Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulèvements, révoltes, révolutions

 | 
Alain Hugon
, 
Alexandra Merle

II. — La communication en temps de révolte : supports, canaux, destinataires

La diffusion et le contrôle des idées associées à la révolte des Pays-Bas

Julie Versele

Texte intégral

1Les dix-sept provinces — dites aussi Pays-Bas, pays « de par deçà », ou « de par-delà » — appelées communément « Flandres » dans les chroniques (mais ce terme est nettement plus équivoque et polémique en Belgique aujourd’hui) possèdent quelques particularités à expliciter avant d’aborder le sujet qui nous occupe. Elles concernent le statut particulier que ces terres détiennent au sein de la monarchie, de même que leur type de gouvernance et la nature à la fois politique et religieuse de la révolte qui les enflamme durant la seconde moitié du xvie siècle.

  • 1 Pour une approche globale et générale des institutions des Pays-Bas habsbourgeois, voir Aerts, Bae (...)

2Ces territoires forment en effet l’héritage le plus ancien du futur Charles Quint, qui a grandi et vécu longuement aux Pays-Bas, et connaît personnellement les membres les plus éminents de la noblesse locale, avec lesquels il gouverne. Sans pour autant considérer ces terres comme le noyau originel de l’Empire (voire de l’Europe) à venir, il ne faut pas négliger leur valeur patrimoniale au sein de la famille royale. C’est probablement pour cela, d’ailleurs, que la fonction du gouverneur général, chargé de la gestion des provinces durant les absences (de plus en plus nombreuses) du prince est, jusqu’à l’arrivée du duc d’Albe en 1567, exclusivement réservée aux membres de la famille royale1.

  • 2 Puisqu’il est impossible de citer ici l’entièreté de la bibliographie existante au sujet de la rév (...)

3L’abdication de Charles Quint (1555), suivie de la prise de pouvoir de son fils Philippe II, ébranle profondément le lien de confiance privilégié qui s’était naturellement établi entre l’empereur et « ses » provinces. En effet, Philippe II connaît mal ces territoires comme les membres de la noblesse locale, desquels il semble faire peu de cas. Pour certains, sa morgue passe pour de la froideur, son incertitude pour du désintérêt, du manque de sagesse ou de la faiblesse, tandis que son intransigeance religieuse effraie et révolte tout à la fois. Son séjour à Bruxelles est extrêmement court, et laisse dans son sillage des fonctionnaires là-bas méconnus, chargés d’épauler le gouverneur général dans la gestion des provinces. Leur présence est perçue comme une volonté d’écarter les ministres locaux des affaires de l’État, de même que l’application stricte des placards contre l’hérésie et la réforme des institutions ecclésiastiques passent pour une volonté d’imposer une mentalité religieuse étrangère aux Pays-Bas, et contraire à leurs coutumes. Très vite, se propage l’idée que l’intention du roi (ou de son entourage) est d’imposer une domination espagnole aux provinces dont les libertés et privilèges seraient désormais déconsidérés, voire méprisés. La révolte qui sourd est donc à la fois politique et religieuse, sans qu’il soit toujours très évident de distinguer les arguments de l’une de ceux de l’autre, les tenants de la nouvelle religion de ceux de Rome, les révoltés des royalistes. Il s’agit en effet d’une très longue et intense période de doute, où même les agents les plus fidèles à la couronne cherchent leur voie, hésitent, attendent ou reviennent sur leurs pas. Plus le roi déçoit, plus la contestation progresse, dans tous les domaines, le religieux relançant le politique, et inversement. Philippe II est loin et procrastinateur, le gouverneur général lui-même manque de pouvoirs, de temps ou de discernement pour apporter des réponses aux questions les plus urgentes et les forces internationales se mêlent tour à tour à ce conflit. On semble dès lors assister à une déliquescence presque fatale de l’autorité royale dans les provinces2.

  • 3 La littérature consacrée à la « Leyenda negra » reste une piste très intéressante pour aborder la (...)
  • 4 Pour plus de détails (et de nuances), voir De Schepper, 2000.
  • 5 Nous remercions chaleureusement Paul Delsalle et Claude Guyon, de l’université de Franche-Comté, p (...)

4Que reste-t-il de tout cela à la mort de Philippe II ? Pour la monarchie : un déficit budgétaire insondable, un patrimoine politiquement et religieusement divisé et une Légende noire désormais collée à la mémoire du souverain3. Pour les Pays-Bas demeurés espagnols, centrés sur la Belgique et le nord de la France actuels : une pacification et une soi-disant autonomie temporaire sous l’autorité des Archiducs Albert et Isabelle, chantres de la contre-réforme catholique ; un apparent âge d’or qui masque les crises économique, financière et culturelle dues à la fuite de milliers de ressortissants, essentiellement protestants. Pour les Provinces-Unies : une guerre qui, malgré les trêves, se poursuivit jusqu’en 1648, date de l’indépendance officielle de cet État désormais dominé par les calvinistes, qui entame un Siècle d’or historiquement plus pérenne ou étincelant4 (voir carte 15).

Carte 1. — Les provinces au début du xviie siècle

Carte 1. — Les provinces au début du xviie siècle

Réalisation et © : Paul Delsalle et Claude Guyon.

5L’État habsbourgeois-bourguignon du début du xvie siècle, catholique et encore largement féodalisé, a donc cédé la place à un système de républiques patriciennes dominé par les calvinistes, d’une part, et à un état satellite de l’Espagne catholique et monarchique, d’autre part. Si l’étude des idées subversives de la révolte ne permet pas d’expliquer l’antinomie de ces destinées, elle permet d’envisager la difficile, complexe et lente remise en question de l’autorité royale, dont le creuset fut la révolte de ressortissants de toutes les provinces, mais qui fut la condition sine qua non de la révolution politique des seules Provinces-Unies.

  • 6 Versele, 2004a, p. 10.
  • 7 Au sujet de l’Inquisition, voir Goossens, 1997-1998.
  • 8 Voyez notamment Texts concerning the Revolt of the Netherlands, pp. 1-50 et Versele, 2004a, pp. 97 (...)
  • 9 Pour une approche des rapports entretenus par ce fameux cardinal avec les provinces, nous renvoyon (...)

6Bien que l’étude des idées diffusées durant la révolte ne soit pas le thème de cet article, il convient d’en préciser certains aspects fondamentaux, ne serait-ce que pour offrir à ce qui suit le cadre chronologique qui lui donne sens. Dès les années 1560, la critique qui émerge dans les provinces se centre sur des questions a priori purement locales et religieuses. En effet, l’application stricte des placards contre l’hérésie inquiète aussi bien les catholiques que les protestants, et la très nette tendance à la confessionnalisation centralisatrice de la monarchie — qui se manifeste par une volonté de réforme des circonscriptions ecclésiastiques et de mainmise sur les nominations épiscopales — heurte âprement les élites locales, qui y voient une tentative de les écarter des hautes fonctions cléricales, inconciliable avec les libertés garanties par leurs privilèges6. C’est ce mécontentement « légitime » qui donne lieu à la signature du « Compromis des nobles », remis à Marguerite de Parme au mois d’avril 1566 : la volonté de rappeler au nouveau souverain que les élites locales ont toujours participé (par le biais des États) à l’exercice du pouvoir, que les dix-sept provinces jouissent de privilèges garantis par les prestations de serment du roi, et que la mise en place d’une Inquisition « à l’espagnole »7 (ce que prophétisent les rumeurs les plus folles) en constituerait une indiscutable violation8. Les mécontents semblent alors sincèrement penser que le roi est mal conseillé, et ne s’en prennent qu’à ses ministres, rarement à sa tante, alors gouvernante générale des Pays-Bas, mais énormément à Antoine Perrenot de Granvelle qui, par ses récents accès aux titres d’archevêque de Malines puis de cardinal, incarne la réforme ecclésiastique décriée par les élites locales. Certains bruits qui courent en font d’ailleurs le ministre chargé de mettre en œuvre cette Inquisition9.

  • 10 Parker, 2002, p. 272. Voir également Janssens, 1993.

7Le roi hésite, attend. Au mois d’août 1566, la « furie iconoclaste » s’abat sur les provinces : les calvinistes s’en prennent violemment aux églises catholiques, saccageant les lieux de culte et détruisant tout ce qu’ils y considèrent comme de vulgaires icônes. C’est au tour du roi d’être vigoureusement heurté : il prête l’oreille aux partisans de la répression et dépêche Fernando Álvarez de Toledo, le troisième duc d’Albe, pour ramener les provinces au calme et punir les fauteurs de troubles, au besoin par l’usage de la force10.

  • 11 Versele, 2004a.
  • 12 Secretan, 1990, p. 27 ; Mercier, 1933, p. 44 et Versele, 2004a, pp. 98-102.

8La critique se déchaîne sur le duc d’Albe dès son arrivée dans les provinces. Les caricatures, pamphlets, chansons et pasquinades se multiplient contre le nouveau gouverneur, contre ses méthodes et contre ses ministres avec une virulence inouïe. Le roi reste épargné mais peu à peu, sous l’impulsion du prince d’Orange — qui a pris la tête de la révolte — et des États provinciaux du Brabant, la critique se politise11. La réflexion s’affine, s’extrayant lentement des considérations religieuses et/ou propres au particularisme des pays de par deçà. En effet, la justification des mécontentements se met à aborder des questions d’ordre universel, juridique, faisant appel aux notions de « droits naturels », de droit de résistance à la tyrannie, de contrat social, et parfois même de souveraineté « nationale » ou de tolérance. Ce processus réflexif n’est évidemment pas l’apanage de la révolte des Gueux, tant s’en faut ; il participe à une réflexion internationale propre au xvie siècle, largement traitée dans ce même volume. Il est difficile de percevoir l’impact des théories monarchomaques sur les discours tenus dans les provinces avant 1580, mais il est évident que tous ces juristes ont été formés dans des universités similaires, et se sont inspirés de textes et d’analyses communs sur lesquels ils ont réfléchi, et au sujet desquels ils ont communiqué. La patte huguenote dans la réflexion sur la foi est manifeste dans les provinces, surtout après la Saint Barthélémy, et les idées humanistes bien présentes dans les méthodes comme dans les arguments avancés par les théoriciens de la révolte — quels qu’ils soient12.

  • 13 Mout, 1987, pp. 120-121. Voir également Janssens, 1998.
  • 14 Versele, 2004a, p. 99.
  • 15 Il existe plusieurs éditions de ce texte dont l’Apologie de Guillaume de Nassau, prince d’Orange, (...)
  • 16 Mout, 1987, p. 120.

9Après l’échec et le rappel du duc d’Albe, se succèdent des gouverneurs généraux qui ne parviennent pas plus à rétablir l’ordre, coincés entre une situation de plus en plus inextricable sur le terrain et des ordres royaux confus, contradictoires, hésitants et surtout inadéquats aux reproches formulés contre la monarchie. Le coup d’État mené par les États de Brabant à l’encontre des ministres du roi, en septembre 1576, ainsi que l’échec relatif de la pacification de Gand, au mois de novembre suivant, accélèrent ce processus. Peu à peu, le doute se met à rôder autour de la personne royale ; ce ne sont plus ses seuls ministres qui sont incriminés mais bien les méthodes d’un roi qui ne leur donne pas les moyens d’agir efficacement. Lentement, progressivement, le souverain est persiflé, son autorité jugée tyrannique, et donc illégale, d’après les théories politico-juridiques de même inspiration que celles des monarchomaques français désormais plus largement diffusées dans le pays13. La nomination illicite de l’archiduc Matthias par les États Généraux, la constitution successive des Unions d’Arras et d’Utrecht, puis l’échec des négociations de Cologne en 1579 révèlent quant à eux le fossé qui sépare peu à peu les protestataires : en effet, certains révoltés se distancient peu à peu de la rébellion, jugée trop anticatholique, et trop « démocratique » en termes politiques14. Cette distinction entre modérés monarchistes catholiques et républicains calvinistes préfigure la scission qui est sur le point de s’opérer entre les provinces, même si on ne peut l’attribuer exclusivement à une dissension idéologique. En 1580, le roi choisit de mettre au ban le plus puissant et radical meneur de la révolte : le prince Guillaume d’Orange. La riposte est fracassante : l’« Apologie » de ce dernier paraît et se transmet comme une traînée de poudre ; sa critique de la personne royale, comme ses farouches atteintes à sa vie privée, sont à l’origine des pages les plus sombres de la Légende noire, dont la figure du roi Prudent restera désormais entachée15. Ceci achève, pour les provinces signataires de l’Union d’Utrecht, de discréditer la personne royale, dont elles déclarent irrévocablement la déchéance le 26 juillet 158116. Les autres provinces se « réconcilieront » quant à elles progressivement (parfois sous la menace militaire) avec leur souverain et sa religion.

  • 17 Secretan, 1990, p. 20.

10Les principaux éléments à retenir de cette rapide mise en contexte peuvent se résumer ainsi : d’une part, les critiques, d’abord religieuses et propres aux particularités (ou au particularisme) des provinces se politisent et s’universalisent peu à peu, à la fois suite aux échecs des mesures mises en place par les autorités souveraines pour redresser la situation et suite à la réflexion informelle, non concertée, mais dans une certaine mesure internationale engagée sur des notions politiques et juridiques propres à l’Europe de cette période. D’autre part, ces critiques, d’abord ciblées sur l’entourage du roi (perçu comme « mal conseillé ») dévient peu à peu sur la personne et l’autorité royales, toujours au gré de l’évolution de ce contexte local et international. Pour que la personne du roi puisse à ce point être remise en question, il ne faut pas négliger l’immense travail de sape engagé par les révoltés les plus acerbes — sous la houlette dynamique du prince d’Orange — qui, par le biais d’une propagande dense et énergique, est parvenu à toucher l’ensemble de la société de l’époque17.

  • 18 Une autre classification de ces pamphlets est proposée dans Ibid., p. 20, note 2.

11Ce sont les différentes voies de transmission de ces idées subversives qu’il convient maintenant d’explorer ; nous les avons séparées en deux parties thématiques, qui sont fonction de la teneur des propos et du public visé. Tout d’abord, en ce qui concerne la réflexion et l’argumentation théorique de la révolte, seront abordés les écrits informatifs, justificatifs, érudits, mais aussi les suppliques, les requêtes, les remises en question intellectuelles de mesures prises par le roi (ou par ses ministres), argumentées, et souvent adressées aux autorités elles-mêmes, à certains ministres, par écrit, par ambassades ou par des contacts informels et verbaux. L’origine de ces échanges est propre à la première partie de la révolte (lorsque les protestataires considéraient encore le roi « mal averti ») mais ils ont aussi participé à ce partage bouillonnant d’idées politiques et juridiques sur lesquelles les théories plus radicales prennent peu à peu racine18. Nous considérerons ensuite les attaques diffamatoires, moqueuses, facétieuses — moins constructives, sans doute, mais essentielles pour gagner le populaire. Elles se sont manifestées au travers de courts pamphlets, de pasquilles, de caricatures, de mascarades, d’œuvres d’art, de « poèmes » ou de chansons — qui pouvaient tout aussi bien, par opposition, faire l’apologie des meneurs de la révolte ou de leurs idées. Enfin, nous aborderons rapidement la question des imprimeurs, puis nous nous attarderons sur celle de la réaction (ou des réactions) des autorités en vue de juguler ce flux d’idées à leur sens pernicieuses. Ces réactions révèlent aussi l’évolution de la révolte, de sa nature comme de son ampleur, ainsi que la prise de conscience progressive de celles-ci par les autorités souveraines.

Les écrits informatifs et théoriques

  • 19 Voir par exemple le texte du compromis des nobles, ou celui de Jacques de Wesembeke, « Requeste de (...)
  • 20 Voir les lettres anonymes et chiffrées de Louis del Rio, conservées à Simancas, AGS, E567 (fos non (...)

12Parmi les écrits théoriques, qui émanent de la classe des letrados et qui sont en principe destinés exclusivement à ce même groupe social, se distinguent des textes adressés directement au roi ou à son lieutenant dans les provinces (le gouverneur général). S’y intègrent des « Mémoires sur les affaires des Pays-Bas », des avis adressés au souverain dans le but de lui exposer la situation ou les conséquences néfastes de certaines décisions et de lui proposer d’éventuels remèdes19. Les auteurs de ceux-ci, fonctionnaires, gentilshommes ou « bons patriotes » anonymes20, sont ainsi peu ou prou convaincus que le roi est mal informé, mal conseillé, et qu’ils peuvent l’aider à y voir plus clair. Il s’agit donc souvent de manuscrits, uniques. Ils n’agissent pas vraiment comme transmetteurs d’idées nouvelles mais ils témoignent de l’existence d’une contestation précoce, et sont certainement le fruit de discussions et d’échanges dont il ne reste pas de traces archivistiques.

  • 21 Van Nierop, 1999, pp. 83-98.

13D’autres écrits destinés à la couronne ont été plus marquants : il s’agit de ceux destinés à justifier une requête ou une action concernant particulièrement leurs auteurs. Nous pouvons bien entendu citer, à titre d’exemple, le fameux « Compromis des nobles » de 1566, qui rappelle au roi l’existence et la teneur des privilèges locaux, contraires à l’instauration de toute forme d’inquisition21 ; cette pétition a fait scandale, son texte a été diffusé ; ses idées ont donc été nettement plus véhiculées — et commentées — que celles des avis particuliers.

  • 22 Voir notamment celles évoquées dans la Correspondance de Philippe II sur les affaires des Pays-Bas (...)
  • 23 Pensons au cas du malheureux Florent de Montmorency, 1528-1570.

14Certaines de ces requêtes ont été dépêchées à Madrid par le truchement d’une ambassade22. Philippe II avait ces visites en horreur car elles l’acculaient à une prise de décision claire et rapide. Même s’il semble certain que ces ambassades ont plutôt contribué à disgracier leurs mandataires qu’à convaincre le roi de la légitimité de leurs requêtes23, elles ont certainement permis de faire connaître — commenter, discuter, étudier — les revendications des provinces aux letrados madrilènes. Il s’agit donc aussi d’une voie de transmission (ou de relance) des idées subversives de la révolte.

  • 24 Secretan, 1990, pp. 20-21 et Mout, 1984.
  • 25 Versele, 2004a, p. 99.

15Viennent encore toutes les « Justifications » ou « Verantwoordingen » (d’arrestations, de coup d’état, de soulèvement, d’actes iconoclastes…), destinées à la couronne, puis peu à peu à un public plus large, parfois agrémentées de pièces justificatives, voire de courriers interceptés. Ces écrits peuvent aussi viser à démontrer l’inanité ou l’illégitimité de certains actes commis par la couronne ou par ses ministres. Ils touchent tant à la religion qu’aux notions de gouvernance et de bonne politique. Leur teneur satirique, ainsi que leur degré d’abstraction dépendent du public visé comme de leurs auteurs, les plus notoires d’entre eux étant de brillants polémistes, humanistes et calvinistes : Philippe de Marnix de Ste Aldegonde, Junius de Jonghe et Jacques de Wesembeke24. Écrits en latin, en néerlandais ou en français, ces pamphlets sont parfois traduits et imprimés dans d’autres langues ; ils connaissent un immense succès. Ils ne sont donc plus exclusivement destinés au roi, et s’intègrent non seulement dans un véritable travail de sape de l’autorité en place qui vise aussi le populaire, mais aussi dans cette sphère réflexive beaucoup plus large et internationale qui constitue le creuset de la révolution politique25. Ces nombreux écrits acquièrent dès lors une dimension propagandiste, qui vaut à leurs auteurs d’être poursuivis ou bannis des provinces. L’ « Apologie » de Guillaume d’Orange, traduite et publiée après la mise au ban du prince par Philippe II, en constitue l’aboutissement le plus éclatant.

  • 26 Ibid., pp. 91-106.

16De ce climat, de cette effervescence intellectuelle autour de questions juridico-politiques propres à cette période, il reste des traces dans un document émanant d’un proche ministre du duc d’Albe. Louis del Rio, ardent défenseur des méthodes répressives du duc, membre de son Conseil des troubles (dit « du sang ») que nous évoquerons encore, co-auteur de la contestable condamnation des comtes d’Egmont et de Hornes, se fait arrêter, en 1576, et interroger successivement par les États de Brabant puis par le prince d’Orange. Questionné sur la légitimité des États à s’emparer du pouvoir suite aux années de vexation subies sous l’autorité espagnole, del Rio se met tout à coup à défendre leur bon droit à l’aide d’une argumentation théorique d’une grande richesse juridique26. Sans entrer ici dans le détail de ses motivations, il est intéressant de se rendre compte que, même parmi les détracteurs les plus farouches de l’insurrection des provinces, se trouvent des jurisconsultes et des ministres à ce point à l’aise avec le fondement théorique de la contestation. Ceci témoigne du fait que ces idées étaient connues, véhiculées et débattues par une large frange de l’élite intellectuelle de l’époque, qu’ils soient « pour » ou « contre » la révolte, au service du roi ou du prince d’Orange.

  • 27 Versele, 2006, pp. 274-275. Voir également Correspondance du Cardinal de Granvelle, 1565-1596, et (...)
  • 28 Versele, 2004a, pp. 81 et 83; AGS, E567, f° s.n.

17Cette réflexion ne se limite cependant pas aux acteurs ou aux spectateurs directs de la révolte. La cour de Madrid n’a pas pu rester de marbre face à la polémique entamée. Il en a certainement été de même pour les autres ministres des territoires de la monarchie, qui communiquaient énormément les uns avec les autres. À elle seule, la correspondance du cardinal de Granvelle recèle une quantité incroyable d’informations sur l’ensemble des domaines relevant de la couronne. Ses correspondants, très nombreux, se répercutaient les informations reçues, s’envoyaient des copies, des extraits, des résumés de lettres ou de comptes rendus, les commentaient, en débattaient27. Cet échange incessant a inévitablement participé à la diffusion et à l’enrichissement des idées de la révolte — ou des révoltes, puisque l’on quitte ici clairement la sphère locale. Philippe II lui-même, en se faisant secrètement tenir informé de l’évolution de la situation dans les provinces (voir les lettres chiffrées de Louis del Rio, signées « l’ami de Flandres à Bruxelles » adressées au duc d’Albe, mais commanditées par le roi28), récolte régulièrement les arguments des révoltés. Ces courriers ont eux aussi, paradoxalement peut-être, contribué à la publicité de l’argumentaire insurrectionnel.

  • 29 AGS, E529, f° 87 passim.

18Nous avons peu évoqué les livres, car ils sont généralement consacrés à des questions plus théologiques que politiques et, bien que leur diffusion fût énormément combattue par les autorités en place, ces ouvrages semblent moins propres à la justification de la révolte des Pays-Bas en tant que telle. Cependant, leur existence et les difficultés rencontrées pour les faire disparaître révèlent l’efficacité des réseaux d’impression et de distribution des écrits séditieux29.

19Ainsi, la réflexion intellectuelle, d’abord pragmatique et adressée au roi, s’enrichit peu à peu d’une dimension théorique et subversive, en même temps qu’elle s’adresse à un public de plus en plus large en diversifiant ses angles d’action (impression, traduction, teneur…). Le discours élargit son public en même temps qu’il gagne en audace et, parallèlement, s’étoffe d’une réflexion juridique plus fine, nourrie de ce bouillonnement intellectuel qui dépasse largement les frontières de « genre » et de « nation ».

La campagne diffamatoire

20Nous envisageons maintenant l’autre volet de la diffusion des idées subversives, celui destiné à un public plus populaire que les pamphlets théoriques abordés précédemment, et dont la teneur est nettement plus diffamatoire que réflexive — même si l’un ne va pas sans l’autre.

  • 30 CP, t. I, p. 384.
  • 31 CP, t. I, p. 199. Contre les placards et l’Inquisition, voir par exemple un billet, affiché à Brux (...)
  • 32 Secretan, 1990, p. 27.

21Comme évoqué auparavant, cette polémique n’est pas initialement (ou très rarement30) dirigée contre le roi. La campagne commence dès le tout début du règne de Philippe II, par le lancement de rumeurs très efficaces au sujet de la mise en place (totalement fausse) de l’Inquisition espagnole dans les provinces31. Ce sont ses ministres qui en sont jugés responsables, de même qu’ils sont accusés de la dégradation de la situation aux Pays-Bas. Tout comme en France, où le roi est dit mal conseillé (par les Guise, selon les huguenots, par Coligny, selon la Ligue32), on ne remet pas d’emblée l’autorité de la famille royale — instituée par Dieu — en question.

  • 33 Postma, 2000, pp. 157-176.
  • 34 Dierickx, 1967.
  • 35 CP, t. I, pp. 294-295.
  • 36 Van Durme, 2000, p. 30 passim et notes.

22Les premières attaques concernent les ministres nommés par le roi pour seconder la duchesse de Parme, alors gouvernante générale des Pays-Bas, dans son gouvernement33. Granvelle, associé en outre aux réformes ecclésiastiques qui scandalisent les élites locales34, est de loin le plus vilipendé. Sans cesse, les lettres au roi parlent de libelles, de pamphlets, de pasquilles, de satires en langue française ou thioise, de plaisanteries et de railleries à son encontre. Il existe plusieurs mentions de mascarades et de joutes costumées en rue qui amusent en même temps qu’elles attisent la haine populaire à l’encontre du cardinal, et auxquelles assistent — pour ne pas dire s’associent — certains membres éminents de la noblesse locale — dont l’inévitable prince d’Orange35. Granvelle est aussi l’objet de surnoms calomnieux, tels que « rode bloedhond » (limier rouge), « spaans varken » (pourceau d’Espagne), « rode duivel » (diable rouge), « archivilain », « faulce langue », dont les pieds se hâtent « pour courir au mal ». Toute la rage des indigènes semble s’être focalisée sur lui, à tel point que le roi, par un stratagème douteux, finit par le retirer de ces affaires36.

  • 37 Voir les pasquilles et billets retrouvés affichés ou distribués à Gand, Bruxelles, Valenciennes, N (...)

23Cette semi-disgrâce n’arrange rien dans les provinces. Des placards courts, cinglants, ciblés, apparaissent sur certains bâtiments, sont échangés dans les rues. Ils s’insurgent contre les mesures religieuses aussi bien que contre l’illégitimité ou l’inanité du gouvernement en place37. La duchesse de Parme est désormais visée, comme en témoigne ce billet semé dans les ruelles et passages de Bruxelles en 1566 :

  • 38 CP, t. I, pp. 450-451.

Réveillez-vous, ô Brabantinois ! Un bastard ne peult porter le moindre office, tant vil soit-il, en Brabant, et vous souffrez qu’une bastarde, femme d’ung traistre, notoire ennemy du pays, filz d’un infâme bougre et méchant Pierre Loys (père d’Octave Farnèse), en soit la gouvernante ! Ne véez-vous poinct que, pour non vouloir mectre remède aux troubles présens du pays, selon le conseil de la noblesse, elle ha desjà trahi le Roy et le pays ? Qu’on chasse la paillarde, la donnant au diable, avec le traistre Viglius38 !

24Le roi, lui, semble toujours épargné.

  • 39 CP, t. I, p. 384 et Altmeyer, 1853, p. 40.
  • 40 Voir, entre mille autres, ces évocations : AGS, E538, fos 23-24 : Écrits publiés par quelques « ma (...)
  • 41 Versele, 2004b, p. 173 et 2009, pp. 205-206.
  • 42 Édit du 11 novembre 1568, retranscrit dans Vincent, 1867, p. 213.
  • 43 Nous nous sommes essentiellement basée sur l’analyse de caricatures conservées au Rijksmuseum d’Am (...)

25C’est l’arrivée du duc d’Albe, en 1567, qui déchaîne les passions et donne une vigueur inouïe à l’œuvre de sape et de diffamation engagée contre les autorités en place39. En effet, loin de calmer les esprits, les méthodes répressives du nouveau gouverneur général décuplent la rage et la créativité des pamphlétaires comme des caricaturistes, qui s’en donnent à cœur joie. Il est difficile de mettre en doute la contribution de ce matraquage à l’échec du duc dans les provinces, tant ces images demeurent associées à cette période des histoires belge et hollandaise aujourd’hui. Ces caricatures traitent différents aspects des choses ; toutes se concentrent néanmoins sur la diabolisation à outrance du lieutenant royal — qui fut autant injurié que le cardinal de Granvelle en son temps40. Philippe II a tout fait pour ne jamais avoir à endosser la responsabilité de la répression dont il avait chargé son mandataire, et l’analyse de la manière dont le Conseil des troubles, l’institution temporaire chargée de poursuivre les fauteurs de troubles durant le gouvernement du duc, a été élaboré puis éludé par le roi, est très éloquente à ce sujet : jamais Philippe II n’a rien acté concernant ce conseil, et tous ses membres, sans exception, sont tombés en disgrâce suite à sa dissolution41. La supercherie semble avoir fonctionné, à l’époque, puisque c’est vraiment au duc d’Albe et à ses plus proches collaborateurs que l’aspect sanguinaire et violent des mesures mises en place est exclusivement imputé. Malgré quelques « propagateurs de bruits mensongers et séditieux ayant pour but d’égarer le peuple et de calomnier le souverain42 », le roi semble toujours relativement ménagé. Par contre, ses ministres, même rappelés, sont de plus en plus l’objet des foudres des caricaturistes comme des pamphlétaires. Une brève analyse de certaines œuvres illustre ce propos43.

Fig. 1. — Anonyme, Le trône du duc d’Albe, 1569

Fig. 1. — Anonyme, Le trône du duc d’Albe, 1569

© Rijksmuseum, Amsterdam.

  • 44 Reiffenberg, 1838-1839, pp. 99-104. Une version peinte a été dernièrement acquise par le palais Gr (...)
  • 45 Voir le petit ouvrage de Janssens, 2003.

26La figure 1 est une allégorie de la tyrannie du duc d’Albe aux Pays-Bas, très connue, dont il existe de nombreuses versions, y compris peintes, et plus tardives44. À gauche, le duc sur son trône, avec Granvelle (armé d’un soufflet) et le diable (qui inspire Granvelle qui souffle Albe). Derrière le duc, les membres du Conseil des troubles, dont le détesté Vargas et Louis del Rio. Devant Albe, les dix-sept provinces à genoux ; à droite, les membres des États-Généraux paralysés et silencieux. Derrière cette scène, Marguerite de Parme pêche les ressources et richesses des provinces dans un étang de sang, par allusion aux confiscations perpétrées sur les fauteurs de troubles. Dans le fond, les comtes d’Egmont et de Hornes sont décapités45, comme d’autres martyrs, à Bruxelles, en 1568.

Fig. 2. — Anonyme, Marguerite de Parme, Granvelle et le Pape soutenant la mission de Albe (1567), 1572

Fig. 2. — Anonyme, Marguerite de Parme, Granvelle et le Pape soutenant la mission de Albe (1567), 1572

© Rijksmuseum, Amsterdam.

27La figure 2 représente le duc d’Albe recevant le glaive et l’argent de Pie V, et Granvelle approchant un serpent de l’oreille du duc.

Fig. 3. — Anonyme, Albe assassine les innocents du pays, ca 1572

Fig. 3. — Anonyme, Albe assassine les innocents du pays, ca 1572

© Rijksmuseum, Amsterdam.

28La figure 3 représente toujours Albe, cette fois siégeant sur son trône et mangeant un enfant ; dans son autre main, il tient une bourse pleine d’argent. À ses côtés, un monstre à trois têtes : les cardinaux de Granvelle, de Guise et de Lorraine. Dans l’air, un diable souffle de son soufflet dans l’oreille du duc. Au sol, gisent les corps des comtes d’Egmont et de Hornes — les martyrs les plus fameux de ces années de troubles.

Fig. 4. — Anonyme, La mort de Don Juan et l’humiliation de Albe, 1578

Fig. 4. — Anonyme, La mort de Don Juan et l’humiliation de Albe, 1578

© Rijksmuseum, Amsterdam.

  • 46 Smolderen, 1972.

29La figure 4 est une allégorie politique, dans laquelle la mort à cheval transperce le gouverneur général et demi-frère du roi, don Juan d’Autriche, d’une flèche. À l’avant gauche, le duc d’Albe rampe, enchaîné, comme le roi de Babylone Nabuchodonosor. À droite, la main de Dieu écrit sur un mur. Au sol, un tas de corps d’Espagnols tués précédemment dans la bataille. À gauche, un groupe d’hommes, dont Egmont et Hornes, assiste à la scène. À l’arrière-plan, la statue du duc d’Albe, dont l’érection à la citadelle d’Anvers avait fait scandale46.

Fig. 5. — Anonyme, La peste de la tyrannie du duc d’Albe dans les provinces, ca. 1572

Fig. 5. — Anonyme, La peste de la tyrannie du duc d’Albe dans les provinces, ca. 1572

© Rijksmuseum, Amsterdam.

30La figure 5 est encore une allégorie, sur l’opposition entre la tyrannie du duc d’Albe et la lutte pour la liberté du prince d’Orange. À gauche, le prince d’Orange trône avec, à ses côtés, les personnifications des provinces de Hollande et de Zélande. À droite, c’est le duc d’Albe qui trône avec, à ses pieds, les autres provinces assujetties les yeux bandés. Au milieu, la tyrannie ramène la province de Gueldre dans le giron du duc d’Albe.

Comparaison entre Albe et Guillaume d’Orange

Fig. 6. —

Fig. 6. —

© Rijksmuseum, Amsterdam.

31Le texte de la figure 6 insiste sur les qualités du prince (humilité, discrétion…) par opposition à Albe qui, « aiant tondu le bas pays, et mis le peuple a povreté », est décrié. L’honneur, la prudence, la sagesse et les richesses encadrent Orange, tandis que l’envie, la tromperie et la pauvreté sont les apanages du duc d’Albe, qui tient la Belgique, vierge, nue et sans défense, enchaînée.

  • 47 Comme Le fameux « Wilhelmus van Nassouwe », attribué à Marnix de Ste Aldegonde, et chanté comme hy (...)

32Ces caricatures et allégories n’ont donc pas uniquement pour objectif de calomnier, elles ont aussi pour but de convaincre à la fois du bien-fondé de la révolte et des vertus des défenseurs de sa cause. Il en va de même dans les chansons, poésies et pasquinades plus aisément répandues dans le peuple ; amusantes, faciles à retenir et à entonner, elles participent évidemment à cette énorme campagne de propagande populaire47.

  • 48 El Kenz, 2006.

33On a beaucoup cherché, dans l’œuvre magistrale de Pieter Brueghel, des références explicites et volontaires aux atrocités commises par le pouvoir espagnol durant cette période de troubles48. On en a découvert beaucoup, trop sans doute, puisque certaines œuvres, comme Le triomphe de la mort (1562) et Le massacre des innocents (1566) ne peuvent pas trouver leur sens dans une quelconque allusion au gouvernement du duc d’Albe ; en effet, le duc n’a pas encore été dépêché dans les provinces (1567) au moment où l’artiste les a peintes. La justice (1559) raille les méthodes utilisées pour défendre cette vertu bien avant le début des troubles, et Le dénombrement de Bethléem (1566) ne peut critiquer des impôts (10e et 20e deniers) qui n’ont pas encore été levés (1569). Seule La pie sur le gibet (1568) peut être considérée comme contemporaine des faits (peut-être) évoqués. Mais il est vrai que les artistes — même renommés — ont eux aussi pu participer à la diffusion des idées subversives.

34Des rumeurs au sujet de la mise en place d’une prétendue inquisition jusqu’à l’impression de recueils de chansons et de caricatures éloquentes, en passant par les rumeurs, chansons et peintures (?) qui évoquent sans cesse l’âme naturellement cruelle des Espagnols acharnée sur la pauvre patrie bafouée, on ne peut nier le travail de propagande diffamatoire qui s’est rapidement mis en place dans les provinces, et qui a inévitablement gagné ou ragaillardi une partie importante des classes populaires. Ceci ne peut être éludé s’il s’agit de comprendre le succès de la radicalisation de la révolte dans les provinces peu à peu gagnées au prince d’Orange.

Les imprimeurs

  • 49 Pour une approche historique de l’imprimerie dans les provinces, voir Vincent, 1867.
  • 50 Imhof, 2010, pp. 229-230. Des traités de monarchomaques ont également été imprimés chez Plantin. V (...)
  • 51 Ces informations ont été collectées au musée Plantin-Moretus à Anvers.

35La question des imprimeurs de ces textes et caricatures séditieux est aussi intéressante. Certains pamphlets portent le nom de leur imprimeur, mais ce n’est évidemment pas le cas de tous ces écrits. Seuls les moins polémiques sont ainsi explicitement « signés », du moins au début de la révolte. Cette volonté toute compréhensible de rester anonyme à l’époque ne dupe plus les chercheurs d’aujourd’hui, désormais à même d’attribuer bon nombre d’écrits à des imprimeurs reconnus49. Et même au plus fameux d’entre tous, alors « prototypographe » officiel de la couronne et gestionnaire de l’atelier le plus réputé de la ville d’Anvers : Christophe Plantin. La carrière de Plantin illustre très bien cette période de doute évoquée dans l’introduction : officiellement reconnu par la monarchie espagnole et attaché à son service, Plantin édite cependant des textes équivoques, voire franchement subversifs, pour le compte de révoltés locaux (dont le prince d’Orange, manifestement), mais aussi pour ceux d’autres territoires de la monarchie — dont les Portugais50. Il s’engage même dans la cause des provinces révoltées en devenant le typographe officiel de Leyde, avant d’obtenir le pardon des autorités monarchiques (1585). Plantin est aussi très représentatif de l’effervescence éditoriale et humaniste qui règne alors sur la place d’Anvers. Aux côtés de Jacob van Liesvelt ou de Adriaen van Berghen, condamnés pour avoir imprimé des traductions de la Bible inspirées de Luther ou d’Érasme, soixante-quinze imprimeurs exercent leur activité, faisant de cette ville le premier centre typographique des Pays-Bas au milieu du xvie siècle. Si la moitié de la production des provinces émane alors de ce port soumis aux influences de ses visiteurs (tant en matière de commandes que d’inspiration théorique), d’autres villes possèdent aussi leurs imprimeries51. Et si Plantin lui-même hésite, louvoie et se prête au jeu des imprimés interdits, que dire de cette multitude de petits artisans, du reste peu accessibles et contrôlables en ces temps de troubles constants. On peut donc considérer que l’accès aux ateliers d’imprimeurs est, malgré la nombreuse législation sans cesse remise en place par les autorités espagnoles, relativement aisé dans les provinces révoltées.

La réaction des autorités

36La réaction des autorités face à ce flux grandissant d’idées contestataires fut évolutive, suivant à peu près les étapes suivantes : la prudente recherche de l’identité des coupables, l’intensification d’une législation répressive et violente et, enfin, la mise en place d’une certaine forme de contre-propagande.

  • 52 CP, t. I, p. 294, note 2.
  • 53 CP, t. I, p. 221.
  • 54 CP, t. I, pp. 294-295.

37Au début de la révolte, alors que la duchesse de Parme est encore gouvernante générale des Pays-Bas, la hargne des indignés s’acharne surtout sur le cardinal de Granvelle. La duchesse, qui semble avoir assez rapidement saisi la complexité et la délicatesse de la situation, réagit de façon timorée. Au mois de mars, elle charge les autorités locales de s’enquérir des auteurs de pasquilles qui circulent dans toute la ville de Bruxelles52. Au mois d’octobre, elle explique à son mandataire ne pas avoir fait faire de recherches sur les pasquinades qui se publient, « de crainte de trouver des coupables qu’on ne pourrait punir53 ». Deux ans plus tard, la gouvernante minimise l’allusion faite explicitement à Granvelle lors d’une mascarade dans les rues de la ville, et écrit au roi qu’elle reste persuadée « qu’aucune mauvaise intention n’avait animé les seigneurs » à l’origine de cette manifestation grotesque, mais qu’elle les a néanmoins « exhortés à ne pas pousser la chose plus loin »54. Il est donc évident que ce sont d’éminentes personnalités qui se prêtent alors à ce jeu, et que la gouvernante générale a pressenti combien il serait périlleux de s’y attaquer.

  • 55 Vincent, 1867, appendice III, pp. 152-162.
  • 56 Ibid., p. 213.
  • 57 CP, t. II, p. 674.
  • 58 AGS, E541, f° 22 et CP, t. II, p. 91.
  • 59 Vincent, 1867, appendice IV, pp. 162-163 : Lettres patentes nommant Christophe Plantin à l’office (...)
  • 60 CP, t. II, p. 111-112, Altmeyer, 1853, pp. 35-36.
  • 61 Vincent, 1867, p. 38 et 214.
  • 62 Ibid., p. 214 et CP, t. II, pp. 361-362 et 384.
  • 63 CP, t. II, p. 664.

38La législation en matière d’impression et de vente de livres à teneur religieuse se met quant à elle en place dès l’entame des dernières sessions du concile de Trente. En effet, dès le mois de mai 1562, le roi fait promulguer un « édit réglementant les professions d’imprimeur, de libraire et de maître d’école, et ordonnant que les dispositions du concile sur la matière soient observées et exécutées aux Pays-Bas55 ». La lutte contre la diffusion des écrits hérétiques a laissé quelques traces dans les archives de la gouvernante, mais elle s’intensifie nettement sous le duc d’Albe, comme en témoignent les listes de mise à l’index conservées au musée Plantin, mais aussi les nombreuses allusions faites à cette lutte dans les courriers échangés entre Philippe II, son gouverneur général et les autorités locales. Début mars 1568, Albe somme le grand bailli de Hainaut de détruire les livres interdits introduits en grand nombre durant les troubles56 ; deux semaines plus tard, c’est le grand conseil de Malines qui reçoit l’ordre secret de faire sceller les chambres et boutiques des imprimeurs et libraires afin de procéder à la saisie de « tous les livres qui se trouveront sur les libraires et imprimeurs… pour estre veuz et visitez par gens idoines et qualiffiez57 ». L’année suivante, ce sont les autorités de Mons qui ont trois mois pour brûler les livres défendus par le concile de Trente, tandis que le duc d’Albe annonce encore au roi avoir effectué la saisie de nombreux ouvrages prohibés58. 1569 est aussi l’année de la mise en place d’un système de contrôle de l’activité typographique aux Pays-Bas. Encouragé dans ses initiatives en matière de censure par les courriers du roi, Albe réunit quelques théologiens et grands lettrés, hauts dignitaires de l’Église et principaux ministres à Bruxelles, au mois d’octobre 1569. Ils estiment que le nombre des imprimeurs actifs dans les provinces doit être réduit, et circonscrit à quelques villes telles qu’Anvers, Louvain et Douai. Là, des imprimeries publiques, agréées et associées à une marque reconnaissable devraient être implantées et surveillées : en matière de foi et de bonnes mœurs par le collège épiscopal, en matière technique par un « prototypographe » nommé par le roi — Christophe Plantin59. Ce dernier serait en outre chargé d’examiner les ouvriers recrutés comme leur mobilité éventuelle au sein des différents ateliers60. Ce contrôle de l’accès à la profession et de l’exercice du métier (que l’on retrouve également appliqué aux instituteurs) sous-entend que la multitude des ateliers présents sur le territoire en rendait l’activité incontrôlable, et plus encore en temps de troubles, où les villes étaient tantôt rebellées, tantôt assaillies d’un flux migratoire propre aux périodes chaotiques. L’édit fut entériné par le roi au mois de juin 157061 mais il n’eut probablement que peu d’effet, puisque les troubles ne cessèrent que très temporairement ou localement, et que le prototypographe en question, Christophe Plantin, n’était vraiment pas exempt de tout soupçon. Les édits du roi continuèrent d’ailleurs de fleurir dans les années qui suivent, et l’obligation qu’un exemplaire de chaque livre publié soit déposé à la bibliothèque d’Anvers comme à celle de l’Escurial, entrée en vigueur en 1573, ne suffit vraisemblablement pas à mettre un terme à la propagation des ouvrages d’hérétiques62. Même bâillonnés sur le bûcher, ces derniers ont continué à faire un nombre considérable d’émules63.

  • 64 Vincent, 1867, p. 213.
  • 65 Ibid.

39Cette lutte contre la propagation des écrits hérétiques n’est pas l’apanage des autorités espagnoles dans les provinces ; l’intolérance religieuse est partagée par tous les États théocratiques dont l’autorité, légitimée par la volonté divine, risque de chanceler face à cette remise en question de l’unique vérité théologique. Le plus intéressant est de constater que certaines de ces mesures ont été élargies aux imprimés à teneur politique ou diffamatoire. Le 1er mai 1566, déjà, le roi promulguait un édit s’attaquant aux « auteurs, imprimeurs et distributeurs de libelles, pasquilles et écrits injurieux qui attaquent la religion catholique, la chose publique et les droits du souverain ». La sentence annoncée contre ces contrevenants à l’ordre public était catégorique : « la peine de mort par la hart et la confiscation des biens contre les délinquants, et une peine arbitraire contre ceux qui, n’étant ni les auteurs, ni les imprimeurs, ni les distributeurs de ces pamphlets, seraient toutefois convaincus de les avoir divulgués et propagés64 ». Le 11 novembre 1568, cette fois, le roi ordonnait aux autorités du Hainaut « de sévir, d’après toute la rigueur des lois, contre les auteurs, imprimeurs et distributeurs de libelles et les propagateurs de bruits mensongers et séditieux ayant pour but d’égarer le peuple et de calomnier le souverain65 ». La multitude de ces écrits toujours conservés dans nos archives, ainsi que l’écho de la vindicte populaire toujours décelable dans l’historiographie récente, démontre une fois encore l’insuffisance ou la très partielle efficacité de ces mesures.

  • 66 AGS, E551, f° s.n.

40Reste au roi l’utilisation des méthodes de ses adversaires. Joachim Hopperus, par exemple, fut mis à contribution pour diffamer le prince d’Orange — en latin66 ; d’autres écrits calomniant le meneur de la révolte circulaient d’ailleurs dans les provinces, mais c’est ce courrier du roi au duc d’Albe, daté du mois de juin 1572 et conservé à Simancas qui est le plus révélateur de cette pratique — comme du caractère de Philippe II. Le roi Prudent écrit ceci à son lieutenant :

  • 67 AGS, E553, f° 43.

En todo genero de gente popular (y prinçipalmente en la de essos payses) hazen las primeras informaçiones de las cosas grande impression y credulidad, y por esso para quitarles la que agora han conçebido se representa, seria de provecho ordenar y hazer derramar en nombre de terçera persona y no en el mio en alguna manera algun librillo por el qual se diesse a entender la verdad de la justificaçion con que se proçede en todo lo que se ha hecho por mi parte, y se desengañasse el pueblo del error y falsedades que les han dado a entender; si assi juzgaredes convenir sera bien ordeneys se haga y imprima en todas lenguas — y si os paresçiere que aca se vea antes que se imprima me podreys embiar la minuta en çifra, que por ventura mandaré que tambien aqui se ordene otro tal para que conferido el uno con el otro se tome de ambos lo que fuere mas a proposito67.

  • 68 CP, t. II, pp. 267-268.

41Un mois plus tard, Albe annonce au roi avoir fait rédiger le livret en quatre langues, puis l’avoir publié sans mention d’origine ; il dit y avoir surtout relaté les « cruautés que les rebelles ont commises à Zutphen, pendant et écartelant les moines, volant les reliques, et l’or et l’argent des églises, et saccageant deux ou trois fois la ville68 ». Les vraies réactions à la Légende noire seront plus tardives, et totalement inefficaces, mais la guerre des pamphlets, perdue d’avance pour l’Espagne, semble avoir bel et bien eu lieu.

42En résumé, les mesures ont donc été plutôt timides sous la gouvernance de la duchesse de Parme, bien consciente de l’identité et du rang des contestataires, puis de plus en plus radicales et denses sous son successeur partisan de la manière forte, le duc d’Albe. Les mesures ont aussi visé à un meilleur contrôle de l’édition de livres — surtout religieux — mais se sont peu à peu étendues à l’impression de tout propos délictueux, y compris en matière politique. Enfin, les tentatives de contre-propagande mises en place par la royauté confirment l’efficacité des méthodes propagandistes des révoltés, constatée par le roi lui-même, et reprises vaille que vaille à son compte.

 

43On peut retenir de cette étude que la diffusion des idées est tout d’abord plus un dialogue qu’une transmission. Dialogue entrepris et nourri dans les provinces, mais aussi dans le reste de l’Europe, par le biais de voies de communication beaucoup plus diverses et multiples que les pamphlets les plus connus. Les courriers entre ministres, les rencontres lors d’ambassades, les échanges verbaux, mais aussi le bagage intellectuel hérité de leurs études universitaires, et partagé par une grande part des juristes de l’époque, qu’ils soient au service du roi ou du prince d’Orange, ont eu un impact sur la construction théorique de la révolte qu’il ne faut surtout pas négliger.

44On remarque aussi que certaines voies ont été activées, étoffées, diversifiées à dessein par les meneurs de la révolte, qui se sont peu à peu politisés et saisis de la chose publique. Ce fut une véritable campagne de propagande visant à convaincre toutes les couches de la population, orchestrée par différents acteurs qui cherchaient à faire des émules parmi cette foule troublée, gagnée par le doute religieux et politique, et qui se poursuivit d’ailleurs tout au long de la « guerre de quatre-vingts ans ».

45Cette réflexion politique, ces écrits partagés et ces idées débattues ont permis à la révolte de devenir révolution dans certaines provinces, sous la houlette de Guillaume d’Orange. L’entourage humaniste du prince s’est imprégné de ce dialogue et a su profiter des maladresses du roi comme de la conjoncture politique et religieuse pour convaincre certains mécontents d’adhérer à une cause qu’ils ont lentement construite. Le travail de sape de l’autorité en place — par les caricatures, les joutes, les chansons — a quant à lui permis de gagner le populaire, et de le fédérer parfois autour d’une cause politique qui lui échappait certainement un peu.

Notes

1 Pour une approche globale et générale des institutions des Pays-Bas habsbourgeois, voir Aerts, Baelde, Coppens, 1995.

2 Puisqu’il est impossible de citer ici l’entièreté de la bibliographie existante au sujet de la révolte des Pays-Bas, nous renvoyons à la liste (qui, malgré sa grande richesse, demeure inévitablement non exhaustive) publiée par l’université de Leiden, sur sa plateforme consacrée à ce thème : <http://www.dutchrevolt.leiden.edu/patria/Pages/bibliographie.aspx>. Les travaux de Geoffrey Parker et de Hugo De Schepper (que nous tenons à remercier pour ses nombreux conseils avisés) sont incontournables.

3 La littérature consacrée à la « Leyenda negra » reste une piste très intéressante pour aborder la question des idées subversives de la révolte. Voir notamment : De Schepper, 1992, et Schulze Schneider, 2008.

4 Pour plus de détails (et de nuances), voir De Schepper, 2000.

5 Nous remercions chaleureusement Paul Delsalle et Claude Guyon, de l’université de Franche-Comté, pour la complexe réalisation de cette carte originale.

6 Versele, 2004a, p. 10.

7 Au sujet de l’Inquisition, voir Goossens, 1997-1998.

8 Voyez notamment Texts concerning the Revolt of the Netherlands, pp. 1-50 et Versele, 2004a, pp. 97-102. Au sujet de l’élaboration de la pensée rebelle aux Pays-Bas, voir Van Gelderen, 1991 ; De Schepper, 1992 ; Mout, 1987 ; Secretan, 1990 ; Duke, 1982 ; Janssens, 1989 et le plus ancien De Vrankrijker, 1933.

9 Pour une approche des rapports entretenus par ce fameux cardinal avec les provinces, nous renvoyons au très riche ouvrage collectif dirigé par De Jonge et Janssens (dir.), 2000.

10 Parker, 2002, p. 272. Voir également Janssens, 1993.

11 Versele, 2004a.

12 Secretan, 1990, p. 27 ; Mercier, 1933, p. 44 et Versele, 2004a, pp. 98-102.

13 Mout, 1987, pp. 120-121. Voir également Janssens, 1998.

14 Versele, 2004a, p. 99.

15 Il existe plusieurs éditions de ce texte dont l’Apologie de Guillaume de Nassau, prince d’Orange, contre l’édit de proscription publié en 1580 par Philippe II, Roi d’Espagne, 1858. Voir aussi Secretan, 1990, p. 46.

16 Mout, 1987, p. 120.

17 Secretan, 1990, p. 20.

18 Une autre classification de ces pamphlets est proposée dans Ibid., p. 20, note 2.

19 Voir par exemple le texte du compromis des nobles, ou celui de Jacques de Wesembeke, « Requeste des cheifs-villes au conseil de Brabant », présenté à Marguerite de Parme en 1566, et dans lequel il dénonce la politique espagnole (Secretan, 1990, p. 27 et pp. 35-36). Voir également la « Justification du saisissement et sequestration daulcuns Srs du Conseil d’Estat et aultres au pays baz » imprimée à Bruxelles par Michiel de Hamont, dit « Imprimeur juré de sa Maiesté » en 1576 et conservée aux Archives Générales de Simancas (AGS), E559, f° 68. Ces écrits sont en nombre à Simancas, comme cette « Relation des arguments dont se servent les rebelles pour se disculper, exposés en un imprimé flamand paru après la publication du pardon général », non datée : AGS, E558, f° 28. D’autres sont plus connus, pour avoir été édités, comme les Mémoires anonymes sur les troubles des Pays-Bas, 1565-1580, ou les Considérations sur le gouvernement des Pays-Bas.

20 Voir les lettres anonymes et chiffrées de Louis del Rio, conservées à Simancas, AGS, E567 (fos non numérotés).

21 Van Nierop, 1999, pp. 83-98.

22 Voir notamment celles évoquées dans la Correspondance de Philippe II sur les affaires des Pays-Bas, 1558-1577 (cité CP), t. I , p. 199 et t. II, p. 224.

23 Pensons au cas du malheureux Florent de Montmorency, 1528-1570.

24 Secretan, 1990, pp. 20-21 et Mout, 1984.

25 Versele, 2004a, p. 99.

26 Ibid., pp. 91-106.

27 Versele, 2006, pp. 274-275. Voir également Correspondance du Cardinal de Granvelle, 1565-1596, et les Papiers d’État du Cardinal de Granvelle d’après les manuscrits de la Bibliothèque de Besançon ; les archives madrilènes de l’Instituto Valencia de Don Juan et du Palacio de Liria regorgent de documents de ce type.

28 Versele, 2004a, pp. 81 et 83; AGS, E567, f° s.n.

29 AGS, E529, f° 87 passim.

30 CP, t. I, p. 384.

31 CP, t. I, p. 199. Contre les placards et l’Inquisition, voir par exemple un billet, affiché à Bruxelles et à Valenciennes, en flamand, traduit et envoyé au roi, conservé aux AGS, E 529, fos 133-134.

32 Secretan, 1990, p. 27.

33 Postma, 2000, pp. 157-176.

34 Dierickx, 1967.

35 CP, t. I, pp. 294-295.

36 Van Durme, 2000, p. 30 passim et notes.

37 Voir les pasquilles et billets retrouvés affichés ou distribués à Gand, Bruxelles, Valenciennes, Namur ou Anvers, évoqués aux AGS, E 529, fos 133-134, AGS E 550, f° 97 et CP, t. I, p. 384.

38 CP, t. I, pp. 450-451.

39 CP, t. I, p. 384 et Altmeyer, 1853, p. 40.

40 Voir, entre mille autres, ces évocations : AGS, E538, fos 23-24 : Écrits publiés par quelques « malintentionnés » qui prétendent les avoir trouvés chez Juan de Vargas à Anvers, titre intérieur : « copie des terribles articles rédigés par le duc d’Albe, de concert avec les douze de son Tribunal du sang » ; ou l’évocation de ces pasquilles, dans AGS, E536, f° 138.

41 Versele, 2004b, p. 173 et 2009, pp. 205-206.

42 Édit du 11 novembre 1568, retranscrit dans Vincent, 1867, p. 213.

43 Nous nous sommes essentiellement basée sur l’analyse de caricatures conservées au Rijksmuseum d’Amsterdam — que nous remercions de nous avoir autorisée à publier les documents présentés. D’autres fonds richissimes existent cependant. Voir notamment le catalogue de Knuttel, 1978 ainsi que les études de Tanis et Horst, 1993 ; de Agramme, inédit, et de Geurts, 1958.

44 Reiffenberg, 1838-1839, pp. 99-104. Une version peinte a été dernièrement acquise par le palais Granvelle de Besançon, où elle est toujours exposée.

45 Voir le petit ouvrage de Janssens, 2003.

46 Smolderen, 1972.

47 Comme Le fameux « Wilhelmus van Nassouwe », attribué à Marnix de Ste Aldegonde, et chanté comme hymne par les rebelles depuis 1574, ou La chanson des « Gueux de mer » conservée par le Meertens Instituut d’Amsterdam ou encore ce recueil de chansons « des Gueux » publié dès 1581 sous le titre : Een nieu Gueusen Lieden Boecxken, et dont bon nombre de textes attaquent également Albe. Voir aussi Altmeyer, 1853, p. 34, note 1 et p. 40, ainsi que Van Vloten, 1864, p. 393.

48 El Kenz, 2006.

49 Pour une approche historique de l’imprimerie dans les provinces, voir Vincent, 1867.

50 Imhof, 2010, pp. 229-230. Des traités de monarchomaques ont également été imprimés chez Plantin. Voir Mellet, 2007, p. 216.

51 Ces informations ont été collectées au musée Plantin-Moretus à Anvers.

52 CP, t. I, p. 294, note 2.

53 CP, t. I, p. 221.

54 CP, t. I, pp. 294-295.

55 Vincent, 1867, appendice III, pp. 152-162.

56 Ibid., p. 213.

57 CP, t. II, p. 674.

58 AGS, E541, f° 22 et CP, t. II, p. 91.

59 Vincent, 1867, appendice IV, pp. 162-163 : Lettres patentes nommant Christophe Plantin à l’office de prototypographe des Pays-Bas, 10 juin 1570.

60 CP, t. II, p. 111-112, Altmeyer, 1853, pp. 35-36.

61 Vincent, 1867, p. 38 et 214.

62 Ibid., p. 214 et CP, t. II, pp. 361-362 et 384.

63 CP, t. II, p. 664.

64 Vincent, 1867, p. 213.

65 Ibid.

66 AGS, E551, f° s.n.

67 AGS, E553, f° 43.

68 CP, t. II, pp. 267-268.

Table des illustrations

Titre Carte 1. — Les provinces au début du xviie siècle
Crédits Réalisation et © : Paul Delsalle et Claude Guyon.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 1. — Anonyme, Le trône du duc d’Albe, 1569
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 2. — Anonyme, Marguerite de Parme, Granvelle et le Pape soutenant la mission de Albe (1567), 1572
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Fig. 3. — Anonyme, Albe assassine les innocents du pays, ca 1572
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Fig. 4. — Anonyme, La mort de Don Juan et l’humiliation de Albe, 1578
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 5. — Anonyme, La peste de la tyrannie du duc d’Albe dans les provinces, ca. 1572
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Fig. 6. —
Crédits © Rijksmuseum, Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1896/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540