Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulèvements, révoltes, révolutions

 | 
Alain Hugon
, 
Alexandra Merle

III. — Mises en scène, fêtes et célébrations dans l’espace public

L’éradication de la révolte

Le comte d’Oñate et le système cérémonial de la Naples vice-royale après 1648

Ida Mauro

Texte intégral

1Le 6 avril 1648, des escadrons de cavalerie du roi d’Espagne entourèrent la place du Mercato à Naples aux cris de « Viva el rey » et « paz, paz »; ils défilèrent dans les rues de la capitale du Royaume, dans le brouhaha exalté de la célébration d’une nouvelle ère de paix.

  • 1 Parmi les études qui ont traité récemment le thème de la révolution napolitaine de 1647-1648, on p (...)
  • 2 Sur le rôle du duc de Guise en tant que protecteur et chef militaire, voir Hugon, 2014, pp. 276-27 (...)

2La mise en scène de la reddition des rebelles napolitains fut orchestrée par le vice-roi Íñigo Vélez de Guevara, VIIIe comte d’Oñate. Au début du mois de mars 1648, il avait quitté son poste d’ambassadeur du roi d’Espagne à Rome pour rejoindre don Juan José d’Autriche, fils naturel de Philippe IV devenu général des forces royalistes. À ce moment précis, ces forces tentaient de récupérer le royaume de Naples et s’efforçaient de réprimer une révolte générale du royaume qui avait éclaté huit mois auparavant (le 7 juillet 16471) et avait donné naissance à une République rejetant la souveraineté espagnole et préférant la protection du duc de Guise, Henri de Lorraine2.

  • 3 Rubino, Notitia di quanto è successo in Napoli dal 1648 al 1657, fait mention de la réticence de l (...)
  • 4 La révolte était née au mois de juillet 1647 d’une protestation antifiscale contre la nouvelle gab (...)
  • 5 Reproduction intégrale de ce texte dans Fuidoro, Successi historici, p. 461.
  • 6 Ibid., pp. 461-462. Voir aussi le billet envoyé à Gerolamo Maria Caracciolo, marquis de Torrecuso, (...)

3En fait, les dirigeants espagnols — le vice-roi Oñate et don Juan José — attendaient que les rebelles dominés par la faction populaire se divisent, se déchirent et rejettent le pouvoir de plus en plus autoritaire de la jeune République dont le protecteur, le duc de Guise, ne cessait de renforcer le caractère arbitraire, ce qui conduisait à des résistances de plus en plus fortes depuis le mois de février 16483. Dans ce contexte, le comte d’Oñate essaya d’attirer vers le parti espagnol les divers représentants de la faction adverse, tel que Vincenzo d’Andrea, Inspecteur général du Peuple (provveditore generale del Popolo). Le vice-roi profita aussi de l’arrivée de renforts espagnols (500 soldats) sous les ordres d’Alfonso de Monroy qui lui permirent d’entreprendre une action militaire décisive. En l’absence du duc de Guise, parti récupérer l’île de Nisida, un plan pour pénétrer dans la ville fut mis en œuvre par don Juan José qui fit distribuer des ordres écrits à ses partisans au sein du seggio del popolo (institution représentative du peuple non-aristocratique dans le gouvernement de la ville de Naples) afin de préparer l’entrée des forces royalistes. Le 6 avril fut mise en scène l’acclamation du roi d’Espagne qui coïncida avec l’entrée pacifique d’un contingent de 3 000 soldats espagnols au cœur de la partie de Naples contrôlée par le Popolo, cela en échange de la promesse d’une amnistie et du maintien de la suppression des gabelles, décrétée par le duc d’Arcos4. Le texte distribué aux partisans de don Juan José et à certains membres de la faction populaire qui devaient aider à l’entrée des troupes — texte rapporté par Fuidoro5 — assigne un rôle spécifique à chaque participant ; il planifie une mobilisation de la ville dans son ensemble pour affirmer l’existence d’un nouveau consensus autour de la personne royale6.

  • 7 Fuidoro, Successi historici, p. 461.
  • 8 Ibid.

4En premier lieu, ce plan prévoyait la participation des habitants des quartiers qui avaient exprimé leur volonté de réconciliation avec l’Espagne : à l’aube du 6 avril, ces habitants se seraient manifestés après le signal de trois détonations, tout en laissant passer les soldats qui entreraient aux cris de « Paix, Paix ». Les habitants des faubourgs étaient censés se placer aux endroits stratégiques pour contrôler les accès à la ville, afin d’interdire toute arrivée de possibles secours de partisans de Guise ; les habitants des rues les plus radicales (comme les ruelles entre le seggio de Nido et la place du Carmine) auraient pu demander du « secours » pour le contrôle de la zone, et ceux de Forcella et du Mercato devaient conserver leur position en attendant l’arrivée de renforts. À cet instant, toute la ville devait résonner des cris « Paix, Paix, Vive le Roi d’Espagne, À bas la gabelle7 ». Vincenzo d’Andrea avait pour tâche essentielle de contrôler la Vicaria — c’est-à-dire le tribunal suprême du royaume en matière civile et criminelle, situé au Castel Capuano — et de là parcourir le decumanus maximus, c’est-à-dire la via San Lorenzo (l’actuelle via dei Tribunali) avec l’étendard royal pour se rendre à la rencontre des soldats espagnols qui entreraient par la Porte d’Alba8.

  • 9 Capecelatro, Diario, pp. 18-20.

5Au moment d’exécuter ce plan, les forces espagnoles se divisèrent en deux colonnes : la première entoura les murailles du côté de la ville contrôlée par le popolo et s’empara des principales portes et du palais des Caracciolo di Santobuono où résidait le duc de Guise ; l’autre colonne pénétra dans la ville par la Porte d’Alba pour parcourir ensuite le decumanus maximus jusqu’à la Vicaria où elle alla renforcer la garnison qui contrôlait le tribunal, puis elle se dirigea vers la place du Mercato9.

  • 10 Sur l’utilisation des portraits pendant la révolte, voir Bodart, 2011, pp. 373-390 ; Id., 2003.

6Les quelques tentatives de résistance furent étouffées par le passage de l’armée espagnole alors que partout des draps blancs étaient déployés ; la partie populaire de Naples, favorable à la réconciliation avec la monarchie espagnole, exhiba les portraits de Philippe IV et de Charles Quint10. Les deux colonnes armées se retrouvèrent sur la place du Mercato, lieu où, neuf mois auparavant, la révolte avait éclaté : la récupération de la ville de la part du roi s’acheva par la capitulation du donjon (torrione) de l’église du Carmine, centre des forces populaires rebelles.

  • 11 Fuidoro, Successi historici, p. 467.
  • 12 Vitale, 2006, pp. 53-57. Les sources du xve siècle qui décrivent cette cérémonie parlent d’« usanz (...)
  • 13 Antonelli, 2013, pp. 490-495. Après avoir entendu cette formule, le vice-roi remettait les clés au (...)
  • 14 F. Capecelatro relève l’existence d’une cérémonie semblable la même nuit pour la prise de Castel C (...)

7L’acte de reddition fut concrétisé par la remise des clés de la petite forteresse adossée au monastère du Carmel malgré un contretemps dû à l’hésitation de Gennaro Annese, qui commandait le donjon et contrôlait les armes qui s’y trouvaient. Annese n’obéit pas tout de suite à la requête exprimée, selon certains, « en des termes cordiaux pour qu’il rende le fortin du Torrione11 ». Pourtant, cet acte de reddition évoquait le cérémonial de l’acclamation des nouveaux souverains dans le royaume de Naples. Ce rituel remontant aux Aragonais consistait en la captio possessionis de la principale forteresse de la capitale12. Dans ces cérémonies publiques, le cortège allait du palais royal à la cathédrale afin d’assister au Te Deum. Il s’arrêtait au Castelnuovo, où le vice-roi descendait de cheval et frappait à la porte du château. À la question du gouverneur — « Qui va là ? » —, le vice-roi répondait par le nom du nouveau souverain. Le gouverneur, alors, ordonnait d’ouvrir les portes du château et offrait à genoux au vice-roi « le bâton (de commandement) et une sébile avec deux clés en or, les clés du château ». Il prononçait la formule suivante : « Voici les clés, mon commandement et les armes au pied de sa Majesté XX [il nommait le nouveau roi], que Dieu garde13 ». La remise des clés symbolisait la soumission du royaume entier au nouveau souverain par le biais de cette seule cérémonie qui légitimait le pouvoir royal ; le 6 avril 1648, cette cérémonie fut symboliquement rappelée pour témoigner de la récupération totale de la cité à la suite de la prise du donjon (torrione)14.

  • 15 Sur le tableau attribué à Coppola, voir Museo Nazionale di Capodimonte, 2008, pp. 76-77, où l’œuvr (...)
  • 16 Marshall, 1998.

8La scène de la reddition du Marché est représentée par le tableau attribué a Carlo Coppola, conservé au musée de San Martino (voir fig. 1). Au centre de la représentation, Gennaro Annese, agenouillé, remet à don Juan José les clés et le bâton placés dans le bassin d’argent, suivant les indications de la cérémonie de la captio possessionis15. Derrière lui, Coppola ajoute significativement un cheval, symbole de la ville de Naples, mené par la bride, une référence très claire à la révolte « domptée », voire « apprivoisée ». Réalisé quelques années après 1648 — probablement en 1656 — ce tableau remémore l’action de trois des protagonistes du 6 avril : Juan José d’Autriche, Oñate et le cardinal Filomarino16. Il est influencé par les cérémonies commémoratives qu’Oñate fit célébrer pendant les années de son gouvernement.

  • 17 Sur le rôle de Filomarino dans la révolte, voir Hugon, 2009.
  • 18 Fuidoro, Successi historici, p. 469. G. Campanile s’exprime à peu près dans les mêmes termes : Cos (...)

9En effet, le comte d’Oñate avait su habilement manier les codes du cérémonial dans ses propres intérêts et dans ceux de la monarchie. En constitue un exemple le défilé qui suivit la remise de clés de la forteresse du Carmine, en accord avec l’usage des acclamations royales et des célébrations consécutives aux grandes victoires de la couronne. En s’éloignant du cortège qui se dirigeait vers la cathédrale pour assister au Te Deum, Oñate poussa le cardinal Filomarino à occuper une position défavorable selon les codes du cérémonial car il se plaça à gauche de don Juan José. C’était là une évidente manœuvre d’Oñate contre le cardinal qui, quelques semaines auparavant, avait donné sa bénédiction au duc de Guise17. Comme une grande partie des chroniques le rapportent, le cardinal s’aperçut tout de suite de ce stratagème ; à son tour, il s’écarta du cortège sous prétexte de vouloir l’accueillir directement dans la cathédrale18.

Fig. 1. — Carlo Coppola (attr.), Resa de la Cit[t]à di Napoli a Sua Altezze Serenissima D[on] Gioan di Austria, 1656 ca

Fig. 1. — Carlo Coppola (attr.), Resa de la Cit[t]à di Napoli a Sua Altezze Serenissima D[on] Gioan di Austria, 1656 ca

Avec la gracieuse autorisation du Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo – Polo Museale della Compania. © Museo Nazionale di San Martino, Naples.

Le comte d’Oñate et les cérémonies

  • 19 Dans l’index incomplet des journaux des maîtres des cérémonies, on trouve de nombreuses références (...)
  • 20 À côté de la mise en scène d’Oñate, il faut considérer également celle du maître des cérémonies Ba (...)

10Dès leurs premières rencontres, le cardinal et le vice-roi, deux fortes personnalités, utilisèrent l’arme du cérémonial pour s’imposer, montrant qu’ils étaient prêts à innover, cela étant nécessaire à l’affirmation de leur autorité. Ce n’est pas un hasard si les Diari dei cerimonieri della Cattedrale, conservés aux archives diocésaines de Naples, rapportent attentivement les cérémonies auxquelles Filomarino participa pendant les années du gouvernement d’Oñate, chaque rencontre officielle du cardinal avec le vice-roi étant notée19. Malheureusement, on ne dispose pas de semblables témoignages pour la Cour du vice-roi du fait de lacunes dans le corpus des livres du cérémonial de la Cour, en particulier pour les années 1640-1650. Or, c’est justement à cette époque que d’importants changements de type protocolaires eurent lieu20.

  • 21 Minguito Palomares, 2011 et 2001. L’auteur étudie également l’application du cérémonial dans les s (...)

11La lecture de chroniques et d’avis permet de suppléer ces lacunes documentaires et de retracer les circonstances et les modalités qui caractérisèrent ces changements de protocole. En effet, si les études consacrées à Oñate ont souligné l’attention méticuleuse du comte à représenter les enjeux de pouvoir dans les réceptions au palais21, il reste à analyser le contrôle qu’il exerça sur les cérémonies urbaines, notamment sur celles où la Cour ne pouvait pas dicter ses propres règles car elles préexistaient. On aurait pu penser que le comte d’Oñate se trouvait dépourvu d’initiative et d’influence sur ce type de cérémonies. Y a-t-il un lien entre ces pratiques cérémonielles étrangères au vice-roi et l’existence — ainsi qu’on le verra — de deux attentats contre sa personne ? Oñate avait essayé d’imposer sa personnalité dans ce contexte particulier, voulant modifier aussi les rituels civiques pour mieux contrôler la capitale et rapidement transmettre une image de fermeté du pouvoir monarchique restauré.

  • 22 Della Porta, Causa di Stravaganze o vero Giornale historico, Bibliothèque nationale de France (BnF (...)
  • 23 Benigno, 2000, pp. 158 sqq.

12Le défilé solennel du 6 avril 1648 marquait la fin de la révolte napolitaine par un surcroît de ritualité que toutes les sources soulignèrent22 : il était le point d’orgue d’un drame commencé le 7 juillet 1647, au cours de la neuvaine de la Vierge du Carmel. Cette révolte s’était exprimée par des formes ritualisées qui avaient garanti à la fois l’adhésion au mouvement et sa légitimation23. Les rituels ne se limitèrent pas à l’action des dix journées de Masaniello (7-16 juillet 1647) et à la seule ville de Naples insurgée. Au contraire, ils se multiplièrent dans les divers centres urbains, selon des modalités différentes et, au fil des mois, leur adoption bouleversa le calendrier des cérémonies traditionnelles.

  • 24 Les positions s’exprimèrent successivement dans Burke, 1983 ; Villari, 1985 ; Burke, 1987. Trente (...)
  • 25 En ce sens, la couverture du livre de Hugon, 2011, établit aussi un parallélisme entre David et Ma (...)
  • 26 En référence à la permanence de l’image de Masaniello dans les révoltes du xviiie et xixe siècles, (...)
  • 27 À l’essai de Guarino, 2010, on doit ajouter Marino, 2011, les contributions à l’ouvrage collectif (...)
  • 28 Ces thèmes sont traités aussi par Hernando Sánchez, 2001b.
  • 29 Della Porta, Causa di stravanganze, f° 88v°.
  • 30 Fuidoro, Successi del Governo del Conte d’Onate (1648-1653), p. 26.

13Depuis la controverse des années 1980, qui opposa la lecture anthropologique de la révolte par Peter Burke et celle, socio-politique, de Rosario Villari, des études sur les formes rituelles des soulèvements se sont multipliées24. Dans les travaux portant sur la révolte de Masaniello et sa répression, les aspects cérémoniels sont fréquemment stéréotypés et ramenés au caractère singulier d’un tempérament festif, ludique et bruyant des Napolitains. Ces éternels scugnizzi — cette sorte de gavroches napolitains vifs et débrouillards — et des nouveaux David25, justiciers populaires et ingénus politiques qui participent à tous les coups, traduiraient une conduite déréglée, sorte de fil rouge qui unit le petit peuple napolitain (les lazzari) depuis Masaniello en 1647 jusqu’aux Quatre journées de 194326. Ce stéréotype suggestif explique l’éclosion ces dernières années de nombreuses études consacrées à la fête napolitaine baroque. Ces recherches ont analysé les diverses manifestations festives tant à la Cour qu’à la ville27. Il n’existe probablement pas de limites à l’inventivité de la verve festive napolitaine, et dans le même temps, il est bien difficile de trouver des origines à cette nature festive. À bien des égards, celle-ci apparaît plutôt comme le produit d’actions menées par des individus qui tentèrent de contrôler ou de mobiliser le monde urbain dans un contexte extrêmement variable et alors que la ville structurait la société. Ces individus savaient que les rites s’inscrivaient dans une tradition plus ancienne, ce qui requérait du pouvoir monarchique une présence physique ou symbolique, par le corps ou par l’image28. Oñate avait conscience de cette nécessité et de cette importance du rituel auquel il accordait une grande attention pour gagner Naples. Lorsqu’au mois de juin 1648 des navires français apparurent au large de la ville, transportant des insurgés fuoriusciti, cela « entraîna le soulèvement du peuple et la fermeture de toutes les boutiques ». Le vice-roi organisa un cortège imposant « parcourant la ville à cheval et tranquillisant la population »29. « Il expérimenta la confiance du peuple en prononçant des mots graves et affectueux afin de renforcer la foi des fils obéissant de Sa Majesté30 ».

  • 31 Comentarios políticos a Tácito de Juan Alfonso de Lancina (1687), t. I, chap. xxx, cité par García (...)
  • 32 Comentarios políticos, cité par García Marín, 2003, p. 350, n. 13.

14Quelques décennies plus tard, Juan Alfonso de Lancina décrit ces pratiques dans Comentarios políticos a Tácito (1687), et affirme : « Qu’un prince se montre en public dans sa grandeur lui donne plus de respect de la part des Peuples. Je l’ai observé avec les vice-rois de Naples qu’admire le vulgaire qui s’en réjouit31 ». À propos du marquis del Carpio, vice-roi de 1683 à 1687, Lancina écrit avoir « observé que seulement par le fait de sortir en public, toute la ville se plaçait derrière lui. Les uns l’aimaient, les autres le craignaient, et d’autres encore l’admiraient32 ».

15Le style et les rites introduits par Oñate eurent des répercussions durables, ce que souligne l’articulation chronologique, structurée par milieux, de ces pratiques sur la société urbaine napolitaine.

La chronique d’un spectateur enchanté

  • 33 Mauro, 2009, pp. 67-93.

16La Notitia d’Andrea Rubino constitue une source encore peu explorée de l’action sur le cérémonial du « metteur en scène » Oñate. Ce clerc napolitain docteur utriusque iuris commence en 1648 une chronique qui se prolonge sur deux décennies. Il y néglige souvent les nouvelles relatives au contexte politique et social de la ville et du royaume ; en revanche, il est très sensible aux cérémonies, capable d’en mesurer tous les changements expressifs. Il impute aux gouvernements des vice-rois successifs une des principales causes d’altération du cérémonial et des rituels urbains33.

  • 34 Sur les apports de Rubino, voir Megale, 1994 ; Marino, 2008 ; Giannone, 2005 ; Campanelli, 2008.

17En effet, la Notitia permet de reconstituer le milieu dans lequel les cérémonies naissent et se développent puisqu’elle présente d’une manière continue les différentes manifestations de la fête. Elle rapporte en même temps les formes du cérémonial, les descriptions des décorations (y compris les emblèmes et les inscriptions) et les transcriptions des textes déclamés ou chantés pendant les célébrations. La chronique de Rubino autorise donc l’analyse des cérémonies de l’intérieur, telles que les voyait un spectateur capable de bien lire le langage du spectacle éphémère et d’en déchiffrer les symboles34.

  • 35 Galasso, 1982, t. I, p. 103, y voit plutôt un « generico conformismo », ce qui souligne que Rubino (...)
  • 36 Cicconio, Relatione del famoso et ammirando apparato, 1649, n. n.
  • 37 Il s’agit d’une rente de 60 ducats annuels, perçue par le Banco del Popolo, comme on l’apprend du (...)

18L’émotion que Rubino transmet dans ses descriptions des fêtes illustre la fascination qu’un spectateur de l’époque pouvait éprouver en assistant aux cérémonies. Il y montre le poids de l’enchantement exercé par la profusion d’images, de sons et de couleurs. L’absence de jugements sévères à l’égard de l’élite politique et religieuse reflète la dynamique communicative des fêtes, capable de vaincre toute résistance chez les spectateurs par la force de l’émerveillement35. Dans sa chronique, Rubino atteste du succès obtenu par la politique cérémoniale d’Oñate, déjà célébrée par une introduction contemporaine à la description d’une fête, comme « Prince qui à chacune de ses héroïques actions arrête l’œil, élève le jugement et accouche de merveilles36 ». Mais il est vrai que Rubino ne pouvait qu’être bien disposé envers Oñate car, après la réintroduction des gabelles en 1649, il jouit à nouveau d’une rente sur leur perception37.

La théâtralisation de la Justice

  • 38 Fuidoro, Successi del Governo, p. 65.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid, p. 21. Sur les condamnations à mort des premiers mois de la répression, voir De Blasiis, 188 (...)
  • 41 Fuidoro, Successi del Governo, p. 69. En février 1649, le rebelle Onofrio Pagano cria à l’adresse (...)
  • 42 Pour les actes du procès, voir Capecelatro, Diario, pp. 342-365.

19Cette réintroduction des gabelles fit l’objet d’un long débat ponctué de nombreuses tensions, notamment en novembre 1648 quand la répression toucha divers populaires qui s’opposaient à cette fiscalité, bien qu’Oñate la réduisît de 50 % par rapport aux décisions du printemps 1647. Parmi les condamnations inscrites dans cette politique répressive eut lieu celle de Vincenzo di Massa, condamné à mort pour avoir contesté la réintroduction de la gabelle sur le vin et pour avoir tenté de soulever les habitants de l’ottina del Carminiello38. Comme pour toutes les condamnations des personnes connues du seggio del popolo, une attention particulière fut prêtée à son exécution sur la place du Mercato39. Ces exécutions en contradiction avec la promesse d’amnistie favorisaient les tensions mais on les justifiait par les résistances au processus de pacification entamé le 6 avril 1648. Les premières exécutions débutèrent au cours du même mois d’avril 1648 et toutes « les rues furent gardées par les soldats espagnols armés40 ». De fait, les Espagnols craignaient que les condamnés, sur l’échafaud même, s’adressent à la foule qui se pressait dans les rues à leur passage puis sur la place41. La condamnation de Gennaro Annese, ancien chef de la révolte, sous l’inculpation d’avoir maintenu des contacts avec la France après la reddition, explique l’attention qui fut portée au déroulement de son exécution, alors même qu’il nia toute implication avec les Français jusqu’au dernier moment42.

  • 43 Della Porta, Causa di stravaganze, f° 112v°. Sur l’émergence de la figure d’Annese, voir Hugon, 20 (...)
  • 44 Annese était armurier de profession, et durant la révolte, la république avait été proclamée, d’où (...)
  • 45 Fuidoro, Successi del Governo, p. 34.

20Pendant la révolte, Annese avait lui-même utilisé les cérémonies civiques pour acquérir une plus grande visibilité face aux habitants de la ville. Par le titre de « Generalissimo del Popolo », que Guise lui retira ensuite, « il se piqua toujours de préséance dans toutes les fonctions publiques et privées43 ». Aniello Della Porta rappelle, par exemple, qu’à l’occasion de la procession pour la protection de saint Gennaro du 16 décembre 1647 « le généralissime armurier voulut intervenir avec toute sa troupe d’officiers populaires […]. Il fut vu au même niveau qu’un vice-roi au côté du cardinal44 ». Au moment de son exécution, donc, on évita de faire défiler Annese sur le chariot censé l’amener de la prison de la Vicaria jusqu’à la place du Castelnuovo. Néanmoins, la curiosité des Napolitains ne put qu’être accrue par la sortie de la Vicaria d’un chariot vide sur lequel Annese ne serait monté qu’à l’arrivée au Castelnuovo où le condamné était détenu sous le contrôle direct du vice-roi. Dans l’attente de l’exécution, sur la place du Castelnuovo où se pressait la population, l’infanterie et la cavalerie au complet étaient déployées « et de temps en temps un soldat déchargeait son mousquet45 », pour inspirer la crainte à la foule et éviter une possible émeute. Exécuté en premier, Annese eut le privilège de la décapitation. Sa tête fut placée dans une cage sur la tour du môle.

La ville militarisée

21Un cérémonial semblable à celui employé pour les cortèges des condamnés était observé lors des défilés officiels, à partir de celui, quasiment improvisé, qui eut lieu en réponse au passage de la flotte française, en juin 1648. Dans ces cas-là, le vice-roi était accompagné par un nombre considérable de gens d’armes,

  • 46 Capecelatro, Diario, t. III, p. 316.

marchant d’abord avec Vincenzo Tuttavilla [lieutenant général de la cavalerie] une compagnie d’arquebusiers à cheval ; suivaient beaucoup de sergent-majors, lieutenants du maître de camp général, et d’autres, exhibant leur noblesse, le vice-roi et les conseillers d’État, la plupart d’entre eux portant deux pistolets à l’arçon ; enfin, la compagnie des lances du comte [d’Oñate] et trois compagnies de cuirassiers suivaient46.

  • 47 Comme pour l’anniversaire de l’entrée du 6 avril 1652, sur lequel on reviendra par la suite.
  • 48 Fuidoro, Successi del Governo, p. 29.

22Les gens d’armes, qui parfois exhibaient leurs épées dégainées et pointaient leurs mousquets47, étaient nombreux pour assurer la sécurité du vice-roi ; leur présence dissuadait d’éventuels conspirateurs et surtout impressionnait les Napolitains. Dans les moments de grande affluence, comme lors des processions du Corpus Domini — rite d’ancienne tradition angevine qui associait tous les corps de la ville —, Oñate ne renonçait pas à la présence de gens d’armes. Quelques semaines après la fin de la révolte, il y participa « avec une plus grande pompe qu’à l’accoutumée… avec le dais qu’employaient les rois, et avec deux compagnies de cuirassiers, chose jamais observée à Naples48 ». L’utilisation avec une plus grande pompe que ses prédécesseurs de symboles royaux, auxquels étaient très attentifs les sujets napolitains, constitue l’un des gestes définissant la vision politique du vice-roi.

  • 49 Ibid., p. 91. La visite au sanctuaire de la Madone de Pugliano constituait une des traditions obse (...)
  • 50 Sur ce tableau traditionnellement intitulé Visita del cardinale Filomarino al vicerè : voir Daprà, (...)

23Même au cours de réjouissances, l’escorte armée d’Oñate était imposante. Lors de la visite au prince Tommaso d’Aquino à Portici et à Madone de Pugliano, le jour de Pâques 1648, le vice-roi fut accompagné par « quatre compagnies de cavalerie49 ». Une image de la place du Palais (fig. 2), dont la datation et l’auteur sont incertains50, nous offre une représentation de cette militarisation des cérémonies publiques par le vice-roi. Sous un ciel plombé, elle représente une rangée de soldats avec leurs mousquets, placés le long de la façade du palais royal ; un bataillon d’infanterie est déployé sur la place et le défilé de la Garde allemande, comme l’uniforme semble le suggérer, anticipe la sortie du palais du cortège d’Oñate. Cette représentation résume trois éléments propres à ces « cérémonies blindées » du vice-roi : des corps de gardes sont déployés le long des rues, des places sont remplies de patrouilles et les gardes sont plus nombreux à l’ouverture et à la clôture des défilés.

  • 51 Rubino, Notitia di quanto è occorso in Napoli dal 1648 fino a tutto il 1657, BSNSP, XXIII D 14, ca (...)

24Même si l’usage des uniformes n’était pas généralisé, en particulier dans l’infanterie, comme on peut l’observer pour l’escadron bariolé à la droite du tableau, la présence ordonnée et encombrante des soldats donnait l’impression à certains tels que Rubino d’une « très belle ordonnance de l’infanterie51 ». Ce dernier se montre fasciné par cette présence.

Fig. 2. — Anonyme du xviie siècle, Vista di Largo di Palazzo, 1650 ca

Fig. 2. — Anonyme du xviie siècle, Vista di Largo di Palazzo, 1650 ca

Avec la gracieuse autorisation de la Fototeca del Polo Museale della Compania. © Museo Nazionale di San Martino, Naples.

  • 52 Fuidoro, Successi del Governo, p. 89.
  • 53 Guarino, 2013, p. 263.
  • 54 Sur les tendances absolutistes du gouvernement d’Oñate : Galasso, 1982, t. I, p. 23-24.
  • 55 Selon Museo Nazionale di Capodimonte, 2008, pp. 76-77.

25À l’occasion de la prestation de serment d’Oñate comme vice-roi, qui marquait le début officiel de son gouvernement au mois de février 1649, les bataillons furent rangés tout au long de l’itinéraire du cortège — du palais royal jusqu’à la cathédrale, en passant par San Lorenzo, avec quatre compagnies à cheval à l’avant et à l’arrière du cortège, tandis que les bataillons d’Italiens, d’Espagnols et d’Allemands occupaient tous les lieux où les rues s’élargissaient pour empêcher tout attroupement. Placés devant l’église de Gesù Nuovo, sur la place San Domenico Maggiore et sur celles du Castelnuovo et du Palais, des soldats de l’infanterie italienne et allemande furent aussi rangés en haie le long de la via Toledo52. Cette militarisation s’opposait aux rituels civiques qui impliquaient une certaine proximité du détenteur du pouvoir53. À l’opposé, le vice-roi Oñate se montrait inaccessible : entouré des soldats de sa garde, il synthétiserait, selon G. Galasso, la meilleure représentation des aspirations absolutistes du pouvoir monarchique54. Cet élan était ensuite confirmé par l’appropriation affichée des symboles royaux, comme on l’a évoqué à l’occasion de la procession du Corpus Domini. En outre, la saturation des places par la présence des soldats conduisait à la négation de l’espace public, comme on peut l’observer dans l’image de la place du Mercato attribuée à Coppola : les quatre escadrons d’infanterie y occupent complètement l’espace (fig. 3) alors que les civils sont réduits à des « minuscules ectoplasmes de couleur, épars entre les troupes rigoureusement placées en ligne55 ».

Fig. 3. — Carlo Coppola (attr.), Resa de la Cit[t]à di Napoli a Sua Altezze Serenissima D[on] Gioan di Austria, 1656 ca [détail]

Fig. 3. — Carlo Coppola (attr.), Resa de la Cit[t]à di Napoli a Sua Altezze Serenissima D[on] Gioan di Austria, 1656 ca [détail]

Avec la gracieuse autorisation du Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo – Polo Museale della Compania. © Museo Nazionale di San Martino, Naples.

Le triomphe du pain

  • 56 D’après les chroniques, ce contrôle commença juste après le 6 avril. Voir à titre d’exemple Fuidor (...)
  • 57 Dans les années suivant immédiatement la révolte, Oñate décida d’enlever à la ville la gestion de (...)
  • 58 Rubino, Notitia, c. 22.
  • 59 Fuidoro, Successi del Governo, p. 79.
  • 60 Rubino, Notitia, c. 22-23.
  • 61 Pour la répression des nobles et les conflits avec les représentants de nombreuses familles du roy (...)

26En plus de la force dissuasive des exécutions et de la militarisation de l’espace urbain, les cérémonies organisées par le vice-roi Oñate se caractérisèrent par l’usage de techniques de contrôle pour convaincre du bien-fondé de la pacification. D’une part, l’armée reçut l’ordre formel de ne mener aucune politique de représailles ; le pillage fut interdit sous peine de sévères condamnations56. D’autre part, les autorités baissèrent le prix du pain, ce qui contrasta avec la pénurie qui avait régné durant la révolte. Cette amélioration s’accompagnait d’une mise en scène de la fête et de l’autorité royale, alimentant — littéralement — le consensus autour de la politique d’Oñate et du responsable du ravitaillement — l’élu du popolo, Felice Basile57. D’après les sources, ce fut à l’occasion du passage des navires français dans la baie que le prix du pain fut baissé, alors qu’à l’occasion du serment d’Oñate — le 18 février 1649 — Basile augmenta le poids du pain de deux oncie (48 g.) car « ainsi concertée au Palais pour obtenir la grâce de Son Excellence, [cette mesure] entraîna l’amour du Peuple à l’égard de Son Excellence58 ». L’élu Basile — qui s’était enrichi grâce à la gestion, avant la révolte, du ius panificandi59 — augmenta le nombre des fontaines d’abondance, emplies de victuailles offertes par les corporations liées à l’alimentation (bouchers, boulangers, etc.), destinées aux décors festifs afin d’amplifier l’image d’opulence inaugurée par le retour de la ville rebelle à la fidélité qu’elle devait à la couronne de Philippe IV. Par exemple, à la fin de la saison du carnaval de 1649 et pour célébrer le serment du vice-roi, un char rempli de pain sortit du palais royal ; il était accompagné de musiciens travestis en boulangers, chantant un interlude comique intitulé La Panettiera, « pour avoir peu avant augmenté un peu plus le poids du pain dans la ville60 ». Cet épisode constitua la première manifestation de la volonté d’Oñate de contrôler le carnaval napolitain. L’élu du popolo qui, selon l’usage, était désigné par le vice-roi parmi une sélection de candidats proposée par la place populaire, représentait très souvent la volonté du vice-roi au sein du gouvernement urbain. Pendant les années de la vice-royauté d’Oñate, l’appui de Basile puis de son successeur Vulturale renforça le vice-roi dans son opposition à la grande aristocratie61 et favorisa son immixtion dans les cérémonies civiques.

Les changements au cours de la fête de la Saint-Jean

  • 62 Cicconio, Relatione del famoso, sans pagination.
  • 63 Rubino, Notitia, c. 24-25. En effet, le grand tumulte éclata, mais deux semaines plus tard (le 7 j (...)
  • 64 Ibid, c. 26. La Oncia = 27 gr.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ainsi que l’a justement mis en valeur Marino, 2008. Sur la veillée de Saint-Jean voir Petrarca, 19 (...)

27Il s’agit de la plus importante cérémonie offerte au vice-roi depuis le dernier quart du xvie siècle. Elle représenta un des moments de l’alliance avec l’élu du popolo Basile. Après la suspension des fêtes en 1647 et en 1648, elle fut rétablie pour la nuit du 23 juin 1649. Ce fut une véritable consécration de la politique d’Oñate en matière de communication festive : afin d’éviter toute dissension et pour accroître l’affluence du public, le vice-roi ordonna donc d’augmenter le poids du pain à l’unité62 alors que, au cours des années précédentes, les responsables populaires avaient financé la célébration de la Saint-Jean par l’augmentation du prix du pain. Pour cette raison, en 1647, il avait été décidé de ne pas réaliser de défilé « par crainte de trouver des placards affichés dans toute la ville selon lesquels le Peuple voulait faire un gros tumulte ce jour de la Saint-Jean, car il allait manquer quelques dizaines de grammes [oncie] de pain pour financer cette superbe fête63 ». Grâce au consensus obtenu avec l’augmentation du poids du pain de 16 à 24 onces64, il fut même possible à Oñate de réintroduire définitivement les gabelles supprimées au cours de la révolte65 : la fête de 1649 devait donc confirmer le retour à la normale du royaume à tout point de vue. Pourtant, la mise en scène de cette fête ne confirma pas un retour au consensus alors même que cet événement aurait dû symboliser le bon gouvernement66.

  • 67 Fuidoro, Successi del Governo, pp. 101-102. Voir aussi Campanile, Cose degne, fº 560.
  • 68 En effet, d’après les instructions du cérémonial de cour, pendant le défilé, l’élu du popolo qui o (...)
  • 69 Campanile, Cose degne, c. 560.

28En premier lieu, inquiet à cause d’une conspiration déjouée quelques heures auparavant, le vice-roi ordonna le déploiement de soldats le long du parcours de la fête. Il défila constamment entouré de « plus de 1500 capes noires de condition militaire, parmi lesquels de très nombreux naturels espagnols ou nés à Naples […] et chacun portait trois armes : un pistolet, une épée et un poignard au clair67 ». Cette disposition se trouvait à l’opposé de l’esprit de la fête dont le but était la concorde du bon gouvernement avec le seggio del popolo68. À cette occasion, Oñate ne montra « aucun signe d’allégresse, ni de réjouissance de l’honneur que lui faisait le Peuple comme il aurait convenu dans une semblable occasion solennelle qui lui était consacrée69 ». Cette attitude du vice-roi, de fait, dénaturait la célébration, en dépit des décorations flatteuses à son égard.

  • 70 Fuidoro, Successi del Governo, p. 101.

29Les décorations aussi firent l’objet d’un changement voulu par l’élu Basile : on les prolongea jusqu’au palais royal, de façon à ce que « pour la commodité du prince » ce ne soit plus au vice-roi de rejoindre la fête jusqu’à la Guardiola di Porto (près de l’église de Santa Maria di Monserrato), mais au contraire à ce que les décorations viennent à sa rencontre70. Ces bouleversements de la fête de la Saint-Jean — pour lesquelles Oñate joua un rôle notable— représentèrent un précédent important dans la décadence progressive de cette tradition festive ; elle tomba peu à peu en désuétude et la dernière fête fut celle dédiée à Pedro Antonio d’Aragon, en 1668.

L'intervention dans les rituels civiques

  • 71 En 1651, on craignait encore un attentat contre le vice-roi à l’occasion de la fête de la Saint Je (...)
  • 72 Della Porta, Causa di stravaganze, f° 95r° ; Campanile, Cose degne, c. 546 ; González Asenjo, 2005 (...)
  • 73 Fuidoro, Successi del Governo, p. 97.

30Parmi les principales préoccupations du vice-roi lors de la Saint-Jean de 1649 se trouvait la crainte que, malgré les efforts répressifs, les cérémonies publiques continuent à fournir le prétexte à des manifestations de mécontentement71. Coïncidant avec la procession du Corpus Domini, un groupe de nobles, parmi lesquels Andrea D’Avalos, prince de Montesarchio, et Gregorio Carafa, avait ourdi un coup d’État afin d’acclamer roi de Naples don Juan José d’Autriche qui avait su susciter les sympathies72. L’action, qui devait se dérouler pendant la fête, fut découverte à temps et ses organisateurs furent sévèrement châtiés. La procession fut célébrée avec une somptuosité particulière et, pour toute réponse à la menace, sept « compagnies de cavalerie » prirent place à la fin du cortège73. Cette précaution fut renouvelée les années suivantes et maintenues sous le vice-roi comte de Castrillo (1653-1658) : c’était la preuve que la Cour craignait ces cérémonies de tradition ancienne, en bonne partie contrôlées par l’aristocratie.

  • 74 Vitale, 2006, pp. 167-176 ; Visceglia, 1995.
  • 75 Sur cette dispute du mois de mai 1652, voir la relation du secrétaire du seggio del popolo, Biblio (...)

31Dans ces années, les seggi nobiliaires et populaires, qui structuraient politiquement la ville, peinaient à faire prévaloir leurs fonctions au cours de ces cérémonies, non seulement face au vice-roi mais aussi face aux provocations du cardinal Filomarino avec lequel ils entrèrent souvent en conflit. À l’occasion de la procession des prêtres ghirlandati, c’est-à-dire ornés de guirlandes, dont le rite commémorait la translation du corps de saint Gennaro de Pozzuoli à Naples74, eut lieu un célèbre affrontement en 1646 entre l’archevêque et la noblesse, affrontement considéré comme le véritable prologue de la révolte. Une dispute en 1652, à l’occasion de la même procession, renouvela ces préoccupations des seggi à propos du contrôle du culte du saint patron vis-à-vis des « extravagances » du cardinal75.

  • 76 ASDN, Diari dei cerimonieri, t. I, f° 46v°, Boccadamo, 2009, pp. 158-159.

32Les tensions entre le pouvoir religieux et le pouvoir civil offrirent l’occasion au vice-roi de tenter d’imposer son autorité. Lors de la Sainte-Patricia, en 1649, pendant la célébration de la messe, les élus refusèrent de recevoir la communion des mains d’un acolyte, sous prétexte qu’il n’était pas d’un rang assez élevé. Le maître de cérémonie de la cathédrale leur reprocha de n’avoir jamais refusé un don du vice-roi, même porté par un simple acolyte76

  • 77 Fuidoro, Successi del Governo, p. 94.

33Les tentatives des seggi pour faire valoir leur autorité au cours de certaines cérémonies civiles se révélèrent assez inefficaces, comme le montre le cas de Giuseppe di Sangro. Lors de la procession des prêtres ghirlandati de 1649, ce noble du seggio di Nido osa refuser une place aux conseillers d’État et aux ministres juristes du conseil collatéral, le principal du royaume de Naples au moment où la procession s’arrêtait pour adorer la tête et le sang de saint Gennaro. Le vice-roi profita de cet épisode pour intervenir et faire emprisonner Di Sangro, alors qu’il n’avait normalement pas voix au chapitre dans l’organisation du rite77.

  • 78 Ibid., p. 156.
  • 79 Sur l’utilisation de cette villa sur mer pour les séjours du vice-roi, Mauro, 2013.
  • 80 D’après la relation de l’ambassade de 1659 de Michele Cavaniglia, duc de San Giovanni, BSNSP, ms.  (...)
  • 81 Coniglio, 1975.

34L’année suivante, à son retour victorieux après la récupération de Porto Longone, Oñate fit comprendre qu’il aurait bien aimé recevoir l’honneur du pont triomphal au moment de son débarquement dans la ville de Naples. Les élus lui firent remarquer qu’il s’agissait d’une prérogative royale, qu’on ne l’accordait aussi aux vice-rois qu’à l’occasion de leur première entrée. Parmi les élus, Astorgio Agnese du seggio di Portanuova, « avec une ferme résolution et la grande prudence d’un patricien », s’opposa à cette idée non seulement parce qu’elle était onéreuse pour la ville, mais aussi parce qu’elle offrait à Oñate l’occasion de « pouvoir se vanter sous le prétexte spécieux du triomphe d’avoir conquis Longone, d’avoir aussi reconquis la ville de Naples, ayant pris une partie de celle-ci qui était indocile alors que la plus grande partie était restée fidèle et subordonnée au souverain »78. Face à ces objections, le vice-roi qui attendait dans la villa du duc de Traetto au Posilippe que la ville se prépare à l’accueillir renonça à ses prétentions79. Pourtant, d’après les observateurs de l’époque, « n’ayant pas obtenu de la Ville le triomphe qu’il désirait pour la prise de Longone, il se vengea en la spoliant de la juridiction criminelle pour avoir répugné à le flatter80 ». De sorte que le comte d’Oñate privait les seggi du seul privilège juridictionnel qu’ils conservaient encore, tout en augmentant son autorité sur le gouvernement de la ville par le contrôle total du système d’approvisionnement81.

  • 82 Fuidoro, Successi del Governo, pp. 117-118.
  • 83 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segreteria di Stato, Napoli, 24 décembre 1652.
  • 84 L’analyse d’un avis modenais est encore plus éclairant : Archivio di Stato di Modena, Avvisi e not (...)
  • 85 Rubino, Notitia, c. 76.

35Le projet d’Oñate de mettre en œuvre une réforme concernant l’espace urbain de représentation des seggi, au cours du printemps 1649, prévoyait une série de démolitions autour du couvent de San Lorenzo où siégeait le gouvernement municipal afin d’élargir la rue (aujourd’hui via dei Tribunali). Par ces travaux de rénovation urbaine, les cortèges auraient pu défiler plus aisément de San Lorenzo au palais royal mais surtout, la réforme envisageait la destruction du centre historique de la ville pour en faciliter l’accès (et le contrôle), ce qui suscita une opposition des seggi et l’annulation du projet82. Dans un but semblable, le vice-roi ordonna des démolitions de diverses « baraques et restes de epitaffii » qui encombraient la place du Mercato, soustrayant aussi beaucoup de biens aux gens de ces quartiers « suspectés d’alimenter les révoltes »83. Oñate occupa l’espace public pour obtenir le plus de place disponible et permettre le déploiement des soldats qui l’accompagnaient au cours des cérémonies. En décembre 1652, mille cinq cents soldats armés de mousquets se concentrèrent sur la place du Mercato et tirèrent une salve84, « trop digne d’être vu [sic]85 », pour l’accueillir près de l’église du Carmine où allait se dérouler un Te Deum de remerciement pour la reconquête de Barcelone.

Les nouvelles cérémonies

36La fin de la révolte catalane en 1652 fournit à Oñate un nouveau prétexte pour commémorer la reconquête du royaume de Naples de 1648 à travers l’allusion à la chute de Barcelone. En outre, le comte ne cessa de rappeler, par une cérémonie d’action de grâce, chaque 6 avril, la récupération du royaume, ce qui représenta une innovation dans la tradition festive tout aussi insolite que la somptueuse procession par laquelle il débuta son gouvernement.

  • 86 Ibid., c. 76. Voir l’un des premiers textes de Giuseppe Castaldo, La sirena, BNN, San Martino, ms. (...)
  • 87 À propos de cette procession de remerciement, voir Capecelatro, Diario, pp. 487-488.
  • 88 Les cérémonies d’attribution de patronage — à peu près trente nouveaux saints furent admis au pant (...)
  • 89 Cet événement n’est rapporté ni par Fuidoro, ni par le manuscrit d’Aniello Della Porta, seul Rubin (...)

37Seulement cinq jours après le départ de Juan José d’Autriche en septembre 1648, quand le comte d’Oñate se trouva libéré de la présence encombrante d’un « si aimable et si affectueux prince86 », il organisa avec le cardinal Filomarino la procession solennelle d’action de grâces le dernier jour de la huitième de la solemnité de saint Gennaro (27 septembre)87. Toutes les communautés religieuses et les corporations napolitaines participèrent au cortège qui adopta le rituel des processions qui célébraient le patronage d’un nouveau saint88. Le défilé des statues d’argent de tous les saints patrons, suivies par la tête et le sang de saint Gennaro, passa par les rues décorées, s’arrêta près des sièges des seggi où des reliques étaient installées et l’hymne de saint Gennaro fut entonné89. Exceptionnellement, l’élu du popolo Giacinto Cangiano fut choisi comme syndic de cette cérémonie alors que traditionnellement ce rôle ne pouvait être assigné qu’à un membre des seggi nobiliaires. L’image d’une harmonie retrouvée entre les différents corps de la ville, cinq mois après la fin de la révolte, soulignait l’intervention providentielle des intercesseurs locaux.

  • 90 Raneo, 1912, pp. 138-140. Il faut répéter, une fois de plus, que suivre un cérémonial connu permet (...)
  • 91 Sur la chevauchée de 1649, voir Rubino, Notitia, c. 23-24 ; Fuidoro, Successi del Governo, p. 91.
  • 92 Rubino, Notitia, c. 32-33.
  • 93 ASD, Diari dei cerimonieri, t. I, f° 76rº. Comme il s’agit d’une nouvelle cérémonie, la visite du (...)

38Les commémorations du 6 avril constituaient, au contraire, un rappel de l’entrée des troupes sur la place du Mercato. Elles suivirent les formes accoutumées des actions de grâce effectuées par la Cour90. Une procession partait du palais royal jusqu’à l’église du Carmine où l’on chantait le Te Deum, et de là, elle se rendait à la cathédrale où l’on renouvelait le remerciement aux saints patrons91. Des décorations de rue, des illuminations et des feux d’artifice scandaient l’événement. Pendant tout son mandat de vice-roi, Oñate célébra obstinément cet anniversaire, malgré les circonstances. En 1650, occupé dans les présides toscans, Oñate fut remplacé par son frère, Beltrán de Guevara, qui assista à la cérémonie en tant que lieutenant92. En 1651, la fête tombait le même jour que le Jeudi Saint : le comte se rendit donc à pied à l’église du Carmine pour l’adoration eucharistique, ensuite il fit chanter dans la même église le Te Deum et enfin il se rendit à la cathédrale. Cette procédure embarrassa les maîtres des cérémonies qui annotèrent dans leurs journaux la manière dont ils arrivèrent à faire coexister l’autel pour l’exposition eucharistique avec le double chœur, celui de la chapelle royale et celui du chapitre93.

  • 94 Ibid., c. 64.
  • 95 Ibid. Voir Von Reumont, 1854, pp. 393-394. Maddaloni fut ensuite nouvellement incarcéré et envoyé (...)
  • 96 Rubino, Notitia, c. 94. Sur le rite du Dimanche des Rameaux dans le cérémonial de la cour des vice (...)
  • 97 Rubino, Notitia, c. 95.

39En 1652, quelques jours après l’arrivée de la nouvelle de la mort soudaine de son frère don Beltrán, « en dépit du deuil, Son Excellence ne voulut point renoncer à faire l’habituel défilé à cheval du 6 avril94 ». Celui-ci s’arrêta devant le Castelnuovo, où le vice-roi accorda solennellement la liberté au duc de Maddaloni, Diomède Carafa, un des nobles les plus importants du royaume, incarcéré pour n’avoir pas respecté l’interdiction qui lui avait été faite de se rendre dans ses fiefs95. En 1653, la commémoration tomba le jour du dimanche des Rameaux. Le vice-roi reçut alors le rameau de palmier dans l’église du Carmine, au lieu de le recevoir dans celle de Monteoliveto, comme le cérémonial royal le prescrivait96. Sur la place du Mercato, on détruisit les baraquements qui encombraient la place afin que l’escadron armé de mousquets décharge une salve97.

  • 98 Ibid., c. 97.

40En effet, ce furent des baraquements bien légers, faciles à enlever, à l’image de ceux qui remplissent la célèbre peinture de la place du Mercato par Domenico Gargiulo, que conserve la fondation Medinaceli (fig. 4). Parmi les raisons qui avaient amené à interdire de nouveaux baraquements, Rubino présente la version officielle de la Cour : le vice-roi souhaitait que les deux fontaines qu’il avait fait édifier et qui furent inaugurées ce 6 avril 1653, demeurent toujours visibles. L’une d’entre elles était installée au centre de la place du Mercato, là où les rebelles avaient érigé l’épitaphe qui rappelait les conquêtes du seggio del popolo98.

Fig. 4. — Domenico Gargiulo (dit Micco Spadaro), Vista del Largo di Mercato, s. d.

Fig. 4. — Domenico Gargiulo (dit Micco Spadaro), Vista del Largo di Mercato, s. d.

© Fundación Casa Ducal de Medinaceli, Sevilla.

  • 99 Ibid., c. 135.
  • 100 Anonyme, Storia della presa di Castellammare, BNN, ms. X B 9, f° 25r°-v°.

41Les commémorations du 6 avril furent supprimées dès l’arrivée du comte du Castrillo. Rubino affirme que quelques Napolitains avaient persuadé le nouveau gouverneur « qu’il n’était pas bien de rappeler par ces commémorations le passé trouble99 ». Ce vice-roi décida aussi de supprimer la parade militaire lorsque les Français furent à proximité de Naples, d’autant que les Napolitains démontrèrent alors leur fidélité à la royauté100.

  • 101 Rubino, Notitia, c. 24. Voir également un avis de 1652 de Modène dans Archivio di Stato di Modena (...)
  • 102 Pour d’autres informations sur le financement des fêtes de la cour de Naples au xviie siècle, voir (...)

42L’itinéraire du cortège traversait les quartiers de Porto, Lavinaro et Mercato, où les éléments populaires résidaient et où les principales activités productives de la ville se déroulaient. Marchands et artisans, organisés dans le cadre des quartiers (ottine) devaient pourvoir aux décorations des boutiques, des fenêtres et des rues : « comme des scènes de théâtre décorées, on [les] orna de soie et de riches draperies, au point d’assécher les épargnes des plus riches afin que les rues apparaissent solennelles en un si grand moment101 ». Ces dépenses somptuaires faisaient-elles partie intégrante du système de répression en prenant la forme d’une inévitable contribution ? Celui qui ne participait pas aux décorations payait une amende à l’élu du popolo102. De fait, les décorations pour le cortège du 6 avril pesaient en grande partie sur les sujets qui finançaient déjà la fête de la Saint-Jean. De surcroît, ces contributeurs durent faire face aussi aux nouvelles pratiques festives liées au carnaval, qu’Oñate avait introduites.

L’inversion de la révolte

  • 103 Déjà, Oñate était à l’initiative d’un char carnavalesque qui suscita beaucoup de stupeur en 1647, (...)
  • 104  Barletta, 1978.

43Les changements imposés par Oñate à la tradition du carnaval qui, à Naples, débutait le 17 janvier — fête de saint Antoine abbé — pour se prolonger toutes les fins de semaines jusqu’au Mercredi des Cendres, offrent une clé de lecture possible à l’ensemble des événements étudiés ici. À partir du char chargé de pain que le vice-roi fit sortir du palais pour le carnaval de 1649, ce moment devient l’occasion pour les diverses corporations de la ville d’offrir au représentant du roi un char rempli de victuailles. Le défilé de tels chars, sous la direction de l’élu du popolo, partait de la place des Fosse del Grano (ou du Largo Mercatello hors de la Porte Reale), passait par la via Toledo jusqu’à proximité du palais royal103. Chacun des cortèges était composé d’un groupe suivi d’un char d’abondance qui, après le défilé sur la place du Palais, était dépouillé par le petit peuple sous les yeux amusés de la Cour104. La participation des corporations, la thématique de l’abondance conjointement avec les immanquables louanges au vice-roi, étaient les traits distinctifs de la fête de la Saint-Jean. La version carnavalesque de l’hommage, en revanche, se déroulait différemment, puisque le vice-roi ne participait pas personnellement à la fête, tout en jouissant du spectacle offert par le peuple directement de son balcon depuis le palais. Si tel était son plaisir, il pouvait éventuellement jeter à la foule des pièces de monnaie.

  • 105 Le seggio del popolo défila en premier, avec le char de Diane, ensuite les nobles, puis les gardes (...)
  • 106 Rubino, Notitia, c. 83. D’autres pragmatiques de ce type furent promulguées en 1658 et en 1665 (qu (...)

44Lors du carnaval de 1653, le dernier sous le vice-roi Oñate, le contrôle complet de la ville fut orchestré par l’organisation préétablie de la place des nobles et des populaires, suivant un calendrier préconçu105. Avant que la saison festive ne commence, le vice-roi disciplina les mascarades tout en les encourageant : par une pragmatique, il annonçait des punitions sévères contre ceux qui lançaient de l’eau et des fruits — gestes qui provoquaient souvent de violentes réactions et des bagarres, et consentait à ce que tous puissent se déguiser « sans autre autorisation ». Les déguisements des particuliers furent donc très variés et cela dans un climat « qu’on n’avait plus vu de liberté106 ».

  • 107 Rubino, Notitia, c. 80-81.
  • 108 Ibid., fos 81-82.
  • 109 ASV, Segreteria di Stato, Naples, vol. 49. Avis du 18 janvier 1653.

45Au cours de la fête de saint Antoine abbé de 1653, le vice-roi défila avec désinvolture dans le cortège ouvert par une « compagnie ridicule » composée de « quelques-uns du peuple le plus bas » montant des ânes et portant des vestes décorées d’ailes et de bigarandiers, de masques grotesques et d’armes factices (des cannes au lieu d’arquebuses, des cerceaux au lieu d’épées)107. À la place du carrosse et de la chaise à porteurs vice-royale, on voyait une charrette tirée avec huit Africains, des parasols et des grelots, puis des carrosses remplis des masques habillés de manière bouffonne. Ce cortège se terminait par vingt-quatre personnes montées à cheval, « gens du peuple civil » (probablement actifs dans le seggio del popolo), divisés en six quadrilles différents mais également comiques, quoique leurs habits fussent couverts de gemmes et d’or108. Un avis romain raconte que, comme ce fut la première fois qu’ils étaient vus « aller en quadrilles », à la manière des nobles, l’affluence de public dans le Borgo (village) di Sant’Antonio fut tellement nombreuse qu’on loua à un prix exorbitant (jusqu’à 7 ducats) les fenêtres d’où admirer la procession109.

  • 110 Rubino, Notitia, c. 92-94.

46Le cortège final du Mardi Gras de 1653 rappela celui du début de la saison. La préparation fut confiée au seggio del popolo qui, « pour faire plaisir à son Excellence le comte d’Oñate » organisa une fête où tous furent conviés. Les sujets, donc, descendirent des Regi Studi (siège de l’université) au palais royal, disposés selon leurs rangs et dignités : d’abord les mondezzari (qui s’occupent des tas d’ordures) et les paliatori (qui travaillent dans les silos de blé, près de la porte Reale) simulaient des compagnies de soldats armés avec les instruments de leur travail (pelles, fourches…) ; ensuite les marchands de fruits et légumes, habillés de vêtements élégants, singeaient les chevaliers ; enfin de nombreux sujets de différentes origines, déguisés en bergers et nymphes, précédaient le char du Printemps (ou de l’abondance) représentant un beau jardin fleuri110.

  • 111 Il convient de rapporter intégralement ce passage : « Quella bella età dell’oro uccisa e sepolta d (...)
  • 112 Fuidoro, Successi del Governo, p. 270.

47On assiste à un renversement du scénario de la révolte : ceux qui, dans les années précédentes, avaient empoigné les armes, défilaient maintenant en rangées comme une armée grotesque, pour satisfaire les requêtes du vice-roi. Tandis que Rubino affirme, enthousiaste, qu’une telle « liberté » et une telle abondance, qui avaient attiré des spectateurs provenant de tous lieux, était le résultat d’un retour à « ce bel âge d’or qui avait été tué et enterré par les mains du méchant âge de fer111… ». Or, le carnaval d’Oñate suggère à Fuidoro l’image lapidaire d’une Naples transformée en « congrégation ou en oratoire112 ». En effet, les manifestations carnavalesques, réglementées sous tous leurs aspects, devenaient de simples spectacles à l’usage du vice-roi qui se montrait et se déplaçait en toute liberté et sécurité dans l’espace urbain, devenu une extension de son palais. Les tendances autoritaires d’Oñate trouvent leur conclusion dans les derniers moments de son gouvernement — il fut rappelé au mois de novembre 1653. Alors qu’il contrôlait la ville de Naples, purgée de toute possible résistance à son autorité, il organisait dans son palais des fêtes et des spectacles, attirant décorateurs et musiciens de renom et faisant de la capitale un des principaux centres italiens d’opéras.

  • 113 Habermas, 1977, pp. 20-21.

48Il serait possible de simplement conclure, en référence à la conception habermassienne de la fête baroque, qu’Oñate, tout en l’interdisant dans la rue, la déplaça à l’intérieur du palais113. En réalité, le comte agissait d’une façon différenciée avec les diverses forces présentes et réussit à diffuser cette image ordonnée et claire de la rue napolitaine. Il la métamorphosa pour qu’elle devienne une prolongation du palais.

49L’œuvre de répression d’Oñate, qui répondit au trio « fêtes, farine, échafaud » (feste, farina, forca), permit de délimiter les marges d’action du plus haut représentant du roi au sein de l’espace public napolitain pour les décennies suivantes, et esquissa une nouvelle image de l’institution du vice-roi qui influença profondément la plupart de ses successeurs.

Notes

1 Parmi les études qui ont traité récemment le thème de la révolution napolitaine de 1647-1648, on peut citer : D’Alessio, 2007; Galasso, 2006 ; Hugon, 2011 (et sa traduction en espagnol, 2014) ; Musi, Di Franco, 2006 ; Villari, 2012.

2 Sur le rôle du duc de Guise en tant que protecteur et chef militaire, voir Hugon, 2014, pp. 276-279.

3 Rubino, Notitia di quanto è successo in Napoli dal 1648 al 1657, fait mention de la réticence de la ville à reconnaître l’autorité du duc de Guise et du tumulte de la fin de février 1648 (voir Villari, 2012, pp. 276-279).

4 La révolte était née au mois de juillet 1647 d’une protestation antifiscale contre la nouvelle gabelle imposée sur les fruits. Cette promesse de suppression avait été faite par le vice-roi Arcos quelques jours après le début de la révolte (Villari, 2012, pp. 531-535).

5 Reproduction intégrale de ce texte dans Fuidoro, Successi historici, p. 461.

6 Ibid., pp. 461-462. Voir aussi le billet envoyé à Gerolamo Maria Caracciolo, marquis de Torrecuso, cité dans Capecelatro, Diario, pp. 5-6. Ce texte rappelle les instructions rédigées par les maîtres des cérémonies pour les actes officiels qui comportaient la participation du vice-roi. Ces instructions étaient normalement recueillies dans les livres du cérémonial. Ces textes ont fait récemment l’objet de nombreuses études consacrées à la représentation du pouvoir monarchique, notamment : Antonelli, 2013 ; Colomer, Galasso, Quirante (dir.), 2013.

7 Fuidoro, Successi historici, p. 461.

8 Ibid.

9 Capecelatro, Diario, pp. 18-20.

10 Sur l’utilisation des portraits pendant la révolte, voir Bodart, 2011, pp. 373-390 ; Id., 2003.

11 Fuidoro, Successi historici, p. 467.

12 Vitale, 2006, pp. 53-57. Les sources du xve siècle qui décrivent cette cérémonie parlent d’« usanza spagnola ».

13 Antonelli, 2013, pp. 490-495. Après avoir entendu cette formule, le vice-roi remettait les clés au gouverneur et lui ordonnait de garder la forteresse au nom du roi. Par ce geste, on rétablissait symboliquement les hiérarchies et on réaffirmait l’institution de la vice-royauté sous un nouveau monarque.

14 F. Capecelatro relève l’existence d’une cérémonie semblable la même nuit pour la prise de Castel Capuano par le marquis de Torrecuso, que gardait le gouverneur populaire Orazio De Rosa : Diario, p. 19.

15 Sur le tableau attribué à Coppola, voir Museo Nazionale di Capodimonte, 2008, pp. 76-77, où l’œuvre est présentée avec le titre significatif Il municipio napoletano presenta a don Giovanni d’Austria le chiavi della città. En effet les clés du donjon représentaient, en quelque sorte, celles de la ville tout entière.

16 Marshall, 1998.

17 Sur le rôle de Filomarino dans la révolte, voir Hugon, 2009.

18 Fuidoro, Successi historici, p. 469. G. Campanile s’exprime à peu près dans les mêmes termes : Cose degne di memoria accadute nella città di Napoli, Biblioteca della Società Napoletana di Storia Patria (BSNSP), ms. XXVI D 5, fº 522.

19 Dans l’index incomplet des journaux des maîtres des cérémonies, on trouve de nombreuses références aux années 1648-1653. Voir Strazzullo, 1961 : t. I, fos 10r°-62v°, 76rº-87vº ; t. II, fos 180r°-216r° ; t. III, fos 1r°-117r°, 139r°-134r°, 168r°-183r° ; t. IV, fos 2r°-73r°. Sur cette source, voir Boccadamo, 2009, pp. 151-166. Sur les « visites » entre évêque et vice-roi, voir aussi Novi Chavarria, 2013, pp. 287-305.

20 À côté de la mise en scène d’Oñate, il faut considérer également celle du maître des cérémonies Baldassarre di Vaio.

21 Minguito Palomares, 2011 et 2001. L’auteur étudie également l’application du cérémonial dans les salles du palais et insiste sur ce type de mise en scène aux fortes significations politiques. Sur le théâtre d’Oñate, voir Bianconi, Walker, 1975 ; Fabris, 2005 ; Guarino, 2010.

22 Della Porta, Causa di Stravaganze o vero Giornale historico, Bibliothèque nationale de France (BnF), ital. 299, fos 85v°-87r° ; Campanile, Cose degne, fos 522-523.

23 Benigno, 2000, pp. 158 sqq.

24 Les positions s’exprimèrent successivement dans Burke, 1983 ; Villari, 1985 ; Burke, 1987. Trente ans après la publication de ces articles, des synthèses permettent de reconnaître aux fonctions rituelles leur importance, ce que Natalie Zemon Davis et d’autres avaient déjà illustré pour les rites de violence : Davis, 1975, et Bercé, 1976.

25 En ce sens, la couverture du livre de Hugon, 2011, établit aussi un parallélisme entre David et Masaniello, à travers la peinture de Caravage et celle d’Ernest Pignon-Ernest.

26 En référence à la permanence de l’image de Masaniello dans les révoltes du xviiie et xixe siècles, voir D’Alessio, 2007, pp. 230-269. En ce qui concerne le xxe siècle, voir la critique de la lecture des Quatre journées comme révolte apolitique de lazzari et scugnizzi, dans Aragno, 2015. Sur la violence des scugnizzi au cours des journées de septembre 1943, voir Hugon, 2014a, p. 109.

27 À l’essai de Guarino, 2010, on doit ajouter Marino, 2011, les contributions à l’ouvrage collectif dirigé par Rak, 2012 et l’atlas d’images festives du groupe de l’Universitat Jaume I coordonné par Mínguez, 2014.

28 Ces thèmes sont traités aussi par Hernando Sánchez, 2001b.

29 Della Porta, Causa di stravanganze, f° 88v°.

30 Fuidoro, Successi del Governo del Conte d’Onate (1648-1653), p. 26.

31 Comentarios políticos a Tácito de Juan Alfonso de Lancina (1687), t. I, chap. xxx, cité par García Marín, 2003, et repris par Guarino, 2013, pp. 257-279.

32 Comentarios políticos, cité par García Marín, 2003, p. 350, n. 13.

33 Mauro, 2009, pp. 67-93.

34 Sur les apports de Rubino, voir Megale, 1994 ; Marino, 2008 ; Giannone, 2005 ; Campanelli, 2008.

35 Galasso, 1982, t. I, p. 103, y voit plutôt un « generico conformismo », ce qui souligne que Rubino était peu considéré par l’historiographie napolitaine du xxe siècle, à l’exception des études citées dans la note précédente.

36 Cicconio, Relatione del famoso et ammirando apparato, 1649, n. n.

37 Il s’agit d’une rente de 60 ducats annuels, perçue par le Banco del Popolo, comme on l’apprend du fascicule relatif à sa formation de clerc, Archivio Storico Diocesano di Napoli (ASDN), Sacra Patrimonia, fasc. 8, n° 124.

38 Fuidoro, Successi del Governo, p. 65.

39 Ibid.

40 Ibid, p. 21. Sur les condamnations à mort des premiers mois de la répression, voir De Blasiis, 1884, pp. 104-108, 118-130.

41 Fuidoro, Successi del Governo, p. 69. En février 1649, le rebelle Onofrio Pagano cria à l’adresse des pères de la confrérie des Bianchi qui l’assistaient lorsqu’il était amené au bourreau, « Padre mio, che cosa dice San Paolo, forsi che io non dovevo pigliare l’armi in difesa della patria mia » (ibid.). Vincenzo di Massa, par contre, au moment de la capture, cria aux présents : « Popolo mio, io vado carcerato per te, agiutami », ibid., p. 65.

42 Pour les actes du procès, voir Capecelatro, Diario, pp. 342-365.

43 Della Porta, Causa di stravaganze, f° 112v°. Sur l’émergence de la figure d’Annese, voir Hugon, 2014, p. 249 sqq.

44 Annese était armurier de profession, et durant la révolte, la république avait été proclamée, d’où l’absence de vice-roi : Della Porta, Causa di stravaganze, f° 123r°.

45 Fuidoro, Successi del Governo, p. 34.

46 Capecelatro, Diario, t. III, p. 316.

47 Comme pour l’anniversaire de l’entrée du 6 avril 1652, sur lequel on reviendra par la suite.

48 Fuidoro, Successi del Governo, p. 29.

49 Ibid., p. 91. La visite au sanctuaire de la Madone de Pugliano constituait une des traditions observées par le cérémonial de la cour des vice-rois : Raneo, 1912, p. 73. Tommaso d’Aquino, qui avait son palais près du sanctuaire, était le frère et l’associé du célèbre financier Bartolomeo d’Aquino : Musi, 1976 ; Villari, 2012.

50 Sur ce tableau traditionnellement intitulé Visita del cardinale Filomarino al vicerè : voir Daprà, 1990, p. 396 ; De Cunzo, 1994, p. 27 ; Capolavori in festa, 1997. Le tableau représente l’une des images les plus anciennes qui aient été conservées de la place du Palais.

51 Rubino, Notitia di quanto è occorso in Napoli dal 1648 fino a tutto il 1657, BSNSP, XXIII D 14, carta 13.

52 Fuidoro, Successi del Governo, p. 89.

53 Guarino, 2013, p. 263.

54 Sur les tendances absolutistes du gouvernement d’Oñate : Galasso, 1982, t. I, p. 23-24.

55 Selon Museo Nazionale di Capodimonte, 2008, pp. 76-77.

56 D’après les chroniques, ce contrôle commença juste après le 6 avril. Voir à titre d’exemple Fuidoro, Successi del Governo, pp. 17-18.

57 Dans les années suivant immédiatement la révolte, Oñate décida d’enlever à la ville la gestion de l’approvisionnement urbain, au profit du grassiere, et interdit aux élus l’exercice de la justice annonaire, comme on le verra par la suite.

58 Rubino, Notitia, c. 22.

59 Fuidoro, Successi del Governo, p. 79.

60 Rubino, Notitia, c. 22-23.

61 Pour la répression des nobles et les conflits avec les représentants de nombreuses familles du royaume, voir Galasso, 1982, t. I, pp. 17-25 ; Minguito Palomares, 2011, pp. 187-283.

62 Cicconio, Relatione del famoso, sans pagination.

63 Rubino, Notitia, c. 24-25. En effet, le grand tumulte éclata, mais deux semaines plus tard (le 7 juillet).

64 Ibid, c. 26. La Oncia = 27 gr.

65 Ibid.

66 Ainsi que l’a justement mis en valeur Marino, 2008. Sur la veillée de Saint-Jean voir Petrarca, 1986 ; Iannella, 1993 ; Megale, 1994 ; Muto, 2000 ; Mauro, 2010.

67 Fuidoro, Successi del Governo, pp. 101-102. Voir aussi Campanile, Cose degne, fº 560.

68 En effet, d’après les instructions du cérémonial de cour, pendant le défilé, l’élu du popolo qui ouvrait le chemin au vice-roi aurait dû occuper la place du capitaine de la garde « que en este dia no se tiene », Raneo, 1912, p. 92.

69 Campanile, Cose degne, c. 560.

70 Fuidoro, Successi del Governo, p. 101.

71 En 1651, on craignait encore un attentat contre le vice-roi à l’occasion de la fête de la Saint Jean, Rubino, Notitia, c. 54.

72 Della Porta, Causa di stravaganze, f° 95r° ; Campanile, Cose degne, c. 546 ; González Asenjo, 2005, p. 67.

73 Fuidoro, Successi del Governo, p. 97.

74 Vitale, 2006, pp. 167-176 ; Visceglia, 1995.

75 Sur cette dispute du mois de mai 1652, voir la relation du secrétaire du seggio del popolo, Biblioteca Nazionale di Napoli (BNN), ms. San Martino 199.

76 ASDN, Diari dei cerimonieri, t. I, f° 46v°, Boccadamo, 2009, pp. 158-159.

77 Fuidoro, Successi del Governo, p. 94.

78 Ibid., p. 156.

79 Sur l’utilisation de cette villa sur mer pour les séjours du vice-roi, Mauro, 2013.

80 D’après la relation de l’ambassade de 1659 de Michele Cavaniglia, duc de San Giovanni, BSNSP, ms. XXIII B 8, fº 406rº. Fuidoro, Successi del Governo, p. 157, rapporte également cet épisode.

81 Coniglio, 1975.

82 Fuidoro, Successi del Governo, pp. 117-118.

83 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segreteria di Stato, Napoli, 24 décembre 1652.

84 L’analyse d’un avis modenais est encore plus éclairant : Archivio di Stato di Modena, Avvisi e notizie dall’estero, busta 44 [1652], f° 404r°.

85 Rubino, Notitia, c. 76.

86 Ibid., c. 76. Voir l’un des premiers textes de Giuseppe Castaldo, La sirena, BNN, San Martino, ms. 163.

87 À propos de cette procession de remerciement, voir Capecelatro, Diario, pp. 487-488.

88 Les cérémonies d’attribution de patronage — à peu près trente nouveaux saints furent admis au panthéon napolitain, au cours du xviie siècle — représentent l’un de phénomènes les plus caractéristiques de la dévotion napolitaine de la réforme tridentine. Voir Sallmann, 1994.

89 Cet événement n’est rapporté ni par Fuidoro, ni par le manuscrit d’Aniello Della Porta, seul Rubino en fait état dans Notitia, c. 17.

90 Raneo, 1912, pp. 138-140. Il faut répéter, une fois de plus, que suivre un cérémonial connu permettait à Oñate de s’intégrer aux traditions urbaines et donc de légitimer ces nouvelles célébrations.

91 Sur la chevauchée de 1649, voir Rubino, Notitia, c. 23-24 ; Fuidoro, Successi del Governo, p. 91.

92 Rubino, Notitia, c. 32-33.

93 ASD, Diari dei cerimonieri, t. I, f° 76rº. Comme il s’agit d’une nouvelle cérémonie, la visite du vice-roi le 6 avril est toujours notée dans ces journaux. Voir également Rubino, Notitia, c. 49-50.

94 Ibid., c. 64.

95 Ibid. Voir Von Reumont, 1854, pp. 393-394. Maddaloni fut ensuite nouvellement incarcéré et envoyé en Espagne où il mourut, en prison, à Pampelune en 1660.

96 Rubino, Notitia, c. 94. Sur le rite du Dimanche des Rameaux dans le cérémonial de la cour des vice-rois de Naples, voir Raneo, 1912, p. 84, et Antonelli, 2013, p. 149.

97 Rubino, Notitia, c. 95.

98 Ibid., c. 97.

99 Ibid., c. 135.

100 Anonyme, Storia della presa di Castellammare, BNN, ms. X B 9, f° 25r°-v°.

101 Rubino, Notitia, c. 24. Voir également un avis de 1652 de Modène dans Archivio di Stato di Modena (ASM), Avvisi e notizie dall’estero, busta 44. Avis du 9 avril 1652.

102 Pour d’autres informations sur le financement des fêtes de la cour de Naples au xviie siècle, voir Muto, 2013.

103 Déjà, Oñate était à l’initiative d’un char carnavalesque qui suscita beaucoup de stupeur en 1647, lors de son ambassade près le Saint-Siège : Mancini, 1968, p. 89.

104  Barletta, 1978.

105 Le seggio del popolo défila en premier, avec le char de Diane, ensuite les nobles, puis les gardes bourguignonnes et à nouveau le peuple (notamment les poissonniers) : la Cour et la ville se succèdent une semaine après l’autre, et rivalisent dans les dépenses.

106 Rubino, Notitia, c. 83. D’autres pragmatiques de ce type furent promulguées en 1658 et en 1665 (quoique non observées). Fuidoro regretta l’intransigeance d’Oñate sur l’eau et les fruits : Fuidoro, Successi del Governo, p. 270.

107 Rubino, Notitia, c. 80-81.

108 Ibid., fos 81-82.

109 ASV, Segreteria di Stato, Naples, vol. 49. Avis du 18 janvier 1653.

110 Rubino, Notitia, c. 92-94.

111 Il convient de rapporter intégralement ce passage : « Quella bella età dell’oro uccisa e sepolta dalle sempre crudi, e spietate mani dell’iniqua età del ferro, parve ora (mediante l’ottimo governo dell’Eccellentissimo Conte d’Ognate) fusse in questi tempi carnevaleschi risorta in Napoli poiche non miravasi altro che baldanzosa per ogni parte brillar l’allegrezza, quale fu sì grande, e si inusitato, che i più vecchi della Città non si ricordavano haver visto le simili, ne, dicevano, esserli state raccontate da loro antenati altre allegrezze che si havessero potute uguagliare à queste, che vi erano in questi giorni in Napoli », Rubino, Notitia, c. 82. Ces mots font écho aux vers nostalgiques de la Storia de’ cient’anne arreto de Velardiniello (voir Brevini, 1999, t. I, p. 555).

112 Fuidoro, Successi del Governo, p. 270.

113 Habermas, 1977, pp. 20-21.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Carlo Coppola (attr.), Resa de la Cit[t]à di Napoli a Sua Altezze Serenissima D[on] Gioan di Austria, 1656 ca
Crédits Avec la gracieuse autorisation du Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo – Polo Museale della Compania. © Museo Nazionale di San Martino, Naples.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 2. — Anonyme du xviie siècle, Vista di Largo di Palazzo, 1650 ca
Crédits Avec la gracieuse autorisation de la Fototeca del Polo Museale della Compania. © Museo Nazionale di San Martino, Naples.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 3. — Carlo Coppola (attr.), Resa de la Cit[t]à di Napoli a Sua Altezze Serenissima D[on] Gioan di Austria, 1656 ca [détail]
Crédits Avec la gracieuse autorisation du Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo – Polo Museale della Compania. © Museo Nazionale di San Martino, Naples.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Fig. 4. — Domenico Gargiulo (dit Micco Spadaro), Vista del Largo di Mercato, s. d.
Crédits © Fundación Casa Ducal de Medinaceli, Sevilla.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540