Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulèvements, révoltes, révolutions

 | 
Alain Hugon
, 
Alexandra Merle

II. — La communication en temps de révolte : supports, canaux, destinataires

À cors et à (é)cri(t)s

Manifestes, pasquins et chansons des révoltés Barretines en questions (1687-1690)

Héloïse Hermant

Texte intégral

1Les épisodes de contestation et de rupture de l’ordre social et politique que sont les révoltes et les révolutions ont alimenté une riche tradition historiographique. Moments de cristallisation identitaire, voire de constitution d’un « horizon national », ces séquences matricielles ont été constamment réactualisées à la lumière des interrogations politiques lourdes d’enjeux auxquelles les sociétés contemporaines se trouvaient confrontées. À distance d’une lecture strictement économique et sociale des mobiles des acteurs, d’une histoire des idées politiques, cantonnée à une sphère discursive, ou encore de la genèse téléologique du triomphe de la « modernité », les apports conjugués des sciences sociales et du « tournant culturel » de la fin des années 1980 ont déplacé les lignes. La sociologie des mouvements collectifs et la prise en compte des identités interrelationnelles, l’anthropologie et l’histoire de la culture écrite donnent actuellement la possibilité de nouer une histoire sociale des mobilisations contestataires et une histoire dynamique des modèles politiques attentive à l’institutionnalisation et à la politisation des sociétés.

  • 1 Au sens général de petit livre de peu de pages, manuscrit ou imprimé, dont la forme minimale est u (...)
  • 2 Jouhaud, 1985.
  • 3 Pour une approche complémentaire de la révolte des Barretines, voir l’article de J. Albareda dans (...)

2En partant d’un questionnement méthodologique, nous voudrions montrer, à travers une étude de cas, en quoi l’étude des libelles des insurgés, dans le cours même de l’action contestataire, fournit des clés essentielles d’intelligibilité des révoltes et des révolutions. S’agissant d’une des manifestations récurrentes des soulèvements de l’Europe de l’Ancien Régime, il semble inopportun de réduire cette production textuelle1 à de l’anecdotique ou au simple reflet de la trame événementielle, sans interférence avec cette dernière. Ainsi Christian Jouhaud a-t-il montré, pour la Fronde, que les mazarinades étaient des textes-actions dont on ne pouvait appréhender le sens qu’à la lumière d’une contextualisation fine2. La révolte des Barretines (1687-1690)3 offre un exemple intéressant dans cette perspective. Imprégnés de culture juridique, conscients de l’autorité émanant des actes manuscrits et authentifiés, les paysans insurgés ont écrit (ou fait écrire et imprimer), placardé, proféré ou chanté des textes et des discours qui ont scandé et « informé » cette convulsion de la Catalogne de Charles II.

  • 4 Dantí, 1979 ; Kamen, 1979. Sur la Catalogne au temps de Louis XIV et sur l’impact de la guerre, vo (...)
  • 5 La Députation ou Généralité est l’institution gardienne des lois constitutionnelles (fueros) catala (...)

3Dans un contexte de crispation antiseigneuriale, de malaise économique et de tensions militaires entre la France et l’Espagne, les troupes cantonnées en Catalogne constituent une réalité oppressante de ce limes de la monarchie. La révolte des Barretines apparaît comme l’expression de la colère et du désespoir des secteurs démunis de la population en réaction à l’injuste répartition des contributions militaires et à l’obligation de loger les soldats4. Cet antagonisme social se complique d’un antagonisme foral : les contributions sont dénoncées comme une violation des lois du royaume de sorte qu’en défendant ses fors contre la Castille, le Principat revendique son particularisme. Les autorités royales y voient une manœuvre de déstabilisation ou l’effet du « sempiternel » désamour des Catalans. Une année de mauvaise récolte due à une invasion de sauterelles porte l’instabilité à son comble. Alors que trois membres de la Députation5 — Antonio et Daniel Sayol et Josep Ciges — ayant dénoncé la charge des contributions militaires pour les paysans, sont emprisonnés à Madrid, une altercation entre une femme de Centelles et un officier de la cavalerie venue contraindre manu militari les habitants à payer, déclenche une révolte qui emporte le Principat en octobre 1687. Pendant plus de deux ans, les paysans persistent dans leur refus de payer les contributions sur des bases inégalitaires. Ils prennent les armes, revendiquent leurs droits et assiègent Barcelone à deux reprises, en avril 1688 et en novembre 1689. Des pics de violence (le sac de Sant Feliu par les forces du vice-roi Villahermosa, une guérilla menée depuis les montagnes par les Barretines, des heurts multiples avec les soldats) alternent avec des affrontements de basse intensité sans que la tension disparaisse. Malgré des succès paysans, le rapport de forces penche clairement en faveur des armées du vice-roi chargées de les réprimer, d’autant qu’à la différence de ce qui se produisit en 1640 les élites catalanes se désolidarisent de leur cause : les institutions (Généralité, Consell de Cent, bras militaire) et ceux à qui profitent les exemptions de logement et la reprise économique sélective appuient les forces de Charles II. À partir de 1689, la logique de guerre contre la France, qui a envahi le Principat, s’impose et favorise la conciliation. Les Barretines épuisés se retirent et obtiennent, le 14 mars 1690, un pardon général, à l’exception de quelques châtiments exemplaires.

  • 6 Kamen, 1979 ; Albareda, 1988.
  • 7 Dantí, 1990 ; Albareda, 2007.
  • 8 Albareda, 1988.

4Le soulèvement des Barretines n’a guère été étudié sous un angle culturel. L’historiographie a plutôt interrogé la cohérence et l’autonomie de ce mouvement paysan, notamment au regard de l’implication de la France à la fin de l’épisode, ce qui a logiquement débouché sur une analyse du profil sociologique des insurgés et du lien de leurs chefs avec la monarchie de Louis XIV6. Cette approche a conduit à identifier les causes de la révolte, en particulier dans sa composante économique et antiseigneuriale, et à mettre en regard ce mouvement avec d’autres soulèvements populaires contemporains comme les Germanías valenciennes de 16937. En parallèle, les débats ont porté sur la continuité du soulèvement des Barretines avec la révolution catalane de 1640 et sur son poids dans la rupture de 1705, le Principat épousant majoritairement la cause austraciste8.

5Le prisme culturel offre la possibilité d’appréhender les discours d’acteurs normalement exclus de la sphère institutionnelle, mais qui tentent d’en forcer l’entrée dans un contexte de révolte. Les discours écrits, affichés, criés et parfois chantés par les Barretines permettent d’aborder la question de la culture écrite en milieu rural prise à la fois dans un rapport d’oralité et dans un rapport à la culture juridique. Ils sont la trace de compétences politiques propres aux acteurs de l’ordinaire, portées et infléchies par les dynamiques insurrectionnelles. La « culture de révolte » des Barretines se forge dans l’imprévisibilité de l’événement, jamais en huis clos, avec des conséquences fortes en termes de politisation et de fabrique identitaire des « gens de la terre ».

  • 9 Sur ces aspects, je me permets de renvoyer à mon article : Hermant, 2013.
  • 10 Carrier, 1989 ; Hermant, 2012.
  • 11 Les livres de raison sont des livres de comptes qui comportent des éléments variés (faits biograph (...)
  • 12 Feliu de la Penya, Anales de Cataluña, p. 396 ; Lettre de Melgar au Conseil d’Aragon le 18 juillet (...)
  • 13 « diversos versus y jaculatòrias ridículas », Memòries de mossèn Jaume Avellà, p. 30.
  • 14 Succesos de Cataluña (1640-1693), Biblioteca de Catalunya (BC), ms. 504, f° 43v°.
  • 15 Jouhaud, Vialat, 2002.

6Constituer le corpus des écrits Barretines lance un défi à l’historien. Le contexte rural de l’épisode, le rapport à l’écrit des acteurs, le sens de leur démarche qui conditionne le poids octroyé aux mots et à l’imprimé par les insurgés et enfin la façon dont ce soulèvement a été reçu par l’ensemble du corps sociopolitique, ainsi que l’entreprise d’occultation/édulcoration dont il fut consécutivement l’objet, expliquent que rares aient été les textes à nous parvenir9. Peu d’écrits sur le coup dans un monde de l’interconnaissance où l’oralité constituait le mode de communication privilégié. Peu d’écrits conservés, puisque, conçus au sein d’actions ciblées, ils n’étaient point destinés à durer et les garder était risqué. Point de collections non plus, comme pour les mazarinades ou les guerres de plumes de don Juan José de Austria, ni même de retranscriptions de textes, en raison du mépris dans lequel les élites ont tenu ce mouvement10. Si les correspondances des acteurs chargés d’endiguer l’insurrection, les mémoires ou les livres de raisons11 des témoins de l’événement et les chroniques évoquent souvent la récurrence des libelles et des discours barretines, ils taisent leur contenu assimilé à des « insolences et impertinences » émanant « d’amis des nouveautés », selon la formule de rigueur12. Dans ses mémoires, le chapelain Jaume Avellà, administrateur des biens de la Maison Sala, près de Mataró, mentionne les « vers grotesques et des litanies jaculatoires ridicules » des insurgés13. Il arrive cependant qu’un scripteur restitue des textes de la révolte, mais avec alors pour fonction de délasser le diligent lecteur en introduisant une respiration dans un récit ardu14. Dans ces conditions, l’historien voit lui échapper les indices recélés d’ordinaire par la matérialité des écrits. Format, choix de l’imprimé ou du manuscrit, mise en page et/ou graphie, trame et qualité du papier, éventuel paratexte, en un mot tout ce qui a trait à une opération de publication renseignant sur le public escompté, la circulation et éventuellement l’auteur, se volatilise15. En l’état et souvent en l’absence d’auctorialité avérée, ces documents lacunaires et anonymes invitent à la prudence car ils peuvent être manipulatoires, verser dans la forgerie, ou renfermer des enjeux à plus ou moins long terme dont certains ne nous apparaissent plus ou dont il manque le sésame.

7Des palliatifs s’offrent toutefois au chercheur opiniâtre car si les acteurs de l’ordre ou les témoins restituent rarement ces textes, en revanche, ils évoquent les diverses flambées éditoriales et livrent des indices sur leur forme et leur circulation, ce qui permet d’inférer datation approximative et hypothèses de diffusion.

  • 16 Emili Giralt a retranscrit trois textes versifiés chantant la cause des Barretines, parus à l’occa (...)
  • 17 Ce récit a été retranscrit par Joan Alsina qui a identifié son auteur : Alsina, 1987.

8Si l’exception ne fait pas la règle, l’historien peut aussi compter avec quelques registres ou chroniques qui restituent une part des discours des révoltés16. Certains scripteurs se révèlent même éloquents sur les conditions d’énonciation, d’écriture et de circulation de la publicística. Dans sa relation Memoria de dos grans tumultos que per respecte de las grandes y exorbitans vexacions y compositions feian los Cabos de la cavalleria en lo present Principat de Catalunya, le prêtre de la paroisse de Sant Feliu de Sabadell, Isidres Planes, apporte des précisions décisives pour une approche culturelle du soulèvement17. Le récit débute avec les incidents d’octobre 1687 à Centelles et s’arrête à la réintégration des députés Sayol consécutive au siège de Barcelone, en mai 1688. Il retranscrit deux textes versifiés dont il affirme qu’ils furent, parmi beaucoup d’autres, criés et chantés par des Barretines en colère — jusqu’à deux cents individus, affirme-t-il — tous les soirs, entre dix et onze heures, deux semaines durant, entre avril et mai 1688. Le clerc fournit davantage de détails encore sur le texte à l’incipit Por trese hombres y no más, qui vitupère contre le trésorier Montaner, responsable de la répartition inégale des contributions militaires, le juge Marimon, le juge Portell et le comte de Centelles. Selon Planes, les paysans munis de cloches arpentaient Barcelone en se tenant à un même itinéraire. Ils s’arrêtaient successivement devant les maisons des individus nommément dénoncés par le texte et à des endroits stratégiques, comme le palais du vice-roi. À chaque station, ils frappaient aux portes et aux fenêtres jusqu’à obtenir une réponse puis vociféraient les strophes accusatrices. Une grande partie des Barcelonais a donc eu connaissance de l’invective des Barretines qui a ensuite fait l’objet de retranscriptions écrites, dont celle de Planes.

  • 18 Giralt, 1994, p. 165.
  • 19 Biblioteca de Catalunya (BC), Fullet Bonsoms (FB), n° 2494.

9Par ailleurs, ces écrits de combat sont en prise sur l’événement. Textes en contexte, ils contiennent des éléments qui ouvrent une fenêtre chronologique de datation grâce à l’évocation de personnages et de faits ou grâce aux rapports de forces qu’ils laissent entrevoir et qu’ils s’emploient à infléchir. À titre d’exemple, on peut situer la première publication (écrite et/ou orale) du texte à l’incipit Cathaluna ab gran manera entre le 23 avril et le 11 mai 168818. Plusieurs vers mentionnent le siège de Barcelone qui dure du 7 au 11 avril et un quatrain réclame que les Sayol, héros de la cause paysanne, soient rétablis dans leur fonction de députés comme le roi l’avait promis. Or, le 23 avril, le vice-roi Leganés avait envoyé un courrier au Consell de Cent pour le prévenir que Charles II consentait à céder à toutes les requêtes des Barretines, tandis que l’ordre de réintégration des députés est reçu à Barcelone le 11 mai19.

  • 20 Resumen del que ha obrat lo consistori de diputats, BC, FB, n° 185. Pour une analyse du montage vo (...)

10Certains écrits des insurgés ont été imprimés et ont grossi le fond de la collection Fullet Bonsoms de la Biblioteca de Catalunya ou la réserve de la Biblioteca Universitaria de Barcelona. Parfois ils appartiennent à de subtils montages discursifs qu’il faut désamorcer. C’est le cas d’un manifeste des Barretines publié à l’occasion du siège de Barcelone de 1688, inséré dans un dispositif comprenant des lettres du vice-roi et de Charles II, et qui vise à faire de la Députation la championne d’un retour à l’ordre consensuel, du bien commun et du service du roi20.

  • 21 Le Consell de Cent est le conseil municipal de Barcelone. Les registres du Consell et de la Généra (...)
  • 22 BNE, ms. 2398-2407.

11Enfin, la connaissance précise de la séquence insurrectionnelle et de ses acteurs autorise à formuler des hypothèses sur les circuits de transmission des textes de la révolte afin de guider le chercheur dans l’ombilic des archives. C’est ainsi que l’on recense des originaux ou des copies de manifestes et de libelles dans les archives des institutions entrées en pourparlers avec les révoltés ou chargées d’imposer le retour au calme, notamment dans les consultes du Conseil d’Aragon et les archives de la Généralité et du Consell de Cent21. Les dix volumes de la correspondance du duc de Villahermosa, vice-roi de Catalogne à partir de décembre 1688, conservés à la Biblioteca Nacional de España, contiennent occasionnellement des retranscriptions de manifestes ou de libelles ou livrent des informations les concernant22. Enfin, des chefs des révoltés, comme Enric Torres ou Josep Llavina, riches laboureurs et syndics de leur localité, ont détenu des manifestes et des libelles, parfois écrits de leur main ou coécrits. Ces textes s’amoncellent aujourd’hui dans les archives familiales (Masia Torres situé à Sant Quirze de Safaja et Masia Llavina à Centelles).

  • 23 Le corpus peut encore s’accroître grâce aux archives locales et privées.

12Une fois le corpus constitué, il convient de mener de front d’une part, une étude de contenu et des processus de mise en écrit — et donc d’auctorialité — et de l’autre, une tentative de datation, de contextualisation et de restitution des circuits de diffusion, à la lumière du reste de la documentation ayant trait à la révolte23. Significativement, les moments d’éclosion scripturaire correspondent à des pics de tension et à des événements précis, scandant la séquence insurrectionnelle. C’est en tenant ensemble tous ces fils qu’on sera à même de comprendre la fonction et le sens assignés à ces textes par les Barretines et qu’on pourra restituer les linéaments d’une « culture de la révolte » innervée par l’écrit, tant dans ses cristallisations contestataires que dans ses pratiques sociales. Pris entre paroles, gestes d’écriture, tentatives de conciliation et actes de violence, manifestes, pasquins et chansons s’imposent comme les formes de prédilection des Barretines. Nous proposons donc d’examiner maintenant les conjonctures éditoriales successives du soulèvement afin de révéler la doublure scripturaire de l’action des insurgés.

  • 24 Selon Fransc Gelat, paysan de Santa Susanna, dans ses Memoriès, p. 66.
  • 25 BC, ms. 504, fos 28r°-28v° ; 30v° ; 32v°. D’après les Succesos de Cataluña, les suppliques et les (...)
  • 26 BC, FB, n° 185, fos 1r°-1v° ; Dietaris de la Generalitat de Catalunya, t. VIII, pp. 968-969.

13La première flambée éditoriale coïncide avec le siège de Barcelone, en le débordant légèrement en amont et en aval. Le pardon accordé après les incidents d’octobre 1687 à Centelles avait échoué à apaiser durablement les tensions. Le 5 avril 1688, un événement similaire — les heurts entre un soldat et un habitant de Vilamajor — relance la spirale de violence et amène plus de 20 000 paysans armés à assiéger la capitale du Principat au terme de deux jours de marche et de mobilisation des localités rencontrées24. Le texte emblématique de cette séquence est le manifeste présenté par les paysans aux institutions. Il se compose d’une supplique doublée d’une liste de cinq points complétant les doléances. En réalité, la supplique a connu une première mouture rédigée à Mataró le 6 avril et remise au vice-roi le 7, puis deux versions rédigées à Sant Andreu de Palomar, au pied des murailles de la ville, les 8 et 9 avril, avant que les Barretines ne décident de lui adjoindre la liste des cinq points dans le feu des pourparlers, le 10 avril25. Le texte final a été mis sous forme d’acte de chancellerie, avalisé par les Barretines puis enregistré par la Députation26. Sous sa forme définitive, le manifeste justifie la révolte et expose les revendications paysannes. Les insurgés entendent faire triompher leurs droits bafoués par les modalités de contributions à l’effort militaire en vigueur. En effet, les fueros prévoyaient un don volontaire après consultation et accord de l’ensemble des sujets du Principat. Par ailleurs, les Barretines dénoncent les exemptions dispensant de l’effort les villes ainsi que les plus riches et anoblis de fraîche date, qui faisaient retomber sur les plus humbles une charge financière démesurée. Enfin, les paysans réclament un pardon général puisqu’ils sont restés en définitive loyaux à leur souverain et qu’ils s’engagent à s’acquitter de leur contribution à condition que ce soit selon les capacités de chacun et sur la base d’une participation universelle. Les cinq points renforcent la dimension forale des doléances, érigent les Sayol en héros de leur cause en exigeant leur retour d’exil et assurent une garantie aux révoltés en demandant l’acceptation officielle des requêtes par le vice-roi.

  • 27 Les Torres, plec « Segle xviii ». Recensé par Albareda, 1988, p. 156.
  • 28 Le pouvoir royal avait trouvé un moyen efficace de contrôle du Principat par le droit de regard et (...)

14Un second manifeste, rédigé le 6 mai et signé « la Terre », est remis le 8 au vice-roi et le 11, aux autorités barcelonaises. Une copie de ce texte, dans sa version catalane et assortie d’une traduction castillane, figure dans une lettre de Leganés du 12 mai, insérée dans une consulte du Conseil d’Aragon. Le manifeste se trouve également dans les archives du Mas Torres, ce qui confirme le rôle d’Enric Torres dans sa conception27. Les Barretines ne se contentent plus du retour des députés emprisonnés mais veulent qu’ils réintègrent leurs fonctions de député au nom du chapitre 55 de la paix de 1660, nommément cité, invalidant la procédure royale de désinsaculation28. La « Terre » demande enfin le retrait de Leganés ou le rejet de ses « sinistres concells ». Les révoltés obtiennent ainsi le pardon général et l’ordre de réintégration des députés. Le comte de Melgar, promu nouveau vice-roi, prête serment le 10 juin 1688.

  • 29 Sur les pasquins, voir : Castillo, 2006b, pp. 225-240.
  • 30 Memòries de mossèn Jaume Avellà, p. 30.
  • 31 Voir le rapport de l’audience au Conseil d’Aragon, daté du 14 avril 1688 : ACA, CA, leg. 240, f° 2 (...)
  • 32 ACA, CA, leg. 240.

15Cette première strate discursive interagit avec une autre strate composée, elle, de pasquins et de lettres anonymes. Après les incidents de Vilamajor, la mobilisation paysanne s’étend de Centelles à la Garriga en passant par Tona et Mataró avant d’atteindre son but, Barcelone. Lettres et pasquins jouent un rôle décisif dans l’enrôlement des localités dans la flambée contestataire29. Des missives sont ainsi portées par des émissaires aux localités-étapes du parcours des insurgés, dédoublant les bruits de cloche et de cornes marines, et appelant à la communion dans la révolte. Ces écrits brefs annoncent l’arrivée imminente des insurgés et disent la nécessité de se mobiliser pour grossir la foule armée en marche vers la capitale. Quant aux pasquins, en général de simples billets portant le nom des individus qu’on dénonce, ce qui est particulièrement important dans un monde structuré par des parentèles et des réseaux et où tout le monde se connaît, ils sont placardés sur leur porte afin de les exhorter à regagner le mouvement. En même temps, ils galvanisent les énergies et renforcent le sens du groupe soudé autour de la même idée du « bien commun30 ». La stigmatisation des traîtres par le marquage infamant des habitations est bien renseignée pour la ville de Mataró31. De la mi-avril au 13 mai, des missives signées « la Terre » sont à nouveau envoyées aux localités barretines, sous l’impulsion d’Enric Torres qui parcourt la région afin que tous se tiennent prêts à se soulever si toutes les revendications n’étaient pas satisfaites, notamment la réintégration des députés32.

  • 33 Ce sont ceux répertoriés par Emili Giralt et Joan Alsina déjà mentionnés.
  • 34 Pour une présentation détaillée de ces textes, je me permets de renvoyer à Hermant, 2014. Pour une (...)

16Une dernière strate comprend les textes versifiés à la gloire de la cause des paysans dont cinq nous sont parvenus dans leur intégralité33. Circulant sous une forme orale et écrite en avril et en mai 1688, ils dénoncent l’iniquité des répartitions des contributions militaires, la misère noire des paysans, la trahison des élites (noblesse, juges, consellers, cavallers, etc.). La trame est en général lâche, alternant événements de la révolte comme le siège de Barcelone, lamentos, cris de rage et d’espoir. La référence aux Sayol et aux constitutions bafouées constitue un passage obligé, ainsi que l’affirmation de l’amour des paysans pour leur patrie et pour le roi trompé par les traîtres et les mauvais ministres. Ces derniers sont voués à l’exécration. Les Barretines se campent en opprimés acculés à l’insurrection pour défendre la justice. La tonalité guerrière des discours vise à réchauffer les cœurs, à maintenir et accroître la mobilisation et à donner un sens épique et glorieux à la révolte dans le temps même de son déroulement34.

  • 35 ACA, CA, leg. 240.
  • 36 BC, ms. 504, fos 43v°-45r°.
  • 37 Albareda, 2007 ; Puig, 2008.
  • 38 « Sed en política cristiano », BC, ms. 504, f° 44v°.
  • 39 À Vilamajor, des familiers de l’Inquisition exemptés des contributions sont pris à parti et mis en (...)

17Le second moment de flambée éditoriale se produit à l’été 1688. Le 10 juillet, alors qu’il dresse l’état des lieux des crispations et des violences qui agitent le Principat (Vilamajor, Sallent, Sabadell, Manresa), Melgar déplore la circulation de libelles à Barcelone et aux alentours de la ville. Selon une rhétorique connue, le nouveau vice-roi dit préférer taire ces inepties qui critiquent sans vergogne (con tan poco decoro) l’exercice de la justice royale et les manœuvres des conseillers35. Les indices de contenu et de datation du texte le mettent en résonance avec les deux satires transcrites par le chroniqueur des Sucessos de Cataluña36. L’une d’elles apostrophe violemment Melgar. L’éviction de Leganés avait suscité un grand soulagement : l’ancien vice-roi s’était distingué par sa connivence avec le comte de Centelles, seigneur tyrannique faisant régner terreur et arbitraire, qui avait multiplié les entorses aux fors, en favorisant les officiers royaux contre les Catalans lors de procès de l’Audience et qui avait complaisamment laissé s’installer un système déséquilibré de répartition des charges militaires, intenable pour les paysans, sauf à alléger les exigences comme le demandaient les innombrables suppliques37. Les populations espèrent donc de Melgar qu’il rétablisse la justice et mène une politique bienveillante. Apostrophant le vice-roi, la satire dresse un portrait idéal qui le dépeint en anti-Leganés, incorruptible, soulageant les peuples des contributions et sanctionnant les méchants en vertu d’une « politique chrétienne38 ». Entre exaltation et menace — l’auteur anonyme promet au comte que s’il ne remédie pas à la situation, il sera évincé du Principat par la foule en colère comme Leganés après le siège de Barcelone — ces requêtes, reprennent, sur un autre registre, le contenu des manifestes des Barretines du 9 avril et du 6 mai. Il s’agit de sauver les acquis de la flambée de révolte du printemps précédent, sur un fond d’inquiétude et d’agitation endémique39.

  • 40 Melgar est démis en décembre 1688.
  • 41 BC, ms. 504, f° 48rº ; BNE, ms. 2404, fos 463r°-471r°.
  • 42 BC, ms. 504, f° 53r°.
  • 43 BC, FB, n° 7607.

18La dernière séquence s’ouvre en mars 1689, lorsque la guerre contre la France devient inévitable, un mois avant son déclenchement, et court jusqu’au pardon général du vice-roi en mars 169040. Elle comporte elle-même deux moments. Les effets préventifs puis effectifs de la guerre provoquent la première flambée d’écrits. Avant même le déchaînement des hostilités, la pression fiscale se heurte à un nouveau refus des populations. Pour les Barretines, les modalités de répartition et le poids inchangé du don volontaire signent un retour en arrière. La résistance, parfois violente, s’accompagne d’une floraison de discours. Les révoltés diffusent des billets enjoignant aux localités de ne pas payer. Signés « la Terre » et démystifiant le marché de dupes de Villahermosa, ils menacent les contrevenants de brûler leurs maisons et leurs biens. Des Barretines sillonnent la région pour redoubler le message, aux cris de « vive la terre ». En parallèle, des libelles « insolents » circulent à Barcelone et reprennent les critiques contre le vice-roi alors même que des pasquins assassins sont fixés sur la porte de son palais41. Le début de la guerre modifie la donne. Les paysans rédigent alors un manifeste adressé à Villahermosa, fruit de l’accord entre les syndics des localités et les chefs Barretines (Torres, Rocabruna, Rocafort, Llavina, Soler et d’autres encore). Ce texte, qui nous est parvenu, fut diffusé à Barcelone et aux alentours de la ville (Sanboi de Llobregat, Mataró, Centelles)42. Les paysans disent accepter de participer à l’effort de guerre pour « défendre leur vie et leurs biens », sur des bases de répartition équitable et selon leurs moyens. En filigrane, la question institutionnelle reste la pierre de touche des négociations. Les tentatives de conciliation se multiplient alors, sur la base de discussions entre les syndics ralliés aux idées des Barretines et les envoyés du vice-roi. Dans ce contexte, des libelles paraissent pour proposer des modalités de répartition, de prélèvement et des montants de contribution acceptables pour tous, à l’instar de l’Informe de verdaderas noticias per a lo maior benefici, quietut, y gloria de Catalunya, diffusé sous une forme imprimée43. Appartenant au genre de l’arbitrio, l’auteur anonyme dit vouloir proposer un remède consensuel à la crise, travailler au « bien public », servir le roi et amener la Catalogne à la victoire sur les Français. Néanmoins, l’attitude dilatoire de Villahermosa finit d’inquiéter les paysans convaincus que les délais de mise en place des prélèvements cachaient des préparatifs de répression. Les sentences de mort contre leurs chefs (Soler, Torres) suscitent des rumeurs alarmistes et scellent une méfiance inextinguible.

  • 44 La peur de l’intelligence avec l’ennemi devient obsessionnelle comme en témoigne l’exécution d’un (...)
  • 45 Ces lettres sont dénoncées avec constance par les autorités : la lettre d’un informateur du vice-r (...)
  • 46 Lettre de Villahermosa du 26 novembre 1689, ACA, CA, leg. 211, f° 5v°.
  • 47 Ibid., f° 4v°.
  • 48 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), A1 901, pièce 142. L’exemplaire qui nous est parven (...)
  • 49 SHAT, A1 901, pièce 143.
  • 50 BC, FB, n° 187.
  • 51 Pour Villahermosa, voir : BC, FB, n° 191 (15 décembre 1689) et n° 192 (24 novembre 1689). Pour la (...)
  • 52 BNE, ms. 2402, fos 308r°-318r° ; BC, ms. 504, fos 71v°-75r°.

19La dernière éclosion scripturaire court de la fin novembre 1689 à mars 1690. Après plusieurs mois d’agitation endémique aggravée par les bruits de guerre (Villahermosa suspecte les Barretines d’une alliance avec la France, fait avéré pour certains de leurs chefs, et les paysans redoutent que les armées de Charles II ne les châtient), les insurgés envisagent de désarmer la soldatesque44. Le projet est mis à exécution le 20 novembre avec pour épicentre la plaine de Llobregat. Encore une fois, les heurts se doublent d’une politique éditoriale à l’initiative des révoltés puis du vice-roi. Les Barretines envoient des lettres aux localités dans le but d’assiéger une seconde fois Barcelone afin d’obtenir gain de cause45. Sous l’égide de Villahermosa, les institutions barcelonaises tentent de contrer le mouvement en remettant aux bayles (baillis), veguers (viguiers), évêques, syndics et à « toute personne de confiance » des missives appelant, au nom du service au roi, à résister aux séditieux (alborotados). La militarisation des enjeux infléchit les formes de la révolte, entre guérilla et guerre civile, mais aussi son versant scripturaire qui devient le support d’une guerre de l’information. Les deux parties interceptent les courriers, changent les itinéraires (Villahermosa expédie ses missives par mer jusqu’à Tortosa pour éviter les embûches) et font bruire le Principat de rumeurs contradictoires exacerbées par la présence française46. La répression menée par le vice-roi, qui envoie les troupes pourfendre les Barretines, culmine lors du sac de Sant Feliu de Llobregat le 24 novembre et porte les tensions à leur comble. Les discours des révoltés, en nombre exponentiel, dénoncent la tyrannie de Villahermosa et justifient leur action face aux calomnies répandues par l’adversaire, au point que le Consell de Cent est obligé d’organiser des rondes dans Barcelone et ses environs pour prévenir les turbulences, arracher les pasquins et subtiliser les papiers séditieux47. Une grappe de six libelles illustre les enjeux de cette convulsion éditoriale. Le 27 novembre, les conseillers de Barcelone envoient des circulaires aux localités pour dénoncer les « méfaits » des paysans attaquant les soldats et faisant courir des rumeurs « atroces » sur les violences aveugles des troupes déchaînées contre les populations48. Les institutions s’emploient ainsi à canaliser l’émotion provoquée par la nouvelle du sac de Sant Feliu. Mais, immédiatement, une contrefaçon de ce texte est diffusée. Elle en inverse le sens (population unanimement soulevée contre les troupes, soldats brutalisant femmes et enfants) et appelle à rejoindre les insurgés au nom du bien commun49. Il s’agit d’un faux, de la main de l’intendant du Roussillon Trobat, en contact avec certains chefs Barretines et désireux de provoquer un soulèvement des Catalans contre les Castillans, comme en 1640. Le Consell réplique le 19 décembre par un démenti public émaillé de considérations sur le mensonge, l’honneur de la ville et du Principat50. Face à la frappe du vice-roi, les révoltés ne peuvent que se retirer. Il ne leur reste qu’à tenter de sauver les acquis de 1688 et obtenir un pardon général en luttant contre la campagne de criminalisation lancée par Villahermosa et dont la Députation se fait le relais51. En réaction aux imprimés diffusés le 27 et le 30 novembre pour stigmatiser le trouble semé par les « rebelles », ces derniers maintiennent la pression sur les localités pour qu’elles ne s’acquittent pas des contributions, entretiennent l’agitation, affichent des pasquins contre le vice-roi à Barcelone et diffusent des textes séditieux52. Le 30 novembre, un billet circule dans les principales villes catalanes en défense des leaders Barretines Soler et Torres :

Ce qu’ils [Antoni Soler et Enric Torres] ont fait en 1688 est majoritairement approuvé dans toute la province qui leur doit d’avoir été délivrée de la plus grande oppression jamais vue par nous et nos ancêtres

53
  • 54 ACA, Consejo, leg. 211, n° 2.
  • 55 BC, FB, n° 2498. À cette date, les principaux chefs sont passés à la France, souvent à regret, et (...)

20Une lettre du 7 janvier 1690 évoque des placards affichés à Barcelone, Mataró et les villes des alentours et s’effraie des groupes menaçants de paysans proférant des cris et bénéficiant de complicités dans la capitale. Une consulte du Conseil d’Aragon du 15 janvier dresse le bilan des troubles, mentionne des textes séditieux et fait état de lettres anonymes menaçant de mort Villahermosa. Informateurs, conseillers et ministres font chorus pour déplorer la difficulté à prélever le don volontaire et prôner la nécessité d’un pardon général54. La « clémence » de Villahermosa est mise en scène dans un texte du 14 mars 1690 exaltant son action de restauration de l’ordre et présentant la révolte comme une conspiration de délinquants isolés et vendus à la France, justifiant qu’on les châtie pour l’exemple55.

  • 56 Strophes 17 et 18 de Chatalans ab gran manera, cité par Giralt, 1994, p. 166.
  • 57 BC, FB, n° 189 ; n° 397 ; n° 2494 ; n° 2495.
  • 58 BC, ms. 504, fos 43v°-45r°.
  • 59 Manifeste retranscrit par Albareda, 2007, pp. 319-322.

21En révélant l’envers scripturaire des événements, les manifestes, pasquins et libelles des Barretines permettent de comprendre comment le rapport familier des paysans à la culture écrite a pesé dans le déploiement de la révolte et dans la constitution progressive du sens qu’elle revêt. Négocier, dénoncer, expliquer et se justifier, mobiliser les populations et démobiliser les autorités par la menace, la complainte, la raison ou la (dés)information, telles sont les principales fonctions de ces textes. Les gestes d’écriture fonctionnent donc en osmose et non en opposition avec les gestes de violence selon des rapports variant de l’incitation à l’entretien en passant par l’euphémisation. De ce tour d’horizon, il apparaît que les discours de la révolte ne doivent être ni enfermés dans un huis clos, ni cloisonnés par genre. Les libelles des Barretines dialoguent avec les textes des institutions royales et barcelonaises et se modèlent au gré de l’échange et de ses aléas. Nombreuses sont les satires qui disent contrer les calomnies des informateurs du vice-roi ou les rapports mensongers que ce dernier adresse au souverain56. Quant aux suppliques et manifestes, textes de négociation, ils appellent une réponse des autorités, que celles-ci mettent en scène à grand renfort de publicité. Les écrits de Leganés et les lettres de Charles II (du 28 avril et du 11 mai 1688) accordant le pardon général et la réhabilitation des Sayol sont ainsi imprimés et diffusés pour accélérer le retour à l’ordre57. Par ailleurs, manifestes, pasquins et satires remplissent des fonctions complémentaires, établissant une chambre d’échos où chaque écrit entretient un lien organique aux autres. C’est dire que l’historien ne pourra en pénétrer le sens et les enjeux que dans une dynamique d’intertextualité dictée par la trame événementielle. Il convient de mettre satires, suppliques et manifestes en résonance herméneutique. Prenons l’exemple de la satire adressée à Melgar, retranscrite dans le manuscrit de Fontanills. Elle riposte à un brûlot qui interpelle lui aussi le comte et dont elle calque la structure, ce qui souligne l’interdépendance des deux écrits. Le texte détonateur réclame une politique de rigueur contre les révoltés qualifiés de comuneros pour avoir outragé le roi et ses institutions. Or, à travers le portrait du nouveau vice-roi en anti-Leganés, la satire pro Barretines formule les mêmes requêtes que le manifeste d’avril 1688, mais dans un autre langage puisqu’elle fonde son argumentaire sur la loyauté des Catalans et l’indépassable horizon foral, unique garant de justice58. Cette satire s’éclaire encore à la lumière d’un autre texte des révoltés rédigé la même année à l’attention de Melgar, conservé au Mas du chef Barretines Llavina, syndic de Centelles, ce qui montre l’implication directe de la communauté villageoise dans sa conception59. Également centré sur la dénonciation d’une justice contrefaite et des connivences malsaines entre juges et parties, sur l’inégalité des contributions, la misère des paysans et leur loyauté, ce mémoire prend une coloration plus locale et antiseigneuriale. Il accuse certains individus dont le comte de Centelles et son acolyte Leganés et fournit un récit de l’émeute d’octobre 1687. Les Barretines affirment vouloir faire de ce plaidoyer le mémoire officiel de la révolte et chargent Melgar de le transmettre au roi. Au-delà du thème de l’arbitraire, la question forale affleure dans la dénonciation de l’inégalité de la répartition des charges et de la caricature des procès portés par les habitants de Centelles devant l’Audience.

  • 60 Lettre de l’audience au roi du 14 avril 1688, ACA, CA, leg. 240, f° 7r°.

22Les fonctions assignées aux textes de la révolte supposent, pour chacun, un dispositif de communication sciemment échafaudé, qui témoigne d’une indéniable habileté à sélectionner les modalités de publication. Ainsi, les Barretines réclament que leur manifeste d’avril 1688 soit mis sous forme d’acte de chancellerie et qu’il soit conservé dans le Dietari de la Généralité, pour le transformer en texte juridique de référence. Dans la foulée, ils demandent que les fueros soient imprimés et diffusés pour que les populations puissent y recourir au quotidien sur le chapitre des contributions militaires60. Les Barretines ont également usé de la violence symbolique des pasquins dont l’affichage dans des lieux stratégiques garantit de toucher le destinataire principal avec une visibilité maximale. Songeons aux billets menaçants fixés aux portes du palais de Villahermosa, en écho au corpus de sangre de 1640. En général, la remise d’un texte manuscrit par un émissaire suffit et la pratique de la lettre circulaire assure une grande rapidité d’action, comme en novembre 1689 :

  • 61 « Señor Batlle y Jurats de qualsevol Vila, o Lloch del present Principat de Cathaluña, al donador (...)

Messieurs les baillis et jurés de toute ville ou localité de cette Principauté de Catalogne, vous prêterez service et assistance au porteur de la présente ainsi qu’à tous ses compagnons, et leur donnerez ainsi le manger et le boire et ferez sonner à toute volée le tocsin pour porter secours à Barcelone, conformément aux intérêts de la terre, par ordre du Général des Barretines et sous peine à toute ville et localité contrevenante de s’attirer la colère dudit Général et de la Terre. Signé, « la Terre »61

  • 62 Isidre Planes, Memoria de dos grans tumultos, dans Alsina, 1987, p. 81.
  • 63 Sur les liens des chefs Barretines avec le monde des juristes et des marchands de Barcelone, voir  (...)
  • 64 BC, ms. 504, f° 53r°.
  • 65 Planes, dans Alsina, 1987.
  • 66 BC, ms. 504, f° 33vº.
  • 67 Ibid., fos 43v°-44r°.
  • 68 Torres est en procès depuis 1683 avec le comte de Centelles parce que ce dernier n’a pas honoré de (...)

23Au-delà des procédés de publication, la familiarité du rapport des Barretines à la culture écrite se traduit par une appréciation fine du texte en tant qu’objet, qui se laisse deviner au choix soigné des émissaires chargés de porter les manifestes. La délégation des « quatre de Mataró » envoyée à Leganés comprend les individualités les plus en vue, celles qu’on estime « faire autorité » et qui incarnent « dignement » les populations insurgées62. L’attention allouée au décorum rendant recevables les écrits de la révolte concerne aussi la mise en mots des doléances. Les Barretines sollicitent constamment juges et hommes du droit pour rédiger leurs suppliques et manifestes, forts de leurs conseils et de leur expertise. Les contacts fréquents, tissés de longue date avec le monde des juristes, se multiplient donc pendant la révolte63. Le manifeste de « la Terre » du 6 mai a ainsi été rédigé au terme d’une réunion tenue chez le juge Beltrán64. Sur un même registre, les Barretines cherchent à authentifier les réponses des autorités à leurs manifestes, de peur d’une duperie. Le cas de Pere Llosas semble révélateur. Ce notaire public de Barcelone avait soutenu Torres, emprisonné par le comte de Centelles pour le contraindre à avouer que les Sayol avaient fomenté l’émeute d’octobre 1687. À peine sorti, Torres avait demandé à Llosas de rédiger un acte attestant la fausseté des déclarations qu’il avait faites contre les députés, parce qu’elles lui avaient été extorquées sous la menace65. La libération du notaire, victime à son tour de l’ire du comte qui l’avait incarcéré dans les geôles de l’Audience, faisait l’objet du cinquième point du manifeste d’avril 1688. Leganés le libère le 10 et le remet à la foule des paysans en gage de bonne volonté. Devant les murailles de la capitale du Principat, les insurgés prient Llosas d’authentifier leur manifeste mis sous forme d’acte de chancellerie, apporté par quatre cavaliers émissaires des institutions barcelonaises66. Après approbation des paysans, l’original est remis à Torres et certains Barretines demandent à emporter chez eux des copies authentifiées du document67. Le rapport à la culture écrite des révoltés s’est donc en grande partie forgé au contact d’actions judiciaires68.

  • 69 Il s’agit donc des cinq satires répertoriées par Emili Giralt et Joan Alsina et des manifestes du (...)
  • 70 L’ampleur de ces sujets excède le cadre de cet article. Ils font l’objet d’une recherche en cours (...)

24Pour terminer, une incursion dans la « chair des mots » des propos des révoltés s’impose, dans la mesure où les discours barretines ne se dissolvent pas dans leurs effets. À partir de la séquence des sept écrits publiés entre le 11 avril et 13 mai 168869, nous voudrions apporter des bribes de réponses à des problèmes spécifiquement posés par les soulèvements et les révolutions et que la publicística semble la plus susceptible d’aborder : la question de l’imprévisibilité et de l’inventivité des acteurs en rupture de ban, celle de la politisation et celle, corrélative, de la constitution d’une identité interrelationnelle de la révolte70.

  • 71 Ayats, 2009.
  • 72 Strophes 4 et 5 de Alerta Catalans, dans Giralt, 1994, pp. 172-173.
  • 73 Strophe 3 de Alerta Catalans, ibid, p. 172.
  • 74 BC, ms. 504, f° 48v° ; BNE, ms. 2400, fos 52r°-54v°. Sur le somatén, voir Sabaté, 2006.

25Les cinq textes versifiés de notre échantillon constituent un moment autoréflexif et performatif de la fabrique identitaire des insurgés. Comme nous l’avons montré en présentant le corpus, la datation permise par l’analyse interne des trois écrits répertoriés par Emili Giralt invite à les ranger parmi ceux que Planes dit avoir été criés et chantés nuitamment dans les rues barcelonaises entre le 23 avril et le 13 mai 1688. Il faut donc les mettre en regard avec les deux satires retranscrites dans la chronique du clerc de Sant Feliu de Sabadell. Les marques d’oralité, les anaphores et autres répétitions qui apparentent certaines strophes à des refrains ou des slogans, le confirment, suggérant que nous sommes en présence de chansons71. Or, ces discours peuvent circuler de façon orale ou écrite à diverses reprises, tout au long de la révolte et après encore, entretenant la cohésion entre les acteurs et donnant un sens et une mémoire à leur démarche. Le manichéisme du propos, la présence d’entités intemporelles (la Catalogne, la patrie, la justice) et l’évocation abstraite des événements (la « rage martiale » pour les troupes envoyées contre Centelles en octobre 1687, la « fureur catalane » pour le siège de Barcelone)72 au service de la geste paysanne, font des insurgés, protégés par saint Michel73, le bras de la justice divine, les plus loyaux sujets du roi et les défenseurs du Principat bafoué. En somme, la révolte des Barretines délivre la Catalogne et incarne la lutte de « la Terre » face aux traîtres. Or, c’est à ce même moment que les révoltés commencent à s’identifier à « la Terre » : contrairement au manifeste du 10 avril, celui du 6 mai est signé « la Terre ». Les cris de la révolte évoluent également du cri de somaten Via fora ou Alerta, pour la juste défense de la communauté, à Visca la Tierra, cri immortalisé par le « Roig de Centelles » qui finit écartelé74. Enfin, les témoins de l’épisode se mettent à nommer les insurgés « les gens de la terre », sans toutefois renoncer à d’autres qualificatifs comme « paysans », « pauvres », « Barretines » ou « alborotados ».

  • 75 Sur ces points, notamment les conflits dans le cadre de procès portés devant l’audience ayant des (...)
  • 76 Voir la satire « Ja la Justicia dels cels », dans Alsina, 1987, pp. 84-85.

26Cette fabrique identitaire accompagne un mouvement de radicalisation perceptible d’un manifeste Barretines à l’autre. La supplique ne mentionne pas les Sayol, contrairement aux cinq points qui demandent leur retour d’exil. Le manifeste de la terre va plus loin. Il affirme l’illégalité de leur désinsaculation et la nécessité de les restituer dans leurs fonctions. L’invocation de l’article 55 de la paix de 1660 en fait une affaire de justice et non un effet de la grâce royale. Derrière ce glissement se joue une plus forte autonomie des membres des institutions catalanes par rapport au pouvoir royal. Il va sans dire que les institutions catalanes, Députation en tête, y avaient tout intérêt, car elles entretenaient des rapports parfois houleux avec les pratiques d’un vice-roi intrusif et peu respectueux des fors75. Les cinq satires dressent donc la toile de fond du bras de fer avec les autorités non plus catalanes mais royales et fournissent des arguments plaidant pour la fermeté (la résistance armée à la tyrannie permise par la « théologie », les « libertés gagnées », l’héroïsation des Sayol)76. Sans compter que Torres affirme, au nom des Barretines, que les insurgés reviendront assiéger la ville si dans un mois les députés n’ont pas été réintégrés dans leurs fonctions.

  • 77 Pour la première lecture, voir : ACA, CA, leg. 240 (lettre du 12 mai 1688 de Leganés au roi) ; pou (...)
  • 78 La rupture entre les Barretines et les élites catalanes apparaît le plus crûment dans la dernière (...)

27Comment interpréter cette radicalisation ? Des contemporains ont vu une manipulation des Barretines par ceux de dins de Barcelona alors que d’autres ont soutenu la part active des chefs paysans dans ce processus77. Seule une enquête approfondie apportera une réponse. Dans la perspective épistémologique qui est la nôtre, il s’agit surtout de défendre l’importance d’une étude de l’auctorialité des écrits (notamment des cinq textes en vers), des dispositifs d’énonciation et de circulation en prélude à l’analyse d’une éventuelle « politisation » à définir. La dernière séquence étudiée permet aussi de montrer l’apport spécifique de la publicística dans l’analyse des révoltes, en insistant sur la ductilité, l’hétérogénéité et l’inventivité des mouvements insurrectionnels : nous faisons face ici à une convergence momentanée entre les revendications paysannes et les intérêts des institutions barcelonaises78. La culture populaire de la révolte, bien que spécifique, ne saurait donc être considérée comme un tout « hors du temps », condamné à la répétition et isolé du reste du corps social.

Notes

1 Au sens général de petit livre de peu de pages, manuscrit ou imprimé, dont la forme minimale est une feuille volante. Les Espagnols utilisent le terme papel.

2 Jouhaud, 1985.

3 Pour une approche complémentaire de la révolte des Barretines, voir l’article de J. Albareda dans ce même volume.

4 Dantí, 1979 ; Kamen, 1979. Sur la Catalogne au temps de Louis XIV et sur l’impact de la guerre, voir : Espino, 1999 ; Jané, 2006.

5 La Députation ou Généralité est l’institution gardienne des lois constitutionnelles (fueros) catalanes.

6 Kamen, 1979 ; Albareda, 1988.

7 Dantí, 1990 ; Albareda, 2007.

8 Albareda, 1988.

9 Sur ces aspects, je me permets de renvoyer à mon article : Hermant, 2013.

10 Carrier, 1989 ; Hermant, 2012.

11 Les livres de raison sont des livres de comptes qui comportent des éléments variés (faits biographiques, généalogiques, histoire locale, familiale, etc.) et qui tournent parfois à la chronique.

12 Feliu de la Penya, Anales de Cataluña, p. 396 ; Lettre de Melgar au Conseil d’Aragon le 18 juillet 1688, Archivo de la Corona de Aragón (ACA), Consejo de Aragón (CA), leg. 240.

13 « diversos versus y jaculatòrias ridículas », Memòries de mossèn Jaume Avellà, p. 30.

14 Succesos de Cataluña (1640-1693), Biblioteca de Catalunya (BC), ms. 504, f° 43v°.

15 Jouhaud, Vialat, 2002.

16 Emili Giralt a retranscrit trois textes versifiés chantant la cause des Barretines, parus à l’occasion du siège de Barcelone de 1688 et conservés dans un registre du notaire Francesc Morera (Arxiu Històric de Protocols de Vilafranca del Penedès), respectivement intitulés : Chatalans ab gran manera, Désimas del tumulto movido por las contribusiones a los primeros de abril de 1688 et Alerta Catalans : Giralt, 1994. Dans le présent article, nous utilisons la retranscription de cet auteur.

17 Ce récit a été retranscrit par Joan Alsina qui a identifié son auteur : Alsina, 1987.

18 Giralt, 1994, p. 165.

19 Biblioteca de Catalunya (BC), Fullet Bonsoms (FB), n° 2494.

20 Resumen del que ha obrat lo consistori de diputats, BC, FB, n° 185. Pour une analyse du montage voir Hermant, 2013, pp. 13-16.

21 Le Consell de Cent est le conseil municipal de Barcelone. Les registres du Consell et de la Généralité (Dietaris de la Generalitat de Catalunya édité en 2004 sous la direction de Josep Maria Sans i Trave et le Manuel de Novells Ardits, édité en 1923 par le Consell sous la direction de Federico Schwartz et Francesc Carreras) conservent des documents intéressants, voire des manifestes des Barretines.

22 BNE, ms. 2398-2407.

23 Le corpus peut encore s’accroître grâce aux archives locales et privées.

24 Selon Fransc Gelat, paysan de Santa Susanna, dans ses Memoriès, p. 66.

25 BC, ms. 504, fos 28r°-28v° ; 30v° ; 32v°. D’après les Succesos de Cataluña, les suppliques et les cinq points ont été rédigés par le riche laboureur Fontanills qui s’était proposé pour intermédiaire entre les révoltés et les autorités. Fontanills réalise une synthèse des délibérations des Barretines en reprenant leurs termes et sous la supervision de leurs chefs qui valident le texte avant soumission à la Députation. Le texte est remis par trois émissaires choisis par les paysans, dont Fontanills, à la Députation qui le remet à Leganés, au Consell et au bras militaire. Le vice-roi doit transmettre les requêtes à Charles II : BC, ms. 504, f° 27r°.

26 BC, FB, n° 185, fos 1r°-1v° ; Dietaris de la Generalitat de Catalunya, t. VIII, pp. 968-969.

27 Les Torres, plec « Segle xviii ». Recensé par Albareda, 1988, p. 156.

28 Le pouvoir royal avait trouvé un moyen efficace de contrôle du Principat par le droit de regard et la possible intrusion dans le processus de sélection des membres des institutions. La nomination prenait pour base des listes de noms (listas de insaculación) parmi lesquels on tirait au sort : Sánchez-Marcos, 1982 ; Id., 1976.

29 Sur les pasquins, voir : Castillo, 2006b, pp. 225-240.

30 Memòries de mossèn Jaume Avellà, p. 30.

31 Voir le rapport de l’audience au Conseil d’Aragon, daté du 14 avril 1688 : ACA, CA, leg. 240, f° 2r°.

32 ACA, CA, leg. 240.

33 Ce sont ceux répertoriés par Emili Giralt et Joan Alsina déjà mentionnés.

34 Pour une présentation détaillée de ces textes, je me permets de renvoyer à Hermant, 2014. Pour une typologie des discours évoquant la révolte, voir : Molas, 1985.

35 ACA, CA, leg. 240.

36 BC, ms. 504, fos 43v°-45r°.

37 Albareda, 2007 ; Puig, 2008.

38 « Sed en política cristiano », BC, ms. 504, f° 44v°.

39 À Vilamajor, des familiers de l’Inquisition exemptés des contributions sont pris à parti et mis en fuite par les paysans : ACA, CA, leg. 240.

40 Melgar est démis en décembre 1688.

41 BC, ms. 504, f° 48rº ; BNE, ms. 2404, fos 463r°-471r°.

42 BC, ms. 504, f° 53r°.

43 BC, FB, n° 7607.

44 La peur de l’intelligence avec l’ennemi devient obsessionnelle comme en témoigne l’exécution d’un notaire de Ripoll, « el cojo », suspecté de faire passer des libelles de la France à la Catalogne pour soulever les populations contre leur souverain : BNE, ms. 2403, fos 395r°-397v°.

45 Ces lettres sont dénoncées avec constance par les autorités : la lettre d’un informateur du vice-roi déplore cet afflux épistolaire pour les régions de Vic et de Urgell : ACA, CA, leg. 458 ; l’évêque de Tarragone en envoie une copie à Villahermosa : ACA, CA, leg. 211, f° 3v°.

46 Lettre de Villahermosa du 26 novembre 1689, ACA, CA, leg. 211, f° 5v°.

47 Ibid., f° 4v°.

48 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), A1 901, pièce 142. L’exemplaire qui nous est parvenu est celui expédié à Gérone. Il a été répertorié par Jané, 2009. On évalue à 18 000 paysans mobilisés à ce moment-là dans « l’armée de la terre » : Dantí, 1979, p. 79.

49 SHAT, A1 901, pièce 143.

50 BC, FB, n° 187.

51 Pour Villahermosa, voir : BC, FB, n° 191 (15 décembre 1689) et n° 192 (24 novembre 1689). Pour la Députation, voir : « Per lo amor paternal…», BUB, 07 C-239/1//15-24.

52 BNE, ms. 2402, fos 308r°-318r° ; BC, ms. 504, fos 71v°-75r°.

53 « Lo que ells han fet en 1688 es estat generalment aprobat per tota la provincia que a elles se deu lo haver-la deslliurada de la major opression que jamay nosaltres ni notres passats haguessin vista », cité dans Pladevall, 1987, p. 166 (traduction de l’auteur de cet article).

54 ACA, Consejo, leg. 211, n° 2.

55 BC, FB, n° 2498. À cette date, les principaux chefs sont passés à la France, souvent à regret, et intègrent des groupes de miquelets au service de Louis XIV. En 1691, les Français tentent d’envahir le Principat en concertation avec des chefs Barretines, mais les Catalans ne répondent pas à l’appel. Les anciens chefs paysans ne sont plus organiquement liés à la population, de sorte que l’on peut fixer le terme de la révolte avec le pardon de Villahermosa et voir dans les événements de 1691 une queue de comète. Sur les Barretines exilés et leur implication dans l’armée de Louis XIV, voir Albareda, 1993b.

56 Strophes 17 et 18 de Chatalans ab gran manera, cité par Giralt, 1994, p. 166.

57 BC, FB, n° 189 ; n° 397 ; n° 2494 ; n° 2495.

58 BC, ms. 504, fos 43v°-45r°.

59 Manifeste retranscrit par Albareda, 2007, pp. 319-322.

60 Lettre de l’audience au roi du 14 avril 1688, ACA, CA, leg. 240, f° 7r°.

61 « Señor Batlle y Jurats de qualsevol Vila, o Lloch del present Principat de Cathaluña, al donador de la present y a tots sos companys donaran favor y ajuda, ço es menjar y beurer y incontinent alçaran los Somatens per dar Socorro à Barcelona, per ser axí combeniencia a la terra per ordre de General de las Barretinas y sots pena de indignasió de dit General y de la terra de qualsevol Vila y Lloch que faran lo contrari. Firma, La Terra” », Informe de Francisco de Sotomayor, 5 de gener 1690, AGS, Estado, leg. 4142 (traduction de l’auteur de cet article).

62 Isidre Planes, Memoria de dos grans tumultos, dans Alsina, 1987, p. 81.

63 Sur les liens des chefs Barretines avec le monde des juristes et des marchands de Barcelone, voir : Albareda, 1988, pp. 154-156. Torres est lié aux Sayol avec qui il entretient une correspondance continue conservée au Mas Torres. Cette proximité avec le monde des juristes est d’autant plus grande que les chefs Barretines, riches paysans en affaires avec des gens de la ville, ont des fonctions de représentants des communautés ou d’autres institutions (jurat, syndic, battle, veguer, etc.) et qu’ils se connaissent (Torres entretient une correspondance avec Soler depuis 1683) au point d’unir leurs familles (le fils Torres a épousé la fille Rocafort).

64 BC, ms. 504, f° 53r°.

65 Planes, dans Alsina, 1987.

66 BC, ms. 504, f° 33vº.

67 Ibid., fos 43v°-44r°.

68 Torres est en procès depuis 1683 avec le comte de Centelles parce que ce dernier n’a pas honoré des accords commerciaux relatifs à l’exploitation de la glace. Quant à la lettre des Sayol de mai 1687 contre les contributions excessives, elle est le fruit d’un long processus judiciaire où les communautés villageoises représentées par leurs syndics (Llavina pour Centelles, Torres pour Sant Quirze de Safaja, Vallobera pour Tona) sont intervenues, ont rédigé mémoires et suppliques qui n’ont pas été entendues, ont consulté divers juristes (Llavina consulte son avocat Josep Pujades à Barcelone puis il en rencontre d’autres, en compagnie du délégué de Tona, Pere Vila, dans la maison de Victoriano de Valda) avant de contacter les Sayol. La communauté de Centelles, elle, est en perpétuel conflit avec son seigneur, Francesc Xavier de Blanes : Dantí, 1979, p. 88.

69 Il s’agit donc des cinq satires répertoriées par Emili Giralt et Joan Alsina et des manifestes du 10 avril et du 6 mai 1688.

70 L’ampleur de ces sujets excède le cadre de cet article. Ils font l’objet d’une recherche en cours dont nous présentons ici les premiers résultats.

71 Ayats, 2009.

72 Strophes 4 et 5 de Alerta Catalans, dans Giralt, 1994, pp. 172-173.

73 Strophe 3 de Alerta Catalans, ibid, p. 172.

74 BC, ms. 504, f° 48v° ; BNE, ms. 2400, fos 52r°-54v°. Sur le somatén, voir Sabaté, 2006.

75 Sur ces points, notamment les conflits dans le cadre de procès portés devant l’audience ayant des répercussions constitutionnelles ou les désaccords portant sur des détournements de courrier, voir : Puig, 2009.

76 Voir la satire « Ja la Justicia dels cels », dans Alsina, 1987, pp. 84-85.

77 Pour la première lecture, voir : ACA, CA, leg. 240 (lettre du 12 mai 1688 de Leganés au roi) ; pour la deuxième interprétation, voir : Ací esterà continuat diferens treballs i desditxas que àn succeït en lo present Principat de Chatalunya y en particular a nostre bisbat de Gerona, del que o noto per cosa memorable y per haver-o vist part, Biblioteca del Palau Peralada, secció manuscrits, Recull de documents i notes de la família Domènech, fos 241r°-241v°.

78 La rupture entre les Barretines et les élites catalanes apparaît le plus crûment dans la dernière phase de la révolte (fin 1689).

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540