Version classiqueVersion mobile

Mémoires hispaniques

 | 
Patrick Le Roux

Le beurre et l’huile

Texte intégral

1Pour prendre de la distance avec le « roman national » et regarder la péninsule Ibérique antique autrement, une lecture s’imposait : le livre III de la Chorographie de Strabon, un grec d’Asie Mineure, précisément d’Amasée du Pont sur les rives de la mer Noire, né en 63 av. J.-C. et mort sous Tibère avant 25 apr. J.-C. Contrairement à ce qui a été imprimé parfois, Strabon ne définit pas les Lusitaniens comme le plus grand des peuples ibères mais comme le peuple le plus important de l’Ibérie par son extension géographique. Un texte tel que celui-là soulève dans la traduction et le détail infiniment de difficultés encore accrues par le recours à la méthode, devenue classique, de la Quellenforschung ou recherche des sources d’information non citées. Quelles que soient les conclusions qui sont privilégiées sur tous ces points, il demeure que cet ouvrage, et plus particulièrement la description des populations de la péninsule Ibérique, n’a pas d’équivalent ancien parvenu jusqu’à nous. En outre, le point de vue exprimé en complément d’une histoire que nous avons perdue n’est pas mécaniquement celui d’un grec esclave de ses informateurs. Strabon intervient dans sa présentation par différents biais, indiquant doutes et discussions quand il le juge utile. Ses remarques ou ses précisions ne relèvent pas non plus systématiquement de son admiration pour Auguste et ses réalisations récentes. Le regard géographique est doublement distant pour nous, car au temps s’ajoute l’espace qui séparait le monde grec de l’occident de l’Empire, sachant que Strabon, qui n’est allé ni en Gaule ni en Hispania, avait séjourné à Rome cependant. La lecture régionale ou chorographique proposée diffère et d’une « Géographie » et d’un ouvrage d’ethnographie, science qui n’existait pas dans l’Antiquité au sens où elle s’est développée à l’époque contemporaine. La richesse et l’originalité du texte en font une source où chacun peut puiser de différentes manières à condition de ne pas en transformer l’esprit. L’ethnographie savante n’est pas son propos. Celui-ci autorise parfois un regard à caractère ethnographique en quelque sorte involontaire.

2Que pouvait-on attendre de l’analyse minutieuse du texte de Strabon et que pouvait-on en extraire si l’on voulait sortir du cycle ordinaire de la recherche des sources utilisées par l’auteur et de l’interprétation trop générale du propos par l’impérialisme ou la domination du vainqueur pour essayer d’aller plus loin et de voir plus profond ? D’emblée, le livre semblait convier à une déconstruction des travaux géographiques et historiques auxquels les approches modernistes nous avaient accoutumés. La démarche de Strabon soulignait l’arbitraire de la description des peuples véhiculée par des histoires nationales totalement étrangères à son esprit. Les critères reposaient sur les valeurs morales grecques et romaines de comportement civilisé selon une division schématique entre les barbares et les gréco-romains qui, à lire l’auteur, n’était pas toujours pertinente. Le propos fourmillait de notations inattendues et vivantes mais assez peu familières aux historiens cantonnés à l’histoire politique et sociale. Un souvenir d’enfance incitait à plus de curiosité. Écolier venu du Nord-Ouest, je reconnaissais le franchissement de la frontière de l’Espagne à l’odeur caractéristique de la friture qui, à l’heure du déjeuner, s’échappait régulièrement des habitations aux fenêtres ouvertes au chaud soleil familier : habitué au beurre, je n’aimais guère alors l’odeur de l’huile d’olive. Plus sérieusement, les ouvrages de C. Lévi-Strauss et les débats autour de l’histoire dite des « mentalités » donnaient l’occasion d’élargir l’horizon classique de l’historien de l’Antiquité.

L’obscure clarté d’un tableau

3L’Ibérie inaugure dans le plan de Strabon le passage de la géographie cosmique à la chorographie proprement dite suivant un schéma qui était classique et ne participait d’aucune hiérarchisation positive ou négative ni chronologique entre les espaces provinciaux de l’Empire. Il n’est pas sûr que l’exposition adoptée au livre III facilite d’emblée la reconstruction topographique des emplacements des divers peuples et communautés qui habitaient la Péninsule ni que cela ait été un souci primordial du projet. Le milieu physique, les ressources dites locales ou naturelles et l’ancienneté des peuplements constituaient des rubriques obligatoires et sans doute déjà partiellement connues des lecteurs. Elles étaient compliquées et déformées par la chronologie des sources, loin d’être homogènes ou en tout cas de favoriser leur amalgame. Plus conformes à la culture et aux préjugés sur l’Occident mal connu, les commentaires sur les terres éloignées bordées par l’Océan et sur les îles évoquaient l’Odyssée et ses épisodes merveilleux dans les pas d’Hercule et d’Ulysse.

Une géographie grecque

4La méthode employée pour décrire la péninsule Ibérique n’est pas propre à ce territoire et les populations apparentées à celles d’autres secteurs provinciaux reçoivent un traitement semblable. L’Ibérie est définie comme une peau de bœuf déployée, en accord avec une tradition visant à comparer prioritairement la forme des territoires aux éléments naturels végétaux ou animaux. Elle serait disposée d’est en ouest et connaît donc une déformation correspondant à une rotation d’un quart de cercle vers l’est, les Pyrénées orientées dans le sens nord-sud. Le plan d’ensemble enseigne que l’ouvrage s’adresse à des voyageurs longeant le littoral et effectuant un périple ou empruntant des itinéraires terrestres répondant à une appréhension odographique des territoires et des populations. Peu importe la réalité. La carte routière et l’atlas n’existent pas et les erreurs et déformations n’ont pas de conséquences décisives à l’heure des déplacements et des voyages. Il est possible qu’il en soit allé différemment en termes d’organisation administrative des espaces, mais il n’y a sur ce plan également aucune certitude. Le territoire dans sa cohésion et la recherche de limites équilibrées ne constitue pas un objectif. L’idée d’annexion n’est pas présente et les comportements des peuples ou des populations importent plus que toute autre considération. Sans doute, les changements résultant des décisions d’Auguste et de la pacification devenue une réalité ne peuvent pas être ignorés. Les représentations géographiques demeurent l’affaire des Grecs et imposent le regard grec sur le monde habité. La géographie servait à rendre compte d’un état approximatif de la terre habitée. Elle n’était pas le fondement de stratégies politiques, régionales ou à grande échelle, au service de la puissance et de la supériorité politique.

5La description débute par l’extrême ouest méridional au Promontoire sacré, aujourd’hui le cap Saint-Vincent, le point le plus occidental étant en réalité le Cabo da Roca au nord de Lisbonne, sans doute le Promontorium magnum de Mela et Pline ignoré des sources de Strabon. La méthode consiste ensuite à distinguer quelques grands ensembles territoriaux à partir de grandes divisions ethniques qui ne forment pas pour autant des États. Chaque unité mentionnée symbolise en quelque sorte la région qu’elle habite : vient en premier lieu le pays des Turdétans, puis celui des Lusitaniens suivis des Celtibères approchés non par les territoires intérieurs mais à partir de la Méditerranée. Les îles, regroupées à la fin, englobent Gadès et les Baléares. L’opposition structurante entre la terre et la mer était à la fois immédiatement compréhensible et naturelle pour les Grecs. La politique, l’exercice de l’autorité ne sont pas l’essentiel. Une bonne raison est évidemment que les décisions appartiennent désormais exclusivement à l’empereur de Rome. Une autre tient au caractère mouvant des communautés politiques sous l’influence des conflits, des guerres et des victoires. La chorographie, quoi qu’il en soit, est un genre particulier dont l’objet est de rendre compte de la diversité humaine modelée par les climats, les coutumes et l’histoire. Il n’est pas surprenant que Strabon cite des lieux qui furent remarquables ou glorieux et n’avaient plus d’existence à l’époque où il écrivait : la renommée acquise ne s’efface jamais. Les lieux qui ne font pas parler d’eux ne méritent pas d’être nommés. Il faut convenir que le choix est opéré au détriment de données actuelles qui auraient dû être mentionnées, ce qu’illustre la lacune du Promontorium magnum. Le texte de Strabon apparaît donc beaucoup plus intéressant et riche qu’il ne semble à lire les historiens d’aujourd’hui. C’est un travail qui n’est pas de commande et qui met en exergue la curiosité d’un homme de son temps et cultivé. Ce n’est pas un traité d’ethnographie car il met en avant des populations que l’on ne nomme plus.

6Strabon suit les conventions propres aux descriptions régionales. Le critère principal est d’évaluer si la contrée est favorable et propice au développement harmonieux des habitants. Les cours d’eau et leurs comportements capricieux ou imprévisibles (ou non) irriguent le paysage de manière récurrente car leur eau est indispensable à la vie et à sa conservation. Accessoirement, leur vallée pourvoit le territoire en couloirs de communication aisément repérables et praticables, ce qui n’exclut pas qu’ils soient aussi franchissables à la nage, sur une embarcation ou par un pont. La navigabilité ajoute encore à la qualité et à l’utilité de la rivière ou du fleuve. Tout ce qui contribue à rendre la vie plus aisée et agréable est souligné. Les ressources agricoles et les différents élevages définissent des hiérarchies régionales et évoquent les cartes de France murales du début du xxe siècle sur lesquelles étaient reportées, au moyen de symboles, les productions locales spécialisées ou non qui louaient la chance d’être né sur ce sol prodigue. Les heureuses dispositions de la nature et des gens étaient déjà le gage du meilleur chez le chorographe attaché à la paix. Les convoitises, le dénuement sont assurément des facteurs de troubles dont le symbole est le brigandage redouté et parfois endémique. Mais l’éloignement est la cause profonde de comportements condamnables. L’impunité est fille de l’isolement et les influences bénéfiques ne pouvaient avoir pour origine que les Grecs et Rome choisis par les dieux et l’histoire.

7La géographie par région naturelle mise à l’honneur par Vidal de la Blache n’avait pas encore perdu sa raison d’être il y a soixante ans. Le poids des campagnes, les diversités des terroirs fondées sur les aptitudes physiques et l’histoire, les réseaux de communication conçus en fonction des liaisons locales et régionales incitaient à doter les régions de personnalités équilibrées et attrayantes au sein de la nation qu’elles concouraient à forger et à incarner fièrement. Strabon pouvait passer pour un pionnier de cette lecture géographique. Ce n’est pas exactement le cas. La dimension hiérarchique et identitaire des découpages straboniens n’est guère présente, à plus forte raison s’il s’agit de détecter des équilibres politiques, économiques et culturels régionalisés participant à une prospérité d’ensemble de la terre péninsulaire, horizon unique du livre III. Strabon n’est ni volontariste ni possibiliste. La nature fixe ses conditions et la paix fait le reste. L’Ibérie n’existe que comme entité péninsulaire donnée à l’origine, indépendamment d’autres contenus à caractère politique et humain. Selon les cas, en dehors de la distinction entre le littoral et l’intérieur, le relief, le climat, l’histoire, les comportements, l’éloignement sont la source d’oppositions binaires multipliées qui ne se superposent pas sur la carte et accentuent l’idée de morcellement et de diversité.

8La chorographie de Strabon est inclassable malgré des filiations culturelles et techniques incontestables remontant pour une part à Homère et à Hérodote par le truchement de la géographie hellénistique surtout alexandrine. Sa conception et sa rédaction reflètent moins la domination des Romains que le mouvement enclenché par le triomphe de la monarchie à Rome. Il est un témoin précieux et pour ainsi dire isolé des changements culturels et politiques à l’intérieur même des communautés locales des terres romaines. Il n’est pas indifférent de noter que Pline l’Ancien l’ignore cinquante ans après sa mort. Je ne crois pas qu’il se soit agi, pour l’érudit italique, de négliger une œuvre grecque trop proche ni de rejeter une culture concurrente portant ombrage aux vainqueurs. La dimension géographique de l’ouvrage de Pline n’avait pas le même objectif. Celui-ci, ayant accès à une documentation administrative, était surtout soucieux de décrire un monde établi sur des fondements politiques solides et stables, de composer avec une brièveté impériale, un inventaire du monde pacifié. Strabon était plus soucieux de l’éphémère, que ne méconnaissait pas Pline, lequel ne voyait pas la nécessité de recourir à la langue grecque pour des informations dont on disposait aussi en latin désormais.

Des phénomènes étranges

9Le texte géographique attire l’attention et éveille la curiosité, émaillé qu’il est de remarques incidentes et d’anecdotes dont beaucoup paraissent relever de pratiques jugées bizarres ou difficilement compréhensibles. Le domaine religieux, auquel il est possible d’associer ce qui relève des phénomènes naturels, en fournit un grand nombre, ce qui ne saurait surprendre puisque la frontière était mince entre le surnaturel, le prodigieux ou l’insolite et les manifestations divines à interpréter scrupuleusement.

10Tout n’est pas étrange mais chaque anecdote ou notation signale la prééminence des cultes à caractère local et l’intérêt particulier que Strabon et ses contemporains leur accordaient. Au Promontoire sacré est notée la coutume de retourner un groupe de trois ou quatre pierres déplacées ensuite après libation. Aucune explication n’est proposée. Il est dit seulement que ce lieu est occupé par les dieux et qu’il est en conséquence interdit de s’en approcher la nuit. Les pierres symbolisent ou incarnent les esprits divins qu’il ne faut pas déranger ni contrarier sans que l’on puisse négliger qu’il y eût un rapport avec la navigation et ses dangers. Les limites de la terre du côté de l’océan étaient peuplées de divinités et de sanctuaires. Les embouchures des fleuves revêtent aussi une dimension particulière. Celle du Baetis (Guadalquivir) est surveillée par le temple dit de Lux Dubia, cette « lumière qui doute » évoquant, pense-t-on, le crépuscule là encore source de pièges et d’embûches pour qui voulait franchir l’entrée du fleuve et le remonter à contre-courant. Plus énigmatique est la conclusion comparant les thons franchissant les Colonnes d’Hercule à des cochons marins se nourrissant de glands issus d’un chêne sous-marin rampant. Il est probable qu’il s’agisse d’une catégorie d’algues qui auraient attiré les thons mais intervient également l’idée que les terres et les milieux marins du monde extérieur engendraient une flore et une faune aux vertus nutritives exceptionnelles. Le thon rouge de Méditerranée est en outre très vorace et grossit rapidement. Il passe la plupart de son temps à se procurer de la nourriture à base de poissons et de petits animaux marins ou crustacés. Il se pourrait que l’observation soit métaphoriquement et symboliquement en rapport avec le mode de reproduction des thons, prolifiques, au cours d’une migration marquée par le franchissement d’une ligne séparant eaux intérieures et eaux extérieures soumises à l’action de la lune et du soleil.

11Le mélange est saisissant : c’est le même Strabon qui se moque de Posidonius et de sa rhétorique fleurie relative au sol de la Turdétanie, où affleureraient l’argent et l’or à foison, ou prend ses distances avec Homère concernant des récifs célèbres bien qu’il l’admire et lui donne raison par ailleurs. Il n’y a pas là de contradiction, car le propos vise à jauger la connaissance que pouvait avoir le poète de terres mal connues au-delà des Colonnes d’Hercule considérées comme l’une des bornes du monde. Le merveilleux fait partie intégrante de la description de la terre habitée et l’existence méconnue de peuples heureux d’une longévité exceptionnelle grâce à leur richesse, comme c’était le cas au royaume de Tartessos regorgeant d’argent, est admise. Strabon se situe résolument du côté de la raison qui, chez Homère, n’était pas toujours infaillible ni aussi raisonnante que celle d’un positiviste du xixe siècle. Il ne cherche pas à retrouver des logiques particulières aux phénomènes décrits et inhérentes aux traditions mythiques de ceux qui les ont élaborées. Strabon ne pense pas à nier l’existence des dieux ni leur influence sur les comportements de la nature et des hommes. Jamais il ne se départit de sa propre raison grecque qu’il juge la meilleure.

12Le dernier chapitre sur les îles et Gadès associée aux colonnes d’Hercule répond à une démarche semblable marquée au coin de l’incertitude et de l’hésitation qui dévoile les références sous-jacentes aux raisonnements qui y président. Les témoins ont vu et ont rapporté ce qu’ils ont vu. Ils ont cru discerner dans les îles, les promontoires ou les montagnes des indices qui évoqueraient des colonnes. Ils ont vu ou ont cherché à identifier ce qui pouvait être à la source d’une appellation qu’ils n’avaient pas inventée. Posidonius pensait, pour sa part, que l’origine des colonnes n’était autre que les colonnes en bronze du temple de la divinité à Gadès même. Un esprit raisonnable était tenté de mettre en doute des assimilations formelles hasardeuses entre des constructions naturelles et des artefacts nés de l’esprit humain. Les extrémités du monde connu et d’autres lieux remarquables avaient fait naître la pratique d’élever des autels jouant le rôle de bornes placées à la limite des terres. Par métonymie, les lieux environnants avaient reçu le nom de colonnes, survivant peut-être aux monuments victimes du temps. Malgré tout, Strabon choisit de penser que ces colonnes furent l’œuvre d’Hercule lui-même et prirent la forme de constructions extraordinaires d’aspect naturel. Ce faisant, dans l’impossibilité de décider, il s’appuie sur les opinions des Phéniciens qui ont pour eux l’expérience des lieux depuis des temps très anciens. Aujourd’hui, l’identification au Djebel Moussa surplombant la côte marocaine et au rocher de Gibraltar n’offre pas plus ni moins de certitudes. La gageure était de vouloir donner une réponse à tout prix : sans l’implication d’Hercule, il est vraisemblable que la question eût été traitée plus rapidement voire éludée par Posidonius lui-même.

13Gadès pouvait passer pour l’un des lieux de la légende des bœufs de Géryon, en relation aussi bien sûr avec Hercule. Le héros avait une fonction civilisatrice synonyme de la volonté de discipliner, voire d’effacer les forces indomptables et rusées de la nature menacée par le désordre. Il vole, assomme, étouffe pour mieux faire surgir une nouvelle vie, mais comme les Viriathe ou Vercingétorix, il meurt pour mieux se transformer en héros fondateur. La raison de Strabon est marquée par ce qui est originaire, par les commencements et s’apparente en ce sens à celle de l’homme moderne en mal d’épopée originelle. Il croit possible l’extension de la civilisation et son triomphe, mais il attribue l’éventualité des changements aux forces imprévisibles, naturelles et divines, qui transcrivent les destinées des sociétés humaines. Il est dès lors compréhensible que les historiographies nationales aient cru retrouver dans le texte grec les éléments de justification de leurs propres analyses fondées rationnellement, à savoir l’idée de progrès linéaire illustrée par le passage de la barbarie à la civilisation.

Déconstruction et Barbaries

14La conception grecque du monde répartissait les populations entre « civilisés » et « barbares ». Strabon exprime une pensée qui, avec Auguste, devenait dominante à Rome même mais restait confinée au domaine des idées générales héritées. Un retour de l’historien sur le monde antique supposait qu’il fît l’effort de connaître les mots, les codes, les valeurs des Anciens et le géographe d’Amasée apportait un éclairage singulier pour mieux en approcher le sens et la portée. Ce n’était qu’un témoignage, fût-il le plus intéressant. L’honnête homme du début du deuxième xxe siècle puisait encore dans les exemples antiques de quoi éclairer sa lecture de l’histoire occidentale et des évolutions.

Les deux Ibéries

15Le livre III est clairement fondé sur une opposition structurelle entre les peuples qui partagent les comportements et les valeurs des Grecs et des Romains et les autres qui les ignorent ou les méconnaissent. La démarche étant géographique, Strabon recourt à un artifice rhétorique pour faire entendre raison. Les territoires proches de la Méditerranée ou influencés par elle bénéficient des bienfaits de la civilisation. Les terres éloignées abritant ceux qu’il appelle les « montagnards » justifient le qualificatif de « barbare ». Il semble logique pour le lecteur de relier la conclusion au déroulement même des explorations et guerres venues de l’extérieur. L’Ibérie civilisée correspond à celle qui a été marquée précocement par les Phéniciens, les Puniques, les Grecs et les Romains. L’Ibérie barbare est celle qui, restée à l’écart, a subi l’installation de peuples d’origine celtique et n’a été pacifiée par Rome que tardivement et non sans résistance. La présentation paraissait offrir une clé nouvelle à une histoire romaine vue sous l’angle de ce que, par équivalence, on pourrait désigner comme le « miracle romain ». Elle est trop simple pour prétendre refléter une réalité quelconque.

16La vie civilisée reposait sur trois piliers : des conditions naturelles favorables à l’agriculture et à l’enrichissement, la douceur des comportements à la manière des animaux domestiqués, la vie en communautés de type civique. Dans un semblable contexte l’abondance, l’éducation, le respect des règles communes suivent. Les activités se développent sous l’influence de la paix et concernent les techniques, le commerce et l’artisanat aussi bien que les arts incarnés par les muses. Même les peuples qui possédaient déjà des traditions bien ancrées et avaient adopté des manières d’être « civilisées » n’étaient pleinement considérés comme tels que s’ils se calquaient sur le genre de vie des Grecs et des Romains. La civilisation est leur apanage et le signe incontestable de leur supériorité. Strabon ne se préoccupe pas de la question de la domination ni de la compétition politique ni de l’infériorité politique des Grecs soumis au contrôle de l’empereur de Rome. L’appartenance au monde civilisé n’interfère pas ici avec l’histoire ni la création d’empires successifs. La tonalité est cependant politique et, en partie, culturelle plus que sociale. L’économie est indispensable à l’épanouissement des communautés qui doivent se nourrir et prospérer, satisfaire à leurs besoins vitaux. Un genre de vie conforme aux bonnes règles est inséparable d’une morale fondée sur la recherche du bien commun. La cité est une collectivité de citoyens solidaires et garants du bonheur de chacun et de tous.

17De même que le barbare est celui qui ne s’exprime pas dans la langue des Grecs, de même la définition du barbare porte en négatif l’expression achevée de la civilisation. Une terre bien dotée ou pourvue ne produit pas la civilisation. Il faut que les habitants en aient conscience et s’y intéressent. Les populations barbares s’adonnent de préférence à la guerre et au brigandage et, ignorant leurs propres ressources, convoitent celles des autres. Ils sont reconnaissables à leur aspect extérieur soit qu’ils laissent pousser leurs cheveux jusque dans le dos, à l’imitation non des hommes mais des femmes des civilisés, soit qu’ils se vêtent d’un manteau noir et ne dorment pas dans un lit mais sur un tapis végétal de feuilles et herbes sèches à la façon du bétail. Inversement, les femmes s’habillent d’étoffes bariolées. Le noir n’est pas une couleur répandue dans la nature et est difficile à obtenir. Il peut s’agir d’une variante de noir lié à la couleur de la laine. Il n’est pas synonyme de deuil ni de tristesse, même s’il est moins voyant que les autres teintes. Pour les guerriers, il permet de mieux se cacher et de se fondre dans l’obscurité ou la nuit. Le genre de vie des barbares est souvent misérable, car leur terre est inhospitalière et ils n’ont pas de villes dignes de ce nom. Violents, rusés et habiles, ils sont prompts à se battre et préfèrent vivre pour une part dans la forêt à la fois source de nourriture et milieu permettant de se soustraire à la vue de ceux qui n’y vivent pas, à la façon des brigands. Leur rudesse les rapproche de l’état sauvage et ils ne sont pas éloignés des animaux par leur manque d’humanité. Ils sont à l’écart de ce qui convient et devrait être la norme. Il est jusqu’au sel qui est rouge et ne devient blanc qu’après broyage. Il va sans dire que leurs langues sont incompréhensibles et laides à l’oreille. Ce ne sont pas que des clichés. L’accumulation des traits barbares suggère qu’il s’agit de conviction profondément ancrée dans la culture grecque : l’aspect physique, le caractère, l’animalité, l’imprévisibilité, le poids du nombre, la cruauté et le recours irréfléchi à la violence, le refus du travail pourtant bienfaisant, l’entêtement et l’intransigeance justifient la méfiance à son tour têtue des civilisés envers ces peuples sauvages.

18Strabon reste silencieux sur les causes et les procédures au cours de la très longue période qui a abouti à l’émergence de la civilisation inégalement répartie. Les réalités naturelles que sont le relief, le climat, la présence de la mer et de l’eau, la qualité du sol et du sous-sol ont déterminé ce qui était favorable à la civilisation et ce qui ne l’était pas. La Méditerranée en a constitué le centre et des cercles successifs en éloignent progressivement jusqu’aux bornes de la terre habitée. Il y a donc des inégalités et des hiérarchisations entre les humains selon les lieux où ils vivent. Par leur position, certains peuples, trop lointains, ne peuvent pas bénéficier des bienfaits dont jouissent les Grecs et les Romains. Quoi qu’il en soit, les terres de la zone tempérée au contact du monde méditerranéen n’ont aucune raison de demeurer à l’écart. La péninsule Ibérique illustre les évolutions de populations qui peu à peu se rapprochent du genre de vie des Romains. Ceux dont la pacification est récente n’ont pas encore pris le chemin qui y conduit, mais la paix d’Auguste est un puissant moteur. Il serait hasardeux de créditer Strabon d’une vision progressiste de l’histoire. L’image qui prévaut est alors plutôt dépendante des lois de la nature. Les déterminismes climatiques sont sans doute comparables à la théorie de Taine, laquelle dérivait de la longue lignée intellectuelle commençant avec Aristote, dont Strabon était aussi un reflet au même titre que plus tard Montesquieu ou Herder et Hegel. Taine, pas plus que Strabon, n’offre des fondements scientifiques solides à la question de la tyrannie du milieu. Elle est essentiellement affaire de bon sens, au diapason des équilibres de la nature qui fuit les extrêmes : les terres trop chaudes ou trop froides sont hostiles à la vie et chacun peut l’observer.

19Lorsque le milieu n’est pas inhospitalier, les comportements des habitants sont en cause, sans que les données soient figées une fois pour toutes. Les Celtibères en apportent un exemple indiscutable eux qui furent considérés à l’époque des guerres romaines comme les plus sauvages de tous. La lecture strabonienne, qui ne lui est pas personnelle, mais qu’il formule le mieux et avec clarté au moment où Auguste s’est imposé est celle du bon gouvernement, celle de l’homme politique aristotélicien. Selon ce critère, deux Ibéries vivent côte à côte et peuvent être dessinées sur une carte non sans transition ni zones indéfinies dans les régions de contact. La ligne principale s’étend de manière oblique de l’embouchure du Tage aux Pyrénées-Orientales, désignant l’Ouest et le Nord comme les terres éloignées de la civilisation.

Dissymétries

20Loin de satisfaire l’esprit, cette analyse et les conclusions ravivaient le questionnaire comme s’il avait été inépuisable. Il n’y avait pas, comme le croyait l’histoire érudite, une matière qui aurait été historique et une autre qui n’aurait pas eu droit à ce label culturel. Il était vrai également que les faits appartenaient dans leur contexte à une logique définie, mais qu’ils exprimaient aussi d’autres réalités constitutives de séries multiples et éloignées de l’interprétation qui paraissait évidente. Une notation sur les lacs parlait à la fois de leur localisation et de leur origine, de leur faune et de leur flore, de la chasse et de la pêche, partant de l’alimentation et des repas, de la navigation et des types d’embarcation sans oublier la présence d’habitats et d’échanges ou la pratique de la nage. Ce que j’appelais les informations « involontaires » étaient aussi intéressantes que les autres et aiguisaient plus que celles-ci la curiosité. Ce n’était pas tout. Le regard éloigné comporte des risques de déformations qui ne sont pas contrôlables.

21Strabon était un Grec qui parlait du monde occidental romain et préromain avec ses préjugés, ses connaissances et ses analyses relatives au monde dans lequel il vivait et que les historiens avaient coutume d’appeler « romain ». Il n’était pas romain lui-même. Mieux, face aux informations et aux jugements formulés par les sources d’origine grecque ou romaine, il n’y avait rien d’équivalent émanant des Carthaginois, des Celtibères, des Lusitaniens ou des Ibères. Sous l’angle de l’histoire académique, la réponse était simple face à cette dissymétrie : sans documentation fiable et objective, pas d’histoire. Il n’était pas habituel ni sensé de parler des batailles du point de vue des ennemis : Waterloo, Verdun, Diên Biên Phu ne pouvaient être lues qu’avec le regard français. La cohésion nationale et la fierté nationale étaient choses trop importantes pour être livrées en pâture à l’adversaire, victorieux qui plus est. L’histoire de la France devait rester l’apanage des historiens nationaux, particulièrement lorsque l’histoire contemporaine était concernée. Dans le contexte romain, une semblable logique n’était pas de mise. Alésia souffrait de l’absence dommageable des témoignages de Vercingétorix et des Gaulois qu’il n’était possible que d’effleurer à l’aide du texte déformant de César. Il fallait s’en accommoder, mais les développements de l’histoire coloniale et de la décolonisation invitaient à faire plus attention aux vaincus oubliés de l’historiographie. Strabon semblait offrir une base nouvelle pour essayer d’approcher les adversaires des Romains.

22Dans le même ordre d’idée, la barbarie des populations de l’Ibérie est affirmée et rarement explicitée, faute de précisions et de descriptions détaillées. À y regarder de près, un doute surgit. En s’arrêtant sur la description des montagnards, il apparaît que l’absence de villes et de gouvernements de type civique condamnent la population à une vie barbare aux yeux d’un Grec. Pourtant, ces populations observent une religion que Strabon assimile par certaines pratiques sacrificielles telles que l’hécatombe à celle des Grecs. Guerriers habiles, ils connaissent des formations militaires tactiques de type civilisé et recourent à l’entraînement et à la compétition entre combattants. Chez les Lusitaniens en particulier, l’armement est remarquable et adapté à leur mode de combat. Il va de soi que sa fabrication supposait la maîtrise de techniques élaborées sans être très sophistiquées et reposait en partie sur une métallurgie qui n’avait rien à envier à celle des Romains et des Grecs. Les soins du corps sont également mentionnés. Les banquets font partie de la vie sociale et ce que note le chorographe n’a rien de typiquement barbare : ils mangent et boivent assis, et non allongés sur des lits. Enfin, les mariages donnent lieux à des cérémonies identiques à celles que connaissent les Grecs. L’usage de la monnaie induit des échanges à caractère commercial. Nous ne savons presque rien de l’organisation du pouvoir et de l’exercice de l’autorité, mais les décisions de justice, les châtiments suggèrent des mécanismes moins sommaires et frustes que ne pourrait le faire croire la lecture de Strabon. La barbarie est par ailleurs tellement relative que le chorographe évoque une évolution probable vers la civilisation et a confiance dans l’aptitude à la paix des montagnards.

23Le présent offrit aussi une chance de nouvelle vie au témoignage du géographe d’Amasée. La dualité entre barbarie et civilisation, axée sur la ville, légitimait pleinement a priori un rapprochement avec une opposition géographique récente entre régions rurales et régions urbanisées. Le Portugal du Centre et du Nord des années soixante et l’Espagne occidentale privée de très grandes villes paraissaient illustrer le contraste relevé dans l’Ibérie strabonienne entre régions éloignées sans villes et régions accessibles dotées de nombreuses agglomérations à caractère civique. Le monde romain était un monde urbanisé et la civilisation était associée à l’Vrbs et à l’urbanitas. Les populations des campagnes semblaient en retard, repliées sur un temps tributaire de la nature et des saisons, à l’écart des innovations et de la modernité que faisaient miroiter les devantures des luxueux magasins urbains. La richesse ostentatoire, les échanges commerciaux, l’importation abondante de produits à consommer toujours davantage et provenant de contrées toujours plus exotiques et lointaines signalaient l’expansion d’une économie-monde qui avait dû exister à l’échelle de l’Empire romain identifié à la terre habitée du temps et annonçaient l’appétit jamais assouvi des capitalistes contemporains. Pour la première fois, des travaux s’intéressaient à la géographie urbaine des provinces ibériques anciennes. Les débats historiographiques privilégièrent bientôt le thème de l’opposition entre villes et campagnes qui concernait directement les cités constituées de leur oppidum et d’un territoire à vocation rurale. Plus que toute autre considération, l’urbanisation exprimait un phénomène dynamique source de transformations visibles mais progressives. On eût dit que l’histoire présente avait rendez-vous avec les provinces romaines d’époque julio-claudienne, alors le théâtre de mutations de cette nature que les villes et les campagnes péninsulaires actuelles rendaient soudain visibles.

24Décidément, Strabon n’était pas un anthropologue moderne et son étude surtout descriptive visait à exprimer la supériorité du présent romain sur le passé chaotique et belliqueux au nom de la politique telle que la favorisait la vie en cité. Un regard moins unilatéral suggérait pourtant que les barbares n’étaient pas isolés et qu’ils entraient dans des cycles d’échanges favorables à l’évolution des cultures. Strabon attribuait les changements et l’accumulation à l’influence positive de Rome mais la lecture de Race et histoire apportait d’autres réponses possibles. L’inégalité entre les cultures n’était qu’une apparence et l’aptitude au développement culturel était la chose la mieux partagée au diapason de circonstances historiques indéterminées : « En vérité, il n’existe pas de peuples enfants ; tous sont adultes, même ceux qui n’ont pas tenu le journal de leur enfance et de leur adolescence ». L’ethnocentrisme, transparent chez Strabon, conduisait à déterminer les déroulements de l’histoire et l’historiographie. Celle-ci, dans le monde occidental en tout cas, est marquée de façon indélébile par l’idée de supériorité autoproclamée, nourrie par une mémoire identitaire sélective qui finit par affadir l’histoire.

L’huile d’olive ou le beurre ?

25Par le biais d’une lecture de Strabon, l’histoire romaine empruntait des chemins détournés peu familiers mais sans commune mesure avec les ambitions des structuralistes et des fédérateurs des sciences sociales. L’intelligibilité était un devoir de l’historien quel qu’il fût sans pour autant succomber à un système totalisant ou universaliste, utopique. Les médiations de l’inconscient pouvaient concerner les relations humaines et la communication entre les humains, et chaque historien devait conserver en mémoire cette limite à toute prétention scientifique de l’histoire, à plus forte raison ancienne. Malgré des tentatives, l’anthropologie structurale n’apportait pas l’explication attendue, même en histoire grecque, et n’était pas la fin dernière. Elle constituait un outil méthodologique parmi d’autres, à ne pas négliger ou ignorer, ni à surévaluer. Elle ouvrait la voie à d’autres façons d’histoire où le geste, l’étrange, les aliments, les objets et les animaux tenaient un rôle dans un système de codes et de signes insaisissables par d’autres voies. À condition de disposer d’éléments organisés sous la forme d’un récit normé et structuré. Strabon ne se réfère à aucun mythe dans une version élaborée et stratifiée : ses repères concernent la vie civilisée avec tout ce qu’elle pouvait comporter d’expressions positives et négatives et d’éloignements.

Un inventaire sans les clés

26Strabon pouvait paraître se faire l’allié de l’historien, certes allusif, de l’alimentation et plus largement des pratiques quotidiennes incluant l’hygiène, la médecine, le vêtement, la parure et les rôles respectifs des hommes et des femmes dans une société dépendante d’une nature ou hostile ou dont ils auraient ignoré les virtualités faute d’un gouvernement adapté. L’attention, une fois encore, est attirée sur la mise en exergue d’une cohérence à l’intérieur de deux systèmes classificatoires, la barbarie n’étant que la définition négative de la civilisation présentée comme seule valorisante et supérieure, nous avons déjà insisté sur ce point.

27Les « montagnards », qualificatif vague et général qui ne recouvrait aucune réalité d’ensemble, guerriers détournés des travaux agricoles jugés très pénibles et moins prestigieux, consommaient un pain de farine de glands, buvaient de la bière et utilisaient le beurre faute d’huile. Les Cantabres sont décrits, en outre, comme se lavant le corps et les dents avec de l’urine conservée dans des citernes, ce que relevait déjà Catulle à propos des Celtibères. La sauvagerie se définit donc schématiquement par la privation de pain de froment, d’huile, de vin et par l’usage de l’urine et non de l’eau pour l’hygiène. Strabon ajoute encore que certaines coiffures féminines sont typiquement barbares et s’ordonnent à partir d’une armature métallique enserrant la chevelure ou le cou et la chevelure pour y fixer un voile selon des modalités locales variées. Les passages, empruntés à Artémidore, sur le comportement des femmes sont souvent cités qu’il s’agisse de la « couvade », des travaux agricoles et de la résistance à la douleur révélée par des accouchements inopinés. Ce qui est souligné n’est autre que la différence supposée avec les Grecs et les Romains. Il est amusant de noter que des collègues ibériques taxent parfois Strabon d’inconséquence quand il parle d’andreia (le courage propre aux hommes) des femmes et non pas d’areté (la vertu) : les scènes de rue d’aujourd’hui abondent au cours desquelles l’interjection ¡hombre !, aux significations diverses selon le discours, est indifféremment utilisée pour s’adresser à des femmes ou des hommes. Les mots sont déroutants et ne répondent pas toujours à leur usage premier. Il faut s’en souvenir lorsque les textes sont scrutés à la loupe et par ce biais volontiers jugés peu fiables.

28Strabon ou ses informateurs mentaient-ils ? Les sociétés antiques étaient régies par les valeurs masculines et le langage en est un reflet plus ou moins fidèle. Le chorographe se trouvait, en outre, dans la posture du citadin qui jugerait les modes de vie et de comportement à la campagne sans les connaître vraiment. La lecture est frustrante, non à cause du « mensonge » qui n’a pas lieu d’être mais parce que l’auteur se contente d’énumérer les observations vues ou entendues sans chercher à les expliquer ni les comprendre, malgré le fait que ces attitudes aient été attestées aussi chez d’autres populations mais sans doute avec des significations nuancées. L’urine, le dieu sans nom prennent place dans un récit binaire et sont donc inutilisables pour une connaissance approfondie des sociétés dites « barbares ». Il est vraisemblable que ces traits se rapportaient à des croyances particulières et à des pratiques dûment expérimentées par le groupe. L’urine, sa propre urine selon les textes latins eux-mêmes, avait certainement aux yeux des populations qui s’en servaient des vertus médicinales et protectrices après un traitement que suggère la conservation en citerne. Les vertus curatives, mais aussi l’idée que boire son urine favorise la vigueur et la beauté, se trouvent également chez les Chinois. L’athéisme des Callæci suggère une conception religieuse polythéiste et peut-être naturaliste sûrement différente de celle hiérarchisée et anthropomorphique des Grecs et des Romains. Le dieu sans nom des Celtibères évoque le fait qu’il n’avait pas de traduction possible ou qu’il n’était pas permis de le nommer pour des raisons qui ressortissaient à la magie et à la crainte religieuse. La situation à l’époque romaine montre que le commentaire fait défaut et qu’il n’y avait ni athéisme ni divinité redoutable et à ce titre innommable chez ces peuples. Enfin, une stèle célèbre de Lara de los Infantes paraît reproduire un des types de coiffures féminines associé au banquet et à la fête. Les traditions et les habitudes liées à des climats hostiles avaient contribué à un façonnement vestimentaire adapté aussi aux valeurs sociales.

29La sécheresse du texte strabonien en matière d’ethnographie est corroborée par le traitement de la question de l’alimentation, de son abondance et de ses qualités nutritives. Une notation intrigue et suscite bien des questions sans réponse explicite. Strabon indique, en effet, que les peuples « montagnards » vivent durant deux tiers de l’année de glands de chêne. La surprise vient de l’indication des deux tiers qui pose le problème du tiers restant et par voie de conséquence de disettes ou famines. Il semble acquis que la civilisation des « montagnards » soit une civilisation du chêne à la manière des Celtes : l’arbre a une dimension religieuse et tout ce qui le concerne entre dans les pratiques et habitudes quotidiennes du groupe qu’il s’agisse d’écorce, de feuilles, des branches, du bois, des fruits. Le gland est un fruit sec dont la préparation en farine est complexe en raison du tannin potentiellement vénéneux mais permet ensuite d’éviter la famine. Il faudrait donc comprendre que Strabon souligne involontairement l’indigence de l’économie alimentaire qui expose les peuples à la famine dont ils ne se sauvent que par un pain du pauvre. Les céréales sont cultivées puisque l’orge est à la base de la cervoise qu’ils consomment au lieu du vin. La viande, de sacrifice, est réservée comme le vin aux banquets.

30« Au lieu d’huile ils consomment du beurre ». Le mot pour désigner le beurre est « boutiron ». Son existence remontait aux Mésopotamiens qui savaient le fabriquer à partir du lait, le plus souvent de brebis ou de chèvre plutôt que de vache, dont la crème, barattée, était transformée en beurre par addition puis élimination de l’eau. Il s’agit d’un corps gras facilitant la digestion. Pline l’Ancien notait que le lait de vache avait une valeur surtout médicinale et que le lait de brebis, plus doux, avait une qualité nutritive supérieure, le lait de chèvre étant considéré comme le plus digeste. Il n’est pas possible de savoir jusqu’à quel point ce qui est appelé « boutiron » était effectivement du beurre et ne se rapprochait pas du saindoux ou du suif obtenu directement par traitement de la graisse animale séparée de la viande. Entre le beurre et le fromage frais, la distinction pouvait être parfois assez mince malgré une méthode différente de fabrication. Strabon est ici encore moins loquace qu’à l’habitude et la méfiance envers son propos est d’autant plus grande que les Grecs et les Romains, qui désignaient également les Thraces comme des mangeurs de beurre, ne le consommaient pas et ne s’en servaient que comme onguent pour la peau et les cheveux ou pour des usages médicinaux. Il s’agit clairement d’un topos, ce qui ne veut pas dire qu’il n’entretenait aucun rapport d’aucune sorte avec la réalité. Le transport et la conservation du beurre se faisaient peut-être dans des jarres en terre mais on ne saurait exclure les outres en peau qui avaient été utilisées au départ comme barattes au même titre que des récipients de bois. Les graisses animales servaient également à l’éclairage. Le chorographe ne s’intéresse pas à une question qui ne paraît pas relever de son sujet.

31Étant donné l’esprit qui préside au texte de Strabon en matière de coutumes et pratiques liées à la vie au jour le jour, la question de l’huile méritait un réexamen sous un éclairage historique, celui de la mise en place de l’Empire romain.

La supériorité de l’huile ?

32La question de l’huile d’olive et du vin passe d’abord par la réalité climatique autorisant ou non une culture rentable. Les régions méditerranéennes ou de climat équivalent dessinaient le milieu favorable à la production de l’huile et du vin. L’olivier cultivé n’était productif qu’au bout de sept années et, peu exigeant en temps ordinaire, il demandait des soins constants en cas de baisse des températures et d’humidité excessive. Malgré les conseils des agronomes, les propriétaires laissaient faire la nature et négligeaient la taille régulière des branches susceptible pourtant d’équilibrer les rendements d’une année sur l’autre. Il n’est pas sûr qu’ils aient eu tort : ils savaient peut-être empiriquement que la longévité d’un arbre est réduite par une taille quelle qu’elle soit, à plus forte raison à intervalle régulier.

33Strabon ne se fait pas faute de souligner, dès l’époque à laquelle il écrit, la présence abondante de l’olivier :

On exporte de Turdétanie du blé et du vin en grande quantité, ainsi qu’une huile dont l’excellence égale l’abondance… En Ibérie abondent aussi les racines tinctoriales. D’autre part l’olivier, la vigne, le figuier et toutes les cultures de ce genre sont l’une des richesses du littoral ibérique non seulement sur notre mer mais aussi bien au-delà des colonnes d’Hercule. En revanche le littoral océanique en est privé au nord à cause du climat froid…

34L’huile de la péninsule Ibérique d’époque augustéenne était déjà assimilable à l’huile de Bétique qui en fournissait les plus grandes quantités. Cette huile était réputée pour ses qualités gustatives en cuisine sans être exceptionnelle comparée à l’italienne et à l’istrienne. Apicius en fait bon usage qu’il s’agisse de friture ou d’assaisonnement. Les généralisations sont là encore trompeuses. Tous les terroirs ne produisaient pas des huiles de qualité égale de même que les variétés d’olives étaient nombreuses. Les plus parfumées servaient à accompagner les légumes cuits. La qualité supérieure était nécessaire à la friture mais le parfum n’avait pas la même importance. Les huiles d’olive servaient aussi pour des usages médicaux, pour l’éclairage et pour les soins du corps aux thermes.

35Les faits sont bien connus. L’huile de Bétique n’a pas cessé de prendre de l’importance pour l’approvisionnement de Rome au cours du ier siècle de notre ère. Outre les témoignages de quelques textes poétiques ou autres, les vestiges des conteneurs brisés ayant contribué à la formation de la fameuse colline du Testaccio au sud de l’Aventin attestent l’existence d’exportations régulières à destination de la capitale de l’empire. L’acheminement, facilité par la voie fluviale navigable entre Cordoue et l’embouchure, a certainement pris part à ce succès commercial. L’objet symbolique de l’ensemble de l’activité relative à la production et au commerce de l’huile demeure l’amphore Dressel 20 de 60 à 80 cm de haut, 50 à 60 cm de diamètre pour une capacité de 50 à 90 litres soit une moyenne calculable sur un échantillon représentatif d’environ 72 litres. Il faut sans doute rester prudent. Même dans le cas de l’huile de Bétique, il ne peut pas être exclu que des contenants autres aient été utilisés. C’est cependant à l’amphore Dressel 20 qu’elle doit presque toujours d’être identifiée. Il existe une épigraphie amphorique particulière dont la compréhension fine relève de spécialités érudites confrontées à des débats difficiles. Les dossiers de l’huile reflétaient et reflètent toujours l’irritant décalage entre l’analyse pointue des données accumulées et la compréhension d’ensemble des réalités et des enjeux multiples associés à l’histoire globale de l’huile.

36Le témoignage de Strabon est à nouveau involontairement trompeur et révèle les risques d’erreur qui guettent quiconque tente de prendre à la lettre ce qui est rapporté par le chorographe. La supériorité de l’huile paraît, à le lire, aller de soi. Cette évidence se comprend si elle est replacée dans le contexte ordinaire des sociétés méditerranéennes qui avaient adopté l’huile d’olive depuis longtemps et avaient fini par identifier leur choix à la seule civilisation. L’usage de l’huile supposait des pratiques sophistiquées, voire raffinées, et sa production en grande quantité était plus aisée que pour les graisses animales ou pour d’autres huiles végétales, le colza pourtant cultivé n’étant pas mis à profit à la différence de ce qui se passait dans la Chine antique. On pense que la place de l’huile de noix a été sous-évaluée jusqu’à présent, mais c’était un produit fragile et son usage culinaire était sans doute réduit pour cette raison. Revenant à l’huile d’olive, partout répandue, force est de constater que dans le camp de Legio VII Gemina, aujourd’hui León, des importations d’huile de Bétique ne sont pas attestées du moins en quantités attendues. Il est possible, bien sûr, que cette huile ait été transportée dans des amphores d’un type différent voire dans des dolia, ce qui déformerait notre perception de ces arrivages. L’observation attire l’attention sur les lacunes ou les silences qui une fois de plus résultent des assertions de Strabon.

37L’huile d’olive était étroitement solidaire de la civilisation politique installée en milieu urbain. Ce n’est pas un hasard si Strabon parle de l’hygiène qu’il juge élémentaire des barbares. L’huile parfumait les corps et participait à leur entretien régulier. Les régions qui devaient faire venir le produit d’assez loin n’ont sans doute pas renoncé à leurs propres pratiques et ont continué à se passer d’huile d’olive sauf exceptionnellement. Il n’est pas même certain que, dans des terres propices à l’olivier, tous se soient rangés à cette seule forme de consommation. Après tout, huile d’olive ne signifiait pas systématiquement produit supérieur et indispensable en dehors de cercles de notables qui regardaient depuis toujours vers Rome et imitaient les élites dirigeantes. Les textes nous convient, en matière d’agriculture en Italie et dans le monde romain, à admirer les rendements exceptionnels assimilables à des merveilles de la nature plus qu’à un effet de l’ingéniosité humaine. Pareillement, il ressort que les terroirs, même contigus, présentaient une grande variété de qualités et de rendements d’un même produit au point que certains traits autorisaient à distinguer à coup sûr un terroir du voisin. Les plants n’étaient pas de la même espèce et les sols influaient en même temps que l’exposition et l’ensoleillement. Enfin, selon le degré de maturation du fruit au moment du pressurage, la couleur, la consistance et la saveur du liquide en étaient conditionnées. L’huile dite d’Espagne était une huile tirée d’olives blanches selon Isidore de Séville et l’huile verte, obtenue à partir des olives jaunes non encore arrivées à maturité, était la plus chère et la plus recherchée. La première huile était jugée la meilleure et la qualité variait avec le taux d’acidité libre et le polyphénol, un antioxydant naturel, d’autant plus excessif que la maturité était avancée. Les effets bénéfiques de l’huile sur la santé qui auraient été supérieurs à ceux des graisses animales relèvent d’une connaissance récente que l’empirisme des Anciens pouvait peut-être soupçonner mais non formaliser.

38Plutôt qu’en concurrence, le beurre et l’huile reflétaient des habitudes anciennes nées d’une adaptation des populations à leur environnement et au fonctionnement de leurs sociétés respectives. Le rapport de cause à effet est pourtant complexe et les différences ne correspondaient pas à des volontés d’originalité mais à des contraintes plus ou moins fortement ressenties et assumées. Le schématisme de la division strabonienne suscitait à la fois de l’intérêt pour une lecture non conventionnelle de l’état de la Péninsule peu présente dans l’historiographie et des réticences devant une lecture que je qualifierai ici d’« oléocentrique » effectuée pourtant à partir de témoignages qui dataient de périodes parfois bien antérieures.

39La géographie de Strabon n’était pas la nôtre et ses descriptions ethnographiques n’invitaient pas à une étude anthropologique au sens contemporain. L’anecdotique et le pittoresque ou le rappel de la dimension mythique de certains récits appartenaient à une logique qui n’était jamais ancrée dans la péninsule Ibérique elle-même. L’absence d’une réflexion autre que politique et romanocentrique posait la question non pas d’une unité qui n’était pas à l’ordre du jour mais des fondements d’une diversité que n’expliquaient pas les dispositions des reliefs. Les Espagnes n’étaient qu’une terre localisée à l’extrême occident de l’Europe et de la zone tempérée. Les diversités l’emportaient et l’acclimatation partielle de la cité comme formule d’organisation des peuples attestait l’existence d’un changement de contenu du point de vue de Rome. Les populations de la Péninsule composaient des ensembles de provinciaux à la rencontre desquels il fallait aller résolument. La chorographie de Strabon avait donc un rôle de catalyseur entre le passé et le présent, et entre les époques passées des Hispaniæ et leur actualité romaine et impériale. Sans l’ignorer, son ouvrage ne rendait pas compte des dimensions provinciales ni des habitants autres que ceux qui donnaient prise à des archétypes simplificateurs. Pour leur insuffler une vie et pour les nommer, il y avait les pierres.

© Casa de Velázquez, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search