 8 mars 1888.

112 IT, « Contratos firmados para actuar una vez por semana funciones particulares a las Sociedades Latorre, Cervantes y Julian Romea, año 1883 » ; « 11.a : D.Agustin Prades no podrá dar funciones, bailes, ni reuniones con el nombre de Sociedad Cervantes en ningun establecimiento público, ni admitir invitaciones de otras Empresas, Sociedades ó Corporaciones que puedan distraer la concurrencia que asista con el carácter de socios y abonados á las funciones periódicas que se verifiquen en el Romea. »

113 El Entreacto, 17, juillet 1874, p. 3 : « Concurrencia no le falta al Teatro de Novedades, pues el gran número de sociedades particulares se encarga de llenar todas las localidades, exigiendo unos precios sumamente módicos ».

114 Julián Romea, 7, 26 août 1874, p. 26.

115 Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1881 ; Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1882.

116 Almanaque del Diario de Barcelona para el año 1881 : « Fueron instituciones de invierno que desaparecieron al calor del verano. »

117 Ibid. : « Los teatros del Olimpo y Jovellanos, reducidos á reunir en su recinto á una sociedad particular cada domingo ».

118 Listes de prix de théâtres par heure madrilènes d’après les Annuaires : voir C. delMoralRuiz, El Género chico.

119 En divisant (recettes en cas de plein / nombre d’entrées).

120 Pour la présentation intégrale des sources issues de la contribution industrielle versée par les théâtres et de leur inégale représentation dans les deux villes : voir le chapitre iii.

121 Anuario administrativo y estadístico de la Provincia de Madrid, pp. 277 et 282 : « état moyen des salaires journaliers », 1861-1867 : maçon, 14 reales ; peón (journalier) : 7/8 reales ; ayudante (assistant) : 10 reales.

122 C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, pp. 52, 80, 176, 193.

123 Reformas sociales : información oral y escrita publicada de 1889 a 1893, pp. 189-190.

124 C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, pp. 82-83.

125 Selon Carmen del Moral, la consommation individuelle de pain est à peu près de 140 kilos par an ; le prix en 1885 est de 0,36 peseta le kilo de pain, et en 1898 de 0,4 à 0,5 peseta. Soit 14 centimes de pain par jour et par personne en 1885 et jusqu’à 19 centimes en 1898.

126 « El Teatro y el “cine” », El Arte del Teatro, 15 août 1907, II, 34, p. 1 : « Por lo que le cuesta á una familia asistir á una sola función de cualquier teatro, puede presenciar diez ó doce secciones en los cines ; es decir, que tiene para distraerse seis ú ocho días. »

127 J. RomeroMaura, La Rosa de fuego, p. 144 ; salaires à la fin du siècle : ouvrier qualifié, 4 à 5 pesetas par jour ; journaliers et enfants : entre moins de 1 peseta et 2,50 pesetas par jour.

128 C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, p. 176.

129 A. Garcia Balañà, « Ordre industrial i transformació cultural ».

130 C. Baroja y Nessi, Recuerdos de una mujer de la generación del 98, p. 55.

131 bc, ms.1342,p. 40,13 mai 1907,à Gabriel Guzman : « Pido las ocho obras por la siguiente razón : las que se pongan el sábado, pueden repertirse el domingo, tarde y noche, pero deben variarse para el lúnes, tarde noche, pues cada teatro y sobretodo éste, tiene su público parroquiano que suele venir todos los dias festivos por la tarde, pero no vendría si se les repetian todas las obras en dos tardes juntas. Pasados los tres primeros dias ya se pueden ensayar obras durante la semana, para refrescar el cartel del otro domingo. »

132 F. Flores García, Memorias íntimas del teatro, pp. 247-248 : « Ahora, con los teatros por secciones, se puede concurrir á ese espectáculo á las nueve y media ó una o dos horas más tarde. Contando con esa facilidad, se come después de las ocho de la noche, y á veces después de las nueve, por cuya razón los teatros grandes están desiertos toda la velada (por no perder el primer acto) y en los del género chico no hay nadie en la primera sección. En rigor de verdad, son tres, y no cuatro como se anuncian, las secciones útiles de dicho espectáculo. »

133 Sur les horaires des théâtres et les réactions des autorités aux horaires tardifs, voir N. Membrez, The teatro por horas.

134 C. Serrano, « Théâtre, sport et corrida ».

135 Anuario administrativo y estadístico de la Provincia de Madrid, 1868-1869.

136 Le mode de perception par tarifs fixes est censé correspondre à 10 % des bénéfices des théâtres (comme le prévoit la loi de 1879 sur la propriété intellectuelle), tels qu’ils sont estimés par les auteurs et les éditeurs. Selon Pérez Gironés, directeur de théâtre à Séville, les tarifs ne reflètent pas la réalité des recettes des théâtres, et relèvent davantage de l’arbitraire de quelques auteurs madrilènes autoproclamés administrateurs des théâtres du pays. J. Pérez Gironés, La Ganzúa literaria, 1903.

137 C. de Arroyo y Herrera, Novísima colección legislativa de teatros, dernière double page.

138 Anuario Bailly-Baillière, « Espectáculos Públicos », 1879-1880.

139 Archivo histórico nacional (Madrid) [ci-après AHN], « Sobre las reformas que es necesario efectuar ».

140 « Espectáculos Públicos », Anuario Bailly-Baillière, 1888, 1898, 1908.

141 Ces chiffres recoupent ceux du registre de l’impôt sur les entreprises théâtrales à Madrid, qui seront analysés au cours du chapitre iii.

142 « Tarifas de Teatros », Boletín Oficial de la Sociedad de Autores Españoles.

143 Ces capacités globales ont été obtenues en additionnant celles des différents théâtres établies par diverses sources, et en estimant les capacités de certains locaux en fonction des tarifs payés à la SAE.

144 En 1887 : 470 283 habitants à Madrid (C. del Moral Ruiz, El Madrid de Baroja, p. 53), soit une place pour 18,8 habitants.

145 Comparaison d’après C. Charle, « L’attraction théâtrale des capitales au xixe siècle ».

146 J. Busquets, Barcelona, p. 70.

147 J. Coroleu, Guía del forastero en Barcelona, p. 222.

148 S. Michonneau, Barcelone, mémoire et identité, p. 24.

149 J. Coroleu, Guía del forastero en Barcelona, p. 222 : « El antiguo era más elegante que el moderno edificio. »

150 Enciclopedia artística, p. 245 : « Debido á que la población ha extendido su movimiento en otras direcciones, no es de los más frecuentados. »

151 E. deAmicis, Spagna, p. 135 : « Come per le passeggiate, cosi in fatto di teatri e di spettacoli, Madrid è, senza dubbio, una delle prime città del mondo. […] teatri di prim’ordine, per ampiezza, eleganza, e concorso di gente ; v’è una corona di teatri minori per le compagnie drammatiche, per le compagnie equestri, per le accademie musicali, per i vaudevilles, teatri a sala, a palchi, a gallerie, grandi e piccini, signorili e plebei, per tutte le borse, per tutti i gusti e per tutte le ore della notte. »

152 C. Sambricio, La Arquitectura española de la Ilustración.

153 E. Sepúlveda, La Vida en Madrid en 1887, p. 48 ; E. Valverde, Plano y Guía del viajero, p. 24.

154 R. del Castillo, Gran Diccionario geográfico, t. I, p. 288, et t. II, p. 552 : province de Barcelone, 899264 habitants, 116 habitants au km2 ; province de Madrid, 684630 habitants, 88 habitants au km2.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. — Prix d’entrée des théâtres madrilènes, d’après les recettes en cas de plein déclarées au fisc.
Légende a Moyenne des recettes pour les saisons 1874-1875, 1875-1876, 1876-1877.b Moyenne des recettes pour les saisons 1886-1887, 1887-1888, 1889-1890.c Les fourchettes de prix sont utilisées lorsque différents entrepreneurs déclarent des recettes en cas de plein différentes au cours d’une même année.d Prix en gras lorsqu’ils sont calculés sur la base d’une capacité estimée.e Prix en italiques : les recettes en cas de plein ont été divisées par quatre lorsque les théâtres fonctionnent en théâtrepar heure (sauf en 1907 : déclaration des pleins par session).f Après 1888.g Le budget de l’entrepreneur du Recoletos prévoit une entrée moyenne à 0,42 peseta en 1880, soit 1 peseta pourles 72 personnes en loges (18 loges), 0,4 pour les 470 personnes assises sur des chaises, et 0,25 pour 100 personnesqui ne paient que l’entrée dans le jardin.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2. — Prix d’entrée des théâtres-cinémas-salons de Madrid, 1907, d’après les recettes déclarées au fisc, prix maximaux moyens.
Crédits Source AGA, Matrícula Industrial, 1907, Libro 9071.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Graphique 1. — Prix moyen du billet (en pesetas) dans les théâtres de Barcelone en décembre 1905 (calcul d’après les recettes déclarées et la capacité).
Crédits Source ACA, « Utilidades, 1906-1907 ».
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Graphique 2. — La fréquentation des théâtres entre jours travaillés et jours chômés, Barcelone, décembre 1905 (d’après les recettes quotidiennes déclarées et cumulées des différents théâtres au fisc, en pesetas).
Crédits Source ACA, « Utilidades, 1906-1907 ».
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 5. — Équipement en théâtres, 1882.
Légende a « et beaucoup de subalternes ».b « et d’autres subalternes ».
Crédits Source D’après C. de Arroyo y Herrera, « Catálogo general de los Teatros de la península é Islas adyacentes ».
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 3. — Salles de théâtres selon les droits versés à la SAE (1906-1909).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/19029/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search