Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulèvements, révoltes, révolutions

 | 
Alain Hugon
, 
Alexandra Merle

Introduction

Alain Hugon et Alexandra Merle

Texte intégral

  • 1 Leonardo de Argensola, Alteraciones populares de Zaragoza ; Giraffi, Relatione delle Rivolutioni p (...)
  • 2 Valladares, 1998a et 1994.
  • 3 Maravall, 1963 ; Pérez, 1970.
  • 4 Jérez, 2007 ; Gómez Vozmediano (coord.), 2008.

1L’emploi des trois termes de soulèvements, révoltes et révolutions ne reflète qu’imparfaitement la variété des mots susceptibles de désigner les ruptures dans l’ordre politique qui se produisirent dans les diverses possessions des Habsbourg d’Espagne depuis le règne de Charles Quint jusqu’à celui de Charles II. Tumultes, troubles, turbulences, altérations, émeutes, motines, rébellions ou même « soulèvements d’État » : autant d’expressions plus ou moins pudiques employées en diverses langues par les contemporains pour qualifier les ruptures avec l’ordre établi au sein de sociétés dont le point commun était de partager le même souverain. De Bartolomé Leonardo de Argensola à Pablo Antonio de Tarsia, d’Alessandro Giraffi à Giovanni Battista Birago Avogadro, on rencontre une grande variété lexicale pour désigner les désordres, variété qui ne dépend pas uniquement de la diversité linguistique de l’empire espagnol1. En effet, l’historiographie récente n’apparaît guère plus à l’aise pour dénommer ces mouvements de contestation et il n’est pas rare de voir employer des termes différents pour mentionner le même objet d’étude ; suivant Rafael Valladares, la sécession portugaise déclenchée en 1640 est une rébellion et pose doublement la question de la restauration — pour légitimer le nouveau pouvoir des Bragance et pour le contester afin de rétablir le pouvoir de Philippe IV2. Si Joseph Pérez et José Antonio Maravall ont traité de la « révolution » des Comunidades3, on trouve bien souvent l’expression « guerre des Comunidades » pour désigner ce profond mouvement de rupture d’une partie de la société castillane avec le gouvernement monarchique4.

  • 5 Alcoberro, 1983 ; Simón i Tarrés, 2013 ; Serra, 1991 ; Elliott, 1963 et 1977.

2Du reste, le terme de « guerre » apparaît fréquemment sous la plume des contemporains pour décrire les violences entraînées par ces dissensions, non seulement dans la péninsule Ibérique ou à l’échelle de l’empire espagnol, mais aussi ailleurs en Europe. Ainsi Maiolino Bisaccioni, écrivant en 1653 sur les troubles politiques du milieu du xviie siècle, a-t-il intitulé son ouvrage Historia delle guerre civile de nostri tempi, ajoutant aux révoltes catalane et portugaise de 1640 et à celle de Naples d’autres mouvements survenus en France (la Fronde), en Angleterre (la révolution parlementaire), dans les états pontificaux (celle de Fermo) ou encore en Pologne et dans l’Empire ottoman. De fait, les violences politiques liées à la contestation de l’ordre établi peuvent se métamorphoser en guerres civiles en raison des violations de la concorde qui régnait prétendument autour du souverain. Le plus souvent, ces « guerres civiles » cachent pourtant une ou des interventions étrangères dont l’impact paraît non négligeable. Ces ambivalences lexicales autour de la notion de révolte se manifestent avec une particulière netteté quand on examine l’abondance des termes utilisés pour nommer la rupture collective de l’ordre politique qui eut lieu en juin 1640 en Catalogne. On parle tour à tour de « guerre de Sécession », de « guerre de Séparation », de « guerre dels Segadors », de « révolte catalane », de « révolution catalane » voire, plus simplement, de « rébellion » pour reprendre le titre espagnol de l’ouvrage de John. H. Elliott, dont l’original en anglais utilisait néanmoins le vocable de « révolte »5.

3Doit-on penser que cette diversité de vocabulaire serait liée à l’intention de mettre en lumière certains desseins, réels ou supposés, des protagonistes de la révolte ? Cette richesse lexicologique pour en rendre compte provient-elle de la difficulté, pour les contemporains comme pour les historiens, à caractériser ces mouvements de contestation ? La multiplicité des formes qu’ils revêtent et la variété des niveaux de rupture qu’ils atteignent entraînent-elles une impossible appréhension de ces phénomènes qui, débutant par de simples protestations, passent par des phases plus ou moins intenses de résistance et peuvent culminer avec une guerre civile qui se double parfois d’intervention extérieure ?

  • 6 McKay, 1999 ; Lorenzo Cadarso, 1996 ; Schaub 2001; Guillamon, Ruíz Ibañez, 2001 ; Fortea Pérez, Ge (...)
  • 7 Kamen, 1996 ; Elliott, 1991 ; Gil Pujol, 2006a.
  • 8 Gil Pujol, 2006b.
  • 9 Domínguez Ortiz, 1973 ; Gelabert, 2001.

4L’historiographie des révoltes dans le monde ibérique a largement insisté sur un double aspect des ruptures avec l’ordre établi. Le premier concerne les résistances et les conflits, les marginalités et les contestations, qui n’impliquent pas automatiquement de volonté propre de rupture. Qu’elles soient populaires ou nobiliaires, locales ou provinciales, ces contestations ont fait l’objet de plusieurs études depuis les années 1990, parmi lesquelles on peut citer les travaux de Ruth McKay et de Pedro Lorenzo Cadarso6. Leurs descriptions des tensions sociales, fiscales, politiques et judiciaires présentent l’avantage de souligner que l’absence de grandes révoltes n’implique aucunement l’absence de tensions, tant dans les rangs des élites qu’au sein du petit peuple. Néanmoins, leurs approches confirment un second aspect des contestations qui serait propre à la monarchie espagnole : l’inexistence de révoltes de grande ampleur sous les Habsbourg, du moins en ce qui concerne le cœur castillan de la monarchie après la répression des Comunidades. Henry Kamen et John H. Elliott se sont interrogés sur cette absence7. Récemment, Xavier Gil a relevé certains éléments propres au gouvernement de la Castille, insistant sur la capacité de négociation de la couronne, sur les potentialités médiatrices des élites de la société, capables d’imposer avec force un pacte social8. Néanmoins, certains événements n’en posent pas moins avec force des questions sur la rupture de l’équilibre économique, politique, social et religieux au sein même de la Castille ; les révoltes morisques du royaume de Grenade au cours du xvie siècle, le refus fiscal des Basques pendant les années 1630 et les « altérations » de la faim des Andalous de Séville, Cordoue et Grenade au cours des années 1640-1650 indiquent une forte présence d’une conflictualité qui débouche à plusieurs reprises sur de violentes confrontations9. Dans ce contexte, la plupart des historiens ont insisté sur la géographie sélective de ces mouvements collectifs de contestation car ils se trouvent tous situés à la périphérie de la Castille, principalement dans ses royaumes et territoires agrégés.

  • 10 Merluzzi, 2010 ; Salinero, 2014.

5De facto, les principaux épisodes se produisirent en bordure et à l’extérieur de la Castille, qu’il s’agisse du royaume d’Aragon, avec les « altérations » de 1591, de la sécession catalane avec la révolte des Segadors de 1640, de mouvements plus éloignés encore géographiquement, telles les révoltes de Sicile et de Naples en 1647 et 1648, ou la sécession des Pays-Bas qui déclencha la guerre de Trente Ans. Doit-on pousser encore vers des périphéries plus éloignées ? Étendre l’analyse aux mondes ibéro-américains et inclure par exemple les soulèvements des conquérants du Pérou et de Nouvelle-Espagne, récemment étudiés par Manfredi Merluzzi et Grégoire Salinero entre autres10 ?

  • 11 Gil Pujol, 2001b ; Hespanha, 1993 (sur « l’espace politique », pp. 85-121 et « centre-périphérie » (...)

6Cette géographie de la révolte au sein de l’empire ibérique a favorisé l’émergence d’analyses qui se fondent sur l’examen des relations entre les différents lieux du pouvoir monarchique. Dans les années 1990, cette grille de lecture s’est traduite en termes de rapports « centre-périphérie » qui ont retenu l’attention de nombreux historiens désireux d’étudier les tensions et leurs potentialités contestatrices, voire révolutionnaires11. Ce sont des clés interprétatives qui offrent des moyens pour déchiffrer les résistances locales face aux exigences de la monarchie. Elles permettent aussi des nuances sur le rôle et les fonctions du valido et des conseils royaux qui siégeaient auprès du souverain afin de les insérer dans des perspectives plus larges, à l’échelle des réseaux, que la seule interprétation du ministériat autoritaire. Ces perspectives se sont trouvées confortées par l’insistance récente à mettre en cause la notion même d’absolutisme conçue comme la force de l’État qui n’hésite pas à recourir à la violence face aux corps traditionnels alors que l’on assisterait au déploiement d’une administration centrale autoritaire, selon l’analyse traditionnelle de la « montée de l’absolutisme ». Cette mise en cause du « paradigme absolutiste » concerne non seulement les historiographies française et espagnole, mais plus généralement toute l’historiographie européenne. Une telle révision découle en grande partie de la nécessité de rompre avec les schémas évolutionnistes de l’histoire — en particulier la marche vers la modernité — et d’abandonner les références téléologiques qui lisaient les événements du passé avec les yeux du présent.

  • 12 Cosandey et Descimon, 2002.

7Les conséquences de ces nouvelles approches sont importantes : elles contribuent à l’abandon des critères traditionnels pour qualifier les révoltes. Ainsi, se trouvent relativisés la notion de programme de revendications des rebelles, la participation privilégiée de certaines catégories sociales mises en mouvement lors des contestations et le rapport des protagonistes avec l’autorité et avec la norme établies — alors qu’on distingue de plus en plus souvent ces dernières de « l’État »12.

  • 13 Voir l’article « Violence » dans Benigno, 2013, pp. 146-173.

8Qu’ils portent sur la variété du vocabulaire des révoltes ou sur la diversité des approches méthodologiques et conceptuelles, ces éléments alimentent notre démarche et expliquent la réunion des différentes contributions qui composent ce livre. Son propos est d’observer les diverses modalités d’expression de mouvements de révolte qui se produisent en des lieux et des temps différents au sein de la monarchie espagnole ; les termes de révolution, de révolte, de soulèvement, voire de guerre, empruntés par les historiens et par les contemporains, y sont employés sans rechercher une hypothétique modernité ou avant-garde dans des mouvements vus comme prémonitoires d’une révolution érigée en modèle. En revanche, les auteurs de ce volume s’attachent à prendre en considération l’aspect collectif de ces mouvements qui, par la médiation (c’est-à-dire le médium) de la violence13, remettent en cause la norme politique, la souveraineté du monarque et la légitimité de ses représentants (gouverneurs, corregidors, vice-rois, etc.). Cette volonté de rupture avec l’ordre établi pouvait tout aussi bien viser à un changement de régime politique qu’au retour rêvé d’un passé mythique ou à un âge d’or originel auquel on assignait toutes les qualités, notamment le respect des libertés et des fueros. Cependant le principal critère de sélection des mouvements de révolte retenus ici réside dans leur capacité à produire une argumentation politique à travers divers instruments et plusieurs moyens d’expression et de communication, qu’il s’agisse du texte, de la parole, de l’image, de la mise en scène, de l’usage des cérémonies, etc. Nous avons souhaité approcher le monde des révoltés par le biais de leurs productions culturelles, c’est-à-dire par la production de discours, qu’ils soient imagés, inscrits dans la pierre, œuvres de théâtre, simples chansons ou encore utilisation de nouveaux rites.

  • 14 Burke, 1983, 1987 et 2001 ; Bercé, 1976.
  • 15 Burke, 2001 ; Vauchez, 1999 ; Schmitt, 2002 ; Palos et Carrió-Invernizzi, 2008.
  • 16 Chartier, 1996 ; Bouza, 2010 ; Castillo Gómez et Sierra Blas, 2014.
  • 17 Carrier, 2004 ; Jouhaud, 1985 ; Hermant, 2012.

9Cette histoire des révoltes prises sous l’angle culturel s’efforce de tenir compte de divers antécédents : d’une part les analyses de l’anthropologie historique conduites par Peter Burke ou Yves-Marie Bercé pour les révoltes de l’époque moderne14 ; d’autre part, les apports des travaux de Jean-Claude Schmitt sur l’iconographie médiévale et de ceux de Joan-Lluís Palos sur l’usage de l’image au sein de la monarchie hispanique15, sans omettre l’analyse des pratiques de l’écrit et les études de Roger Chartier, Fernando Bouza et Antonio Castillo qui offrent de nouvelles perspectives sur ces révoltes16. La fécondité des réflexions sur les mazarinades, celles de Christian Jouhaud ou d’Hubert Carrier notamment, démontre tout l’intérêt que présentent ces « guerres de plumes » dans l’étude des révoltes17.

  • 18 Erben, 1999 ; Valladares, 1998b.

10Les productions culturelles constituent en effet des armes de combat utilisées par les protagonistes des révoltes au cours des affrontements entre tenants de l’ordre établi et contestataires ; les pamphlets, les rites et les représentations concourent à forger des stratégies politiques par le déploiement d’un argumentaire autour de revendications, et à élaborer des structures de légitimation par l’usage de liturgies collectives. Certains travaux, du reste, utilisent par exemple le théâtre pour approcher la restauration portugaise, ou les images pour étudier la façon dont les insurgés napolitains instrumentalisaient l’iconographie dans leurs combats au corps à corps contre les troupes de don Juan José d’Autriche18.

  • 19 Gradie, 2000 ; Prada, 2007.

11En raison même de son objet — qui n’est pas de faire l’histoire exhaustive des révoltes qui eurent lieu dans la monarchie hispanique en accordant à chacune une attention proportionnelle à son importance supposée, mais bien d’analyser des phénomènes récurrents dans l’emploi des productions culturelles au cours de ces mouvements — ce livre n’abordera pas toutes les révoltes du temps des Habsbourg et certaines seront indéniablement plus présentes que d’autres. Ainsi relèvera-t-on l’absence d’études sur la Sicile, sur le Milanais, sur la Sardaigne ou, en ce qui concerne l’espace péninsulaire, sur les Comunidades ou les altérations andalouses. D’autres espaces et d’autres temps sont mieux traités, comme la Catalogne avec la longue révolte de 1640 et celle des barretines, le royaume de Naples, voire le monde américain avec la révolte qu’affronta le représentant de la monarchie dans le Rio de la Plata au milieu du xviie siècle, et avec les soulèvements pizarristes au Pérou, mais nous n’avons pu malheureusement accorder la place qu’elles méritent à l’étude des nombreuses révoltes de Nouvelle-Espagne19.

12La première des quatre parties vise une approche des sources en tant que media véhiculant un certain nombre de codes et donc de présupposés que les rebelles et les autorités maîtrisent, utilisent ou récusent. L’étude de sources judiciaires, de correspondances, de pasquins ou d’autres documents éphémères modifie profondément l’appréhension que l’historien peut avoir de l’événement et de sa nature.

13Cette étude implique aussi de porter notre attention sur la communication et les voies de diffusion dont usent les acteurs des révoltes, sujet auquel est consacrée la deuxième partie de l’ouvrage. L’information, les modalités de sa rédaction et de sa diffusion, sa transmission technique par le moyen d’imprimeries, et donc d’imprimeurs, présupposent une organisation, un contrôle et une efficacité souvent difficiles à atteindre pour les rebelles. En revanche, leur usage par les autorités en temps de crise et de révolte renseigne sur les outils du politique.

14Par ailleurs, l’emploi de la ritualité et du cérémonial communautaires au cours des révoltes, ou ensuite, pour les éradiquer, constitue une autre arme d’une redoutable efficacité, qui se trouve ici observée dans plusieurs études de cas. L’acquisition et la conservation du consensus pour le groupe et par le groupe, qu’il soit insurgé ou partisan de la légitimité, expliquent l’importance considérable des fêtes et cérémonies dans le déroulement des révoltes, ce dont l’historiographie a déjà traité abondamment pour la Révolution française, mais moins attentivement pour le monde ibérique.

15Enfin, un quatrième temps est consacré à la circulation des modèles politiques, c’est-à-dire à la manière dont les idées et notions sont reprises, réemployées et fréquemment transformées pour les besoins politiques du moment. La récupération de modèles d’une révolte à l’autre n’exclut pas, dans le même temps, la production d’innovations volontaires ou involontaires au sein de ces modèles. Le recours au devoir de conseil, à la représentation et au Bien public, pour pérenne qu’il soit, n’interdit pas que ces notions puissent se trouver altérées ou utilisées différemment, tandis que surgissent des modèles mixtes, et parfois novateurs.

16Ces thématiques concernant les révoltes et les soulèvements dans le monde ibérique ne sont nullement propres à l’historiographie qui se développe dans les espaces méditerranéens ; elles témoignent de l’intérêt grandissant dans les sociétés contemporaines pour les questions liées à la production et à la circulation des idées et de la culture politique.

  • 20 Sur le programme (2008-2013), intitulé Tales of the Revolt. Memory, oblivion and identity in the L (...)
  • 21 Sur ce programme, Early-modern revolts as communicative events, on peut consulter la page : <http: (...)

17En ce moment en Europe, plusieurs groupes de chercheurs — historiens, civilisationnistes, historiens de l’art, etc. — travaillent et collaborent à cette lecture des révoltes par l’analyse de l’iconographie, de l’écrit et de ses usages, par l’étude de la communication politique, de sa circulation et par l’observation de la diffusion de l’information et des modèles politiques. Ainsi, Aux Pays-Bas, les recherches coordonnées par Judith Pollmann sur les conditions de la révolte hollandaise soulignent le poids des modèles politiques et de leurs vecteurs dans la transmission de la mémoire qui s’est perpétuée à partir de 156620. Autour de Malte Griesse, des observations importantes sont effectuées sur la révolte conçue comme espace de communication, par le moyen de divers médias21. Actuellement le programme « Cultures des révoltes et des révolutions », piloté dans le cadre de l’Agence Nationale pour la Recherche (CURR) regroupe une trentaine de chercheurs européens autour de l’analyse des productions culturelles et de leurs vecteurs au cours des révoltes des xive siècle au début du xviiie siècle. Les activités autour de ces collaborations se reflètent en partie dans les travaux rassemblés dans ce volume alors que des prolongements concernant d’autres espaces et traitant de thématiques plus spécifiques sont en préparation.

18Enfin, cet ouvrage n’aurait pas pu voir le jour sans l’appui de la Casa de Velázquez (École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques), à Madrid, qui nous a permis de réunir les auteurs de ce volume dans des conditions de travail remarquables lors d’un cycle de séminaires qui s’est tenu en 2013, et dont les collections ont accepté d’accueillir les résultats de ces rencontres. Que ses directeurs, Jean-Pierre Étienvre, puis Michel Bertrand en soient très vivement remerciés.

Notes

1 Leonardo de Argensola, Alteraciones populares de Zaragoza ; Giraffi, Relatione delle Rivolutioni popolari ; Birago Avogadro, Delle Historie memorabili ; Id., Turbolenze di Europa ; de Tarsia, Tumultos de la Ciudad.

2 Valladares, 1998a et 1994.

3 Maravall, 1963 ; Pérez, 1970.

4 Jérez, 2007 ; Gómez Vozmediano (coord.), 2008.

5 Alcoberro, 1983 ; Simón i Tarrés, 2013 ; Serra, 1991 ; Elliott, 1963 et 1977.

6 McKay, 1999 ; Lorenzo Cadarso, 1996 ; Schaub 2001; Guillamon, Ruíz Ibañez, 2001 ; Fortea Pérez, Gelabert, Mantecón, 2002.

7 Kamen, 1996 ; Elliott, 1991 ; Gil Pujol, 2006a.

8 Gil Pujol, 2006b.

9 Domínguez Ortiz, 1973 ; Gelabert, 2001.

10 Merluzzi, 2010 ; Salinero, 2014.

11 Gil Pujol, 2001b ; Hespanha, 1993 (sur « l’espace politique », pp. 85-121 et « centre-périphérie », pp. 123-150) ; Galasso, 2000 ; Sellers-García, 2014. Voir aussi, pour un examen critique de ce modèle des « révolutions périphériques » : Schaub, 1994.

12 Cosandey et Descimon, 2002.

13 Voir l’article « Violence » dans Benigno, 2013, pp. 146-173.

14 Burke, 1983, 1987 et 2001 ; Bercé, 1976.

15 Burke, 2001 ; Vauchez, 1999 ; Schmitt, 2002 ; Palos et Carrió-Invernizzi, 2008.

16 Chartier, 1996 ; Bouza, 2010 ; Castillo Gómez et Sierra Blas, 2014.

17 Carrier, 2004 ; Jouhaud, 1985 ; Hermant, 2012.

18 Erben, 1999 ; Valladares, 1998b.

19 Gradie, 2000 ; Prada, 2007.

20 Sur le programme (2008-2013), intitulé Tales of the Revolt. Memory, oblivion and identity in the Low Countries, 1566-1700, voir <http://www.hum.leiden.edu/history/talesoftherevolt/

>.

21 Sur ce programme, Early-modern revolts as communicative events, on peut consulter la page : <http://revolt.hypotheses.org/

>.

© Casa de Velázquez, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540