Version classiqueVersion mobile

Mémoires hispaniques

 | 
Patrick Le Roux

Hadrien sans Italica

Texte intégral

1« Les empereurs romains d’Espagne », colloque organisé à Madrid et à Italica en 1964 à l’initiative de R. Étienne, porte un libellé aujourd’hui quelque peu vieilli. Les princes concernés sont Trajan, Hadrien et Théodose. Les deux premiers avaient un lien familial avec la cité, voisine d’Hispalis (Séville) et desservie alors par un méandre du Guadalquivir ou Baetis aujourd’hui recoupé. Le troisième était originaire de Cauca, Coca, dans la province moderne de Ségovie. La formulation implique une revendication identitaire forte : ces empereurs, issus d’Espagne, incarnaient une hispanité glorieuse et féconde, signe de l’importance et de l’influence des provinces ibériques dans le monde romain sous l’Empire. Le thème était particulièrement intéressant et périlleux à l’aune de la méthode érudite. Les sources faisaient défaut. Trajan n’avait inspiré aucune biographie antique : Suétone s’arrêtait à la mort de Domitien ; l’Histoire Auguste commençait à Hadrien. Le Panégyrique de Pline le Jeune tenait lieu de texte de substitution. Théodose avait eu droit, lui aussi, à l’éloge prononcé à Rome du rhéteur Latinus Pacatus Drepanius. L’historiographie, même déficitaire, soulignait, sur le ton de la louange, la grandeur des Espagnols, maîtres de l’Empire romain. Hadrien semblait tenu partiellement à l’écart. L’homme était double et contrasté. Marguerite Yourcenar, dans ses « Mémoires » reconstituées, a essayé de rétablir la grandeur et l’humanité de celui qui fut un « bon empereur », une sorte de despote « éclairé », homme de culture, ami des arts et sensible à la beauté des corps, un intellectuel. Un Hadrien moderne. La statue qui suscita le portrait, conservée au British Museum et trouvée à Cyrène, était elle aussi reconstituée, cette fois sans soin, et n’avait donc jamais existé comme telle. Les normes historiographiques brouillent la recherche en déployant une ombre impressionniste plus que « scientifique » sur des dossiers fragilisés par l’esprit même des choix effectués.

Origines

2Il était de bon ton et de coutume pour les grandes familles aristocratiques de s’inventer des généalogies mythiques et prestigieuses. En apparence, la gens d’Hadrien, sans doute par manque d’ancienneté dans la nobilitas, ne chercha pas à rivaliser sur ce plan avec les grandes lignées patriciennes, celles parmi d’autres d’un Calpurnius Piso ou d’un Galba. L’ascendance remontait suffisamment loin pour donner lieu à des histoires de famille. Les quatre générations successives mesuraient la qualité de la noblesse lorsqu’il fallait la revendiquer.

L’ascendance

3Les sources entretiennent des doutes. L’incertitude a servi à accréditer l’image de l’empereur espagnol, originaire d’Andalousie. Selon le témoignage tardif d’Eutrope, en effet, c’est à Italica de Bétique qu’il serait né le 24 janvier 76. L’Histoire Auguste indique Rome. Derrière les affirmations, des préjugés. La revendication de la naissance à Italica, petite cité provinciale qui vit naître assurément Trajan, mettait l’accent sur deux caractéristiques de la lignée : son manque d’illustration directe et le rôle de la parenté avec Trajan qui rendrait compte de l’ascension du jeune homme. La fibre « espagnole » voudrait privilégier cette version. La naissance à Rome, capitale et maîtresse d’un empire « mondial », supposait une intégration à la plus haute aristocratie et incitait, nous l’avons dit, à faire remonter l’entrée au Sénat à au moins quatre générations, ce que l’Histoire Auguste accrédite. Rien n’est sûr. Une hypothèse parfois émise serait que la naissance romaine devrait tout au hasard d’un séjour romain du père. Si cela avait été le cas, un retour assez rapide à Italica eût été logique. Aucun écho dans la documentation n’en est audible. Le père, P. Aelius Hadrianus Afer, mort quand Hadrien avait dix ans, n’avait atteint que la préture. Il est vrai que les descendances nobles passaient par des hauts et des bas suivant les générations. Un déclin ou un recul ne pouvait jamais être tenu pour définitif, Sylla et César l’attestaient. Hadrien lui-même fut, semble-t-il, le premier de la famille à obtenir le consulat. La prosopographie peut être trompeuse : elle tend à décrire des ascensions régulières et inéluctables en l’espace de trois ou quatre générations. La réalité est plus compliquée et les chemins de la notoriété sont plus tortueux et imprévisibles. Tout se passait d’une part, comme si l’influence bienfaisante de Trajan, de plus de vingt ans son aîné, avait eu pour raison d’être principale Italica, justifiant le choix de la succession, d’autre part, comme si seule Rome pouvait être le berceau d’empereurs dignes de ce nom. La tradition sénatoriale ne badinait pas avec les quartiers de noblesse et méprisait volontiers les empereurs parvenus, issus le plus souvent des rangs de l’armée. Trajan laissa le souvenir d’un grand conquérant, ce qui ne relevait pas du même registre. Hadrien ne jouit pas particulièrement d’une réputation de grand soldat — ce qui ne signifie pas qu’il n’avait ni aptitude ni goût pour l’exercice militaire — mais laissa plutôt le souvenir d’un valeureux chasseur d’ours ou de lion.

4Le désir d’inclusion et d’intégration l’emporte. Les historiens ont l’habitude de distinguer entre une origine locale dite « indigène » et une immigration familiale plus ou moins précoce. Concernant Italica, il semble aisé de conclure à une souche ancienne d’Italiques ayant servi dans les armées de Scipion le futur « Africain » et installés dès l’origine dans ce qui apparaît au départ comme un fort (praesidium), un poste de surveillance plus qu’une ville. L’Histoire Auguste s’en fait l’écho dans le cas d’Hadrien en nommant l’autobiographie de l’empereur, ce qui n’exclut pas le recours à un lieu commun sans portée réelle. Hadrianus devrait son surnom, transmis par son père, à Hadria du Picenum qui est parfois confondue, à tort, avec celle qui occupait le golfe septentrional de la mer Adriatique. En termes stricts, l’origine serait donc Hadria. L’installation d’un ancêtre à Italica n’est pas exempte d’obscurités levées seulement a posteriori : l’arrivée à la fin du iie siècle ou au cours de la crise du ier siècle avant n. è. d’un personnage sans notoriété ayant favorisé l’ascension de la famille n’est pas impossible. Un changement de domicile ayant entraîné un changement de cité justifierait la mention d’Italica et non d’Hadria concernant l’origine. Dans la tradition historiographique et biographique romaine, l’attache italique était un signe primordial. Sur ce plan, Italica combinait tous les avantages : la cité portait le nom de la terre qui avait vu naître et croître la maîtresse du monde et suggérait que ses habitants étaient tous originaires de la péninsule Italique. Il est aisé de comprendre comment des lectures postérieures ont tiré le propos dans un sens national et identitaire que rien ne justifiait. L’origine alimentait l’idée que la tradition était bien établie et qu’une chaîne ancienne de générations existait bel et bien. La dimension familiale et sociale comptait principalement : le regard postérieur d’Hadrien sur Italica en apportera une confirmation. Surtout, la multiplicité d’origines était une réalité pour divers citoyens. Aucune n’était récusable et Hadrien restait originaire à la fois d’Hadria, d’Italica et de Rome, le commun domicile des sénateurs.

5L’identité impériale joue avec les origines qui se superposent sans s’annuler. Les ramifications créées par des alliances, les affinités étendent le réseau gentilice loin et conditionnent sa vigueur et sa renommée. Il est plus important que tout le reste que Trajan soit le possible cousin germain de son père, que Gadès soit l’origine de la famille maternelle, que les alliances aient joué en faveur de l’illustration de la lignée. Domitia Lucilla, la mère, peut-être la même que Domitia Paulina selon des hypothèses récentes, avait apporté aux Aelii prestige et noblesse. Ne l’oublions pas : ce n’est pas en Hispania que se nouaient les relations décisives mais à Rome même. Il n’y avait ni « clan espagnol » ni « cercle provincial » que n’appuie aucune source. Les interprétations allant en ce sens reposent sur la conviction nationale et identitaire moderne de l’historien prosopographe qui confond province, cité et État moderne. Trajan lui-même ne fut pas imposé par les Espagnols qui n’existaient pas à ce titre. C’est certes un autre Hispanique, M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus de Liria des Édétans qui essaya de s’opposer à son pouvoir au début de son accession. La cité du compétiteur se situait dans la province Citérieure non en Bétique Ultérieure. Nerva, qui avait élu l’enfant d’Italica comme successeur, était issu de l’entourage de Néron et n’avait pas d’attaches hispaniques particulières. Le lien de parenté entre Trajan et Hadrien a assurément joué un rôle, ce qui explique et la carrière rapide du jeune sénateur et le flou des circonstances qui entourèrent son choix comme Auguste. Le pouvoir impérial romain ne prenait appui que sur lui-même, la domus, non sur des territoires à caractère identitaire et originaire. La « Maison » impériale pouvait s’étendre au gré des stratégies à des parentés éloignées : depuis Auguste, l’objectif consistait à la fois à ne pas manquer d’héritier choisi et à éviter les conflits d’ambition vite déchaînés en cas de vacance ou de contestation. Les relations sociales l’emportaient sur les territoires dont la géographie n’était qu’un élément exogène, sauf à coïncider avec d’autres données d’ordre politique et familial.

6L’enfance, le lieu et la manière dont il vécut jusqu’à l’âge adulte ne sont guère relatés. Hadrien était âgé de neuf ou dix ans quand mourut son père, lequel n’avait qu’à peine quarante ans. C’est à Rome que fut sans doute décidée la tutelle de Trajan, déjà engagé dans la carrière sénatoriale, et de P. Acilius Attianus le futur préfet du prétoire de 117-118. Entre onze et seize ans, sous l’égide du grammairien Terentius Scaurus, le jeune Hadrien fut initié, également à Rome, à la langue, à la littérature et à l’histoire. Il paraît difficile d’attribuer à la seule Italica la culture en latin et en grec qui fit de lui un bon écrivain et un esprit curieux de tout. L’Histoire Auguste signale un séjour à Italica vers 90-91, vite écourté à la demande de Trajan. Le raccourci abrupt de la narration ne signifie pas avec certitude que la cité de Bétique l’avait intégré au collège local des iuvenes. L’enchaînement suggère davantage un fait mal relié aux séquences chronologiques attestées ou un séjour interrompu par l’entrée au service militaire hors de la cité. Dès lors, il fut engagé dans une carrière rapide qui le conduisit au consulat en 108, à l’âge de trente-deux ans. Autant qu’on le sache, il ne revint jamais à Italica.

Italica, cité de Bétique

7La prosopographie écrite selon les règles et les constructions dominantes est trompeuse. Rien ne montre que des filières, des milieux urbains, des géographies définies contribuaient à l’éclosion et à l’ascension de familles locales. Les mêmes ingrédients produisaient ou non des résultats identiques. Il est notable que ce ne soient pas obligatoirement les cités les plus importantes qui ont forgé les familles de sénateurs les plus puissantes. En revanche, le cas de Trajan et d’Hadrien signale que des amitiés, des relations familiales et sociales firent plus pour les itinéraires individuels que des lois supposées ou des parcours patiemment expérimentés au gré des générations. La dimension personnelle, les hasards des évolutions politiques, les protections et les aptitudes à les rendre efficaces créaient les conditions d’accès aux postes les plus élevés pour ceux qui en avaient les moyens matériels et le souhait. Trajan et Hadrien naquirent dans des parentés liées aux milieux sénatoriaux romains, ce qui ne veut pas dire « espagnols ».

8Italica, de statut pour nous indéterminé en l’absence de documents explicites concernant la période entre 206 av. J.-C. et Auguste, n’aurait eu qu’une renommée historiographique médiocre si Trajan n’en avait pas été originaire. Au gré des fluctuations des opinions dominantes, la ville est tenue pour installée sur un sol inoccupé ou au contraire pour avoir pris la suite d’un établissement turdétan, ce qui demeure anecdotique dans l’histoire urbaine du site. Il semble que la population italique présente sur place ait conduit les belligérants des guerres civiles à chercher à l’attirer dans leur camp. Malgré le choix du parti de Pompée puis de ses fils, qu’il faut éviter de lier sans autre examen à l’origine picentine des premiers occupants, la cité ne tira ni bénéfice ni mauvaise réputation particulière des épisodes de la guerre entre 49 et 45 av. J.-C. L’opposition à Q. Cassius Longinus en 48, représentant de César, plaça sur le devant de la scène moins Italica même que des Italicenses. La présence alentour d’une région minière n’intervint pas davantage, car les exploitants et les commerçants étaient étrangers le plus souvent aux cités locales. Au mieux, une communauté pouvait recevoir des avantages par le biais de vectigals et par la possession collective de mines. L’agriculture était sur le plan individuel certainement plus efficace et mieux considérée socialement. Nous n’avons pas d’exemple d’ascension sociale d’un petit exploitant de mines enrichi par sa production. L’inverse en revanche est attesté. Il est par ailleurs frappant que les seuls chevaliers et sénateurs répertoriés à ce jour comme originaires d’Italica fassent partie des cercles de Trajan et Hadrien. Pline l’Ancien se contente d’intégrer l’oppidum d’Italica dans une énumération relative aux villes du conventus d’Hispalis et n’éprouve pas le besoin de préciser son statut ni quoi que ce soit qui évoque un passé prestigieux. La cité ne méritait aucune attention spéciale. Son statut latin est probable dès la fin de la République mais le rang n’est pas décelable. Une inscription précoce provenant du secteur du théâtre indique sans doute un municipium au début de l’Empire.

9Les historiographies antique et moderne ont en commun de mettre l’accent sur ce qui peut grandir ou magnifier un événement, un lieu, un personnage, une cité, un monument. La commémoration déforme et donne une importance excessive à un passé choisi. Italica ne peut pas avoir été une cité quelconque dans la province de Bétique, voire en Hispania pour qui lui porte une affection particulière. Les vestiges, les inscriptions, l’étendue du périmètre urbain parleraient d’eux-mêmes. Pourtant, le forum, le théâtre, la muraille la faisaient ressembler à des dizaines d’autres villes de la province dont la notoriété fut bien moindre. Je ne saurais dire combien d’habitants elle abritait à l’époque de la jeunesse de Trajan ou d’Hadrien : la superficie originelle de 13,5 ha équivalait à la ville intra-muros de Bælo, ce qui autorise une évaluation abstraite de la population à 2000 personnes environ. Les terres de l’Aljarafe, aux eaux abondantes, étaient riches et favorables à l’olivier et aux céréales. Les notables devaient leur pouvoir à l’agriculture et à la fortune foncière. Un lien existait entre toutes ces activités car l’apprentissage d’une bonne gestion d’un patrimoine familial constituait une préparation efficace à l’administration d’une cité et des affaires municipales. Toutefois, à Italica, une famille n’avait pas besoin de posséder un cens sénatorial ni même équestre pour occuper le devant de la scène locale. Il est assez peu vraisemblable que les familles les plus importantes et les plus dynamiques aient limité leurs propriétés au territoire de leur cité. Les héritages, les alliances, les acquisitions cumulés patiemment par les plus aisés arrondissaient un patrimoine digne de l’accès aux ordres romains. Il est difficile de proposer une source dominante d’enrichissement au point de départ de l’ascension familiale. La vraisemblance milite pour des activités diversifiées et complémentaires qui façonnaient une fortune foncière. Les familles très riches et ambitieuses n’étaient sans doute pas très nombreuses à Italica au ier siècle de l’Empire. Les personnes à titre individuel, les choix et la volonté d’ascension engageaient une famille derrière un rejeton ou plusieurs enfants afin de favoriser le succès recherché.

10Les élites d’Italica entretenaient sans aucun doute des relations avec celles de Séville dont la prospérité fut réelle et précoce. Les protections, les privilèges, les faveurs, la possibilité de trouver des débouchés aux activités qui conditionnaient la visibilité de telle ou telle unité familiale passaient par l’ouverture sur l’extérieur, les alliances, les amitiés et la tutelle des enfants. La tenue des assises judiciaires créait des conditions favorables aux rencontres, aux contacts régulièrement entretenus, aux solidarités de toute sorte, on dirait aujourd’hui aux « connexions ». Hispalis était le lieu auquel devaient se rendre les justiciables d’Italica. C’était également l’occasion d’approcher le gouverneur, un proconsul, et le procurateur équestre. Les sollicitations, les recommandations, les pétitions destinées à l’empereur prenaient forme dans ce creuset de relations sociales et politiques que faisait naître chaque capitale administrative. Il n’y avait là rien d’institutionnel et les intrigues éventuelles concernaient les carrières mais non des politiques provinciales. Un degré supplémentaire était constitué par la capitale de la province, Cordoue, la résidence ordinaire du gouverneur et la ville de célébration des fêtes annuelles du culte adressé aux empereurs. Pour s’y rendre, il fallait appartenir à la délégation officielle de sa cité. La sélection comportait en principe les notables les plus en vue ou des personnalités jugées prééminentes. Dans ce que l’on a justement appelé une « société du face à face », les rapports humains passaient par des hiérarchies non dites, nombreuses, qui n’étaient pas toutes codifiées, sauf à concerner le fonctionnement du groupe dirigeant et l’accès à l’élite locale. L’Italica de la jeunesse de Trajan et d’Hadrien ne relevait, autant qu’on le sache d’aucun privilège ni statut privilégié. Ce n’est pas à elle qu’auraient pensé les décideurs et les sénateurs influents s’il avait fallu indiquer la première cité provinciale susceptible de fournir un empereur. Sans le règne jugé catastrophique, en partie à tort mais en partie seulement, de Domitien, sans la promotion de Nerva et sa mort rapide il est probable qu’Italica n’aurait jamais vu naître un futur empereur. Archéologiquement, la ville quadrupla sa superficie sous Hadrien couvrant 51,1 ha.

Dessous d’un voyage

11Le parcours d’Hadrien montra que Trajan le comptait parmi ses favoris et éprouvait pour le jeune homme une affection dont il n’est pas sûr qu’elle eût quelque chose à voir avec la tutelle exercée en tant que cousin. Les qualités d’Hadrien autorisèrent une carrière rapide, mais il ne fut pas dispensé de l’un ou l’autre des échelons. Les tentatives pour l’éloigner des faveurs de Trajan, présentées parfois comme de caractère homosexuel, furent également nombreuses, sans doute de la part de rivaux jaloux à en juger par l’Histoire Auguste. Elles échouèrent quand le jeune homme fut uni en 100 à Vibia Sabina (« Sabine ») et devint ainsi le petit-neveu par alliance de l’empereur. L’influence de Licinius Sura, qui arrangea le mariage, préserva Hadrien aux yeux de Trajan. La mort de Sura ne peut être datée qu’entre 108 et 117, faute de documents plus précis. Commencé par la questure vers 101, le cursus fut rapide jusqu’au consulat en 108, nous l’avons dit. Les charges militaires n’en furent pas absentes mais ne concernèrent à aucun moment la péninsule Ibérique.

Des Italici

12Peu importe ici que les portraits de l’empereur Hadrien soient ballottés entre différentes représentations possibles du personnage, de sa personnalité, de ses goûts, de ses travers, de ses contradictions. Qu’il ait cherché à se démarquer de Trajan relevait de l’esprit même du principat. Tout nouvel empereur se devait de suivre le modèle du prédécesseur s’il avait reçu la sanction du bon empereur, la consécration lors du décès. À l’inverse, le successeur avait à faire la preuve de sa capacité d’adaptation aux réalités évolutives de l’Empire, à choisir des terrains d’action et des formes d’autorité qui porteraient son empreinte sans compromettre les acquisitions antérieures. Sous cet angle, il est très probable que la volonté de privilégier les tournées d’inspection dans les provinces et la consolidation des résultats aient constitué un choix visant à se distinguer de Trajan, auteur de grandes expéditions attaché aux titres rappelant les victoires sur les Barbares. Hadrien reflète à sa manière un trait propre à l’Empire romain et aux communautés politiques antiques, la place de l’administration fondée sur la loi et le droit considérée comme l’art de maîtriser efficacement les techniques de gouvernement. Dans une société étrangère à nos technologies sophistiquées et à nos pratiques industrielles, financières et économiques, utilisant en priorité les mathématiques pour leurs applications architecturales et mécaniques, les techniques rodées de gouvernement et de contrôle des populations tenaient lieu d’instrument de pouvoir supérieur avant même l’art de la guerre. Un pouvoir itinérant n’était pas une curiosité dans l’Antiquité. Les personnels administratifs, les archives, les dossiers, des artisans et spécialistes férus de science et d’art et même des soldats suivaient le titulaire dans ses expéditions, voyages et pérégrinations ou simplement déplacements vers une résidence plus paisible que le Palatin. On calcule habituellement que l’empereur Hadrien a bougé durant près de la moitié de son règne, en vérité une dizaine d’années, pour visiter des territoires situés hors d’Italie.

13C’est donc par le biais de la discipline, de l’entretien matériel et de l’organisation administrative qu’Hadrien aborda lors de ses voyages les provinces de l’Empire et les problèmes de leurs armées. Plus que la guerre et la gloire de conquérir, il cultiva la restauration d’un des instruments indispensables au maintien de la puissance de Rome, les unités militaires, légions et corps auxiliaires. Il aimait les inventaires. Il ne faut donc pas se méprendre. D’une part, lorsque l’Histoire Auguste parle de son attention pour les reditus des provinces, il s’agit comme l’indique le mot des recettes financières que procurait chacune au trésor impérial et non de politiques d’organisation économique et commerciale de l’Empire conçu comme une totalité. D’autre part, quand il s’intéresse aux armées provinciales, s’adresse aux unités après l’exercice, flatte sur ses monnaies les soldats de tel ou tel secteur, il protège son pouvoir plus que les provinciaux et cherche à éviter des rébellions inutiles. Quant aux murs breton ou rhétique, ils attestaient l’ingéniosité des constructeurs et inventeurs romains chez un empereur féru d’architecture. Il en allait aussi de la visibilité de la puissance de Rome que ne pouvaient négliger les Barbares. Hadrien regardait vers l’avenir, lui le promoteur de l’éternité de Rome dont il avait paradoxalement fixé la naissance au 21 avril. Il n’était guère préoccupé par la péninsule Ibérique ni par la cité d’Italica. Le denier des années 134-138 de l’atelier de Rome entre dans la série des monnaies stéréotypées des représentations des provinces et ne fait place à aucune originalité de l’Hispania en dehors du symbole bien connu du lapin dont un écho existe chez Strabon. Comme dans le cas des émissions relatives à l’Afrique ou à la Sicile parmi d’autres, Hadrien en toge et défini comme restitutor relève l’Espagne agenouillée tenant un rameau (d’olivier ?) dans la main gauche. Le rétablissement de l’empire, effet d’une attention permanente de l’empereur envers les provinces, reposait sur la paix et la dignité des territoires soumis au contrôle du centre romain incarné par la personne impériale.

14Il n’y eut aucun traitement de faveur. Hadrien ne vint dans la Péninsule qu’une seule fois. C’est à Tarragone, sans doute à l’hiver 122-123, qu’il séjourna. La colonie était le siège du gouvernement de la province Citérieure, la seule à posséder une armée. Celle-ci, cantonnée dans le Nord-Ouest, ne reçut pas la visite de l’empereur, ne serait-ce qu’en raison de la saison défavorable à un long déplacement dans des régions froides et humides. Cet aspect n’intervenait en aucune façon pour Italica où il ne se rendit pas non plus. Il ne s’agissait ni de tourisme ni de mémoire familiale, et la modeste cité des bords du Bætis, lointaine, ne réclamait pas une telle dévotion patriotique, d’autant plus que le prince n’y était pas né, nous l’avons dit. La remise en ordre de marche des garnisons et la surveillance renforcée des provinces constituaient assurément le but principal du déplacement. C’est ce que souligne également un passage longuement commenté mais mal éclairci de l’Histoire Auguste (XII, 3-5) :

Puis il gagna les Espagnes et hiverna à Tarragone où il restaura à ses frais le temple d’Auguste. Tous les Hispani furent convoqués à Tarragone pour un conventus et comme, selon les mots même de Marius Maximus, la levée militaire avait été raillée et refusée, par les Italici avec véhémence, par les autres avec prudence, il prit habilement sa décision. C’est à cette époque qu’il courut non sans gloire un très grave danger : tandis qu’il se promenait à Tarragone dans un jardin, un esclave de son hôte se jeta sur lui avec une épée comme un véritable fou ; Hadrien l’arrêta, le remit aux serviteurs qui accouraient et, quand on eut constaté qu’il était vraiment fou, il le fit soigner par des médecins, nullement ému.

15L’incident mettant en scène l’esclave n’a de raison d’être que sa localisation à Tarragone. Il est toujours possible de penser, malgré l’attitude stoïque de l’empereur, qu’Hadrien en garda un mauvais souvenir et fut ainsi dissuadé de revenir dans la Péninsule. Ce n’est qu’une hypothèse qui table sur la superstition impériale. Le sens de l’anecdote oriente vers les périls auxquels s’exposait la personne du Prince en permanence, sans qu’il faille y voir une marque d’indignité. Au contraire, c’est la maîtrise de soi qui est mise en exergue, au bénéfice d’Hadrien. Concernant le recrutement, le passage est contesté et confus. Le jeu sur Italica et Italici parfois retenu ne convient pas : les habitants d’Italica étaient des Italicenses. Que les Italici soient les citoyens originaires d’Italie ou les citoyens originaires de cités de droit italique, le résultat est le même : en principe, les uns et les autres étaient dispensés de service dans les légions et les corps auxiliaires. Les railleries ne se comprennent guère pour autant, sauf à souligner que l’empereur ne pouvait pas se substituer au gouverneur sur ce point. Hadrien se serait montré maladroit. Un deuxième trait intrigue : l’idée du conventus. La pratique en vigueur sous la République, notamment lors de la guerre civile, n’avait plus la même signification sous l’Empire depuis la création des circonscriptions judiciaires du même nom lesquelles, par ailleurs, ne servaient pas de cadre au recrutement. Celui-ci avait aussi changé de formule avec l’institution de l’armée permanente et l’empereur ne s’abaissait guère habituellement à ces pratiques à l’exception de la mise sur pied d’unités nouvelles d’Italiques ou de soldats d’élite à la manière de Néron. Il semble qu’il y ait là un anachronisme de la source, peu fiable en ce cas. Quoi qu’il en ait été, Tarragone ne pouvait pas prétendre rassembler toutes les élites d’Hispania qui ne peut correspondre pour la convocation qu’à la province Citérieure. L’assemblée provinciale était le concilium. La réunion aurait eu quelque chose d’informel, rappelant l’autoritarisme d’un César. Encore une fois, l’identité hispanique est incertaine et floue. Toute autre interprétation prendrait le risque de déformer le sens au nom de réalités actuelles.

16L’empereur s’est comporté avant tout en empereur et la reconstruction du temple d’Auguste l’atteste aussi. À aucun moment Italica n’a constitué un but ni n’a fait l’objet d’un projet précis. Peut-être les Italicenses ont-ils mis à profit le séjour à Tarragone pour envoyer une ambassade que suggère la demande de recevoir le rang de colonie ?

« Colonia Aelia »

17Le changement de statut impliquait un changement du nom. Italica dont le nom complet antérieur n’est pas sûr devint pour les lapicides locaux C. A. A. I., colonia Aelia Augusta Italicensium. L’adjectif au génitif pluriel indique que la communauté n’était que la somme de ses habitants ou citoyens de la cité en dehors desquels elle n’avait pas d’existence propre malgré les institutions présidant à son gouvernement. L’histoire doit à l’origo d’Hadrien un commentaire inattendu sur les circonstances de la création de la colonie rapportées en particulier par Aulu Gelle :

Citoyens municipaux (municipes) et villes municipales (municipia) sont des mots communs et d’usage fréquent, dont tout le monde pense entendre parfaitement la signification. Cependant il n’en est point tout à fait ainsi : en trouve-t-on beaucoup qui, originaires d’une colonie romaine, ne s’en disent pas municeps, et n’appellent pas leurs concitoyens des municipes ? Mais, quelle erreur ! Nous ignorons ce qui constitue les municipia, quel est leur statut, en quoi ils diffèrent des colonies, et nous croyons que celles-ci possèdent une condition meilleure que ceux-là.
Sur les erreurs liées à cette opinion si répandue, le divin Hadrien a disputé savamment dans le discours qu’il a prononcé au Sénat « sur les habitants d’Italica », dont il était originaire. Je suis fort surpris, dit l’empereur, de ce que les citoyens d’Italica, et quelques autres anciennes villes municipales parmi lesquelles on peut nommer Utique, pouvant se gouverner par leurs lois et leurs coutumes, aient témoigné un si vif désir d’acquérir le droit des colonies. Rappelez-vous que les habitants de Préneste firent les derniers efforts et eurent recours aux plus humbles supplications pour obtenir de l’empereur Tibère de passer du rang de colonie à celui de ville municipale, ce qu’il leur accorda comme une faveur, parce qu’il avait été guéri sur leur territoire, près de leurs murs, d’une maladie mortelle.
Les municipes sont donc des citoyens romains originaires des villes municipes, utilisant leurs lois et leur droit, partageant seulement avec le peuple romain les charges honorifiques locales — ils semblent avoir reçu leur nom parce qu’ils assument une charge (munus capessere) — ; ils ne sont liés à aucune obligation, à aucune loi du peuple romain, à moins que leur peuple ne les ait ratifiées. […]
Les colonies ont bien d’autres obligations. En effet, elles ne viennent pas de l’extérieur dans la cité (romaine) et n’ont pas leurs racines propres ; mais elles sont comme des émanations de la cité et elles possèdent tous les droits et les institutions du peuple romain, sans avoir le choix. Quoique les colonies soient moins libres et beaucoup plus assujetties que les villes municipales, elles paraissent néanmoins posséder un statut plus enviable à cause de la grandeur et de la majesté du peuple romain, dont elles sont des images en réduction, en quelque sorte des reproductions. Surtout les municipes ont laissé le temps obscurcir la plupart de leurs droits et ne s’en servent plus faute de les connaître.

  • 1 Aulu Gelle, Nuits Attiques, XVI, 13, d’après F. Jacques.

18Le texte d’Aulu Gelle1, célèbre surtout pour ses obscurités, ne fait pas allusion à un lien direct entre les deux événements, le déplacement en Espagne et l’octroi du statut colonial. Il note même ouvertement que c’est par un discours au Sénat à Rome qu’Hadrien montra sa réticence à accorder ce privilège. Aulu Gelle ne clarifie pas la compréhension des statuts variés des villes municipales et coloniales qu’il limite d’ailleurs aux cités de droit romain. Un parfum d’archaïsme et d’anachronisme semble dominer. Celui-ci est dû aussi en grande partie à Hadrien lui-même, dont le deuxième et le troisième paragraphe du texte, ici tronqué, rapportent pour ainsi dire les propos mêmes de l’empereur et mettent en exergue les exemples qu’il avait lui-même allégués devant le Sénat. L’évocation d’Utique atteste, par ailleurs, que le cas d’Italica ne fut pas unique ni lié à la personne impériale. En dépit de l’argumentation, le résultat ponctué par la promotion au rang de colonie de la cité de Bétique montre que le titre était considéré comme honorifique et prestigieux. Il n’allait pas sans conséquences financières qui explicitent le mieux les réserves impériales. L’épigraphie, nous venons de le voir, attribue le nom impérial de colonia Aelia Augusta à la ville, procédure normale sous l’Empire puisque l’empereur est le seul fondateur légal des colonies désormais. Aulu Gelle signale ailleurs qu’Hadrien fut nommé duumvir quinquennal, honneur improbable s’il avait refusé la promotion et n’avait pas accepté de devenir son patron et protecteur.

19Comme il a été dit plus haut, la colonie marqua sa nouvelle dignité par la mise en place d’une portion de sol urbain de plan orthonormé accolé à l’ancien oppidum et deux fois plus étendue que celui-ci. Tout y fut plus imposant que précédemment, les rues, les maisons, les édifices publics mais le forum fut toujours celui de la première ville et il accueillit des effigies et statues de l’empereur Hadrien. Un Traianeum fut construit au point culminant du site au sein de la ville nouvelle. Deux raisons à ce choix : Trajan était le père adoptif d’Hadrien et était né à Italica. Il faut ajouter que le conquérant de la Dacie passa pour le meilleur des empereurs et fut admis parmi les dieux par la consécration à Rome. Son temple abrita certainement diverses cérémonies plus particulièrement associées aux cultes destinés aux empereurs vivants et morts. Les opérations touchèrent cependant aussi la vielle ville, particulièrement le théâtre, rénové. Un nouvel aqueduc témoigna de l’importance accordée à la question de l’eau et de son rôle urbain. Il est difficile de savoir jusqu’à quel point l’aide et la générosité de l’empereur participèrent à ces travaux et embellissements. Dion Cassius, ou plutôt le résumé de Xiphilin, indique qu’il ne fut pas avare envers Italica mais le passage est de convention et ne dit rien de précis. Un rempart, un temple, des améliorations et des restaurations de portiques et monuments publics faisaient partie d’une panoplie bien rodée concernant les bienfaits impériaux, notamment à la faveur d’une promotion politique qui coûtait cher, nous l’avons dit. En général, les empereurs évitaient des dépenses directes provenant du Trésor et agissaient par le biais de remises fiscales plus ou moins libérales.

20Des mesures de ce type furent prises au bénéfice d’autres cités à travers tout le monde romain. La liste en est assez longue, trop pour être énumérée et analysée. La capitale romaine reçut toutes les attentions, ce qui constituait un devoir impérial depuis César. Italica n’eut donc pas à proprement parler de régime exceptionnel de faveur. La seule qui eût convenu aurait été une visite en qualité d’Auguste. Elle ne se fit pas et ne fut pas même envisagée.

L’héritier et les Espagnes

21La question de la succession est l’une des plus embrouillées en apparence dans les sources anciennes de tradition sénatoriale et promptes à dénoncer la monarchie préservée par la mainmise d’une famille sur la direction de l’imperium. Il ne s’agit pas particulièrement de celle d’Hadrien, mais de l’esprit qui présidait à la mise en place d’un héritier sous l’Empire et des obstacles qu’il convenait de contourner pour assurer le passage paisible du pouvoir. Les modèles inspirés des régimes monarchiques modernes ont conduit à des conclusions le plus souvent plaquées ou formulées à partir d’indices ténus et fragiles, improbables ou improuvables. D’un excès à l’autre, les raisonnements sont passés d’un échec augustéen dû à une volonté de masquer la réalité monarchique d’un pouvoir qui ne pouvait l’affirmer, sauf à vouloir rallumer la guerre civile, à la mise en place patiente de principes dynastiques habilement élaborés qui préfiguraient la règle de l’hérédité des grandes monarchies postérieures. Ni échec ni réussite, la succession au pouvoir impérial a reposé sur l’absence de règle contraignante. Le principe avancé fut la recherche du membre de la domus, c’est-à-dire de la famille élargie centrée sur l’empereur qui en dessinait librement les contours, jugé apte ou légitime selon les circonstances. L’homme désigné était adopté et devenait le fils de l’empereur précédent, sauf s’il l’était par le sang ce qui arriva sous les Flaviens. L’évolution montra que la désignation ou le choix suggéré du successeur était une condition indispensable à une transition pacifique. La vacance du pouvoir et l’absence de successeur choisi ou possible au sein de la famille à la mort de Néron engendrèrent une compétition armée seule susceptible de faire élire un vainqueur. Deux solutions alternèrent selon les époques : l’hérédité et le choix du meilleur.

Une succession ordinaire

22Le Panégyrique de Trajan par Pline le Jeune a servi à fonder historiographiquement l’idée d’un principe de succession par adoption opposé à l’hérédité par le sang. Il n’est pas sûr que le sénateur ami de l’empereur ait vu en l’affaire autre chose qu’un signe supplémentaire de la supériorité de Trajan sur le « monstre » Domitien au nom des valeurs stoïciennes et sénatoriales. Ce n’est que par esprit de système abusif que l’on dira qu’à partir de cette époque deux théories s’affrontaient, l’une civile, le choix du meilleur, et l’autre militaire, l’hérédité. Il serait plus juste de dire que la guerre civile et l’instabilité favorisèrent les solutions pragmatiques et donc l’appel à l’un des fils lorsque le nouveau prétendant en possédait. Ces cas de figure fleurirent au iiie siècle au plus fort des crises militaires, d’où l’idée hâtive que l’hérédité avait la préférence des soldats. Il est tout aussi superficiel de croire que les sénateurs étaient tous et majoritairement des civils peu conscients des réalités militaires, comme il est trop simple de présenter les empereurs-soldats comme des soudards au front bas toujours prêts à en découdre : Trajan atteste l’inverse assurément.

23M. Yourcenar a retracé avec talent et finesse les dernières années d’Hadrien déjà affecté par la disparition d’Antinous dont il fut très épris, sans qu’il faille nécessairement invoquer l’hellénisme impérial pour rendre compte de la passion dévorante. La romancière invite le lecteur à découvrir les pensées quotidiennes et intimes de l’empereur préoccupé par l’affaiblissement de ses forces physiques et par la maladie. L’homme vieillissant qui avait toujours cultivé son corps et eu soin de son entretien, plaçant dans l’exploit sportif du chasseur le témoignage et le symbole de sa vigueur exceptionnelle, ressentit profondément les atteintes relativement précoces de la maladie et l’obsession de la mort qu’il aurait voulu attendre « les yeux ouverts ». C’est à partir de 136 que les signes de déclin devinrent irréfutables. Hadrien n’avait pas de fils. Son tombeau, aujourd’hui le Château Saint-Ange à Rome, surplombant le Tibre, avait été préparé longtemps à l’avance, les travaux débutant dès 123 d’après les briques intégrées à la construction, au plus tard à partir de 130 selon les hypothèses historiographiques majoritaires. L’expérience de son propre avènement conseillait de même une solution réfléchie et arrêtée à temps, avant que la mort ne le surprît. Les relations avec le Sénat étaient mauvaises et continuaient à se détériorer. La consécration n’était pas acquise, la reconnaissance du successeur désigné pas davantage. Trajan lui-même avait hésité et, comme nous l’avons vu, il n’était pas sûr qu’il ait expressément adopté Hadrien tout en ayant manifesté sa préférence. La mort d’un Auguste, la dévolution de son héritage sont des morceaux de choix pour l’invention rhétorique et théâtrale. Il y faut une part d’ombre que des indices isolés et incertains suggèrent au nom d’une science exemplaire de l’intrigue qui caractérise l’entourage dans ces instants durant lesquels l’ordre des choses est menacé.

24L’Histoire Auguste fait son miel d’épisodes dramatiques successifs, signes d’une haine fatale de l’empereur envers de nombreux sénateurs et preuves d’une indécision mâtinée de rouerie qui habite les mauvais princes, tyrans cruels. Des prétendants sollicités furent poussés au suicide pour excès d’ambition ou éliminés sous l’accusation de complot visant à abréger la vie impériale :

À tous ceux à qui il pensa pour l’empire, il manifesta sa haine, conduit par le soupçon, comme à autant de futurs empereurs. Néanmoins il contint toute la violence de sa cruauté naturelle jusqu’au moment où il faillit trépasser d’une hémorragie dans sa villa de Tibur. Alors, se donnant libre cours, il força Servianus à mourir comme coupable d’avoir aspiré à l’empire, sous prétexte qu’il avait envoyé un repas aux esclaves du palais, qu’il s’était assis sur le siège princier placé près de son lit et que vieillard nonagénaire, il s’était avancé, bien droit, vers les soldats en faction ; beaucoup d’autres furent mis à mort soit ouvertement, soit par guet-apens. (Histoire Auguste, vit. Hadr., XXIII, 6-8, trad. J.-P. Callu).

25L’épisode de Servianus ne se comprend que si l’on a présent à l’esprit qu’il était le beau-frère d’Hadrien du fait de son mariage avec sa sœur, Domitia Paulina. Il s’appelait L. Iulius Vrsus Servianus, avait plus de quatre-vingt-dix ans au moment de sa mort. Il avait été consul remplaçant en 90, consul ordinaire en 102 et, ce qui était plus rare mais dénotait une appartenance à la plus haute noblesse, consul pour la troisième fois en 134. Tout empereur n’avait, depuis Auguste, qu’une seule crainte : périr assassiné. C’est à ce topos que renvoie le passage. Par là même, l’auteur des lignes savait que les complots se multipliaient dans certaines conditions telles que la fin d’un règne.

La règle et ses applications

26L’empereur était maître du jeu, à plus forte raison en l’absence d’une Livie ou d’une Agrippine pour tenter de lui forcer la main. Hadrien surprit apparemment tout le monde en choisissant L. Ceionius Commodus qui ne faisait pas partie du cercle de parenté le plus proche, à la différence de Servianus auquel l’on avait songé déjà pour la succession de Trajan. L’âge avancé de Servianus était un handicap mais il avait un petit-fils, Cn. Pedanius Fuscus Salinator, aussi à ce titre le petit-neveu de l’empereur Hadrien. Servianus aurait pu préparer l’avènement de Fuscus Salinator selon une procédure qui fut finalement retenue pour d’autres.

27Commodus adopté en 136 sous le nom de L. Aelius César avait trente-trois ans et ajoutait, disait-on, la beauté à la jeunesse. Ce n’était qu’une façade et Hadrien connaissait peut-être sa santé fragile. Ceionius Commodus fut incapable de prononcer le discours au Sénat le jour de son adoption pour cause de maladie grave ; il mourut un peu plus tard le 1er janvier 138. Entre-temps, Fuscus Salinator avait fomenté, semble-t-il, un complot et fut éliminé par un Hadrien qui le haïssait profondément selon l’Histoire Auguste. Servianus, partie prenante ou inspirateur, on ne sait, de la tentative d’élimination d’Hadrien, avait disparu en même temps que son petit-fils. La clé de l’échafaudage imaginé par l’empereur résidait probablement dans la descendance directe de Commodus : un fils du même nom que lui était né à Rome le 15 décembre 130, le futur Lucius Verus. Celui-ci avait d’ailleurs plusieurs sœurs dont l’une, Ceionia Fabia, fut fiancée à M. Annius Verus, le futur Marc Aurèle, né le 26 avril 121 à Rome également. L’idée d’un tutorat est confirmée par l’adoption le 25 février 138 de T. Aurelius Fulvus Boionius Antoninus, le futur Antonin le Pieux, issu d’une famille de Nemausus origine aussi de l’épouse de Trajan, Plotine. Son adoption comportait une clause conditionnelle déjà appliquée à Tibère en 4 : celle de devoir adopter comme successeurs possibles deux garçons, M. Annius Verus et Ceionius Commodus. Les sources donnent la prééminence à Commodus, devenu L. Verus, sur Marcus, ce qui ne peut pas étonner car son père était devenu le fils adoptif de l’empereur et le restait après sa disparition. Il s’agissait non de la manifestation d’une préférence politique mais d’une préséance due au rang dans la parentèle. De la famille des Annii, originaire d’Vcubi en Bétique, par son père, le futur Marc Aurèle était le fils de Domitia Lucilla Calvisia apparentée à la mère d’Hadrien et, selon de nouvelles hypothèses à confirmer, le « demi-neveu » de l’empereur, ce qui n’est pas très parlant. Il était donc membre de la domus et l’aîné des deux. Antonin n’y était pas étranger en raison des alliances qui le situaient à l’intérieur de la domus.

28Quand il mourut à Baïes le 10 juillet 138, Hadrien pouvait être satisfait du règlement de sa succession, ne maîtrisant toutefois pas le destin d’Antonin le Pieux qui connut l’un des règnes parmi les plus longs de l’histoire de l’Empire. Marc Aurèle et Lucius Verus avaient été désignés à l’avance en cas de décès d’Antonin, ce qui étendait la prévision à deux générations. Les confusions de la tradition et ses obscurités sont en contradiction avec une succession parfaitement réussie. Le climat politique était tendu et le Sénat était sans conteste possible divisé, mais son avis ne pesait guère depuis que les membres de l’Assemblée s’étaient rués sous Tibère et Caligula, avec servilité et aveuglement, sur les appâts posés par les différents princes que ce fut pour en tirer profit ou par crainte de représailles pour eux et leurs descendants. Il est peu probable que Ceionius ait été choisi pour plaire à l’Assemblée ou pour pousser Marc Aurèle, ce qui serait paradoxal. Un jeune homme de seize ans était assurément porteur de promesses dont il n’était pas possible de prédire qu’elles seraient tenues. L. Verus n’était pas totalement sorti de l’enfance : la personne de son père servait de garantie. La date de naissance a joué de même que les liens familiaux dans la transmission du pouvoir. Hadrien fut un monarque autoritaire et jaloux de ses prérogatives. Antonin, dit ensuite le Pieux, car il n’eut de cesse qu’il ne fît diviniser son père adoptif, n’était pas un personnage falot. Sa richesse et sa noblesse ajoutées à son équanimité en faisaient un aristocrate romain de la meilleure tradition. « Grand seigneur », il inspirait une confiance qui faisait défaut aux autres membres de la domus susceptibles de jouer le rôle qui lui fut réservé. La conjoncture fit le reste.

29Dans tous ces épisodes et parmi tous les personnages apparus tour à tour sur le devant de la scène, il n’y a aucun indice de l’existence d’un « clan » ni d’une identité espagnole qui rendrait compte de ce qui s’est passé. Les cités de Gadès, d’Italica, d’Vcubi et de Nîmes ne sauraient constituer un réseau de pouvoir dont les nœuds se dénouaient à Rome. Les attaches originaires sont certes indisponibles en droit romain, mais elles ne déterminaient pas les parcours, les alliances, les réussites et les échecs. Les personnalités, les attitudes des sénateurs, les volontés impériales mues par des paramètres et des motivations qui nous échappent pesaient considérablement. L’insertion d’un personnage à un degré élevé dans les cercles familiaux du palais ne comptait guère si l’attente n’était pas comblée : des Tibère, des Claude, des Domitien, il y en avait eu. Le hasard, les circonstances, l’absence de choix les avaient propulsés à la tête de la station de l’Empire. Hadrien lui-même avait tourné le dos à la province de Bétique privilégiant les horizons athéniens et égyptiens. Ni le goût de la chasse ni le choix des voyages pour gouverner ne sont attribuables à l’on ne sait quel génie ancré dans la natio, c’est-à-dire le lieu de naissance. C’est à Rome que le jeune homme avait formé ses goûts, forgé ses ambitions, cultivé une personnalité hors du commun sans être le seul de son espèce. Des patronages, des appuis, des relations influentes avaient permis l’avènement sans en décider directement. Les gentes dominantes au Sénat ne gardaient leur rang que sous certaines conditions et rien ne prouve que l’intervention dans les affaires du Prince ait facilité la liberté de parole et la possibilité d’être entendu.

30La prosopographie est une méthode assurément digne de considération, créée par l’érudition, dont l’usage peut devenir périlleux par l’insuffisance, qui guette en permanence le chercheur, de la rigueur indispensable à chaque étape de l’opération. Les reconstructions qu’elle autorise à coups d’hypothèses, de recours à des généralisations plus ou moins éprouvées, de rapprochements, d’homonymies, de fils ténus s’immisçant dans des relations personnelles, générationnelles et familiales ou sociales incertaines portent les séductions du chant des sirènes de l’Odyssée. L’équilibre instable ne garantit pas contre la tentation de démontrer ce que l’on souhaitait trouver. La mise en exergue des individus signale la difficulté à structurer les données autour de normes et de règles globales ou collectives qui aideraient à rendre transparentes les intrigues complexes que seul le théâtre de Shakespeare parvient à représenter, qu’il s’agisse de Macbeth, d’Othello, du Roi Lear ou plus encore de Jules César. L’historiographie ne dispose pas de la liberté dont jouit l’auteur d’œuvres littéraires. Ce n’est pas seulement une question de preuves ou d’indices, d’imagination ou de véracité. Dans l’atelier de Clio tout peut entrer, tout ne peut pas se prêter à la fabrication de l’histoire ni y concourir, surtout pas en permanence.

31Hadrien fut un bon empereur objectivement, non pas au sens que privilégiait le Sénat qui consacrait ceux qui étaient censés le respecter, ce qui n’empêchait pas ces « divinisés » d’avoir fait preuve d’autoritarisme et d’injustice. L’enfant dit d’Italica, né à Rome, assuma sa charge et pratiqua son métier d’Auguste avec intelligence et talent dans un contexte il est vrai apaisé. Il ne fut sans doute pas le champion de l’hellénisme que l’on a dit, mais fit de sa personne et de la Ville le lieu de rassemblement d’un Empire divers, avant tout romain. Il se posa en garant de sa bonne marche et de sa cohésion, favorisant les mises au point réglementaires et juridiques, enrichissant la tradition. Cette attitude trahit une conscience aiguë de la fragilité d’une domination contestée par la Judée de Bar Kochba entre 132 et 135 et sanctionnée par la transformation de Jérusalem en colonie Élienne. Il ne faut pas exagérer ni renverser le sens des événements ni créditer Hadrien d’une politique défensive. Le mur breton visait à fixer momentanément les équilibres aux bornes de provinces estimées plus vulnérables que d’autres, non à replier l’empire sur lui-même. Hadrien n’était pas un guerrier, il n’était pas « pacifiste », ce qui n’avait pas de sens à son époque. Il incarna un type renouvelé d’empereur plus monarchique et plus sûr de son pouvoir. La barbe devint pour lui et ses successeurs jusqu’aux Sévères au moins un attribut impérial. Ordonnée, soignée, frisée régulièrement à l’instar des mèches de cheveux, elle n’a pas de points communs avec la barbe du Grec philosophe. Il a été proposé récemment d’y reconnaître une marque de rupture avec la génération de Trajan, conquérant mais glabre, par l’adoption d’une pratique du port de la barbe fréquente chez les officiers. L’Histoire Auguste, toujours prompte à fournir des explications incontrôlables, relie le fait à des taches de naissance qu’elle aurait permis de cacher : ce serait une coquetterie d’homme physiquement gâté par la nature et soucieux de préserver une apparence au-dessus du commun. Je suggérerais volontiers que l’attribut pileux touchait aux représentations de Jupiter protecteur de Rome et des armées. Chaque empereur cherchait à imiter les dieux et à attirer sur lui leur protection et leur faveur. Ce qui précède dissuade de lire l’histoire, à plus forte raison celle que l’on nomme « grande », comme une succession répétitive de données à caractère universel autorisant le mélange « naturel » entre les périodes présentes et n’importe quel passé. En l’occurrence, le temps et l’état réel des sociétés interviennent pleinement et fragilisent des comparaisons forcément rapides ou superficielles. L’universel ne se décrète pas mais est constitué de la somme des expériences des humains dans des environnements datés bien qu’en partie modelables.

Notes

1 Aulu Gelle, Nuits Attiques, XVI, 13, d’après F. Jacques.

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search